Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Pas croyable... Faire ça à son amie ?... Dégueulasse ! [Ft.Sayo/Asami]


Sam 20 Jan 2018 - 7:47
Journée tout à fait normale en perspective pour l'Ikezawa qui s'était rendu de bon matin au bureau afin de rattraper le retard qu'il avait prit à cause de son élève et son idée saugrenue de se lancer dans l'entrainement si spécifique aux Ikezawa. Heureusement pour lui la vieille il avait conclu un accord avec l'un des meilleurs enseignant du clan afin qu'il supervise la suite de son entraînement, aujourd'hui il avait donc pu naturellement se rendre de bon heure à son boulot. Sayo devait probablement être en train d'apprendre sans lui pour la première fois depuis qu'ils avaient débuté l'entrainement, cela lui faisait tout de même bizarre de savoir son élève aussi proche de lui ressembler. Peut-être aimait-il cela au fond.

La paperasse fut vite remplie et maintenant il pouvait partir en patrouille dans le village à la recherche habituel de criminel tout frai tel était son train train quotidien depuis un an maintenant. Sa veste en fourrure sur les épaules il arpentait les rues à la recherche de méfaits mais l'hiver semblait bien calme, les crimes qui habituellement se voyait être proéminent l'était moins par période de froid. Une journée tout à fait calme en perspective donc. Au détour d'une ruelle une chose attirait son regard, une chevelure noir, un vêtement bien trop chaud, une démarche de princesse, aucuns doute possible son élève était en ville et pour une fois il allait être le faiseur de surprise. Se faufilant dans son dos tel un serpent prêt à sauter sur sa proie il comptait bien mettre à rude épreuve ses réflexes et sa capacité à anticiper une attaque. En une fraction de seconde seulement se point se retrouvait derrière le crâne de son élève crédule qui n'avait pas bougé d'un cil. La personne à côté d'elle par contre se retournait et le regardait droit dans les yeux sans même faire attention à ce qu'il venait de se produire. Déçu que son élève n'ait pas pu anticipé il soupirait avant de tourner son regard sur la femme... Cet femme qu'il avait déjà vu... Cet femme avec qui il avait eut l'occasion d'échanger un moment intime... Celle là même était en train de discuter comme si de rien était avec son élève. Impossible... Il devait y avoir erreur, jamais Shojito n'aurait pu faire quelques chose de la sorte, pas une amie de son élève, il devait se tromper. "TOI..." Laissait-il s'échapper de ses lèvres le regard emplit de haine avant de saisir Sayo par le bras et venir la mettre derrière lui. "Je t'interdis, de t'approcher de mon élève tu m'entends ? Perfide petite menteuse qu'as-tu avec moi ? Pourquoi tenter de te rapprocher de Sayo ? Il me semblait que nous étions clair ! Ce n'était que pour une nuit et une seule ! Je me fou de savoir ce que tu me veux, tu n'a été que le coup d'un soir et pas un très bon d'ailleurs mais laisse mon élève en dehors de ca !" Fit-il en gardant Sayo dans son dos avant de se retourner vers elle. "Sayo Nara, je ne sais pas qui est cette personne, mais ce que je sais c'est qu'elle est une menteuse invétérée et qu'elle n'est pas du tout le genre de personne dont tu as besoin surtout en ce moment... Tu as un entrainement à suivre." Lui fit-il sévère comme à son habitude. 

Hors question qu'il laisse sa précieuse élève fréquenter son coup d'un soir, ou allait donc le monde à ce rythme la ? Perfide petite garce... Comment avait-elle su pour Sayo ? Mais surtout comment avait-elle su aussi rapidement ?... Question qui ne tardera surement pas à trouver une réponse...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Sam 20 Jan 2018 - 10:31
S’il y avait bien une seule personne avec qui la Tadaoki était-elle en mesure de passer plus que quelques heures sans se lasser, c’était bien Sayo. D’ordinaire, elle commençait à s’énerver après une demi-journée, alors que trop de compagnie en venait à user de sa patience, toutefois, elle était en mesure de supporter la jeune Nara sans aucune difficulté. Peut-être était-ce seulement qu’elle la connaissait depuis si longtemps qu’elle s’était habituée à sa présence, ne s’importunant plus de celle-ci. Dans tous les cas, alors qu’elle n’avait rien à l’horaire, n’étant pas forcée de se trouver à l’institut aujourd’hui, elle avait choisi de débarquer chez sa cadette, s’invitant ainsi dans son horaire, peu importe ce qu’il aurait pu s’y trouver d’autre. Après tout, elle savait qu’elle ne lui refuserait rien et donc, Asami en profitait. Elle était toujours là, prête à répondre à l’appel, lorsque l’aînée décidait que sa journée était tout particulièrement ennuyante et qu’elle avait besoin de sa présence auprès d’elle. À défaut de chercher à faire de nouvelles rencontres, ce qui lui demandait normalement patience et énergie, elle pouvait tout simplement profiter de la présence de la genin, alors que leur relation se voulait simple et sans artifice.

Elle l’avait tiré bon gré mal gré hors de chez elle, souhaitant profiter du temps doux malgré l’hiver s’étant installé. Elle avait recouvert ses épaules d’un manteau de fourrure alors que sa tenue se voulait toujours aussi moulante qu’à son habitude, à savoir un long pantalon serré et un débardeur qui en dévoilait juste assez pour être intéressant sans en être vulgaire. À sa ceinture se trouvait sa bourse, contenant un peu d’argent, mais surtout Konchuu, qui ne la quittait que très rarement, pour ne pas dire jamais. Si elle avait une nette préférence pour ses modèles plus gros et plus intimidants, elle ne pouvait qu’apprécier la subtilité qu’avait cet pantin de la taille d’un poing à l’apparence d’un large scarabée.

Ce fut donc armée de son éternel sourire qu’elle discutait avec sa cadette, saluant au passage quelques personnes du village qu’elle reconnaissait, comme le voulait sa politesse habituelle. Beaucoup se demandaient ce qu’une femme aussi agréable et douce qu’elle pouvait bien faire avec le mauvais caractère connu de la demoiselle qui provenait de l’illustre clan Nara. Si seulement savaient-ils la vérité, que derrière son doux visage se trouvait une femme au coeur encore plus sombre et aux ambitions plus obscures encore que celles de la Nara. Asami était un réel poison pour celle qui la suivait depuis ce jour où elle l’avait pris sous son aile. Alors qu’elle possédait encore ce semblant de moralité qui était totalement inconnu à la plus vieille des deux, cette dernière souhaitait bien arriver à la briser, juste assez pour la reconstruire à son image. Elle s’était armée d’une patience sans égale alors qu’elle savait pertinemment qu’il lui faudrait du temps, tout comme elle se doutait que le sensei de cette dernière nuisait au travail qu’elle effectuait, discrètement, peut-être même à l’insu de la principale intéressée, depuis des années.

La marionnettiste s’arrêta cependant brusquement, pivotant sur ses talons, cependant trop lente pour arrêter l’attaque qui s’abattait sur la tête de sa protégée. Prête à dégainer l’insecte qu’elle traînait toujours avec elle avec comme seule raison de se défendre face à l’agresseur, elle s’arrêta dans son mouvement, l’observant avec attention. Trois. Deux. Et… La réaction ne se fit pas attendre. Après la petite crise d’il y avait quelques jours de la part de la Nara concernant son sensei, Asami avait préférait taire le sujet de sa petite soirée en sa compagnie. Et maintenant, elle se trouvait confrontée aux conséquences de ses actions, mais surtout de son silence.
Et bien. Elle ferait ce qu’elle savait le mieux faire, à savoir improviser. Après tout, elle n’était pas une excellente manipulatrice pour rien.

- Je suis désolée monsieur…? Je crois que vous faites erreurs sur la personne, j’ignore complètement qui vous êtes.

Elle afficha même une expression incrédule que celle qui avait été placée derrière cet homme reconnaîtrait très bien. Ce masque qu’enfilait la belle brune pour berner les gens, pour les amener à croire à sa bonté qui ne connaissait aucune limite et sa douceur bien digne d’elle-même. Elle fronça même légèrement les sourcils.

- Je vois, vous devez certainement me confondre avec ma cousine, Hanae… On se ressemble beaucoup, vous savez, cela m’arrive tout le temps… Je suis désolée d’apprendre qu’elle s’est jouée de vous de la sorte. Je ne sais plus quoi faire d’elle, à vrai dire. Vous voyez, je ne cherche qu’à vivre ma vie paisiblement et elle… Incorrigible qu’elle est.

Asami avait envie d’éclater de rire suite à cette prestation touchante. Si sa mémoire était aussi bonne que la sienne, peut-être se rappelerait-il de ces beaux mensonges qu’il avait déclaré à celle qui était venue perturber un instant leur soirée. Quant à ce qu’il avait dit… Qu’il ait apprécié ou non, au final, cela ne lui importait que très peu et ne venait en aucun cas s’attaquer à son ego. La belle brune ne pensait exclusivement qu’à elle-même, l’amenant à peu se soucier de ce que les autres pouvaient bien penser. Elle s’était amusée et puis voilà. Et puis, elle n’avait même pas eut à fuir au milieu de la nuit, il avait eut la brillante idée de partir alors qu’elle prenait tranquillement sa douche.

- Je vous prierais alors de relâcher Sayo. Si vous semblez la connaître, je ne crois pas qu’il s’agit d’une façon respectueuse que de s’adresser aux autres.

Elle désigna d’un mouvement de tête ce bras qu’il tenait toujours, comme pour éviter que la jeune femme ne revienne vers elle. De son côté, si elle était un peu embêtée, craignant la crise prochaine de la Nara, elle ne pouvait nier l’excitation qu’elle avait quant à la suite des événements.

Ce qu’elle pouvait aimer ces imprévus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Jeu 1 Fév 2018 - 6:30
Toi ?...

La Nara sursautait en entendant la voix de son mentor, elle était tellement occupée à glousser en se moquant avec Asami des passants, qu’elle ne l’avait pas vu venir. Au début, la jeune genin passait de toutes les couleurs devant la perspective d’avoir été découverte, mais par chance ou non, son esprit hyperactif percutait LE détail. Rabattue en arrière, elle se défaisait alors avec une vivacité peut commune de son senseï lançant un regard mauvais à Asami.

-Comment ça vous vous... connaissez ?...

AHH cette garce ! Encore que, la connaissant, Sayo aurait bien dû se douter, qu’à force de lui en parler, elle avait dû la tenter à aller jouer avec. Pourtant il lui semblait bien avoir dit maintes fois à sa complice de ne pas approcher, toucher, essayer, croiser, parler, regarder, ou penser à l’Ikezawa… Poison. La Nara croisait les bras… Pas contente ! Et ça n’allait pas en s’améliorant quand sa mâchoire manquait de se décrocher.

-Que… QUOI ?!

Son regard se froissait et la brune en face leur jouait une de ses meilleures prestations, une qui ne bernait pas la Nara qui les avait toutes vus défiler à maintes et maintes reprises. Elle bouillonnait dans son fond intérieur d’avoir été ainsi lésée, mais elle était trop intelligente pour juste lui exploser à la face. Pas sûr que c’était une chance, la pilule sera dure à faire passer ce coup-ci, combien même elle laissait tout ou presque passer à sa favorite et seule personne qu’elle considérait comme son amie.

-Ah oui Hanae… Une cousine très ressemblante et particulièrement traîtresse et menteuse. Une vraie garce manipulatrice. Détestable.Fit-elle en soutenant le regard de sa propre traîtresse. Un fléau Senseï, Asami et moi-même sommes souvent embêtés à cause d’elle. Je t’ai déjà parlé d’Asami, ni présenter mon ami d’enfance ? AH NON c’est vrai… POUR PAS QUE TU LA METTES DANS TON LIT VIEUX DEVERGONDÉ !

Incroyable, la Nara elle-même n’en revenait pas du rebondissement qu’elle avait pourtant choisi en quelques secondes, comme si tous ses instincts lui avaient dit que c’était au final le meilleur choix. Combien même elle restait amère et frustrée. Pas question que cette perche soit gratuite, ah ça non, elle allait bien faire payer la trahison, mais un problème à gérer à la fois.

-Incroyable, t’as pas mieux à faire qu’à pêcher de la minette le soir ? Comme par exemple t’occuper de ta fille, tu sais HANA QUI A POP PAR MAGIE DANS NOS VIES QUE JE DOIS M’OCCUPER EN BONNE MARAINE SANS RIEN AVOIR DEMANDÉ. ON SE DEMANDE BIEN POURQUOI MAINTENANT ! T’es… irresponsable ! Foutu égoïste…

Difficile de dire à qui Sayo s’adressait vraiment, un mélange des deux peut-être dans la confusion de sa rage… Elle lui faisait une scène pour contenir sa frustration et si Sayo était en forme pour s’y appliquer, c’était par sa volonté de s’abattre sur Asami était plus grande de secondes en secondes, d’échange en échange entre les deux amants qu’elle ne voulait jamais voir associés de quelques façons que ce soit… Les passants s’arrêtaient sur eux et définitivement, la genin était trop émotive. Ses pupilles carmins se floutaient, elle avait beau serré des poings, son envie de pleurer était la plus grande. Caprice d’enfant qu’on ait touché à son senseï ? Ou dureté conséquente pour son petit cœur naïf d’avoir été abusée ? Parce que c’était comme ça qu’elle se sentait… C’est sûr, que sa réaction-excessive du coup, ne paraissait faire pas beaucoup de sens…

-Ne me touchez pas ! Fit-elle en reculant pour échapper à tous contacts. J’ai effectivement un entraînement qui m’attend… Amertume corrosive, encore un peu et elle exploserait, impulsive créature instable… J’espère que tu t’excuseras convenablement Senseï devant ma respectable amie de toujours. Et que tu seras gentille et compréhensible comme toujours ma chère Asami envers lui... Ça m’ennuierait beaucoup un malaise entre vous.

Là-dessus, elle tournait les talons poings et dents serrés. Bof, elle était un peu sous pression ces temps-ci et épuisée, toujours excessive dans ses réactions non ? Malgré tout, la kunoishi tentait de maîtriser ses humeurs dans un échec pathétique de contrôle d’elle-même. Quelle humiliation… « Taisez-vous maintenant, taisez-vous… » Se répétait en boucle dans sa tête. Mais la genin ne pouvait pas se permettre de dévoiler Asami, autant plus parce que c’était aussi risqué pour ses fesses qu’elle ne l’adorait malgré tout. Bien que tout le monde sache qu’une femme trahie était la pire des ennemis à se faire… Qui d’elle ou lui mériter son courroux, elle, lui, les deux ? Personne ?!...

On le saurait bien assez tôt.



_________________


— Objectifs atteints —

#Mettre une main aux fesses de Reiko #Embrasser Hisao  #Shikarai :X  #Asami :X #Taishi :x #Shuuhei :X #Itagami :X #Raizen :X

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Mer 7 Fév 2018 - 0:42
A peine Asami avait ouvert la bouche que le blond sentait la colère monter en lui, plus ses deux bout de chaire qui constituait sa bouche de vipère se mouvaient, plus l'Ikezawa avait envie d'y fourré un poing ferme pour la faire taire une fois pour toute. "Ta cousine vraiment ?... Tu ressorts mes mensonges en plus de cela... L'originalité est au rendez-vous." Rétorquait-il avant de regarder Sayo droit dans les yeux dans un premier temps confuse puis dans un second temps jouant le jeu immonde que jouait la marionnettiste. "Tu..." Laissait-il s'échapper de ses lèvres avant de prendre une grande inspiration l'écoutant une fois de plus l'insulter de vieux dévergondé comme ce fameux jour ou elle lui avait payer les services d'une prostitué. "Tu étais au courant... Tu m'as refait le coup de la prostitué Sayo Nara ?!" Demandait-il en ayant une mine dépitée. Avant de l'écouter parler de Hana et entendre des mots impardonnable sortir de la bouche de la Nara. "Lâcher Sayo ?..." Fit-il en ayant soudainement le regard vide.

La main était partie toute seule et à toute vitesse venant s'écraser sur le visage de la Nara qui ne devait très certainement pas si attendre. "Comment oses-tu parler d'Hana face à une prostitué que tu as payer pour se jouer de moi ?!" Criait-il avant de se retourner vers Asami et de lui adresser quelques mots. "C'est bon, vous avez reçu votre bien ? Vous pouvez nous laisser mon élève et moi maintenant. Nous avons à discuter et très sérieusement." Terminait-il avant d'a nouveau se remettre à regarder Sayo dans les yeux. "Tu as vraiment décidé de me faire beaucoup de peine Sayo, je ne sais pas pour quel raison, ni dans quel but mais..." Il se coupait volontairement la parole avant de se retourner à nouveau vers Asami qui bien évidemment n'avais pas quitter les lieux, et puis soudainement il reprennait peu à peu son calme comme il savait si bien le faire. Dans sa tête se reconstruisait toute l'histoire. D'abord la surprise de voir son élève en présence d'une femme avec qui il avait couché dans la semaine. Ensuite la réaction de Sayo quand elle semblait confuse, une réaction qui même si elle avait durée un cours instant était notifiable, la confusion. Et pour finir, ce mensonge des plus inspiré de son propre mensonge. "Non... Sérieusement... ?" Disait-il en faisant quelques pas en arrière se rendant soudainement compte de ce qu'il se passait. "Ton amie de toujours hein ?... J'aurais préféré que tu me mentes... Car si tu ne ment pas Sayo Nara." Il se retournait vers Asami en plissant les yeux. "C'est que toi, tu es bien pire que ce que j'ai pu lors de notre première rencontre... J'aurais du m'en douter..." Fit-il avant de venir s'approcher de Sayo en posant un genou à terre la fixant droit dans les yeux. "Ne t'avises plus jamais de suivre un tel mensonge, ne me ment pas. Jamais, pas à moi. Tu as mérité la gifle." Terminait-il alors que dans son esprit les choses devenaient de plus en plus clair et qu'il se redressait en les regardant une à une

"Résumons cet situation. Sayo Nara, et Asami... Vous êtes amies, et si j'en juge par la présence d'esprit dont tu as fais preuve en la suivant dans son mensonge, ce n'est pas une amitié naissante. Cependant, tu ne lui a jamais dis de venir me trouver n'est-ce-pas ? Elle l'a fait de son plein gré..." Disait-il en regardant la marionnettiste d'un air dégouté. "Tu savais que j'étais son sensei, et tu n'as pas hésité..." Le calme soudainement retrouvé Shojito soupirait un grand coup avant de regarder autour de lui le passage des gens qui ne s'était même pas inquiétés de voir un policier en service frapper une civile. "Faisons simple, tu as un entrainement à faire. Tu vas y allez et pendant ce temps je vais m'occuper de montrer à ton amie à quel point il est bon de se foutre de moi." Disait-il d'un regard sombre tourné vers Asami. Elle allait très certainement déguster si Sayo lui obéissait sans rien dire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Ven 9 Fév 2018 - 18:08
Ce ne serait qu’euphémisme de croire que la Nara était énervée. Toutes les insultes dirigées vers cette Hanae inventée concernaient bien évidemment la belle brune se trouvant à ses côtés. Asami était partagée entre être amusée que malgré toute la rancune dont sa cadette pouvait faire preuve, elle avait joué le jeu, confirmant donc ce qu’elle racontait, ou alors être légèrement agacée de la soudaine explosion de cette dernière. Depuis quand se montrait-elle aussi émotive ? Elle roula des yeux, se laissant finalement tentée vers la seconde option, tandis qu’elle encaissait sans rien dire le venin qui était dirigé tant vers elle que vers son professeur.

Depuis quand était-elle devenue aussi émotive ? Depuis toujours, elle le savait que trop bien. Sayo ne possédait pas le même détachement qu’elle-même avait, en ce qui concernait ses relations avec les autres. Aussi froide sa cadette pouvait-elle se montrer lorsque venait le temps de torturer ou même de tuer, elle pouvait se montrer terriblement insupportable dans une situation comme celle-ci. Qu’avait-elle fait de mal, au final ? Elle avait couché avec son professeur, et puis après ? Elle s’était amusée, l’instant d’une soirée, sans s’en soucier en outre mesure. Le malaise entre eux, elle n’en serait pas responsable. Après tout, la Tadaoki ne s’embarrassait pas de sentiments futiles, pas plus se souciait-elle de ses conquêtes. Elle était excellente pour prétendre, une seconde nature chez elle. Que lui ait des remords, cela ne l’importait que trop peu. Pourquoi devrait-elle s’en soucier ? Elle n’avait aucune bonne raison, aucune réponse intéressante à cette question.

Et voilà qu’il se la jouait victime, accusant sa pauvre élève d’elle ne comprenait trop quoi. Une prostituée ? Vraiment. Là, pour le coup, elle darda un regard courroucé sur l’homme. Il y avait une limite aux insultes qu’elle pouvait tolérée. Ce fut, du moins, jusqu’à ce qu’un sourire amusé, voir même fier se dessine sur ses lèvres. La Nara lui avait déjà fait quelque chose dans le même genre ? Elle était dotée d’une imagination particulière qui plaisait à la marionnettiste…

Puis la gifle. Là, elle s’énerva, un peu du moins. Elle qui avait gardé son flegme habituel tolérait mal qu’on s’en prenne ainsi au joli minois qui serait un jour sien. Et puis, sérieusement ? N’était-il pas le chûnin en charge de la demoiselle ? Que faisait-il alors à se montrer aussi violent, gratuitement qui plus est ?

- Ça suffit, oui ? Tu peux cesser de jouer la victime. Déjà, tu veux bien m’expliquer pourquoi est-ce qu’un représentant de l’ordre vient de gifler son élève ?

Elle le toise du regard, croisant ses bras sous sa poitrine. La situation l’ennuie. Si elle aime provoquer les autres pour obtenir des réactions intéressantes, celle de Shojito est tout simplement risible. Un adulte avec plusieurs responsabilités qui agresse de la sorte son élève. Ri-si-ble. Il était en colère ? Une excuse complètement stupide, si vous vouliez l’avis de la demoiselle. Il était supposé est respectable, ce qu’il n’était bien évidemment pas à l’heure actuelle.

- Sayo, je suis désolée. Toutes les deux n’y croyaient pas, mais ça préservait les apparences. On dirait deux enfants… Elle soupira, venant se pincer l’arête du nez. J’ai couché avec ton sensei, il est vrai, comme peuvent le faire deux adultes consentants.

La bombe était tombée, elle qui avait inventé un mensonge de toute pièce, soutenue par sa cadette, savait qu’il n’aurait pas tenu bien longtemps. Pas alors qu’elle avait répété ce qu’il lui avait dit lors de leur soirée, tandis qu’une fille était venue lui faire une scène.

- Ce n’en quand même pas comme si je m’étais tapée Nué ! Un regard vers la Nara. Non, je ne l’ai pas fait, et non, ça ne m’intéresse pas. Déjà, sache que quand je l’ai abordé, je n’avais aucune idée de qui il était. Même que, si je me rappelle bien, il prétendait avoir été rétrogradé au rang de genin.

Il était mauvais de s’en prendre à celle qui était aussi jolie qu’intelligente. Notamment lorsqu’elle était ennuyée, ce qui était le cas dans la situation présente.

- Puis tu vas descendre de tes grands chevaux aussi. Je n’ai pas été te voir dans l’idée de me foutre de ta gueule, comme tu le dis si bien. Tu étais là, tu étais seul, et puis voilà. Cela aurait pu être n’importe qui.

Qu’il se sente agressé de la sorte l’agaçait d’autant plus. Il n’était pas le centre de l’univers et l’intérêt qu’elle lui portait frôlait le négatif. Il avait été divertissant, une soirée, alors qu’elle s’amusait de ses mensonges éhontés. Ils avaient couché ensemble, elle qui cherchait à tout simplement le faire taire, mais surtout ne pas finir sa soirée sur une note négative. Moment appréciable, bien que loin de ses meilleures expériences, bien inférieur au Raikage même. Mais ça, Shuuhei était une catégorie à part. Mais outre cela, elle s’était lassée, comme elle le faisait toujours, son intérêt n’étant que bien souvent éphémère.

- Tu comptes vraiment partir comme ça, Sayo ?

En lâche, en lui tournant dos et l’ignorant superbement. Ce serait le comble.

- Ruiner autant d’années d’amitié sur une histoire aussi stupide ?

Il y avait un avantage à ce qu’elle soit encore émotive, au final. La voix de la Tadaoki s’était fait un peu plus faible, comme si elle était sincèrement peinée d’une telle éventualité. Comme si, malgré toute sa bonne volonté, ce détachement qu’elle avait pour les autres, Sayo avait une place bien particulière pour elle. Arriverait-elle à la convaincre avec ce légère dose de sentimentalisme qui se voulait parfaitement naturelle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 10 Fév 2018 - 7:35
-Une prostitué ?

Finalement, d’un geste brusque, la Nara se retournait. Elle les avait écouté tout deux après avoir ramassé sa gifle et soutenu le regard de son sensei qui avait dépassé les bornes, définitivement, tout comme Asami. Est-ce qu’ils la prenaient pour une poupée de chiffon dont on pouvait se déchirer les bouts sans qu’elle n’en ait rien à redire. Et puis en plus, elle devrait presque s’excuser selon eux et s’exécuter bien gentiment ? Pas cette fois.

-Oh la ferme ! Vous pouvez faire vos victimes ou les innocents vous deux. Regardez-vous, c’est pathétique, vous êtes pareils. Pas mentir hein ? Bla-bla-bla ! Quelle blague, d’où je tire mon bon exemple hein ? D’un nombriliste qui croit toujours tout savoir comme un saint esprit et d’une manipulatrice qui croit que sa gueule d’ange la sauvera toujours de tout. Bande de pauvres abrutis, arrêtez de croire qu’il vous suffit de claquer des doigts pour me voir obéir ou tout oublier à votre guise comme un gentil petit chien. Si je l’ai fait jusqu’à maintenant, c’est parce que j’en avais envie et que ça m’arrangeait.

Son ton était froid, empreint d’une surprenante sincérité, la gentille et sensible Sayo ne l’était pas tant que ça finalement, pas pour tous en cas et la comédie semblait avoir assez duré. De toute façon, maintenant, elle était percée à jour, alors autant perdre son piédestal pour quelque chose, comme avoir subis la trahison et les coups avec un mérite lui semblant plus justifier. D’abord elle fixait Shojito avec un air perçant et une détermination sur le visage que aucun d’eux ne pouvaient prétendre avoir déjà vu.

-T’occuper d’elle ? Et si tu t’occupais de tes fesses déjà pour commencer. C’est facile de faire n’importe quoi et trouver mille justifications après. Oh mais oui SENSEI ! C’est une conspiration, t’es tellement merveilleux que tout Kumo a rien d’autre à foutre que venir pourrir ta vie ! Atterrie mon gars. Ou grandi un peu.

Cette fois, elle ne se laisserait pas frapper et s’il tentait, elle comptait bien elle aussi se servir notamment de ce qui lui avait appris pour riposter, d’une main tendue et d’une nervosité colérique apparente, elle fit signe de rester à sa place, parce qu’elle n’en avait pas fini avec eux, ça non… Son regard se portait sur son amie.

-Toi. Essaie pas de me dire que c’est un accident, je sais parfaitement à quel point t’en as rien à foutre de me blesser ou pas. Dans tous les cas, ça lui donne pas le droit de venir t’adresser comme ça, certes, mais à moi si. Tu as trahie ma confiance.

Sa tête se secouait, elle avait un sourire étrange et une envie de rire encore plus dérangeante.

-Vous deux là, vous me prenez pour acquise. Bah laissez-moi vous informer que mon affection et ma fidélité est pas illimitée et que vous venez tous deux de la perdre. Parce que… Au final. Moi aussi je vais arrêter de me servir de vous, vous ne semblez plus rien avoir à m’apprendre à cet instant.

Son regard se détournait sur l’Ikezawa, plus les minutes passées, plus sa colère montait, comme si toutes ses frustrations s’étaient concentrées là pour exploser.

-Ma franchise te plait là Senseï ? T’es comblé ou tu veux une couche de plus ? Vous n’êtes pas croyables. Je vous conseille de pas aggraver votre cas et dégager.

Face à eux, la mâchoire crispée, la Nara les fixait tour à tour sans bouger d'un pouce de sa position.

_________________


— Objectifs atteints —

#Mettre une main aux fesses de Reiko #Embrasser Hisao  #Shikarai :X  #Asami :X #Taishi :x #Shuuhei :X #Itagami :X #Raizen :X

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Mar 13 Fév 2018 - 3:41
Plus la discussion avançait et moins les choses arrivaient à évoluées. Entre une Asami qui acceptait ses torts tout en essayant de l'enfoncer et son élève qui n'arrivait pas à prendre partie et se mettait à s'énerver le blond fermait les yeux un instant histoire de reprendre ses esprits. Comment pouvait-il exiger de son élève d'être irréprochable alors que lui même avait des vices qu'il n'arrivait pas toujours à combattre, cela était quasiment infaisable, pour ne pas dire que c'était de la folie. Il ne prenait pas la peine de répondre aux remarque de lui faisaient les deux filles et au moment ou il ouvrait les yeux il appercevait le visage crispé de Sayo, un sentiment de colère l'envahi lorsqu'il la vit ainsi, peut-être était-ce de l'empathie mais quoi qu'il en soit il eut une réaction qu'il n'aurait jamais eut il y a plusieurs mois de cela.

Ouvrant les bras à une vitesse folle Shojito venait saisir la jeune Nara dans ses bras avant de la serrer très fort un long moment et de lui chuchoter à l'oreille quelques mots qu'elle seule pouvait entendre. "Je suis désolé Sayo... Je ne savais pas qu'elle était ton amie, si je l'avais su je n'aurai même pas fais attention à elle. Je t'en prie, ne m'en veut pas, j'ai besoin de toi plus que jamais. Oui, le maître à besoin de son élève, sans le soutient que tu m'apporte je serais incapable de tenir le coup avec Hana, alors par pitié, ne m'en veux pas." Finissait-il avant de lâcher son étreinte et de se retourner vers la brune qui les regardait sans rien dire ou presque. "C'est vrai, j'étais consentant, mais de ce que j'ai compris, tu savais à mon nom que je n'étais pas un simple menteur passant par là. Alors est-ce-que j'ai honte d'avoir posé mes mains sur toi ? Très certainement quand j'apprends que tu as fais une choses pareille à mon élève, je ne permettrai à personne, en aucunes circonstance, de faire du mal à Sayo. Retient bien cet information car je peux t'assurer que le Raikage lui même sera incapable de m'arrêter si un jour j'apprendre que tu lui a fait du tors qu'importe la façons." Lui avait-il glisser dans l'oreille et déposant sa main sur son épaule et en appliquant une force tel qu'elle était incapable de se sortir de son emprise.

Les choses étaient clair dans son esprit dés à présent, cet Asami était bien plus malade qu'aurait pu l'être Nora. Durant l'acte il avait remarquer qu'elle appréciait la violence, que cela lui offrait une certaine forme de plaisir, tout comme Itagami. Voilà maintenant que deux facette d'une personnalité se rejoignaient pour créer un monstre ignoble du nom d'Asami. La perfidie d'une part et le masochisme d'une autre, quel esprit dérangé... Il fallait assurément empêcher ce genre de personne de nuire Bien entendu, si il avait été certain que les propos dit à Sayo n'avait pas pu être entendu par Asami, les propos dis à Asami avait eut été très clair pour tous et maintenant l'Ikezawa se retournait vers les deux filles avant d'ajouter. "Bien, j'allais finir mon service, cela tombe bien non ? On va pouvoir s’entraîner ensemble Sayo." Bien évidemment un mensonge, il venait tout juste de commencer mais il avait dans l'idée un exercice qui lui permettrait assurément de se défouler après ce désastre totale qu'étais la rencontre avec Sayo et son amie. "Venez toute les deux, je verrai ainsi de quoi est capable l'amie de mon élève, je suis certain que Sayo te bat à plat de couture." Et voici la fierté qu'avait Shojito pour les progrès que son élève avait pu faire depuis leurs rencontres.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Mer 14 Fév 2018 - 7:21
L’ennui était sûrement le sentiment le plus approprié pour définir comment se sentait la belle brune à l’heure actuelle. Cette petite crise de la part de son amie, la seule qui pouvait mériter ce titre, n’avait rien de bien intéressant, si ce n’était que de prouver aux yeux de tous qu’elle était encore et toujours qu’une petite gamine beaucoup trop émotive pour son propre bien. Voilà pourquoi Asami avait mis un point d’honneur à ne plus rien éprouver, du moins, en ce qui concernait sa relation avec les autres. L’attachement n’était pas quelque chose qu’elle connaissait, pas plus que la compassion ou l’empathie. Et si c’était pour occasionner des situations comme celle-ci, elle était bien heureuse de pouvoir s’en prier.

Ce fut cependant la fierté qui suivi alors qu’un sourire manqua de venir étirer ses lèvres. Elle se fit violence pour ne rien en démontrer, préférant ne pas applaudir sa cadette sous les yeux de son sensei. Si elle avait plus ou moins briser ce masque qu’elle portait devant lui, elle préférait encore faire attention. Elle la savait en colère et si elle se doutait qu’elle ne pensait pas tout ce qu’elle avait dit, cela faisait toujours plaisir à entendre. Alors qu’elle affirmait qu’elle venait de perdre sa fidélité et son affection, elle était certaine qu’une fois la poussière retombée, elle saurait lui pardonner l’écart de conduite dont elle avait fait preuve. Elle était ainsi faite. Ce fut donc pour cette raison qu’elle se contenta d’hausser les épaules suite aux menaces proférées par l’homme. S’il tenait tant à la menacer, soit. Or, elle faisait bien ce qu’elle voulait de la Nara et personne n’irait lui dire ce qu’elle pouvait ou ne pouvait pas faire. Le pire dans tout cela ? La Nara était consentante, et ce, depuis toujours.

Un entraînement ? Il devait très clairement se payer leur tête. Or, à le regarder, la Tadaoki réalisa qu’il semblait parfaitement sérieux de son offre. Le dernier commentaire de l’homme eut de quoi la faire sourire, bien qu’encore une fois, elle ne lui donna pas cette satisfaction.

- Je remercie de l’offre, cependant, je n’avais pas dans l’idée de m’entraîner, comme peut en témoigner ma tenue et l’absence de toute arme en ma possession. Ce qui n’était pas tout à fait vrai, elle avait tout de même Konchuu et ses parchemins, mais ça, il n’était pas obligé de le savoir. Et puis, l’envie ne se fait pas présente non plus. Quitte à passer du temps sur le terrain d’entraînement, j’ai encore beaucoup à faire au laboratoire.

En plus d’être kunoichi, elle était avant tout une scientifique, comme tous les autres membres de sa famille. Voilà pourquoi elle avait opté pour quelque chose de plus subtile et discret qui pouvait lui permettre de se tenir loin du combat. Elle n’était pas une combattante et ne le serait jamais au sens propre du terme. Ses poings n’étaient ni terriblement forts, ni dotés d’une vitesses exceptionnelle. Or, ses doigts se voulaient d’une agilité surprenante, sa manipulation du chakra tout aussi aiguisée, tandis qu’elle pliait à sa volonté pantin articulé, voir même une autre personne.

- Je vais donc vous laisser régler les derniers soucis ensemble. Sayo, tu sais où me trouver. Lorsqu’elle se serait calmée du moins. Cela ne servirait à rien de se prendre la tête si elle se trouvait dans un tel état. Et puis, pour ton information. Son regard se posa calmement sur l’homme. J’ai misérablement écrasé ton élève la dernière fois, tu lui demanderas.

Sur ces belles paroles, elle pivota sur ses talons pour repartir vers le complexe scientifique. Cela était un moyen agréable pour la belle brune de se changer les idées, mais surtout de se divertir. Elle appréciait tout particulièrement exprimer son génie créatif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 17 Fév 2018 - 5:52
À vrai dire, elle ne les écoutait plus, ni l’un, ni l’autre, alors quand le blond changeait sa méthode pour la prendre par les sentiments, la genin restait stoïque un instant, avant de le repousser quand il eut fini de la séquence émotionnelle.

-Non.

Répondait-elle simplement. Non pas cette fois, ni lui, ni elle, elle n’avait plus envie de les voir, ni leur parler, peut-être qu’il lui fallait du temps pour digérer, peut-être qu’ils seraient assez malins pour comprendre ça. Asami oui en tout cas, elle déclinait l’offre fidèle à elle-même en prenant le monde de haut, un tantinet hautaine, c’était rare de la voir autant avoir une dent plantée pour quelqu’un. Et face à l’affirmation de son Senseï, Sayo secouait la tête en baissant son regard. Parce qu’elle savait déjà qu’il serait prochainement extrêmement déçu. Elle n’était pas aussi douée qu’ils le voudraient tous deux et ce n’était pas la première fois qu’ils se confrontaient à cette révélation. Alors avant qu’Asami lâche sa bombe, elle déclinait aussi.

-Je ne veux pas m’entraîner et j’ai du boulot qui m’attend à l’institut, je ne gaspillerais ni mon temps, ni mon énergie avec vous.

Elle tournait les talons alors que son aînée attirait l’attention à nouveau du blond. Comme prévu, aucune hésitation de sa part à se vanter de sa prouesse, prévisible, si la Nara serrait des dents par contrariété, ce n’était pas vraiment pour sa fierté blessée cette fois. Plus parce qu’elle avait conscience des répercutions, mais elle avait fait ses choix et c’était dans le contrat de les assumer maintenant.

-Effectivement.

Confirmait-elle d’un seul mot sa défaite tout en entamant sa marche pour partir. Elle n’avait aucune envie d’en discuter ou de jouer les arbitres de quoi que ce soit. Une grande lassitude avait semblé l’avoir envahie, quelque chose de récurent ces derniers temps. Quelque chose qui s’était mis à clocher, mais elle était incapable de dire quoi ou de demander de l’aider pour ça…

_________________


— Objectifs atteints —

#Mettre une main aux fesses de Reiko #Embrasser Hisao  #Shikarai :X  #Asami :X #Taishi :x #Shuuhei :X #Itagami :X #Raizen :X

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Pas croyable... Faire ça à son amie ?... Dégueulasse ! [Ft.Sayo/Asami]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: