Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Pas si terrible, finalement [Ft. Shojito]


Jeu 28 Déc 2017 - 18:11
La nuit venait de tomber sur Kumo tandis qu’un silence de mort régnait dans la totalité du complexe scientifique. La grande majorité des médecins étaient finalement rentrés chez eux alors que de rares malchanceux étaient de garde jusqu’au lendemain. Enroulé dans mon duvet et enfoncé dans mon oreiller, je feignais d’être tombé dans un sommeil profond. Mais à peine les divers employés avaient déguerpi que je retournais d’un mouvement sec le duvet et me redressait. Si mon bras encore opérationnel n’avait eu aucun problème à retirer la couverture, me redresser était déjà beaucoup plus difficile. Silencieusement, je scrutais ma porte, l’oreille attentive au moindre bruit dans le corridor. Pas question qu’on me chope.

- Bon… j’espère qu’ils sont enfermés dans un bureau en train de lire ou de faire un truc du style.


J’écrasais ma paume contre le mur qui se trouvait dans mon dos et fit un premier mouvement avec mon lit. A défaut de pouvoir bouger, j’allais utiliser les roulettes de ce dernier pour pouvoir me déplacer. La porte était suffisamment large pour laisser passer ce lit simple, sans doute pour faciliter les déplacements de patients lourdement atteints. Quoi qu’il en soit, j’allais bien profiter de cet avantage pour me glisser jusqu’au corridor. Les déplacements avec le lit étaient d’abord particulièrement compliqués, mais au fur et à mesure, on commence à maîtriser. Et puis, j’utilisais mon chakra pour avoir une accroche ferme sur les murs.

Le lit avait l’avantage de ne pas grincer. On pouvait remercier le fait que l’hôpital était encore relativement récent, donc le matériel qui se trouvait à l’intérieur était – globalement – neuf aussi. L’hôpital était large, me laissant rouler longtemps par-dessus mon matelas. Ca avait quelque chose d’assez amusant, je devais le reconnaître. Bon, si mon médecin me voyait, je serais vraiment dans la merde, mais ça rajoute du piment aussi.

Quelques mètres et quelques portes plus loin, je croisais la chambre de mon collègue du Kyuubu, Shojito. Pris dans une intense réflexion, je me demandais si je n’allais pas lui proposer de faire une petite ‘’promenade nocturne’’. Au pire, je l’interromps dans son sommeil, mais ça se retrouve vite !

Mon poing vint s’écraser contre sa porte une, deux, puis trois fois avant que je n’ouvre directement la porte grâce à la poignée. Je donnais un petit coup sec avec mon bras opérationnel avant de découvrir l’Ikezawa.

- Oi, je vais fumer. J’arrive plus à supporter cette chambre blanche, avec ses draps blancs et son oreiller blanc mais sans aucune fumée blanche. Tu m'accompagnes ou tu préfères pioncer ?


Ce que je comprendrais. S’il n’avait pas fini dans le même état lamentable que moi, il n’était pas non plus exempt de blessures gênantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Ven 29 Déc 2017 - 0:32
Quel rêve des plus merveilleux celui que Shojito était était en train de faire, une chose qui le tourmentait réellement en ce moment quelques choses de si jouissif qu'il en avait un érection l'érotisme à l'état brute. Mise en situation : Libéré de ses plâtres et de ses chaîne Shojito était en train de s'activé, entrainement, boulot, entrainement, combat, mission, un pur bonheur pour cet infirme bloqué dans un lit avec pour seule occupation la vision d'un plafond blanc... Oh oui, quelques chose de véritablement bandant, mais soudainement un bruit sourd qui se répétait à trois reprise le sortait de ce paradis endormi, un sursaut et il voyait déjà son rêve s'envoler pour faire place à la réalité... L'hôpital la pire des tortures pour lui et pourtant dieu sait combien de technique de torture l'Ikezawa avait pu subir. Acompagant son réveille une voix familière sonnait à ses oreilles, il s'agissait d'Hisao venu quémander la présence de Shojito pour une escapade nocturne histoire de se dégourdir les jam... les rues de lit ? "Oi ! Hisao ? C'est toi ? Oh putain... Le frère sauveur on s'fais chier à mourir ici ! Biensur que je viens détache moi ! J'ai une idée !" Fit-il en chuchotant pour être sur qu'aucun membre du personnel ne puis les entendre.

Une fois détaché de ses liens avec l'aide d'Hisao, Shojito était maintenant paré à mettre à exécution son plan pour s'extirper de cette endroit en douce sans que personne ne puisse les surprendre, ou presque. Un sourire se dessinait sur son visage redevenu enfant il allait faire une chose des plus stupide à ne pas reproduire à la maison les enfants. "Ca te dirai pas une course de lit ?" Fit-il en riant légèrement tandis qu'il effectuait quelques mudras et que sa peau petit à petit se mettait à se défaire d'une mue entière suivi d'une deuxième donnant ainsi naissance à deux copie parfaite de lui même à l'exception des jambes plâtrer et de l'incapacité à effectuer des mouvements. Il regardait alors Hisao avec un sourire avant d'ajouter. "Ils vont nous pousser, le premier arrivé à gagner !" Disait-il alors que chacun des clones venait s'installer aux tête de lit. Cependant seul l'amusement serait présent puisqu'il s'agissait de deux clones identique possédant la même force et les mêmes habilitée et donc... "En réalité il n'y à pas vraiment de course vu que mes clones ne peuvent pas se surpasser l'un l'autre mais cela reste amusant !" Terminait-il avant de rire silencieusement et d'ajouter. "Tu es prêt ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Ven 29 Déc 2017 - 19:15
Non mais regardez-le, enchaînez par divers artifices comme une bête sauvage dont on a peur qu’elle se libère. Tu m’étonnes qu’il avait besoin de mon aide pour sortir de là. Et puis, putain ces médecins sont cinglés : Et s’il voulait aller aller boire, aller aux toilettes ou une connerie du style ? C’est des grands malades dans cet hôpital.

- Ben, tu vois, ça m’étonne même pas de te retrouver dans un état pareil. J’veux même pas savoir ce que t’as fait pour mériter tout ça.


En me replaçant dans le corridor, à peine avais-je eu le temps de voir Shojito sortir qu’il invoqua deux clones et me propos une course avec nos lits à roulettes. Mes yeux s’attardèrent sur les deux clones qui se mettaient en position derrière nous puis je redirigeais mon regard vers Shojito. Il ne lui fallut vraiment pas longtemps pour s’emplir d’énergie en plein milieu de la nuit. Mais je suppose que je ne pouvais que le comprendre. Qu’est-ce qu’on s’emmerde dans ce putain d’hôpital. Je survis grâce à quelques visites et au travail qu’on m’a apporté mais sincèrement… on a rien à faire. On nous prend pour des assistés, des bras cassés, des idiots et que sais-je encore.

- Oi… je veux juste fumer.


Son regard perçant toujours sur moi, je finis par soupirer, regarder son clone, puis regarder devant moi.

- Bon. Bon. Compris, c'est d'accord.


Je devais plaider coupable. L’idée qu’il avait proposée était certes celle d’un gamin sur un lit à roulette pour la première fois de sa vie, mais comment refuser ? Ca s’annonçait tellement divertissant, surtout après cette période de calme infernal passé dans cet hôpital. Cela dit, quelques précautions avant ! Je m’accrochais fermement dans mon lit, de sorte à éviter toute blessure débile et me plaçais de sorte à ne pas trop bouger et à pouvoir me tenir fermement avec mon bras encore opérationnel. Une fois fait, un rapide regard vers Shojito voulait tout dire.

- C’est parti !


Comme l’Ikezawa l’annonçait, les deux clones s’élancèrent avec la même intensité et avec le même rythme. Cela dit, je sentais que le blond avait donné un petit coup de pression sur son lit pour avancer un poil plus vite. L’enfoiré ! J’allais pas me laisser faire. Je pouvais être une épave ambulante à cause de mes blessures, je n’étais pas insensible à la compétition.

Ainsi, j’agrippais le rebord de mon lit et donnais un coup de hanche sur le côté, en direction de Shojito. Son lit s’écrasant vaguement contre le mur, il perdait légèrement en vitesse tandis que je pris quelques centimètres d’avance.

- Oh, pardon. Ca m’a échappé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mar 2 Jan 2018 - 1:08
Finalement l'Ikezawa avait réussi à convaincre Hisao de faire la course bien plus facilement qu'il ne le pensait et maintenant ce n'était plus qu'une question d'amusement profond entre les deux malades qui désormais étaient élancer à pleine vitesse dans les couloirs de cette hôpital qui était plongé dans un silence des plus morbide. Mais qui disait silence disait que le moindre bruit était audible et ce à grande échelle. Plongé une personne dans une pièces sans bruit et laisser le dedans plusieurs minutes, le moindre bruit qu'il entendra à sa sortie de la pièces lui fera l'effet d'un tambour frapper au creux de l'oreille, alors autant dire que ces deux là était deux éléphants dans un magasin de porcelaine. Très bruyant.

En effet histoire de pimenter un peu plus la course l'Ikezawa s'était permis de faire quelques vas et viens pour pousser son lit vers l'avant et ainsi lui donner un peu plus de vitesse, mais c'était sans compter la perfidie de son collègue qui sans hésiter avait répliqué en poussant le lit du blond contre le mur ce qui inévitablement avait suffis pour le ralentir. "Ah c'est comme ça hein ?" Riait-il un peu trop fort tandis que son clones était en train de débloquer le lit pour repartir de plus belle. Bien entendu Shojito aurait pu tricher de la pire façons qu'il soit en ordonnant à son clones de ralentir mais bien trop fier il voulait prouver à son collègue qu'il était un homme d'honneur et que jamais il n'userait de tel stratagème pour gagner. C'est ainsi qu'une fois arrivé au porte de la sortie, il était bien obligé de s'avouer vaincu. "Bien jouer... Tricheur !" Lui avait-il dit en riant comme l'enfant qu'il était redevenu précisément à ce moment là. "Bon, je crois que le bruit les à prévenu de notre escapade... Une idée pour nous sortir de la ? Tu n'a pas encore fumé après tout !" Disait-il en ricanant face à lui tandis qu'au galop les infirmières se précipitaient droit vers eux.

Sans trop attendre la solution qu'avait à lui offrir l'Akaoshi, Shojito ordonnait à ses clones de continuer la route vers l'extérieur. Ceux-ci s'exécutaient et maintenant dehors les deux étaient poursuivi par des infirmières arrangé qui ne souhaitaient qu'une seule choses, gâcher leurs plaisir. "Si j'étais toi, je me mettra à fumer tout de suite c'est ta seule chance !" Riait-il fortement alors que les lits arrivaient en pente et que les véritables conséquences de leurs inconscience allait arriver.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Mar 2 Jan 2018 - 18:15
Les larges portes de l’hôpital se présentèrent finalement à nous. Dans un élan aussi dynamique qu’immature, nous venions de passer quelques intenses minutes à s’amuser comme des enfants. Cependant, pouvions-nous seulement nous en vouloir ? Face à cette possibilité inattendue de nous divertir, l’envie de sortir du quotidien monotone de l’hôpital s’afficha à nous comme un envoyé salvateur. Mais bien entendu, dans notre fougue, on en avait légèrement oublié… les autres patients, certes, mais surtout les employés. A peine étions-nous sortis que les dires de Shojito se confirmèrent. Derrière nous, quelques braves infirmiers et infirmières s’indignèrent de notre comportement.

- Bon. Il faut avouer que niveau discrétion, on repassera. Un ninja à l’académie aurait fait mieux. Dis-je dans un ton ironique. Bien sûr, nous n’avions pas essayé de nous faire discret. Mais c’était peut-être ça qui était le plus honteux. On avait quand même presque 30 piges... Si ta course m’empêche de fumer, le mur de l’hôpital te sauvera pas. finis-je dans un ton volontairement glacial avant de lancer un ricanement moqueur en m’appuyant sur mon oreiller.

Dans un mélange de hurlement et de chuchotement, les médecins nous poursuivirent avec détermination alors que nous atteignions la légère descente au contrebas de l’hôpital. Si c’était plutôt marrant jusqu’à maintenant, ça l’était nettement moins actuellement. Ce n’est pas spécialement que je suis blessé comme un débile ou que je n’aime pas les sensations fortes, mais c’est que je commence à galérer à remplir mon Kiseru. Et ça, c’était inacceptable.

- Bordel calme tes clones ! ... je crois avoir perdu du Kizami.

Si je continuais à en rire, la suite s’annonçait nettement moins amusante. En plein milieu de cette nuit obscure, Shojito comme moi avions pu entendre des pas, droit devant nous. Le temps que nos yeux se synchronisent avec l’obscurité, un jeune homme, visiblement beaucoup trop ivre pour marcher seul, se positionnait droit devant nous.

- Merde !

Cette fois, il n’était pas question de le pousser contre le mur pour gagner la course. Soutenant le brusque virage de ses clones, je venais à nouveau de séparer nos deux lits. A quelques centimètres près, nous percutions ces pauvres gars.

Est-ce que c’était fini ? Bien sûr que nous, fallait pas être naïf. Instinctivement, les deux clones de l’Ikezawa tentèrent de se rejoindre. Mais… la vitesse et le terrain rendait chaque manœuvre particulièrement difficile. Nous étions purement et simplement en train de nous rentrer dedans !

Bien sûr, derrière, les infirmiers et infirmières qui étaient en train de nous pourchasser faisaient tous une attaque cardiaque en voyons les dangers inconsidérés que nous étions en train de prendre. Ils accélérèrent en nous suppliant de nous arrêter.

En lançant un regard à Shojito pendant que nos lits s’approchaient dangereusement pour s’heurter avec violence, je lui lançais un double regard : Trouve une solution pour nous dégager de là, mais trouve surtout une solution pour qu’on se planque des médecins !

… Tiens. Et pourquoi pas avec des clones, justement ?



_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Mar 2 Jan 2018 - 21:14
Comme n'importe qui aurait pu le prédire la situation d'amusement allait très rapidement passer au drame mais heureusement pour eux Hisao avait eut réflexe de plus brillant évitant au deux lit de venir se percuter à un homme ivre qui se promenait dans les rues de Kumo. Mais alors qu'ils se pensaient maintenant hors de danger les deux clones de l'Ikezawa faisait tout pour se rejoindre et maintenant c'était un choc frontale qui menaçait ces deux shinobi. Une situation qu'ils auraient largement pu éviter en restant sagement à l'hôpital mais la folie des grandeurs de ces deux là ne pouvaient pas encore s'arrêter pas temps que l'Akaoshi avait une affaire à régler, en d'autre termes Shojito comptait bien tenir sa promesse et le laisser fumer avant qu'ils ne soit obligé de retourner à l'ennui le plus total. Sans plus attendre l'Ikezawa regardait Hisao dans le yeux avec se sourire de malice dont il avait rarement l'habitude d'usé, et dans un nuage de fumée ses deux clones venait s'ouvrir et recouvrir les roues du lit les freinant désormais d'un coup sec ce qui inévitablement faisait volé les deux shinobi l'un vers l'autre. Durant ce court instant ou il était en l'air Shojito effectuait à nouveau des mudras qu'Hisao avait déjà eut l'occasion de voir plutôt et de cette technique résultait maintenant trois nouveau clones s'était détaché de lui.


"Oi ! Tu es prêt ? C'est pas terminé !" Disait-il alors que l'un des clones avait empêcher l'impact et que les deux autres les avait rattraper avant qu'il ne retombe au sol. Soudainement une course éfreiné s'engageait dans les rues de Kumo, chacun portée pas un clones l'Ikezawa et L'Akaoshi avait l'avantage de la situation car à peine avait-il démarré que le nuage de fumée se dissipait et que leurs poursuivant se retrouvait face à un clone seul les empêchant d'avancer. Très rapidement les deux trouvait refuge dans une ruelle et l'Ikezawa éclatait de rire tandis que ses clones faisait en sorte de déposé le plus soigneusement possible les deux blessé. "Tu peux fumé maintenant !" Lui avait-il dit en continuant de rire grandement amusé par cette situation qu'il payerai très probablement au prix fort le lendemain.

Laissant Hisao réagir et pousser son coup de gueule si l'envie lui prenait il continuait de rire et faisait en sorte de laisser ses clones vérifier le périmètres au cas ou les infirmiers avaient finalement compris que le clones ne les attaquerait pas. Quelques minutes de répits pour cette escapade nocturne qui pour l'instant ne faisait pas vraiment sens. Mais alors qu'Hisao était tranquillement entrain de vaqué à ses occupations nocifs pour sa santé un homme avoisinant la trentaine arrivait à ses côtés et lui demandait avec insistance de vider ses poches. Chanceux le bougre avait trouver deux victime de premier choix dans une ruelle, deux malades qui à première vue n'avait rien pour se défendre. Malheureux... Il allait vite regretter cet acte... Shojito en avait conscience, Hisao ne rigolait qu'à moitié quand il disait que les mur de l'hôpital ne le sauverons pas si on lui empêchait de fumer... Un bandits et deux flics en congé maladie... Situation des plus cocasse... "Oi Hisao ! Fais pas le con, vide tes poches !" Lui avait-il dit d'un air des plus moqueur connaissant pertinemment bien le personnage et ce qui allait s'en suivre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Mer 3 Jan 2018 - 21:09
Tandis que Shojito était maître du jeu, mon attention était entièrement vouée au remplissage du foyer de mon Kiseru. La tâche était complexe. D’une seule main, je devais : Tenir fermement mon Kiseru entre mes dents, sortir le paquet de tabac, extraire la bonne quantité de Kizami, l’apporter jusqu’au foyer, écraser légèrement le tabac sans faire de mouvement brusque, sortir une allumette, l’allumer, allumer le tabac, fumer… Ouais, c’est plus compliqué que ça en a l’air quand y a autant de secousses.

Emportés au sein même du village, je ne pouvais pas m’empêcher de se soupirer en constatant ce qu’on faisait. Mais quelle bande de gosses on était quand même. Enfin bon. Désormais loin des nombreux médecins, les clones nous déposèrent au sol tandis que je pouvais – enfin – réussir à fumer. Une première bouffée libératrice précédait une lente expiration par le nez. Enfin je pouvais fumer. C’est pas sain de toucher au tabac, mais priver de manière aussi violente un fumeur, c’est pas non plus sain.

- Qu’est-ce qu’il faut pas faire pour casser la monotonie…
je lui adressais un regard complice avant de lâcher, tout en riant « Tu parles de ninjas d’élites. On est vraiment pathétiques. »

Mais alors que je pensais enfin profiter de mon Kiseru adoré, un salopard venait de nous interrompre. Un raquetteur, de toute évidence. Mon regard ne se déposa même pas sur lui tellement j’étais saoulé par la situation. Je baissais la tête, soupirant et secouant la tête.

- Non mais…


A travers mes oreilles résonnaient la voix chiante du voleur et la voix moqueuse de Shojito. Un ennui monstrueux venait de s’afficher sur mon visage. Un ennui et un véritable agacement. Cet enfoiré pensait qu’il pouvait faire le malin devant deux … pauvres… et malheureux… putains de blessés… Mais j’allais jouer le jeu de l’Ikezawa.

- Compris… j’enfonçais ma main dans la poche tout en la bougeant, comme si je cherchais mes affaires. Laissez-moi juste terminer le tabac de mon Kiseru.

- Jm’en branle de t-…

- Moi aussi. M’emmerde pas quand je fume !

D’un mouvement rotatif et après avoir recraché un peu de fumée, mon avant-bras vint se loger droit sur la mâchoire du brigand, qui vint s’écraser contre un muret pour y perdre connaissance. Mais il n’y avait pas le temps de faire une pause. Des bruits de pas nous alarmèrent sur la présence proche des infirmiers. Je pointais du doigt un endroit un peu isolé où on pouvait se dissimuler.

- Un homme au sol ! Madame !

- … Ca c’est encore un coup de monsieur Ikezawa. Savez-vous qu’on a dû l’enchaîner à son lit ? Un véritable diable.

Je lâchais un ricanement en regardant Shojito porter le chapeau pour mon acte. Toujours très silencieux néanmoins. Il y avait peut-être une légère odeur de tabac dans le coin, mais je ne pense pas qu’ils y feront attention.

- Bon… Pas d’escalade de coup foireux ou de folie. Tu proposes quoi ? L’idéal serait qu’on retourne nous-même à l’hôpital ! Comme ça, on se fait pas emmerder… en tout cas, pas tout de suite.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Jeu 4 Jan 2018 - 5:42
L'homme qui souhaite racketter les deux individu s'était très rapidement retrouver maîtrisé par un coup des plus rapide de la part de l'Akaoshi ce qui n'avait pas manqué de déclencher un fou rire à l'Ikezawa qui amusé pour tout cela ne se concentrait même plus sur ce qu'il se passait autour d'eux. Mais lorsque leurs poursuivant arrivaient enfin à retrouver leurs traces il fut quasiment choqué d'apprendre qu'on l'accusait à tors d'être un véritable tortionnaire. D'abord cette idée stupide venait de son élève elle même de protocole Ikezawa... Puis maintenant voilà qu'il avait la réputation d'être un diable ? Cela n'allait pas se passer comme cela. "Oi, oi ! Elle manque pas de culot elle ! C'est pas de mon fait... Je l'aurai envoyé bien plus loin que toi si j'avais du le frapper !" Avait-il rétorquer en ricanant avant de regarder Hisao dans les yeux et d'ajouter. "J'ai vraiment l'air de pouvoir faire des pirouettes ? J'ai deux jambes plâtré je te rappel... Mais tu as raison, l'idée serait de retourner à l'hôpital l'air de rien..." Posant sa tête contre le mur tout en soupirant il eut maintenant une idée des plus fourbe pour se sortir de ce mauvaise pas. "Bon et bien quitte à passer pour un diable..." Il déposait sa main droite sur son oreille afin de donner un ordre à son troisième clones de faire diversion durant le temps que les deux autres puisse extirpé les malades de la ruelle et les ramené à l'hôpital. Quasiment instantanément un cri de la part du clones se faisait entendre au loin tandis que maintenant les deux se faisait sortir de la ruelle mais c'était que les poursuivant avaient de la suite dans les idées car à peine les deux voyaient le but du tunnel toute une équipe médical était sur place avec de quoi les ramenés seins et sauf...

"Je crois que c'est terminé... On s'est bien marré... Nan ?" Avait-il lâcher tandis que les deux clones déposait chacun des malades dans les fauteuils roulant que l'équipe avaient apporté. "Faites doucement ! Je suis handicapé ! Traité moi avec un peu plus de délicatesse !" Feintait-il en riant tel un véritable enfant. Arrivé à hauteur des lits tous pouvaient remarqué que les peaux qui les avaient empêcher de se percuter avaient disparue et que maintenant les lits étaient de nouveau utilisable. Shojito et Hisao firent replacer sur les lits et ramener en direction de l'hôpital tandis que l'Ikezawa regardait son collègue avec un regard amusé et complice avant d'ajouter. "C'était mon idée au faits. Hisao n'a fait que subir le "diable" que je suis, donc il ne faut pas lui en vouloir. J'ai tout organisé seul." Confaisait-il au médecin tandis que ceux-ci le croyait sur parole. Dans l'idée Shojito savait qu'Hisao sortirai avant lui de cette enfer blanc alors autant qu'il puis terminé son séjour en paix et puis l'ennui ne tue pas sinon tout deux seraient mort une bonne centaine de fois depuis leurs arrivé au complexe. "Je suis fatigué moi... Vous pouvez allez plus vite ?... Mes clones ils allaient plus vite que vous..." Finissait-il en ricanant fortement alors qu'il avait conscience que cette fois c'était sa dernière tentative d'escapade car bientôt il serait cloué au lit tel un prisonnier. Vint ensuite le moment ou tous rentraient au bercail et que les deux allaient à nouveau être séparé. Le sourire au lèvre il fit signe à l'Akaoshi avant d'ajouter. "A la prochaine petite brise !" L'avait-il surnommé en référence à ses capacités.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Jeu 4 Jan 2018 - 14:02
D’un soufflement de nez, je marquais un léger amusement en entendant la réponse de Shojito. D’après lui, ses deux jambes en plâtres étaient des raisons suffisantes pour m’épargner toute souffrance supplémentaire pour cette soirée. Mais il se connaît bien mieux que je ne le connais. Il sait parfaitement qu’il est capable de tout quand il a quelque chose en tête.

- Oi, oi, oi. Pas de ça avec moi. Avec toi, on sait jamais. T’es totalement imprévisible. Et puis, c’est ta faute si on se retrouve comme deux touristes à plusieurs mètres de l’hôpital.

Sans crier garde, Shojito venait d’entamer son nouveau plan pour nous sortir de là. Et à nouveau, ses clones étaient les acteurs majeurs de cette escapade nocturne. Malheureusement, c’était la tentative finale. On venait de tomber nez à nez avec les médecins, et je crois qu’aucun d’entre nous n’avait la force de résister davantage. Et puis, de toute façon…

- Je dois avouer que c’était une bonne soirée. D’autant plus que…
je tapais l’arrière du foyer de mon Kiseru pour y dégager la cendre… j’ai pu finir mon kizami.

D’un soupir, je me rendais, avec l’Ikezawa, aux furieux médecins qui ne cessaient de nous réprimander. On se faisait un peu incendié, mais bon… on s’y attendait. En revanche, ce qui était surprenant, c’était l’intervention de Shojito qui avait accepté de prendre l’entière responsabilité de toute cette histoire. Courageux, mais je devinais une intention derrière. Les yeux plissés, je me contentais d’hausser l’épaule non plâtrée et de lui adresser un rapide rire.

- Bon… direction l’hôpital du coup.

Sur le chemin, je ne m’étais pas privé de discuter un peu avec Shojito. Mais seulement un peu vu qu’il était la cible de la furie de son infirmière attribuée. Elle semblait prendre son rôle de surveillante très à cœur. Et voir que l’Ikezawa n’est pas resté attacher à son lit conformément à ses prescriptions ne l’avait pas, mais alors pas du tout plu.

- La petite brise c’est pas plutôt celui qui a perdu à la course ?
dis-je moqueur en sachant pertinemment pourquoi il venait de m’appeler comme ça. Merci pour la soirée improvisée et imprévisible.

Dans un rire, je disparaissais en direction de ma chambre afin de prendre un peu de repos. Mais Shojito, lui, c’était… une autre histoire.

- Monsieur Ikezawa…


Son infirmière se tenait comme une démone derrière lui, de grosses chaînes et plusieurs cadenas autour dans ses bras. Cette fois… il risquait pas de sortir faire des escapades nocturnes. Mais bon, il avait au moins une infirmière dévouée ! …

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Pas si terrible, finalement [Ft. Shojito]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Complexe scientifique
Sauter vers: