Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Kuchiyose — Solo


Sam 30 Déc 2017 - 13:46
L'huile suintait à travers la faïence depuis plusieurs minutes. Quant à lui, le batracien originaire de cette matière grasse, il restait tout simplement de marbre face à l'objet composé de terre cuite. Dans un mouvement totalement lasse Kagerō plongea sa dextre à l'intérieur de sa veste.
Assez ! Gueula-t-il agacé. Plusieurs remords l'assaillirent de nouveau et dès lors il maudit l'entrevue passée avec son supérieur il y a de cela quelques jours. La poigne ferme du shinobi froissa un parchemin rougeâtre ; non seulement une étincelle se forma au centre de ce chiffon de papier, mais un rictus se profila sur le faciès du Yotsuki. Il hissa brusquement son bras dans les airs en laissant volontairement s'échapper cette Kibaku Fuda qui se dirigeait dangereusement vers la poterie.
Rupture... Murmura-t-il en amplifiant le rictus gravé sur ses lèvres : les flammes ainsi qui l'huile se marièrent pour causer l'implosion du vase.

En bref, le chūnin interrompit intentionnellement son entraînement — il avait désespérément tenté d'outrepasser ses peurs... échec cuisant. Alors qu'il fit volte-face une conversation avec son père lui revint tel un éclair de génie qui perfore le subconscient d'un savant pour lui apporter ce déclic nécessaire. Ni une ni deux il pressa le pas pour rentrer à la demeure familiale. C'est à ce moment précis que le shinobi relia différents points de son passé avec le baroud d'honneur paternel. Combat perdu d'avance puisque le fils unique de la famille Yotsuki développait ses capacités en solitaire : il avait le pain dans une main et le couteau dans l'autre — concrètement il disposait de tous les moyens pour réussir, mais n'a pas su les exploiter. De quoi provient sa faillite mentale ? D'où résulte sa paranoïa concernant son individualité ? Il n'a pas accordé assez d'importance aux paroles de son père qui a vraisemblablement connu la même situation lors de sa jeunesse. Aujourd'hui, il allait réparer cette erreur.

[***]


Père.
Kagerō.
Je dés...
Tu as enfin compris ?
Malheureusement. Avoua honteusement le fil.
Cela fait combien de temps que je te conseille de consulter nos archives ? « Oui, mais j'ai des missions, demain ! »... Tu parles.
Je... Une nouvelle fois coupée ; il s'en prenait plein la gueule — quoi que c'est encore gentil.
Tu vas rouvrir nos chroniques et de ce pas.
D'accord...

Une bonne claque... C'est cela ce qui lui manquait réellement ?

Dans la minute qui suit, la silhouette élancée du batracien se présenta à l'intendance de la Grande Bibliothèque du village. Après les modalités de salutations, le Yotsuki attaqua directement le sujet principal.
J'aimerai avoir accès aux archives de ma famille : les Yotsuki.
Patientez ici je vous prie. Répondit la bibliothécaire avant de se diriger dans les sous-sols. Kagerō patientait quelques minutes puis aperçut la silhouette de son interlocutrice qui revenait avec... un dossier aussi fin que des cheveux ? Une fois à portée, le shinobi agrippa ces fameuses archives puis la remercia. Il l'ouvrit en une fraction de seconde et posa son regard sur une feuille qui semblait vierge. Il la retourna hâtivement...

...

...

Le papier désuet était vide ; blanc... Heureusement il était accompagné d'une carte... d'une cartographie locale... ?

pranked:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1654-jisei-kagero-u-c#10189

Sam 30 Déc 2017 - 20:25
Kagerō ressortait de la Grande Bibliothèque totalement démotivé.
C'est quoi c'bordel encore... Lamenta-t-il en soufflant et en exprimant son agacement. En jetant un nouveau coup d'œil au document de cartographie le shinobi distingua un sceau minuscule imprimé en haut de la page... Le mudrā du sanglier... ? D'accord. Donc il venait de sortir de la librairie — numéro 10 — puis devait visiblement se diriger vers les lieux entourés au crayon rouge... Il haussa les épaules avant de prendre la direction du domicile familiale. Et puis j'ai vraiment pas le temps pour ces conneries. Souffla-t-il en baissant les bras.

Le Yotsuki ouvrit la porte d'une méthode peu orthodoxe : un kick au centre de celle-ci. C'est à la fois rapide, efficace, mais également gênant par le bruit provoqué.
Père.
Kagerō. Le scénario s'enchaîna une seconde fois puisque le paternel s'était immédiatement rameuté lors de la détonation sonore.
C'est quoi la suite ? Interrogea-t-il en brandissant la carte.
Résoudre l'énigme ?
Pas l'temps. Répliqua sèchement le chūnin en faisant volte-face. Je sais pas ce que branle le sceau incantatoire du Sanglier dessus, mais pas de problème !
Sanglier, Chien, Coq, Singe et finalement Chèvre ? Oups. L'ironie du père attira l'attention de Kagerō.
Mmmh... ?
Sanglier, Chien, Coq, Singe et Chèvre. Répéta-t-il. Le fils ne comprenait rien et dévisageait son paternel comme s'il venait d'une autre planète. Compose les... Action que le jeune exerça dans la seconde suivante ; il joignit ses paumes pour former les sceaux incantatoires demandés. Bonne chance ! Dit le père en retournant au salon.
Que... Quoi ?! Il finalisait le dernier signe... Une explosion de fumée l'enveloppa puis un décor noir : le vide absolu.

Le corps du shinobi retomba vraisemblablement sur le sol — hypothèse fondée au bruit de son épaule gauche qui entama une percée à la surface du terrain.
Génial... Une côte de fêlée... Voir si c'est pas deux ou trois. Se plaignit le pauvre chūnin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1654-jisei-kagero-u-c#10189

Sam 30 Déc 2017 - 23:03


Eh bien... C'est donc lui le petit dernier de la fratrie..? Une voix sénile que Kagerō ne connaissait absolument pas. Une fumée opaque privait encore le gamin de son sens le plus précieux — la vue. Il se releva faiblement et restait sur ses gardes.
Qui êtes-vous...? Où suis-je ? Lança-t-il en se méfiant ; il se déplaça de quelques pas silencieux pour sortir de cet nuage trouble.
Celui-ci aussi n'a pas eu vent de rien. Ajouta la voix gâteuse.
...? Le chūnin releva son regard afin d'analyser sa situation et de répondre à la question la plus primaire : il se situait à l'heure actuelle dans un antre victime des ouvrages du temps. Malheureusement ses pupilles se focalisèrent sur une bestiole... géante : un batracien pépèrement posé sur son petit trône qui parlait. ...?? Le cerveau du shinobi enchaînait les erreurs 404.
Bienvenue au Myōbokuzan, encore surnommé Mayoi no Yama ou Gama no Kuni Reprit le crapaud qui s'apparentait à être le patriarche de ce lieu mythologique. Sache que tu n'es pas tombé ici par pur hasard jeune Yotsuki ! Reprit-il de plus belle.
Ouai... Répliqua l'Oiseau vermillon en restant de marbre face à la bestiole géante. C'est sympa, mais... Quoi, où, comment, pourquoi, quand ? Vraisemblablement cet être vivant ne semblait pas agressive. Tant mieux.
Je ne comprendrai jamais pourquoi vos ancêtres ne vous disent rien... Marmonna le batracien avant de reprendre. Dis-toi que les origines de ta maîtrise de l'huile remontent jusqu'ici. Chaque génération un héritier de ta famille apparaît — conseillé par le prédécesseur. J'imagine que celui qui t'as conduit ici est un membre proche...
Mon père. Répondit-il immédiatement.
Tu lui passeras le bonjour... le vaillant Ken.

[***]

Et c'est de cette manière que le début de conversation s'amplifia en un échange concret de savoir. Kagerō voyait en cette entrevue un moyen de se libérer de ses chaînes qui le clouaient depuis les événements du Sommet des Ombres. Il insista sur les problèmes qu'il récoltait lors d'utilisations consécutives de son individualité. À l'instar d'une intervention divine, ce batracien millénaire le conseillait, il apportait même les réponses que le shinobi recherchait tant à Kumogakure no Satō ; les heures s'enchaînent tout comme les confessions intimes qui relâchaient progressivement la pression des épaules de ce chūnin.

Vous êtes certain ?
Signe-le de ton sang.

Comme conseillé le Yotsuki agrippa un parchemin de taille humaine située aux côtés du trône. Il le déroula à même le sol avant de le contempler... Les pupilles bleuâtres du jeune batracien s'orientaient sur les différentes signatures — d'un coup il établit contact avec les ancêtres de sa famille : Seigen Yotsuki, Asami Yotsuki, Ryōma Yotsuki... La liste était longue. Vint le tour de Ken Yotsuki — le paternel de notre héros. L'oiseau vermillon apporta son pouce de la dextre vers ses lèvres... il croqua ce doigt au ralenti ; son regard ébahi ne savait pas où donner de la tête, sa concentration se dissipait au fil des secondes : l'excitation montait. Un croc suffit pour faire couler le sang... Un pincement au cœur intervint suivit d'une hésitation. Une expiration profonde vainquit ce stress et permit au shinobi de s'élancer, de signer son nom : Yotsuki Kagerō dans la case vierge située à côté de l'émargement de son paternel.
C'est donc ça... Père ? Chuchota le shinobi en relevant son regard vers le batracien millénaire. Le jeune Yotsuki venait d'accomplir un grand pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1654-jisei-kagero-u-c#10189

Kuchiyose — Solo

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: