Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Projet Hashira | PV Akimoto


Sam 30 Déc 2017 - 4:06



Projet Hashira


Featuring : Borukan Akimoto

« Rivalité n'est pas nécessairement hostilité.  »
( S. Freud )


Voilà que la semaine promise se terminait enfin, marquant le jour fatidique où la nouvelle rencontre devait se faire. L'attente fut longue, plus longue et pesante qu'il ne pensait. Même si ce projet qu'il comptait mener à bien, il en avait déjà pensé les moindres idées, les avaient maintes et maintes fois examinées à la loupe, cela lui permit de les revoir, de les vérifier à nouveau. Est-ce que cela serait au goût du Borukan, ou bien rirait-il de ces mécanismes se voulant peaufinés. L'appréhension était grande, cependant, Muramasa était sûr de lui même et comptait défendre chacune de ses idées et ne rien abdiquer face au Lion de Feu.

Arrivant finalement au Bureau, ou plutôt, à la tanière, de celui qui serait juge, juré et bourreau, une certaine pression se fit tout de même présente, malgré le calme qu'il revêtait.

Entrant dans le bâtiment, voilà qu'une multitude de personnes attendaient leur tour, afin d'avoir le privilège de pouvoir s'entretenir avec le nouveau Tsuchikage. Dorénavant, il était vrai qu'il s'agissait d'un homme occupé, sur qui les espoirs et les rêves de beaucoup, reposaient. Muramasa avait un peu de mal à voir ce père si enflammé, comme homme à pouvoir calmement rester assis sur un siège, derrière un bureau recouvert de pléthores de documents et autres projets.

Prenant son mal en patience, il prit le tour qui lui incombait.

Finalement, quand ce dernier arriva, il pu entrer et faire face à celui qui lui avait promis de se pencher sur ce fameux projet.

Il s’avança alors en sa direction, le saluant par correction. Affichant son sempiternel visage des plus inexpressifs, d'un sérieux tenant du cérémonieux. La nitescence de ses globes ne vacillant point, car décidé et certain.

" Ohayô gozaimasu. Voici le projet. "

Il tendit le dossier qu'il avait constitué, concernant le projet touchant au renouveau Académique, mais ne se contenta point de simplement lui donner ces feuilles si abstraites. Il en fit un résumé, pour défendre ses idées avec audace.

" Vous avez due vous rendre compte, que je ne suis point maître du Yoton, mais de l'Iroujutsu. Enfin, aucune importance... Pour vous résumer mes idées, elles sont simples. "

Il laissa un léger silence, afin de se concentrer sur ce que contenait ce projet au final.

" L'Académie Hashira est sous exploitée, elle pourrait être tellement plus, que ce qu'elle est actuellement. Avec la guerre venue à nos portes, il est important d'y remédier. Cela ne sera sans aucun doute pas bénéfique dans l'immédiat, mais pour le futur, cela est primordial. Je suis du genre à ne pas prendre de risques ou de paris, c'est pourquoi, je trouve que les bases instaurées aux futurs genins doivent être plus solidement encadrées et surveillées. Si cela permet d'éviter une seule mort, je trouve cela justifié. Et croyez moi, si vous me nommez directeur et approuvez mon projet, je ferais tout ce que je pourrais, afin que les élèves soient préparés au mieux, à ce que nos futurs genins ne soient pas confrontés à ce genre de situation sans être préparés au pire. A être apte à jouer un rôle décisif en cas de besoin et à s'en sortir indemne. Je ne dis pas que nos forces actuelles ne sont pas composées de vaillants shinobis, simplement que nous pouvons et que nous devons mieux faire. Cela ne demanderait point de grands efforts. Un de ces efforts serait de simplement revoir notre Académie et de la pousser vers de nouvelles sphères. "

Le gros de l'idée venait d'être introduit, venait ensuite ces fameuses directives que voulait instaurer le conteur.

" J'ai examiné l'Académie et son fonctionnement actuel. Et il serait simple d'optimiser son organisation. Tout est mentionné dans le dossier que je vous ai donné. Revoir les aménagements, ainsi que le système d'enseignement. Concernant les aménagements, nous ne disposons pas encore de site scientifique, ce qui me paraît une aberration, qui je l'espère, vous prendrez la peine de corriger dans un futur proche. Personnellement, me voulant scientifique, je dispose de mon propre espace pour mener mes recherches personnelles. Donc cela n'est pas une tâche qui m'incombe particulièrement. Cependant, omettre la science et la recherche est une erreur. En attendant que vous trouviez quelqu'un pour prendre en main ce bastion, au bénéfice Iwajin commun, ainsi que vous battissiez ce sanctuaire, l'Académie est un lieu parfait pour les prémisses de cet aspect.  Oh ce sera bien loin d'égaler un complexe dédié uniquement à la recherche scientifique, mais cela serait un excellent théâtre débutant ces ouvrages. Une théâtre où professeurs et élèves pourraient se plaire et trouver une voie les menant à accomplir de grandes choses dans le futur. 

Concernant le système d'enseignement, je veux instaurer la création de classes spécialisées. De classes où uniquement les meilleurs éléments peuvent se faire une place. Susciter le désir des élèves, à l'excellence, à la rivalité. Qu'ils ressentent le désir de se dépasser, de devoir mériter leur place, d'en être digne. Enfin, tout est détaillé dans le dossier, je ne vais pas m'éterniser là dessus, vous devez déjà en saisir l'idée.

Enfin, à cela, s'ajoute une idée afin de leur permettre de pouvoir se reposer, de satisfaire leur loisir, leur passion. Vous savez, l'excès de travail, peut mener à plus de mal que de bien au final. C'est pourquoi, l'Académie ne devrait pas être seulement teintée d'apprentissage et d’entraînements, de durs labeurs demandant de verser sueur et sang. Il faut que ce ne soit pas seulement une peine pour les élèves, mais surtout un plaisir que d'étudier à l'Académie.

Il y a quelques autres détails, comme renforcer la sécurité entre autres, je vous laisse les découvrir."

Il venait de parler plus qu'escompté. Mais il avait résumé la plupart de ses idées, tout en essayant de voir la réaction du Borukan. De percevoir si il appréciait ou non tout ce qu'il évoquait.

" Bien sûr, je ne vous donne que les esquisses d'un renouveau, qui sera je pense, des plus bénéfiques. Je prévois bien plus de choses, mais les gardes pour plus tard, si le poste de Directeur me revient."

Terminant sur une note plus négociatrice, que simple candide freluquet n'ayant point de talent pour les traits politiques.




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Dim 31 Déc 2017 - 21:35


Il y a une semaine à peine, Akimoto apprenait l’existence d’un nouveau fils. Le produit d’une nuit d’égarements, fruit d’une nuit torride et passionnel entre le Borukan et une princesse en détresse. Un bâtard en bonne et due forme. Leur première rencontre avait laissé le Colosse d’Iwa plutôt de marbre, il avait quitté leur lieu de rendez-vous dans les Hauts-Plateaux avec le cœur lourd et la tête éprise avec un sentiment à mi-chemin entre la fierté et l’agacement.

Un Borukan qui n’en était pas vraiment un. Il avait exigé le nom de son paternel, comme on réclame son due, sans préavis, mais il n’en avait même pas les attributs ; Muramasa n’était ni roux, ni grand, ni costaud, ni manipulateur de magma. Un vilain petit canard, voilà ce qu’il était. Mais il n’en demeurait pas moins un fils. Aussi grand était le fossé qui séparait les deux hommes, Akimoto ne pouvait pas s’empêcher d’ainsi le désigner dans son esprit. Peut-être était-ce dû à la perte récente de son hérité légitime, comme un manque à combler. Qui sait…

Ce fils s’était présenté à lui non seulement pour confronter le rouquin à son existence et pour s’approprier son nom, mais également pour formuler une demande. Sans prétention aucune, le jeune homme avait mis ses couilles sur la table et avait exigé de son père le poste de Directeur de l’Académie Hashira. C’est là que le père avait réalisé, que malgré les apparences et les différences, Muramasa était bel et bien son fils. Même si ce dernier ne voulait pas l’avouer, il avait dans ses yeux la détermination et la flamme avide des Borukan.

Intrigué par cet individu qui demeurait en tout point mystérieux après leur première rencontre, le Nidaime avait épluché les dossiers. Il avait fait travailler son assistant Akinori d’arrache-pied, jour et nuit, pour extirper des archives poussiéreuses la moindre information à disposition sur ce fameux Muramasa. La vérité était choquante : Akimoto avait passé la majorité des vingt dernières années à le côtoyer, sans le savoir. Le jeune homme avait vécu dans l’ombre de son père toute sa vie ou presque, juste sous son nez. Son dossier était impressionnant, il était un maître de l’iroujutsu, un shinobi accompli, un brillant chercher et un ancien membre des forces spéciales. En feuilletant les pages des divers dossiers rapportés par son assistant, Akimoto ne pouvait faire autrement que d’éprouver une certaine fierté.

Une fois le fatidique délai écoulé, la semaine que le Nidaime avait donné au jeune homme pour préparer son projet, Muramasa se présenta à son bureau. Alors que le bâtard salua son père, le visage tout aussi inexpressif que lors de leur première rencontre, Akimoto se contenta de rétorquer d’un signe de tête. « Muramasan-san. » dit-il simplement. « J’ai bien hâte de voir ce que vous m’avez préparé. » L’heure fatidique enfin, le Borukan allait pouvoir voir de quel bois son fils se chauffait.

Le jeune homme s’avança et déposa un épais dossier sur son bureau. Alors qu’il entreprit de lui expliquer de long en large ses éléments essentiels, le rouquin commença à la feuilleter. Il eut du mal à cacher sa surprise, ce que l’Eisei proposait était des plus impressionnants et complet. Pour l’instant, l’Académie n’était rien, qu’un grand bâtiment sans réel organisation où se succédait des groupes d’apprentis à qui on donnait un bandeau et le grande de Genin après quelques mois d’efforts. Akimoto avait toujours trouvé que l’établissement laquait de quelque chose, d’une réelle vision…Et c’est exactement ce que le jeune homme proposait.

Après quelques minutes de silence, où le Nidaime continua de feuilleter l’épais document, il se relava la tête en affichant son célèbre sourire carnassier. « Je dois dire…Je ne m’attendais pas à un travail aussi complet. Réellement impressionnant. Vous êtes parvenu à cibler exactement tous les problèmes que j’avais en tête par rapport à l’établissement actuel. L’Académie doit être plus qu’une simple institution, il doit s’agir de l’un des symboles du renouveau d’Iwa. C’est avec cette vocation que le Shodaime l’a faite construire. Je crois que votre projet apporte une réelle vision pour l’établissement. » Il lui faudrait bien quelques heures pour lire en détail le dossier de projet remis par Muramasa, mais ses idées étaient à première vue alléchantes. « Ce système de classe me parait intéressant, un outil qui permettra sans doute d’instaurer une certaine compétitivité chez les recrues, un désir de dépassement de soi et des autres…Un excellent moyen pour motiver les futurs shinobis. » Dans tout le discours de son fils, un élément attirant plus particulièrement son attention, peut-être de par son excentricité… « Parlez-moi un peu plus de tout cet attirail scientifique que vous voulez implanter…Vous voulez faire de l’Académie une sorte de hub de recherche? » Akimoto n’était pas un scientifique, ni un chercheur. Il était un homme qui avait toujours été porté par le combat, l’entraînement et l’acharnement physique. S’il concevait le développement prodigieux de la science du chakra dans les dernières années, il devait être sûr de sa pertinence dans un tel contexte avant de l’autoriser, vu les sommes faramineuses que cela demandait.

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Lun 1 Jan 2018 - 6:42



Projet Hashira


Featuring : Borukan Akimoto

« Rivalité n'est pas nécessairement hostilité.  »
( S. Freud )


Le nouveau Tsuchikage semblait assez satisfait de l'ensemble du projet. Prenant quelques minutes pour survoler ce dossier si épais, qu'il allait certainement avoir un mal de crâne certain, lorsqu'il prendrait le temps de le lire plus en détail.

Muramasa gardait une certaine réserve, se contentant d'afficher son air si sérieux et habituel, d'autant plus en face de Shishi no Hi, qui l'horripilait pour des raisons évidentes. Rester professionnel, même envers ceux qu'il ne pouvait supporter, était la base.

Akimoto voulait en savoir plus, avoir des précisions sur certains points, qui devaient lui sembler flous. Cela était légitime, après tout. Le plaidant s'enhardit alors, de les justifier.

" Vous êtes un peu trop optimiste, si vous pensez que ce système de « Classes » n'instaurera qu'une simple compétitivité et le désir de se dépasser. Vous sous-estimez ce que, implicitement, cela instaurera. L'envie, la jalousie, l'avarice, l'orgueil... vous n'êtes pas sans savoir ce qui se passe, lorsque certains sont mieux lotis que d'autres. Une tension implicite les poussant à convoiter ce que les autres ont. C'est la nature humaine, après tout. Oh, nombreux de ces candides élèves seront brisés, mais c'est un mal nécessaire. Cela revient à une guerre non dite. Une bataille, où ils devront donner le meilleur d'eux même, pour espérer et conserver une place dans ces fameuses Classes. Cela n'est peut être pas aussi extrême, que je vous le conte, mais cela reste vérité. Ce sera une épreuve où seuls ceux disposant de la motivation et des talents nécessaires pour passer Genins resteront debout. Mais de manière subtile. "

Il se racla la gorge rapidement, avant de poursuivre les réponses qu'il devait fournir pour étayer sa vision des choses, afin de convaincre son interlocuteur, qu'il était quelqu'un digne de siéger au poste convoité et non simple opportuniste.  
 
" Vous évoquez un attirail scientifique que je voudrais implanter, un Hub de recherche. Vous vous trompez, ce n'est pas mon intention, que de me fourvoyer et de lier recherche pure et Académie. De une, elles sont liées de base. En effet, l'enseignement et la recherche sont corrélées, mais jusqu'à un certain point. Enseigner des choses dépassées fait-elle sens ? Enfin dans un premier temps, il est impératif de disposer de certain moyens pour faire avancer la recherche et l'enseignement en découlant. Mais il ne faut oublier le but premier, l'enseignement. La recherche est quelque chose où les notions de bien et de mal ne doivent exister pour avancer, mais cela, il n'y a qu'un scientifique qui peut en comprendre l'essence. L'académie doit rester un lieu voué aux élèves, à former des genins qualifiés, cela de façon tout à fait honorable. Deuxièmement, comme je vous l'ai dis, si dans un premier temps, l'Académie peut être un espace où la recherche peut se faire dans une certaine mesure, la nécessité d'un centre scientifique dédié est préférable. Vous savez, la recherche peut mener à de bien dangereuses découvertes, qui doivent rester éloignées des âmes un peu trop innocentes. Je vois mal comment rester discret et efficace, si les recherches se faisaient en un espace normalement dédié aux élèves. Sans compter les dangers futiles qui en découleraient. Troisièmement, vous savez, les scientifiques ont tous un certain zèle. Mettez vous en travers de leur route, en travers de leurs recherches, croyez moi, le courroux les enivrant se déchaînerait bien vite. Cependant, donnez leur les moyens de contribuer à la science, ainsi que certains mystères à résoudre au bénéfice de leur nation, croyez moi qu'ils seront vite motivés à travailler ensemble, à travers une certaine rivalité, un désir d'être le premier à percer le mystère que vous leur exhibez devant le nez. Enfin, personnellement je dis ça pour le bénéfice du Village, je n'ai pas particulièrement de soucis à mener mes propres recherches personnelles. "

Muramasa avait entrepris des recherches, depuis déjà tant d'années, que l'idée de son interlocuteur, laissant suggérer qu'il -ou autres scientifiques- ait attendu ce jour pour prendre peine d'y songer, était limite, une insulte éhontée. Certes, la recherche était certainement quelque chose qui demandait des fonds importants, un véritable gouffre financier, mais ces aspirations étaient nécessaires, pour ne pas sombrer dans une situation où, finir dernier se révéler opprobre certaine, débouchant sur trépas. S'il était ce médecin de l'ombre, dont  les services n'étaient accordées que contre faramineuses sommes, qu'en dernier recours, qu'à ceux pouvant se permettre d'y laisser leur âme, l'une des raisons était bien entendue pour financer ses propres recherches. L'autre raison, était plus triste. Après tout, ces charlatans qui s'étaient présentés, n'avait pu sauver celle qui devait-être. Ce n'était pas par humanisme désintéressé, qu'il exerçait l'Iroujutsu, encore moins pour sauver sans prendre en retour. Cette voie, il avait due la choisir à cause des événements, du destin. Elle s'était imposée à lui. Bien sûr, il ne comptait pas prendre la direction de cette Académie, la mener vers les sommets, par simple bonté d'âme désintéressée. Après tout, quand on a du talent, cela mérite rétribution. Mais que pouvait-il bien vouloir, alors qu'il disposait déjà de tant. Intelligence remarquable, jeunesse ne semblant pouvoir s'éroder, beauté digne du divin, indéniable prestance, incommensurable fortune, que lui fallait-il de plus, pour satisfaire ce parangon proche de la perfection ? Un peu de gloire sans doute, de reconnaissance probablement, d'être finalement reconnu par ce père si absent. Peut être...

" La plupart des professeurs de l’Académie Hashira sont des érudits, de fins connaisseurs. Leur offrir aussi le moyen de mener leurs recherches et de peaufiner leur manière d'enseigner et le contenu de leurs cours, me semble avisé. Mais, concernant les recherches plus « vitales », c'est à vous que la tache incombe de se pencher sur ce problème. Croyez vous que les autres nations, ne font pas avancer la science de leur coté ? Que ce soit pour le progrès, ou de plus sombres desseins ? Enfin, personnellement, je ne suis pas homme à prendre des risques où à me reposer sur mes acquis, en ne tenant point compte des inconnus pouvant venir frapper sans prévenir. "

" Enfin, si vous souhaitez vraiment que l'Académie Hashira soit le symbole qu'il devrait être, vous savez ce qu'il vous reste à faire. "

Il restait un dernier point, qu'il était nécessaire d'aborder.

" Vous êtes gourmand, n'est-il pas ? Je vous concède que je le suis également. Qu'en est-il des termes concernant ce poste de Directeur ? Vous vous attendez à quelque chose de particulier ? Hormis réussite de faire se produire, et perdurer, ce symbole de renouveau d'Iwagakure. "

Après tout, il lui avait déjà expliqué ce qu'il attendait en échange. S'assurer que le message était aussi clair que le cristal se devait. Ainsi que, savoir ce que l'interlocuteur aspirait en cette position.




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Mer 3 Jan 2018 - 6:34


À dire vrai, Akimoto s’amusait un peu avec Muramasa. Au lendemain de leur rencontre, après avoir épluché les dossiers et le curriculum vitae du jeune homme, il avait déjà décidé de lui remettre les clés de l’Académie. D’autres candidats étaient sur sa liste, dont Hoshino Watari, mais le Nidaime avait bien vite écarté leur nom. Non par parce qu’il ne croyait pas en leur compétence, bien au contraire ils étaient tous capable de relever une telle tâche, mais plutôt parce qu’il ne voulait pas d’une personne ayant d’autres projets ou ambition. Qui plus est, il avait d’autres plans pour certains d’entre eux.

Muramasa, quant à lui, semblait se dévouer corps et âme à ce projet. Si le choix s’était présenté par défaut au début de la semaine, en reluquant le dossier qu’il avait préparé et en l’écoutant s’exprimer à propos du projet avec éloquence, le rouquin comprenait toute l’ampleur de sa dévotion. Et c’est exactement ce dont il avait besoin pour l’Académie, d’un directeur qui ne serait pas constamment appelé sur d’autres fronts ou dérangé par d’autres ambitions, d’un directeur qui se dévouerait corps et âme pour ses étudiants et l’avancement des arts shinobis d’Iwa.

« Gourmand? Vous trouvez que j’ai pris du bide, c’est ça? » dit-il sérieusement en fixant le Borukan dans les yeux, les sourcils froncés. « Détendez-vous, jeune Muramasa! » ajouta-t-il avant d’éclater de rire à s’en taper les cuisses. « Gourmand certes, mais ce que je préfère…c’est avoir soif! » Akimoto quitta son imposante chaise pour aller à la rencontre d’un petit cabinet derrière son bureau. Derrière sa porte grinçante, il en extirpa une bouteille de saké poussiéreuse, mais pas n’importe laquelle, elle lui avait été offerte par le Daimyo il y a plusieurs années déjà, elle était tout droit sortie de la collection privée du Seigneur. « Vous buvez? » Sans attendre une quelconque réponse, le Colosse se saisit de deux verres et les remplit presque à rebord du délicieux nectar. D’un geste de la main, il en fit glisser un jusque de l’autre côté du bureau, à l’attention de Muramasa. « Ce que je recherche, c’est de la dévotion. Le poste de Directeur n’est pas qu’une simple ligne supplémentaire sur un CV. Je cherche quelqu’un qui saura inspirer et motiver toute une nouvelle génération de shinobi. Le monde dans lequel nous vivons est bien différent de celui qui m’a vu naître, celui où l’apprentissage des arts shinobis était une question de vie ou de mort. Aujourd’hui, ces arts ont le potentiel d’être bien plus. Je cherche quelqu’un qui saura instaurer la passion chez ses élèves, qui les mènera à se dépasser. Non seulement pour le bien d’Iwa, mais pour le leur aussi. » Il marqua une pause, cela servait-il vraiment de faire languir le jeune homme plus longtemps? Il leva alors son verre. « Et je crois que cette personne, c’est toi Muramasa. » Un tutoiement volontaire. « Tu as une vision claire et précise de ce que devrait être l’Académie. Un lieu d’enseignement, de recherches, de dépassement…Quelque chose de frais et de nouveau. C’est ce dont Iwa a besoin. Que tu veuilles de l'avouer ou non, je reconnais le Borukan en toi. Tu n'as certes rien à voir avec moi, mais je reconnais dans ta passion pour ce projet la flamme ardente et bouillante de mon cl...notre clan. »

Le Nidaime plongea sa main dans la poche intérieure de son survêtement et en extirpa une clé en fer noircit qu’il fit glisser sur la surface polie de son bureau jusqu’à l’Eisei.

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Mer 3 Jan 2018 - 8:13



Projet Hashira


Featuring : Borukan Akimoto

« Rivalité n'est pas nécessairement hostilité.  »
( S. Freud )



Muramasa avait un projet solide et réussissait à l'exposer à son interlocuteur. Montrant sa ferme intention de s'investir dans la tache, il réussissait montrer sa motivation. Cela rassura certainement Akimoto, qui cherchait quelqu'un se focalisant entièrement sur la gestion Académique, afin de mener celle-ci vers l'excellence.

Le Tsuchikage se laissa aller à faire une blague, certainement pour détendre l’atmosphère un peu trop lourde. Chose qui ne fit pas particulièrement réagir le jeune homme. Voilà que le Lion de Feu, se levait en clamant grand soif, se dirigeant alors vers un petit meuble. Révélant alors, son terrible secret, plus qu'outrageant. Le sacripant avait une cache plus ou moins secrète, emplie certainement de milles et une flasques de spiritueux. Il en extirpa une bouteille semblant être là depuis un bon bout de temps, pour ne pas dire une éternité. Certainement un Saké digne du nectar des Dieux. Proposant alors, un verre à ce fils, qu'il ne connaissait que depuis une semaine.

Muramasa n'était pas particulièrement porté sur l'alcool, mais accepta néanmoins ce geste. Il ne put point répondre, que le gaillard lança sans crier gare le verre à l'attention du médecin, qui le rattrapa. Puis se mit alors à donner sa réponse.

Songeur, il regardait son propre reflet miroiter à la surface aqueuse.. Avant de laisser ses lèvres tremper dans ce liquide, avec parcimonie soucieuse. Sans doute le meilleur Saké auquel il avait pu goûter, malgré qu'il était amateur érudit.

Donnant son décret, le suspense retombait alors. Le Borukan acceptait d'octroyer enfin le poste convoité. Faisant glisser alors, une clé, symbole de voie vers les rennes de l'Académie Hashira. Une offrande, acceptée d'une silencieuse joie dessinée.

Sans faire plus de manière, il prit la clé et l'examina, avant de la mettre en sécurité dans une de ses poches intérieures, qui se dissimilaient en sa parure de jais. Terminant le verre, lentement, sans hâte aucune.

" Je ferais le nécessaire pour que l'Académie Hashira prenne son envol. Admettons que j'ai une part de Borukan, en effet. Après tout, vous êtes mon père. D'ailleurs, une question hante mon esprit. En privé, je me demandais si je devrais vous appeler Nidaime, ou bien plutôt, père. "





_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Mer 3 Jan 2018 - 21:32


Muramasa était vraiment un jeune homme des plus intriguant. D’un œil extérieur, une personne ignorante de leur secret, jamais on ne pourrait deviner qu’il était le fils du Colosse d’Iwa. Le père était de nature explosive et directe, prompt à des sautes d’humeur et affichait clairement ses émotions sans retenu. Le fils était stoïque, implacable, froid. Ils étaient le jour et la nuit. Même lorsque le rouquin lui annonça finalement la bonne nouvelle, il resta de marbre, se contentant d’attraper son dû. Muramasa était un jeune homme intriguant…

Alors que le fils trempait à peine ses lèvres dans le délicieux alcool, Akimoto lui le buvait à grande lampée. Grand cru ou non, un saké était un saké. S’il savait apprécier la qualité exceptionnelle de ce breuvage, il ne se retenait pas pour autant.

Acceptant les clés de l’établissement avec retenu, le Muramasa se contenta d’une courte remarque, toujours aussi implacable, comme s’il s’était attendu depuis longtemps à recevoir le poste. Il se contenta d’une simple question en retour, à savoir la manière dont il devrait s’adresser à son père en privé. Une question qui prit une nouvelle fois le Borukan par surprise.

« Nidaime…Je n’aime pas ce mot. J’ai l’impression qu’on me réduit à n’être qu’un simple numéro. » Était-il prêt à se faire affubler du sobriquet de paternel aussi rapidement après la mort d’Akahiko? Le jeune homme prononça ce mot, ‘père’, et il résonna dans son esprit, comme un long écho. Le rouquin revit son fils, dont le corps avait été ramené de Tetsu enveloppé d’un mince linceul blanc. Il revit son corps blafard et éventré par une arme kirijin, ses yeux sans vie. Sa poitrine lui arracha un pincement de douleur, mais Akimoto ne le montra pas à son invité. Il se contenta de terminer son verre d’une traite. Il n’y avait rien de mieux que l’alcool pour se changer les esprits.

« Dans la confidence tu peux m’appeler père, ou Akimoto, ce qui te plaira le plus. Tu as décidé de t’affubler du nom de Borukan, mais pourtant tu n’en as pas l’apparence. Tôt ou tard on finira par nous poser des questions. La vérité éclatera au grand jour qu’on le veuille ou non. » Que se produirait-il à ce moment-là? Qu’est-ce que la populace penserait d’un Chef qui a disséminé sa semence ici et là pour produire un bâtard. Qui sait, peut-être y avait-il d’autres? Cette histoire avec Himiko était la seule qui avait signifié quelque chose, la seule dont il se souvenait vraiment. Mais la première décennie suivant le décès de sa femme avait été particulièrement sombre pour lui, nombreuses étaient les nuits dont il n’avait absolument aucun souvenir. À dire vrai, Akimoto se fichait bien de ce que la populace pouvait penser, son but n’était pas de leur plaire, mais de leur offrir un avenir meilleur.

Si Muramasa semblait avoir le courage de le désigner comme un père, après tout, il avait eu des années pour se préparer à ce moment, Akimoto lui se sentait bloquer. Chaque fois qu’il voulait prononcer ces quelques mots de désignation, il repensait à Akahiko. Il était trop tôt…

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Jeu 4 Jan 2018 - 0:32



Projet Hashira


Featuring : Borukan Akimoto

« Rivalité n'est pas nécessairement hostilité.  »
( S. Freud )



Voilà un sujet épineux lancé sur la table. Peut être que Muramasa avait fait exprès d'évoquer cela, pour voir la réaction de ce père à l'âme torturé et aux péchés innombrables. Après tout, le Nidaime avait bien un peu testé son fils, il était légitime que ce dernier en fasse de même en retour.

Il ne montra point sa surprise, lorsque le jeune lui faisant face passa soudainement à un sujet plus « personnel ». Cela était trop tôt, mais Muramasa souhaitait quand même éclaircir ce point. Le considérait-il comme simple bâtard ou bien, aspirait-il dans un futur proche, à quand même le reconnaître comme son propre fils ? S'il se basait sur son comportement, la seconde option semblait assez probable. Mais cela amènerait à des problème d'ordres politiques. La plèbe, mais surtout l'opinion publique, n'apprécierait certainement pas, que leur nouveau Tsuchikage soit un vil fripon avec légion d'enfants dissimulés dans son sillage à l'orée des ombres.

" Je me doute qu'il est un peu tôt pour pareilles familiarités. C'était juste pour voir votre réaction à l'idée. Si cela peut vous rassurer, je me doute que cela ne serait pas des plus bénéfiques pour nous deux, que notre lien de parenté soit révélé. L'opinion des gens est quelque chose de plutôt... amusant, tant elle peut s'avérer puissante au final. Ne la sous-estimez pas. "

Muramasa fixait Akimoto dans les yeux, avec cet air un peu nonchalant, qu'il arborait naturellement, tel un impérial décret. Ce n'était pas particulièrement voulu, cet air hautain. Il était juste ainsi, qu'importe la situation ou l'interlocuteur.

" Ne révélez pas que je suis votre fils et soyez impartial envers moi. Après tout, cela fait depuis longtemps que je suis ombre et silence. Je m'en accommode très bien. De plus, je n'ai pas besoin de l'aide d'un père envers un fils. Je peux paraître vantard, certes, or je suis pourtant humble en réalité. Un mégalomane talentueux... tiens quelle parfaite image... Mais j'imagine que dans un futur proche, nous pourrions néanmoins peut être sympathiser. Enfin nous verrons bien."

Un brin malicieux, ce nouveau Borukan semblait être chimère.




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Lun 15 Jan 2018 - 20:59


Akimoto zieuta la bouteille de saké posée au coin de son bureau, désireux de s'en servir un second verre. Malgré la tentation, il décida de s'abstenir. S'il était tiraillé entre le désire d'inhibition et ses ressentiments envers Muramasa, le rouquin préféra laisser la bouteille de côté - pour l'instant - afin de profiter du moment. Il avait un mal fou à comprendre. D'une part ses propres émotions et désirs face à la situation, mais également ceux du jeune homme. Il était si passif, si implacable. Le Borukan n'arrivait pas à lire le visage de son fils.

Les deux hommes semblaient jouer à un jeu d'habileté, chacun testant l'autre à tour de rôle pour tenter de percer les défenses de son interlocuteur, pour savoir lequel des deux craqueraient en premier. « Je connais la force des opinions, ne t’en fais pas. Je dois m’y confronter tous les jours, en tant que Borukan et en tant que Kage. Je ne peux plus éternuer sans que quelqu’un n’exprime son opinion et son désagrément sur le sujet. » Tout le monde se voulait emmerdeur, chacun exprimait ses opinions à huis clot, à demi-cachée. On lui tendait une main d'un côté, tandis que la seconde dissimulait un poignard. Le Nidaime ne savait que trop bien ce qu'entendait le jeune Muramasa en parlant de la force des opinions. Surtout en tant que Borukan. Les siens avaient aidé à bâtir ce pays et ce village, sur la place publique on adulait pratiquement le clan des rouquins comme les fondateurs d'Iwa. Mais en dehors des projecteurs, Akimoto connaissait ce qu'on disait sur lui et son clan, à quel point ils sont dangereux, barbares. Sa discussion avec Taishi de l'autre jour avait ouvert les yeux d'Akimoto. Il avait réalisé qu'il était devenu, bien malgré lui, le politicien qu'il s'était juré de ne jamais devenir. Dans sa tour d'ivoire, il ne s'était pas aperçu des craintes du peuple, ce qu'on disait sur lui et son régime dans les rues du village.

Alors que Muramasa terminait de parler, Akimoto s'était levé de son siège pour rejoindre la fenêtre un instant, portant son regard vers l'astre solaire à son zénith le temps que le jeune homme termine. Il était étrangement pensif.« Je crois que tu as raison, pour nous deux il est mieux que notre lien demeure secret pour l’instant. Tu seras Borukan Muramasa, un shinobi parmi tant d’autres, choisi comme Directeur de l’Académie pour ses accomplissements au sein des forces militaires du village, pour ses talents d’Eisei-nin, et pour ses idées novatrices. » dit-il en se retournant vers lui. Les opinions étaient puissantes. Si on apprenait maintenant qu'il était le fils d'Akimoto, on contesterait la décision de l'avoir choisi comme directeur, peu importe les efforts qu'il tenterait d'accomplir pour se prouver. On le remettrait en question à cause des erreurs de son père. Et ce n'est pas ce dont le colosse avait envie. Peu importe quand la nouvelle éclaterait au grand jour, les gens repenseront à cette nomination comme un acte de favoritisme...mais au moins, en attendant quelque temps, Muramasa aurait la chance de faire ses preuves et de prouver à tous qu'il méritait bel et bien cette nomination.

Quittant le bord de la fenêtre, Akimoto s'approcha de l'Eisei. Il était tiraillé. Un jour peut-être l'enlacerait-il dans ses bras ou il lui donnerait une attention chaleureuse. Mais pas maintenant, il était trop tôt.« Pour être franc…Il me prendra du temps pour accepter tout ceci. J’ai perdu mon fils, ton frère, à cause de ce confit. Je ne suis pas prêt à l’oublier. Je ne le veux pas. Je ne souhaite pas que tu prennes sa place. Si nous devons construire une relation, sympathiser, je veux que cela soit fait sur des bases nouvelles, non pas parce que j’ai un manque à combler à cause de la perte d’Akahiko. Je dois faire mon deuil avant de pouvoir me confronter à tout ceci. » avoua-t-il enfin. Son regard ambré était de nouveau sérieux alors qu'il tendit la main vers le jeune homme.« J’espère que tu comprendras. »

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Mar 16 Jan 2018 - 11:37



Projet Hashira


Featuring : Borukan Akimoto

« Rivalité n'est pas nécessairement hostilité.  »
( S. Freud )


♫♪ ambiance musicale : Dark Side ♪♫




Le Lion révélait qu'il était pleinement conscient que la position de Kage amenait de bien contraignantes obligation, ainsi que d'implexe devoirs. Tous les regards étaient posés sur lui et chacun de ses gestes. Beaucoup attendaient une conduite irréprochable et que ce dernier accomplisse des miracles. La politique était un jeu bien pernicieux, où il fallait savoir jongler entre apparence et plus sombres desseins. Survivre en ce piège demandait peut être plus un esprit de renard malicieux, que celui d'un vaillant fauve enflammé.

Akimoto semblait du même avis que son fils illégitime. Cacher le lien de parenté, pour ne pas froisser l'opinion publique et provoquer de jalousies mal placées, pourtant infondées quand on connaissait la vérité derrière le voile. Cependant, comme toute personne un tant soit peu avisée le savait, ce qui mouvait les pensées n'étaient jamais au final la vérité, mais chercher la moindre faille dans les apparences et les tumultueux sentiments liés à la nature humaine. Le rapace sommeillant en chacun avait cette fâcheuse tendance à se délecter du moindre os à ronger, jusqu'à ce qu'il n'en reste point même poussière.

Le Conquérant lui avoua ses ressentiments, concernant ce lien filial. Chose tout à fait normal, le nouveau Borukan s'y attendant parfaitement.

" Je comprends tout à fait. Loin de moi l'idée de prendre la place de feu votre fils. Chaque personne est unique. Si m'a question vous a paru en ce sens, là n'était pas l'intention. "

" Nous sommes les seuls au courant, concernant le lien entre nous. Cela ne devrait donc pas poser de problème. Vous dites pour l'instant, cela est généreux de votre part, que de penser à une évolution, mais elle n'a pas besoin d'être. Je préfère garder ce secret, qui ne regarde que nous au final. Cela me va parfaitement que de rester un simple Directeur remplissant le rôle qui lui a été confié car il répondait aux critères du poste. Rien de plus, rien de moins. "

Muramasa regarda la bouteille que le Tsuchikage avait précédemment posée sur son bureau. Pensif, quand à ce qu'elle représentait au final. Il se voulait insensible, mais ce père qu'il avait tant imagé dans son esprit comme pire des démons de ce monde, n'était peut être pas si diabolique après tout, quand on prenait la chance de mieux le connaître.

" En tout cas, si vous avez besoin d'une opinion ou d'un conseil, concernant une situation, n'hésitez pas. Je vous le fournirais si cela est dans mes cordes. "

Il finit par lui serrer la main, afin de marquer l'entente entre les deux hommes. Les nuages étaient toujours orageux, mais au moins, une entente pouvant déboucher sur de nouveaux horizons pouvait prendre place. Muramasa aurait peut être enfin l'occasion de mieux cerner ce père qu'il ne connaissait pas si bien en réalité.




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa#37838 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Projet Hashira | PV Akimoto

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: