Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Troisième mi-temps / Pv Umeka.
Aujourd'hui à 11:46 par Hyûga Kami

» Études & Perspectives
Aujourd'hui à 11:45 par Akane Ito

» [Théories] Qu'est-ce WASURE-PI ?
Aujourd'hui à 11:39 par Konran Tenzin

» 03. Questions sur le système de combat
Aujourd'hui à 11:26 par Garyôsen Ryôga

» Annonces complétant l'Arc n°5
Aujourd'hui à 11:14 par Garyôsen Ryôga

» Recrutement de modérateurs techniques à l'essai
Aujourd'hui à 11:02 par Garyôsen Ryôga

» Absence
Aujourd'hui à 10:31 par Akiji Yasuo

» Mainmise religieuse / Mission Rang B
Aujourd'hui à 10:19 par Hyûga Kami

» 08. Autres demandes techniques
Aujourd'hui à 9:37 par Hyûga Kami

Partagez | 

Perspectives d'avenir pt. II (ft. M. Shuuhei)


Mar 2 Jan 2018 - 15:36
Depuis le retour de Tetsu no Kuni et donc du Sommet des Kages, le travail au sein des Nuages était encore plus intense. Même Shizen qui se donnait corps et âmes commençait à avoir du mal. La gestion du complexe scientifique, de l'institut et maintenant de l'élite. Puis sa place au conseil du deuxième du nom. Tout ce cumul lui donnait du fil à retordre, mais ce n'était pas plus mal. Après-tout, c'était quelque chose qu'il appréciait. Du moins, la meilleure façon de fuir ses problèmes personnels était de se plonger dans le travail intensif. Ce point-là n'était pas réellement nouveau. Bien au contraire, depuis dix ans - date qui signait son arrivée au village - il procédait de cette façon. Seulement, depuis quelques temps, il avait tendance à parler un peu plus de ses problèmes. La première personne à laquelle il se livra fut Metaru Shuuhei lorsqu'il n'était pas encore nommé Nidaime et qu'il occupait le poste de général du Kyuubu. Pour revenir à ses tâches et ses responsabilités, c'était nécessaire. En effet la tension mondiale actuelle forçait Kumo à prendre les mesures nécessaires afin de se préparer à tout type de situation. Le village avait une place importante et ne devait rien écarter. Le Soshikidan - qui était la priorité des Nuages - pouvait de nouveau attaquer afin de récupérer la marionnettiste qui possédait de précieuses informations sur l'organisation. Le Pays du Vent - qui réclamait la prisonnière - pouvait lui aussi s'attaquer au village, sachant que la femme restait un peu trop longtemps sur cette terre inconnue. Puis la Brume - en conflit direct avec la Roche - pouvait aussi s'illustrer comme un adversaire. Le dernier point était la récente trahison de Suzuri Kaldea qui incitait le village à redoubler d'efforts sur la sécurité intérieure. En clair, Kumo était un peu trop débordé.

Le manipulateur d'insectes se rendait actuellement à l'Assemblée. Lieu qu'il occupait seulement lorsque l'Ombre réunissait le conseil où quand il désirait le voir en personne. C'était justement le but de cette journée, une entrevue avec le Nidaime, quelques jours après le conseil. Sûrement qu'il souhaitait revenir dessus en privé ou alors une mission à lui donner. Comme il lui avait dit, il n'était pas impossible que l'Aburame soit envoyé à Hi no Kuni. Il aura le temps de connaître la raison de cette convocation une fois sur place. D'ailleurs, c'était aussi l'occasion pour le mastodonte de voir le changement de style chez le Jônin. Tout y passait, de la chevelure aux vêtements, même le masque qu'il reprochait un peu trop souvent. D'avance, il pensait que le doyen du clan Metaru allait se faire un malin plaisir à le taquiner sur ce changement. Notamment en lui disant qu'il faisait ça pour les femmes. Bref, Shuuhei en personne. Une fois sur place il se présenta à sa secrétaire qui l'avait dirigé dans son bureau. Après avoir toqué, Shizen s'inclinait, un genou au sol en le saluant respectueusement.
Raikage-sama, que puis-je faire pour vous ? Dit-il en attendant l'ordre de se redresser.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mar 2 Jan 2018 - 20:06
Et il avait deviné juste…

- « Oooh ! Quel changement… Qui est l'heureuse élue qui en bénéficie ? »

J’eus un sourire devant sa gueule. Enfin… Gueule que je n’avais jamais vraiment vu en vrai. Mais le changement était notable. Pourquoi roux ? Va savoir… J’avais un collègue plus ou moins albinos, mais qui avait décidé de m’abandonner. Dommage. Pour le masque, il était plutôt cool, mais toujours aussi chiant dans le sens où il ne permettait pas de voir plus que ça ses yeux et de sonder son esprit. Chose que je faisais avec son chakra en réalité. Comme tout le monde, l’énergie spirituelle de l’Aburame était ébranlée lorsque que quelque chose le touchait. C’était un procédé un peu… Lâche. Mais il fallait bien que je puisse savoir ce qu’il pensait lorsque je lui adressais la parole. Sans quoi j’avais parfois la mauvaise impression de parler à une poupée ou à un mannequin en bois, quelque chose comme ça.

- « Mei, rapporte nous du café comme d'habitude, s'il te plait. Et tu peux te redresser Shizen. Prends place, je t’en prie… »

Le faux roux devait être le seul personnage à s’incliner de la sorte devant moi. C’était gratifiant quelque part, mais j’avais du mal à m’habituer à ce genre de révérence. En attendant, je rangeai les derniers papiers dont je m’occupais avant son arrivée -un quotidien bien éprouvant, il fallait l’avouer…- avant de reporter mon regard vers lui : « J’espère que tout se passe bien avec la refonte de ton unité. » Tout s’était passé très vite. Depuis la disparition de Shiroi, j’avais dû assigner l’espionnage à une autre personne. Et cette autre personne était le brave Aburame. Il avait de toute façon la tête de l’emploi. Mais avec l’évolution récente de Shikarai, j’en vins à me demander s’il ne fallait pas la diviser encore une fois… Enfin bon. Tout dépendrait à présent de la réponse du jeune homme et de ses sensations.

L’initiative ne venait pas de moi, après tout.

- « Tu as une idée sur le pourquoi de ta présence ici ? »

J’eus un sourire. La nouvelle que j’allais lui annoncer n’allait peut-être pas l’enchanter, mais de tous les jonins présents actuellement à Kumo, il était celui en qui j’avais le plus confiance sans compter qu’il fut l’un de ceux-là même qui avait soutenu ma candidature. Je ne saurai jamais assez le remercier pour cela. On pouvait croire que sa place dans mon conseil était justement une sorte de remerciements, mais pas véritablement. C’était ses capacités et autres potentialités qui m’avaient poussé à la prendre avec moi et à le mettre à la place qu’il occupait à présent. Brave homme, en tout cas. J’aurai pu reprendre la parole, mais je préférai me taire pour lui laisser le loisir de s’exprimer tranquillement. Il n’était peut-être pas fan des devinettes, mais pour le coup, ça m’amusait assez. La libération était à perte de vue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mar 2 Jan 2018 - 21:09
Bien évidemment, le mastodonte ne pouvait pas s'empêcher de faire cette remarque. Bon, en réalité le sujet des femmes ne le dérangeait. C'était plutôt de marrant de constater que Shizen avait eu raison de penser qu'il réagirait de la sorte. Un sourire aux lèvres, il répondait tout simplement.
Je me pose la même question, Raikage-sama. Si ce changement de style était une manière de se sentir mieux dans sa peau - et d'oublier un peu ce qui le liait à Hi no Kuni - ce serait mentir de dire qu'il ne le faisait absolument pas pour la gent féminine. Malgré que sur ce point-là, l'Aburame n'allait jamais de l'avant vers les femmes. Comme elles, n'allaient pas vers lui. Ce n'était pas vraiment surprenant, c'était tout simplement la conséquence de son comportement. Très réservé, rarement accessible, cette histoire d'âme soeur semblait impossible pour lui. La seule femme qui côtoyait très souvent était sa secrétaire Hayano et il se voyait très mal débuter quoi que ce soit avec elle. Le sentiment de mélanger le travail et le personnel serait beaucoup trop dérangeant. De toute manière, le Jônin restait encore jeune. Enfin, c'est ce qu'il comprenait lorsqu'il voyait des personnes comme le général Kizuato Daisuke, encore célibataire. Même s'il devait avoir gagné d'innombrables nuits, il ne semblait rien avoir trouvé de concret. Qui sait, son séjour à la Roche allait sûrement lui être bénéfique.

L'ordre reçu, le Jônin se redressait et s'installait face à l'Ombre qui venait de demander un café à sa secrétaire. La meilleure des boissons pour la meilleure des conversations, la combinaison était parfaite. Naturellement, il le questionna à propos de l'unité, notamment des changements actuels.
Tout ce passe très bien pour le moment. J'espère simplement achever le programme de formation d'élite le plus rapidement possible. Clairement, avec le climat actuel, il devait faire très très vite. Désormais, c'était à lui d'anticiper les incidents comme celui de Kaldea. Le Kyuubu ne pouvait pas avoir la main sur tout, particulièrement à propos des traîtres. Si un événement pareil se reproduisait et qu'il n'était pas amorcé, le directeur de l'institut se tiendrait comme responsable. Les Nuages devaient cesser de montrer une faiblesse intérieure et sanctionner sur le coup. J'ai étudié les nombreuses possibilités qui pourraient justifier ma présence. Le conseil, l'unité, le Soshikidan, le cas de Shiroi Hitsuji, votre soeur ... Ah. Il ne devait pas être au courant des entrevues qu'il avait sa soeur. C'était peut-être l'occasion d'en parler et de gratter plus d'informations sur la blonde. Mais vous êtes imprévisible. Donc je ne sais pas. D'autant plus que je n'arrive pas à comprendre votre sourire. Le roux aimait tout connaître. Alors ce petit moment de suspens ne faisait que le piquer.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mer 3 Jan 2018 - 22:03
- « Ah oui, Reiko. C’est vrai que j’avais oublié ce détail. Elle sera la prochaine chef du clan Metaru. »

Cumuler des postes pendant des mois n’était pas donné à tout le monde. Mais c’était aussi un coup à vous épuiser très vite et c’était quelque chose que je n’avais pas du tout vu venir. Conclusion : J’étais plus ou moins épuisé. Blasé aussi. Courir à gauche et à droite ne me faisait pas le plus grand bien, c’était clair. Ma productivité et mon professionnalisme allait certainement en prendre un coup. Un gros coup même. Pas forcément une bonne chose pour Kumo. Une bonne dose de recul m’avait aidé à faire de l’ordre dans mes pensées et à revoir mes objectifs. En tant que Kage, je n’avais pas vraiment failli. J’avais plus ou moins redressé un pays qui sombrait et le bilan n’était pas forcément négatif. L’après-guerre tournerait certainement une page pour tout le Yuukan, Kumo y compris.

Certainement le meilleur moment de me retirer.

- « Qui plus est, j’ai l’intention de réunir une nouvelle fois le conseil pour annoncer quelque chose en présence du daimyo. Je veux faire de Kumo la capitale du pays. Tu es le premier à qui je le dis. »

Là encore, je ne perdis pas mon sourire. C’était des idées de fin de mandat qui ne manquerait pas de changer la face de tout le pays, même si officieusement, c’était déjà un peu le cas. Le village caché des nuages était le pôle économique, politique et militaire de tout Kaminari. De plus, avec tout ce qui s’était passé dernièrement, le seigneur féodal n’avait pas d’autre choix que de résider dans la ville au cas où. Tout un tas de raisons qui faisait de Kumo, la ville de Kaminari par excellence. J’étais également certain qu’une telle nouvelle enverrait aussi un message fort à tout ce qui s’amuserait à vouloir infiltrer voire attaquer notre ville. Elle allait être plus forte que jamais et de ce fait inaccessible. Enfin… Je l’espérais vraiment. A ce niveau-là, il faut dire qu’il y avait un ras-le-bol général que je ne comprenais que trop bien.

Mais alors que j’allais ouvrir la bouche pour parler une nouvelle fois, Mei ouvrit la porte du bureau chargé d’un plateau de deux tasses fumantes. L’odeur du breuvage embauma aussitôt mes narines. S’il y avait bien une passion que le nouveau roux et moi partagions, c’était bel et bien celle du café, à n’en point douter. Elle posa une tasse devant lui et une autre devant moi avant de s’incliner et de sortir rapidement. Si d’habitude elle prenait son temps, là, elle devait avoir un boulot monstre. Ou peut-être était-elle intimidée par le ténébreux assis devant moi ? Cela me faisait d’ailleurs penser à son fantasme bizarre sur le vampire qui s’était présenté à moi pour me proposer ses services. Enfin… C’était loin derrière nous, tout ça. Et sur ce constat, je m’emparai de ma tasse non sans balancer cette fois-ci :

- « Je pense à démissionner de mon poste, Shizen. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 4 Jan 2018 - 13:17
Oh. Une nouvelle très intéressante qui devait certainement ravir la concernée : Metaru Reiko. Elle sera donc prochainement nommée comme doyenne d'un clan fondateur des Nuages. Un titre honorable qui allait justifier encore plus sa place au conseil. D'ailleurs, l'Ombre de la Foudre avait certainement dû prévoir le coup. Elle venait récemment d'intégrer son conseil et quelques jours après, elle récupérerait l'héritage d'un clan. D'ailleurs, si les informations de Shizen étaient bonnes, elle devrait être la première femme à diriger ce clan. De cette manière, le mastodonte serait un peu plus libéré dans ses responsabilités. Le poste de dirigeant de village et de chef de clan devait être très difficile à gérer.
J'ai pu discuter quelques fois avec votre soeur. Nous connaissons l'image qu'elle dégage auprès des autres et j'étais tout de même assez surpris de découvrir ce qu'il se cachait derrière cette carapace de violence. Le poste qu'elle occupe au sein du Kyuubu montre bien sa capacité à diriger. Vos proches ne s'opposeront pas à une telle décision ? Si Shuuhei pouvait juger bon de lui léguer le poste, ce ne sera probablement pas le cas des autres membres du clan. Cette question servait justement à savoir quel lien la femme entreprenait avec les siens. Quoi qu'il en soit, c'était le meilleur moyen pour le Nidaime de se libérer un peu. Ce serait bénéfique pour la suite de son règne.

Il continua sur un projet qui semblait lui tenir à coeur : faire de Kumo la capitale de la Foudre. Une très belle idée qui passerait par une énième convocation du conseil en plus d'avoir l'honneur de recevoir le Daimyô en personne.
C'est un honneur d'être le premier à être au courant d'une telle information, Raikage-sama. D'autant plus que c'est une très bonne idée, notre village représente plutôt bien le pays. Que ce soit d'un point de vue économique, militaire, le village excellait sûr de nombreux points qui faisaient de lui le candidat parfait.

La secrétaire de l'Ombre apportait le café. Parfait. Cette discussion serait davantage intéressante avec un café digne de ce nom. Alors que le Jônin s'apprêtait à prendre une petite gorgée, il reposa instantanément la tasse en entendant la phrase de son dirigeant. Autant dire que cette annonce était très sérieuse. Le manipulateur d'insectes se réinstalla sur le siège et alla même jusqu'à retirer son masque - qu'il avait toujours porté face à Shuuhei - laissant voir le visage d'une personne épuisée par le passé.
Une démission ... ? Tant de questions venaient à l'esprit. Trop, même beaucoup trop. Quelle est la raison d'une telle décision, Raikage-sama ? Lorsque que le Seigneur était venu pour demander des candidats, vous étiez le seul à avoir répondu présent. Votre règne est suffisamment bon pour ce village et vous n'êtes pas en poste depuis si longtemps. Vous êtes certain qu'un tel choix est la bonne chose autant pour vous que pour le village ? Les changements fréquents n'étaient jamais bons pour la stabilité. Le membre de conseil ne s'attendait clairement pas à une nouvelle aussi surprenante. Non, il misait sur le Metaru pour de longues années.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Jeu 11 Jan 2018 - 18:24
- « Ooooh… Dire qu’un beau gosse se cache perpétuellement derrière ce masque… »

J’eus un sourire presque émerveillé devant sa gueule, malgré le fait que la situation ne s’y prêtait pas du tout. En plusieurs années de côtoiement, c’était enfin la première fois que j’avais l’honneur et le privilège de voir son visage dans son intégralité. Et force était d’avouer qu’il était beau. Très beau même. Le genre à faire tomber pas mal de meufs si l’on excluait bien évidemment son kekkai gekkai qui pour moi était aussi efficace que tout à fait dégueulasse. Quelle femme pourrait penser qu’une mouche pourrait sortir de ses narines, là tout de suite ? Ou même une larve de ses lèvres ? Pas le genre de trucs qui donnaient envie de le côtoyer, oui. Etait-ce d’ailleurs pour ça qu’il s’isolait volontairement ? Parce que si ça se trouvait, il y avait des amatrices et pas qu’un peu. Après tout, si son clan a réussi à se multipliait, c’est qu’il y avait des hommes et des femmes qui ne craignaient pas leurs bestioles, non ?

- « Tu m’as l’air assez épuisé, hé. Tu devrais te ménager tu sais ! »

On pourrait croire que j’essayais d’esquiver le sujet maintenant que je l’avais balancé, mais tel n’était pas le cas. Son faciès n’était pas serein. Son regard me renvoyait une certaine lassitude que je ne saurai dissocier des derniers évènements qui nous avaient tous secoué. L’homme essayait de faire bonne figure d’habitude, mais c’était bien la première fois qu’il se laissait aller devant moi. En même temps, la nouvelle n’aidait pas et je le comprenais aisément puisqu’il avait été l’un des jônins qui m’avaient soutenu depuis le début jusqu’à la toute fin. Son soutien indéfectible m’honorait vraiment. Et sa réaction au-delà d’être surprenante et rigolote me faisait plaisir d’une certaine manière. Sa spontanéité était la preuve qu’il m’estimait et qu’il adhérait au travail que je faisais. Enfin… Il faisait après tout partie de mon conseil, ce qui expliquait un peu son désarroi, mais le prochain à venir aurait surement la même politique que moi.

- « J’ai accumulé trop de postes au moment de ma prise de pouvoir. Et toutes ces responsabilités ont eu raison de moi d’une certaine manière. Je crains malheureusement de faire des bêtises si je reste trop longtemps à la tête du village. Et puis, comme Reiko me l’a si bien dit une fois, il y a autres d’autres façons de servir Kumo. Persister à croire que je suis la seule personne à même de piloter notre chère cité serait non seulement une erreur mais aussi la preuve d’un orgueil un peu trop mal placé. »

J’eus un sourire. Un sourire désolé cette fois-ci. On pourrait croire que je les trahissais, mais tel n’était pas le cas. Je voulais me retirer parce que j’avais le sentiment que j’avais fait ce qu’il fallait à faire et qu’il n’était pas bon ni pour moi, ni pour les Kumojins que je reste encore plus longtemps à la tête du village : « Bien entendu, je ne me retirerai pas maintenant, mais bien après la guerre…. » J’aurai pu lui dire que les évènements à venir pourraient me dissuader de renoncer à cette éventualité plus que probable, mais il ne servait à rien de lui mentir à ce stade. D’ailleurs, si je lui avais avoué ce fait, ce n’était pas pour mytho par la suite, on s’entend. Je pris encore une fois une gorgée de mon café avant de souffler tranquillement. Il était le premier à qui je l’avouais. Si Reiko s’y attendait plus ou moins, elle n’avait pas eu confirmation de cette presque-décision. Je finis par reposer ma tasse devant moi avant de reprendre parole :

- « Lorsque tout sera tassé aussi bien nationalement qu’internationalement, je rendrai ma démission et je proposerai au conseil une autre personne pour me remplacer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Dim 14 Jan 2018 - 14:08
Même dans les sujets les plus critiques, le deuxième du nom avait le don de glisser un peu d'humour. C'est sûrement ce qui faisait son charme en tant que dirigeant, mais aussi auprès de la gente féminine. En retirant pour la première fois son masque devant son supérieur, Shizen était contraint de montrer sa silhouette très épuisée. Un détail flagrant qui fut très vite remarqué et repris par l'Ombre de la Foudre. Oui, il travaillait énormément, que ce soit pour l'institut, le village ou pour son petit plaisir personnel. Quant au mastodonte qui avait pu connaître un peu plus l'histoire de l'Aburame il devait parfaitement se douter de la raison d'un tel acharnement.
La tension actuelle me pousse à travailler encore plus intensivement. Je n'ai aucune obligation personnelle alors la meilleure chose à faire pour moi est de continuer sûr cet élan. Et par obligation personnelle, il entendait une femme, des enfants, un clan ... Enfin bref, il n'était pas présent devant son chef pour parler de sa petite personne. Non, il y avait un sujet bien plus important : la démission du Nidaime. Le Jônin souhaitait connaître les raisons d'une telle décision mais aussi ce que le concerné avait prévu pour la suite.

Apparemment, le cumul de nombreux postes était la goutte de trop pour lui. L'ex-doyen du clan Metaru avait horreur de la paperasse, le retrouver au poste d'Ombre était déjà surprenant. Sachant qu'il cumulait le rôle de général, doyen et de dirigeant, le travail devait être beaucoup trop intense. Le manipulateur d'insectes comprenait parfaitement le ressentit de son supérieur. S'il n'arrivait plus à occuper ce rôle, autant le léguer à quelqu'un d'autre. D'autant plus qu'il continuerait de servir le village des Nuages.
D'accord ... Vous occuperez simplement votre rôle de Jônin ... Il faut dire qu'il avait bien préparé son coup en nommant Metaru Reiko doyenne et Kizuato Daisuke général. Sans oublier qu'il se projetait dans un mariage avec une moniale. Une responsabilité importante, surtout s'il envisageait d'avoir des enfants avec. Vous vous retirerez après la guerre, vous dites ? Cette phrase fait limite froid dans le dos, Raikage-sama. J'espère que vous n'envisagez pas de mourir sur le champ de bataille. Dit-il le sourire aux lèvres. Ce serait dommage de finir votre règne aussi tragiquement. Dans ce cas, vous avez encore du temps devant vous avant de tirer votre révérence. La logique dirait que le Sandaime sera Kizuato Daisuke ? Le déplacement qu'il fait actuellement à la Roche est un argument non négligeable pour sa nomination. Il se doutait bien que Shuuhei allait le taquiner sur ce rôle. Concernant celui-ci son avis n'avait pas toujours changé : il ne se voyait pas à un rôle aussi haut. Surtout dans un village qui n'était pas réellement le sien. D'ailleurs, comptez-vous rester au conseil ? Même s'il ne restait pas, sa voix aurait toujours du poids. L'expérience de l'homme ne devait pas être oubliée.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mer 24 Jan 2018 - 18:54
- « Tu sembles finalement bien le prendre… »

J’eus un sourire. Content ? Je l’étais oui. Ce garçon était compréhensif. Très. Même s’il était certainement déçu et il y avait de quoi vu que je n’ai finalement pas fait long feu au pouvoir, n’étant apparemment pas fait pour, il n’en demeurait pas moins qu’il voyait large. La gloire de Kumo primait avant tout et comme les autres, je n’étais rien de plus qu’un citoyen qui avait travaillé pour que sa patrie émerge du bourbier dans lequel elle s’était malheureusement enfoncée. J’eus une pensée nostalgique pour le premier du nom avant de le chasser de mon esprit. L’heure n’était pas aux réflexions tristes. J’avais fait ce que je pouvais faire en un laps de temps très court. Même si je n’avais pas hissé Kumo au sommet, je pouvais m’enorgueillir d’avoir réussi à sortir la ville de sa crise insidieuse et ce malgré les pépins que nous avions eu en cours de route. La sécurité était au beau fixe, l’économie aussi et il faisait bon vivre dans le village caché des nuages. Néanmoins, le travail intense que je m’étais imposé moi-même avait eu raison de moi, au final. Je n’étais malheureusement plus apte à piloter notre village vers un avenir meilleur…

- « Et comme toujours, ta perspicacité m’épate. C’est bien lui que je proposerais pour me succéder. Même si à la base et je l’avoue, je n’avais pas vraiment cette perspective en tête quand je l’envoyais à Iwa. »

Le gamin était intelligent, mais la conjoncture actuelle ne laissait place à aucun doute. Personne d’autre n’avait les épaules assez larges pour assurer de telles responsabilités. La fougue de la jeunesse ne suffisait pas. Il fallait quelqu’un d’assez expérimenté pour tenir sur la durée et j’en avais fait la douloureuse expérience. Quelque part, je savais que je pouvais peut-être prendre du temps pour moi et me ressourcer pour recommencer à diriger, mais je n’avais pas cette folie des grandeurs et je n’étais pas spécialement accro au pouvoir… Ni à toute la paperasse qui en découlait d’ailleurs ! « C’est comme tu le sais le meilleur profil. Et puis, un nouveau raikage n’étant pas issu d’un clan majeur de Kumo sera peut-être plus libre de faire ce qu’il désire… » Enfin… Si on voyait le bon côté des choses de ce fait. Après tout, si l’un des trois clans phares venait à le renier, il aurait d’incroyables problèmes. De gros même. J’allais lui laisser un héritage pas forcément évident. Ceci étant, le chef de la police allait être tranquille. Tous les Metaru seraient avec lui. Sans exception. Ou presque. Il aurait des alliés de poids sur la scène politique.

- « Pour ce qui est du conseil, je verrai. Mais pour éviter les emmerdes et m’occuper un peu plus de mon clan, de ma fiancée et de ma propre gueule… J’aimerais bien prendre une retraite anticipée ! Ça ne m’empêchera pas bien entendu d’être le senseï officieux de deux ou trois personnes. »

J’eus un clin d’œil pour le jeune roux avant de terminer sur un gros rire. Profiter d’une retraite dorée, c’était bien, mais former la génération suivante, c’était encore mieux ! J’allais peut-être me délester de pas mal de responsabilités, mais j’allais certainement continuer à mettre la main à la pâte, surtout que cette ère nous forçait à dormir d’un seul œil. C’était malheureusement une réalité cruelle. Et en parlant de cruauté, je me remis à penser à ce qu’il avait dit concernant cette fameuse guerre qui se dessinait au loin. Inévitable, d’ailleurs. Et dire pourtant que les trois villages avaient fait front commun face au soshikidan à Shito. C’était à se demander ce qui s’était définitivement passé à Kiri. « Je ne souhaite pas mourir au combat, mais force est de constater que c’est le plus grand honneur pour un shinobi et l’idée ne me déplait pas forcément, hahaha ! Non mais plus sérieusement… Personne ne peut savoir ce qui va se passer. » J’avais beau être le plus puissant kumojin à l’heure actuelle que je pouvais clamser à tout moment. Cette guerre pourrait bien être ma dernière, va savoir !

- « Mais même si je devais finir dans la tombe, je vais m’assurer d’en liquider pas mal. C’est le moins que je puisse faire, après tout. »

Je marquai une courte pause avant d’ajouter :

- « Je sais que votre relation est délicate, mais je compte sur toi pour me soutenir quand je le proposerais au seigneur de la foudre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 25 Jan 2018 - 17:35
Bien le prendre ... Oui, dans l'idée c'était bien cela. La seule déception qu'en tirait Shizen était le mandat qui ne fut pas assez long à son goût. En effet, les nombreux projets de Nidaime restaient récents mais fonctionnaient parfaitement et l'efficacité se faisait réellement sentir. Le fait de changer de dirigeant pouvait briser cette dynamique précédemment instaurée. Enfin, ce serait le cas si le troisième du nom décidait de changer complètement la politique actuelle afin d'en faire une toute nouvelle très différente. Un scénario qui serait très peu probable, surtout si le Sandaime était membre actuel du conseil.
Il n'y a pas de raison que je sois en colère contre vous. C'est votre décision, Raikage-sama et je la respecte. D'autant plus que je me doute bien que ne vous comptez pas partir en laissant le village dans le flou. Vous avez déjà en tête le nom du prochain. Normalement, la voix du Nidaime aura suffisamment de poids afin d'élire le troisième. Si les membres du conseil soutenaient cette décision, le peuple suivrait naturellement. Après-tout le candidat n'était pas inconnu de la scène politique du village. Ce n'était pas un rôle laissé à un parfait inconnu. Là encore, il fallait faire confiance au mastodonte. Comme toujours et ce malgré les désaccords.

Comme le manipulateur d'insectes s'en doutait, le prochain à être proposé serait le manipulateur de bois : Kizuato Daisuke. Un Jônin expérimenté qui dirigeait actuellement les forces de police. Et son voyage diplomatique à la Roche ne faisait que lui donner du poids afin de prétendre à un tel rôle. Parmi les membres du conseil, il était le seul éligible. L'expérience ne manquait pas à cet homme qui était marqué par les nombreux combats. Là encore, l'Aburame ne voyait pas de raison à s'opposer à ce choix.
Je suis sûr qu'il fera une bonne Ombre. De toute manière, il aura toujours le conseil sur qui compter et vous. Vous resterez le Nidaime, ce ne serait pas étonnant qu'il vous demande des avis si vous quittez la scène politique. Comme il le disait, il devait prendre soin de sa fiancée, des siens, mais surtout de sa propre personne. Une retraite bien méritée pour cet homme qui avait toujours été juste et correct. C'est un repos bien mérité Raikage-sama. J'espère que vous pourrez plonger plus loin dans votre relation. Le moment est peut-être venu pour penser mariage et enfants. Dit-il le sourire aux lèvres. Ce serait de beaux projets qui rendraient sans aucun doute heureux le colosse.

La mort au combat, sûrement la meilleure fin pour un shinobi. Encore fallait-il voir comment celle-ci se déroulait. Si la personne se faisait écraser comme un minable, il n'y avait rien de glorieux.
Je suis un peu du même avis que vous. Quitte à partir en combat, autant laisser une marque. Autrement, je préférerais finir mes jours tranquillement. La vieillesse, une maladie ... Je veux que les derniers visages soient ceux de mes proches et pas ceux de mes ennemis. Mais en effet, nous ne pouvons pas savoir ce qu'il peut se passer le lendemain. La meilleure fin pour l'Aburame serait de terminer avec les membres de son clan. Ce sujet fut très court afin de revenir sur le Kizuato. En réalité elle n'est pas si délicat que ça. Mais vous pouvez compter sur moi tout comme il pourra compter sur moi. Vous comptez informer d'autres personnes de cette décision ? Ce ne serait pas si mal pour recueillir des avis même s'il était certain de sa décision.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Jeu 1 Fév 2018 - 9:44
- « Non. En vérité, je n’en parlerais même pas au concerné. Pas pour le moment… »

En vérité, Daisuke risquait soit d’être surexcité, soit de refuser mon offre et les deux situations ne seraient pas pour m’arranger. S’il finissait par être surexcité, l’homme allait surement me presser pour que je lui refile le poste le plus vite possible. Oh, certes. Je savais qu’il n’était pas un charognard loin de là, mais la perspective d’être le leadeur du village et de pouvoir contribuer à l’histoire de Kumo ne le laisserait clairement pas de marbre. Qui pouvait être indifférent à cela ? Quant à l’autre scénario, inenvisageable ! S’il venait à refuser, je serai certainement dans de beaux draps ! Il faut dire qu’à part lui, il n’y avait pas encore de profils adéquats pour ce poste. Tous les autres jonins étaient trop jeunes. Bien trop jeunes pour tenir sur la distance. L’homme en face de moi pourrait l’être, mais son manque de visibilité et sa discrétion ne jouaient pas forcément en sa faveur. Il me fallait attendre, définitivement…

- « Je veux le placer dans une situation où il n’aura pas le choix que d’accepter et où il ne sautera pas sur tous les toits en apprenant la nouvelle. Et ravi de savoir que vous n’avez pas de différents, au final… »

J’étais content. Heureux pour Daisuke. Je lui préparais le terrain sans lui en faire part, mais c’était bien parce que je voulais qu’il dure au pouvoir. Ma place au sommet aura été de courte durée, mais j’avais la nette sensation que j’avais fait ce que j’avais à faire et qu’il était plus sage pour moi de me retirer tranquillement. Etant donné qu’il avait également le respect de nos pairs, je ne doutais pas une seule seconde du fait que le conseil actuel lui serait d’une aide plus que précieuse. L’appui de l’actuel leadeur de notre branche scientifique ne serait certainement pas négligeable. D’ailleurs… « Tu devrais certainement enlever ton masque à certaines réunions du conseil. Plus tu seras accessible et plus les gens auront ta confiance… » J’eus un sourire en lui disant cela. L’après Daisuke promettait de très beaux profils. Entre ma sœur et Shikarai qui commençait peu à peu à s’imposer chez les Nara, Kumo était promis à un bel avenir…

- « Parce que qui sait… Tu pourrais être appelé un jour à devenir notre Raikage… »

J’eus un sourire en lui sortant cette phrase venue de nulle part. Même si je lui mettais une certaine pression en l’observant avec amusement, l’idée pour moi était de détendre l’atmosphère. Nul doute qu’il croirait d’ailleurs que j’étais en train de plaisanter. Je finis par me redresser tranquillement. L’homme pouvait comprendre par mes démarches que je l’estimais réellement : Sa place dans mon conseil et à la tête de son unité spéciale, mes confidences, le choix d’avoir fait de lui mon bras droit à la réunion des kages… Rien n’avait été fortuit. Rien. S’il avait été de notre âge, le choix de mon successeur aurait été plus que difficile. Daisuke était peut-être mon meilleur ami et confident, mais je ne le recommandais pas à cause de ce lien, mais plutôt à cause de ses capacités et son expérience aussi colossale que la mienne. Et puis, ça allait être également intéressant de voir comment un baroudeur comme lui pouvait se poser dans un coin.

- « Bref, je n’aimerais pas abuser de ton temps. Si tu as quelque chose à faire, je ne te retiendrais pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 1 Fév 2018 - 13:11
Alors comme ça il ne souhaitait pas en parler au concerné. C'était pour le moins surprenant. Comment allait-il faire si la réaction que provoquait la nouvelle au dernier moment n'était pas celle qu'il attendait ? Normalement, le général devait accepter ce rôle sans aucun souci. Même si Shizen ne connaissait pas personnellement la personne, il sentait plus ou moins qu'un avenir pareil serait parfait pour lui. La capacité à diriger des troupes et s'occuper de la paperasse ne semblait pas le déranger tellement. Le Kyuubi demandait énormément de travail et d’assiduité qui pouvait être comparée à une échelle un peu plus petite au rôle d'Ombre de la Foudre. S'il possédait l'expérience de meneur, il possédait aussi l'expérience militaire qui était très importante pour un dirigeant. Le simple fait de savoir comment gérer des conflits et surtout comment agir stratégiquement dans des situations périlleuses était un gros plus pour lui. D'autant plus qu'avec le temps, le manipulateur de bois s'était un peu détaché de ce cliché d'alcoolique accro aux femmes. En effet, son nouveau rôle au sein de la police le soulignait, mais surtout son voyage diplomatique au sein de la Roche. Clairement, avec ça, il avait tout pour devenir le troisième du nom. Concernant l'expérience de l'homme, elle n'était plus à refaire. Il avait voyagé très longtemps avant de rejoindre les Nuages et ses faits d'armes étaient nombreux.

Cette envie de rester dans le silence fut rapidement justifiée par le mastodonte. En clair, il cherchait à s'assurer d'une chose : que le candidat accepte le rôle sans avoir une réaction infantile. Normalement le concerné était assez mature pour ne pas sauter sur tous les toits. Mais une telle nouvelle pouvait provoquer bien des réactions.
Je pense qu'il prendra cette nouvelle de la bonne façon sans en faire trop. Je suis sûr et certain qu'il est conscient des enjeux d'un tel rôle et qu'il anticipait déjà de prendre la suite de votre règne. Il revenait ensuite sur cette histoire de masque. La notion de confiance dont il faisait part n'était pas si fausse. Ce masque si cher aux yeux de l'Aburame était sans doute le facteur principal de ses relations amicales quasi inexistantes. J'y penserais, vous avez sûrement raison. Et il enchaîna sur ce fameux rôle de Kage. Je suis sûr et certain que j'aurais toujours le même discours vingt-ans plus tard. Mes responsabilités actuelles me suffisent en plus de me plaire. Je n'ai pas besoin de plus. Merci de m'avoir reçu et de m'avoir fait part de cette nouvelle, Raikage-sama. Je vais y aller, vous devez aussi avoir énormément de travail. Dit-il en opinant du chef. Cette discussion avait le mérite d'être plaisante. Elle montrait à quel point le manipulateur d'insectes avait de l'importance aussi bien pour le village que pour son dirigeant actuel.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Perspectives d'avenir pt. II (ft. M. Shuuhei)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Assemblée
Sauter vers: