Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

A ce qu'il paraît, une arme s'entretient (Metaru Itagami)


Sam 23 Déc 2017 - 11:19
Aujourd'hui est un jour de repos. Heureusement, j'ai l'impression de travailler vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept, alors je compte bien profiter de ce jour de repos pour être tranquille. Première tâche de la journée : me rendre à la Raffinerie du village. En effet, c'est là que travaille les membres du clan Metaru, me disant que je pourrais voir peut-être Himeka pour qu'elle répare mon arme. Enfin réparer.... Qu'elle soit entretenue, étant donné que je ne connais pas cet art. Les Metaru maniant le métal sont experts en la matières, alors pourquoi pas ? De mon logement jusqu'à la Raffinerie, il y a bien une bonne vingtaine de minutes de marche.

Je prends mon temps, je ne suis guère pressé, d'ailleurs j'en profite pour passer le bonjour à certains commerçants que j'ai appris à connaître grâce au Kyuubu. L'Hiver approche, il n'y a donc peu de gens dans les rues et moi-même, je me suis chaudement vêtu pour ne pas attraper froid. Un rhume est vite arrivé de nos jours, j'arrive d'ailleurs plutôt rapidement à la Raffinerie. Quinze minutes de marches, alors que j'ai pris mon temps.

Je m'y dirige à l'intérieur, attendant que quelqu'un m'accueille. Il faut dire que... je ne suis jamais rendu ici ou si qu'une seule fois, la première fois que j'ai déposé mon épée. L'endroit est gigantesque, j'ai l'impression d'être une fourmi par rapport aux multiples machines présentes. Je suis émerveillé par tant de merveilles, j'avance petit à petit pour continuer à observer les machines. Puis, je me dis que peut-être Himeka n'est pas là, peut-être qu'elle ne travaille pas du tout ici. L'endroit me semble être trop rustre pour une fille de son acabit, elle doit être chez elle ? Sauf que je ne sais pas où elle habite.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Mer 27 Déc 2017 - 23:08

Finalement malgré toutes mes protestations silencieuses, j’avais fini par commencer à m’y faire… apprendre à agir en tant que future nouvelle gérante de la forge de mon clan. Détrompez-vous ça avait du bon de savoir que son travail, ses efforts et sa progression étaient vus et apprécier par le meilleur des meilleurs, mais sur la base je comptais le surpasser, pas simplement reprendre sa place. Et surtout s’était de Shuuhei que l’on parlait… devant ma glace, contemplant mon propre air blasé, je me demandais encore et toujours s’il ne me déléguait pas quelque chose dont il avait simplement marre.
Poussant un soupire, en sortant de la douche après mes entrainements matinaux qui depuis ma promotion avaient presque triplés, je passai la tête de Kuu qui dormait encore à poings fermés. Lui souriant un peu niaisement, je rejoins la cuisine pour m’occuper de son déjeuner. Oui, ce jour était dédié à mon chérubin. Entre les entraînements, les missions, l’administration et les différentes occupations qui me retenaient soit dans les quartiers des Shinobis, soit à la forge, j’avais l’impression de ne la voir qu’en coup de vent ces temps-ci du moins lorsque ce n’était pas pour la voir dormir en arrivant trop tard la nuit…

-… dire que je m’étais promis que ça n’arriverais jamais. fronçant le regard devant l’omerice que je lui faisais, ressentant le poids de ma culpabilité et surtout le fait que je n’ai pas su respecter la promesse que je m’étais faite…

- Maman… ?! Fit la petite voix Kumiko. Elle venait d’apparaitre dans l’encadrement de la porte de la cuisine, les cheveux en batailles le visage encore à moitié endormi, elle traversa la pièce en titubant jusqu’à moi avant de s’accrocher à ma jambe en me souhaitant le bonjour.

La prenant dans mes bras, je lui posai une bise sur le front, lui annonçant la bonne nouvelle ; aujourd’hui nous passons la journée ensemble. Il faut dire que l’information l’arracha littéralement à l’appel de Morphée. POUR DE VRAIE ! s’était-elle écriée dans une explosion de bonheur alors que j’acquiesçais encore.
- Allez va prendre ta douche, nous prenons le déjeuner et direction la raffinerie. La petite Metaru, des étoiles plein les mirettes s’éclipsa en un rien de temps. Pourquoi pas le parc ou une aire de jeu ? C’était simple, elle passait tant de temps sans moi dans ces secteurs que je voulais éviter de la frustrer en l’y emmenant aussi ; in fine elle aurait probablement fait la même chose que tous les jours… n’ayant ni commandes particulières ni cour aujourd’hui, il n’était rien que dérangeait au fait qu’elle y assiste ma surveillance… Pour sûr…

-----------------------------------------------------------

- Hoooo Kuuu chan ! Tu es avec nous aujourd’hui !? S’écria une Metaru lorsque nous passâmes le pas de la porte de la raffinerie. Très vite des têtes se firent voir, sortant de leurs ateliers pour voir la petite blondinette à mes côtés.

Les premiers jours elle se cachait derrière mi, de peur des inconnus, tremblant de tous son petit être comme si elle craignait de finir en statue de fer. Mais maintenant c’était tout sourire qu’elle acceptait leur salutation, faisant des signes çà et là, bombant la poitrine devant le succès qu’elle avait, suscitant des rires dans ce secteur où ne chantaient normalement que les appareils et les fracas des marteaux sur les différentes enclumes.
Comme pour me demander la permission elle leva la tête vers moi, un regard quasi suppliant sur le visage et disparaissant avec un sourire radieux à l’instant ou j lui fit signe de partir se balader dans la raffinerie. Confiance en eux ? Techniquement, pas entièrement, mais vu l’attention qu’ils lui portaient et le point auquel mes cousins et cousines semblaient apprécier sa présence, je leur accordais le bénéfice du doute ; et puis… il ne lui était jusqu’alors jamais rien arrivé ça au moins s’était un fait. Du haut de mon bureau, j’avais une vision d’ensemble sur la raffinerie, observant par moment le travail des différents Metaru, ou m’inspirant de ce qu’un esprit créatif faisait pour designer un éventuel nouveau modèle. Par ailleurs cette position me permettait de suivre la course de la petite fille passant d’un atelier à l’autre, permettant à l’occupant dudit atelier de faire une pause avant de pouvoir repartir de plus belle. Un sourire aux lèvres, je reportai mon attention sur ma documentation, laissant la petite se balader de tout son saoule.


-----------------------------------------------------------


La petite fille gambadait allègrement dans la raffinerie, ce bruit assourdissant, cette odeur de métal, l’air lourd qui y régnait, rien de tout ça ne la gênait vraiment, mieux encore cette atmosphère lui était si commune qu’elle en était devenue sa préférée. En tant que Metaru les particules de fer ne n’étaient en rien un problème pour son jeune organisme, bien au contraire là ou pour d’autres enfants ça aurait pu se montrer toxique, pour les membres du clan manipulant le Kinton s’était un véritable bonheur régénérateur.

Elle appréciait les regarder travailler, donner forme à un simple lingot de métal, le voir se transformer en quelque chose d’utile. Elle savait elle-même le faire, tout du moins jusqu’à un certain niveau. Construire et créer n’était pas sa spécialité, mais elle avait interdiction de parler de ce qu’elle savait faire. Hooo non, cet ordre n’était pas dure à suivre, pour Kuu s’était littéralement une mission secrète, sa double vie la faisait paraitre tellement spéciale qu’elle l’adorait.
C’est en changeant d’atelier, au détour d’un couloir que ses gros yeux émeraude se posèrent sur le Shinobi qui venait d’entrer dans la raffinerie. Des cheveux sombres pour un look tout aussi obscur, observant l’individu un instant elle avança jusqu’à lui d’un pas timide, la tête un peu basse, mais résolue à essayer d’aider les membres de sa famille.

- Bonjour… Onii chan… que.. que pouvons-nous faire pour vous aider ? Fit sa petite voix alors qu’elle essayait tant bien que mal de rester polie tout en essayant de garder son premier client… si l’on pouvait le dire ainsi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Ven 29 Déc 2017 - 16:01
La Raffinerie n'est pas un endroit où j'ai l'habitude de traîner, non, alors je ne veux clairement pas me perdre, restant à l'entrée du majestueux bâtiment de siderurgie. En réalité, je n'y ai mis les pieds qu'une fois et c'est là la seconde fois où j'y suis. Trop grand comme endroit, j'ai bien peur de m'y perdre alors j'attends patiemment à l'entrée qu'une personne y travaillant vienne vers moi. Dans mes songes, je ne vois pas cette petite fille qui s'approche de moi alors je suis légèrement surpris quand j'entend la voie enfantine de la fille qui me parle. Posant mon regard sur elle, m'abaissant pour même être à sa hauteur, je la regarde longuement.

« Bonjour petite fille. Je viens voir un adulte pour m'aider à entretenir mon arme. »

Parce qu'en même temps de l'entretenir, j'aimerai aussi apprendre à le faire par moi-même. Je n'aurai toujours pas une Raffinerie et un Metaru à disposition pour entretenir ma belle lame noire. Quoique... si je pars en mission en équipe, il y aura bien Kinzoku. Enfin, c'est une honte pour moi de demander une telle chose à son élève.

Je reprends mes esprits, regardant cette fille toute mignonne qui est devant moi. Je me demande même ce qu'un enfant fait ici dans un tel endroit, est-ce dangereux ? Je ne sais pas du tout, je ne connais clairement pas ce monde. Je lève donc mon regard sur ce qui nous entoure, apercevant une blonde au loin qui s'approche de nous. Cette femme, elle me dit quelque chose. C'est... cette fille que j'avais vu à la Fête en compagnie de Shuuhei où l'on a parlé de son jeune frère, Kahei.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 1 Jan 2018 - 22:30
La petite se fit silencieuse après sa question, attendant simplement que cet « onii chan » daigne lui réponde, seulement ladite réponse se faisait longue à venir. Elle s’impatientait, se frottait les mains l’une contre l’autre, la tête pleine de question, dont deux revenaient en boucle : *pourquoi il ne répond pas ? J’ai dit un truc de travers ? De moins en moins tranquille devant le silence de son interlocuteur, la petite Kuu commençait à avoir du mal à soutenir le regard. In fine elle baissa les yeux, puis la tête, les fermant en pensant très fort à sa mère, espérant que celle-ci apparaisse comme par magie pour la sortir de cette situation étriquée. Presqu’au bord des larmes, le stresse l’ayant finalement gagnée elle commença à se maudire d’avoir essayé d’aider sa génitrice lorsque la voix du Shinobi se fit enfin entendre.
Venant d’assez bas, presque à son niveau, elle comprit qu’il s’était accroupi et leva alors les yeux larmoyants pour le regarder après l’avoir entendu dire qu’il désirait la présence d’un adulte. En d’autres situations, elle s’en serait offusquée, rétorquant qu’elle était sure de pouvoir faire au moins aussi bien qu’un adulte… mais l’atmosphère qu’il avait créée l’en dissuada bien vite…

Pour toute réponse, elle finit par hocher la tête de manière affirmative, pour directement aller chercher la responsable des lieux, à savoir sa douce mère. À peine se retourna-t-elle pour courir dans son bureau que son regard se posant sur cette dernière qui semblait-il avait remarqué la présence du Ninja sombre. Descendant les escaliers, la seconde blonde réceptionna sa fillette qui sauta dans ses bras en lui donnant l’information :

- Maman ! Maman ! ya le onii chan tout en noir qui dit qu’il a besoin d’un adulte… il n’a pas précisé pourquoi ! fit l’enfant avec un air courroucé. Pourtant, je suis sure que je peux le faire aussi si c’est quelque chose sur le métal. poursuivis celle-ci alors que ledit client pouvait encore l’entendre.

--------------------------------------------------

- Haye Haye, nous allons voir tout de suite donc… lui répondis-je avec un sourire jovial, la faisant asseoire sur mon épaule.

J’approchai donc du fameux nii-chan scrutant sa tête qui me disait quelque chose quelques secondes durant avant de remettre le doigt dessus. Écarquillant un peu les yeux en me rappelant l’avoir vu à la fête de la lumière, la connaissance de Shuu et du frère hospitalisé de celui-ci s’était présentée dans notre humble atelier tout de noir vêtu.

- Haa ! Shoran Kun si je ne me trompe pas. Fis-je avec un sourire en inclinant légèrement la tête. ça fait un bout depuis la fête de la lumière, comment vas -tu depuis le temps demandai-je simplement avant de me rappeler des mots de ma fille. Mais surtout que nous vaut l’honneur de cette visite ? Poursuivi-je en levant à peine le ton pour couvrir le son des fracas de métaux et des différents mécanismes s’activant aléatoirement dans la raffinerie au gré des Metaru s’y exerçant.
Prenant tout de même le temps d’observer celui-ci, mon regard finit par se poser sur le manche d’une épée que portait notre visiteur du jour. viendrais-tu par hasard te procurer une nouvelle lame ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Mar 2 Jan 2018 - 11:01
J'ai tente d'instaurer une relation confiance entre la petite fille et moi, il faut dire que mon teint pâle et la couleur sombre de mes vêtements ne l'auraient certainement pas mis à l'aise avec moi. Elle aurait pu s'imaginer toute sortes de choses, alors c'est à son niveau que je me suis mis pour lui dire que je suis à la recherche d'un adulte pour entretenir mon épée. Après tout, j'ai du mal à me dire que des enfants puissent travailler mais peut-être que c'est différent chez les Metaru. Elle se retourne pour voir qu'une adulte est effectivement là, je me redresse à mon tour pour constater que j'ai déjà vu cette fille là face à moi. La petite court vers la femme, lui explique ce que je suis venu faire ici alors que je cherche dans mon esprit son prénom.

Metaru Itagami, c'est ça, son prénom. Me rappelant parfaitement de la soirée à la Fête de la Lumière où Shuuhei et elle étaient présents. Nous avions parlés de Kahei, Shuuhei avait insinué des choses à propos d'elle et moi, également.

« Très bien, et toi, Itagami ? »

Que je lui demande, tout en posant son prénom pour lui faire comprendre que je m'en rappelle également. La petite fille est sur l'épaule de sa mère, elle doit être tout légère comme une plume pour être installée là. Elle me demande alors pourquoi je suis ici, avant de parler de changement d'épées. Je finis par sourire, m'approchant un peu plus pour mieux entendre ce qu'elle peut me dire sans qu'elle n'ait à crier.

« J'ai une épée absolument parfaite, pour rien au monde, je voudrais la changer. En fait... »

Je prend mon épée par le manche, la sortant de son fourreau. Ainsi, Itagami et la fille peuvent constater une lame noire et fine, parfaitement aiguisée.

« J'ai besoin d'entretenir mon arme alors je suis venu ici et pour apprendre comment m'y prendre aussi, si c'était bien sûr possible. »

Le comble pour un épéiste de ne pas savoir entretenir son épée.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 4 Jan 2018 - 14:10

Le ninja tout de sombre vêtu s’était rappelé de moi, j’osais espérer que ses souvenirs ne remontent pas trop loin, ou plutôt qu’il n’ait pas en tête de tenter de m’aborder comme l’avait si… « subtilement » suggérer mon ex. Qui plus était sa présence en notre raffinerie était purement professionnelle, en silence j’écoutai ses dires, inclinai légèrement la tête à sa demande concernait mon état de santé pour lui signaler que tout allait pour le mieux et fut attentive à sa requête. En voyant la lame hors de son fourreau, je crus comprendre pourquoi il en était si fier.

- Ho… effectivement, c’est une excellente pièce de métallurgie que tu as là… Lui répondis-je, pouvant sentir Kuu chan se baisser un peu plus pour voir la lame, quelque peut hypnotisée par la couleur si peu commune de celle-ci.

Une épée noir ébène sans grandes imperfections se définissant surtout par sa couleur et par l’efficacité de son tranchant. Pour le poids de la lame, et l’étrange forme de la garde, le tout était pour le moins équilibré, le poids supplémentaire ajouté à un côté du socle de la lame semblait avoir été architecturé de la sorte expressément pour alourdir en partie ce côté-là de la lame… probablement pour mieux jouer sur la gravité lors de ses différents assauts et autre.

- Tu as bien fait de venir, effectivement les gens ont tendance à penser qu’il suffit de bien la ranger et d’éviter d’ébrécher son arme en combat… mais en réalité le métal est un matériau aussi solide que capricieux. Lui expliquai-je avant de lui faire signe de me suivre alors que je m’enfonçais avec son arme dans la raffinerie.

Ébrécher l’arme conduisait généralement à devoir reforger la partie en question, voir des stries apparaître sur cette dernière et ne pas les traiter pousserait certainement l’érosion à entamer l’arme et autre… s’il voulait la garder sur le long terme, il se devait aussi bien de l’entretenir que de la préserver des vilains impactes ; paradoxalement, plus une lame entrait en contact avec une autre, plus il y avait de chance d’en abimer la ligne… lui expliquai-je. Dans son cas il pouvait s’estimer heureux que l’individu à l’origine de cette arme en ait fait une véritable Ken-Koroshi… ou tueuse d’épées, son fil étant pensé pour tailler dans les épées adverses sans prendre trop de risque pour sa structure…

- Ha… désolé je parle pas mal lorsque mes conversations touchent à un domaine que j’apprécie… Fis-je dans un rire gêné alors que nous arrivions dans une pièce calme, mais très bien équipée aussi bien en matériau qu’en produit en tout genre.


- Mais… maman je n’ai pas bien compris pourquoi cette épée est une ken.. co..cokooro …

- Ken-Koroshi répétai-je avec bienveillance pour l’aider. Levant le plat de la lame à son niveau pour qu’elle puisse constater celle-ci d’elle-même je me demandais surtout si elle avait assez entraîné son œil pour le voir. le tranchant de la lame, de part et d’autre est plus fin que la normale, là ou les estramaçons sont par moment plus épais pour briser ou tordre des armures et non les trancher, le forgeron qui a créé cette lame à fait des tranchants particulièrement fins, mais en plusieurs couche d’acier pour justement en accroitre la solidité. Expliquai-je alors qu’en tant qu’elle-même métallurgiste apprentie commençai à comprendre l’œuvre.

donc si elle est bien aiguisée elle coupe les autres armes qui le sont moins et ne se déforment pas parce que c’est plus solide de ce coté ? Fit-elle avec une pointe d’interrogation, l’air d’attendre que je lui réponde.

Chose qui arriva d’ailleurs assez vite et compliments à l’appui, nul besoin de tourner la tête vers elle pour comprendre qu’elle bombait sa poitrine, l’air de montrer qu’elle aussi pouvait être utile à notre client du moment.

- L’entretien j’aurais pu le faire en employant mon chakra, mais dans le sens où tu dis vouloir apprendre à le faire on va y aller de manière plus conventionnelle. fis-je en cherchant sur les étagères pour mettre la main sur un produit de mon cru, un chiffon propre et une bouteille d’huile si pure et légère qu’elle ressemblait à première vue à de l’eau un peu plus visqueuse que la normale après avoir remis mon petit ange au sol.
- de par leur composition en acier et le style de leur conception, les épées sont moins chronophage pour l’entretien que les katanas… mais comme toute chose ici-bas sur terre, elles ont une espérance de vie… varient fonction de l’utilisation que tu en ferras. pour le moment sa lame ne nécessitait pas encore que je triche avec mon kekkai pour lui donner un second souffle… mais ce temps allait forcément arriver.

- ça va ? Jusque-là tu me suis pas de problèmes Je n’avais fait qu’expliquer la généalogie et le pourquoi du comment de son arme, mais s’était quelque chose que j’estimais important pour tout sabreur ; non pas que ça leur serait utile en combat… mais n’était-il pas préférable de connaitre sa partenaire de tous les jours ? Plutôt que de simplement mouliner avec sans en prendre grande considération… ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Jeu 4 Jan 2018 - 15:28
Mes connaissances en termes d'épées (et d'armes en général) sont minimes, j'ai besoin d'en savoir plus sur celles-ci pour encore mieux les utiliser, alors j'imagine que la Metaru peut m'aider là-dedans. Par la même occasion, j'apprends également que Itagami est maman, jamais je ne l'aurai pensé de moi-même. Est-elle toujours avec le père de l'enfant ? Elle doit avoir une belle famille, je suis plutôt content pour elle. M'enfin, pour revenir à nos moutons, c'est mon épée dont la lame est noire que je lui tends pour qu'elle en voit les caractéristiques. Etant une Metaru, elle doit bien s'y connaître là-dedans. Je finis par la suivre dans la Raffinerie pour que nous puissions ensemble travailler sur mon épée, sur la route, elle m'explique un peu les faits de mon épée dont je n'en ai aucune connaissance.

« Elle a été construire sur Tetsu no Kuni pendant mon trajet pour venir jusqu'ici. Une forgeronne qui me l'a consruit, en me disant qu'elle y a mis mon âme, ou je ne sais quoi. Peut-être un simple conte... »

Que je finis par dire même si je n'ai clairement pas tout compris ce qu'elle a dit malgré qu'elle ait toute mon attention. Nous entrons dans une pièce calme qui semble être son atelier personnel, tout y est bien rangé et ordonné et les matériaux et autres machines mise à disposition ont l'air en parfait état. A croire qu'au final, sa fille ait mieux compris que moi, au moins, avec leurs mots, j'arrive à comprendre la spécialité de mon épée.

« Ken Koroshi, mmh... Je ne pensais pas avoir une telle épée en main, cependant il est vrai que j'ai pu briser d'autres lames durant des combats. »

Des combats d'entraînements essentiellement, je n'ai jamais réellement combattu contre de vrais adversaires avec mon épée. J'ai toujours préféré me spécialiser dans ma nécromancie qu'autre chose, cependant avec les conflits qui arrivent, je ne doute pas de devoir l'utiliser bien assez tôt. La Metaru m'explique alors que mon épée a une espérance de vie également, mais vu l'utilisation que j'en fais, elle ne doit pas être très vieille encore.

« Je vois. Ce que j'aime avec mon épée, c'est que je peux l'utiliser à la fois en une et deux mains. En tout cas.... j'ai l'impression qu'il ne suffit pas que de seulement la nettoyer pour qu'elle soit entretenue. »

Bon, au moins, elle peut voir que je suis très intéressé par ce qu'elle me raconte.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 4 Jan 2018 - 19:58

Oui, il avait été attentif, certes toutes les informations et le langage technique n’avaient pas suivis, mais s’il avait pu comprendre le gros de l’idée tout allait pour le mie. Me grattant la tête en me rendant compte que j’avais peut-être noyé mon client sous un flot d’information inutile, j’eus un nouveau rire gêné, espérant que celles-ci pourraient le conforter en une décision un jour ou l’autre.

- j’aimerais bien rencontrer cette forgeronne… murmurai-je en regardant encore la lame, je pourrais très certainement la refaire à l’identique, là tout de suite en trichant avec mon Kekkai, mais j’éprouvais un certain respect pour l’œuvre et celle qui l’avait conçue.
Mais surtout qu’elle m’explique cette idée de forger avec l’âme d’un individu… quel genre de rituel sou de jutsu avait-elle effectuée pour parvenir à une telle description de son œuvre. Avait-elle mêlé le sang de celui-ci au métal ? après tout l’on disait que l’âme s’y cachait… ou autre chose se rapprochant de près ou de lin à son être physique… ? Des ongles ? Des cheveux... ? Non à ce niveau-là ce ne serait plus une forgeronne, mais une sorcière… manquerait plus qu’elle ait un corbeau et une verrue purulente sur le nez.

- Je peux t’affirmer que c’est une belle pièce en tout cas, prends en grand soin… Fis-je en la lui rendant. [color=orange] que tu l’utilises comme une épée longue ou une épée courte… elle répondra à tes attentes… tant que tu répondras aux siennes.[/colro] repris-je avec un sourire sur ses derniers commentaires. Baladant mon regard dans la pièce à la recherche d’un matériau que je n’avais point trouvé, je finis par répondre à sa dernière interrogation.

- Te concernant, pour l’entretien… ironiquement si, c’est assez simple j’abordai en premier lieu le passage des taches liées à l’oxydation de l’acier qui à un moment ou un autre finirais par apparaitre sur la lame. Pour les traiter il suffisait de les frotter énergiquement avec le produit que d’entretien que j’avais récupéré tout à l’heure, normalement je lui aurais conseillé un chiffon très légèrement abrasif pour se faire… mieux, je lui en aurais donné un, mais dans l’immédiat ce stock semblait être en rupture.
Après quelques secondes de silence, je tendis la main au-dessus de la table, me concentrant quelque minute durant avant que de celle-ci ne semble s’écouler de la laine de fer. Une laine de fer si douce qu’elle pourrait être portée, par un nourrisson. Ceci dit, sa nature en faisait l’objet légèrement abrasif dont il aurait besoin : quitte à ne pas en avoir sous la main, autant en créer n’est-ce pas ? poursuivis-je souriante en poussant ver lui le tas de laine métallique. bien je disais donc pour éviter que l’oxydation ne s’étende à toute ta lame, inspecte là au moins une fois chaque semaine, et guète lesdites taches… frotte les généreusement avec la laine de fer et ce produit de nettoyage pour la séparer de ses impuretés. Puis, à l’aide d’un chiffon propre, tu passes une couche de cette huile... indiquai-je en lui montrant la bouteille au contenu translucide en question.


- Alors non, les épées ne brillent pas parce qu’elles sont bien aiguisées ou polies, non loin de là... elles brillent souvent de mille feux à cause de l'huile appliquée sur la lame... mais n’en met pas une tonne. continuai-je d’approfondir avant de parler de la raison de l’huile sur une épée. C’était bien simple, elle servait surtout en endiguer, ralentir l’apparition de la rouille sur une arme.
J’en profitai par ailleurs pour lui apprendre que ceux qui utilisaient leurs armes sans la ranger dans un fourreau la verraient certainement se briser un beau jour, des suites affres du temps, de l’humidité ambiante, ou même des quelque gouttes d’eau se baladant sur la lame lorsque se déposait la rosée du matin étaient pour elle de véritables poisons.

- Donc le fait que tu la gardes dans son fourreau est déjà un gros plus. Pour ce qui ai d’aiguiser le fil de ta partenaire… je t’aurais bien donné une pierre à aiguiser adéquate, mais je crois surtout qu’il va falloir que tu repasses pour que je puisse te faire un cours correcte la dessus.. et que j’en trouve de nouvelles aussi m’excusai-je quant à une partie qui n’était finalement pas plus importante que cela, vu la facture de la lame. ces méthodes ne sont finalement que préventives, en cas de gros soucis n’hésite pas à repasser, je me ferais un plaisir de vous venir en aide toi et ta lame… fis-je avec un sourire en lui écrivant la facture du matériel qu’il allait emporter.

- Sinon… elle a un nom cette lame ? demandai-je avec une curiosité non dissimulée, alors que Kuu inspectait la laine de fer que j’avais créé à l’instant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Jeu 4 Jan 2018 - 21:35
Mon âme dans l'épée, c'est ce qu'elle m'a dit. Je me rappelle encore lorsque je suis passé à Tetsu avec ma famille, un pays où l'honneur fait foi là-bas. J'avais clairement bien aimé mon passage là-bas, et c'est donc au pays du fer que j'ai forgé mon épée. Du moins que la forgeronne me l'a forgé en y utilisant une incantation assez bizarre pour y mettre mon âme. Comment elle a fait ? Une totale énigme pour moi, mais peu importe j'ai juste envie d'y croire. Je ne sais pas pourquoi, j'ai juste envie d'imaginer que c'est beau. Elle me rend l'épée en me disant qu'il s'agit d'une bonne pièce et que je dois en prendre soin. J'hoche la tête de bas en haut, alors qu'elle m'explique que je peux l'utiliser n'importe comment tant que je réponds à ses attentes.

Rapidement, on vient au sujet principal de ma venue : l'entretien de ma lame. Elle me parle un peu en jargon que je ne comprends pas vraiment, mais j'écoute attentivement ce que la Metaru me dit. En fait, tout m'a l'air plus simple que je ne l'aurai pensé.

« OK, j'ai compris. »

Que je réponds simplement, alors que je continue de l'écouter. Au final, je décide de me lancer en prenant la laine de fer et de la passer sur les tâches qu'elle m'a parlé. Ceci fait, je prends le chiffon et le liquide indiqué pour le passer sur la lame noire de mon épée qui se mit instantanément à briller. Elle m'explique alors le pourquoi du comment, avant de me parler du fourreau que j'utilise, présentement dans mon dos.

Pour finir, elle me parle du fait d'aiguiser le fil de mon épée. J'acquièse avant qu'elle me parle maintenant du nom de mon épée.

« Elucidator. C'est comme ça que la forgeronne m'a dit qu'elle s'appelait, mais je ne sais pas vraiment le pourquoi du comment. »

Après que l'on ait fini, je range mon épée dans mon dos en espérant que ces conseils me servent pour plus tard. De toute façon, je devais revenir pour chercher le reste des matériaux pour entretenir mon épée.

« Sinon... Je ne savais pas que tu étais maman, je t'avoue que ça m'a surpris. »

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 4 Jan 2018 - 23:24

Même s’il m’avait semblé pour la plupart du temps perdu dans ses tentatives de comprendre ce que je lui disais, l’Aaron s’exécuta finalement sans trop de soucis. Seules quelques morsures du temps subsistaient çà et là sur sa lame, mais rien de bien particulier, de petits cas isolés qui n’allaient certainement en rien altérer l’intégrité de celle-ci, du moins s’il suivait scrupuleusement mon conseil. Après tout il était plus aisé de traiter les petites plaies avant qu’elles ne se gangrènent…
L’observant avec attention jusqu’à ce qu’il eut finit son exercice, j’appris finalement le nom de cette lame à la couleur menaçante. « Elucidiator »… avait-ce un lien avec le mot élucider ? Si tel était le cas ladite forgeronne voulait peut-être que sa lame soit capable de trancher à travers n’importe quel problème, le clarifier et le démêler sans bavure… pour le coup, en faire une Ken-Koroshi prenait donc tout son sens.

Un sourire sur les lèvres, les bras croisés, j’épiloguais mentalement l’état d’esprit de celle qui avait donné vie à cette arme, les yeux toujours rivés dessus. L’on disait qu’il était aisé de lire le cœur de l’auteur d’une œuvre lorsque l’on la parcourait ? Dans le cas des forgerons… et bien c’était à peu près la même chose. En voyant le travail accompli d’un autre, la manière dont il avait travaillé le métal, l’attention qu’il y avait portée et le nom qu’il avait donné à sa chose… nous pouvaient plus ou moins deviner l’état d’esprit du créateur.

- Disons simplement que c’est une lame qui règle les problèmes… Fis-je en apposant un tampon sur la facture que je j’avais à l’instant fini de rédiger. Et puis… si à vingt-sept ans en tant que femme je n’avais toujours aucune descendance… qu’elle forme d’échec serais-je ? Fis-je en ébouriffant les cheveux de Kuu qui… complètement déconnectée essayait elle aussi de générer de la laine de fer… à la seule différence que la sienne était presque aussi noire que la lame de Shoran.

En silence je l’observai, elle était concentrée, se passant la langue sur les lèvres en essayant de la gardée unie, mais faisait ouvert tomber de petits pattés de fer. Un sourire sur les lèvres, je reposai enfin les yeux sur le ninja sombre : elle est ce dont je suis le lus fière dans cette vie… Reposant encore quelque seconde le regard sur elle, constant avec joie que la petite blonde n’était pas prête d’abandonner, je tendis à celui-ci la facture de ce petit service.

- Je n’ai point facturé la main d’œuvre, mais ai tout de même pris en compte l’expertise de l’arme et les produits d’entretien Annonçai-je calmement et puisque c’est ta première visite ici, je t’ai fait une ristourne sur le prix initial finis-je avec un clin d’œil.

Oui, la facture aurait normalement dû être bien plus salée qu’elle ne l’était actuellement, mais j’avais délibérément supprimé une partie du prix pour le temps que je lui avais pris et surtout pour l’avoir gardée si longtemps à lui parler avec un langage probablement trop technique pour un profane. était-ce la seule raison de ta visite ? demandai-je après qu’il se soit emparé du document et prenait connaissance des tarifs. Tu es sure qu’une seconde lame ne t’intéresserait pas ? Après tout elle te permettrait de repousser un peu le terminus d’Elucidiator… ? me hasardai-je en laissant parler la commerçante en moi.

- Et cette fois-ci c’est moi qui la forgerais ! s’époumona soudain Kuu chan, toujours concentré sur sa laine de métal, mais prêtant semble toute l’oreille à nos dires ; parvenant pour le coup à m’arracher un petit rire…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Ven 5 Jan 2018 - 1:46
Elucidator, c'est ainsi que la forgeronne m'a dit que l'épée portée ce nom et je n'ai jamais réussi à lui tirer les vers du nez pour savoir pourquoi mon épée porte un tel nom. Est-ce péjoratif ? Je ne l'espère pas, mais je n'ai jamais cherché à en savoir plus lorsque j'ai quitté le pays du Fer. Ainsi, j'en parle à Itagami pour savoir ce qu'elle en pense. Alors que je range mon épée dans son fourreau, je me mets également à réfléchir au sens du nom de l'objet tranchant, j'ai finalement envie de savoir et la kunoichi me donne rapidement une réponse. Une lame qui règle des problèmes. Je souris, je pense que ce nom lui convient parfaitement, en effet. Par la suite, je lui avoue que je suis surpris qu'elle soit maman, elle fait jeune. Très jeune.

Pourtant, la Metaru affirme avoir vingt-sept ans et cela me laisse légèrement sur les fesses. Il est vrai que je ne lui aurai pas du tout donné cet âge là, plus du genre vingt-deux ans, presque comme moi.

« En fait, je te voyais juste plus jeune... »

Que je réponds simplement, comprenant que sa fille soit la plus belle chose qui soit au monde pour elle. Je pense que c'est de même pour tout les parents. Finalement, elle me tends un bout de papier, il s'agit de la facture. J'ouvre les yeux pour apercevoir le montant total qui n'est clairement pas élevé, une somme que je peux me permettre avec mon travail comme policier et également shinobi. Surtout que je vis chez mes parents, je n'ai pas du tout de charges alors oui, j'ai de l'argent à dépenser.

« Ah, c'est très sympa de ta part, tiens. »

Que je lui dis en tendant quelques ryos pour payer ce que je lui dois, j'ai prévu large car je n'ai eu aucune connaissance des tarifs. La sidérurgiste me demande si c'est le seul but de ma venue, que peut-être, je pourrai me fabriquer une autre arme alors que sa fille prend la parole pour dire que ce serait elle qui la forgerait. Je souris.

« Hum, je ne sais pas si j'en aurai l'utilité. Je veux dire que je n'ai jamais combattu avec deux épées en même temps, la double escrime n'est pas mon point fort encore. »

J'ai surtout peur de m'handicaper avec deux armes, surtout que je n'utilise pas l'unique que j'ai actuellement.

« Shuuhei, il disait qu'on se draguait, c'est drôle en y repensant. »

Oh, je ne sais pas pourquoi je dis ça, comme ça, hors contexte...

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Dim 7 Jan 2018 - 18:38


- Effectivement… je l’entends assez souvent celle-là. Répondis-je avec un sourire tandis que l’Aami avouait qu’il avait mal jugé mon âge.

À dire vrai depuis le cas Sayo et bien d’autres encore j’avais fini par arrêter d’essayer de me battre ou me défendre sur le sujet. N’importe comment pour la gent féminine paraitre plus jeune qu’à l’origine avait toujours été perçu comme un compliment ; personnellement ce n’était pas le genre de chose après quoi je courais, au contraire même vu que les crises de jalousies vis-à-vis de mon corps m’avaient fait vivre de par le passé… mais s’était toujours ça de pris.
Souriant pour toute réponse à mon client encore un peu perdu, j’attendis encore un instant avant qu’il ne saisisse de la facture et n’en prenne connaissance. Le regard sur Kuu qui s’évertuait à créer quelque chose qui n’entrait pas dans son domaine naturel de compétence. Les choses douces et molles… elle ne connaissait pas ; ou plutôt le métal dont elle disposait n’avait normalement pas cette propriété… cependant, c’était d’un œil circonspect que je voyais celui-ci s’adoucir.

* Tu deviendras probablement une meilleure forgeronne que-moi si tu arrives à passer ce cap…* Pensai-je en l’observant avec attention.

À voir la forme que sa conception commençait à peine à prendre au sol, me pouvais juger de la consistance de la création, et c’était pour le moment loin très loin d’être le résultat escompté… ceci dit, elle en avait quand même altéré la composition… et ça seul un Metaru... un Metaru connaissant ses réels attributs pourraient en comprendre l’importance.
Commençant à m’égarer dans mes pensées, imaginant le magnifique archange qu’allait devenir mon chérubin monochrome, c’était le sourire d’une mère aussi fière qu’heureuse qui observait la petite blonde, trop concentrée pour ne serait-ce que percevoir mon regard… * Si jeune et déjà si engagée hein…*

« Ah, c'est très sympa de ta part, tiens. » S’était écrié le jeune shinobi avant de me tendre avec joie les quelques Ryos que devaient lui couter sa visite au sein de la raffinerie.

- Mais de rien… avais-je lancé avec un sourire. D’un simple coup d’œil je vérifier la somme avant de non pas l’empocher, mais l’ajouter à un des nombreux tiroirs monétaires de la raffinerie.

L’argent était quelque chose dont on ne s’offusquait ou ne nous préoccupions que rarement. Les projets demandés par des groupes, pays, ou particuliers pour le moins spéciaux étaient de sources de revenues si imposantes qu’elles étaient les seules à véritablement rentrer dans le coffre de la raffinerie, plusieurs étages plus bas s’enfonçant quelque part dans les entrailles de la montagne. Par exemple toute la raffinerie travaillait actuellement sur un même projet, élément que je n’avais pas à superviser, mais une partie de ses revenus devait aider à réapprovisionner l’hôpital médicament et outils que l’on ne pouvait concevoir, comme la bibliothèque en bouquins un peu plus spéciaux que la documentation s‘y trouvant présentement…

- L’escrime double est tout un art… me lançai-je pour non pas tenter de le convaincre, mais plutôt lui apprendre quelque chose qui pourrait lui être utile. En tout cas si jamais tu croises un escrimeur connu pour porter deux armes… prend garde, car il aura porté son style à un niveau supérieur. D’autant dirons que l’on perd en équilibre, d’autre prétexterons que tenir une arme avec deux mains permet de porter des coups plus fermes et puissants… mais… Reculant un peu en tendant les bras alors que tu métal en coulait, j’écoutai sa nouvelle intervention…

- Kuu chan… Fis-je d’une voix douce, la poussant à arracher son regard menaçant de Shôran. tu es sur la bonne voie, ne te laisse pas déconcentrée… fis-je avec un sourire qui se voulait plus imposant qu’autre chose. Elle venait surtout d’apprendre que son père contre qui elle avait déjà de l’animosité voulait me jeter dans les bras d’un autre… comment voulez-vous qu’une fillette désireuse de voir sa mère être respectée réagisse ?

- Humm… je te dirais d’éviter de prendre au sérieux ce que Shuu peut dire quand je suis à côté, il aime bien me provoquer… surtout lorsqu’il essaie de changer de sujet… il à tendance à vouloir en lancer un particulièrement bancal pour justement nous pousser à penser à autre chose… ça à bien fonctionné faut dire… on ne pensait plus à Kahei à ce moment-là. Répondis-je avec un petit rie alors que prenaient forme mes créations.


Deux claymores aussi larges qu’imposante prenaient place dans mes mains, tendant les deux armes vers Shoran, mimant quelque peut une certaine lourdeur dans mes déplacements, je finis par lui accorder un sourire avant, de simplement les manipuler de plus en plus vites jusqu’à ce que l’on ne perçoive plus que des éclats métalliques autour de moi, baissant petit à petit la cadence en avançant vers lui ou j’arrêtai ma démo et lui tendis les deux armes :

- Je ne suis moi-même pas une épéiste… mais disons qu’avec nos capacités, ce genre de chose ne m’est pas impossible Fis-je en attendant qu’il les prenne, histoire qu’il se rende compte de leur véritable poids et démentir ainsi les dire des plus sceptiques.

Il était vrai que prendre son arme à deux mains permettait une meilleure prise et donc des coups plus violents, mais ce genre de théorie ne marchait qu’avec les non-utilisateurs de chakra. Dans certains cas et conditions, ces lames particulièrement lourdes que j’avais créées pouvaient être utilisée et manipulée comme s’il avait s’agit de brin de paille…
Mais surtout, ceci m’avait permis de concentrer l’attention de celui-ci sur moi, l’empêchant de remarquer la présence de la chose qui derrière lui avait été sur le point de faire de sa belle tête son déjeuner… Accordant un regard sévère à Kuu qui elle-même détourna le regard en baissant la tête… Une nouvelle discussion s’imposait vis-à-vis de ceci.

- Mais ma maman elle est quand même à moi et à moi seule… je la partage pas ! repris tout de même celle-ci d’un ton boudeur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Lun 8 Jan 2018 - 23:12
C'est vrai, elle fait jeune et je ne me suis pas du tout attendu à ce qu'elle soit mère et ait vingt-sept ans. Alors, je le lui fais remarqué et j'imagine bien qu'elle doit avoir sa remarque très souvent. Il faut surtout que je trouve un moyen de conversation, me doutant que la Metaru doit avoir énormément de connaissance sur les épéistes, elle a du crée un nombre incalculables d'armes pour ces-derniers. D'ailleurs, elle me tend la facture que je prends entre mes mains pour la consulter, le prix est très intéressant et j'ai eu clairement raison de me rendre ici plutôt qu'à une forge où le forgeron m'aurait fait payé une fortune pour un résultat de maigre qualité par rapport à un Metaru, spécialiste en métal. Ces-derniers peuvent compter sur moi pour être l'un de leur meilleur client à l'avenir.

On en vient à parler de la double-escrime, il est certain que mon niveau n'est pas encore assez élevé pour pouvoir manier en même temps deux épée. Sans me vanter, je réussis pas mal à me débrouiller avec une, mais il m'en a fallu du temps pour arriver à un tel résultat et des entraînements à longueur de journée, surtout. Me rajouter une charge d'entraînement supplémentaire pour apprendre à maîtriser deux épées simultanément ? Je ne sais pas si j'en aurais le temps... mais rien ne m'empêche encore d'essayer. Alors que du métal coule le long de ses bras, je me permets une remarque sur Shuuhei et nous, la dernière (et première) fois que nous nous sommes vus.

« Oui, c'est vrai... »

Et évidemment, je ne continue pas sur cette pente. Entendre le nom de Kahei me fait rapidement revenir au passé, revenir au moment où il a été pris en kidnapping. De me dire que je n'ai pas été assez fort pour me défendre moi-même ou lui, déjà. Bon, au moins, je n'ai pas du tout eu le temps de voir le regard agressif et menaçant de sa petite fille. En tout cas, la création instantanée que vient de faire Itagami me surprend alors qu'elle les utilise à une rapidité extrême. Elle s'approche de moi pour finalement me tendre les deux claymores que je prends. Rapidement, les deux points des lames touchent le sol avant que je ne les relèves avec difficulté.

« C'est la première fois que je vois ce type d'épée. »

Transférant mon chakra dans mes mains ainsi que dans les claymores, je n'arrive malgré tout pas à lever ses armes comme je l'aurai espéré.

« Tu as raison. »

Que je dis en me tournant vers la petite fille avant d'essayer de me faire à l'idée du poids des deux grosses épées. Pour autant, je n'y arrive et je décide finalement, je m'arrête, rendant les armes à sa propriétaire.

« Je pense qu'il s'agit une question d'habitude et d'entraînement.... mais tu m'as convaincu de me mettre à la double-escrime, une seconde épée ne serait pas de refus. »

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Ven 12 Jan 2018 - 17:21


- Ce sont des claymores… répondis-je à mon client visiblement satisfait en récupérant les lames que j’avais créé pour une démo, mais qui finalement allaient se retrouver dans la réserve pour être vendues plus tard… évidement ne pouvant pas les garder.

L’on va dire que c’est le type de lame qui vient avant les estramaçons… faut dire qu’on en voit rarement de ce type aussi les estra… je sais qu’à Kiri il en existe une ou deux, mais… ce sont véritablement des armes quasi sur mesure ou qui demandent une vie pour être décemment prises en mains. Finis-je en me rappelant des dires d’un caravanier qui se vantait en avoir vu aux abords du village de la brume…

Je poursuivis en lui expliquant que si des gens arrivaient à manipuler des estramaçons malgré leur taille et donc l’extrême difficulté que ce devait être de le manipuler correctement, ce ne devait pas lui être impossible de maitriser l’escrime double.
M’enfin, il semblait avoir pris sa décision chose qui était un beau plus, ça allait lui demander un surplus de travail certes, mais il n’en ressortirait que grandi et doté de meilleure capacité comme d’un meilleur potentiel offensif. Comment avais-je compris qu’il ne faisait pas dans la défense ? S’était bien simple, comme de nombreux ninjas il n’avait sur lui aucune pièce d’armure quelle qu’elle soit… à bien y réfléchir la plupart des ninjas que j’avais croisés aussi adoptés ce type de légèreté dans leur équipement, même les Iwajins. À croire que seuls les samouraïs et nous Metaru à cause de notre kekkai en abusions… Fronçat un tantinet les sourcils, je me mis à reconsidérer le dicton qui disait que la meilleure défense était l’attaque…

- Pas de problème Shoran kun nous allons te préparer quelque chose d’ici peu. Fis-je avec un sourire gêné alors que Kuu accrochée à ma jambe démontrait tout on désir de me garder pour elle.

Qu’est-ce qui lui irait ? Il n’avait pas l’air spécialement musclé, un corps assez fin et athlétique.. le shinobi devait certainement être plus versé dans l’agilité et les blitz rapides privilégiant de longs combats, mais de courtes phases d’attaque… il ne fallait donc pas d’arme spécialement lourde, mais une trop légère reviendrait à déséquilibrer ce qu’il avait déjà acquis comme base et comme expérience de combat. Il y avait donc grosso modo de fortes chances que je… que nous lui créions une arme assez similaire à celle qu’il avait déjà.
Un instant durant j’envisageai de la récupérer de ses mains pour en rejuger le poids, mais bien vite ça s’avéra être inutile, en effet il était bien trop rare d’avoir ce genre de petits bijoux entre les mains pour que j’en oublie aussi facilement textures poids et composition ; j’aurais pu en créer une jumelle de la sienne… mais quelle serait donc ma touche personnelle dans cette voie vers la facilité. Une petite minute de réflexion après, minute durant laquelle je gardai les yeux rivés sur l’arme actuelle de celui-ci je repris la parole, sortant de mes idées :

- Excuse-moi… m’excusai-je après ce silence. j’imagine donc que ce sera tout ? Plus d’autres préoccupations ? Demandai-je poliment avec un énième sourire perdu entre celui de commerçante et de forgeronne intéressée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Sam 13 Jan 2018 - 13:05
Les claymores sont lourdes, trop lourdes pour que je puisse les manier aisément ou alors, il me faudrait que je me muscle pour pouvoir les porter plus facilement et les utiliser à bon escient. Itagami me parle également d'une sorte d'épée comme les claymores, les estramaçons. De lourdes épée qui sont classées tout juste après ces claymores, j'imagine déjà le type d'épée qu'il s'agit et du gabarit de ces utilisateurs. Je préfère me contenter de la fine épée que j'ai, Elucidator, qui me convient parfaitement. L'épée a été faite pour que je puisse l'utiliser à ma manière sans me poser trop de questions.

« Oh je vois, j'imagine qu'il ne doit pas en exister des milliers dans le Yuukan. Surtout que rares sont les épéistes dans le coin. »

Du moins, je n'ai pas encore rencontrer bon nombres ici à Kumo. Même lorsque j'ai été à Shito, je n'ai pas vu beaucoup d'utilisateurs d'épées ou de katana. Enfin, finalement, la forgeronne arrive à me convaincre de me laisser tenter par cette escrime double même si je risque de ne pas être un expert dans l'immédiat. Je lui fais donc part de mon avis et elle entre directement dans une réflexion prononcée quant à l'épée qu'elle pourrait me forger.

Ainsi, un silence s'installe et même la petite fille ne le coupe pas. J'attends patiemment au cas où elle devrait me poser des questions quant aux envies que je peux avoir pour cette nouvelle épée. Finalement, elle s'excuse du silence et me demande si c'est tout ce dont j'aurai besoin. Je finis par sourire, surpris qu'elle ne me demande rien quant à cette nouvelle épée.

« Non, ce sera tout, je pense. N'hésite pas à venir me voir ou m'envoyer un parchemin si tu veux en savoir plus sur le style d'épée que je veux. Enfin, une comme Elucidator me conviendrait. »

Je finis par lever la main pour un salut alors que je décide maintenant de quitter la pièce où nous sommes depuis tout à l'heure et la Raffinerie tout juste après.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Dim 25 Fév 2018 - 11:56

Le jeune épéiste avait raison, les épéistes n’étaient clairement pas légion dans le Yuukan, pas mal des épées et katana que j’avais forgé était soit pour la décoration, soit pour perpétuer une tradition familiale. Il y avait bien entendu un certain lot d’entre elles qui avaient été créées et distinguées selon les désirs de leur porteur, mais elles étaient bien peu nombreuses…

Je n’avais pas véritablement réagit à son affirmation vis-à-vis de ceci, après tout je partageais déjà son avis. Toute fois, c’est avec le sourire que j’acquiesçais vis-à-vis de sa proposition d’aide si j’avais besoin d’aide ou de son avis quant à l’arme et au type d’épée qu’il désirait. Non pas que je l’avais ignoré, ou que je ne désirais pas prendre en compte ses demandes personnelles, mais plus que je me fiais à ce que son corps, ses habitudes et le style qu’il exploitait déjà me disaient vis-à-vis de ses présentes capacités en tant qu’épéiste.
Je désirais faire de lui l’un des rares duals épéistes du continent, en ce sens ses préférences ne rentraient malheureusement pas trop en ligne de comptes, mais plutôt ce qu’il était à même de réaliser tel qu’il était présentement. Finalement moi qui pensais pouvoir en faire le sujet test de Kuu chan pour qu’elle puisse mettre en avant son idée quelque peu atypique, je me rendais compte un peu tard de ce que je désirais vraiment faire.

Alors qu’il tournait les talons pour quitter la pièce, je lui emboiter le pas, suivie de très près par Kuu qui depuis lors était restée calme vis-à-vis de notre invité… parfois un peu indiscret. Je lui fis quand même part de ce que j’avais déjà prévu, en soi ladite lame ne s’éloignerait pas trop d’Elucidiator pour que non seulement il garde une certaine référence, mais puisse correctement se préparer à la manipuler.

- Bien, rentre bien Shoran Kun, je te contacterais aussitôt que sera finie ta lame ! Lui affirmai-je d’un sourire alors que shinobi tout de noir vêtu quittait la raffinerie. Je l’observai s’éloigner de plus en plus avant d’enfin poser le regard sur Kuu qui avait failli perdre le contrôle tout à l’heure.

Désolée, ou plutôt pleine de culpabilité elle avait détournée le regard, n’osant même pas confronter mon regard, car consciente de la gravité de la situation. Poussant un soupir, je m’accroupit à son niveau, prit son visage entre mes mains et la poussai à me regarder :

-… … Gomenasai …. Fit-elle d’une petite voix, essayant encore de fixer le sol les yeux assez humides pour que je présente venir des pleurs.

Lui offrant un nouveau sourire, je la pris dans mes bras pour l’enlacer fort contre moi la laissant aller à sa petite crise de pleurs. Je ne t’en veux pas Kuu… lui chuchotai-je alors que son petit corps tremblait contre le mien. J’aimerais juste que tu apprennes à le contrôler… à faire la part des choses, ce sera très important pour ton avenir, pour ne pas que tu blesses des gens que tu aimes, ou pire... que tu te blesses ; Tu me suis ? Fis-je en la laissant prendre un peu de recul Je sais que ça peut être difficile des fois, mais c’est la bonne chose à faire… Lui affirmai-je alors qu’elle séchait ses larmes, posant sur moi un regard désolé.

-j… je vais faire.. p.. pl .. plus attention ! fit-elle entre quelques sanglots. Passant ma main dans ses cheveux, je posai une bise sur son front avant de lui offrir mon sourire le plus radieux.

- tu t’es ben contenue tout à l’heure, je suis fière de toi ! Finis-je en la prenant de nouveau dans mes bras. Me redressant en lui prenant la main, constant qu’un nouveau sourire prônait sur ses lèvres, je lui fis signe pour que nous puissions rejoindre la raffinerie et poursuivre ensemble cette journée mère fille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

A ce qu'il paraît, une arme s'entretient (Metaru Itagami)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Raffinerie
Sauter vers: