Derniers sujets
Partagez | 

Mission B || Groupe 4 | Le Premier Cercle appelle la médecine mondiale


Sam 13 Jan 2018 - 8:40
Le voyage fut long, un véritable supplice pour toi qui n'espérais plus. En vous installant à Iwagakure, vous aviez abandonnés tout espoir de revoir un jour ces paysages - ils avaient pourtant le droit d'y revenir librement mais, ta famille le fit pour toi - parce que pour les protéger tu devins l'une des shinobis de ces montagnes, renonçant à ton droit d'y revenir... Cependant, tu finis par rejoindre ces terres que tu t'efforças à oublier : tu venais d'atteindre les terres de Kaze no Kuni. Tu venais de rentrer chez toi, à ta terre natale - prise par l'euphorie tu te laissas tomber dans le sable : il était bon, il était chaud, il était aussi doux que dans tes souvenirs. Tu te mis sur les genoux et y enfonça lentement tes mains jusqu'à recouvrir tes poignets. Puis tu l'empoignas fermement, le laissa filer entre tes doigts pour s'écouler sur tes cuisses. On aurait dit une folle mais, tu étais si heureuse de retrouver le sol de tes ancêtres. Cette atmosphère aride. Ces journées brûlantes - ces nuits glaciales. Les vents chauds - l'air sec. Le soleil ardent et ces dunes sans fins... Toutes ces choses qui étaient courroux pour les autres, quotidien pour les peuples vivants encore à Kaze et bonheur, pour toi qui venait de revenir. Aucun doute possible, aucune erreur : tu avais Kaze no Kuni dans la peau... Cette peau matte et cette chevelure noire de jais en étaient la preuve.

Prise d'une nouvelle énergie, tu te sentais revivre - pousser des ailes - comme si retrouver tes terres avait éveillé de nouvelles forces ! Mais l'heure n'était pas à la jouissance... Tu te relevas avec une certaine tristesse, ton retour n'était dû qu'à cette mission - que tu accomplirais au mieux pour faire honneur à ton nouveau village seulement, tu aurais aimé en profiter plus... Tu pourrais faire en sorte de prolonger ton séjour mais, la séparation n'en serait que plus douloureuse... Tu avais déjà la chance de refouler ce sable, cette mission était une aubaine. Elle te donnait l'occasion de regoûter à ce panorama incandescent, en plus d'améliorer tes connaissances, de prouver ta valeur en tant qu'Iryô-nin ! En demander davantage serait ingrat ! Pourtant, au fond de toi, tu ne pus t'empêcher de te promettre d'y revenir, un jour, avec ton clan au complet si tu avais l'occasion... Et sur ces pensées chagrinées et optimistes, tu te remis en route jusqu'au premier point de rendez-vous.

Toi qui pensais avoir tout oublié de cet endroit, tu n'eus - à ta grande surprise - aucun mal à trouver ton chemin. Tes habitudes de nomades revinrent au galop et, les enseignements que tu croyais effacés resurgir de ta mémoire. Ainsi, tu abordas le premier point de caravanerie où tu pus te reposer - parler avec les quelques autres voyageurs et nomades et surtout, emprunter une monture pour rejoindre le second point. Ensuite, tu t'arrêtas au troisième point, empruntas une nouvelle monture et ainsi de suite jusqu'à atteindre l'un des villages ambulant proche de la capitale. C'est ici que tu devais attendre - tu en profitas pour y acheter les derniers éléments dont tu supposais avoir besoin pour cette mission et, tentas de te renseigner, au passage, auprès des habitants dans l'espoir de récolter quelques indices pour t'aider dans la tâche qui t'incombait.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1582-lee-sun-hi-prune-bonte-et-bonheur

Mer 24 Jan 2018 - 2:50

Certaines des rencontres refusent simplement de parler si cela ne concernait pas des achats. Ils s’éloignent et ignorent soudainement leur cliente. C’est louche, peut-être que le sujet est sensible, mais pas mal de gens par ici semblent au courant et esquivent soudainement la kunoishi, sauf une vieille dame qui en finissant de lui emballer ses emplettes lui conseille de repartir d’où elle vient. Elle parle tout bas en regardant de droite à gauche avant de s’éloigner aussitôt inquiétée. La pêche aux infos se limitera à cela, une silhouette apparait dans l’horizon, la femme qui la dessine, semble être à la recherche de la curieuse. Elle ne met pas longtemps à la trouver sous les indications à peine furtives de la population locale. Elles se font face.

« Je suis Curcucurma, la passeuse du désert. »

C’est ainsi qu’elle se présente simplement, avant d’expliquer qu’elle est venue la chercher pour partir sur le champ. Pas de temps à perdre visiblement, les heures sont comptées, alors elle veut que vous décolliez sur le champ. Mais avant, elle veut tester les compétences de la kunoishi, donc elle lui demande de la suivre dans un des bâtiments où trois patients pourtant à premières vues bien portant attendent, sauf qu'ils sont solidement attachés sur des tables opératoires et un bandeau les empêche de voir ou parler. Avec eux, trois autres jeunes femmes dans leur dos qui attendent le signal.



Tu comprends que je ne vais pas emmener n'importe qui... Tu es douée jusqu’à quel point ? Détourner la mort, lui faire face ou la narguer ?
Choisis un seul choix des trois.

Détourner la mort = Tu refuses de jouer à son jeu, vous partirez, mais tu ne sauras jamais ce qui leur ai arrivé...

Lui faire face = Elles empoissonneront un des patients avec un poison donnant la mort en 6mins, le second se fera trancher un membre (doigt, jambe, main, ect... au choix), le dernier sera asphyxié jusqu'aux soins ou la mort des deux autres.

La narguer = Elle demandera à t'injecter un puissant poison dont tu devras te soigner seule, sans connaitre son origine. Pour te motiver, tous les patients auront le même traitement, mais tu ne le sauras/verras qu'une fois empoissonnée.

Tenter autre chose

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 5 Fév 2018 - 23:44
Un voile d'ombre se dépose sur leur visage lorsque tu évoques le mal frappant leur conseillé, les Kazejins de ce village ambulant refusent de te parler, pire encore : ils te fuient comme la peste... Tu te rends compte que la tâche est vaine, il ne sert à rien de continuer de poser des questions ; tous te pointent déjà du doigt rendant dans la foulée, ta quête d'achat bien plus compliqué... Et quand bien même la situation semble désespérée tu essaies, tout de même, encore... Seule une vieille femme daigne de te répondre... Une réponse clandestine, loin de celle que tu attendais ; un avertissement qui te laissa une certaine amertume mais pour lequel tu la remercies, infiniment, pour avoir bien voulu t'accorder un peu de son temps malgré la peur qui l'anime...

Tu emballes ton paquetage sous ces regards méfiants lorsqu'ils ne sont pas de faïences ; tu n'es clairement plus la bienvenue en ces lieux... Malgré ton coeur se serrant tu peux les comprendre ainsi, tu partiras au plus vite, une fois que tu auras trouvé cette fameuse personne censée t'amener auprès du conseiller - mais c'est elle qui se présenta à toi...

Il lui fut facile te retrouver, tous te dénoncent sans se cacher... Tu te relèves pour lui faire face, elle n'est pas agressive mais, sa personne te met mal à l'aise or, il n'est point question de montrer un quelconque signe de faiblesse alors, tu te contentes lui retourner sa politesse en te présentant aussi simplement avant d'écouter ses explications. La suis, sans broncher. Seulement, une fois arrivée dans ce bâtiment, il y règne comme une ambiance malsaine...

Trois personnes solidement attachés, bâillonnés et privés de la vue... Le spectacle te glace et tu sens monter cette furie en toi ; mais tu la contiens, serres dents et poings en t'adressant à la femme perfide d'un ton sec... "Quelle est donc cette mascarade ? Je suis Iryo-nin pas charlatan, il est hors de question que joue avec la vie de ces personnes ! De plus vos méthodes semblent bien douteuses ! Qu'est-ce qui me prouve, à moi, que vous êtes bien envoyée par les autorités Kazejins ?". Le regard en feux, tu la toises avant de reprendre, "Je ne continuerais à vous suivre que si vous les libérez et, n'essayez pas de porter atteinte à leur vie. De toute façon : c'est vous qui avez besoin d'un médecin, pas moi."

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1582-lee-sun-hi-prune-bonte-et-bonheur

Mar 6 Fév 2018 - 1:23

La femme au curieux nom la toisa longuement, elle pouvait lire en elle la colère contenue, bien que son ton la trahissait un peu. Son regard se reportait sur une des infirmières qui affichait un sourire satisfait, les pseudos patients se défaisaient alors eux même de leurs faux liens, avant de s’asseoir sur leur table en ricanant… de la farce ?

« Il y a effectivement beaucoup de charlatans se prétendant médecin, beaucoup aussi qui se prennent pour des sortes de dieux. »

L’affirmation venait de l’infirmière qui se détachait du lot, cette dernière qui s’avançait vers l’irou d’iwa pour lui faire face. Son accompagnatrice aux cheveux violets, dès lors, quitta le bâtiment avec la majorité des acteurs de la mascarade.

« Ne soyez pas fâchée, on ne peut pas se permettre de ramener n’importe qui à notre maître. »

Et la brune avait passé son test avec brio, en choisissant de ne pas choisir au final, parce qu’elle était une sauveuse de vie avant toute chose. Cette chose précieuse avec laquelle seuls les fous pouvaient jouer.


Nous pouvons partir dès maintenant si vous acceptez toujours notre invitation, ceci dit, il y a quelques conditions. Afin de garder notre emplacement le plus sécuritaire possible, nous vous demanderons de voyager les yeux bandés au dernier jour sur notre monture.


La suivre : Option 1 accepté les conditions, le rp au prochain tour se passera directement aux portes de la destination. Tu peux avancer jusque là si tu le souhaites.
Option 2 les suivre, mais refuser le bandeau au dernier jour, ils t'abandonneront au milieu du désert et reviendront sur leurs pas.

Refuser de coopérer, les passeurs partiront, il faudra trouver un autre moyen

Tenter autre chose

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mission B || Groupe 4 | Le Premier Cercle appelle la médecine mondiale

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent
Sauter vers: