Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Arcanes ancestrales | PV Hoshino Watari


Jeu 4 Jan 2018 - 19:32
Arcanes ancestrales
Eirin & Watari

Elle tentait de se calmer. De faire des efforts. De comprendre ou plutôt réapprendre les enseignements qui avaient été les siens dans son enfance. Cela faisait plusieurs nuits d’affilés que la genin d’Iwa, la samouraï avait repris la méditation, espérant faire naître la guerrière qu’elle désirait devenir. Par plusieurs fois, la fatigue l’avait emportée, l’ennui également. Pourtant elle s’astreignait à ses longues heures de silence, sa lame non pas à sa ceinture mais posée sur son lit, devant sa maîtresse en tailleur. Un matin comme les autres, elle avait pris sa plume et sur une simple carte blanche, avait envoyé un message à son cousin. Des lettres finement calligraphiée malgré l’évidence d’une écriture rapide et instinctive. « Si tu as du temps entre le temple et tes activités de Jônin, demain, je retourne aux hauts-plateaux. »

Il comprendrait son désir de recroiser le fer. La demande n’était pas évidente, mais Eirin n’était pas femme à supplier. Non, elle préférait qu’il vienne uniquement s’il était prêt à l’entraîner, à être sérieux dans leur art et dans le désir d’Eirin de maîtriser les arcanes de son clan. C’est ainsi qu’elle l’attendait de nouveau, debout, face au soleil levant. Une légère brise soulevait ses cheveux pâles et ses deux mains à sa taille, seule une légère tunique la couvrait du froid mordant de l’hiver. Elle espérait que ce jour serait le bon, et que la nuit prochaine, elle pourrait contempler sa lame, fière de maîtriser l’art de ses ancêtres.

Mais pour cela, il fallait que le village caché de la roche n'ait pas déjà volé la matinée du samouraï et jônin.




Dernière édition par Hoshino Eirin le Jeu 4 Jan 2018 - 21:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Jeu 4 Jan 2018 - 21:35
Le vent se leva et comme si le tonnerre s’apprêtait à gronder, Watari apparut devant elle. Le moins que l’on puisse dire, c’était que cette vitesse de déplacement lui était aussi utile pour se déplacer dans le village que ne l’était le nombre de ces déplacements. Ironiquement, il avait acquis cette vitesse au moment où on lui demandait d’être partout et nul-part à la fois. Cela l’entraînerait probablement à rester en bonne condition physique et de s’adapter aux efforts qu’impliquait de telles efforts.

Elle était toujours la même de l’extérieur : sa tenue dénotait avec celle des autres shinobis, mais elle demeurait une magnifique femme qui ne laissait probablement personne indifférent, dans ce village. Pour le meilleur, comme pour le pire. Comme convenu, je t’ai promis de venir t’enseigner ce que tu désires savoir, si tu t’en sentais prête. Car la condition était toujours la même : si elle voulait apprendre à trancher avec force et vitesse, elle devrait apprendre à faire le poids de son cœur aussi petit que possible et le laissait libre d’être. Des conditions qui semblaient paradoxales au premier abord, se révélaient être complémentaires et nécessaires pour ceux qui souhaitaient devenir les meilleurs. Alors dis-moi, Eirin… Il était pendu à ses lèvres. Il attendait ce moment où il la verrait devenir encore plus forte qu’elle ne l’était déjà. Le moment où elle pourrait faire brûler avec fierté et détachement son cœur dans une tempérance pleine d’humilité.

Dis-moi, belle lionne opaline aux cheveux de platine, as-tu compris le fragile équilibre d’un cœur décidé et à la fois détaché ? Lui demanda-t-il, à la fois avec un sourire affectueux qui montrait l’espoir qu’il fondait en elle.

Spoiler:
 


Dernière édition par Hoshino Watari le Jeu 4 Jan 2018 - 22:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Jeu 4 Jan 2018 - 21:53
Arcanes ancestrales
Eirin & Watari

« Quelle vitesse ! Je vais presque croire qu’à la course, tu saurais battre un éclair. » Elle sourit doucement, lui faisant face même si elle ne possédait pas la même aisance physique que son cousin. Il lui annonça l’intention de sa visite, celle qu’elle espérait, celle pour laquelle elle lui avait fait parvenir cette note, ce rendez-vous. Rapidement, attrapant ses propres mains dans son dos, elle lui répondit, les derniers jours bien présents dans son esprit « La lionne a bien médité, comme lui avait demandé de le faire par plusieurs reprises son grand-père. » Sauf que par le passé, cet exercice aussi noble soit-il à ses yeux, lui semblait inutile dans l’art du combat au sabre.

Prenant appui sur sa jambe porteuse, elle planta son regard dans le sien, sans dégainer pour autant, le regard avec conviction et détermination. « J’imagine que c’est à toi de me le dire, un regard extérieur m’est toujours bien plus utile que ma propre réflexion égocentrique. » Après tout, il la connaissait suffisamment pour se faire une idée. Cependant elle espérait le surprendre et qui sait… Peut-être arriverait-il à lui prouver qu’elle possédait bel et bien se potentiel.

Faisant un pas vers lui, elle lui sourit malicieusement, ajoutant « Par rapport aux précédentes matinées, mon cœur se sent prêt à essayer, à se laisser aller à tes explications. Mais c’est à toi, mon puissant cousin que je fais confiance pour me guider. »



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Jeu 4 Jan 2018 - 22:31
Celui qui me l’a enseigné était lui-même surnommé comme tel. Lui rétorqua-t-il doucement avec le sourire amusé. Cependant, si elle semblait avoir véritablement suivi ces indications, à savoir médité pour mieux contrôler son cœur, elle ne semblait pas réellement avoir le courage de lui dire si elle avait progressé. Doutait-elle encore de ses capacités ? Ou avait-elle échoué à parvenir à cette fin ? Il en doutait. Pourtant, elle s’en référait encore à lui et son regard extérieur. Elle semblait effectivement détendue, de l’extérieure et les épaules de la jeune femme en témoignait, de même que sa posture, assez ouverte, malgré qu’elle s’était mise en conquérante sur sa jambe droite. Hélas pour toi, Eirin, je ne peux pas sonder ton cœur d’un simple regard. Si tu me sembles ouverte et détendue, le souffle maîtrisé, il n’en demeure pas moins que j’attends que tu me décrives ce que je t’ai fait chercher.

Si jamais, elle ne savait toujours pas, il pouvait encore attendre avant de lui enseigner. La différence de vitesse d’exécution de la technique qu’elle souhaitait apprendre résidait essentiellement dans le cœur, c’est pourquoi il insistait tant sur l’importance de ces préparatifs. Lui, il avait appris par lui-même en tâtonnant de longues années et avait fini par comprendre l’essentiel grâce à son voyage à Shitô. Il était donc important pour elle qu’elle comprenne aussi un peu par elle-même pour qu’un jour, elle puisse devenir encore meilleure. S’il la guidait trop, il risquait de nuire à la maîtrise du sabre de sa cousine, ce qu’il ne souhaitait pas, bien évidemment. Je te montrerais donc la différence en pratique, même si tu ne pourras la saisir que par les réflexions de ton cœur, Eirin. Vois-tu ces fleurs qui volent avant l’arrivée de l’hiver ? Elles me serviront de cible.

Inspirant un grand coup pour préparer ce qu’elle souhaitait voir, Watari dégaina et trancha une feuille en plein vol, sans effort. Son geste était précis, rapide, déterminé : elle se scinda en deux, parfaitement en son centre. Reprenant une posture détendue en rangeant son sabre, le jeune samouraï du clan au champ étoilé se remit en position et ferma les yeux. Le vent se leva, alors que les yeux bas, dans une posture pourtant aveugle et pleine d’ouverture, il s’exécuta. Une pulsation d’énergie spirituelle accompagna son sabre alors qu’une feuille et plusieurs de ses consœurs furent coupées par sa lame et une onde de vide.

La différence résidait dans la vitesse d’exécution. Watari semblait ne plus avoir eu qu’une feinte présence, alors qu’il s’était mis en posture pour couper. Ce n’était pas qu’une simple tranche, c’était quelque chose qui s’approchait déjà du domaine du mystique, tellement cette tranche avait été rapide et menée avec précision, malgré tout. J’espère que cela t’aidera à confirmer ta réponse, car je ne peux rien faire de plus pour t’enseigner ce que tu souhaites apprendre, Eirin. Dis-toi que les légendes racontent que Masamune pouvait trancher de manière encore plus impressionnante que ce que je viens de te montrer, Eirin.

Il lui sourit, avant de lentement ranger son katana avec grâce pour la regarder du regarder et lui demander du regard si elle se sentait prête à relever le défi.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Jeu 4 Jan 2018 - 22:47
Flamme éternelle
Eirin & Watari

Elle osa enfin. Juste avant qu’il ne lui fasse sa démonstration, elle lui parla. D’elle. De ses efforts. De ses désirs. « J’ai repris le chemin de la méditation de notre clan. Si le cœur me semble plus apaisé, j’ignore si la tranche sera aiguisée. » Autant que la sienne. Il était impressionnant, toujours un peu plus depuis qu’elle l’avait rencontré. Voyant les pétales valser plus légèrement car découpés, elle eut de nouveau une crainte. Simple. La peur de ne pas être assez puissante, la peur de faillir. Elle fit un pas vers l’avant, devançant le jeune homme de peu.

Fermant les yeux, la jeune femme chercha à se remettre dans les mêmes conditions que la nuit précédente. Yeux fermés, le noir envahissant ses sens, le vide se faisait désiré. Pendant de très longues minutes, la jeune femme resta ainsi immobile, comme figée dans sa méditation comme déconnectée de la rage qui l’habitait habituellement. Puis doucement, ses doigts se glissèrent le long de la garde de son katana. Les serrant doucement, elle ne pouvait plus reculer. C’était maintenant ou jamais. D’un coup, ses lèvres se courbèrent dans un sourire et ses yeux azurés se rouvrirent. Vivement, la lame fila, tranchant le vent avant de percuter un pétale qui se sépara en deux, brisé à jamais. Le mouvement se termina quand la pointe de la lave se trouva à quelques centimètres du sol seulement.

Sans se retourner, sans ranger sa compagne d’acier dans son fourreau, elle sourit un peu plus, son visage en partie caché par ses cheveux platine. « A quel point tranchait-il plus vite ? » Une pique par rapport à son propre caractère enflammé. Elle venait de toucher du doigt un de ses rêves, mais la grandeur était fermement ancrée dans son cœur.

Spoiler:
 



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Jeu 4 Jan 2018 - 23:04
Watari sourit en la voyant faire. Elle s’approchait de ce qu’elle souhaitait faire et avait saisi l’essence du mouvement, probablement grâce à la méditation et ce qu’elle venait de voir. Elle n’avait sûrement plus hésité, comme elle semblait le faire jusqu’à présent. Ce n’était pas tant qu’un simple mouvement, mais réellement l’alliance d’un état d’esprit. Si le produire ici, en circonstance de sécurité était déjà compliqué, le jour où un adversaire, comme, pêle-mêle, avait pu l’être Chôgen et son géant de foudre, ou le fulgurant félon, Raonaka Ao, et ses poings, aucune hésitation ne devait se faire ressentir. Sinon, le risque était grand d’offrir une ouverture à son adversaire. Car plus une tranche était rapide, plus celle-ci approchait dangereusement le samouraï de son adversaire et de sa potentielle lame.

Lame qui pouvait tout à fait être dangereuse en cas de mouvement raté, ou ralenti par un cœur plein de doutes. Pas mal du tout, pas mal du tout, Eirin. Tu es sur le bon chemin. Cela étant, il te faut t’entraîner à reproduire ce mouvement toute la journée si besoin. Tu ne dois pas désirer le vide, tu dois être le vide ou comme tu le fais à présent, t’en approcher. Et tant le mouvement, que sa vitesse, sa précision et cet état d’esprit doivent devenir quelque chose d’aussi naturel que de respirer pour toi, si tu souhaites maîtriser cette technique. Il avait repris un ton professoral, mais celui-ci prouvait bien à Eirin que même si elle connaissait désormais cette technique à la fois pour l’avoir observé et probablement ressenti par l’expérience, elle devait encore travailler dur pour que le jour venu, son être soit prêt à être à la hauteur de l’héritage dont elle voulait se saisir.

Quant à notre ancêtre… J’imagine qu’il pouvait trancher aussi vite que je peux me déplacer dans le village. Et c’est bien là que tu dois comprendre à quel point le fossé entre lui et moi est grand. Se déplacer, c’est une chose, mais trancher aussi vite est une toute autre affaire. Et il était bien au courant de cette complexité pour n’avoir pas su dépasser la vitesse qu’il venait de lui montrer. Si Watari, grâce à l’expérience, était capable d’être plus rapide qu’Eirin pour le moment, elle finirait par le rattraper, il n’en doutait pas. Mais s’il souhaitait encore s’améliorer, il allait probablement devoir encore parcourir du chemin et devenir un guerrier à la hauteur de l’époque des troubles qu’avait affronter leur aïeul, Hoshino Masamune-no-kami…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Jeu 4 Jan 2018 - 23:19
Flamme éternelle
Eirin & Watari

Ce n’est qu’une fois les explications terminées que la bretteuse de redresse et rangea sa lame dans son fourreau, d’un geste mécanique avant de se retourner vers Watari. Les lèvres trahissaient un sourire toujours présent bien que plus discret. Oui, en cet instant, elle semblait heureuse en entraînement où à l’évocation de sa force, voire de ses progrès. Pour la première fois depuis plus d’une décennie, elle avait l’impression de commencer à mériter la voie du guerrier. Sa mère avait tenté de la convaincre de travailler auprès de Sakuya avec Torahime, que la voix de la médecine convenait mieux pour une jeune femme habile, féminine mais désireuse d’aider son clan dans l’art de la guerre. Mais non, obstinée, elle avait toujours désiré attraper un bokken pour s’entraîner auprès de Watari, Katsuo ou encore Akihime. Et aujourd’hui elle avait l’impression de se lancer pleinement dans ce chemin qui était le sien.

Face à lui, elle gardait sa main sur sa garde, comme pour montrer qu’une étape franchie ne suffirait pas et qu’elle en avait conscience. Mais pour la première fois, elle s’inclina face à lui, respectueusement, comme un élève face à son professeur. « Merci pour tout ce que temps que tu as passé avec moi, à m’apprendre et me supporter. » Puis elle se redressa, un grand sourire sur ses lèvres. « S’il tranchait aussi vite que tu sais te mouvoir, alors je m’entraînerais toujours plus ! Jusqu’à un jour être capable d’effectuer une tranche parfaite ou… Te surprendre comme tu sais si bien le faire ! » Faisant référence à toutes ces fois où il apparaissait devant ou derrière elle, comme par magie.

Le soleil avançait dans le ciel sans qu’ils ne s’en rendent compte. Mais malgré son grade, elle était contente qu’il prenne le temps de lui enseigner un tel arcane.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Jeu 4 Jan 2018 - 23:44
Au moins, elle semblait particulièrement heureuse des progrès accomplit et de la manière dont il lui avait enseigné les choses. Cela renforçait sa sensation d’avoir était un sensei à la hauteur et de pouvoir mener des disciples vers une maîtrise plus élevé. Peut-être qu’à l’avenir, il aurait l’occasion de reprendre officiellement l’enseignement du sabre à un plus grand nombre de disciples ? Maintenant qu’il avait nettement progressé, peut-être parviendrait-il à être plus connu et avoir plus de succès ? En tout cas, si parfois, il avait la sensation d’être celui qu’il était dans le passé, il revoyait la belle et pétillante Eirin de son enfance, celle qui s’enflammait et s’enhardissait d’une détermination heureuse lorsqu’elle travaillait dure et qu’on la félicitait de ses progrès. Et cette magnifique vision valait amplement le temps passé à lui enseigner. Le bonheur des autres était parfois, la plus belle des récompenses pour un professeur, quand celui-ci naissait de l’enseignement et des efforts récompensés.

J’attendrais ce jour avec impatience, Eirin. Je suis sûr qu’un jour, tu seras connue pour ta force et ton courage. Et je serais là pour t’aider à construire cette légende qui est la tienne. Il sourit, ne préférant pas relever cette remarque qu’elle lui faisait sur le fait d’avoir pris du temps pour elle : c’était à la fois normal et à la fois un plaisir pour lui que de passer du temps avec la lionne au yeux d’aigue-marine et aux cheveux platines. Quant à moi, je compte devenir encore plus fort pour protéger ce beau sourire qui est le tiens et celui de tous ceux que j’aime. Cela dit, de tels projets nécessitaient sa présence à de nombreux endroits et à de nombreuses reprises un peu partout dans Iwa. Il y avait encore des travaux à faire pour que le chantier du grand temple des samouraïs, forteresse de l’honneur qu’il souhaitait faire construire, puisse être lancé. J’ai à faire, mais je te retrouve ce soir pour le repas, Eirin !

Il s’approcha doucement d’elle et lui vola un baiser. L’avantage de ce haut-plateau, c’était au moins l’anonymat et la tranquillité, alors il serait sot de ne pas en profiter une toute dernière fois. Pourtant, alors que leurs lèvres de soies se relâchait, il disparaissait aussi vite qu’il était venu, avec pour seule pensée qu’il devrait faire attention. C’était peut-être comme ça que son rival, Hanzo, avait fini par obtenir son surnom… Et il ne souhaitait pas qu’un amalgame puisse exister et être fait, le concernant…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Jeu 4 Jan 2018 - 23:53
Flamme éternelle
Eirin & Watari

Ses lèvres frôlèrent les siennes et il disparut de nouveau. Certes, l’effet de style marchait très bien cependant… Avait-il oublié la base des politesses de Tetsu no Kuni ? Enfin, Eirin s’en amusa. Au moins il semblait plus heureux maintenant que tous les fois où elle avait pu le contempler par le passé. Il lui avait parlé de devenir plus fort et par son exil, par sa rencontrer avec de grandes samouraïs fiers et puissants, Eirin possédait à présent ce même désir. Ce lui de voir son corps se renforcer et son esprit rebelle devenir plus affuté avec le temps. Mais sans perdre ce feu qui était le sien.

Son regard balaya le haut-plateau, celui sur lequel elle comptait passer une grande partie de sa journée. Déjà dans l’esprit de la flamboyante jeune femme quelques idées de techniques combinées entre elles lui venaient à l’esprit… Nul doute que dès qu’elle saurait totalement maîtriser l’art de la tranche presque invisible par sa vitesse d’exécution, elle continuerait ses entraînements quotidiens afin d’allier totalement l’art des samouraïs avec celui du feu. Et pour un jour réussir à égaler et surpasser Kazan. Pour que son clan soit fier de la compter non pas comme femme Hoshino mais comme samouraïs. Au même titre que Watari et Katsuo.

Il restait encore tant de travail mais… Elle y arriverait. Pour elle-même, pour vivre sa vie pleinement et prendre sa revanche sur son passé glacial. Pour continuer de faire prospérer la grandeur du nom des Hoshino. D’ailleurs il avait évoqué le diner de la soirée, auquel Reisei, Takazane et Sakuya allaient devoir participer… Oui, pour le bien des Hoshino, elle fallait qu’elle devienne aussi rapide que Watari pour les sortir des bars et des femmes vers les terrains d’entraînement.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Arcanes ancestrales | PV Hoshino Watari

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: