Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Dans les cavernes (ft. Y. Kagero)


Lun 1 Jan 2018 - 20:18
Le café prêt, la journée pouvait commencer de la meilleure des façons possibles. Une fois installé, Shizen consulta les documents apportés par la Hayano, qui faisait office de sa secrétaire. Un moyen pour lui d'anticiper ce qu'il comptait faire aujourd'hui en observant les différentes requêtes. La première lettre qui se trouvait au-dessus de cette pile était un rapport du département de surveillance, récente section que commandait l'Aburame. Elle provenait donc du corps de supervision, notamment du commandant qui épaulait le manipulateur d'insectes dans les examens et la formation des futurs espions Kumojins. C'était donc un retour concernant l'évaluation de Yotsuki Kagero, membre de la section de recherche générale qui désirait être muté ailleurs. Il fut donc recommandé par le Jônin afin de tenter sa chance. Apparemment, son épreuve fut un grand succès. D'ailleurs et ce d'après le superviseur, il se positionnait parmi les meilleurs candidats. La note qu'il avait obtenue le plaçait en tant que second, à quelques détails près, il aurait pu aisément battre le record. Une bonne nouvelle, autant pour le manipulateur d'huile que pour le membre du conseil content d'apprendre qu'il pouvait se trouver une toute nouvelle activité. Concernant celle-ci, l'Aburame était persuadé que Kagero n'aurait aucune difficulté à s'intégrer à ce petit comité. Ni même garder la tête durant cette formation qui s'annonçait très rude. De toute manière, il devait le savoir : cette occasion était sans doute la dernière viable pour lui. C'était à lui de jouer.

Le deuxième lettre fut une requête justement adressée à la section d'élite. Un ordre de mission qui devait être exécuté le plus rapidement possible. Lorsque l'Aburame faisait face à des demandes pareilles, il n'attendait pas de temps : il agissait dans les heures qui suivaient. Apparemment, une tribu s'adonnait à des activités illégales à deux heures du village. Une investigation devait donc être menée avec l'autorisation de l'éliminer si les découvertes étaient compromettantes. Afin de juger une chose aussi importante, Shizen devait se déplacer en personne. Un ordre de nettoyage ne pouvait venir que de lui et de l'Ombre en personne. Sans plus attendre, il prévenu sa secrétaire d'aller trouver le Yotsuki et l'ordonner de se rendre à l'Arche Grise, avec l'équipement de sa nouvelle section. Cet objectif allait permettre de jauger son véritable niveau. Au même moment, le Jônin préparait son équipement ninja traditionnel et des vivres. Dans son bureau, il gardait toujours un sac pour des départs improvisés.

Kumogakure no Satô, Arche Grise

Après avoir passé le péage et donc les gardes de Kyuubu qui géraient la frontière Kumojine, le manipulateur d'insectes attendait patiemment son camarade. C'est dans le doute qu'il se présenterait à lui, sachant qu'il n'avait rien indiqué à sa secrétaire. Mais cela ne changeait pas du quotidien de l'institut, convoquer des personnes en les laissant dans le flou était une habitude chez Shizen.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Lun 1 Jan 2018 - 21:35
Un quotidien d'humeur sombre et chagrine : une vie morose. Les séquelles de l'amertume ainsi que de la tristesse s'estompaient petit à petit sur le comportement du manipulateur d'huile. D'ailleurs, celui-ci venait d'être tiré du lit par plusieurs frappes consécutives ; d'innombrables bruits sourds se propageaient dans l'appartement. C'est avec une démarche totalement lasse que le shinobi se dirigea tant bien que mal vers la provenance de ces sons parasites. Il ouvrit de quelques centimètres la porte — de quoi hisser son faciès pour savoir qui était là. « La secrétaire de Shizen-sama... » Pensa immédiatement Kagerō en la balayant du regard. Malgré la réactivité lente du batracien tout se passa en une fraction de seconde : un salut respectif balancé grâce à un bref mouvement de tête puis la transmission d'une missive.
Haï... Dit-il en refermant tranquillement la porte avant d'ouvrir le contenu de la lettre. Rendez-vous à l'Arche grise... Dans dix minutes ?! Difficile. Le Yotsuki comprima la feuille dans sa paume puis y canalisa son Chakra afin de réduire en cendres le papier.

Ni une ni deux, le batracien enfila ses équipements de protection individuelle : masque, des protections d'avant-bras, un gilet tactique ainsi qu'un pantalon tactique lui aussi, des protèges tibias... La liste restait longue, mais c'est cela qui garantissait la bonne réussite d'une mission — la préparation reste le meilleur atout d'un shinobi. Avant de quitter son domicile, l'Oiseau vermillon glissa le tantō à double tranchant caractéristique de l'élite à l'intérieur de son fourreau dorsal.
Ikuzō... Murmura-t-il déterminé.


Kumogakure no Satō, poste d'avant-garde du Kyūbu.

Une silhouette élancée traversait seule le contrôle des Sentinelles. Ceux-ci s'écartèrent immédiatement à l'arrivée du shinobi revêtu d'une tenue emblématique du village : les forces spéciales. À peine le Yotsuki posa officiellement un pied hors du village qu'il s'écarta du chemin — comme quémandé par un recueil secret il préférait se mêler aux ombres matinales. Après quelques minutes Kagerō se présenta à son supérieur. Il déposa face à lui son genoux droit au sol en prenant soin de s'appuyer à l'aide de sa dextre.
En attente de l'objectif... Shū — Nom de code obligatoirement attribué à chacun pour préserver l'anonymat. Outre cette précision, le Yotsuki s'exprimait d'une voix âpre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1654-jisei-kagero-u-c#10189

Lun 1 Jan 2018 - 22:06
Décidément, l'adaptation de cet homme était surprenante. Les codes de l'unité étaient déjà parfaitement intégrés par le Yotsuki. La posture à avoir devant un supérieur, l'utilisation d'un nom de code. Un comportement qui satisfait réellement Shizen. Il lui fit signe de se redresser.
Nous partons immédiatement. Tout te sera expliqué durant le trajet. Dit-il alors que sa silhouette s'effaça soudainement, tandis qu'il se retrouvait des mètres plus loin, au rythme d'une course moyenne, afin de se rendre le plus rapidement possible - tout en ne puisant pas dans les ressources physiques - au lieu de rendez-vous. Naturellement, Kagero - qui répondait au surnom de Shū - suivi le pas. Une investigation doit être menée, avec la possible neutralisation des cibles. Nous devrions arriver d'ici une heure, puis nous aviserons une fois sur place. Concernant les personnes que nous visons, elles sont toutes affiliés à une ancienne tribu de Kaminari no Kuni. Les activités qu'ils occupent doivent être vérifiées. Mais les premiers rapports n'annoncent rien de positifs. Tu as l'autorisation de poser des questions sur notre objectif. Sans cette phrase, le Yotsuki n'aurait pas eu de réponse s'il en posait une. Une des dix règles de l'unité qui permettaient à ne pas trop en divulguer à ceux qui se salissaient les mains. Durant cette mission, l'Aburame s'était mis au même titre que son camarade : la tenue classique de l'élite. Très légèrement sombre et légère pour faciliter les déplacements discrets, le tout accompagné d'un masque qui représentait différents animaux.

Si le chemin s'annonçait court sur le papier, le parcourir resterait très long et ennuyant si une discussion n'était pas engagée. Traversant la faune et la flore du Pays de la Foudre, le manipulateur d'insectes restait très attentif à l'environnement. Sur ce coup-là, rien ne devait ralentir les deux Kumojins. Des animaux sauvages, des villageois en détresse, rien. La mission avant tout, tel était le fonctionnement de la section. Le trajet semblait ne pas montrer de contre-temps, l'horaire très matinale arrangeait considérablement ce détail.
Alors, comment s'est déroulée ton épreuve ? Je veux connaître tous les détails. Le Jônin ne connaissait même l'intitulé des exercices. C'est volontairement qu'il restait dans le flou sur un domaine qu'il ne connaissait que trop peu. D'autant plus qu'il faisait parfaitement confiance au superviseur qui méritait de prendre un minimum d'initiative. Le rapport qu'il avait reçu plus tôt expliquait simplement qu'il avait effectué une très bonne épreuve et qu'il était reçu, rien de plus. Bien évidemment, les membres pouvaient parler de l'épreuve d'admission à Shizen et l'Ombre de la Foudre. Seulement eux, même le conseil du village n'était pas convié. La politique de l'unité restait très restreinte. Quoi qu'il en soit, revenir sur son intégration était le bon moyen de réaliser ce trajet rapidement.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Lun 1 Jan 2018 - 22:39
Kumogakure no Satō, alentours du village.

Un ordre clair éclata ; de suite l'apprenti shinobi d'élite s'élança de branches en branches. Comme précédemment précisé par l'Aburame, celui-ci expliqua à son coéquipier les modalités.
Je n'ai rien à ajouter. Répliqua-t-il à son supérieur concernant les interrogations. Clair, net et précis. Cependant, l'Aburame bifurqua la conversation sur un second sujet : l'épreuve d'admission du Yotsuki. Sachez qu'il faut avoir des tripes... Le mental joue énormément : tout est calculé avec les tests psychotechniques. Non seulement on vous confronte à l'échec en permanence — en y incluant la remise en question de soi-même — mais on vous bousille l'esprit... Récit terrifiant ou énorme blague ? Dès la première heure du matin, l'instructeur épuise physiquement le candidat en enchaînant tous les exercices qui existent. On propose ensuite au prétendant une pause afin de s'hydrater... « Vous pensez que ce serait si facile... ? » Le shinobi imita les paroles de son jury ce fameux jour. Il échange ensuite d'un coup la bouteille d'eau fraîche qu'il tenait avec un kunaï grâce à un tour de passe-passe : première approche du postulant en entamant un combat rapproché. Il doit neutraliser son adversaire. Shizen désirait connaître tous les détails ? Pas de problème.

Petite parenthèse : il faut savoir que les mises en situations sont « réelles ». C'est-à-dire que si le candidat échoue une épreuve de ce type — un affrontement — il est considéré comme mort et disqualifié. Ne serait-ce qu'une égratignure est motif d'un renvoi irrévocable. Expliqua-t-il tranquillement en continuant son déplacement. À l'instar de la première approche, une multitude d'épreuves s'enchaînent et le test se termine sur un exercice plus costaud... Personnellement je suis tombé sur une prise d'otage. Je devais extraire des cibles en plus d'éliminer la menace. Rajouta-t-il en prenant plusieurs pauses. Tout ça représente une demi-journée et est nommé le bloc A. L'après-midi on multiplie les entrevues avec tous types de personnes... C'est les tests psychologiques. On te pose des questions, on t'expose des situations... Tes mimiques sont relevées puis étudiées, ta façon de parler... Tout. À travers son masque il sourit. Clairement avec du recul c'est l'enfer. Avoua-t-il. Pour conclure on te répond par « oui » ou « non » concernant ton admission. Finit-il.

Certes Shizen restait une très bonne connaissance — en plus de partager un bon feeling avec Kagerō — mais celui-ci n'oublia pas de quel règlement il devait jurer. C'est pour cela qu'il déforma certaines informations qui ne sont pas passées à la trappe. Seulement il n'avait pas menti sur un seul point : lorsqu'un shinobi est conditionné à devenir membre de l'élite, il devient un véritable paranoïaque à se méfier en permanence des trahisons. Et puis ce dialogue était peut-être une épreuve à part entière ; le Yotsuki n'en savait strictement rien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1654-jisei-kagero-u-c#10189

Lun 1 Jan 2018 - 23:04
Bien, il n'avait rien à ajouter. En même temps, les consignes étaient relativement claires. Puis, Shizen avait bien précisé qu'ils aviseraient une fois sur place. Pour ce qui était de son épreuve, il lui fit part de tout ce qu'il avait vécu. Comme l'Aburame s'en doutait, le superviseur avait longuement puisé sur son physique et son mental. Ce n'était pas étonnant, sachant qu'il fallait mettre le paquet afin de juger les personnes aptes à intégrer l'unité. Mais en plus de cela, il y avait des mises en situations. Très souvent utilisée lors de diverses évaluations, cela permettait de confronter le candidat à une réalité et voir sa réflexion avant sa capacité à agir. Si le Genjutsu était une méthode bien connue, dans cette section, le membre qui désirait avoir sa place était réellement plongé dans une situation. Celui-ci pouvait être blessé à n'importe quel moment - sous prétexte qu'il passait une épreuve décisive - et être invité à quitter l'endroit si un tel cas arrivait. En soi, ce que le manipulateur d'huile avait expliqué n'avait pas réellement surpris le Jônin. Non, il était plutôt satisfait de savoir qu'il pouvait compter sur son genre de bras-droit. Le plus satisfaisant était lorsque le Yotsuki décrivait cette journée comme l'enfer.
J'en conclus que tu sais aussi que ta formation sera aussi intense que ton épreuve d'intégration. La politique de l'unité était donc respectée par le corps de supervision. Autrement dit, l'ensemble des membres seraient opérationnelles d'ici quelques semaines, à partir du moment où ils n'abandonnaient pas. Et avec du recul, tu as trouvé ce que tu cherchais en te lançant dans cette aventure ? Dit-il en continuant la course vers le lieu de destination.

Kumogakure no Satô, à une heure du village aux alentours des montagnes

La course continuait lorsque Shizen leva son bras : signe d'arrêter les déplacements. Devant eux à quelques mètres, une grande montagne, avec une entrée. Devant celle-ci se trouvait un garde. Le fait de savoir cet endroit surveillé très tôt pouvait être surprenant. Cette organisation se relayait la garde afin de ne laisser personne découvrir ce secret. D'ailleurs, l'entrée de cette grotte était soigneusement dissimulée. Malheureusement pour eux, un groupe comme celui de l'Aburame n'avait pas réellement de difficulté à le découvrir.
Un seul garde à l'entrée, grosse allure, le garde du corps classique. Nous devons entrer à l'intérieur et récolter des données, ensuite nous agirons. Je vais former un lien télépathique, tu dois entrer à l'intérieur sans te faire repérer et me résumer les activités, ainsi qu'un rapport sur les occupants. Dit-il en faisant un autre signe de main, qui annonçait le lancement de la mission.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Lun 1 Jan 2018 - 23:37
Kumogakure no Satō, dans un périmètre d'une heure du village à vol d'oiseau.

Je ne l'ai pas encore trouvé, mais je suis actuellement sur la bonne voie. Malgré les pressions supplémentaires, je me sens plus détendu... Je n'ai plus cette noirceur vis-à-vis de mon individualité. Franchement, que du bénéfique. Répondit tranquillement le Yotsuki à son supérieur. La conversation continua comme cela pendant plusieurs minutes — concrètement de quoi terminer le trajet. Cependant, le chef d'escouade leva brusquement son bras : Kagerō se tut immédiatement et resta attentif à l'écoute des ordres. Le batracien acquiesça sûr de lui puis lia ses paumes pour échanger avec son coéquipier dans un langage similaire à celui des signes : dès qu'il tourne le dos. Comment allait-il faire volte-face d'un seul coup ? Un sourire s'imprima derrière le masque de l'Oiseau vermillon puisque seul un membre de l'institut connaissait la réponse : les jets moqueurs. En effet, seuls les membres de l'unité extra muros possédaient cette information — de nombreux oiseaux de ce type vivaient dans les alentours. Plus drôle encore, la vocalisation de ces êtres vivants était extraordinaire : ils reproduisent à la perfection les sons qu'ils entendent.

Kagerō siffla tout simplement. Le léger sifflement s'amplifia grâce à l'aide précieuse des jets moqueurs ce qui força la sentinelle à lever le regard vers la provenance de ce son... Maintenant ! La silhouette élancée du batracien épousa les ombres ainsi que la flore pour passer inaperçu dans l'angle mort du garde. Pour ce faire il exécuta une technique Ninpō qui, peu avancée, permet toutefois, si utilisée par quelqu'un de consciencieux, d'obtenir de bons résultats. Il devait passer à la seconde étape. Avant de s'aventurer plus loin, la dextre du shinobi décrivit un mouvement des plus spéciales : le shinobi exerça un sceau incantatoire semblable à un demi-cheval... Une pratique étrange qui ne devait pas être sujet de plus d'interrogations de cela en mission.
Meisai. Prononça-t-il dans une intonation des plus faibles. Immédiatement le corps du ninja se recouvrit d'une légère couche de Chakra translucide. Après quelques secondes de patience, ce voile de Chakra copia non seulement les couleurs environnantes, mais également la roche qui l'entourait. À l'instar d'un caméléon le shinobi progressait à l'aide de sa technique de dissimulation en prenant soin de ne pas passer trop prêt des cibles. Vous me recevez ? Simple test pour savoir si ce lien télépathique était actif ou non. Je rentre... L'avancée est délicate puisque le nombre de sentinelles est impressionnant. Au fur et à mesure de son rapport, le batracien avançait dans la caverne. Je confirme la présence d'un nombre important d'effet ; un ordre de grandeur d'environ la cinquantaine... Un silence immédiat. Une discrétion anormale... Je fais face... à des... des caisses d'explosifs... Cinq. Un constat terrible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1654-jisei-kagero-u-c#10189

Mar 2 Jan 2018 - 1:22
Une technique très intéressante que le Yotsuki venait d'utiliser. Comme un véritable caméléon, il entrait en parfaite symbiose avec l'environnement. Le parfait stratagème afin de se glisser dans un repaire et mener une investigation de la manière la plus propre qu'il soit. Shizen tenait position sur une branche, derrière les feuillages et continuait d'observer le garde principal de cette caverne. Très costaud, il tenait un marteau géant qui contenait encore des traces de sangs. Dans le genre violent et bourrin, il devait être le parfait candidat. Juste avant le départ de Kagero, l'Aburame avait formé un seul et unique signe afin de créer le lien. Désormais, il fallait espérer qu'il ne s'enfonce pas trop loin dans cet endroit pour ne pas briser le contact, car il avait utilisé la technique standard qui n'agissait pas sur une très grande portée. Normalement, tout devait être opérationnel afin d'exécuter cette mission avec brio. Un détail très important qu'avait noté le manipulateur d'insectes : le garde actuel semblait très agacé de la monter. Des mouvements illogiques, des monologues, il y avait là une faille à exploiter. D'ailleurs, son attitude ne pouvait guère lui permettre de mettre la main sur la dissimulation du batracien, de quoi offrir encore plus de chances aux Kumojins.
Oui-oui. Vas-y. Dit-il afin de confirmer la liaison télépathique.

Lorsque l'enquêteur avançait, il annonçait progressivement les informations au superviseur. La première information capitale : la surveillance à l'intérieur de cette caverne était encore plus dense. Ainsi, éliminer le premier garde ne faciliterait pas réellement la tâche.
Bien reçu. Tu dirais combien de personnes à l'intérieur ? Ce détail était crucial afin de trouver le plan d'approche le plus viable. Même si sonner l'alerte en attaquant de front serait la pire idée, elle n'était pas à écarter. L'endroit étant fermé, cela n'était pas vraiment dérangeant. Pendant le repérage intérieur de Kagero, Shizen récupérait des informations aux alentours du repaire grâce à ses insectes. Apparemment, tout ce passait à l'intérieur étant donné qu'il n'y avait rien aux alentours : bonne nouvelle. Le plus inquiétant était la présence d'armements et d'explosifs. Cette information suffisait à l'Aburame de prendre une décision. Dans ce cas, nous sommes confrontés à des terroristes. Nous n'allons pas aller plus loin, ordre d'éliminer les cibles, mais reste discret. Sur cette phrase, le Jônin apparaissait - suite à un déplacement instantanée - dos au garde de l'entrée, tantô en main. Un coup parti et le colosse se trouvait au sol, prêt à se baigner dans son propre sang. Le premier garde est tombé. Je m'apprête à avancer, combien de personnes se trouvent vers l'entrée ? Début des hostilités.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mar 2 Jan 2018 - 12:59
Kumogakure no Satō, actuellement dans la caverne. Environ 6h20.

Les dernières informations renforcèrent la détermination du Yotsuki. Il ne répondit même pas à la première indication — la neutralisation obligatoire des miliciens.
Une escouade de cinq se dirigent à l'entrée... Le batracien, perché au plafond, glissa sa dextre sur le manche de son tantō sans pour autant le dégainer. C'est un tour de gardes... Concrètement un groupe de terroristes s'apprêtait éventuellement à tomber sur le cadavre de leur camarade. Le leader de l'escouade réagit au tac au tac en indiquant à son coéquipier d'éliminer les trois dernières personnes, lui s'occuperait des deux premières. Haï. Confirma Kagerō en suivant discrètement le groupe. Une fois le signale lancée, la silhouette élancée de l'oiseau vermillon chuta du plafond. Tandis qu'il dirigea sa dextre armé d'une lame brisée vers la nuque d'un premier, sa senestre, qui renfermait un kunaï, fusa vers la jugulaire d'un second. Deux... S'exprima-t-il intérieurement en retirant sauvagement les deux armes de la chair des défunts. Le shinobi élança son corps en avant, enveloppe charnelle rapidement distancée par son bras droit qui logea d'un coup d'estoc le tantō dans le foie adverse. Trois. Conclut le Yotsuki.

Kagerō prit ensuite l'initiative de rengainer ses deux armes tâchées de sang. Très rapidement il extirpa une sorte de drap d'une petite sacoche en cuir.
Nous ne savons pas s'ils organisent des sorties ou le temps du tour de gardes : je camoufle les corps. En quelques secondes le shinobi plaqua les cadavres contre le pan des murs rocheux. Il y déploya un drap qui, rapidement, s'accapara des couleurs de ce funèbre couloir. Ça suffira. Prêt pour continuer. Le camouflage précédemment utilisé par le Yotsuki disparaissait peu à peu ; il jugea utile de le retirer. Lors de mon avancée, j'ai repéré des sortes de casernes. Le repère creusé dans la roche est très bien organisé. Pour l'instant, je dirai que trois quarts de l'effectif total dort... Arrivé devant de multiples ouvertures le batracien reprit. Voici un dessin approximatif de ce que j'ai vu. Dès lors, l'oiseau vermillon lui tendit un petit bout de papier. Les carrés verts correspondent aux salles que j'ai visité. Le point rouge, c'est nous.

carte:
 

Vos instructions ? Le Yotsuki restait de marbre et attentif aux directives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1654-jisei-kagero-u-c#10189

Mar 2 Jan 2018 - 13:39
Cinq personnes ? Très bien, il fallait éliminer cette escouade sans se faire repérer. Afin de réussir cet objectif, Kagero devait joindre ses forces à Shizen. Autrement dit, les deux devaient agir en même temps. De cette manière l'exécution serait plus rapide et plus discrète. Si un des deux agissaient seul, le risque de sonner l'alerte augmentait considérablement. Après avoir caché le corps, l'Aburame avançait donc - discrètement comme toujours - dans l'optique d'avoir un visuel sur ce petit groupe.
Tu prends les trois derrières. Dit-il en continuant son déplacement silencieux, cherchant la meilleure position possible pour approcher les deux cibles. Dans une situation comme celle-ci, la meilleure option était la voie aérienne. Une fois préparé, le signal était donné. Top. Le timing était très important, sachant que les deux cibles du manipulateur d'insectes se trouvaient en tête de fil, il attendit que l'espion neutralise le troisième de son groupe. Une fois fait, le Jônin se laissa tomber dans le dos de ses adverses - tantô et kunai en main - en assénant un coup fatal aux deux meneurs. Cette action groupée s'était déroulée en une fraction de seconde, dans les règles de l'art. Bientôt, ce serait une routine pour l'oiseau vermillon. Désormais, le temps de répit devait être exploité afin d'élaborer la suite des avancées. Tout d'abord, le Yotsuki camouflait soigneusement les corps avant de dessiner une carte approximative de la caverne. Si la plupart de l'effectif est en train de dormir nous allons en profiter pour les éliminer. Nous passerons par les caisses en éliminant les gardes s'ils sont présents dans cette zone. Je laisserais des insectes afin de garder cet endroit surveillé. Du coup voici les ordres : élimination du dortoir, puis exploration du reste de l'endroit. Un énième signe de main qui annonçait l'ordre de passer en mouvement.

Les deux hommes se déplacèrent vers l'entrepôt d'explosif. Comme Kagero l'avait annoncé, cinq caisses et de l'armement massif. Depuis le retour de celui-ci, deux gardes occupaient les lieux.
Tu prends celui à gauche. Il lui laissa quelques secondes afin qu'il se positionne ; signe de main pour donner le go. Tout de suite après, le projectile précédemment utilisé se planta dans la jugulaire du terroriste situé à la droite des Kumojins. De l'autre côté, l'homme était aussi au sol. Je te laisse cacher les corps. Pendant ce temps, l'Aburame déployait ses insectes à différents endroits. Si quelqu'un occupait de nouveau les lieux, l'information remonterait très rapidement. Continuons d'avancer. Très vite, les deux protagonistes se retrouvèrent face au dortoir. Décidément, ils étaient beaucoup à dormir. Je dirais plus de quinze de personnes à vue d'oeil. Nous pouvons y aller au cas par cas et éliminer les cibles progressivement. Sinon, je te donne mon équipement et tu élabores un mécanisme qui s'occupera des cibles en même temps. Seulement ça prendrait autant de temps que la première solution et ce serait probablement très difficile à mettre en place. Dès qu'il eut la réponse du membre, le même signe s'effectuait : action.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mar 2 Jan 2018 - 14:08
Kumogakure no Satō, actuellement dans la caverne. Environ 6h25.

Reçu. Précisa Kagerō lorsque les ordres vinrent de tomber. Désormais il devait neutraliser un garde, « celui de gauche ». À l'instar de l'Aburame, le Yotsuki lança consécutivement plusieurs armes de jets pour le neutraliser à distance. Le duo reprit sa route en prenant soin de longer les pans ; les deux shinobis pouvaient tomber nez à nez avec une escouade de sentinelles... qui sait ?

Face au dortoir le leader précisa l'objectif : une élimination progressive des victimes de Morphée.
Optons pour la première option. Répondit-il en se dirigeant vers la première victime. Une fois à proximité, il plaqua brutalement sa paume gauche sur ses lèvres puis l'égorgea dans la demi-seconde suivante à l'aide de son tantō ; processus que l'oiseau vermillon répéta autant de fois qu'il devait. Prêt pour continuer : j'ouvre la marche. Annonça-t-il par lien télépathique en ressortant le premier du dortoir le dos légèrement courbé. Nous pouvons faire sauter ce quartier général secret grâce aux explosifs... La sortie serait condamnée grâce aux éboulements. Proposa le shinobi à son supérieur en continuant d'arpenter les couloirs.

Malheureusement, la conversation dut très rapidement s'arrêter. Lors d'un virage à droite les deux shinobis d'élites tombèrent face à un milicien qui ne voulait visiblement point dormir ; quel enfoiré.
AL.... Al... A... À peine il prononça une première syllabe que la silhouette du batracien épousa le corps de ce terroriste : une flaque de sang se formait aux pieds des deux mariés... Un corps inerte tomba au sol.
... J'ai une idée. As de la dissimulation ou être ingénieux ? Kagerō agrippa le cadavre puis le déposa sur son épaule droite. Il rebroussa chemin en indiquant à son camarade de patienter quelques secondes. Il réapparu finalement dans une tenue autre que celle de l'élite. Nous ne pouvons plus jouer au pile ou face... J'ouvre la marche. Même si cette mission était une première pour l'oiseau vermillon, il commençait à prendre ses aises...

carte:
 

Grâce à cette méthode opératoire — le Yotsuki indiquait à son coéquipier le nombre de cibles en se faisant passer pour l'un d'eux — ils enchaînaient un nettoyage rapide et efficace. Vint le tour d'une autre salle.
Nous avons un problème... Il y a des camps d'entraînements... Une vingtaine s'entraînent... La silhouette élancée de la taupe restait immobile et les observait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1654-jisei-kagero-u-c#10189

Mar 2 Jan 2018 - 16:13
La première option était effectivement la plus facile et bien plus rapide que la seconde. Le fonctionnement restait le même : main plaquée sur la bouche de la cible afin qu'elle ne fasse aucun bruit et dans la même seconde suivait le coup de grâce. Cette opération se répétait jusqu'à mettre fin à l'existence de la quinzaine de terroristes. Tout de même, ce qu'il se passait ici semblait être un très grand événement néfaste pour le pays. Sûrement une organisation qui désirait conquérir différents villages de Kaminari no Kuni - y compris la capitale - ou simplement des détraqués qui envisageaient de semer le chaos. Qu'importe le plan de ce sombre groupuscule, les moyens étaient présents. Il suffisait de voir l'effectif qui était capable de mener une attaque frontale, ainsi que l'armement traditionnel en masse. Puis, sans oublier, les fameuses caisses explosives. Les ingrédients parfaits pour créer une recette catastrophique. C'est là où une unité d'élite avait son utilité : la prise d'information puis l'amorçage des coups adverses. En l'occurrence, la situation dans cette caverne permettait de confirmer la présence de cette section. Le Yotsuki pensait à utiliser les explosifs afin de condamner cet endroit. Une idée à laquelle Shizen pensait, mais ne désirait pas appliquer aussitôt.
Nous utiliserons les caisses à bon escient une fois avoir fait le nettoyage nous-mêmes. L'armement présent sera utile pour le conflit à venir, nous chargerons nos collègues de le récupérer. D'ailleurs, il avait déjà utilisé ses insectes afin de livrer un message au reste de la section dans l'optique de récupérer l'ensemble des effets de cette caverne. Quant à l'explosion qui servirait à mettre fin à cette grotte, elle servirait surtout à cacher les innombrables cadavres.

Kagero avait profité des corps afin d'enfiler la tenue commune de cette organisation. Sans plus attendre, il continuait d'investir la caverne afin de récupérer d'avantages d'informations. Très rapidement, il annonça à son superviseur que de nombreux individus s'entraînaient à cette heure. Voilà un problème. En effet, s'ils s'entraînaient, l'approche discrète serait beaucoup plus difficile.
Très bien. Attends ici et reste caché. Dit-il alors que sa silhouette s'effaçait. Le manipulateur d'insectes s'était rendu dans une salle - déjà visitée - qui enfermait de nombreux animaux sauvages en cages. Ici, il allait simuler un simple incident qui ne ferait pas naître le doute chez les hommes. Naturellement, il laissa les bêtes libres en les attirants jusqu'au camp d'entraînement. Il va y avoir du bruit. Tu t'occupes d'anticiper les renforts qui viendraient, quant à moi, je m'occupe des cibles isolées. Après cet ordre, une meute de loup débarquait et assaillait sans plus attendre les membres de l'organisation. La scène créait du boucan, mais restait sérieusement à l'avantage des Kumojins. Alors que des renforts s'apprêtaient à venir et faire face à l'oiseau vermillon, le Jônin éliminait progressivement les cibles isolées suite à cet assaut.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mar 2 Jan 2018 - 16:59
Kumogakure no Satō, actuellement dans la caverne. Environ 6h40.

Bien reçu. Comme demandé par l'Aburame, le Yotsuki restait de marbre en prenant évidemment soin de s'isoler du champ de vision des personnes qui s'entraînaient. Vint ensuite un avertissement puis un objectif — encore un. C'est également reçu. Confirma le batracien en se camouflant contre un pan du mur afin d'éviter d'être la première victime de la meute de loup...

Un second carnage se produisait à l'heure actuelle : les cris s'enchaînèrent, des corps tombèrent en lambeaux, du sang virevolta dans les airs... À cause de ce raffut les derniers survivants arrivaient à grands pas.
Chō, va cherchez les autres. Indiqua celui qui inspirait être le leader de ce groupuscule. « Merde. »
Ils — les renforts — vont découvrir le sort funèbre de leurs compagnons. Est-ce que l'oiseau vermillon pouvait réellement passer cela ? Certainement pas. De ce fait, il quitta son petit perchoir puis fusa dans une course féroce à travers les couloirs pour rattraper ce Chō. Avec la technique de camouflage toujours active, Kagerō espérait passer inaperçu devant les renforts... Malheureusement, non. Alors qu'il passait au dessus d'eux — grâce au plafond — l'un lança à bout portant une arme de jet enveloppée d'une couche de Chakra venteuse. ..?! La silhouette du shinobi d'élite se mut puis revint à sa place initiale : devant la porte du camp d'entraînement. Nous avons un sérieux problème. L'auteur de cet assaut releva sa capuche puis quitta son manteau.
Bienvenue chez moi... chien de Kumo.


Spoiler:
 

Il y a un déserteur... Celui de la page vingt-trois, Ken. Immédiatement le Yotsuki adopta une posture défensive. Il a l'air d'être le chef de tout ce bordel.
Tu ne sortiras pas d'ici vivant... Personne ne sortira. Précisa-t-il en souriant.
... Le batracien ne répondit pas aux menaces.
Reppūshō ! Cria-t-il en frappant brusquement ses paumes. Ce mouvement aussi basique compressa l'air environnant et provoqua un énorme courant d'air capable de renverser des adultes.
Katon : Gōkakyū no Jutsu. Murmura l'oiseau vermillon en composant difficilement les sceaux incantatoires. Il recracha dès lors une énorme boule de feu dans ce si petit couloir, orbe de flammes rapidement avivé par le vent. Rebroussez chemin puis prenez le à revers... Il ne doit pas s'enfuir. Précisa le batracien à son camarade qui a, théoriquement, terminé les neutralisations.

Les flammes s'engouffraient dans les ouvertures et les quelques salles environnantes. Est-ce que les fondations seraient suffisamment résistantes ? Le Yotsuki l'espérait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1654-jisei-kagero-u-c#10189

Mar 2 Jan 2018 - 17:41
Les loups venaient de recevoir un festin digne de ce nom. Après avoir éliminé les personnes qui s'entraînaient - avec l'aide camouflée de Shizen - la meute reprenait route vers la sortie de cette caverne. Cet endroit n'était pas pour ces loups, même s'ils pouvaient en faire un repaire. Seulement, ils n'avaient plus connu la liberté depuis très longtemps. Le manipulateur d'insectes rengainait son tantô complètement ensanglanté, puis souffla un coup. Cette opération restait épuisante, le fait d'enchaîner différents assassinats devenaient fatigants. Les corps étaient éparpillés un peu partout, des restes de membres aussi, l'image n'était pas très belle à voir. Normalement, ce massacre ne serait pas découvert. Les précédentes salles avaient été fouillées, alors il était impossible qu'une personne débarque de derrière et sonne l'alerte générale. Le Jônin était donc contraint de laisser ce bordel afin de revenir auprès de son camarade qui s'était normalement occupé des renforts. Malheureusement, l'oiseau vermillon annonçait qu'il y avait un sérieux problème. Cette opération ne pouvait pas parfaitement se dérouler, ce serait trop facile autrement.
Je t'écoute, quelle est la situation ? Le lien télépathique fonctionnait toujours aussi bien. Le Yotsuki informa donc son superviseur de la présence d'un déserteur recensé sur le bingo book ; document qui recensait les cibles que les Nuages devaient traquer. Page numéro vingt-trois : Ken. Tu as bien dit Ken ? Utilisateur du magnétisme cet homme éprouvait une certaine haine contre le clan de forgeron, notamment depuis la nomination de Shuuhei en tant que Nidaime. Je connais cet homme. Comme le souligne le bingo book, il est particulièrement dangereux. Je suis en route. Dit-il en se déplaçant, prenant soin de contourner le fameux déserteur comme l'avait annoncé l'espion qui lui faisait face.

Sur le chemin, l'Aburame avait laissé tout son équipement y compris son tantô. L'équipement traditionnel pouvait être facilement détourné et servir d'assaut face aux Kumojins. Débarrasse-toi de ton armement. Pour le Yotsuki qui aimait bien recourir au fil de nylon, projectile et le reste de la panoplie, la tâche s'annonçait difficile. Néanmoins, un deuxième problème de taille se présentait.
Ken a fait référence à unz personne du nom de Chō ? C'est sa femme - page numéro vingt-quatre - et sa plus fidèle alliée. Je suis face à elle, donc je vais prendre du temps à te rejoindre.

Spoiler:
 

Depuis des mois nous travaillons sur ce projet et vous pensez pouvoir venir ici pour tout détruire ? Les règles de la section devaient s'appliquer pour Shizen aussi : aucune communication avec la cible.
Fais en sorte de tenir jusqu'à mon arrivée.
Tu ne réponds pas ? Tant pis ... Dit-elle en formant un signe, sa main droite vers l'avant générant une lance de foudre. La riposte du côté du Jônin fut instantanée : une bourrasque de vent pour dissiper la foudre, proprement aux avantages élémentaires. Tu dois savoir que je maîtrise les cinq éléments. Si tu utilises le vent pour parer la foudre, j'utiliserais les flammes ! Quelle galère ...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mar 2 Jan 2018 - 18:19
Kumogakure no Satō, actuellement dans la caverne. Environ 7h00.

Dans ce cas je temporise. Bonne chance. Répondit le Yotsuki à son camarade grâce au lien télépathique. D'ailleurs, contrairement à son supérieur le batracien ne s'était point débarrassé de son équipement. Concernant le déserteur, il a aisément estompé les flammes grâce à un mur venteux ; Kagerō ne comprenait plus rien aux avantages élémentaires... bref.
Je voulais te donner une seconde chance ! La silhouette de Ken se dressait parmi les flammes estompées, il souriait. Mais vu que tu viens de ce satané village... Dommage !
...
Approche ! Beugla-t-il en apparaissant face à l'Oiseau vermillon — d'une rapidité remarquable. Il enchaîna les assauts aussi basiques soit-ils ; des directs, des crochets, des uppercuts, concrètement de quoi faire une bonne salade de phalanges. Kagerō opta pour l'esquive et recula au fur et à mesure des attaques qui arrivaient. Tu ne vas pas aller loin si tu ne te défends pas ! Précisa le déserteur en souriant. En effet, il avait connaissance et pleinement confiance en ses capacités. Finalement, le shinobi d'élite bondit d'un bon mètre en arrière tout en joignant ses paumes dans l'unique but de former un seul mudrā.
Kaimaku no Jutsu. Prononça-t-il avant de recracher un rideau de flammes devant lui ; de quoi, théoriquement, créer de la distance.
Ce n'est pas ça qui va m'arrêter ! Il fonça à travers la défense ardente...
Gamayudan. À peine le déserteur traversa la défense que le Yotsuki projeta un jet d'huile... matière grasse qui s'embrasa dans la demi-seconde suivante. Échec et Mat.

T'es visiblement con ! En créant une défense de ce genre, Kagerō s'isola du champ de vision adversaire et la réciproque restait vraie. La silhouette qui brûlait tombait petit à petit en pierres...
Iwa Bunshin... Murmura-t-il en relevant le regard sur le rideau ardent qui disparaissait.
Attrape !
Une vingtaine de lames de rasoirs fonçaient sur lui, toutes enveloppées de Fūton... Immédiatement le batracien enchaînait les bonds en arrière avant de contre-attaquer :
Hanabira no Jutsu ! Une fois les signes composés — seuls trois suffisaient — l'Oiseau vermillon recracha une dizaine de pétales afin de dévier les premiers projectiles ; il espérait esquiver les autres en se mouvant.

Je vais tenir, mais je ne sais pas combien de temps. En échangeant dans ces couloirs je ne peux employer que quelques techniques sans tout faire effondrer. Indiqua hâtivement la recrue à son superviseur grâce au lien télépathique. Dès lors le jeu du chat et de la souris débuta... Un jeu que Kagerō, au vu des nombreuses contraintes pour la proie, ne pouvait pas remporter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1654-jisei-kagero-u-c#10189

Mar 2 Jan 2018 - 19:00
Un énième assaut adverse. Depuis maintenant plusieurs minutes, Shizen faisait face auX cinq affinités. Lorsqu'elle lançait de lourds assauts, l'Aburame profitait de sa maîtrise à la terre afin de générer des défenses dignes de ce nom et se protéger. Bien évidemment, ses défenses ne pouvaient pas contrer la foudre, alors il utilisait le vent pour créer la collision entre les deux attaques élémentaires.
Tu comptes attaquer quand, maudit Kumojin ? Tu commences sérieusement à m'ennuyer ... En effet, depuis le début, le manipulateur d'insectes ne faisait que se défendre. Face à elle, il ne désirait pas utiliser des ressources inutiles. Puis, c'était un moyen d'analyser son style de combat. Si elle se focalisait sur le Ninjutsu, elle n'hésitait pas à utiliser des attaques de grandes envergures. Le couloir était totalement détruit et combattre dans un tel terrain devenait de plus en plus difficile. La caverne pouvait être victime d'effondrement à tout moment et mettre dans un sacré pétrin les deux shinobis. Apparemment, ce problème était aussi le cas du manipulateur d'huile qui n'arrivait pas à exploiter le terrain en son avantage.
Dans ce cas, tu peux battre en retraite et profiter de plus grands espaces pour combattre. D'ailleurs, tu peux utiliser ta pleine puissance. Ces deux-là savent très bien que ce sont les Nuages qui nous envoient. Autrement dit ... Terminé la discrétion, supprimons-les définitivement de ce monde. Je ne peux pas maintenir le lien plus longtemps, il consomme en permanence mes ressources. Bonne chance. Dit-il en rompant le lien.
Je ne suis pas assez bonne pour toi, c'est ça ? Je ne pensais pas l'utiliser, mais si tu insistes ... Un sceau sur main droite s'activait, puis une faux apparaissait dans celle-ci. Le Jônin regrettait d'avoir laissé son équipement derrière lui. Tant pis, il allait devoir faire avec.

Un seul signe, puis la femme crachait une grande quantité d'eau dans le couloir. Puis sa faux se retrouvait insufflé de chakra raiton, les deux éléments étaient donc assemblés pour apporter plus de puissance à cet assaut. La vague ne remplissait pas entièrement le couloir et laisser un très léger espace en hauteur. Alors que la technique allait l'atteindre, l'image de l'Aburame s'effaçait et réapparaissait les pieds au plafond. C'est donc vers sa cible qu'il fonçait.
Ah, je t'ai réveillé ?! Dit-elle en utilisant sa faux afin de porter un coup qui visait à faire chuter son adversaire dans cette vague électrique. Mais ce n'était pas sur une telle action qu'elle allait emporter cet affrontement. Le membre du conseil se trouvait déjà hors d'atteindre de la vague et évitait progressivement les attaques rapprochées de son opposante. Une esquive, deux esquive, tu ne fais qu'esquiver, chien ! En réalité, il concentrait la génération de ses insectes dans l'optique de lancer de nombreux essaims. Le moment était venu : action. Les insectes se déployaient - depuis les pores - et se dirigeaient très rapidement face à la femme. Malheureusement, son temps de réflexion était suffisamment haut pour les brûler d'une seule technique. Quelle ironie ... Vous manquez d'effectif pour que le village te demande en personne ? C'est dommage, ils vont perdre un bon élément ... ! De nouveau, un assaut ... Shizen allait devoir jouer le tout pour le tout d'ici quelques minutes, le Yotsuki avait certainement besoin d'aide.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mar 2 Jan 2018 - 19:34
Kumogakure no Satō, actuellement dans la caverne. Environ 7h15.

Affirmatif. Le Yotsuki indiqua tout simplement à son supérieur qu'il a reçu cinq sur cinq le message. La pleine puissance. Chuchota-t-il dans un murmure à peine audible pour lui-même ; il sourit à son adversaire qui lui faisait face.
Je n'ai pas ton temps enfoiré !
J'espère que vous ne tomberez pas aussi facilement... Chef. Prononça-t-il dans un murmure à l'intonation quasi-inexistante. Aujourd'hui, Kagerō allait répondre aux avances de Ken. Kōkai. Dit-il sans discrétion après avoir formé un sceau incantatoire inexistant dans le répertoire traditionnel. Son adversaire, quant à lui, rigolait de plus belle et s'approchait dangereusement du batracien.
Crève. Indiqua le déserteur en utilisant un déplacement rapide pour parvenir au corps-à-corps de l'Oiseau vermillon. Malheureusement pour lui, il fut rapidement stoppé par une vague d'huile sous pression. Désormais privé de ces mouvements, son corps se compressait sous cette quantité d'huile dont la pression augmentait drastiquement.
Rupture. Dès lors la vague s'amplifia pour devenir tsunami... La quantité d'huile gargantuesque se faufilait dans la totalité des pièces, couleurs, interstices, absolument tout. Shōshi. Autrement dit : Mort par le Feu. Après avoir composé un second mudrā original — un mixte du Tigre et du Cheval — le batracien recracha à jet de feu à haute pression également ; les flammes relâchées s'embrasaient elles-mêmes puis apparaissaient de couleur blanchâtre : la température extrême dégagée enflamma dans la seconde suivante l'huile, ce qui transforma le torrent de matière grasse en tsunami d'huile bouillante.

Également victime de ces assauts, les murs s'affaissèrent. Qu'en est-il devenu du déserteur ? Certainement carbonisé jusqu'à devenir cendres. Malgré son talent il n'avait pas l'occasion de former de sceau et était ainsi donc priver de toutes techniques défensives. Malheureusement, encore une fois, Kagerō devait faire face à une seconde menace : l'éboulement qui arrivait à grand pas. Ni une ni deux il canalisa son chakra dans la plante de ses pieds puis s'élança d'une course folle sur le plafond.
J'espère que Shizen-sama va bien... Murmura-t-il. Le cœur du batracien battait à plein régime et son corps s'exténuait après l'utilisation de ces deux techniques phénoménales. Voilà donc le résultat de ses entraînements consécutifs dans la section d'élite de son village. Chose qui le faisait sourire puisque son voyage au Myōbokuzan arrivait à grand pas ; quelle puissance allait-il acquérir une fois le savoir des crapauds du Mont Myōboku acquis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1654-jisei-kagero-u-c#10189

Mar 2 Jan 2018 - 20:09
C'est misérable de voir autant d'erreurs. Certes, tu évites mes assauts, mais tu épuises tes ressources. Du coup, tu ne seras pas dans la possibilité de me vaincre. Je peux faire une croix sur notre affrontement, tu peux abandonner et rejoindre notre cause. L'offre est honorable n'est-ce pas ? Dit-elle en se faisant un malin plaisir à contempler Shizen éviter ses nombreux assauts élémentaires. La fatigue commençait à se faire ressentir et l'Aburame devait aussi investir dans ses forces afin d'éliminer les renforts qui débarquaient de plus en plus. Ils n'étaient pas réellement menaçant, mais cela compliquait le manipulateur d'insectes dans son combat. Le terrain était totalement dévasté, de nombreux corps baignaient dans une gigantesque flaque de sang. Le Jônin souffla un coup. Cette femme était sans doute bien plus forte que son époux Ken. Les cinq affinités, cette faux ... De tels détails ne jouaient clairement pas en faveur du membre du conseil. Néanmoins, ce n'était pas aujourd'hui qu'il comptait tomber. Après-tout, il avait connu bien pire durant ses vingt-six années. De l'autre côté, il entendait le boucan causé par le Yotsuki et le déserteur qu'il combattait. Vu le bruit, il devait s'activer afin de lui prêter main forte. Ce qu'il décida de faire : il tapa des mains et le claquement commençait à résonner dans le couloir. Qu'est-ce que ... ? Le son venait tout juste de se propager qu'il chargeait la belle femme. Une fois suffisamment proche, l'Aburame passait étrangement au travers de sa cible, qui était contrainte de se retourner pour l'atteindre; Malheureusement pour elle, ce n'était qu'une simple illusion, actionnée par le précédent son. L'original se trouvait donc à son dos en frappant un coup précis sur sa main : elle lâcha prise sur sa faux. Comment ?! La dernière image qu'avait cette criminelle était celle de Shizen, avec son arme qui lui infligeait le coup fatal. En une fraction de seconde, la tête de son adversaire roulait sur le sol. Cette action se basait sur une longue analyse. Elle avait beau être une reine dans le Ninjutsu, sa faux ne servait qu'à faciliter ses attaques élémentaires. La maîtrise de l'arme en elle-même restait relativement mauvaise. Une faille exploitable qui signa sa triste défaite.
Comme si ce n'était pas assez ... Dit-il alors qu'il sentait une secousse. L'endroit allait visiblement se détruire de l'intérieur.

Sans plus attendre, le Protecteur des Nuages Pourpres retroussa chemin. Très rapidement, il tomba sur son camarade qui lui aussi fuyait cette catastrophe.
Nous sommes à la moitié de cette caverne. Dans une trentaine de secondes, nous atteindrons la salle qui contient les explosifs. Impossible de retirer quoi que ce soit de cet endroit, je te donne de l'ordre de réduire en cendre ce quartier général. Bien évidemment, le timing allait être très important. Le temps que la technique de Kagero s'active et déclenche les caisses, les deux Kumojins devaient déjà se retrouver quelques mètres plus loin. Autrement, ils participeraient sérieusement à la création de ce cimetière.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mer 3 Jan 2018 - 9:51
Kumogakure no Satō, actuellement dans la caverne. Environ 7h30.

Très rapidement le Yotsuki retomba sur son collègue qui, visiblement, a remporté le duel contre son adversaire. Immédiatement le leader de l'escouade indiqua à la recrue un nouvel et, sûrement, dernier objectif : la destruction totale de ce quartier général avec l'utilisation éventuelle des caisses d'explosifs.
Affirmatif. Passez devant. Répondit machinalement le batracien en faisant volte-face. Il jeta un rapide coup d'œil en arrière afin de déduire dans combien de temps céderons totalement les fondations. Bien. Chuchota-t-il en soufflant — non pas d'un agacement — pour faire ressortir la pression qui pesait sur ses épaules. Pour la finale Kagerō était seul, il n'avait donc pas le droit à l'erreur. Ni une ni deux il renforça la couche de Chakra canalisé dans la plante de ses pieds puis s'élança dans une course inébranlable sur l'huile encore bouillante qui jonchait sur le sol. Ik'zō. Conclut-il déterminé.

Le shinobi débarqua à pleine vitesse dans l'équivalent de l'armurerie. Dès lors, il claqua des dents ce qui produisit tout simplement une étincelle qui se dirigea sur l'une des caisses. La source de chaleur alluma une première mèche d'un bâton de dynamite.
Une vingtaine de secondes ! L'oiseau vermillon s'élança dans une seconde course : direction la sortie pour conclure tout ce bordel.

Les reflets du soleil frappèrent son visage ; le shinobi d'élite allait atteindre la sortie dans les quelques secondes qui suivaient... Si seulement...
Iwa...yado... KUZUSHI ! S'écria une personne qui aurait du, théoriquement, rejoindre les Enfers par le poids du destin.
...?! Afin d'avoir un visuel et de ne pas se prendre un coup en traître, Kagerō fit volte-face : un type à moitié carbonisé souriait puis compressa d'un seul coup sa paume droite...
Reppūshō ! Gueula-t-il une seconde fois en immobilisant le batracien à distance grâce à un vent ascendant. Brutalement plaqué contre le sol, le batracien observait impuissant son adversaire qui a miraculeusement survécu.
Co...Comment ? Après tout ce déserteur venait de résister à deux assauts consécutifs d'une puissance remarquable. À l'entente de l'interrogation du chien de Kumo il amplifia son sourire.
Personne ne sortira d'ici... Redit-il en levant le regard vers le plafond de la caverne. La technique Frappe sismique de son répertoire Doton — Iwayado Kuzushi — provoqua des éboulements en détruisant l'équilibre de la grotte : l'effet domino causa l'effondrement de celle-ci.

Alors que l'Aburame devait sûrement s'interroger sur le Yotsuki... L'unique et seule sortie s'obstrua de nombreux blocs rocheux. Malheureusement, la recrue n'était pas encore tirée de là : privé de ses mouvements à cause de la pression de l'air environnante — Reppūshō — un rocher tout droit venu du plafond retomba sur son flanc gauche en ne prenant même pas soin d'épargner son bras. La caillasse s'accumulait sur le précédent rocher qui compressait la moitié de son organisme....
Personne... Personne ne sortira vivant... D'ici. Souffla Ken avant de se faire percuter lui aussi par un bloc rocheux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1654-jisei-kagero-u-c#10189

Mer 3 Jan 2018 - 15:44
Une vingtaine de secondes. C'est donc le temps qui restait avant que cette mission s'achève officiellement. Comme il lui avait annoncé, Shizen se trouvait devant Kagero qui s'occupait d'enclencher le mécanisme des caisses explosives. Finalement, l'Aburame s'était enfin extirpé de cette maudite caverne. Un genou au sol, il se trouvait suffisamment loin de l'entrée pour ne pas être atteint par l'explosion et les débris. Alors qu'il tournait son regard derrière lui, il constata que le manipulateur d'huile ne l'avait toujours pas rejoint. Des renforts le ralentissaient durant la fuite ? Impossible. Autrement, le manipulateur d'insectes aurait reçu l'information. Très rapidement, il se dirigea de nouveau vers la caverne. Malheureusement ce qu'il entendit n'allait pas le rassurer : la voix de Ken résonnait encore. Comment cela était-ce possible ? L'oiseau vermillon avait tout simplement fuit le combat ? Si son adversaire était vivant, il l'aurait logiquement averti ... Bien qu'il ne lui avait pas non plus confirmé sa mort. Ce détail n'était pas important actuellement, le Jônin devait surtout rejoindre la recrue et lui prêter main forte. Là encore, la tâche n'allait pas être facile. S'il comptait entrer à l'intérieur, il fut vite interrompu par l'éboulement qui bloqua complètement l'accès à la caverne. Face à ce contre-temps, il ne pouvait que reculer. Le risque de se faire écraser était beaucoup trop grand. D'autant plus qu'il serait plus utile à l'extérieur et aurait beaucoup plus de facilité à avancer depuis l'extérieur. Les renforts Kumojins devaient être ici dans une trentaine de minutes. Normalement, un médecin serait aussi présent et pourrait s'occuper du Yotsuki s'il n'était pas encore mort.

Dès lors, le manipulateur d'insectes fit le rituel classique d'invocation, puis en posant sa main au sol, son oiseau apparu.
C'est une urgence. Je vais avoir besoin de toi pendant un très court moment. Je vais déplacer les débris et tu devras les empêcher de causer plus de dégâts. Tu peux le faire ? L'oiseau vénéneux répondit positivement à la demande et pris son envole. Les deux mains sur le sol, l'Aburame commença à mouvoir le terrain. Une partie s'élevait, une autre s'abaissa et lorsque les gros morceaux s'apprêtaient à tomber, la créature générait de puissantes bourrasques - grâce aux battements de ses ailes couplé au futon - afin de n'en faire que des miettes. Ce procédé durant de longues minutes jusqu'au moment où Shizen s'approchait de plus en plus et avait même un visuel sur l'apprenti. De là où il se trouvait, il ne voyait pas Ken. Je vais te sortir de là. Dit-il en prenant un bout de tissu qu'il positionnait entre ses dents. Ce passage là allait être beaucoup plus délicat. Il devait se débarrasser des débris qui écrasaient le manipulateur d'huile sans endommager son organisme.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mer 3 Jan 2018 - 16:11
Kumogakure no Satō, actuellement dans la caverne. Environ 7h40.

Dans un élan déterminé le Yotsuki tentait de se relever : la volonté du baroud d'honneur s'estompa aussitôt. Pour le batracien tout s'arrêtait vraisemblablement ici. Il ne ressentait plus son épaule ainsi que son bras gauche, son regard se plissa sur le sang qu'il crachait depuis cette terrible erreur. À moitié somnolent, l'Oiseau vermillon focalisait ses dernières forces sur son ouïe ; c'est ainsi qu'il comprit dans quel endroit il avait posé son pied : le cercueil. Pour être honnête, la jeune pousse projetait déjà son patronyme ainsi que son prénom sur le mur des Lamentations aux côtés d'un défunt chef de clan

» Yotsuki Kagerō - A rejoint la terre par le poids du destin.

Une réalité, mais encore un vœux non exaucé puisque connaissant l'Aburame, il n'allait réellement pas laisser en plan un de ces membres. En revanche, est-ce que Kagerō désirait en rester ? Il visualisait déjà les futures moqueries, vivre avec une honte aussi lourde que ses problèmes personnels... Voulait-il survivre puis continuer sa vie avec tout cela ? Malheureusement, il n'avait point la main sur cette décision.
... Le batracien ne bougeait plus, il n'osait même plus espérer quoi que ce soit.

Me... rde. Une renaissance aussi palpitante que son sobriquet — l'Oiseau vermillon ou bien le phénix ? Est-ce que ce piètre mec voulait abandonner aussi facilement ? N'avait-il donc aucune fierté ? Aucun honneur ? Tout se jouait à cet instant précis : intérieurement le Yotsuki mesurait différents facteurs, il s'amusait avec une balance, de quoi peser les raisons de vivres ou de crever. M... Mon... Il dégurgita du sang en plein milieu de sa phrase. ... Bras... Chance ou coup de maître ? Seul ce membre était coincé par un bloc rocheux, le reste du corps restait intact.

Au-dessus de lui des techniques s'enchaînèrent. D'après le bruit environnant, le batracien misa pour l'utilisation de jutsu Fūton et Doton. Serait-ce les fameux renforts précisés par Shizen au cours de la mission, ceux qui devaient s'accaparer du matériel militaire ? Et puis en réalité Kagerō s'en foutait... Que désirait-il ? Un médecin puisque son bras l'inquiétait au plus haut point : comment allait-il s'entraîner, mais surtout va-t-il pouvoir se rendre au Myōbokuzan ?

Eeh... Alors que le shinobi espérait accueillir une bouffée d'air frais dans ses poumons, ceux-ci se gorgèrent de sang... J'suis... Le Yotsuki recracha une partie de ce plasma. J'suis... là. Murmura-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1654-jisei-kagero-u-c#10189

Mer 3 Jan 2018 - 16:41
La belle galère. La recrue ne sentait plus du tout son bras, cette mission virait sérieusement au drame. Une triste conséquence dont la responsabilité sera entièrement prise par Shizen. C'était certainement trop tôt pour le convier à une mission pareille. L'effectif aurait dû être plus conséquent afin d'approcher la caverne. Puis il aurait sans doute dû sonner la retraite lorsque les deux déserteurs de niveaux prioritaires s'étaient montrés. L'avenir de l'oiseau vermillon allait être sérieusement remis en cause. Alors qu'il venait de trouver sa voie et qu'elle semblait lui plaire, le destin le rattrapait sérieusement. La seule chose rassurante était sa survie, bien que le fait de devoir vivre avec un membre en moins n'était clairement pas la meilleure des choses. Les moqueries pouvaient être présentes - surtout pour une personne qui envisageait de devenir l'élite du village - le fait de s'habituer de nouveau au quotidien serait très difficile, tout comme récupérer son niveau d'excellence. Enfin bref. Ce n'était clairement pas le moment de penser au futur, il fallait se focaliser sur l'instant présent : sauver le manipulateur d'huile. Alors que l'Aburame déplaçait progressivement les débris dans l'optique que le corps ne subisse plus la pression, un duo venait d'arriver. Une tenue identique à celle des Kumojins, les renforts étaient donc arrivés. Un genou au sol, les deux attendaient les directives du superviseur.
Vous voilà ... Que l'iryô-nin s'occupe de la recrue. L'autre sécurise la zone. L'ordre était reçu et appliqué dans les secondes qui suivaient : les premiers secours avant-tout. Durant les soins, le Yotsuki fut soudainement endormi ...

Kumogakure no Satô, complexe scientifique, chambre de soin Zaikugai. 11h05.

Une fois les premiers soins reçu, la recrue fut rapidement conduite à l'hôpital. Afin d'y accéder le plus rapidement possible, le blessé pouvait compter sur la présence de l'oiseau. Le trajet qui durait initialement une heure fut bâclé en une vingtaine de minutes. Le patient se retrouvait dans une salle de soin et se réveillait après plus de deux heures de soins intensifs. Installé sur une chaise, l'Aburame appréhendait ce moment. C'était bien la première fois qu'une personne se blessait aussi sérieusement sous ses ordres. Cette triste nouvelle, il souhaitait lui apprendre en personne.
Le courage est toujours récompensé. Tu es sain et sauf, Kagero. Dit-il en se relevant, allant s'adosser au mur, les bras croisés. Lorsqu'il reprit ses esprits, le moment tomba. Malheureusement, d'après les experts, ce n'est pas le cas de ton bras ... Oui, il y allait directement. Surtout que la suite n'allait pas être joyeuse.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mer 3 Jan 2018 - 17:05
Kumogakure no Satō, chambre de soin, 11h05

Les pupilles du batracien se rouvrirent après quatre heures de sommeil. Alors qu'il ne cherchait même pas à savoir où il était — son regard absent se focalisait sur le plafond — la voix chaleureuse de son supérieur éclata.
Récompensé... Répéta le Yotsuki lors du déplacement de son camarade. Mon bras. Redit-il en chuchotant. Le visage du shinobi alité bougea de quelques centimètres, de quoi permettre à son regard d'observer ce fameux membre... C'est donc terminé. Souffla-t-il en re-basculant son faciès vers le plafond blanchâtre. L'Oiseau vermillon soupira puis referma ses yeux : il retomba dans un sommeil profond puisqu'il a décidé de ne plus s'accrocher à la vie.


Plusieurs jours plus tard.

Typicalement Kagerō ne donnait plus de nouvelles. Il restait tout simplement dans son sommeil sans se réveiller... Finalement, a-t-il abandonné ?
Un beau milieu d'après-midi, ses pupilles se rouvrirent une seconde fois. En revanche, contrairement à la première fois, le Yotsuki balaya instantanément la pièce du regard.
Shizen-sama... Le shinobi initia la conversation sans laisser paraître ses sentiments. Comment allez-vous ? Demanda l'Oiseau vermillon avec sourire puisqu'il avait pleinement conscience de son état. Après les commodités machinales lors d'une rencontre, la jeune pousse approfondit la conversation avec des questions bien précises. Ma carrière s'achève donc ici...? En ce terme il désignait aussi bien sa carrière professionnelle de shinobi que celle dans l'unité d'élite. Vous savez, j'ai signé pour m'entraîner au Myōbokuzan. Non seulement je ne peux pas poser un lapin aux ermites, mais c'est impossible pour moi de tout abandonner... Une bonne nouvelle, je vous en prie. Le patient ne s'imaginait vraiment pas abandonner tout ce qu'il haïssait — le fait d'être militaire. Enfin... Il bifurqua rapidement de sujet par peur. Qui est au courant de cette histoire... De cela ? Qu'en pensera la seconde Ombre ? Le conseil ? Mes... camarades ? Kagerō allait-il vivre recouvert de honte après ce cuisant échec ? Après tout, malgré toutes les crasses qui l'ont frappées, ça de plus, ça de moins... C'était vraiment rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1654-jisei-kagero-u-c#10189

Mer 3 Jan 2018 - 17:34
Finalement, Shizen allait devoir attendre encore plusieurs jours avant d'entamer une discussion correcte avec le Yotsuki. La fatigue devait être omniprésente et le temps de récupération était logiquement long. La majorité du temps, l'Aburame occupait cette chambre en attendant qu'il se réveille, sans jamais engager la conversation. Le temps de cette absence, il avait chargé les différents superviseurs de l'institut afin de travailler sans lui. Clairement, avec la hiérarchie qu'il avait fondée, son absence n'était pas handicapante. Le département de recherche général bénéficiait d'un conseil complet qui avait la compétence nécessaire pour mener de multiples bureaux. La section élite qui était en période de formation avait simplement besoin des membres confirmés afin d'énoncer les exercices et s'occuper des évaluations psychologiques. La pyramide fonctionnait même sans son sommet. Voilà que le malheureux élu du destin se réveillait. C'est avec un étrange sourire qu'il demanda des nouvelles à son superviseur.
Je vais mieux que toi, c'est certain. Et toi, comment te sens-tu ? Toujours aussi difficile de voir une personne sous ses ordres sur un lit d'hôpital. Naturellement, il se questionnait sur sa carrière qui était sérieusement remise en question depuis l'incident. Dans l'état, ta carrière s'achève effectivement. Si tu comptes recevoir un entraînement de la part des ermites, tu pourras toujours revenir récupérer ta place. Mais tu te doutes bien que tu seras de nouveau évalué, en gros, tu recommenceras de zéro. C'est la seule contrainte nécessaire afin de vérifier si tu es toujours opérationnel avec cet handicap. Rien n'était perdu pour l'oiseau vermillon. En réalité, tout dépendait de lui.

Seule l'Ombre et tes autres superviseurs. Bien évidemment, nous avons prévenu ta famille de ta blessure. Mais la raison a été volontairement faussée. La confidentialité oblige. Tu n'as pas à te soucier du regard des gens. C'est simple, tu es un Kumojin qui a été blessé en mission. Mission qui fut une réussite. Dès lors, tu ne peux qu'être considéré comme un genre de héros. Tout le reste me concerne et j'en prends l'entière responsabilité. Mon jugement était mauvais. J'aurais du demander plus d'effectif, c'était trop tôt pour toi tout seul. D'ailleurs, le manipulateur d'insectes pouvait s'estimer d'être encore dans la course. Une telle erreur aurait pu l'écarter de la haute instance. Que penses-tu quelques jours après cette mission ? Tu te sentais prêt ... ? Dit-il alors qu'il déposait sur son lit son carnet personnel - recensant les criminels recherchés - à la page numéro vingt-trois : Ken. Un crayon dessus, il avait le droit de barrer cette photo. Qu'envisages-tu pour la suite ? Une question importante,

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Jeu 4 Jan 2018 - 12:26
Comment je me sens... Répéta le Yotsuki dans un murmure à peine audible tout en soupirant. Je ne sais pas si je dois me relever de tout cela plus fort, encore plus déterminé... ou au contraire, tout abandonner, tout lâcher. Avoua le shinobi alité. Cependant, l'Aburame le rassurait quant à la notoriété et le regard des gens concernant sa mission. Kagerō restait pour l'instant muet.

Je... Vraiment ?
Le directeur de l'institut s'approcha et déposa le Bingo Book personnel du batracien accompagné d'un crayon. Finalement l'oiseau vermillon à eu raison de ce déserteur... une vie contre un membre. Tout d'un coup la rage accumulée éclata : d'un mouvement de la dextre brutal le shinobi raya son profil. Après plusieurs minutes de silence, il releva son regard vers la silhouette de son supérieur. Affirmatif ; j'étais prêt, décidé... Tout ce qu'il fallait... Je l'avais.

Une seconde interrogation tomba de la part de Shizen, une question qui traitait de ses nouvelles ambitions.
Partir. Un constat choquant. Quoi qu'il m'advienne je respecterai la tradition familiale — c'est-à-dire le voyage au Mont Myōboku. Qu'on me refuse ma demande... je trouverai quand même un moyen de sortir d'ici. Avoua-t-il. Vous êtes le premier à le savoir... Shizen-sama. Est-ce que l'Aburame allait comprendre ? Pouvait-il accorder une dernière grâce au batracien ? Je ne me voile pas la face... Un bras en moins, disons que je suis en possession d'informations confidentielles, vous pensez réellement qu'on va m'accorder cette sortie ? Kagerō dévia son regard pour observer le ciel par la fenêtre. À la place de tout cela vous me buterez... À quoi bon de me gardez en vie ? Je suis dans l'incapacité de me défendre et suis, par logique, la cible idéale. La machine était lancée ; le Yotsuki balançait tout ce qu'il avait sur le cœur. C'est donc comme cela que tout se terminera ?

Les pupilles du batracien se replongèrent dans celles de son interlocuteur.
Shizen-sama... Épargnez-moi de tout cela, je vous prie. Il murmura pour éviter d'être entendu par des personnes indésirables. Ne me laissez pas tomber... Faîtes-moi sortir d'ici... Faîtes en sorte que tous m'oublie... Qu'on me lâche. Est-ce une grâce de trop ? Allait-il accepter ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1654-jisei-kagero-u-c#10189

Jeu 4 Jan 2018 - 18:22
Un abandon ? Cette option ne lui était pas permise. Non, il devait se relever de cette lourde épreuve que lui imposait la vie et reprendre la course à laquelle il participait.
Une décision que seul les faibles prennent. Cet handicap fait-il de toi quelqu'un de faible, Kagero ... ? L'intonation changeait soudainement. Le regard de Shizen braqué sur la recrue, elle n'avait pas besoin de voir ce qu'il se passait derrière ce masque pour comprendre. Quelle idée de tout lâcher ... Jamais l'Aburame aurait pu croire entendre une chose pareille. Surtout de sa part, lui qui s'était toujours montré réellement investi dans ce qu'il entreprenait. C'était même limite décevant. Mais le manipulateur d'insectes comprenait. Dans son cas - avec un membre en moins - la remise en question pouvait aller un peu trop loin. D'autant plus que son clan devait être très exigeant quant à son avenir de shinobi. En effet cette famille avait tout pour faire de grands combattants, notamment ce fameux mont qui mettait à la disposition des membres des ermites afin de suivre un entraînement beaucoup plus approfondi. Bref, que ce soit pour ses ambitions personnelles, familiales, il faisait face à un dilemme de taille.

Le fait qu'il se considérait comme prêt pour cette mission le rassurait sérieusement. Après-tout, l'ensemble de la mission s'était bien déroulée. Ce qui lui arrivait était malheureusement les risques du métier. Alors qu'il lui fit part des ambitions, il soulevait un point surprenant : l'oiseau vermillon souhaitait partir. Le manipulateur d'insectes se dirigeait lentement vers la porte en prenant soin de la fermer. Le Yotsuki connaissait parfaitement les règles ainsi que les conséquences d'un tel choix de vie.
La section est aussi stricte qu'impitoyable, Shū. L'utilisation de son nom de code pouvait être étrange. Les règles sont les règles et personnes ne bénéficient d'un traitement de faveurs. Tu dois bien le savoir ... Dit-il alors qu'il dégainait très lentement son tantô. En réalité, il appartenait à Kagero. Tu oublies vite ton rôle dans cette section. Shū est un espion. Autrement dit, on le demande seulement pour ses capacités à s'infiltrer dans les rangs adverses et à livrer des informations. Le reste est réservé à l'unité de neutralisation. Le Jônin prit la main de la recrue et positionna l'arme dedans. Tu n'as pas encore encaissé les précédents événements. Une place t'attends toujours une fois que tu seras sortie. Mais si tu souhaites arrêter ... Tu sais ce qu'il te reste à faire. Dit-il en se focalisant sur l'arme. Par la suite, le superviseur quittait cette pièce. Laissant seul un homme armé qui était au bout de sa vie. S'il savait réellement ce qu'il voulait pour lui, il savait quoi faire.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Dans les cavernes (ft. Y. Kagero)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: