Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Parallèle [Nara Shikarai]


Lun 15 Jan 2018 - 19:48
Rêve n° 1

Tu es sous terre. Un peu comme ces jeunes prodiges du dôton dans ta classe l’année dernière qui arrivaient à maîtriser la technique du déplacement sous-terrain du premier coup. Sauf que tu es un moine, et que les affinités primaires et toi, ça fait deux. Mais ici, tout est permis.

Pour des raisons, tu arrives à voir une partie de ce qui se passe à la surface. Il y a une silhouette avec les cheveux attachés et un katana dans le dos. Ça ressemble à ton père.

Tu essaies de lui adresser la parole, tu cries à travers la terre. Sauf qu’évidemment, c’est de la terre, donc ça bouffe le son, et toi-même n’entends rien de ce que tu lui racontes.

Pourtant, il t’entend. Alors tu recommences, et il se penche sur la terre, dans ta direction.

Voilà qu’il te parle.

« Parallèle, les jambes ! Parallèles ! »


Tu suis son conseil, et à mesure que tu allonges tes jambes, tu commences à remonter vers la surface.
Sauf qu’entre temps, la gravité s’est inversée et tu te retrouves à plonger vers les entrailles de la terre.

« Non ! Parallèle, j’ai dis ! Parallèle ! »


Tu ne comprends pas, tu tends la main vers lui à mesure que tu t’enfonces.

La musique (oui, parce qu’il y a de la musique, j’ai oublié de préciser) s’assourdit, devient distante, comme si elle résonnait dans une cathédrale dont les parois s’éloignent constamment les unes des autres.

Et alors que ton père est plus loin que jamais, paradoxalement, tu arrives à distinguer les moindres traits de son visage. A commencer par les marques sur ses joues…

???

Ah. C’est parce que ce n’est pas ton père, en fait. C’est Nara Shikarai.


Kamin ouvre un œil. Il est allongé, en position fœtale à même le sol. Chauffé par le soleil de l'après-midi, le sable du terrain d’entraînement a un goût de carotte crue.

Il émerge, se rassoit en tailleur. Son exercice n’a pas pris la tournure qu’il attendait. Il arrive encore que sa prière se mue en sieste. Autour de lui, des apprentis genins se livrent à des exercices physiques de toutes les sortes : certains s’affrontent dans un cercle tracé dans le sable, d’autres s’entraînent au lancer de projectile sur des cibles en paille. De tous, il est le seul à être relativement immobile. La bouche pâteuse, il lève un œil vers le ciel pour laisser le soleil lui lécher le visage.

Pourtant, quelqu’un lui fait de l’ombre. Quelqu’un avec des marques sur les joues.

- Ah… Mais t’es vraiment là en fait.

Coïncidence ?
Il fait mine de se lever… puis abandonne le projet, reste en tailleur.

- Tu sais, dans mon rêve j’ai cru que t’étais mon daron pendant un moment. Enfin, quand on y réfléchit, c’est grâce à ton clan que mon père a bougé du pays du Feu et qu’il a rencontré ma mère ici, donc d’une certaine façon, t’es un peu mon papa.

Il se lève pour de bon cette fois-ci. Pendant trois secondes. Puis il soupire un coup, et se rassoit.

- Ah, pardon. Kamin, se présente-t-il finalement en lui tendant la main. Tu sais pas qui je suis, c’est normal. Ne le prends pas personnellement si je m’endors pendant que tu parles, ça fait ça avec absolument tout le mzZzZzZzZzZzZzZzZ zZzZzZzZzZzZzZzZ zZzZzZzZzZzZzZzZzZzZz

Et alors qu’il sombre, sa main retombe comme un pigeon abattu en plein vol.




_________________

L'avenir appartient à ceux quzZzZzZzZzZ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2406-hatake-kamin-moine-bien-a-l-ouest-done https://soundcloud.com/grey-try
Invité

Sam 20 Jan 2018 - 21:02
Oui, ça n’est pas forcément une tâche qui devrait être confié maintenant, mais, tu es jeune, et tu le connais déjà, ça te changera les idées je suis sûr ! En plus, tu es bien plus patient que je ne le suis, ce sera bien mieux pour lui.
Très bien, le rendez-vous est au terrain d’entrainement, c’est bien cela ?
Oui. Quant à moi, je vais aller entraîner Shikarin. Désormais, il est genin, il va enfin pouvoir passer aux choses sérieuses.
Inutile de le ménager, dis-je en souriant. Il aurait pu l’être, il y a bien longtemps…
Ne sois pas si dur avec lui, je crois juste qu'il avait besoin d’être un peu plus mûr.

Je lui hochai la tête, elle n’avait pas tords après tout. Aujourd’hui, j’allais aider une connaissance : Hatake Kamin. Le père de l’adolescent était originaire du pays du feu, et a suivis le mouvement des Nara pour Kumo, comme d’autre. Cependant, il est resté assez proche du clan. Ainsi, Kamin son fils, qui est de la même année de naissance que mon frère, c’est vite lié avec lui. D’ailleurs, c’est amusant de voir que leur parcours se ressemble. Avant la création de l’académie pour tous, c’est au sein de celle des Nara qu’ils ont tous les deux évolué, pour une conséquence assez semblable. Même si les raisons n’étaient pas similaires, le résultat fut le même. C’est ensuite que leur parcours s’était séparé. Kamin, qui avait un trouble du sommeil important avait jeté l’éponge, et vraisemblablement tiré un trait sur la carrière, alors que Shikarin avait continué. Mais si les contacts était moins nombreux entre lui et mon frère, ils ne s’étaient pas interrompu, sauf peut-être dans la récente période qui venait de passer. Pourquoi ? Tout simplement car il avait suivi un moine dans une sorte de voyage initiatique, avec l’espoir que ses problèmes de sommeil pourrait s’arranger. Cela dit, il fallait bien ce le dire, je tenais cela de mon frère, restait à savoir ce qu’il en était désormais.

En arrivant sur le terrain d’entrainement où avait lieu le rendez-vous, je l’ai étrangement tout de suite reconnu… Il était visiblement en train de… Dormir… Je me demandais si son apprentissage avait marché finalement. S’il était ici en tout cas, c’est sans doute qu’il avait pour but de reprendre une carrière de Shinobi. Était-il seulement genin, j’avoue que je ne le savais même pas. J’avais eu tellement de nouvelles préoccupations ses derniers mois, que je n’avais pas vraiment eu le temps d’y penser. Je m’étais rapproché de lui, je ne savais pas vraiment ce que je devais faire. Ses paupières étaient en train de se mouvoir, il était en plein rêve. Par mon approche, je m’étais installé en partie entre le soleil et lui, projetant donc mon ombre sur lui. Il m’aurait alors été facile de prendre possession de ses mouvements, mais je restais de marbre. Je mâchonnais mon bâton de réglisse, impassible. Il bougea, il était en train de se réveiller. Il avait toujours eu pour moi, dans ce que me décrivait Shikarin, ce comportement assez lunaire. C’était indéniablement lié à ses problèmes de sommeil, qui avait tendance à le plonger dans un monde onirique qui débordait sans mal. C’est comme d’ailleurs que, comme si de rien était-il s’adressa à moi. Ce gosse était amusant.

Hum… Effectivement, je suis là, comme convenu, dis-je en me grattant la tête.

Décidément, est-ce en devenant chef de clan que j’avais pris un tel coup de vieux… ? Non. Il était juste un peu perdu. De toute façon, il ne devait pas connaître mon nouveau rôle, et je préférais que ce soit ainsi. Il se leva, puis se rassis en se présentant.

En fait si, un peu je suis le grand-frère de Shikarin-

Vraiment un drôle de type celui-là, alors que j’avais commencé à lui répondre, il m’interrompu pour me dire qu’il risquait de s’endormir pendant que je parle. Ironie du sort, c’est en parlant lui-même qu’il s’endormi. Me laissant face à lui, patois. J’étais censé faire quoi au juste ? Je posai un genou à terre. Posant mon bras gauche sur son épaule.

Hey Kamin, t’es avec moi ?

Après coup, la situation était toujours un peu étrange, mais sur le coup, j’étais vraiment pris de cours, ne sachant pas ce que je devais faire. Après qu’il eut repris ses esprits, je me décidais de l’interroger sur la raison pour laquelle nous nous retrouvions ici. Je lui avais demandé s’il était devenu genin, car même ça je n’en étais pas sûr.
Revenir en haut Aller en bas

Dim 21 Jan 2018 - 15:45
Rêve n°5
Te voilà à l’académie. Pas la nouvelle, mais celle où tu as commencé. Retour à la case départ.
Tu es à la salle de déjeuner. Nara Karui, Nara Sayuri, Nara Shikarin… tout le monde se parle, tout le monde mange. Pas toi. Tu es un fantôme. Et en bon fantôme, tu te lèves, quitte la table, et personne ne te remarque.

En errant dans le couloir, une silhouette allongée aux cheveux noirs attachés te barre la route. Il brandit un objet qu’il abat sur une table montée en plein milieu du passage.
En penchant la tête, tu vois que l’outil en question est un vulgaire fer à repasser.
Un éclair de lucidité t’amène à lui adresser la parole.

- Euh. Excusez-moi. Qu’est-ce que vous faites ?
- Je repasse.
- Ça d’accord, mais pourquoi ?
- Parce que sinon mon linge sera froissé.
- … mais pourquoi maintenant ?
- Si j’attends qu’il sèche, ça sera trop tard.
- … ok, mais pourquoi ici ?
- Ah ! Parce que c’est beaucoup plus pratique sur une table à repasser. Imagine ! Repasser son linge sur le sol, ça n’a aucun sens…


De toute évidence, ton interlocuteur évitera la question tant que tu ne l’auras pas posée dans des termes explicites.

- Je pense m’être mal fait comprendre. Pourquoi est-ce que vous repassez votre linge dans un couloir au milieu de l’académie Nara ?

Là-dessus, il s’arrête de repasser. Il pousse la table, s’enfonce dans le couloir, prend un virage qui n’était pas là avant. Tu le suis, mais avant d’avoir vu où il était parti, le voilà revenu avec un bandeau de shinobi.
Il s’avance vers toi. Pendant un bref instant, tu crois qu’il va te le remettre ou l’attacher à ton front. Mais non. Il retourne simplement à la table à repasser, étale le bandeau dessus.

- Voilà. D’abord tu places le linge bien à plat…
- Ah, mais vous plaisantez ? Vous n’avez pas du tout répondu à ma question !


Là-dessus, il te lance un regard furieux et condescendant.

- Je te fais un tuto rien que pour toi, et c’est comme ça que tu me remercies ?


Tu ne réponds rien.


- Hey, Kamin, t’es avec moi ?

Il ouvre un œil.
Impossible de savoir si cette dernière phrase a été prononcée dans le monde des rêves ou celui des choses physiques. Dans le doute:

- Non.

Il ferme l'oeil.


-Ah ! C’est bien la peine de faire autant d’effort !

Là-dessus, il abat son fer à repasser sur la partie métallique du bandeau. Un fracas retentit dans le couloir, et l’acier du bandeau se met à fondre.
Pourtant, deux mains jaillissent de nulle part et arrêtent son geste. C’est Shikarin.

- Grand frère, arrête, ne soit pas dur avec lui. Tu sais bien qu’il a des problèmes.


A bien regarder, l’homme au fer à repasser est effectivement Nara Shikarai. Décidément, il est vraiment partout, celui-là.
Tout devient noir, générique de fin.


Il ouvre un œil. Puis un deuxième. Puis il se redresse. Cette fois-ci, le songe est vraiment bouclé.

- Voilà, maintenant oui.

Toujours en tailleur, il baille. Pendant douze secondes.

- Du coup oui, je sais que tu es son frangin. Je t’ai vu passer le chercher un jour à la sortie des cours… ou quelque chose comme ça.


Il dépoussière son pantalon, ses cheveux. Il s’étire. Puis se bloque, semble réfléchir un moment. De quoi parlaient-ils déjà?

- Ah, oui.

Il tend un bras pour attraper son sac à dos, ouvre la poche latérale et en sort son bandeau de shinobi.

- Voilà. Je suis genin. Pour ce que ça vaut. En réalité, je n’arrive pas à la cheville d’un genin standard en ce qui concerne l’utilisation du chakra et ses dérivés. Si j’en suis là, c’est un peu par hasard…

Sans y songer, il se lève. Miracle !

- A vrai dire, l’examen est allé assez vite. On m’a posé quelques questions, on m’a demandé une démonstration de mes capacités au lendemain de mon pèlerinage. Je leur ai donc fait les deux trois tours de magie que je connaissais, et je suis reparti avec ce truc, finit-il en rangeant le bandeau dans son sac.

Il soupire, lève les yeux vers le grand frère de son camarade. Face à lui, les ombres du rêve dont il vient d'émerger lui procurent un sentiment de culpabilité et d'incompétence, alors qu'il ne lui a quasiment jamais adressé la parole.

- T’sais, fait-il avec un sourire en coin, Shikarin, je l’aime bien. Il arrêtait pas de me répéter de pas lâcher l’affaire, que je finirais par l’avoir, ce foutu bandeau. Mais si tu veux mon avis, si je l’ai eu, c’est juste parce qu'avec ces histoires de Soshikidan, Kumo est dans une phase de militarisation tellement intense qu’ils sont prêts à enrôler n’importe qui...

Il re-baille.

- Je suis à moitié genin, et en parallèle, à moitié moine; mais ni complètement l’un ni complètement l’autre. Paumé, ça par contre, je le suis à 100%... et je sens que si je ne repasse pas mon linge tout de suite, il va rester froissé.

Le fait que la portée métaphorique de cette dernière phrase était inaccessible à toute personne extérieure au rêve précédent n'a vraisemblablement pas traversé l'esprit du garçon.

Il se frotte la nuque.

- Donc voilà, j’ai besoin d’un coup de patte. Une sorte de vrai examen, pour voir si je suis réellement à ma place. Ça te paraît gérable ?


Un léger vent se lève, soulève la poussière.

_________________

L'avenir appartient à ceux quzZzZzZzZzZ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2406-hatake-kamin-moine-bien-a-l-ouest-done https://soundcloud.com/grey-try

Parallèle [Nara Shikarai]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: