Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

J'me serai bien passé de te revoir... Infâme peste... [Ft.Asami]


Mar 23 Jan 2018 - 0:57
Asami, une fille aimante pour ses parents, une amie confiante pour Sayo, une gentille petite pour tous ceux qui avait eut l'occasion de la voir. Shiro la connaissait bien cet Asami, souriante, et toujours sur d'elle. Il s'était fréquenter durant de long mois lorsque le Nara était encore à l'école et s'il la voyait comment tout le monde il savait cependant que tout cela n'était qu'une façade, comme ce maudit Metaru elle n'avait de cesse que de lui voler Sayo...

Depuis peu quelques mois maintenant Shiro avait apprit que la fille pour qui il avait le béguin était en réalité sa soeur jumelle et en revenant dans sa vie celle-ci lui avait ramener ses pires démons et par démons il entendait bien entendu Nué et son visage toujours niait capable de toujours plus de sensibilité débile pour faire tomber Sayo dans ses filets. Mais de l'autre côté pire encore qu'un gamin débile pas fichu de faire fonctionner ses neurones, une peste capable des pires choses pour éloigné Shiro de celle qu'il aimait déjà à l'époque... Asami.

Aujourd'hui Shiro faisait le service du soir au restaurant et il n'avait pas grand chose à faire durant la journée il avait donc décidé de se contenter de faire du rangement en attendant que l'heure sonne pour son départ. Mais alors qu'il était en train de se préparer une omelette pour le repas de midi quelqu'un frappait à la porte avec une certaine insistance ce qui fit tilter le Nara qui en désuisait simplement qu'il s'agissait de son horrible beau frère ayant une fois de plus oublié sa clef. "Dommage Nué, tu as encore oublié ta clef, c'est pas de bol, tu va devoir la retrouver avant de rentrer, pas de chance que je sois occupé à cuisiner quand même..." Hurlait-il le sourire au lèvres persuadé d'avoir affaire à Nué. Il s'attendait à tout venant de la part de ce dernier mais certainement pas à ce qu'il soit aussi chiant venant continuer à frapper à la porte tel un débile qu'il était. Se précipitant vers la porte en l'ouvrant d'un coup sec espérant de tout coeur qu'il se la prenne en pleine face il hurlait. "TU VAS ARRÊTER OUI ?! Tu t'ai cru chez ta mère ici ?!" Hurlait-il pensait dur comme fer avoir affaire au Metaru quand son regard se déposait afin sur la personne qui en réalité se trouvait derrière la porte... Oh non pas question... Pas elle... Surement pas. Aussitôt avait-il ouvert qu'il refermait la porte replacant tout les verrou sur celle-ci. "Tu t'ai trompé d'endroit, ya personne ici pour toi. Casse toi." Fit-il avant de retourner à sa cuisine éspérant de tout coeur que la personne ne revienne pas à la charge... Enfin la personne... Le monstre dénommé Asami... "Fait chier... J'me serai bien passé de la revoir celle là..." Fit-il en fronçant les sourcils. "Comme si un débile profond suffisait pas il faut qu'une succube aussi se mette en travers de mon chemin... Fait chier !" Finissait-il dans un soupire avant de continuer sa cuisine comme si de rien n'était.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1895-nara-hiro-fait-chier-terminee#12399

Mar 23 Jan 2018 - 3:00
Elle connaissait le chemin par coeur qui séparait la maison de ses parents de l’appartement de Sayo. Ce fut donc sans réellement y porter attention que ses pas la menèrent jusqu’à chez la jeune Nara. Qu’elle soit occupée ne lui avait pas spécialement traverser l’esprit, c’était bien loin d’être la première qu’elle débarquait à l’improviste chez elle. Elle ne s’y rendait pas avec une idée particulière, si ce n’était que chasser l’ennui de son train-train quotidien. La voilà face à cette porte qu’elle reconnaissait sans peine. Son premier réflexe fut de tourner la poignée de la porte, comme si elle était chez elle, elle se retrouva toutefois confrontée à une porte verrouillée. Elle fronça les sourcils avant de décider de toquer contre cette dernière, histoire de faire savoir sa présence d’une manière un peu plus polie.

Une voix parvint finalement à ses oreilles. Une voix qu’elle ne reconnaissait pas. Était-elle au bon endroit ? Un rapide coup d’oeil autour d’elle fut suffisant pour la rassurer que si. Et puis, n’avait-il pas parlé de Nué, à savoir le pseudo-copain de la jeune Nara ? Si tel était le cas, elle était effectivement au bon endroit. Elle fronça à nouveau les sourcils, une moue sur son visage, alors qu’inlassablement, son poing s’abattait sur le bois de la porte se trouvant devant elle. Qu’il s’insurge comme bon lui semblait, elle ne comptait pas repartir d’où elle venait, surtout qu’elle n’était bien évidemment le jeune niais qu’il croyait. La porte s’ouvrit avec violence alors qu’elle n’eut pas le temps de réagir, se retrouvant à se prendre la porte dans le front, lui arrachant un grognement mécontent alors qu’elle fit quelques pas vers l’arrière, portant une main à son front. Déjà qu’elle avait la mâchoire encore légèrement colorée de sa dernière soirée avec un jônin singulier, elle ne souhaitait pas abimer davantage son fin visage.

Ses prunelles rougeoyantes vinrent croiser un regard qu’elle n’avait pas vu depuis un certain temps déjà. Nara Shiro, récemment découvert comme étant le frère jumeau de Sayo et, qui plus est, amoureux d’elle si elle en croyait les paroles de sa cadette. Il fut un temps où elle ne pouvait tout simplement pas le supporter alors qu’Asami avait eut une période tout particulièrement possessive. Elle n’aimait pas qu’on touche à ses choses et Sayo en faisait partie, de ce qu’elle considérait comme à elle. Et si elle s’était calmée avec le temps, elle ne l’appréciait toujours pas spécialement. Tous deux se montrant possessif vis-à-vis de la jeune femme, ce dernier l’étant plus qu’elle-même ne l’était, elle ne le portait pas dans coeur et la réciproque était vraie.
À peine allait-elle ouvrir la bouche pour lui parler, la porte se referma devant elle, sous prétexte qu’il n’y avait rien pour elle ici. Cela signifiait-il que Sayo n’était pas là ou souhaitait-il simplement l’empêcher d’entrer en contact avec elle ? Une main sur la poignée, elle tenta à nouveau d’ouvrir. Malheureusement, la porte était de nouveau verrouillé.

- Shiro ! Il pouvait oublier toute forme de respect venant de sa part. Tu vas me faire un plaisir d'ouvrir cette porte.

Cela faisait si longtemps qu’elle ne l’avait pas vu et déjà elle avait envie de lui enfoncer sa petite tête dans un mur. Elle mena à nouveau son poing à la porte alors qu’elle continuait son petit manège de plus tôt, soit toquer inlassablement, étant toutefois prête à ce qu’il ouvre à nouveau brusquement la porte. Si une chose était sûre, c’était qu’il était tout simplement hors de question qu’un sale petit arrogant l’empêche de voir la seule personne qu’elle pouvait peut-être considérée comme une amie.

- J’suis gentille et j’te donne un avertissement. Tu ouvres cette porte ou je la défonce.

Bon, elle n’était pas spécialement forte physiquement, toutefois, elle trouverait bien un moyen. Ou elle irait s’infiltrer par une fenêtre, au choix. Une deuxième chose était sûre, elle ne comptait pas repartir d’où elle venait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mar 23 Jan 2018 - 6:13
A peine avait-il refermé la porte que la marionnettiste était déjà en train de faire des siennes lui demandant d'ouvrir la porte. Il en était évidement hors de question mais à mesure ou le temps avançait elle continuait à frapper sur la porte avec insistance tandis que le Nara l'ignorant encore et toujours se contentait de manger son omelette puis soudainement venaient les menaces de cette foutue Asami. Elle disait vouloir donner un avertissement ce qui faisait bien rire ce dernier qui était persuadé qu'elle n'en était pas capable cependant elle n'avait de cesse que de l'ennuyer pendant le moment le plus sacré de sa journée et ça elle allait le payer.

Se référant au bruit se qu'elle effectuait sur la porte Shiro pouvait aisément la localiser pauvre petite, elle n'avait pas changer. Prétentieuse, frimeuse, elle pensait toujours pouvoir avoir un coup d'avance sur le stratège qu'était le Nara ? Baliverne. Dos à la porte et effectuant quelques mudra Shiro étirait son ombre sous la porte venant saisir à l'aide de celle-ci l'ombre d'Asami. "Tu es sur que tu veux entrer ?" Lui demandait-il le sourire au lèvres qu'elle ne pouvait pas voir. La réponse était à peine prévisible, et maintenant la marionnettiste était devenu la marionnette. Levant les bras il venait se donner quelques petite baffe avant de se les mettre dans les dos. "Ok, tu vas entrer !!!" Lui disait-il en courant vers l'avant, dans sa ligne de mire, rien de dangereux, dans celle d'Asami... La porte qui aux vues de la vitesse qu'avait prit Shiro, allait vite se retrouver transpercé par une jeune femme avoisinant la vingtaine.

Dans un fracas la porte tombait sur elle même venant laisser apparaître Asami dans un nuage de suie. Finissant la prise de son kagemane Shiro se retournait les bras croisé ayant même oublié qu'il n'était pas complètement habillé. "Eh bah il suffisait de demander. Tu la défoncer cet porte. Je savais que tu n'étais pas capable de le faire seule alors je t'ai aider. Oh tiens Asami ! Ca fais plaisir de te voir, tu n'es pas encore morte par ta propre bêtise ? Dommage. D'ailleurs, je t'enverrai la facture pour la porte." Fit-il avait de se s'asseoir à nouveau devant son assiettes reprenant son repas comme si de rien n'était.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1895-nara-hiro-fait-chier-terminee#12399

Mar 23 Jan 2018 - 8:44
Dans un mouvement répétitif, la belle brune toquait à la porte, s’attendant à ce que le jeune Nara se lasse et se décide enfin à lui ouvrir. C’était l’idée principale, si ce n’était qu’elle avait négligé un important détail concernant son cadet. Il était en tout point comme Sayo, si elle en croyait les dires de cette dernière, ce qui voulait dire qu’il était capable des pires crasses. Or, l’idée ne lui était pas venue à l’esprit, notamment parce que sa cadette avait beaucoup trop de respect (et d’admiration ?) pour elle pour user de son kagemane contre elle. Alors que son poing allait s’abattre à nouveau contre la porte, elle sentit son mouvement s’arrêter. Un rapide coup d’oeil au sol fut tout ce dont elle avait besoin pour identifier la technique du Nara. Bien évidemment. Alors qu’elle aurait eut envie de s’assommer face à sa propre stupidité et sa négligence, il eut le bonheur de le faire à sa place, ses propres mains s’abattant sur son visage. Une grimace de douleur vint déformer ses traits alors qu’elle entrait en contact avec l’ecchymose qui se voulait encore un peu visible sur sa joue.

Pensant qu’il s’en arrêterait là, qu’un peu d’humiliation, la voilà qu’elle fonçait droit vers la porte, incapable de contrôler son propre corps. La marionnettiste était désormais la marionnette, quelle ironie. C’était en parti grâce au clan de Shiro (et donc, par conséquent, de Sayo), que la kunoichi s’intéressa davantage à l’art de la manipulation de pantins. Si elle ne pouvait manipuler les ombres que ces derniers, cette technique se voulant héréditaire, elle s’était donc concentrée sur autre chose qui viendrait rejoindre sa personnalité. Non pas celle qu’elle affichait aux yeux du monde mais bien celle qu’elle gardait précieusement cachée et dont très peu avaient connaissance de son existence. Elle qui mentait comme elle respirait avait eut un intérêt quasi-immédiat pour le kugutsu, la manipulatrice en elle n’ayant pu résister à l’appel de cet art qu’elle perfectionnait depuis quelques années déjà.

Ce ne fut qu’une fois dans l’appartement de sa (seule) amie et de son si charmant frère jumeau qu’elle eut le loisir de récupérer le contrôle de ses membres. Sa main se porta automatiquement à sa tête alors qu’elle dut papillonner des paupières pour finalement y voir plus clair. Ce fut un regard enflammé qu’elle posa sur le jeune homme, la colère se lisant très clairement au fond de ses prunelles. D’ordinaire, elle était celle qui se jouait des gens et non pas l’inverse. À trop côtoyer Sayo, elle en était presque venue à sous-estimer les Nara. Force fut de constater qu’il s’agissait d’une erreur. Elle prit une longue inspiration avant de finalement s’avancer dans cet appartement familier, ignorant presque le jeune homme pour se rendre jusqu’à la chambre de la jeune demoiselle qu’elle espérait trouver en ces lieux.

- J’vais te la faire avaler, ta facture.

Elle qui était pourtant si polie et maniérée balançait son respect aux fenêtres alors qu’elle était en tête à tête avec Shiro. Il s’agissait de l’une des rares personnes qu’elle ne pouvait sincèrement pas supporter et pour qui il lui était presque difficile de faire semblant. Si d’autres s’étaient trouvés autour d’eux, comme le jeune Metaru qui servait de copain à Sayo par exemple, peut-être aurait-elle fait quelques efforts. À l’heure actuelle ? Elle n’en voyait pas l’intérêt. Ouvrant la porte sans même demander la permission, ce fut avec une moue presque déçue qu’elle réalisa que celle qui aurait dut la divertir aujourd’hui ne s’y trouvait pas. Hésitant quelques secondes, elle tentait de se souvenir si elle ne lui avait pas parlé de son horaire, la dernière fois où elles étaient ensembles. Difficile à dire alors qu’elle parlait beaucoup trop, et donc, de ce fait, elle en venait presqu’à l’ignorer par moment.

- Shiro, elle revient quand ta soeur ? Et tu sais elle est partie où ?

Elle était revenue vers la cuisine de sa démarche élégante, presque féline, tirant une chaise pour y prendre place, un peu comme si elle était chez elle. Que cela embête le jeune homme ou pas, elle n’en avait pas grand chose à faire, c’était aussi chez la seule personne qui comptait ne serais-ce qu’un minimum à ses yeux et elle n’allait très clairement pas se gêner.

- Soit donc un hôte digne de ce nom, j’ai faim.

Autrement dit, elle ne comptait pas partir de si tôt. La Nara devrait certainement rentrer à un moment et puis, elle n’avait rien de spécialement important de prévu à son horaire. Et si elle était pour se coltiner le jumeau, autant qu’il se rende un peu utile. De ce qu’elle avait entendue de la bouche de sa cadette, il savait se débrouiller dans une cuisine. Bon, sûrement le compliment avait-il été meilleur et plus sincère, toutefois, il était tout simplement hors de question qu’elle en vienne à l’accepter comme étant autre chose que le petit merdeux qu’il était à ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mar 23 Jan 2018 - 9:09
Insolence sans nom, défaillance qu'il avait remarqué très tôt chez cette femme. Se relevant sans peine et comme si de rien n'était elle se dirigeait vers la chambre de Sayo. "Fait comme chez toi..." Disait-il en continuant de manger lui aussi comme si de rien n'était quand soudainement la vipère revenait vers lui en lui demandant ou pouvait bien se trouver sa jumelle et quand celle-ci daignerait-elle rentrer. "C'est évident non ? Elle est pas ici. Pour le reste elle ne rentrera pas avant demain." Fit-il en lui mentant espérant qu'elle se contenterait de cela et s'en irai. Mais rien n'en était, se comportant à nouveau comme la garce qu'elle était en s'asseyait face au Nara et en lui ordonnant de lui apporter à manger. Pauvre folle... Etait-elle stupide ou simplement suicidaire ? Relevant le regard vers elle on pouvait une haine que nulle autre n'avait pu voir dans le regard du jeune homme hormis Nué en personne. "Tu as faim ?..." Lui demandait-il les yeux semblant vouloir sortir des orbites.

"Bien entendu... Je vais te donner à manger..." Lui disait-il avant de soudainement se lever et de saisir le porte encore au sol la remplaçant du mieux qu'il le pouvait pour que les courants d'air cesse. Il s'était rassis et regardait son assiette à peine entamé qu'il venait la saisir et la placer face à Asami avant de la prendre à nouveau dans son kagemane. Laissant les effluves de son plat fraîchement préparé lui monter au narines il l'empêchait de faire le moindre mouvement en la regardant dans les yeux. "Eh bien ? Qu'attends-tu ?! Mange ? Je vais me vexer si tu ne mange pas ! MANGES !" Criait-il en frappant du poing sur la table tandis que l'assiettes rebondissait et laissait une partie de son contenu tomber sur le côté. "Oh pardon, j'avais presque oublié... Tu... ne... peux... pas !" Soudainement Shiro saisissait du vent face à lui tandis qu'Asami elle saisissait la fourchette et dans un mouvement brusque elle se l'enfonçait dans la jambe avant d'être à nouveau maîtresse de ses mouvements. "Oups, tu es maladroite... Ca saigne un peu... Tu veux que je t'apportes du soin ? J'espère vraiment que tu n'a pas transpercer une veine ou un truc comme ça..." Fit-il avant de se lever à nouveau et de saisir l'assiette et de la retirer du champ de vision d'Asami pour vider son contenu dans la poubelle et ensuite la mettre dans l'évier. "Retiens bien cette chose vipère, je me fou de savoir à quel point tu es proche de Sayo, oses encore une seule fois, rien qu'une fois, me commander comme si j'étais un chien. Et je t'assure que tu regrettera amèrement de ne pas avoir prit mes menaces au sérieux." Terminait-il lui tournant le dos comme pour lui prouver qu'il n'avait absolument pas peur d'elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1895-nara-hiro-fait-chier-terminee#12399

Mar 23 Jan 2018 - 9:29
Où dormirait-elle, autre qu’ici ? Après tout, même Nué vivait ici, il n’y avait donc aucune raison pour laquelle la jeune Nara ne rentrerait pas. Ignorant donc superbement son commentaire, elle vint s’asseoir à la table, face à lui, lui demandant tout simplement de lui offrir à manger, comme tout hôte se respectant. Nonchalante, elle avait posé tranquillement son regard sur ce dernier. Il était évident qu’elle était encore agacée de la dernière démonstration de force qu’avait fait le jeune homme, toutefois, elle avait vieilli. Si auparavant, elle se serait contenté de lui balancer son poing à la figure, ce qui aurait nécessairement dégénéré et, bien que plus vieille, elle ne possédait pas une stature imposante et aurait été celle souffrante à la toute fin, elle préféra passer outre. Elle ne souhaitait tout de même pas saccager l’appartement. S’il était celui de ce sale garnement, il était aussi celui de sa soeur jumelle, soit la seule personne s’apparentant à une amie dans sa vie.

- Bien. Tu vois que tu peux te montrer aimable lorsque tu le souhaites.

L’ironie était palpable dans son ton alors qu’elle l’observa glisser l’assiette à peine entamer devant elle. C’était mieux que rien, et puis, s’il avait commencé à manger l’omelette, cela signifiait aussi qu’elle n’était pas empoisonnée. En présence du Nara, elle pouvait se méfier de tout. Alors qu’elle s'apprêtait à lever la main pour se saisir d’un ustensil, cette dernière ne bougea pas. Un regard sur son bras puis un autre sur le jeune homme, et voilà qu’elle était à nouveau victime du talent des Nara. Encore. Elle sentait le rouge lui monter aux joues alors que la colère lui sortirait presque par les oreilles.

- Va. Te. Faire. Foutre.

Ce fut les seules paroles qui franchirent les lèvres de la jeune femme avant qu’elle ne sente la fourchette qu’elle venait d’attraper s’enfoncer dans sa cuisse. Une expression tant de surprise que de douleur s’échappa de ses lèvres alors qu’elle reprenait contrôle de son propre corps. Elle aurait presque pu trouver la douleur agréable, sentir l’adrénaline monter en elle, si ce n’était cette colère sourde qui venait brouiller son esprit. Maladroite. C’était-là une bonne blague. La jeune femme créait des poisons pour passer le temps et travaillait dans un laboratoire. Elle n’était certainement pas ce que quelqu’un considérerait de maladroite.

Un sifflement agacé s’échappa de ses lèvres alors qu’il en vint à la menacer. Pour qui se prenait-il ? Un sale gamin effronté, voilà ce qu’il était. Si Sayo semblait encore éprouver quelques remords à manipuler les gens, qu’il s’agisse de Nué ou même de son jumeau, Asami était bien tentée de la convaincre que d’écraser ce dernier, profiter des sentiments qu’il avait pour elle pour mieux lui faire mal.

- Pourtant, de ce qu’elle dit, t’es pas mal obéissant. Ça fait quoi, au fait, d’vouloir se caser avec sa jumelle alors qu’elle n’est pas intéressée ? Pire encore, elle est en couple avec ton colocataire.

Un rire s’échappa de ses lèvres, léger mais mauvais. Ses doigts s’agitèrent discrètement sur sa cuisse tandis qu’elle avait retiré la fourchette s’y trouvant. Konchuu, magnifique créature qui ne la quitta jamais, s’échappa du sac qu’elle tenait à la ceinture, pour tomber silencieusement au sol, sous la table, hors du champ de vision actuel du Nara. À peine s’était-il posé au sol qu’un épais nuage envahissait toute la pièce, s’étendant même ailleurs dans l’appartement. Si elle, elle se trouvait immunisée aux poisons de ses marionnettes, ce n’était pas le cas de son cadet, qui se retrouva temporairement privé de son sens de la vue et de l’ouïe. Il voulait l’attaquer, alors soit. Ce jeu se jouait à deux.

Elle ne comptait pas lui faire rien de trop méchant, seulement lui faire goûter ce qu’il lui avait infligé. Se servant de la fourchette comme d’un kunaï, elle le lança dans sa direction, cette dernière venant se loger dans sa cuisse. Quelques instants passèrent avant que le nuage ne se dissipe et qu’il puisse retrouver peu à peu l’usage de ses sens.

- Pardonne-moi, Nara-kun. Voudrais-tu bien cuisiner quelque chose, que je puisse satisfaire mon appétit en attendant patiemment ta soeur ?

Elle avait incliné la tête légèrement sur le côté, un doux sourire sur les lèvres, la malice ayant quitté son regard pour laisser place à la douceur. Elle savait pertinemment qu’il n’y croyait pas, à cette sympathique jeune femme qu’elle prétendait être, cependant, elle aimait bien s’en amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mar 23 Jan 2018 - 10:16
Elle avait osé... Comment avait-elle pu le faire ? Aussi simplement ? Comme si c'était un simple déchet que l'on jetait à la poubelle... Sayo Nara avait osé se confier sur une chose aussi importante au yeux de son frère, il s'était dévoilé et elle avait simplement décidé de lui marcher dessus en collaboration avec la pire créature que ce monde avait pu engendrer... Celle la... Il ne la lui pardonnerai jamais. Mais à peine avait-il eut le temps de se retourner qu'un nuage épais envahissait la pièce et lui coupait le sens de la vue mais aussi le rendait incapable de bouger. S'en suivait le son d'un objet bougeant dans les airs pour ensuite ressentir un douleur intense dans la jambe. Un cris puis plus rien, les sourcils froncé il regardait autour de lui avant d'enfin retrouver ses sens et la possibilité de bouger.

Sans dire un mot le Nara retirait la fourchette planté dans sa jambe tout en grimaçant avant d'aller s'habiller en tenue de combat. Quelques instant et quelques mudras lui avait suffit pour à nouveau prendre la marionnettiste dans son ombre mais cette fois l'emprise était bien plus forte, bien moins permissive, si plus tôt elle avait pu se permettre de baisser la tête pour voir ou était la fourchette, cette fois-ci la moindre parcelle de son corps était paralysée et maintenant Shiro se dirigeait vers l'extérieur avec son pantin fraîchement cueillit. "Tu aime les marionnettes hein ?! Ses patins inanimé... Qui font tout ce que tu leurs demande..." Disait-il le regard vide à l'image de son pantin improvisé. Saisissant un kunai dans sa poche il venait le mettre dans la main d'Asami pour ensuite se balader des les rues. Positionné juste à sa droite il marchait tout en faisant des gestes avec son poing face à son corps. Asami de son côté était entrain de se scarifié le corps tout en marchant un kunai à la main tandis que Shiro se mettait à Hurler. "QUE QUELQU UN AIDE MON AMIE !!! ELLE EST EN TRAIN DE SE FAIRE DU MAL !! PITIE ELLE EST DEVENUE COMPLETEMENT FOLLE REGARDER LA !!!" Hurlait-il a mesure qu'il avançait dans les rues en continuant d'effectuer des gestes répeter avant d'ajouter. "Vois comment je suis clément... Je n'abime pas ton si doux visage d'ange ! Vipère !" Disait-il avant de se rendre dans une ruelle et d'enfin lâcher son emprise. Les quelques curieux avait fini par s'arrêter de regarder ce spectacle, peut-être par peur ? Quoi qu'il en soit maintenant les deux se retrouvait dans cet impasse et instantanément Shiro chargeait sa victime venait lui donner un grand coup dans le torax de sorte à la faire tomber. "Si aujourd'hui tu vis, c'est uniquement car je n'en ai pas fini avec ta misérable existence... Sâche qu'en ce jour, tu viens de réveillé en moi quelques chose qui aurait du rester en sommeille et le calvaire que j'ai pu faire subir à Nué n'est absolument rien en comparaison avec ce qu'il t'attends." Lui disait-il le regard vide avant de venir lui ascèner un nouveau coup de pied mais cet fois dans le ventre. "Félicitation, tu as réussi à me faire sortir de mes gonds." Finissait-il avant de rester en garde au cas ou la marionnettiste tenterai quoi que ce soit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1895-nara-hiro-fait-chier-terminee#12399

Mar 23 Jan 2018 - 11:27
Une fois le poison envoyé dans l’air, elle avait ramené Konchuu vers elle, le glissant à nouveau dans sa bourse, l’air de rien. Il s’agissait certainement du meilleur atout dont elle disposait, cette marionnette qui pouvait tenir sans difficulté dans la paume de sa main. Le nuage se dissipa peu à peu, permettant ainsi au jeune homme de retrouver l’usage de ses sens. Elle aurait bien cru que c’était terminé, il avait eut ce qu’il voulait et elle aussi. C’était sans compter cette provocation qui n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd alors qu’elle s’était ouvertement moquée des sentiments qu’il avait à l’égard de sa soeur. Croyait-il qu’elle ne savait pas ? S’il y avait bien une chose qu’il devait savoir au sujet de sa jumelle, c’était bien qu’elle parfait tout le temps, mais surtout, beaucoup trop. Du moins, c’était ainsi qu’elle était en présence de la veuve noire, lui racontant presque tout ce qui lui traversait l’esprit, faisait outre du filtre qu’elle aurait peut-être dut avoir par moment. Elle avait donc eu droit à nombreuses informations concernant Shiro, notamment qu’il ne se gênait pas en compagnie de sa soeur et qu’il semblait très motivé à l’idée de la mettre dans son lit. Ces jeunes hommes et leurs hormones…

Se complaisant dans une nonchalance qui n’avait peut-être bien pas sa place, elle se retrouva à nouveau prisonnière du Nara. Bien évidemment. Or, cette fois-ci, il ne semblait pas plaisanté, alors que son regard croisa le sien. Elle fut forcée à se lever, attrapant même un kunaï dans ses mains. Un éclair de panique traversa son regard rapidement, l’instant d’une demi-seconde, alors que l’idée qu’il puisse l’assassiner là, maintenant, lui effleura l’esprit. Si elle aimait jouer avec le feu, elle possédait tout de même un certain instinct de survie et elle ne comptait pas lui donner le plaisir que de lui porter le coup fatal. Oh non. Elle avait encore beaucoup trop de choses à faire de son vivant pour mourir bêtement.

La réalité fut toute autre, et sûrement plus humiliante. La voilà qui se retrouvait dans les rues de Kumo à enfoncer la lame du kunaï ici et là sur sa peau, y traçant divers motifs aux goûts de celui la manipulant. Elle pouvait résister que cela n’en ferait rien. Elle devait décidément demander à Sayo que de l’aider à résister au Kagemane, de quoi cesser d’être le pantin de cet abruti qui continuait, inlassablement, de marquer sa douce peau. La colère se mélangeait à l’adrénaline qui montait dans ses veines, ce plaisir malsain qui naissait chez elle alors que son sang venait souiller ses vêtements et sa peau. Asami était une femme bien particulière aux envies assez singuliers, alors qu’un éclat de folie vint éclairer son regard. Il y avait quelque chose de plaisant, concernant cette lame qui s’enfonçait dans son corps. Alors qu’elle était manipulée comme un vulgaire pantin, l’ironie du sort, il y avait cette douleur continuelle qui la faisait sentir vivante, qui la ferait presque vibrée.

Elle ne put retenir le rire dément qui s’échappa de ses lèvres alors qu’un violent coup vint lui couper le souffle, la jetant au sol telle une poupée de chiffon. Elle avait mal. Ses vêtements étaient sales de son sang alors que sur sa peau étaient tracés de nombreux sillons, certains plus profonds que d’autres. Les menaces qu’il lui lançait n’étaient qu’accessoire, un bourdonnement dans ses oreilles alors que ses yeux brillaient d’un regard nouveau, un sentiment qui ne l’avait pas habité depuis longtemps. Un nouveau coup s’abattit dans son ventre, lui arrachant un faible gémissement où se mêlait douleur et plaisir alors qu’elle cherchait son souffle. Elle se releva sur ses bras, se ramenant en position assise, un sourire étirant ses lèvres. Encore qu’elle semblait demander, dans son silence qui se trouvait perturbé de quelques soubresauts de sa part, un semblant de rire qu’elle peinait à contrôler.

- Oh, l’enfant s’est énervé ? Comme c’est mignon… C’est quoi qui t’a mis en rogne ? La fourchette ? Trop banal… Ah non, je sais ! Un rire franchit le seuil de ses lèvres à nouveau. C’est Sayo, c’est ça ? Ça te met mal, qu’elle partage ton petit secret, comme ça ? Qu’t’es tellement raide dingue d’elle qu’tu dois sûrement te toucher alors qu’elle est avec Nué.

Évidemment qu’il n’était pas en colère à cause du poison, ni même de la fourchette. Shiro n’était pas un homme délicat et ne s’embarrassait pas de si peu. Sa jumelle, par contre… Cela semblait être un sujet sensible. Un côté peut-être même plus sentimental de ce dernier sur lequel elle pouvait jouer, s’amuser à ses dépends, sans remord.

- T’as déjà touché ses seins ? Parce que moi oui chantonna-t-elle. Tu vois, j’essaie qu’elle ose un peu, de se mettre en valeur, un petit décolleté ici, une mini-jupe par-là… Parce que bon, on est tous les deux d’accord que Nué est ringard.

Il s’agissait certainement du seul sujet sur lequel ils pouvaient se mettre d’accord, que le Metaru n’était pas digne d’une créature telle que Sayo. La Nara avait beaucoup à offrir, aussi désagréable pouvait-elle être, et Asami s’efforçait d’exacerber les côtés les plus sombres de sa personnalité. La provocation était son domaine alors qu’elle anticipait presque avec excitation le prochain coup qui s’abattrait en sa direction. Qu’il lui fasse mal, elle aimera ça.

- Roh, fais pas cette tête-là. Ce n’est pas de sa faute si tu es né Nara. Son jumeau en plus ! Meilleure chance dans la prochaine vie ?

Un sourire arrogant. Elle qui était toujours assise sur le sol, nombreuses plaies parsemant son corps, elle avait relevé la tête pour le dévisager, avec toujours cette bonne dose de provocation digne de la peste qu’elle était
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mar 23 Jan 2018 - 12:51
Une fois de plus la Tadaoki prenait un malin plaisir à jouer avec les nerfs de son bourreau qui maintenant avait perdu toute lueur dans le regard. Bien trop endormi auparavant, bien trop enfermé dans un rêve fait de pur illusion il venait d'être violemment frappé par une réalité des plus soudaine, un futur ou il pourrait vivre éternellement aux côté de sa soeur ne pouvait être réel, non c'étais maintenant chose impossible et cela n'avait pas été possible à d'un parent qui n'était pas digne d'en être un et à cause d'un mère pondeuse qui avait décidé de casser sa pipe au pire moment qu'il soit... Brisé. Shiro l'était désormais et le coupable répondait au doux nom de Sayo Nara bourreau de son coeur elle avait fini eut raison de lui. C'était donc ainsi qu'elle avait décidé de ce jouer de lui ? En lui apportant le démon personnifié pour se moquer de sa naïveté ? D'amour à haine il n'y avait qu'un pas que Shiro ne souhaitait pas franchir. Plus il regardait cette vipère face à lui dire des choses ici cruelle, plus il songeait à la tuer elle et sa précieuse amie... Il en était hors de question... Mais il serait si doux de baigner dans son sang... Dur d'y croire mais pourtant Shiro allait emprunter une route des plus sombre et celle qu'il fallait remercier ce tenait face à lui continuant ses moqueries.

Relevant la tête un sourire en coin se dessinant sur son visage Shiro prit la parole. "Tu sais ce qui est le plus beau dans tout cela ? C'est que je peux te tuer avec la certitude que Sayo ne m'en voudrai pas... Mais la mort est une punition bien trop douce pour une personne de ton calibre. Non, toi tu n'as aucune attache en ce monde, n'est-ce pas ? Ou alors..." En bon stratège Shiro venait de penser à un plan des plus machiavélique de quoi faire frémir les plus grand de ce monde. "Ou alors tu n'es pas aussi infaillible que tu ne le penses..." Fit-il le sourire en coin, malsain... Ca venait de le devenir. Saisissant dans sa sacoche un kunai il venait découper un mèche de cheveux à Asami se rendant très vite compte de l'incohérence entre les actes et les dires de celles-ci. "Je suis encore en vie... Et pourtant je t’insupportes. Sais-tu seulement pourquoi tu me laisse en vie ? Ce n'est pas par compassion non, ca tu n'en possède pas. Ce n'est pas non plus par bonté, il sera absurde de croire que tu puisses en avoir. C'est de la peur. Si je meurs de ta main, tu perdras la seule compagnie que tu as, la seule personne en ce monde qui puisse te sentir vivant. Tu serais incapable de me tuer sans faire de la casse, car tu es trop faible... Et la casse veut dire qu'il y a des preuves et les preuves Sayo sait très rapidement les remonter. Donc voilà pourquoi je suis en vie. Voilà pourquoi tu ne peu me tuer. Tu as peur de perdre Sayo, c'est ton pire cauchemar... C'est le mien aussi..." Lui confessait-il le regard toujours aussi vide. Laisse la brune se relever il reprenait le chemin de la maison. Décidé, il l'était enfin, si Asami avait durant sa vie semer mort et désespoir dans son sillage, elle allait rapidement connaître l'effet que cela faisait. "Tic... Fait l'aiguille lorsque que tu penses. Tac résonne-t-elle lorsque tu trouve. BOOM fait-elle lorsque ton heure arrive." Divaguait-il sur le chemin alors que désormais son plan était ancré dans sa tête. "A-S-A-M-I" Chuchotait-il en rentrant dans l'appartement se sachant suivit de la vipère.

Disjoncté. Fou. Aliéner. Tant de mot qui aurait pu définir l'état actuel du Nara. Se positionnant dans le canapé Shiro avait le sourire au lèvres tandis qu'il commençait à s'étirer et se poser avant de regarder la vipère dans les yeux. "On va jouer un peu Asami. D'ici une semaine tu perdra tout ce que tu possèdes si tu ne trouves pas comment m'en empêcher sans que je ne perde la vie. Ca commence." Finissait-il venant ensuite rire un instant. Cynique petit Shiro, pire qu'une Asami qui se complaît dans les atrocités, que pouvait-il bien perdre qu'elle ne lui avait pas déjà enlevé ? "Tic, tac..."

Peut-être Asami ne le prendrait-elle pas au sérieux et pourtant aujourd'hui, Shiro l'était plus qu'il ne l'avait jamais été... Adviendra ce qu'il adviendra...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1895-nara-hiro-fait-chier-terminee#12399

Mar 23 Jan 2018 - 19:45
Déception. C’était ce qu’il était possible de lire dans le regard de la belle brune alors qu’elle anticipait un coup qui ne vint pas. Son corps déjà blessé en voulait plus, de cet adrénaline qui se dégageait dans ses veines, de cette sensation d’être toujours vivante. Elle lui avait rit au visage, ne se souciant que très peu de venir ainsi piétiner ses sentiments. La culpabilité n’était pas une émotion qu’elle connaissait. Elle n’en connaissait que très peu à vrai dire, pour ne pas dire pas du tout, et elle ne s’embarrassait donc pas de remords, se contentant d’essuyer du revers de la main quelconque état d’âme pourrait-elle avoir. De son regard fou, de ce sourire qui ne quittait plus ses lèvres et de ce rire extatique, elle en redemandait, de ces coups qui s’étaient abattus sur elle. Encore, ne serait-ce qu’un peu, alors qu’elle cracha du sang contre le sol, très certainement dut à la violence dont elle venait d’être victime. Rien ne vint cependant, si ce n’était quelques paroles qui ne l’intéressaient guère. Qu’il parle, encore et encore, elle n’en avait que faire. Qu’il l’attaque, s’en prenne à elle, lui exprime avec violence sa colère. Peut-être que là, elle l’aurait écouté avec attention.

Il y eut cependant quelques mots qui vinrent marquer son esprit. Infaillible, elle ne l’était pas. Du moins, cela dépendait du point de vue de tous et chacuns. La marionnettiste connaissait ses limites, en ce qui concernait la manipulation d’autrui, tout comme elle connaissait les shinobis d’un naturel méfiant. Elle savait donc pertinemment qu’elle ne pouvait berner tout le monde, sa dernière rencontre dans un bar avec un certain grand blond lui avait bien fait remarquer ce point. Ou alors il parlait de ce détachement constant qu’elle avait vis-à-vis de ses relations, se croyant intouchable alors qu’elle ne faisait pas dans le sentimental. Il était difficile de manipuler, mais surtout de blesser quelqu’un, qui n’en avait que faire de la population autour d’elle, de ces gens qu’elle prenait comme bon lui semblait et qu’elle jetait dès lors en était-elle lasse.

Il y avait cependant bel et bien une personne qui était à exclure, de ce détachement constant, cette froideur qu’elle adressait aux autres. Nara Sayo. Quand bien même voulait-elle se convaincre qu’elle n’avait de l’intérêt pour elle que parce qu’elle était divertissante et qu’il lui tardait de voir l’adulte qui allait éclore de cette adolescence perturbée, il y avait très certainement plus. Jamais la Tadaoki avait supporté quelqu’un aussi longtemps dans sa vie, sous seul prétexte qu’elle était amusante. Elle qui ne pouvait passer une journée entière en compagnie de quelqu’un sans avoir envie de l’assassiner de ses mains graciles, pouvait passer des heures et des heures en la compagnie de sa cadette sans que cela ne semble lui poser de problème.

- Et tu te prends pour qui pour affirmer de telles conneries ? Qu’elle crève, la gamine. Elle est marrante, divertissante même. Ne va cependant pas croire que j’irais pleurer sa mort. Qu’un pion amusant qui serait parti trop tôt, je te l’accorde, mais sinon… Des pions, il y en a tout autour de nous.

Elle se relève finalement, lui adressant un sourire ironique alors qu’elle lui suit, comptant bien rentrer chez la Nara et l’attendre, comme elle l’avait prévu. Elle aurait aussi pu rentrer chez elle, nettoyer ce sang qui la souillait, cependant, elle pourrait aussi le faire chez sa cadette. Elle suivit donc ce dernier, ne l’écoutant que d’une oreille distraite, désormais cependant méfiante à la taille de son ombre. Elle avait eut assez de mauvaises expériences avec le Kekkei Genkai des Nara pour aujourd’hui.

Une fois rentrée, elle se dirigea jusqu’à la salle de bain pour se saisir d’une serviette qu’elle passa sous l’eau. Elle se contenta par la suite de retirer son chandail, sans se soucier de pudeur, alors qu’il y avait toujours un élégant morceau de tissus pour cacher l’essentiel. Elle revint ensuite vers le jeune homme, nettoyant doucement ses nombreuses plaies. En aurait-elle des cicatrices ? Sûrement, si elle en croyait la profondeur de certaines d’entre elles. Elle écouta son cadet parler, encore une fois, les sourcils légèrement froncés à la menace qui lui était dirigé, sans nécessairement comprendre ce qu’il essayait de lui dire.

- Et j’suis supposée faire quoi, dans tout ça ? Perdre tout ce que je possède… Et si déjà tu m’éclairais quant à ce que je pourrais perdre ? Car là, maintenant, je ne vois pas trop.

Légèrement agacée, elle s’était tirée une chaise de la cuisine jusqu’au salon, s’y asseyant en califourchon, le dossier remontant donc devant elle, alors qu’elle s’attardait sur les nombreuses blessures couvrant son corps.

- C’est bien beau de proposer un jeu, mais si tu ne m’informes pas des règles aussi, tu ne peux après ça que t’en vouloir si je ne suis pas bonne joueuse.

Elle haussa les épaules, son regard rencontrant celui de son interlocuteur. Il y avait une ressemblance de fou entre lui et Sayo, après tout, ils étaient jumeaux. Cependant, elle était incapable ne serait-ce que d’envisager de l’apprécier alors qu’elle avait peut-être des sentiments un peu plus sincère qu’elle ne souhaitait l’admettre vis-à-vis de sa cadette. Il n’avait pas eut tort alors qu’il déclarait haut et fort qu’il n’y avait que elle pour la supporter alors qu’elle connaissait pertinemment ce qui se trouvait sous ce masque qu’elle adressait à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mer 24 Jan 2018 - 7:51
Elle l'avait d'abord énervé au plus haut point et maintenant elle était arrivé à l'ennuyer, complètement transformé en un temps record Shiro regardait Asami avec ce fameux regard que maintenant tout deux partageaient. "Des pions... Oui, c'est un beau mot, pion, tu sera le principale pion de mon échiquier et tu finira pas faire tomber la reine, c'est ça. Le pion qui fait tomber la reine. Ce sera ton rôle." Lui fit-il un sourire aux lèvres la langue sortant légèrement, si Asami n'avait pas encore réussi à transformer Sayo en monstre lui ressemblant elle pouvait désormais se venter d'avoir réussi à faire basculer son jumeaux dans l'obscurité. "Ce que tu es supposé faire ? Eh bien... Cela me semble évident non ? Découvrir ce que j'ai prévu de faire et m'en empêcher sans t'attirer les foudres de ma chère soeur puisqu'elle est un pion... Sachant qu'elle est plus forte que toi, tu ne peux pas te permettre d'en perdre un aussi important." Lui disait-il avant de se lever et de se planter face à elle l'air amusé par la situation, son visage se rapprochait dangereusement de celui de la belle et ses yeux se plongeait dans les siens venant lui démontrer qu'il n'avait désormais plus de limite. "Des règles ? Quels règles ? Tu vas me supplier d'arrêter, la douleur physique... Tu adores ça... Voyons voir si t'es nerfs sont aussi solide que tu le prétends. Tu as fini par avoir raison de moi. Je te félicite. " Fit-il avant de finalement se reculer et de se remettre dans le canapé l'air de rien en regardant sa montre avant d'ajouter. "Sayo rentre dans trente minutes environ, si avec ton cerveau de tordue tu n'as pas trouvé d'ici là ce que je prévois de faire, tu aura d'avance perdue. Me tuer est ta seule chance désormais de m'empêcher de mettre à exécution mes plans, arrivera-tu à camoufler un meurtre en si peu de temps ? Ton sang tâche encore le sol de la maison, le miens tâche encore la fourchette sur la quel tu as laissé tes empruntes et aujourd'hui beaucoup de témoin t'on vu en ma compagnie, la vie de prison te dirait-elle ?" Lui demandait-il le sourire aux lèvres avant de s'intaller confortablement dans le divan en regardant le plafond.

"Bien sur que non, tu aime ta liberté. J'ai donc gagné la première manche." Finissait-il avant de se lever et de se diriger vers la chambre venant ensuite de poser sur le lit comme si de rien n'était.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1895-nara-hiro-fait-chier-terminee#12399

Mer 24 Jan 2018 - 9:54
Qu’il cause toujours. Il l’ennuyait, désormais. S’il y avait eut de l’intérêt venant éclairer ses prunelles vermillons alors qu’il la torturait, la forçant à elle-même s’infliger nombreuses blessures, alors qu’ils étaient rentrés et il ne faisait que la menacer, elle se contentait de nettoyer ces blessures à l’aide d’un linge qu’elle était allée chercher sans se gêner. Ce fut donc d’un ton plus distant qu’elle s’informa quant à ce nouveau jeu qu’il semblait vouloir lui imposer, n’étant pas certaine d’avoir compris ce qu’il cherchait à faire. Lui faire perdre tout ce à quoi elle tenait ? Hormis ses marionnettes, il n’y avait pas grand chose qui avait une quelconque valeur pour la jeune femme, et même encore. Elle pouvait les reconstruire, inlassablement, toujours plus horrible les unes que les autres. Que comptait-il donc faire ? Elle se contenta d’hausser les épaules. Qu’il s’amuse, elle ne le craignait pas. Il y avait peut de personne qu’elle craignait, à vrai dire, alors qu’elle avait souvent l’avantage des situations, profitant de la couverture que son éternel masque lui offrait. Toutefois, Shiro connaissait le monstre sous le masque, cette sombre personne qui venait obscurcir la vie de sa jumelle.

Ce qu’il avait prévu faire, elle ne s’en souciait pas spécialement. Un gamin qui ouvrait encore sa grande gueule. Et puis, Asami avait l’habitude, depuis, arrogante jeune femme qu’elle était, de vivre avec les conséquences de ses actions. Aussi important pouvait-il être aux yeux de la Nara, la Tadaoki savait avoir aussi une place privilégiée dans la vie de cette dernière. Se sentait-elle supérieure au jeune homme ? Pas tout à fait, pas alors que Sayo semblait encore considérer les liens du sang comme étant important. Un sourire s’esquissa sur ses lèvres alors qu’il parlait de la violence physique. Elle aimait ça et il n’avait pas tort. Elle adorait ça, même. Elle en avait redemandé, encore, avant qu’il ne décide qu’il en avait assez, sûrement pour ne pas lui donner un tel plaisir. Dommage. Elle était pourtant convaincue qu’il avait terriblement envie de l’assassiner de ses propres mains. Il ne serait certainement pas le premier.

- Ce n’est pas la puissance de Sayo qui m’intéresse, je n’en ai sincèrement pas grand chose à faire. Non. Ta soeur possède un caractère bien particulier qui me tarde de voir évoluer, tout simplement.

Elle veillerait presque sur elle et son bon développement. Et puis, la jeune femme était dans sa vie depuis de nombreuses années maintenant, trop pour qu’elle prenne la tête de les compter. Elle s’y était faite une place qui ne pourrait certainement pas être combler par nul autre qu’elle. La perdre serait alors effectivement alors qu’un vide se créerait nécessairement dans sa vie. En serait-elle triste ? Elle aimait se dire que ce ne serait que la perte d’un divertissement quotidien. Quant à la prison… Il était évident que ce n’était pas un lieu qu’elle envisageait fréquenter de si tôt, voir même jamais. Elle appréciait sa liberté, appréciait pouvoir faire tout ce qu’elle voulait dans la mesure du raisonnable, bien évidemment. Parce que voilà, elle ne souhaitait pas perdre ce sentiment qui se mélangeait à celui de contrôle qui l’habitait bien souvent, pour ne pas dire presque toujours. Elle n’assassinerait pas le jeune homme. Cela n’en valait pas la peine. Sans compter qu’elle s’attirerait sans aucun doute les foudres de sa cadette.

- Et qu’est-ce que j’y gagnerais à te tuer, au final ? Ne plus t’entendre serait déjà bien. Elle haussa les épaules. Vas-y, va préparer ton plan diabolique. Je vais sagement attendre ta soeur ici.

Il était désagréable, ce n’était plus à prouver, cependant, il ne méritait pas qu’elle ruine sa relation avec Sayo. Elle prenait ses menaces à la légère, c’était bien vrai, sans trop y porter d’attention. Qu’il fasse bien ce qui l’enchante, que pouvait-elle y faire au final ? Il y avait trop de possibilités possibles pour qu’elle puisse trouver avec exactitude ce qu’il comptait faire et elle ne souhaitait pas le tuer. Il avait peut-être gagner cette manche comme il l’avait signifié, or, la guerre n’était pas terminée. Asami était une fille débrouillarde, elle saurait avisé en temps et lieux.

Pour l’instant, elle quitta la chaise pour aller s’écraser sur le sofa désormais libre, le linge désormais imbibé de sang ayant été abandonné sur la table basse. Son haut avait été laissé dans la salle de bain et elle ne voyait pas l’intérêt d’aller le chercher, pas alors qu’il était complètement fini suite aux attaques répétées de son cadet. Elle se leva à nouveau pour aller chercher un livre dans la bibliothèque des Nara, n’ayant rien de mieux à faire, pour retourner sur le sofa et faire ce qu’elle avait dit qu’elle ferait, à savoir bien sagement attendre Sayo. Ce n’était certainement pas Shiro qui allait la mettre à la porte, pas alors qu’elle s’était mise en tête de passer la journée avec sa (seule) amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

J'me serai bien passé de te revoir... Infâme peste... [Ft.Asami]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: