Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Au clair de la lune [H.Tsuki]
Aujourd'hui à 17:48 par Hohoemi Tsuki

» Conviction la plus profonde [Sae]
Aujourd'hui à 17:42 par Rinku Sae

» Ceux qui cherchaient la bagarre. [Lua]
Aujourd'hui à 16:58 par Hohoemi Tsuki

» Conciliation ᵜᴥ Sun-hi
Aujourd'hui à 16:31 par Nagamasa Mikazuki

»  [Mission libre B] Le purificateur
Aujourd'hui à 15:48 par Watanabe Shiori

» Ce doux sifflement [PV Etsuko]
Aujourd'hui à 15:44 par Ashikaga Gabushi

» L'heure du changement
Aujourd'hui à 15:08 par Borukan Muramasa

» vice porcin [anzu]
Aujourd'hui à 15:04 par Kinu Lua

» Eh la qui va la ! (Inspecteur gadget) / Pv Takumi
Aujourd'hui à 13:52 par Hyûga Kami

Partagez | 

[Arcs n°3/4] Chanceler


Lun 5 Fév 2018 - 22:10
La jeune femme paniquait. Sa voix, terriblement haletante, accompagnait les frémissements de son corps. Trahie dans sa plus grande frayeur, elle ne pouvait même pas se reposer sur sa vue pour atténuer ses autres sens. En effet, elle était plongée dans le noir. Depuis quand était-elle là ? Elle-même ne le savait pas, ne s’était réveillé d’un coma que depuis quelques minutes. Tout ce dont elle se souvenait, c’était d’avoir été abordée par deux hommes, qui l’avaient ensuite frappé à la tête. Assommée et transportée jusqu’ici, elle craignait pour sa vie.

Pour tenter de s’échapper de sa torpeur, elle tentait de réfléchir. Etait-ce de vieux ennemis qui en avaient après elle ? Mais qui ? Officiellement, elle n’était qu’une gérante d’auberge. Personne n’aurait pu lui en vouloir au point de la kidnapper. Ses anciens employeurs ? Son entreprise ne faisait que peu de concurrence aux autres, tant le village où elle s’était installée était éloigné des autres.

Il ne restait plus qu’une option. Il ne restait plus que… lui.

« Bien bien bien… »

Elle ne reconnut pas cette voix autoritaire, mais elle sursauta. Premièrement parce qu’elle ne l’avait pas entendu arriver, et deuxièmement parce qu’elle en était maintenant sûre. Il y avait quelque-chose qu’elle avait mal fait pour que les choses dégénèrent. Elle trembla encore plus, à tel point que ses mots sonnaient comme mous.

« P-pitié, j-je ne sais…
Allons, allons. Laissez-moi vous expliquer pourquoi vous êtes ici. »

Tandis qu’elle entendait son interlocuteur ricaner, elle se rappelait pour qui elle travaillait. Un homme puissant, possédant un large réseau partout dans le monde. Elle, elle n’était qu’un chiffre sur une liste, une des nombreuses personnes sur lesquelles cet inconnu avait su faire pression un jour pour qu’elle lui rende des services. Dans son cas, il s’agissait de parfois laisser son auberge à des gens peu fréquentables, contre une rémunération adéquate.

Et c’était là le problème. Comment aurait-elle pu en arriver là sachant que son travail consistait simplement en un prêt de loyer ?

« Vous êtes tombée dans un piège, il y a deux semaines, en laissant votre auberge. Ceux que vous avez laissé entrer ce jour-là n’agissaient pas selon mes ordres. A cause de vous, ils ont peut-être remonté ma trace. »

Elle n’en croyait pas ses oreilles, et pourtant, elle ne remettait rien en cause. Peut-être qu’au fond d’elle, elle avait tant redouté ce monde qu’elle avait commencé à côtoyer sans jamais l’avoir voulu au point de se douter qu’un jour elle en paierait le prix fort. Travailler pour cet homme, même de si loin, était risqué. Oui, elle l’avait toujours su.

« Je… je ne savais pas…
Mais je me doute que vous ne le saviez pas, très chère ! C’est pour ça que je vous ai fait venir ici, pour vous raconter tout cela en tête à tête. »

La jeune femme se mit soudainement à ressentir de l’espoir. Elle releva un peu la tête. Ses yeux s’accoutumant un peu plus à l’obscurité de la pièce dans laquelle elle avait été enfermée, elle distinguait bien mieux les traits de son interlocuteur.

« Maintenant, vous savez. Et vous savez également que je ne peux garder les services de quelqu’un qui m’a apporté des soucis plutôt que de m’en régler. Adieu. »

Aussitôt, la gérante d’auberge sentit une chaleur oppressante tirailler sa poitrine. Ses yeux hésitants tardèrent à s’abaisser. Lorsqu’elle put poser le regard sur son corps, elle vit une lame qui l’avait transpercée. La douleur, vive, la fit chanceler sur le côté. De quoi lui laisser le temps d’un ultime regard… vers l’Homme au Chapeau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Arcs n°3/4] Chanceler

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hi no Kuni, Pays du Feu
Sauter vers: