Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

La garce et la bête [Ft. Metaru Reiko]


Dim 21 Jan 2018 - 5:15
Étant une femme prévoyante, mais surtout, intelligente, Asami ne laissait jamais rien aller au hasard, pas lorsque cela concernait des idées ou des plans qu’elle avait. Et donc, alors qu’il lui était revenu en tête que de s’en prendre au Raikage de la matière la plus sensuelle (et bestiale) qu’il soit, elle avait dut évaluer les risques de cette entreprise d’envergure. Autrefois, s’il était important au sein de sa famille et un shinobi fort compétent, il n’avait pas tous les titres et responsabilités qu’il avait aujourd’hui. Et donc, du même fait, il était un peu plus difficile d’accès, alors qu’il possédait nécessairement moins de temps libre mais qu’il était aussi plus souvent surveiller ou en compagnie de d’autres. Non pas qu’elle avait passé tout son temps à l’observer, cela aurait été lassant, toutefois, calculatrice, elle préférait avoir toutes les cartes en main avant de se jeter dans la gueule du loup.

Si le hasard pouvait bien faire les choses et lui amener des situations bien divertissantes au quotidien, dans des histoires comme celle-ci, elle s’assurait d’être un minimum préparée.
C’était aussi pour cette raison qu’elle s’était intéressée à la cadette Metaru, à savoir la terrifiante Reiko, si elle se fiait à la réputation de cette dernière. Fukutaichō aux compétences n’ayant plus besoin d’être prouvées, elle se démarquait par sa témérité, mais surtout, par son goût prononcé pour en venir bien rapidement aux poings, à croire qu’elle était dénuée de toute subtilité. Quoique, Asami pouvait comprendre, en quelques sortes. Peut-être que si elle aussi, elle était dotée de telles capacités physiques, elle ne s’embarrasserait pas de ces gants blancs et de la discrétion dont elle faisait preuve. Or, elle était plus intelligente que puissante, et donc, elle se tenait souvent en retrait, écoutant plus qu’elle en parlait, étudiant avec attention dans l’idée de pouvoir s’attaquer aux points faibles.

Elle n’en était pas à ce stade avec la lionne, pas alors qu’elle ne lui avait encore jamais adresser la parole. Or, ce n’était qu’une question de temps, alors que discrètement, elle s’assurait d’avoir une idée de son train de vie, de son horaire et ainsi espérer trouver le moment le plus propice pour venir à sa rencontre. Il lui fallait aussi une excuse, quelque chose qui ne concernait pas son frère. Après tout, désormais fiancé, si elle ignorait la relation qu’avait la Metaru avec la fiancée en question, elle préférait ne pas déclarer haut et fort qu’elle souhaitait ramener l’aîné dans ses filets. Asami souhaitait seulement juger de la bête elle-même, tenter de voir si elle pourrait poser un problème quelconque dans son projet du moment, cette nouvelle lubie qui lui avait traversé l’esprit.

Ayant finalement trouvé le moment idéal et une raison qui lui semblait somme toute logique alors qu’il y avait presque une part de sincérité, la jeune Tadaoki avait attendu qu’il fasse nuit pour rejoindre le lieu d’entraînement de Reiko. Elle pouvait profiter de son statut de genin comme bon lui semblait alors qu’elle portait une certaine admiration aux compétences de la lionne. Ce n’était pas totalement faux, au final, quand bien même était-elle douée pour prétendre. Asami portait un sincère intérêt à ces brutes qui ne faisaient pas dans la délicatesse, un univers totalement inconnu pour celle qui faisait dans la discrétion et la finesse. Elle avait donc une certaine admiration, dans un sens, vis-à-vis de ces derniers, alors qu’elle était convaincue de ne jamais être en mesure d’effectuer de telles prouesses. La marionnettiste avait quitté son chez-soi en tenue décontractée, ne portant à sa ceinture qu’un petit sac qui contenait un peu d’argent, mais surtout, Konchuu, marionnette de la taille d’un poing qui ne la quittait jamais. Elle était peut-être bien sans arme, semblant même sans défense, alors que pourtant, la vérité était légèrement différente.

Arrivée donc à destination, elle s’était faite discrète, observant la blonde de loin. Son regard était curieux, intéressé, alors qu’il se trouvait devant elle une jeune femme aux compétences totalement à l’opposé des siennes. Toutefois, elle ne se devait pas de sous-estimer la kunoichi, qui la remarqua bien assez vite, s’arrêtant dans ce qu’elle faisait. Elle ne s’était pas attendue à autre chose de sa part et se contenta donc de sortir de sa cachette, les mains levées, un sourire contrit sur les lèvres alors qu’elle fixait le sol devant elle.

- Metaru-san. Je ehh… Désolée de vous interrompre.

Arrivée à sa hauteur, à quelques mètres en face d’elle, elle s’inclina poliment, signe sincère du remord qu’elle pouvait ressentir à l’heure actuelle. Une fois cela fait, elle se redressa, n’étant pas certaine si poser ses prunelles rougeoyantes sur la jeune femme était une bonne idée ou si elle provoquerait sa colère. Après tout, elle n’était pas non plus connue pour sa rationalité, étant dite comme particulièrement impulsive. Toutefois, elle fini par relever son regard, passant une main dans sa crinière noire, derrière sa tête, son non-verbal faisant alors part de son malaise actuel.

- Je ne voulais pas vous embêter, sincèrement. Disons plus que ehh… Les gens parlent de vous, beaucoup, et ehh, et puis, j’ai eu envie d’observer votre entraînement et…

Un sourire mal-à-l’aise, même un léger rire, alors qu’elle ne semblait plus trop savoir où se mettre. S’il ne s’agissait qu’un jeu d’acteur qui se voulait entraîner depuis des années déjà, tout chez elle n’étant que mensonge, il y avait peut-être bien un fond de vérité. Metaru Reiko était une curieuse créature et Asami était bien curieuse de la voir à l’oeuvre, ce qui était donc le cas en cette soirée.

- Cela peut sembler un peu stupide, dit comme cela, que d’avoir eu envie d’observer votre entraînement, mais, voyez-vous, vous êtes respecter, admirer même, un réel exemple pour les genins. Je me suis donc dit que je pourrais apprendre, ne serait-ce qu’un petit peu, en vous observant, de loin.

Petite genin qu’elle était souhaitait devenir plus grande. Encore une fois, aussi fausse était-elle dans son quotidien, ce n’était pas que mensonge qu’elle exprimait à la Metaru alors qu’il n’était pas faux qu’elle souhaitait s’améliorer et progresser. Si l’art martial ne faisait toutefois pas parti de ses compétences, s’il lui était possible d’en apprendre plus sur ce dernier, elle aurait alors une meilleure idée de comment s’en sortir et contrer les attaques si elle se retrouvait dans une telle situation. Un sincère intérêt, donc, qu’elle avait pour sa cadette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Dim 21 Jan 2018 - 5:39
Concentrée...

Tes poings façonnaient la roche de manière décousue... Cette même roche gigantesque qui ne t'avait jamais quitté depuis une décennie au moins... La nuit était tombée depuis quelques temps déjà, le silence avait reprit sa place face à la cohue perpétuel du jour... Soupirant, tu n'avais eu que très peu de temps à te consacrer ces derniers temps... Le boulot était trop imposant pour une seule personne, et l'aide en effectif que tu avais demandé tardait à arriver. Ainsi, tu étais étais obliger de guider tes troupes dans un effort constant et perpétuel, qui finirait par t'achever tôt ou tard.

Mais bon...

Tu étais plus résistante que cela, sans l'ombre d'un doute... Fracassant de nouveau la pierre, tu venais resserrer les bandelettes sur tes poings pour éviter tout saignement. Ceux-ci étaient devenus assez durs pour se prémunir de toutes fractures depuis bien longtemps... Continuant sans t'arrêter, tu laissais le rythme de tes coups guider tes pensées qui peu à peu s'évaporer avec la ferveur que tu mettais à forger ton corps...

Une nuit comme les autres...

Ou pas... Tel une bête, ton instinct t'indiqua que tu n'étais pas seule. Il était aisé pour toi de comprendre lorsque ta tranquillité était remise en cause... Pour toi qui t'était voilée à la civilisation pendant une décennie, tu avais tendance à ressentir lorsqu'on t'épiait. Et en effet, ce fut le cas... Tandis qu'une femme sortait de la pénombre pour se dévoiler pleinement à toi, tu resserrais tes poings dans un élan de bestialité primaire. Qu'était-elle venue foutre ici ? Dans un coin qui t'était pourtant réservé.

Levant la tête, tu laissais planer ton regard sur sa présence, tandis que tes oreilles glanaient les informations qu'elle avait à te procurer. Respecter ? Admirer ? Tu n'aimais pas qu'on te brosse dans le sens du poil, ce n'était que de l'hypocrisie et de la manipulation dont tu n'avais que faire. Généralement, lorsqu'un inconnu tentait de t'approcher de la sorte, c'était qu'il était plus intelligent que ce qu'il ne laissait paraitre. Et tu détestais les petits malins se pensant assez rusé pour te duper.

La regardant alors de haut de tes yeux les plus glacials, tu t'adressas à elle :

- ... T'es qui ?


Elle ne s'était pas présentée à toi et t'avait directement chargé par des louanges. Tu te foutais bien de son blabla après tout. Elle avait intérêt à décliner son identité, bien qu'en réalité, tu te foutais de la personne qu'elle pouvait être. Même si tu donnais l'impression d'être plus accessible et encline à t'ouvrir aux membres de ton clan ou à tes subalternes, tu n'en restais pas moins un animal asocial. Les habitudes avaient la vie dur comme on disait.

- Ne t'approche pas plus, et fait pas de bruit. Si tu me gènes je te dégage.


Bien entendu, tu aurais pu revendiquer ton territoire et ta tranquillité. Mais elle ne semblait pas dangereuse, du moins pas dans le sens commun du terme. Ça devait être une tarée pour oser t'approcher de la sorte, sans te connaitre au préalable. Personne ne voulait provoquer une rencontre avec toi, si elle te connaissait vraiment de réputation, celle-ci saurait que se frotter à toi même de manière innocente n'était pas une bonne idée. Non, les personnes qui venaient provoquer le destin en te rencontrant avaient souvent une idée derrière la tête, et étaient surtout profondément tarée. Sayo n'était qu'une nombreuse preuve de ce que tu avançais.

Et si celle-ci était une ennemie qui n'attendait que le bon pour t'attaquer, tu allais te faire un plaisir de détruire son visage. En attendant, tu reprenais alors tes positions avant de percuter de nouveau de ta main droite le mur te faisant face. Le mur en question finissait toujours pas céder face à ta puissance, en se déformant alors toujours plus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Dim 21 Jan 2018 - 6:41
Ses poings se serraient. Allait-elle s’en prendre à elle ? L’idée n’était pas à exclure, de ce qu’elle pouvait savoir de son caractère. Sayo lui avait-elle déjà parler d’elle ? Sûrement, à un certain moment. Elle parlait tellement, celle-là, qu’il était difficile pour la Tadaoki de tout se souvenir. Et dire que, pourtant, dernièrement, ces informations précieuses qu’elle lui avait sûrement partager ce seraient montrer utiles. Elle devrait décidément porter plus attention à ce que pouvait lui partager sa (seule) amie, alors que certains commentaires qui s’étaient perdus dans ses longs monologues auraient pu avoir de l’intérêt. Elle n’était jamais trop sure, en réalité, quant à savoir si ce que lui partageait la jeune Nara était pertinent ou non. Dommage.

S’inclinant devant elle, ses paroles se mélangèrent presque alors qu’un certain malaise était palpable. Du moins, de sa part. Un peu comme une gamine qui se retrouvait face à une idole. Si elle savait qu’il lui faudrait bien plus que des compliments pour percer l’épaisse barrière qui entourait la demoiselle, elle s’en était permise quelques uns, jouant le rôle qu’elle s’était attribuée. Le regard qui se posa toutefois sur elle aurait pu faire déguerpir n’importe qui et donc, l’amena à reculer d’un pas ou deux. Si elle était intéressée par ses techniques de combat, elle n’était pas là pour être son adversaire. Certes ne s’en plaindrait-elle pas, cependant, de ce qu’elle avait entendu la concernant, elle préférait survivre à cette nuit. Mieux valait alors éviter une confrontation, persuadée qu’elle n’y irait pas de main morte avec elle. Et si cela lui plaisait, elle était tout de même tenter de rester en un seul morceau. L’instinct de survie s’opposait donc à sa propension à la douleur, ce qui en serait presque contrariant.

- Tadaoki Asami.

Elle s’était présentée rapidement, son ton semblant presque incertain. Elle n’avait aucun intérêt quant à mentir sur son identité, notamment car elles seraient sûrement amener à se croiser à l’avenir, alors que la marionnettiste se penchait de plus en plus sur la vie des shinobis. À vingt-quatre ans, il était bien temps qu’elle se décide à faire quelque chose de son art qu’elle perfectionnait depuis des années déjà. Autrement dit, mentir sur son identité serait donc une mauvaise décision sur le long terme. Et puis, elle doutait fortement que la Fukutaichō ait entendu parler d’elle, ne serait-ce qu’une fois. Shuuhei ne devait pas être très bavard, en ce qui concernait ses conquêtes.

- Compris.

Le message fut bref, alors qu’elle n’était pas certaine qu’il valait la peine de s’étendre. Elle recula donc à nouveau, cette fois-ci ne retournant pas se cacher. Elle se contenta de prendre place sur une large roche en retrait, venant s’asseoir en tailleur sur cette dernière pour observer avec attention la blonde. Chacun de ses coups envoyèrent des frissons sur l’échine de l’aînée alors que la violence dont elle faisait preuve lui ordonnait tant de fuir que de se rapprocher. Étrange demoiselle qu’était Asami, partagée entre l’idée d’être ruer de coups et de fuir cette bête qui arrivait à faire céder la pierre sous la seule force de ses poings. Ses idées vaganbondèrent un peu alors qu’elle gardait le silence à la demande de celle qui s’entraînait toujours.

La jeune femme eut finalement un réflexe qui se voulait naïf, alors qu’elle avait désormais quelques questions à poser à celle qui lui avait pourtant bien fait comprendre de ne pas la gêner. Or, comme tout étudiant qui se respectait, si elle appréciait le spectacle, il n’en restait pas moins qu’elle voulait comprendre, mais aussi apprendre, et ce, quand bien même la Metaru ne faisait clairement pas dans la pédagogie. Elle leva donc sa main vers le ciel, attendant patiemment de voir si elle la remarquerait ou lui accorderait la moindre attention.

Après tout, aussi intéressantes étaient ses compétences en combat, elle était aussi là pour arriver à cerner son caractère, qui pouvait-elle bien être, et évaluer la menace qu’elle pouvait représenter pour sa dernière lubie du moment. Asami avait appris à ne pas sous-estimer ses ennemis ni se croire au-dessus de tous. Intelligente et réaliste, elle se savait faillible, et c’était-là une force qu’elle était bien heureuse d’avoir alors qu’elle s’évitait de foncer tête première dans un mur. Elle se devait d’avoir un plan où toutes les conséquences possibles et inimaginables étaient évaluées. Et, contrairement à précédemment, Reiko était une variable qui pesait dans l’équation.

Si la blonde ne se tournait pas dans sa direction dans les premiers instants, elle envisagerait de faire un peu de bruit. Rien de dramatique, un toussotement par exemple. C’était naturel, non ? Et puis, avec toute la poussière qu’elle soulevait, ce n’était pas impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Dim 21 Jan 2018 - 12:55
Parasite...

Tu détestais être épiée... De cette femme, tu ne connaissais que le nom, et tandis que tu martelais la roche de tes phalanges, tu inspectais mentalement les dossiers qui avaient pu traverser ton bureau ces derniers temps. Aucune Asami en perspective. De surface, elle était irréprochable et cela aurait certainement suffit pour quiconque, le faisant baisser sa garde. Toi, même sans aucun danger direct en face de toi, tu restais toujours autant méfiante. Il n'y avait que très peu de personne qui s'était accaparé une part de ta confiance. A l'ordre du jour, il n'y avait eu que ton frère et Hisao. Bien que la confiance que tu portais à ce dernier était encore toute relative et très fragile.

Arquant un sourcil, tandis que tu feignais ne rien avoir vu, tu pestais intérieurement. Cette saloperie allait te gêner au final, quand bien même tu lui avais dit de ne pas se faire remarquer. Voilà qu'elle levait la main innocemment...

L'ayant remarqué du coin de l’œil, tu décidais de ne pas y prêter attention, ton entrainement n'avait pas besoin d'être dérangé par cette énergumène. De manière générale, très peu de gens arriver à sociabiliser avec toi lorsque tu étais en plein exercice. Dans ces moments là, tu réagissais toujours par instinct que par raison et cela limitait grandement les possibilités d’interagir avec toi. Mais apparemment, elle s'en foutait bien de te voir ainsi, elle paraissait encore une fois semblable à Sayo en un point. Sauf que tu n'avais pas besoin de te coltiner deux Sayo.

Après une dizaine de minute que tu l'as fis attendre, celle-ci se mit à tousser, à tenter de se faire plus pressante.

- Tsk...


Prenant alors une pause, tu vins à porter ta main sur la gourde situait près de toi avant d'en déverser son contenu dans ton gosier. Ton esprit pouvait carburer à la colère, mais ton corps lui avait néanmoins certains besoins primaires. Bien que tu tendais à les limiter le plus possible. Te retournant alors vers l'indésirable, tu la fixas d'un air toujours aussi sérieux.

- Quoi ?!


Pourquoi ce genre de gens décidaient toujours de graviter autour de toi ? La puissance attirait les envieux après tout... Et alors que tout le monde certifiait que tu n'étais pas pédagogique pour un sou, les faibles voulant s'améliorer venaient toujours s'agglutiner autour de toi. Sayo, Nué, Kinzoku, Itagami et maintenant elle... Fronçant les sourcils, tu ne savais clairement pas quoi faire d'eux.

- Crache le morceau j'ai pas que ça à faire.


En effet, tu avais un mur à meurtrir. Et tu te foutais bien si tu devais passer de la rocheCe à la chair. Cela ne dépendait que de cette Asami.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Dim 21 Jan 2018 - 21:54
Assise en tailleur sur la large roche, elle avait levé la main, doucement, cherchant alors à attirer l’attention de la Metaru qui s’entraînait à l’heure actuelle. Elle fut cependant superbement ignorée par cette dernière qui continua, inlassablement, d’abimer la roche sous ses poings. Ce fut donc après quelques instants que la jeune femme toussa, pouvant presque excuser ce geste de la poussière que créait la blonde. Si elle été patiente, se tenir ainsi une dizaine de minutes, le bras levé dans les airs, elle n’avait pas non plus envie de passer la prochaine heure de la sorte. Et, du peu qu’elle avait eut le chance de voir de ses propres yeux concernant Reiko, elle était convaincue qu’elle l’aurait fait patienter une heure, voir même plus, de la sorte.

L’agacement était palpable alors que la lionne de Kumo tournait son regard vers elle, l’amenant à baisser abruptement son bras et tenter de se faire plus petite qu’elle ne l’était. Aussi jeune pouvait-elle être, la blonde dégageait un aura tout particulièrement intimidant. Même Asami, petite effrontée qu’elle était, pouvait comprendre la menace qu’elle représentait, si elle osait la contrarier.
Sa voix trancha l’air, la faisant presque sursauter, avant qu’elle ne se décide à décroiser ses longues jambes. Il était évident que la marionnettiste était une nuisance à l’heure actuelle et elle avait presque été surprise qu’elle lui donne l’autorisation que de l’observer s’entraîner. En silence, qu’elle avait dit, toutefois, sûrement s’était-elle attendue à ce qu’elle en vienne à lui poser quelques questions. Son entraînement était intense et particulièrement violent et il s’agissait-là d’une force brute encore inconnue pour la Tadaoki.

- Je me demandais, en vrai, s’il ne s’agit que de votre force brute ou de techniques en particulier ?

Curieuse, la genin désigna d’un rapide mouvement de tête la roche qui cédait sous chacun de ses impacts. Elle savait les shinobis forts, il s’agissait-là de l’une des principales raisons qui l’avait amené à se concentrer plus sérieusement sur l’utilisation de son chakra, toutefois, il lui arrivait encore d’être impressionnée face à ceux qui étaient en mesure de s’en prendre à la nature elle-même. Plus délicate et beaucoup moins violente, Asami usait des mots et de subtilité pour arriver là où certaines n’utilisaient que leurs poings pour faire passer un message.
Elle se devait d’admettre que c’était simple, rapide et particulièrement efficace, cependant, cela enlevait au charme qu’était la manipulation aux yeux de la marionnettiste.

- Et vous faites ça tous les jours ? Genre, c’est votre entraînement quotidien ?

La Tadaoki comprenait peut-être un peu mieux pourquoi malgré son jeune âge, elle était déjà aussi respectée, et même crainte, par les autres shinobis. Mais surtout, pourquoi possédait-elle déjà d’aussi grandes responsabilités, notamment le titre de Fukutaichō. S’il ne s’agissait-là que de son simple entraînement, elle n’osait imaginer ce dont elle était capable lorsqu’elle se retrouvait face à un ennemi. L’instinct de survie se voulait décidément plus fort que sa propension à la douleur, ce qui l’amenait à éviter de la provoquer inutilement. Elle savait sa seule présence dérangeante, mieux valait ne pas lancer d’huile sur les flammes.

La demoiselle avait légèrement inclinée la tête sur le côté, posant ses prunelles rougeoyantes sur cette dernière, un léger sourire sur les lèvres. Après tout, Asami était une femme douce, mais surtout fort sympathique, qui était connue pour sa bonté, mais aussi son enthousiasme. Curieuse, elle aimait en apprendre toujours plus, que ce soit sur les autres ou sur tous les mystères qui se cachaient en ce vaste monde. Elle était une élève attentive, et ce, quand bien même Reiko n’était peut-être pas une professeure consentante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Jeu 8 Fév 2018 - 20:42
Décidément...

Cette fille avait au moins le culot de ne pas s'enfuir aux moindres obstacles. Combien de personnes préféraient s'enfuir face à ta présence plutôt que prendre la peine de l'affronter voir simplement de la comprendre... Mais en réalité, tu ne savais pas si c'était du courage qui coulait dans les veines de cette femme ou tout simplement de la folie. Dans les deux cas, cela perturbait ton entrainement...

Soupirant, tu vins à prendre une pause tout en remplissant ton gosier asséché de ta garde disposée non loin de toi au sol... Plissant les yeux vers l'inconnue, cette dernière transpirait la même présence que Sayo. Et encore... Il y avait quelque chose de différent dont tu ne saurais seulement percevoir.

- C'est de la force c'est tout. Mais j'imagine que j'ai les deux.


Avant d'être une brute, tu étais aussi une artiste martiale experte dans ton domaine. Ta force physique était phénoménale, mais pas suffisante dans un monde où chacun était surhumain à sa manière. Ton corps était un marteau puissant et imposant... Encore fallait-il savoir le manier pour en faire quelque chose au final.

- Pourquoi tant de question ? Tu m'as l'air plus vieille que moi. Il est un peu tard pour commencer ce genre d'entrainement...


Tu semblais désormais plus disposée au dialogue que tantôt. Forcément, quand tu étais en pause, tu étais clairement plus accessible qu'en pleine exercice. Restait le fait que ce que tu vivais là n'était qu'une fraction de l'entrainement qui rodait ton quotidien. A défaut d'avoir à guerroyer comme les anciens combattants d'un autre temps, tu soumettais ton être à une pression phénoménale que ce soit physique ou mentale pour être préparée le moment venu.

- T'es pas une combattante, c'est ça ? Du moins à ton allure, nul doute que tu ne te bat pas de la même manière que moi. La peau de tes mains à l'air bien trop soigné pour ça.


Tu ne baissais jamais vraiment ta garde... Même lorsque tu semblais disposée à parler d'elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Ven 9 Fév 2018 - 2:04
La demoiselle fut surprise en entendant la blonde lui poser une question. S’intéressait-elle à elle ? Si elle ne pouvait en être convaincue, ce fut toutefois une esquisse d’un sourire qui vint étirer ses lèvres. Elle n’avait pas tort, qu’il était tard, si elle considérait s’y mettre plus sérieusement au combat au corps à corps. Là n’était pas l’intention de la belle brune, bien loin de là même. Il s’agissait surtout de comprendre, et donc, par conséquent, d’apprendre. Si elle ne se battait pas elle-même, ses créations se retrouvaient bien souvent sur le champ de bataille et elle était celle leur imposant une danse bien particulière. Elle se devait donc d’avoir une petite idée de comment les autres s’y prenaient, pour ainsi de voir ses pantins désarticulés éclatés en morceaux. Elle trouverait cela bien dommage tandis qu’elle considérait ces marionnettes comme ses enfants, leur vouant un amour et une admiration qu’elle n’adressait à nul autre.

- Je ne dirais pas que je ne suis pas une combattante. Tu as cependant raison sur un point, on ne se bat définitivement pas de la même façon.

Asami avait décidé de passer au tutoiement, ne serait-ce que parce qu’autant qu’elle respectait la jeune femme se trouvant devant elle, cette dernière elle-même avait admis être plus jeune qu’elle et puis, elle-même ne s’était pas gênée depuis le début. Elle espérait seulement que cela ne viendrait pas froisser sa cadette, alors qu’elle avait l’occasion de discuter un minimum avec elle. Ce qu’elle trouvait surprenant, pour être bien honnête, si elle se fiait à ce qu’elle avait entendu en ce qui concernait la lionne du village caché.

- Je n’ai jamais été particulièrement forte et je ne le serai jamais non plus. Ce n’est pas faute d’entraînement, que la stricte vérité. Et puis, j’ai toujours eu la tête dans les bouquins plutôt que sur un terrain d’entraînement…

Elle haussa les épaules, balayant ses dernières paroles d’un signe de main, l’air de dire que ce n’était pas particulièrement important. Que comptait-elle dire à la blonde ? Elle ne voyait pas l’intérêt de lui mentir, que ce soit sur elle-même ou sur ses capacités. Après tout, ces informations, tous ceux la connaissant pouvaient dire de même. La kunoichi n’était pas faite pour être sur le champ de bataille, elle y envoyait ses représentants.

- Certains diront que c’est déloyal, mais je me suis surtout concentrée à comment manipuler mon chakra et d’autres arts pouvant être plus qu’utile en combat, notamment grâce à leur subtilité.

Suivant ces propos, elle sorti du sac qu’elle tenait à sa hanche une marionnette qui tenait sans difficulté dans la paume de sa main, un léger sourire aux lèvres.

- J’essaie donc de mieux comprendre l’art du taijutsu, notamment pour les appliquer à elles.

Elle désigna d’un léger signe de tête pour désigner la créature qu’elle tenait dans sa main.

- Ne m’y connaissant pas spécialement, c’est donc pour cela que je pose beaucoup de questions. Il y a beaucoup à apprendre en observant les autres.

Elle haussa à nouveau les épaules, lui adressant un doux sourire, ses prunelles enflammées venant croiser son regard. Toujours assise en tailleur sur la grande roche où elle se trouvait, elle avait déposé Konchuu sur l’un de ses genoux. Il y avait beaucoup d’avantages à posséder quelque chose d’aussi petit et dangereux. Certes, maintenant la demoiselle connaissait désormais l’un des petits tours de passe-passe qu’elle avait, son meilleur même, toutefois, elle ne s’en faisait pas en outre mesure. Elle n’était pas là pour l’affronter.

- Et toi, tu as des techniques plus subtiles ?

Il n’y avait aucune critique dans ce qu’elle disait, qu’une curiosité sincère. Qu’elle lui en parle ou non, elle comprendrait, après tout, peut-être n’était-elle pas encline de lui partager ce qui pourrait être considéré comme des secrets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Ven 9 Fév 2018 - 14:31
Mouais...

Au final, tu ne t'étais pas trompée dans ton jugement. Elle n'était pas du genre à se battre avec franchise comme toi, et elle compensait sa faiblesse par une fourberie qu'elle désignait certainement comme étant de la subtilité... Qu'importe... Tu l'écoutais mi-intéressée tandis que tu pensais à ce qui allait suivre l’exercice précédent.

Marquant une pause, tu vins à lever un sourcil lorsqu'elle s'adressa de nouveau à toi, interpellant alors tes connaissances en terme technique.

- Pas besoin... La subtilité à ses limites, pas la force.


La méthode la plus simple pour aller quelque part, c'était encore d'aller tout droit. Pour toi, ce principe pouvait s'appliquer à à tout les domaines de la vie. Et le combat n'y échappait pas, tu étais même la preuve vivante de cette règle de vie. Jusqu'à preuve du contraire, tu avais toujours su régler tes problèmes de la manière la plus radicale possible...

- Enfin... Je n'en suis pas dénuée... Mais personne ne m'y a jamais poussé.


Jugeant alors la personne qui te faisait face de nouveau, tu te demandais bien si elle était capable de lutter face à toi... Certainement pas... Tu étais une brute de combat, le combat était ta vie... A partir de là...

- Pourquoi pas se battre ici et maintenant ? Tu pourrais en apprendre bien plus qu'en observant où en lisant des livres.


Au final, c'était peut être une suite logique à ton entrainement actuel... Tu avais besoin de te défouler, et jusqu'à preuve du contraire, tu étais loin d'être une bonne prof... Elle n'allait pas apprendre grand chose de toi en parlant tout simplement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Ven 9 Fév 2018 - 15:57
Elles étaient complètement opposées, et ça, elle n’en avait jamais douté. Là où une n’était que force brute, l’aînée se voulait plus délicate, usant de subtilité et peut-être même de coup bas pour en arriver là où elle le désirait. C’était traître que diraient certains, elle ne pouvait le nier. Cependant, elle préférait encore pallier ses faiblesses plutôt que de s’y apitoyer. Peu importe le nombre de temps qu’elle pouvait passer sur un terrain d’entraînement, elle savait ne jamais arriver au niveau des plus forts. De ce fait, elle avait préféré s’intéresser à autre chose qui pourrait lui donner l’avantage en combat.

Considérait-elle être en mesure de s’affronter à la lionne de Kumo ? Nullement. De ce qu’elle avait vu, de cette roche qui se pliait sous chacun de ses coups, elle était convaincue de ne pas vouloir en être la victime. Oh, la douleur ne pouvait qu’en être plaisante tant elle en serait extrême, cependant, elle préférait encore garder sa tête accrochée à son corps. Et éviter d’avoir tous les os fracturés, ça aussi, ce n’était pas une si mauvaise idée.

La question de la blonde amena la brune à arquer un sourcil, surprise. Sa réaction était sincère, ce qui était assez surprenant venant de celle qui mentait comme elle respirait. D’ordinaire, elle arrivait à prévoir ne serait-ce qu’un minimum la réaction des gens, et pourtant, là, maintenant, elle ne s’était nullement attendue à ce que la Metaru lui offre de se battre contre elle. Ou, enfin, si elle considérait la chose d’un point de vue plus distant, ce n’aurait rien d’un combat et elle en était certaine. Elle serait envoyée au tapis au premier coup que lui enverrait la brute. Mais bon. Elle se voyait mal refusée et elle décroisa finalement ses jambes pour se remettre debout.

- D’accord. J’imagine par contre que tu as bien conscience du niveau qui nous sépare ?

Lui demandait-elle d’y aller doucement ? Pas tout à fait. Peut-être un peu, oui, alors qu’elle ne voulait pas finir comme le rocher derrière elle. Et puis, il serait dommage pour la Fukutaichō d’être responsable de la mort d’une kumojin. Non pas qu’elle s’attendait à finir ainsi, cependant, là était le problème des gens impulsifs. Aussi intéressants étaient-ils à observer, il était difficile de les analyser, encore plus de prévoir ce qu’ils feraient.

Menant une main dans son sac, elle en sortit un parchemin. Le déroulant, elle vint faire apparaître entre eux deux l’un de ses plus grands pantins. Il était fait solide, au tronc ressemblant plus à un coffre, tandis qu’il se voulait presque aussi grand que large. Pas tout à fait, mais c’était dans l’idée. Plus humanoïde que la majorité de ses créations, ce dernier semblait tant être fait de matières organiques que artificielles, se voulant aussi renforcer de métal ici et là. Une solide marionnette qui se voulait parfaite dans l’arsenal de la Tadaoki.

Un instant plus tard et elle était à l’intérieure de ladite marionnette. Assise en tailleur dans son large tronc, elle avait scellé le dos de la créature derrière elle, son regard tranquillement posé sur la blonde. L’idée de la marionnette était-là, qu’elle puise confortablement s’y trouver tout en étant en mesure de manipuler ses créations et effectuer ses jutsu. Et puis, là résidait la raison première de son soudain intérêt pour le taijutsu. Possédant désormais une armure qui lui faisait presque office de corps, elle voulait être en mesure de pouvoir se défendre au corps à corps.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 10 Fév 2018 - 1:10
Une Marionnettiste...

Ce n'était pas impressionnant au final à la vue de sa carrure fine... Ce n'était pas une combattante au sens propre du terme. Sa dernière technique montrait clairement qu'elle était du genre à se réfugier dans les lignes arrières pour faire sa petite affaire. Pour toi, c'était une forme de lâcheté, mais, ce genre de personne ne pouvait pas éternellement fuir. Tôt ou tard... Il y avait forcément une bête assez sauvage pour arriver jusqu'à eux.

Et malheureusement pour cette Asami... Tu étais ce qui se rapprochait le plus d'une bête dans ce village accueillant pourtant des guerriers redoutables.

Fixant alors ton adversaire improvisé, tu plissais les yeux tandis que sa marionnette venait finalement entierement l'entourer, créant une sorte de carapace protectrice... Pensait-elle que cela allait suffire ? Certainement pas... Bien qu'elle te paraissait faible physiquement, tu avais saisi que la fourberie et l'intelligence était bien présente chez elle. Il fallait toujours se méfier des pleutres... S'ils arrivaient à survivre, c'était bien pour une raison.

Composant alors un mundra symbolique, tu vins toi aussi à modéliser une de tes techniques. Ainsi, de tes poings, germèrent deux gants métalliques imposants et impressionnants. Depuis longtemps maintenant, tu utilisais cette technique qui dégageait toujours une aura aussi effroyable par son aspect envers tes adversaires. Même Shuuhei redoutait les coups portés par ces gants métalliques et s'assurait en permanence de ne jamais avoir à subir ça.

Il y avait bien des points négatifs à utiliser ce genre d'arme... Mais depuis bien longtemps maintenant, tu avais su minimiser tout cela. Tu avais une force physique bien plus que suffisante pour manipuler ce genre d'arme redoutable.

- Attaque.


Au final, tu avais quand même pris en considération sa faiblesse. Si Itagami, Sayo, Nué ou même Kinzoku étaient portés dans l'affrontement physique, ce n'était pas son cas. Tu la prenais au sérieuse, l'apparition de tes gantelets étant un signe de ta concentration. Néanmoins, tu n'allais pas l'éclater de but en blanc... Du moins... Pas toute de suite.

Au moins, tu lui laissais l'initiative. Par expérience, tu savais que l'art des marionnettes prenait un certains temps à se mettre en place.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Sam 10 Fév 2018 - 2:23
Elle lui laissait le loisir d’attaquer en premier ? La brune était sceptique. Cachait-elle quelque chose ? Pourtant, elle lui avait dit ne pas faire dans la subtilité… Soit. Elle ne pouvait pas non plus s’empêcher de faire quelque chose de peur de ce qu’elle pourrait faire. De ce fait, elle en vint à dérouler un second parchemin, qui laissa apparaître entre elle et Reiko une créature désarticulée, longue de deux mètres, ses pattes repliées sous elle. L’une de ses plus récentes créations, qui avait été nommée par nul autre que la jeune Nara. Kuchiki, un nom tout à fait approprier. Asami savait qu’elle pouvait faire confiance à sa cadette pour ce genre de détail. Si elle ne possédait pas le même génie créatif qu’elle, elle avait tout de même beaucoup de potentiel.

Des fils de chakra se formèrent entre elle et ses deux bestioles. Elle se tenait toujours dans son épaisse armure, gardant ses distances, tandis que Kuchiki serait celui à mener le combat. Si tout allait bien. Ce qui ne sera définitivement pas le cas. Mais bon, elle pouvait toujours espérée. Sans perdre plus de temps, alors que la bestiole s’articulait finalement dans un grincement sonore, en étant presque glauque, cette dernière bondit rapidement en direction de la lionne. Qu’elle l’atteigne ou pas, là n’était pas l’essentiel. Alors qu’elle arrivait vers elle, toutes griffes sorties, prêtes à s’accrocher à son corps, Asami, bien cachée dans son armure mobile, activa l’un des nombreux mécanismes de la marionnette.

Un épais nuage s’échappa alors de Kuchiki, recouvrant une large surface tout autour d’elle. Qu’elle évite ou non la créature, il lui faudrait être plus que rapide pour s’échapper de ce gaz qui s’étendait dans l’air autour d’elle. C’était ce qu’elle aimait, la marionnettiste, des poisons sous forme de gaz. Ils étaient plus difficile à éviter. Bien qu’au final, cette technique fonctionnait très bien, jumeler avec la vitesse d’approche de sa marionnette, elle n’était pas certaine de l’efficacité contre son adversaire du moment. À tous les coups, elle n’aurait aucun problème à l’éviter, ce qui ne serait pas surprenant. Cependant, elle ne pouvait pas se permettre de ne pas essayer. Elle se devait de donner le meilleur d’elle-même, aussi différent leur niveau pouvait-il être.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 10 Fév 2018 - 8:50
Ennuyant...

Tu n'aimais pas ce genre de manière de se battre... Mais bon... Tu étais résolue à reconnaitre que chacun se défendait de la manière dont il pouvait. Bien que tu répugnais la faiblesse, qu'elle soit chez toi ou chez les autres, tu avais fini par saisir que celle-ci n'était pas forcément synonyme d'un corps faible.

Soit... Une autre marionnette germa des parchemins de la demoiselle. Celle-ci semblait cette fois-ci à un but offensif plus que défensif. Bien qu'impressionnante et à l'apparence un peu intimidante, tu ne vins même pas arquer un sourcil face à cela. Ce n'était qu'un ennemi fait de bois, rien de surprenant.

Plissant alors les yeux, tu vins à monter ta garde à l'approche de la cible. Le pantin semblait doté de plusieurs armes à même de te blesser, mais si tu en jugeais la mentalité de la dame, ses armes visibles n'étaient certainement pas les plus redoutable.

Et finalement, tu n'eus pas tord, bien qu'ancré sur tes positions, ne te donnant même pas la peine d'esquiver, un nuage de poison vint s'engouffrer sur toi, suivi de la bête mécanisée que tu stoppas brutalement dans sa course. Bien que tu étais condamnée à subir les effets pervers de la toxine se propagea dans l'air, il y avait encore un certains temps avant que ça ne fasse effet.

Te servant des quelques seconds de répits, tu levas ton poings métallique gigantesque avant de l'abattre violemment sur ton assaillant. Avec la puissance dégagée, le pantin avait intérêt à fait de plus que du bois pour tenir face à ça.

En attendant, tu commençais à subir les premiers effets de la substance jetée sur toi... Et ça n'allait pas te calmer, loin de là...

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Sam 10 Fév 2018 - 11:01
Terrible. Voilà qu’elle pouvait presque sentir le corps de kuchiki craquer sous la force du coup, envoyant la marionnette valsée un peu plus loin. Lui qui avait été arrêté en pleine course par l’adversaire se voyait abimé en un seul coup. Certes était-il solide, renforcé à bien des endroits, toutefois, la puissance dont pouvait faire preuve la demoiselle en était presque effrayante. Assez pour que la Tadaoki en vienne à se demander si elle aurait voulu être à la place de la marionnette ou si, au contraire, elle était bien heureuse que ce soit elle qui ait écopé le coup. D’un geste agile, la créature articulée revint sur ses pattes, quelques morceaux étant cependant tomber au cours de son vol. Pauvre petite bestiole. Elle en aurait presque mal pour elle. Après tout, ses créations étaient à peu près les seuls envers qui avait-elle un amour inconditionnel et immuable. Ils étaient ses enfants, dans un certain sens, alors qu’elle les avait créer de A à Z.

Espérant voir le poison faire effet, contente de voir qu’elle n’avait pas tenté d’éviter le coup mais avait plutôt espérer l’encaisser, voilà qu’elle effectuait quelques mudras. Elle allait s’épuiser vite, elle le savait. Toutefois, comme avec Sayo, il était mieux que le combat ne s’éternise pas, alors, à moins de frapper fort et rapidement, c’était voué à l’échec. Elle ne s’attendait pas à gagner, pas du tout, cependant, elle souhaitait voir jusqu’où elle pouvait aller. Le sol trembla légèrement sous la lionne, cherchant à s’emparer de ses jambes et de ses bras, voulant l’immobiliser et l’empêcher quelconque mudras. Est-ce que cela suffirait à la mettre temporairement hors d’état de nuire ? Elle ne saurait dire. Mais, si elle se fiait à la pierre qu’elle avait écrasé de ses poings, elle n’en était pas certaine…

Restant concentrée sur sa technique, une main toujours positionnée pour la maintenir, de l’autre, elle bougea deux doigts pour que Kuchiki s’active à nouveau. La créature bondissant, plutôt que de s’élancer vers elle, lui envoya une volée d’une dizaine de senbons, tous bien évidemment recouvert de poison. Encore une fois. Après tout, il s’agissait-là du grand secret mis à découvert de la marionnettiste : chacune de ses marionnettes étaient une boîte à surprise dont la prochaine attaque n’était sûrement pas ce qu’elle semblait être.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Dim 11 Fév 2018 - 12:32
Ennuyante...

Le poison bien que inoffensif d'apparence avait réussi à brouiller ta vue suffisamment pour t'handicaper jusqu'à la fin de ce combat... Cela en réalité ne faisait que t'irriter davantage, tu avais déjà été empoisonnée de la sorte, et à chaque fois tu avais survécu... Ce n'était clairement pas le cas de la personne d'en face néanmoins... Même aveugle tu restais une bête enragée, encore plus qu'en temps normal.

Et voilà maintenant qu'elle venait à t'étreindre pour éviter que tu ne t'échappes où te défendes... Cette histoire était de plus en plus ennuyeuse... Tu n'aimais pas ce genre de combat, qui ne faisait que faire monter chez toi, une colère irrationnelle. Un combat sans honneur...

Bien que ta vue était brouillée et que la substance semblait aller attaquer ton ouïe, ton corps était bien assez résistant pour reposer l'assaut de la toxine. Tu allais finir par l'éliminer par toi même dans les minutes qui allaient suivre, mais en attendant, tu allais devoir gérer ça et les assauts de la marionnette...

Ennuyant...

Laissant alors transparaitre un nerf sur ton front, tu laissas la bête plongée dans le noir au fond de toi s'exprimer. Une technique purement primaire, n'ayant besoin de rien d'autre qu'une rage et une puissance démentielle.

- Tu vas crever !


Et voilà que tu ne répondais plus de toi même, tandis que ton aura bestiale s'étendit sur plusieurs mètres, écrasant alors par son intensité n'importe quel être vivant. Tu te foutais bien d'être blessée suite aux offensives du pantin, après ça, il n'allait plus rien rester de la miséreuse. Néanmoins tu en vins quand même à parer la dernière charge de la marionnette encore une fois. Sous cette pression désormais, la manipulatrice devait bien être incapable de bouger le petit doigt. Elle était foutue.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Lun 12 Fév 2018 - 5:32
Si elle avait été satisfaite de voir ainsi sa technique fonctionnée, d’observer Reiko se faire maîtriser par la terre, son plaisir fut de courte durée. Très courte durée même. Ce n’était pas tant les paroles de la Metaru qui l’atteignirent mais l’aura qui s’en dégagea. Assise en tailleur dans son armure, elle se retrouva à se figer complètement. La terre autour de la blonde s’effondra donc, de même que ses marionnettes. Kuchiki tomba désarticulé au sol, brisant trois de ses pattes au passage, ayant déjà été passablement abîmé par le premier coup qu’avait envoyé la lionne dans sa direction. Quant à Osoroshī, elle le sentit vaciller sans qu’elle soit en mesure de faire quoi que ce soit. Et finalement, l’armure tomba à la renverse, le dos de la belle brune venant durement frapper contre la paroie derrière elle, lui coupant le souffle du même coup.

Elle était terrorisée. Elle ne savait plus où donner de la tête. Son esprit se faisait aussi vide que confus, diverses pensées venant se bousculer sans qu’elle ne comprenne quoique ce soit. Il n’y avait plus rien à faire. Elle était paniquée, son souffle se voulait court tandis qu’elle se força à fermer les yeux, comme si cela allait pouvoir changer quoique ce soit. En ce moment, elle ne pensait même pas au fait qu’elle venait de lamentablement perdre ce combat, ce qui n’était en rien surprenant considérant l’adversaire qu’elle avait. Elle était beaucoup trop terrorisée pour ça. Des larmes lui montèrent même aux yeux, ce qui, en temps normal, ne se serait jamais produit. Après tout, Asami ne pleurait pas. Détachée de toutes émotions, c’était tout simplement impensable. Or, là, maintenant, alors qu’elle faisait face à une force inconnue et terrifiante, elle ne pouvait faire mieux que de se recroqueviller sur elle-même, espérant être en sécurité dans sa marionnette dont elle ne pouvait, et ne voulait pas en sortir.

Combien de temps cela dura-t-il ? Trop longtemps, aux yeux de la Tadaoki, qui se voulait isolée au sein de sa marionnette, incapable de bouger. Sûrement que la Metaru s’en délectait, de lui imposer un tel traitement. Quant à Asami, autant n’était-elle pas particulièrement orgueilleuse, elle le vivrait très mal, une fois ayant repris ses esprits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Lun 12 Fév 2018 - 9:44
Éphémère...

Ton aura n'avait duré qu'une poignée de seconde... Tu n'avais pas voulu la conserver plus de temps que cela, cela t'aurait épuisé inutilement et tu ne donnais pas cher de la peau de ton adversaire du moment. Même les bêtes les plus féroces lors de ton expédition aux cotés de Shizen, n'avaient pas su supporter une pareille intimidation. Reprenant alors ton souffle, ton regard commençais à peine à récupérer du poison. Celui-ci encore brouillé mais en voie de rétablissement.

Pouvant ainsi rapidement te localiser, bien qu'avec un certain manque de précision, tu balayas la terre sur tes vêtements pour t'approcher de la malheureuse. Celle-ci était encore tétanisée par sa précédente expérience de mort subite. Littéralement, c'était ce qu'elle devait avoir ressenti, sans y être préparée au préalable. Pour une personne se terrant au sein des lignes arrières, cela ne pouvait que la pourfendre de toute part.

La jugeant alors rapidement de ton regard brumeux, tu lui tendis la main. Ta colère était rapidement descendue, certainement à cause de ta consommation soudaine de chakra. Tu avais beau poussé celui-ci à son extrême en terme de quantité, une pareille technique t'épuisait autant qu'elle épuisait l'ennemi.

- Relève toi.


Elle devait certainement te maudire. Ces quelques secondes pour toi avaient duré une éternité pour elle à la vue de son visage. Tu ne ressentais rien quant à ta victoire, tu n'étais pas du genre à te délecter de la défaite d'autrui. Sur le moment, elle avait été une bonne partenaire d'entrainement, et ses fourberies t'étaient désormais connues. Plus jamais tu ne tomberais dans le panneau, et en quelques sortes, elle t'avait rendu plus forte.

- Tu t'es pas si mal défendue.


C'était bien les seuls mots de réconfort que tu étais capable de prononcer. Tu le pensais vraiment, de toute façon, tu n'avais aucun intérêt à jouer de duplicité et dire des choses que tu n'y croyais pas. Tu laissais ça aux autres.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mar 13 Fév 2018 - 8:24
Elle étouffait. Prisonnière de sa marionnette, tremblant de la tête au pied, elle avait l’impression d’étouffer. Par elle ne savait trop quel miracle, elle réussit finalement à s’extirper de son armure, roulant au sol pour retomber sur son dos qui se voulait actuellement particulièrement douloureux. Elle aurait même presque pu apprécier cette douleur qui lui traversait le corps, si ce n’était de son coeur qui débattait dans sa poitrine et la panique dont elle était toujours la victime. Certes cela était-il moins fort, le sentiment d’oppression ayant disparut. Cependant, elle qui n’avait peur de rien, téméraire comme elle l’était, se contenta d’avoir les yeux grands ouverts et rivés sur le ciel sombre, une main contre sa poitrine et l’autre allongée le long de son corps. Quelques larmes avaient même glisser contre sa peau pâle, elle qui avait été en proie d’une terreur qu’elle n’aurait sut exprimer. Une expérience traumatisante qu’elle ne souhaitait pas réitérer.

Quelqu’un arriva près d’elle, la forçant donc à poser ses prunelles vermillons sur cette dernière. Son adversaire. En quelques secondes à peine, elle avait même oublié qu’elle était en combat. Une main se tendit à elle, ce qu’elle accepta volontier. Tout son corps lui semblait engourdi, toujours secoué d’un léger tremblement. Elle s’en remettait mal, de cette attaque mentale dont elle avait été la victime, qui avait mis une fin abrupte au combat. Remise sur pied, elle passa une main dans son visage, essuyant les larmes qui avaient trouvé leur chemin. Elle ne se souvenait pas de la dernière fois qu’elle avait pleuré, et sûrement cela n’avait-il été que du chantage affectif.

Le commentaire de la lionne lui arracha un rire presque sarcastique, bien qu’elle semblait aussi en être légèrement amusée. Ses prunelles vinrent rencontrer ceux de la lionne. Il n’y avait aucune trace d’hypocrisie dans la réaction d’Asami, ce qui était assez surprenant. Cette pression qui l’avait assailli avait été plus que nécessaire pour briser ce masque qu’elle arborait en toute circonstance.

- Pas si mal… J’ai été mise hors d’état de nuire en une minute.

Toujours souriante, malgré l’échec lamentable qu’elle venait d’essuyer, elle s’avança vers ses marionnettes, notamment Kuchiki qui se tenait plus loin et qui avait pris un violent coup. Pauvre petite créature qu’elle allait devoir réparer une fois chez elle. Sortant un parchemin de sa bourse, elle le scella à l’intérieur, n’en ayant plus l’utilité pour ce soir.

- J’ai encore… Beaucoup de chemin à faire. Et elle était sincère. C’est assez pathétique, quand on y pense.

Elle secoua doucement la tête de droite à gauche avant de se redresser. Elle avait ramassé sa première marionnette, la seconde se tenait non loin de là où l’avait récupéré Reiko.

- Merci.

Ces mots franchissaient rarement les lippes de la belle brune, du moins, jamais avec autant d’honnêteté. Ce combat avait été terriblement court, or, il s’était montré éprouvant pour elle. Assez pour lui faire réaliser qu’elle était encore bien loin de pouvoir jouer dans la cours des grands.

- Penses-tu pouvoir me laisser l’occasion d’avoir ma vengeance un jour ? Son regard rencontra celui de la Metaru. Pas maintenant. C’était évident, elle n’était pas de taille. Mais quand j’aurai fait quelques progrès ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 17 Fév 2018 - 22:27
Bien...

Au moins, elle avait su se relever. Elle était peut-être faible face à toi, mais il n'y en avait pas beaucoup au sein du village qui se serait relever suite à ce que tu venais de lui faire subir. Un choc aussi bien moral que physique...

- J'ai jamais refusé un combat.


Arquant un sourcil, tu te demandais bien ce qu'elle pouvait devenir dans l'avenir si elle continuait de progresser. Depuis pas mal de temps, tu avais été la cible des égos de pas mal de genin voir chunin au sein du village. Tu étais celle qui n'agissait avec aucune pitié. Si tu devais écraser ton adversaire d'en face, tu le faisais sans aucune considération de la personne qu'il pouvait être.

Ainsi, tu avais frappé dans la fierté de pas mal de monde. Et bien souvent, ils en redemandaient afin de voir leurs progressions. Nué, Kinzoku, Sayo, Itagami... Et voilà que se rajoutait maintenant cette Asami. Bien qu'elle semblait plus fourbe et plus intelligente qu'eux. Nul doute qu'elle allait revenir quand elle penserait réellement pouvoir te faire plier le genoux. Soit... C'était en affrontant des adversaires forts que l'on devenait plus fort. Tu avais tout intérêt à ce que cette génération te rattrape et te pousse dans tes derniers retranchements.

Une sorte d'investissement dans le futur... Tu perdais ton temps avec eux dans l'instant pour le regagner plus tard.

A voir si cela était vraiment judicieux ceci dit... Seul l'avenir pouvait te le dire. Dans tout les cas, tu venais boire une partie du liquide de ta gourde avant de l'envoyer vers Asami. Vu comment tu l'avais fait suer, tu l'avais certainement asséché au sens propre du terme. Tu n'avais pas vraiment besoin qu'elle te tombe dans les pommes.

- Je ne suis pas certaine que rester immobile soit judicieux. Les marionnettes ont beau être fortes, elles ne sont rien si celui qui les contrôle est faible.


En somme tu l'invitais à renforcer son corps... Ou ses talents à un point suffisamment haut pour qu'elle puisse combler son manque de mobilité et de défense par une attaque fulgurante.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Lun 19 Fév 2018 - 8:10
Attrapant la gourde d’eau qu’elle venait de de lui lancer, elle lui adressa un nouveau remerciement. Elle ne refusait donc jamais un combat, ce qui pouvait être intéressant pour la Tadaoki. Non pas qu’elle comptait souvent se mesurer à elle, là n’était pas l’idée. Elle ne comptait pas revenir vers elle ni même la défier avant d’être convaincue d’être à niveau. Et donc, de ce fait, elle avait encore beaucoup de chemin à faire, une route longue et sinueuse qui s’annonçait difficile. Mais elle n’avait pas le choix d’avancer, ne serait-ce que pour que ses compétences soient reconnues. Non pas cherchait-elle gloire ni même une position prestigieuse, cependant, ses opportunités étaient limités de par son grade de genin. L’ennui se voulait dangereux pour la jeune femme et la routine s’installait rapidement. Les projets lui manquaient et elle était confinée comme depuis toujours derrière les remparts du village.

Les paroles de la lionne se voulaient véridiques, ce qui amena la belle à froncer les sourcils. Là était toute la raison d’Osoroshi, son armure qui lui laissait ainsi l’occasion d’être protégée sans avoir à trop se déplacer. Il pouvait être difficile de garder sa concentration sur ses marionnettes lorsqu’on lui imposait la fuite. Elle pouvait donc se tenir près du combat sans trop en craindre pour sa vie. Il était évident qu’un violent coup pouvait l’atteindre, cependant, elle s’offrait ainsi une sécurité qu’elle ne possédait pas avant.

- J’en prends bonne note.

Elle se désaltéra à son tour, s’étant retrouvée plus épuisée qu’elle ne l’aurait cru en arrivant ici. Un entraînement surprise n’avait pas été dans ses plans, et pourtant, elle l’avait volontier accepté. Cela lui avait donné l’occasion de se situer un peu, en terme de compétences. Elle qui s’entraînait depuis toujours avec la jeune Nara avait besoin de s’affronter à d’autres pour mieux se faire une idée. S’il était évident que toutes les deux s’étaient améliorées au fil des années, la Tadaoki ayant connu une montée fulgurante dans les derniers mois, il n’en restait pas moins qu’elles se connaissaient et donc, de ce fait, savaient à quoi s’attendre.

Reiko avait été un vent de fraîcheur plus qu’agréable aux yeux d’Asami, qui réalisait violemment qu’elle n’était peut-être pas aussi prête qu’elle le croyait à rejoindre les grands de ce monde. Un jour, peut-être, cela ne faisait aucun doute, elle y serait, cependant, d’ici-là, son chemin se voulait parsemé d’entraînements divers et variés.

- Tu comptes continuer à t’entraîner ? Elle arqua un sourcil, curieuse. Me laisserais-tu t’observer encore un peu ? Un léger sourire suivi sa question. Promis, cette fois-ci, je me fais tranquille et je ne dis plus rien.

Elle se pencha vers son armure qu’elle scella à son tour dans un parchemin, rangeant les deux dans la bourse qu’elle tenait à sa taille. Moins assoiffée désormais, elle lança la gourde à sa propriétaire, n’étant pas certaine si elle devait quitter les lieux ou retourner s’asseoir sur la roche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mer 21 Fév 2018 - 1:08
Fais ce que tu veux...

Lâchais-tu en récupérant au vol ta gourde. Prenant soin de la fermer correctement, tu venais à l'entreposer de nouveau à portée de bras avant de reprendre une position prompt à l'entrainement. Bien entendu que tu allais continuer, en réalité, tu étais bien loin d'avoir finie. En l'absence de partenaire de combat assez fort pour rivaliser avec toi, tu ne pouvais que meurtrir ce mur et renforcer ton corps toujours plus.

Celui-ci avec les années étaient devenu bien plus dur que la roche que tu n'avais de cesse de tabasser à longueur de temps. Là était certainement la raison pour laquelle tu ne prenais même plus la peine d'esquiver les diverses offensives de tes adversaires. Celles-ci n'étant pas assez puissante pour t'infliger des dégâts significatifs...

Soupirant, tu lâchais un dernier regard à celle qui ne restait pas moins qu'un parasite. Un parasite dont tu connais le nom désormais. Te connaissant, c'était déjà un grand progrès que tu puisses te souvenir de sa tête et de son nom. Sayo n'avait pas eu la même chance à sa première rencontre avec toi.

- Cela va durer encore longtemps... Si tu pars, fait le moins de bruit possible.


Au moins elle connaissait les conditions sur comment graviter autour de toi tout en restant en vie. Il y avait de cela quelques mois, celle-ci serait certainement entrain de convulser au sol, suppliant que tu arrêtes de lui briser ses os... Mais bon... Il s'en était passé des choses depuis ce temps. Si ta force n'avait pas significativement augmenté, c'était ta manière de voir les choses qui avait muri... En quelque sorte.

Pour la plupart, tu n'en restais pas moins une brute écervelée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Jeu 22 Fév 2018 - 9:32
Avec l’accord de la demoiselle, elle retourna donc prendre place sur la grande roche où elle s’était trouvée quelques instants plus tôt, jusqu’à ce qu’elle se décide de s’intéresser aux techniques de combat de cette dernière. Si elle n’avait pas prévu se retrouver à l’affronter en cette soirée qui aurait pu très mal finir pour elle, au final, elle n’en était pas mécontente. Même que la lionne s’était montrée presque clémente, en venant l’écraser mentalement plutôt que physiquement. L’expérience en avait été presque traumatisante, retrouvée face à une telle force qui n’avait pourtant rien de physique. Or, elle préférait encore être entière en étant légèrement perturbée par la présence de la Metaru que de se retrouver avec les os brisés. Elle était fait forte, mentalement. Après tout, c’était sur ce terrain-là qu’elle assurait. Tandis que physiquement, elle se serait cassée comme une brindille au premier coup porté vers elle directement.

Elle l’observa donc avec attention encore un petit moment. Elle analysait, cherchant à se saisir de ses mouvements, de sa façon de se déplacer et de s’en prendre à la roche qui faiblissait sous ses coups. Elle était faite solide, cela ne faisait aucun doute. Une terrifiante adversaire. Elle avait encore beaucoup de chemin à faire pour atteindre son niveau, or, elle ne comptait pas se laisser décourager pour si peu. Elle comptait bien s’entraîner, encore et encore, pour un jour pouvoir l’affronter à nouveau. Car il était évident qu’elle ne chercherait pas combat avec cette dernière sans être convaincue qu’elle arriverait ne serait-ce qu’à lui faire plier un genou. S’il était évident que sa cadette allait continuer d’évoluer, il lui faudrait alors tout simplement s’améliorer plus rapidement encore, dans l’idée de la rattraper un jour. Y parviendrait-elle ? Elle n’en savait rien. Mais il n’y avait qu’en s’accrochant à des objectifs qu’il était possible de faire un pas vers l’avant. Et celui de la Tadaoki serait désormais d’être en mesure de rivaliser avec la bête en abordant un style de combat complètement différent de cette dernière.

Finalement, elle se leva. Silencieusement, discrètement, comme à son habitude. Elle l’avait observé, et avait compris, en quelques sortes. Déjà, jamais elle ne pourrait atteindre un niveau comme le sien, surtout pas en commençant aussi tour. Du moins, en force physique. Toutefois, elle avait mémorisé des mouvements. Des façons de frapper. Des feintes même. De quoi rendre plus intéressant ses propres combats alors qu’elle checherait à appliquer ces techniques sur ses marionnettes. Particulièrement pour Osoroshi, son armure munie d’une lame, la seule marionnette avec une allure à peu près humanoïde. Celle qui la protégeait tandis que l’autre s’occupait de l’offense.

Elle ne remercia même pas la demoiselle pour l’aide apporter, les conseils offerts et cet entraînement inopiné. Elle lui avait demandé d’être silencieuse. Et ce fut donc dans le silence qu’elle quitta l’endroit. Si au final elle n’avait pas spécialement eu le temps de réellement l’analyser, encore moins de voir si elle pouvait se montrer une menace pour ses plans, notamment ce qui concernait Shuuhei, elle avait fait naître en elle de nouvelles idées qui se voulaient tout aussi divertissantes, voir même plus. Et un objectif fixe, qui lui permettrait de ne pas s’avancer sans trop savoir où se dirigeait-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

La garce et la bête [Ft. Metaru Reiko]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: