Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Retrouvailles [pv Itagami]


Jeu 4 Jan 2018 - 22:00
Exténuée...

Encore une fois, tu te retrouvais croulant sous le boulot et tu n'avais rien trouvé de mieux pour te détendre que de régler quelques affaires à la demeure des Metaru. Parler avec quelques uns de tes subordonnés en priorité, puis éventuellement profiter de l'immense espace en extérieur pour reposer ton corps. Celui-ci n'avait pas dormit depuis plusieurs heures déjà, et tu te retrouvais à faire ce genre de chose bien trop souvent...

Marchant d'un pas plutôt assuré néanmoins, tu voguais à travers la demeure à la recherche des différentes personnes avec qui tu devais communiquer. Au final, tu passas une bonne partie de la matinée à échanger quelques ordres, quelques informations... De plus, cela te permettait de montrer un peu plus ta présence au sein du clan. Toi qui tendais à devenir plus ouverte vis-à-vis des autres et notamment ton clan, te devais de faire ce genre de chose plus ou moins quotidiennement afin de renouer des liens détruis depuis longtemps.

Après quelques heures à voguer à travers la demeure, voilà que tu tombais sur une Metaru que tu n'avais pas quitté en très bon terme la dernière fois. Tu ne l'avais pas vu depuis le sommet, et de ce que tu avais pu récupérer en information, celle-ci avait passé un très mauvais moment sous le joug de l'ennemi. Elle s'était ainsi retrouvée à devoir combattre les iwajins contre son grès... Du moins, c'était ce que les rapports contés...

Entrant dans la pièce où elle se situait, tu ne fis que la saluer... Tu n'avais pas vraiment les formes pour engager une bonne conversation.

- Bonjour Itagami.


En réalité, tu étais à la recherche d'une quelconque nourriture pour te sustenter. Ton corps ne carburait pas seulement à la colère et à la volonté. Il avait des besoins primaires comme tout le monde.

- Comment ça va depuis la dernière fois ?


Plissant les yeux, tu n'oubliais pas qu'elle avait totalement jeté l'éponge sur son entrainement. Mais tu avais fini par passer à autre chose, nul doute que les échanges effectués entre toi et elle lui avaient servit d'une manière ou d'une autre. Peut être aussi que c'était une des raisons qui lui avait permit de survivre face à la terrible épreuve du sommet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 4 Jan 2018 - 23:58

Des balises sous les yeux, les mirettes rivées sur deux parchemins à la fois tandis que je prenais des notes sur un troisième, je m’égarais encore et toujours dans les mers sans fond du Fuuinjutsu… dans un premier temps j’avais eu du mal à croire maitre Nara qui me disait dans un premier temps de l’éviter à tout prix, qu’il s’agirait certainement de la fin de mon apprentissage en tant que Kunoichi si je m’y lançais, puisque cet art avait vu naitre et périr des individus qui y avait passé leur existence tout entière… mais comment pouvait-il en être autrement ? Il mélangeait à la fois maitrise de son énergie et planification préventive de l’utilisation de celle-ci. Du moins dans sa forme la plus rudimentaire…
De ce que j’avais appris et compris au fils de mes recherches, les plus chevronnés parvenaient à distordre l’espace et le temps avec ces glyphes, non pas en se basant sur des écritures anciennes, mais en créant leur propre glyphe après avoir compris et maitrisé l’essence de leur domaine… voyager à travers des sceaux… en voici une idée qui me paraissait farfelue, mais s’était probablement justement parce qu’elle me paressait aussi folle que je n’arrivais pas à mettre le doigt sur sa compréhension… et après tout-là n’était point mon sujet.

Le contrôle, le stockage et la programmation d’autrui… oui, littéralement transformer un individu en marionnette-là étaient les bases de mes recherches. Non pas parce que les sujets en eux même étaient mon objectif… non, parce que j’étais prisonnière de ce type de glyphe et cherchaient à m’en débarrasser avant qu’ils ne me poussent à commettre un jour l’irréparable.
Depuis que j’étais revenue de l’attaque u sommet des kage, depuis ma confrontation avec Sora chan, je me retrouvais encore aux arrêts. Non pas pour cause de blessure cette fois-ci, mais à l’instar de Shojito et de sa surconsommation de chakra, j’étais forcée au repos en attendant que mes réserves puissent se rétablir de l’abus auquel je les avais soumises. Bien entendu il était hors de question de zapper l’entrainement matinal, aussi j’y avais juste supprimé les passages puisant dans mes réserves, mon infirmière étant particulièrement tatillonne avec moi depuis le jour où j’avais moi-même refait mes points de sutures, je préférais éviter de me retrouver en froid avec mon médecin traitant…


Finalement ce repos forcé n’était pas plus mal, il me permettait de profiter de Kuu qui présentement prenait ses cours quelque pièces plus loin et me laissait le temps de me plonger dans ce micmac de données… était-il un seau qui me permettrait d’éviter d’être contrôlée comme je l’avais été ? Existaient-ils des glyphes capables d’en bloquer d’autres… et surtout subsistait-il une technique à même de passer outre des glyphes restrictifs déjà posés ? Ne serait-ce que supprimer celui qui sur ma langue m’empêchait de communiquer des informations trop sensibles sur ma situation aurait été d’une grande aide…
Ironiquement à cet enchainement de questions j’avais déjà des réponses… elles étaient toutes positives. Seulement… encore fallait-il suffisamment maitriser son sujet pour ne pas transformer l’équivalant d’une clé libératrice en un piège mortel.

– Bonjour Itagami. avait fait une voix familière en m’arrachant à mes études. Intriguée je levai la tête pour finalement tomber sur la dernière personne dont j’avais véritablement besoin actuellement…

– Bonjour Reiko… répondis-je sans grande conviction à la blonde qui venait de rentrer dans la salle d’étude… enfin la salle que j’avais transformée en salle d’étude.

J’avais eu vent du fait qu’elle faisait des efforts pour sociabiliser avec le reste du clan, des bruits de couloir disaient que Shuu allait peut-être remettre à sa sœur la gestion de celui-ci. Cependant… après notre dernière rencontre, comment vouliez-vous que je reste neutre à son égard ? Ou essai véritablement de la comprendre ? Lorsqu’elle n’avait pas ne serait-ce qu’essayé de faire de même…

– Depuis la dernière fois... que tu m’as traité de tous les noms, car j’avais d’autres priorités ? repris-je en essayant de me replonger dans mes documents alors que je percevais encore sa présence sur le pas de la porte. Me saisissant d’une des nombreuses barres vitaminées que j’avais gardées à portée de main pour tenir le coup durant ces séances d’apprentissage accéléré je tachai au mieux d’éliminer toute forme d’animosité de ma voix… m’enfin, s’était surtout la fatigue qui y subsistait présentement. disons que je suis relativement débordée… comme tu peux le voir, depuis que nous nous sommes séparées je m’évertue encore à apprendre le Fuuin dans sa nature la plus profonde… Levant finalement la tête de ma documentation, je demandai la pareille… après tout mon éducation m’empêchait de faire autrement. et de ton côté… comment vas-tu ? Reiko …

_________________


Enceinte de 4 Mois 1/2

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Jeu 11 Jan 2018 - 23:59
Soit...

Elle ne semblait pas avoir fait table rase de ce qui s'était passé entre-vous la dernière fois. Celle-ci vint même à te reprocher les diverses insultes que tu avais porté à son égard. Était-elle une gosse ? Elle n'avait qu'à grandir si ce genre de chose la touchait réellement. De toute manière, tu n'avais pas à t'excuser, quand bien même tu tentais de te cacher. Tu refusais de ployer le genou et tourner le dos face à certaines de tes convictions. Pour toi, à lâcher trop rapidement, on ne faisait que reculer. Combien de fois avais-tu cassé ton poing avant d'arriver à porter des coups sur cette roche autrefois bien trop solide...

Soupirant, vous aviez beau posséder une certaine génétique en commun, vous n'étiez clairement pas fait du même métal. Ironique lorsqu'on parlait de Metaru... Tans pis, tu haussais les épaules et te contentait alors de balayer ton regard dans divers endroits, toujours en quête de vivre. Si elle faisait la gueule, tu n'allais pas non plus lui rajouter des raisons de t'en vouloir.

Arquant un sourcil tandis qu'elle te parlait, tu avais tiqué sur sa volonté d'apprendre le Fuinjutsu. Étonnant, encore une fois, la situation actuelle tendait à prouver que vous ne fonctionniez clairement pas de la même manière. Si toi, dépourvue de talent à l'origine, t'étais forcée à maitriser les arcanes du Taijutsu et uniquement celui-ci. Celle-ci semblait tentait de diversifier ses approches pour être plus polyvalente et pouvoir répondre à davantage de situation. Pourtant tu le savais, elle avait encore beaucoup à apprendre en terme de Taijutsu. Elle était douée bien qu'ayant un certain manque de volonté apparent...

Mettant la main alors sur un morceau de brioche, tu le portais à ta bouche tandis que tu l'écoutais te renvoyer la politesse. Toujours un sourcil arqué, tu fixais les quelques livres qu'il y avait sur la table et qu'elle s'était certainement donnée la peine d'étudier. Pourquoi avait-elle besoin d'entreprendre ce genre d'évolution soudaine ?

- Mieux que certains apparemment.


Ta voix était moins brutale qu'à ton habitude, bien que toujours aussi neutre dans sa tonalité. Tu laissais pas les émotions transpirer dans celle-ci, mais au moins tu lui soulignais que tu n'allais pas lui sauter à la gorge à chaque instant. Tantôt, dans un passé pas si lointain, tu l'aurais certainement fait... Mais bon... Tout le monde était en droit de dévier de sa routine.

- J'ai vu les rapports te concernant ainsi que Nué.


Au final la solution t'était parut claire tout naturellement. Elle avait passé un très mauvais quart d'heure à se faire controler par l'ennemi. Aucun doute qu'elle voulait à tout prix éviter de remettre ça une nouvelle fois. Tu savais initialement qu'elle s'intéressait à la pratique du Fuinjutsu, mais son intérêt pour le domaine devait certainement être nourri par ce besoin maladif d'assurer ses arrières dans un futur imprévisible.

- Je ne suis pas certaine que tu trouves la solution que tu cherches dans ces livres. Enfin... Si t'as besoin, j'ai beau t'avoir insulté de tout les noms d'oiseaux comme tu le dis, je t'ai jamais fermé mon aide.


Et c'était vrai. Tu avais accepté sa demande de t'entrainer. Tu pouvais encore accepter sa demande d'aide dans sa quête de sécurité. Il y avait différentes solutions pour un même problème. Tu ne l'avais compris que depuis très peu. Seule et dans son état encore impacté par les précédents évènements, elle allait certainement avoir du mal à se frayer un chemin vers la vérité.

- Enfin...


Elle faisait ce qu'elle voulait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Ven 16 Fév 2018 - 14:51

Un sourcil levé durant ma pause forcée, j’observais Reiko sans un mot. Après tout il y avait peut-être une forme d’évolution, il y a quelque temps cette affirmation comme quoi elle m’avait insulté aurait provoqué soit une nouvelle ribambelle d’insultes, soit un mouvement violent quelconque à mon encontre… Cependant on restait encore loi de l’individu modèle, celui sachant mettre sa fierté de côté pour ne serait-ce que mieux vivre en société… et apprendre à présenter des excuses lorsque celles-ci se présentaient comme étant nécessaires.
En effet, sa fuite en avant était assez surprenante sur ce sujet, la jeune fille avait délibérément ignoré mon intervention pour ne se concentrer que sur la réponse suivant celle qui nous avait laissés en froid depuis la dernière fois.

* Ainsi donc, elle préfère fuir ses responsabilités plutôt que de les affronter… * Comment comptait-elle regarder ses frères et sœurs en face en cas de discorde de clan, si elle préférait fuir ce genre de difficulté maintenant… ?

Je poussai un bref soupire avant de rouvrir d’une main le document dans lequel j’étais plongée quelques minutes au paravent, cherchant encore à comprendre la corrélation entre deux symboles qui dans un document étaient décrits comme incompatibles, mais l’étaient dans un autre, leur fusion étant même la base de la plus par des sceaux utilisés dans le second bouquin.
Dans le même temps, j’entendais Reiko parler de l’incident du sommet, celui-là même qui nous avait fait frôler l’incident diplomatique… contrôlé ou pas. Mes sourcils se froncèrent quelque peu à l’évocation de ces sombres souvenirs, qui n’avais finalement de véritablement ardus que les idées et possibilités qui auraient pu en découler. Le regard perdu dans mes écrits un instant, me remémorant un combat dans lequel j’avais perdu pied, j’étais finalement heureuse d’être arrivée à court de chakra… cette panne sèche était fort probablement la raison pour laquelle ne n’avait point poussées ces écailles que je redoutais présentement, mais ne n’arrivais plus à m’enlever de l’esprit. M’enfonçant de plus en plus dans mes souvenirs, c’est lorsque leur éclat d’obsidienne teinté de vermeil me revint en tête que la voix de ma cousine me tira de ces pensées ; tachant de me faire comprendre que mon actuel sujet d’étude ne serait d‘aucune aide dans le cas où je recroiserais un individu capable de m’affecter comme cela avait été le cas durant le sommet.

- Dans ces livres… probablement non… Murmurai- je en fermant celui que je feuilletais avant de me mettre à la recherche d’un autre pour corroborer une information lue dans le précédant document. Ce sceau n’existe probablement pas encore, mais cela ne veut pas dire qu’il est impossible à écrire… poursuivis-je d’un air absent en tirant d’une grosse pile de livres l’ouvrage désiré. Et pour pouvoir écrire le sceau que je veux… il faut maitriser ce langage. poursuivis-je en agitant le livre vers sa direction avant de l’ouvrir pour continuer mes recherches. Qui plus est… cette occurrence est loin… très loin d’être… la raison pour laquelle je m’acharne sur l Fuuin jutsu… Fimarmonai-je en cherchant dans la table des matières le sujet qui m’intéressait.

Je restai silencieuse un temps concentré sur mes recherches et les différents sceaux qui me faisaient captive de mes chaires avant de m’écrier subitement : Hein quoi ?! Je ressassais en parallèle ses dires dans ma tête et venait de comprendre la dernière phrase. Reiko l’asociale ne pensant qu’à elle-même venait de me proposer son aide ?
Je l’observai un temps bouche bée, cherchant à comprendre s’il s’agissait véritablement de la même fille qui préférait passer son temps à frapper contre une roche en en pisser le sang, plutôt que de ne serait-ce qu’adresser la parole à un tiers qui me proposait son aide… Interloquée, un peu perdue, je finis par secouer la tête pour remettre mes idées en places.

- … tu as des notions en Fuuin jutsu ? Lui demandai-je alors, pas vraiment dans l’espoir premier d’être aidée, mais plus dans celui de voir s’il s’agissait ou non d’une plaisanterie de mauvais gouts. Après tout elle venait d’avouer m’avoir insulté, mais ne semblait toujours pas prête à admettre qu’elle était dans le tort d’être allé si loin.

_________________


Enceinte de 4 Mois 1/2

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Ven 16 Fév 2018 - 15:16
Contrariée...

Elle l'était clairement, même toi tu étais capable de sentir son irritation. Apparemment, elle n'arrivait toujours pas à tourner la page soit... Néanmoins tu dénotas une once de changement lorsqu'elle percuta face à ta dernière proposition. Cela l'étonnait vraiment que tu lui proposes ton aide ?

... Un soupir plus tard, tu te décidas néanmoins à lui répondre...

- Pas vraiment en réalité. Je connais quelques théories mais en pratique... Et bien.


Lui montrant ta main de manière presque démonstrative, celle-ci était représentative de ta manière de te battre. Il n'y avait plus rien de doux à travers cette chair que tu avais meurtris plus d'une fois. Haussant néanmoins les épaules, cela ne voulait pas dire que ton expérience était vain pour servir au sein du domaine du Fuinjutsu.

- Mais je peux quand même t'aider. J'ai souvent été confrontée à des ennemis qui usaient du Fuinjutsu... Ce sont clairement pas les plus agréables...


Marquant une pause, tu en vins à te souvenir de certaines confrontations où ta force brute avait faillit ne pas être suffisante pour régler les problèmes présents. Ton obstination pour l'entrainnement venait certainement de là, tu ne voulais au grand jamais arriver à un stade où tu ne pouvais plus te relever.

- Et j'imagine qu'à deux on avance plus vite que seule... En théorie.


Plissant les yeux, tu n'étais pas vraiment la mieux placer pour dire ce genre de chose. Pourtant, tu tentais de laisser à cette logique une chance. Une chance qu'elle aurait du avoir depuis longtemps dans ta tête. Toi qui jusqu'à peu, ne jurait qu'à travers la solitude. Mais les mois avaient défilé et tu avais bien changé. Même si Itagami ou toi même ne semblaient pas en être conscient.

- A toi de voir. Mais si tu m'expliques ce que tu cherches vraiment, j'essayerais de t'apporter mon soutien.


Et le pire dans tout cela, c'était que tu étais sincère. Tu n'étais pas une grande utilisatrice de la subtilité, même Itagami le savait. Pour toi qui assumais toujours tes propos sans arrière penser, on pouvait au moins s'assurer que tu disais cela avec honnêteté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Sam 3 Mar 2018 - 18:11

Hum prévisible, il était loin loin, très loin d’être étonnant que celle-ci ne se soit pas enquiquinée du fait d’apprendre un art aussi vaste complexe et fourretout que le fuuin. Ceci dit… lorsqu’elle me montra son poing, ceci ne fit que confirmer ce que je pensais d’elle. Elle savait ce qu’elle était, connaissait ses limites et ne cherchait pas plus que ça à approfondir ou pervertir son art en s’égarant dans moult autres domaines bien trop subtils pour qu’elle s’y ramollisse. C’était droit, c’était simple c’était Reiko.
Je l’écoutais donner une petite anecdote sur ce qu’elle pensait des utilisateurs de Fuuins en tant que combattante, alors que s’était développé un petit sourire aux coins de mes lèvres. Force était de le reconnaitre, par rapport à la furie que j’avais connue il y avait plusieurs décades de cela, cette jeune femme était, presque une nouvelle personne… ces deux individus n’avaient vraiment plus rien à voir. Fouillant dans ma mémoire, essayant d’anticiper les réactions d’ancienne Reiko en me basant sur ce que j’en savais, l’altercation qu’elle avait eue avec le « sans gêne » de Nué à la dernière réception et ses dernières paroles particulièrement crues lorsqu’elle quittait cette même réunion… j’en arrivai à la conclusion que celle-ci se serait probablement enflammée du fait que je m’évertue à apprendre un art qu’elle trouverait probablement dérisoire, perdu entre l’inutile et l’insultant pour tout véritable combattant s’étant forgé pour la bataille… Mieux encore, j’aurais probablement eu été affublée d’un nouveau nom d’insecte ou oiseau pour m’adonner à l’apprentissage d’un domaine aussi déplaisant qu’elle me le décrivait actuellement.

Fermant lentement mon livre en l’entendant proférer quelque chose comme « le travail d’équipe paye plus », j’eus un petit rire moqueur, non envers elle, mais contre ma propre personne. Maintenant que Reiko me paraissait plus être un mixte entre une jeune fille incomprise et une personne manquant d’un peu de bon sens, c’était finalement moi la moins mature des deux à ne pas savoir tourner la page.

- Hum non… ça va être compliqué à expliquer, je devrais te bourrer le crâne de trop d’informations inutiles pour cela ; qui plus ait c’est un sujet que moi-même ai du mal à abord… L’excusais-je en refusant poliment son aide jusqu’à ce qu’un élément plus que retentissant vienne m’interrompre, le cri de famine du ventre de Reiko.


Aussi bien surprise qu’amusée, je m’arrêtai un instant observant la coupable qui finit par pousser un soupir… visiblement décidée à assumer… les aléas d’un corps parfois embarrassant. Je dois t’avouer que je ne m’y attendais pas… Fis-je avec un petit sourire, posant enfin le livre que je tenais encore. , Mais c’est vrai que vous les très sportifs avez un métabolisme qui consomme beauco… Métabolisme… ça ne faisait pas vraiment longtemps que j’étudiais aussi la médecine, mais de là à penser que mon vocabulaire changerait à ce point.

C’est en repensant à ce sujet en particulier que me vint une idée, un sujet sur lequel elle pourrait assurément m’aider. Étant ne experte des arts martiaux, du travail au corps et de la destruction de celui de ses opposants, il était un exercice qu’elle pouvait m’aider à améliorer concernant mes recherches concernant l’irou jutsu.

- Accompagne moi à la cuisine qu’on satisfasse ton appétit et pendant ce temps tu m’aides avec un autre sujet cela te va ? Fis-je en tapant du poing dans la paume l’air de dire Eureka !

---------------------------------------

C’est en route pour les petits fours ma maison que je lui expliquai en quoi consistait l’aide que j’espérais qu’elle me procure, lui expliquant par la même occasion qu’en plus du Fuuinjutsu je m’évertuais à comprendre et mettre en pratique celui de l’irou, cependant, bien loin d’être prête à ne serait-ce que songer à malaxer mon chakra pour tenter quoi que ce soit il me fallait approfondir mes connaissances sur le corps humain…

- … et c’est là que tu rentres en action ! Fis-je en fouillant dans le frigo, sortant de celui-ci des quartiers de viande précuit, des légumes et patates pour lui faire quelque chose d’intéressant. Tu vois ce mannequin qui nous suis depuis quelque temps ? Pantin de simulation créé dans notre dos en entonnant notre marche alors que je lui expliquais ce à quoi j’aspirais… Pourrais-tu selon toi me désigner les points faibles du corps vis-à-vis des coups ?... Bon te concernant tout le corps pourrait en lui-même être un point faible… Ajoutai-je en me rappelant des capacités de la personne à qui je m’adressais. Donc disons plutôt si tu rencontrais une personne à force égale… quelles zones autres que les temps les mâchoires ou l’entre-jambes viserais-tu ? Et pourquoi ? Repris-je toujours pensive, cherchant à simuler ici quels sont les membres et organes qui seraient mis à mal, le pourquoi et le comment les guérir en cas de blessure importante…

Je pense qu’il est des points et situations que seul un combattant acharné pour créer ou viser, par expérience ou intuition… raison pour laquelle je m’adresse à toi… Fis-je en mettant une poêle au feu avant d’émincer, oignon, ail et assaisonnements diverses, tout en gardant un œil intéressé sur la seconde blonde de la pièce. Ha ! et comment taperais-tu au fait ? Contendant ? Tranche de la main ou prise ? … ajoutai-je pensive en mettant mes oignons émincés au feu, toujours perdu entre imaginations et réflexion…

_________________


Enceinte de 4 Mois 1/2

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Sam 3 Mar 2018 - 18:54
Trahie...

Enfin... Tu n'en faisais pas tout un fromage... Tu t'étais contentée de soupirer lorsque ton ventre vint à crier famine... Franchement, tu avais beau être désignée comme étant un monstre, une machine pour certains, tu n'en étais pas moins humaine. Et ta condition de vie intense à l'extrême ne te permettait pas de sauter des repas. Et tandis qu'Itagami rejetait ton aide, te pensant certainement incapable de comprendre quoi que ce soit, celle-ci vint te proposer de te faire la cuisine. Relevant un sourcil, tu haussais les épaules affichant une moue qui n'avait rien contre à l'idée. Après tout, tu étais une très mauvaise cuisinière et tu n'avais jamais aussi bien mangé que lorsque le repas était préparé par Itagami.


________

Après quelques instants, le temps de déguster le repas que l'on t'avait préparé, tu écoutais dubitative Itagami. Celle-ci, bien que ne voulant pas ton aide dans l'art du Fuinjutsu semblait t'avoir trouvé un intérêt tout autre. Alors, elle voulait que tu fasses une démonstration de tes capacités ? Du moins, elle voulait que tu lui partages ton savoir quant à la connaissance du corps humain. Enfin... Plus dans sa manière de le détruire.

- Tu sais... Avant d'être considérée comme une brute, je reste une artiste martiale.


Soupirant, il était vrai que même si ta condition physique hors du commun te permettait d'aller dans le vif du sujet, tu ne t'étais pas fatiguée durant toute ta vie à apprendre divers arts martiaux pour qu'au final, on te catégorise que comme une brute... Enfin. Tu te fichais bien de ce que les gens pouvaient penser de toi à ce sujet. Tu savais pertinemment que cela n'allait pas changer de si tôt et au final, tu t'étais habituée à cette étiquette qu'on te collait systématiquement.

T'approchant alors du mannequin tandis que tu vins à prendre une dernière bouchée, tu l'examinais. Celui-ci avait une carrure moyenne, rien d'extraordinaire... En temps normal, tu lui aurais certainement éclaté le crâne, mais là n'était pas la question. Symbolisant tes mots par des gestes, tu tentais de rendre tes explications cohérentes :

- Je tenterais certainement de viser la cage thoracique. Avec un coup suffisamment puissant et précis, tu pourrais couper le jus de n'importe quel type.


Si le type était incapable de respirer en combat, alors il était condamné à perdre voir pire... Songeuse, tu vins à regarder encore une fois le pantin fait pour l'occasion. Tu n'allais pas la laisser qu'avec cette explication.

- Si le type est beaucoup plus grand que moi, j'aurais tendance à viser les jambes, avec des coups puissants, notamment pour tenter de casser la rotule ou les chevilles. Une fois incapable de bouger voir au sol, je viserais certainement la trachée, toujours pour l'écraser.


Retournant vers le repas en question, tu venais encore une fois reprendre une bouchée, ton organisme suppliant presque cette nourriture dont tu lui privais bien trop souvent. Silencieuse pendant encore quelques secondes, tu enchaînas de nouveau.

- Une prise est utile pour neutraliser une cible sans pour autant la blesser ou la tuer. Mais de manière générale je frappe pour briser les os le poing fermé. Il parait que certains combattants utilise les paumes de la main pour te causer des dégâts internes et rompre ton circuit de chakra. J'ai déjà essayé, mais les résultats n'étaient pas concluants.


Prenant une gorgée d'eau tu te tournas alors vers ta cousine, l'air un peu perplexe.

- Tu veux que je continue ou c'est suffisant ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Lun 5 Mar 2018 - 3:09

Effectivement, je devais avouer que ce rappel n’était pas des moindres, à force de faire usage de la force on en oubliait qu’il s’agissait en premiers lieux d’un être humain, d’une demoiselle et enfin… d’une artiste. Mais là était la chose, je pense bien que personne ne pourrait lui renier ce titre, la vérité, ou plutôt les appréhensions vis-à-vis de son comportement étaient toutes autres.
Je n’avais pas vraiment répondu à cette affirmation d’ailleurs, un sourire, un signe de tête et un petit rire coupable furent à mon sens suffisants pour lui faire comprendre que même si j’étais aussi de ces personnes-là, je n’en respectais pas moins ses aptitudes martiales.

Obligée de répondre aux cris de détresse de son corps celle-ci s’était mise à grignoter alors que je finissais encore le pot-au-feu que je lui préparais, piochant de temps à autre dans les ingrédients précuits en m’expliquant le pourquoi du comment de certaine des situations qu’elle m’avait énoncées vis-à-vis des plausibilités et rencontrer un tel type ou un tel type d’adversaire. Ce petit manège avait continué un bout de temps, mes mains s’activait à finir ce dans quoi je m’étais lancée, tandis que les siennes, à la fois au four et au moulin, me mimaient ses faits et actions avant de piocher encore dans les différents ingrédients. Je finis par en sortir d’autre d’ailleurs, histoire que la casserole ne soit pas vide tandis.
Quelque pauses et réflexion avant qu’elle ne me fasse encore étalage de son art, celui de la destruction, elle avait beau dire ce qu’elle voulait, en tant qu’artiste, son œuvre n’était complète que lorsqu’au sol était sa proie. Heureusement que cuisiner était devenu une routine, une routine qui s’était presque inscrite en mémoire musculaire… sans quoi, mes mains auraient arrêté de bouger pour lui accorder toute l’attention qu’elle méritait.

-------------------------------------------

- Tu veux que je continue ou c'est suffisant ? Fit-elle en me sortant de son conte du moment.

Fin conte, c’était peut-être beaucoup dire pour énoncer différentes manières de mettre quelqu’un hors d’état de nuire. Me réveillant quelque peu alors que mon imagination travaillait encore sur la dernière simulation et en envisageait une autre avec une personne plus petite, donc avec un centre de gravité plus bas, donc à approcher d’une tout autre manière, je me surpris à voire que le pot-au-feu mijotait tranquillement et que la jeune fille avec encore de quoi grignoter.

- Au fait, j’aurais bien une question… et puis ça tombe bien ce n’est pas encore prêt. Fis-je en pointant du doigt la petite marmite.

Ça ne vous avait pas frappé ? Ou peut-être était-ce trop surprenant pour que vous vous en rendiez compte en réalité… Reiko... notre Reiko avait enchainé plus d’une dizaine de mots… ceci en soit était déjà un cas exceptionnel, mais mieux encore ; la situation ne s’y prêtait certes pas, mais elle avait tenu le speech plusieurs minutes durant sans proférer la moindre menace.
Un sourire sur les lèvres, l’observant en silence un instant, je cherchai bien mes mots, histoire d’être sure de ne pas la vexer ou la blesser, l’emmener à se refermer sur elle-même maintenant aurait été des plus dommage.

- Finalement Reiko, je dois t’avouer que tu as piqué ma curiosité… Fis-je avec un sourire gêné. Si tu veux bien m’excuser ce caprice, j’aimerais savoir… véritablement… pourquoi ? Demandai-je en m’approchant jusqu’à la distance de sécurité qu’elle m’avait jadis imposée. Pourquoi alors que notre Kekkai nous offre un panel de possibilité aussi large… pourquoi t’es-tu dirigée vers le taijutsu… qu’est-ce qui t’y a motivé pour que tu en deviennes une de ses plus ferventes pratiquantes ?

Même si ma question était des plus sincères, derrière cette manœuvre se cachait une seconde raison, je voulais l’entendre à nouveau, casser le mythe qui s’était tant renforcé autour de sa personne qu’il en était presque devenu une seconde peau. Je voulais véritablement la voir et l’entendre s’exprimer, hormis le développement que j’y percevais, s’était surtout que j’avais finalement trouvé ce qui déclenchait une forme indéniable de passion chez la demoiselle connue pour être la pire brute qui soit ; elle adorait tout ce qui avait rapport avec l’art du combat à main nue…


Ce sujet, cette main qu’elle me tendait malgré elle était probablement l’une des meilleures chances que j’avais de lui faire vivre une relation de confiance avec un tiers, relation dont j’étais certaine qu’elle avait du mal à entretenir, que dis-je, à avoir...

_________________


Enceinte de 4 Mois 1/2

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Mer 14 Mar 2018 - 19:32
- Pourquoi ?

Tu fronçais les sourcils l'espace d'un instant, grignotant toujours de manière presque instinctive le repas dont on te faisait l'offrande cet instant... Pourquoi hein... Pour toi, la réponse avait toujours été évidente, mais cela ne semblait pas être le cas de ta cousine. Cela était de toute manière le cas de personne. Même Shuuhei ne s'était jamais douté de rien avant que tu ne lui révèles la raison de tout ceci. Haussant alors les épaules, tandis que tu arquais désormais tes sourcils, tu en vins à t'exprimer.

- J'ai pas vraiment eu le choix. Je ne suis pas Shuuhei. J'ai aucun talent naturel en Ninjutsu. Et le reste je t'en parle pas... Personne ne m'a jamais rien apprit, j'ai du tout faire par moi même.


A force de t'isoler, tu ne pouvais pas vraiment prétendre à un quelconque enseignement. Ainsi, tu avais du te forger par toi même, à travers certains livres mais surtout en te forçant à vivre à travers un entrainement démentiel. Tu n'avais à la base aucun talent, tu n'avais toujours été qu'une gamine animée que par la colère. Et cette haine viscérale était ce qui t'avait donné la force d'avancer, et aujourd'hui cela était encore le cas. C'est pour cela que tu désormais tu ne luttais plus face à elle, tu l'avais pleinement accepter. Celle-ci était une partie intégrante de ton être, et très certainement la seule alliée qui ne t'avait jamais lâché durant ta courte vie.

- Et avec le monde entier contre moi, j'ai quand même dû me renforcer. Cela ne fait que très peu de temps que j'ai pu briser les chaines qui m'empêchaient de développer les autres domaines de compétence en combat.


Certainement qu'Itagami aurait pu prendre cela pour une insulte si cela avait été dit par la bouche d'une autre personne. Après tout, tu étais bien plus jeune qu'elle et tu faisais partie de l'élite de ce village. Néanmoins, venant de toi, elle était capable de discerner le fait qu'il n'y avait aucune fausse modestie, aucune arrogance dans tes mots.

- Je dois dépasser mes limites encore et encore... Et peut être qu'un jour je pourrais acquérir une certaine tranquillité...


Au final, tout tes actes étaient dictés par une simple volonté. Celle de vivre une vie paisible, dénuée d'ennemi et de parasite... Un idéal que tu ne pouvais pas réaliser tant que tu ne surpassais pas tout les fléaux de ce monde.

- En gros j'ai lutté avec ce que je pouvais.


Grignotant de nouveau, tu partais toujours d'une voix naturellement calme, voir un peu froide. C'était ta manière de t'exprimer quand tu ne vociférais pas ta haine sur le monde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mar 20 Mar 2018 - 6:23

Plus j’écoutais Reiko, plus se faisait ressentir son caractère, surtout un point particulier de celui-ci fin au vu de sa droiture s’était celui qui me surprenait le moins, mais il m’était quand même difficile d’admettre qu’elle connaissait et évitait de s’enquiquiner de ses propres limites. Reiko se détachait comme une jeune fille particulièrement réaliste, ou particulièrement terre à terre, ceci dépendait finalement du point de vue. Franche et directe son ton naturellement froid n’avait cessé de se faire entendre alors qu’elle expliquait le pourquoi du comment de sa situation en tant que combattante... c’était avec attention, beaucoup d’attention que je l’avais écoutée et avais compris, ou plutôt affinée mes déductions sur le genre d’individu qu’elle était.
La jeune Metaru connaissait ses faiblesses, avait bonne conscience de ses limites et c‘était justement ceci qui lui permettait de s’adonner de tout son être à la maitrise et l’exploitation de son art. Fronçant quelque peu le regard, remarquant par la même occasion mon manque d’objectivité, j’observais la seconde blonde de la pièce, me demandant encore ce qui l’avait poussée à devenir aussi… déterminée à atteindre cet objectif ; devenir une martialiste aguerrit ? Me concernant vous vous en doutiez bien, Tsuki chan était ma raison de combattre, la raison pour laquelle j’avais joint mes poings à ces danses macabres, mais aussi la raison pour laquelle je me montrais aussi gourmande en l’idée d’assimilée de nouvelles connaissances dans l’art de la guerre… Ceci dit, c’était fort probablement un point ou Reiko se montrait meilleure que moi. Ma gourmandise… non, mon désir d’en apprendre encore et toujours plus me dispersait dans ma formation ; même si sur le long terme je trappais le retard colossal dans lequel je m’enlisais, la voie de l’expertise restait la plus simple et la meilleure…

- Hum… je dois avouer que je te vois d’un autre œil maintenant… Finis-je par lui dire à voix basse.

Certes l’image de brute épaisse qu’elle s’était forgée ne s’était en rien étiolée, mais autant le dire franchement elle m’inspirait un certain respect. L’on disait souvent qu’il était préférable d’avoir plusieurs cordes à son arc, mais finalement cette expression ne se contredisait-elle pas elle-même ? Fonction des situations, plus j’y réfléchissais avec l’exemple de Reiko, plus je trouvais difficile le fait de croire aveuglement en cette affirmation. S’il était intéressant d’avoir plusieurs cordes ou connaissances, qu’en était-il donc de maitriser un sujet à un tel point que ladite corde qu’il représenterait serait assez solide pour outrepasser les autres ?
Observant le pot-au-feu qui bouillait tranquillement, je réfléchissais, ou plutôt constatait une probable erreur de jugement de ma part. Et si je l’avais simplement imitée ? Et si comme me l’avait conseillé mon sensei de l’époque je ne m’étais arrêté qu’à l’apprentissage et l’utilisation du taijutsu sous toutes ses coutures ? Fronçant le regard, je n’eus pas à aller plus loin dans ma mémoire pour comprendre pourquoi cette voie m’était interdite. Rei chan forgeait son corps et ses aptitudes pour être une meilleure Kunoichi demain, moi je me lançais dans ses sciences, surtout celle de l’étude des glyphes pour me défaire d’une véritable malédiction.

- N’eu été certaines complications, je serais probablement encore en train de m’entrainer avec toi au pied de cette montagne… Fis-je avec un petit sourire, le regard porté sur ma main.

J’aurais voulu lui dire qu’elle s’était toute seule mise le monde à dos, ou plutôt que s’était sa propre agressivité qui avait fini par la couper du reste du monde, de l’humanité comme de son clan… mais, hormis inutilement la blesser ça aurait certainement été une fuite en avant, une manière des plus moche de ne pas accepter mes propres responsabilités… parce qu’à cette époque, qu’est-ce qui m’avait empêché de faire partie de ses alliés… ? M’enfin, ma famille et moi n’étions probablement pas encore des résidents de Shiitaderu.
Découvrant le plat principal qui sifflait la fin de sa cuisson, je servis un bol de celui-ci à mon invitée du jour et lui ajoutai quelques bonnes portions de Riz pour le transformer en un repas bel et bien complet :

- Puisque tu as pu te libérer de ces entraves t’empêchant de progresser, tu as décidé de ce qu’allait être la suite de ta formation ? Lui demandai-je avec intérêt le coude sur la table, main soutenant ma tête qui lui présentait un sourire.

- Ho ! Tata ! Fit la voix de Kuu s’élevant d’une des portes de la pièce. Elle avança de quelque pas avant de légèrement s’incliner : Bonjour Tata Reiko !


_________________


Enceinte de 4 Mois 1/2

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Jeu 22 Mar 2018 - 12:14
Perplexe...

Tu haussais les épaules après sa question... Tu n'avais pas vraiment de suite prévu à ton parcours, tu allais très certainement continué à martyriser ce même mur encore et encore afin de renforcer ton corps et ton esprit. Bien qu'avec le temps, cela ne te surprendrait même pas si tu ne finissais pas perforer cette roche de part en part... Soupirant, tu n'avais pas vraiment envie de trouver un autre coin de détente où te défouler ne serait pas considéré comme un crime contre l'humanité entière.

- Je ne sais pas. Je vais continuer comme je le sens j'imagine.


L'unique avantage d'avoir été seule durant toutes ces années, c'était que tu avais développé un talent d’autodidacte assez poussé. Tu n'avais besoin de personne pour te tenir la main et il te suffisait d'une seule étincelle pour laisser place à ton entrainement.

- Bon, si tu n'as plus besoin de m...


Avant que tu n'ai pu finir quoi que ce soit, tu fus interrompue par une petite chose t'appelant tata. Plissant les yeux, tu baissas la tête avant de te rendre compte que ce n'était personne d'autre que la fille d'Itagami. Crispée, tout ton corps t'invitait à partir d'ici avant que tu ne perdes le contrôle. Tu avais beau t'être ouverte au reste du monde, il y avait des choses que même toi tu n'étais pas en mesure de controler. Les gosses et toi, cela ne faisaient jamais une bonne alchimie.

Mais bon, cette fois-ci, tu allais tenté de faire un effort.

- Je... Bonjour ? Je comptais partir, ta mère est toute à toi.


Tu agrémentas alors tes paroles du meilleur sourire dont ton visage était capable d'effectuer... Et le résultat était plutôt effrayant en réalité. A la différence du reste de ton corps, ce n'était pas des muscles que tu étais habituée à utiliser et voir un sourire ton visage de bête sanguinaire rendait le tout davantage cauchemardesque que rassurant.

Au moins, tu faisais ce que tu peux...

- Si tu as besoin d'autres choses, tu sais où me trouver Itagami...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Sam 7 Avr 2018 - 10:08

Hum… sa réaction était normale après tout, pour une personne n’ayant cessée de vivre au jour le jour, lui demander de programmer quelque chose pour dans quelques mois, voire années, relevait littéralement du changement de personnalité. Mais, au résultat que j’avais présentement, lui était-ce impossible ? La volonté dont elle avait fait preuve pour pouvoir devenir aussi coopérative avec le monde extérieur pouvait aussi lui permettre de changer cette manière de voir l’avenir…

Serte je n’étais pas bien placée pour en parler  ; parce que mon avenir… mon avenir, je le voyais teinté de sang, de cris, de combats et de terreur. Il n’allait plus tarder à arriver, le percepteur… celui qui avait pour mission de m’arracher la prunelle de mes yeux pour des raisons plus que discutables. Le regard baissé sur une de mes mains, pour jauger le travail qu’elles ont accompli, j’y vis le labeur que j’avais mis à la tâche, toute l’attention que j’avais portée à ce problème et tout le temps que j’y avais consacré. Lorsque cela devenait trop dur, une pensée pour Kuu me permettait de reprendre, lors que mes yeux se fermaient de fatigue, il me suffisait de me remémorer cette vision d’horreur, celle d’un de leur client qui jusqu’à présent me dégoutais ; un homme riche et particulièrement influent, un homme qui promenait les jeunes filles comme un troupeau de chien avec une laisse à leur cou… c’était des esclaves certes, mais de là à exiger qu’elle se comporte comme des animaux…
Fronçant un peu le regard, je secouai la tête pour chasser ces atrocités, essayant surtout d’oublié le comment il avait dit s’en « servir », et l’éclat de vie littéralement mort sur leur visage comme dans leurs yeux… pouce et index sur mes paupières je frottai les miennes avant de relever vers Reiko chan un regard étrangement déterminé par rapport à la situation précédente. J’avais gagné en puissance, ceci était indéniable, je n’étais plus la forgeronne effrayée et désabusée d’il y avait quelques années… mais… s’était à mon sens loin, très loin d’être suffisant.

- Dej… Avais-je commencée vis-à-vis de sa demande lorsque sortant de son trou comme une petite souris, Kuu chan fit son entrée.

J’assistai dès lors à la cène la plus troublante qu’il m’eut été donné de voir, une Reiko aussi surprise que perturbée, non… mieux encore ! Alors qu’elle tentait de s’éclipser au plus vite, un simulacre de sourire déforma son visage alors qu’elle surveillait avec attention la progression de la troisième blondinette de la pièce. Le visage de Kuu se déconfit un peu d’ailleurs, elle avait eu pour habitude de craindre Reiko, mais il fallait croire que voir sa mère discuter avec ce danger comme si de rien n’était était bon signe. Même elle pouvait dire qu’elle n’était plus la demoiselle violente qui avait tabassé un de ses cousins lors de la dernière réunion.

- Tu t’en va déjà Tata ? Demanda-t-elle d’un air tristounet. reste au moins pour le déjeuner ! Papy et mamy ne sont pas là y a des places de libres ! fit-elle en prenant la main de la jonin dont elle s’était rapprochée dans ses petites mimines. je suis sure que la cuisine de maman va te plaire, elle cuisine suuuuuper bien ! s’empressa-t-elle d’ajouter en s’accrochant à la main prisonnière de sa douce et fragile étreinte avant de tourner un regard inquisiteur vers moi. Regard que j’accueillis avec un sourire amusé.

Décidément elle faisait de vrais miracles cette petite, réussir à arracher quelque chose à Reiko c’est à la limite de l’exploit, alors un sourire… c’était un véritable acte légendaire ! j’allais te le demander aussi Reiko, reste encore un peu et puis regarde… fis-je en découvrant la marmite dont s’échappait de grosses nappes de vapeur et l’odeur d’un plat des plus alléchant... [color=orange] Ce n’est que maintenant que le pot aux feux est près, tu n’as fait que grignoter des ingrédients précuits tout à l’heure.

- Hiii ! Un pot aux feux ! S’écria soudainement la petite en sautillant un peu. Tirant sa tata… enfin de la force de ses petits bras (o_ô) vers la salle à manger, elle lui annonçait tout sourire : Il FAUT que tu manges avec nous !!!

- Pour lui faire plaisir… Ajoutai-je avec un sourire coupable, l’air de lui demander de bien vouloir accéder à ce petit caprice d’une Métaru hyper active.



_________________


Enceinte de 4 Mois 1/2

[ Merci pour le Kit <3 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1186-metaru-itagami

Retrouvailles [pv Itagami]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: