Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Retrouvailles ; Ft Eichii


Mar 30 Jan 2018 - 2:21
- « Vous pouvez me laissez seul… »

Les jeunes Borukan qui me servaient de gardes acquiescèrent en silence, s’inclinèrent respectueusement et se retirèrent silencieusement. Quant à moi, j’eus un mince sourire avant de me retourner vers la sépulture du shodaime Tsuchikage. Mon sourire s’effaça dès lors. Triste, je l’étais réellement. Si j’étais globalement ravi pour Akimoto qui était devenu Tsuchikage et que je respectais cet homme fort qui faisait tout son possible pour maintenir Iwa à flots, c’était plutôt avec le samurai que j’aurai véritablement voulu négocier cette alliance. Les souvenirs de notre seul et unique combat me revinrent rapidement en tête. Sa vaillance m’avait touché au plus profond de mon cœur et même si nous n’avions jamais spécialement été proches, je l’avais considéré comme un ami. Un frère même. C’était aussi la raison pour laquelle j’avais accepté son invitation à Tetsu sans trop hésiter. Sauf qu’arriva ce qui devait arriver…

- « Au final, on n’a même pas eu l’occasion de boire un verre ensemble… »

Je remuai une bouteille de saké très rare et très chère que je posai sur sa tombe avec le sakazuki en porcelaine qui allait avec. J’aurai pu l’ouvrir et le servir, mais je préférai en rester là. Et puis, j’imaginais bien le gardien de ce cimetière rafler le tout et se faire plaisir. Tsuchikage ou pas, l’homme était mort après tout et les morts ne pouvaient pas s’abreuver de ce breuvage de qualité malheureusement. C’est sur ce constat que je m’abaissai vers sa tombe avant d’y poser le nécessaire pour y bruler les bâtonnets d’encens que j’avais apporté avec moi. Après avoir bien disposé le tout, je fouillai mon kimono noir et sobre que j’avais revêtu pour l’occasion avant de faire sortir mon traditionnel briquet. Il y avait des jours où j’enviais vraiment les utilisateurs de katon. De quoi m’extirper un soupir blasé avant que je n’embrase lesdits bâtonnets qui commencèrent à embaumer les lieux en quelques secondes seulement.

Après quoi j’avais posé un genou au sol et joint mes mains avant de commencer à adresser une prière pour le repos de son âme.

C’est dans ces moment-là que j’aurai voulu que Nora soit avec moi…

Mais alors que j’étais plongé dans ma prière, je sentis un chakra à proximité.

Un chakra qui me semblait familier, d’ailleurs…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mer 31 Jan 2018 - 13:04
Hiver. Année 202. Tsuchi no Kuni. Iwagakure no Sato. Si, un an auparavant, il se trouvait encore à Kirigakure, au sein des Territoires de l’Eau, Eiichiro devait maitenant faire le constat des différents troubles. C’était il y a un an seulement lorsque le Conseiller de l’Eau, dont le nom lui était encore inconnu, visitait la Cité afin d’entamer un processus. Alors loin, rencontrant pour la première fois le Daimyô, un être avait été désigné comme le nouveau Chef, l’Ombre d’un Village, et ce en faisant fi de toute la hiérarchie militaire. Arrachant entièrement tous les droits et pouvoirs des trois Clans afin de nommer une vieille femme aux ambitions inconnues et aux méthodes douteuses. C’était il y a à peine un an que la Shodaime Mizukage, première à son poste, montait à la plus haute position jamais décernée. Un an. Et tout avait changé. Lui qui était alors devenu le Chef de Clan. C’est ainsi que, la tête en arrière, le Yuki espérait que la pluie, ou la neige, tombe sur le bandeau qui couvrait son visage. Pourtant, au sein de la Roche, il poussait un soupir.

Aveugle. C’était à Shîto, durant quelques événements dramatiques, qu’il avait rencontré le premier Tsuchikage, un homme bien différent de l’Ombre de l’Eau. Alors qu’il la chassait quelques semaines avant le voyage à Hi no Kuni, et se retrouvant brutalement sans son deuxième œil, le Yuki s’était ainsi battu au côté de la Foudre et de la Terre, représentant l’Eau. Trois hommes qui s’étaient unifié contre une menace commune, celle d’un gigantesque monstre humain, imposant par sa taille autant que son poids. Trois hommes. Trois villages. Trois nations. Et si ses deux frères d’armes étaient devenus les véritables Ombres et visages de leurs villages, Eiichiro était rentré au bercail pour découvrir qu’un nouvel homme, grâce au soutien du tout nouveau Daimyô – et ancien Conseiller de l’ancien, était à la tête d’un Village pour lequel il n’avait jamais travaillé. Yuki Sôsuke avait été un homme avec ses ambitions et, malheureusement, les deux hommes n’étaient pas faits pour s’entendre, ni même se voir. Deux hommes que tout séparait, malgré une volonté commune de travailler pour la Cité de l’Eau, l’un ne désirait pas oublier le passé, tandis que l’autre vivait uniquement pour le futur.

Et ce fut l’Exil. Lorsque son monde s’écrasa entièrement. Alors qu’il avait constamment connu les Territoires de l’Eau, il avait dû finalement prendre la fuite. Comme un lâche. Pour sauver les siens. Plutôt que de se battre, il s’était lâchement précipité vers de nouvelles terres, plus accueillantes pour eux. Mais ici, au sein de la Roche, loin de la Brume, il n’était plus que la pâle coquille vide d’un homme qui n’était que l’ombre de lui-même. Ainsi, tandis que son soupir s’achevait, laissant sa tête retrouver l’axe de sa colonne, il passa entre les hommes qui gardaient, dorénavant et jusqu’à nouvel ordre, les lieux de recueillement. A l’intérieur, un homme se trouvait là, seul. Comme lui. Un homme qui, même s’il n’avait jamais eu à le voir, lui était connu. Aveugle lorsqu’il l’avait rencontré, c’était là l’un de ces frères d’armes que l’on n’oublie jamais. C’est ainsi que, s’arrêtant à trois pas de ce dernier, le visage encore bandé, il croisa les bras sur son torse. Quelques instants, le silence s’installa entre eux. Car ils se recueillaient. Car ils s’accueillaient. Finalement, la gorge serrée par les émotions, alors qu’il visitait l’ancien Tsuchikage pour la première fois, l’Aveugle rompit le moment entre les deux hommes et l’esprit du troisième. Il se remémorait le Titan.

EiichiroCela ne fait pas assez longtemps que nous nous sommes rencontrés … Car la dernière fois fut dans des circonstances bien différentes. Mais l’étaient-elles davantage aujourd’hui ? J’aurais aimé … Sa voix s’arrêta brièvement et, d’une voix plus posée, il reprit. J’aurais aimé que nous nous retrouvions, tous les trois, mais … Ce ne sera jamais le cas, j’imagine.

L’Aveugle souriait tristement. La tête relevée, haute, observateur des ténèbres, il s’attardait brièvement, dans son esprit, à imaginer un autre monde, une autre rencontre. Il imaginait Chôgen, Shuuhei et lui-même, ensemble. Non pas pour un combat titanesque, mais pour des retrouvailles. Pour qu’ils puissent rire une première fois. Mais ce ne serait jamais le cas. Ce jour-là, deux hommes vivaient sur la tombe de leur frère d’armes. Chôgen n’était plus. Eiichiro vivait encore. Mais à quel prix ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t30-yuki-eiichiro-don-t-remain-silent-termine http://www.ascentofshinobi.com/t2036-yuki-eiichiro-titre-u-c#13764 http://www.ascentofshinobi.com/u355

Sam 3 Fév 2018 - 3:58
- « Malheureusement… »

C’est une minute après la prise de parole du nouvel arrivant que j’avais réagi à mon tour. Le temps de finir ma petite prière à l’égard de l’âme de Chôgen qui devait maintenant reposer en paix. Même si je ne cauchemardais pas, j’avais toujours en tête sa mort atroce. Un jour bien sombre où je n’avais jamais été aussi impuissant. Enfin… Il y en avait bien eu un, mais ce jour-là, le Nara n’avait pas eu la volonté de me tuer. Je ne savais pas vraiment si je devais en être heureux, mais j’étais bien conscient à présent que le ridicule ne tuait pas. Preuve en était que même malgré cette faiblesse humiliante, j’étais aujourd’hui le raikage de Kumo et devant la tombe de celui qui fus jadis un grand homme. Je finis par rouvrir mes yeux. Je gardai tout de même la même posture tout en fixant la sépulture devant moi, songeur. Une minute passa encore. Une minute de blanc. De silence religieux. Jusqu’à ce que je reprenne parole :

- « Je suis certain qu’il nourrissait lui aussi cette envie. »

J’eus un sourire. Même si du trio légendaire, j’étais celui qui était le plus en retrait au niveau relationnel, j’avais ma petite idée sur la psyché de Chogen. J’étais sûr qu’il aurait voulu qu’une rencontre de cette envergure se fasse. Bien sûr, l’après Shito avait provoqué son lot de péripéties, mais il m’était tout de même arrivé d’y penser quelques fois. Le destin dans sa malice et sa cruauté ne fut apparemment pas de cet avis. Au final, nous n’étions plus que deux. Et avec ce que je prévoyais très prochainement comme mouvement, il se pourrait que je finisse par rejoindre Chogen. Une perspective peu amusante, intéressante ; mais malheureusement, tout était possible sur le champ de bataille en cette ère sanglante. Une pensée qui me fit lourdement soupirer avant que je ne me relève, non sans épousseter le genou qui fut à terre tout à l’heure. Et lorsque je me redressai pour de bon, enfin, je l’ouvris une nouvelle fois :

- « Lorsque l’actuel mizukage m’a attaqué à Tetsu et que j’eus définitivement la preuve que Kiri était de mèche avec le soshikidan, je n’avais à ce moment-là qu’une seule crainte : Vous faire face sur un champ de bataille. »

Et ce pour plusieurs raisons. Eiichiro était un leadeur kirijin qui avait fait ses preuves. Les rumeurs sur sa force avaient été légions et il avait été considéré par toute la communauté internationale à Shito comme le chef de file de Kiri. D’ailleurs, si nous avions été dans les loges d’honneur de l’ex-daimyo de Hi no Kuni, cela voulait tout dire ; et c’était bel et bien ce fait qui m’avait poussé à faire appel à lui lorsque le titan était sorti de nulle part. Son chakra assez puissant ne laissait pas de place au moindre doute : Ce type était extrêmement puissant. Sa cécité semblait ne pas constituer un frein à sa puissance. Un type qui avait le niveau d’un kage et auquel je ne voulais pas du tout me frotter. Si c’était l’une des raisons majeures, la principale restait ce lien plus « intime » que nous avions construit malgré nous en affrontant tous ensemble le titan qui nous avait fait face. Plus qu’un ami, il était pour moi un frère. Un frère d’armes.

Sur cette réflexion, je me retournai vers lui, sourire aux lèvres, avant de m’avancer et me permettre de poser ma main droite sur l’une de ses épaules.

- « C’est bon de vous revoir dans ces conditions, Eiichiro-dono. Je ne l’avais même pas espéré, mais je suis réellement heureux. »

Ma voix était marquée par l’émotion. Vive. Sincère. Un détail qu’il ne louperait certainement pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mar 27 Fév 2018 - 16:20
Sa tournée légèrement tournée vers ce contact qu’il sentait sur son épaule gauche, le sourire légèrement triste du Maître des Glaces se contentait d’évoquer la nostalgie qu’il ressentait pour Kirigakure no Sâto. Autant que ses terres natales lui manquaient, son exil, car il se considérait bel et bien comme un exilé – et donc pensait sincèrement retourner un jour chez lui, lui pesait un peu plus chaque jour. Entre tristesse et nostalgie, il connaissait les vices de sa nation et, au lendemain de la fourberie du Village, son cœur s’en était davantage fait plus lourd. Pesant. Alors que les deux hommes se retrouvaient sur la tombe du troisième, l’Eau s’était faite bien trouble. Une longue inspiration.

EiichiroDepuis longtemps, l’Eau est corrompue, Raïkage-sama. J’ai voulu durant de longs mois me battre, seul, contre ce mal qui ronge mes terres … Sans succès. Soupirant pour lui-même. Lorsque j’ai appris les événements de Tetsu, j’en ai été déçu.

C’est finalement sur ces quelques mots sur son territoire natal, sur le village qu’il avait aidé à construire, que le Yuki, Maître des Glaces, relâcha ses épaules, plus serein. Apaisé, oubliant durant quelques instants la querelle qui devait se jouer dans les prochains mois, il hocha de la tête, confirmant les dires de son interlocuteur. Posant une main sur l’épaule gauche de son vieil ami, sourire sincère aux lèvres malgré le profond silence des lieux, Eiichiro affirmait à haute voix son propre plaisir de retrouver un partenaire.

EiichiroJe ne pensais pas que cela serait le cas un jour. Notre monde semble se déchirer un peu plus lors de nos rencontres. D’abord Hi no Kuni. Maintenant Tetsu no Kuni. Les événements conduisent et demandent une guerre sanglante.

Dépassant son ami, posant un genou au sol devant le tombeau vide du premier Tsuchikage, il poussa un soupir, pensant encore à toute cette guerre. Ce conflit qui était une véritable escalade. Depuis une année maintenant, Kiri semblait s’enfoncer toujours un peu plus dans les limbes de sa propre animosité. Alors qu’il sortait toujours grandi de sa propre expérience, et ce malgré toute la lassitude qui s’installait un peu plus tous les jours, Eiichiro se peinait de la situation actuelle de la Brume. Serait-elle un jour capable de sortir la tête haute des propres eaux ?

EiichiroJ’ai entendu que vous aviez aussi tué une Déserteuse qui faisait anciennement partie de votre nation. J’avais eu le plaisir et c’était peu de le dire de rencontrer certains membres de votre village lorsque nous nous rencontrions pour la première fois à Shîto. J’ai été étonné de ne pas reconnaître ceux de votre déléguation.

Se relevant et se tournant à nouveau vers le Raïkage après sa courte prière à l’âme du défunt, il se s’enquérait de l’état de santé d’une courte connaissance, Nakasu Ryüka.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t30-yuki-eiichiro-don-t-remain-silent-termine http://www.ascentofshinobi.com/t2036-yuki-eiichiro-titre-u-c#13764 http://www.ascentofshinobi.com/u355

Retrouvailles ; Ft Eichii

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: