Partagez | 

Rencontre interimaire [Yuurei & Madoka]


Mar 16 Jan 2018 - 12:50
Le temps passait vite ! Il y a seulement quelques mois, j’étais aspirant ninja et rencontrais l’équipe 4 qui allait compter parmi eux mes premiers vrais compagnons. Tout n’avait pas été facile entre nous, mais au final je suis content d’avoir croisé leur route, ce sont des gens bien. J’avais beaucoup progressé à leur côté et à une vitesse impressionnante. Je pense avoir tapé dans l’œil du Mizukage, mes progrès fulgurant mon donné une promotion bien méritée ! Cela faisait vraiment plaisir de ce dire que son talent été reconnu par les hautes sphères de l’institution. Enfin pour toi vous dire ce qui me faisait le plus plaisir c’était la hausse de mes revenus lié à cette promotion, j’allais enfin pouvoir engager des missions plus sérieuses et ramener plus d’argent en plus de ça. C’était tout benef’ pour moi ! Enfin c’est ce que je pensais, car grade plus élevé implique plus de responsabilité. Et les responsabilités ce n’était pas vraiment ma tasse de thé vous voyez… Depuis ma promotion j’ai eu le droit à quelques jours de libres, j’en profitais pour m’entrainer en compagnie du sensei.

Ce n’est seulement au bout de quelques jours de « repos » qu’après m’être levé aux aurores à midi comme à mon habitude, après mon petit cigare du matin et ma mon petit déj, enfin mon train-train quotidien je ne vais pas vous faire un dessin quoi… Enfin ce n’est qu’après tout ça que je reçu un missive du Mizukage en personne, je sentais déjà les emmerdes qui arrivait. Et ça n’avait pas raté, vu que j’étais nouvellement promu Chunnin, j’allais devoir faire diriger une équipe pour une mission. Cette équipe n’allait pas être définitive, c’était un peu comme pour tester mes capacités à diriger des troupes. Je n’avais qu’à prendre exemple sur Kaya et je serais peut-être un bon chef,* s’imagine en train d’attendre à moitié nu sur un bloc de glace à l’entrée du village* mmhh… En fait non, je vais plutôt improviser. Mon ordre de mission était assez simple, mais assez important tout de même : L’objectif était l’extermination d’un groupe de bandit qui se réinstalle sans cesse sur l’île de Yousaï, c’était la plus petit île de l’archipel, elle était souvent rempli de repaire de bandits à l’époque d’après ce que j’ai compris. Aujourd’hui ils ont quasiment tous été exterminés et l’île va servir en tant que nouveau camp d’entrainement pour la formation des ninjas de la Brume, les travaux n’avaient pas encore commencé à cause de certains groupe de bandits qui persistent et s’attaquent au homme de chantier. En somme nous allons être des gardes du corps en quelques sorte, soit taper quelques bandits ne feront pas de mal à des aspirants ninjas.

J’avais reçu le dossier concernant les deux autres membres qui devaient me rejoindre d’ici très peu de temps aux portes du village : Yuurei du clan Kaguya ainsi que Datalia Madoka, pour le premier j’arrivais un peu à m’imaginer de quoi il était capable vu qu’il faisait partie d’un clan fondateur du village de la Brume, mais pour la seconde… Sur son dossier, il est marqué qu’elle est capable de manipuler le son, intéressant nous verrons bien ce que cela peut donner. Je faisais quelques achat sur la grand rue tout en me dirigeant vers les portes du village, je voulais faire attention de pas oublier du matériel, vu que je ne sais pas pour combien de temps nous allions être envoyé là-bas. Je n’avais jamais encore visité cette île dans le pays de l’eau, cela allait être amusant. L’heure tournait et j’attendais assis sur un banc, cigare au bec qu’au moins une des personnes ce pointe à l’heure. J’allais peut être enfin ressentir ce que vivait Kaya avec moi qui était toujours en retard pour nous mission, enfin moi je n’ai pas sa patience donc je ne leur conseille pas d’arriver en retard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger http://www.ascentofshinobi.com/t2598-equipe-n7-yari

Mar 16 Jan 2018 - 17:32
Une nouvelle journée commençait dans la merveilleuse vie de votre adolescente préférée, en tout cas pour certains du moins. Un matin normal en somme, discussion fort intéressante avec des écureuils à propos de leur lutte incessante contre les serpents. Ces viles créatures rampantes dont on avait scié les pattes pour plus de discrétion, c’était tout de même très bien pensé, les millepattes à côté faisaient de bruits et c’était sans compter le prix des chaussures ! Puis son pire ennemi, le plus viscérale osa à nouveau parcourir son territoire, l’orphelinat. Cet être impur fait d’un petit corps rabougri immonde, une à deux paires d’ailes en guise de déplacement avec des couleurs chatoyantes pour amadouer, mais on ne la lui faisait pas. C’était une créature du démon, et puis en plus elle se droguait ! On retrouvait toujours de la poudre étrange sur les ailes, dont le goût était horrible et sans doute hallucinogène. Le papillon, oui messieurs ! C’était bien de cette chose horrible dont votre servante parlait ! Cependant, après une longue chasse entre la bête contre la chasseuse et quelques mudras, le monstre rendu l’âme grave à un projectile de vent, qui le découpa en deux ! C’était bien fait pour lui !



« Mais hmmm …. Madoka ? Tu ne devais pas partir en mission aujourd’hui ? »

Toute à sa victoire, la grande trappeuse avait les deux bras en l’air avec son pied sur la bête très fière. Elle entendit bien un bruit dérangeant qui parlait d’un truc à faire, mais elle se dit qu’en ne disant rien et en faisant comme si elle n’avait rien entendu, le bruit allait partir de lui-même. Cela fonctionnait assez souvent remarquer ! Elle en profitait pour massacrer encore un peu plus le corps du papillon en s’acharnant dessus avec vigueur. Pendant ce temps, le bruit recommença à se faire entendre, mais légèrement différemment. Il se trouvait plus près et plus bas, comme si la personne s’était accroupie à sa taille.

« Madoka ? Tu m’écoutes ? Ta mission, c’est important pour une kunoïshi. Je t’ai donné un parchemin il y a quelques jours, tu vas être en retard ! »

Il n’y avait vraiment pas la possibilité d’être sérieuse ne serait-ce qu’un bref instant ! Ce n’était pas du tout professionnel. Le bruit lui prit les épaules en la tournant vers elle pour bien accaparé l’attention, et malheureusement, cela fonctionna.

« Hein ? Qui me parle ? Une mission ? Un parchemin ? »

« Oui ce truc-là. »

Dit alors le bruit, qui était au final qu’une personne travaillant à l’orphelinat, qui commençait à connaitre Madoka avec le temps. La jeune fille sembla réfléchir intensément en regardant le morceau de papier, qui pendait entre deux branches en haut d’un arbre. Il semblait avoir des morceaux de viandes crus provenant certainement d’un animal dépecé vivant à main nue, mais il était difficile d’identifier ce que cela pouvait bien être.

« Haaaaaaa ! Ce truc là ! Mais c’est ma mangeoire pour me bébé phoenix. D’ailleurs, tu ne saurais pas où il se trouve ? Je ne l’ai pas vu depuis quelques jours, j’espère qu’il ne s’est pas perdu ! »

La personne de l’orphelinat soupira légèrement devant cette tentative de changer de discussion, mais le bruit ne lâcha pas l’affaire une seule seconde.

« Dois-je t’accompagner jusqu’à la porte du village ? »

« Je peux manger ma proie avant ? Je l’ai chassé après tout ! »

« Non Madoka, on ne mange pas les papillons, c’est toxique … »
La personne de l’orphelinat ne savait pas trop si c’était vraiment sérieux, mais elle en était capable. La Datalia soupira légèrement frustrée, alors elle donna un dernier coup de piétinement sur le papillon de rage, et vous s'assurer que même en morceaux, il était bien mort.



« Madoka ? Je crois que c'est bon, il est mort, tu peux y aller, tu es déjà en retard ! »



« Mince ! En retard ! Je suis en retard ! »



Dit alors Madoka en sursautant, puis elle courut en direction de l'entrée du village à toute jambe comme si sa vie l'en dépendait. C'était surtout pour s'éloigner de ce bruit dérangeant, dès le coin tourné au loin et être sûre que la personne de l'orphelinat ne la voyait pas, elle ralentit l'allure. Elle n'allait pas courir non plus. Ce fut alors avec une bonne demi heure de retard qu'elle arriva alors aux abords de la porte principale. Elle avait réussi à ne pas se perdre en conjecture jusqu'à là, ce qui était déjà formidable. Elle ne savait même pas trop qui elle venait voir, enfin tant pis. La jeune fille ne portait même pas son bandeau, elle l'avait laissé dans sa chambre au milieu d'autres choses sur un tas de trucs. Elle se trouvait non loin du banc où était Goten, lorsqu'elle regarda en l'air intriguée.



« Tiens... C'est bizarre... Il y a un visage dans le soleil... »



Madoka haussa les épaules perplexe, ce n'était pas si grave après tout. Comme elle avait faim maintenant, elle fit semblant de manger un air fruit, comprenez qu'elle croquait dans le vide. Elle se frotta ensuite le vent l'air vraiment repu.



« Cette pomme est délicieuse ! »



Madoka ne semblait pas armée ou pas vraiment préparée de toute manière, une touriste en somme dans un village militaire. Une bêtise, trouver un truc à faire. Elle se tapota alors la joue perplexe ayant quasiment oublié ce qu'elle pouvait bien faire là.

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Mar 16 Jan 2018 - 23:05
Rencontre intermédiaire !




Le grand jour était la, le jour "J" comme tout le monde le dit si bien. Il était temps de poursuivre la voie de mon nindô, et pour cela, je me devais de parfaire mon art. Pour cela, j'étais allé il y a une semaine environ au bureau des missions, pour déposer ma candidature. J'avais demandé une mission, n'importe laquelle, tant qu'ils m'en donnaient une. Pour devenir le chef du clan Kaguya, il me fallait réaliser plusieurs missions pour monter en grade. J'apprendrai au fil du temps mes nouvelles techniques, mais j'avais bien besoin d'entraînement. Malgré mon talent inné pour mon art et avec stylé il est vrai, j'étais loin de pouvoir atteindre mes objectifs à ce jour. Pour cela, je me mis en route. J'avais rendez vous enfin de matinée, alors que j'étais prêt au petit matin.


Ce matin la, je décidai de me préparer tôt, et de faire un petit tour dans le village de Kiri avant toute chose. Peut être le stress, car je n'avais jamais eu d'équipe avant. Je me demandai avec qui j'allais être, si j'allais bien m'entendre avec mes coéquipiers et mon senseï. Je me demandai si j'allais être accepté, ou si j'allais les accepter. Stress, quand tu nous tiens, les questions virevoltent. Jetais ausdi soucieux de ce que je pouvais leir proposer en terme de talent. Vais-je être assez fort pour réaliser cette mission sans encombre? Serais-je au contraire le plus faible d'entre eux et donc le boulet de l'équipe ? Ça, il en était hors de question.


Je m'arrêtai dans le bar le plus à mon goût. Je m'y rendais souvent, allant boire un verre de saké ou de thé dès que j'en avais l'occasion. Le bar était superbe, tout de bois vêtu, aux propriétaires accueillants et chaleureux. Ils étaient des personnes qui appréciaient et respectaient mon clan, car ils disaient que la force des Kaguyas avait contribué à leur sécurité et à leur confort. Ils étaient deux personnes âgées, un petit homme qui, malgré son âge, était plein de vie, et une petite dame au regard glacial et à la fois ensoleillé au moindre sourire. Le dos recourbé, je la reconnaissait au bruit sourd et répétitif de sa canne en bois dur et plein. Dès qu'elle me voyait arriver, j'entendais ce bruit de canne grandissant, puis la voilà apportant ma commande habituelle. Elle avait toujours énormément d'attention pour sa clientèle, à tel point que la plupart des habitués l'apellaient grand mère.


Évidemment, ce n'était pas mon cas. Je ne crois pas d'ailleurs qu'ils aient déjà entendu ma voix à part pour ma commande. Et c'est ce qu'elle appréciait. Elle me comprenait, pensant et affirmant de vive voix que le clan Kaguya avait trahi Kiri, et qu'elle était triste pour moi qu'ils m'aient abandonné. Rien qu'à mon regard, elle savait l'amour que ke portais pour mon clan, raison pour laquelle elle comprenait ma douleur. Après quelques remerciements et une petite discussion de quelques minutes, je les salua payant ma commande, pour reprendre la route en direction du point de rendez-vous.


A vrai dire, j'étais le premier arrivé. Pas étonnant, lorsque le rendez-vous est donné à midi et que je m'y trouvais déjà à neuf heure du matin. J'avais besoin de recul, de réfléchir sur moi-même et sur toutes les choses qui m'entouraient. Évidement, j'avais en tête mon clan. Haute trahison, en plus d'être seul aujourd'hui ou très peu, je dois porter un nom souillé, le porter comme un fardeau. Je me devais de redorer le nom de mon clan.


Mais je ne pensais pas qu'à cela. J'espérais au fond de moi trouver quelqu'un de confiance, quelques amis, frères. Malgré mon caractère et comportement, je n'ai jamais été habitué à la solitude. J'étais seul parfois par envie, mais quand j'avais besoin et vice et versa nous étions la les uns pour les autres. Aujourd'hui, ils sont presque tous partis, et ceux qui restaient je ne les connaissais pas.


Regardant le soleil se lever lentement, j'appréciais ces quelques heures de bonheur. Le calme plat, on pouvait juste entendre le bruit du vent, et l'odeur de l'air marin frais n'était que la cerise sur le gâteau. Malgré une brume souvent présente, les rayons du soleil se montraient d'abord timidement, puis finissaient par percer ce voile de fumée de par leur lumière.


L'heure se rapprochait maintenant, j'aperçu une personne arriver. Son chakra était puissant, il devait sûrement être notre senseï. Attendant quelques secondes, j'observais cet homme, d'un air plutôt calme. Quelques minutes plus tard, une espèce de femme fit son apparition. Pas besoin d'être un médecin. Quand on regardais son visage et ses expressions, on savait qu'il y avait un soucis, ou plusieurs personnes dans un même corps. Du moins c'était mon sentiment. Je ne comptais pas non plus être désagréable gratuitement, mais plutôt de rencontrer cette personne avant.


Faisant quelques pas, descendant des toits où je me trouvais, je m'approcha deux, marchant lentement.
J'étais à l'heure, pas de besoin de se stresser. J'étais vêtu de mon armure de Dragon, la portant fièrement. Plus les pas raisonnaient, plus la pression et l'adrénaline montaient. Ceci allait être ma première équipe, ma première mission. Me présentant devant eux sans un mot, simplement en les saluant de la tête respectueusement, j'attendais alors la suite des événements...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 17 Jan 2018 - 12:41
Alors c’était ça… Ce sentiment de haine envers des inconnus qui grimpaient en moi, au fur et à mesure que le temps passait, j’avais de plus en plus envie de les étriper. C’était vraiment un sentiment horrible que d’attendre les retardataires, le pire ce que les deux étaient en retard ! Quelle équipe de bras cassé j’avais pris en main bordel… Soit, j’avais décidé que je ne leur en tiendrais pas rigueur, j’ai toujours été ce mec toujours en retard de toute façon. C’était un peu comme si la vie se foutait de ma gueule, Kaya et Inja serait mort de rire s’ils apprenaient ça. Bien entendu je ne leur dirais jamais. Au pire ça me permettais de me prélasser plus longtemps sur mon banc et de fumer un second cigare sous le soleil qui été au zénith, j’aimais cette sensation quand les rayons te caressais la peau, cette douce chaleur était apaisante je trouve. Soudainement une personne venait de me cacher le soleil en ce foutant en plein devant moi. Grommelant quelques insultes, je levais la tête avec mon regard de tueur habituel. C’était une jeune fille, une maigrichonne avec le teint très pâle. Il y a encore des parents qui ne nourrissent pas leur gosse ici ?! Cette petite emmerdeuse avait une très longue chevelure blanche et des yeux bleus… Ca me rappelait quelque chose, je suis sûr de l’avoir vu quelque part.

Ah oui ! C’était donc elle Madoka, l’aspirante ninja qui faisait partie de mon équipe (Merci les dossiers avec des photos) … On accepte vraiment n’importe qui dans cette armée, la quantité avant la qualité. Soit, ce que je n’arrivais pas à comprendre c’était ses agissements, elle venait littéralement de manger de l’air. Sérieusement !? Ses parents ne doivent vraiment rien lui donner pour quelle agisse de la sorte. Puis quand elle regarda le ciel d’un air benêt en marmonnant des idioties, je me disais qu’en fait elle était complètement timbrée comme gamine. Le pire c’est qu’elle ce permet toute ses idioties alors qu’elle était en retard d’une demie heure, sur l’échelle du non-respect on est au moins à 9 en ce moment. Je m’appuyais contre le dossier du banc, creusant dans ce dernier pour me relever, je m’approchais de Madoka lentement avec un regard noir. Je levais mon poing, me préparant à assener la sentence pour un tel retard. Oui, oui, j’avais dit que je ne leur ferais rien, mais j’ai menti. Mon poing s’arrêta net, quand je sentis une seconde présence tout proche de moi : Ce mec vêtu d’une armure complètement loufoque devait être Yuurei. Ce dernier se présenta poliment face à moi et nous saluait d’un signe de la tête et sans rien dire. Je ne bougeais pas pendant quelques secondes, puis frappa le dessus du crâne de Madoka assez fort pour la secouer un peu.

« Ressaisie toi, on n’arrive pas en retard à une mission et concentre toi . »

Je me tournais vers Yuurei et le frappa beaucoup plus fort sur le haut du crâne, pour que ça le secoue aussi malgré le casque. Il n’allait pas s’en tirer comme ça, même si il était venu à ma rencontre de manière très polie.

« Toi aussi tu es arrivé en retard. »


Je pris de la distance avec eux en me dirigeant vers la porte, je saluais les gardes qui surveillaient l’entrée de la porte comme à mon habitude quand je partais en mission avant de revenir vers eux.

« Je me nomme Ryoko Goten, je serais votre chef d’équipe et seulement ça. Ne m’appelez ni professeur, ni rien d’autre. Je suis l’élève de Watanabe Shiori, l’éminente cheffe de la confrérie des Spadassins de Kiri. Vous avez donc deviné, je me bats à l’aide d’une épée et je suis spécialiste du corps à corps. Maintenant c’est à votre tour de vous présenter, je ne veux pas connaitre votre vie, ni vos objectifs je m’en tape complètement. Tout ce que je veux savoir c’est vos compétences et vos spécialités afin de mettre en place une stratégie. »

J’allumais un petit cigare, j’aurais le temps de le finir avant qu’on se mette vraiment en route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger http://www.ascentofshinobi.com/t2598-equipe-n7-yari

Mer 17 Jan 2018 - 15:41
A voir Madoka dès les premières secondes, on pouvait bien voir que quelque chose n’allait pas. Il était peut-être difficile de discerner tous les tenants et aboutissants de cette folie ou divagation, mais elle était bien présente. Elle regardait à plusieurs reprises le soleil, comme l’on le ferait à l’attention d’une personne un peu trop regardante, comme si elle se sentait espionner. Elle plissa les yeux, oui évidemment car elle était éblouie, puis la jeune fille regarda autour d’elle afin de trouver une cachette. Elle semblait être très ennuyée de ne rien trouver, ce fichu soleil allait pouvoir continuer à l’espionner.

« Fais attention à ne pas dépasser les bornes des limites, je vois bien ces petits regards hein ! »

Dit alors Madoka en agitant un doigt, pendant qu’elle semblait parler au soleil comme l’on engueulait un enfant. Elle remarqua bien un drôle de type avec une armure faite certainement en os sur le dos, mais elle ne fit pas vraiment attention. Elle croisa ses bras derrière sa tête, perplexe, en commentant à voix haute.

« Peut-être que c’est au cas où il a faim … il peut ronger un os. »

La blanchette haussa les épaules doucement ne se posant pas plus de question que cela. Vu qu’elle avait oublié qu’elle se trouvait là pour une mission, elle ne réalisa pas du tout que ce type pouvait être son futur compagnon de route pour une grande partie de sa vie. Elle était donc parfaitement calme, voir joueuse par rapport à l’angoisse que pouvait ressentir Yuurei. C’était pour elle aussi une grande première, elle était convoquée pour faire une mission, non mais elle ? La jeune fille se demandait bien ce qui avait pu passer dans la tête du recruteur de se dire, tiens, elle ça ira bien pour cette mission ! Sans doute qu’il n’y avait vraiment personne d’autres. Comme quoi, elle ne faisait pas encore assez de bêtises pour être sur la liste noire des personnes à choisir pour partir en mission. Il y avait donc de la marge !

Madoka ne fit absolument pas attention lorsque Yuurei la salua d’un mouvement de tête. Elle était bien trop occupée à surveiller une course entre plusieurs fourmis accroupie quelques mètres plus loin. Elle n’hésitait pas à s’exclamer les bras en l’air une fois la ligne d’arrivée très suggestive franchie. Le temps avait quelque chose de très suggestif également, car figuriez-vous que le temps était en rapport à la gravité. Une pression plus importante permettait au temps de passer plus rapidement ! Bon d’accord, dans le cas de Madoka, c’était surtout qu’elle s’en fichait totalement de presque tout.

Il était juste de penser que la jeune fille présentait des problèmes de nutritions, c’était une évidence. Si jamais on lui disait qu’elle était destinée au combat de corps à corps, il y avait de quoi rire. Elle ne se rendit compte de pas grand-chose lorsque Goten la menaça de la frapper, mais heureusement, elle fut sauvée par le gong, qui avait pris forme en un Yuurei de sa prime jeunesse.

« Aïe … »

Se contenta de dire après un bref instant Madoka en sentant un coup lui arriver sur le crâne. Elle se releva de sa contemplation en se demandant qui avait bien lui faire ça. Bon en guise de punition, c’était vraiment les vacances par rapport aux tortures qu’elle avait bien pu subir pendant plusieurs années, il n’y a pas si longtemps que cela. Elle se frotta le haut du crâne et remarqua un homme juste au-dessus d’elle avec le poing clairement levé, mais elle plissa les yeux en toisant d’un regard mauvais un arbre juste au-dessus. Elle se leva furieuse en posant ses mains sur ses hanches afin de se donner plus de prestance.

« Non, mais ça va pas de me frapper comme ça ! J’étais en train de regarder une super course, mais tu as de la chance, elle est finie ! Mais la prochaine fois, je te transforme en steak haché ! Tu es prévenu Morrice ! »

Affuble alors d’un prénom Madoka étant certaine que cela ne pouvait être dû que par cet arbre cogneur. Tout le monde connaissait leur nature après tout, on apprenait cela à l’école non ? Bon, passant par-là, le drôle de type lui avait dit un truc étrange.

« Hein ? Une mission ? Heuuu …. Ha oui ? »

Demanda alors apparemment vraiment très étonnée la jeune fille au teint pâle. Ce n’était pas du tout la comédie, elle avait vraiment complètement oubliée ce pourquoi elle était présente ici-même. Pas plus dérangeante que cela, elle vint s’asseoir sur le banc qu’occupait précédemment Goten, c’était une chouette idée. Cependant, elle éclata de rire en pointant du doigt Yuurei quand il se fit frapper par Goten. Elle trouvait cela bien amusant, après tout, elle s’était un arbre cogneur, rien de plus normal, mais là, c’était vraiment trop drôle. Madoka ne comprit pas trop pourquoi Goten partait vers les portes de la sortie de la ville.

« Il doit certainement avoir un banc avec une vue plus sympathique. »

Commenta à haute voix non sans gêne la gamine en croisant les bras derrière sa tête le suivant. Elle ne fit pas très attention aux gardes à la porte en les ignorants royalement. Ils n’étaient d’ailleurs que des statues dans sa vision du monde, un marbre banc, qui se tournait de temps à autre dans des crissements comme une meule pour broyer le grain. Il commençait à avoir de drôles d’animaux, comme des hiboux avec un gros œil perché sur des arbres à moitié mort absent de la réalité. Des chenilles géantes semblaient remuer doucement, mais ils n’eurent droit qu’à des regards mauvais. Un jour, une fois papillon, ils devront s’affronter dans un combat à mort. Elle donna un coup de coude dans l’armure de Yuurei, pour lui faire un commentaire et aussi par ce que le bruit était amusant.

« C’est bizarre quand même « rien d’autre » comme prénom ou titre, tu ne trouves pas ? »

Dit alors en chuchotant amusée la jeune fille, qui ne semblait pas le dire sur le ton de l’humour. Elle leva la main alors comme à l’école en l’agitant comme une folle, histoire d’être certaine d’avoir de l’attention suffisante.

« Hey ! heuuu on vous appel comment alors ? Et puis c’est qui cette Watanabe Shiori ? C’est ta petite copine ? »

Madoka était rapidement passée du tutoiement au vouvoiement sans trop de souci. Elle ne connaissait pas grand monde vu qu’elle n’était présente ici depuis peu, et ce n’était pas comme si cela ne l’intéressait pas vraiment. Elle était simplement extrêmement curieuse. Que ce type aille se battre au corps à corps était sans doute très bien pour lui, elle aurait bien proposé un gouter à la place, elle avait faim. Son ventre grogna légèrement d’ailleurs, et elle se mit à rire.

« Monsieur ! Monsieur ! J’ai oublié mon lapin dans ma chambre, c’est pas grave ? Par ce que je ne sais pas trop combien de temps cette petite promenade va durer … »

Madoka avait sans doute d’autres priorités que se présenter, et c’était lorsqu’elle sentit les regards sur elle, que la jeune fille se sentit obliger de rajouter quelque chose. Elle se mit alors à chanter doucement en allant chercher un morceau de bois, puis rapidement, il prit la forme de sa peluche de lapin en tissu. C’était évidemment une illusion, et le chant n’était pas là par hasard, même si elle aimait bien chanter. Elle-même n’avait pas vraiment besoin de genjutsu pour transformer un morceau de bois en jouet, vu qu’elle était plongée elle-même dans une sorte de genjutsu permanant, mais il fallait bien aider ceux qui avaient une vision limités du monde.

« Ha heuuu …. Je sais faire du vent. »

Dit finalement alors la gamine, alors qu’elle venait de faire un genjutsu aux deux l’air de rien. Elle toussa légèrement en sentant l’odeur désagréable du cigare, mais elle ne dit rien. Elle fit signe que non cependant aux deux oiseaux, qui portaient beaucoup d’eau à l’aide d’une grande feuille de bananier. Ce n’était pas la peine pour le moment, mais n’allez pas chercher. Il n’y avait pas vraiment d’oiseau hein …

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Mer 17 Jan 2018 - 21:57
Nous étions enfin réunis. La fine équipe de Kiri, le trio gagnant. Aucun de ces deux personnages ne m'avait inspiré confiance, ou quelconque sentiment empathique envers eux. Premièrement, notre professeur. Enfin notre chef d'équipe. Il ne payait pas de mine, et paraissait blasé de la vie. Calme certes, je n'avais pas apprécié le fait qu'il me dit que j'étais arrivé en retard, alors que je me trouvais ici sûrement avant qu'il ne sorte de son lit. Je le vis mettre un coup sur la tête de l'autre folle qui venait d'arriver, coup justifiant son retard. Il vint alors à se rapprocher de moi pour en faire de même. Des lorsqu'il m'eut mit le coup, mes nerfs vinrent à monter en flèche. On ne touche pas un Kaguya sans attendre des représailles. Hélas, il était bien plus fort, et par dessus tout, car sa puissance ne m'impressionnait pas, il était mon chef d'équipe, et je lui devais le respect.


Il se mit à nous parler d'un ton sec et froid, nous disant qu'il n'était pas notre professeur ou quoi que ce soit, simplement notre chef d'équipe pour cette mission. Enfin un bon point, simplicité et franchise, efficace. Il nous parlait amors de sa senseï, dont je n'avais strictement rien à carer, ou presque. Lui aussi vint à m'intéresser lorsqu'il annonça qu'il faisait parti des épeistes de Kiri. Le kenkutsu faisait parti des domaines auquel j'aspirais. Je voulais developper lart Kaguya à son summum, pour n'avoir aucune faille une fois au corps à corps. Il vint a nous demander quel était notre talent à chacun.



*......*


Je le regardai sans rien dire. Le mec il était chuunin de Kiri, connaissait mon nom mais pas mon talent. Ceci n'était pas très grave, je comptais le lui montrer, mais de la façon dont je le pensais. Au moment où je comptais le lui dire, je vis l'énergumène me servant de coéquipière se mit à parler au soleil. En réalité, je ne savais pas trop comment réagir. Elle avait vraiment l'air folle, je me demandais si la frapper serait un délit, du genre violence envers une personne en difficulté.Tentant de garder mon calme devant tant de bêtise, elle vint à sortir ces quelques mots, qui allait lui faire comprendre ce qu'était un Kaguya, aussi bien à elle qu'à lui...



« Peut-être que c’est au cas où il a faim … il peut ronger un os. »




Sur ces mots, une montée en puissance de rage vint à me prendre aux tripes. Insulter les Kaguyas de la sorte, était passible de mort. Serrant les poings, je la vis prendre un bâton qui vint à se transformer en lapin en peluche. Du genjutsu, j'avais déjà vu cela. Je n'étais pas assez dupe pour croire qu'elle pouvait transformer un bout de bois en lapin. Soudainement, je parti à une grande vitesse vers elle, et, bien que sa peluche n'était qu'une illusion, je me rua dessus pour sortir un os de la paume de ma main et lui trancher la tête. Me tenant droit devant Elle, je mis la paume de ma main devant son visage, pour faire sortir un os très rapidement et l'arrêter à quelques millimètres de son visage.



- Dis encore une seule chose comme ça, et je t'arracherai les os pour te les faire ronger. J'espère que j'ai été clair. Ton "chef d'équipe " ne sera pas toujours près de toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 18 Jan 2018 - 13:27
Des fous... J'étais le meneur d'une véritable équipe de cas sociaux, est-ce que le Mizukage m'avait refourgé ces deux energumènes à cause de mon comportement lors de mon passage en tant qu'aspirant ninja ? J'était en train de reflechir et cela pouvait être très bien le cas, j'imaginais bien Kaya se plaindre de mon comportement lors de ses rapports... Elle me le paiera celle là ! Entre cette folle qui parlait au soleil et l'autre enragé qui veux transperçer tout ce qui bouge, je ne savais vraiment pas combien de temps j'allais bien pouvoir tenir avec cette équipe. Pitié quelle ne me soit pas attribué definitivement parce que là je pense qu'il y aura des morts très bientôt je peux vous le garantir. La premiere ce permettais des reflexions totalements innapropriés, tandis que l'autre... J'ai l'impression que tout comme les Yukis, les Kaguyas on une haute estime de leur clan, enfin bon c'est ça la noblesse après tout... Concernant leur compétences que dire... Ils n'ont pas l'air de comprendre le moindre mot quand je leur parle, la première me donna même l'impression de ne pas savoir où elle ce trouvait en fait.


Elle me regarda d'un air amusé en me demandant si Shiori était ma petite copine, je ne pu me retenir de nous imaginer le sensei et moi main dans la main en train de gambader. L'instant d'après je ne pu me retenir de pouffer de rire, mais je repris rapidement mon calme. En effet je ne voulais pas passer pour un guignol devant ces deux aspirants. Non je n'était pas le petit copain du sensei, elle est beaucoup trop vieille pour moi la fausse blonde ! Je ne daignais pas répondre à Madoka, cette question était complètement hors-sujet. Je ne savais vraiment pas quoi faire de ces deux gus, le second me regarda sans répondre. C'était vraiment pas le moment de jouer le mec mystérieux franchement... On n'allait jamais avancer où quoi ?! A ce rythme j'allais me faire rétrograder par le conseil et adieu le beau salaire... Non, non et non ! Je me preparais à répondre quand la jeune fille, nous sorti une illusion tout droit sorti de nulle pars... et complètement inutile.

"Le Morrice s'appelle Goten et il est ton capitaine donc un peu de respect Genin. Alors je veux plus de précision qu'est ce que tu sais faire sur le terrain, un peu de bonne volonté bordel."

Je me tournais vers le Kaguya, ce dernier vétû d'une armure qui me rappelais ma region natale semblait jouer le silencieux. Je m'approchais de lui et le regardais de haut en bas.

"Arrête de jouer le mystérieux, ce n'est pas parce que ton nom me donne des indications sur tes capacités que tu es exempté de présentation. "

Je soufflais un bon coup, j'en avais déjà marre de ces deux branlos. Tout le monde peux devenir ninja de nos jours c'était vraiment n'importe quoi. Madoka semblait provoquer Yuurei et ce dernier... Oh bordel il allait la tuer, je degainais mon sabre en un éclair et déviais l'os qui sortait du bout de sa main, non mais c'est la meilleur celle là. Du jamais vu encore dans le pays de l'eau.

"Toi sache que s'en prendre à un ninja de Kiri est considerer comme de la trahison et passible de mort. Tu à eu l'avertissement, à toi de voir."

Je m'éloignais legerement de ces derniers afin de les voir ensemble, il était grand temps de mettre les choses au clair.

"Bon, je vous previens je ne vais pas rester patient avec vous aussi longtemps. Vous êtes sous mon commandement donc vous suivez mes ordres durant cette missions, vous êtes équipier donc vos remarque désobligeante et vos menaces vous les mettez ou je pense. Madoka où sont tes affaires, c'est vraiment pas sérieux. Yuurei il va falloir apprendre que les Kaguyas ne sont pas le centre du monde. Maintenant vous allez répondre à ma première question avant que je vous donne les indications sur notre mission."

Fiouuu, j'ai bien l'impression que gerer ces gus va être plus dur que la mission en elle même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger http://www.ascentofshinobi.com/t2598-equipe-n7-yari

Jeu 18 Jan 2018 - 21:19
Le respect envers son capitaine d'équipe, oui, Madoka en avait bien entendu parler dans un conte, c'était vrai. Cependant les belles histoires n’étaient pas faites pour être suivies à la lettre non ? Il ne manquait plus que ça ! Elle ne semblait pas du tout touchée par la manière de parler froide de l’un comme de l’autre, elle était vraiment totalement plongée dans son monde, où quelques bribes étaient pour le véritable monde.

Madoka afficha un large sourire en voyant Goten éclater de rire après sa réflexion de lui et sa senseï avec des relations plus poussées. Elle aimait beaucoup rire, alors elle ne put se retenir de rire également comme une démente. Alors que son capitaine d’équipe ne pipa mot en préférant ne pas répondre, la jeune fille comprit immédiatement. Ils étaient bien ensemble, mais timide comme était cet homme, il n’osa rien dire. Comment c’était mignon l’amour ! Elle allait devoir alors féliciter cette fille lorsqu'elle le croisera un jour.

« Mais non ! Morrice c’est l’arbre cogneur ! »

Montra alors de ses deux mains le fameux assaillant, persuadé de ce qu’elle avançait. Elle pouvait même commencer à discerner une sorte de dentitions en arbre, et une sorte d’ombre malfaisante à mesure que l’arbre cogneur ouvrait sa gueule. Elle ne put se retenir d’avoir un frisson en voyant ce spectacle d’horreur. Capitaine, voilà un drôle de terme, cela lui rappela davantage la mer et les bateaux. Du coup, elle pensa aux poissons qui frétillaient. Elle commença presque à baver légèrement, oui par ce qu’elle n’avait pas oublié qu’elle avait faim. Elle commença alors à chanter une petite comptine ou quelque chose du genre.

« Le Lac est bon, fraîche est son eau, c'est délicieux...
C'que nous voulons, c'est du poisson, fort bien goûteeeuuux !!!
»


Lorsque ses mots sortirent de sa bouche en se demandant vraiment qu’est-ce qu’il pouvait bien faire avec des os son camarade, visiblement, il était très motivé pour en faire une démonstration. Selon ses critères, c’étaient loin d’être une insulte et puis cela lui était sorti toute seule comme ça. Il était vrai que l’on pouvait dire qu’elle n’avait aucune borne, aucune règle morale. La jeune fille ne connaissait tout simplement pas cela, vu qu’elle n’avait eu aucune éducation ou presque. Il fallait dire que le Kaguya était extrêmement rapide, et puis ce n’était pas comme si elle était vraiment très prête ou motivée pour un combat. Il put sortir alors un os de la paume de sa main et trancha la tête du pauvre lapinou. La blanchette pencha la tête légèrement sur le côté en regardant ce qu’il restait de sa mignonne petite peluche. Elle tint alors à deux mains du bout des patounes du lapin pour la faire tenir droite, puis visiblement, la peluche commença à marcher d’elle-même sans l’aide de Madoka. Le lapin semblait être comme un pantin, qui souffrait à venir s'effondrer contre une jambe de son assaillant d'où des plumes d'oie s'échappaient de ce qu'il restait de l'emplacement de sa tête.

« Ho pauvre lapinou ! Mais si il est mort on pourrait peut-être le manger … »

Le lapin à ses dires releva un peu son corps comme s’inquiétant de son sort, alors Madoka mima de ses lèvres avec un son à peine audible qu’elle s’excusait auprès du lapin. Cependant, celui qui maîtrisait ses propres os comme une arme n'en avait pas fini avec les démonstrations martiales. Il s’empressa alors sans doute afin de montrer sa supériorité de la menacer ouvertement. La jeune fille allait sans doute en sourire amusée, pas du tout intimidé, bien au contraire. Elle avait eu une vie des plus mouvementés et une simple menace n'allait pas lui faire plus peur que cela. Elle allait répondre vaillamment lorsque Goten, le grand et beau capitaine prit sa défense si noblement, qu’elle se retrouva avec une magnifique robe blanche et une longue traine. Elle était nécessairement une princesse forcément ! Goten dégaina son sabre et dévia l’os qui risquait de venir lui trancher le visage. Il n’y avait même pas de sang, ce n’était vraiment pas très intéressant, mais elle se décida alors de jouer son rôle du moment.

« Il … il a tenté de me …. De me tuer … je … Je voulais juste rigoler … je … il est méchant … »

Joua alors avec des larmes aux creux de ses yeux Madoka en parfaite comédienne. Les kunoichis étaient après tout entraînées pour ce genre de choses en même temps. Elle se cacha un peu derrière Goten apparemment toute tremblante, la manière de faire du Kaguya avait certainement fonctionné visiblement. Bon, il était tout de même peu probable que ce type se fasse tuer pour si peu, même si cela aurait été plutôt amusant ! Cependant, alors que la jeune fille était collée pleureuse contre son cher chevalier capitaine sauveur, elle reprit une voix des plus malsaines, voir un brun machiavélique.

« Je sais faire tout plein de choses moi … faire croire des trucs … ou des machins avec des illusions … hmm … ou encore …faire sortir le cerveau des gens par leurs oreilles et leur nez. Hoooo oui … ça c’est bien ça …les spectateurs … ils aiment bien le sang, les hurlements … hein ? oui … je serais une gentille fille … »

Commença alors à sortir Madoka, qui petit à petit faisait sortir son visage en regardant avec des yeux tremblants et fous Yuurei. Était-ce un délire ou toute autre chose ? Un souvenir ? Une vision ou un jeu ? Quoi qu’il en soit, la messe était dite, elle en avait dit déjà beaucoup sur ses capacités non ? En tout cas, bien plus que que Yuurei le mystérieux.

En quelques secondes alors que Goten s’éloigna, la petite fille se remit à chantonner doucement sautillant d’un pied à l’autre en direction de Yuurei. Finis la petite fille psychopathe, elle était redevenue joueuse jusqu'à arriver juste devant le Kaguya. Elle sourit largement de toutes ses dents, puis elle se pencha pour reprendre un lapin en peluche parfaitement intacte, ce n'était qu'une illusion après tout. Elle continua alors sa route en chantonnant pour rattraper le capitaine d’équipe.

« Hey mais moi je suis coopérative ! heuuu … »

Madoka se rapprocha et parla plus doucement en mettant sa main comme pour chuchoter, mais Yuurei pouvait parfaitement entendre.

« Je voudrais savoir … vous pensez à quoi comme position exactement où on peut mettre nos paroles ? »

La gentille petite folle était vraiment curieuse d’avoir son avis, et puis c’était peut-être un ordre allez savoir !

« Mes affaires … ho bha … heuuu …. Oui ben mon vrai lapin en peluche … je l’ai oublié dans ma chambre ! »

Dit alors presque paniquée dans la voix Madoka, avant de sourire et de croiser ses bras derrière elle.

« Mais je peux aller le chercher si vous voulez ! Heuuu … mais sinon, c’est quoi cette histoire de mission que vous parlez ? J’espère que c’est escorté un cuisinier, par ce que j’ai faim … »

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Jeu 18 Jan 2018 - 23:23
Finalement, que ce soit sur le fait accompli ou avec du recul, je n'aimais aucune de ces deux personnes. L'une etait bien trop folle, et méritait le repos éternel, et l'autre me prenait de haut, sûrement parce qu'il avait plus de galons que nous deux réunis. Lorsque mon os se plaça devant le visage de la jeune débile, notre chef d'équipe s'empressa d'intervenir en portant in coup sec et rapide avec son arme, pour briser le bout de mon os sorti de la paume de ma main. Restant droit, je n'eus aucune réaction. Mon regard restait plongé dans celui de la kunoichi qui se trouvait devant moi. J'avais une envie folle de lui faire du mal, ne serait ce que lui couper une petite phalange.


Mais cela m'était impossible, son héro en cheval blanc était là, et l'avait sauvé. Bien que mon intention n'était pas du tout de ma tuer et que mes agissements étaient parfaitement contrôlés et prémédités, il me vint une envie de les tuer tous les deux. Puis notre chef d'équipe remit mes couvert, en me disant d'arrêter de jouer au mystérieux, que mon nom ne suffisait pas en terme d'indication. Sérieux? J'allais lui réexpliquer ce qu'était un Kaguya. Il ajouta que tuer une personne de Kiri serait considéré comme de la trahison et passible de mort. Rangeant mon os lentement, je fini tant bien que mal par détourner le regard de ma kunoichi pour regarder notre chef d'équipe droit dans les yeux.



- Je ne voulais pas la tuer, je m'y serait pris différemment. Je voulais juste lui arracher la langue, elle insulte ma personne, mon clan, et tous ceux qui ont laissé la vie pour récupérer les îles, pendant qu'elle s'amusait avec ses lapins en peluche. De plus, les Kaguyas ont donné leurs vies et leur force pour défendre les intérêts de ce pays. Accuser un Kaguya de trahison serait une erreur.



Je vis alors l'énergumène qui me servait de coéquipière repartir dans des délires dont elle seule comprenait. Elle avait vraiment l'air déconnecté de ma réalité, et la je compris alors. Une personne se réfugiant dans une autre réalité n'aimait pas celle dans laquelle elle se trouvait. Ce qui voulait dire que ma vie avait du lui en faire voir de toute les couleurs. Ke ne pouvais cela dit accepter ce trop plein d'énergie et cette folie incompréhensible, qui me rendait chaque minute plus nerveux. Je vis alors le chef d'équipe s'éloigner, pour reprendre la parole. Il vint a me dire que mon clan n'était pas me centre du monde, et faire quelques réflexions piquantes à la kunoichi. Je n'avais pas relevé sa phrase pour deux raisons : la première, c'est que j'avais hâte de partir en mission, et nous avions déjà gaspillé assez de temps à se prendre ma tête.


La mission n'avait pas commencé que nous étions tout trois prêt à mettre la main sur l'un d'entre nous. La deuxième raison pour laquelle je n'avais pas relevé sa phrase, était qu'il ne pouvait pas comprendre. Être un Kaguya, c'est une fierté que très peu peuvent connaitre. En plus d'avoir des talents spéciaux, notre art était meurtrier, et nous étions bien souvent appelés à venir défendre le pays où à réaliser des missions d'assassinat. Il nous déposa la question de quel était notre talent. Je vis l'autre folle repartir dans ses délires, en faisant démarcher un lapin en peluche. Elle ne voulait pas le dire mais le montrer, fière de son talent de genjutsu. Pour un Kaguya, le genjutsu est l'arme des faibles. Ils se cachent derrière leurs illusions simplement car ils ne valent rien. Aucun talent de combat, il suffit de sortir de lune de leur technique pour lui arracher les membres les uns après les autres. Après son petit spectacle, je pris ma parole pour répondre à sa question et en apprendre plus sur la mission, qui je l'espérais n'était pas de décoincer le chat d'une vieille de son arbre ayant le même âge qu'elle.



- Je suis un Kaguya. Nous sommes fait pour le combat rapproché. Comme vous avez pu me voir, nous utilisons nos propres os pour nous battre. Nous les manipulons à volonté et en faisons à peu près tout ce qu'on en veux. Nous sommes spécialisé dans l'assassinat, le corps à corps et les hordes d'ennemis sont notre tasse de thé. Je peux être un atout en première ligne, nous avons été créé pour le combat, même notre talent est approprié.



Enfin, nous y étions. Le chef d'équipe était maintenant au courant de nos talents respectifs. A présent, nous allons savoir en quoi consistait notre mission. J'avais un peu de crainte, car la plupart des missions de petit rang sont souvent de porter des courses, nettoyer des maisons, ranger du bois. Il y avait parfois faire fuir des loups, la seule occupation à peu près potable. Mais des loups c'est vite lassant, et la plupart du temps il suffisait de se diriger vers eux en bande pour les faire fuir. Je craignais aussi d avoir à faire équipe avec deux personnes que je ne portais déjà pas dans mon coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 20 Jan 2018 - 13:05
Fiouuu...J'avais besoin de quelques jours de repos supplémentaires, cette Madoka était complètement cinglé et ce Yuurei... Un vrai Kaguya quoi. La première riais au éclats, j'avais vraiment l'impression qu'elle avait deux ans d'âge mental, c'était incroyable. Je m'efforcais de garder mon air calme. Elle était en train de m'expliquer que Morrice était le nom de l'arbre cogneur, quel arbre cogneur ? Enfin bref elle était en train de repartir dans un délire assez spécial , étrangement elle me faisait penser à un être de petite taille fasciné par un anneau, mais je n'arrivais pas a mettre le doigt sur ce type.

Tant pis ce n'était pas le plus important, je m'en souviendrais en temps voulu. Cette personne me semblait vraiment insondable, alors que je deviais l'os de son assaillant, elle eu pour seule réaction de l'inquiétude pour son bout de bois transformer en lapin. Je me demandais vraiment si cette fille était un ninja où elle se trouvais ici par hasard. En se cachant derrière moi en pleurant, elle espérait peut être que je la prenne en pitié ou un truc du genre, elle est vraiment bizzare comme personnage. Maintenant j'avais décidé de l'écouter mais ne répondre que quand elle dira des choses pertinentes, et ce n'était pas gagné.

Yuurei justifie son action en me disant qu'il ne voulait pas la tuer, mais je cite "je voulais JUSTE lui arracher la langue". Pas grand chose, juste la langue... Non mais il sont tous fous ces aspirants ninja ou quoi ? Je le regardais droit dans les yeux et souffla un bon coup.

"Tu vois bien qu'elle ne sait même pas ce qu'elle dis, répondre à des provocations aussi stupide pourra te jouer des tours. De plus ce n'est pas moi qui ai dicter les règles, que tu sois un Kaguya ou un Yuki n'offre aucun privilège : tu reste un ninja avant tout."

Enfin chacun d'eux m'explique à leur manière ce dont ils étaient capable de faire, l'une semblait être spécialisée dans les illusion, tandis que l'autre était un adepte du corps à corps. Parfait, l'une servira de soutien tandis que l'autre possède une grande capacité de défense. Sur le papier cette équipe me semble très efficace, j'allais peut être pouvoir faire quelque chose.

"Parfait, alors notre mission consiste à débusquer un groupe de bandits qui persisent a rester sur l'ile de Yousai, qui fait parti d'un projet d'aménagement pour le village de la Brume. Nous devrons négocier avec eux avant d'user de la force. Voilà vous savez tout, rendez vous ce soir 19h au port Nagarasa, je vous laisse le temps de préparer vos affaires. Si vous avez des questions c'est le moment."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2026-goten-l-etranger http://www.ascentofshinobi.com/t2598-equipe-n7-yari

Sam 20 Jan 2018 - 18:05
Madoka ressentait cette colère en Yuurei, mais cela ne faisait que l’amuser de le voir réaction ainsi. Après tout lorsque l’on titillait une forme de vie, c’était tout de même plus amusant de la voir réagir. Comme une petite chatte qui découvrait une proie, la jeune fille faisait ses expériences, et il fallait bien avouer qu’elle n’était pas déçue. Elle savait parfaitement comment manipuler ce trop fier combattant à sa guise si cela s’avérait nécessaire. Elle n’était pas si manipulatrice que cela, mais c’était sa manière de se protéger. Il n’y avait qu’elle et le reste du monde. Personne n’était autorisé à s’approcher de trop prêt de ce qu’elle était vraiment.

Visiblement, le Kaguya essayait de se calmer, en tout cas, il rangeait son arme ce qui devait être une bonne chose. Madoka ne devait plus être en danger, ho ça non, vu que Yuurei regardait ailleurs. Elle pouvait arrêter le rôle mélodramatique de la pauvre petite fille en danger. Elle se remit alors à chantonner en sautillant d’un pied sur l’autre en formant un cercle autour d’eux. N'allez pas croire que la kunoïchi était capable de maîtriser le feu, non elle avait bien dit la vérité, uniquement du vent, mais dans la tête de la petite folle, à chaque pas qu'elle faisait la terre s'effondrait comme par magie pour libérer des vagues de chaleur provenant certainement du magma de la terre ! Bien sûre que si c’était tout à fait crédible et scientifique quelque part, bref ! Elle était en pleine incantation autour des deux, alors que le Kaguya expliqua qu’il ne voulait pas la tuer, une bonne nouvelle sans doute !

Madoka s’arrêta alors soudain et elle tira sa langue au maximum pour la regarder. Non c’était bon, elle n’avait rien perdu de ce côté-là, ouf ! Pendant un moment, elle était assez inquiète. Le Kaguya avait une drôle de manière de viser la langue ! Son petit lapin prit le rôle d’un danseur en menant la voie de la gamine afin de former le cercle.

« Hooo oui, j’ai été une gentille fille … j’ai arraché des yeux ou d’autres petits morceaux …. Les gens aimaient bien … et puis c’était bon … je pouvais manger hihihi … Et puis, il y avait Jimini ! Il avait toujours de formidables histoires ! »

Commenta alors l'illusionniste au dire de Yuurei lorsqu'il l'accusa d'oisiveté, comme s'il avait fait de grandes choses de son côté. Elle ne se rappelait pas que les Kaguya étaient exsangues de tout défaut.

« Chat botté … chat botté … botte de paille … botte de paille … paillasson …. Paillasson … »

Commença alors à chanter la petite fille, elle qui ne voulait tuer personne sur l’instant. Elle cherchait simplement à s’amuser voilà tout, et il fallait bien dire que ces deux gugus la gênaient pour le coup. Elle poursuivait son avancée de son cercle, cela devait commencer à pencher car elle avait bien fait la moitié, mais étrangement, les deux autres ne se rendaient compte de rien. Elle ne put alors se retenir de pouffer de rire dans ses mains, avec le regard perplexe du lapin danseur.

« Ben quoi ? »

Demanda alors Madoka au petit lapin en peluche, qui haussa les épaules et reprit sa marche. Le capitaine ne l’avait pas pris en pitié, ce qui n’était guère très étonnant après tout. Il devait déjà être subjugué par sa beauté d’adolescente. Cela ne pouvait être que ça, car elle le surprenait souvent à être bouche bée par ses diverses prestations. Elle trouvait ce Yuurei un peu trop dérangé, alors qu'elle avait bien toute la tête. Elle voyait les choses comme ils étaient réellement et pas les illusions de ce que les autres appellent, la réalité.

« Bien sûre que si je sais ce que je dis … là je dis que je sais ce que je dis …. Et puis là aussi … heuuu … on dirait un miroir qui regarde un miroir … Comment pourrais-je deviner ce que je vais dire avant que j'y pense … hum … » ?

Tandis que Madoka était en pleine réflexion à se battre elle-même, les deux autres étaient en plein échange sur le fait de ne pas tuer son prochain, ce qui pouvait être pas mal pour des ninjas souvent assassins. Si l’idée de procéder à une mission n’avait aucun intérêt pour la jeune fille, son attention fut attirée lorsqu’elle entendit qu’ils allaient devoir abattre un groupe de bandits. Comment ça ? Ce n’était pas ça ? Oui et bien, c’était tout ce qu’elle avait pu entendre en tout cas. Le pourquoi de leur présence ou encore l’intérêt d’aller nettoyer l’endroit n’avait pas d’importance.

« Pourquoi qu’on part pas tout de suite ? Ce serait mieux de s’installer et voir la région avant … »

_________________
Thème:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Rencontre interimaire [Yuurei & Madoka]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: