Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

[Important] Quand la Foudre s'invite à la Montagne - Partie 2


Ven 19 Jan 2018 - 5:20

Iwa – Domaine Borukan – Aux environs de 14h

Le Tengu venait de le prévenir, la délégation venait d’atteindre les portes du village où elle avait été accueillie par Yoshitsune. Même si les deux hommes s’étaient montrés distants l’un envers l’autre dans les derniers mois, Akimoto accordait toujours une grande confiance envers le samouraï, ce dernier faisant office de responsable de la sécurité pour ce sommet et de bras-droit. Observant depuis les hauteurs de sa résidence, le Borukan aperçut la délégation arriver au loin, gravissant les marches interminables qui serpentaient en contre-bas jusqu’au plateau dirigé par son clan. Aussitôt, il déposa sur ses épaules sont épais manteau écarlate, marqué en son centre par la marque d’Iwa, au col couvert d’une épaisse fourrure, arrachée de ses propres mains d’un fauve quelconque. Il quitta alors son perchoir pour aller à la rencontre de la délégation aux portes de son domaine.

Le plateau Borukan était étonnamment calme aujourd’hui. Le trafic habituel qui y régnait avait été réduit à son strict minimum, seulement ses résidents avaient le droit d’y circuler, et son accès était contrôlé par un groupe de shinobis. Quelques minutes plus tard, le groupe d’une dizaine de personnes finit par arriver, dirigé par Yoshitsune. Le Nidaime jugea d’un œil sévère la délégation. Elle était plus généreuse que le voulaient les coutumes diplomatiques du Yuukan, mais juste assez pour ne pas constituer une forme de provocation inutile. Le Raikage était un homme visiblement prévoyant et astucieux. Une fois le groupe à proximité, le Tsuchikage prit un moment pour les dévisager tout un chacun, prenant bien le temps de s’imprégner de leur visage. Il reconnut quelques Metaru avec qui il avait eu la chance d’échanger à Shîto, mais sans plus.

Devant les portes de son domaine, Akimoto se tenait bien droit, sa chevelure rousse battant au vent. La montée en direction de son domaine donnait l’occasion aux visiteurs de contempler toute la prestance de l’homme (et ses deux mètres dix de hauteur). À ses côtés se tenaient Chôkoku Yatsuari et Hyûga Roki, les représentants de leur clan respectif, ainsi que Kizuato Daïsuke, le second du Raïkage qui avait été envoyé à Iwa plusieurs semaines plus tôt. Sur leur gauche et sur leur droite se trouvait respectivement une rangée d’hommes en uniforme du Yamagenzô et des Tengus, les deux forces spéciales du village.

« Raikage-dono. » dit-il alors simplement en saluant son homologue. Le Metaru était beaucoup plus jeune qu’il ne l’avait pensé, frisant à peine la trentaine. Mais l’homme n’en avait pas moins de prestance pour autant. « J’espère que l’hiver n’a pas nui à votre voyagement, la neige peut être traitresse dans ses montagnes. » ajouta-t-il en guise de familiarité avant de passer aux choses sérieuses. « Je vous souhaite à tous la bienvenue dans notre humble Iwagakure. J’espère que la sécurité accrue ne vous dérangera pas. Avec les temps troubles que nous connaissons, je ne peux prendre aucun risque, autant pour vous que pour les miens. » D’un geste du bras, il désigna le groupe de policier qui se trouvait à sa gauche. « Ses hommes se chargeront de votre protection durant toute la durée de votre séjour à Iwa. Ils ont été sélectionnés parmi les plus talentueux de nos shinobis. N’hésitez pas à leur demander où trouver les meilleures tavernes pour essayer nos délices locaux, je sais qu’ils les connaissent très bien! Bouhaha » ajouta-t-il en rigolant. À ses côtés, Akimoto put entendre le soupir de Yatsuari, ce qui le rappela à l’ordre. « Vous serez hébergé ici même, au Domaine Borukan, pour la durée de votre séjour. Des chambres ont été préparées et sont mises à votre disposition. Pendant que Shuuhei-dono et moi-même négocierons les termes de l’alliance entre nos villages, vous serez libre de visiter Iwa et ses merveilles, sous escorte bien entendu. À cette époque de l’année, je vous recommande chaudement les sources thermales! » La cheftaine du clan Chôkoku lui lança un nouveau regard sombre, ce qui fit comprendre au Nidaime qu’il était d’abréger. « Bon, trêve de bavardage, j’imagine qu’après cette longue route vous êtes tous épuisés. Je vous invite à vous installer, à vous reposer, et nous nous retrouverons plus tard pour échanger, autour d’une coupe de saké, et d’un repas préparé par nos meilleurs chefs en l’honneur de votre arrivée. » Sur les dernières paroles du Borukan, les portes de son domaine s’ouvrirent derrière lui.


***

Informations


Les Kumojins auront droit de circuler ‘librement’ dans Iwa, mais sous certaines conditions. Dès qu’ils quitteront leur chambre du Domaine Borukan, chaque Kumojin sera escorté de deux membres du Yamagenzō, chargé de leur protection, mais également pour s’assurer qu’ils ne mettent pas leur nez n’importe où. Si un Kumojin tente de se défaire de son escorte ou est intercepté en train de circuler au village sans celle-ci, il sera appréhendé immédiatement.

Ils devront demeurer à l’intérieur des limites du village pour toute la durée de leur séjour. De plus, certaines zones seront interdites d’accès sans la permission spéciale du Nidaime :
  • L’Académie Hashira

  • Les domaines claniques (sauf Domaine Borukan / sauf si invitation délivrée par le chef du dit clan)

  • Les fortifications et garnisons militaires du village

Le Domaine Borukan:
 

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Sam 20 Jan 2018 - 21:32
Spécial. Le village caché de la roche était plutôt spécial. Un artiste l’aurait certainement décrit comme étant pittoresque. L’endroit dégageait un charme indéniable qui me ravissait clairement ; et même si je gardais un certain maintien pendant la marche qui nous menait jusqu’à la demeure du Tsuchikage, j’avais les yeux émerveillés par ce nouvel environnement que je découvrais avec joie et bon cœur. Il m’arrivait de jeter des coups d’œil à ma troupe et de déceler quelques airs bien plus ravis que le mien. Les Metaru et surtout les femmes trépignaient d’impatience de pouvoir visiter l’endroit. Du fait de sa renommée internationale, Iwa était clairement « la ville » pour faire du shopping. Je sentais d’ailleurs que mes économies allaient en souffrir. Même en mettant Nora de côté, les jeunes Metaru que j’avais ramenés avec nous –La plupart étant mes petites cousines- ne me rateraient certainement pas. Ou tricher elles même, tiens. Avec le kinton, il était plus que facile pour tous les Metaru de créer des ryos sous formes métalliques. Bien entendu, le bon sens nous l’interdisait pour éviter une quelconque inflation monétaire, mais vu que je n’allais pas être constamment avec elle, j’étais plus que certain qu’elles allaient se faire plaisir. Une pensée qui me tourmenta jusqu’à ce que nous arrivâmes enfin à bon port. Enfin !

- « Votre hospitalité nous honore vraiment, tsuchikage-dono. Que les cieux soient favorables à la rencontre de nos villages ! »

Là-dessus, je m’inclinai légèrement devant l’honorable kage. Les Metaru imitèrent mon geste respectueux. Pour le reste de ma délégation ? Va savoir. Mais j’espérais intérieurement qu’ils firent pareil que moi. De toute façon, le plus important n’était pas dans les révérences mais dans le comportement sur la durée. Honnêtement et mis à part un éventuel échec de notre approche diplomatique, je ne craignais qu’une seule chose : Que l’un d’entre nous ne crée un incident diplomatique regrettable. Pour une première dans le genre, cela fera vraiment tâche et Kumo se passerait bien d’un fait pareil. Lorsque je me redressai, j’eus un sourire dirigé au tsuchikage, mais aussi aux différents dignitaires qui l’entouraient. J’eus à un moment l’envie de faire un clin d’œil à Daisuke qui se trouvait non loin, mais je préférai m’abstenir. Mieux valait être sage et montrer l’exemple aux autres. Du reste, je n’étais pas du tout impressionné par la carrure de l’homme puisque nous avions pratiquement le même gabarit. Il me dépassait bien de quelques centimètres, mais la différence à ce niveau-là était presque imperceptible. Néanmoins, son aura, elle, était palpable et forçait le respect. Pour ce qui était de son caractère et ce malgré son âge apparemment avancé…

Je sentais qu’on allait bien s’éclater ensemble ! Mais en attendant…

- « Votre offre ne se refuse pas, vénérable. Tout le monde. Veuillez suivre et vous conformez à la bonne volonté de nos hôtes. »

Maintenant que la porte s’était ouverte, il n’y avait plus à hésiter.

J’aurai pu me perdre en palabres, mais j’allais attendre de pouvoir bien me reposer avant de passer à autre chose.

C’est dans cette optique-là que je me mis à suivre une jolie Borukan qui s’était déplacée vers moi prendre mes affaires.

J’allais me plaire ici, c’était certain !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 1 Fév 2018 - 20:39
Quelques pas derrière la délégation kumojin se présentait une tâche rose particulièrement voyante, épousant et jurant en même temps le reste de ma tenue, achetée quelques jours auparavant pour un autre événement important. Les environs étaient aussi imposants et grandioses que le reste. Cette sensation de grandeur était semblable au jour où mes yeux s’étaient posés pour la première fois sur Kumo. En plus de la chance que m’avait octroyée le Raikage en m’invitant à faire partie de cette délégation, je pouvais enfin en apprendre plus sur un autre village caché. Avec mon nouveau grade de Jônin, il était peut-être temps que je voie de mes propres yeux les différentes places du Yuukan.

A mesure que nous approchions des hauts-plateaux iwajins, une lueur flamboyante se distinguait plus loin. La charismatique présence qui nous attendait patiemment appartenait bien entendu au Tsuchikage. La cérémonie et l’atmosphère suffisaient à me le faire dire. Dès qu’il ouvrit la bouche, on sentit un homme plein de ferveur et de passion. Sa façon d’être et de se comporter me faisait vaguement penser à notre Raikage. Tous deux savaient quand demeurer calme et quand s’ouvrir chaleureusement aux autres. Ce sont des points positifs lorsque l’on se revendique dirigeant d’un village libre. Cela dit, le Borukan montrait bien plus d’enthousiasme que le Metaru, comme venait de le démontrer la femme se tenant près d’Akimoto.

Très silencieux, comme à mon habitude, je ne me permettais pas de répondre à sa conclusion. Inutile de lâcher un petit « Merci » ou « Tsuchikage-dono ». La légère révérence que je faisais, accompagné d’ailleurs d’un Suzaku incroyablement calme et discipliné, était largement suffisante. D’autant plus que Shuuhei restait le porte-parole de notre troupe. Il représentait notre voix et notre présente. De son côté. mon fidèle cacatoès rose jugeait également bon de se taire, montrant encore une fois que derrière ses airs d’idiot et de charmeur se cachait un volatile avisé.

Les réjouissances faites, je regardais cependant d’un mauvais œil nos ‘’protecteurs’’. Compréhensif, certes, mais tout de même mauvais. Je n’aimais pas l’idée de devoir me balader avec des gens sur le dos. Quoi qu’on en dise, l’idée de me faire poignarder dans le dos trainait dans mon esprit. Mais c’est bien pour ça que j’étais compréhensif : Ils ont plus que raison de nous protéger et de nous surveiller en même temps. Mais dès le discours du Borukan terminé, je conseillais à mes compagnons kumojin de se déplacer à au moins deux lorsqu’ils quittaient leurs quartiers. Ce n’est pas réellement par manque de confiance ou par peur, mais prendre ses précautions vaut des deux côtés.

Mais c’est un discours somme toute assez pessimiste malgré mon relatif calme. Car malgré l’allure de certains membres de cette ‘’garde rapprochée’’, les iwajins semblaient foncièrement bon et je ne doutais pas de leur réelle envie de tenter un rapprochement avec Kumo. Et j’allais bien profiter de cette visite pour en apprendre plus sur eux.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

[Important] Quand la Foudre s'invite à la Montagne - Partie 2

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: