Derniers sujets
Partagez | 

[02. Cœur commerçant] La roche fissurée


Sam 17 Juin 2017 - 21:25
Parmi tous les assaillants qui frappent Iwa, deux semblent pouvoir difficilement être stoppés et ont réussi à avancer jusqu'au centre de la ville. Sans doute très dangereux, ils doivent être arrêtés dans les plus brefs délais, sinon nul doute qu'ils feront des ravages dans le coin le plus visité et bondé de la cité.

Voici les règles et indications à suivre :
  • Lorsque c'est à votre tour de poster, vous disposez de 36h pour répondre ;

  • Une seule fois durant tout l'événement vous pourrez demander un seul et unique délai de 12h ;

  • En cas de non-respect des délais, vous serez exclu de l'événement ;

  • Respectez les règles présentes dans notre Système de combat.

Règle(s) spéciale(s) pour ce groupe :
  • Interdiction d'utiliser des techniques durant votre premier tour, seuls les PNJ pourront en utiliser puisqu'ils bénéficient de l'effet de surprise.

Merci de respecter l'ordre de post suivant :
Shige Itaki
Hyûga Saori
Borukan Arikasa
PNJ
PNJ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com

Lun 19 Juin 2017 - 20:23
C'était une belle journée aujourd'hui, une belle journée pour acheter ce dont j'ai besoin. Et ce que j'ai besoin, c'est de la nourriture étant donné que je n'en ai presque plus chez moi. Je récupérais donc le peu de Ryôs que j'avais pour tout mettre dans ma poche de veste et sortir de chez moi, n'oubliant pas de tout fermer au passage. Je partais donc par la suite, serein, en direction du cœur commerçant, souriant comme à mon habitude, je me sentais presque fredonner un air sur le chemin. J'étais d'ailleurs arrivé au cœur commerçant peu de temps après mon départ, il fallait se le dire, je n'habitais vraiment pas si loin de cet endroit. J'en profitais pour faire un petit tour autour, regardant ce dont j'avais besoin en priorité et essayant de dépenser le minimum pour économiser un maximum ! Je ne voyais personne que je connaissais aux premiers abords, mais c'était pratique car rien ne pouvait changer mon humeur parfaite ! Le seul inconvénient c'était le passage qu'on me laissait prendre en voyant mes habits; tout le monde se poussait. Je ne suis quand même pas la mort, si ? Tant pis, je m'arrête à un stand de légumes et pointe à quelques-uns des légumes.

-Bonjour ! Hmm, je voudrais ça, ça et ça s'il-vous-plaît.

Je restais poli et souriant, déposant les ryôs pour acheter ça, récupérant le tout dans une sorte de sac, occupant entièrement ma main droite. Je commençais donc à partir calmement, ne faisant attention à rien ni personne autour de moi, étant dans ma bulle à ce moment. Je partais en direction d'un autre stand cette fois, achetant maintenant des pâtes, répétant l'action faite il y a quelques moments, restant poli et souriant quand je parlais au vendeur. J'étais tellement un habitué à son stand que j'ai pu économiser quelques Ryôs ! Eh, cette journée a absolument TOUT pour être parfaite, hehe ! C'est à ce moment que j'apercevais une personne que je connaissais, Arikasa ! C'est avec les bras chargés de courses que je m'empressais de me diriger vers lui, l'appelant pour lui parler.

- Ah ! Arikasa, content de te revoir ! Tu as l'air en pleine forme ? Est-ce que ça va ? Et franchement, ton armure est vraiment belle ! Tu es de service aujourd'hui ?

Je ne sais pas quand j'ai commencé à le tutoyer comparé à la dernière fois où je l'avais vouvoyé, mais j'imagine que je me suis rapproché de lui un peu. C'était pas si mal après tout, et j'étais même enjoué à lui parler étant donné que c'était un véritable colosse qui a l'air intéressant ! Et il n'a pas l'air d'être un "barbare", bien que je ne doute pas de ses capacités physiques .. Seulement, c'était pendant notre conversation que je qualifierais moi-même "d'enjouées" -du moins elle l'était pour moi-, que j'entendais un cri. Un cri puis une foule en panique à l'opposée d'Arikasa et moi. Je me retournais donc, pour voir brièvement des personnes au loin, plutôt deux, arrivant en courant et ayant l'apparence d'être prêts à en découdre vu leurs façons de venir. A vrai dire, j'ai bloqué à ce moment, je ne savais pas vraiment ce qu'il se passait. Est-ce qu'ils étaient des gardes ici pour arrêter une émeute ? Mais ils n'avaient pas l'air d'être d'Iwa, même d'ici je pouvais le dire, alors qu'est-ce qu'ils faisaient ? J'étais méfiant, posant mes deux sachets de course contre un mur rapidement pour ne pas qu'ils soient endommagés, gardant ma main droite contre le manche de mon arme, fronçant mes sourcils, visiblement énervé de toute la bonne humeur qui s'était accumulée qui venait juste d'être détruite en un instant.

_________________
"Que dirais-tu de discuter avec moi sous la pleine lune en buvant du thé, Invité ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t131-shige-itaki-terminee

Mar 20 Juin 2017 - 3:06

C'est grave! La vision parfaite offerte par le Byakugan l'a fait comprendre rapidement à la jeune femme qui remonte à présent en direction du quartier Hyûga, un sérieux cas de conscience à l'esprit. Comment doit-elle se comporter? Est-elle Hyûga ou Iwajin? Son coeur la pousse à rejoindre les siens et particulièrement Kenta. Mais il ne semble pas immédiatement en danger contrairement à la population et à ses camarades militaires du Village. Pour l'instant sa route la mène en direction du centre du village, là où elle devrait pouvoir couper la route à deux ennemis particulièrement efficaces. Mais elle doit lutter chaque second pour ne pas dévier sa course et rejoindre sa propre famille. Tiraillée entre deux serments, Saori doute. Et ce n'est clairement pas le moment pour ça...

Elle arrive malgré tout sur place et s'accorde un temps d'arrêt sur le toit au sommet duquel elle se trouve, le temps de jauger davantage la situation grâce à son dôjutsu. Iwa est attaquée de plusieurs côtés à la fois, ce qui force les défenseurs à se disperser. Le plan de l'adversaire semble soigneusement rôdé. Depuis quand planifient-ils cette attaque? Est-ce que le village est prêt à faire face à cet assaut? Elle ne peut que l'espérer... Il s'agira d'un véritable test qui pourrait bien se conclure par un bain de sang. Et dire que les Hyûga ont quitté Hi no Kuni dans l'espoir de ne plus rencontrer une telle situation. Cette fois-ci toutefois les choses sont claires: il y a ceux qui doivent vivre et ceux qui méritent de mourir. Reste à passer de la théorie à la pratique!

La kunoïchi tire deux kunaïs de l'une des sacoches qui ornent sa ceinture et les glisse entre ses doigts. Puis elle attend le moment propice pour les envoyer en direction de cet agaçant duo, histoire de briser leur élan destructeur. Une manière également d'attirer son attention sur elle et ainsi de laisser le temps aux civils de se mettre à l'abris. L'attaque à été si soudaine que Saori a failli être surprise. Que dire alors de ceux qui ne peuvent bénéficier des bienfaits du Byakûgan? Pour peu qu'on la laisse trop s'installer, la panique risque de saper les efforts des défenseurs. Ce qui risque de leur être fatal...

Elle se laisse choir sur le sol et s'y réceptionne souplement avant de faire face aux deux assaillants. La jeune femme les dévore de son regard laiteux avec la ferme intention de les empêcher d'aller plus loin. Mais elle sait qu'elle n'y parviendra pas seule. Ou du moins le pressent-elle. Seule, elle n'a aucune chance. Mais fort heureusement elle peut compter sur la présence de deux hommes qu'elle connait depuis peu. Suffisamment pour travailler efficacement de concert?
"Qui que vous soyez, votre existence s'arrête ici!" indique-t-elle aux envahisseurs.
Sa voix reste aussi neutre que d'ordinaire. L'assurance, qu'elle soit feinte ou non, est l'une des clefs de la victoire. Car après tout bien des combats se gagnent avant même que le premier coup soit donné. Le moindre doute, la moindre faiblesse apparente peut convaincre votre adversaire qu'il est en mesure de gagner. Pourtant quelque chose lui dit que ce sera loin d'être suffisant cette fois-ci.

Saori s'autorise ainsi un bref regard en direction d'Arikasa et Itaki. Une manière de leur demander de l'aide. Ils ont déjà dû comprendre que le duo n'est pas ici dans le but d'aider le village. Et si ce n'est pas le cas alors elle compte sur cette demande silencieuse pour les inciter à la rejoindre. Des morts, aujourd'hui, il y en aura. Reste à savoir quel camp en pleurera le plus...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Mar 20 Juin 2017 - 23:19


Jour de garde. Arikasa avait enfilé son armure et portait son marteau géant dans son dos. Il s'était équipé de son radio transmetteur lui permettant de communiquer avec les autres ninjas de garde ce jour-ci. Prêt au départ, il prit la direction de son poste, quittant sa petite maison et sa tranquillité. Mais il n’y avait, définitivement, aucun endroit que le Borukan pouvait préférer à son armure. Quand il la portait… Enfin, il était plus que dans son élément, et c’était peu dire. Comme ç chaque fois, les yeux curieux des enfants et des tout jeune shinobi se posaient sur lui, ou plutôt sur l’imposant ensemble qui le rendait davantage titanesque. A la moitié du chemin, il posa son marteau au sol, tête vers le bas, et communiqua avec ses coéquipiers, ou ses subordonnés… Cela ne faisait pas une grande différence si bien chacun l’écoutait avec la plus grande attention.

Alors qu’il prenait des nouvelles, RAS comme toujours, un jeune homme s’arrêta à ses côtés et lui demanda s’il pouvait essayer son marteau. Arikasa sourit, et lui fit signe d’essayer alors qu’il continuait de discuter au travers du petit émetteur. Le gamin –tout ce qui avait en dessous de l’âge du Borukan en était un- s’échina sur l’arme géante, qui ne bougea pas d’un millimètre ! Le ninja au Yôton l’observait, amusé et s’éloigna un peu pour entendre plus clairement. L’un des chûnin racontait comme à chaque fois des blagues, pour noyer l’ennui, puis soudainement la transmission fut interrompue, cela ne surprit pas le vieil homme, ils étaient sans doute encore en train de se chamailler, ces petits jeunes. Tant mieux, c’était ainsi qu’on créait l’esprit de camaraderie et que l’on tissait des liens suffisamment pour résister à la plupart des tragédies que l’on peut rencontrer dans une vie de Shinobi.

Son regard se posa encore sur son marteau qui n’avait pas quitté son emplacement, et le jeune homme avait abandonné l’idée de le faire bouger. Puis son attention fut de nouveau attirée par un retour de communication. Le chûnin avait dit « attaqués ». Ses sourcils se froncèrent, et le ninja en armure attrapa son marteau. Il se dirigea alors vers son équipe et pour s’y rendre devait passe par le centre-ville. N’étant qu’à la moitié du chemin, il lui faudrait quelques minutes, les plus longues de cette journée, pour s’y rendre. De tous ceux qu’il croisait, aucun ne semblait s’inquiéter, personne n’avait entendu. Et lui-même, à cet instant, n’entendait plus ; juste un grésillement. Puis, il arriva au centre du village, enfin, pas très, dans l’une des rues du cœur commercial.

Ses yeux scrutaient tout autour, mais rien ne semblait bouger, rien ne semblait se passer. Son équipe lui avait elle fait une mauvaise blague ? Possible. D’un air renfrogné, il ralentit le pas, ayant l’impression de s’être fait avoir. Là, dans cette même rue, il croisa le menuisier, Itaki de son prénom. Lui au semblait tranquille, et un peu plus familier aussi. Il allait lui répondre, faire montre de respect et surtout ne plus le confondre à un menuisier, mais ce fut, cette fois ; Saori du clan Hyûga qui débarqua, ses yeux blancs allumés. Il ne lui fallut que peu de temps pour comprendre qu’il se passait, sans doute, quelque chose de particulier, si ce n’était grave, pour qu’elle débarque ainsi. Mais si tel était le cas, ce qui étonnait davantage le molosse de lave, ce fut sans doute qu’elle ne soit pas auprès de son clan….

Les premières nappes de fumée, ou de poussière s’élevaient au loin, présageant, annonçant quelque chose de terrible. Aussitôt le Borukan dégaina son énorme marteau et ordonna d’une claire et rauque aux civils encore présents de fuir…




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641

Mer 21 Juin 2017 - 20:19
Trois Iwajins, pour deux assaillants. C’est ainsi que le trio de la cité des Roches put voir débarquer sans trop tarder un homme et une femme, aux visages bien amusés de la situation. Nul doute qu’ils n’attendaient qu’une seule chose : se battre avec ferveur.

L’homme était le plus grand, et également le plus robuste. Deux épées – vraisemblablement des katanas basiques – décoraient son large dos. Il fut le premier à ricaner ouvertement, et à se tourner vers sa collègue. Rapidement il pointa du doigt chacun des trois ninjas qui étaient en face. Il n’avait aucun doute sur leur défaite, tout comme celle du village d’Iwa tout entier.

« T’as vu leurs gueules, Kono ? On va leur montrer comment combattent de vrais coéquipiers… »

Ses deux mains se rapprochèrent avant de composer des signes incantatoires à une vitesse plutôt impressionnante. Un recul puis l’homme cracha une grande boule de feu vers l’Iwajin au marteau. Il s’exclama aussitôt vers sa comparse.

« On fait la classique ! »

Informations du PNJ:
 
Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 21 Juin 2017 - 20:29
Contrairement à Hiro, Kono était une femme mince – presque fine – et tout sauf effrayante au premier abord. Sans doute loin d’être frêle puisqu’elle avait réussi avec l’aide de son compère à se frayer un chemin non loin du centre du Village caché de la Roche, elle devait sans doute bien cacher son jeu. Et d’ailleurs, son doux visage de blonde ne tarda pas à laisser échapper un langage fleuri donné avec agressivité.

« Moi c’est c’te garce d’Hyûga, j’vais me la faire ! »

Alors que son compagnon exécutait des signes incantatoires, et crachait une boule de feu, elle entamait deux mudras. Elle semblait avoir saisi l’occasion avant même qu’Hiro ne lui propose de faire leur fameuse « classique ». Ce à quoi elle répondit tout en se positionnant face à la Hyûga qu’elle avait définitivement en ligne de mire.

« Ta gueule je sais ce que j’ai à faire ! »

Elle projeta soudain de puissantes rafales de vent, qui prirent l’Iwajine pour cible. Mais le positionnement de Kono fit croiser sa technique avec la boule de feu d’Hiro. Le résultat fut aussi vif qu’inattendu : la technique Katon fut immédiatement plus imposante et plus vive qu’au départ, tandis que les rafales Fûton baissaient à peine en intensité.

Informations du PNJ:
 
Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 22 Juin 2017 - 3:19
Tout le monde était rapidement parti, et j'ai directement remarqué Saori et son air qui demandait de l'aider. Eh, moi ? L'aider elle ? C'était sûrement à Arikasa qu'elle demandait ça, je pense. Bon, tant pis, après tout je n'ai vraiment pas d'autre choix que de les aider, car là ce n'est pas vraiment uniquement pour moi qu'il me faut me battre, mais aussi pour Iwa. Je dégaine d'une manière rapide mon arme, celle-ci mesurant déjà 1m, pendant qu'elle laissait s'échapper du fourreau un léger bruit métallique. Quant aux deux autres, ils ont déjà envoyé leurs attaques, et j'ouvrais grandement les yeux en voyant la boule de feu se diriger vers Arikasa. Bon, j'étais confiant en lui, et d'après les dires de la femme, elle voulait s'occuper de Saori, et ils maîtrisaient le Ninjutsu .. Ce qui voulait dire qu'ils étaient capable d'utiliser des techniques à distance contre moi, un sabreur. C'est ce genre de choses qui me font froid dans le dos, c'est une sensation désagréable qui me fait penser que je ne sers vraiment à rien. Et puis, ils n'ont pas l'air faible ceux-là. Seulement, on était au cœur commerçant, un endroit qui m'était familier vu le temps que j'y passe à vendre mes statuettes ! Les attaquer de front serait difficile, donc je me disais tout simplement que j'allais servir de leurre pour qu'Arikasa et Saori puisse leur infliger de lourds dégâts. Aaah, c'est dur la vie des plus faibles d'une équipe ..

Au lieu de leur courir dessus, je prenais un air paniqué en voyant leurs attaques. Mon jeu d'acteur n'était pas si mauvais après tout ! Bon, il ne faisait pas parti des meilleurs, mais tout de même ! Je me retournais pour m'enfuir directement dans une ruelle à côté. Pourquoi une ruelle ? C'était plus simple pour grimper sur les toits ! J'utilisais une technique simple qu'on m'a déjà apprise .. Enfin, "technique", à ce stade c'est plus un tour de passe-passe. Avec du chakras sous les pieds, je sautais rapidement de mur en mur, profitant qu'ils n'étaient pas énormément séparé, pour monter jusqu'en haut du toit. Arrivé sur le toit, j'essayais de rester le plus discret possible, bien que je n'y sois pas très doué s'ils étaient réellement attentif, eux. Je courrais sur ce toit, essayant de rester le plus éloigné de là où eux étaient au départ. Puis sautant sur un autre toit, j'étais à peu près là où ils étaient quand ils ont lancés leur technique, la plus proche de moi à ce moment était cette femme vulgaire. Je courrais, je sautais et .. je prenais mon envol ! J'arrivais au dessus de la femme, tombant rapidement au dessus d'elle, pieds en l'air et tête vers le bas ! Mon arme était tendue vers elle, pointée vers le sol, ressemblant à une fléchette ! D'ailleurs, mon arme, elle, venait à se rétracter et à s'allonger à une grande vitesse une fois que j'étais près d'elle, dans le but de la blesser ou au moins que Saori puisse utiliser ce moment pour l'immobiliser. Personnellement, je bougeais le poignet pour blesser ses épaules au maximum, ne visant jamais la tête, pour un total de 10 fois. Après tout, un prisonnier est toujours mieux qu'une personne morte !

Résumé du tour:
 

_________________
"Que dirais-tu de discuter avec moi sous la pleine lune en buvant du thé, Invité ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t131-shige-itaki-terminee

Dim 25 Juin 2017 - 9:54

Cette... garce de Hyûga? L'intéressée hausse un sourcil de scepticisme en se demandant si elle a déjà eu l'occasion de croiser la fameuse Kono. Le visage de l'assaillante ne lui dit rien et de mémoire c'est la première fois qu'elle la croise. Mais la kunoïchi au Byakugan n'entend pas entrer dans le jeu des deux attaquants. Ces derniers semblent visiblement habitués à combattre côte à côte. Ce qui se confirme quelques instants plus tard lorsqu'ils combinent deux de leurs jutsus pour engager les hostilités. Les Iwajins, quant à eux, ne peuvent compter que sur leur faculté d'adaptation pour contrer ce duo d'adversaires. Mais ils peuvent se fier à leur connaissance du terrain et à l'avantage du nombre.

Du moins jusqu'à ce qu'Itaki décide de prendre la poudre d'escampette. Saori retient un juron tandis que son regard se pose sur les flammes qui se rapprochent et les bourrasques de vent qui en amplifient la puissance. Entrer dans le jeu des assaillants et accepter la répartition du combat tel qu'ils le conçoivent est hors de question. Kono veut affronter la Hyûga? C'est qu'elle doit avoir les moyens de la vaincre. Et la kunoïchi détentrice du Byukûgan n'entend pas lui faciliter la tâche. Mais pour l'heure il s'agit d'éviter les rafales fûtons qui foncent vers elle.

Saori fléchit donc les genoux et bondit sur le côté pour éviter la menace, décidant de venir se placer derrière Arikasa. L'armure de ce dernier est un gage de sécurité. S'il peut encaisser l'attaque enflammée de l'autre assaillant, la voie sera libre pour une contre-attaque. D'autant plus qu'Itaki, finalement, n'est pas aussi lâche qu'elle le craignait. Son... repli stratégique avait pour but de lui ménager une ouverture. Profitant de la configuration du terrain, ce dernier tente ainsi une attaque en traître sur Kono.
"Je peux jouer le rôle du katana!" indique-t-elle à Arikasa. "Pouvez-vous endosser celui de bouclier?"
La jeune femme a toujours été portée davantage sur l'offensive que la défensive, c'est un fait. À en juger par l'accoutrement du Borukan et ce qu'elle sait des capacités de son clan, Saori espère qu'il sera apte à défendre le moindre centimètre de terrain que ces adversaires entendent s'approprier. Et, ce faisant, Itaki ou elle en cas de besoin. Ce qui leur permettra en retour de lancer les contre-attaques nécessaires pour l'emporter. La Hyûga attend sagement que la menace des flammes soit écartée par le quinquagénaire avant de bondir par dessus-lui, se servant de son épaule comme support pour se propulser en direction de Kono.

Profitant ainsi de la probable ouverture ménagée par Itaki, la kunoïchi de la Bunke décoche une volée de coups sur son adversaire féminin. S'ils arrivent à mettre ne serait-ce qu'un de leurs adversaires au tapis, le trio de la Roche pourrait bien gagner un avantage décisif. Maintenant entre la pratique et la théorie...

Résumé du tour:
 



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Lun 26 Juin 2017 - 21:48


En voyant ces deux énergumènes fondre sur eux comme deux diables assoiffés de sang, Arikasa comprit ce qu’il s’était produit au poste de surveillance vers lequel il se rendrait. Le Borukan n’eut pas le temps de réagir que déjà leurs assaillants faisaient leur office sans qu’il n’eut le temps de se préparer. Ainsi, une boule de feu amplifié d’un autre jutsu, des rafales de vent semblait-il. Arikasa connaissait l’effet du vent sur le feu et comprenait que cette attaque dirigée vers lui à la jeune Saori pourrait bien être fatale, ou tout moins dangereusement efficace. Contre ce genre d’assaut, le Borukan ne disposait que d’un arsenal assez limité, la lave ne serait d’aucune utilité et son panel défensif semblait à cet instant tout aussi limité que son arsenal. Enfin, tout ça pour dire que cinquantenaire allait devoir donner de sa personne, encore une fois, s’il voulait protéger les siens.

Si certain avait peur de la douleur, voire de la mort –ce qui semblait plutôt normal-, Arikasa lui… Sans dire qu’il n’en avait pas peur, était moi… sensible à leurs attraits. Il avait d’ailleurs plus peur de l’échec en tant que tel que de la mort, car une fois mort… On ne sait plus, on ne voit plus et l’échec perd alors toute signification. Alors si un éventuel échec pouvait entrainer sa mort… Il y serait certainement aussi gagnant que s’il réussissait sa mission. Puis, protéger était son objectif, sa fin un peu comme les Hyugas de la Bunke mais à une échelle tout à fait différente. Il Observait alors Itaki, qui avait d’ailleurs disparu de son champ de vision, et la Hyûga qui venait de se réfugier derrière lui pour se protéger de cet assaut d’envergure. Il soupira et dit :

-T’es prête gamine ? ça va chauffer… dit-il en réalisant une rapide suite de signes.

Un mur de pierre s’extirpa alors du sol, assez épais, de la taille d’Ariksa, il se mit en position pour recevoir les flammes. Ce fut à cet instant que la Hyuga prit l’initiative de quitter son protecteur, pour disparaitre derrière les flammes. Une explosion, un crac et la muraille vola en éclat, projetant le Borukan en arrière sous l’effet de l’onde de choc. Ses mains, sa barbe, ses cheveux avaient souffert quelques brûlures, assez profondes pour la plupart ! Son armure de basalte fumait de partout, crépitait même sous l’effet de la chaleur dégagée par cette puissante offensive. Malgré tout, et non sans difficulté, il se releva. Sans être à l’agonie, sans dire que son pronostic vital était engagé ; on pouvait affirmer qu’il était en mauvaise posture.

Mais il pouvait se battre, il pouvait toujours protéger les autres, il n’avait pas encore échoué. Et si ce maigre sacrifice pouvait permettre à ses alliés du moment de porter un coup lourd, après tout… Il en serait déjà très heureux. Et pour poursuivre sur cette lancée, le Borukra réalisa de nouveaux signes et le sol sous l’un de leur opposant, celui au fûton, se liquéfia pour laisser place à une épaisse marre de boue. Puis il cibla l’autre. Son armure fumante se désolidarisa alors de son corps couvert d’hématomes, fusa subitement vers l’autre celui au Katon. L'objectif était simple, réduire les déplacements de leurs adversaires.

Résumé:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641

Sam 1 Juil 2017 - 20:17
Lorsqu’il vit sa cible se manger littéralement son attaque Katon et ce malgré le mur Doton qu’il avait dressé, Hiro ne put s’empêcher de s’esclaffer. Il en vint même à se tordre de rire, attrapant son ventre avec ses larges bras.

« Alors, t’as aimé l’barbecue ?! »

Forcément, la riposte Iwajin ne tarda pas à venir. Mais là où il fut surpris fut la concentration d’offensives sur Kono. D’habitude plus discrète et beaucoup moins imposante, sa collègue faisait rarement les envies de priorités de ses adversaires. Ces shinobis du Village caché des Roches étaient vraiment étranges.

Ses pensées furent presque un piège pour celui qui vit le sol sous ses pieds se changer peu à peu. Sans réfléchir – bien que cela aurait pu lui être fatal – il bondit en projetant du chakra Katon sous ses pieds. Après avoir pris de l’altitude, il vit Kono enfermée dans une sorte d’armure. S’il avait cru la voir touchée un peu plus tôt, et probablement mal en point, il jugea que cette technique à priori du répertoire Doton visait à l’immobiliser.

« Enfoirés, hurla-t-il tout en effectuant un mudra avec violence. »

Sous l’impulsion de son chakra et de ses poumons, Hiro cracha des nuées de flamme sur tout la zone. S’il profitait de son peu d’altitude pour ne pas être touché par son attaque, il avait également parié sur la bonne résistance de l’armure dans laquelle était enfermée Kono. Mais les autres Iwajins, eux, allaient morfler !

Attention:
 
Informations du PNJ:
 
Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 3 Juil 2017 - 12:37
Une fois de plus, leur combo avait fonctionné à merveille. Le plus imposant des Iwajins avait été touché de plein fouet par le Katon augmenté de leur camp et cela satisfaisait Kono. Toujours bien moins enthousiaste que son compère, la manipulatrice du Fûton fut néanmoins surprise de la réactivité de ses adversaires, et surtout de la kunoïchi qui lui bondissait déjà dessus. Mais au même moment, elle sentit une présence sur son flanc et se retourna rapidement, insufflant aussitôt du chakra dans ses paumes.

Elle détourna comme elle put les coups portés par l’Iwajin et son arme, mais subit quelques coupures de par l’effet de surprise qu’elle avait subi. Affaiblie, elle se retourna de nouveau trop tard pour esquiver l’attaque de la Hyûga, qui réussit à la toucher trois fois. A ce moment-là, Kono relâcha du chakra Fûton tout autour d’elle, repoussant son ennemie.

Ses quelques blessures légères, et ses douleurs sans doute situées au niveau de trois de ses tenketsus la mettaient dans une position délicate. Et il fut inutile pour elle de chercher à esquiver la sorte d’armure dans laquelle elle fut emprisonnée. A l’intérieur de cette dernière, elle grimaçait de son inutilité. Mais elle avait bon espoir qu’Hiro s’occupe de démêler la situation.

Informations du PNJ:
 
Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 5 Juil 2017 - 0:47
Une grande partie de mes coups d'épées sont parées pendant ma chute par la femme, elle n'est vraiment pas mauvaise et c'est ce qui me faisait me demander pourquoi ils nous attaquaient ? Il n'y avait pas vraiment de logique à ça je dirais. De ce que je sais, et de ce dont je me souviens, Iwa n'a pas commit d'énorme péché, du moins pas que je sache. C'est pour ça que j'étais vraiment appréhensif de ce qu'il se passait et je me demandais vraiment qui était à l'œuvre derrière les rideaux de cette pièce. Je retombais donc au sol rapidement, fléchissant mes genoux pour ne pas avoir d'énormes douleurs à ma chute. C'est alors, en relevant les yeux et en voyant le femme prise au piège de la camisole, que je pouvais voir l'homme dont j'avais presque oublié l'existence sauter en l'air et faire une technique Katon énorme. J'en étais clairement incapable, moi, de faire ça. Je serrais les dents, regardant derrière moi pour envoyer un regard explicite à Arikasa. Après ce regard, je restais accroupi, utilisant une nouvelle fois la technique que j'ai utilisé précédemment mais après que celle-ci ait repoussée Saori, pour donc allonger et rétracter 10 fois d'affilée mon épée. Seulement, cette fois, pas de quartiers ! Je visais principalement son ventre et son abdomen, du moins la place où ils devraient être derrière cette armure !

Bien entendu, grâce à la place que j'avais à présent, la femme me servait de boucliers humains, et me permettrait de me protéger de quelques dégâts et de ne pas souffrir entièrement. Si ce que j'ai voulu fonctionné, donc utiliser la femme en la plantant avec mon arme comme un bouclier humain et protégeant mon visage de mon bras gauche, alors tout était bon. Seulement, une fois que tout se passait comme il fallait et que je ne voyais plus rien à cause de mon bras gauche, la chaleur arriva, puis les flammes et .. je lâchais un cri grave sans m'en rendre compte. Mon bras gauche était .. brûlé. Entièrement brûlé. La veste que j'avais n'avais plus de manches gauches et on pouvait voir que ce bras était entièrement brûlé et n'était plus en état d'être utilisé. C'était d'ailleurs pareil pour l'avant de ma veste qui était calciné avec quelques brûlures au torse, moins grave que le bras. Heureusement, le bas n'était pas brûlé. J'enlevais donc rapidement ce qui me servait de haut, finissant torse nu et dans un état pitoyable et lamentable, serrant les dents pour ne plus laisser de cris de douleurs s'échapper d'entre mes lèvres. De lourdes respirations passant par mes narines, devenant même audible.

Résumé du tour:
 

_________________
"Que dirais-tu de discuter avec moi sous la pleine lune en buvant du thé, Invité ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t131-shige-itaki-terminee

Mer 5 Juil 2017 - 20:43

Un sourire - chose assez rare pour être soulignée - mauvais assombrit un instant le visage de Saori alors que ses coups s'écrasent contre les Tenketsus de son adversaire. Elle peut en bloquer trois d'entre eux mais pas davantage, cellle se faisant appeler Kono réussissant à la repousser. Peu importe: avec certains de ses points de chakra inactifs, elle perdra en efficacité. Que ce soit à l'usure ou non, l'avantage semble peu à peu basculer dans le camp des défenseurs. Peut-être qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter autant. Et peut-être aussi que les envahisseurs se contentent d'évaluer leurs adversaires. Qui sait? Cette incertitude fait tout l'intérêt de ce combat. La récompense pourrait aussi bien être la victoire que la mort. Pour un camp comme pour l'autre...

La Hyûga se campe fermement sur ses jambes tandis qu'elle profite de quelques secondes de répit pour évaluer la situation, Byakûgan à l'appui. Kono a été atteinte porte les stygmates des coups de lame d'Itaki tandis que son compagnon a décidé de prendre de la hauteur. Des deux c'est celui qui semble avoir le plus de jugeote. D'expérience également? Sans parler de sa faculté a manier les flammes. Un élément qui a toujours inspiré une certaine crainte à Saori. Elle décide alors de changer de cible au moment-même ou leur adversaire masculin inonde la zone d'un océan de feu. Et même en ayant quelque peu anticipé l'attaque en se déportant sur le côté, la jeune femme sent la morsure de l'attaque qui lèche son dos, brûlant indifféremment peau et vêtements.

Elle grimace mais retient le cri qui menace de quitter le seuil de ses lèvres. Elle tente alors de transmuter sa douleur en colère tandis que l'adrénaline se manifeste davantage. Elle infléchit sa course et fonce droit sur l'assaillant inconnu, choisissant un angle qui place le Borukan sur sa trajectoire. Et pour une bonne raison:
"Faites-moi voler!" demande-t-elle simplement.
Une demande sans doute un brin étrange mais qui tombe malgré tout sous le sens. Avec sa masse musculaire le quinquagénaire n'aura sans doute aucun mal à propulser ses petites dizaines de kilos dans les airs. Là où ses coups auront une chance de porter! Ainsi donc elle bondit dans sa direction, utilisant la main qui lui est offerte comme tremplin pour s'envoler à son tour. Espérant profiter de l'effet de surprise, Saori commence alors à décocher une volée de coups dès qu'elle arrive au contact de l'homme volant. Le tout en espérant que ceci aidera à mettre un terme à ce combat qui a déjà trop duré: ses blessures et le chakra qu'elle a puisé dans ses réserves commencent à manifester leurs effets négatifs...


Résumé du tour:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Jeu 6 Juil 2017 - 19:28


Le Borukan prit une profonde respiration pour regagner en concentration et faire fit de la douleur qui ankylosait la majeure partie de son corps. Et il fallut au moins ça pour se préparer –si cela était possible- à ce qui allait s’en suivre. Arikasa, le temps de retrouver ses esprits avait observé, ou entre aperçu entre deux battements de cils ses deux coéquipiers combattre leurs farouches adversaires. Ces deux-là se débrouillaient très bien, pour ne dire plus, et disposaient visiblement d’atouts non négligeables. Leurs assauts, loin d’avoir portés, avaient eu le mérite de mettre en difficulté les opposants qui se retrouvaient, pour l’une privée de liberté et pour l’autre dans les airs aussi libre qu’un oiseau, c’est dire si l’image était surprenante. Ceci dit, cette contre-offensive semblait avoir atteinte l’orgueil du cracheur de feu qui dans l’instant libéra sur eux une terrible vague de flammes, encore, qui avait tout du feu des enfers, s’il en existait un ; ce dont le Borukan doutait profondément.

Lui, ne pouvait se permettre d’encaisser une nouvelle fois cette attaque, et en comparaison de la précédente, celle-là semblait moins… virulente, moins violente et un moins rapide. Sans avoir à se protéger d’une explosion, un mur de pierre devrait alors suffire. Cependant, ne voulant pas risquer de voir sa défense bisée par un subterfuge, le Borukan se contenta d’observer les deux autres Iwajin encore présents. Peut-être pourrait-il avant de se mettre à l’abri, être d’une quelconque utilité. Le regard d’Itaki capta alors son attention, et, le voyant faire, su ce que lui-même devait accomplir. Il délia alors les mains, relâchant son emprise ultime sur la Kunoichi. L’armure tomba en vrac sur le sol, comme un amas de pierres informes, laissant à l’air libre sa prisonnière juste le temps nécessaire pour que le sabre du menuisier l’atteigne. Le Shige saurait alors quoi faire de sa prise, tandis que les flammes l’avaient déjà atteint.

La vague enflammée se rapprochait à une vitesse insoupçonnée, si bien que le Borukan ne prit pas le temps de voir le résultat de leur synchronisation, à lui et Itaki et dressa un mur. Puis, les flammes l’atteignirent, ou tout au moins ce roc qu’il avait créé en un instant. On put voir la pierre rougir sous l’effet de la chaleur, comme atteignant peu à peu son point de fusion. Si cela avait été le cas, cette roche en fusion aurait pu lui permettre une redoutable contre-attaque… Mais pour le moment, elle lui avait simplement permis de survivre. Le temps que les flammes déferlaient autour de lui, la jeune Saori s’était précipitée, de nouveau vers lui. C’est elle qui allait former la contrattaque, ainsi, la saisissant, il la propulsa, aidé de la propre force de la Hyûga, sur la trajectoire du pyromane. Si l’attaque portait, peut être que cet affrontement infernal s’arrêterait, dans le cas contraire, il faudrait que d’autres prennent la relève.

Le cinquantenaire, voulant que cette ultime offensive parvienne, réalisa des signes, sans doute les dernières de ce combat. Les morceaux d’amure incandescents alors à quelques mètres d’Itaki s’agitèrent pour tout d’un coup se propulser vers leur nouvelle cible, auparavant dans les airs. Tout cet enchainement, s’il était bien exécuté pourrait le procurer la victoire, mas fallait encore que leurs ennemis n’aient plus rien dans leurs chapeaux, ce qui serait un miracle...


Résumé:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641

Ven 7 Juil 2017 - 12:17
Encore une fois, Hiro avait fait d’énormes dégâts. Mais les diverses protections et esquives avaient permis aux Iwajins de survivre à son impitoyable assaut. Endurants et surtout chiants, ces shinobis, pensa-t-il aussitôt. Son regard vint se porter immédiatement sur Kono et sur la camisole qui la retenait : cette dernière était bien fissurée et nul doute qu’elle ne tarderait pas à sortir d’ici… Il fallait l’aider, mais à l’instant où le manipulateur du Katon se dit ceci, il vit la Hyûga se projeter à toute vitesse sur lui. Kono allait devoir se débrouiller seule…

La manipulatrice du Fûton avait senti la chaleur et les ondes de choc témoignaient d’une grande attaque de son coéquipier. Malgré la douleur et ses légers handicaps chakratiques, elle sourit. Voyant à quel point l’armure de terre et de roche avait faibli suite à cet épisode, elle tenta de rassembler du chakra dans ses paumes pour s’exclure de cette prison. Mais elle n’eut pas besoin de le faire, puisque cette dernière se brisa d’elle-même, pour être projetée ailleurs. Au même moment, un des Iwajins lui enfonça son épée dans l’abdomen. Kono tenta tant bien que mal de renouveler sa technique des paumes de vent précédente, mais entre sa fatigue et ses quelques tenketsus touchés, elle ne put rien faire. Un spectacle aussi effroyable que sanguinaire lui apparut sous les yeux : des jets pourpres ayant pris source de différents points de son corps. Sa vue, troublée, sembla se diriger vers Hiro mais en l’espace de quelques instants, Kono s’écroula.

Alors qu’il tentait de parer les nombreux coups de la Hyûga, Hiro ne put s’empêcher de regarder sa collègue tomber au sol. Un instant sentimental qui lui coûta cher, puisque le reste des soixante-quatre poings le touchèrent de toute part. Entre la douleur physique et celle d’avoir perdu Kono, Hiro ne put (ou ne voulut) même pas voir arriver les restes brûlants de la camisole Iwajine qui l’envoya à quelques mètres plus loin. Entre ses tenketsus touchés, son impossibilité pour l’instant d’utiliser du chakra et ses quelques blessures : Hiro avait compris que sa défaite était actée. Pourtant il tenta désespérément d’attraper un kunaï…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 8 Juil 2017 - 17:15
J'avais réussi à achever la femme qui maîtrisait le Fûton, mais au prix de moi-même souffrir d'énormes brûlures. Elle était encore sur ma lame, son corps inanimé et devant moi. Je tirais sur ma lame en la poussant de mon épaule pour qu'elle tombe au sol, la regardant avec un air complexe. Moi-même je ne savais pas si c'était le meilleur choix que de la tuer, mais je n'avais pas le choix pour ma propre survie à vrai dire, car si je ne l'avais pas fait, j'aurais était celui à sa place. Je laissais s'échapper de mes lèvres un long soupir, avant de tenter de me relever entièrement. En sentant la douleur dans mon bras gauche en tentant de me lever, je retombais au sol, assis. Je pouvais voir tout ce qu'il se passait d'ici, mais je ne pouvais bouger et je devais serrer mes dents au maximum afin de ne pas laisser de bruits s'échapper de ma bouche, comme un grognement de douleur ou un cri soudain, par exemple. Je regardais Saori qui s'envolait à l'aide d'Arikasa, et c'était vraiment pas mal. Elle volait vraiment bien .. Ou c'était juste Arikasa qui était vraiment fort, et ça me rappelait que j'aimerais pas être frappé par un coup de son marteau.

La douleur était vraiment horrible, par contre, et je ne pensais plus qu'à ça. J'essayais malgré tout de m'efforcer d'hurler deux mots. Peut-être qu'elle savait déjà quoi faire, mais je me devais d'hurler ça pour être sûr, étant donné que je ne voyais pas ce qu'il se préparer à sortir, mais ça pouvait être dangereux pour elle.

-ASSOMMES-LE !

Et puis, l'assommer rendra plus simple le fait de le transporter pour l'interroger plus tard. Et c'est dans un grognement de douleur que je m'effondrais sur le dos, je n'osais même plus bouger tellement je souffrais à cause de ces flammes .. Sérieusement ! Si j'avais su que ça faisait autant mal j'aurais pas tenté de tuer la femme et je me serais mit à l'abris !

Résumé du tour:
 

_________________
"Que dirais-tu de discuter avec moi sous la pleine lune en buvant du thé, Invité ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t131-shige-itaki-terminee

Sam 8 Juil 2017 - 20:00

Hyûga Saori

La promesse que la Hyûga a faite aux assaillants est respectée. En partie tout du moins car si Kono n'est plus de ce monde il reste encore à faire trépasser son partenaire. Ce n'est qu'une question de secondes puisqu'il est au plus mal. Ses tenketsus à présent bloqués, l'armure d'Arikasa l'empêchant de se mouvoir selon ses désirs, il est semblable à un fruit mur qu'il suffirait de cueillir. Et il était temps...

Même si ce combat semble sur le point de se terminer, l'attaque sur le Village pourrait encore durer des heures. Et l'équipe de défenseurs n'est pas au mieux de sa forme. La douleur provoquée par les brûlures dans le dos de Saori reste bien présente et malgré sa masse et une endurance qu'elle imagine supérieure à la sienne, Arikasa n'est pas non plus dans un état enviable. Itaki, quant à lui, semble sur le point de rendre l'âme. Ce qui ne l'empêche pas de hurler ce qui ressemble à un ordre à la détentrice du Byakûgan.

Un comportement qui a évidemment d'irriter la Hyûga qui reste très attachée à la politesse et au respect que l'on doit à ses supérieurs. Elle fustige d'ailleurs le Chûnin de son regard laiteux et hésite un bref instant à lui rappeler qu'ils n'ont pas gardé les kirijins ensemble. Mais ce n'est évidemment pas la priorité pour l'instant. Car si la jeune femme souhaite ardemment la mort de leur dernier adversaire il n'en reste pas moins qu'il peut détenir des informations capitales. Un point sur lequel elle est on ne peut plus d'accord avec Itaki et, probablement, Arikasa.

Elle bondit donc sur l'homme qui s'est emparé d'un kunaï avec la ferme intention de l'empêcher de faire quoi que ce soit. Cherche-t-il à se suicider? Ou est-ce simplement son caractère combatif qui continue de s'exprimer malgré la situation désespérée. Elle penche pour la première solution même si dans le fond ça ne change pas grand chose à ce qu'il convient de faire.

Elle puise donc dans ses minces réserves de chakra pour accélérer quelque peu sa vitesse et décocher un coup de pied dans la main de son ennemi. Une manière comme une autre de le désarmer et, peut-être, de lui briser quelques os au passage. Son élan l'entraîne derrière l'ennemi et elle pose un genou à terre, le souffle haletant. Arikasa sera sûrement en mesure de porter le coup qui mettra hors combat leur adversaire. Restera à recevoir des soins adéquats et à prendre un peu de repos avant de repartir au combat...

Résumé du tour:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Lun 10 Juil 2017 - 20:31


Ce combat, fut, sans être le plus difficile de sa vie, d’une difficulté sans conteste. Leurs opposants auraient pu battre les Iwajin si ces derniers n’avaient pas fait preuve d’une certaine collaboration. Il fallait dire que depuis le début chacun d’entre eux avait donné de sa personne sans hésiter à subir les assauts enflammés pour conduire leurs coéquipiers à la victoire. Arikasa ne pouvait qu’avouer une chose : il était fier de ces jeunes gens. Ils lui avaient prouvé que les nouvelles générations valaient autant que les anciennes, et sans doute que leur fougue ajoutait à l’expérience. Une combinaison quasi parfaite pour combattre et, davantage que remporter une victoire, protéger leur village. Savoir que des shinobi de tous horizons ne réfléchissent pas à quoi dans une telle situation. Cela promettait un bel avenir au village.

Mais, à ce combat, il manquait quelque chose. Comme une ponctuation, un point final. Et il y avait deux possibilités ici, que le survivant de leurs ennemis meurt, ou qu’ils servent les intérêts du village. En effet, découvrir les commanditaires, ou bien les meneurs de cette attaque ; permettrait à l’avenir d’éviter de nouveaux assauts, ou de s’y préparer un minimum, car il fallait bien dire que tout ceci n’aurait pu se produire s’ils avaient été un peu mieux… informés ? De ce combat découlait pour le Borukan une idée très simple : Iwa avait besoin d’un leader, d’une personne pour donner une direction aussi bien aux shinobi qu’aux civils… Ce serait plus qu’une nécessité après une telle offensive. Il y avait désormais un avant, et un après ; de village semblant fort et sécuritaire, Iwa venait de revêtir une image moins glorieuse, celle d’un village faillible, d’une cible.

Toutes les conséquences de cette attaque étaient là, et à venir. Pour retrouver la confiance de Tsuchi, il fallait trouver les instigateurs. Arikasa, toujours debout, maintenait son jutsu d’immobilisation afin d’éviter au cracheur de feu de faire quoi que ce soit autant contre eux que contre lui-même. Ainsi, le manieur de marteau ne fit rien que maintenir son emprise sur le renégat. Et alors que Saori se jetait de nouveau sur lui tandis qu’Itaki ne pouvait plus rien faire ; l’armure l’équipa, le clouant au sol. Sans doute à bout de force, à bout de chakra compte tenu des nombreux tenketsu qu’avait dû toucher la jeune Hyûga et ayant perdu l’espoir d’une victoire vu la nature de son dernier geste… Il ne pouvait être possible qu’il échappe au jugement d’Iwa.

Arikasa imaginait déjà la suite. D’abord on le remettrait sans sur pied. On le priverait de son chakra et enfin on le ferait parlait, qu’importe les moyens mis en œuvre. Dans ce domaine, shinobi ou civils savaient très bien s’y prendre. Et qu’il soit un shinobi ne le protégerait pas de la douleur psychologique, et, ou physique. Maintenant toujours son emprise sur le nukenin, Arikasa se rapprocha lentement de leur futur captif. Lui-même avait beaucoup souffert de cet affrontement et les dernières gerbes de chakra coulant encore dans son corps s’évanouissaient à chaque pas qui le rapprochait de leur assaillant. Puis, à quelques mètres, il prononça quelques mots.

-Il nous dira tout ce qu’il sait. D’une façon, ou d’une autre. Acheva l'imposant Borukan avec un sérieux qu’on ne lui connaissait pas.

Résumé:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641

[02. Cœur commerçant] La roche fissurée

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Événements :: Intrigues :: Intrigue n°1 : Premiers déferlements
Sauter vers: