Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

De platine et de charbon | PV Borukan Homasubi

Aller à la page : Précédent  1, 2

Lun 1 Jan 2018 - 23:34
Non, l’arme seule ne suffit pas. C’est comme votre lame. Je l’ai observée. J’ai appris à manier une lame, mais je sentais dans vos yeux et votre corps que vous avez bien plus d’expérience que moi. La personne fait beaucoup, dans l’efficacité d’une arme ou d’une technique. Son cœur, son entraînement, sa disciple, sa volonté… Elle montrait par ses paroles étrangement posées et précise qu’elle connaissait les guerriers non pas que pour leur cœur et le corps, leur esprit, mais aussi pour leurs limites. Elle qui savait diriger les hommes et les mener sur la terre et les mers, elle ne savait que trop bien que l’arme ne faisait pas le guerrier. Mais un combat n’est pas une bataille. On ne peut comparer le conflit de deux guerriers à celui de deux bataillons. Ni deux bataillons à une armée. A l’échelle d’un homme, cette arme pourrait lui permettre de tuer plus facilement sans entraînement, mais quelqu’un qui sait se battre aura toujours probablement l’ascendant sur quelqu’un qui ne manie pas les armes. Reste encore les circonstances. Car peu importe qui l’on est, quand on se retrouve pris au dépourvu.

Une rhétorique de stratège et de tacticienne. Homasubi en avait la trempe et les épaules. L’éducation, aussi. Je doute que nous puissions adapter une arme pour qu’elle puisse tirer de la lave. C’est un élément de l’univers bien trop chaud pour qu’un métal puisse le contenir et l’expulser. Trop visqueux pour être propulsé. Si ma boule de lave peut être propulsée, c’est car je la conçois en partie avec du magma sec… Sinon, il aurait été impossible pour elle de lancer de la lave dans les airs. Elle avait un air étonnamment sérieux quand elle parlait de ces choses-là. Elle semblait bel et bien maîtriser son sujet. Je ne veux pas de la gloire. Je ne souhaite pas rayonner par mon nom. Si déjà, je peux rayonner pour la prospérité que mon pays possède, cela me suffit bien amplement. L’ambition était une chose, mais au-delà de celle-ci, elle ne visait pas sa propre gloire, ni même sa propre fortune. Elle laissait ces désirs matériels et terrestres pour ceux qui pouvaient les désirer. Homasubi, elle, voulait voir le monde comme le faucon qui parcourait le ciel et la terre. Elle voulait emmener les Hommes vers l’avenir, en leur montrant le chemin.

Elle se remit à sourire, un peu plus expressivement et avec l’air moins lointain et carnassier : Si jamais l’occasion m’est donné de parvenir à créer un prototype, je te promets de te le montrer, Eirin-chan !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 2 Jan 2018 - 0:25
De platine et de Charbon
Eirin & Homasubi

Nul doute que la jeune femme avait reçu une bonne éducation. Complète surtout. Au-delà de ses accès de passion, elle s’exprimait dans un langage clair, digne de la fille d’un seigneur. De plus, l’art de la guerre n’était clairement pas enseigné à tous… A Tetsu, Eirin avait eu la chance de pouvoir suivre la plupart des cours de ses cousins, les héritiers cependant d’autres enfants du clan n’avaient pas connu les mêmes privilèges. Suite aux explications de la jeune femme, qu’Eirin comprenait à approuva d’un hochement de tête, elle répondit « Ce pays à bien de la chance de t’avoir fait naître, Homasubi. Je ne connais pas tant d’âme ayant cette grandeur. »

On pouvait la voir comme une folle, un pyromane, une enfant dérangée mais Eirin découvrait surtout une jeune femme intéressante, aussi intrigante que cultivée et fièrement attachée à sa patrie. Tout ce qu’Eirin appréciait chez un ou une autre.

Souriant, la samouraï ressentit une douce pointe de bonheur à la promesse d’Homasubi. Cela lui était étrange, qu’une rencontre si rapide sache lui plaira autant. Peut-être était-ce là également, une différence avec Kiri. Là où pendant deux semaines, elle n’avait connu que le dojo de Watari à protéger, à Iwa, elle avait déjà fait nombre de rencontres intéressantes. Donc celle avec la Borukan. « J’espère pouvoir rapidement l’admirer ainsi ! Surtout… N’hésite pas à imposer ton prix au jeune Metaru. Mon cousin m’a prévenu qu’il était du genre à compter ses sous… Et à en demander toujours plus. »



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Mar 2 Jan 2018 - 0:36
Je ne suis pas petite ! Juste à la bonne taille pour lancer des boules de lave sur ceux qui sont plus grand ! Rétorqua-t-elle avec une mine boudeuse. Elle la foudroya du regard… Avant de doucement lui tirer la langue et montrer qu’en vérité, elle le prenait avec humour au-delà du compliment. Ceux-là n’étaient pas vraiment pour elle. Elle se méfiait des flatteurs et des propos trop affables pour être vrai. Elle n’avait jamais été traitée comme un véritable soldat, comme un véritable shinobi, comme une véritable noble, comme une véritable femme. Coincé dans un point flou où elle cumulait en son képi, différentes casquettes, les différentes facettes de la jeune femme ne se révélaient pas à tout le monde, bien au contraire.

Ses rêves de conquête pacifiques, de prospérité et d’inventions, de galvanisations des Hommes, elle ne le révélait qu’à bien peu de monde. Car à 19 ans, le monde nous appartient, on se sent prêt à le conquérir, mais la jeune femme, seule, savait qu’elle n’y parviendrait pas sans aide. Cet humour lui permettait de remettre un peu de distance entre ses ambitions secrète et la belle opaline. Pas qu’elle ne l’appréciait pas, pas qu’elle ne lui faisait pas confiance… Mais il lui fallait du temps. Du temps pour apprendre à faire confiance à ceux qui furent nombreux à la rejeter pour le décès de sa mère, pour ses choix, pour ce qu’elle était. Elle utilisa l’excuse du forgeron pour s’en donner plus d’aplomb : Ne t’inquiète pas ! Face à ma beauté, nul doute qu’il fondra devant mon charisme et mon génie et qu’il m’aidera, de bonne grâce ! Elle fit voler de ses mains gantés de blanc ses longs et beaux cheveux noirs en souriant, très sûre et fière d’elle-même !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 2 Jan 2018 - 0:54
De platine et de Charbon
Eirin & Homasubi

Au début, Eirin ne comprit pas en quoi elle avait bien pu offenser la jeune te petite… Ah si, elle venait tout juste de comprendre finalement. La samouraï n’avait reçu quelques offenses concernant sa taille. Dès son plus jeune âge, elle avait dépassé Watari avant qu’il ne la rattrape et de manière générale, Eirin appréciait son corps fort utile en combat. A quoi pouvait bien ressembler la vie depuis un képi si bas ? Elle ne le saurait certainement jamais. Souriant en voyant que finalement, la Borukan n’avait pas mal pris sa réflexion, elle répondit « Et maintenant que vous m’en avez fait la démonstration, je comprends que peu importe la taille, cette boule de feu est aussi dissuasive que du magma dans les bottes d’un prisonnier ! »

Eirin fit un pas vers elle et d’un geste fin, remis en place une mèche rebelle de la belle et jeune Borukan suite à sa démonstration charismatique. « Mon cousin m’a dit qu’il était assez jeune… Oui, je pense qu’avec votre sourire et votre démarche conquérante, il pourrait succomber. Je reconnais votre beauté, Borukan Homasubi, quant à votre génie… Vous m’impressionnez par vos idées, reste à savoir si ce Metaru y sera également sensible ! »

Sur un ton un peu plus malicieux, elle ajouta « On raconte dans mon Pays que les Metaru aiment tâter de l’épée… Dégainer la vôtre pour l’impressionner un peu plus et peut-être oubliera-t-il le désir de son soutirer votre bourse. »



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Mar 2 Jan 2018 - 1:25
Peu importe la taille du corps, quand c’est l’âme qui est un imposant braiser ardent, mouahaha ! Elle ria bruyamment, les mains posées sur ses hanches, en gonflant le torse. Elle se fichait bien de sa taille. En vérité, dans les moments où elle se souvenait qu’elle était une femme, Homasubi était très fière de son frêle et juvénile corps. Menue tant par ses plus féminins aspects que par sa taille, elle était d’une poétique et rare beauté, pour celui qui pouvait voir au-delà de ses mimiques pleines de vitalité et ses rires tonitruants. Des traits très fins, une longue et soyeuse chevelure noire dans la plus belle tradition des femmes du continent, de profonds et intenses yeux cramoisis qu’elle héritait de sa mère. Sa peau immaculée que personne n’avait encore osé toucher était celui d’une poupée. Belle comme un bégonia rouge, mortelle comme la réputation des Hibengana, voilà comment l’avait-on décrite.

Oh, vous n’en faites pas pour le Metaru. Dans le pire des cas, qui voudrait vexer la petite-fille du Tsuchikage ? Bouahahaha ! Je suis sûr qu’il m’aidera pour mes beaux yeux, mais dans le pire des cas, il me reste encore Pépémoto ! Voilà une façon de faire peu honorable… Mais qui faisait bien rire la jeune femme. Si je peux l’inventer grâce à lui, il aura de toute façon une sacrée réputation d’artificier ! Même le Daimyo pourrait être intéressé par de telles armes. Je suis sûr qu’il verra un intérêt à m’aider. Sinon, tant pis, j’irais trouver quelqu’un d’autre pour parvenir à faire ce prototype. Elle s’étira un peu avant de voir le soleil disparaître au loin… Et se rappeler qu’elle était sortie à l’origine pour faire une course. Zut ! Je devais ramener du saké à Pépémoto ! Désolé Eirin-chan, je vais devoir courir sinon je vais devoir aussi esquiver les boules de lave de Pépémoto ! Je t’enverrais un messager pour que je puisse t’apprendre à faire des boules de feu ! Rentres-bien, Eirin-chan ! Dit-elle en se mettant à courir en direction du cœur commerçant. Elle ne voulait pas se faire disputer par le Tsuchikage et elle avait déjà une bonne heure de retard… Elle se retourna furtivement pour lui faire un signe de main avant de se remettre à courir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 2 Jan 2018 - 18:04
De platine et de Charbon
Eirin & Homasubi

Encore une histoire de saké ? Pendant des années, Eirin avait pu observer les compagnons de son ancien mari finirent en citernes, roulant par terre de nombreuses soirées. Et à présent, la jeune samouraï espérait que l’actuel Tsuchikage avait suffisamment de contrôle pour ne pas finir à terre chaque nuit…. Dans un sourire, Eirin la regarda s’éloigner, levant sa main pour la saluer de loin et lui lançant « J’attendrai ce message avec impatience ! Esquive bien ce soir ! » Elles se quittaient sur de bien étranges salutations mais Eirin se surprit à être impatiente de revoir la brune.

Eirin finit par ranger son arme, celle ne reflétant plus le soleil couché, ni la lune à peine levée. Une légère brise se leva, venant soulever les cheveux de la belle qui resta debout, sans bouger, de longues minutes. Tsuchi savait la mettre en confiance, Tsuchi était capable de l’intriguer. Mais un jour serait-elle capable de lui faire oubli le manque et la nostalgie du Pays du Fer ? A la différence de Watari, cela faisait bien peu de temps qu’elle voyait, Eirin qui restait attachée à son pays malgré ses rêves d’aventures.

Quand les étoiles commencèrent à tapisser le ciel et que les haut-plateaux finirent de se draper de noir, elle descendit. Vers le domaine Nagamasa, cette demeure qui n’appartenait pas à sa famille mais qui restait son point d’ancrage pour de nouvelles années certainement.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

De platine et de charbon | PV Borukan Homasubi

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: