Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

mauvais ou bonne rencontre ? (Tadaoki Asami)

Aller à la page : Précédent  1, 2

Ven 26 Jan 2018 - 19:18
Sans oublier Konchuu, le glissant dans le petit sac qu’elle tenait à la ceinture, elle se dirigea vers l’extérieur, surprise d’entendre que le jeune homme était membre du Kyuubu. Le voyant s’avancer, peu solide sur ses jambes, elle lui offrit avec toute la bonté du monde de l’accompagner chez lui, pensant notamment à sa sécurité. Si le village n’était pas tout particulierement dangereux, il n’en restait pas moins qu’il ne semblait même pas en état de rentrer seul, et ce, même si rien ne venait interférer avec son objectif. Elle hocha donc de la tête alors qu’il insistait qu’il serait en mesure d’y arriver seul, lui attirant un sourire amusé et un regard sceptique. Il ne fallut pas plus que quelques instants pour qu’il manque de trébucher, se rattrapant de justesse, soulignant les propos qu’elle avait eut un peu plus tôt.

Bien évidemment, elle éclata de rire, encore, s’arrêtant alors que l’amusement et une lueur d’inquiétude se lisaient sur son visage. Après tout, elle craignait tout de même qu’il se blesse dans un état pareil. Aligner ses pas l’un devant l’autre semblait être une tâche particulièrement ardue pour lui. Un peu difficile pour la belle blonde, cependant, les deux bras levés de chacun de son corps, elle avançait avec prudence, un peu comme si elle marchait sur un fil de fer, alors qu’au final, elle cherchait surtout à préserver son équilibre soi-disant précaire.

- Je te suis alors !

Il avait finalement été convenu qu’elle l’accompagnerait chez lui, quand bien même ne semblait-il pas particulièrement à l’aise de la laisser faire le chemin du retour seule. Ou était-ce là une invitation timide ? Elle n’aurait pu le dire, cependant, la tentative en était presque adorable. Lui faisant toujours face, elle fit mine de prendre une position de combat assez fragile avant de rire, encore. Elle qui déjà avait le ton léger et l’humour facile, alors qu’elle avait ingéré beaucoup plus d’alcool que nécessaire, un peu tout et rien l’amusait. Elle avait l’alcool joyeux, de ce qu’elle prétendait, c’était beaucoup plus agréable que de se mettre à pleurer, par exemple.

- Ne t’inquiète pas pour moi, je suis faite forte ! Et puis, pour l’instant, on va surtout se concentrer de te ramener chez toi, sain et sauf, de préférence sans que tu ne rencontres le sol, ça te va ?

Elle le laissa donc prendre les devants, se laissant guider, alors qu’elle le suivait de près, ne cherchant pas à le perdre, et ce, quand bien même les rues étaient-elles désertes. Beaucoup avaient déjà regagner leur domicile et, pour les autres, ils se trouvaient sûrement dans l’un des nombreux bars du village.

- Et sinon, tu es membre du Kyuubu depuis longtemps ?

Parce qu’elle s’intéressait à lui, bien évidemment, elle souhaitait donc en apprendre plus sur lui. Sans compter qu’il avait lui-même soulever le sujet. Toutefois, presque immédiatement après, elle s’arrêta, levant la main pour attraper son bras et le forcer à en faire de même. Son regard était rivé sur la petite rangée de yatai qui se trouvait dans une petite rue perpendiculaire, sur leur droite.

- Je veux des takoyakis.

Son ton se voulait presque impératif alors qu’elle ne lui laissait pas le choix de faire ce petit détour. Elle ramena son regard vers lui, ses prunelles enflammées rencontrant les siennes plus sombres, le suppliant presque de se plier à sa requête qui n’en était pas tout à fait une.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 27 Jan 2018 - 16:22
A ce moment-meme, il est inconcevable pour moi de me faire raccompagner par une femme. Est-ce une fierté mal placée ? Je ne sais pas, j'ai envie de me montrer un peu gentleman pour cette soirée même si je ne l'ai jamais été. Il faut avouer aussi que j'ai été rarement en compagnie de femme alors je n'avais aucune occasion de l'être réellement. Toutefois, c'est différent ce soir. Tadaoki Asami mérite que je le sois, nous commençons donc à marcher mais rapidement... je manque de tomber au sol tête en première en trébuchant, me rendant compte que mon état laisse à déplorer. Je ne suis clairement pas en état de rentrer seul, je me rends compte et je regarde cette nouvelle connaissance pour accepter finalement qu'elle me raccompagne jusqu'à ma demeure.

Enfin, je lui fais aussi part du fait qu'il serait fâcheux à ce qu'elle rentre seul après m'avoir raccompagné. Comment le prend-t-elle ? Déjà, elle me dit qu'elle est assez forte pour se défendre seule et qu'il vaudrait mieux que je rentre déjà moi-même sain et sauf. J'hoche seulement la tête de bas en haut, continuant de marcher à ses côtés, répondant calmement à sa question (enfin, tentant de ne pas tomber une nouvelle fois).

« Seulement quelques mois... C'est le Raikage qui m'a recommandé, mais je dois faire mes preuves encore. »

Il faut dire que depuis Kaldea, je tente le tout pour me démarquer. Je sens à nouveau un contact physique avec la kunoichi, sa main attrapant mon bras pour m'arrêter dans ma marche. Je tourne ma tête vers elle, cette-dernier me disant qu'elle souhaite des takoyakis. Un silence s'installe alors que je vois l'étal où ils vendent la nourriture, je me mets simplement à rire alors.

« OUAIS ! J'ai faim ! »

Que je m'exprime avec une voix enfantine. Je me dirige alors presqu'en courant et pas droit du tout jusqu'à l'étal pour me prendre une brochette et en prendre une pour Asami.

« Délicieux... »

Que je murmure en mangeant le takoyaki que j'enfoure dans ma bouche. Mes joues sont toujours autant rougie par l'alcool et la présence d'Asami, je regarde longuement dans les yeux la brune.

« Tu veux venir chez moi ? »

Oh, l'alcool me fait dire des choses que je ne dirais pas en temps normal...

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Sam 27 Jan 2018 - 18:24
Recommandé par le Raikage ? Un sourire étira ses lèvres alors que ses pensées se tournèrent vers le Metaru, à qui était-elle venue réclamer une équipe, quelques temps auparavant, laissant sous-entendre qu’elle ne voulait que le bien du village. L’avait-elle cru ? Pas du tout. Toutefois, qui le croirait, s’il en venait à dénoncer la noirceur de son esprit ? Personne. Asami était beaucoup trop douce, beaucoup trop aimable, pour que quiconque en vienne à douter d’elle. Et puis, leur histoire lui causerait certainement plus de tort à lui qu’à elle.

S’étant arrêtée dans sa marche, elle fit mine d’être absorbé par quelque chose à leur droite, soit la rangée de yatai s’y trouvant. Et puis, elle se devait d’admettre qu’elle avait faim. Ce fut donc pour cette raison qu’elle le retint par le bras, lui demandant simplement, ou exigeant plutôt, qu’ils s’y dirigent. Si elle savait que ce genre de nourriture n’était pas bon pour sa ligne, notamment parce qu’elle entretenait avec grand soin sa silhouette, une fois de temps à autre ne pouvait pas faire de mal. Elle eut un rire, léger, à la réaction de ce dernier, qui semblait fort enthousiaste de sa proposition. Elle le regarde s’y diriger rapidement, fronçant légèrement les sourcils alors qu’il manque de tomber à plus d’une reprise, sa démarche n’étant plus du tout droite.

Elle le rejoint d’un pas tranquille, toujours ce sourire au lèvre, rigolant même un peu, acceptant la brochette qu’il lui tend en murmurant un merci. S’était-elle attendue à ce qu’il lui offre ? Peut-être bien un peu. Toutefois, contrairement à ce que beaucoup pourraient penser, ce n’était pas dans sa nature que d’abuser des autres, ou du moins, financièrement parlant. Asami possédait de nombreux défauts, toutefois, elle n’était pas une femme vénale.

- Merci… J’commençais vraiment à avoir faim !

Son regard se dirige même sur les autres stands alors que les odeurs parviennent à ses narines. Cette brochette ne suffit qu’à lui ouvrir l’appétit. Une question lui vint cependant de la part de son partenaire du moment et elle releva donc son visage vers le sien.

- Ce n’est pas déjà par-là que l’on se dirige ?

L’innocence… Elle lui adressa un regard curieux, fronçant légèrement les sourcils, comme si elle demandait sincèrement où voulait-il vraiment en venir avec tout cela. Après tout, c’était déjà la direction qu’ils prenaient alors qu’Asami avait décidé qu’il était tout simplement hors de question qu’il fasse la route seule, alors qu’il était passablement beaucoup plus éméché qu’elle.

- Tu as envie d’une crêpe ?

Elle pointa le stand un peu plus loin, qui servait encore quelques clients. Comme il s’était agit d’une demande cette fois-ci, sa voix se montra légèrement plus mielleuse et son expression persuasive, alors qu’elle lui faisait les beaux yeux pour qu’il se plie à sa requête.

- Avant que l’on rentre chez toi. ~

Avait-elle accepté son invitation ? Pas tout à fait. Pour elle, cela lui semblait être l’évidence, qu’ils se rendaient là-bas. Avait-il eut d’autres idées ? Probablement, et Asami s’en amusait, de jouer la jeune demoiselle innocente, qui ne voyait pas où est-ce qu’il voulait peut-être en venir. Qu’avait-il fait pour mériter un tel traitement ? Pas grand chose, si ce n’était d’être seul alors qu’Asami avait eut besoin de se changer les idées et chasser cette solitude. Peut-être avait-il seulement eut le malheur de posséder des compétences et des connaissances qui intéressaient tout particulièrement la brune. Autre cela, elle s’amusait seulement de ses réactions, feignant l’innocence alors qu’elle s’était à nouveau emparer de son bras dans l’idée de l’amener vers son objectif : les crêpes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Lun 29 Jan 2018 - 12:12
Avec tout l'alcool que j'ai ingurgité, je ne suis pas étonné d'avoir autant faim. Je me dis que la nourriture compenserait ce manque, et puis dissiperait un peu les effets de l'alcool. Je ne sais pas, mais j'ai surtout l'impression de mourir de faim actuellement et nous nous dirigeons vers les étals de nourritures en tout genre. Nous commençons par manger les takoyakis que j'ai acheté, tout en offrant un à Asami. Elle aussi commençait à avoir faim, il faut dire que l'alcool nous a bien eu pour les coups, à tout les deux. Et pour je ne sais quelle raison, je me vois lui proposer à ce qu'elle vienne jusque chez moi. Genre, dans ma maison. Elle joue les innocentes, je souris comme un idiot.

« Ehm... Je... Oui... »

Je bafouille avec une petite voix, me retrouvant rapidement gêné par la situation. Je n'ai clairement pas l'habitude de ce genre de choses, de ce genre de moment. Et, j'ai cette petite impression que cette nouvelle connaissance l'a remarqué et en joue un petit peu. M'enfin, elle propose que l'on mange une crêpe avant qu'on aille jusqu'à chez moi, je me vois rapidement rougir. Ne sachant pas comment réagir, je me laisse emporter par la brune aux yeux rouges jusqu'au stand de crêpe et je regarde le marchand.

« Une crêpe au chocolat et... »

Je pose mon regard sur la fille, ne sachant clairement pas ce qu'elle voulait alors je la laisse demander ce qu'elle veut. En attendant, je pose les pièces sur le comptoir et je regarde le ciel étoilé. Il doit être tard maintenant.

« C'est trop bon, je crois qu'on possède les meilleures crêpes du Yuukan. »

Que je dis alors que je viens tout juste de prendre un morceau de ma crêpe encore chaude. Je préfère quand c'est un peu chaud encore, je n'aime pas les crêpes froides. Ou du lendemain. Alors que nous mangeons, je commence à marcher jusqu'à ma maison.

« J'habite à cinq minutes, d'ici. »

Que je dis en montrant la direction de ma main, puis je commence à marcher. Pas droit comme tout à l'heure, la nourriture n'a rien arrangé finalement. Je continue à manger ma crêpe.

« Je pense qu'un chocolat chaud ou un café nous ferait du bien. Peut-être un thé, oui, un thé c'est bien. »

L'alcool me fait parler. Trop parler et surtout pour rien.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 29 Jan 2018 - 12:54
Les crêpes avaient donc gagnées et elle lui adressa un ravissant sourire, s’avançant avec enthousiasme jusqu’au stand. Plantée devant le menu, alors que lui semblait déjà savoir ce qu’il voulait, elle observa avec attention ce qui se présentait à elle. Avait-elle dit qu’elle faisait attention à sa ligne ? Elle se contenta donc alors d’une crêpe aux fruits avec de la confiture, de quoi la faire se sentir mieux dans ses choix que si elle s’était contentée du chocolat. Ce n’était sûrement pas mieux, au final, toutefois, c’était dans le mental que tout cela se jouait, non ? Son commentaire lui arrache un sourire alors qu’elle rigole doucement, prenant elle aussi une bouchée de la crêpe qu’elle tient entre ses doigts délicats.

- Je ne saurais dire… Elle n’était jamais sortie du village. Mais il est vrai qu’elles sont excellentes. Je te fais confiance Shôran !

Il commence à marcher et elle se retrouve donc à lui emboîter le pas. Connaissant le village comme sa poche alors qu’elle y avait été élevée, il lui est facile de se repérer. Il ne lui serait donc pas bien difficile de se souvenir d’où il vivait. Cela était-il important ? Quand même, un peu. Asami aimait tout simplement en savoir le plus possible sur ces quelques personnes qui attiraient son attention, le nécromancien en faisant bien évidemment parti. Elle l’écoute donc parler, amuser de ce qu’il raconte, et ce, quand bien même ce n’est rien de très pertinent. Il est incroyable de voir l’effet que l’alcool à sur les gens, mais surtout, de savoir qu’ils continuent d’en boire malgré tout.

- Du thé.

Elle avait exprimé son choix sur ce qu’il venait de proposer. Elle avançait toujours à ses côtés, la tête légèrement relevée vers lui alors qu’il était un peu plus grand qu’elle, d’à peine quelques centimètres.

- Ou, enfin, si tu n’y vois pas d’inconvénient. Je trouve seulement le café trop amer…

Quant au chocolat chaud, il y avait une bonne raison pour laquelle elle n’avait pas opter pour la crêpe au chocolat. Parlant de cette dernière, elle observa ce que le jeune homme tenait dans ses mains, inclinant doucement la tête sur le côté.

- Je peux en avoir un morceau ?

Évidemment qu’elle se serait laissé tenter, et ce, malgré qu’elle cherchait à avoir bonne conscience. En échange, elle tendait déjà celle qu’elle tenait entre ses doigts vers ce dernier, toujours en battant joliment des paupières, tentant de le convaincre avec sa légère moue, et ce, malgré ce large sourire qui venait étirer ses lèvres et éclairer ses prunelles de flammes.

- Et puis, cela n’embêtera pas personne ?

Elle ne trouva pas nécessairement de préciser sa question, alors qu’elle aurait peut-être dut. Cependant, aux yeux de la jeune Tadaoki, celle qui se voulait normalement, de ce qu’elle affichait, avoir la tête embrumée par l’alcool qu’elle avait ingurgitée, il lui semblait être l’évidence même qu’elle évoquait cette offre qu’il lui avait fait, à savoir de venir chez lui. Il s’agissait surtout d’une manière facile et subtile, pour elle, que de savoir, de façon totalement désintéressée, s’il vivait avec d’autres ou s’il était en couple, bien qu’elle doutait fortement de la seconde option, si elle considérait ce qu’elle avait aperçu ce soir. Quant à s’il avait des colocataires… Manquait plus qu’à espérer qu’elle ne les ait jamais connu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Lun 29 Jan 2018 - 14:41
Même si le Pays du Feu avait été plonger dans une terrible guerre civile, il y avait quelques villages qui ne s'arrêtaient pas de vivre à ce moment-là et ainsi, c'est là-bas que j'avais pu mangé ma toute première crêpe puis durant le voyage jusqu'à Kaminari no Kuni où j'ai pu en mangé des tonnes d'autres. Étonnamment, les meilleures sont celles du village caché de Nuages et je ne doute pas de moi lorsque je le dis, d'ailleurs le fait qu'Asami me fasse confiance sur ce point là me touche énormément. Nous commençons donc à marcher tout en profitant de nos crêpes respectives, je lui indique que j'habite à cinq minutes d'ici et que l'on pourra consommer une boisson chaude et je lui énumère un peu tout ce qu'il y a dans mon appartement.

« Oui, mais tu as raison, le thé, c'est meilleur. J'ai tout type d'infusions, on aura un vaste choix. »

Je réponds tout sourire, optant également pour le thé. Elle me demande ensuite un morceau de ma crêpe en faisant une moue et clignant des paupières ce qui me fait instantanément rougir. Ouais, je tombe clairement sous le charmant, l'alcool aidant gravement pour le coup. Tout sourire, je lui tends ma crêpe alors que je prends la sienne pour en prendre un morceau. C'est parfait avec de la confiture de fruit, un bon mélange. Elle me demande ensuite si nous dérangerons personnes chez moi, j'hoche la tête négativement et très vivement.

« J'habitais avec mes parents jusqu'à la fin de l'année dernière, mais j'ai enfin pris un appartement pour moi, il était temps j'crois. »

Parce que je vieillis et je n'ai pas envie de finir jusqu'à une éternité chez papa et maman. Puis, j'ai déjà presque vingt-ans et je touche mon propre salaire maintenant que je suis shinobi et en plus au Kyuubu. Alors, la kunoichi n'a pas à s'inquiéter de cela. D'ailleurs, nous arrivons devant l'entrée de mon appartement, j'ouvre la porte pour la laisser entrer en première.

« Bienvenue chez moi ! »

Heureusement, je suis quelqu'un d'assez ordonné et plutôt maniaque alors tout est rangé dans l'appartement. Seuls quelques livres sont disposés sur la table au centre de la pièce central de l'appartement. Généralement des livres sur la stratégie militaire. Je m'en vais en cuisine pour sortir deux tasses et y disperses à l'interieur quelques plantes avant d'y verses de l'eau bouillante.

« Tiens, c'est mon invention. »

Que je lui dis en lui tendant une tasse assez chaude.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 29 Jan 2018 - 15:17
La demoiselle était bien ravie d’entendre que son choix du thé faisait l’unanimité. Voilà qu’elle avait imposé les takoyakis et les crêpes, elle préférait ne pas trop en faire non plus. Pas tant qu’elle se souciait de ce qu’il pouvait bien en penser, cependant, elle jouait ce rôle qu’elle endossait depuis tant d’années maintenant et si elle prétendait être sous les effets de l’alcool, elle se devait de garder ce côté adorable de sa personnalité. Celui qui faisait actuellement rougir le jeune homme, alors qu’elle souhaitait avoir un morceau de sa crêpe, ce sourire sur les lèvres et son regard dirigé vers lui. Son visage s’éclaira même plus que précédemment alors qu’il acceptait de partager de sa crêpe alors qu’elle lui tendait la sienne. Elle en viendrait presque à regretter son choix.

L’écoutant parler, elle en vint à se dire la même chose. Elle qui vivait actuellement toujours chez ses parents commençait à ressentir le besoin de voler de ses propres ailes. Après tout, elle approchait le quart de siècles et donc… Certes, vivre chez ses parents était beaucoup plus facile alors qu’ils n’étaient que trois dans une vaste maison et qu’ils lui laissaient tout l’espace dont elle avait besoin avec un sincère respect pour sa vie privée. Et puis, elle avait ainsi accès au laboratoire des Tadaoki, situé à l’arrière de la maison. Cependant, alors qu’elle souhaitait s’impliquer davantage dans sa vie de kunoichi, elle souhaitait avoir son endroit à elle. Il lui faudrait s’attarder plus longtemps sur la question, à un autre moment, alors que pour l’instant, son regard était dirigé sur le nécromancien qu’elle talonnait, se dirigeant chez lui.

Entrant la première, elle retira ses chaussures avant de s’avancer dans l’appartement, regardant curieusement autour d’elle. Elle l’observe quitter pour la cuisine sans trop savoir quoi faire. Elle prend donc l’initiative d’aller s’asseoir sur le sofa, se penchant vers les livres se trouvant sur la table. Finissant sa crêpe, elle décide de prendre par la suite l’un des livres pour l’observer, y tournant distraitement les pages. Asami avait toujours apprécier apprendre.

- Ton invention ?

Elle dépose le livre là où elle l’a trouvé, fronçant légèrement les sourcils en attrapant la tasse qu’il lui tend, l’apportant près de son visage pour en humer le parfum. Ce n’est pas désagréable et c’est donc pour cela qu’elle lève un regard curieux vers le jeune homme.

- C’est charmant, chez toi.

Son regard traîne un peu autour d’eux alors qu’elle chercher à en apprendre un peu plus sur lui selon son mode de vie. La première chose qui la frappe est bien évidemment la propreté de l’endroit tandis que tout est en ordre. Un peu comme elle, notamment dans son laboratoire, où tout se doit d’être rangés de façon impeccable. Par la suite, elle chercha rapidement, subtilement, un indice laissant sous-entendre une présence féminine en ces lieux, ce qu’elle ne trouva bien évidemment pas, venant la conforter dans l’idée qu’elle s’était faite. Non pas qu’elle se souciait de ruiner des couples, pas le moins du monde, cependant, avec ce dernier, alors qu’il détenait nombreuses informations qu’elle souhaitait éventuellement posséder, elle comptait bien jouer le jeu encore longtemps pour l’attirer dans ses filets. Que ce soit demain, dans une semaine ou dans trois ans, elle saurait se montrer patiente.

- Pourquoi tous ces livres militaires ?

Elle revint poser ses prunelles enflammées sur le principal concerné, venant croisé son regard. Le sourire qu’elle lui adresse est doux tandis que ses joues sont toujours rouges et ses gestes légèrement engourdis. Portant finalement la tasse à ses lèvres, elle se retrouve confrontée à un liquide encore trop chaud pour la consommation, la faisant sursauter et l’amenant à lâcher la tasse. Malgré sa tentative de rattraper le coup, cette dernière vint s’écraser avec fracas contre le sol face au sofa.

- Non ! qu’elle s’exclame, comme si cela aurait pu empêcher la tasse de connaître son funeste destin. Je… Je suis désolée !

Maladroite Asami était de retour, alors qu’elle levait un regard désemparé vers le maître des lieux, jusqu’à se lever précipitamment, trop rapidement pour l’état dans lequel elle était supposée se trouver, la forçant à tanguer légèrement sur ses longues jambes.

- Où est-ce que je peux trouver quelque chose nettoyer ??

Après tout, c’était de sa faute. Faisant un pas vers l’avant, impatiente, elle ne vint cependant à s’enfoncer un morceau de la tasse brisée dans le pied, lui arrachant un hoquet de douleur alors qu’elle s’arrête dans son mouvement. Bien évidemment. Elle n’aurait qu’à blamer sur l’alcool.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Lun 29 Jan 2018 - 16:40
Je mélange énormément de plantes et d'herbes pour créer un thé assez spécial, y mettant même une partie de gingembre. Sans arrière-pensée, j'ai juste envie de créer une nouvelle recette qui peut s'avérer très bonne. Alors que j'infuse le tout avec de l'eau bouillante, je renifle les deux tasses avant d'en passer l'une d'entre elles à Asami. L'odeur est bonne, je pense qu'il s'agit là d'un bon thé préparé, même si mon cerveau est largement embrumé par l'alcool. Lorsque je reviens à la pièce principale, je retrouve la brune en train de feuilleter un des livres qui étaient posés sur la table. Je lui remets la tasse de thé, lui disant que c'est mon invention.

« Oui, j'ai mélangé quelques plantes pour faire quelque chose de nouveau. Et, merci... »

N'ayant pas l'habitude de recevoir des compliments et surtout d'amener des gens dans mon nouvel appartement, je dois avouer même que Asami est la première personne à y mettre les pieds en dehors de mes parents. Bref, alors que je vais pour m'asseoir à ses côtés sur le canapé assez grand, la kumojine me demande alors pourquoi j'ai tout ces livres militaires. Haussant seulement les épaules, je réponds alors avec un sourire.

« Je cherche à monter de grade et ne pas stagner, alors... il faut que j'apprenne un peu tout ce qui concerne ça. Après tout, être shinobi c'est être un soldat. »

Et, c'est pas faux, rien que la hierarchie montre clairement que nous sommes des soldats. Les missions et le reste, il faut comprendre donc que je cherche à viser les sommets. Moi, un homme banal. Pas le temps de continuer cette discussion, Asami fait tomber sa tasse et celle-ci se brise en plusieurs morceaux. En même temps, elle et moi nous levons.

« Non, bouge p... »

Pas le temps de finir ma phrase, quand elle bouge son pied, ce-dernier se plante dans un bout de la tasse. Je l'invite à retourner s'asseoir en me dirigeant vers la cuisine pour prendre un bandage, de l'alcool et de quoi nettoyer. Me dirigeant vers elle, je nettoie en premier lieu tout ce qu'il y a au sol et ramassant les bouts de tasses, je regarde Asami et prend son pied sans lui demander son avis. Je nettoie la plaie, passant de l'alcool sans me dire qu'elle peut avoir mal par rapport à ça et j'enfile le bandage autour de son pied.

« Tu vas bien ? Tiens, prends mon thé... »

Que je lui propose, en lui tendant ma tasse.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 29 Jan 2018 - 17:32
La tasse entre ses petites mains, elle la garde non loin d’elle, en appréciant les effluves, tout en s’intéressant aux quelques livres qui se trouvent sous ses yeux. Le membre du Kyuubu ne souhaite donc pas en rester là et compte bien progresser au sein du village et auprès des autres shinobis. De l’ambition. C’était peut-être ce qui lui manquait, un peu, alors qu’au final, elle ne vivait que dans l’optique de se divertir. Si elle était devenue shinobi, c’était tant pour suivre la Nara qui lui servait d’amie, pour ce que ça voulait dire à ses yeux, que pour l’attrait du danger. La routine et la monotonie du train-train quotidien ne convenaient décidément pas à la belle brune qui avait un besoin plus urgent d’adrénaline.

Portant la tasse à ses lèvres, elle hocha doucement de la tête à ses dire, souhaitant cependant goûter au thé avant de lui répondre. D’un geste calculé qui se voulait toutefois naturel, elle se brûla légèrement la langue, l’amenant à lâcher la tasse qu’elle tenait quelques instants plus tôt, l’envoyant s’écraser contre le sol. Évidemment qu’Asami n’avait pas bu autant et donc, cet accident n’en était pas tout à fait un. Toutefois, elle était connue pour être un brin maladroite, notamment avec un coup de trop dans le nez, et donc, c’était le genre de chose qui se devait d’arriver en sa compagnie.

Ce fut donc en se levant précipitamment tout en se confondant en excuse que la belle en vint à poser le pied sur un morceau de la tasse éclatée, se l’enfonçant douloureusement dans le pied. L’exclamation de douleur provenant d’elle n’était qu’une formalité alors que la douleur ne l’avait jamais ennuyé, bien au contraire. Toujours à la recherche d’adrénaline, il n’y avait que lorsqu’elle avait mal qu’elle se sentait vivante. Forcée à reprendre place sur le sofa, elle fixa le sol, légèrement honteuse, attendant qu’il revienne. Si elle avait tendu une main pour qu’il lui donne ce qu’il était aller chercher alors qu’elle comptait s’occuper de sa blessure, le jeune homme en sa compagnie semblait avoir une idée bien différente en tête.

- Non mais je peux m’en charger… C’est de ma faute après tout, j’ai tout renversé et j’ai brisé ta tasse avec tout ça.

La culpabilité se faisait entendre dans sa voix alors que son regard se voulait toujours légèrement inquiet. Or, elle ne cherchait pas son regard, le fuyant presque même, se sentant légèrement mal à l’aise. Elle le laisse faire, grinçant légèrement alors que l’alcool passe sur le plaie. Si elle avait connu bien pire que cela au cours des dernières années, certaines de ces blessures dans un cadre bien particulier, elle se devait tout de même de rester discrète sur ses quelques aventures, et ce fut donc pourquoi elle poussa un long soupire une fois le traitement de sa blessure terminé.

- Je suis sincèrement désolée.

Et toute sa sincérité se veut parfaitement visible dans son non-verbal alors que ses prunelles enflammées rencontre son regard plus sobre, son sourire ayant disparu de ses traits fins pour ne laisser place qu’à ce léger malaise qu’elle avait d’avoir réagi ainsi, le forçant à s’occuper d’elle et brisant même sa belle tasse.

- Non mais ce n’est pas nécessaire. Elle agite légèrement les mains devant elle. Je ne veux pas en plus te priver de ton thé. Ce serait vraiment ingrat de ma part.

Quand bien même n’a-t-elle pas eut le loisir de goûter le sien, ne pouvant qu’apprécier les bonnes odeurs, Asami ne voulait tout de même pas le priver du sien, et donc, se contenterait de… Et bah rien, alors que sa tasse avait rencontré rapidement le sol.

- Pourquoi avoir rejoint le Kyuubu ?

Elle tente de changer de sujet, et ce, malgré l’expression qui plane sur son visage. Si elle lui adresse un faible sourire, il est tout à fait possible de lire les émotions qui s’y cachent, à savoir un certain malaise dus aux deriers événements et l’accident dont elle était responsable.


Dernière édition par Tadaoki Asami le Mar 30 Jan 2018 - 0:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Lun 29 Jan 2018 - 18:08
Rapidement, je me transforme en chevalier servant. Malgré l'alcool, je réussis pleinement à nettoyer le sol et ramasser les bris de la tasse en céramique, tandis qu'ensuite, je panse la plaie au pied d'Asami. Bizarre pour un premier rendez-vous, enfin si l'on peut qualifier ce moment-là de rendez-vous puisque nous nous sommes rencontrés en début de soirée dans un bar assez discret et miteux. En tout cas, je finis par m'asseoir sur le canapé après que tout le nettoyage soit fait et je pose mon regard sur mon invitée qui refuse mon thé et qui est mal à l'aise. Oui, je peux le sentir qu'elle sent que la situation est malaisante, mais pour le coup, je ne sais pas vraiment quoi faire pour arranger les choses.

Finalement, j'ai une petite idée en tête. Mon thé est moins chaud que tout à l'heure avec tout ce remue-ménage et je peux boire trois ou quatre gorgées dedans avant de le donner à la kunoichi de Kumo.

« Tiens, prends-le. Et c'est rien tout ça.. Au moins, ça nous fait passer une nuit originale ! »

Que je tente de dire en riant doucement. Bon, c'est vrai d'un côté. Alors que je l'invite chez moi, sa maladresse fait me sentir plus à l'aise et elle, moins à l'aise surtout que tout à l'heure, c'était tout l'inverse de ça. Finalement, elle me demande pourquoi j'ai choisi d'intégrer le Kyuubu. C'est vrai qu'au niveau unité spécial, le village est plutôt bien garni.

« Surement mon envie de protéger ceux qui me sont chers. Et pas seulement, j'ai envie de donner à Kumo ce qu'il m'a donné, tu vois ? »

Enfin, je ne sais pas si elle m'a compris mais bon. Je prends place sur mon canapé de manière à être plus à l'aise, alors que je ne quitte pas du regard Asami. J'essaye de l'analyser discrètement, mais je ne peux que sentir son parfum qui m'enivre et ses yeux qui m'attirent, c'est assez distrayant et déstabilisant en réalité.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Mar 30 Jan 2018 - 3:56
Une nuit originale… Était-ce elle qui attirait ce genre d’événements ou tout simplement ses fréquentations ? Elle repensa vaguement à sa soirée avec Hisao, où, par deux fois, ils avaient dut quitter précipitamment le bar où ils se trouvaient, techniquement par la faute de ce dernier. Lui en voulait-elle ? Aucunement, la soirée avait été divertissante. Un doux sourire vint prendre place sur ses lèvres alors qu’elle le remercie d’une petite voix, prenant la tasse entre ses mains, faisant attention de ne pas l’échapper cette fois-ci. S’étant assise en tailleur sur le sofa, ayant ramené son pied blessé vers elle, elle hoche la tête pour approuver ses dires. La soirée avait été somme toute particulièrement intéressante, elle ne pouvait le nier.

S’intéressant à ce qui l’avait amené au sein de la police protégeant le village, la jeune demoiselle ne peut que rougir en sentant son regard posé sur elle et ne la quittant pas des yeux. Sous toutes les coutures, Shôran lui semble être un homme bon, de ceux qui font passer la vie des autres avant la sienne. C’est respectable, comme façon de vivre, de ce qu’elle a entendu du moins. Pour sa part, elle est l’incarnation même de l’égoïsme, où tous ceux l’entourant ne sont qu’acteurs dans cette vaste scène qu’est sa propre vie, qu’elle accepte puis jette lorsqu’elle se lasse, sans aucune considération pour ces derniers. Et donc, aux yeux de la belle brune, il n’y a que sa propre existence qui lui importe, tous n’étant que pions n’étant là que pour la divertir alors que la solitude n’était définitivement pas pour quelqu’un comme elle.

- Oui, je vois, je comprends même. Avec tout ce qui se dessine à l’horizon, mes parents ne sont pas des combattants mais bien des scientifiques. Je ne peux donc que faire tout ce qui est en mon possible.

La jeune femme avait finalement ramener ses genoux vers elle, y appuyant son menton alors qu’elle tenait toujours la tasse qu’il lui avait donné entre ses deux mains, appréciant le goût quoique particulier du thé et l’odeur qui lui montait aux narines. Elle avait légèrement inclinée la tête, ses prunelles calmement posées sur ce dernier, alors que le malaise était rapidement passé pour laisser place à son éternel sourire ravissant, qui était adressé à lui pour l’instant, alors qu’ils n’étaient que tous les deux.

- Quoique, en vrai… Je ne suis pas certaine de comprendre un truc. Tout ce que Kumo t’a apporté, tu penses à quoi exactement ? Elle hausse un sourcil. Car, de ce que j’en comprends, tu sembles déjà en faire beaucoup pour le village.

Il y a une certaine admiration dans son regard alors qu’elle, elle est bien loin d’en être rendue-là. Si elle s’implique à sa façon, notamment auprès de l’institut fondée par Aburame Shizen, elle ne peut prétendre aux titres que semblent posséder ses dernières rencontres du moment. Peut-être bien un jour, cependant, d’ici-là, elle avait encore un long chemin à parcourir.

- Je crois que tu te sous-estimes beaucoup, Shôran. Tu sembles être bien plus que ce que tu souhaites laisser entendre.

Son expression s’était voulue plus sérieuse, bien que son sourire était toujours présent, alors que son regard enflammé s’ancrait dans le sien, comme si elle cherchait à faire passer un message, ce qui était effectivement le cas. Un peu comme avec Hisao, quelques soirées plus tôt, elle s’était vue confrontée à des personnes qui semblaient détenir une certaine puissance qu’ils cachaient derrière une épaisse dose de modestie. Il s’agissait cependant du moment où elle avait l’occasion de placer un compliment qui se voulait sincère et bien trouver, le tout avec sa douceur habituelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 3 Fév 2018 - 11:56
Je lui explique alors que je veux rendre au village tout ce qu'il m'a donné. Énormément pour moi, un foyer en sécurité pour ma famille notamment. Je ne veux cracher dans l'eau où j'ai bu, j'ai fait un serment ineffaçable, alors que j'aurai pu évidemment rejoindre le Soshikidan qui souhaite redorer le Pays du Feu. Mon pays natal, pourtant je préfère ma vie dans ce pays d'adoption qu'est la Foudre. Asami m'avoue que ses parents sont plus scientifiques que combattants, qu'elle ne peut faire que ce qui est son possible. Doucement, j'hoche la tête, comprenant évidemment les paroles de la jeune femme malgré l'alcool.

« Être scientifique est tout aussi important qu'être combattant. »

Je lui réponds avec un franc sourire. Je n'ai jamais été doué dans ce domaine là, trop occulte et avancé pour moi. Pour autant, je suis conscient que sans leur avancée, Kumo n'en serait pas là aujourd'hui. Leurs recherches et découvertes permettent au village de devenir bien plus fort qu'il ne l'est aujourd'hui, bien plus puissant et c'est ce qui compte pour nous protéger. Finalement, intriguée, la demoiselle me demande ce que Kumo a fait pour moi, sentant que je fais déjà beaucoup pour le village caché des Nuages. Elle ajoute même que je suis trop modeste, que je me sous-estime un peu trop. Soupirant et haussant les épaules, je finis par répondre.

« La sécurité, une maison, une famille... Je pense que c'est déjà beaucoup trop pour des voyageurs comme ma famille et moi. Puis... je suis conscient que je dois encore m'améliorer, tu sais, il y a plus puissant et plus grand que moi au Kyuubu et même dans le village. »

Puisque je suis conscient des progrès qu'il me reste encore à faire, évidemment. Rien qu'à penser à Hisao ou Shojito, ces deux là sont bien plus fort que je ne pourrais l'espérer pour le moment et c'est à moi de prouver que je peux arriver à leur niveau et même les dépasser. Peut-être que j'ai un petit complexe d'infériorité, mais je préfère avoir cela que de me sentir supérieur à toute autre personne.

« Enfin, je trouve qu'on parle trop de moi... Et toi alors ? Tu as des rêves ? Des objectifs ? »

Que je lui demande, en insistant mon regard sur elle même si ça la déstabilise. Il faut dire que alcoolisé comme je suis, je préfère avoir un point fixe et Asami l'est pour le moment.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Sam 3 Fév 2018 - 14:00
Assise sur le sofa, genoux remontés vers elle, la jeune femme tient fermement la seconde tasse qui lui avait été offert, appréciant le liquide légèrement refroidi qui s’y trouvait, à savoir un thé au goût particulier qui n’en était cependant pas désagréable. Elle hoche doucement de la tête, faisant mine de comprendre ce sentiment de redevance qu’il pouvait avoir vis-à-vis du village caché des Nuages. Bien que n’étant jamais elle-même sortie du village, elle savait le pays du Feu ravagé d’une guerre civile par le passé et donc, dans ce sens, pouvait comprendre l’envie du jeune homme que de savoir sa famille loin de tous ces conflits. Et ce, malgré que la guerre semblait être à deux doigts d'éclater pour le pays tout entier.

Ce dernier semble curieux et lui revoit donc quelques questions, ce qui la fit sourire intérieurement. Des rêves et des objectifs ? Elle en avait quelques uns, bien évidemment, c’était ce qui lui permettait d’avancer en ce monde. Cependant, elle ne pouvait partager au représentant de la loi son profond et sincère désir de chaos, alors qu’elle espère voir le continent être mis à feu et à sang. L’anarchie était ce à quoi la marionnettiste aspirait alors que cela en serait, elle en était convaincue, un regard grandiose. Elle dut cependant taire ces quelques vérités à ce sujet alors qu’elle arborait le masque de cette bonne kunoichi qui ne souhaitait que le bien de tous et chacun. Seule la jeune Nara qui partageait sa vie depuis toujours connaissait cette sombre facette de sa personnalité et ces desseins malsains qui l’amusaient.

- J’aime bien lorsque tu parles de toi… Cela me donne une occasion d’apprendre à mieux te connaître.

Le tout avait été dit avec une innocence déconcertante, qui se voulait cependant parfaitement crédible. Ses lèvres étaient étirées de son éternel sourire qu’elle lui adressait tandis que ses paroles semblaient imbibées d’une bonne dose d’alcool, ce qui n’était pas surprenant vu la soirée qu’ils avaient eu. Et donc, de ce fait, elle parlait avec une honnêteté qui pourrait en faire rougir plus d’un, tout filtre semblant briller de leur absence chez la jeune femme.

- Mais si tu veux savoir… Je suis une femme ennuyante, je te l’ai dit. Un léger rire s’échappe de ses lèvres. Je n’aspire à rien de grandiose… J’ai simplement envie de devenir assez forte pour me dire que j’ai pu faire la différence, même si ce n’est que dans la vie d’une seule personne.

Car il n’y avait que cela qui comptait, pour la douce jeune femme, qui faisait passer les autres avant elle, partageant son besoin de venir en aide à plus faible qu’elle. Cela en était presque risible, de ce numéro qui avait sut convaincre tous ceux la côtoyant, lui donnant donc une belle réputation auprès des citoyens du village. Elle était celle qui arrivait avec un sourire agréable au marché, saluant et discutant paisiblement avec ceux qu’elle croisait plus ou moins fréquemment, toujours prête à se lever pour l’injustice de ce monde et défendre ceux qui n’étaient pas en mesure de le faire.

- Je ne sais même pas ce que je veux dire par plus forte… Tout ce que je sais, c’est que j’aimerais ne pas avoir vécu en vain.

Son regard se perd un peu sur le décor autour d’eux sans qu’elle ne fixe rien en particulier, une certaine morosité s'apparentant à regret s’étant installée dans sa voix. Elle secoue alors doucement la tête, reprenant ce sourire bien aimable, ce dernier se trouvant cependant légèrement teinté d’une émotion un peu particulière, comme si cette conversation, à savoir parler de ses propres objectifs, lui rappelait à quel point la route était encore longue.

- Si ça te dit, on pourrait s’entraîner ensemble. Elle rigole. Ou, enfin, peut-être pas maintenant. Il avait raté son jutsu un peu plus tôt. Et puis, en vrai, je doute d’être de niveau pour faire une adversaire de taille contre toi…

Elle soupire, puis ramène finalement la tasse à ses lèvres. Elle avait cependant glissé, dans cette discussion anodine, une envie de le revoir à moment ultérieur, de préférence beaucoup moins intoxiqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 3 Fév 2018 - 17:11
Je commence tout juste à me rendre compte que depuis notre rencontre d'il y a quelques heures, nous parlons essentiellement de moi. Et, je crois n'avoir jamais autant parlé de moi dans ma vie que ce soir, mais je veux changer la donne. De toute façon, qu'est-ce-que je peux rajouter d'autres à ce que je lui ai dit ? Rien ne me passe par la tête, j'ai surtout envie d'en apprendre plus sur elle. Elle me répond que parler de moi lui permet d'apprendre à mieux connaître, qu'elle se le dise : ce serait également pareil pour moi quand elle parlera d'elle. Mon regard se veut un peu plus insistant, histoire qu'elle ne fuit pas et me parle d'elle. Qu'elle soit évasive ou non, je veux l'entendre me raconter son histoire. On pourra reprendre sur moi plus tard si elle le désire vraiment, même si j'ignore encore quoi rajouter de plus.

Alors qu'elle m'avoue être une femme ennuyeuse, je retiens surtout qu'elle cherche à devenir plus forte. Pour au moins une personne, j'en déduis alors qu'elle veut devenir importante pour quelqu'un. Du moins, c'est ainsi que je comprends ses paroles et je peux évidemment me tromper complètement sur cela. Elle ajoute alors qu'elle ne veut pas mourir en ayant rien fait, j'hoche vivement la tête de bas en haut, étant du même avis qu'elle.

« Je suis sûr que tu trouveras cette personne pour qui tu compteras et deviendras forte. »

Parce que j'entends ce qu'elle veut dire par forte. Peut-être avoir les épaules pour soutenir cette personne ? Assez forte pour la protéger ? Enfin, ce mot est synonyme de bien des choses et est très vague. Elle propose qu'on s'entraîne ensemble un autre jour, même si elle doute de ses capacités face à moi. Je finis par soupirer.

« Qui te dit que tu ne peux pas me vaincre ? Peut-être que t'arriveras à me battre à plate couture. »

Je lui donne un sourire convaincu, je sais que je suis loin d'être le meilleur. J'ai énormément de failles dans mon style de combat, il n'est donc pas difficile de me battre comparé à d'autres shinobis plus généralisés. Pris par l'alcool, je m'approche de la jeune kunoichi et la prends juste dans mes bras, ayant envie d'un contact physique avec elle. Ou alors, j'ai mal interprété tout ce qui s'est passé depuis le moment où elle est venue me parler.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Sam 3 Fév 2018 - 18:15
La marionnettiste possédait un talent naturel en ce qui concernait la manipulation d’autrui. Son visage n’était qu’argile qu’elle sculptait comme bon lui semblait, s’ajustant aux situations et aux émotions qu’elle cherchait à partager. À l’heure actuelle, elle était douce et agréable, une jeune femme qui avait tout simplement décider d’aller tenir compagnie à une âme esseulée. S’était-elle attendue à ce qu’elle se retrouve chez lui ? Pas tout à fait. Mais là était tout le plaisir que d’apprendre à connaître autrui et se laisser aller aux imprévues que la vie avait à lui offrir. Aussi méticuleuse était-elle, elle appréciait participer au jeu et se laisser porter par le vent de leur deux personnalités, s’amusant des dénouements qui se valaient parfois assez surprenant. Il lui avait sembler timide et discret, en premier lieu, il faisait preuve d’une audace aussi surprenante qu’intéressante. De quoi amuser la jeune Tadaoki tandis qu’elle mettait tout cela sur le compte de l’alcool. Après tout, tout ce saké était certainement coupable de son état actuel.

Elle lui adresse un doux sourire, hochant la tête alors qu’il cherche à se montrer réconfortant. Si ce n’était pas exactement ce qu’elle avait voulu dire, elle ne chercha pas à le contredire. Qu’il s’imagine ce qu’il voulait, cela lui donnerait seulement un petit côté romantique qu’elle était prête à assumer.

- Toi, tu l’as trouver, cette personne qui te pousse à devenir plus fort ?

Elle incline doucement la tête sur le côté, son regard curieux, tandis que encore une fois, la conversation se dirige vers lui. Ce n’était pas tant de mauvaise foi plutôt qu’elle trouvait le moment approprié pour tenter de voir s’il y avait une demoiselle (ou un monsieur, elle ne jugeait pas) qui occupait son esprit. Malgré l’absence flagrante de présence féminine en ces lieux, il n’était pas à exclure qu’une citoyenne du village caché des Nuages lui avait tapé dans l’oeil. Non pas que cela changerait quoique ce soit pour la succube, elle ne se laisserait pas aller à la culpabilité ou à un quelconque état d’âme, cependant, cela influerait directement l’approche qu’elle aurait à l’avenir auprès de ce dernier.

Semblant prête à répondre alors qu’elle s’apprêtait à le contredire, elle est arrêtée dans son élan par ce dernier qui la prend dans ses bras. Elle reste immobile quelques secondes, le temps de comprendre ce qu’il se passe, pour finalement répondre à l’étreinte. Elle glissa donc une main dans son dos, venant caler sa tête contre son épaule, profitant du moment présent. Après tout, elle aussi, elle s’était rendue au bar en cette douce soirée pour chasser ces nuages au-dessus de sa tête. C’était, du moins, ce qu’elle avait prétendu. Deux jeunes gens seuls s’étant retrouvés pour chasser ce qui les tourmentait, cette dernière ayant seulement profitée d’une excuse pour fuir sa solitude.

Quelques instants plus tard, elle se décala légèrement, relevant la tête pour venir plonger ses prunelles enflammées dans le regard sombre du jeune homme. Son visage restait près de ce dernier alors qu’il pouvait assurément sentir son souffle contre sa peau. Sur ses lèvres s’était dessiné un doux sourire un tantinet amusé tandis que son regard se voulait chaleureux et réconfortant.

- En quel honneur ?

Il n’y avait ni embarras ni ne semblait-elle embêter par son précédent geste qu’il venait tout juste de poser. Qu’un questionnement sincère alors qu’elle pourrait hésiter quant à savoir sur quel pied danser. Elle avait presque murmurer sa question, son visage à seulement quelques centimètres du sien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Dim 4 Fév 2018 - 12:21
Bien sûr, je m'attendais à ce qu'elle me pose cette question et je me retrouve intimidé pour le coup, sans en savoir la raison. En y réfléchissant, je n'ai jamais vraiment eu cette personne tant recherchée à qui je donnerai ma vie pour la protéger et qui me donne envie d'être plus fort. Même si ma famille est présente, même si mes deux élèves sont importants, même si le Kyubuu et le village en entier sont importants. Je n'ai jamais trouvé cette personne qui me donne envie de repousser les limites de mes capacités. Généralement, c'est la personne qu'on aime et j'arrive à trouver le sous-entendu que veut me dire là Asami. Elle me demande si mon cœur est pris, n'est-ce-pas ? Ou alors, je suis simplement idiot et je me fais des impressions nulles.

Alors doucement, je tourne la tête négativement. Mon coeur n'est pas pris, il n'y a pas de présence féminine dans ma vie et ce n'est pas mon but premier ces derniers temps. Comment pourrais-je me mettre en couple alors que je risque chaque jour ma vie pour la protection du village ?

[color=darkslategray]« Malheureusement non, mais je ne doute pas que je trouverai cette fameuse personne un jour. Un jour où je ne m'y attendrai pas. »

Et, je continue sur ma lancée alors qu'elle veut s'entraîner avec moi un autre jour. Mais, après lui avoir dit qu'elle peut sûrement me battre, je viens à la prendre dans mes bras. Elle répond à cette étreinte en entourant mon corps de ses petits bras et se laisse faire même. Je suis plutôt satisfait qu'elle ne me repousse pas au contraire. Après quelques secondes, elle sépare sa tête de l'intérieur de mon cou pour me regarder, son visage est si proche du mien que mes joues se teintent de rouge. Qu'est-ce-que je dois faire dans une telle situation ?

« J'en avais envie... et puis, j'ai l'impression que tu m'apaises depuis qu'on s'est parlés. »

Et c'est vrai, depuis la minute où elle m'a adressé la parole, je ne broie quasiment plus du noir. Je sens son souffle chaud à mon visage, et je décide de coller mon front au sien, rapprochant un peu plus nos visages. Les centimètres se transformant en millimètres, je reste comme ça pendant un moment alors que mes yeux se ferment pour profiter de ce petit moment.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Dim 4 Fév 2018 - 15:59
Le visage toujours près du sien, elle sourit doucement à sa réponse, hochant doucement de la tête. Sa présence se veut donc apaisante. Elle n’en est pas surprise, pas alors que là avait été toute son intention. Ses prunelles étaient éclairés d’une flamme chaleureuse tandis que tout chez elle se voulait doux et réconfortant. Il aurait été ennuyeux qu’il passe sa soirée à broyer du noir, et donc, elle s’était chargée de chasser ces nuages qui couvraient sa tête. Cela aurait presque pu sembler venir d’une bonne volonté que d’aider un inconnu alors qu’au final, la réalité en était bien loin pour l’égoïste qu’elle était. Elle était cependant bien heureuse d’entendre qu’elle y était arrivée, signifiant que son objectif, en quelque sorte, avait été atteint. Il y en avait d’autres qui s’étaient ajoutés, en cours de route, lors de cette soirée, cependant, elle avait tout de même réussi le tout premier qu’elle s’était fixée.

Elle préféra cependant garder le silence, n’ayant rien de pertinent à dire. Et puis, si elle avait gardé son visage aussi proche du sien, ses prunelles ancrées dans son regard, c’était bien évidemment parce qu’elle cherchait une réaction chez le jeune homme qui semblait aussi audacieux que timide, comme si l’alcool l’amenait à faire des choses que sa personnalité préférait éviter de faire en temps normal. Son front s’appuya finalement contre le sien, et la belle brune eut un sourire intérieur. Rétrospectivement, elle se repassa sa soirée, sa discussion avec le jeune homme. Plus encore, elle tentait de se rappeler de son non verbal, de ces regards qu’il lui lançait, parfois particulièrement insistant. De ses joues rouges, aussi. Elle hésita quelques instants, comme partagée entre deux idées, avant de tout simplement dire qu’elle n’aurait qu’à blamer cela sur l’alcool qu’elle avait supposément ingéré.

Les quelques millimètres les séparant n’existèrent rapidement plus alors qu’elle venait poser ses lèvres contre les siennes dans un baiser qui se voulait aussi doux et délicat. Sa main se leva vers son visage, effleurant sa joue d’un geste discret. Puis, elle s’éloigne, rougissant violemment, son regard se posant n’importe où sauf sur le visage du jeune homme qui se trouvait à nouveau à quelques centimètres du sien. Encore assez près pour qu’elle puisse sentir son souffle contre sa peau.

- Je ehh…

La timidité semblait reprendre le dessus alors que la jeune femme faisait mine de réaliser le geste qu’elle venait de poser, qui se voulait peut-être, certainement même, déplacé.

- Je pense qu’il serait temps que je rentre…

Elle rit doucement, nerveusement cependant, alors qu’elle ne fait cependant rien pour se lever. Attendait-elle son accord ? Plus ou moins. Shôran lui avait attribué un petit côté romantique, voir même timide, qu’elle se sentait bien à l’aise de jouer, ce qui l’amenait donc à afficher un côté un peu plus vulnérable à l’heure actuelle. Et puis, elle ne comptait pas mener la soirée bien plus loin. Il ne s’agissait pas d’une quelconque prise de conscience, cependant, le représentant de l’ordre n’était pas de ces hommes dont elle profitait, à l’occasion, d’une soirée avant de disparaître dans la nuit comme si de rien n’y était. Non. Avec ce dernier, elle souhaitait bâtir quelque chose, peu importe ce que pouvait être ce quelque chose, se basant sur la confiance et le respect. Elle ne comptait pas le laisser fuir de si tôt, pas alors que la succube avait réussi à attirer dans ses filets l’aimable jeune homme. Il y avait encore bien des choses qu’elle souhaitait apprendre de lui. De la nécromancie, plus précisément.

- C’est que… Les mots lui manquaient, se bousculant dans son esprit. Tu vois...

Petite jeune femme qui avait été emportée par l’émotion, mais surtout, par l’alcool qui, normalement, aurait du lui brouiller les idées. Se mordillant la lèvre inférieure, son regard vint à nouveau croisé celui de son cadet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Dim 4 Fév 2018 - 17:29
La suites des événements est... trop rapide pour moi, mais je l'ai cherché. Depuis le début, je l'ai cherché et elle l'a fait de même. Alors, je ne dois pas m'avouer surpris par ce qu'il se passe maintenant même si au fond de moi, je le suis pleinement. Oui, je ne me suis pas attendu à ce que les lèvres pulpeuses de la kunoichi viennent se poser sur les miennes. Bien évidemment, je ne vais pas la repousser et profite de ce baiser en passant ma main autour de la taille d'Asami. Dois-je lui dire qu'il s'agit là de mon tout premier baiser ou alors elle s'en est rendue compte ? Le baiser ne dure que quelques secondes, mais j'ai tenté de faire du mieux que je pouvais lors de celui-ci. Finalement, elle se détache de mes lèvres, nos visages sont toujours proches mais je peux voir que la kumojine fuit mon regard.

Comment dois-je réagir maintenant ? J'avoue être clairement gêné par ce silence instantané qui s'est maintenant installé entre nous. Enfin... jusqu'à ce qu'elle me dise qu'elle devrait rentrer chez elle. C'est peut-être la meilleure chose à faire, en effet. Pourtant, elle ne se lève et je reste silencieux depuis ce baiser là. Mais, enfin, elle pose son regard sur moi et ne me fuit pas.

« J'ai... Hmm.. »

Les mots ne viennent pas, mais je dois prendre mon courage à deux mains, dire ce que je pense. L'alcool mélangé à ma timidité, c'est compliqué à gérer. Ma main vient se poser sur celle d'Asami, serrant légèrement afin qu'elle ne s'en aille pas.

« Tu es sûre de ne pas vouloir rester... ? »

Finalement, j'arrive à trouver des mots pour dire ce que je pense. Je lui demande si elle ne veut pas rester, mais je ne la forcerai pas alors pour le lui montrer, je lâche sa main et la laisse décider de la bonne action à faire.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 5 Fév 2018 - 7:17
S’il avait été légèrement maladroit, la jeune demoiselle avait agit sensiblement pareil. Après tout, elle ne souhaitait pas l’effrayer avec toute l’expérience qu’elle pouvait réellement posséder dans le domaine. Et puis, après tout, ses sens, tout comme ses gestes, étaient engourdis par l’alcool. Ayant déposée sa tasse de thé sur la table à ses côtés, elle avait glissé sa main libre contre sa joue, un geste délicat qui ne se voulait pas imposant. S’étant désormais légèrement, éloignée, elle fuyait son regard comme la jeune femme timide qu’elle était. Semblant presque avoir été dépassée par sa propre audace, elle se décide cependant de rencontrer à nouveau son regard. Ses joues sont rouges et, si elle est légèrement mal à l’aise, elle ne semble pas regretter sa décision.

Évoquant l’idée qu’elle devrait rentrer, elle ne fit cependant aucun geste signifiant que c’était réellement ce qu’elle voulait. Asami avait tout simplement chercher à se montrer rationnel, ce que tous deux ne pouvaient pas être avec la quantité d’alcool qu’ils avaient pris et leur très faible tolérance à cette dernière. Elle sentit sa main contre la sienne, ce qui lui arracha un doux sourire. La question lui étant adressée, provenant du jeune homme tout aussi timide que celle qu’elle prétendait être, possédait une innocence qui en était presque adorable. Bien loin de ce à quoi la Tadaoki était habituée, mais cela avait son charme. Elle aimait bien changer de ses habitudes et les nouvelles rencontres pouvaient offrir leur lot de surprises.

Elle se rapproche, revenant poser sa tête contre son épaule, son visage tourné vers son cou, ses yeux à demi-fermé. C’est qu’elle commence à fatiguer, la jeune femme. Sa main était retournée se poser sur la sienne alors qu’il l’avait retiré un peu plus tôt, son pouce glissant distraitement sur sa peau.

- Tu es certain que ça ne te dérange pas ?

Un léger rire s’échappe de ses lèvres alors que ses paroles semblent se faire difficile à articuler. La soirée a été riche en alcool, et puis, il commençait tranquillement mais sûrement à se faire tard. Comptait-elle accepter l’offre ? Absolument. Alors que celle-ci venait d’être réitéré, cette fois-ci avec la précision qu’il lui offrait de passer la nuit avec lui, elle se voyait mal refuser. Ce n’est pas comme si ses parents allaient s’en embêter de toute façon, habitués à ses escapades nocturnes. Et puis, elle pouvait toujours compter sur la Nara pour couvrir ces éhontés mensonges qu’elle adressait à ses géniteurs. Elle était certaine que cette dernière se moquerait bien d’elle, en ayant vent de cette soirée, alors que la succube était de celles qui disparaissaient au milieu de la nuit sans laisser de trace, ce qu’elle ne ferait bien évidemment pas cette fois-ci.

- Je ne veux pas déranger, ni même gêner… Tu n’as pas à te sentir obligé d’agir de la sorte, je suis parfaitement en état de me rendre chez moi !

Elle avait terminé le tout avec un peu trop de conviction, si l’on portait un regard à son pied actuellement pansé et le fait qu’elle ne daigna pas bouger, encore une fois. Ses yeux se fermaient doucement tandis qu’elle se forçait à les garder ouvert, ses gestes plus lent, plus engourdis encore que précédemment, comme si sa soirée la frappait d’un seul coup. S’il avait déjà été évident que son esprit était brouillé par l’alcool, la fatigue semblait accentuer ce fait.

- Je peux toujours prendre le sofa… Je te promets de me faire discrète !

Elle rigola à nouveau, doucement, sa tête toujours appuyée contre son épaule alors que bouger lui provoquerait à coup sur quelques étourdissements. Et puis, n’était-elle pas confortable ainsi, sa tête ainsi posée et son souffle glissant sur la peau de son cou ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mer 7 Fév 2018 - 12:08
C'est bizarre, je n'aurais jamais pensé être capable de faire une telle chose. J'ai l'impression que c'est effronté, que c'est même déplacé... Va-t-elle vraiment accepter de rester cette nuit dans mon appartement ? Ou juste s'en aller comme si cette soirée n'aurait jamais eu lieu ? D'un côté, je pourrais évidemment comprendre les raisons d'un choix comme celui-ci. Mais non, la kunoichi se rapproche à nouveau de moi, déposant sa tête contre mon épaule, sa main sur la mienne et me demandant si je suis certains que ça ne me dérange pas. Comment cela pourrait me déranger ? Asami est la première fille qui vient dans ma demeure et avec qui je vais passer la nuit. Même s'il ne se passe absolument rien, c'est déjà un énorme pas en avant dans ma vie privée ou sentimentale surtout.

Au moment où je vais lui répondre, Asami rajoute qu'elle ne veut réellement pas déranger et qu'elle est en état pour rentrer jusqu'à chez elle. Pourtant, elle ne bouge toujours pas et me fait donc penser qu'elle ne veut pas partir au fond d'elle, et étant donné que ça ne me dérange pas... Je souris, m'écartant légèrement d'elle pour pouvoir la regarder dans les yeux, qu'on ne se défile pas.

« Alors, tu n'as qu'à rester puisque ça ne me dérange pas. »

Je souris, amusé. Content qu'elle reste alors que cette dernière m'annonce qu'elle peut dormir sur mon canapé et rester discrète, je tourne la tête de gauche à droite. Si je l'invite, je ne peux pas la laisser dormir sur un meuble aussi peu confortable. Alors, j'enserre sa main sur la sienne, sourire aux lèvres encore.

« Non, tu peux dormir dans mon lit... je veux dire oui, que sinon je dors dans le canapé et toi dans le lit. »

M'emmêlant les pinceaux, je ne sais pas vraiment m'exprimer. Je n'ose pas lui dire que j'aimerai pouvoir passer la nuit réellement avec elle, je ne sais pas vraiment m'y prendre avec la kunoichi ou les filles en général. Je m'en rends compte.

« Enfin, comme tu veux... »

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Mer 7 Fév 2018 - 12:43
Se redressant à nouveau, son sourire s’élargit alors qu’il lui affirme que cela ne lui dérange pas. Toujours affectée par l’alcool qui traverse ses veines, la jeune femme semble être pleine de contradiction. Un instant elle refuse, l’autre elle accepte volontier. Elle lui avait cependant exprimer ses raisons, ses inquiétudes, alors qu’elle ne souhaitait pas l’embêter, chose qu’il s’était contenté de balayer du revers de la main. Son regard rencontrait le sien, prunelles de flammes cherchant à éclairer l’abysse de celui lui faisant face. Préférant toutefois ne pas se montrer trop envahissante, elle avait déclaré qu’elle dormirait sur le sofa, qu’elle n’en voyait aucun inconvénient. S’attendait-elle à dormir là ? Aucunement. Les hommes pouvaient se montrer un tantinet trop prévisible et elle était convaincue que le galant jeune homme insisterait pour qu’elle prenne le lit. Allait-il aussi s’y retrouver ? L’idée amusait la belle, qui se délecterait presque de la maladresse de son interlocuteur. La succube qui s’amusait de l’innocent à son insu, l’attirant dans ses filets pour mieux obtenir ce qu’elle voulait.

Il se justifiait, ce qui l’amena à exprimer un doux rire. Ce n’était pas le genre de la maison que de pervertir de pauvres âmes aussi innocentes, toutefois, elle pourrait presque en prendre goût. Sa main vient se glisser dans ses cheveux, les ramenant vers l’arrière pour dégager son visage des longues mèches sombres qui viennent se glisser devant ses fins traits. Puis, elle secoua doucement la tête de droite à gauche, signe qu’elle s’opposait à ce qu’il disait. Cependant, avant de s’exprimer sur le sujet, elle reprit entre ses doigts délicats la tasse, celle qu’elle n’avait pas brisé, venant à nouveau apprécier le goût du thé qu’il leur avait préparé.

- Je t’ai dit vouloir me faire discrète, ce n’est pas en laissant l’hôte dormir sur le sofa.

Le sourire est léger, agréable, comme depuis le début de la soirée. Terminant le breuvage étant presque devenu tiède, elle n’est plus certaine de quoi faire avec la tasse qu’elle tient toujours contre elle, semblant déterminée à ne pas laisser quoique ce soit lui arriver cette fois-ci. Asami en viendrait presque à croire qu’elle avait un don particulier pour renverser du thé, si elle se fiait à ses dernières rencontres.

Elle se lève donc, peut-être un peu trop rapidement, vacillant sur ses jambes, tendant un bras sur le côté pour s’assurer de préserver l’équilibre précaire qu’elle avait. Il avait donc été décidé qu’elle dormirait dans le lit, ne serait-ce que parce qu’elle ne souhaitait pas le contredire, mais qu’il était tout simplement hors de question que le jeune homme soit sur le canapé. L’idée la ferait presque marrer, elle qui, dans la majorité des cas, s’était retrouvée à partir au milieu de la nuit, faisant en sorte qu’elle n’avait jamais passer la nuit avec un homme, encore moins une nuit aussi chaste.

- Et si tu me faisais visiter ?

Le ton est enthousiasme alors qu’elle n’est même plus certaine d’être en mesure de mettre un pied devant l’autre, notamment car l’un d’eux fut victime d’une attaque de verres peu agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Ven 9 Fév 2018 - 14:13
L'alcool me rend audacieux, j'ai proposé à Asami de venir jusqu'à chez moi et maintenant, je lui propose de rester le reste de la nuit en ma compagnie. A ma grande surprise, la kunoichi accepte ma proposition et je suis plutôt content. D'ailleurs, je m'emmêle un peu les pinceaux dans tout ça en lui proposant qu'elle prenne mon lit et que je peux dormir moi-même sur le sofa. Il faut dire que j'aurai préféré autre chose, mais je n'ose pas proposer qu'elle dorme avec moi. Qu'on dorme ensemble. L'alcool ne peut pas faire des miracles à chaque fois. Asami rétorque tout aussi rapidement, elle a raison. Je ne vais pas dormir sur le canapé dans ma propre demeure, mais je ne veux pas qu'elle dorme elle sur le canapé et ça, je pense qu'elle l'a bien compris.

Elle prend les rennes de la soirée, me proposant de lui faire visiter l'appartement. La kunoichi se lève rapidement, manque de tomber et je me décide à la suivre dans cet élan, prêt à lui montrer les différentes pièces de l'appartement où je vis. N'ayant pas oublié qu'elle s'est blessée, je me dirige vers elle, prenant son bras pour l'aider à visiter.

« Alors, là, tu es à la salle de bain et les toilettes... Et juste en face, là, c'est ma chambre. »

Au final, la visite est bien rapide. L'appartement n'est pas très grand, elle a déjà pu voir la salle à mange et la cuisine ouverte, il ne restait donc plus que la salle d'eau et ma chambre à coucher. Ainsi, j'ouvre la porte et la laisse pénétrer dans ma chambre, tout aussi neutre que le reste de l'appartement. La décoration est sommaire, mais cela ne démontre pas un manque de personnalité, juste une non-présence féminine dans ces lieux.

« J'imagine que tu n'as rien pour dormir... je peux te passer des affaires si tu veux ? »

Que je lui propose en ouvrant un tiroir d'un de mes placards à vêtements, peut-être que je trouverai un tee-shirt assez grand et large pour elle afin qu'elle soit à l'aise pour dormir, ce qui ne va déjà pas être évident avec l'alcool que l'on a bu.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Ven 9 Fév 2018 - 15:04
Debout sur ses jambes, vacillant légèrement, elle se laisse guider par le maître des lieux, ce dernier s’étant saisi de son bras, comme pour éviter qu’elle tombe, ou encore ne mette trop de poids sur sa jambe blessée. Au final, elle savait qu’il ne lui faudrait qu’une journée ou deux pour s’en remettre, toutefois, en l’instant présent, elle n’avait pas été spécialement délicate. L’appartement n’était pas très grand, mais en même temps, il vivait seul. Elle ne s’était donc pas attendue à autre chose. Elle-même commençait à avoir ce besoin de partir de ses propres ailes, quand bien même était-elle bien chez ses parents. Il y avait beaucoup qu’elle ne pouvait faire en ces lieux, notamment dus à tout ce qu’elle pouvait leur cacher. Ce n’était pas parce qu’ils étaient ses géniteurs qu’elle se montrait plus honnête avec eux. Seule Sayo avait le droit à ce privilège.

Faisant quelques pas dans la chambre, la belle observe autour d’elle. Assez simple, rien d’extravagant ne vient lui sauter aux yeux. Sa mère qui avait toujours aimé les belles choses, la maison des Tadaoki se voulait donc affublé de différentes peintures, sculptures et plantes d’intérieur. Même sa chambre y était passée, quand bien même le plus intéressant se trouvait derrière les pans de mur qu’elle gardait fermer pour préserver sa famille des images que cela pourrait leur imposer.

- Effectivement, tu n’as pas tort. Je n’avais pas prévu… Ne pas rentrer chez moi.

Elle sourit, doucement, un léger rire s’échappant de ses lèvres. Elle ne semble pas du tout embêtée par ce fait, qu’une simple constatation. Elle n’avait même pas sut qu’elle ferait sa rencontre, au début de la soirée, lorsqu’elle était allée s’installer seule dans ce bar. La était les joies des imprévus, qui venaient bousculer son quotidien pour son plus grand plaisir. Elle attend donc patiemment, pour finalement attraper le chandail qui lui est tendu. Elle est plus petite en taille que lui, et définitivement plus frêle aussi. Du moins, si elle oubliait ses formes voluptueuses, elle ne possédait pas la même carrure que ce dernier.

Il lui fallut quelques instants supplémentaires pour se rendre à la salle de bain et se changer. Au final, sans en être indécent, le chandail tombant contre ses cuisses, il se voulait tout de même court. Allait-elle s’embêter pour si peu ? Nullement. Après tout, Asami n’était pas une demoiselle particulièrement pudique, et puis, encore une fois, elle pouvait faire passer cela sur l’alcool qu’elle avait ingéré. Il y avait certains avantages d’avoir trop bu.

Elle revint vers la chambre de sa démarche chancelante pour finalement s’arrêter devant le jeune homme. Elle avait plié ses vêtements proprement qu’elle avait cependant laissé sur un comptoir de la salle de bain. Elle ne pouvait tout de même pas se permettre d’être désordonnée chez autrui. Elle s’approche finalement de lui, toujours ce sourire sur les lèvres, les flammes de son regard venant se poser sur lui.

- Merci. Pour le chandail. Bonne nuit j’imagine ? ~

Prise d’une audace similaire à celle du jeune homme, qui venait tout de même de lui proposer de dormir en sa compagnie, elle qui, jusqu’à quelques temps plus tôt, n’était qu’une parfaite inconnue, elle s’éleva sur ses pieds pour déposer un délicat baiser sur sa joue avant de sourire doucement pour finalement prendre la direction du lit. Elle y prit place, se faisant cependant discrète de son côté du lit, lui permettant ainsi de profiter de tout l’espace dont il pourrait avoir besoin. Après tout, il semblait définitivement plus habitué de dormir seul. Ou alors cette timidité n’était que façade et elle n’était qu’une parmis tant d’autres s’étant retrouvée ici. Elle en doutait fortement, il se serait montré plus entreprenant auquel cas. Rien ne lui indiquait qu’il ne pouvait pas lui aussi prétendre. C’était bien ce qu’elle faisait, au final.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

mauvais ou bonne rencontre ? (Tadaoki Asami)

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: