Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

FAREWELL [Sana]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Mer 3 Jan 2018 - 4:43
« La pluie ? »

Elle était sur le ventre, à se rouler partout comme un chat. Un peu plus et il suffisait de lui mettre les fausses oreilles. Le Hayai l’entoura de ses larges bras et l’agita lentement avec amusement, même s’il était un peu pensif. Pensif sur sa relation avec elle, sur ses motivations et sur les siennes. Sanadare était plus dangereuse qu’elle ne voulait l’avouer vraiment, et amatrice de complots. Pas une mauvaise chose, sa cachait une intelligence vive, charismatique… Très charismatique. Quelques mots dans le cou, et il remonte. Il n’avait pas besoin d’un feu, c’est vrai. Avant même de la toucher, il pouvait sentir ses traits, ses angles, ses courbes.

« Et quoi, il faut que je te porte en plus ? »

Petit rire , mais il n’esquissa pas de geste pour se lever. Il était bien, bien de sentir cette chaleur après ce froid, bien de sentir qu’il n’était pas seul, seul avec elle. Seul avec son passé et seul avec ce monde. Il s’était préparé au voyage, mais rare sont les voyages plus aisés que prévu à l’origine. Enfin il la cueillit dans ses bras comme la princesse idiote qu’elle était et se releva. Mais il resta debout, debout dans le noir, à la considérer avec patience pendant que la pluie et le tonnerre faisait leur œuvre dehors. Grande inspiration. Il reconnaissait ce moment parce qu’il avait déjà eu lieu ailleurs, à un autre moment, dans un autre temps. Mais son sentiment n’était pas de recul. Peut-être de l’acceptation ? Mais pas naïve. On lui avait appris mieux que ça. Il alla chercher ses lèvres en serrant contre lui.

« Je t’imaginais pas comme celle qui s’attache, c’est tout. Testons cela. »

Il souriait maintenant. Il fit quelques pas vers la porte, avant de l’ouvrir d’un pied , avançant sous la pluie sans hésitation. L’eau froide, comme une vague océanique, les cueillit comme une lame de sabre, lui piquant les yeux. Il ria de bon cœur cette fois , presque repoussé par les violentes précipitations. Il n’aimait pas l’orage parce qu’elles lui rappelaient le prix d'un toit le prix de Iwa. Mais la pluie et le vent lui rappelait ses origines, et les idées fondatrices du courreur, le torrent qui à la fois caresse et traverse, inlassable, immuable. Il rajusta l'idiote dans ses bras avant de la laisser reprendre pied.

« C’est pour ça que j’y vais. »

Il regarda l’eau couler dans ses cheveux, une vraie cascade, loin des siens. Le Hayai posa la main sur sa joue.

« Toujours attachée ? »

Sourire, puis il se rapprocha et goûta la pluie, ce pays, et cette femme dont il avait ramassé ce qui restait de lui jadis et qui le faisait marcher sans doute désormais, la direction importait peu. Cette femme qui restait un mystère, mais Taishi était peut-être nul en observation, mais têtu. Très têtu.

_________________
We will bring peace and freedom, Invité. You cannot stop what is already there.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mer 3 Jan 2018 - 15:46
L’eau gelée saisissait sa peau, c’était qu’elle frileuse sous cet apparat-là. Il l’avait prise au mot et bientôt le regret de la chaleur de son corps en trouvant un contact humide sur ses pieds nus. Pourtant un sourire en coin venait, sacré Taishi.

-Parlant d’attache… J’aurais dû prévoir des menottes pour te tenir tranquille ouais, au chaud et pouvoir fouiller ton manteau comme tes poches la première fois. Capturer ou te faire courir après, hum ?

Son tour de rire taquine, nul doute qu’elle aurait été capable de le faire, pas une première, mais ça il ne le soupçonnait pas encore, la preuve, son attitude tranquille. Au moins ses intentions étaient mise à jour. Haussement d’épaules et au point où ils en étaient, autant finir ça comme il fallait, la douche glacée bien sûr, la brune se saisissait de sa main pour le tirer plus encore au milieu du mauvais temps, toujours plus loin de tous abris.

-La preuve que tu as connu bien trop de bras.

Que les siens soient quelconque était un coup à l’égo, mais ce dernier avait subi bien des tourments en deux années. Plus aucune importance. Elle le tira contre elle, pour capturer ses lèvres, une tactique entre eux pour se faire taire, quelque chose que le brun mettait désormais trop en application à son goût à elle, une manie à changer. Il le ferait peut-être en voyant le résultat. Elle glissait ses doigts entres les siens en les relevant, semblant les inspecter, le constat se montrait mauvais. A voir.

-Et si je te disais que ce que tu vois devant toi est une illusion qui sait tromper même un scientifique aussi doué que toi. Tu penserais quoi ?

Une de ses mains faisait parcourir aux doigts du brun une marque gravée dans son avant-bras à elle. Peut-être qu’il connaitrait ou pas. Une chose était sûre, il ne soupçonnait pas encore le méfait que cette chose avaient eu sur elles, enfin, sur elle surtout.

-Tu avais raison quand tu parlais d’une artiste qui sommeillait en moi. C’est plus vrai que vrai maintenant.

Capture de ses lèvres encore, peut-être que son humeur allait changer, oh oui, ça certainement.

-Long et fastidieux, ce chemin jusqu’à toi. Tu ne comprends toujours pas, à moins que tu espérais me balayer aussi facilement que l'on a banni mon nom…

Comme un murmure à travers le chant de la pluie, elle se glissait contre lui qu’il proteste ou non, bien égal. Une folle. Rien de nouveau.

-Cela tombe bien, ce dernier concept a changé. Comme quelques détails, mais mon affection à surplomber toutes les rancœurs. C'est amusant non...


Fin du jeu ou début, un peu des deux.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mer 3 Jan 2018 - 15:59
Les fondations d’un homme ne sont pas l’œuvre d’un seul jour. Elles ne sont jamais plus solides que la plus faible pierre qui les composent. Aussi en fallut-il moins qu’auparavant pour détruire l'homme. Sa respiration s’accéléra et le sourire quitta ses lèvres en faisant place à l’incompréhension. Son chakra se propulsa plus vivement dans l’espace qu’à tout autre moment depuis la chute. Il n’était plus certain d’entendre la pluie tambouriner sur son corps. Comme le vide de l’espace , ses sens le trahissaient un à un. Ce n’était pas une illusion, pas un genjutsu. Et c’était pourtant impossible. Sa main se porta intuitivement à l’arrière de son cou mais aucune lame ne l’attendait, restée à l’intérieur. L’étrange sentiment d’être pris alors que sa garde est baissée.

Ses yeux. Ses yeux! Toujours cette histoire avec eux.

Il porta la main à sa bouche. Réel ? Cette sensation l’était. Sa mémoire revint en arrière. Un autre moment, dans un autre temps, ailleurs. Des images, des personnes qui se recoupent, mais aussi le noir. Non, non. Pourquoi lui, pourquoi maintenant ? Le chakra le trahissait, ses yeux le trahissait. L’Hayaise cramponna à sa personnalité terre-à-terre, pragmatique, celle qui l'avait autrefois mené à un village shinobi. Des images revinrent. Le sang qui coulait en ruisseau le long de cheveux blancs.

Le sabreur s’essuya même si c’était bien inutile dans cette pluie. Ça devait être une sorte de piège, c’était évident. Une technique interdite pour tromper ses sens. Et les larmes qui se mélangeaient à la pluie étaient tout aussi fausses. L’ennemi savait où frapper. Savait qu’il ne pourrait jamais avoir une vie normale.

L'idiote n’aurait pas fait tout ce chemin, elle n’aurait pas su où le trouver. Il avait été négligent . Stupide de penser que les choses étaient aussi simples, qu’il suffisait d’avancer…Le sentiment de détresse qui deviendrait vite colère. C’était évident ; C’était normal, et pourtant il devait essayer de réfléchir. Mais les images revenaient et ce deuil jamais vécu pour elle, cette séparation incompréhensible revenait à lui. Ce sentiment qui l’avait autrefois brisé, il pouvait sentir la pointe de sa lame dans son propre dos. Comment ?

Oui , comment.

« Tu les as trouvé finalement ? … Avec qui ?… »

Au final, il n’en était pas certain, mais c’était sans doute ce qui ressemblait le plus à l'idiote.

_________________
We will bring peace and freedom, Invité. You cannot stop what is already there.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mer 3 Jan 2018 - 16:26
Immobile et attentive, car là tout de suite sa présence contre lui ne faisait plus de sens, il ne saurait l’accepter, la comprendre, et pourtant, elle avait eu le temps elle de peser le pour et le contre, accepté les contres parties. Celles qui ne connaîtrait jamais et c’était bien mieux. Tout ça pour cet instant ? Elle voulait bien plus et le voir nier était plus difficile qu’elle n’avait pensé. Rejet ou abandon, hors de question. Heureusement qu’elle avait eu la sagesse d’éloigner le sujet fâcheux pour ne pas tenter le diable, à son tour accroupie, on aurait pu croire que c’était pour se mettre à sa hauteur, mais la raison était au final identique à la sienne. Identique à autrefois.

-Qui d’autre que moi capable de pareille folie dis-moi. Tu croyais vraiment que je pourrais abandonner si simplement…

Sa tête était lourde, c’était compliqué, au fond, c’était elle qui rendait la chose ainsi rien de nouveau, un égoïsme, mais ça aussi c’était ancien. Timidement loin de la sans gêne qui lui était propre son front voulait rejoindre le sien, sa main s’exerçait à chasser la manche qui la privait de son océan de nuit, cette lueur qui faisait office d’étoile polaire dans le noir. Combien de temps, elle ne saurait même plus le dire. Elle était la seule à savoir que ça finirait ainsi à cet instant. La pluie les couvrait lourdement et son contact n’était pas une caresse, juste un rappel du froid, celui de la distance qui avait fait son chemin par ce foutu torrent qu’elle avait pris pour une simple averse.

-Une addiction impossible à faire taire.

Ses doigts se glissaient à travers les siens, serrant fermement, elle retournait cette même main de l'idiot pour dévoiler sa paume, l’absence de quelque chose qui les avaient liés autrefois. Elle se perdait longuement là, non pas qu’elle venait à peine de le remarquer, ah ça non, même si elle aurait préféré.

-Tu suivras toujours tes principes de ton cœur n’est-ce pas ? Tu aurais simplement eu à tendre un bras pour arrêter tout ça.

Elle lui caressait la joue et pour le convaincre de sa réalité…
Un sourire carnassier, propre à une seule personne s’affichait sur son visage. Avant qu’il soit plus triste et forcé, circonstance oblige, toutes les bonnes choses ont une fin.

-Alors je vais te laisser. Je peux disparaître de ta vie, mais pas de ce monde encore donc tout va bien. Quelque chose a terminé. J’espère que tu me pardonneras.

Et surtout qu’il se relèverait, point qu’elle taisait en lâchant sa main, son emprise sur lui pour se redresser, personne ne pouvait être comme lui ou comme elle, c’était peut-être ça le problème, ça tendance à elle à aller trop loin toujours et son laxisme à lui à la laisser faire au final. Mais il n’en avait pas toujours été ainsi. C’était le moment de partir, mais ses jambes avaient du mal à capter l’info, faute de bonne volonté de sa part, peut-être qu’elle préférait l’inverse, le voir lui filer entres ses doigts alors ? Ou alors planter une épée dans le dos. Une pensée qui faisait sourire. Une folle.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mer 3 Jan 2018 - 17:04
Oui, il l’avait crû. Que comme ça, tel un cheval sauvage, on pouvait nier la civilisation et retourner dans le noir de la nature. Et maintenant on lui disait qu’il aurait pu tout changer ? Qu’il aurait mettre fin à la bride et ralentir un élan que l’homme civilisé peut comprendre. Le Hayai ne pouvait le croire, et c’était encore pire venant de cette voix, de ce regard. Taishi n’était même incapable de comprendre, au contraire. Et pourtant, les possibilités se confondaient dans sa tête. Sanadare n’avait jamais été un livre ouvert sur ses sentiments, ses convictions et tout le reste. Savoir sa place dans ce livre amenait des réponses effrayantes, déroutantes. Le Hayai n’avait jamais eu peur de la vérité mais la vérité peut faire mal et c’est exactement ce qu’elles faisaient, en semant le doute dans un champ déserté.

« Non… »


Volontaire, ou de force ? Elle n’était pas une illusion, ou un acte. Elle en savait trop, en prétendait trop. L'idiote aimait tisser sa propre réalité. Il n’aurait pas pu l’arrêter mais elle préférait croire le contraire, alors c’est ce qu’elle faisait. Sans poser de questions, sans demander permission. Alors… Alors c’était elle. Il réalisa que les frissons dans son dos n’avaient rien à voir avec le froid de la pluie. C’était la terreur de faire face à ce à quoi il n’était pas prêt. Il avait crû l’être mais ce test démentait toute affirmation. Ça allait chercher ce qu’il avait de plus fragile et lui lançait au visage. Il secoua la tête malgré son contact avec la sienne, refusant de relever les yeux même si son bras avait abandonné. Au lieu de ça, ils regardèrent sa main. Ça n’avait jamais eu de valeur à ses yeux. Mais pour elle…

Sa mémoire avait tout ce qui lui fallait. Il ne pouvait pas prétendre connaître tous sur les arts pouvant permettre ce qui se déployait sous ses yeux. Ça ne lui semblait pas davantage normal. Lui avait appris à Taihsi à suivre le courant, à ne pas gaspiller de l’énergie à essayer de l’arrêter. Mais c’était trop, les idées ne faisaient pas son chemin dans sa tête et il avait peur de savoir pourquoi. Que ce soit son égoïsme, sa propre douleur, qui soit son premier réflexe.

« Tu… Peux pas juste partir comme ça. »

Il se força à se relever. L’orage se calmait, même s’il pleuvait toujours aussi fort. Le Hayai essuya l’eau qui coulait sur son visage.

« Tu l’as déjà fait. T’as pas le droit de faire ça. Pas sans me dire exactement pourquoi. »

S’il avait eu quelque chose à briser, il l’aurait pulvérisé à main nue. Il n’était qu’un homme et on ne peut jamais subir une émotion sans jamais la révéler. Il n’était qu’un homme.

« Ce n’est pas toi qui t’en va, idiote. C’est moi. »


Il avait dit les derniers mots avec une rancœur marquée. Taishine cherchait pas à la sauver ou à la faire vivre, mais simplement à l'aider. Mais c’était impossible et aucun artifice ne changerait ça.

« Même une idiote ne mérite pas de vivre ça, que ce soit volontaire ou non. »

Il avait envie de la toucher, de la prendre dans ses bras. Mais Sana savait autant que lui que les belles histoires n’existaient pas. Peu importe ce qui l’avait amené devant lui, cela n’avait rien d’éternel, et rien de beau, pas lorsque c’est vécu au détriment des autres. Elle savait tout ça. Elle savait qu’il ne pouvait qu’avancer sinon elle le tuerait avec ses mots, avec son amertume et avec tout le reste. Elle savait aussi que le mal était déjà fait. Que personne hormis lui n’aurait pu avancer après ça. Que personne ne pouvait dicter à cette idiote l’art de survivre. Et c’est peut-être pourquoi la Hyuga s’était toujours permis ce qui était impossible, même dans la mort. Alors il ne fit rien. Il s’arrêta à sa hauteur dans la pluie.

« J’ai pas pu t’aider et je ne le peux toujours pas. C’est toi qui devra pardonner un jour. »

Le Hayai entra. Il ramassa ses affaires.

Au final, elle l’avait peut-être considéré dans la pièce. Il ne voulait pas qu’elle parte, il ne voulait rien de tout ça. Il n’avait rien voulu du tout. Il n’y avait rien à faire sinon vivre et mourir.

_________________
We will bring peace and freedom, Invité. You cannot stop what is already there.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mer 3 Jan 2018 - 17:28
Les mots ne semblaient pas la toucher plus que ça, à vrai dire, elle n’écoutait qu’à moitié, parce que les sons l’avaient hanté longtemps déjà sur cette finalité quand il y avait pensé. Penser, la femme avait horreur de ça. C’était voir la réalité, elle la détestait, cette dernière ne l’avait jamais chérie. Un sourire timide quand il parlait de bon rôle, dans son esprit il avait le pire ou alors c’était elle quand il évoquait un nom qui crispait son fascié sous la frustration. Une entité d’un jour, plus de valeur qu’une de toujours… ? Elle le reconnaissait bien au final. Si dur, personne ne l’avait jamais été comme ça.

Aucun mot ne lui venait, juste le brun et cet instant qui se gravait dans sa mémoire, son corps, son chakra, vrai, mais ce moment ne lui appartenait pas, comme l’histoire dans laquelle on l’avait ajouté injustement si on s’en tenait au brun. Du moins le laissait il paraître ainsi. Le mérité, comme si le mérite avait une quelconque valeur dans ce monde. Sacré Taishi, il ne changerait jamais… Et elle non plus.

-Ne me parle pas de mérite. Tu crois connaître ce mot, mais tu ne sais pas ce que c’est. Tes mains n’ont eu qu’à cueillir tout ce qui était servie à elles comme le roi que tu es, même moi. Les miennes ont usé leurs griffes pour obtenir même pas le quart de mes volontés.

Un temps révolu, plus question d’abimer ses propres ongles. Il était rancuneux, elle aussi à y croire. Encore un jeu subtile pour se faire taire, il quittait son champ de vision et comme bien même l’envie et tout son être qui criait d’au moins le fixer en coin, c’était à l’opposer que partait sa tête, mais son ouïe était aux aguets de ses pas que la mélodieux aquatique et céleste gâchée. C’était comme pour l’aider à s’en détacher, parce qu’il le fallait. Pas réconfortant pour autant. Comme dans la cellule qui avait vu sa fin, quand on s’ennuyait elle rappelait sa victoire, en un sens, du moins la seule qu’elle avait eue. Celui qui faisait s’ouvrir son œil faussment valide dans le noir, le même qu’on avait usé pour fourber son attention.

Un autre jeu étrange entre l’amante et la moitié de l’homme, encore perdu pour le contact qui lui volerait son souffle de vie, elle était sa propre investigatrice, à l’abri de tout, maniant une poupée de chair qui avait plu au roi…. Enfin on croyait, sinon la Hyuga ne la détesterait pas comme ça. Elle qui c’était résolue à ne pas tout emporter avec elle… Mais ça ne se valait pas pour elle. C’était son dernier caprice d’enfant. Promis.

C’était finalement un rictus étirait au milieu des joues rassurées que lui offraient ses yeux, que simplement, ses pas l’éloignaient. Pas venu chercher de l’aide dont au final elle n’avait jamais besoin, tellement trop enfermée dans son monde, inaccessible. Ni offrir un pardon déjà donner depuis longtemps, pour être aimé, il fallait être capable d’accueillir le sentiment, mais cette créature-là n’en avait jamais été capable, car ça méfiance était plus résistante que tout. Alors comment lui en vouloir ? Elle n’allait pas disparaître, juste renaître différemment, c’était ce qu'on lui avait promis non. Abandonner son elle d’avant était indispensable et c’était chose faite ?

La créature semblait compatissante, car c’était bien la première fois qu’elle lui emboîtait le pas sans la tourmenter pour passer sa propre frustration. Un rire timide pour cacher un sentiment plus lourd, trop lourd, c’était sa façon à elle d’avancer. La créature à ses côtés désapprouvait la marche et se stoppait comme pour espérer l’arrêter, mais la cause était perdue d’avance. Elle ne relevait que d’une secousse de la tête, un bout et l’autre de la scène. Sur elle, puis son ombre à lui et enfin sa propre ombre manquante, ou simplement erronée quand pour le monde réelle elle ne pouvait être que l’illusion d’un animal dans le noir.

Dire qu’elle aurait pu y parier sa condition et gagner.

La femme regagnait la maison, son propre courant d’air soufflant sur le brun à son passage à ses côtés. Ses pas ne se stoppaient que pour qu’elle s’accroupisse et fouille dans le manteau du Hayai, avec son sans gêne de toujours. Une évidence, toutes les poches de faites et elle ne trouvait pas ce qu’elle cherchait. Ses doigts pliaient le vêtement plutôt que le jetait comme à ses habitudes. Il était précieux, si, si. Ce qu’elle avait perdu, mais elle préférait encore retrouver le manteau, le sien à elle d’où elle capturait une invitation quand négligemment elle jetait le tout plus loin.


_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mer 3 Jan 2018 - 17:52
Le silence était pesant et l’obscurité n’avait plus rien d’accueillant. Le Hayai s’appuya la tête contre le mur, calmant peu à peu sa respiration. Ce vide caractéristique après un vidage d’émotions. Malheureusement, il n’était pas au bout de ses peines. Elle entra dans la maison comme un fantôme. Enfin il se retourna en croisant les bras, mais son regard était bas, son bras prolongé par le long de son corps.

Sa mémoire était courte mais le Hayai savait que ça ne servait à rien de répliquer. De lui rappeler qu’il avait survécu parce qu’il avait pris et non l’inverse. Sa vie n’était pas le fruit du hasard mais bien du destin. Mais elle avait raison sur un fait. Taishi n’avait jamais trahi ses principes pour atteindre son but. Sanadare n’avait jamais eu cette inhibition. Le Hayai ne la jugeait pas là-dessus non plus. Il ne faisait que vivre une frustration en silence. Il avait presque oublié à quel point l'idiote savait où frapper pour faire mal à chaque fois.

Elle ramassa son manteau et en fouilla les poches. Qu’espérait-elle y trouver ? Il se rappela qu’elle avait mentionné celui-ci plus tôt. Il se demanda pourquoi lui-même était toujours là. Visiblement, elle ne trouva pas ce qu’elle cherchait. Facile de savoir ça, son manteau était vide, Taishi n’aimait pas s’encombrer. Il suivit ses gestes des yeux en se demandant pourquoi ça pouvait l’intéresser. Au final, tout ce qui venait d’elle le captivait. C’était normal. Mais qu’en restait-il vraiment ?

Un autre côté sombre de son passé. Il ne l’avait jamais oublié. Elle semblait avoir fait du chemin. Pourquoi pas ? Il ne savait rien du tout. Les coutumes l’indifféraient.

« On pourrait aussi simplement rentrer tu sais. »

Pourquoi il avait dit ça. C’était stupide. À quoi ça lui servirait, sauf lui rappeler, comme elle ? Une ombre de la réalité. Mais c’était comme s’accrocher à un navire qui coule, au final. Il baissa les yeux. L’idée de ne pas avoir gaine cause l’irritait de plus en plus.

_________________
We will bring peace and freedom, Invité. You cannot stop what is already there.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mer 3 Jan 2018 - 18:15
Elle avait dit avec méchanceté, parce qu’au fond c’était plus dans cet art là qu’elle excellait, frapper où ça fait mal, plus que donner des bains d’affection, une vérité plus que vraie avec lui. Mais malgré les coups de roseaux, le Hayai ne cédait pas. Difficile de cacher ce sourire satisfait quand elle se délectait de lui rappeler.

- Et puis tu devais partir toi non ?

La femme relevait un sourcil. Mais avec eux le pacte était perdu…

Un réflexe et elle attrapait la main du brun pour le garder, mais pas vraiment à ce dernier qu’elle avait pensé à cet instant, d’ailleurs elle était ailleurs, mais quoi… ? Un souvenir flou qui ne veut plus prendre forme. Sa voix la ramenait à la réalité, si elle l’était encore. Toujours là ? Normal en même temps, elle travaillait plutôt pas mal à le retenir. Femme de mauvaise foi…

Fort heureusement pour elle d’ailleurs, elle misait beaucoup sur sa sœur, la même qui devait lui en vouloir pour son départ sans un mot, mais pourtant, pas inquiète, de la rancune la petite Moira en avait, mais de l’affection et de la loyauté, bien plus encore. C’était ce lien particulier entres elles qui les liées à jamais. Elle mettrait une tarte, bien méritée, avant de la serrer fort pour qu’elle ne disparaisse plus jamais. Sa force à elle, ignorait la fureur et la fougueux de sa sœur, sa faiblesse à elle, trop la laisser faire quitte à s’éloigner des bras réconfortants pourtant à si courte portée.

La pensée pour Moira la réconfortait et de sa main libre, la Hyuga capturait le brun, quoi qu’il en dise pour se glisser dans ses bras. Qu’il gronde, elle n’en ferait aucun cas sa tête posée sur son torse gelé, mais le contact faisait du bien à ses joues trop réchauffées, ses doigts agrippaient le tissu pour le serrer, fermement, comme il le ferait avec l’anneau. Le sien. Pas question de laisser partir au final, son corps pouvait filer, mais de ça, il ne pouvait décider.

-Trop terre à terre, quand moi je n’ai qu’à fermer les yeux. Où est l’homme qui avait tiré sur ma joue pour trouver un sourire.

Sa tête se relevait à peine, simplement pour constater, elle lui tirait la joue, sa magie à lui après tout, on pouvait supposer que le magicien ne se laisserait pas prendre à son propre tour, mais il avait une assistante tenace quand même…

-Ne nie pas que tu en as envie, ce n’est pas le genre de l'idiot, la mauvaise foi c’est moi !

C’était peu dire.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mer 3 Jan 2018 - 18:41
Elle posa les mains sur lui et il serra les dents, mais au final il ne fit rien. Fit rien parce qu’il était faible ou simplement las ? Probablement les deux. Mais avant de s’en apercevoir il avait lui aussi enlacé, une main prise dans les cheveux, une vieille habitude aussi. Il soupira lorsqu’elle lui tira la joue en rappelant d’autres souvenirs douloureux. Toujours le tour de brutaliser les moments, en tout cas. Au final Taishi ne savait plus quoi penser et c’était probablement ce qu’elle souhaitait, diviser pour régner, qu’on dit. Une si fine stratège…

Il ne pouvait pas oublier la femme qui devait vivre sous les traits de l'idiote, mais surtout que ce passage ne pouvait être vrai, authentique, et… Éternel. Quelque part, quelqu’un tirait des fils, c’était une loi de ce monde, plus vraie encore lorsque les morts revenaient chez les vivants. Taishi se demanda si Sanadare avait vécu ce conflit avec elle-même déjà. Au final, il ne pouvait rien dire, rien du tout.

Il tira sur les mèches et alla chercher ses lèvres sans savoir à quoi s’attendre. Mauvaise habitude, mais il y avait plus qu’un coupable. Lorsqu’il releva la tête, il ferma les yeux.

« Alors tu iras...Où ? »

Essayer de la retenir était inutile, tous deux le savait. Mais au final, peut-être qu’ils auraient un peu de temps tous les deux. Taishi se demanda depuis combien de temps, depuis quand, elle… Aucune importance, il supposa. Sa main serra un peu plus les cheveux, comme pour l’empêcher de fuir.

« Tu vas regretter tu sais. »

Comme un jour d’été parfait. Les beaux jours étaient-ils terminés ? Il soupira.

« Je ne peux pas rebrousser chemin maintenant. Je dois y aller. Pour moi, pour toi. »


Le Hayai n’allait pas oublier la genin, ni le sacrifice. Il se remémora la date inscrite sur le contrat et essaya d’établir un échéancier. Qui sait ce qu’il trouverait entre-temps. Et elle ? Il appuya son front contre le sien en silence quelques instants. L’Homme ramassa le châle laissé tomber par la femme et commença à sécher ses cheveux. Ça lui rappela une tente, à Tetsu no Kuni.

« Mais je serai là. Autant pour moi que pour tourner la page. Pour faire place à la suite avant que… »

Avant qu’il ne puisse enfin la rejoindre l’autre côté, peut-être. Son bras serra sa taille en espérant que ce fébrile contact entre eux ne se rompt jamais.

« Demain ?… »

C’était aussi insistant qu’il ne pourrait jamais se permettre de l’être.

_________________
We will bring peace and freedom, Invité. You cannot stop what is already there.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mer 3 Jan 2018 - 20:20
Elle sera plus fort, difficile de dissimuler la satisfaction d’être dans ses bras, ou bien de le voir céder à l’y laisser s’y prélasser… Lentement, mais sûrement. Enfant terrible, rien de nouveau, non plus quand il capturait ses lèvres trouvant un répondant volontiers. Une évidence, une autre était qu’il allait se rebiffer à l’idée, bloquant sur un détail, elle aurait pu remuer le couteau dans la plaie… Il n’y avait décidément que de cette façon là que son attention se captait. Triste en soi, mais les deux l’étaient au final. Son nez percutait le sien pour qu’il rouvre ses yeux et profite de ce message sans mot dans son geste, une phrase qui n’était pas jetée au hasard, certainement pas.

-Je n’ai pas ton affection pour la genin, ni ta morale, ceux qui ne font pas partie de mon monde n’ont pas de valeur.

Ses doigts attrapaient sa joue pour le ramener à ses lèvres, mélange entre dureté et douceur quand toujours son souffle frôlait ses lippes et qu’elle annonçait clairement leur suite au final…

-Tu ne sauveras ni l’une, ni l’autre, parce que tu n’as pas à le faire. Le trio a perdu sa propre bataille et j’ai mené ma guerre seule, car au final c’est avec cette condition que j’avance le mieux. Cette fois, tout finira avec moi.

Lui, elle, le monde et toutes les folies qui erreraient dans son esprit, elle ne s’arrêterait pas, quelque en soit le prix, assez donner, assez. Et elle ne voulait pas de fin. A moins qu’elle ne soit générale. Il ne l’arrêterait pas, il n’avait jamais su le faire, juste au final la retenir parfois, c’était plus son genre à elle les prises fermes sur ceux qu’elle aime. D’ailleurs, elle le poussait un peu, combien même il marmonnait, elle savait qu’elle existait cette petite voix qui le poussait à l’encourager dans sa folie au final en avouant son manque si ouvertement.

-C’est ridicule ce que tu dis.

Pas dur de faire basculer pour reprendre sa place de conquérante, il était si las, son effet à elle ça, mais elle l’avait connu vigoureux, c’était ça qui lui manquait à elle...

-Comment quelqu’un dans tes bras peut te manquer.

Peut-être que sa mauvaise foi n’était pas si établie que cela. Au final, c’était ça qui le dérangeait non ? Diablesse.

-Et maintenant, tu y penses encore ? Demain arrivera vite et toi et moi nous ne ferons pas le chemin ensemble, pense à cette nuit avant que le manque ne soit rien face au regret qui te poursuivra.

La laisser faire ne l’engageait à rien pas vrai ? Mais avec elle, les limites, et les petites lignes des contrats pas toujours établies restaient flous, ceci dit, il était facile de deviner ses envies.

-Endors toi dans mes bras, moi dans les tiens et demain, eh bien tu feras comme si tu avais rêvé, les jours d’après aussi.

Ou cauchemarder. Ses bras se glissaient autour de son cou. Le destin était bien cruel de les amener au même endroit au final, mais c’était à des années-lumière de sa préoccupation sa tête contre lui et son souffle calme parce qu’elle écoutait l’écho en concert avec le soulèvement de sa poitrine quand il respirait. Tout ce qu’elle voulait au final en caressant sa peau le temps de trouver le sommeil.

-Je suppose que maintenant ça sera le premier qui termine sa course qui gagne... Mais l’enjeu quel était-il donc? Je te laisse choisir.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mer 3 Jan 2018 - 20:49
Elle s’était installée, plus moyen de revenir en arrière. Il caressa ses cheveux pensivement avant de la hisser dans ses bras à nouveau, même si ce n’était plus tout à fait la même princesse idiote, c’était le vrai sang royal cette fois. La même taille de guêpe, les mêmes cheveux longs, très légèrement ondulés – un œil averti s’y tromperait. Même caractère imprévisible. Jamais il n’aurait pardonné un truc du genre. Et le genre actuel ? Autant ne pas répondre à ça. Ses mots l’effrayèrent un peu. Cet état était irréversible ? Ou bien ferait-elle en sorte que ce le soit. L'idiote pouvait prétendre ne pas porter attention à la vie qu’elle avait saisie pour en faire la sienne, mais Taishi savait que ce qu’elle s’en faisait pour lui, si ce n’est qu’un peu.

Il la porta jusque dans la chambre. Pas de lumière ici, seulement le noir et le noir qui envahissent les yeux, secoués par l’éclair occasionnel. Taishi pouvait se souvenir d’une nuit semblable passée avec la femme, il y a bien longtemps. Quand elle tenait encore mal sur ses pieds, lorsqu’ils se courtisaient à pas prudents, elle bien enveloppée dans sa rancœur envers le monde et lui dans l’arrogance de son assurance. L’assurance de savoir qu’il suivait son destin. Ce Taishi là était mort au sommet. Il la déposa sur le lit et l’observa de biais avant de retrouver ses lèvres presque en perpendiculaire. Ses doigts suivirent les trais de son visage, son nez et ses joues. Dans le noir, il fallait se convaincre pour ne pas sentir les traits amusé de l'idiote qui obtenait ce qu'elle voulait. Mais ce n’était pas le cas. Ou Si ? Est-ce qu’un corps est la définition de qui l’on est ? C’était absurde. Le premier sentimental dirait que non. Non, c’était le fait de revivre, et le fait de prendre ce qui appartient à l’autre. Elle vivait encore comme avant. C’était lui l’étrange au final, songea t-il. Peut-être était-elle tout aussi surprise par sa conduite que lui par la sienne. C’était comme redécouvrir un objet qui nous est cher mais que l’on a perdu il y a longtemps déjà. Après un moment immobile dans les ténèbres, ses mains suivirent les courbes du corps de la femme pour lui retirer des vêtements trempés. Aucune protestation ne suffirait. Il fit de même avant de la rejoindre sous les couvertures.

Le contact de la peau fut comme des chocs électriques. Il frissonna longuement, puis l’enlaça pour maximiser le contact. Sa tête semblait avoir abandonné le combat, pour la nuit du moins. Tout pouvait attendre devant cette folie…Sa voix fut presque un chuchotement. La pluie martelait la fenêtre.

« Ce n’est pas un rêve… Les rêves prennent fin un jour ou l’autre. Mais ce n’est pas ce que tu veux. Si ça se trouve, c’est la mort qui t’as mise à la porte pour mauvaise conduite. Ils envoient la facture par la poste ? »

Petit rire sans conséquence. Il se redressa un peu en tentant de discerner ses traits dans la nuit. Elle avait encore des griffes et il pouvait le sentir.

« Pas un jeu égal, tu auras plusieurs jours d’avance sur moi. Et Moira me détestera pour ça. »

Elle ne jouait jamais à jeux égaux. Un trait partagé, même si celui-ci s’inquiétait du sort des participants et non l’idiote. Il secoua des épaules avant d’embrasser les siennes.

« Le gagnant choisit les tenues d’apparats. Et devra obéir à l’autre pendant une action, peu importe la demande. On appelera ça le Joker.»

C’était un mauvais moment pour poser des questions. Mais c’était peut-être le seul. Taishi ne voulait pas dormir, il voulait sentir cette chaleur encore un moment. Ses doigts se refermèrent dans ses cheveux encore humide. Il alla attaquer l’oreille. Elle n’avait pas besoin d’écouter, juste parler, non ?

« Je ne vais pas là-bas pour vous m'enfuir, tu sais. »

Tu sais. Qu’est-ce que tu sais ?

_________________
We will bring peace and freedom, Invité. You cannot stop what is already there.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mer 3 Jan 2018 - 21:22
Plus le temps passait et plus il la rendait capricieuse à lui donner des mauvaises habitudes comme ça. Bon ok, elle se les donnait un peu toute seule, mais il fallait avouer que même passive elle obtenait ce qu’elle voulait, même si aujourd’hui c’était un peu exceptionnel. Voilà qui n’aidait pas. Enfin si on considérait que c’était un point à changer, pas pour elle en tout cas qui se régalait à battre l’air de ses pieds devenu aérien le temps d’une montée. On pouvait considérer aussi qu’il avait accepté l’invitation, pour cette fois au moins, à ne pas en douter, demain encore elle lui donnerait –encore- des raisons de s’effaroucher. Pour l’heure il glissait sur sa peau comme elle le faisait d’entre les doigts de la logique, une facilité déconcertante signée par des lèvres utilisées dans toutes leurs fonctionnalités. De vrais experts.

Et quand il se stoppait dans un si bel élan, simplement la patience en arme, car on savait bien qu’il fallait bien subir le froid avant de profiter de la chaleur à sa juste valeur, simplement elle l’imitait, c’était bien suffisant comme ça. Il se montrait bien bavard et surprenant ce soir, à l’écoute et prise un peu par surprise, sa première réaction était un sourcil qui se relevait. C’était bien le moment de rire tient, pourtant c’était finalement de bon cœur qu’elle l’accompagnait face à la bêtise tout juste lancée…

-Pas de facture non, juste un renvoi de colis à l’expéditeur et comme c’était moi… Elle s’est rabattue sur les ' proches ' restant. Pas de chance.

En punition ceci dit, son emprise dans sa chair se faisait plus ferme, pour le faire taire bien sûr, mais ses griffes n’étaient plus assez affutées il faut croire. Ceci dit, elle souriait quand même.

-Dommage… Pour toi, je veux dire. Ma demande est toute trouvée une fois que j'aurais gagnée...

Il avait un prix à tout, celui-ci n’était pas si élevé que ça va. Cette réflexion tombait à pic et peut-être l’avait-il même flairé, ses ongles se plantaient plus profondément dans son dos, pas tant par l’effet de ses crocs sur le lobe de son oreille. Ce qu’elle savait hein ?... Les mots avaient tout d’une pluie d’aiguilles…

-Je sais, les aberrations de ce type ne sont pas ton genre. Et si tu me demandes si je t’ai vu batifoler avec elles plusieurs fois ou même les rejoindre, la réponse est oui. Pas de chance encore.

Un temps d’arrêt qui se marquait, ça la dérangeait tant que ça ? Un peu quand même, mais la sentence à ça avait déjà été rendue, pas la peine de revenir dessus, alors elle lui tirait sur la joue comme pour lui dire silencieusement qu’elle ne lui en tenait pas rigueur. Son pied glissait le long de sa jambe prenant sa progression vers le dessus, lentement, mais sûrement elle l’emprisonnait de toute part au final. Et ce n'était que le début.

-Je pourrais t’expliquer si tu te montrais motivant à me faire parler. Il va falloir être très convaincant, faire une différence notable avec ce que j’ai vu... Tu as connu bien trop de bras !

Et par-dessus tout, trop bien suivi l’exemple de sa belle pour le coup… Elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même. Cela serait sa seule chance de le faire, parce que, jamais deux sans trois avec cette dernière il parait. Mesquine sa mine mutine en capturant ses lèvres contre les siennes, mauvaise joueuse jusque bout, il était plus compliqué de la faire parler ainsi n’est-ce pas ? Et il fallait compter sur elle pour monter la difficulté de plusieurs crans en l’obligeant à se concentrer ailleurs.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mer 3 Jan 2018 - 21:48
Elle gigotait dans tous les sens mais c’était juste un souvenir qui faisait surface. Il suffisait d’attendre et les coups de pieds viendraient. Elle se mettrait à gesticuler, à couiner pendant que les rêves prennent le dessus. On lui raconterait qu’elle réfuterait, mais Taishi avait fini par s’habituer, lui qui ne rêve que rarement. Il soupira en lui retenant les poignets derrière la tête. Comme ça , il avait accès aisément à ses lèvres, en plus de la garder sous contrôle… Temporairement. Il avait presque oublié ce que ça faisait. Il était énergique mais l'idiote n’avait pas de comparaison possible. Autant garder les griffes loin de lui.

« C’est le destin. »

Peut-on en dire autant des liens affectifs ? Il tira un peu plus sur les menottes en soufflant dans son cou. La question n’était pas là. Il n’avait pas cherché c’est tout. Un autre blâme pour l'iidote peut-être. Ça ferait surface à un moment, elle ne manquait jamais d’occasion.

« Trop de bras ? Et toi alors ?»

Encore une question de point de vue, rigola-t-il silencieusement en s’installant plus confortablement contre elle, la gardant désarmée autant que possible. Persone n’oserait faire ça sinon lui de toute manière.

« Tu ne dois pas avoir tout vu, sinon tu saurais que ton corps actuel joue bien plus que moi, et dans plus d’une équipe en plus ! Ah, mais attend, c'est vrai que t'es nyope comme une taupe après tout ! »

Il lui pinça le nez avec un petit rire mais la garda tout près, tendrement. Peu à peu il se calmait, mais personne ne pouvait l’apaiser autant que cette idiote au final. On aurait pu facilement penser le contraire. Que passer du temps avec elle, c’était frôler la crise cardiaque. Le Hayai ne pouvait pas nier. Mais à d’autres moments, elle le laissait plus moins tranquille. Il se doutait que ça n’allait pas durer, probablement même pas toute la nuit. Probablement jusqu’à ce que la logique revienne le hanter pour le sortir de ce moment insensé. Taishi capta les lèvres de sa partenaire en relâchant enfin ses bras pour plutôt la secouer gentiment.

« Je n’ai pas dit que tu étais un monstre… J’ai dit que tu étais impossible. Tu l’étais avant, et tu l’es encore… »

Il la relâcha en s’appuyant sur le matelas pour regarder le plafond.

« T’as aimé regarder ce que tu ne pouvais pas voir ? »


Sourire entendu. Il chercha ses doigts et les croisa.

« Allez, raconte. »

_________________
We will bring peace and freedom, Invité. You cannot stop what is already there.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mer 3 Jan 2018 - 22:13
-Oui, ça ou bien tu assures ta victoire. Qu’est-ce qui se trame déjà dans ta petite tête…

Au moins ils seraient deux à vite avoir trouvé comment utiliser leur victoire, les propos du brun laissaient entendre que finalement, le jeu n’était aussi acquis pour elle qu’on aurait pu le penser. Sans arrière-pensée, il n’aurait pas accepté de toute. Gesticuler n’avait pas grand effet, l’expérience lui avait prouvé plusieurs fois, particulièrement avec lui, plus on ne plaignait, plus il se plaisait à faire patienter pour la fin. Faute de main, c’était son souffle qui chassait les mèches rebelles venant titiller son visage, action inutile quand on réquisitionnait l’outil du souffle. D’ailleurs c’était bientôt le sien qui la narguait et tirer un peu sur ses bras confortait l’idée, était pris qui croyait prendre. Un partout ou presque, un mouvement de la tête pour le suivre s’installer à côté. Qu’il profite !

-J’en ai vu bien plus que toi en étant aveugle, le comble non ? Ma faute à moi si tu as des goûts étranges ?

Il se fichait d’elle ou bien ? Oui, c’était parfaitement ça et là on le reconnaissait bien, le mouvement brute de madame était entravée à sa source, l’emportement qui lui avait fait oublier le détail. Elle marmonnait un peu quand même. Peut-être pour ça qu’on la libérait ? Tu parles.

-J’aurais préféré participer, mais on ne m’a pas invité. Les autres équipes par contre j’étais mieux entraînée… Grace à toi.

On se servait des doigts qui avaient cueillis les siens pour le ramener par là, le faire taire en priorité en capturant ses lèvres, une astuce pour ne pas épiloguer là-dessus. Le tout pour l’avoir plus près encore qu’il ne l’était déjà ? Non, une ruse pour changer son angle de vue, parce qu’elle avait bien compris qu’il jouait au final avec sa patience inexistante. Joueur ce soir, c’était le bon mot et tout ce qu’on demandait c’était de rester bien près de la source de chaleur qu’il était.

-Le monde a continué un temps sans moi quand je me suis endormie pour la dernière fois. Depuis...

Nul envie de parler ou repenser à ça. La suite plus réjouissante lui sautait à l’esprit comme une bouée pour la maintenir à la surface. Un air de le désigner en coupable au tort partagé au final.

-Le monde a encore changé de perspective. Puis c'était déjà la fin.

Une qui avait été plus longue que la Huyga ne l’aurait voulu, ça lui avait laissé tellement d’opportunités qui sous son nez avaient suivi leur cours, attisant la frustration et la motivation au final, quelque chose de bon et mauvais alors… ? Elle grognait un peu en reprenant sa place autour de la taille de l'homme.

- Une chance sur deux. J’ai gagné, je crois ?


Voilà qui le faisait rire, d’autant, qu’elle n’avait jamais eu de certitude sur ça.

-Quant au reste… Un travail d’usure pendant ces songes, ces phases de fragilité.

Le premier qui arrive gagne.

-Et toi, qu’à tu fais dans ton absence, racontes. Je veux dire, à part retrouver une double D hein !

Elle tirait sur sa joue en grimaçant avant de laisser ses lippes parcourir sa peau le temps qu’il parle. Elle était largement plus baladeuse que lui et ça depuis toujours, pas de surprise.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mer 3 Jan 2018 - 22:44
Le Hayai soupira de plaisir sous les arts de sa partenaire. Elle se plaignait d’autres bras, mais en fait, les mêmes qui s’agitaient à l’instant. Mais sa restait… Différent. Sanadare savait tout de lui : elle était la première entrée dans son lit, la première il y a bien longtemps. Ils se complétaient bien, peut-être trop bien. Elle en profitait, Taishi le savait. Mais rien qui l’arrêtait. Sa main parcoura le ventre en effleurant des endroits plus énervés.

« Au moins j’ai une utilité. »

Tant qu’elle jouait gentiment, l’équipe importait peu pour lui. Enfin, presque. Les éclairs lui offraient des vues sur la topographie sous ses yeux, il ne faisait qu’observer, un peu activement. Sa main traça des sillons dans les mèches blanches et serrèrent doucement. Il avait du mal à se faire à ce noir , du mal à l’associer à elle. Le blanc , c’était un autre de ses pièges. Une façon de croire que c’est un ange pur et innocent. La réalité était plus… Agréable ? Le Hayai tira sur les fesses pour la ramener à son niveau et prendre les lèvres. Taishi était plus traditionnel, il aimait voir ses traits pétillants s’agiter d’énervement. Encore interrompue…

« Que voulais-tu en échange ? »

Ce fut son tour de la redresser, puisqu’elle aimait avoir l’impression de contrôler, pour parsemer son ventre d’attentions particulières, les mains sur ses hanches. Pourquoi ça l’intéressait tant ? Pas un peu normal que ça l’agite aussi ? Il s’appuya la tête contre ce ventre et cette poitrine brûlante en vivant chaque instant. Les mains glissèrent sur les flancs et s’arrêtèrent sur les courbes en augmentant la pression.

« Je n’ai pas trouvé une double D… Elle m’a trouvé je dirais. Jalouse ? J’aime… »

Il aurait dû dire des ? Elle était rougeâtre mais ce n’était pas de l’orgueil, va savoir. Taishi ne savait pas grand-chose mais il connaissait un peu les femmes. L'idiote n’allait pas lâcher le morceau. Il n’avait ni envie de la mettre en colère, ni envie de mentir, c’était sa nature à lui après tout. Il se reposa sur le dos en la laissant jouer.

Il caressa la joue chaude en baissant un peu les yeux. Elle était belle. Baladeuse, mais il était le plus doué des deux depuis toujours, pas de surprise. Ses mains touchèrent quelques endroits célèbres, de simples effleurements pour faire monter la buée aux fenêtres.

« Je suis pas un bon invité et bon… Pas mon genre… de m’inviter… »

C’est toi ça.

_________________
We will bring peace and freedom, Invité. You cannot stop what is already there.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mer 3 Jan 2018 - 23:10
Seulement un sourcil qui se relevait quand il parlait de son genre. Ça la faisait rire, forcément et elle tirait sur sa joue pour le punir de se moquer d’elle, quelques instants déjà en prime qu’il le faisait sous tous les fronts.

-Dit-il l’homme qui s’invitait chez moi, le soir même, dans mon lit, dans mes bras. Pas ton genre ouais.

Menteur. Une première ceci dit en revanche pas de grand changement dans l’attitude de l'idiot, manque ou pas, il tenait à la place qu’ils se bataillaient depuis toujours, ‘fin, elle était encore au-dessus, déjà ça. L’emplacement démontrait très vite qu’il n’était pas aussi stratégique que ça, il la déconcentrait un instant, avant de se remettre à parler. Ce qui lui valait un regard piquant et une moue, une qui voulait dire lui dire de se taire et s’occuper ailleurs… Peine perdue. Son tour de soupirer et pas de la même façon de quelques secondes plus tôt.

-D’après toi, une créature de rêve comme moi, il, qui est elle en fait, voulait quoi ?

Son tour de se moquer un peu en le ramenant contre elle, sait-on jamais, occuper ses lippes assez longtemps pourrait venir à bout du bavardage pour poursuivre le jeu de parcours d’un corps sans courbes. Et voilà que c’était elle qui lâchait la première au final sous l’intrigue, il était plus… fin qu’avant. La découverte l’avait assez troublée, du moins un instant. Assez pour qu’il reprenne en main le bal, fichu brun, même dans le noir elle pouvait deviner son sourire satisfait, enfin, sa main qui caressait son visage l’aidait assez. C’était assez triste ce qu’il disait là, mais il avait le don de doser les moments pour toujours les faire se succéder à son avantage. Le fourbe. Ses griffes se plantaient un peu sur sa peau, mais c’était de bonne guerre, il l’avait cherché quand même.

-Qu’est ce t’en sais ?

La femme chassait les mains du brun et elle reprenait le mouvement puisqu’il la laissait faire, une bonne astuce pour lui de se reposer, pour elle de se défouler, il avait le mode d’emploi, pour ça que les jeux duraient longtemps, même interrompu par les bavardages… Encore que… Une morsure sur le bas de sa lèvre signait néanmoins son mécontentement…

-Ma faute à moi si tu te les mets à dos hein ! Stupide idiot.

Son corps glissait sur le sien pour que ses lèvres loue un nombril, du moins au début, quand elle parlait encore.

-Et maintenant quoi… ?

Elle s’occupait en le laissant répondre, enfin, à compter qu’il puisse trouver ses mots et les aligner. Elle aussi savait jouer des zones fragiles au toucher. Elle ricanait, mais le son était étouffé, lui qui avait choisi sa place, il ne pouvait pas s'en plaindre maintenant et il était bien placé pour savoir à quel point sa femme était têtue. La même qui longtemps après finissait par reprendre la conquête de cette plaine qui la séparait de la proximité de son océan. Elle tira sur son joue rougie à son tour, qu'il veuille ou non.

-Ton temple la prochaine fois et ne t’effarouche pas de mes bêtises, hein.

Elle lui volait un baiser avant de se caler contre lui, son souffle chaud dans son cou. Ceci dit il ne dormait encore?! Voilà qui ne saurait tarder.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mer 3 Jan 2018 - 23:46
« Une créature de rêve… »

Il souffla pensivement en continuant de caresser sa joue, son regard suspendu dans le sien, même s’il avait les paupières de plus en plus lourdes. La fatigue de la longue marche sous la pluie choisissait un étrange moment pour prendre son dû. Lorsqu’il se réveillerait, elle ne serait plus là. Pire encore, ce serait peut-être au final qu’un rêve et elle n’aurait jamais existé. Elle lui mordit la lèvre et il grommela son mécontentement, même si ce n’était pas vraiment de la colère en vrai. Sa main caressa les doigts entiers de la dame et la subsistante caressa jusqu’à ce que le souffle un peu accéléré de la dame libère sa lèvre douloureuse.

Plus ou moins sérieux. Taishi voyait l’affront avant le cadeau, c’était sa nature. Tout comme il avait ce sentiment que s a présence lui rappelait son propre échec tout en lui permettant de se rattraper. C’était contradictoire et insensé mais sa tête fatiguée ne faisait pas beaucoup de chemin ce soir au dirait. Elle se libéra comme le petit démon qu’elle était mais ne se fit pas prier pour jouer à son tour, à coups de griffes, de dents, mais aussi d’une douceur qui ne lui ressemblait pas.

« Tu es… Différente… Non ? »

Pas juste physiquement, qu’il voulait dire. Les mains qui l’effleuraient agissaient différemment d’autrefois, de cette relation où il devait s’évertuer à l’attraper, la rattraper, et compenser.

« Ce que t’as toujours voulu, c’est être libre non ?... Même de moi à certains moments je crois… Alors je vais vivre et tu vas vivre, chacun nos choix, chacun nos vies… Mais ça ne change pas ce qui est, ce qui fait toi plus moi… Je te trouverai tu sais et pas pour de moments aussi ten-dres. »

Petit sourire en se reposant la tête, les bras fermés autour de son épouse qui s’amusait toujours comme l’adolescente qu’elle restait.

« …Après ça, je vois pas ce que tu pourrais faire de plus bête… »

Il ferma les yeux et son souffle devint de plus en plus régulier et doux…


_________________
We will bring peace and freedom, Invité. You cannot stop what is already there.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Jeu 4 Jan 2018 - 0:06
La phrase percutait dans ses oreilles, coupant son élan au final, enfin peut-être c’était ce qu’il voulait, qu’elle arrête de s’agiter, après tout, c’était un luxe rare avec ce spécimen… Bien qu’enlacée et bien calée, la femme se redressait un peu, des sourcils un peu froncés.

-Je suis une grande fille, ne t’inquiète pas....

Mais elle savait très bien que ce n’était pas ce dont il parlait, mais c’était une habitude d’éluder les questions dérangeantes, une vieille et peut-être mauvaise habitude. Pourtant on pouvait mieux encore lire à travers, jusqu’à ce qu’il n’en prenne note, consciemment ou non. La femme glissait avec douceur jusqu’à ses lèvres pour ne pas le déranger dans son entreprise de repos, avant d’elle-même faire prendre possession du haut de son torse par sa tête.

-C’était forcé que les choses changent non ? Nous ne sommes plus vraiment les mêmes qu’avant.

Ceci dit, le sommeil avait plus de mal à la frapper que lui, probablement une envie de profiter de l’instant, ou une plus grande résistance, si ça se trouve, les deux. Alors son doigt glissait sur le torse de sa moitié dans l’obscurité pour retrouver avec amusement toutes les marques qui le composaient, quelques nouvelles qui s’étaient ajoutées. Elle l’écoutait parler, pas sûre d’approuver, mais de toute façon, les choses écrites d’avance ne l’avaient jamais beaucoup intéressé…. Elle aurait bien répondu, on verra bien, mais à la place elle commençait par soupirer déjà. C’était quoi la liberté au juste ? Voilà une réponse qui lui paraissait bonne à trouver pour débuter, un bon début pour avancer.

-C’est quoi déjà ?

Impossible de ne pas rire, d’autant que c’était un peu frustrant ce calme, trop d’éléments qui changeaient.

-Ou alors en être rendu là où nous sommes… Je pense que ce mot est vrai acrobate, on peut l’associer à tout ce que l’on veut.

C’était le travail d’une longue patience à la lueur du jour avec un doigt pour compteur de minutes qui défilaient au fur et à mesure qu’il remontait la longueur d’un flanc avant de le redescendre. C’était agréable ce souffle chaud et las dans ses cheveux, tant que l’habitude à ce dernier laissait percevoir la perturbation quand le roi s’éveillait.

-Bien dormi ?

Nul besoin de lui adresser un mot de plus, il n’était pas encore assez bien réveillé pour ça.

-Je me suis dit, que tu m’en voudrais si je filais sans te dire au revoir… Mais tu es tombé telle une masse dans ton sommeil. Je n’ai pas eu le cœur de te réveiller. Quittons cet endroit ensemble, même pour deux chemins différents, ça me semble un bon compromis non ?

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Jeu 4 Jan 2018 - 0:26
À quel moment c’était-il endormi ? Il soupira, les yeux encore clos. L’objet d’attention était toujours là, il pouvait sentir la chaleur circuler. Au moins ce n’était pas un rêve. À moins d’une sorte d’inception ? On se trompe de trame. Le Hayai commença à s’étirer. Sa main alla rapidement chercher celle qui se baladait pour l’entrelacer en agitant légèrement son bras de lutine. Pas une journée qu’elle reprenait ses vieilles habitudes avec lui… Une vague de remords lui revint à la tête et il la secoua légèrement. Ça ne servait à rien d’y penser. Ce n’était pas son choix à lui…

Il ramena ses longs bras et tira sur une des joues redevenues blanches, replaçant ses mèches derrière ses oreilles comme il faisait autrefois. Elle détestait ça. Ce qui voulait surtout dire qu’elle aimait.

« D’accord.. »

Un peu à contrecœur, il se releva lentement en la posant à côté de lui, récupérant ce qui avait passé la nuit sur le sol. Le soleil qui perçait à travers la fenêtre annonçait une journée radieuse, le calme après la tempête. Le monde voulait-il lui envoyer une sorte de message ? Les éléments se mettaient en place mais le Hayai avait résolument l’impression d’être dépassé, complètement dépassé par les évènements. À ce moment, avancer semblait la seule option, même si elle l’éloignait de son objectif initial.

Il se redressa et s’habilla en silence. Il voulait ajouter quelque chose mais rien ne venait à l’esprit. Tout était dit. Ce n’était pas la fin, il refusait la fin et le Hayai emboîtait le pas au final. Taishi réalisait qu’il avait perdu une bonne partie de sa flamme depuis la mort de certains. Où était le courreur effronté et pourtant honorable qu’il avait été ? Maintenant, c’était juste un homme qui essayait de vivre et de récupérer le passée, le sien à elle. C’est peut-être pour ça qu’elle était aussi douce maintenant… Ou bien elle avait vraiment changé, de son vivant ou sa mort, peu importe. Sa main se posa sur son manteau qu’il enfila manche par manche.

« Je t’en ai voulu longtemps et je t’en veux peut-être encore au final. Mais si tu es là, c’est que j’ai ma chance de découvrir la réponse à la question. On a beaucoup de choses à se dire et à ratrapper, mais… Pas maintenant. »

Il la fit taire en pleine réponse.

_________________
We will bring peace and freedom, Invité. You cannot stop what is already there.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Jeu 4 Jan 2018 - 18:51
Le brun se redressait bien vite, elle l’avait connu plus feignant au réveil, encore quelque chose qui changeait ou alors c’était qu’avec le repos les idées se mettaient un peu au clair. Sûr qu’il détestait cette situation là et son agacement probable ravissait la femme en général. Une vieille manie.

-Je n’avais pas pour projet de me lever si tôt, mais soit…

Soit, oui, pas le choix, il était ridicule de tenter d’arrêter Taishi une fois lancée, peine perdue, il la faisait taire, ou la décaler, quoi qu’il arrive, suivait son idée de base. Là c’était partir et la faire taire était de loin son sport favori, alors pourquoi lui demander ? Une grimace en guise de réponse quand il se détachait, on aurait pu lui faire pendre du temps ou alors i… Finalement la Hyuga affichait une mine dépitée… Bravo !

-Quelle idée stupide. Quant au reste…

Son tour de le faire taire en fermant son manteau à sa place, quelque chose qu’il avait perdu l’habitude de faire faut croire… elle lui avait montré mieux que personne durant leur cohabitation à quel point l’homme était devenu laxiste. La pensée l’irritait un peu, mais si on commençait à tout rassembler là… Impossible d’en finir, finalement on ne pouvait qu’approuver le choix de l'idiot. Comme toujours…

-Je n’ai jamais su t’écouter… Qui sait, peut-être que la leçon est acquise maintenant !


La fille tirait un peu sur le vêtement, une astuce pour le faire se rapprocher, ni l’un i l’autre n’avaient oublié ce langage étrange sans mot il semblerait. Voilà qui lui faisait penser subitement à un élément de taille quant à l’acquisition ! Oui, c’était laid dit comme ça, mais une réalité… Il faudrait faire un détour un jour, un où elle n’avait pas oublié une nuit terrible, le rappel lui donnait un sourire gêné, comme si on frappait à sa porte avec la note de ses méfaits… C’était rude, mais méritait. Lui qui lui parlait toujours du destin et elle qui s’entêtait à vouloir le forcer… C’était révolu ? Difficile à croire. Elle ajustait son propre manteau avant de le traîner dehors sans ménagement en le tirant un peu. Une autre mauvaise habitude. Les voilà dehors et elle, toujours accrochée à son bras en direction de son propre chemin, à un moment où l’autre, elle ferait semblant d'en prendre un autre, pour simplement au final contourner. Le Hayai pouvait être dupé ? Certainement pas, mais aucune importance pour l’heure, finalement elle lâchait ça sans ménagement… C’était plus elle en fait.

-Tu me laisserais vraiment mon choix de partir ?


Un ricanement, faut croire qu’elle aimait ça le torturer, ou que c’était plus fort qu’elle…. Les deux ?

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Jeu 4 Jan 2018 - 19:46
Il soupira, les mains sur ses hanches. Elle parlait toujours autant, certaines choses ne changent pas, ni les moyens de la faire taire, d’ailleurs. Mais même cela, ça semblait plus coopératif. Es-ce qu’on lui avait renvoyé une idiote plus près de l’ange que rappelaient autrefois ses cheveux ? Elle parla de leçon apprise en l’aidant à enfiler son manteau de voyage et il roula des yeux, nullement convaincu. Les mots savaient où frapper mais le Taishi n’avait pas changé d’idée après tout ce temps. Il avait attendu le sentiment de pur regret et celui-ci n’était jamais vraiment venu à sa porte. On ne peut chercher indéfiniment dans une chambre vide. Mais l'idiote avait vu cet espace dès le début et préférait y agiter les bras que de le pointer du doigt. C’était peut-être ce qui rendait uniques. C’était tordu et droit à la fois. Pas la vie que lui aurait imaginée le Hayai. S’ils avaient été là pour voir ça…

« Je ne peux pas changer le passé. »

Inutile de ruiner le moment non plus, déjà elle voulait ses lèvres et il lui donna en bon partenaire qu’il était. Il remarqua sa moue gênée et s’attendit au pire, qui vint bien assez tôt. Le Hayai écouta jusqu’au dernier mot ceux de son idiote énergique malgré le matin, qui grouillait déjà entre ses mains calmes. Certaines choses ne changeaient pas, hein, Sanadare…

Au final, elle tenait encore son cœur dans sa main et s’amusait à serrer, à attendre le point de rupture sans jamais le dépasser. C’était sa limite à elle, peut-être. Enfin il eut un petit sourire et alla cueillir un dernier baiser en caressant sa joue.

« Au revoir idiote, fais de bons choix pour changer. »

Dernier sourire fugace et il se détourna sans un regard en arrière. Le soleil marchait sur ses pieds et l’air était frais et pur, une journée de voyage. Le monde lui faisait signe qu’il marchait dans la bonne direction. Avait-il retrouvé le bon chemin ? Ou bien avait-il enfin accepté d’être perdu dans sa traque ? L'avenir le lui dirait.

_________________
We will bring peace and freedom, Invité. You cannot stop what is already there.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Jeu 4 Jan 2018 - 20:12
Ce qui les avait mené là était peut-être tout se chamboulement autour du sommet qui sait...
Pour lui il avait quelque chose que pour elle, la genin qui ne voulait jamais prendre part à rien. Elle était pépère comme d’hab’, en patrouille à guetter davantage l’odeur d’un bon sake que l’horizon et les probables ennuis… Enfin, question de point de vue, car c’était son comportement qui lui en amenait souvent, mais c’était une autre histoire. Un soupir la sortait de ses songes, sans bouger de sa position confortable, à savoir les coudes sur la muraille et ses paumes sur ses joues, elle jeta un coup son radar sensoriel sur la zone, mais ce qui la happait était une source du son. Un de ses sourcils se relevait l’air de dire : « C’est pourquoi ? », ce qui eut le don d’agacer son interlocuteur qui grognait plus qu’il ne parlait…

Une excuse suffisante pour la fille pour justifier qu’elle ne l’écoutait pas.

Le fait était, qu’il serait bien de savoir pourquoi il l’avait dérangé, mais rien à faire, sa volonté n’était pas assez grande, encore plus quand il lui jeta une pile de feuille entres les bras en demandant des justifications… Qu’elle n’avait pas puisque déjà, elle ne savait pas de quoi il lui parlait… Aussi il fallait pas s’étonner qu’elle agite la tête de haut en bas comme pour dire oui et si tôt son supérieur disparu de son champs de vision, de toutes, elle ne gardait aucune des feuilles les laissant tombés au sol… Son sourire espiègle et la voilà qui sortait de la zone pour obéir à son chef… Quoi ce n’était pas tout à fait ce qu’il lui avait demandé ? Un détail.

Pour pas changer, la Hyuga n’en avait pas grand à faire des conséquences et là tout de suite son souci le plus grave était un dilemme entre l’envie de dormir et donc parcourir la distance jusqu’à chez elle ou alors de se caler dans un coin tranquille… Et quittant les lieux aussi simplement que cela et le hasard ou non lui offrait le luxe de la paresse de ne pas avoir à faire un choix. Pour cause en route un élément troublant la couper dans sa marche, stoppée là, la fille tourna sa tête de façon plus significative comme pour mieux examiner ce qu’il lui avait semblé voir. Quelque chose de familier retrouvait vite la porte du bar, son sourcil s’arquait, non, non, non, elle savait en quels états elle finissait quand elle rentrait là-dedans sans être service, de la volonté ? Elle n’en avait aucune…

M’enfin, techniquement, elle truandait pour ne pas travailler donc bon… L’élément suffisait face à sa curiosité et la voilà dedans faisant le tour d’un coup d’œil, elle avait rêvé faut croire, rien de ce qu’elle avait cru, ce qui au fond était rassurant, ne lui avait-elle pas dit de ne plus approcher les bars ? Un comble quand on la savait abonnée aux lieux, mais ça, lui il ne pouvait le deviner. La pensée la faisait sourire et la femme allait se retourner, quand juste au cas où, elle questionna le barman qui ne manquait pas de commenter l’étrange de la situation.

-Tu as vu un grand brun avec une bonne carrure entré ? L’homme ne fit que la fixait un air interrogateur… Un manteau vert et qui paye pas de mine… non ? Depuis les bouleversements de son foie, son chakra lui faisait un peu défaut, usé de jutsu trop poussé la mettait ko, alors impossible de traquer qui que ce soit...

-Tu as perdu quelqu’un ma grande ? C’est pour ça que tu n’es pas encore affalée devant mon bar… C’est ça ton excuse aujourd’hui ?

Il ricana en lui servant un verre, une habituée après tout et out toutes idées de départ dans l’absolu, juste un et elle s’en irait, la femme tentait de s’en convaincre…

-Tu lui veux quoi ? Je crois que je vois parfaitement de qui tu parles.

S’il voulait capter l’attention de la Hyuga s’était chose faite.

-Vraiment ?
-Non, tu espérais hein !

Le taquin se mettait à rire de bon cœur et sa victime a boudé en tapant du poing, curieusement aucun commentaire en avalant son verre et le reposant sèchement comme pour en réclamer un autre. On avait dit un hein…

Elle n'avait pas fait trop de bêtise faut croire...
De là à dire qu'elle était resté sage comme promis.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Jeu 4 Jan 2018 - 20:55
Au départ, le plan du Hayai avait été simple, voir le son lit sans délais. Mais la réalité avait rapidement changé avec une combinaison de fatigue et lassitude résultante de la longue ascension ayant été nécessaire pour atteindre le village. Après en avoir traversé les portes avec un succès mitigé. Taishi avait déjà ses propres problèmes, pas besoin d’en avoir d’autres… L’homme avait pris le temps de faire le tour des lieux.. Et puisque les kirijins avaient attaqué récemment, l’atmosphère avait quelque peu changé. De la nervosité, et les étrangers sont forcément moins biens perçus. Mais Taishi savait comment contenir les vagues. Il eut envie de sourire, mais ça ne dura pas. Il baissa les yeux et faillit se buter à un passant. Lorsque son regard foncé remonta, ce fut vers les enseignes qui surplombaient la rue.

Il trouva rapidement ce qu’il cherchait.

Mais il était suivi. Du moins, c’était peut-être une coïncidence. Mais il avait déjà senti cette présence auparavant le collant. Encore elle… Est-ce que c’était une de ces femmes qu’on surnomme « tsundere » ? Il se remit à marcher et tourna rapidement dans l’établissement. Au lieu de s’arrêter au bar bondé, il traversa la pièce et alla s’asseoir bien au fond, à la table d’un homme qui semblait s’amuser bien plus que lui. Puis il patienta, mais ce ne fut pas très long qu’il la vit entrer avec le débarras qui lui était caractéristique. Elle était aussi maladroite qu’une idiote qu’elle était. Il tapota l’épaule du festif enivré et s’approcha du bar.

« Tu te fais ridiculiser même par les civils maintenant ? »

Il s’appuya au comptoir, à côté d’elle.

« Je suis le plus rapide de nous deux. Tu m’aurais jamais trouvé si je ne l’avais pas voulu. Je crois que Akimoto aurait envoyé quelqu’un de plus compétant s’il voulait me consoler. »

Taishi soupira et fit signe au barman qui alla remplir un rire en riant. Il avait l’air de prendre son pied, celui-là. Le Hayai était lui-même amusé. Il prit le verre offert.

« Elle paie. »

« C’est ton nouveau rencart ? »

« Elle a déjà vu tout ce qu’il y avait à voir. »


Ils éclatèrent de rire.

« En tout cas fais gaffe, elle mord ! Surtout quand elle boit ! »

« …. Vraiment ? »

Regard vers l’intéressée qui semblait ne pas avoir été honnête avec lui. Et voilà pour les discours sur l’art de ne pas importuner les gens en état d’ivresse. Il finit par soupirer. Quelque part, il n’était pas surpris.

« Ouais… »


_________________
We will bring peace and freedom, Invité. You cannot stop what is already there.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Jeu 4 Jan 2018 - 21:38
-Non mais ça va aller ouais !

Et sa moue en disait long sur sa pensée là tout de suite, en prendre un pour taper l’autre, mais avant, il fallait rectifier un tir.

-C’est le patron qui offre vu comme la scène a l’air de lui plaire.

Oui question de priorité.

-Hum… ça dépend, tu offres les mêmes services d’animation qu’en patrouille ?

Il se foutait d’elle, clairement, pour un détail qu’heureusement, le brun ne pouvait pas savoir, mais qui avait fait le tour.

-Ne fais pas cette tête Sana’ !
-Dare, Sanadare crétin !
-C’est pareil !


Victimisée… Le bon mot, heureusement il y avait du saké à la clef. La fille haussait des épaules avant de s’intéresser à côté, non, elle n’avait pas rêvé, malheureusement pour le coup, dire, qu’une seconde, une seule, elle avait été inquiète du voyage de ce sale type, car oui là tout de suite, c’était bien ce qui lui correspondait le mieux et pas qu’à lui. Y en avait un qui allait subir un incendie malencontreux en continuant de la ramener, mais… Le rappel des factures astronomiques que lui valaient ses coups de sang ne laissait qu’un soupire au final. Vie cruelle. Nouveau soupire.

-Faut que t’arrête de te faire tes plans dans ta tête toi ! Je suis en repos, venu boire mon verre, je surveille personne, surtout pas toi, j’ai assez donné de ma personne en ce qui te concerne…

Et pour avoir « tout vu », oh oui, elle avait tout vu et beaucoup de facette aussi qu’elle ne se priverait pas de lui remettre sur le tapis, mais pas tout de suite on sourcil s’arquait surprise, comme si elle tiltait sur quelque chose…

-Un exploit. Là effectivement, j’aurais pu te mordre et pas que dans le cas contraire…

Concluait-elle si tôt avec un visage qui redevenait sérieux, par contre, un détail la troublait.

-Pourquoi on te consolerait, t’es un grand garçon non ?


Le joker barman qui le sauvait encore, décidément, il faudrait s’en débarrasser de celui-là !

-Sérieux, tu les tries plus à la quantité de verres… ?

La fille lui lança un soupire en perdant le fil de sa curiosité pour le coup, un genre d’expression qui disait que le verre était assez plein et son iris dorée insistante voulait qu’il dégage, déjà que de base, elle n’avait pas eu beaucoup de crédit, alors maintenant… La curiosité un vilain défaut, ça la perdait.

-Tu m’as pourri ma patrouille et je devrais te payer à boire en plus ? Puis quoi encore mon seigneur on va recommencer le jeu des caprices de la dernière fois ?

Elle punissait le verre à la place des deux gus.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Jeu 4 Jan 2018 - 22:03
« Hmm… Tu sais ce qu’on dit des amis ? Qu’il faut les surveiller encore davantage que ses ennemis. Enfin. »

Il vida son verre de saké, songeur. Ami ? Belle façade. Pour tout ce qu’il en savait, lui ou eux ne vivrait plus encore très longtemps au rythme ou allaient les choses. Enfin, c’était l’idée générale. Taishi s’accrochait au semblant de but qui restait dans son existence. Malgré lui, l’homme était poussé vers les enjeux du monde. Les guerres, les villages et tout le reste. De spectateur, on voulait faire de lui un acteur. Mais qui est « on » ? Ce monde. Tous les chemins devant lui courbaient vers la même destination. Cette frustration d’avoir l’impression qu’on a plus le contrôle sur sa propre vie.

« Je t’ai jamais demandé quoique ce soit. Nos chemins se croisent « comme par hasard » au dirait. Si par hasard, tu parles d’entrer dans le même bar que moi. Alors qu’il y a en a certainement une demi-douzaine en ville. Tu caches mal ton jeu. »

Il eut un petit rire en faisant remplir son verre. Le barman semblait plus que coopératif. Il avait dû en baver avec la genin auparavant alors c’était une revanche indirecte. Taishi jeta un œil à son propre manteau.

«Et c’est quoi cette histoire d’animation ?»

Le barman éclata de rire et alla servir d’autres personnes sans commenter. Dommage. C’était sans doute pour le mieux. Le Hayai s’appuya plus confortablement en regardant le fond de son verre. Un instant de silence passa.

« On m’a dit qu’un émissaire de Kumo est en ville… Peut-être pour Kiri. Que sais-tu là-dessus ? »

Il se rappelait très bien leur leader, celui qui avait attaqué directement, dans une arrogance complète et entière et pourtant soutenue par une puissance équivalente. Des shinobis monstrueux . L’homme n’avait pas vécu de défaite plus cuisante depuis ses bagarres dans la boue, plus de dix ans plus tôt. Un miracle qu’il soit encore en vie, mais Taishi n’aurait pas été certain qu’il s’agisse vraiment d’un miracle pour lui.

« En tout cas c’est gentil de ta part de m’inviter à dormir avec toi, je veux dire, chez toi. »

Il étira ses larges bras, la journée avait été longue et même l’alcool ne lui faisait pas envie.

« Puisqu’on est là, pourquoi ne pas parler un peu. »

_________________
We will bring peace and freedom, Invité. You cannot stop what is already there.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

FAREWELL [Sana]

Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers résidentiels
Sauter vers: