Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

[Mission C] Escorte brumeuse, ft Izumi Suiatsu


Dim 18 Juin 2017 - 11:15
Contexte : Un représentant du Daimyô de Mizu no Kuni doit arriver au village en début de soirée. Compte tenu de l’importance de cette venue, deux Kirijins l’escorteront jusqu’à une chambre privée près des Dojos et devront surveiller cette dernière toute la nuit.

C’était le grand jour ! Arukisa s’était vu attribuer sa première mission en tant que kirijin. La jeune kunoichi était tellement enthousiaste à l’idée de porter sa pierre à l’édifice nouveau qu’est Kiri qu’elle s’était préparé avec minutie. Arme nettoyé, cheveux coiffé, robe de combat scintillante, botte lustrée et une lanterne huilée, elle n’avait laissé échapper aucun détail. Elle avait même pris le soin d’aller demander aux bureaux administratifs s’ils n’avaient pas une carte des marécages brumeux entourant Kiri afin qu’elle puisse la consulter en amont. Effectivement, ses quelques semaines passées au pays de l’Eau ne lui avait pas encore permis de découvrir son entière géographie. Déjà parce qu’en temps que genin elle n’avait pas trop le droit de sortir du village sans autorisation, même si elle le faisait parfois quand même car sa soif de connaissances et d’aventures étaient plus forte. Et également parce que les lieux n’étaient pas encore sécurisés complètement, loin de là même ! De nombreux brigands et autres malfrats grouillaient encore, et bien qu’elle soit capable de se défendre partiellement, elle n’avait pas encore le niveau pour affronter le pire…

La mission était à priori plutôt simple. Elle avait été classé en rang C. C’est en général les requêtes classiques qu’on donne aux néophytes. La description indiquait qu’il fallait accueillir et escorter un personnage de haute importance des marécages brumeux jusqu’à sa chambre, et surveiller son sommeil jusqu’au petit matin. Sur le coup, Arukisa se demanda si le plus ça n’allait pas de rester éveillée toute la nuit. Néanmoins, elle allait se donner à fond comme toujours. Elle trépignait d’impatience au fur et à mesure que les heures la séparaient du début de sa quête. D’autant plus qu’elle était affectée à celle-ci avec un autre ninja. Une nouvelle rencontre ! La Rose Rouge n’avait pas encore fait beaucoup de connaissances depuis son installation, les habitants étaient un peu frileux d’après elle.
Le départ était enfin arrivé et la kunoichi prit la direction de la grande porte du village qui menait directement sur les marécages sanglants qui entouraient complètement les constructions. Dans ces lieux lugubres, une brume infinie régnait. Épaisse et humide, elle posait une ambiance mystérieuse sybilline qui faisait froid dans le dos. Le sol imbibé d’une eau aux odeurs parfois répugnantes était à la fois une malédiction pour les ennemis du village qui ne connaissaient pas le terrain et pouvaient rester embourbé jusqu’à leur dernier souffle, mais aussi une bénédiction pour le village qui disposait là d’un atout défensif majeur contre leurs assaillants. Prudemment, la Rose Rouge progressait, lanterne à la main car la nuit tombait, sur les sentiers secrets que seuls les kirijins et quelques privilégiés connaissaient. Le point de rendez-vous était à mi-distance entre le bord de mer, car évidemment le représentant arrivait en bateau, et le village, à un croisement de plusieurs chemins.


Arukisa était la première sur les lieux. Le silence intimidant des marécages lui permettait d’entendre au loin et sa jeune oreille entendit un son venir au loin. Son coeur s’emballa un peu, l'environnement ne la rassurait pas pleinement, elle n’était pas encore habituée à ces environs nébuleux et elle n’aimait pas cette impression de confinage. Portant sa lanterne vers celui-ci, elle tenta tant bien que mal d’apercevoir quelque chose.

- Il y a quelqu’un ? Lança-t-elle de voix frêle.



_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 http://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures

Lun 19 Juin 2017 - 18:59
Le parchemin venait d’arriver dans ces mains. Le kirijin s’empressa de le dérouler.

-Bof, rien compris… Il regarda au ciel. Oh ! Vous auriez quand même pu me donner la possibilité de lire, hein ! Nan mais j’te jure, ‘fin please quoi. Quelques secondes passèrent. Merci quand même ! Ses yeux se focalisèrent de nouveau sur les signifiants locaux. Mouais c’est pauvre comme langue… ils auraient pu faire un effort au cinquième. M’enfin bon, pas grave.

***

Les marécages qui bordaient Kiri étaient le théâtre lugubre d’une violence permanente, de cet esprit belliqueux qui animait les insulaires depuis des générations. Violence de la nature, un sol inhospitalier qui rendait la bonne progression des armées étrangères impossibles, ces mêmes armées que les corbeaux mireraient macabrement, le bec encore humide du sang des cadavres régulièrement renouvelés par les rixes et autres embuscades rendues incontournables de par la hauteur de la végétation, celle-là même qui prenait racine dans les débris laissés par les festins de ces mêmes charognards trop gâtés pour daigner tout ingérer.

Ouais puis en plus ça stagne par endroit c’est vraiment merdique. Attend, il me semblait qu’on leur avait fait don d’un minimum de ce concept que l’on appelle propreté à ces sous-races ! ‘tain je sais pas combien de temps ça fait qu’ils ont pas foutu les pieds ici au cinquième, mais croyez-moi j’vais pas revenir les mains vides ! Il va être salé le compte rendu ! Haha nan en fait j’vais tellement foutre le merdier que ce sera encore plus dégueulasse. Ah j’suis trop fort.

La brume et le vent dansaient discrètement de telle façon que la végétation était sans cesse caressée par l’humidité. Dans ces lieux apparement damnés rôdait une masse aqueuse informe qui se démarquait de la brume naturelle: Suiatsu n’aimait guère se déplacer sur les deux jambes de son corps mortel. Attendez chui pas un singe. Aussi préférait-il mettre à contribution l’exceptionnel organisme qui était le sien Merci narrateur, c’est naturel, pour voguer parmi les particules aqueuses de la brume. Bientôt apercevait-il sa coéquipière, éclairée par la lampe intelligemment apportée pour l’occasion.

Tu m’étonnes, on voit que dalle. J’savais pas qu’ils avaient doté les femelles d’autant d’esprit pratique au cinquième. Boarf, si on les avait gardé comme elles étaient à la base… mouhahahahaha. Bref, on peut dire une soeur d’arme ? M’chai pas. Allez, petite entrée bien classe.

-Aucune idée. Fit-il en se reformant. Les millions de gouttes qui formaient sont corps se réunirent en un corps humain. C’est toi l’escorte ? Sans mauvais jeu de mot, hein. Mouhahahaha elle était facile, j’avoue. Dis-moi ça serait con qu’il se fasse zigouiller avant d’arriver le gonze, nan parce que j’ai croisé un groupe d’énervés, j’te dis pas. Bon j’les ai pas fait fuir parce que j’suis relax aujourd’hui et puis qu’j’m’en fous aussi, mais faudrait pas qu’ils viennent trop nous les briser. Enfin… à moi, quoi. Toi… ‘fin tu vois, y’a pas grand chose à briser. A moins que tu ne sois hybride ? Tu sais si on est couvert si le mec meurt avant d’arriver ?
T’es vraiment hybride ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 19 Juin 2017 - 19:50
« N’aie crainte, jeune homme, je suis toujours en vie. »

Si la voix était imposante, celle qui la portait l’était au moins tout autant. Raonaka Ao était arrivé, semblait-il, au beau milieu de la conversation des deux shinobis de Kiri. Grand et aux muscles soulignés, même son air sérieux reflétait l’image d’un homme important : n’importe qui ne le comprendrait rien qu’en le voyant. Mais s’il semblait au départ amusé de la situation et de la petite phrase du ninja aqueux, son air grave accoutumé reprit rapidement le dessus.

« Je me présente, Raonaka Ao. J’imagine que vous êtes les ninjas que Kiri a assigné comme mon escorte. Je vous en remercie par avance. »

Un sérieux qui n’était finalement pas signe de mépris. Du fond de son être, le Conseiller du Daimyô de Mizu no Kuni respectait tous les shinobis, y compris ceux qui pouvaient faire les tâches les plus ingrates. Et s’il ne pressentait pas une réelle prestance ni chez la jeune femme ni chez le jeune homme, il savait le courage qu’il fallait pour être à leur place. Et c’était quelque-part son rôle, officiellement, de trouver un chef qui soit apte à les faire progresser.

« Je vous suis. »

Il adressa un dernier regard au garde qui l’avait aidé à traverser les Marécages Brumeux, pour finalement se concentrer à nouveau sur ces deux shinobis. Enfin était-il arrivé à Kiri, Village caché de la Brume.

Etat de la mission:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 19 Juin 2017 - 21:58
Aru’ sursauta et balbutia en voyant une masse liquide se rassembler devant elle et donner vie à un humain. Elle n’avait encore jamais vu cela. Il faut dire que tout phénomène étrange dans ce lieu pouvait rapidement foutre la frousse. Et en même temps, la jeune fille n’avait pas encore vu grand chose du monde ninja et des capacités étonnantes qu’il pouvait contenir. Mais comment un homme pouvait se liquéfier ? Une envie débordante de passer sa main à travers le garçon lui prit. Elle avança son bras avec prudence mais se ravisa finalement en se disant que c’était un peu impoli. A peine arrivé, celui-ci l’accosta sans perdre une seconde et la harcela de questions. La Rose Rouge avait reçu une bonne éducation de sa famille et la façon dont il lui parlait lui sembla plutôt étrange, d’autant qu’il ne s’était même pas présenté. Elle ne comprit rien à son histoire d’hybride car en réalité elle essayait encore de comprendre comment son corps pouvait être… de l’eau.

- Non je ne suis pas hybride, je m’appelle Gozan Arukisa, et toi ? Tu es un genre de flaque ? Répondit-elle simplement sans même réaliser qu’il se jouait d’elle.

La flaque fut la conclusion la plus probable à sa réflexion. Telle une enfant, la kunoichi lui posa directement la question. C’était un de ses principaux défauts, elle ne réfléchissait pas toujours avant de parler et elle avait la franchise d’une jeune adolescente. Mais à peine eut-elle le temps de finir sa phrase qu’une voix grave perça la pénombre. Le petit coeur d’Arukisa rebondit à nouveau. Une véritable armoire s’avançait vers eux. A priori, c’était l’homme que les deux kirijins devaient escorter. Mais quand elle vit la masse musculaire qui se tenait devant elle, elle se demanda qui escortait qui en fait ? Avait-il vraiment besoin qu’on l’accompagne ? Tout chez lui inspirait le respect. De sa cicatrice au visage probablement provoquée par des années de batailles, à son tatouage guerrier au crâne en passant par sa barbe virile, Aru’ était impressionnée. Ses grands yeux bien ouverts démontraient sa pensée. Elle reprit ses esprits quand celui-ci les invita à lui montrer la marche. Polie, la Rose Rouge se présenta.

- Vous êtes graaaannnds ! Euh… je veux dire je m’appelle Gozan Arukisa, pour vous servir ! Dit-elle avec son entrain habituel. C’est par ici, on va vous amener en vie jusqu’à votre chambre. Ajouta-t-elle en pointa du doigt la brume avant de s’apercevoir qu’on ne voyait pas à dix mètres.

La kirijin décrocha son arme de son dos. Celle-ci était pliée en mode arme à feu et elle la tenait d’une main, toujours la lanterne dans l’autre. Et bien qu’elle ne soit sûrement pas la meilleure guide dans ces lieux dû à sa récente arrivée à Kiri, elle prit les devants. Le tout était de rester sur les sentiers connus et d’éviter les bourbiers. La nuit tombait rapidement et il n’allait pas tarder à faire complètement noir. Il fallait absolument rentrer avant de risquer d’être la cible des dangers qui rodaient dans ces marécages brumeux.

- Faites attention à bien suivre nos pas, le sol est plein de trous vaseux. Ce serait dommage de perdre du temps parce qu’un de nous à de la boue jusqu’aux genoux. Dit-elle avec un grand sourire angélique.

En sautillant comme à son habitude, Arukisa avançait vers Kiri avec son groupe...

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"




Dernière édition par Gozan Arukisa le Jeu 22 Juin 2017 - 21:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 http://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures

Jeu 22 Juin 2017 - 19:51
-Hahaha pas mal, pas mal ! Une flaque. Hahahahaha !

Le Streamwalker était homme d'humour, aussi ce que beaucoup auraient pris comme une attaque se transforma en une blague sympathique dans son esprit. Il faut dire que le personnage n'avait que très peu d'intérêt pour le sérieux, la dérision se présentant comme son seul et unique cheval de bataille. Mais l’heure n’était pas à la rigolade, les deux shinobis n’avaient pas été envoyés en ces lieux hostiles pour échanger leur panel de répartie humoristique. D’ailleurs on vint et parla. Suiatsu regardait au loin dans la direction opposée.

-Izumu Suiatsu. Répliqua-t-il d’une grosse voix dérisoire, comme pour marquer sa mauvaise imitation. Après une rapide analyse de son interlocuteur, il ne put s’empêcher un petit sourire. On dissertera sur la bonne utilisation des deniers publics… M’enfin.

Nan mais c’est vrai quoi. Moi chui là pour casser des bouches alors si on commence à claquer pour mobiliser des fonctionnaires inutilement j’me demande bien comment on va payer les gars sur le front. J’vais encore devoir carry…

***

L’escorte s’était frayé un chemin au milieu des hautes herbes aquatiques du marais. Les sentiers les plus fréquemment utilisés étaient parfois tapissés de quelques panneaux de bois afin de rendre le passage plus abordable. Cela aidait un peu notre héros qui, pour faire bonne figure, se déplaçait sur ses deux jambes non sans difficulté. La remarque de sa coéquipière attira son attention.

-Ouais tu m’étonnes, imagi… A peine eut-il le temps d’imaginer la fin de sa blague qu’il se retrouva à terre, plongé dans la vase. Le liquide qui constituait son corps s’était corrompu d’un coup net, la couleur de sa peau oscillait maintenant entre le vert et le marron, on voyait des morceaux de terre et autres amas étranges flottant en apesanteur à l’intérieur de son corps par endroits. Serais-je en train de devenir un homme marais ?

Chai pas mais la mission continuait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 30 Juin 2017 - 18:32
Il eut rapidement la confirmation, de par leurs premiers mots, qu'ils n'étaient effectivement pas de haut-gradés du village. Cela ne le gênait nullement, il préférait même cela plutôt que d'avoir deux Jônins comme escorte alors que ces derniers pourraient être affectés ailleurs. Nullement inquiet donc, il se contentait de suivre le duo, et n'eut besoin de réagir que lorsque la jeune femme parla des marécages. Dans sa neutralité accoutumée, il acquiesça.

« J'en ai entendu parler, ne vous inquiétez pas. »

Aussitôt avait-il dit ça que l'autre ninja faisait déjà des siennes. Lui qui était pourtant un ninja de Kiri, s'était pris dans la vase. Là, Ao ne put s'empêcher de pousser un soupir, avant de s'approcher à la limite du marécage pour porter assistance au Genin. Robuste et surtout pieds au sol ferme, le Conseiller du Daimyô n'eut pas de mal à faire remonter le prénommé Izumi Suiatsu.

« Faites attention, voyons. »

Etat de la mission:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 2 Juil 2017 - 12:37
- Hihihi. Arukisa se mit à rire en positionnant sa main devant sa bouche.

Son coéquipier venait de marcher dans une flaque de vase et tel un caméléon, il avait directement pris l’apparence de celle-ci. Son pouvoir était réellement étrange et fascinant. Des petits amas de matières se baladaient dans son corps, comme s’ils étaient en apesanteur. Aru’ tourna la lanterne vers lui tandis que le colosse qu’ils devaient escorter l’aida à se sortir de cette situation. Le dénommé Ao rigolait beaucoup moins, sans doute était-il pressé. Elle ne savait pas pourquoi il venait à Kiri mais visiblement il n’avait pas de temps à perdre. Suiatsu de nouveau libre, le kunoichi éclaira le chemin.

- On ferait mieux de se dépêcher maintenant. Dit-elle en commençant à avancer.

L’obscurité les recouvrait. Des sons étranges sortaient maintenant des marécages. Des espèces de cris d’animaux les accompagnaient. Un mélange de croassements et de hululements. Toutes sortes d’espèces vivantes grouillaient ici en réalité, principalement des volatiles et des amphibiens. Ayant accéléré la cadence, le groupe ne tarda pas à voir les portes du village de la Brume se distinguer. La première partie de leur mission semblait en bonne voie. A priori, ils ne devraient courir aucun risque une fois celles-ci franchies. Deux gardes se tenaient à l’entrée, vérifiant l’identité de tous les individus souhaitant pénétrer l’enceinte du village. Alors que le pays abritait encore beaucoup d’individus dangereux, leur rôle était essentiel. Arukisa s’avança vers eux et prit la parole.

- Nous sommes en mission pour le village. On doit escorter cet homme jusqu’au Dojo.

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 http://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures

Ven 7 Juil 2017 - 13:42
Les gardes acquiescèrent et firent preuve du plus grand des respects à l'endroit du Conseiller. Ce comportement, bien que naturel et respectable, ne laissa pas Suiatsu indifférent pour autant, bien au contraire, lui qui d’habitude n’avait que faire des affaires humaines, son esprit fit frappé d’une certaine lucidité. Alors que l’escorte et le Conseiller pénétraient dans l’enceinte du village, lui préféra prendre un peu de temps pour observer les marécages qu’ils laissaient derrière eux. Le Conseiller était connu, le respect montré par ces gardes en témoignait directement, or, protéger un homme reconnaissable par tous s’avérait être une tache bien plus complexe que le simple fait de monter la garde.

Je ne sais pas si les gardes étaient dignes de confiance. J’avais l’impression d’être observé à ce moment bien précis, comme si, dans l’épaisseur de la brume une centaine de regards m’étudiaient, j’avais même l’impression d’entendre des murmures, mais je me faisais peut-être des idées. Après tout, ce n’était sans doute qu’un troupeau de chien-vaches venu m’empêcher d’accéder au pouvoir. Les gardes m’interpellèrent. Il ne fallait pas que je fasse trop attendre le Conseiller.

Le Streamwalker, l’air préoccupé, rejoignit le duo.

-Bon ! Fit-il avec un grand sourire. Moi je m’occupe de l’ordre secret de la mission et toi Arukitruc tu t’occupes de montrer sa chambre au monsieur. Un clone se forma dans la masse brumeuse présente dans le village. Il vous accompagnera et assurera que nous restions en contact tout du long. Je vous dis à toute’.

Bien-sûr, je ne laissai pas le temps aux deux gus de me questionner ou quoi que ce soit. Ah, et j’avais évidemment inventé cette histoire d’ordre secret. En fait, j’était parti du principe que les gardes feraient leur boulot et ne laisseraient rien ni personne de trop loufoque pénétrer le village -à part moi- aussi me disais-je que si danger il y avait, il viendrait forcément de l’intérieur, peut-être même qu’il était déjà posté là, quelque part, à épier le Conseiller. Je parierais même qu’il m’observait moi aussi. Mais vous savez, c’est tant mieux. Quand je vois la gueule du Conseiller et le nombre de gardes, je me dis qu’une attaque frontale serait un peu nulle. Il leur faudrait donc frapper avec vice et astuce. Finalement, dès lors que le Conseiller serait dans sa chambre, on serait bien incapable de l’approcher mais voyez-vous, un Conseiller ça mange, et pas n’importe quoi.

En effet, Suiatsu craignait qu’on se serve de la nourriture pour attenter à la vie du noble Conseiller. Sa réflexion l’éloigna des artères principales de la cité pour le perdre dans les méandres des petites ruelles tortueuses délaissées par la bonne société. Les grands établissements des restauration étaient loins, la grande cuisine était loin. Suiatsu s’arrêta à une échoppe. Un cuisinier, une plaque et des ingrédients frais, voilà tout ce qu’on y trouvait.

-Salut l’artiste ! Dis-moi, t’as du poison en réserve ?
-Hum… Non.
-Cool, alors tu vas me faire cinq menus différents, avec du poisson, d’la viande, des légumes, d’la sauce, bref, tout. Ah… et un menu enfant.

Je n’ai pas quitté les mains du gars des yeux de toute la préparation. Personnellement ça ne me dérange pas étant donné que mes yeux de sèchent pas, haha. Ici j’étais certain qu’aucun cuisinier corrompu aurait vicié la marchandise, et bien-sûr, qui aurait graissé la patte d’un cuisinier de rue dont la réputation était juste assez bonne pour que le petit peuple vienne y dépenser ses deniers. En parlant d’argent…

-Hoplà ! Il ouvrit le parchemin de mission. Faudra envoyer la facture au Daimoche ! Il prit les paquets empilés et s’en alla sans se préoccuper du commerçant. BOUHAHAHAHAHA !

***

Son clone était toujours présent, la chambre avait été présentée, il ne restait qu’à entretenir Arukisa de la suite.

-Ca te va si tu vas donner ça au Conseiller pour qu’il mange un peu ? Y’a un peu de tout. Attention, quand même, sa rang S est sans doute très puissante, MOUHAHAHAHAHAHAHA.
Sinon, je t’ai pris un menu enfant. Et pour la garde, mon clone va tourner un peu et tu peux te reposer, personnellement je ne dors pas. Comme ça si on se fait attaquer tu seras un peu plus fraiche, non ? Un instant de réflexion. Nan en fait mon clone va rester devant la porte avec toi, même si peux dormir, hein, et moi je vais m'infiltrer à l'intérieur, comme ça c'est plus safe. Ah, et il sera mes yeux, mes oreilles, ma bouche et tout donc nous serons toujours en contact.


Le Streamwalker s'éloigna. Le Dojo possédait un réseau de tuyauterie assez développé pour qu'on puisse infiltrer n'importe quelle pièce par les tuyaux, chose qu'il fit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 11 Aoû 2017 - 0:50
Les signes de têtes fusaient à droite et à gauche tandis que le Conseiller saluait les quelques troupes présentes. Il restait stoïque quant aux diverses paroles déblatérées par les deux compères, malgré le caractère perturbant de certaines. Tapotant l'épaule de celui qui avait été mandé pour l'accompagner dans sa chambre, Ao prit parole.

« Je monte, je vous fais confiance pour la suite. »

Prenant position dans les escaliers, il donnait ses instructions.

« Je n'ai pas particulièrement faim, ca ira pour cette nuit. »

Dans ses quartiers, c'est dans la lecture d'un ouvrage sans titre qu'il allait jouir du repos. Au petit matin, Ao reprit alors un dernier contact physique avec les shinobi l'ayant protégé :

« Merci pour votre protection, vous pouvez disposer. D'autres kirijins prennent le relais. »

Etat de la mission:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Mission C] Escorte brumeuse, ft Izumi Suiatsu

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Marécages brisés
Sauter vers: