Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Uka: La sécurité venue du ciel [Chidori]


Mar 2 Jan 2018 - 23:18
Cela faisait maintenant une bonne dizaine de jours que le "colonisation" de l'île d'Uka avait commencée. Ça prenait forme, doucement, la taverne avait été bâti, les champs de blé et les vignobles étaient suffisamment opérationnels pour permettre la vente de bibine sur place. Le quartier résidentiel avait été agrandis, que pouvait-on recenser d'autre ? La garde était montée jour et nuit, afin d'éviter les invasions, le problème était que ces incompétents passaient leur nuit à dormir, ou presque, puisque ce casse-pieds de Shinichi se chargeait personnellement de les réveiller et de leur botter le cul en cas de mégarde. Pour ça je lui faisais confiance, il était suffisament carré à ce niveau là pour que les choses filent droit.

En revanche, une chose me chiffonnait. Plus je faisais d'allers-retours, et plus Graggy me disait que ses champs étaient ravagés, ses caisses parfois même pillées. C'était quoi ce bordel, même sur une île il y avait des délinquants ? Je n'allais pas monter la garde toute la nuit à chaque fois pour m'assurer qu'il n'y ai pas un clodo qui foute la merde. Je devais trouver une solution pour ça.

J'avais eu écho il y a quelques jours déjà, de l'arrivée d'un nouveau dans le village, un certain Chidori je sais pas quoi. M'étant rencardé sur lui, bien que ce n'était pas mon job, je savais qu'il faisait partis d'un clan qui faisait de l'élevage de rapace. Elle était là ma surveillance, des volatiles. Si ce type parvenait à faire un élevage sur place, il allait pouvoir leur enseigner l'art de la surveillance, et surtout de nos vignes et champs, et pourrait ensuite alerter qui de droit lorsqu'un problème survenait. Cela pouvait marcher, et résoudre beaucoup de problème pour ainsi ne pas ralentir le développement de l'île. Je devais trouver ce mec. Récemment installé dans le quartier résidentiel de Kiri, non trop loin du mien, puisque je ne suis pas vraiment un ancien non plus dans le village, je me rendais à l'adresse qu'un des responsables du développement d'Uka m'avait donné.

De bon matin, j'allais tambouriner à sa porte pour le réveiller, il était sept heures, en comptant le trajet au Port, et celui jusque l'île, il serait environ huit heures trente, parfait pour attaquer l'apéro et se mettre au boulot ensuite. Je lui donnerais un coup de main pour sûr, afin que les choses aillent plus vite, après tout dépendait de son talent et uniquement de son talent. Déjà, j'espérais qu'il lève son cul et qu'il ne me fasse pas attendre dehors comme un con plus longtemps. Accoudé à mon fut, j'entendais du bruit derrière la porte, enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2190-la-montagne-de-kiri-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u383

Mar 2 Jan 2018 - 23:43

Voilà plusieurs levés de soleil que tu te retrouvais dans ce village. Malgré ton amnésie encore très présent qui brouillait ton esprit, on t’avait finalement accepté au sein de cet île. Au départ, tu avais montré de la réticence, une espèce de peur t’avait broyé les intestins de tel sorte que tu avais du mal à parler à ces habitants si accueillant avec toi. Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’on voyait un humain tomber du ciel n’est-ce pas ? Tout le monde t’avait remarqué petit homme, toi l’amnésique, en train de chuter du ciel et alors que tu aurais du mourir en mille morceaux au sol, les gens te sont venu en aide.

Assis dans ta résidence, petit lieu qu’on t’avait accordé, tu réfléchissais, tentant de retrouver les brides de ton passé. Rien n’y faisait, tout était trouble dans ta tête et les seules parcelles n’étaient que feu, voix et tempête. Tu te frappas le visage avant de te cacher la tête entre tes jambes et tes bras, mordant légèrement tes lèvres inférieures. Tu ne cessais de te fatiguer dans ton lit, des feuilles autour de toi, possédant l’oiseau que tu avais sur le torse. Mais ce n’était qu’un désespoir pour comprendre d’où tu venais.

Après de longues minutes, tu finis par abandonner et te mis debout pour te diriger vers le petit salon. Le soleil était aux aurores, signe qu’il était encore tôt. Tu te rendis vite compte que tu n’avais presque pas dormi de la nuit, que tes cauchemars te hantaient depuis que tu étais sorti de l’hôpital. Tu grognas légèrement avant de te laisser tomber contre le mur, ta tête frappa le bois tout en résonnant comme une cloche.

Alors que tu restais là, contre le mur de ton antre, un bruit te fit sursauter. Il venait de l’entrée. Un supérieur ? Shinichi ? On t’avait pourtant demandé de te reposer le temps que tu puisses recouvrir ta mémoire mais… Tu te relevas avant de te diriger vers la porte et l’ouvrir doucement. Un homme immense, enfin, si on peut le dire ainsi se dressait devant toi. Tu le fixas un court instant, il n’avait rien à voir avec le blondinet de l’autre jour. Du coup, tu laissas plus de place afin de le laisser entrer dans la bâtisse. Tu ne savais absolument pas quoi dire en réalité, tu avais peu dormi et ton cerveau n’était qu’un amas de viande bouilli suite à tes violents cauchemars d’incendie.

« B… bonjour »

Ce fut le seul mot que tu réussis à dire.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2275-mille-oiseaux-en-cage-un-seul-s-envole-kogame-chidori http://www.ascentofshinobi.com/t2301-kagome-chidori-nid-d-un-oiseau

Mer 3 Jan 2018 - 0:02
La porte s'ouvrit, et une petite pousse montra son visage, me saluant très timidement. Il me laissa de la place pour rentrer comme ci nous nous connaissions. Étonnant ça, personnellement quand quelqu'un que je connais pas se pointe chez moi, il reste son cul dehors, et même si je le connais en général.

« C'est toi Chidori, le maître des pigeons ? Parfait. »


J'entrais dans sa cahute en me baissant afin de ne pas péter le haut de son ouverture de porte. C'était sobre, même un peu trop, limite flippant. On croirait que c'est un dépressif qui vivait ici, étonnant, il avait l'air super jeune, on peut pas être dépressif à cet âge là, normalement on passe son temps à faire la fête, à sauter des bières et boire des pouffes. Ou plutôt l'inverse. Enfin bref, je me retournais vers lui, il avait l'air assez apeuré, je comprenais pas vraiment pourquoi, je suis un humain tout ce qu'il a de plus normal, bien que ces anneaux de fer au bout de mes moustaches peuvent paraitre parfois étrange, je n'avais pas vraiment d'autre signe distinctif. Ce simple tissu qui cachait mes parties ? Ouais bon on pouvait le mettre dans le lot aussi.

« J'ai un boulot pour toi, ça concerne les élevages de rapaces de ton clan. J'ai besoin de ton aide. Oui je me suis un peu renseigné sur ton cas avant de venir je sais donc deux trois trucs. »


A vrai dire j'avais plutôt choppé les dossiers dans le bureau de Shinichi, là où presque tout était renseigné. Ce guignol laissait porte ouverte en permanence, alors je n'avais eu qu'à me servir pour apprendre l'existence de ce jeune homme. Visiblement, il avait déjà subit un interrogatoire. Si ces papiers disaient vrai, il allait m'être d'une grande utilité, et surtout pour le développement en bonne et due forme de l'île d'Uka. Mais une chose après l'autre, j'allais déjà lui exposer le projet, ce que j'attendais de lui, et ensuite nous partirions. Non, sa décision je m'en fichais, il n'avait pas le choix, c'était pour le village.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2190-la-montagne-de-kiri-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u383

Mer 3 Jan 2018 - 0:21

Pourquoi tu avais laissé cette immense personne extrêmement bizarre à moitié à poil rentrer chez toi ? Tu n’en savais absolument rien, ton cerveau n’était qu’un simple ramassis qui t’empêcher de réfléchir correctement. Alors que l’inconnu rentra dans ta demeure, tu reculas jusqu’à te faire tout petit dans un coin, près d’une fenêtre ouverte. Où cas ou l’homme déciderait de t’attaquer, il te suffirait de te transformer et de tirer de l’aile. Mais tu arrivais à peine à te transformer correctement ou de tenir assez longtemps ta forme d’oiseau, sûrement dû à ton traumatisme. Bien que cela s’améliorait peu à peu depuis quelques jours.

Tu penchas légèrement la tête de côté, regardant l’extérieur de ton antre alors que celui-ci se mit à parler. Maître pigeon ? Alors premièrement, tu étais un « faucon » et deuxièmement tu n’étais pas maître… Quoique tu comprenais le langage des oiseaux qui chantaient dans les arbres et dans le ciel. Tu hochas doucement la tête, n’étant toujours pas enclin à ouvrir la bouche à cette personne beaucoup trop imposante pour toi.

Élevage ? Tu plissas les yeux… Ce n’étaient que d’infimes petites fibres, de petites visions d’une fille dans une volière tenant un aigle royal et une chevêche… Comment connaissais-tu ces noms ? Comment pouvais-tu les reconnaître ? Puis tu te souvins que le Shinichi t’avait posé des questions avant de te laisser seul. D’après les dires, tu venais d’un clan qui s’occupait d’oiseaux il y a longtemps. Mais rien de plus, tu avais même du mal à y croire. Mais sur ton don, rien ne pouvait le camoufler.

« Ce serait sûrement bien que je sorte d’ici… C’est un véritable enfer de se retrouver dans un incendie chaque nuit… »


Tu étais tellement fatigué que tu n’arrivais plus à faire la différence entre la réalité et un rêve. À moins que ces cauchemars voulaient vraiment dire quelque chose. Tu te calas encore plus contre le mur, toujours intimidé par ce gros monsieur à moitié à poil dans ton salon.

« Mais je suis pas sûr de réussir à dresser des volatiles moi… »

Tu étais vraiment effrayé en réalité. Non par cet inconnu mais par ces flashs sans que tu ne puisses retrouver ta mémoire. Et ce village… Tu connaissais absolument personne et ne cesser te négliger dans ta demeure. Ta chevelure ayant pris une bonne longueur suite à ta condition de vie.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2275-mille-oiseaux-en-cage-un-seul-s-envole-kogame-chidori http://www.ascentofshinobi.com/t2301-kagome-chidori-nid-d-un-oiseau

Mer 3 Jan 2018 - 0:44
Là il se mit à déconner. Il me parlait de partir d'ici, d'incendie, d'enfer, wow mais il avait picolé ou quoi lui ? Pourquoi il me racontait sa vie comme ça dés le matin ? Je pigeais pas ?

« Eh p'tiot, je sais pas ce que tu racontes, t'as l'air fatigué là donc tu racontes beaucoup de merdes. Y'a aucun incendie dans le coin depuis des lustres je crois. »


Il était vraiment bizarre. Décidément, toutes les nouvelles recrues de Kiri avaient des troubles de la personnalité ou quoi ? Y'avait un nid quelque part ? Entre lui et le Yamanaka de l'autre coup, ou plutôt les Yamanaka, enfin je sais même pas trop comment on pouvait dire. Bref, le gosse se cachait à moitié dans le coin de sa baraque, il était vraiment très effrayé. Tout ce que je retenais, c'est que ça sentait le bouc chez lui, il n'ouvrait donc jamais ? Ou ne sortait jamais ? Oui bon j'étais pas le mieux placé en terme d'hygiène mais moi j'étais en fin de vie comparé à lui.

« J'vais pas te mordre hein, j'suis sympa quand on m'emmerde pas. Tu veux faire un câlin à tonton Shibö ? Tu sais il parait que mon bide porte bonheur, mets ta main dessus tu verras tout iras mieux pour toi bonhomme. »


Je sais pas pourquoi, mais j'aimais répandre se genre de légende. Du style "eh caresse moi le bidon tu verras tout iras mieux", j'avais déjà fait ça avec le crâne quand on vivait en tribu, et le pire c'est que les gens me croyaient. Qu'est-ce que je pouvais rigoler. Enfin pour l'heure, il était hors de question qu'il touche à quoi que ce soit, nous devions lever l'ancre pour l'île d'Uka, nous n'avions pas une minute à perdre.

Alors qu'on allait prendre la route, enfin que je croyais, il me sortait quoi de nouveau ? Il ne sait pas dresser les volatiles ? Du moins il n'en est pas sûr ? Le bougre de Shinichi s'était-il foutu de ma gueule en falsifiant ses documents ? Non impossible, il était bête, mais pas à ce point, ce gamin devait simplement manquer de confiance en lui-même, c'était assez flagrant d'ailleurs, j'allais devoir y aller en douceur pour qu'il prenne un peu confiancei.

« Mais si tu sais dresser les oiseaux, mais si. De toute façon tu as intérêt à savoir, le village entier compte sur toi tu sais ? On te l'a pas dis ? Bah maintenant tu le sais ? Allez, en route mauvaise troupe ! Tu veux boire un coup ? »


Voilà c'était parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2190-la-montagne-de-kiri-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u383

Mer 3 Jan 2018 - 14:27

Oui, tu étais complètement crevé. Les cernes sous tes yeux dorés te trahissaient. Mais tu ne pouvais t’empêcher de repenser à l’incendie dans tes rêves qui te faisait réveiller à chaque fois, cette sensation de chaleur… C’était comme si tu y étais. Tu frissonnas légèrement, toujours en prenant soin d’éviter de croiser le regard du gros gaillard. Tu levas tes bras jusqu’à ton menton avant de te mordre le doigt, un peu traumatisé par ce que l’homme venait de dire. Alors non, étant plutôt pudique, tu te refusais d’aller le toucher et secoua la tête de façon énergique mais tout aussi horrifié. Non pas que l’homme te dégouter bien sûr mais… Pour toi ce n’était pas très poli puis… Il est quand même presque nu dans ta maison.

En tout cas, tu ne savais pas ce qu’était ce genre de mythe qui tournait autour de toi, si c’était vrai ou non… Mais tu ne te sentais pas du tout capable de dresser un volatile. Tu n’avais fait aucune formation en tant que fauconnier… enfin, c’est ce que tu pensais car ta mémoire n’était rien que du noir. Mais tu te surpris en hochant doucement la tête à l’inconnu. Puis, si c’était pour le village qui l’avait soigné et accueilli, pourquoi pas le faire ? Tu te retournas légèrement contre ton mur, tes longs cheveux blancs te tombant sur la figure.

« C.… c’est d’accord. Mais vous… vous ne ferez pas de mal aux oiseaux hein ? Vous ne les ferez pas combattre ? Je n’aime pas les voir sou… souffrir. »

Etait-ce si étrange pour toi de sortir ce genre de phrase alors qu’en réalité, tu n’en savais absolument rien ? Certes, tu voyais des volatiles tous les jours sur le rebord de ta fenêtre mais jamais quelqu’un en avait torturer un. Tu avais juste cette sensation de devoir les protéger de quelque chose.

« Non ça ira… »

Tu avais déjà bu et mis de l’eau sur ta figure après ton cauchemar et l’envi de boire à nouveau ne te tentait pas vraiment. Après un court instant, tu te décidas enfin à suivre le gros monsieur à l’extérieur de ton antre. Le soleil t’éblouissait suite à tes nombreux jours dans ta chambre que tu plaças tes deux mains sur les yeux. Tu voulus retourner dans ta maison mais tu ne voulais pas que les gens pensent que tu es un lâche et suivit l’homme grâce à ses pas.

« On… on va où ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2275-mille-oiseaux-en-cage-un-seul-s-envole-kogame-chidori http://www.ascentofshinobi.com/t2301-kagome-chidori-nid-d-un-oiseau

Mer 3 Jan 2018 - 15:17
Il déclinait mon invitation à toucher mon bidon, tant pis pour lui, tous ses maux auraient sans doute étaient guéris. Ah ah ah le con. Finalement, ce n'est pas qu'il n'arrivait pas à dresser des volatiles, j'eus plutôt l'impression qu'il cherchait à les protéger, et refusait catégoriquement, enfin plutôt timidement, qu'on leur fasse le moindre mal. Cela pouvait se comprendre, si son clan était dévoué à une telle tache. En revanche non, aucun mal ne leurs serait fait, je pouvais y mettre un point d'honneur, il n'avait pas à stresser pour ça.

« T'en fais pas p'tit bonhomme, je dis pas que je me porte garant de leur sécurité, ce serait te mentir. En revanche les intentions du village sont claires, aucun mal ne sera fait à ces volatiles. Ils seront pour nous une véritable unité de soutien, tu peux me croire. »


Bon là c'était qu'à moitié vrai, puisque le village n'était absolument pas au courant de mes intentions, je n'avais pas vraiment eu le temps de leur en parler, mais j'étais à peu près sûr qu'il apprécierait mon initiative, car franchement, c'était vraiment une bonne idée. Bien dressé, ces rapaces pouvaient nous être d'un soutien bien plus efficaces que tous ces tocards chargés de la surveillance dans leur tour de garde.

Là où j'étais plus surpris c'est qu'il se refusait à boire un coup dans mon tonneau. Vu la gueule qu'il avait, ça ne pouvait lui faire que le plus grand bien, une bonne bière bien fraîche dés le matin, y'avait que ça de vrai. J'avais l'impression que les habitants de ce village n'étaient absolument pas à la hauteur de la réputation de Kiri vis à vis de l'alcool. Ou alors c'est parce qu'il n'était sans doute pas majeur, ça devait jouer un petit peu aussi tu m'diras...

« On va au Port, c'est pas très loin, y'a environ dix à quinze minute de marche. »


On avait pris le chemin, il se cachait des yeux, la lumière du soleil devait lui faire mal, il ne sortait donc jamais ou quoi ? Tonneau sous le bras, je menais donc la danse, direction le fameux Port de Naga j'sais pas quoi, j'me souvenais jamais de ce nom, enfin bref, le port quoi. Un navire nous y attendait, et nous partirons directement direction l'île d'Uka, encore une fois. Putin ce trajet, je l'avais bien fais une bonne dizaine de fois en un peu plus d'une semaine, je commençais vraiment à en avoir marre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2190-la-montagne-de-kiri-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u383

Mer 3 Jan 2018 - 15:38

Tu le suivis d’un pas un peu lent, tentant de tâtonner le sol du bout des pieds afin de ne pas trébucher. Tes yeux clignaient un peu dans l’espoir de s’habituer à cette forte lumière du soleil, et dire que ce n’était que le début de la journée. Le gros monsieur te rassura qu’aucun mal ne se fera sur tes amis à plumes, ce qui eut pour effet de t’apaiser un moment. Tes bras retombèrent le long de ton corps, tu ouvris doucement les yeux alors qu’encore quelques mèches rebelles se baladaient sur ton front. Tu te mis à observer le village que tu n’avais jamais pris le temps de voir, il y avait du monde s’en avoir foule. Et tu remarquas que l’homme avait raison, le port n’était pas loin. Tu pouvais ressentir les embruns de la mer et le fracas des vagues. Ton regard se posa vers le ciel où quelques mouettes volaient, sans t’en rendre compte, un sourire se dessina sur ton visage. Cet endroit était merveilleux.

« Votre nom c'est Shibö, monsieur? »


Tu étais plus confiant, peut-être était-ce le fait de sortir et remarquer que le village n’était pas un endroit de désastre ? Qu’ici, tout était beau et sentait bon. Rien n’avoir avec tes cauchemars. Tu baissas la tête tout en fermant tes paupières et rattrapa l’homme de quelques bons avec surtout une bonne agilité. Étrangement tu avais envi de courir rejoindre la mer et y plonger les pieds.

« Que comptez-vous faire réellement des oiseaux ? »


Dis-tu alors que vous arriviez sur le quai où quelques caissons et filets étaient posés. Par instinct, tu ouvris les bras afin d’accueillir une mouette que tu te mis à caresser. Cela te semblait si bizarre mais tout aussi familier d’avoir un oiseau auprès de toi. Tu te sentais si proche sans en comprendre le sens, peut-être que les autres avaient raison sur ton don ? Tu te mis à rire d’une voix enfantine lorsque celle-ci te picora une mèche avec douceur. Tu déposas la créature sur une caisse et rejoindre le gros monsieur, prêt à écouter ce qu’il avait à te dire.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2275-mille-oiseaux-en-cage-un-seul-s-envole-kogame-chidori http://www.ascentofshinobi.com/t2301-kagome-chidori-nid-d-un-oiseau

Mer 3 Jan 2018 - 16:29
L'approche du Port eu comme un effet positif sur le jeune homme. Sans doute l'odeur de la merde, le bruit des vagues qui venaient frapper la bâtisse portuaire, les quelques mouettes qui volaient à proximité, sans grande peur. Il ouvrit enfin les yeux, afin de pouvoir observer le décors. Lui qui visiblement rêvait d'incendie, ne pouvait qu'être rassuré de votre cette beauté qu'est le Port Nagamachin.

« Ouais gamin ! Tonton Shibö. »


Il prenait confiance, tant mieux, car ça confiance, j'en avais besoin pour qu'il travaille soigneusement. Je comptais beaucoup sur ses facultés, et je pouvais même en avoir un avant goût, jetant un petit coup d'oeil derrière moi, il "sympathisait" si je puis dire avec un volatile. Ce dernier lui picorait même une mèche de cheveux. C'était meugnon. J'avais qu'une envie, c'était de bouffer ce poulet, bordel j'avais la dalle, mais bon, j'allais pas le traumatiser plus que ça le pauvre.

« Bah tu vas faire un élevage, comme ça on pourra nourrir nos gars, ça manque de volailles sur l'île du coup les ouvriers pètent la dalle. »


J'crois qu'il avait pas tellement apprécié la blague. Relax, c'était pas du premier degré hein. Bon pour la peine il allait aussi falloir que je lui apprenne le sens de l'humour. Que c'est susceptible les gamins de nos jours, franchement.

« Ahahahah. Mais non j'plaisante, rolala aucun humour. Je t'ai dis, nous avons besoin d'eux sur place, afin qu'ils s'occupent d'une surveillance constante par les airs, car des petits connards s'amusent à foutre le bordel sur nos chantiers. Du coup, en les dressants bien, ils pourront nous avertir quand il y aura un malotrus qui viendra nous emmerder, et du coup, sanction pour lui et ses potes. Rien de plus. Une unité de soutien quoi. »


Nous arrivions devant le navire qui allait nous emmener vers l'île d'Uka. Je le connaissais pas celui là, il arborait le nom de Bobby. Pourquoi ce nom ridicule ? Une idée de Shinichi à tout le coup. Tant pis. Nous mettions pied à bord dans ce fameux Bobby, saluant le mousse qui allait nous emmener sur l'île, et immédiatement, je lui demandais si y'avait de la bouffe à bord. Négatif m'annonça le moussaillon. Eh merde, un trajet sans bouffe, j'allais devoir taper dans mon fut. Santé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2190-la-montagne-de-kiri-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u383

Uka: La sécurité venue du ciel [Chidori]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: