Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

La justice est aveugle, jusqu'à ce son voile lui soit retiré.... -Yuki Eiichiro


Lun 5 Fév 2018 - 20:18
Ce jour-là, le bureau de l’assistante du Kage resta vide. Les bureaucrates bien embêtés avec leur pile de dossiers se demandaient où diable elle avait bien pu passer. La veille au soir, Akimoto l’avait lui-même convoqué dans un cadre plus que privé, la première chose qu’elle lui avait dite en rentrant étant qu’elle était innocente, que ce n’était pas elle, en somme qu’elle n’avait rien fait, pures calomnies ! Le refrain habituel quoi. Un air sérieux, il lui avait alors confié un dossier ou plutôt un rapport de mission, qui se liait à une tâche de premier ordre pour elle le lendemain. S’il l’envoyait à elle plutôt que s’en occuper directement, c’était par soucis de discrétion. Courageux ou fou furieux de Senseï qu’il était de lui faire confiance… ?

En faisant jouer de sa sensorialité, il n’était alors pas bien difficile pour la kunoishi de repérer le Yuki dans Iwa, focaliser sur lui de loin, elle le suivait tout en se promenant jusqu’à trouver le point d’abordage adéquat. Dame la chance semblait vouloir lui sourire, puisqu’il ne lui fallait pas attendre longtemps pour obtenir son occasion, qui plus est dans une échoppe de thé qu’elle appréciait particulièrement. Quelques minutes après lui seulement, la femme s’invitait alors dans le bâtiment, son large chapeau fleuri par ce temps hivernal attirait forcément l’attention et le vendeur reconnaissait sa bonne bien qu’un peu excentrique cliente. Elle le saluait poliment, lui, puis son client aux côtés de qui elle se postait un air malicieux sur sa face, mais le sourire agréable. Dommage qu’il ne puisse pas en profiter, comme elle il y avait encore peu de temps.

-Eiichiro-sama, bon matin. Son regard glissait sur le comptoir et les choix de l’homme. Oh, mais j’y pense, quelle sotte, nous ne connaissons pas vraiment, mais peut-être nous sommes nous croisés quelques fois. Je suis l’assistante de ce cher Akimoto, Sanadare.

Tact et respect, c’était les seuls conditions qu’avait émis le gros roux, combien même il n’aurait pas vraiment eu à lui dire en fait, la Hyûga savait contrairement à ce que l’on pensait quand il était temps de faire la folle ou non. Ou plutôt avec.

-Laissez-moi rectifier mon incorrection en vous invitant à savourer les délicieuses préparation de notre ami commun. Les meilleures herbes de la ville il paraît. Autant s'aider un peu à avoir un bon service. Après que Watari-kun m’ait parlé de vous, j’avais l’ambition de venir converser avec vous un jour, il semblait persuader que l’on était fait pour s’entendre, malheureusement, j’ai manqué d’occasion. Jusqu’à aujourd’hui du moins. Pourrait-on avoir une place tranquille ? Demandait-elle au gérant de l’établissement qui s’activait dès lors pour la tâche.

Son ton malicieux laissait entendre qu’il n’y avait pas que cela, peut-être que l’homme était curieux, peut-être pas, dans tous les cas, elle était assez du directe, des fois trop, mais sans forcément se montrer trop insistante, la kunoishi décidait d’être honnête. Ils n’avaient pas encore bougé d’un pouce et pourtant, un ton assez bas pour qu’il soit le seul à entendre, une chance qu’ils soient les seuls clients au comptoir, la borgne enchainait…

-Je ne suis pas entrée ici par hasard, seulement parce que vous y étiez. J’ai retranscris un document en braille pour vous, J’aimerais quelques peu de votre temps et de votre attention si vous en êtes disposé.

Il serait difficile de lui lire, et pour dire, elle n’était pas particulièrement contente de venir lui annoncer ce genre de nouvelle. Quoi qu’il en soit, elle commandait un thé blanc au jasmin sans surprise, la propre essence qui l’embaumait dans sa féminité était cette odeur fleuri, puis elle ouvrait la marche vers leur petit salon accommodé spécialement pour deux clients familiers. Dans le rapport s'il le lisait, il était mention d'une traîtrise gravissime...

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mar 27 Fév 2018 - 18:45
Les jours passaient et, s’il ne pouvait plus voir, ils se ressemblaient inlassablement. Hier ressemblait à aujourd’hui, autant que demain ressemblait déjà à la veille. Au sein de la Roche, l’Hiver s’était durablement installé avec, ici et là, quelques journées où la neige tombait sur les toits, recouvrant les rues et laissant les enfants s’amuser, oubliant le nuage gris de la guerre à venir. Période froide où les cheminées s’allumaient et réchauffaient les cœurs, où les corps se liaient pour retrouver la chaleur d’êtres enlacés au milieu de la nuit, l’Hiver recouvrait les toits, les rues et les monts d’Iwagakure. Parfois, quelques couches de Glace s’installaient là où la neige, fondue par quelques températures, devenait eau pour devenir le précieux gel que certains connaissaient bien. Et, au sein de ce monde blanc, endormi mais attentif à cet avenir qui se dessinait lentement comme le conflit éclatant en de batailles de Shinobis, certains passaient là leur premier Hiver. Tel le Clan Yuki et les Exilés. Loin de Tetsu no Kuni, pour certains. Loin de Mizu no Kuni, surtout, pour d’autres.

Loin de ses terres natales, Yuki Eiichiro s’éteignait lentement. Loin d’être véritablement mourant, la lassitude rongeait de plus en plus son cœur, lui qui devenait l’homme qu’il avait toujours été. Froid. Taciturne. Rongé par la nostalgie de l’Eau, la Roche n’était et ne serait jamais son village. Certes, il le défendrait, car ce dernier restait le village de ceux qui lui étaient cher. Pourtant, malgré les mois qui passaient, le Maître des Glaces, celui qui était devenue Aveugle pour Kirigakure n’était pas à sa place au sein des Remparts de la Pierre. Tandis qu’il marchait seul, les mains plongées dans les poches de sa veste, n’utilisant que ses sens pour se repérer, il entrait finalement dans une échoppe qu’il visitait dorénavant régulièrement. C’était là que, cherchant les Herbes pour ses thés, il se rendait fréquemment, d’au moins une visite hebdomadaire, parfois un peu plus quand ses journées trainaient trop au sein du Domaine. Exilé de son état, celui qui vivait pour la guerre était dorénavant reclus au sein d’un bâtiment qu’il ne connaissait que depuis quelques semaines. Etablissant les rêves de sa cousine, celle qui était sa meilleure amie devenait celle qu’elle méritait. Loin de son ombre, elle éclairerait bien des hommes.

???Eiichiro-sama, bon matin. Une voix qu’il reconnaissait vaguement, alors qu’il se tournait vers l’empreinte féminine, dévoilant son visage voilé par le bandeau blanc de ses yeux crevés.

Tandis qu’elle se présentait, il hochait légèrement de la tête devant celle qui se faisait l’Assistante du Tsuchikage. Hyûga Sanadare. Ce Clan qui possédait les pupilles blanches, capables de voir mieux que quiconque. Elle parlait beaucoup et, alors qu’elle l’invitait à la suivre dans une pièce tranquille, il demandait que lui soit amené un thé noir, sans aucun adoucisseur. Il les avait toujours aimés corsés et sobres, et, alors qu’elle évoquait une lettre écrite en braille, sa main se posait sur la coupe remplie par les bons soins du gérant. Ce dernier, déjà retiré, avait fait préparé le sachet aux herbes noires pour l’Aveugle par son assistant et, bien que curieux, n’était pas resté plus longtemps, toujours légèrement inquiété par l’habituel, mais sombre, Yuki. Tranquillement, assis en tailleur devant la table basse qu’il auscultait finement de ses doigts bandés, il vérifiait l’ensemble de la pièce, comme un mécanisme de sécurité, se rassurant au passage que l’ensemble de la pièce existait bel et bien au-delà des ténèbres de son regard. Et, soulevant la coupe qu’il apportait déjà à ses lèvres, il prit la parole.

EiichiroEt que laissait donc entendre Watari-kun sur mon propos ? Un sourire, amusé, tandis qu’il comptait savoir si elle s’était déjà mise à lui mentir d’entrée de jeu. Et si elle ne mentait, que disait bien le Samouraï dans son dos.

Prenant une gorgée de son thé encore trop chaud, sa tête s’était légèrement baissée avant de se relever, se dirigeant vers l’écho entendu, celui de la jeune femme. Face à elle, bien qu’aveugle, il ressentait cette dernière à l’aide de sa Sensorialité, attentif à ses mouvements, à son Chakra, à ce qu’elle composait. Tentait-elle de l’amadouer ? Pourquoi l’avait-elle suivi en ces lieux ? Si elle lui proposait une feuille codée dans la langue des aveugles, un sourire léger, loin de toute tristesse, laissait pourtant entendre sa sentence. Car s’il était aveugle, il n’avait jamais entièrement accepté sa condition.

EiichiroJe ne peux pas lire le braille, Hyûga-chan. Prenant une courte inspiration, se tournant vers le gérant qui les observait sans entendre. Que me voulez-vous exactement pour que vous me suiviez ici ? Venez-vous donc en tant qu’Assistante du Tsuchikage ou la curieuse amie de l’Hoshino ?

Et déjà, alors qu’il restait calme, la pièce se refroidissait légèrement, autant que son thé, dégageant son Chakra glacé lentement mais sûrement. Sur ses gardes, prudent, et même paranoïaque, l’ancien Chef de Clan était pourtant curieux. Silencieusement, tandis que ses mains se joignaient autour de la coupe, il patientait. Qu’elle décline les raisons de sa présence. Il était encore de bonne humeur, cela devait-il encore durer longtemps ou laisserait-il l’Hiver entrer au sein de l’établissement reconnu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t30-yuki-eiichiro-don-t-remain-silent-termine http://www.ascentofshinobi.com/t2036-yuki-eiichiro-titre-u-c#13764 http://www.ascentofshinobi.com/u355

La justice est aveugle, jusqu'à ce son voile lui soit retiré.... -Yuki Eiichiro

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: