Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

mauvais ou bonne rencontre ? (Tadaoki Asami)

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Mer 24 Jan 2018 - 14:40
Rares sont les fois où je me trouve dans ce type d'endroits, mais pour aujourd'hui, je n'ai qu'une envie... Boire. Je ne sais pas pourquoi, le moral n'est pas au plus haut point et les raisons sont obscures pour moi. Il y a des jours où rien ne va, c'est actuellement le cas pour moi aujourd'hui. Encore une fois, je repense à la ta traîtrise de Kaldea et cette attaque surprise pour libérer Katenshedo. Qui n'a rien donné, mais nous n'avons pas fait le poids face à la manipulatrice d'encre. En réalité, nous avons rapidement été dépassé et les dégâts ont été terrible. Alors, mon saké devant moi, je pose ma main gauche sur le verre et la regarda longuement. J'y ai perdu un auriculaire... la tristesse. Certes, ce n'est qu'un petit dégât, mais je ne peux m'empêcher de penser que ce doigt est synonyme de faiblesse et défaite.

L'impression que mes entraînements quotidien ne m'apportent rien de bon, que je ne m'améliore pas du tout. Pourtant, je dois m'améliorer pour prouver à mes supérieurs qu'ils ont eu raison de compter sur moi, de croire en moi. Je peux être meilleur, je peux montrer que je suis au niveau des autres Kumojins. Hisao, Shojito augmentent leur puissance de jour en jour, je ne peux pas du tout me permettre de stagner. Enfin pour ce soir... je préfère rester morose. C'est donc assis à une table dans ce bar qui m'a l'air malfamé que je bois mon verre d'un trait. Je grimace fortement, n'ayant clairement pas l'habitude de boire ce genre de breuvage.

Non, c'est même la premières fois que je m'adonne à l'alcool et je ne pense pas pouvoir supporter une grosse quantité de ce liquide qui me brûle le gosier quand je le bois. Je finis par soupirer avant de me commander un second verre. Ou plutôt un pichet, ce sera plus efficace.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Mer 24 Jan 2018 - 20:08
Il y a plusieurs raisons pour lesquelles une jeune femme serait seule au bar. Qu’il s’agisse d’une potentielle relation s’étant mal terminée ou tout simplement une journée un peu plus merdique que les autres, il y avait de nombreuses raisons pour laquelle la belle brune se trouvait accoudée à une table, un saké à la main, la tête appuyée dans l’autre. La véritable raison était qu’elle s’ennuyait et donc, elle avait décidé de venir prendre un verre dans un bar discret du village. Elle n’avait cependant pas spécialement dans l’idée de faire de nouvelles rencontres. Elle avait eut quelques jours difficiles, que ce soit au niveau de ses entraînements ou tout simplement un face à face avec le jumeau de la seule personne qu’elle considérait comme peut-être bien ayant de la valeur à ses yeux, chose dont elle se serait très clairement passée. Son corps était encore couvert de cicatrice de leur dernière confrontation, notamment ses bras et son abdomen, quoique tous les deux cachés à l’heure actuelle par le chemisier qu’elle portait et le cardigan le surplombant, notamment dus à l’hiver s’étant installée.

Force fut cependant de constater que la solitude ne lui allait pas. Un énième soupire ennuyé franchissait le seuil de ses lèvres alors qu’elle n’avait même pas terminé son premier verre de saké. Après tout, la jeune femme n’appréciait pas les effets que l’alcool pouvait avoir sur son cerveau, quand bien même en appréciait-elle le goût. Pour une demoiselle appréciant autant le contrôle que cette dernière, il était difficile pour elle que d’accepter de perdre son inhibition avec comme seule excuse un verre de trop. Elle était donc méfiante concernant le liquide qu’elle faisait tourner dans son verre. Son regard passa à nouveau sur la salle autour d’elle, ne s’intéressant à rien en particulier. Il était bien rare de la retrouver dans un tel état d’esprit, elle qui se voulait normalement être le prédateur se retrouvait passible au milieu de toutes ces proies.

Elle se leva finalement, son verre toujours à la main, pour s’approcher d’une table de sa démarche élégante, presque féline, habituelle. Un jeune homme s’y trouvait, seul, accompagné d’un pichet, ce qui manqua de lui arracher un sourire amusé. Elle ne le fit pas, ne souhaitant pas lui donner l’idée qu’elle se moquait, ce qui n’était pas exactement le cas. Peut-être aurait-elle pu aussi en faire de même, assise seule dans le coin du bar. Or, d’une nature assez sociale, quand bien même les gens l’épuisaient, Il était rare qu’elle n’en soit pas rapidement lasse, de ces gens peu intéressants. Il y avait eu quelques nouvelles rencontres, dernierement, qui avaient attiré son attention, toutefois, c’était peu compte tenu de ses expériences précédentes. Arrivée à la table, elle posa une main sur la chaise, ne la tirant toutefois pas, ses prunelles carmin venant croiser le regard de celui dont elle avait attiré l’attention, lui offrant un sourire sympathique.

- Besoin d’un peu de compagnie ?

Sa voix était douce, presque caressante, alors que tout chez elle respirait de sa bienveillance habituelle. Asami était une jeune femme sympathique, celle qui était toujours présente pour offrir une main chaleureuse aux autres. Il était seul et ne semblait clairement pas attendre quelqu’un. Morose ? Sûrement un peu. Elle-même s’ennuyait-elle dans son coin, ce n’était pas tant par réelle compassion que plus parce qu’elle était à la recherche de quoi égayer un peu sa soirée, ne serait-ce qu’une discussion intéressante, qu’elle s’était approchée de lui. Cela serait toujours mieux que le silence qui lui pesait précédemment sur les épaules, malgré le bruit ambiant alors qu’il y avait un groupe assez grand d’hommes à la voix forte et au rire gras.

- Tadaoki Asami, âme esseulée de ce sombre endroit, disponible pour chasser ces nuages qui semblent planer au-dessus de votre tête.

Il n’y avait aucune critique, que sa douceur habituelle, alors que son sourire se voulait aimable, rassurant. Tenant son verre dans sa main, elle vint le porter à ses lèvres, en prenant une gorgée avant de reposer ses prunelles enflammées sur le jeune homme, attendant patiemment une réponse, à savoir si elle tirait cette chaise devant elle ou si elle se contentait de poursuivre sa route.


Dernière édition par Tadaoki Asami le Jeu 25 Jan 2018 - 6:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mer 24 Jan 2018 - 22:16
Trop de réflexion pour ma part. Je ne peux pas m'empêcher de penser encore et encore à ces moments-là, la nécromancie ne m'a été d'aucune aide réelle. Je dois faire mieux, je suis déçu de moi et je vais continuer à l'être tant que mon niveau n'augmente pas. Mon regard noiraude se pose sur ma timbale encore rempli de ce liquide transparent, je l'amène à mes lèvres pour y boire une gorgée de plus alors que l'approche d'une personne arrive. Levant mon regard, tout en posant le petit verre sur la table, j'observe cette femme qui vient vers moi. Fort charmante, de belles formes mises en valeur, je tends ma main vers la chaise afin qu'elle y prenne place. Qu'elle soit là ou non, ça ne changera sûrement pas mon état d'humeur. Ou pas.

Ai-je la force nécessaire pour engager une conversation intéressante ? Va-t-elle s'enfuir quand elle entendra mon nom ? Depuis Shitô, le Yuukan et donc Kumo par extension, connaît ma réelle nature. Ils savent que je suis un nécromancien, certaines personnes se sont écartées de moi. C'est étrange de ressusciter les morts pour eux, ce n'est pas viable. Me rappelant alors de ce shinobi qui m'a découvert juste avant le tournoi de Shito, il n'avait pas été content que j'invoque les morts. Trouvant ça trop... bizarre. Terrible.

« Aami Shôran. Ravi de faire votre connaissance, Asami. Ai-je donc l'air si... triste que ça ? Comment vous y prendrez-vous pour faire évacuer ces nuages noirs, alors ? »

Je lui demande, elle attise ma curiosité. Je bois de nouveau une gorgée de mon saké, cette fois-ci, je ne boirais pas d'un trait ce verre là. Je n'ai pas envie d'être inconscient de mes actes. Captivé par les prunelles rouges de la jeune femme, je n'ai jamais vu une chose pareille.

« C'est fascinant. Vos yeux, j'aime beaucoup... »

Que je lui dis, espérant qu'il ne s'agit pas d'un compliment déplacé pour sa part.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 25 Jan 2018 - 7:48
Un sourire vint éclairer son visage alors qu’il lui offrait silencieusement de prendre place. Tirant sur la chaise, elle s’y assoya donc, croisant ses jambes de manière élégante, comme elle en avait l’habitude. Son bras tenant son verre vint s’appuyer sur son genou, l’autre posée par-dessus. Aami Shôran. Le nom ne lui était pas inconnu, et ce, pour de nombreuses raisons. Déjà, Akahoshi Hisao, agréable rencontre lors d’une soirée un peu comme celle-ci, avait évoqué ce nom, y mentionnant aussi Shojito, sensei de la jeune Nara (et sa seule amie) avec qui avait-elle partagé un cours moment plus intime dans la simple idée de chasser l’ennuie. Asami était une jeune femme qui ne supportait pas, ou très peu, le train-train quotidien alors que l’ennuie menaçait à tout moment de la rendre folle. Il était déjà possible de douter de sa santé mentale lorsque l’on s’attardait à qui se trouvait derrière ce masque qu’elle portait pourtant en permanence, mieux valait donc éviter qu’elle se laisse manipuler par sa cruelle envie de divertissement. Pour en revenir au jeune homme, il y avait aussi ses techniques qui avaient intéressé la jolie demoiselle dès lors avait-elle entendu parler de lui. Un nécromancien. Si elle, elle manipulait des pantins désarticulés et souhaitait en venir à contrôler les vivants, de son côté, il faisait obéir les morts. Et ça, aussi glauque cela pouvait-il sembler aux yeux de plusieurs, il s’agissait de quelque chose de tout particulièrement intéressante pour la Tadaoki. Après tout, sa famille étudiait les morts depuis des générations déjà, tentant de comprendre la vie en conservant ce qui ne l’était plus.

Elle secoua doucement la tête, cherchant à chasser cette idée qu’elle venait peut-être bien d’installer dans son esprit alors qu’elle avait commenté sur ces nuages qui semblaient s’assombrir au-dessus de sa tête. Ouvrant les lèvres pour y répondre, elle fut cependant interrompue par un compliment qui l’amena à froncer légèrement les sourcils avant qu’elle ne lui adresse un sourire sincère, bien que gêné, ses joues se colorant peu à peu d’un rose bien visible. Jeune demoiselle un brin timide, elle jouait le jeu à la perfection, venant même de mettre sur table la carte de la modestie.

- Je ehh… Merci. Elle semblait presque avoir été prise au dépourvu. Un héritage de mon père.

Ses prunelles d’un rouge vif lui venait effectivement de son père, alors qu’elle tenait sa chevelure de jais de sa mère. Une flamme semblait illuminé continuellement son regard, tantôt chaleureuse, tantôt ardente, son regard transmettait mille et une émotions que la manipulatrice née souhaitait transmettre aux autres. Un regard fort expressif, tout comme son visage, alors qu’elle donnait l’impression d’être un véritable livre ouvert. La vérité en était toute autre, alors qu’elle modelait ses traits comme elle le voulait, s’adaptant à la situation et à son interlocuteur, prétendre étant devenue une seconde nature. Et ce soir, elle était la douce et agréable Asami, de celle au sourire chaleureux et à l’étincelle de bonté dans ce regard flamboyant.

- Je ne dirais pas triste… Morose, peut-être. Quelque chose semble peser sur vos épaules et perturber votre esprit. Elle eut une petite pause, un sourire contrit sur les lèvres. Je suis désolée, je me mêle très certainement de ce qui ne me concerne pas.

La belle brune semblait animée d’une envie d’aider, ou, tout du moins, de supporter, alors que pourtant, elle semblait hésitante, un peu comme si elle cherchait à ne pas brusquer son interlocuteur. Se décidant finalement de répondre à sa question, elle leva son verre, légèrement, tout en lui désignant celui qu’il tenait de son côté.

- Quant à ce que je fais, personnellement, dans ces moments-là… Je viens m’asseoir tranquillement dans un bar, seule, avec un verre de saké, ou deux, peut-être même trois… Un rire léger s’échappa de ses lèvres. Et puis sinon, je vais aborder de parfaits étrangers.

Ce fut un éclat amusé qui vint éclairer son regard alors que son sourire disait de même. Ses paroles venaient sous-entendre très clairement que malgré les beaux airs et son agréable sourire, elle n’en menait pas plus large que lui, elle aussi ayant ses propres nuages au-dessus de la tête. Elle ignorait ce qui venait perturber le jeune homme, cependant, la soirée était encore jeune, elle venait tout juste de commencer. Elle aurait tout le loisir de satisfaire sa curiosité, son verre de saké à la main, prête à débourser pour un second pichet si son partenaire pour la soirée se décidait à noyer le tout dans l’alcool. Elle était même prête à le raccompagner jusqu’à chez lui s’il n’était plus en mesure de marcher ! Pour sa part, elle éviterait. Manipuler était un art délicat qui demandait un contrôle impeccable de soi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Jeu 25 Jan 2018 - 10:55
Avant de répondre et d'engager une quelconque conversation, j'observe et analyse cette demoiselle qui s'installe devant moi. Depuis que je fais parti d Kyuubu, j'ai cette tendance à un peu trop analyser les choses, de tenter de savoir à quel genre de personne j'ai affaire. De premier abord, j'ai l'impression qu'elle est calme, plutôt le genre de femmes sans problèmes et pourtant, je sais à quel point les apparences peuvent être trompeuses. En témoigner la traîtrise de Suzuri Kaldea, je n'arrive toujours pas à lire dans les yeux des gens. Des yeux dans lesquels je m'y perds, un rouge vif et clairvoyant. Je plonge dans ceux-là pour m'y noyer plus profondément. Un héritage de son paternel qu'elle me répond, j'hoche simplement la tête de bas en haut pour lui faire comprendre que c'est entendu.

En tout cas, elle a très bien analysé ma situation. Morose, dans mes pensées, quelque chose me tracasse et elle l'a rapidement compris. Je peux lui tirer mon chapeau. Mais, il est vrai que mon manque de puissance, mon envie de trop bien faire et ma défaite face à Kaldea me tracasse. Un peu trop, sûrement.

« Vous êtes perspicaces... j'apprécie ce genre de talent. »

Enfin, pas difficile à savoir quand on voit un homme seul, en train de picoler et le visage fermé. Enfin, j'ai rapidement ouvert ce visage à cette femme. Est-ce une bonne idée ? Seul l'avenir me le dira, mais je ne veux avoir peur de rien et puis, je n'ai rien à cacher. Je ne connais aucun secrets d'Etats, je suis simple chuunin au grade de Buntai.

« Et, dites-moi, ça marche ? Il est vrai que j'évite d'aborder les premiers étrangers que je vois, on ne sait jamais sur qui on peut tomber. »

Il se trouve que j'aurai pu être un malfaiteur, une personne qui aurait abusé d'elle toute la nuit pour m'enfuir au petit matin. Ainsi, je bois d'un cul-sec ce second verre de saké qui me fait de l’œil et me demande de le terminer. Finalement, je décide à m'intéresser à la vie de cette femme qui est venue m'aborder. Qui est-elle vraiment ? A-t-elle des secrets ? J'ai envie de jouer les détectives.

« Alors, Asami... Qui êtes-vous ? »

Une question à la fois simple et compliqué à laquelle je lui demande de répondre.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 25 Jan 2018 - 12:11
Il était important pour l’art de la manipulation que de savoir lire sa victime. C’était donc pour cette raison qu’Asami, depuis toute jeune, observait avec attention tout ce qui se déroulait devant elle. Si au début cela s’était montré plus difficile, avec le temps et l’expérience, elle arrivait à comprendre aisément les expressions faciales de tous et chacuns, l’éclat de leur regard, la position de leur corps et même le ton employé alors qu’ils s’adressaient à elle. Elle avait appris, au fil des années, à lire dans les autres comme elle lisait dans un livre, arrivant ainsi à s’adapter aisément à la situation, arborant le masque le plus approprié en fonction de l’instant présent. Qu’il apprécie cette qualité chez elle était tout à son honneur, elle doutait cependant qu’il apprécierait savoir l’usage qu’elle en faisait.

L’observant finir son verre d’une traite, la belle brune haussa les épaules et décida d’en faire de même, déposant alors le verre désormais vide sur la table, un léger sourire sur ses lèvres finement colorées de rouge. Les questions étaient intéressantes, amusantes même, alors qu’elle avait presque une impression de déjà vu. Lors de sa rencontre avec le jônin, à savoir Hisao, la question qu’il lui avait posé avait été semblable. Qui pouvait-elle bien être ? Elle était tout et rien à la fois, un mystère que tous semblaient connaître si bien. Elle n’était, au final, que ce qu’ils souhaitaient qu’elle soit, ce cauchemar aux allures de rêves éveillés.

- Est-ce que cela fonctionne ? J’imagine que cette soirée nous éclairera tous les deux quant à la réponse à cette question. Un léger rire, alors qu’elle faisait presque dans l’humour. Je vous donne cependant raison, on ne sait jamais sur qui on peut tomber. Ne trouvez-vous cependant pas cela dommage que de s’empêcher de vivre par peur de mourir ?

Une question rhétorique, qui n’attendait pas nécessairement de réponse de sa part. La jeune femme semblait prôner des valeurs de confiance, où mieux valait se laisser tenter par les nouvelles expériences et les nouvelles rencontres et le regretter que de ne jamais rien faire et en finir par le regretter. Elle porta ensuite une main à son menton, semblant hésiter, en venant même à se mordiller la lèvre inférieure alors qu’elle réfléchissait à la seconde question qui lui était adressée. Par où devait-elle commencer ? Elle-même n’était pas trop sure de ce qu’il attendait comme réponse.

- Je suis une kumojin, née au sein du village et y ayant grandi aussi. Je suis la seule de ma famille à avoir une quelconque affinité avec le chakra et j’étudis donc beaucoup, pour ainsi pouvoir le comprendre et apprendre de moi-même. Je fais beaucoup de recherches, à vrai dire.

Ce qui n’était pas faux. Asami était bel et bien la seule Tadaoki à avoir eu une quelconque chance de devenir kunoichi et si ses parents croyaient qu’elle suivit cette voie par devoir et fidélité à son village, la vérité était tout simplement qu’une vie bien rangée n’était définitivement pas pour elle. Elle avait besoin de changement, mais surtout, de danger. Quelque chose qui viendrait réveiller ses sens et chasser la routine.

- Je suis un peu ennuyante même, je dirais.

Toujours le nez dans un bouquin ou encore dans son laboratoire. La marionnettiste avait longuement étudié le sujet, en étant aussi venue à explorer l’art délicat qu’était celui des poisons, y trouvant une passion même en ces liquides ou même gas qui se voulaient aussi discret que violent. Comme cette douce jeune femme, qui jouait dans la subtilité mais qui savait se montrer particulièrement dangereuse une fois le masque tomber.

- Et vous, Shôran… Si votre nom ne m’est pas inconnu, je ne peux cependant pas prétendre vous connaître. Accepteriez-vous d’éclairer un peu ma lanterne ?

Il était légitime qu’elle s’intéresse à lui alors qu’il avait fait les premiers pas dans cette discussion. Et puis, elle n’était pas fermée à d’éventuelle question, loin de là. Cependant, parler d’elle-même n’était pas ce qu’elle préférait. La jeune femme adorait en apprendre plus sur les autres. Ou, tout du moins, sur ceux qu’elle considérait comme potentiellement intéressants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Jeu 25 Jan 2018 - 12:52
L'observation et l'analyse doivent être des qualités importantes pour un shinobi, que ce soit dans la vie courante ou lors de missions. Être impulsif et foncer dans le tas n'apportent quasiment rien, à vrai dire... j'ai été ce genre de bonhomme autrefois, je pense que la sagesse commence à me revenir avec l'expérience. Plus posé, plus réfléchi, j'ai malgré tout toujours cette part d'impulsivité en moi que je tente de cacher. Toutefois, je prends le temps de discuter avec cette parfaite inconnue qui est venue m'aborder. De prime abord, elle est intéressante à regarder, je ne cracherai pas sur ces belles formes et puis... je n'ai clairement rien à perdre à discuter avec elle.

Sa question, sûrement rhétorique, me laisse indécis. N'a-t-elle pas raison dans ce sens ? S'empêcher de vivre par peur de mourir... mieux valait ne pas vivre et mourir dans ce cas-présent. Enfin, c'est un sujet qui demande débat, clairement. Changeant complètement de sujet, je lui demande qui elle est présentement. Une question pas si facile que ça à répondre... allait-elle se dévoiler ou ne dire que le minimum ?

Trois informations importantes à tirer de sa présentation : kunoichi, kumojin et qu'elle fait des recherches quant à la nature du chakra. Intéressant, elle rajoute qu'elle est une personne ennuyeuse ce qui me fait tirer un rire amusé. D'ailleurs, elle me retourne ma propre question, m'avouant qu'elle connaît mon nom mais sans plus. Levant mon regard noiraude sur elle, j'élargis mes lèvres pour lui donner un sourire.

« Vous savez... je dois être plus ennuyeux que vous, je ne suis qu'un homme totalement banal... Et pourtant, je continue de sourire pour entrer dans ce type de jeu. Je m'amuse à dire que je suis le descendant des dieux de la Mort. Rien de tout ça, juste un peu de lecture étant gamin, je suis originaire de Hi no Kuni et je suis venu ici pour m'améliorer. Devenir plus fort. »

Me servant à moitié du saké, je bois une nouvelle gorgée. Essuyant ma bouche avec le revers de ma manche, je finis par poser mon dos contre le dossier de ma chaise et de fixer cette Asami. Devenir plus fort, servir ce pays qui m'a accueilli et pourtant... j'ai l'impression de ne pas être à la hauteur.

« Je risque sûrement de ne pas tenir sur mes deux jambes si je continue ainsi... »

Que je dis alors en regardant le verre que je tiens en main avant de boire une autre gorgée. L'alcool commence doucement à monter à mon cerveaux, doucement à altérer quelques-uns de mes sens.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 25 Jan 2018 - 13:36
Elle n’avait pas trop sut ce qu’il cherchait à entendre et elle s’était donc décidée d’y aller dans le banal. À savoir qu’elle était originaire du village, sa famille s’y trouvant depuis un long moment déjà, et qu’elle ne venait pas d’un grand clan de la région. Bien au contraire. Seule de sa famille à s’être découvert une affinité avec le chakra, elle s’était laissée influencée par les techniques des Nara et c’était ce qui l’avait mené à ce jour à manipuler divers pantins articulés par ses soins. S’ils contrôlaient les autres par leur ombre, elle comptait le faire par les fils de chakra, qui se voulaient plus versatiles à son avis. Plus difficile, certes, toutefois, elle ne serait pas obligée de calquer les mouvements de son prisonnier et ne dépendait pas du soleil et des sources d’ombre. Elle devait beaucoup à Sayo, notamment concernant son apprentissage et son évolution. Cependant, jamais irait-elle le dire à sa cadette.

Renvoyant donc la question à son interlocuteur, elle fit signe au seul serveur des lieux de lui amener à elle aussi un pichet. Si elle ne comptait pas le vider, ne serait-ce que parce qu’elle prétexterait une faible constitution, son partenaire du moment n’aurait qu’à le finir si le coeur lui en disait. Il s’agissait surtout de ne pas le laisser boire seul. Elle aussi était présente pour venir noyer ces quelques nuages qui s’accumulaient au-dessus de sa tête, elle se devait donc de préserver les images.

- Descendant des Dieux de la Mort, dans mon livre à moi, ce n’est pas ce que j'appellerais être un homme totalement banal vous savez…

Le ton était léger, tout comme son rire, alors que le sérieux semblait à moitié présent dans cette discussion. Il était donc originaire du Pays du Feu. De ce que la jeune femme savait, de part ce qu’on lui avait raconté, elle qui avait toujours grandit dans le confort et l’évolution du Pays de la Foudre, une guerre civile aurait éclatée en ces terres devenues hostiles. La guerre… Voilà un sujet qu’elle trouvait particulièrement intéressant alors qu’elle rêvait de chaos et d’anarchie, chose qu’elle n’avait bien évidemment jamais partagé, sauf peut-être avec la Nara, seule personne en ce monde pouvait la connaître, la comprendre et l’apprécier encore.

- Vos projets de vous améliorez se sont-ils concrétisé, depuis que vous être ici ?

Une question sincère de sa part, alors qu’elle avait posé ses prunelles d’un rouge vif sur son interlocuteur. Elle l’observait, chacun de ses mouvements, son expression, tout comme le sourire qu’il lui adressait auquel elle répondit agréablement.

- Je peux vous tutoyer ?

S’ils comptaient continuer cette discussion, cela donnerait certainement un ton plus familier, plus décontracter. Si Asami aimait la politesse, douce jeune femme qu’elle était, elle cherchait aussi, en quelque sorte, à se rapprocher du jeune homme lui faisant face. Se montrer présente pour ce parfait inconnu, comme elle le faisait trop souvent, elle qui respirait la bienveillance. Une épaule pour le supporter, lui faire savoir que malgré qu’ils ne se connaissaient pas avant aujourd’hui, elle était présente et, qui plus est, volontaire. Telle était la jeune femme, dévouée aux autres, armée de son doux sourire et de cette flamme chaleureuse qui éclairait son regard.

Et puis, finalement, son pichet arriva, l’amenant à remplir à nouveau son verre qu’elle porta à ses lèvres, un sourire amusé dessiné sur ces dernières.

- Laisse-moi donc t’accompagner. Nous serons donc deux incapable de sortir du bar.

Cette fois-ci, le rire se veut plus franc, peut-être même un peu moqueur, alors qu’elle décide elle aussi de profiter de l’alcool, tout en s’assurant de garder un certain contrôle. Il lui serait mauvais de trop boire, d’outre-passer ses limites, alors qu’elle ne souhaitait pas voir son éternel masque tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Jeu 25 Jan 2018 - 14:48
Je ne suis jamais considéré comme quelqu'un de spécial, d'important ou autre. Certes, il y a des jours où je me suis fait passé pour un descendant des Dieux de la Mort par rapport à mes capacités. Rares sont les personnes auxquelles je me suis présenté ainsi... ceux qui me connaissent et qui ont tout de suite su que je maîtrise la nécromancie. Il faut dire que les indices sont importants déjà sur mon physique : tout vêtu de noir, la couleur pâle presque blanche.... Mais, il est vrai que je me suis amusé de ça, il fut un temps. Un temps passé dorénavant bien loin, en effet. La discussion suit son cours, lui ayant annoncé que je cherche avant tout à devenir plus fort et les raisons sont toutes simples : protéger ceux que j'aime. Une raison que tout le monde a, mais est-ce suffisant ? J'ai l'impression d'être un homme trop banal sans réel projet.

Sa question ne me surprend pas, je parle de progrès et en effet... Je me suis vraiment amélioré, sinon je ne serai sûrement pas passer à ce grade de chuunin. Puis, j'ai combattu une jônin de haut niveau, certes avec Shojito et Hisao, mais nous avons pu tenir assez longtemps. Sortant doucement de mes pensées alors qu'elle me propose que l'on se tutoie.

« Bien sûr, je t'en prie. Quant à mes progrès.... c'est possible, mais je pense que je peux m'améliorer encore plus. »

Bien sûr, je pense alors à Kahei. Ai-je atteint son niveau ou était-il encore plus fort que cela ? Je ne le saurai probablement jamais à vrai dire... Il faut que je continue ainsi ou que je fasse plus, que sais-je. Puis, continuant à boire le saké, je fais remarquer à la jeune femme que je risque de ne pas pouvoir tenir sur mes deux jambes. L'alcool est quelque chose dont je ne bois pas souvent, cela doit être la seconde ou troisième fois de ma vie que je bois.

« L'alcool délie les langues, j'apprendrai sûrement plus sur toi si tu bois un peu plus. »

Et, surtout, elle en apprendra plus sur moi, l'alcool montant encore un peu plus à mon cerveau. Je commence déjà à être atteint, mes joues se sont rougies et mon nez également. J'ai chaud, un peu trop chaud... Ma gorge est sèche, dois-je continuer à boire ? Est-ce donc une bonne idée ?

« Allez, bois avec moi ! »

Et je nous ressers du saké pour qu'on puisse boire, s'amuser, oublier et ne plus penser. Pourquoi penser quand l'alcool nous empêche de le faire ?

« Alors, sur quoi tes recherches se portent-elles ? »

Curieux malgré l'alcool, d'ailleurs le liquide accentue ce trait de caractère, m'intéressant à elle plus que la normale.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 25 Jan 2018 - 15:25
Le quotidien des shinobis. Chercher à s’améliorer, toujours et encore plus. Asami aussi ne faisait pas exception à la règle, quand bien même ses motivations étaient-elles un peu plus égoïstes que la majorité des gens qu’elle côtoyait au quotidien. Et il n’y avait pas que l’entraînement, l’intelligente jeune femme avait très certainement lu tous les ouvrages de la grand bibliothèque concernant l’art du marionnettiste et tout ce qui touchait de près ou de loin aux potions. Elle n’aimait pas s’embarquer dans un projet sans avoir toutes les cartes en main. Il était bien rare qu’elle agisse sans réfléchir alors que chacun de ses mouvements se voulaient normalement calculés. Il y avait, certes, quelques petits moments où une impulsivité soudaine et surprenante se manifestait, notamment sous la colère, toutefois, autrement, la manipulatrice savait garder un excellent contrôle d’elle-même.

Un rire se fit entendre alors qu’il lui déclarait en toute honnêteté qu’il comptait peut-être bien profiter de l’alcool pour en apprendre plus sur elle. C’était mignon. À première vue, il était celui semblant avoir de la difficulté. Ne tolérait-il pas l’alcool ? C’était tout à fait possible, elle-même ne connaissant pas ses limites, n’ayant jamais été tentée par ce point de non-retour. Elle allait cependant jouer le jeu, alors que son verre se vidait lentement mais sûrement. Prétendre était une seconde nature pour celle qui mentait comme elle respirait, elle n’aurait donc aucun problème à jouer la jeune femme ayant peut-être pris un verre de trop en cette soirée qui semblait plus amusante que ce qui avait été prévu.

- C’est fourbe, comme technique.

Le sourire amusé venait chasser la possibilité d’une critique dans ce qu’elle venait de dire, alors qu’elle vidait son verre de saké pour accepter qu’il lui remplisse à nouveau. Il semblait plus que d’accord pour qu’elle boit en sa compagnie et elle lui offrirait donc ce plaisir. Ne lui avait-elle pas dit, après tout, qu’elle était disponible pour chasser ces nuages sombres au-dessus de sa tête ? Et puis, si elle en croyait le sourire qu’il lui avait rendu, elle y était peut-être un peu parvenue. Cela aurait très certainement satisfait quiconque s’étant sincèrement donner la mission de lui remonter le moral. Quant à elle… Elle aurait tout simplement le loisir d’en apprendre plus sur celui aux capacités fort intéressantes, alors qu’il semblait plus ouvert à la discussion que quelques instants plus tôt. La belle brune n’agissait jamais si elle n’avait rien à y gagner et, bien heureusement pour elle, très peu connaissaient cette facette bien égoïste de sa personnalité.

- J’accepte de t’en parler si tu me promets de ne pas prendre peur. Je t’assure que ton alcool est parfaitement sain à la consommation. Ou, enfin, aussi sain que peut l’être de l’alcool.

Elle laisse planer le mystère quelques secondes, prenant une nouvelle gorgée de son saké. Son visage d’une malléabilité exceptionnelle tant elle s’est habituée à mimer les expressions faciales, ses joues se colorent alors légèrement de rouge, son sourire doux toujours sur les lèvres et son regard passant entre le jeune homme et son verre qui descendait plus vite que prévu. Elle allait devoir ralentir, ne serait-ce qu’un minimum, alors qu’elle ne comptait pas effectivement ne plus pouvoir sortir du petit bar sur ses deux jambes.

- Mes recherches se concentrent principalement sur les poisons, et ce, sous toute leurs formes. Un art bien capricieux, si tu veux mon avis, mais Ô combien intéressant. Les possibilités semblent même infinies.

Pour l’instant, elle avait tut ses talents en tant que marionnettiste, ce détail pouvant certainement venir un peu plus tard dans la discussion. Même que, comme à son habitude, Konchuu se trouvait dans le petit sac qu’elle tenait accroché à sa ceinture. Pantin désarticulé pouvant tenir dans la paume de sa main, il avait l’apparence d’un scarabé armé de crocs et d’une épaisse queue de scorpion, de quoi le rendre tout aussi dangereux que ses plus grosses marionnettes malgré sa petite taille.

- Tu essaies de t’améliorer à quoi, exactement ?

La question était vague, toutefois, elle faisait référence à son désir de s’améliorer et de devenir plus fort. Si elle connaissait ses techniques de réputation, elle souhaitait tout de même qu’il lui en fasse part lui-même. Il pouvait être désagréable que certains prétendre le connaître alors que ce n’était pas le cas. Et puis, Asami était une femme compréhension au regard empli de compassion pour autrui. Il était donc tout à fait normal qu’elle le ménage un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Jeu 25 Jan 2018 - 16:22
L'alcool est vrai et réel moyen pour savoir la vérité, difficile de mentir quand on est atteint par l'alcool. Pour mon propre cas, je ne compte pas mentir et je ne l'ai jamais fait alors pourquoi commencer dès maintenant ? Dans tout les cas, je bois et je compte surement arrêter avant qu'il ne soit trop tard. Il faut savoir s'arrêter et je commence à arriver à une limite dont je n'avais pas la connaissance auparavant. Enfin... la curiosité m'appelle et j'ai envie d'en savoir un peu plus sur les recherches que peut effectuer la kunoichi, alors je l'interroge dessus.

« Peur ? Je n'ai pas peur. »

Est-ce prétentieux ? Pourtant, je ne me souviens d'aucun moment où la peur m'a paralysé, où la peur m'a terrorisé. Je n'ai pas eu peur quand nous avons été confronté à Yamanaka Ema ou bien Suzuri Kaldea, je n'ai pas eu peur quand j'ai dû affronter deux kunoichi d'Iwa lors de l'examen de chuunin international. Enfin... la peur ne fait pas présente de moi et pourtant, c'est bien celle-ci qui nous fait avancer et devenir encore plus forts. Je ne m'en rends pas compte encore, peut-être plus tard.

Finalement, elle m'avoue en quoi consiste ses recherches : le poison. Rapidement, un sourire élargi apparaît sur mon visage. Le poison, c'est quelque chose que je connais plutôt bien. Lors de mon apprentissage de la nécromancie, un long passage sur les poisons en faisaient parti et j'ai pu me débrouiller pour savoir utiliser au mieux les plantes, les gaz et autres produits qui permettent le poison. Bref, dois-je lui dire ? Pourquoi pas ?

« Le poison, hein... Sais-tu que j'y connais un raton là-dedans ? »

La teinte rougeâtre sur mes joues qui s'approfondit, montrant clairement que l'alcool prend bien possession de mon corps. Je soupire avant de boire à nouveau de mon verre, dépassant clairement mes limites à ce que je peux boire.

« Hmmmm.... La nécromancie, mes capacités d'épéistes... Tellement de choses, tu sais. Et tes recherches ne se basent que sur le poison ? Tu en cherches de nouveau, à en créer ? »

Comme je le fais.... Ne me basant pas sur les poisons inexistants et tentant de créer les miens, ceux qui me correspondent le mieux.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 25 Jan 2018 - 17:17
Courageux ou inconscient ? La belle brune ne saurait dire à l’heure actuelle et se contenta donc simplement de lui avouer son domaine d’études. Les poisons. Un art qu’elle appréciait tout particulièrement, notamment pour la subtilité de ce dernier. Après tout, elle n’allait jamais directement dans le combat. Discrète, elle se tenait à distance, manipulant ses marionnettes pour y faire acte de présence alors qu’ils étaient tous équipés de nombreuses armes et, plus particulièrement, de poisons aussi divers que variés qui se devaient de temporairement neutraliser l’ennemi le temps qu’elle se charge d’eux. Certes était-elle plus efficace en équipe, cependant, elle savait tout de même défendre sa position lorsqu’elle était face à face avec un ennemi.

Et comme ça, lui aussi s’y connaissait. Ce n’était pas rare, c’était bien un fait, cependant, elle n’avait pas connu nombreux à partager son intérêt sur le sujet. Il y avait bien Aburame Shizen, pour qui travaillait-elle au sein de l’institut, qui l’avait reconnu pour ses talents dans le domaine, qu’il s’agisse tant de la confection de poisons que de leur antidote associé. Elle avait donc un point commun avec ce dernier, ce qui n’était pas mal, alors qu’elle n’avait même pas eut besoin de mentir pour y parvenir. Que la simple vérité, de cette facette d’elle qu’elle ne cachait pas au monde.

Accompagnant le jeune homme, elle termina son verre, ses joues légèrement colorées, un sourire aux lèvres, le déposant finalement devant elle, se penchant vers la table pour se faire, soulignant du même mouvement le décolleté qu’elle portait à l’heure actuelle. Le tout en subtilité bien digne d’elle alors qu’il n’y avait rien de calculer, qu’un mouvement parfaitement naturel. S’intéressant à ce à quoi il s’entraînait, elle hocha la tête doucement à sa réponse. La nécromancie. Une technique aussi sombre qu’intéressante, qu’elle souhaitait comprendre. Il y avait de l’intérêt à manipuler pantins et humains, chose qu’elle pratiquait à l’heure actuelle. Quant aux morts ? Elle se demandait surtout où se trouvaient les limites d’une telle habileté.

- J’ai passé des années à tout simplement comprendre toutes les composantes possibles et inimaginables des poisons. Désormais, j’en cré des nouveaux, répertoriant leurs effets, me concentrant aussi sur leurs antidotes.

Elle possédait même un carnet qu’elle avait elle-même écrit où elle avait répertorié tous les composants possibles pour un poison qu’elle connaissait à ce jour, mais surtout, qu’est-ce qu’il faudrait pour le contrer lors de la fabrication d’une antidote. Asami était une demoiselle disciplinée et sérieuse, qui ne faisait jamais les choses à moitié. Elle s’y était longuement investie avant d’en faire quoique ce soit.

- Quant à toi ? Si tu t’y connais dans le domaine, qu’est-ce qui t’intéresse le plus ?

Asami n’était pas de celles qui aimaient parler d’eux. Elle aimait être remarqué, c’était un fait, cependant, elle était aussi modeste, De ce fait, elle s’intéressait bien plus à eux, dirigeant la majorité du temps la conversation vers eux, le tout avec le tact dont elle savait faire preuve.

- Et la nécromancie, hein ? Je comprends mieux ton ascendance divine.

Un rire franc cette fois-ci alors qu’elle relevait la blague d’un peu plus tôt. Elle aussi commençait à être légèrement engourdie par les effets de l’alcool. C’était, du moins, ce qu’elle prétendait être, suivant plus ou moins le rythme du jeune homme qui lui faisait face. Elle ne devait tout de même pas lui donner l’impression qu’il buvait seul. Et puis, a priori, elle semblait plus vieille que lui, mais surtout, elle savoir mieux tenir l’alcool que lui. C’était, du moins, ce qu’elle se disait, alors que ses capacités à lui semblaient affectés, ce qui n’était pas le cas des siennes, malgré ce qu’elle affichait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Jeu 25 Jan 2018 - 17:51
Le poison.... Domaine étroitement lié à la nécromancie, bien qu'avoir lu des chapitres entiers sur le sujet, je n'ai jamais pu savoir ce qui m'intéresse vraiment là-dedans. Poison ou nécromancie, peut-être que finalement, je préfère côtoyer les morts que les vivants. Je ne sais pas vraiment. En fait, je n'arrive pas encore à comprendre comment la jeune femme peut être passionnée par le poison. Peut-être qu'elle est passionnée par les effets qu'une ou autre plante peuvent donner. D'ailleurs, elle me demande ce qui m'intéresse le plus dans le domaine en question. Je ne sais pas, je me permets de réfléchir à ce que j'apprécie là-dedans.

« J'apprécie... d'apprendre des choses. J'veux dire que j'aime le processus de créer un poison et son antidote, de me creuser la tête pour en faire ce que je veux. Paralysante, mort rapide, lente... »

Il y a tout de sortes d'effets pour un poison. Pour le moment, je n'ai pas encore crée de véritables techniques, mais je commence à avoir une idée qui germe dans mon esprit. Associer la nécromancie au poison, ça peut être quelque chose d'intéressant. D'ailleurs, je fais part à cette Tadaoki Asami que la nécromancie est un élément parmi lesquels je souhaite le plus m'améliorer. C'est un peu ce pouvoir qui fait qui je suis. Et, elle s'y intéresse. Qui ne s'y intéresserait pas de toute façon ?

« La nécromancie t'intéresse ? Je peux faire de formidables choses... »

Et peu importe que je me trouve dans un bar, peu importe que ça dérange quelqu'un, je me concentre pour faire apparaître dans une aura noir profonde un petit homme blanchâtre et légèrement putride. L'alcool m'empêche de me concentrer au maximum... alors j'essaye de me concentrer un peu plus, mais rien n'y faire. Finalement, je réduis à néant cette invocation complètement raté d'un point de vue esthétique et puissance (certainement).

« Oups... »

Que je lâche en voyant quelques regards indiscrets posés sur moi... Je finis par rire plutôt gêné de cette démonstration totalement foirée pour le coup.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 25 Jan 2018 - 20:22
Elle n’était donc pas seule à apprécier apprendre des choses. Il s’agissait certainement de l’une des seules choses qui pouvaient sincèrement captiver l’attention de la jolie demoiselle : apprendre. C’était-là l’une des raisons principales pour lesquelles elle avait rejoint l’institut, notamment la branche de recherche, où elle pouvait perfectionner son art tout en apprenant auprès d’autres parfois plus qualifiés qu’elle. Et puis, elle avait, ainsi, accès à des informations, des projets, dont nul ne connaissait l’existence, hormis les membres de l’organisation. De quoi bien évidemment plaire à celle qui était peut-être bien un peu trop curieuse et qui considérait qu’il était tout simplement impossible que d’avoir trop d’information. Être informé, c’était que d’avoir du pouvoir, ce qui était non négligeable pour la manipulatrice.

Sans chercher à être moqueuse, ni méchante, elle éclata cependant de rire alors qu’elle avait observé ses traits déterminés devenir dépités par la démonstration qui n’avait, au final, pas eut lieu.

- Non mais j’te crois hein. Je suis convaincue que tu peux faire des choses formidables ! Elle regarda cependant les deux pichets sur leur table, l’un presque terminé. Avec un peu moins d’alcool dans le sang cela dit.

Aucune critique, qu’un amusement certain de sa part, qui se contenta de remplir à nouveau leur verre. La soirée était à la détente, aux nouvelles connaissances et à la franchise qu’apportait ce breuvage tant prisé de nombreux adultes. Il n’y avait donc aucune honte à poursuivre sur leur lancée, alors qu’elle en vint à se demander si elle aurait à ramener le jeune homme chez elle lors de la fermeture du bar. Si elle considérait son état actuel, elle n’osait pas l’imaginer dans quelques heures. Normalement, elle, elle se porterait encore bien, pour peu qu’elle fasse attention, chose qui ne devrait pas être trop difficile.

- Mais sinon oui, la nécromancie m’intéresse. Je n’ai cependant jamais eu le loisir d’en voir en personne, me contentant de ce qu’il m’était possible de lire à ce sujet. Un sourire amusé. Et je crois que ce soir ne sera pas le grand jour.

Elle le taquinait, s’en amusait, sans jamais être méchante. Son ton était doux, sa voix caressante et son rire léger, tout comme l’éclat enthousiaste qui venait éclairer ses prunelles enflammées. Décroisant les jambes, elle se pencha vers lui, cherchant son attention, comme si elle comptait lui dire un secret ou le mettre dans une confidence quelconque. Elle aussi, à la regarder aller, l’alcool devait avoir fait son petit effet.

- Regarde bien… J’peux aussi faire quelques trucs amusants.

Peut-être pas formidables, mais bel et bien amusant. Glissant sa main sur sa hanche, elle vint ouvrir le petit sac qu’elle portait à la ceinture. Se concentrant, elle dut s’y prendre à deux fois pour jouer le jeu, des fils de chakra à peine visible s’échappèrent de ses doigts de la main gauche, venant se lier à la marionnette se trouvant à sa hanche. Et puis, en une fraction de secondes ou presque, elle bondit sur la table, entre eux deux, sous le sourire enthousiasme de la belle brune.

- Surprise lui souffla-t-elle, bien heureuse de son petit tour.


Dernière édition par Tadaoki Asami le Ven 26 Jan 2018 - 12:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Ven 26 Jan 2018 - 10:19
La déception peut clairement se lire dans mes yeux, je ne sais pas quoi penser de tout ça. L'alcool affecte réellement mes capacités, il faut que je fasse attention à cela à l'avenir. Mon invocation a été totalement rater, alors que je souhaitai montrer à Asami mes capacités nécromanciennes. Alors que celle-ci disparaît, je fais donc comprendre avec une onomatopée que ce ne sera pas pour tout de suite qu'elle aura une démonstration. D'ailleurs, cette défaite me donne envie de boire encore et je bois à nouveau de ce parfait saké, bien que je ne devrais pas et m'arrêter là.

« Probablement... »

C'est même sûr, j'aurais l'occasion de montrer ce qu'est la Nécromancie à cette jeune femme. Lui montrer l'étendue infinie que montre cette pratique je ne maîtrise pas encore en totalité. Je prends à la rigolade ses dires, à vrai dire, je suis déjà dans un piteux état à cause de l'alcool que j'ai déjà bien ingurgité. Des joues légèrement rougies lorsque je constate le décolleté qu'elle me laisse voir, je ne suis clairement pas à l'aise dans ce cas mais je tente de garder un certain sérieux, c'est là bien compliqué.

« La Nécromancie est... un sujet bien secret. Bien gardé, difficile d'en dire plus. »

Sans en dire plus de ma part, je ne peux m'empêcher de garder mes secrets pour moi-même. Est-ce de l'égoïsme ? Je soupire, peut-être dois-je en parler ? Elle peut peut-être m'en apprendre plus que ce que je ne sais déjà. M'enfin... Pour changer de sujet, elle me montrer quelque chose qui attire mon attention. une sorte de scarabée avec une queue de scorpion assez petite de taille qui apparaît sous la table, mais je peux voir la main de la Tadaoki qui s'amuse et qui bouge, je souris. J'ai déjà vu ce genre de performances par le passé...

« Tu es donc une marionnettiste, c'est ça ? »

Comme Katenshedo que j'ai pu interrogé avec le reste du Kyuubu, ou de ce Shizume. Je comprends maintenant pourquoi elle est intéressée par la Nécromancie. Je ne sais pas quoi penser de cet art, car il s'agit plus d'un art qu'autre chose. Créer sa propre marionnette puis la contrôler, toute sortes de choses et fonctionnalités peuvent y être apporter. Mes yeux s'émerveillent face à cette petite merveille.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Ven 26 Jan 2018 - 13:00
Secret. C’était tout ce dont Asami avait besoin de savoir pour être d’autant plus intéressée par l’art de la nécromancie. La jeune demoiselle aimait apprendre, c’était un fait, ne serait-ce que parce que le pouvoir passait très souvent dans le savoir. Et ça, la douce femme le savait pertinemment, elle qui avait appris à manipuler avant même de savoir parler. Elle savait ce qu’elle voulait et avait de nombreuses méthodes pour l’obtenir, elle devrait simplement se jouer de patience, ce qui ne serait un problème. Tout arrivait à point à qui savait attendre, et s’il lui arrivait parfois de forcer le destin, il n’en restait pas moins que ces quelques mots prenaient tout leur sens avec une personne comme la Tadaoki.

Sur la table arriva Konchuu, cette marionnette qu’appréciait tout particulièrement la demoiselle, notamment par sa subtilité et son efficacité. S’il était vrai que Kimera avait une place bien spéciale dans son coeur alors qu’il s’agissait de sa toute première marionnette, sa première partenaire de combat et celle ne la quittant plus depuis, elle portait une affection bien particulière pour celle qu’elle venait de faire surgir sous le nez de son partenaire pour la soirée, alors qu’elle s’avançait doucement vers lui avant de s’arrêter. Puis, elle tomba contre la table, ne semblant plus se tenir sur ses petites pattes, le pantin désormais désarticulé alors qu’elle avait couper les fils qui la maintenait presque vivante.

- Exactement ! Un sourire enthousiaste venant de sa part. Ce n’est peut-être pas aussi classe que la nécromancie, mais j’aime bien.

Parce que, bien évidemment, il y avait un charme propre à l’art d’animer les morts qui se voulait bien intéressant aux yeux de la demoiselle. Peut-être bien parce qu’elle avait été élevé entourée de ces derniers, ceux-ci étant la principale source d’études de la famille Tadaoki. Et puis, il y avait aussi ce besoin de contrôle. Elle qui arrivait à manipuler marionnettes et s’entraînait pour un pouvoir contrôler les vivants, avoir de l’emprise sur les morts faisait partie d’un catégorie à part, voir même peut-être supérieure aux yeux de la belle.

- Je ne crois pas que le sujet soit bien gardé… Du moins, il est possible d’en apprendre beaucoup dans les bouquins et autre, notamment dans notre grande bibliothèque.

Un des endroits qui faisait très certainement la fierté du village caché des nuages alors qu’il se vantait de leur esprit avant-gardiste, l’évolution de la science et des connaissances se voulant primordials pour ces derniers. C’était-là l’une des raisons principales pourquoi les Tadaoki, petite famille qui n’avait rien à envier aux grands clans, étaient venus s’installer au village. Les connaissances.

- Je n’ai jamais rencontré de marionnettiste en personne, autre que moi. Je ne saurais donc dire s’il y a un secret professionnel ou autre dans le domaine.

Elle fit mine de réfléchir, une légère moue s’installant sur ses traits. Il était bien vrai qu’elle avait entendu parler de certains, notamment Katenshedo, nom devenu populaire au sein du village. Toutefois, autre cela, elle avait fait son apprentissage seule et si elle était satisfaite du résultat, elle aurait bien aimer être en mesure de comparer sa puissance, de comprendre où elle en était par rapport à d’autres. Ce n’était cependant pas possible, pas alors qu’il ne semblait y avoir qu’elle à Kumo qui pratiquait cet art. Les poisons semblaient rejoindre plus de gens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Ven 26 Jan 2018 - 14:26
Ce n'est clairement pas comparable, c'est tellement différent. En réalité, j'apprécie énormément les marionnettistes. Aurais-je pu devenir l'un d'entre eux ? Le puis-je encore maintenant ? Il suffit d'entraînement, d'imagination pour le devenir ? Enfin... je devrais éviter de trop m'écarter de mes capacités actuelles. Ébahi face à cette bestiole faite de bois, je finis par diriger mon regard sur sa manipulatrice après que la bestiole soit devenu inactif. Elle a du coupé les liens qui la liaient à elle, c'est donc aussi simple que ça ? Alors que je plonge mon regard dans le sien, ses yeux rouges sang qui m'attirent plus que de normal.

Un sourire vient s'afficher sur mon visage à l'idée de parler d'un sujet que je ne connais que trop bien. Sûrement le sujet où je suis le mieux placé dans le village. La réanimation des cadavres est un jeu d'enfant pour moi, pourtant je sais que je peux encore faire mieux qu'aujourd'hui. Finalement, je soupire avant de lui expliquer.

« Et, tu penses que tout est révélé dans ces livres à la vue de tous ? Détrompe-toi, ce ne sont que des fabulations ces livres. La plupart de ces auteurs n'ont jamais été nécromanciens, n'ont jamais été face à la mort elle-même. »

Je soutiens mon regard sur elle, prêt à lui faire comprendre que ce n'est pas aussi facile d'être nécromant. Qu'il ne suffit pas de lire ces livres à la Grande Bibliothèque pour tout comprendre, maintenant qu'il faut des années voir une vie pour réellement maîtriser cela.

« Enfin. La vraie Nécromancie est bien gardé, je le redis. Libre à toi de me croire ou non. »

J'ai bien lu ces livres, et à part survoler le sujet, il ne parle pas réellement de la Nécromancie profondément. Enfin, nous revenons ensuite à parler du Marionnettiste. Un sujet qui concerne Asami et qui m'intrigue. Elle m'avoue n'avoir jamais rencontré de semblables de sa vie, alors que pour ma part, j'en ai pu en rencontrer quelques-uns.

« La plupart sont de Kaze no Kuni... Mais bon, je suppose qu'il y en a un peu partout dans le Yuukan. D'où t'es venue cette passion pour les marionnettes ? »

Que je lui demande, en repoussant mon verre à moitié rempli de saké encore. Fini la boisson pour moi, je vais me reposer un peu avant de rentrer chez moi, je pense. Je suis sûr que si je me lève, je finirai rapidement la tête la première au sol.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Ven 26 Jan 2018 - 14:56
Il marquait un point. Cela donnait encore plus d’importance à sa personne à mes yeux alors qu’il était peut-être bien la seule personne accessible qui pourrait éventuellement me donner toute l’information dont je pourrais avoir besoin, pour des raisons aussi diverses que variées. Oh, elle ne comptait pas découvrir tous les secrets qu’il renfermait en une seule soirée, elle savait qu’elle n’y arriverait pas. Cependant, la manipulation est un art qui se joue sur le temps et elle était devenue excellente lorsque venait le temps de prétendre. Elle avait tout le temps du monde devant elle pour s’immiscer dans sa vie, naturellement, subtilement surtout, qu’il l’accepte sans trop se poser de question, et qu’il en vienne à s’ouvrir à elle. Elle saurait se montrer patiente, quand bien même userait-elle un peu de l’alcool qui se trouvait devant eux.

Parlant d’alcool, elle enfila le reste de son verre, le reposant sur la table, les joues rouges et les membres un peu engourdi. Son regard était toujours posé sur lui, s’enflammant presque, alors qu’elle portait toujours ce sourire sur ses lèvres. Elle hocha doucement de la tête, signe qu’elle acceptait de le croire, il était très certainement le mieux placé pour parler sur le sujet. La belle brune fut cependant surprise d’entendre parler sur les marionnettistes, et là où devait se trouver la majorité d’entre eux. Kaze no Kuni…

- Je n’ai jamais quitté Kumo, et donc, encore moins Kaminari no Kuni. Il y a encore tout un monde que je n’ai pas encore exploré…

Elle espérait bien en sortir un jour, pouvoir voyager, explorer, même s’il ne s’agissait que dans le cadre d’une mission. Elle qui était dotée d’une forte curiosité, les livres, c’était bien, elle avait cependant ce besoin que d’aller voir par elle-même. Sûrement y arriverait-elle un jour, notamment maintenant qu’elle comptait bien s’investir un peu plus, son titre de genin finalement acquis. Ne manquait plus qu’une équipe pour qu’elle puisse officiellement s’impliquer au sein du village, ce qui ne saurait tarder si elle en croyait le Raikage.

- Ma meilleure amie est une Nara. Ce qui n’était pas totalement faux, bien que ce titre se voulait peut-être trop important pour une femme aussi détachée de ses émotions que pouvait l’être Asami. J’ai été fasciné par leur kagemane et j’ai donc cherché à le reproduire… À ma manière.

Elle eut un léger rire pour finalement créer à nouveau des liens entre sa marionnette et elle-même pour la ramener vers elle, illustrant ses propos. Une belle petite créature dont elle était bien fière, quand bien même n’en était-elle pas aux niveaux des Nara. Ces derniers réussissaient sans peine à prendre le contrôle d’autres êtres vivants, humains pour être plus précis. Alors qu’elle… Elle avait encore du chemin à faire.

- Tu viens de Hi no Kuni que tu as dit, non ? Tu as voyagé beaucoup ?

Elle qui n’était jamais sortie du village, il était normal qu’elle s’intéresse à ce qu’il dise. Elle tendit son autre main, celle qui ne manipulait pas Konchuu, pour se saisir du pichet et remplir à nouveau son verre avant de regarder celui à moitié vide du jeune homme. Elle-même se sentait un peu engourdie, ce qui signifiait qu’elle devait faire un peu attention. Il serait malheureux qu’elle s’emmêle les pinceaux ou laisse entrevoir sa véritable nature, bien que, pour l’instant, elle avait un réel intérêt pour le nécromancien. Il n’en restait pas moins qu’elle se devait de rester vigilante.

- Tu ne t’arrêtes quand même pas maintenant, si ? Elle désigna le pichet qu’elle avait en main. Je ne peux tout de même pas le finir seule !

S’en suivi d’un rire alors qu’elle était à moitié sérieuse. Il était vrai qu’elle ne comptait pas le finir seule, cependant, Asami était trop aimable pour le forcer à boire. Elle le suggérait, tout au plus, avec un sourire amusé et cette flamme chaleureuse dans son regard, alors que ses gestes se voulaient légèrement plus maladroits, ses paroles plus franches et son visage teinté de rouge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Ven 26 Jan 2018 - 15:38
Depuis ma réussite en tant que Genin, affecté alors à l'équipe de Metaru Kahei, j'ai pu visité et rencontrer de nouvelles personnes. Le Yuuka est grand, il me reste tant à voir encore. Le fait de passer Chuunin puis d'augmenter ces échelons va me permettre d'en savoir plus sur la terre qui nous accueilles. Ses secrets et autre, je veux en savoir plus comme toute personne normalement constituée. J'ai tant à voir encore, alors j'imagine ce que c'est pour Asami qui n'est donc jamais sorti du village caché des Nuages. Je ne sais pas du tout si j'aurai pu faire face à ça. Rester coincer dans un village... c'est sûrement pour cela que j'ai décidé d'être shinobi aussi. Pouvoir bouger. Enfin, m'intéressant à la marionnettiste, je lui demande alors d'où lui est venue cette passion. En effet, ce n'est pas quelque chose de commun comme un Metaru qui apprécie tout ce qui est en métal ou d'un Suzuri qui apprécie l'encre.

« Et bien, j'suis impressionné que tu es réussi à faire cela. Seule. »

C'est quelque chose qu'il faut en effet marquer et préciser. Je reste alors quand même réellement impressionné par une telle maîtrise, alors que je continue de rougir quand je vois cette Asami qui s'approche et qui semble réellement intéressé par la conversation que nous avons à l'instant même. A vrai dire, elle n'est pas désagréable à regarder, même si l'alcool y joue pour beaucoup là-dedans.

« Hum, oui. J'ai pu voyagé du Pays du Feu jusqu'ici alors je suis passé par d'autres pays pour y arriver. Comme Tetsu no Kuni, le pays où mon épée a été forgé. »

Et, j'espère pouvoir continuer à voyager, voir du pays encore et encore. Jusqu'à ce que je vieillisse et puisse ne plus bouger les membres de mon corps. Puis, je repousse mon verre, je pense avoir un peu trop bu et je commence à m'en rendre compte. J'ai dû déjà dépassé ma limite, mais elle m'engraine. Sans le vouloir vraiment, je décide de me resservir alors en prenant le pichet et verser du saké dans ma timbale.

« Tu as raison. Ce ne serait pas gentil de ma part... »

Et, je lève ma tête vers elle pour que nos yeux se croisent. Cette attraction que j'ai, de ne plus vouloir la lâcher du regard. Je sens mes joues qui rougissent et que je commence à avoir terriblement chaud. Est-ce donc l'alcool ou elle qui me rend comme ça ? Je ne sais pas...

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Ven 26 Jan 2018 - 16:01
La détermination se veut très présente chez la jeune femme, pour qui baisser les bras n’est pas une option. Si la situation peut sembler impossible, c’est seulement qu’elle n’a pas pris le temps d’analyser toutes les possibilités qui s’offrent à elle. Seule représente Tadaoki a avoir une affinité avec le chakra, elle s’y était intéressée, beaucoup même, cherchant à assouvir son besoin de contrôle tout en s’intéressant au kagemane des Nara. Ce fut à ce moment que le kugutsu s’imposa à elle telle une évidence et elle s’est rapidement laissée charmer par cet art aussi subtile que précis. Une nouvelle fois, elle laissa son pantin tomber contre la table, n’ayant plus de ses fils pour le tenir animé, alors que cela lui demandait tout de même une bonne dose de concentration, quand bien même le faisait-elle bien plus naturellement qu’auparavant.

Il avait donc beaucoup voyagé, ce qui signifiait qu’il avait sûrement beaucoup à raconter aussi. Si la belle était devenue excellente à discuter de banalités avec autrui, il n’en restait pas moins que ces conversations devenaient rapidement lassantes. Elle était une femme intelligente qui aimait en apprendre sur ce qui existait autour d’elle, qu’il s’agisse de ce qui l’entourait que sur les autres. Il était impossible de manipuler sans connaître un minimum sa victime et elle se faisait donc un effort d’en apprendre toujours un peu plus sur les gens qu’elle rencontrait. Ou, tout du moins, de ceux qu’elle considérait comme intéressant.

Se servant un autre verre, elle l’incite à en faire de même et est plutôt satisfaite de voir qu’il mord à l’hameçon. Son regard croise à nouveau le sien, prunelles sombres se confrontant aux flammes ardentes, et il lui est aisé de remarquer le rouge qui colore ses joues et qui ne semble pas venir que de l’alcool qu’il a pu ingurgiter jusqu’à maintenant. Serait-ce son charme qui faisait son petit effet ? Après tout, Asami se savait belle, tout comme elle se savait charmante, aux courbes voluptueuses et au visage fin. C’était sans compter qu’elle était, a priori, une femme intéressante, qui se laissait rapidement emballée par une agréable discussion et qui savait y ajouter sa petite touche d’humour. Un personnage qu’elle avait créé, au fil des années, qui lui avait facilité la tâche de nombreuses fois, lorsque venait le temps d’obtenir la confiance d’autrui.

- Et bien, buvons à ehh… Elle éclata de rire, gentiment, alors que l’alcool semblait aussi avoir son effet sur elle. Je te fais confiance pour trouver une bonne raison.

Elle amène son verre à ses lèvres pour le descendre rapidement, sans toutefois le finir. Elle ferma les yeux quelques secondes, le temps que l’alcool passe, alors qu’elle tentait d’analyser l’effet que cela avait sur son corps. Elle qui en buvait rapidement, elle était aussi dotée d’une très forte constitution, malgré ce qu’elle prétendait. Sûrement dut à sa bonne résistance aux poisons, elle ne saurait dire si cela était lié. Une chose était sûre, elle était bien moins intoxiquée que ce qu’elle prétendait, ce qui n’était pas plus mal. Son esprit n’était toujours pas embrouiller, elle pourrait donc tenir le rythme encore un petit moment, pour peu qu’elle n’abuse pas.

- Ton épée a été forgée spécialement pour toi ?

Elle appuya son coude contre la table, le menton dans ses mains, alors qu’elle s’était légèrement penchée vers lui, ses prunelles ne le quittant pas du regard. Elle était intéressée, et curieuse aussi. Sans chercher à le mettre mal à l’aise, elle cherchait tout de même une certaine réaction de sa part alors qu’il avait toute son attention.

- Parle-moi un peu de toi… À avoir voyagé autant, tu dois certainement avoir vu et vécu de nombreuses expériences.

Asami n’appréciait pas particulièrement être le centre d’attention. D’une oreille attentive, elle préférait de loin en entendre plus de la part de ses interlocuteurs, alors qu’elle ramenait habilement et avec tact la discussion vers eux. Elle était une artiste qui s’exprimait de mots plutôt que de dessins ou peintures, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Ven 26 Jan 2018 - 16:52
Si je dois me taper une vraie cuite et une gueule de bois pour demain matin, autant que ce soit fait avec cette charmante compagnie qu'est Asami. En fait, j'étais parti pour boire seul et penser à tout mes problèmes, la présence de la kunoichi kumojine me permet de ne penser à rien, d'oublier le temps d'un instant mes problèmes. Elle est là une rencontre parfaite et venu au parfait moment. Elle se demande à quoi nous pouvons bien boire pour finalement me laisser choisir, il est vrai que la réponse est toute trouvée pour moi et c'est spontanément que je réponds.

« Buvons à nous, kanpaï. »

Que je dis en trinquant mon verre contre le sien avant de boire de longue gorgées et de finir proprement mon verre comme il se doit. C'est normalement ce que les gens font lorsqu'ils trinquent, puis la boisson que l'on boit est délicieuse. Alors que je pose mon verre vide, la kunoichi se penche vers moi, nos regards ne se quittent pas et elle me demande si mon épée, Elucidator, a été forgé spécialement pour moi.

« Oui, j'avais envie d'une épée. Et, à force d'conviction, j'ai réussi à convaincre une forgeronne du pays à me la confectionner. Elucidator... elle est faite parfait pour ma main et ma manière de s'en servir, je ne pense pas qu'elle irait à quelqu'un d'autre. »

Je souris, cette épée est un véritable cadeau pour moi et j'en prends véritablement soin. Puis, je reste surpris quand elle me demande de parler de moi-même. Parler de mes voyages, de ce que j'ai pu vivre comme expérience... Je suis encore jeune, certainement plus qu'elle pour pouvoir parler de ma propre vie. Mais, soit, totalement sous le charme de la kunoichi, je me laisse aller à quelques bribes de ma vie.

« Hum... Je n'ai pas vraiment d'histoires à raconter, comme je t'ai dit, je ne suis qu'un simple shinobi, ma vie est banale. Peut-être, cette fois où j'ai combattu contre deux Iwajine et où j'ai réussi à triompher. Un combat pas si évident face à deux personnes qui m'ont bien amoché, ou peut-être quand j'ai perdu mon auriculaire. »

Et, je passe ma main devant mon visage et enlève mon gant, lui montrant mon auriculaire sectionné. A ce combat d'il y a quelques mois où j'ai failli perdre la vie à maintes reprises. Mon regard devient rapidement triste, penser à ça me fait tomber dans la morosité où Asami m'a trouvé.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Ven 26 Jan 2018 - 17:28
Il fut donc décidé par le jeune nomme que ce serait à eux, à cette rencontre imprévue, qu’ils buvaient cette fois-ci, et elle se contenta d’un sourire comme toute réponse.

Appuyée sur sa main, elle le dévisagea, curieuse quant à ce qu’il pourrait bien lui raconter, qu’il s’agisse de ses expériences de vie et même de cette épée qu’il avait évoqué. Pour sa part, la demoiselle ne possédait aucune arme, si ce n’était que ses pantins désarticulés. Normalement, elle se tenait loin du champ de bataille, y envoyant ses créations faire acte de présence à sa place. Si elle avait déjà tenue entre ses mains une épée, voir même un sabre à un certain moment, ses capacités étaient plus que très limités alors qu’elle n’en connaissait que la base.

- Et on se demande comment tu as fait pour la convaincre…

Un léger rire alors qu’elle lui adressait un regard entendu, à savoir s’il comprendrait ce qu’elle insinuait ou non. Il n’était pas déplaisant à regarder, du tout même, et puis, il n’était pas ennuyant de discuter avec lui. Était-ce l’alcool qui le rendait si ouvert à la discussion ? Elle ne saurait le dire, alors qu’elle ne l’avait jamais rencontré avant aujourd’hui. Le petit sourire qu’elle affichait pouvait peut-être bien l’aider quant à où voulait-elle en venir, avec cette remarque, qui n’était au final que plaisanterie.

S’agissait-il de fausse modestie ou se croyait-il réellement aussi banal qu’il le disait ? A priori, elle irait pour la seconde option alors qu’aucune malice ne semblait provenir de lui. Et pourtant, il suffisait de se concentrer sur ses capacités pour comprendre qu’il n’était pas aussi banal qu’il le prétendait. Ce n’était pas tout le monde qui était en mesure de ramener, en quelque sorte, des morts à la vie pour les accompagner sur le champ de bataille. Un talent tout à l’honneur du nécromant, donc, qui ne semblait cependant pas seulement se baser sur les compétences de ceux qu’il invoquait à lui, ce qui était bien le contraire d’Asami, qui avait une confiance absolue en ses marionnettes et ne voyait pas l’intérêt de s’équiper d’une arme.

Dans un geste se voulant réconfortant, alors que les nuages souhaitaient faire leur retour, elle posa sa main sur celle du jeune homme, celle qui n’était pas blessée en somme. Elle venait d’initier un contact physique qui n’était là que pour lui apporter support et réconfort, et ce, quand bien même ne savait-elle pas comment réagirait-il. Se braquerait-il au contact ou, au contraire, cela le détendrait-il ?

- Je suis désolée je… Je ne voulais pas ramener de douloureux souvenirs.

Sa voix est douce, légèrement hésitante, alors que l’inquiétude vient éclairer son regard, cette dernière affichant une expression soucieuse. Elle semble même coupable, alors qu’elle est celle ayant amené le sujet, ou, tout du moins, elle était celle l’ayant questionner sur ce qu’il avait pu vivre. Ne manquait cependant plus qu’à voir si elle avait miner la discussion, et donc, par le même fait, cette soirée qui était autrement très agréable ou s’il allait se ressaisir. Elle baissa même les yeux, signe de culpabilité chez elle, alors que ses prunelles regardèrent la table, légèrement mal à l’aise.

- Avoir sut, je ehh… Je suis désolée, vraiment.

Elle se confondait un peu en excuse alors qu’elle n’osait plus lever les yeux vers lui, sa main toujours doucement posée sur la sienne. Il s’agissait d’un danger de la curiosité. Si elle était douée pour obtenir nombreuses informations, il lui arrivait encore de poser les mauvaises questions alors qu’elle apprenait à connaître les gens qu’elle côtoyait. Elle n’était pas infaillible, et puis, rencontrer de nouvelles personnes contenait son lot d’inconnus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Ven 26 Jan 2018 - 18:01
Mes lèvres rougissent instantanément au moment où elle me fait une remarque sur la forgeronne qui m'a fabriqué cette épée spécialement pour moi. Evidemment, j'ai rapidement compris ce qu'elle voulait dire et je ne sais pas quoi dire. Peut-être vaut mieux que je ne dises rien alors ? Juste lui sourire comme réponse, et voilà. Quoique je ne veux pas qu'elle s'imagine des choses surtout que je n'ai rien fait avec cette forgeronne. Bon, c'est vrai qu'elle était jolie à regarder mais j'étais tout jeune au moment de notre rencontre. Quinze ans ou presque ? Je ne sais plus. Enfin, il faut aussi avouer que la situation n'a jamais changé depuis. Tant pis, je souris juste, montrant que je suis gêné avant de me décider à boire un nouveau verre après m'être de suite resservi. D'ailleurs, je ressers le verre d'Asami par la même occasion, qu'elle boive avec moi.

Puis, je repars dans mes travers. Mes pensées sombres, les nuages noirs qui reviennent presque tout aussi rapidement au-dessus de ma tête quand j'évoque mon doigt. Et encore, je n'ai pas évoqué le cas Kahei. Je m'en veux, j'ai l'impression d'être inutile à Kumo. Sa main vient se poser sur la mienne, celle où je n'ai pas été blessé. Je lève ma tête, regardant un instant sa main avant de la fixer du regard, me plongeant à nouveau dans les flammes de ses prunelles. Ce contact me fait d'autant plus rougir que la normale, me faisant presque devenir telle une tomate.

Alors que le silence s'installe profondément pour ma part, je vois qu'Asami s'en veut. Pourtant, elle ne devrait pas. Elle ne pouvait pas savoir, alors je bouge ma main afin qu'elle soit au-dessus de la sienne et de ma main où il me manque un doigt, je lève son menton pour que nos regards se croisent à nouveau.

« Il ne faut pas, tu ne pouvais pas savoir... Et puis, ta présence m'apaise. »

C'est bizarre, mais tellement vrai. Sa douceur m'apaise réellement, me fait voir que la vie est belle, que je peux m'améliorer encore et encore. Oui, son comportement non-verbal me parle. Je finis par boire ce dernier verre d'un trait, et maintenant que le pichet est fini, je me lève mais suis légèrement destabilisé. J'ai du mal à tenir sur mes jambes, je me mets à rire.

« Je l'avais dit, que j'aurai du mal à tenir sur mes deux jambes ! »

Et, je pose ma main sur le rebord de la chaise de la kunoichi tout en posant l'autre délicatement sur son épaule.

« Permets-moi de te raccompagner chez toi. Un membre de Kyuubu se doit d'assurer la protection des siens. »

Une information en plus que je ne lui ai pas dit...

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Ven 26 Jan 2018 - 18:33
Ce n’était pas la première fois qu’on lui faisait ce genre de commentaire, comme quoi sa présence était apaisante. Ce fut donc un sourire contrit qu’elle lui adressa alors qu’il releva son visage vers lui, son regard rencontrant à nouveau le sien. Ce n’était pas de sa faute, c’était bien vrai, toutefois, elle était une femme débordante de compassion et n’avait donc pas pu rester indifférente au mal être apparent du jeune homme. Hochant doucement de la tête, elle semble encore un peu mal à l’aise, notamment de par la culpabilité qui se lit dans son regard. Elle tend ensuite son autre main, celle qui était toujours libre à l’heure actuelle, pour boire du verre qu’il avait rempli de nouveau, le finissant du même coup. Leur pichet terminé, cela la soulagea quelque peu, ignorant combien de temps aurait-elle encore tenue en gardant toute sa tête.

Elle l’observa se lever et ne pu que rire avec lui alors qu’il chancelait sur ses jambes. Elle même n’en mènerait pas plus large, pas alors qu’elle avait supposément une faible tolérance à l’alcool. Ses joues rougissent un peu, plus que précédemment du moins, alors qu’une main se pose sur son épaule. Si Asami n’est pas une femme prude et peu gênée par les contacts physiques, ce masque qu’elle arbore se veut un peu plus réserver.

Ses yeux s’écarquillent cependant à la mention du Kyuubu, alors qu’elle semble désormais impressionnée par le jeune homme. Il ne semblait pas bien vieux, sûrement même un peu plus jeune qu’elle, et pourtant, il faisait parti de la police protégeant le village. Elle trouvait ironique, quoique amusant, qu’elle ait rencontré les trois hommes ayant tenté d’arrêter la Suzuri dans un contexte similaire et que les trois étaient membres du Kyuubu. Comme quoi ils avaient tous des fantômes à venir noyer dans l’alcool. Elle se lève à son tour, elle aussi légèrement chancelante, attrapant alors le bras de son partenaire de la soirée pour s’éviter de retomber sur sa chaise, rigolant doucement.

- Je crois cependant que tu es le plus atteint de nous d’eux.

Pour supporter ce point, elle fait quelques pas, désormais un peu plus solide sur ses jambes, alors qu’il lui avait simplement fallu quelques instants pour reprendre contrôle de son corps. Or, elle poussa légèrement sur l’épaule du jeune homme, cherchant à lui faire perdre l’équilibre pour illustrer ses propos. Rien de bien méchant, toujours un brin moqueur, elle s’assura cependant qu’elle ne tombe pas.

- Me laisseras-tu donc mettre à mal ta fierté de membre du Kyuubu et te proposer de te raccompagner chez toi ? Un sourire amusé, alors qu’ils se dirigeaient vers l’extérieur du bar. Je t’avouerais douter de ta capacité actuelle de faire le chemin seul.

Le ton est léger, comme depuis le début, alors qu’elle semble avoir retrouvé son enthousiasme précédent, effacé quelques instants alors qu’elle croyait être fautive des nuages qui avaient refait leurs apparitions. Et puis, cela permettrait à la jeune femme de se faire une idée dans quel coin pouvait-il vivre. Après tout, elle comptait bien le revoir, bien qu’il ne le savait pas encore, alors qu’il y avait encore trop de chose qu’elle souhaitait apprendre et dont lui seul détenait le secret. S’il n’était pas particulièrement tenté, aux premiers abords, de partager ses techniques concernant la nécromancie, elle s’était déjà mise en tête d’en venir à un jour faire tomber ses barrières.

- Banal hein ? Monsieur est un nécromant, a voyagé beaucoup, remporter des combats et est membre du Kyuubu. Au risque de me répéter, je n’appelle pas ça banal.

Elle semble même presque admirative, alors qu’elle avance à reculons, tournée vers le jeune homme à qui avait toujours son attention la plus totale. Ne manquait plus qu’à savoir dans quelle direction se dirigeaient-ils, bien qu’elle insisterait tout de même pour le raccompagner chez lui, quand bien même cela en serait-il moins galant. Il serait tout de même dommage, alors qu’il était passablement éméché, qu’il soit retrouvé le lendemain dans le fond d’un caniveau. Il détenait beaucoup trop d’information précieuses aux yeux de la belle brune pour qu’elle laisse un accident du genre se produire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Ven 26 Jan 2018 - 18:54
C'est une évidence maintenant, l'alcool n'est clairement pas pur moi et je compte bien éviter de tomber là-dedans plus qu'il n'en faut. Après tout, je suis jeune, trop jeune même, pour devenir un alcoolique. Boire de temps à autre peut faire du bien et peut amener de bonnes chose, je le concède. Aujourd'hui, j'ai pu rencontré Tadaoki Asami et c'est une rencontre fort intéressante que j'ai faite là. La reverrai-je ou non ? Le village est grand, mais maintenant que je sais qu'elle est une kunoichi et son nom, il sera plus facile pour la retrouver et la revoir. Je reste confiant. Enfin, pour le moment, la soirée est loin d'être finie encore. Je mets un peu de temps avant de pouvoir trouver le bon équilibre sur mes jambes tremblantes, me demandant si elles arriveront à supporter mon poids.

Au final, tout est bon. Enfin, jusqu'à ce que la kumojine me pousse légèrement de l'épaule et me fait perdre l'équilibre. Je tends mes bras et arrive à rattraper mon équilibre et ne pas tomber. Ouf. Enfin, je me donne tout de même un peu en spectacle. Je me mets à rire malgré tout quand je vois le sourire ravissant d'Asami alors qu'elle propose plutôt que ce soit elle qui me raccompagne, au vu de mon état et sans abuser de ma fierté. Je fais mine de réfléchir.

« Hum... J'suis sûr d'y arriver quand même. »

Et, nous quittons tout deux le bar où nous sommes pour marcher dans les ruelles sombres de Kumo, seulement éclairée par une partie de la lune. Elle vante mes mérites, me disant que je suis loin d'être banal. Mais, je préfère me dire que je suis quelqu'un de simple... Il y a mieux. Je pense évidemment à Kahei ou encore Shuuhei. Suzuri Kyoshi, mon élève, n'est pas banal, son niveau est hallucinant à son âge.

Je finis par trébucher, me rattrapant presque au dernier moment pour ne pas me viander au sol. Je me relève et m'arrête un instant, passant ma main derrière ma nuque.

« Je crois que j'vais accepter ta proposition... Enfin, j'n'peux pas t'laisser rentrer seul chez toi après que tu m'aies raccompagné. »

C'est vrai, c'est malpoli et dangereux même si je ne doute pas qu'elle peut se défendre toute seule en tant que kunoichi. Toutefois, je ne peux pas la laisser rentrer seule, sans protection.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

mauvais ou bonne rencontre ? (Tadaoki Asami)

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: