Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Toka-chan et Shiori-sama
Aujourd'hui à 10:54 par Watanabe Toka

» Il était une fois...
Aujourd'hui à 10:22 par Raishi Yūsaku

» Vivre, c’est changer du temps en expérience | Solo
Aujourd'hui à 9:41 par Raishi Yūsaku

» La flêche et la rapière_PV Ashikaga Gabushi
Aujourd'hui à 9:03 par Ashikaga Gabushi

» 07. Autres demandes techniques
Aujourd'hui à 8:56 par Borukan Rikyu

» [C/OFFICIELLE/IWA] LE TENBATSU
Aujourd'hui à 8:41 par Arie Yoorasia Hahn

» L'eveil
Aujourd'hui à 8:17 par Setsuna Kurai

» Flocon de neige - Rakka
Aujourd'hui à 3:53 par Chôkoku Diao

» [Terminée] Shiro Tsikuyi
Aujourd'hui à 3:50 par Nagamasa H. Takumi

Partagez | 

FAREWELL [Sana]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Dim 31 Déc 2017 - 8:53
Le changement et l'adaptation, c'était exactement ça, malheureusement, elle avait l'impression que son monde changeait souvent trop vite, avant même qu’elle n'ai eu le temps d'en profiter. C'était aussi frustrant qu'angoissant, mais sans raccourci pour éviter cette longue route hasardeuse, mais heureusement, durant les longs parcours, il y avait toujours les pauses. Aujourd'hui, celle-ci s'annonçait à nouveau dans ses cheveux, le premier signe du premier arrêt, peut-être comme forcer par la pluie par exemple. C'était cette dernière ayant trempée ses cheveux qui l'avait fait sursauter et sa seule réponse à ça restait un sourire amusé, il ne s'y attendait pas... ? Un partout, elle ne le voyait pas non plus dans cette suite qui frôlait de si près mon visage, il n'était pas le premier a osé, mais peut-être le seul qui ne lui inspirait pas immédiatement une envie de l'empaler.

Elle gardait un sourcil arqué alors qu'il la narguait de ses moqueries, non pas sans se montrait prudent, l'homme n'avait pas toutes ses aises, hésitant il n'en était que bien plus amusant. Elle aussi elle savait être moqueuse et le bout d'un doigt essuyait un coin de ses lèvres, pourtant il n'y avait rien à ôter, d'autant qu'il continuait à parler, reprenant comme si de rien était. Étrange parenthèse que c'était accordé le duo, il ne fallait pas chercher plus loin pour les deux enfants de l'armée de Iwa qui reprenaient là où ils en étaient.

-Je partage ta vision, le surplace me rongerait, j'ai besoin de toujours avancé, mais ça tu l'as compris pas vrai ?

Sa tête reprenait sa place, sans déranger ce qu'il faisait, ça ne changeait rien au fait, maintenant une balance sur son cœur se faisait. Ses sourcils se fronçaient …

-Taishi, je t'avoue que je suis perplexe.


Après tout nous étions en guerre, mais tout de même, comment Iwa acquiescerait ce genre de décision si elle l'apprenait ? Mal à ne pas en douter. Comment la justifierait-il ? Mais son air s’adoucissait, il n'était pas le genre d'homme à se justifier, le temps dirait si ça lui ferait défaut ou non. Restait néanmoins qu'il n'avait pas répondu à son ultime question ou peut-être c'était des mots qu'il n'avait pas voulu placé, qu'importe, cette fois c'était lui qui ne s'en tirerait pas aussi simplement. Faire comme on faisait n'était pas péché.

-Hum, il m'avait semblé pourtant avoir posé la bonne question, mais tu n'as pas répondu. J'en conclurais qu'il vaut mieux que je ne connaisse pas la réponse. Je respecte, donc je n'insisterais pas.


Étrange mot quand il sortait de sa bouche... Il sonnait faux. Elle soupirait en croisant les bras.

- J'espère que nous partirons bientôt, à mon retour, il y a deux-trois petites choses dont j'aurais à te faire part, car non, je n'oublie jamais rien.

Ils avaient tous deux leurs rituels et elle en partageait un en décrochant la fleur étrange qui trônait dans mes cheveux, ils sécheraient mieux, pas seulement. Elle m'était à sa vue l'intérieur des pétales artificielles gravées, trois noms seraient facilement reconnaissable pour lui très bientôt.

-Tu vois il est devenu mon père et à construit les bases de ma vie -Naichi était écris le père de Moira-. Il a fait de moi la kunoichi qui ne se limite pas à ceux qui pense pour elle, il a été mon mentor -Yoru était écris, un samourai rencontré avant Iwa-. Il m'a mise au monde et bientôt j'irais prendre sa vie -Zöhei était une des cinq pétales, son propre père-.

La dernière affirmation lui décrochait un rire plaisantin, pourtant elle ne l'était pas tant que ça, les deux autres aussi avait marqué sa vie, mais il ne les connaîtrait jamais aujourd’hui morts, tous avaient un point commun alors que elle laissait la fleur de son chapeau au bon vouloir de sa main.

-C'est mon monument aux morts, le souvenir de mes bases, je n'oublie jamais rien, j'aimerais autant que tu n'y apparaisses pas. De plus, j'ai hâte de savoir quelle pierre tu apporteras à mon édifice. Tu vois, je ne suis pas si ingrate qu'on pourrait le croire et toi ? As-tu un édifice que tu veux qu'on t'aide à construire... ?


Respecter, certes, lâcher le morceau...

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Dim 31 Déc 2017 - 9:10
« Oui je l’ai vu. Nous avançons. Mais le chemin… »

Elle voulait savoir ce qu’il avait à perdre dans tout ça, et le chûnin ne savait pas comment réagir. Quoi répondre. Il restait beaucoup de portes entrouvertes chez la femme, et Taishi n’osait pas y avancer de peur d’y fonder un édifice fragile, qui s’écroulerait au moindre choc. Il laissa ses doigts courir dans ses cheveux et regarda le long trait blanc se mouvoir, comme une route dont la fin était imprévisible. Il soupira en gardant son simple sourire.

« Tu me louanges un peu trop, idiote. Est-ce que j’ai vraiment le choix ? Ton cœur te crie d’y aller, de te sauver. Si je ne fais rien, tu iras quand même, et je n’aurai aucun contrôle sur les conséquences. Ce voyage te sera utile, mais le sera encore davantage pour moi. Et… »

Il savait que ce n’était pas une réponse claire, et précisa ainsi sa pensée.

Pourquoi l’atmosphère semblait si triste tout à coup ? Il réalisa que ce voyage était un deuil pour tout le monde, même lui qui n’irait pas. Et qui sait quelle serait la réaction de la femme lorsque s’ouvrirait ce chemin ? Il fut si perdu dans ses pensées qu’il en garda le silence. Elle décrocha la fleur dans ses cheveux. Taishi glissa sa main autour de sa taille et la rapprocha pour mieux voir ce que la princesse voulait lui montrer. Au regard que la Huyga portait sur ces gravures, le Hayai pouvait ressentir l’importance qu’ils avaient eu à ses yeux. Et cela lui fit étrangement mal, une douleur qui serrait son cœur.

Il avait toujours été seul dans l’ombre des routes.

Elle déposa la fleur dans sa main et il la considéra un moment. Il eut un sourire franc.

« J’aurai une réponse pour toi à ton retour, mais j’aurai tout autant besoin de la tienne. Et même si tu ne reviens pas, je veux que tu saches que tu es une des pierres fondatrices de l’homme que je suis. Tu crois avoir bonne mémoire, mais il y a des souvenirs qui ne deviendront clairs qu’à terme. »

Taishi fit tourner la fleur entre ses doigts.

« Il y a quelque chose que je voulais te donner avant ton départ, mais j’ai changé d’avis. J’aimerais te l’échanger contre cette fleur jusqu’à ton retour. »

Il se leva et sortit un rouleau de tissu d’un sac dans le coin de la tente, avant de reprendre sa place à ses côtés en le déroulant pour découvrir le kunai gravé. Taishi le fit tourner entre ses mains de manière habile, puis lui tendit la poignée.

« J’ai l’intuition qu’il te sera sans doute utile. »


Il resta silencieux à jouer dans ses cheveux mouillés. Elle aimait les réponses, mais en vérité, c’est lui qui avait de plus en plus de questions sur son propre destin.

« J’ai un rêve. Mais il est encore flou, et faible. Soit à ton habitude et agit comme si tu n’avais jamais su. Rien n’a changé.»


Et en vérité, qu’en était-il ?

_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Dim 31 Déc 2017 - 9:24
Un kunai ? Il renvoyait son reflet, mais elle ne restait pas davantage fascinée auprès de lui, vu qu’elle ne pouvait pas l’apercevoir, justement ça son problème, il était parfait, pourtant ça ne l'avait pas empêché de saisir la poignée pour s'en faire maîtresse un instant. Elle était froide elle aussi, gelée comme la glace et une étrange inscription gravée attirait son attention, perplexe, elle irait le faire polir si il devait être vraiment sien.

-Eh bien, c'est un cadeau précieux, j'ai du mal à croire que tu t'en sépare. Taishi serait-il un homme sentimental ?

Elle me moquait, mais gentiment et elle restait intriguée, il savait pourtant qu’elle n'était pas patiente et cette fois c'était en faisant la moue, non elle ne voulait pas s'en séparer, pourtant, elle voulait savoir contre quoi elle serait échangé. Elle était d'une docilité effrayante quand elle avait ce qu’elle voulait et elle le réalisait, c'était dangereux. Combien même elle aurait voulu insister pour le faire céder, elle avait l'impression que ça serait lui ce soir qui se fermerait si elle tentait, ses arguments se valaient, mais le flou dans lequel il les donnait le laissait les manier à sa guise. Si elle comprenait ça, c'était que c'était exactement ainsi qu’elle procédait, laisser entendre, mais ne pas affirmer. Au final il était du genre à ne trouver que des solutions, pas des problèmes, d'une mauvaise base faire un beau truc, un vrai idiot. Ils l'auraient certainement beaucoup aimé et elle commençait à comprendre. Elle détestait. Mais elle était réaliste, elle connaissait sa place et ne ferait pas de caprice.

Qu'importe qu’elle e ne revient pas, elle était apaisée, elle était donc si modulable... ? Mais était-ce une mauvaise chose, elle récupérait la fleur alors du bout des doigts pour la poser avec le kunai. Ce soir rien pour gâcher sa vue,, comme celui qui agitait ses cheveux.

-Attention aux rêves, ils finissent souvent en étant oublié les jours d'après. Tu devrais rencontrer plus de gens à Iwa, vraiment.

Une leçon ? Non, un conseil plutôt, personne ne méritait d'être seul et elle sentait ce vide, comme si il était sien, à ça elle avait trouvé bien des façons de le combler. Sake entre autre…

- Raconte la suite de l’histoire de l'autre soir, où tu es allé ?

Elle avait cédé et abandonné les sujets fâcheux, la vérité était sa curiosité, elle voulait la suite de leur histoire.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Dim 31 Déc 2017 - 9:39
« Et moi qui voulait travailler sur mes plans… »

Manifestement elle avait d’autres plans. Puis il se faisait tard. Encore des excuses. Le chûnin ne put s’empêcher de rouler des yeux alors qu’elle lui prenait la fleur des mains et la déposait près de kunai. Elle l’avait traité d’homme sentimental. Avait-elle raison ? Il relâcha sa crinière en la poussant un peu.

« L’homme sentimental t’a sauvé la vie de mon souvenir, Idiote ! »

Vrai ? Vrai. C’était juste la fatigue et toutes ces nouvelles choses qui assaillaient sa vie depuis quelques jours. Entre la préparation et la guerre en cours de naitre, il avait du mal à faire de la place dans son esprit. L’Idiote en ajoutait une couche encore plus épaisse. Non pas qu’il se plaigne. C’était son destin qui le voulait ainsi. Il détacha son manteau qui devenait inconfortable sur son dos, et s’appuya contre son épaule, main sur le métal, à son habitude.

« Doucement, idiote. Je n’ai rien contre l’idée de socialiser. Mais je ne suis pas habitué à le faire, c’est tout. Je sais que les choses sont différentes ici, à Iwa. Mais… Je dois le faire à ma manière. »

Il croisa son regard pendant qu’elle parlait de cette nouvelle histoire dont elle attendrait les mots à son retour. Une nouvelle page dans le résumé de Hayai Taishi. Quand elle reviendrait, sans doute que… c’était déjà ça. Mais il reconnut bien la femme quand sa curiosité l’emporta.

« Je vais commencer à croire que tu passes uniquement du temps avec moi pour connaître mon passé. Déjà que je n’aime pas vraiment en parler, je ne comprends pas non plus pourquoi il t’obsède. Dans tous les cas, pourquoi ne pas faire au moins un échange équitable ? La journée se termine, la pluie n’a pas l’air de vouloir s’arrêter, et il fait froid. Autrement dit, j’ai faim. Je ne dirais pas non à un feu non plus. Deux choses que je ne trouverai pas dans cette tente à moins que tu te révèles comestible, mais je ne suis pas encore désespéré à ce point. »

Il eut un petit sourire en lui donnant un petit coup de coude amical pour détendre l’atmosphère. Son regard était tout de même pensif. Les mots de la Kunoichi lui revenaient en tête. Qu’avait-il à perdre ? Qu’attendait-elle comme réponse ? Il serait si simple de tomber dans son piège…

« Ce serait pour moi un échange équitable si tu t’en occupais donc. »

Qu’avait-elle à perdre ? Bien moins que lui…




_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Dim 31 Déc 2017 - 20:59
Ah le point sensible et le rappel de ses doigts qu’elle agitait sous son nez se faisant rire, il n'aimait pas ses dires ? Tant pis pour lui, parce qu'i l'encourageait plus à les redire en la poussant en prime, elle mourait d'envie de lui rappeler que c'était le même homme qui venait de se rapprocher contre elle... Mais elle s'abstenait, plus drôle ainsi. Elle avait tellement mieux à en redire.

- Mon souvenir est bon ne t'en fais pas, tu es aussi radicale. Possessif Taishi ?


Elle tirait la langue, le hasard parfois faisait bien les choses, amusant non ?

-Cette mauvaise foi ! De quoi veux-tu que je te parle d'autre ? Militaire ? Je croyais qu'on était en pause, au temps pour moi, si tu as de meilleur sujet n'hésite pas. Mais évites ceux qui nous ferons -encore- nous disputer, je ne suis pas venue pour ça...


Encore que là aussi. Il n'avait pas fini, c'était elle la princesse ici et le voilà qu'il voulait des services, un échange équivalent ? Bah voyons. Il lui donnait un coup de coude avec un visage d'ange, mais elle n'était pas dupe, c'était bien là un caprice, une façon de se rendre pour avoir dit tout fort la faiblesse du roi. Elle plaisantait pourtant. Un feu et à manger, rien que ça ! Elle voulait juste lui rappeler...

-C'est à ton invitée que tu demandes de faire ça ? Je me suis montrée bien plus accueillante que toi quand tu t'es invité chez moi.

Mensonge ? Elle secouait la tête.

-Niveau feu, je pourrais faire mieux que ça, mais tout ton campement risque de flamber et ça tu ne veux pas n'est-ce pas... ?

Droite sur ses jambes pour finir, la fleur restait sur la table alors qu’elle remettait son manteau.

-Je n'ai pas besoin d'un échange pour te donner tu sais Taishi. En revanche, je n'avais pas prévu un dîner, néanmoins, il n'y a pas de mauvais temps pour sortir n'est-ce pas ? Que dirais-tu de quitter le camp, il me semble qu'il y a de la civilisation autour et probablement une porte qui ne sera pas fermée. Ça pourrait être amusant, on se fera discret.

Et à se dire, une griffe ou plutôt un kunai avait fait d'un trait droit une nouvelle ouverture dans la toile de la tente.

-On ne verra même pas qu'on est parti, personne n'oserait venir te déranger à cette heure et en compagnie qui plus est. Tu viens ?

Ne jamais rien faire pour rien...

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mar 2 Jan 2018 - 1:47
« Ça ne te ressemble pas d’éviter les conflits. Tu es une bien étrange idiote…idiote. »

La remarque sur les avantages d’un gradé lui fit faire la moue. Encore quelque chose auquel il n’arrivait pas à ce faire. Il n’était qu’un simple homme et ne comprenait pourquoi on voulait le traiter différemment. Chacun avait son rôle dans ce village, et tous avaient besoin des uns les autres. Sa tâche n’était pas plus glorieuse que les autres… Au contraire… Il tendit le bras pour attraper la femme.

Le Hayai s’arrêta dans son geste pour les observer. Il eut un sourire contraint.

Ils se relevèrent et la femme attrapa son manteau. Il ne l’avait pas vu l’enlever. Aucune importance.

« Je aime ce concept de serviteur. Je me suis toujours débrouillé par moi-même. Je suppose que je m’habituerai, mais manger seul est ennuyant. »

Il était habitué aux bars bondés, aux salles à manger, à la forêt comme cuisine. À la nature. Elle lui proposa alors son plan et le Hayai lui fit un regard désapprobateur. Malgré tout, il devait reconnaître qu’elle savait appuyer sur les points sensibles pour le convaincre.

« Je dois avouer que j’aime ton idée, Idiote. »


Un peu d’aventure après cette interminable suite de bureaucratie était plus qu’irrésistible. Il se rendit compte que ce regard blanc et pâle commençait à le connaître un peu trop. Elle le connaissait de mieux en mieux : mais lui, que savait-il vraiment d’elle ? Il garda le sourire malgré de sombres pensées. Elle essayait de lui dire quelque chose, mais l’homme ne la comprenait pas. c’était sa seule certitude.

« D’accord, mais je ne connais pas ce coin, c’est toi qui mène. »

Ils sortirent dans la nuit. La pluie les accueillit comme une mère prend ses enfants et en quelques minutes, l’épéiste était trempé jusqu’aux os. Mais le froid était accueillant et l’air frais lui faisait du bien. Sa main tapota la poche de sa veste de shinobi, là où il avait mis la fleur pendant qu’elle ne regardait pas. Il réalisa que c’était important pour lui parce ça semblait l’être pour elle. La différence était le respect. Taishi repensa à d’autres mots qu’elle avait dits.

« Accueillante ? Tu voulais me mettre à la porte. Je n’ai pas encore compris comment on a fini par… »


_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mar 2 Jan 2018 - 2:09
Face à l'information, elle n'avait qu'une chose à dire en constatant...

- Moui... Tu n'as pas vraiment besoin de ce genre de passe-passe tu me diras.


Heureusement il changeait l'atmosphère... Et comment dire?... Définitivement pas doué. Oh moins il avait le don pour la faire rire autant que pour l'énerver, elle secouait la tête exaspérée, mais amusée avant de mettre sa capuche et agitait une main, la bonne. C'était elle qui devait mener ? C'était bien ce qu'il avait dit non ? Elle s'exécutait.

- Ce n'était pas une reproche tu ne regardes simplement pas les choses du bon angle.

Mais ce n'était pas très grave, il n'y avait pas de mauvais angle, c'était le principal alors qu'après un haussement d'épaule elle réquisitionnait sa main, celle qui était sienne aujourd’hui au moins, il fallait qu'elle partage cette vilaine fille, elle sentait ses mauvaises vibrations d'ici. Elle ne faisait qu'augmenter le charme de ma soirée alors qu’elle entraînait le brun derrière elle, il n'avait pas peur, elle était bien le pire guide du pays et ses dires l'amusaient encore. Elle tournait la tête vers l'intéressé un sourcil arqué.

-Par... ?

Un sourire de carnassier s'affichait, il n'avait pas fini sa phrase et ne la finirait jamais, ce n'était pas son genre, elle secouait la tête encore, cette mauvaise foi qu'il tenait...

-Tss... Pas accueillante ? Je ne sais pas ce qu'il te faut. Jamais content. Quel mec capricieux.

En revanche elle ne niait pas avoir voulu le chasser, mais autant dire...

-Tu as fait tout pour la rejoindre la porte aussi ! Toi aussi, si tu ne te sentais pas obliger de faire des détours comme ça, il suffisait directement de dire que tu voulais ta place dans mon lit. Puisque c'était le but initial non ?

Dans ses dents, vrai ou pas, ça le desservait bien et elle n’en connaissait une à qui le rappel de l'expérience devait être mauvais, mon regard à lui se faisait perçant, ce soir aussi elle quitterait la chaleur du Hayai et ça arriverait plus tôt que prévu. Une bâtisse isolée droit devant au milieu de la clairière, c'était parfait, aucune lumière, peut-être vide ou simplement endormie, elle entraînait le brun vers la porte dont la poignée délicatement tournée ne voulait pas s'ouvrir. C'était mal présumé de la main qui la magnait, un peu forcé certes, mais d'une unique main la serrure cédait. A chacun ses petits talents n'est-ce pas ? Une dernière seconde sous la caresse de la pluie et sans lâcher l'emprise elle s’engouffrait la première pour découvrir une pièce calme timidement éclairée par des braises d'un feu menaçant de s'éteindre. C'était encore mieux le brun saurait mieux que elle si c'était habité ou non, bien que ça ne changeait pas grand-chose alors qu’elle l’entraînait vers ce qui semblait la cuisine. Un placard s'ouvrait et elle attrapait des gourmandises alors que dans un murmure elle charriait le garant de l'autorité de Iwa dans le temps, son ancien collègue dans la police...

-Faut que je te fasse à manger aussi ? Dans ce cas je veux un échange équivalent aussi, cette nuit aussi tu devras rester sur mon chevet.

Elle aussi elle savait jouer, peut-être mieux que lui au final. Elle ouvrait un plat sur les feux éteints, le dîner semblait plus ou moins déjà prêt.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mar 2 Jan 2018 - 2:27
Le mauvais angle.

Elle l’attrapa par la main et il trébucha presque sur le sol rendu glissant par la pluie. Le Hayai n’avait pas besoin de beaucoup d’attention pour voir qu’elle avait bien du plaisir à le narguer. C’était sans doute la complexité de cette femme, mélanger le sérieux et le dérisoire. Un sujet pouvait sembler grave et pourtant être aussi léger que l’air dans sa voix.

« Le but initial ? Ça ne fait aucun sens. Je voulais visiter les environs. Je ne serais pas étonné que ce fut le tien au final, par contre. Peu importe.»


Malgré ça, c’était cinglant et Taishi ne répliqua pas davantage. Fatigue, exaspération ou manque d’inspiration, il ne suffisait que de choisir une raison. Ils firent encore du chemin dans la nuit, jusqu’au moment où il se demanda si l’idiote n’allait pas les perdre dans la nature. Ou bien l’emmener dans un coin isolé pour le tuer. Puis faire des trucs à son cadavre. Dans cet ordre. Cette pensée le fit rire silencieusement, mais il n’en précisa rien à la femme. Le Hayai aimait l’humour mais déconnait rarement ouvertement. Du moins, sobre.

Ils s’approchèrent de la maison de campagne visiblement vide. Pendant que la Hyuga s’acharnait sur la porte, il posa la paume contre le mur d’enceinte et insuffla son chakra pour augmenter sa sensation. Encore quelques instants pour affiner sa signature.

« C’est vide. »

La princesse ouvrit la porte après quelque manœuvre peu légitime. Taishi regarda la poignée brisée.

« Je pense que t’as mal compris le sens du mot verrouillé. »


Il la suivit quand même avec une moue désapprobatrice. Il était comme ça. Elle ne perdit pas de temps à presque le traîner dans la cuisine, moment où il put enfin récupérer sa main. Le jeune homme commença par s’asseoir, posa son arme contre le mur et enleva sa veste de shinobi dégoulinante. L’eau avait passé à travers et mouillé sa chemise aux manches repliées, mais le froid sur sa peau était une sensation bien familière. Pendant qu’elle fouillait dans la cuisine, il se leva et alla voir s’il pouvait rallumer le feu. Il l’entendit parler de l’autre pièce. Le Hayai ne comprenait définitivement rien à tous ces caprices. Mais il avait faim, c’était une triste vérité.

« Personne ne m’avait dit que je dormais dans …- Soit. Mais je ne sais pas ce que tu as. Es-tu… Jalouse ? »

Il avait dit ça avec un ton moqueur, sa réplique personnelle à sa pique il y a quelques moments. Tu fais fort, Idiote. Taishi entra dans la cuisine pour la trouver au four. Il s’approcha derrière elle et s’appuya contre son corps en regardant par-dessus son épaule. L’idiote avait des goûts assez simples. Enfin quelque chose qui l’arrangeait.

« Quand tu reviendras, ce sera à ton tour de raconter. Garde ça en tête, hein. »

Il n’allait pas la forcer ce soir. La plupart des shinobis n’aimaient pas parler de leur passé. Taishi était une exception parce que les secrets étaient pour lui inutiles. Le Hayai n’avait pas honte du chemin parcouru dans son destin pour se rendre jusqu’ici. L’homme glissa les mains sur la taille de la Hyuga et l’aida à retirer son manteau avant de la relâcher pour aller l’accrocher près du feu auprès de sa veste. Cela fait, il revint et commença à servir la table et trouva une carafe d’eau pour accompagner.

Il aida la femme à servir et remplit son verre avant de s’asseoir en face d’elle. Son regard était pensif, faiblement illuminé par les flammes qui reprenaient vie peu à peu. La pluie battait son train à l’extérieur.

Un faible sourire anima ses lèvres.

_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mar 2 Jan 2018 - 2:47
Mal compris le sens ? Quelle idée, elle arrangeait sa compréhension à ma guise, nuance, comme lui d'ailleurs, le voilà reparti sur la pointe des pics, définitivement pas doué il avait bafouillé son début, en temps et en heure elle saurait le lui rappeler...

-Jalouse ?


Et elle haussait les épaules comme si c'était une évidence, bien sûr que elle savait pourquoi... D'ailleurs elle ne tardait à nouveau à s'agiter. Il avait dit lui-même puis il en venait à mettre la table toujours accroché à elle inlassablement, il ne s'en rendait même pas compte tant qu'elle ne gênait pas ses mouvements, comme pour manger là il la posait. Perplexe elle observait, malgré toutes ses boutades, il n'avait pas négocié, Ils n'avaient ainsi pas fini de jouer, un sourire se dessinait alors que le sien avait peine à rester, était-ce une sale journée pour lui ? Elle méditait là-dessus en ne l'écoutant qu'à moitié, mais assez pour enregistrer ses mots, mais le cœur n'y était ça se sentait. Elle prenait la première bouchée, ce n'était pas du fin gourmet, mais mangeable.

-Mon passé ? Je pensais que ton dossier sur moi te l'avait déjà donné, il est vite résumé, ne t'attend pas à de grandes épopées.


Elle soupirait, elle aurait même pu rajouter sans intérêt, mais bon, elle serait passé pour une mauvaise joueuse, il s'en rendrait vite compte de lui-même et finalement il avait complété sur le sien, elle ne savait pas bien si j'avais envie de le secouer ou de le plaindre soudain. Ce soir encore il semblait s'être perdu.

-Cela peut avoir du bon de se perdre je suppose, ça t'as presque bien réussi sur tous les tableaux.

Et elle poursuivait son repas mine de rien, non pas sans garder mon obsession pour elle, il avait beau dire, elle était celle qui c'était isolé du monde, il l'avait même reconnu lui-même, sur la route il n'avait besoin que d'elle. Ainsi elle posait mes couverts avec un agacement certain.

-En fait, j'ai menti.


Elle soupirait en croisant les bras, accablée par ce qu’elle allait dire, ça pouvait ne pas paraître avoir beaucoup de sens... ça allait même passer pour une crise, qu'importe, elle assumait.

- Tu n'as même pas la franchise de reconnaître tes actes. La zone tu pouvais la visiter seul, tu cherchais une compagnie et pour le moment à Iwa, qui connais-tu d'autre que moi ? Tu tends une main et te surprends que quelqu'un la prenne. Je ne suis pas une femme très patiente tu sais.

Cette fois elle soupirait agacée.

-C'est pathétique tout ça.


Sa fourchette entre ses deux yeux s'il ne comprenait pas. Elle se disait que ça serait un bon défouloir. Et elle soupirait.

- Laisse tombé. La suite donc.

Lunatique à l’extrême, elle reprenait le court de mon repas. Cela l'agaçait et elle ne savait pas exactement pourquoi de doute façon.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mar 2 Jan 2018 - 3:08
Il avait arrêté de manger lorsqu’elle avait commencé à le piquer de tout bord tout côté en lui dictant ses quatre vérités. La même femme qui disait plus tôt ne pas chercher à se disputer ce soir. Alors il fit ce qu’il avait à faire pendant que l’idiote le traitait pratiquement d’hypocrite, d’obsédé… L’homme se leva, prit son assiette, et changea de côté de table pour s’asseoir à côté d’elle, toujours en train de s’époumoner sur ses faibles aptitudes sociales et sa relation malsaine avec elle. Le Hayai posa son assiette, ses ustensiles, son verre.

Puis il prit le menton de la femme, l’attira à lui et l’embrassa en faisant mourir sa voix contre ses lèvres jusqu’à ce qu’elle se taise enfin. Ceci fait, il la relâcha et détourna le regard.

« C’est bon ? T’as fini ? »

taishi soupira en piochant dans son assiette, mais il était un peu distrait. Sa voix resta tout de même calme, assurée. Le chûnin ne cédait pas aussi facilement.

« Tu n’es pas la première à m’en parler. Je sais tout ça. Que ma relation avec toi est bizarre. Que je ne suis pas vraiment sociable. Mais je ne me suis jamais attendu à ce que tu le vois autrement. Je ne te demande pas non plus de me comprendre.»


C’était un discours qu’il connaissait bien. Il était par sa nature, ses principes, un marginal. Mais la vie lui avait appris à être lui-même, peu importe ce que ça voulait dire au final. Taishi avait des défauts, des traits qu’il souhaitait améliorer. Mais certaines choses ne changeraient jamais.

« Je sais que tu me manipules, tout comme moi je te manipule. Mais cesse de la voir comme un jeu. La plupart des gens ont, au plus profond d’eux, cette rage et cette colère. Cette énergie. La seule différence est que la mienne est visible en permanence. Ce lien est indescriptible. »


Que dire de plus ? Il se pencha vers assiette en baissant les yeux.

« Pathétique, peut-être. Sans espoir ? Non. Je sais qui je suis. Et ce que je peux être. Et toi ?»

Elle voulait encore des mots de son histoire, mais cette semi-dispute l’avait un peu refroidi pour le moment. Il avait envie de passer à autre chose et de retrouver une meilleure atmosphère, mais ce n’était pas lui qui menait le jeu.

Sa main chercha instinctivement, mais ne trouva rien. Elle se referma sur celle de l’idiote au lieu de ça.

_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mar 2 Jan 2018 - 3:28
Une fois elle tolérait, je mettais ça sur le compte de l'élan ou simplement la provocation, mais deux dans la même soirée surtout pour lui faire fermer mon clapet, elle accusait le coup, une envie de le transpercer. Cette fois avait-il aussi une excuse, et lui que faisait-il ? Il l'ignorait faisant mine de ne pas saisir sa désapprobation. Retour au point de départ, il ne lui apprenait rien, n'empêche que son tic le reprenait et se confondait dans sa main, la même à deux doigts de le frapper. Elle restait perplexe et seul un...

-Tsss...


Véritable bruit de serpent s'échappait alors qu'il reprenait son repas. Cet homme en prime un tricheur et boudeuse, elle faisait de même, finissant son plat, parce qu'il fallait déjà commencer par là. Non pas sans commenter...

-Moi je sais changer en ce qui est le plus arrangeant pour le cas où tu n'aurais pas remarqué. Tout n'est que question de point de vue pour prendre bien les choses qui nous arrangent. Je n'ai jamais dit que tu étais sans espoir, si c'était le cas.

Elle agitait un des doigts bloqués sous les siens.

-Il y a certaine familiarité que je ne te permettrais pas. Tu parles de sécurité, là encore, je préfère me dire que si je trompe, je pourrais voir ça sous un autre angle, un qui sera moins douloureux. Tu vois un peu comme le repas, ça ne sera jamais qu'une histoire d'échange, c'est tellement plus simple comme ça. Je t'apprendrais tu verras.

Ce qui était un peu un comble en le regardant, l'homme semblait avoir un chemin dans la vie plus entamé que le sien, mais là n'était pas la question, ça n'avait pas beaucoup d'importance non plus, son calme avait un prix et elle le lui avait donné dès le premier jour. Puisqu'au fond ne nous leurrons pas...

-Comme je te tente de manipuler et tu en fais autant, un cercle vicieux. Si ta main a besoin de chercher la mienne, c’est ce que garde cette dernière t'es précieux, c'est là où se motive mon intérêt.

Elle ne voulait pas être abandonnée.

-Moi ? C'est ce genre de lien là que je veux avec toi. Même si on a tous le droit à nos moments de faiblesses. A trop les rejeter, on devient les monstres dont il faut protéger cette citée.

Face à face, mais le siège c'était lui maintenant et bien que sa peau qui se serrait n'enlever rien à la chaleur des lèvres. Il venait de lui donner des clefs, ça évitait de casser une nouvelle serrure.

- Maintenant, je sais te faire taire quand viendront les sujets qui fâchent. Merci de l'astuce.

Même si elle la connaissait déjà en fait.


_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mar 2 Jan 2018 - 3:44
Il sentit la chaleur de sa peau à travers sa chemise, mais bien plus intensément, le rythme d’un cœur vif et agile qui faisait mentir le sien, lent et paresseux. Un échange. Taishi n’avait pas compris au début mais maintenant, il pouvait voir où elle voulait en venir. Créer des fondations. il eut un petit sourire. Cette idée ressemblait étrangement à un signe du destin. Rien n’était gagné d’avance.

Surtout pas avec cette idiote.

« Une astuce qui fonctionne également sur toi, je te ferais remarquer… »

Le Hayai posa les mains sur les hanches de la femme, pensif pendant un court moment. Son regard erra dans le sien. Si elle se jouait de lui, ce n’était qu’une revanche envers lui qui se jouait d’elle en permanence de par son statut et sa longueur d’avance. Un échange équitable. la deuxième fois. La première, il avait eu un mouvement de recul, sur le bord de lui arracher des mains, comme si elle était effrayée qu’elle s’enfuit avec ce qui était, au fond, une partie de lui. Mais cette fois, il était resté immobile, attentif. Si le Hayai n’était pas certain de s’habituer à la voir agir ainsi, au moins il résistait à l’envie de lui couper l’élan encore présente.

« Je respecterai tes mots, mais tu devras en faire de même. Garde le en tête, Idiote. »

La laisser agir ainsi jusqu’ici n’avait prouvé qu’une chose : il avait davantage confiance en elle qu’il ne l’aurait cru… Malgré ses échecs… Elle parla tout en se collant davantage à lui, et captura ses lèvres un instant. Il se contenta de répondre de la même manière. Taishi repensa au souhait de la Huyga. Penser l’idiote aussi idéaliste aurait été impossible il y a quelques temps.

« Mes deux mains servent Iwa. Et à travers elle, le destin dira si elles sont de taille à accueillir les tiennes. Mais elles ne seront jamais acquises. La Kunoichi peut servir le village j’en suis certain. Mais la femme devra aider l'homme. L’appuyer. Et accepter qu’il fasse de même envers elle. Approche. »

Son front s’appuya contre le sien encore une fois, mais cette fois, ce ne fut pas les seules choses qui se rapprochèrent…

Ses mains glissèrent sur les cuisses de la femme.

« Maintenant je sais ce que je peux perdre. »

_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mar 2 Jan 2018 - 3:57
-Je sais bien qu'elle marche sur moi, puisque tu viens de me le montrer. Tu perds le Nord Taishi ?

Simple boutade pour ne pas lui laisser le dernier mot alors qu'il marmonnait dans sa barbe, elle venait de lui dire ok pour tout ça déjà et non, elle ne se répéterait pas, il n'avait qu'à bien écouter. Elle soupirair pour la forme cependant et elle aurait bien tiré la langue pour le narguer en répondant ceci...

-Je m’inquiète pas, j'ai comme l'impression de vite voir où va ta vision du terrain de l'arrangement.


Mais équivalence qu'il disait ? Seulement il y avait un détail qui allait clocher...

-Tu sais bien que la Kunoichi n'en fait qu'à tête, sois un homme malin et évite la carte du devoir.

Et en un sens, c'était intelligent ce qu'il faisait. Quant aux autres points, l'aider elle avait déjà commencé, le laissait faire avec elle, quelque part c'était ce qu’elle faisait aussi, mais méfiante, comme lui, l'esprit de l'échange était bien là. S'illustrer un étrange lien qui l'unissait à ce village, un qu’elle doutait que deux êtres sachent retransmettre, Sana’ était parfaite dans son imperfection, parfaite pour lui et ce soir elle semblait s'être tût. Peut-être qu'elle pactisait elle-aussi ou alors qu'elle préférait ignorer maintenant qu'elle était elle aussi enlacée, un drôle de duo que là, à moins qu'elle ne soit finalement attentive qu'à son accolyte dont les mains avaient glissées avec douceur comme sa dureté d'y il y avait quelque jour semblait filer. Le monde n'était pas fait pour rester figer, mais il fallait savoir respecter son rythme. Et non définitivement, il en savait pas, c'était trop tôt pour savoir, néanmoins il pouvait deviner, entre-apercevoir. C'était une bonne soirée...

-Bien. Alors réfléchis aussi à ce que tu peux gagner en plus.


La fin de l'acte, la leçon à retenir quand on la laissait mener le jeu, aussi grand pouvait-il être à côté, ça ne ferait pas tout. Ce n'était pas du luxe que de le rappeler à l'homme orgueilleux alors que ses mains avaient rejointes les siennes pour se poser dessus, mesquine.

- Je suis embêtée Taishi, vraiment crois-moi.

Mais elle quittait sa caresse pour celle du métal de son kunai qu'un doigt longeait ses lèvres se pinçaient sur le côté.

- Nous n'avons pas le même but initial visiblement de ce que tu disais, mais j'ai mal au cœur de ne laisser personne à mes côtés sur le chevet. Allons visiter un bout du pays, faute de la ville.

Pam. Celle-là il ne l'avait pas volée et elle l'avait dit que sa langue fourchée il la payerait alors qu'un dernier baiser et elle se dégageait de là fouillant rapidement dans mon manteau pour laisser quelques ryos sur la table. Elle n'était pas une voleuse. Et d'un joli sourire celui qui existait finalement, elle conclua ainsi...

-Tu as mangé et profiter d'un bon feu, j'ai eu la suite de l'histoire, nous n'avons plus rien à faire ici. Partons. Aujourd'hui vois-tu je suis d'humeur à me balader, alors rattrapons ça.

Néanmoins, qu'il ne s'imagine pas qu’elle oubliait. Taishi avait cédé une soirée à son chevet, elle se ferais un plaisir de reporter sa dette quand ça m’arrangerait...

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl


Dernière édition par Hyûga Sanadare le Mar 2 Jan 2018 - 5:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mar 2 Jan 2018 - 4:16
Si elle se trouvait embêtée, Taishi se demandait bien ce que lui était. Mais les lèvres qui se posèrent sur les siennes semblaient aussi honnêtes que… Que quoi au juste ? Sans réponse, il resta silencieux pendant qu’elle se dégageait. Ça faisait beaucoup d’étranges sensations en une soirée. Revivre des souvenirs lointains, conclure un pacte qui ressemblait bien davantage à un contrat qu’au début d’une relation.

Elle faisait exprès et le savait très bien. Quelque part, l’idiote avait senti que Taishi ne s’obligeait pas à être en première ligne de façon constante. Alors elle prenait les devant et menait le jeu. Et il la laissait faire, tout en espérant qu’elle comprenne que cette liberté était une illusion. L’Hayai n’était pas submergé. Pas encore du moins.

Il se leva et alla récupérer sa veste à peine séchée. Pour la différence que cela faisait, puisqu’ils retournaient dans la nuit pluvieuse. Le ciel couvert transformait l’obscurité en une tache d’encre. Lui et la nuit avait un lien bien particulier, une relation que n’avait pas encore effleuré l’idiote. Et il faudrait encore un moment pour en venir là. Une chose à la fois.

Lui aussi déposa de l’argent même s’il n’avait pas grand-chose sur lui. Ils sortirent et la pluie les attaqua immédiatement, mais celle-ci était plus fine qu’avant, comme une bruine épaisse et enveloppante. Il faisait suffisamment froid en ce printemps pour que leur souffle soit blanchâtre dans l’air.

« Ce pays est vaste. Quand on le regarde sur la carte, on a tendance à se laisser submerger par le continent central. On en oublie les trésors cachés. »

Il jeta un regard à la femme, sans préciser sa pensée. Ils parcoururent encore de la distance en silence. Taishi sentit plusieurs sources de présence dans l’air, mais aucun d’entre eux ne sembla les repérer. Et même si c’était le cas, les reconnaître par leur source énergétique n’était l’affaire que de quelques personnes à Iwa présentement. L’avantage d’être un étranger. Et l’idiote ? Personne ne s’en approchait sciemment. Une affaire de réglée.

« Tu as ouvert la lettre n’est-ce pas ? »

Sa voix était neutre, presque enjouée. Aucune chance de se tromper sur le document. Ou sur la curiosité de la femme. Ils s’arrêtèrent au bord de la plage. Les vagues s’écrasaient sur le rivage. Ils regardèrent l’océan un instant.

« Il faudra que tu me fasses confiance sur ce coup.»

Il eut un petit sourire.

« Tiens, je vais t’aider à faire les premiers pas. »

Et il la souleva comme la princesse qu’elle était, tourna sur lui-même et la jeta à l’eau en éclatant de rire. Ce n’était que justice pour tous les quolibets qu’elle faisait pleuvoir sur lui. Sur le contrôle qu’elle espérait exercer sur lui. Ce n’était qu’un échange.

_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mar 2 Jan 2018 - 4:38
Un jeu étrange où chacun faisait les règles, elle aimait bien, ça changer de l'ordinaire, même si ça ne m'arrangeait pas forcément et en général, quand lui il riait, son fascié se minait et inversement, ils s'amusaient au dépend de l'un et de l'autre, qu'à cela ne tienne, ça m'allait parfaitement. En revanche, le bain, elle s'en serait passé et elle aurait presque pu l'accuser d'avoir fait exprès, l'eau qui s'écoulait sur elle ne lui posait pas de problème, celle qui l’oppressait la figer totalement. Non pas sans faire violence elle se sortait de là mine de rien, on avait tous nos démons et elle attrapait le bras du moins là justement comme se rapprocher plus vite du bord.

-Idiot ! Elle est terriblement froide ! Ne te plains si je suis malade avec plusieurs jours de congés à tes frais.


Disons six mois ?... Et elle avait beau avoir une envie de meurtre, elle ne lâchait pas prise pour autant, question de priorité alors que maintenant elle avait la sensation de peser une tonne, sans omettre les autres détails dé-convenant de cette situation. Elle avait joué et perdue, elle acquiesçait, c'était de bonne guerre sa petite vengeance, même si terriblement déplaisant. Et bien sûr, il avait si vite enchaîné l'amusement et le sérieux qu’elle aurait pu en perdre le fil, bien qu'en laissant tomber ce poids pour s'asseoir ce ne fut pas le cas. Il en revenait aux sujets qui fâchent. Pire il la connaissait déjà un poil trop bien, bien sûr qu’elle avait lu ? Et quand... ? Tss, cet homme avait les yeux partout où c'était les siens qui ne pouvaient plus lire ou mentir, quoi qu'il en soit...

-Ah tient, je savais bien qu'il existait ce petit rire là.

Et sans nul doute la confiance il l'avait déjà, c'était triste qu'il le lui rabâche encore, quoi que bien mériter, mais pourquoi ? Pourquoi cet homme... ?

-C'est un pari risqué que tu fais. Tu me prends à mon propre jeu... Je respecte.

Sincèrement, mais ça ne voulait pas dire qu’elle quittait la partie bien au contraire, cependant...




_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl


Dernière édition par Hyûga Sanadare le Mar 2 Jan 2018 - 5:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mar 2 Jan 2018 - 4:56
Le petit air coupable de la Hyuga pendant qu’elle lui prenait le bras confirma ce que Taishi pensait mais il ne put s’empêcher le tout bien amusant. C’était particulier. Il pouvait sentir la colère dans sa voix, pourtant elle restait immobile verbalement. C’était peut-être sa vision de l’échange. Le geste de l’Hayai était plus que légitime après tout.

Ils arrivaient à passer de la violence à la tendresse dans des délais presque inquiétants. Elle s’assied et il fit de même. Elle s’appuya contre lui. Il lui entoura la taille avec le bras. La pluie continua de tomber. Aussi simple que ça. Des fous.

« Il m’arrive de rire. Mais le rire, c’est un peu un extrême. J’évite les extrêmes parce que j’ai du mal à les manier. Je laisse ça à une idiote. Là-bas, ma colère, mon rire ne peuvent faire mal à personne sauf si j’en décide autrement. »

Elle parla et il l’écouta en s’essuyant le visage un peu inutilement vu l’averse. Le chûnin réalisa qu’à travers ses mots, il commençait à mieux comprendre ce qui la faisait chavirer. Ils étaient de parfaits contraire au final. Taishi ne s’était jamais fié qu’à lui-même, et ce qui était une partie de lui. Mais l’idiote elle, avait une famille qu’elle le veuille ou non. Des amis. Un de ses points faibles. Et Taishi en jouait indirectement de par son rôle à ses côtés.

« Je ne vois personne pour mieux faire. Le fait que tu aies ouvert la lettre était assez prévisible. »

Il lui mêla les cheveux comme un enfant. Il valait mieux continuer à sourire même si le sujet était sérieux.

«La rage, la colère, le désespoir. ne peux que respecter la façon dont tu vis ces émotions, que tu les partages avec… Avec moi. Je n’ai aucune envie de changer ça. Mais l’iwajins y est forcé. Tu n’aimes pas cette carte mais elle existe tout de même. Je ne vais pas essayer de t’embobiner dans une histoire de patriotisme envers Iwa, que c’est vraiment, uniquement, au final, une question de devoir. S’il se trouve, tu tiens davantage à ce pays que moi. Et c’est peut-être pour ça que nous sommes à nos places respectives. »


Parce que je peux.

« Le destin a sa façon de tisser notre vie. Il n’y a qu’une chose de certain : si tu ne veux pas être un pion, alors fais ce que tu as à faire pour ne pas en être un. J’aurais pu rester au service de mon clan toute ma vie. Mais je suis ici. »

Avec toi.

_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mar 2 Jan 2018 - 5:04
C'était contrariant ce qu'il disait là, d'autant que comme une enfant, elle n'aimait pas choisir, c'était tout ou rien, mais au fond elle était une enfant aussi en y repensant, quoi de plus normal. Elle n'aimait pas ce qu'il disait, ce qu'il laissait entendre et la vérité dans ses propos, c'était à ne plus rien y comprendre, elle avait perdu le fil de ce qu’elle voulait, mais pas la principale, la ligne de chacun d'eux. Elle soupirait exaspérée en s'appuyant ils avaient l'air de deux idiots sous la pluie, c'était n'importe quoi, comme eux en fait.

-Je vois. Façon de parler.

Un petit peu mieux du moins, tant qu’elle s'amusais avec légèreté de leur condition.

-Tu as tort Taishi, la pluie pour sortir quand on est deux ce n'est pas génial, j'avais raison de dire que la place était meilleure dans le lit, allons le retrouver alors.


C'était plus une indication qu'une demande alors qu’elle se faisait définitivement traîtresse en la donnant, qu'importe, comme elle allait si bien le dire...

-Je ne choisis jamais, c'est tout ou rien, mais l'un ne vaudra jamais plus que l'autre à mes yeux-manquant.

Rien que d'y penser elle souriait niaise, pourtant le risque était grand, c'était un peu un acte de trahison envers son ancienne vie que d'avoir cette main dans la sienne ce soir-là. Un réflexe ramenait sa main vers ses cheveux, le premier geste fut un sursaut en sentant un manque, mais elle se souvenait subitement où elle l'avait oublié, un soupire pour l'homme qui l'exaspérait, elle avait belle mine de se moquer. Elle ne valait pas mieux, quoi que…

- Tu as tort Taishi d'écarter l’idée comme ça, tu rates beaucoup de chose et tu ne pourras pas éternellement échapper à ce que tu es. Ceux qui ne seront pas m'aimer comme ça, ne me seront pas d'une grande perte, puis je reste persuadé que tu ne peux pas être aussi terrible que tu ne le penses. J'ai confiance.

Et un sourire trahissait une vilaine pensée, car au final...

-Je préfère une colère terrible, mais ensuite un esprit apaisé, qu'une mesurée qui ne fera qu'accumuler, ne te rendra jamais vrai. Quitte à ce que ça soit un lourd prix pour un simple rire, je suppose que c'est le saké qui fait substitution pour rire de bon cœur. Tsss. Tous les mêmes, des orgueilleux.


Pas un jeu. Alors il ne fallait plus jouer pour le faire.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl


Dernière édition par Hyûga Sanadare le Mar 2 Jan 2018 - 5:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mar 2 Jan 2018 - 5:48
« Attend, c’est toi qui voulait que… Bon, d’accord. »

Elle lui fit la morale. Encore. Comme quoi il ne devrait pas l’utiliser ainsi. Cette femme était vraiment quelque chose. Il avait eu beaucoup de temps pour se construire au fur des années, et il allait pourtant bien, selon lui du moins. Et elle ? Non, il devrait tout changer et repartir à zéro. Oui d’accord, il n’était plus sur la route, mais un tel changement n’allait pas arriver du jour au lendemain. Il en était tout simplement incapable. Il se contenta d’abord d’hocher la tête avec un sourire empathique.

« Merci. »

C’était la première fois que l’idiote acceptait plus ou moins volontairement de suivre ses conseils. L’emphase sur le plus ou moins est importante, cher lecteur qui espère voir cette histoire devenir plus torride. Bah on peut dire que c’est le cas avec toute cette pluie… Pluie, Torride, Torrent… Non ? Bref. Toujours est-il que cette acceptation était bonne à entendre. Au moins il arrivait à aller chercher quelques choses chez elle.

« J’ai encore du mal à me faire à cette double vie. Et peut-être que tu n’aimes pas tout chez moi, mais il est certain que ce ne sont pas tous tes traits qui sont appréciables. Et c’est parfait comme ça. Sinon ce serait ennuyeux, non ? De toute, tu ne veux pas voir à quoi ressemble la colère que je retiens. Tu n'as pas encore vu toute l'histoire. »

Si. Mais des deux, elle était la seule à le déclarer ouvertement. Mais cela ne voulait pas dire que ce n’était pas sa pensée aussi. Des fous.

« Allons, tu vas vraiment prendre un rhume si on reste là. »

Il l’aida à se relever tout en sachant qu’elle allait se moquer de lui pour ça. Sachant qu’elle se serait moquée de lui par manque de galanterie s’il ne l’avait pas fait. Le seul moyen de gagner contre cette femme était de lui couper l’herbe sous le pied, voir le pied en entier. Or, ce n’était pas toujours faisable facilement. Ils se mirent en route.

« Tu connais bien l’espièglerie. Mais moi je ne connais pas cette facette de toi. »

Un humour qui ne lui ressemblait pas. Mais rien ne faisait beaucoup de sens ce soir de toute manière. Ils atteignirent le pas de sa porte, trempés à l’os comme d’habitude. Il regarda autour en essayant de mémoriser la localisation des lieux.

« Que sais-tu de l’homme ? Tu sembles le craindre. Et tout ce qui fait peur à une idiote m’intéresse. »


_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mar 2 Jan 2018 - 6:08
Rien à voir, mais c'était un moyen comme un autre de la ramener encore une fois, car l'évidence était là. Ce beau monde commençait à me fatiguer. Alors à son ultime affirmation sur son intérêt...

-Étonnamment.

La réponse fut spontanée et elle soupirait en rentrant à l'intérieur ça allait être un vrai carnage pour son sol immaculé, si elle devait nettoyer ça ce soir... heureusement ce n'était pas le cas quand aucun mot ne semblait vouloir répondre à sa question. L'art de toujours ramener les sujets qui fâchent, n'est-ce pas. De bonne guerre encore une fois, donnant-donnant. Elle ne lui présentait pas le lieu puisque...

-Tu as déjà montré que tu fais comme chez toi...


Rappelons le, une porte pas fermée pour lui autoriser tous les droits à l'intérieur et elle n'avait pas fermé ce soir non plus, pas important bien que des yeux bleus perçaient dans l'obscurité, la fille qui vivait ici n'était pas contente. La lumière qu’elle apportait à la pièce le confirmer, alors que bien que serein, son regard était assassin sur l'intrus de la maison ou la femme qui l’invitait, sa main sur le dessus de sa tête voulait la rassurer. Elle n'était pas inquiète qu'elle se soit relevée, Moira savait que ses absences n'étaient pas alarmante, elle avait l'habitude. Restait un détail à régler...

-Tu as de la chance si demain tout est sec, moi je n'aurais pas ce problème.


Elle laissait son bandeau dans les doigts de sa cadette, petit rituel pour dire qu’elle était rentrée et toute à elle, enfin presque là. Elle coupait la lumière, extinction des feux...

-Je ne te montre pas le chemin tu connais ou tu préfères que je te prenne par la main.

La main qui se tendait et elle n'avait toujours pas répondu, pourtant c'était simple.

- Je sais de l'homme qu'il n'arrange pas du tout mes affaires et qu'il n'est pas prêt de les rendre simples, mais je me console, tu n'arranges pas les tiennes non plus. C'est le déjà vu qui m'effraie un peu je sais déjà comment ça fini, mais ce n'est pas grave.


Pas du tout même, un instant présent et puis c'était tout. Elle détestait réfléchir, c'était à croire que ça aussi il le faisait exprès, comme si elle ne le savait pas assez que ça ne se faisait pas il en rajoutait des couches. C'était le dernier moment de la journée qui bouclait la page en fermant la porte. Non, pas sans une dernière remarque utile, voire deux.

-Tu vas te lever tôt pour retrouver tes affaires, je te plains et cette fois on échange nos places.

Qu'il comprenne ou pas n'était pas important, après tout ce n'était qu'un détail, mais un important pour elle, voilà tout. En parlant de ça elle était curieuse d'en découvrir un autre en débarrassant ce tissus mouillé, mais ce n'était pas tant la marque de naissance qui attirait ma curiosité de sa forme, mais une poche où elle reconnaissait la sienne de marque. Ce n'était pas le moment de soupirer, alors elle préférait en sourire, ce n'était pas la première fois qu'il s'endormirait ici, mais cette fois c'était différent, une première était la façon ensemble de s'endormir alors que l’orgueil était bel et bien abandonné à un chevet. Pour cause, il aurait de quoi s'occuper de ces deux mains, si bien que...

-Tu ne crains pas que ça soit moins marrant comme tu disais?

Les boutades avaient tendances à devenir étrangement vraies avec lui, elle allait se méfier, encore que, c'était un peu tard maintenant, ça n'allait plus rien changer

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mar 2 Jan 2018 - 6:35
L’avantage d’être simple. La chance.

Étrange femme. Ce regard apaisé et aimant était rare dans l’eau de ses pupilles. Parfois L’Hayai l’apercevait à travers son sourire carnassier, lorsque l’océan frappait l’arctique oculaire. Un échange. La différence était le respect. Elle lui donna son bandeau entre les mains même. Taishi songea que lui n’en avait pas sur lui. Hormis sa veste, rien ne l’affiliait avec son état de shinobi. C’était bien ainsi. N’empêche que ce geste de la femme tranchait encore avec son tempérament rude et changeant. C’était de l’affection, et cet enfant y avait eu droit pendant de longues secondes.

Lui, il s’était contenté de quelques regards et de lèvres sur les siennes. D’une peau chaude et d’une proposition d’échange à terme. Mieux que rien.

« Il y a quelqu'un d'accueillant et généreux sous cet air barbare, je me doutais bien. La princesse et son royaume. «

Il referma sa main sur la sienne quand elle la tendit, mais ses mots furent bien sombres, si bien qu’il s’arrêta un instant avant de la suivre dans sa chambre. Elle n’avait pas tort. Rien ne l’empêchait de finir comme elle un jour ou l’autre. Demain, ou hier. L’idiote commença à lui enlever sa veste et la chemise en dessous et le Hayai se laissa faire tout en faisant de même avec ceux de la Hyuga, sans hésitation mais une relative douceur. Il se doutait bien qu’elle s’en fichait mais bon.

« Nous allons tous finir au même endroit. La fin de la route, si on veut. Pourquoi avoir peur de la mort quand on ignore ce dont elle a l’air. Il m’effraie davantage du destin que je ne vivrai pas en tentant d’échapper à ma voie. »

Il accrocha le vêtement, puis regarda un instant l’idiote avant de l’appuyer contre le chevet. Sacré bout de bonne femme. Qui aurait pensé… ? Il éteignit la lumière et ils s’enlacèrent dans une chaleur bien particulière. Le chûnin sourit entre ses lèvres à sa dernière phrase.

« Si tu n’es pas aussi malhabile que le prétend ton dossier, ça devrait aller.»

La clarté était suffisante pour voir ce reflet ivoire et c'était bien assez pour le convaincre d'accepter ce projet de fou. Ce n'était pas la première fois qu'il embarquait dans une aventure insensée. La dernière ?

_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mar 2 Jan 2018 - 6:53
Les semaines et peut-être même les mois avaient défilés depuis là...
Le vieux doux souvenir de l'arrivée d'Iwa n'existait plus depuis bien longtemps.

Il pleuvait dehors, un son qui couvrait les pas, trempé jusqu'aux os, ah non, ça ce n'était pas tout à fait vrai. Ça avait été compliqué d'arriver jusque-là, heureusement, la marque était là et dame Destin compréhensive, elle fait en sorte que ce soit croiser qui il fallait pour que l'information circule, une aubaine, elle n'aurait pas su attendre de toute façon.

Au milieu de nul part dans les montagnes de la citée maudite, c'était bien aussi.

Un mouvement, une mèche coincée entre des doigts, juste besoin de relever un peu pour que cela s'étire, rien qui puisse faire mal. Un sake se déposait face à un homme, en cause, une femme. Pensive peut-être ou alors c'était un moment dont elle avait besoin avant... Avant quoi ?... Elle l'enjambait pour s'asseoir sur ses genoux et lui faire face, ce qui contrariait un peu le passage avec le verre. Contradictoire ? Peut-être. Tout à fait son genre.

-Les habitudes ont la vie dure.

Puis elle souriait en dégageant ses cheveux trop longs de son visage à lui. Des manies qui ne se perdaient pas. Jamais. Le sourire se plaçait en son coin, c'était sa façon de dire bonjour aussi, enfin, plutôt d’amorcer ce rituel-là. Étrange de donner ce mot à ça ? Pas pour elle en tout cas, c'était une vieille histoire, bien plus vieille encore qu'on pourrait le croire. Le travail de ses doigts poursuivaient son œuvre le long des traits du brun plus fatigués et marqués qu'avant, la vie est rude aussi, mais rien qui ne puisse entacher ce doux mouvement là. De la mémoire, elle n'en avait jamais manqué, un artiste qui sommeillait en elle il parait. C'était lui qui l'avait dit. Le temps lui parut une éternité, pourtant il avait sûrement était très court, mais c'était souvent ça quand on avait attendu si précieusement quelque chose. Il ne fallait pas chercher à comprendre.

De toute façon, cet océan-là était trop profond pour elle, impossible d'arriver en son fond sans exploser, amusant quand on avait le talent qu'elle avait, maintenant du moins. Elle avait déjà essayé en vain après tout, pas si important au final. Une pensée qui motivait ses lèvres à rejoindre les siennes, une main à glisser par-dessus son épaule, quand l'autre glissait sur la longueur d'un flanc, la même destination au final, le dos. Pour enlacer ? Évidemment dans une tendre caresse, mais pas que, une de ses mains se refermait sur son manteau. Une seule personne qui ose-t-il paraît.

-Toujours aussi gelée, mais c'est pourtant cette compagnie-là ta préférée. Une vraie malédiction ton affection pour elle. Tu le sais...?

Non, pas assez visiblement. Son petit rire en disait long, la conversation débutait à peine, mais la femme ne semblait montrer les signes éventuels pour émettre un son, enfin, un qui donne des mots!

-Pourquoi tu viens ici ?

C'était le plus important malheureusement. Parce que c'était... Contrariant.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mar 2 Jan 2018 - 7:18
Il se secoua un peu et l’eau tomba de son manteau en volant dans tous les sens. Son regard sombre se releva vers le long chemin qui traversait les collines. On était près de l’amertume, on pouvait le sentir dans l’air, cette odeur salée et triste, un peu suffocante si on y pense trop longtemps. La pluie était balayée par des vagues de vent invisibles, comme de longs coups de sabres dans l’herbe jaunâtre, un automne de plus déjà, le froid qui s’installe. Taishi a froid mais c’est une sensation qu’il connait bien. Les longues nuits sur la route lui a appris ce qu’est le vrai inconfort et cette pluie ne la représente pas à sa juste valeur. Le silence au milieu des bourrasques est presque paisible. Il se surprend à fermer les yeux en comptant les pas. Le chûnin connait bien ce chemin, il l’a tellement foulé dans le passé. Même si la mauvaise température le guette la plupart du temps, il change rarement son itinéraire.

Parce qu’il sait où aller, où s’arrêter. Il poussa la porte. Le tambour de la pluie cessa de le marteler, une sensation étrange après l’avoir battu au rythme des heures durant. La chaleur du foyer sembla lui rappeler tout à coup qu’il était gelé et trempé jusqu’aux os, et il étouffa un frisson descendant le long de son dos. Pas besoin de relever le regard pour savoir ce qui se passe, ses sens ont fait le reste. Difficile de le surprendre, même s’il était à la fois perplexe et un peu surpris. C’est ce qu’il avait qu’il ferait, après tout.

Il prit place en retirant le capuchon qui lui couvrait la tête, sa fonction devenue triviale depuis longtemps. Sa main se ferma autour du verre présenté mais l’envie de boire ne lui vint pas, c’était comme un automatisme inachevé. Sa voix flotta dans l’air, lui rappelant un son qu’il n’avait plus entendu depuis un moment déjà, un rappel à la réalité, à la vie entre humanité. Elle se releva et alla le rejoindre. La chaleur de son corps se répandait déjà, comme une un vent du sud après un long hiver. Le frisson revint, comme une migration échouée. Il baissa un peu la tête mais elle vint chercher ses lèvres, combattante d’une torpeur accumulée par le long voyage, les questions, les non-dits, et tout le reste. Les mains de la femme dessinèrent sur sa peau et il se crispa pendant un court instant sous les trajets de feu parcourant son visage trempé.

Son regard s’abîmait dans le siens mort, mais lorsque sa main monta, celle du Hayai fit de même, se fermant doucement sur son poignet pour la retirer de l’extrémité. Il y a des limites à tout.

« Je sais. »

Pour toi, pour moi, pour tout le monde. Mais il valait mieux lui que quelqu’un d’autre. Et dans son propre égoïsme, c’était le fardeau qu’il se réservait à chaque pas, à chaque moment, jusqu’au dernier…Instant. La question suivante était plus difficile, mais sa culpabilité était totale et Taishi n’était pas homme à nier ou cacher la vérité.

« À cause de toi. »


Il s’arrêta pour ressentir cette chaleur, ce buste brûlant face au froid de l’automne, et ferma les yeux. Taishi ne l’aurait pas cru mais cette présence lui avait manqué.

« Pourquoi es-tu là ? »

_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mar 2 Jan 2018 - 21:05
Les similarités pouvaient tromper, mais les faits eux jamais, identiques et différents à la fois, mais la créature si confortablement installée ne s’en offusquait pas. Sa prise se relâchait et ses lèvres laissaient bien échapper un rire d’un instant étouffé, ça ressemblait plus à un souffle mélodieux en fait. Il prenait son réconfort dans ses cheveux, c’était bien plus doux malgré leur aspect mouillé de les rouler entre ses doigts, ça pourrait presque compenser. Le temps était mauvais dehors, pas étonnant que l’océan ne soit pas clément.

-De moi ? Tu crois ?

Elle entamait de dégrafer son manteau, se rendant vite compte que ce n’était pas le seul trempé, la pluie avait cette particularité, celle à l’usure de pouvoir toucher, tout ce qu’elle voulait. Elle aimait bien son son, sa caresse, même sa froideur qui obligeait à se réchauffer. Le manteau qu’elle tirait en arrière, du moins en ôtant les manches. Ses lèvres revenaient rencontrer les siennes, toujours ce maudit sourire en coin quand son nez toujours sur le sien, elle finissait sa phrase avant de reprendre sa tâche auprès du déshabillage.

-Tu croyais quoi.

Que sa froideur entre ses doigts lui avait manqué ? La réchauffer pour l’embêter lui, certainement, mais qu’à cela ne tienne, d’autre avait trouvé attraction dans ce jeu. Elle n’avait pas apprécié, quoi de plus normal et la sentence face à sa contrariété ? Fatale. Ce qui l’avait au final plutôt bien arrangée. Son propre châle se défaisait de son cou, pour être posé sur le haut du crâne du Hayai, encore une vieille habitude quand elle massait pour éponger l’eau, un pouce glissant parfois doucement sur ses tempes. Pour l’heure, il se laissait faire encore, pourtant son humeur ne mentait pas, duperie avec lui il ne pouvait y avoir après tout.

-A cause de moi ? C’était ta réponse pour être ici. Humm…

Sa lèvre inférieure se faisait mordre, cet air mutin agaçant pour beaucoup sur son visage, elle exagérait une fausse moue associé à un regard perçant, une main qui quittait le crâne pour caresser l’odieuse bouche qui manquait de douceur, l’autre avait mieux à faire en glissant sur le torse, elle savait où se perdait depuis le temps.

-Eh bien, dire que moi je te répondrais pour toi à ta réponse, comment tu en concluras le contraste. Je ne t’aurais même pas manqué… ?

Son souffle chaud sur son cou, à cause du froid, si, si, puis en prime elle pouvait profiter du sien, ce qu’on ne lui donnait pas, il fallait aller le chercher. Un concept bien acquis.

-Depuis quand tu mentirais toi. Hum ? Pas ton genre.


Son nez poussait sa tête et comme elle avait fini de taquiner son ouïe si proche de son oreille, elle la calait entres ses crocs, associé à un doux ricanement d’antan. Ce qu’elle voulait ? Voyons s’il la connaissait si bien.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mer 3 Jan 2018 - 3:26
Elle jouait et il restait patient, mais ce sont des jeux d’adultes alors autant participé à son tour. Le ton était lourd, comme une symphonie lente et paresseuse, mais c’était encore son œuvre. Le Hayai souffla , amusé par les réponses de la jeune femme. Il abandonna son manteau presque machinalement, une manche après l’autre. Le chûnin rattrapa ses lèvres avant qu’elles n’en radotent davantage. On pouvait difficilement lui en vouloir d’être méfiant à l’égard de sa partenaire, pas après son passé et les mains baladeuses du compagnon de jeu.

Il ronchonna un peu lorsqu’elle entreprit de lui sécher les cheveux. Pourquoi pas juste être patient ? Mais autant le jeu était lourd, autant le cœur était vif. Pour peu, elle passait à l’offensive. La main du chûnin glissa entre les mèches de ses cheveux, comme des ruisseaux qui rejoignent l’océan. Mais tel un barrage, les doigts s’arrêtaient et retenaient le torrent. Le vent chaud lui brûla le cou et il tira un peu à son tour.

« Je ne mens pas. Et toi, tu ne sais pas mentir. »


Il secoua un peu la tête, différence majeure. Elle montra les crocs et il gronda, la poussant sur le dos, manquant de renverser les verres. Peu importe. Le Hayai la respira un long instant. La pluie faisait son chemin entre ses vêtements et les siens, des îlots sombres aux travers des tissus clairs, des sphères sur la peau. Le barrage se resserra car c’était son tour de conquérir le terrain de sa gorge.

« C’est tout ce que je sais. »

Le Hayai remonta au menton en l’observant de biais, un visage comme horizon. Ses bras serrèrent la taille, se glissèrent pour trouver la peau. Il retrouva ses lèvres, longuement. Retour dans les yeux, retour dans les cieux.

« Si, ta présence me manque… Je ne crois pas. Mais le sens de ta vie me manque davantage. Il doit y avoir une autre voie que celle de la mort. »


Il espérait comprendre autant qu’elle comprendrait. Qu’elle comprendrait qu’elle n’était plus la Sanadare d’autrefois et ne le serait jamais. Et qu’il n’était pas le Taishi d’autrefois non plus. Mais au bout du compte, ça n’avait sans doute pas d’importance pour elle. Elle qui l’avait aidé lorsqu’il n’était rien, qui avait accepté tout ce qu’il est et surtout, ce qu’il n’est pas. C’est sans doute pour ça qu’il voulait plus. Pour lui, pour elle, sans doute.

Enfin, il se cala la tête dans le creux de son cou, à l’abri des questions et des doutes.

« Et moi, je te manquais ? »


Il y a plus, c’est évident. Mais elle aimait qu’il reste tranquille. Non ?

_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mer 3 Jan 2018 - 3:58
Le contact du bois sur son dos était bien moins agréable que la chaleur de la peau, mais après tout, il fallait un support à tout et son attention était ailleurs, très vite, plus aucun cas ne se faisait là-dessus, puisque réflexe, un coude pour retenir son poids, il lui avait fait lâcher sa prise. Ce fourbe. Partie remise simplement.

-Et c’est de là-bas que tu as choisi de repartir, à quoi bon…

Qu’on le lui susurre, une évidence, comme pour elle, comme pour tous, qui ont au final n’avaient jamais fait qu’attendre que ça tombe, manquant d’inspiration quand il ne s’agissait que de leur propre sort, mais talentueux créateurs d’aventure quand il fallait penser qu’on portait le monde ! L’humanité quoi. Étrangement, le chemin était le même, il n’était pas compliqué de comprendre la destination finale des deux, c’était embêtant, mais pas assez démoralisant pour la femme pour s’arrêter à ce détail là. Et l’océan était plus agité qu’il ne laissait paraître, trop de calme justement, même pour lui. La fille abandonnait la conquête un court instant, lui laissait prendre le terrain d’assaut, on ne pouvait nier l’agréable. Peut-être ce qui la rendait plus tendre qu’à l’origine de son arrivée sauvage. Sa main glissait sur sa joue, il n’y avait que lui pour s’aider, aucune illusion là-dessus. Ses doigts caressaient ses cheveux quand il avait posé sa tête, d’humeur à papoter, pourquoi pas.

-Je suis là, ça répond bien à la question non ?

Ça la faisait rire, mais il n’y avait pas de quoi en fait, après on ne pouvait nier ce détour volontaire jusqu’à lui, mais ça c’était parce qu’elle était tellement impatiente, ça jouerait contre elle un jour. Pas aujourd’hui en tout cas, fallait l’espérer, ça l’amusait pas mal de voir qu’il n’avait pas compris, mais ce n’était pas mentir au fond, c’était un jeu de devinette qu’il avait lui-même créé, malgré lui. Un jeu parti pour durer, elle préférait ne pas penser à sa fin, trop bien dans ses bras.

-Mon petit doigt m’a dit que les buts mon beau brun, ce n’est plus ça qu’il va te manquer bientôt. Toujours dans ta quête du double D ?

Et c’était peu dire, son petit doigt était une marque, un pacte, quelque chose qu’on ne peut pas trahir, même pour lui, la pensée la faisait grimacer un peu, mais ça n’enlevait rien aux gestes affectueux qui perduraient eux, bien qu’elle tirait un peu sur une mèche histoire de ne pas l’endormir non plus.

-La mienne qui te manque hein ? Hum.

Un ricanement un peu forcé qui venait, c’était pour camoufler une sadique satisfaction, quelque chose de pas bien, mais plus fort qu’elle…

-Tu m’as manqué bien plus que tu pourrais l’imaginer…

Murmurait-elle à peine, c’était peu dire, il ne soupçonnait même pas, le plus amusant quand la réalité le rattraperait au fond, mais pourtant, ça laissait un goût amer à la femme. Facile quand on savait ce qu’il ignorait de savoir pourquoi. Preuve qu’elle avait fait un bon choix, consolation aussi minime qu’elle pouvait être, on s’en contenterait. Après tout, sa frustration sur ce point là, elle avait déjà faite passer non ?... Non. Peut-être que le serrait plus fort contre elle atténuerait ça ?

-J’ai oublié de te dire au revoir la dernière fois, ça m’ennuierait deux fois la même erreur, vu que tu crois ne pas me revoir !

La Hyuga tirait un peu sur sa joue, un sourire espiègle en se perdant dans son regard, il ne faisait pas d’effort, pas question de tout lui servir sur un plateau d’argent. Ceci dit, c’était comme glisser des miettes sur un chemin pour qu’il soit retrouver.

-L’orage grondera bientôt, je m’en serais voulu de te laisser seul avec lui, parce que je sais à quel point tu ne l’aimes pas, même pas besoin d’un feu, le noir est bien aussi parfois. A moins que tu ne te décides à me traîner sous la pluie. Encore...

Insistance sur le dernier mot, avant qu’elle souffle sur son visage pour lui faire fermer les yeux, ses lèvres se posaient sur son front.

-Tu as quelque chose qui n’appartient qu’à moi, pas question que je le laisse.


Malheureusement pour lui, beaucoup de chance qu’il comprenne quoi trop tard… Enfin à voir, une chose était sûre, la femme n’avait plus envie de discuter et lui supprimer tout droit de parole comme il lui avait appris à le faire. Faire s’user sa bouche ailleurs et puisqu’il ne voulait pas qu’elle soit au sommet de leur duo, la place lui était commise d’office quand le buste de la dame se laissait tomber sur le bois, non sans emporter le sien en tirant un peu. La nuit passait vite, assez discuter, son lendemain était chargé. Le sien à lui allait l’être probablement aussi.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

FAREWELL [Sana]

Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers résidentiels
Sauter vers: