Derniers sujets
Partagez | 

Le malus\bonus - Taishi


Sam 6 Jan 2018 - 1:00
Le monde lui semblait plus complet tout à coup, la Hyuga se promenait les mains dans les poches sous la pluie en ce début de soirée, rien de nouveau, elle faisait cela tous les jours ou presque, pas forcément que par temps de pluie, mais bon. L’hiver l’avait ceci dit obliger à mettre un vrai manteau et pour la première de sa vie d’adulte, elle s’était habillée toute seule troquant son noir de toujours pour un rouge sombre. Il jurait un peu avec son chapeau ridicule, mais cette couleur qui lui tabassait son œil encore frais lui faisait un bien fou au moral. La femme laissait échapper un petit rire idiot à cette pensée, une humeur allégresse en passant devant le bar sans s’arrêter, puis un autre et encore un autre. Les rues d’iwa étaient tout à coup moins invivables pour elle, peut-être que parce qu’elle pouvait maintenant mettre sa sensorialité en sourdine et du coup ne plus subir le stress d’être happée par tout ce qui se passait autour. De toute façon, elle s’en foutait, elle avait démissionnée.

Plus son problème.

Son souffle faisait danser une brume qu’elle se plaisait à contempler plusieurs fois, le perroquet qui ne la quittait plus s’était planqué sous le couvert en laine de son invocatrice, ton sur ton, il s’y confondait parfaitement. Face à son énième plainte contre le froid, l'ancienne kunoichi de la police locale se décidait pour s’inviter dans le premier restaurant qui s’offrait à sa vue. Son œil examinait l’enseigne miteuse, mais peu importe, ça sentait bon et elle s’était rendue ici des dizaines de fois sans jamais savoir à quoi cela ressemblait. L’emplumé s’extirpait de son col pour rejoindre son épaule une fois à l’intérieur.

-Une table pour deux. Offrait-elle comme indication à la serveur pas assez développée pour avoir l’attention de son ancien partenaire. D’ailleurs parlant de lui.
-Ah tu ne rejoins pas Taishi ? Qu’elle lui fit, tellement ces deux-là étaient des habitués et que c’était toujours elle qui payait, lui qui mangeait pour vingt quand c’était le cas…

Dans tous les cas, la Hyuga se surprenait à ne pas avoir anticipé sa présence, d’ordinaire, elle l’aurait senti à l’autre bout de la rue et l’aurait esquivé sans une once d’hésitation, peut-être ce qu’elle voulait faire encore, mais ! Sa vue perçante se fixa sur le tableau-de chasse, un petit rictus en coin de lèvres. Le fameux double D vu de son propre œil, hum… C’était laid. La femme lorgnait son propre matériel sous le regard perplexe de son perroquet savant, cet abruti n’avait aucun goût. Elle se sentait soudainement un peu insulter du coup. Trois sur dix hein. La Hyuga fit craquer ses poings en s’approchant un sourire carnassier, dans le dos du brun occupé à jouer les jolis cœurs, elle ôtait son manteau obligeant l’oiseau à faire un bond, cet idiot ne savait pas voler. Pas que lui qu’elle faisait sursauter en jetant son vêtement sur un côté du brun avant de s’assoir sur un bout de table.

Un simple salut pour le duo qui roucoulait et si elle balayait d’un coup d’œil l’objet de science, toute son attention se portait sur ce crétin qu’elle connaissait depuis des années maintenant, sans jamais l’avoir vu. Si la forme de son visage correspondait avec les brides qu’elle avait récupérées avec le temps, tous les détails qui le composaient la réconfortaient dans le fait d’avoir bien fait de ne jamais l’imaginer au fond. Un petit sourire lui échappait en le fixant dans le blanc des yeux, pas sûr qu’il soit assez malin pour comprendre de toute façon, visuellement, son œil n’avait pas changé. Il était plutôt mignon pour un idiot obsédé, encore que… son regard vrilla un instant sur la fille en face… ça expliquait qu’il puisse exercer sa science, ça aidait pas mal. Sa tête se secouait de dépit et la Hyuga examinait la table au bol déjà finis. Mauvais timming Sana’ ?

-ANANAS !!! Crroooaawwaa ! Lui hurlait le perroquet dans les oreilles ce qui la fit grimaçait et lui jetait un regard froncé.
-Sanadare. Qu’elle insistait.
-T’avais dit qu’ON MANGERAIT !
-On te réinvite ? Qu'elle lançait au Hayai en clouant le bec du piaf entre ses doigts, ce kushy n’était pas sortable !

Le chat sortait de son sac.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Lun 8 Jan 2018 - 22:07
Taishi s’empêchait de baver mais ça demandait pas mal d’efforts, c’était une combinaison bouffe et science particulièrement redoutable et l’Hayai se demandait si le matériel serait aussi pétrissable qu’une pâte à gâteau ou encore plus ferme comme de la gélatine à la fraise. Tout ça dans un but purement scientifique évidemment. Toujours est-il qu’il ne remarqua qu’au dernier moment la présence de l’idiote, ça pouvait sans expliquer l’attitude de son objet scientifique qui semblait irritée et gênée par la présence de la folle, une réaction sans doute normale aussi. Il soupira de frustration alors que les Énormes Ectoplasmes s’éloignaient à pas alourdis par leur science imposante. Râlant, il porta son attention sur l’imbécile. De toute évidence, le piaf avait fini par gagner, maintenant elle le trainait partout. Bravo perroquet, tu as dit adieu santé mentale !

« D’où tu arrives toi au juste ? T’as fait rater mon expérience scientifique. »

Il soupira en faisant des doigts d’honneur à la tarte qui ne pouvait rien remarquer de toute manière. Le jeune assassin songea que ça faisait un moment qu’il ne l’avait pas vu, elle. Ses nouvelles responsabilités au sein de l’US avait pris beaucoup de son temps, la vérité était que cette occupation avait été assez bénéfique, et essentielle même à son moral. Ça lui empêchait de penser au fichu sommet et à la débâcle qui avait lieu dans le village, qui n’allait résolument pas dans la direction qu’il aurait préféré. L’imbécile lui offrait de la bouffe et il s’agitait sur son siège comme l’aurait fait un gamin.

« Il y a toujours de la place quand je paie pas ! SHOKUGEEEEEEEEEKI »

C’était la blague du moment, vu qu’Akimoto les avait virés de leur propre team pour prendre d’autres aspirants. Il devait les préférer (très) jeunes. Il était roux, alors rien ne pouvait l’étonner. La serveuse approcha, inquisitrice, mais Taishi se contenta de lui pointer l’idiote en mettant les mains sur son propre torse, l’air de dire « la fille planche va payer amène le festin ». Dès qu’elle fut partie, il reporta son attention sur la guenille en jetant un œil au perroquet.

« Ananas hein ? Pas une mauvaise comparaison vu ta tête. Bravo moineau. »

Il haussa les épaules en attendant sa bouffe.

« Moi qui croyait que tu allais te pousser après notre dernière mission. Du moins, c’est ce que tu râlais à tous ceux qui osaient t’écouter, cruelle erreur. C’est le perroquet qui t’as convaincu ? J’irais dire que c’est mes beaux yeux mais… Bref. »

De bonnes odeurs commençaient à venir de la cuisine et il se délectait déjà de la suite.

« Je suis allé voir la tête sculpté de Kanon l’autre jour. Pas mal je suppose, je veux dire dans le style ego exposant infini. Ce connard avait quand même une tête à taper dessus, même si ça ne veut rien dire pour toi, je suppose. »

Il soupira alors que les premières assiettes arrivaient.

« Tu t’évites pas mal de désarroi avec tes orbites creux, crois-moi. Et les miroirs restent intacts en plus ! ITADAKIMAS »


_________________
There are things you can`t outrun. You call it destiny, Invité. I call it the End.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Lun 8 Jan 2018 - 22:54
Qu’à cet instant ou anormalement calme, la Hyuga comprenait tout ce qu’elle avait raté durant tout ce temps et ce que Mura’ avait voulu lui dire le jour où lui avait rendu la vue. L’idiot la gratifiait de doigts honorables, les mêmes avec lesquels elle saluait ses collègues de la police tous les matins et tous les soirs il n’y avait pas si longtemps encore, car comme elle allait lui dire…

-J’ai été virée, de la police, de la team, pas du village encore, pas de bol ! L’oiseau et moi, on vient fêter ça. Moïra en faisait toute une histoire, alors on l’a laissé à la maison.

L’oiseau croassait en semblant rire, il avait l’air aussi dérangé que son invocatrice qui elle se délectait des expressions idiotes de son partenaire, qui passait du noir au blanc à une vitesse étonnante sur son fascié. Suffisait de lui parler de bouffe, même aveugle ça sautait au nez, elle soupira et un réflexe étrange aurait pû la trahir quand elle levait son œil au plafond. Ah, non, elle n’avait pas de pupille, raté !

-Ark ark ark ! Crooowwaaaaa ! Avec son chapeau hein ! Ça lui va mieux je trouve aussi !

Rétorquait l’emplumé et la Hyuga tournait la tête pour lui jeter un regard qui le fit s’envoler ou plutôt sauter lourdement de l’autre côté de la table. Il tira d’une patte vers lui un bol de fruits du repas précédent pour s’empiffrer avec la même grâce que l’idiot. La borgne elle restait mains mêlées et coudes sur la table retenant son menton, comme si elle voulait graver la scène dans sa mémoire. Plusieurs fois sa mâchoire se crispait à l’écoute de sa façon de parler de Kanon, mais pour le moment, la femme gardait le silence toujours et son calme, la serveuse souriante leur posait leur plat, la Hyuga le lui rendait presque machinalement ce petit sourire malgré l’orage dans sa petite tête. Peut-être parce qu’elle n’en avait plus vu depuis longtemps que cela arrivait à l’atteindre.

-Désolée. Lui glissait-elle alors qu’après avoir servis l’idiot, elle lui posait ses propres plats devant elle.

La fille ne semblait pas comprendre, elle lui offrait une expression confuse, mais ainsi penchée en face du Hayai et avec un si beau décolleté, elle était la diversion rêvée pour sa partenaire faisait virevolter la table subitement sur le brun. Avant d’y placer un violent coup de pied chargé de son chakra tant qu’à faire. La serveuse hurlait, la clientèle aussi, l’oiseau encore plus en laissant ses plumes dans l’esquive.

-SANANAS ! ESPECE DE CROOOOWWFOOOLLLEE !! TU ESSAIES DE ME TUER ?!!!

Mais elle l’ignorait totalement en préférant cibler le brun…

-Niveau connard et tête à claque tu t’y connais après tout, t’as juste à croiser ton reflet pour trouver un exemple. L’oiseau se planquait sous une table à côté, sous la jupe d’une jolie fille tant qu’à faire. Tu parles d’un Kushy ! Mais au moins, ce connard là comme tu dis m’a rendu la vue. Elle craquait son poing. T’es bien arrogant pour un quatre sur dix. Et je te parle de ta note générale, parce que tu baisses sur la virilité incluse. Qu'elle lui fit cette garce de mauvaise foi en lui indiquant entre ses doigts une taille toute petite qui laissait quelques commentaires dans la salle...

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mar 9 Jan 2018 - 23:29
L’Hayai regarda le décolleté comme tout bon scientifique en faisant des notes/observations/calculs, puis ensuite la bouffe vola dans les airs, c’était comme une vision au ralenti, les nouilles formaient un maelstrom chaotique, un ballet vertigineux, un filet de pêche comestique. Les saucisses se dandinaient aussi bien qu’on aurait pu s’attendre de leur silhouettes enveloppées et odorante. La table se soulevait tel un raz-de-marée prêt à gâcher les vacances des aliments disposés. Taishi fit ce qu’on aurait attendu de tout héros de la nourriture : il essaya d’engloutir le maximum avant que ce ne soit trop tard, enfournant aliment sur aliment comme un ballon qui se remplit d’hélium. Mais hélas il était rapide sur ses pieds et avec un couteau à la main, on ne pouvait pas en dire autant de sa coordination main-bouche-estomac.Il repoussa la table sur le côté en râlant devant la catastrophe sous ses yeux, toute cette bouffe perdue à jamais avant d’avoir atteint son paradis intérieur. Un désastre, constata-t-il en versant presque une larme devant l’hécatombe prenant place devant lui.


« Poooooooooooooouuuuuuuurrrrrrquuuuuuuuoi ? »

Il pouvait endurer cette imbécile, endurer la dévastation de son propre village, mais là s’en était trop ! Il y a des limites quand même !

« ESPÈCE DE TARTE MOLLE PLATE PLANCHE JAMBON DE MES DEUX CACAHUÈTES, TU VAS VOIR CE QUE ÇA COUTE DE GASPILLER MON PAIN QUOTIDIEN TÊTE DE PIEUVRE…? »

Il s’arrêta subitement, dubitatif. Une des saucisses éclatée sur le mur descendait lentement comme un escargot. La serveuse s’était cachée derrière le comptoir du bar, manifestement attirée vers le sol par la taille de ses Énergumènes.

« Attend, t’as dit quoi ?... ? »

Taishi écoutait rarement ce que l’idiote disait alors il dut faire un gros effort pour se remémorer les instants du passé qui étaient déjà loin, on parle d’un bon trente secondes, au niveau de l’imbécile on est à l’ère préhistorique.

« Tentacool t’as rendu… La vue ? »

Il lui bondit dessus comme un chat, le bol de salade se répandit un peu partout, et il lui attrapa la tignasse avant de la regarder au creux des yeux. Après un moment de réflexion, il lui tira les bajoues comme un écureuil, question de vérifier que ce n’était pas un henge de mauvaise qualité, on lui avait fait le coup dans le passé. Il analysa les résultats. Regard vide… Ok. Corps en sablier bon marché… Ok. Habits de masseuse pro…Ok. Pas de doute, c’est elle. Beaucoup de choses déferlèrent dans sa tête, la première que… Bon, c’était la première fois qu’elle le voyait, lui, non ? Heureusement que son meilleur profil était permanent.

« Tu vois ptete… Mais t’es toujours aussi conne pour lire au travers des lignes. Tentacruel était un bon gars, je pense juste pas qu’il aurait kiffé la zoom de granite sur sa tête. »

Tout de même décontenancé, il la relâcha en esquissant un regard gêné vers la serveuse.

« T’inquiète pas elle va tout payer comme prévu… Deux verres de saké… Quoi ? Tu as jamais vu des shokugekis en action ? Allez file ! »

Il replaça la chaise et la table sommairement avant d’attraper poulet-en-ciel et le poser sur la table, visiblement il était le nouveau chapeau « beau mais inutile » de l’idiote.

« Depuis quand… Comment ? »

La serveuse déposa les verres sur la table et il but le sien d’un trait avant d’en demander un autre immédiatement. Il allait avoir besoin d’aide sur ce coup.





_________________
There are things you can`t outrun. You call it destiny, Invité. I call it the End.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mer 10 Jan 2018 - 0:40
Un peu agacée, exaspérée, elle le laissait la tripotait en public, sa face hein, comme s’il avait besoin de ça pour s’assurer de son authenticité, pauvre imbécile qu’elle poussait sèchement une fois son inspection faite. Il se permettait même une petite leçon à laquelle pour le moment elle ne répondait que d’un haussement de sourcil. La serveuse approchait timidement pour prendre la commande et la Hyuga, princesse que dis-je reine des bougresses, ne bougeait pas d’un pouce pour aider. Finalement la fille de service lui rendait sa chaise en lui posant sous le nez un verre de saké que la kunoichi repoussait vers l’idiot. Pas d’alcool pour elle. D’abord, elle le laissait boire les boire, fallait bien qu’il s’en remette visiblement. Elle jeta un regard à l’oiseau traître ramassé par l’idiot, qui peu fier, restait planquer du bord de son sauveur. Il ne faisait aucun son, ses joues toujours gonflées pour montrer ses humeurs d’oiseau, pas pour autant qu’il avait laché la prise de son bol de fruits ce goinfre déjà trop gras.

-Et ? Les morts et tout ce qu’ils ont entrepris ou étaient, appartiennent aux vivants qui perdurent. Peu importe ce qui lui plairait ou non, ça ne change plus rien pour lui.

La vie après la mort ne voulait rien dire pour elle, comme cette histoire d’honorer les mémoires, un mort était juste effacé du tableau en cours à son sens. Inutile donc balayé. Parfois elle était la pire, même si cela ne sautait pas au nez au premier coup d’œil, parlant de ça, c’était au final la première fois qu’elle avait vraiment l’occasion de voir toutes les subtilités du jeu du brun. Il était moins charmant d’un coup… Mais fallait-il qu’il l’avait été un jour. Petits bémols qu’elle lui pardonnait depuis qu’il s’était penché pour ramasser les meubles, cette vue-là en revanche dix sur dix. Pas comme si elle allait lui dire.

-Je t’imaginais roux, avec une barbe frisées, un regard de dindon plus stupide encore. Qu’elle lui glissait avec un sourire taquin. Quelle déception. Elle secouait la tête en joignant ses mains entre elles pour reposer son menton dessus. C’est juste le tracé de tes lignes qui est mauvais aussi peut-être Taishi, peut-être pour cela que je ne pourrais jamais les voir au final. Un étrange sourire illuminait son visage après la tempête dévastatrice de l’instant d’avant, rien de nouveau. C’est bien qu’on se croise finalement tant qu’on le peut encore, j’aurais vu ta face au moins une fois. Pas que ça vaut le détour, mais bon… J’imagine que tu n’as pas rendue de visite à Moïra non plus si tu ne le savais pas. Elle est si jolie... cette idiote.

Pas qu’elle le lui reprochait, ils n’étaient même plus de la même équipe, dans la même unité, le même métier et bientôt les membres du même village. Et ça ils le savaient tous deux.

-Borukan Marusama tu connais ? Elle ricanait pour elle-même. Il l’a soigné sans rien demander au final à part étudier mon Byakugan pour une greffe de mon œil manquant. Pour le moment, je peux seulement voir. Sa tête se tournait vers l’aquarium qui décorait l’établissement, son regard semblait perdu dedans comme s’il avait été un océan lointain. Akimoto dit que j’ai tort dans ma façon de penser, de rester ici même s’il m’a donné les clés pour partir libre. Mura’ dit que Kanon avait pour moi de plus grandes ambitions que rendre ma vue quand il lui a acheté son service. Moïra ne veut pas partir d’ici ou me laisser partir tout court sans elle et au final… Elle le regardait lui. C’est toi qui a eu le plus raison jusque-là quand tu m’as dit que ma vue ne changerait plus rien maintenant.

Et elle ce qu’elle en disait ? La Hyuga regardait les gens autours, petits groupes qui s’étaient remis de leurs émotions causées par ses pulsions, certains riaient, d’autres parlaient simplement, tous semblaient apprécier le moment… Mais elle n’arrivait jamais à rien apprécier.

-Taishi ? Est-ce que je suis trop endettée auprès de tous ces gens ? Est-ce que je devrais plier à la volonté générale ?

Vivre sans le faire, c’était pareil au final que de prendre le risque de mourir pour sa liberté même illusoire pas vrai ? Le perroquet allait ouvrir la bouche pour la dérider vu que ses pirouettes de pitre sur la table n’arrivaient pas à attirer son attention, mais la femme le devançait avec une contre toute attente.

-C’est sûrement parce que t’en fou que tu dis toujours le plus vrai. Elle riait, bien que cela sonnait faux en volant la coupelle de saké entre ses doigts. A notre liberté Idiot, un jour, quelle qu’elle soit !

Mais elle n’avalait pas la coupe pour autant, l’odeur la répugna à peine sur ses lèvres. Peut-être parce qu’elle avait renoncée à cette dernière parce qu’il le fallait. Ou autre chose qu’elle ne pouvait pas s’avouer encore.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Jeu 11 Jan 2018 - 15:04
« Roux et barbe frisée hein ? Attend de voir ton sensei, si c’est pas déjà fait… »

Il avala le deuxième verre d’un autre trait, le reposant lentement sur la table. C’était un moment bizarre pour ne pas dire étrange, comme si l’idiote avait soudainement défoncé le plus vieux mur qui les séparait depuis… Toujours. Taishi n’avait jamais vraiment réfléchi à l’impact de sa cécité sur eux. Quand l’Hayai l’avait trouvée, il n’était alors pas au courant que son second œil avait été amoché à ce point. Et quand on pense à la réputation des Hyugas et leurs prouesses visuelles, c’était raisonnable de croire qu’un d’entre eux totalement aveugle était… Un mythe.

« Pendant qu’on le peut encore, que tu dis… *soupir*… Les choses ont changées depuis notre arrivée dans ce village, pas vrai ? Je ne pense pas qu’on aurait pu suspecter à quel point. Tu me connais, j’aime que les choses restent simples, mais au dirait qu’on doit complexifier pour simplifier, désormais. »

C’était pas la première fois qu’ils avaient cette discussion, mais ça semblait différent maintenant qu’elle avait la vue, pourtant ça ne changeait vraiment rien en réalité et elle semblait le dire elle-même. Il hocha la tête lentement en lui ramassant la main.

« Je le connais pas, mais je connais Kanon, et je ne suis pas étonné, le type était un naïf ambitieux. Ceci étant dit… Rien n’est gratuit. Ces gens t’ont donné les moyens de faire ton propre choix. Du coup, si tu choisissais de partir ou rester, tu n’aurais pas d’excuses… Mais peut-être pas de regrets non plus. »

Il sembla réfléchir à ce qu’elle disait alors que la serveuse hésitante ramenait un peu de bouffe et commençait à ramasser le gâchis causé par l’idiote.

« Tu es redevable envers eux, et si je me fie à ce que tu m’as appris des shinobis, ce serait ton devoir moral de rester, sans doute. Mais on n’est pas des shinobis normaux, non ? On en a déjà fait beaucoup, si ce n’est que de risquer nos vies pour un village, pour une idée, un idéal. Akimoto m’a dit que tu lui as dit ce que tu pensais du village et de son administration. Peu de gens oseraient dicter la conduite d’un kage. Je pense que tu tiens à Iwa plus que tu ne le penses. »

Il leva son doigt pour indiquer qu’il n’en avait pas terminé, mais se gava d’amuse-gueule et cala un autre verre de saké avant de continuer.

« Mais je sais aussi que parfois le meilleur moyen de faire grandir quelqu’un, c’est le laisser partir. Moïra est kunoichi maintenant, et avec son corps de déesse elle trouvera un sugar daddy sans problème. Iwa peut et va survivre sans nous. Mon clan est stable financièrement pour l’instant. Rien ne nous retient vraiment. Akimoto nous laisserait partir si on voulait, le type est un nounours. La vie est plutôt courte pour s’enchaîner à des devoirs et des dettes. C’est le choix, Sanadare. Personne ne le fera pour toi ou pour moi. »

Taishi haussa les épaules en piochant dans son assiette et trinqua avec elle, remarquant subtilement qu’elle ne semblait pas disposée à boire aujourd’hui, ce qui semblait étrange mais il ne fit pas de commentaires pour l’instant.

« Et où ce gars, Muramasa, va trouver l’œil manquant ? Je doute qu’un Hyuga accepte d’être généreux, surtout pour toi. Même ton ami d’enfance attirée par ton 3/10 se tient tranquille désormais. »

Il baissa les yeux.

« La liberté, hein… »


_________________
There are things you can`t outrun. You call it destiny, Invité. I call it the End.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Jeu 11 Jan 2018 - 21:40
-Pas besoin de le voir, ça je le savais déjà en écoutant les surnoms de nos anciens collègues au poste de police.

Elle ricanait en se moquant, mais même s’ils ne s’aimaient pas réciproquement, ces derniers lui manquaient parfois, simplement parce qu’elle aimait quand même un peu cette routine de rentre dedans dont elle était la seule à jamais se lasser. Ce poison.

-Tu trouves ? Au final les pièces sont les mêmes dans la machine et le mécanisme on en parle ? Non, rien n’a changé au contraire, c’est simplement le fil de la chaîne qui s’exécute de façon prévisible.

Il capturait une main lui faisant signe peu après de se taire à sa façon, alors elle lui laissait l’occasion de déferler, plus comme la secousse d’une surface pousser par le vent, qu’une réelle renversante venant de l’océan salé. D’ordinaire, ce genre de propos l’auraient fait bondir et elle aurait déjà sortie ses griffes de gros chat paresseux, pourtant là, à peine quelques affirmations lui donnaient l’envie de réagir. Rien n’avait jamais changé, Sana’ avait toujours était poussée par la force des choses, mais sa lassitude avait toujours été existante.

-Risquer nos vie tu dis ? Elle riait. Parles pour toi, moi je ne l’ai jamais fait. Et je ne le ferais jamais. J’ai à l’époque juste répondu à tes questions, pas appris quoi que ce soit. Si j’étais cette shinobi que l’on m’a enseignée je serais morte pour cet idéal il y a sept ans déjà. Comment peux-tu enseigner ce que l’on n’applique pas soi-même.

Elle reposait le verre finalement, pas décidée à jouer avec les limites qui l’attiraient tant d’ordinaire. Nounours ou pas, la kumoichi n’avait pas la naïveté de croire qu’il la laisserait filer aussi simplement, au fond, elle avait toujours su qu’il lui tendait une carotte pour avancer et elle ne doutait pas un instant de ses stratagèmes pour les enchaîner, jusqu’à trouver la bonne. Pourquoi ? C’était encore un mystère.

-Taishi. Le dilemme étant que je peux être sage encore un peu pour espérer mon buyakugan à nouveau et en faire quoi ? Parce que si je fou le bordel chez les Hyuga, mon plan de secours a intérêt à être la porte de sortie et vite. Cela la fit rire, pourtant… Mais dehors, des byakugan tout frais et gratuits comme ça… On sait tous les deux que niveau kunoichi, je suis la pire !

Du moins, elle aimait le croire pour se donner encore plus d’excuse de ne rien faire..

-Alors quoi, je me contente de voir et vivre libre ou… Je tente le coup pour ce après quoi j’ai couru tout ce temps, mais… je deviens dépendante de cette machine de merde. Qui on sera d’accord tous les deux, se nourri de notre « patriotisme » en nous tuant un par un pour fonctionner. Mais toi Taishi, tu l’as dit toi-même, plus rien te retient ici, alors pourquoi es-tu encore là idiot.

Elle secouait la tête.

-Tu devrais partir tant que tu le peux encore.

Le perroquet jeta un regard vers le brun en s’empiffrant de ses fruits.

-Tu tues l’ambiance ANANAS crooooaawwwaaa ! Il tira la coupelle de saké pour la gober à sa place. Et si on trinquait plutôt à… notre santé ? Crooaawaa !

La femme se pencha vers son ancien coéquipier un sourire taquin sur ses lèvres.

-Et puis tu sais bien Taishi, un titre n'a jamais rien voulu dire pour moi, c'est à l'homme que j'ai parlé et que je m'adresse toujours, pas le Kage ou le gradé ou quelconques sobriquets qui voudraient te faire important.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl


Dernière édition par Hyûga Sanadare le Sam 13 Jan 2018 - 2:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Ven 12 Jan 2018 - 14:38
Elle mentionna les anciens types de l’unité de gendarmerie et Taishi balaya de la main en faisant un bleh de protestation. Ils avaient toujours fait bande à part des autres, principalement à cause de l’idiote en fait. Taishi était généralement plutôt sociable, mais aucune apparence de beau gosse ne pouvait compenser avec l’imbécilité maniaque de son interlocutrice. Pas que ça l’ait véritablement dérangé, Taishi était habitué à une relative quiétude, n’ayant personne à fréquenter lorsqu’il était un messager ordinaire de son clan dans le passé. Ça semblait si loin à présent…

« Cette idiote oublie que si je n’étais pas là pour sauver son 3/10 à chaque fois, elle aurait bel et bien risqué sa vie comme tout le monde. Toujours est-il que j’ai pas de réponse pour toi. Quelqu’un ou quelque chose t’aurait abusé et bouffé dans cette forêt si on t’avais pas récupérée, dans cet ordre ou l’inverse. »

Elle parla de son Byakugan et Taishi haussa les épaules en s’empiffrant. Il ne pouvait pas prétendre comprendre son dilemme et n’allait pas le prétendre. L’idiote semblait avoir un choix à faire et avoir du mal à s’en déloger, ce qu’elle faisait toujours d’habitude.

« L’ancien de mon clan m’a un jour dit qu’on peut gagner une course avec ou sans chaussures, tout dépend du terrain. Parfois, être pied nu est même avantageux, mais on ne peut pas le savoir avant d’avoir vu la piste. Le vrai avantage, c’est d’avoir ce choix et les chaussures à portée de main, non ? Ce que j’essaie de dire, c’est que même si tu n’en vois pas l’utilité maintenant, ça ne veut pas dire que ça ne vaut pas la peine de l’avoir maintenant. Tout ce temps que tu as patienté en étant relativement inoffensive pour eux, c’est quoi que d’attendre encore quelques semaines ? »

Taishi était rarement porté à donner une opinion aussi latérale mais ne voyait pas d’envers de la pièce sur cette question. Il fut surpris qu’elle insiste encore sur son propre futur. Il avala un autre verre de saké.

« J’ai eu mes propres choix à faire, moi aussi. Je peux ne pas critiquer Akimoto et ensuite me défiler. Et après ce qui s’est passé au sommet… »

Il n’avait jamais pris le temps de lui dire ce qui s’était vraiment passé là-bas. À quel point il s’était senti impuissant ce jour-là.
« Quand Akimoto sera parti, car je doute qu’il tienne longtemps en poste, je devrai regarder mes options à nouveau. Mais pas aujourd’hui ni demain, que je sache. »

Son regard se baissa sur l’accoutrement inhabituel de la femme. C’était bien la première fois qu’il la voyait habillée correctement pour la température, c’était presque troublant. Il fronça des sourcils, es-ce que c’était l’épaisseur des tissus ou bien… ?

« Du coup, c’est pour ça que ça fait des semaines que je t’ai pas vu en ville ou chez toi, t’étais en train de te faire soigner par ce Borukan… Ça a dû être épuisant… Pour le docteur je parle, évidemment. Des effets secondaires ? »


_________________
There are things you can`t outrun. You call it destiny, Invité. I call it the End.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Sam 13 Jan 2018 - 2:44
Il replaçait son statut de sauveur dans la conversation et à vrai dire, Sana’ n’avait jamais eu envie de l’en féliciter ou même remercier… Bien des fois, elle avait pensé que tout aurait pu se finir depuis longtemps sans lui. Un autre acharné toujours sur sa route, qui la sauvait, mais la pourrissait à la fois sans le savoir à chaque intervention.

-Je t’ai jamais rien demandé Idiot, tu peux arrêter de le faire, personne te le reprochera.

L’oiseau revenait se percher sur son épaule, grimpant le long de sa manche, comme s’il voulait la ramener à eux, lui qui ne la quittait plus jamais maintenant était bien le mieux placé de l’avoir découverte sous son vrai jour. Plus grand-chose raccrochait son invocatrice à ce monde, un fil aussi fin d’une canne à pêche, dont il n’était pas certain de la résistance comparable. Il blottissait sa joue contre la sienne, chassant par son poids et sa maladresse l’écharpe de la dame petit à petit. Involontaire ? Va savoir. Il se raccrochait à ce qu’il pouvait encore. Un peu comme elle qui le regardait en coin avant de venir embrasser son bec, ce qui le fit râler un peu et tomber le tissu du col aux cuisses de la Hyuga.

-Effectivement, j’étais en recluse dans le centre de soin. Non Taishi, pas vraiment d’effets secondaires, sauf des accrocs difficiles avec l’alcool avec le traitement. Je suppose que ce n’est pas si mal ?

Mais chien, ce que sa vie l’était maintenant avec la sobriété. C’était pire qu’avant en réalité, elle n’avait plus rien à faire en ayant tout raccroché comme ça, ni la foi pour quoi que ce soit en fait. On donnait des noms médicaux à son état traumatique soi-disant, mais la vérité était toute autre. Sanadare n’avait fait que jouer le jeu de la poupée perdue à sauver, juste pour avoir ses yeux, certains la voyait comme une menace, quelque chose sur le point d’exploser avec dégâts collatéraux, alors elle se faisait sage et bonne élève. Une façade, la rupture était sûrement déjà faite et idiote de sobriquet, ne l’empêchait pas d’avoir une intelligence plus affutée pour des desseins plus troubles.

-Quand Akimoto sera plus là tu dis… Pour une retraite alors ? Ça m’agacerait de l’enterrer, ce n’est pas mon truc les cérémonies, je ne suis pas sortable tu sais bien.

Elle croisait les bras, faisant ressortir son double D encore frais sans le vouloir, pas encore bien l’habitude, ils avaient enflés progressivement, donc la femme aveugle en plus, n’en avait jamais vraiment été troublée. Elle glissa son regard dans celui du brun, pas décidée du coup à lui avouer l’accord avec leur maître de la laisser partir après leur prochaine mission.

-On va chez toi ? Qu’elle lui fit au tac au tac en se levant et glissant les ryos sur la table, prenant le soin de se rhabiller. Si si ! Tout ce monde qui bouge fatigue mon oeil. Menteuse.

Accorder du temps hein ? Pourquoi pas, rien de mieux à faire de toute.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Sam 10 Fév 2018 - 3:11
L’atmosphère était plus lourde qu’elle ne l’aurait dû, si on ne prenait pas compte de la quantité titanesque de bouffe qu’il engouffrait à la seconde. On aurait presque crû que l’idiote était nostalgique ou un truc comme ça. Difficile de dire si leur situation s’était améliorée ou empirée dans la dernière année. Plus compliqué, ça c’est certain. Il soupira, étant davantage un fan de simplicité personnellement.

« Je doute qu’il y ait plus qu’une poignée de shinobi sur le continent capable de battre Akimoto dans un combat direct. Non, je pense pas que ce sera nous qui va l’enterrer. Mais tu l’as bien vu comme moi, c’est pas un gars né pour la politique, un poison bien plus pernicieux que le champ de bataille. Au moins à la guerre, tu sais dans quelle direction l’ennemi se cache. »

Il ne voulait pas paraître mystérieux, il n’était pas plus doué que qui ce soit sur le sujet. La partie sur l’alcool le fit sourciller. Plus capable de tenir l’alcool ? Voilà qui allait faire baisser les ventes des bars du village d’un bon 20 %. Pauvre idiote, tu as même plus de quoi te rendre intéressante désormais. Ou du moins c’était ce que Taishi pensait avant qu’elle ne daigne se pencher en avant… Ses yeux s’agrandirent. Il regarda ensuite son verre, puis les boobs, puis son verre à nouveau. Peut-être avait-il bu plus qu’il ne l’avait pensé ? Elle parlait mais Taishi l’ignora totalement en se levant de son siège pour examiner de plus près les Bey Blades. Il appuya avec un doigt, vérifiant le coefficient rebondissement, une variable essentielle dans toute bonne évaluation scientifique.

« Je vois que tu en as profité pour faire quelques… hum… améliorations. »

Des améliorations très notables disent, il dut retenir ses simagrées habituelles, sachant que désormais elle pourrait les observer. Quelle imbécile, abuser des miracles médicaux d’une telle manière. Taishi comprit enfin les derniers mots de la femme et haussa des épaules sans détacher les yeux des deux plus importants éléments de la pièce. Il hocha enfin de la tête avant d’avancer sa main au-dessus de la tache pour la refermer dans sa crinière blanche, comme d’habitude. Un instant plus tard, et quelques tons de verts dans les yeux, le paysage de sa maison avait pris la place. Il y régnait un certain désordre, l’endroit était propre mais désordonné, ce qui ne lui ressemblait pas habituellement.

Il poussa doucement la femme contre le mur pour lui arracher quelques baisers en laissant les mains glisser contre les flancs onduleux de la kunoichi.

« T’es pas sortable, alors autant pas te sortir, non ? »

Petit sourire et il reprit les caresses en la menant tranquillement vers le lit.

« Du coup, je suis comme tu t’imaginais, ou ? »

Il prit la pose comme un acteur de théâtre.

« Un 7/10 authentique ! »

Il alla attaquer le cou en laissant ses pensées divaguer...


_________________
There are things you can`t outrun. You call it destiny, Invité. I call it the End.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mer 14 Fév 2018 - 22:54
Elle l’écouta parler des compétences de politique du Borukan avec un pincement au cœur. Effectivement, ce n’était pas son fort et justement pour ça, c’était sa chance à elle. Est-ce que la Hyûga avait du scrupule à le jeter dans les flammes des manigances sans crier gare ? Non. Absolument pas. La fin justifiait les moyens, elle l’avait déjà décidé depuis longtemps que si tout devrait être à feu et à sang pour les réduire en cendre, il en serait ainsi. La borgne ne laisserait personne arrêter sa folie déjà en place. Elle fixait Taishi dévorant toujours avec le même appétit sa nourriture. Et lui dans tout ça, elle en ferait quoi ? Il serait fâché qu’il fasse des bêtises, peut-être que Dame la Chance l’aimerait assez pour offrir un bon timing. Ce n’était pas faute de l’avoir dit et redit, elle ne voulait pas être sauvée, il n’y avait rien à sauver. La pensée lui redonnait un sourire, après tout, ils étaient en pleine conversation. Ou plutôt en plein pelotage, euh, séance d’examen.

-Sombre Idiot…

Mais elle le laissait faire pareil malgré sa face perplexe devant les méthodes. Le Hayai s’en était vraiment toujours permis beaucoup, beaucoup trop. Sans trop s’attardait sur l’origine des améliorations, il allait encore faire des bonds ou pire, elle daignait quand même se moquer de lui en lui donnant plus ou moins un indice.

-Croissance naturelle. L’histoire de la vie mon cher Taishi !

À quoi bon lui parler, il n’avait qu’un seul intérêt et elle le savait, un qui se confirmait plaquée sur ce mur où elle ne se débattait même pas pour participer à l’échange en relevant ses jambes pour le capturer entres ses cuisses. L’action ne semblait le perturber outre mesure et alors elle avait l’impression d’avoir oublié quelque chose… Mais une autre pensée la ravissait déjà.

-Partir sans payer Taishi, ce vilain garçon alors… Tu progresses.

Un doigt caressait ses lèvres qu’elle avait poussées pour pouvoir parler, avant de très vite y revenir ceci dit. Le perroquet restait au bar ne comprenait pas tout ce qui s’était passé lui, juste qu’il se retrouvait seul… Ce qui ne traversait pas l’esprit de la jeune femme emportée vers un lit. C’était familier, à un détail près qu’elle le voyait maintenant. A son ultime question, elle affichait son air le plus malicieux, merveilleusement coopérative, ce qui était louche la connaissant.

-Quoi ?! Tu m’as toujours dis que t’étais le 10/10 ! M’aurais-tu menti ? Mon barème est faux donc ?!

Sa mine était faussement contrariée alors qu’elle le capturait contre elle vers ce fameux lit qui l’avait recueilli bien trop souvent. D’une savante manière, elle le fit taire ses lippes contre les siennes s’occupant de lui débarrasser les couches superflues de tissus gênant pour l’inviter à des réponses de tac au tac plus charnelles que vocales. Enfin, pas toujours dans son cas à elle. C’était sûrement la dernière fois, alors la borgne se fit douce, elle ne mourait plus idiote maintenant après avoir essayé. C’était son excuse.




_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Ven 16 Fév 2018 - 14:38
« Croissance naturelle, Bawais… Comme si une idiote aussi sévère pouvait produire des éléments d’une telle qualité… Je cri au dopage ! Je demande des tests ! »

Pour la science ! Il haussa les épaules en prenant le temps de caresser et masser longuement, s’attardant aux endroits qu’elle préfèrait, après tout l’Hayai commençait à la connaître un peu depuis le temps. L’imbécile semblait bien lente et même douce ce soir, ce qui était à la fois inquiétant et étrange, mais Taishi n’était pas vraiment du genre à investiguer les émotions incompréhensibles de la folle. Autant profiter et on verra après. La remarque de la fausse Hyuga le fit sourciller et il secoua la tête.

« Je croyais que t’avais payé pour moi comme d’habitude. Quelle ingrate ! C’est pas grave, j’ai un rencart avec la serveuse demain soir, je trouverai bien un moyen de repayer ma dette. »

Sans insister sur les moyens employés, il se remit à la tâche en libérant les Dantesques Diablotins qui semblaient étouffer sous les vêtements trop petits comme d’habitude. La rumeur selon laquelle Sanadare s’habillait dans les boutiques pour enfants n’en était pas une. Une autre de ses excentriques exagérations, si l’on peut dire.

« Madame a des gros problèmes de mémoire, je me souviens pas t’avoir donné plus que 3/10, peut-être 4 si j’étais ivre, mais il aurait fallu vraiment une quantité d’alcool phénoménale. Tu devrais être contente, 7 c’est pas si mal. Presque autant que ton assistante d’assisté. Je l’ai rencontré l’autre jour. Mais où tu les fabriques tes clônes ? La prochaine fois, essaie au moins de pas devancer l’original »

Il parlait mais c’était rien de nouveau. Taishi tira sur la crinière pour mieux s’attarder sur le cou.


_________________
There are things you can`t outrun. You call it destiny, Invité. I call it the End.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Lun 19 Fév 2018 - 1:40
-Pff…

Fut sa seule réponse pour la note du resto’, quant à son rencard, elle lui lançait un regard de son seul œil un sourcil relevé. Ah ouais ? Dans ses plans de bases peut-être, mais demain soir encore il se pourrait qu’il ne soit pas aussi libre qu’il l’espérait. Autant ne pas le savoir directement ne la gênait pas, autant l’entendre lui dire ouvertement avait le don de… l’irriter ? La Hyûga grimaçait, mais pas pour la serveuse et son rancard, enfin si, mais directement pour ça, ou alors si, mais pas que ! Taishi avait une plus grande place qu’elle l’aurait voulu malheureusement, ça compliquait ses affaires, mais ne les entravait pas pour autant. Presque à cet instant elle s’en sentait désolée ou en fait non, elle l’était réellement même si elle ne lui en partageait rien. Le reste de ses remarques obtenaient la même réponse que la précédente…

-Pff….

Il s’attaquait au cou et elle le laissait faire en jouant avec ses cheveux avec des caresses lasses ou tendres au choix. Aucune importance, Taishi n’avait jamais été du genre à s’attarder sur les détails ou à chercher plus loin que l’évidence que l’on mettait sous son nez. Tout en simplicité, peut-être pour ça qu’elle l’appréciait autant au final.

-Pauvre Idiot, 7/10 ce n’est pas assez et je peux le prouver…






_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Jeu 22 Fév 2018 - 15:32
« 7/10 c’est un excellent score considérant tes atouts… T’es juste jamais satisfaite de ce que tu as, hein ? »

Typique imbécile, mais c’était tolérable puisqu’au moins cette fois elle n’avait pas causé de catastrophe, du moins pas encore. La serveuse pouvait se contenter de voir son restaurant encore intacte et non carbonisé, inondé ou je ne sais quoi d’autre. Les petits plaisirs de la vie, on aurait dit. Parlant de catastrophe, à quand remontait la dernière ? Cela semblait soudainement un peu suspect, une indication claire que quelque chose se préparait. Évidemment, elle ne donnerait pas les détails. Ils partageaient beaucoup de choses mais Sanadare semblait toujours avoir souhaité l’exclure de ses projets, ambitions et folies. Taishi se demandait parfois si elle faisait ça pour le protéger, ou bien s’assurer qu’il n’allait pas intervenir, que ce soit positif ou négatif…

Autre point surprenant, elle se laissait faire et semblait bien molle ce soir, ça ne présageait rien de bon. Mais Taishi, comme semblait le pensait l’idiote, était une personne plutôt simple au fond, et ne s’attarda pas longtemps, pas davantage sur les détails. Comme son clan, il croyait à la liberté sans compromis. Si l’imbécile voulait se rendre la vie difficile, c’était son problème.





_________________
There are things you can`t outrun. You call it destiny, Invité. I call it the End.

#GLOUBAFETT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Lun 9 Avr 2018 - 14:10
-Jamais et je ne le saurais jamais faut croire, rien de nouveau.

S’il avait raison sur un point, c’était celui qui affirmait que Sana’ ne saurait jamais se satisfaire de ce qu’elle avait. Toujours poussé a en vouloir davantage, à vouloir un cran de plus à chaque fois. C’était presque un ton de reproche en sortant de la voix de l’homme, mais c’était au final ce qui avait sauvé la vie de la Hyûga. Son insatisfaction enfant sur ses avancées des ses entraînements, qui lui avait donné de l’avance salvatrice une fois ses yeux endommagés. Lui permettant de rester la kunoichi de son aspiration d’avenir, d’obtenir sa sensorialité si poussée en refusant de se contenter d’avoir survécu. En donnant toute son énergie pour régler ses comptes.

Au final, elle avait toujours eu le choix de faire les choses simplement ou compliquées, comme choisir de vivre une autre vie à Hi plutôt que sacrifier la sienne à Iwa. Comme lui apprendre les bases d’un shinobi, alors qu’elle même n’était plus certaine d’y arriver encore. Si cela la faisait toujours sourire autant, c’était probablement parce qu’elle savait que son intérêt n’était que par sa complexité, si elle avait été simple comme il lui suggérait tout le temps, la monotonie l’aurait vite lassé.

Des jours ou dans des moments comme celui-ci, Sana’ aurait aimé avoir choisi la simplicité, ce n’était pas qu’elle regrettait ses choix, ça jamais, même si ça devenait le cas elle ne le reconnaîtrait. Juste que contrairement à ce qu’il pensait, la femme savait bien ce qu’elle perdait. Et pourtant, cela ne changeait jamais rien à sa ligne conductrice, sauf parfois comme là, pour une dérive plutôt affectueuse qui ne semblait ne pas lui ressemblait.

Son seul œil restant s’était surpris à découvrir leur reflet dans le miroir, la face satisfaite de cet imbécile qui se pensait preneur d’une victoire qu’elle ne faisait que lui laisser. Si Sana’ était décidé à être plus souple aujourd’hui, il y avait des natures profondes qu’on ne pouvait pas changer. Surtout pas avec des créatures comme elle qui avait des mécanismes de défenses particulièrement rodés. Ce n’était pas une affaire de confiance ou autre, juste une fondation invisible la démontrant dans les pires de ses facettes.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Le malus\bonus - Taishi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: