Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Recrutement de modérateurs techniques à l'essai
Aujourd'hui à 13:02 par Garyôsen Ryôga

» Absence
Aujourd'hui à 12:31 par Akiji Yasuo

» Mainmise religieuse / Mission Rang B
Aujourd'hui à 12:19 par Hyûga Kami

» 08. Autres demandes techniques
Aujourd'hui à 11:37 par Hyûga Kami

» Ice and Thunder [Kaya]
Aujourd'hui à 11:34 par Yuki Kaya

» 06. Demandes diverses
Aujourd'hui à 11:16 par Hohoemi Tsuki

» Présentation de Nozomi Ryû (en cours de commencement)
Aujourd'hui à 10:27 par Nozomi Ryû

» Le loup et la chasseuse [PV Hohoemi Tsuki]
Aujourd'hui à 10:11 par Nobuatsu Saji

» [Mission libre D] Le chat chapardeur
Aujourd'hui à 10:10 par Akane Ito

Partagez | 

Tu réfléchis toujours ? [Pv Shuuhei]


Mar 2 Jan 2018 - 1:06
Patiente...

Enfin pas vraiment... Tu ne pouvais t'empêcher de fulminer dans ton coin tandis que les minutes s’égrainaient une à une... Celle-ci avaient fini par se transformer en heure pour toi, pouvant alors te plonger dans une attente qui te semblait interminable... Tu détestais ce genre de chose, attendre sans rien faire alors que ta vie était une denrée suffisamment en faible quantité pour espérer pouvoir la gâcher.

Tout ça car ton frère t'avait convoqué...

Bien entendu, tu avais décidé d'accéder à sa requête. Tantôt, il y avait de cela quelques années, tu te serais contenté de l'ignorer, croyant encore qu'il pouvait te changer... Mais désormais, la situation était autre... Vous vous étiez rabibochés enfin d'une manière encore à définir certes, mais les tensions étaient déjà beaucoup plus calmes entre toi et lui. De plus, le contexte ambiant de Kumo ainsi que tes prérogatives actuelles de "Taicho suppléante" t'empêchait de te voiler face à une convocation de ce genre. Il détenait peut être des informations nécessaires au bon fonctionnement du Kyuubu.

Bref... En soit... Tu devais patienter...

De plus, tu ne pouvais pas non plus pénétrer dans ce bureau et dégager les autres en entretien avec lui actuellement... Enfin, si tu le pouvais... Cela n'aurait certainement pas été la première fois à vrai dire... Tu avais ce genre de présence naturelle qui disait qu'il ne fallait pas qu'on te fasse chier et qu'il valait mieux fuir que se confronter à toi. Bien entendu, Shuuhei n'avait jamais été intimidé par ce genre de spectacle, l'habitude très certainement...

Ainsi, tu attendais, encore, et encore... Mei quant à elle te rassurait à chaque tranche de dix minutes écoulée. Elle devait être très impressionnée que pour une fois, tu te décides de respecter les conventions... Elle aussi avait abandonné tout espoir avec toi. Le nombre de fois où tu avais fis de ces indications pour débarquer à l'improviste comme il te plaisait... Elle se retrouvait alors dans une situation délicate où elle tentait de décanter la pression dans cette bouilloire qu'on appelait Reiko.

Finalement, après ce qui t'avait paru être une éternité et demie, tu pus enfin rentrer dans le bureau avec l'autorisation de Mei et donc de ton frère... Ouvrant la porte, tu le songeais rapidement du regard avant de lui demander la raison de ta présence ici.

- Shuuhei ? Tu m'as fais convoquer ? Une raison à cela ?


Après cette longue attente, raikage ou nii-chan aurait été beaucoup trop demandé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mar 2 Jan 2018 - 21:06
- « Ben quoi ? J’ai bien le droit de convoquer ma petite sœur pour admirer sa jolie bouille, non ? »

J’eus un sourire un peu malicieux en la regardant. Mei qui était également dans la pièce eut une grimace assez horrifiée. Si elle aimait bien Reiko, elle la craignait comme beaucoup d’autres Kumojins. Il ne fallait pas voir sa mine verte ! Plus qu’amusant. J’avais vraiment bien fait de la prendre comme secrétaire en lieu et place de ma femme. Avec cette dernière, j’aurai surement été moins productif. Déjà parce qu’elle trop bonne et que je ne voulais même pas l’imaginer en tenue de secrétaire et ensuite parce que j’étais un homme faible ! Trop faible à ce niveau-là. Mei était charmante. Toute mignonne aussi. Et si elle n’était pas plate, elle n’avait cependant pas les formes exagérées des autres Metaru : Reiko, Itagami, Nora et Himeka pour ne citer qu’elles. Qui plus est, il s’agissait aussi d’une mineure. Bref, pas moyen quoi.

- « Je rigole, je rigole. Il s’agit bien entendu d’un cas assez sérieux pour lequel je t’ai fait venir ici. »

Avec Reiko et quand bien même elle s’était récemment ouverte, j’étais bien conscient que les blagues courtes étaient les meilleures et qu’il ne fallait d’ailleurs pas en abuser. Je voyais bien les efforts qu’elle faisait tous les jours et il n’était pas question de les gâcher. Même si elle m’avait assuré qu’elle ne ferait plus marche à rien, signe même de sa maturité, j’avais toujours peur quelque part qu’elle ne retombe dans ses travers. Il ne fallait pas tenter le diable. Je me penchai rapidement sur quelques papiers que je remplis très rapidement avant d’y apposer ma signature et des tampons. Je les rangeai finalement dans une chemise avant de faire signe à Mei qui s’avança vers moi pour récupérer le tout. Et pendant qu’elle partit ranger le document dans une armoire à l’autre bout de la salle, je plantai une nouvelle fois mes yeux sur Reiko.

- « J’ai décidé d’abandonner mon titre de chef de clan. »

- « HÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉ ?! »


Mei qui avait entendu la nouvelle s’exclama bruyamment sans trop faire exprès et fit tomber le document. Ébranlée par la nouvelle dans un premier temps, elle finit par se confondre en excuses et se mit à quatre pattes pour ramasser les papiers qui s’étaient dispersés un peu partout sur le sol, toujours aussi troublée par ce que je venais de dire. Personnellement, l’image m’arracha un gros rire. J’aurai pu lui demander de sortir du bureau avant de commencer à dialoguer avec Reiko, mais la nouvelle la concernait aussi quelque part, puisqu’elle était une Metaru comme nous. Alors qu’elle redevint silencieuse, et qu’elle s’évertuait à rassembler les feuilles, je continuai : « J’en ai longuement parlé avec les anciens et ils n’y ont pas vu d’inconvénients. » Même si certains furent quelque peu triste, mais peu importait finalement…

- « Sans forcément être devin, tu vois venir la chose, non ? » Que lui avais-je demandé sur un ton on ne peut plus sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mer 3 Jan 2018 - 11:41
Perplexe...

Abandonner son titre de chef de clan ? Si toi, cela ne t'avait arraché qu'un haussement de sourcil, il semblait que cette information n'avait pas été réceptionné de la manière la plus calme par la secrétaire qui rampait désormais au sol afin de ramasser les divers dossiers. Il t'avait dit cela avec un sang froid digne de toi, d'une manière aussi directe que tes mots. Bien... Au moins il avait été plus ou moins clair... Il semblerait que ta dernière discussion avec lui, lui avait permit de se positionner sur pas mal de ses fonctions actuelles. Lui qui aimait la tranquillité, s'était retrouvé à cumuler les postes très rapidement.

- Soit...


La manière dont il avait tourné ses phrases t'indiquait clairement que c'était toi qu'il voulait en terme de succession. Arquant ton second sourcil face à cette révélation, tu ne savais pas vraiment quoi lui répondre en cet instant. Bien entendu, tu n'étais clairement pas aussi expressive que ta congénère qui elle avait encore du mal à se remettre de ces dernières paroles.

- Tu es sur que c'est la bonne décision à prendre ?


Bien entendu, tu t'étais ouverte avec la plupart des membres de ton clan. Le fait était que si les doyens ne s'étaient pas opposés à ta décision, cela voulait aussi dire qu'ils t'estimaient d'une certaine manière. La plupart était encore reconnaissant de ton sacrifice pour eux la dernière fois que la demeure des Metaru avait été sous le joug de l'ennemi. Si tu n'avais pas été là, nul doute qu'il y aurait eu un massacre des plus sanglants... Tu avais faillit y perdre la vie ce jour là et pourtant tu n'avais pas cillé une seule seconde à remplir ton devoir.

Tu n'avais ceci dit pas que la reconnaissance des doyens. Mais aussi des femmes ainsi que certains maris qui étaient venus jusqu'à s'excuser envers toi pour ces dernières années. Tu avais sauvé leur famille à tous, et cela était tellement incongru de ta part que la plupart s'était rendu compte qu'il t'avait certainement mal jugé... Toi bien entendu, il t'avait fallut encore un certains temps avant de changer tes positions vis-à-vis d'eux. Ceci dit, avec tes dernières attributions, tu avais du faire confiance aux gens et t'ouvrir à eux...

En bref, les derniers évènements t'avaient permit de déployer un potentiel qui t'était encore voilé jusqu'ici. Que ce soit Nué ou Kinzoku, tu t'étais retrouvée à les renforcer de manière bien maladroite. Désormais aucun des deux ne te méprisaient, il avait été de même pour Sayo et Itagami...

- Si tu es certains de ce que tu veux faire. Je suivrais ta volonté.


Tu te remémorais la discussion que tu avais eu avec lui au complexe. Où tu disais que tôt ou tard, tu allais être amené à protéger les tiens qu'importe la méthode utilisée. Au final, tu étais proche de concrétiser tes paroles.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mer 3 Jan 2018 - 23:03
- « ÇA… ÇA VEUT DIRE QUE… ? »

Mei qui avait ramassé la paperasse et qui s’était relevée nous pointait respectivement du doigt, le corps tout tremblotant. De notre côté, Reiko et moi étions plus que stoïques. Yeux dans les yeux, nous nous regardâmes. Nous nous sondâmes. Ce n’était pas une compétition, mais une espèce de compréhension mutuelle plus ou moins à son paroxysme. Il n’y avait parfois pas besoin de mots pour que les choses soient plus ou moins claires. Personnellement, j’étais ravi de voir qu’elle était prête à endosser ce rôle. Rien ne me surprenait de ce côté-là. Cependant, il ne s’agissait pas seulement de « devoir »…

- « Le devoir est une noble chose. Mes expériences m’ont prouvé cependant que le sens du devoir ne suffit pas. Il faut le vouloir, le désirer aussi. »

Reiko était forte, c’est vrai. Mais les pressions du monde extérieures et les obligations sociales que ce poste exigeait d’elle pourrait certainement la faire ployer. Les Metaru formaient peut-être un clan plus guerrier qu’autre chose, mais ils étaient avant tout une grande famille. Entité différente d’une armée. Il fallait parfois gérer des choses très basiques comme donner sa bénédiction pour un mariage avec autrui, baptiser un nouveau-né, participer à toute sorte de réjouissances possibles tout comme prendre la décision de bannir un membre si jamais il foutait la merde. Quoique bannir un membre hein…

Pas la chose la plus difficile qu’elle aurait à faire, assurément… De quoi m’arracher un petit sourire.

- « Qui plus est, il faudra à un moment donné que tu montres l’exemple en participant à l’expansion du clan via une progéniture. Il ne fait pas bon d’être chef de clan en étant célibataire, tu sais… »

J’eus un petit rire sur le coup. J’imaginais mal Reiko se caser à court terme. Mais le temps ferait certainement son œuvre, d’autant plus que j’avais foi que le jeune Hisao finisse par lui ravir son cœur. C’était une possibilité à ne pas écarter. Pour autant, si ma phrase pouvait faire rire une autre personne ou même l’irriter elle, j’étais clairement dans le vrai. Le chef de clan avait peut-être le dernier mot, mais il était difficile pour lui, surtout quand il était jeune, de ne pas écouter les différents doyens et leurs conseils sur certaines choses : je voyais bien ces derniers presser Reiko à prendre un fiancée le plus vite possible…

M’enfin, ce n’était là qu’un détail pour l’instant mineur. Aussi avais-je repris parole plus solennellement :

- « Je te poserais alors la question une seule et unique fois : Est-ce que tu es prête à me succéder en tant que chef de clan en me jurant de protéger les Metaru, de donner ta vie pour eux et de défendre leurs intérêts plus que quiconque ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 4 Jan 2018 - 0:58
Concentrée...

Tu n'avais pas prêté autant d'intention pour les mots d'une personne depuis des années. Ce qu'il disait, tu tentais de le graver en tête pour en décortiquer plus tard tout les sens... Bien entendu, tu pouvais en discerner quelques uns sur le moment... Shuuhei n'avait jamais considéré les Metaru comme une organisation ou un clan dans le sens strict du terme. Il avait toujours fait des Metaru sa famille qu'importe la force de la parenté qui le liait lui d'un autre. Il ne faisait aucune distinction et un sens, toi non plus... Tu n'avais jamais vu un individu en particulier d'un œil meilleur qu'un autre.

- Je comprend.


Le concept de famille t'était encore étrange malgré la bonne entente que tu avais pu instaurer avec plusieurs d'entre eux. Pour pouvoir comprendre les sentiments qui unissaient une famille, il fallait que tu puisses faire partie intégrante d'une d'entre elle. Bien entendu, tu avais tes parents, tes frères mais... Tu avais tout à reconstruire depuis que tu avais abandonné tout cela pour ta simple colère.

Mais ce n'était pas un obstacle qui t'effrayait. Bien que tu possédais toujours ta haine, celle-ci s'étant totalement assimilée à ton être, elle n'était plus dirigée contre les autres. Du moins, plus aveuglément et de manière despotique.

- J'accepte ta volonté, Shuuhei. Je protégerais le clan et m'assurerait de la protection de ses membres.


Tu ne parlais jamais pour rien dire. Tu pesais chacun de tes mots en toute circonstance, et bien entendu, cet instant ne dérogeait pas à la règle. Shuuhei savait parfaitement que si tu t'engageais envers quelqu'un ou quelque chose, tu tenais tes engagements. Tu avais faillit mourir dans ses bras en respectant l'un de ces engagements justement...

Tu n'avais néanmoins pas daigné prendre en considération la partie qui concernait la succession. Tu n'étais pas faite pour cela et tu ne le serais jamais. Il y avait un milliard de façon de montrer l'exemple autrement qu'en étant une pondeuse de gosse. Mais la question actuelle n'était de toute manière pas celle-ci.

- Néanmoins, sache que je ne suis pas toi Shuuhei. Même si j'ai abandonné la rancune pour m'ouvrir à d'autres émotions, je n'inspirerais jamais autant la sympathie ou la ferveur comme tu as pu le faire. J'espère que tu m'as considéré pour ce que je suis actuellement et non pas pour ce que je serais éventuellement.


Tu refusais qu'il vienne à regretter son choix en n'ayant pas suffisamment fait murir ses réflexion.

- Si vous m'acceptez pour ce que je suis, alors je ferais tout le nécessaire pour que personne ne force mon clan à changer contre son grès d'une quelconque manière.

Une sorte de manière plus subtile de dire que tu prendrais soin d'eux... A ta manière encore une fois.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 4 Jan 2018 - 7:37
- « Un chef de clan n’a de légitimité que lorsqu’il est accepté par tous ses pairs. A partir du moment où une bonne partie du clan ne le suis plus, c’est la fin pour lui… »

Si je l’avais considéré pour ce qu’elle était ? Évidemment ! Je n’étais pas un fou non plus ! L’idée avait été murement réfléchie. Pendant quelques jours et quelques nuits même. J’avais passé également en revue toutes les personnes susceptibles de l’être, mais la jeune femme possédait le meilleur profil. C’était comme Daisuke l’avait dit bien avant qu’on ne parte à Tetsu : Reiko était toute désignée pour me remplacer. Un visionnaire ce type ! Même s’il était un vieux con comme moi, il restait mon ainé d’un an et de ce fait gardait toujours une certaine longueur d’avance sur moi en matière de perspective. Daisuke le sage. Pour peu, ce surnom lui irait à ravir. Pour peu. Sauf que voilà…

- « Du pouvoir, tu l’auras. Assurément. Tâche seulement de ne pas verser du mauvais côté de la force… Ton comportement actuel ne devra pas être une excuse pour masquer tes éventuelles erreurs. Mais n’importe qui à droit à une certaine marge de toute façon… »

Et puis, j’allais être là pour l’aider à ses débuts. Ce ne serait pas bien difficile, en soi. J’étais en train de tout léguer, mais c’était peut-être pour le mieux. Itagami allait gérer la raffinerie, Reiko le clan et bientôt, mon meilleur ami prendrait certainement la tête de la capitale, si les cieux n’y étaient pas défavorables. Au final, je redeviendrais un simple shinobi, plus ou moins retraité. Ça allait me faire tout drôle ! Ceci dit, si j’étais en passe de tout abandonner, la future génération travaillerait sur de bonnes bases. A défaut d’avoir marqué l’histoire de Kumo comme il se doit, j’avais plus ou moins arrangé les choses. Après tout, j’avais hérité d’un Kumo à reconstruire et tout n’avait été facile, loin de là.

- « Bien… On peut dire que t’es officieusement la 20ième chef des Metaru. La première femme de l’histoire de notre clan à accéder à ce poste, quand j’y pense, hahaha ! »

J’eus un rire là où Mei resta bouche bée. Cette nouvelle, elle avait du mal à y croire. Et pourtant, tout sous ses yeux semblaient plus que réels. Elle cilla des paupières plusieurs fois, se pinça fortement, mais rien n’y fit. Ce n’était clairement pas du genjutsu ou une mauvaise farce. Elle devint alors toute rouge en posant ses mirettes claires sur Reiko. Cette femme était maintenant son chef. Pas une mince affaire. Elle souffla légèrement et finit par prendre la parole : « Félicitations Reiko-sama ! Que votre règne soit couronné de succès ! » Et elle s’inclina en direction de Reiko avant de se redresser, sourire aux lèvres. Loin d’être faux-cul, Mei était contente pour Reiko mais véritablement. D’ailleurs, elle ne l’avait jamais vraiment détesté.

Et comme moi, elle sentait ce nouveau vent souffler sur le clan…

- « Nous officialiserons tout cela dans les jours prochains. Je convoquerais ma dernière réunion pour ça et tu seras pleinement investie. Félicitations, chef de clan. »

J’aurai bien voulu la prendre dans mes bras, mais vu qu’elle n’aimait pas spécialement ce genre d’attentions, je restai cloué sur mon siège.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 4 Jan 2018 - 13:34
- Très bien...

Tu avais arqué un sourcil lorsque Mei t'avait félicité et reconnu en tant que nouvelle chef de sa famille. Bien entendu, tu t'étais habituée à ce genre de marque de reconnaissance. Depuis que tu avais pris le poste de Fukutaicho, tu t'étais gagné certains titres de respect et de mérite. Tu ne craignais plus que les gens t’appellent par ce que tu étais. Mais cette fois-ci, ce n'était pas un rang hiérarchique comme les autres qu'on t'avait affublé... C'était un poids, des responsabilités, des devoirs à faire envers ceux qui croyaient en toi. Soit... Tu en étais capable, tu le savais.

- La première femme de l'histoire du clan... Fallait bien que cela arrive un jour.


De manière générale, il était vrai qu'au sein de l'histoire du clan, c'était la gente masculine qui s'était illustrée le plus. Cela était certainement dû à des traditions primitives, qui voulaient que les hommes s'occupent des tâches importantes tandis que les femmes étaient reléguées au second plan. Néanmoins, n'ayant pas grandit sous l'égide de ces traditions, tu les avais totalement brisé en montrant au monde ce dont tu étais capable. Et aucun Metaru à l'heure actuelle n'était en capacité de rivaliser avec toi... Exception faite de Shuuhei bien entendu.

L'idée même que les doyens puissent accepter une brisure pareille envers les traditions voulaient dire qu'ils t'estimaient bien plus qu'ils ne le laissaient paraitre en face de toi. Soit... Cela était en quelque sorte réconfortant... De manière relative évidemment.

- En tout cas je ... mer... Enfin, je veux dire, je suis contente que tu me fasses confiance pour la tâche qui va m'incomber.


Évidemment, le merci était encore trop dur pour toi à sortir. Quand bien tu avais essayé, celui-ci s'était resserré sur ton cœur pour le tordre de tout les cotés... Cela allait encore te prendre du temps avant d'être une personne convenable. D'ici là, tu allais rester la personne que tu étais à l'heure actuelle.

- Que comptes tu faire de ton coté dans l'avenir ? Si tu te décharges de toutes ces responsabilités, c'est que tu as de la suite dans les idées non ?


Tu t'intéressais aussi à son cas. Celui-ci avait réagit suite à tes dernières paroles, encore fallait-il savoir pourquoi faire ensuite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 11 Jan 2018 - 17:04
- « On peut vraiment rien te cacher toi… »

J’eus un sourire. Typique de ma frangine, ça. Ses balbutiements avaient été rigolos, mais elle avait vite repris contenance pour virer sur autre chose. Son flair était aussi aiguisé que celui de Daisuke. A croire que faire partie de la police, ça vous change des hommes ! Je fus plutôt amusé par cette pensée avant de m’avachir sur mon fauteuil. Mei quant à elle me regardait suspicieusement. J’aurai pu lui tirer la langue ou me foutre de sa tronche, mais l’occasion ne s’y prêtait pas vraiment. Puisque Reiko avait deviné qu’il y allait avoir des suites, j’allais en dévoiler certaines :

- « Je pense à mettre Itagami à la tête de la raffinerie. C’est pas forcément la meilleure forgeronne après moi, mais son intelligence et sa capacité de gestion feront d’elle une bonne gérante. Des objections ? »

S’il y avait une chose sur laquelle je ne pouvais pas bien situer Reiko en terme de potentialités, c’était bien la forge. L’essence même de notre clan. Avant d’être des bagarreurs, nous étions des forgerons. Les meilleurs de ce monde. Le sôshikidan avait beau bénéficier de nos secrets qu’ils ne pouvaient clairement pas fabriquer des armes aussi efficaces que les nôtres. Impossible. Mais pour en revenir au talent de Reiko, je me questions. Je me questionnais sans pour autant lui remettre les clés de la raffinerie. Elle était déjà sous-chef de la police et elle allait bientôt devenir chef de clan.

- « Ah, qui plus est, je compte convaincre le seigneur à faire de Kumo la capitale de Kaminari. Ça va être un peu compliqué, mais normalement, ça devrait marcher. Qui plus est, Daisuke m’a envoyé une missive. Le nouveau Tsuchikage est prêt à m’accueillir pour quelques temps. Je vais devoir m’en aller après ça. »

C’était des nouvelles que je lui annonçais comme ça à la volée, mais elle était assez grande pour les digérer tranquillement. J’aurai pu aussi lui faire part de mon intention de démissionner, mais c’était quelque chose qu’elle devinerait seule ou qu’elle avait déjà deviné sans mal. Mais bien avant de partir, j’allais faire en sorte d’arranger les choses : « Pour le reste, tu le sauras en temps et en heure… » Mei eut un gros soupir. Elle pensait pratiquement à la même chose que Reiko, surement, mais vu que je n’avais rien dit dessus, elle était tranquille et se permit même d’avoir un sourire rassuré.

- « Si tu as des questions, n’hésite pas, mais sinon tu peux retourner à ton poste. Je sais que le temps est assez précieux à tes yeux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Tu réfléchis toujours ? [Pv Shuuhei]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Assemblée
Sauter vers: