Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

A Gathering of Feathers [Hisao]


Ven 2 Fév 2018 - 19:04
Taishi regarda les Tengus partir avec Shojito Tête-de-Javelot et soupira, sachant que ça n’allait certainement pas aider les relations entre les deux villages. Akimoto se servirait sans doute du kumojin pour mousser les négociations, peut-être pas négatif, sauf si il poussait le bouchon un peu trop loin évidemment, ce n’était certainement pas au-dessus de ses capacités. Taishi n’aimait pas non plus jouer les chiens de garde, mais Yoshitsune avait raison sur une chose, il était certainement l’un des mieux placés pour accomplir ce genre de besogne. Après avoir échangé quelques mots avec les gardes de la prison pour confirmer des aspects protocolaires, il fit rédiger par un Genin un rapport sommaire à envoyer au Tsuchikage pour confirmer l’arrestation sans altercations, ce qui était somme toute la finalité idéale… Si Jabberinheddo avait fait une scène, ça aurait sans doute rapidement mal tourner. Ça aurait écrit l’histoire, aussi.

Le tout terminé, il replaça son masque, passa la main dans ses cheveux, et disparut dans un éclair verdâtre, atterrissant sur un toit où il surveilla la progression de quelques membres de la délégation, vérifiant essentiellement qu’ils n’avaient pas semés leurs escortes. S’il y avait d’autres brèches protocolaires, ce sont eux qui l’avertiraient lui ou Akimoto directement. Satisfait, il passa à deux ou trois autre points d’observation, notant mentalement quelques détails. Le Raikage semblait passablement attiré vers le genre féminin, ce qui n’était pas vraiment une surprise. Pour un type sensé avoir une fiancé, il s’en permettait beaucoup. Taishi secoua la tête et songea qu’il était plus que temps pour lui d’aller manger un morceau, toutes ces aventures lui donnaient faim. Par chance, il avait disposé une marque près d’un de ses restaurants favoris… Il y eut un autre éclair verdâtre et il apparut dans une rue. Par malchance, il y avait quelqu’un directement devant lui et l’élan le poussa en avant, frôlant de justice l’individu.

« Désolé… »

Le masque l’examina et le reconnut comme l’un des membres de la délégation. Ouf, presque un faux pas diplomatique ici ! Il avait remarqué le gars comme étant l’un des moins excentriques du groupe, si ce n’est que pour l’immense touffe de plumes roses sur son épaule, une sorte de perroquet qui n’allait pas sans lui rappeler le Sergent-Major ou bien l’affreuse invocation de l’idiote de Sanadare. Les oiseaux exotiques semblaient en vogue en ce moment, cela lui faisait penser à quelque chose, peut-être que cet individu serait en mesure de l’aider…

« Akahoshi… Hisao, c’est bien cela, non ? Du moins, c’est ce que je me souviens avoir lu sur le papier. Je suis le Tengu GRIM. Nous n’avons pas eu la chance de faire connaissance plus directement je crois. »

Taishi se doutait bien que c’était probablement la moindre des envies de son interlocuteur, qui restait le plus possible dans l’ombre de la délégation. En temps normal, Taishi aurait fait pareil, mais il était intrigué pour de toutes autres raisons.

« Mais je ne suis plus certain de tous les détails, vu la tonne de paperasse que j’ai dû consulter pour cet évènement, quelle était votre fonction dans la délégation, déjà ? Dans tous les cas, je souhaite me faire pardonner d’avoir fait irruption si… Brutalement. Je venais ici pour me restaurer, pourquoi ne pas vous joindre à moi ? »

Les deux escortes restaient en retrait. Il leur fit un signe de têtes et ils disparurent.

« Je sais que toute cette surveillance est lourde, mais après nos dernières invasions en plein territoire, nous sommes forcés de prendre beaucoup de précautions. Ils vous laisseront tranquille pour le moment. Alors, qu’en pensez-vous ? C’est un des meilleurs coins d’Iwa et les serveuses sont très… hospitalières »

Taishi n’était pas inquiet de voir l’escorte disparue. Personne ne pouvait le semer sur son propre terrain.


_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Lun 5 Fév 2018 - 21:22
L’atmosphère que dégageait Iwa à travers son sens du commerce et son calme était une véritable bouffée d’air frais, notamment pour quelqu’un comme moi qui n’avait jamais réellement voyagé en dehors du territoire de Kaminari. Les gens sont d’ailleurs globalement sympathiques et j’ai pu profiter des différents marchés dans une bonne humeur bienvenue. Cependant, il fallait oublier que chaque pas que je faisais résonnait en double autour de moi. Et pour cause, l’escorte de Tengu me suivait toujours de près, surveillant mes mouvements, mes déplacements et mes paroles. C’était assez gênant, pour être honnête. Mais on faisait avec.

D’un regard las et entendu avec Suzaku, je me décidais à me rendre vers un endroit à la fois plus tranquille et plus bruyant, me permettant de penser à autre chose pendant quelques instants. Mais… visiblement, mon aimant-à-événements-improbables ne l’entendait pas de cette oreille. A peine avais-je essayé de fouler le seuil du restaurant vers lequel je me dirigeais qu’un nuage verdâtre manqua de me percuter. Heureusement, seule la fumée de mon Kiseru fut emportée.

- C’est pas passé loin.
lançais-je calmement en étudiant la silhouette responsable de cette soudaine apparition remarquée.

Une main dans la poche et une autre sur mon précieux objet à tabac, je dévisageais d’abord le curieux individu dans un long silence, que celui-ci brisa finalement assez rapidement. Le sourcil arqué, je pensais rencontrer un Tengu fier et silencieux. Pourtant, c’est plutôt de l’humilité et de la politesse qui se dégageait de lui.

- C'est bien mon nom. C’est un plaisir. Ton masque ne m’est pas étranger, mais effectivement, on a pas pu faire connaissance au-delà de ça.

Sur mon épaule, Suzaku demeurait particulièrement calme, sachant pertinemment que mon interlocuteur ne faisait sûrement pas partie de ceux avec qui il pourrait pleinement se libérer. Et c’est tant mieux. Une conversation calme et sans hystérie mal placée, c'était rare avec ce cacatoès.

- On m’a nommé gardien du Raikage. Mais je suis chargé de la surveillance de la délégation dans sa globalité. Mais bon, ce n’est qu’un titre qui ne signifie pas grand-chose. Tu peux d’ailleurs me tutoyer si tu en as envie. Comme je peux te vouvoyer le tutoiement t’ennuie.


Les yeux plissés et le timbre maîtrisé, je me montrais pour le moment sous mon flegme habituel, attendant de voir comment me comporter avec un tel individu. Pour l’heure, je me contentais d’accepter d’un simple geste de la tête sa proposition et m’enfonçais en premier dans le restaurant. Mes oreilles m’alertèrent cependant bien vite que seul le dénommé GRIM me suivait, désormais.

- Je vais pas te mentir, c'est plutôt... lourd. avouais-je dans un soupir aussi long que sincère. On a ce sentiment d'être surveillé en permanence. Mais on peut que comprendre. On aurait peut-être fait la même chose à votre place.

Je me laissais guider par Taishi pour le choix de la table. Peut-être avait-il ses habitudes, ses envies ou que sais-je encore.

- Merci de me détailler les particularités de l’établissement, mais ce genre de choses ne m’intéressent pas beaucoup. Je suis moins… extravagant que certains de mes compères kumojins.

Un sourire amical et amusé s’afficha très légèrement sur le coin de ma bouche tandis que je prenais place à l’endroit qu’avait choisi l’iwajin masqué. Masque sur lequel je posais le regard tandis que j’étouffais le foyer de mon Kiseru.

- Par curiosité - enfin, si tu es autorisé à me le dire -, que signifie ton nom de code, « GRIM » ? Je ne connais pas les Tengus donc vos habitudes, votre boulot ou ce genre de chose, je suis loin de comprendre entièrement.

Je restais pour le moment très simple dans mes questions. Cette question concernant la signification de son ‘’nom’’ concernait davantage son rôle que sa personne. Une personne portant un masque veut rarement en dévoiler sur sa vie privée, après tout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Sam 10 Fév 2018 - 9:37
Taishi avait oublié dans le moment qu’il portait toujours un masque et se sentit un peu bête d’avoir posé la question, mais son interlocuteur semblait avoir joué le jeu. Les informations qu’il apportait intriguait le Tengu. La surveillance de la délégation, vraiment ? Rien ne portait à croire qu’il eut remarqué la disparition de Tête-de-Javelot, ou bien avait-il décidé de ne rien laissé paraître. Intéressant malgré tout.

« Déformation professionnelle il faut croire, je ne suis pas vraiment du genre à faire preuve de cérémonie. Il m’a fallu toute mon énergie pour mon petit numéro d’introduction quand vous êtes arrivés aux portes. Toujours est-il que je n’ai pas d’ennui à tutoyer et à l’être, Hisao. »

Ils entrèrent à la suite dans le restaurant alors que le gardien kumojin donnait ses impressions sur la surveillance et les escortes obligatoires. Taishi haussa des épaules en indiquant une banquette.

« Oui, et je comprends aussi. J’ai entendu certains des membres de ton groupe émettre les mêmes plaintes. Il est difficile de comprendre sans avoir été présent lors des trois dernières attaques sur le village. Beaucoup de shinobis sont morts, mais aussi des gens normaux. Leur seul crime, d’être venu vivre ici. *Soupir* Enfin, je ne suis pas là pour moraliser, tu vois le tableau je pense. »

Une serveuse aux atouts Définitivement Débilitants vient leur apporter des menus et Taishi roula des yeux devant la réaction de son acolyte de Kumo, pas convaincu. Le type avait des plumes roses dans les cheveux après tout.

« Vraiment, pourtant il se passe rarement une semaine sans qu’on me vante les attributs des Kunoichi de ton village. Même si le sujet semble te laisser indifférent – peut-être que tu joues dans une autre équipe, pour moi c’est totalement ok tu sais, on est en an 202 après tout -, tu peux au moins me confirmer si les histoires sont vraies. »

Le type éteignait sa pipe et Taishi lui prenait ses aises en regardant le menu.

« Je ne serais pas un très bon Tengu si je t’en disais trop sur notre rôle dans toute cette fanfare. Si on en croît à cette délégation, nous serons bientôt alliés… Mais je doute qu’on en soit à échanger ce genre de renseignement… Sans rancune. Quant à mon nom de code, il est lié à mes talents particuliers en tant que shinobi. Chaque Tengu a son propre acronyme. Découvrir mon identité ne serait pas si difficile pour toi, tu as déjà vu de quoi je suis capable non ? »

Taishi n’était pas vraiment du genre à s’attarder à parler de sa propre personne bien longtemps alors il en resta là. Son identité n’allait pas rester secrète longtemps de toute manière, mais la réelle fonction des Tengus, elle, devait le rester. Il fit son choix rapidement et conseilla son acolyte, mais le menu était assez large pour accommoder la plupart des gens.

« À mon tour… Akahoshi, ce n’est pas un nom qui soit dans ma mémoire, malgré avoir fait pas mal de chemin entre les pays dans les dernières années. Un clan mineur ou un truc du genre ? »

Les premiers plats arrivaient déjà et Taishi décala son masque afin d’avoir la bouche libre.

« Mais je me demande bien ce que le type régulier de Kumo peut bien penser de toute cette histoire. Iwa et Kumo ? Combien de temps ça tiendra, et jusqu’à où ? Iwa a eu plus que sa part de dommages jusqu’ici, la balance est-elle vraiment en équilibre entre les deux villages ? Et le soshikidan est-il vraiment un ennemi ? Pour Iwa du moins…»

Taishi n’était pas le moindrement du genre politique mais il était quand même curieux d’avoir l’opinion du personnage.

« J’y pense, peut-être te souviens de mon message, à l’entrée… Cette femme dans ton groupe, comment s’est-elle identifiée finalement ? À l’opposé de toi, elle ne semblait pas très empressée de porter un bandeau à l’effigie de Kumo. »

Il attendit que son comparse ait sa propre assiette.

« Itadakimas. »





_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Mar 13 Fév 2018 - 22:51
Profondément enfoncé dans ma chaise et le poignet disposé sur la table, mes yeux se déposèrent sur lui quelques instants, observant au passage les ornements de son masque. Je finis par tapoter des doigts en écoutant ses remarques sur mes goûts et mes penchants. Le sourcil arqué, j’avais eu un peu de mal à voir où il voulait en venir. Mais en m’attardant sur la serveuse, je lâchais un soupir évident.

- Ca n’a rien à voir. On n’aime pas tous l’opulence et la luxure, et c’est mon cas. Ce genre d’endroit existe aussi à Kumo, mais mon regard ne s’attarde jamais sur ce genre de… détail. Remarque, je peux comprendre que tu t’étonnes de ce comportement.

Nul besoin d’ajouter une quelconque justification supplémentaire. Il avait entendu ma pensée et j’avais exprimé ma position là-dessus. Fin du débat. Avec les rumeurs qui tournent au sujet de certains de mes confrères kumojins, je serais bien mal placé de juger un type qui veut simplement profiter de la vie et de ses petits plaisirs. Mais en ce qui me concerne, je ne prends pas de plaisir particulier dans ce genre de situations, quand bien même je suis tout à fait capable de remarquer une femme attirante.

- Je ne te connais pas. Ni toi, ni ton pouvoir. Donc tu n’es rien d’autre qu’un masque à mes yeux. Je n’étais … malheureusement… pas encore spécialement actif il y a quelques mois. Les éventuels échanges que tu as pu avoir avec Kumo me sont inconnus. Mais je garde ton entrée en scène en tête.
lançais-je avec un fin sourire.

Loin d’être un manque d’intérêt, l’indifférence dont je faisais preuve quant à son identité marquait tout simplement une certaine ignorance. Volontaire ? Absolument. Mais j’avais également été informé relativement tard de ce voyage. Et me renseigner intensivement sur une nation qui se veut amical ne m’enchantait que très peu. J’aurais loisir de découvrir, petit à petit, les différentes personnalités de ce village, de toute manière.

- Ca n'a de clan que le nom. Je viens d’Humy, un village côtier. Les ninjas sont plutôt rares, les quelques shinobis maîtrisent deux-trois jutsus Suiton, mais c’est tout.


A son image, parler de moi-même était loin de m’intéresser. J’avais partagé ce qu’il y avait à partager au sujet de mon clan. De toute manière, vu ma situation actuelle, j’aurai pas pu en dire plus. J’enchaînais plutôt sur sa question vis-à-vis de la femme dont il faisait mention. Je ne me perdais pas en hésitation avant de répondre. Je n’étais pas animé par la mauvaise foi ou le besoin de cacher quoi que ce soit.

- Je ne la connais pas plus que ça. Tu as tous les droits d’aller vers elle et de le lui demander directement, elle ne te mangera pas. De toute manière, je ne parle pas au nom des autres. Cette question restera donc sans réponse, si tu n’y vois aucun inconvénient.


Je ne lui laissais de toute manière pas le choix. Que cela le gène ou non, je ne peux pas plier à ses désirs sous prétexte que c’était un Tengu. Son discours sur l’alliance entre Iwa et Kumo et concernant le Soshikidan ne fit que soutenir mon manque d’entrain à répondre.

- Des paroles surprenantes. Tu n’es pas stupide et tu as bien compris les agissements du Soshikidan. L’implication de cette organisation aux sommets des Kage, notamment, ne fait aucun doute. Pourtant, tu restes prudent sur la considération que vous devez avoir peux eux … ? Je vois.

J’apportais le basique sen-cha que j’avais commandé à mes lèvres avant d’en boire quelques gorgées. D’un petit mouvement las, je me redressais sur ma chaise et déposais mes deux coudes sur la table. Je n’avais pas l’habitude de mesurer mes mots et de contrôler ma façon de parler. C’était plutôt inhabituel.

- Kumo a plus à perdre dans cette alliance que Iwa. Tu l’as dit toi-même, de gros dommages ont été causés chez vous et si quelqu’un doit aider l’autre, c’est nous. Mais c’est une vision à court terme qui ne me plaît pas. Cette alliance doit avoir un sens, mais elle ne doit pas être de circonstance. Rien ne nous oblige à nous serrer la main en toute hâte. Tout est à construire, à bâtir. Idéalement, ça marchera et nos nations respectives en ressortiront gagnantes.

Je marquais une petite pause, où je lui souhaitais également un bon appétit et ou je prenais une première bouchée de mon plat.

- Mais je reste confiant que nous rapprocher d’Iwa est une bonne chose. J’ai entendu beaucoup d’avis. Beaucoup étaient pragmatiques et réticents. Mais développer la confiance ne se fait pas d’un claquement de doigt, ça prendra du temps. Cette alliance n’aura de sens que bien plus tard. Mais c’est peut-être ce que tu redoutes ? Ce « plus tard » ? Tu crains une trahison de notre part ? Un manque à notre devoir ?



_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Mar 20 Fév 2018 - 22:11

« Il est vrai que je m’attendais à quelqu’un de plus… Festif, peut-être ? Mais je respecte tes réserves. »

C’est peut-être ce qui avait intrigué Taishi, ce normalisme qui émanait du type. La vérité, c’était que l’Hayai passait trop de temps en compagnie de personnes folles à lier. Et maintenant, il ne savait plus ce qui était stand et normal, ou pas.

« De toute façon, pour je m’inquiéterais de ton manque d’observation ? Ça en fait plus pour moi. Hahaha. Ne t’en fais pas avec ça. »

Il considéra les mots d’Hisao et haussa des épaules. Cela semblait une histoire plausible, mais il n’allait pas davantage en révéler si ce n’est que par pur prudence. Personne n’étais au-dessus des mensonges, pas même un lien de sang. Et Kumo, et les kumojins, étaient loin d’être des frères. Pas maintenant, pas jamais, probablement. Sa tête s’égara à des images d’orgies kumoiwajines, ça semblait un peu ridicule, oui.

« Je ne saurais même pas dire si les gens qui étaient présents à ce moment-là sont encore des shinobis actifs. Ça fait un moment déjà, et le temps passe très vite dans notre métier, tu ne crois pas ? »

Les origines du personnage étaient floues, mais Taishi ne croyait pas avoir grand-chose à creuser de ce côté-là. Il n’avait jamais entendu parler de ce village, mais son emploi antérieur de coursier ne l’avait souvent emmené que dans les villages plus majeurs. Qui plus est, la village qui subsistaient grâce à un unique commerce sans transformation n’avait pas vraiment besoins de messagers commerciaux. Il se promit quand même de consulter les cartes officielles.

« Humy ? Je vois… Je viens d’un clan mineur de ce pays, pour ma part. Comment en êtes-vous venu à devenir shinobi ? »

Il ne s’étala pas davantage, ce n’était que de la conversation, pas des secrets de guerre. Et pas aussi épineux que leur autre sujet de conversation. Il décida de ne pas poursuivre en ce qui avait trait à la kunoichi, elle semblait sans intérêt et il ne semblait rien avoir à dire qu’il ne savait déjà.Il secoua la tête en balayant de la main.

« Je ne souhaite pas insulter Kumo en remettant en question la validité des actions du Soshikidan. Je suis simplement réaliste au fait que les vrais dommages envers Iwa ont été causés par Kiri, pas cette organisation. Shitô était une tragédie mais en tant que tel… En fin, tu vois le portrait. »

Pas d’autres manières de l’expliquer. Taishi ne voulait pas se montrer sans cœur, mais pas non plus mentir sur la réalité des choses.

« Soyons francs, Hisao. Cette alliance est une d’opportunité, comme la plupart des alliances. Tant que nous profiterons de l’un et l’autre, tout ira bien. Mais quand le Soshikidan sera rayé de la carte, et Kiri une destination balnéaire pour les touristes de nos nations respectives, que ce passera-t-il ensuite ? À garder en tête, c’est tout. »

Il soupira en attaquant son plat.

« Je suppose que je fais partie de ces gens pragmatiques dont tu parles. Réticent ? Je ne crois pas. Plus tôt nous aurons nos forces, plus tôt Kiri paiera pour son attaque. Pour ma part, mon intérêt est de régler ma dette envers ceux qui sont morts, davantage qu’une douteuse vengeance patriotique. Et j’espère que nous n’aurons jamais à croiser le fer, dans cette vie ou la prochaine. Mais mes vœux ne façonnent pas le monde. Celle-là, je l’ai appris bien tôt. Mais je le sens déjà, tu partages ma pensée, non ? Sans dire que tes comparses sont déraisonnés, tu me sens plus… Ancré dans ce monde et sa réalité.»

Il secoua la tête devant les inquiétudes de son interlocuteur.

« Je n’irais jamais insulter Kumo en supposant qu’il y aura trahison ou faute de votre part. Au contraire, j’irais vanter que vous suivrez vos intérêts et vos propres objectifs. Et ceux-ci ne peuvent, logiquement, suivre indéfiniment ceux de notre propre nation. Question de logique, ne crois-tu pas ? À ce moment, la question n’est pas de savoir si cela va arriver, mais plutôt quand, où… Et comment. La sécurité et les mesures en place sont-elles lourdes, ou simplement en accordance au danger que pose un katana placé en d’autres mains que celles d’un Iwajin ? De la nourriture pour la pensée ! Que penses-tu de celle-ci, à propos ? À moins que tu n’aies pas plus d’intérêt pour la gastronomie que la science des angles harmonieux ? »

Il prit une gorgée d’eau.

« À ce sujet, comment pourriez-vous me décrire la ville de Kumo, en comparaison avec la nôtre ? J’ai beaucoup voyagé dans ton pays, mais pas ton village, évidemment. »



_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Sam 24 Fév 2018 - 23:31
La vie est faite de choix, mais également d’obligations. Certaines situations permettront que l’on décide de ce qu’il va arriver, d’autre forceront le destin à s’orienter vers un certain couloir. Mon existence en tant que shinobi appartient à la deuxième catégorie : Je n’aurais pas dû en devenir un. C’est mon passage en prison qui a fait que je devienne ninja ; que j’aie eu à développer mes capacités. Mais en guise de réponse, je ne me targuais que d’un simple « Par défaut. Rien de bien impressionnant de ce côté-là. Je m’adapte à la vie de ninja surtout. »

La vision qu’avait l’iwajin sur le Soshikidan me laissait vraiment perplexe. Les arguments qu’il avançait semblaient se contredire dans ma tête, mais peut-être était-ce simplement une impression en raison de mon désaccord avec lui. Pas sur la totalité de ses propos. Je n’étais pas stupide au point de ne pas voir en ses dires une once de vérité, voire de réalisme.

- On ne forme pas une alliance sans raison, je suis parfaitement conscient de ça. Seuls les naïfs pensent le contraire. Pour autant, ça ne veut pas dire que je ne crois pas au maintien d’un accord entre nos deux nations. Kumo est dans un courant ascendant et la guerre ne devrait même pas faire partie de nos plans. Quand le Soshikidan disparaîtra et que Kiri ne représentera pas un danger, je n’envisage pas un terme brutal et sanglant entre Iwa et Kumo.


Et lui non plus. Son rôle de Tengu, et peut-être son caractère, tout simplement, l’obligeait à garder cela en tête. Il faut être préparé à toutes les éventualités, mais pour le moment, rien n’indique des tensions entre Kumo et Iwa, au contraire.

- Le seul frein est le manque de confiance, mais tout se jouera avec le temps. Si des querelles ou des problèmes naissent pendant que nous sommes alliés, la rupture ne se fera pas par surprise. Sauf cas belliqueux ou égoïstes, je n’envisage pas ce scénario.


Continuant de manger le plat qui m’avait été apporté, j’entendais bien ses réflexions vengeresses. Au fond, il n’y a là, devant moi, qu’un homme bien décidé à s’orienter sur un objectif en particulier sans s’emmerder avec la diplomatie. Peut-être étais-je en train de me tromper, mais c’est le sentiment qui se dégageait de lui à mes yeux.

Je lâchais un petit rire à la mention de ‘’science des angles harmonieux’’. « La nourriture est excellente. Ce sont des plats qui sont semblables aux nôtres, finalement. Mais, pour ce plat par exemple, les épices sont différentes. J’apprécie la touche Iwajin ». Ainsi, contrairement aux formes féminines, je montrais déjà un peu plus d’intérêt… ou du moins… d’opinions à la gastronomie. En vérité, c’est juste que mon passé m’a obligatoirement provoqué un goût prononcé pour la bonne nourriture.

- Ce qui m’a le plus surpris à Iwa, c’est la place du commerce, qui me rappelle mes années à Humy. Lorsqu’on est à Kumo, on ressent vraiment cette atmosphère savante, intellectuelle. Il y a un désir d’apprendre des choses qui nous échappent. Ce n’est en rien des choses qui m’intéressent, mais la réputation scientifique de notre village n’est pas infondée. Mais vous, dans les marchés, j'ai vraiment été intrigué. Je m'attendais à des cris à tout va, mais au contraire, les gens sont plutôt calmes. Enfin... la plupart.


Certains spécimens étaient particulièrement étranges, mais je n'allais pas m'étaler là-dessus pour le moment. Je fis en revanche une pause afin de commander une deuxième boisson. Mon verre avait rapidement été vidé étant donné que je n’avais pas bu depuis quelques heures déjà.

- Pourquoi est-ce que tu as visité notre pays ? Missions ? Tourisme ? Je sais qu’il y a un village dont la culture est reconnue, mais même Kaminari reste assez inconnu à mes yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Jeu 8 Mar 2018 - 21:32
Taishi s’appuya confortablement contre le dossier de son siège, réfléchissant aux mots de l’homme, bien particulier finalement. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas rencontré une personne aussi posée, songea-t-il. Ou bien il passait trop de temps avec une folle. Cette idée semblait bien plus possible, à bien y penser. Haussement d’épaule.

« Je ne sais pas si ça fait de toi un visionnaire ou un naïf de croire que ce truc, cet Iwa-Kumo, survivra plus longtemps que les intérêts individuels des villages qui la composent. Quelle est la suite, Akahoshi Hisao ? Une confédération ? »

Il eut un petit rire en s’attardant un moment sur son propre repas.

« Je pense pas que l’humain soit de nature très digne de confiance. Nous sommes trop chaotiques, attirés dans tous les sens avec un simple moment d’avertissement. Mais dans nos propres intérêts, j’espère que tu auras raison, Hisao. Je l’espère bien. Mais je n’y crois pas vraiment. Je pense que nos Kages respectifs s’entendront bien pour le moment. La vengeance est un excellent motivateur, non ? »

Les commentaires sur la nourriture lui fit plaisir, même s’il trouvait son absence d’intérêt vers les beaux angles un peu étrange. Es-ce que tous les gars de Kumo étaient comme ça ? Ça expliquerait beaucoup de chose… Taishi n’allait pas se plaindre. Cela ferait plus de conquêtes pour lui si un jour il visitait le village. L’Hayai se demanda quand même si une telle chose arriverait un jour. Cela faisait si longtemps qu’Iwa était le port d’attache qu’il avait peine à imaginer la liberté, la vraie, à nouveau.

« Ça, c’est autant un mystère pour moi que le reste, l’instinct mercantile de ce pays. Comme si c’était dans leur sang. Oh ils se crient après comme tous les autres, mais avec une certaine… Civilité, si on peut dire. Je serais curieux de voir vos avancées technologiques. Je suis moi-même, à temps partiel, un scientifique, bien que mon domaine soit davantage… Anguleux, si on peut dire. Haha. »

Le type semblait mal à l’aise alors il ne poussa pas davantage le sujet. Sa question suivante ne l’étonna pas, tout le monde finissait par la poser, sachant qu’il n’était un iwajiin d’origine.

« Je ne peux entrer dans les détails, mais mon clan était amené à voyager un partout sur le continent. Ainsi j’ai fait pas mal le tour, de l’extrémité de ce pays à celui du feu, jusqu’au archipel où Kiri est censée être cachée. C’était bien avant Iwa, avant tout ça. Des temps beaucoup plus simple pour tout le monde, crois-moi… Et toi, tu n’as donc pas ce besoin d’exploration ? »

Cela lui fit penser à quelque chose et il fouilla dans les poches intérieures de son manteau, laissant entrevoir le métal brillant de multiples kunai sur du tissu verdâtre.

« J’avais une chose à te demander. Vu le perroquet que tu trimballes, je me disais que tu devais t’y connaitre un peu en oiseaux, je me trompe ? »

Il sortit une longue et large plume brunâtre qu’il posa sur la table. L’Hayai l’avait trouvé au cabaret, pendant son enquête pour trouver le GLOUBADOOK. Taishi avait bien l’impression qu’il s’agissait d’un indice capital, mais ne savait pas trop quoi en penser.

« Je me demandais si tu serais capable d’identifier d’où vient cette plume, juste ce que tu peux m’en dire, en fait. »


_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Dim 11 Mar 2018 - 23:09
Un haussement d’épaule servit d’abord d’unique réponse à son interlocuteur. Au fond, je ne pouvais que comprendre son point de vue, et comme je l’avais dit il y a quelques minutes, je ne suis pas naïf au point de penser que tout sera facile et évident. Les choses dépendent de dizaines de facteurs, mais était-je totalement dans le faux que de vouloir soutenir cette idée ?

- Ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit. lui lançais-je avec un léger sourire en coin. Tout ce que je souhaite, c’est qu’Iwa et Kumo, une fois le Soshikidan et Kiri calmés, ne se retournent pas l’un contre l’autre sous prétexte qu’on a plus rien sur lequel taper comme des idiots. Pas besoin de devenir des amis qui se soutiennent en toute circonstance. Mais à l’heure actuelle, on est quand même obligé d’avoir des gardes du corps, et ce, en quantité.

Tout en clarifiant ma pensée, je ne pouvais m’empêcher de comprendre ce qu’il disait. Mais je crois que le problème se situait ailleurs : En cas de problème, dans le futur, quelles seraient les conséquences de l’inaction d’une des factions ? Même si je n’appréciais pas le concept, on restait alliés de circonstances. Qu’Iwa ou Kumo refuse de prêter main forte à l’autre en justifiant leur choix, quel serait la réaction de l’autre ?

Bah. Tant pis. Le sujet finissait par disparaître de la conversation. On en avait pas vraiment fait le tour, mais aucun de nous deux n’était là pour ça, de toute manière. Donc c’est tout naturellement qu’on finit par arrêter de parler de l’alliance, des implications et des possibles répercussions.

- Tu es scientifique ? Je vois, ce… je marquais une petite pause. Mes yeux se plissaient et le fixèrent, tandis que je pris une gorgée de mon verre fraîchement rempli. Ah. La science des angles harmonieux, j'me trompe ? J’aurais dû m’en douter… Vous êtes de sacrés cas, à Iwa.

Je lâchais un rire amusé. C’était loin d’être une critique ou une moquerie. Mais malgré mon amusement, je commençais sérieusement à me questionner sur ma façon d’être avec les femmes. Sérieusement, je vais finir par croire que c’est la norme de passer son temps à parler de ça… Je peux rien faire contre mon caractère, mais ça commençait sérieusement à tourner dans ma tête. Mais sans doute pour rien.

- Je vois. Non, pour être honnête, je n’en ressens pas le besoin. Enfin, si, mais je ne suis pas pressé. Je pense que je me suis juste fait à l’idée que le temps passait tranquillement et que j’avais pas besoin de me presser. Ma situation et ma position m’obligeront tôt ou tard à voyager un peu partout, de toute manière. Je gère la mission, je visite un peu, et je rentre. Ca me semble bien.


Une plume ? « Grim » venait d’en déposer une sur la table. Je tournais la tête vers Suzaku, qui imposa son regard sur celle-ci. Sa tête penchait légèrement sur le côté avant qu’il ne se décide à quitter mon épaule pour s’en rapprocher.

- Alors, Suzaku ?


- Une plume de dindon. C’est pas vraiment l’oiseau le plus sexy de l’univers, mais bon. On peut pas tous être des cacatoès avec mon magnifique plumag-...

- Abrège, le piaf.

- OH LA LA, ça va Hisao-Zo. Ouaiiiis donc… rien de particulier en fait. C’est une plume de dindon, c’est tout. Par contre, ça sent pas le dindon nul, tu sais ? Ouais parce que, on dirait pas, mais y a parfois des fous chez ces trucs pas beaux. Ils font glouglou mais, attention !... Enfin. Pourquoi tu veux savoir ça ? T'as des projets pour lui ? T'as pas autre chose à glander ?


- Oi, la ferme Suzaku.
J'écrasais mon dos contre le dossier de ma chaise puis haussais les épaules. Mais il a pas tort. Qu'est-ce qui peut bien t'intéresser là-dedans ? Une affaire personnelle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Dim 18 Mar 2018 - 20:57

« Oui, cette science-là ! Je vois que j’ai affaire à un connaisseur. Nous sommes les leaders dans le domaine, ici à Iwa. Kumo a tout le reste, de toute façon. »


Il eut un petit sourire en baissant les yeux vers la plume, intrigué. Les réponses de l’homme et de son piaf restaient mystérieuses. Que pourrait faire le GLOUBADOOK d’une plume d’une des créatures les plus stupides de l’histoire ? Peut-être que c’était juste une piste sans vraie fondement. La danseuse du cabaret en avait peut-être sur son costume et l’avait perdue lorsqu’elle avait kidnappé par le terrifiant personnage. Peut-être trouverait-il plus de réponses à la bibliothèque sur le sujet. Il frémit à l’idée d’aller à cet endroit rempli de poussière, et surtout, d’intellectuels coincés et boutonneux.

« Je suis pareil, sur l’inutilité d’être pressé… Mais j’ai aussi réalisé avec le temps que la vie passe beaucoup plus vite qu’on le pense. Le moment de voir ce monde et ce qu’il contient ne peut pas attendre indéfiniment. La vie est la seule course qui finit de la même manière pour le gagnant et le perdant à la fois, vois-tu ? »

Il reprit la plume et la glissa dans son manteau noir et vert.

« Merci pour l’info. Je recherche un dangereux criminel qui sévit dans le pays. Il a laissé ça sur une des scènes de ses crimes. Malheureusement, le dindon est un animal assez commun par ici. Mais c’est mieux que rien. »

Il constata qu’ils avaient fait le tour côté repas et il fit signe à la serveuse pour amener de derniers verres et ramasser les assiettes.

« Je ne t’imaginais pas un tel idéaliste, Akahoshi Hisao. Je suis comme tous les autres, je ne souhaite que la paix pour la population qui n’a jamais demandée à être amenée dans les conflits créés par les shinobis. Mais je suis réaliste quant au déroulement de l’histoire, aussi. Enfin, une journée à la fois me dira-t-on. Nous nous en tiendrons à cela pour le moment. »

Les verres arrivèrent et il trinqua avec le personnage.

« À la santé respective de nos nations. »

Il déposa le sien une fois vide.

« Eh bien, Hisao, j’espère avoir un jour la chance de visiter ton village et d’en voir les vertus. Pas comme shinobi mais comme un simple voyageur qui découvre le monde à travers ses périples. Cette vie-là me manque parfois, pour tout dire. »

Il déposa un sac de pièce amplement suffisant pour payer leur repas, il connaissait la serveuse de toute manière, pour des raisons… hum… personnelles. Taishi rajusta son masque et se releva.

« Il est temps pour moi de retourner à mes devoirs. Nous nous reverrons bientôt, Hisao. Même si j’espère que ce sera dans d’aussi bonnes circonstances… »

Après avoir écouté les mots du personnage, il repartait dans la rue avec l’intention de vérifier l’état d’autres membres de la délégation.


_________________
It really is just a nickname you know, Invité. By the time you see the green, you will be done and I will be gone.

#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Dim 25 Mar 2018 - 23:21
- Donc ce n’est plus une course, il n’y a de ce fait aucun gagnant ou perdant. Libre à toi de la considérer comme telle. Nos expériences personnelles ont simplement forgé des images bien différentes de ce qu’est la vie et de comment elle doit être vécue.

Et pour être franc, j’appréciais sa façon de voir les choses, mais ce n’était définitivement pas pour moi. J’avais bel et bien des objectifs, qui devront tôt ou tard se concrétiser, mais comment se mettre sous pression alors que l’on a attendu sept ans entre quatre murs ? J’veux dire, à force, on finit par ne pas devenir pressé… ce qui est ironique, sachant que je ne suis pas particulièrement patient pour des conneries.

- Idéalisme, réalisme… pour tout te dire, ce sont des mots qui reviennent souvent et qui, à défaut d’illustrer la réalité de la vie, ne font que me gonfler. Au bout d’un moment, faut vivre le présent et suivre ses idéaux. Ton cerveau s’occupera du reste.

Terminant cul-sec mon verre, je vins l’écraser contre la table, marquant que j’étais également prêt à mettre fin à ce repas. Je fus légèrement contrarié par le fait qu’il désirait payer entièrement l’addition, mais je finis par simplement le remercier d’un mouvement de tête.

- Merci pour cette discussion. Je te souhaite bon courage pour ce criminel à plumes. Désolé de pas avoir pu t’aider plus que ça pour cette affaire de plume.

Je me levais et poussais ma chaise, avant de réajuster mon manteau, où Suzaku vint se réinstaller, comme si c’était devenu totalement automatique avec le temps. « J’espère aussi que ce sera dans d’aussi bonnes circonstances. Fais attention à ne pas être à deux doigts de me rentrer dedans, la prochaine fois. » Je n’aurai pas pu voir son visage, ce qui veut dire que quand il viendra en tant que voyageur, il est possible que je ne le reconnaisse pas.

Tant pis. Après son départ, je sortis lentement du bar dans lequel nous avions mangé, non sans écarter gentiment l’une des danseuses. Ce geste me fit repenser à son commentaire sur moi et mon manque de luxure. J’avais déjà bloqué sur ça pendant le dîner, mais c’était revenu à la charge. Franchement, c’était si bizarre de ne pas vouloir ‘’profiter’’ de ça ?

Question légitime, je suppose. Après, venant d’un ‘’scientifique des angles harmonieux’’, j’devrais peut-être arrêter de trop y penser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

A Gathering of Feathers [Hisao]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: