Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Kugutsu VS Kuromajutsu [Ft. Aami Shôran]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Mer 21 Fév 2018 - 13:01
Cette fois-ci Shôran n'avait pas bu une seule goutte d'alcool, et même s'il était légèrement timide de nature, il combattit celle-ci pour pouvoir se faire pardonner en amenant la Kumojine aller manger un morceau. Il imaginait à quel point son ventre pouvait crier famine après un combat comme celui-ci, puis avec le baiser qui s'en était suivi, la journée était bien chargée d'émotions. D'ailleurs, Shôran souriait discrètement en sentant les doigts fins de la kunoichi s'entrelacer aux siens, signes qu'elle n'y voyait aucune inconvénient, non elle était même plutôt d'accord de ce rapprochement entre eux. Le nécromancien fit mine de réfléchir, sans réellement savoir où aller, il voulait juste quelque chose de simple.

« Un bol de râmen miso peut nous faire que du bien à l'estomac. »

Finit-il par dire alors pour répondre à sa question. Les deux jeunes shinobis prirent donc la direction du premier stand à râmen qu'ils pourraient voir. Sur la route, ils continuèrent de parler et c'est Asami qui reparle du combat. Tout du moins, elle lui expliquait le but de ses recherches : les poisons. Shôran fut de suite intéressé, elle composait elle-même ses propres poisons et antidotes, les insérant à ses marionnettes.

« Je vois... je dois t'avouer que j'ai une certaine aisance aussi pour les poisons. »

Même s'il ne les utilisait pas systématiquement, il arrivait parfois que le jeune homme profitait de ses résurrections pour créer lui aussi ses propres poisons. Cependant, Shôran n'y était pas forcément doué, ses créations étaient déjà empoisonnées avant même qu'elles n'apparaissent et donc il s'y connaissait clairement moins dans le domaine qu'Asami.

Toutefois, Shôran se montrait intéressé par cette pratique, souhaitait s'y développé davantage. Le poison offrait des choses importantes, Shôran en prenait doucement conscience. Peut-etre qu'il serait venu rapidement à bout de Kaldea si à ce moment-là, il se serait déjà intéressé aux poisons. Enfin, avec des si, on referait un monde, il le savait. Les deux jeunes gens arrivaient au stand de râmens où Shôran a déjà eu l'habitude d'y aller quelques fois, ainsi il connaissait la qualité de l'endroit.

« Toutes sortes de poison ? Paralysie, douleur... ? J'imagine qu'il y a milles et une possibilités pour des effets différents. »

La main du jeune homme se trouvait toujours entrelacer à celle d'Asami, mais il n'y faisait plus vraiment attention : c'était devenue normal ce rapprochement. Comme s'ils formaient quelque chose maintenant alors que non, c'était juste dans sa tête cette connexion qu'il avait envie d'avoir avec elle.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 22 Fév 2018 - 9:57
Le suivant donc, tenant toujours sa main dans la sienne, ses doigts entrelacés avec les siens, elle hocha doucement de la tête à sa suggestion. Les ramens n’étaient pas un mauvais choix. Certes faisait-elle attention à sa ligne, tant pour l’entraînement que pour entretenir cette fine silhouette, or, de temps à autre, cela ne pouvait pas faire de mal. Certainement pas après un entraînement comme elle venait de le vivre, se retrouvant à affronter plus fort qu’elle. Elle se demanda cependant vaguement ce qu’il serait arrivé si ses fils de chakra avaient pu se saisir de l’homme. Aurait-elle gagnée l’affrontement ? Ce n’était encore qu’au stade d’expérimentation, commençant tout juste à être en mesure de prendre le contrôle d’une autre personne. Le plus difficile était sûrement d’imposer sa volonté alors que ladite personne pourrait vouloir se débattre, contrairement à ses pantins désarticulés. Elle aurait tout le loisir de réessayer une autre fois.

Revenant donc sur le sujet qu’elle avait évité un peu plus tôt, elle lui annonça donc tout bonnement que ses recherches et expériences concernaient les poisons. Si beaucoup trouvaient fourbes une telle technique, sachant qu’elle arrivait bien souvent à les prendre par surprise, aux yeux de la Tadaoki, elle s’assurait tout simplement de se battre avec les armes qui lui étaient plus familières. Elle n’avait rien d’une combattante, n’ayant même jamais levée une lame quelconque, si ce n’était que quelques kunais. Elle n’était définitivement pas faite pour ce style de combat. Lui aussi s’y connaissait, du moins, un peu. Elle-même venant d’une famille de scientifique, elle y avait donc passer de longues années à effectuer nombreuses recherches sur le sujet, faisant d’elle une ennemie redoutable à l’arsenal varié. Elle n’était cependant peut-être pas aussi redoutable qu’elle souhaitait l’être. Comme suite à son combat avec la fukutaicho, elle réalisait que le chemin était encore long avant qu’elle n’atteigne un niveau qu’elle trouverait elle-même respectable.

- Effectivement, les possibilités sont infinies. Elle lui adressa un doux sourire. Tu as été victime de deux d’entre eux. L’un vient rendre aveugle et sourd temporairement tandis que l’autre s’occupe de créer une vive douleur chez la victime. Cela me permet de rendre les simples coups de griffes beaucoup plus agressifs.

Lui-même en avait été victime, comme elle l’avait dit. Forcée de relâcher sa main pour prendre place au stand, elle prit place à ses côtés. Son choix de ramen fut rapidement fait. Autant détestait-elle la routine, autant n’appréciait-elle pas déroger de ses habitudes alimentaires.

- Une science que je trouve vraiment intéressante. Il y a tellement à découvrir et toujours plus à développer. Un apprentissage constant au final.

Il s’agissait sûrement de l’un des seuls sujets que la passionnait sincèrement. Ça et ses marionnettes. Pour le reste, ce n’était qu’un jeu qu’elle jouait, s’adaptant à toutes les situations. Pour son art, c’était avec une réelle passion qu’elle s’exprimait, ce qui se reflétait sans peine dans les flammes de son regard.

- Tu as donc une certaine aisance avec ces derniers ? Tu fais quoi en règle générale ?

Elle inclina doucement la tête sur le côté, posant son regard sur ce dernier, toujours avec ce sourire agréable, peut-être bien un peu charmeur sur les lèvres. Le tout avec l’innocence légendaire dont elle pouvait faire preuve, de quoi ne pas laisser quiconque douter de sa sincérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Jeu 22 Fév 2018 - 16:34
Même s'il n'en montrait rien, le combat l'avait réellement épuisé. Physiquement, il se portait bien mais intérieurement, c'était épuisé qu'il était. Même si les antidotes aux poisons qu'il avait subi faisaient effets, Shôran sentait encore une fatigue. Manger était donc la meilleure solution pour le jeune Buntaï de se requinquer, et il était content qu'Asami accepte sa proposition... elle devait être autant affamée que lui. Le contact qu'ils avaient fut coupé afin que les deux shinobis puissent s'asseoir confortablement face au stand de râmens. Ils firent bien vite leur choix quant à ce qu'ils allaient prendre, le garçon posa enfin son regard sur la kunoichi. Il lui demanda alors si les possibilités étaient infinies... Ayant une certaine aisance dans ce domaine grâce à la nécromancie, Shôran se devait de s'y intéresser. Ajouter une différente façon de combattre peut s'avérer important avec les événements actuels.

Il avait été victime de deux poisons différents lors de leurs combat. Shôran se rappela alors que pendant un court laps de temps, il s'était retrouvé sourd et aveugle avant de ressentir une vive douleur à l'intérieur de son corps.

« Exact... Je suis sûr que tu peux améliorer ses poisons pour les rendre plus puissant. »

Finissait-il par lâcher. Si ce poison de douleur pouvait durer plus longtemps, Shôran n'était pas sûr de réussir à remporter ce combat. Il se rendait donc réellement compte que le poison pouvait être une arme plus que redoutable. Alors que leurs plats commandés arrivaient, Asami lui demanda ce qu'il faisait en général avec le poison. Le chuunin se contenta d'hausser les épaules.

« Dis toi que je n'ai jamais travaillé sur ce domaine... Enfin, j'ai crée une technique assez puissante. Généralement, ce sont des paralysies, des infections cutanées, ce genre de choses... Mais, tu m'as donné différentes idées à travailler. »

Répondit-il avec sincérité. Mais, il sentait que ses techniques de poisons pouvaient lui apporter un gros plus. Il prit quelques bouchée de son repas.

« Je pense que le plus important pour moi est de me varier... Je t'avoue par exemple que je ne connais rien du Genjutsu ou du Fuuinjutsu. »

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 22 Fév 2018 - 18:24
Plus puissants. Tel était effectivement la nature première de ses recherches. Elle cherchait toujours à les rendre plus puissants, plus efficaces, mais surtout, plus complexes. Pour l’instant, ses poisons n’étaient que de courtes durées alors qu’elle s’en servait, la majorité du temps, simplement pour incapacité la personne temporairement, lui permettant ainsi de prendre le dessus dans l’affrontement. Or, pour ce qui était des poisons plus violents, plus dévastateurs surtout, ils se devaient d’être complexes, ne serait-ce que pour limiter la chance d’antidote vis-à-vis de ces derniers. Elle avait quelques idées, toutes plus horribles les unes que les autres, en passant par celui qu’elle avait testé sur un certain Meikyû, à d’autres dont les idées se trouvaient dans l’un de ses nombreux carnets de note.

La nourriture finalement arrivée devant elle, elle ne put qu’immédiatement manger, réalisant à quel point le précédent combat avait été exténuant. Certes en portait-elle encore de nombreuses cicatrices et sa tenue ne pouvait qu’exprimer la défaite qu’elle avait essuyé, cependant, elle n’aurait pas cru s’en sentir aussi épuisée. De son côté, elle avait utilisé bon nombres de techniques, osant même jusqu’à sortir prématurément de son armure en tentant de se jouer de lui. Ce qui l’avait achevé fut sûrement sa tentative de prendre contrôle de sa personne. Une technique qui, elle le remarquait bien maintenant, se voulait beaucoup plus épuisante que si elle tentait de simplement contrôler ses marionnettes. Elle allait réellement devoir s’entraîner à ce niveau.

- Les paralysies c’est sympa comme poison… En combat, ça ne pardonne pas.

Elle en avait une panoplie, dont certains qu’elle continuait d’améliorer. Elle devrait cependant y penser, à ajouter quelque chose pour venir paralyser l’adversaire. Avec un peu de chance, cela augmenterait ses chances de victoires. Car si elle avait gagné haut la main contre sa meilleure (et seule) amie, cela en était pas le cas en ce qui concernait la fukutaicho, qui l’avait presque humilié, et Shôran, qui lui avait infligé quelques blessures dont elle garderait très certainement la trace.

Un léger rire s’échappa de ses lèvres, qui n’avait toutefois rien d’insultant.

- Il n’y a qu’en ninjutsu que j’excelle. Si cela pouvait rassurer le jeune homme. Et même, exceller, c’est vite dit.

Après tout, même encore à ce niveau, elle était bien loin de là où elle souhaitait se trouver. Elle était forte, cela ne faisait aucun doute, cependant, elle pouvait l’être encore plus et ça, elle en était certaine. Quant au reste… Elle ne s’y connaissait nullement en genjutsu, avait quelques bases en fuinjutsu grâce à Sayo et il était évident que le taijutsu n’était pas sa force. Il n’avait qu’à la regarder pour en venir à une telle conclusion.

- Plutôt que de me concentrer sur les différents arts shinobis, j’ai préféré miser sur autre chose pour plus de versatilité. Niveau force physique, je suis bien loin d’avoir le niveau. J’ai une bonne endurance pour tenir un certain moment en combat, mais je ne peux décidément pas me permettre de me retrouver au corps à corps. D’un sourire amusé, ne l’accusant nullement, elle désigna les quelques blessures qu’elle arborait. C’est pour cela que j’ai misé sur les poisons. À défaut de pouvoir atteindre le niveau d’autrui, je m’assure de les ramener au mien.

Elle se contenta d’hausser les épaules. Elle lui avait donc avoué et ce, sans chercher à se dérober, la raison principale de ses poisons. Ce n’était pas faute de s’entraîner, elle était tout simplement réaliste. Il y avait bien des choses qu’elle savait faire, mais se battre au corps à corps ou même avec une arme, elle pouvait oublier.

- Et sinon, quand tu parles d’une technique assez puissante, elle consiste à quoi ?

Elle était curieuse après tout. Et cela lui laissait donc sous-entendre qu’elle n’avait pas tout vu ce dont il était capable. Si son niveau n’était peut-être pas aussi élevé que la Metaru qui l’avait écrasé en quelques instants tout au plus, il était un nouvel objectif qu’elle cherchait à atteindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Jeu 22 Fév 2018 - 19:10
Dans un coin de sa tête, Shôran commençait déjà à penser quels genre de nouvelle techniques il pourrait avoir. Poison ? C'était plus qu'intéressant au vu du fait qu'il avait eu bien du mal à combattre face à cette pratique. Toutefois, il ne devait pas oublier ses autres capacités : des techniques Katon plus puissantes ou même ses épées. Même s'il préférait se battre à distance, laisser faire ses morts, le Chuunin savait très bien qu'il n'était pas à l'abri d'être attaqué au corps-à-corps lui aussi. Même s'il était déjà doué dans la matière, ce-dernier savait qu'il ne ferait pas long feu face à un adepte de cette pratique. Bref, il poussa un soupir intérieurement, se rendant compte que du travail l'attendait encore pour pouvoir être efficace sur le terrain. Kumo n'était clairement pas à l'abri de la guerre qui se pressentait.

Il ne pouvait qu'acquiescer ce que disait la kunoichi, être paralysé lors d'un combat ne pardonnait pas du tout. Il suffit d'être paralysé pour être à la merci de ses adversaires, redoutable évidemment. Continuant de manger tranquillement ce fructueux repas, Asami lui avouait qu'elle n'excellait qu'en Ninjutsu, ajoutant du même fait qu'elle se contentait de s'améliorer dans les poisons et lui donnant ses raisons.

« Oui, je comprends. Mais avoir une experte en poison est tout aussi bon pour le village... Pas que pour les combats. »

Imaginons qu'un shinobi ou une personne important du pays soit empoisonné, l'utilité d'Asami serait là plus qu'importante. Avoir aussi des médecins et autre, c'était primordial que de n'avoir que des combattants comme l'était Shôran. Bref, elle en revint à parler de la fameuse technique qu'avait parlé Shôran, il en sourit.

« Tout te dire de mes secrets, c'est dangereux pour moi, tu sais ? »

Lâcha-t-il en riant. Toutefois, il sentait qu'il n'avait rien à craindre de la belle. Et puis, ce n'était pas comme si sa technique était un secret... Il devrait bien l'utiliser tôt ou tard, alors autant en parler pour savoir ce qu'en pensait la belle brune.

« Lors du combat contre Kaldea... elle avait crée un géant de peinture, plutôt fort. Nous avons du nous y mettre à trois pour s'en débarasser, alors je me suis calqué sur sa création pour en faire de même. J'ai crée un géant, mort, de quatre mètres... avec diverses capacités comme le poisson. »

Il lui sourit, ravi de sa technique... Pour autant, il ne pouvait pas l'utiliser comme un simple mort qu'il ramenait parfois à la vie. Le cyclope était bien trop encombrant et dangereux si entouré...

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 22 Fév 2018 - 19:46
Il n’avait pas tort. Après tout, elle n’était pas membre de l’institut pour rien. Ayant été recrutée par l’Aburame, l’homme à la tête de l’organisation, elle avait sut faire ses preuves par ses vastes connaissance en poison, ayant même été mise à l’épreuve par ce dernier. Une épreuve qui s’était annoncée particulière, difficile même pour la marionnettiste, alors qu’elle avait dû s’occuper de plusieurs civils ayant été enlevés, mais surtout, empoisonnés. Si ce n’avait pas été de ses connaissances, mais surtout de son expérience dans le domaine, jamais aurait-elle réussi un tel exploit qui fut de les soigner dans un laps de temps particulièrement court. Elle n’avait pas eu le droit à l’erreur et n’aurait jamais eu le droit à une seconde chance. Elle était bien heureuse d’avoir réussi, ce qui lui avait assuré, aux yeux de son supérieur, une place assurée parmis eux. Elle n’avait plus qu’à continuer sur ce chemin et à impressionner avec son savoir faire. Elle était, après tout, une scientifique.

Elle l’accompagna dans son rire alors qu’il sous-entendait que ce pourrait être dangereux d’ainsi se révéler à elle. Et pourtant, elle venait de le faire sans crainte, dévoilant ainsi toute la fourberie dont elle pouvait faire preuve en combat. C’était un avantage qu’elle lui donnait alors que l’effet de surprise n’existerait plus. Il saurait à quoi s’attendre, venant d’elle, et se sentirait d’autant plus menacé par ce qu’il ne voyait pas que ce qui était visible. Après tout, n’était-il pas celui ayant chargé sur elle pour se retrouver agresser d’un poison de son cru ? Une erreur que tous faisaient et qui donnaient nécessairement un avantage à la marionnettiste.

Kaelda. Elle avait eu vent de ce combat. Tout comme elle avait eu vent de celui s’étant déroulé pour libérer Katenshêdo. Une raison particulière pour laquelle elle connaissait ce nom ? Oui. Il s’agissait d’une marionnettiste. Elle qui n’en avait jamais rencontré, s’étant contenté d’apprendre seule, aurait bien eut envie de la rencontrer, dans d’autres circonstances. Or, elle doutait que ce soit possible, dans une telle situation. Bien dommage, donc. Elle l’écouta donc avec une attention non feinte, s’intéressant à ce qu’il disait, son regard toujours tourné vers lui alors qu’elle mangeait distraitement. Elle aurait bien aimé de voir ce géant dont il parlait. Après tout, elle portait désormais un intérêt tout particulier à la nécromancie. Un intérêt qu’elle n’avait que depuis sa première rencontre avec lui, mais tout de même. Un art qu’elle aurait bien envie de maîtriser, tout simplement.

- Quatre mètres ? Elle en semblait presque impressionnée. Même moi je trouvais grande ma marionnette de deux mètres. Elle eut un léger rire. Tu me le présenteras un jour ?

Elle n’était qu’à moitié sérieuse, pour ne pas dire pas du tout. Elle même créatrice dans l’âme, elle avait toujours une petite fierté lorsqu’elle présentait ses marionnettes à autrui. Certes étaient-elles glauques en apparence, cependant, cela ne changeait en rien le fait qu’elles étaient sa fierté. Ça et ses poisons. Une passion un peu particulière qu’elle avait vis-à-vis de ces derniers.

- Mais comment ça fonctionne, en vrai ? Autant je comprends comment j’arrive à manipuler mes marionnettes, du chakra me liant avec eux… Mais toi, tu fais comment ?

C’est un regard curieux dénué de toute malice qui se posait sur lui. Qu’un intérêt sincère pour son art venant d’une jeune demoiselle qui cherchait à mieux le connaître. C’était ce qu’elle renvoyait comme image à ce dernier. Elle s’intéressait à lui, beaucoup même, et pas que sur ses techniques. Elle cherchait à connaître l’homme derrière le shinobi, en passant par sa façon de voir les choses et de penser.

- Je comprendrais si tu préfères ne pas en parler. Secret, hein ?

Toujours sur un ton léger tandis que le sourire qu’elle lui adressait se voulait amusé, mais surtout rassurant. Elle était compréhensive et comprendrait sa réticence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 24 Fév 2018 - 23:08
Shôran commençait à voir l'habitude de parler de son combat contre Suzuri Kaldea. En fait, il n'arrivait pas à se dire que la bataille avait été gagné, en réalité c'était plus compliqué. Cette dernière s'était enfuie, laissant les trois membres du Kyuubu complètement paralysé et à la ramasse. Elle s'était enfuie, elle n'avait pas été battue. Alors, Shôran savait très bien qu'il recroiserait sa route tôt ou tard... Il espérait le plus tôt possible, décidé à lui montrer qu'il s'était amélioré et qu'il pourrait l'écraser, seul. Finalement, il se décidait à lui parler de sa technique secrète... Compliqué à dire, mais il réussit tout de même à faire un rapide topo sur cette dite-technique en parlant donc de Suzuri Kaldea.

Asami ne semblait pas choquée à l'idée d'entendre cela, demandant même si elle pourrait un jour voir ce géant de quatre mètres. Le chuunin se contenta d'hausser les épaules, il ne savait pas vraiment si c'était une bonne idée..

« Peut-être, oui... C'est un peu dangereux ici ou au terrain. »

Finissait-il par répondre, mais un jour, il le lui montrerait. Intérieurement, il se le promettait. Le jeune shinobi continua de manger ses râmens qui étaient parfaitement délicieuses, alors qu'elle lui demandait comment il utilisait la Nécromancie. Shôran faillit rater une bouchée en entendant sa demande, alors qu'elle ajoutait aussitôt qu'elle comprendrait s'il ne souhaitait pas en parler. Là, elle lui posait une tuile. Shôran n'en avait jamais vraiment parlé... Comment dire que lui-même il ne sait pas ?

« C'est compliqué... J'insuffle du chakra, une sorte d'incantation avec les mûdras et intérieurement... Je ne sais pas vraiment comment te l'expliquer, j'ai appris la Nécromancie grâce à un ancien bouquin. »

Avoua-t-il, pensant rapidement à son entrevue avec le Shodaime Raikage. Ce-dernier s'était rapidement intéressé à la Nécromancie, par sécurité, Shôran lui avait menti en lui disant qu'il avait brûlé les livres noirs où il avait appris cela. Mais, ce n'était pas la sécurité... Tout était au chaud.

« Ca t'intéresse vraiment ? »

Le jeune homme commençait évidemment à se poser des questions... Asami lui parlait souvent de sa Nécromancie.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Sam 24 Fév 2018 - 23:28
Elle hocha donc simplement de la tête, signe qu’elle comprenait qu’il pouvait souhaiter éviter mettre quiconque en danger de par des invocations peut-être trop dangereuses. Elle-même se faisait une attention quant à ses poisons, notamment ceux sous forme gazeuse, alors qu’elle souhaitait impérativement éviter qu’un innocent en soit victime. Et donc, de ce fait, elle ne pouvait que comprendre son point de vue et n’insista pas. Tout en mangeant ce qui se trouvait devant elle, elle s’enquit quant à ses techniques utilisées, soulignant cependant qu’elle comprendrait qu’il souhaite garder le silence sur ces dernières. Après tout, il lui avait bien fait comprendre qu’il s’agissait d’un secret qui était important pour lui et là en était tout l’intérêt qu’elle avait concernant cet art. Si ce n’était pas aujourd’hui, ni cette semaine ni dans les mois à venir, elle allait tout de même s’assurer d’y avoir accès un jour. Elle n’avait qu’à se montrer patiente.

Et donc, lui aussi avait appris son art mystérieux au travers un livre. C’était intéressant tout ça. Elle se garda cependant de lui demander s’il le possédait encore, ne souhaitant pas se montrer trop directe dans ses envies et ses attentes. Pas sur ce sujet du moins. Sa dernière question la fit sourire alors qu’elle reposa ses prunelles enflammées sur le bol de ramen qui descendait lentement mais sûrement.

- Tu m’intéresses.

Sans réellement répondre à sa question, elle abordait un sujet qu’il n’avait peut-être pas envisager. Sa voix s’était fait plus faible, plus timide et elle ne pouvait que remercier la Metaru qui avait croisé son chemin et qui lui permettait ainsi d’incarner sans grande difficulté cette timidité qui lui était désormais propre. Ses joues se colorèrent d’un rouge prononcé tandis qu’elle garda son regard fixé sur sa nourriture, comme si elle n’assumait pas tout à fait ces quelques mots qui venaient de franchir ses lèvres. Elle se contenta donc d’un léger sourire, puis d’une profonde inspiration en secouant doucement sa tête de droite à gauche.

- Nos techniques se ressemblent, en quelques sortes… Ce n’est pas exactement la même chose, mais nous pouvons tous deux contrôler quelque chose qui ne vit pas. Lui les morts, elle ses pantins. Sans compter une affinité particulière avec le poison.

Ce qui expliquait donc l’intérêt qu’elle pouvait avoir quant à ses techniques. Elle qui avait toujours appris seule, chose dont elle lui avait fait part, se voyait donc intéresser de peut-être pouvoir progresser auprès de quelqu’un d’autre. Elle n’évoqua cependant pas cette idée, cela pourrait sans problème venir plus tard. Mais les raisons lui semblaient évidentes et, au final, assez logiques.

- Et sinon… J’ai envie d’en apprendre plus sur toi, Shôran. Que ce soit tes techniques, ce que tu aimes, ce qui te passionne, ce qui te motive... Pourquoi pas ta couleur préférée même.

Elle avait finalement daigné relever son regard, venant rencontrer le sien, se mordillant légèrement la lèvre inférieure, signe qu’elle était peut-être légèrement gênée de ce qu’elle déclarait. Tout comme elle s’excusait si elle en venait à le mettre mal à l’aise de par l’audace dont elle faisait à nouveau preuve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Lun 26 Fév 2018 - 17:12
Sa bouche était entrouverte tandis que ses yeux s'étaient tout aussi rapidement écarquillés, se répétant les deux mots qu'elle venait de prononcer dans sa tête. Il l'intéressait ? Vraiment ou... Il ne comprenait pas. Comment un garçon comme lui pouvait intéresser quelqu'un ? Il n'avait rien d'extraordinaire ou alors il se voilait plutôt la face, c'est juste ça, oui. Shôran en avait perdu ses mots, mais il reprit les commandes de son corps en fermant sa bouche et regardant normalement la genin. Il n'arrivait pas à y croire, il tenta de voir un signe qu'elle plaisantait mais rien. Le comportement de la kunoichi prouvait qu'elle était tout aussi gênée par ses propos, elle n'osait même plus me regarder. Même s'il restait bloqué sur ça, la marionnettiste reprit la parole pour dire que nous contrôlons le même sorte d'art : elle, les pantins, et lui, les morts. De plus, le poison les rapprochait un peu plus.

« Je... Hmm, oui.. »

C'était vrai, il ne pouvait clairement pas nier ce point-là. Toutefois, elle ne s'arrête pas là et osa enfin me regarder. Shôran affronta son regard carmin de ses prunelles sombre, celle-ci lui avouant alors qu'elle souhaitait tout savoir de lui. Importantes ou bénignes, il en souriait. Elle ne s'en rendait pas compte encore, mais ses paroles avaient un impact pour le tout jeune Buntaï. Il n'avait pas l'habitude qu'on s'intéresse à lui (autre que pour sa maîtrise de la Nécromancie), alors le garçon restait surpris, ravi mais surpris.

Shôran ne quitta pas des yeux la kunoichi, passant sa main pâle sur la joue de la jeune brune au yeux enflammés. Il hésita un moment avant de déposer ses lèvres pour la deuxième fois de la journée sur les siennes. Elle l'envoûtait, il ne savait plus vraiment où se mettre.

« Personne ne s'est jamais autant intéressé à moi... Enfin, j'imagine que je ne suis pas le seul. »

Lui répondit-il, préférant se dire qu'elle était aussi intéressée par d'autres personnes du village. Il n'avait pas l'exclusivité, il ne pouvait la demander également. Bref, Shôran baissa son regard vers ses râmens sans y toucher toutefois.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 26 Fév 2018 - 18:04
Il semblait décontenancé par les propos qu’elle venait de lui tenir et si ce n’avait pas été de ce jeu qu’elle jouait, elle aurait sûrement pu en rire. Or, elle ne le fit pas, ne faisant que s’amuser intérieurement de sa réaction qui dénotait une innocence presque touchante. Était-il surpris qu’elle puisse s’intéresser à lui ? Ou que quiconque puisse s’intéresser à lui ? Elle l’avait compris depuis leur première rencontre, qu’il ne semblait pas avoir bien de l’expérience dans le domaine. Mais cela ne faisait que rendre le jeu plus intéressant. Beaucoup plus cruel alors qu’il ne se doutait certainement pas qu’elle ne faisait que s’amuser de lui, comme elle le faisait avec tous. L’univers était son terrain de jeu où elle prenait ce qu’il lui tentait pour abandonner ce qui ne lui était plus utile. Et, aujourd’hui, c’était Shôran qui lui tentait, notamment ce secret qu’il détenait. Et si elle avait remarqué qu’il ne semblait pas particulièrement tenté d’en parler, elle s’arrangerait pour faire tomber ses remparts, un à un, peu importe comment devait-elle s’y prendre.

S’armant de sincérité, elle lui fit comprendre qu’elle voulait apprendre à le connaître. Lui et tout ce qu’il était, sous toutes ses facettes, parce qu’il l’intéressait. Parce qu’elle avait envie d’en apprendre plus sur lui, tout simplement. Elle avait finalement relevée son regard, venant confronter ses prunelles sombres de son regard de flamme, cherchant réponse à ce qui n’avait pas vraiment été une question. Craignait-elle le rejet ? C’était ce qui était possible de lire dans ses prunelles, l’inquiétude qui vint s’ajouter à la flamme. Sa main vint cependant caresser sa joue, lui arrachant un sourire, tout comme un faible soupire se voulant soulagée.

Un second baiser. Du moins, pour la journée. Plus délicat que le précédent, alors que cette fois-ci, sa vie n’avait pas été mise en danger. Répondait-il à ce qu’elle venait de lui avouer, son intérêt pour sa personne ? Sa propre main vint se poser sur celle du jeune homme, elle-même se rapprochant un peu plus pour répondre à l’attention. Puis, se séparant, elle garda sa main dans la sienne, caressant le dessus de celle-ci de son pouce, presque distraitement. Ce qui suivit la fit froncer des sourcils alors qu’elle cherchait à comprendre ce qu’il voulait dire par-là. Secouant doucement la tête de droite à gauche, de son autre main, elle vint doucement faire tourner la visage de l’homme vers elle, y cherchant son regard et s’y ancrant.

- Shôran. Elle lui adressa un sourire, malgré son ton plus ferme. Et si je te disais que tu étais le seul à qui je m’intéressais ? De la sorte, du moins ? Elle laissa quelques instants à ses mots pour faire leurs effets. C’est toi que j’ai envie d’apprendre à connaître, et non pas quiconque d’autres.

Elle se montrait sérieuse dans ce qu’elle lui disait, comme pour qu’ils chassent ces quelconque doutes qui pouvaient lui venir à l’esprit. Asami ne faisait pas dans le sentimental, ce n’était pas le genre de la maison, et pourtant, aujourd’hui, elle tenait un tout autre discours. Il y avait très peu de choses qu’elle se refusait de faire pour atteindre ses objectifs.

- D’accord ?

Elle ne veut cependant pas trop en faire, de peur de brusquer le jeune homme. Et puis, elle était timide, elle aussi, en quelque sorte, comme pouvait le prouver le rouge de ses joues. Elle relâcha son visage, gardant cependant sa main dans la sienne, son regard toujours calmement posé sur lui. Allait-il accepter ce qu’elle lui disait ? Si, tel était le cas, allait-il s’ouvrir à elle ? C’était ce qu’elle souhaitait, au final, en faisant passer cela pour de la bonne volonté et un intérêt qu’elle venait d’admettre à voix haute vis-à-vis de sa personne. Son sourire était toujours aussi agréable et son regard doux tandis qu’elle attendait réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 3 Mar 2018 - 2:34
Les paroles d'Asami ne firent qu'un tour dans le cerveau du jeune shinobi, tel qu'il posait ses lèvres sur les siennes pour un énième baiser. Le deuxième de la journée. Lui-même se demandait s'il n'était pas pris dans une espèce d'illusion ou d'envoûtement, ça ne lui ressemblait pas d'être comme ça. Il n'était pas du tout à l'aise dans cette situation, il ne s'attendait surtout pas aux paroles de la jeune femme. Il fallait surtout le comprendre... Shôran n'avait jamais connu l'amitié ou même l'amour autre que paternel et maternelle. Il n'avait eu qu'un seul ami dans son enfance, décédé bien trop tôt (et la raison de pourquoi il était devenu aujourd'hui nécromancien).

Ainsi, il ne s'était toujours pas fait à la vie kumojine depuis qu'il était arrivé. Du moins, il avait dû mal à se sentir à l'aise avec ses "amis" et avec le gente féminine. Evidemment, Asami lui plaisait mais... quelque chose clochait. Ou alors, Shôran se trouvait bien trop ridicule pour pouvoir ravir une femme comme elle. Il sentit la main douce de la kunoichi sur son visage, l'obligeant à la regarder. Il ne détourna pas le regard, se laissa même faire. Doucement, il hocha la tête de haut en bas, complètement en accord avec ce qu'elle disait. Pourquoi mentirait-elle après tout ?

« Je... Mmmh... Oui. »

Finissait-il par répondre à la genin. Il posa sa main sur celle d'Asami, toujours sur son visage pour la faire descendre et la poser sur la table. Un sourire se dessinait sur son visage, alors qu'il restait là à fixer du regard la kunoichi.

« Je n'ai juste pas l'habitude de tout ça... mais tu me donnes envie de croire en toi. »

Lui disait-il avec une sincérité complètement propre à lui. Il ne lâcha pas du regard Asami, il voulait lui montrer qu'il croyait en elle, comme elle pourrait aussi croire en lui. Shôran n'était pas du genre à parler sans le penser, il ajouta donc.

« Je ferai tout pour... te protéger, qu'il ne t'arrive rien. »

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Sam 3 Mar 2018 - 7:14
Elle avait déposé sa main contre sa joue, l’amenant à lui faire face, venant ainsi ancrer son regard dans le sien. Calmement, elle s’adressait à lui, cherchant à le rassurer. D’ordinaire, ce n’était pas quelque chose que faisait la Tadaoki, cette dernière ne se souciant que très peu, pour ne pas dire pas du tout, de ce qui traversait l’esprit des autres tout en ayant un cruel manque d’empathie et de compassion. Toutefois, à l’heure actuelle, il était surtout question d’attirer Shôran dans ses filets, d’abattre ses remparts et l’amener à s’ouvrir à elle, et ce, volontairement, alors qu’il n’avait aucune idée de ce qu’elle pouvait bien prévoir. Il hocha de la tête, ce qui lui arracha un délicat sourire, sa main se reposant sur la table, suivant le mouvement qu’il avait imposé.

Asami eut droit à un sourire, sûrement signe qu’il se faisait tranquillement à l’idée qu’elle venait de lui partager. Cela en était presque risible pour la demoiselle, tout comme pour tous ceux connaissant son réel visage. Ils étaient bien peu, ces derniers, se comptant sur les doigts d’une main. Or, tous pouvaient affirmer que lui faire confiance était très certainement la dernière chose à faire. Elle n’agissait jamais sans une idée derrière la tête. Bien malheureusement pour l’homme, il n’en savait rien, de l’hypocrisie dont elle faisait preuve, affichant une gentillesse à toute épreuve et une douceur bien digne de ce masque qu’elle arborait. Et, avec lui, elle ne comptait pas voir son masque se fissurer.

- J’aimerais bien pouvoir te dire une telle chose mais… Je ne pense pas que tu ais besoin de moi pour ça. Elle eut un léger rire, faisant référence à leur dernier affrontement. Mais j’apprécie. Elle vint entrelacer ses doigts avec les siens. Cela veut-il donc dire que tu comptes rester à mes côtés ?

Inclinant doucement la tête, elle lui adressa un sourire amusé. Elle le savait timide et souhaitait seulement voir sa réaction à ce qu’elle disait. Aussi prévisible aux premiers abords, il eut quelques réactions, au cours de la soirée, qui avaient étonner la marionnettiste. Là était tout l’intérêt qu’elle avait en les humains, qui se ressemblaient tout en étant complètement différents.

- Je n’ai pas non plus l’habitude… J’ai juste cru important de t’en faire part.

Aussi étonnant cela pouvait sembler, l’innocence apparente qu’elle affichait tout comme ses réactions timides pouvaient sans problème soutenir ce qu’elle venait de lui partager.

- Parles-moi un peu de toi, ce que tu veux, je t’écoute.

Sourire doux, elle se retourna vers ses ramens, se décidant à finir son repas tout en l’écoutant. Pour peu qu’il se décide effectivement de lui parler un peu de lui. Subtile, comme à son habitude, elle espérait en venir à ce qui l’avait mené à la nécromancie, comment l’avait-il appris. Comment pouvait-elle l’apprendre, au final. Elle était une bonne élève, elle était convaincue d’y parvenir. Après tout, elle avait appris de livres et de documents comment manipuler ses marionnettes et avait compris seule comment contrôler une tierce personne. Si l’invocation lui était inconnue, le contrôle se voulait quotidien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 3 Mar 2018 - 13:11
Shôran était trop naïf et il devait être idiot de croire les paroles d'une femme comme elle. Était-elle réellement intéressé par lui ? Il se doutait quelque chose, mais petit à petit, toute ces barrières se refermaient. Il n'avait pas du tout l'habitude d'un tel traitement de faveur, alors il faisait parti de ce genre de personne à donner facilement sa confiance. Il n'avait quasiment jamais été trahi pour le moment, il attendait donc de voir. Asami avait sa confiance entière pour le moment, il ne saurait toutefois pas comment réagir si elle venait à briser cette confiance qu'il lui donnait. Ses doigts s'entrelaçaient à ceux du chuunin, cette dernière lui demandant s'il restait à ses côtés.

« Je pense que oui, je compte rester à tes côtés. »

Il ne savait pas même ce qu'il voulait dire par là. Rester à ses côtés ce soir ou pendant une plus longue période ? Peu importait, il se laissait aller au gré du vent. En tout cas, elle le rassurait, elle n'était peut-être pas si différente de lui ? Shôran finit par lâcher sa main, posant son regard sur son bol de râmen et se décida à terminer son repas alors que la kumojine lui demanda de parler de lui. Plus en confiance, il était désormais plus à même de parler de sa vie.

« Je t'ai quasiment tout dit... Je suis né dans un petit village à Hi no Kuni, un petit village où il n'y avait pas plus de cinq maisons. J'étais le seul enfant avec un autre garçon, il est mort en se noyant... »

Commençait-il à dire, se rappelant de ce triste événement. Il était encore aujourd'hui difficile à parler de ce moment pour le Nécromant. Un nom qui d'ailleurs ne lui allait pas vraiment. Le Nécromant ou Nécromancien montrait un homme sûr de lui, sombre et Shôran était bien loin d'être cet homme là. Il se décida de terminer.

« Puis, j'ai trouvé ce livre. J'ai lu, j'ai appris et j'ai ramené ce garçon à la vie pour que je puisse m'amuser encore avec lui... sauf que lorsqu'il est revenu, ce n'était plus le même. »

Evidemment... La Nécromancie ramenait les morts à la vie, mais ces derniers n'avaient plus d'âmes, plus de conscience... alors, les morts n'étaient que des morts-vivants. Une triste découvre que Shôran avait fait là.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Sam 3 Mar 2018 - 14:03
Ce sourire. C’était un sourire sincère, agréable mais surtout rayonnant qu’elle lui adressait alors qu’il confirmait qu’il resterait à ses côtés. Qu’est-ce que tous les deux voulaient dire par là ? Au final, cela n’avait pas beaucoup d’importance, si ce n’était qu’elle souhaitait qu’il reste présent à ses côtés et qu’il semblait vouloir y rester, tout du moins pour un certain temps. Elle rassurait, que ce soit par la flamme réconfortante de son regard, ses traits fins éclairés d’un doux sourire ou tout simplement ses paroles. Finalement, il relâcha sa main tandis qu’elle lui demandait de parler de lui. De son histoire, ce qui l’intéressait, peu importe. Elle en connaissait déjà une bonne partie, de ce qu’il disait. Très certainement de ce qu’il lui avait partagé lors de leur discussion un peu alcoolisée, lors de leur précédente rencontre.

Cependant, les choses furent raconter différemments. Alors que la dernière fois, il avait évoqué Hi, son départ avec ses parents, son arrivé à Kumo, et d’autres petits détails, cette fois-ci cela concernait un jeune garçon étant décédé en se noyant alors qu’ils étaient jeunes. Se sentant immédiatement coupable de raviver de tels souvenirs chez lui, tel n’en avait pas été son intention, elle leva une main pour venir la poser dans son dos, derrière son épaule, délicat geste pour venir lui offrir un peu de soutien.

- Je suis désolée de l’apprendre, sincèrement. Je n’ai jamais eu à côtoyer la mort de qui que ce soit, ou enfin, oui mais d’une manière bien différente alors… Je ne peux pas trop comprendre, mais j’imagine que ça n’a pas dû être facile.

Encore moins s’il avait pris la décision de tenter de le ramener à la vie. Cela avait dû être un choc pour l’enfant qu’il était à l’époque, bien que cela en disait long sur les compétences qu’il détenait. Elle garda sa main derrière son épaule, qu’un léger mouvement de son pouce contre cette dernière, cherchant peut-être bien à le réconforter alors que se remémorer de tels souvenirs ne devait pas être évident.

- Si je comprends bien, la nécromancie ne peut pas ramener les morts à la vie ? Elle secoua ensuite sa tête de droite à gauche. Pardon, ne réponds pas. Ce ne doit pas être le genre de questions que tu apprécies recevoir…

Normal, en quelque sorte, si elle prenait en considération les événements qui l’avaient amené vers de telles techniques. Un passé assez sombre, donc, pour un homme manipulant les morts. Elle se décida alors de rester un peu dans le sujet, mais d’amener ça dans une autre direction. Si elle souhaitait qu’il parle plus de lui, sûrement devait-elle en faire de même en parlant un peu d’elle.

- Tu as donc, un peu comme moi, appris ton art dans un livre ?

Son art. Une façon pour elle de dire qu’elle en jugeait pas ce qu’il faisait, bien au contraire. Elle se doutait bien des regards peu avenant qu’il avait dû recevoir, pire encore une fois que tous surent pour ses capacités. Les gens avaient tendance à juger bien vite ce qui n’était pas le cas de la marionnettiste. Elle qui appréciait la connaissance au-dessus de tout, elle ne pouvait que chercher à en savoir plus. Curiosité scientifique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Lun 5 Mar 2018 - 16:21
Shôran n'avait jamais parlé à quiconque de cette période de sa vie, pas même à sa famille proche. Cette dernière n'était au courant que de ce que pouvait faire leur enfant, mais il n'avait jamais compris le pourquoi du comment. Le chuunin n'était pas du genre à parler facilement de sa vie, pourtant il se retrouvait là devant un bol de râmen à raconter ce qu'il s'était passé quelques années plutôt à Asami. Shôran n'était clairement pas à l'aise avec de tels souvenirs, mais il ne voulait pas que Asami se sente coupable de le lui avoir fait raconter ce tragique événement. Non, il l'avait fait car il l'avait voulu, il avait voulu lui raconter d'où lui était venu son envie de ramener les morts. C'était pour le seul ami qu'il avait eu dans son enfance.

Pour toute réponse, le garçon hocha la tête de gauche à droite. Non, ça n'avait pas été facile, il avait été plongé dans une longue solitude et les choses n'avaient pas été arrangé lorsqu'il l'avait fait revenir à la vie. Il n'était plus le garçon joueur qu'il avait côtoyé. Finalement, Asami lui posa une question quant à son pouvoir avant de se rétracter, il eut un petit sourire sur les lèvres qui disparut tout aussi vite qu'il était apparu.

« Je peux seulement ramener l'enveloppe charnelle d'une personne. Elle n'aura pas d'âme, pas de conscience, juste son corps. »

Décida-t-il de lui répondre. La nécromancie ne ramenait donc pas réellement les morts à la vie. C'était l'amer constat qu'il avait fait à l'époque, toutefois il appréciait de pouvoir en prétendre le contraire. Asami devait être la seule au courant de ce fait-là, il espérait qu'elle garde cela pour elle.

« Oui, des vieux bouquins trouvés dans la bibliothèque familiale... Je ne sais pas pourquoi ils étaient là, mais j'ai pu apprendre ce que je sais par ce biais là avant de créer mon propre pouvoir. »

Les bases étaient dans le livre, mais le reste, c'était lui qui l'avait trouvé. Lui qui avait travaillé pour en arriver là où il était dans la nécromancie. M'enfin, il finit son plat et posa après cela son regard sur la marionnettiste.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 5 Mar 2018 - 17:27
Comme elle s’en était doutée, la nécromancie ne pouvait que ramener le corps de chaire et de sang d’une personne, sans qu’il ne s’agisse exactement de la personne concernée. Au final, cela faisait du sens. Beaucoup plus de gens se seraient intéressés de plus près à cet art occulte s’il permettait de réellement ramener des gens à la vie. Pour sa part, elle souhaitait seulement exercer son contrôle sur un plus vaste public. Ses liens de chakra lui permettaient de manipuler ses pantins, tout comme elle pouvait prendre contrôle du corps d’une tierce personne, technique qu’elle avait tenté d’effectuer lors de son entraînement avec le jeune homme. Et donc, avec un pouvoir comme le sien, elle aurait aussi les morts sous son contrôle. Pour celle qui ne prenait jamais totalement part aux conflits, préférant rester dans l’ombre à chuchoter de belles paroles aux bonnes personnes, cette capacité collait en tout point à sa personnalité, et ce, quand bien même presque tous l’ignoraient.

Son repas terminé, elle se leva. La main s’étant retrouvée dans son dos glissa délicatement contre lui pour venir se poser contre son bras, qu’elle tira légèrement vers elle pour l’amener à en faire de même. Une fois lui aussi était-il debout, face à elle, elle combla le peu de distance entre eux pour venir le prendre dans ses bras. Ses mains vinrent se poser contre son dos, sa tête contre son épaule, dans le creux de son cou, son souffle contre sa peau. Elle tenta d’y mettre tout le réconfort qu’elle était en mesure d’éprouver (ou de faire mine d’éprouver). Elle ne s’excusa pas, et ce, malgré la culpabilité visible dans son regard. Elle l’avait déjà fait, et puis, elle se doutait que ce n’était pas ce qu’il voulait entendre. Il n’avait pas besoin de pitié, ce n’était certainement pas pour cela qu’il lui avait partagé telle histoire.

Elle s’éloigna finalement, tout en restant à proximité. Son visage s’était levé vers le sien et elle se contenta de lui adresser un doux sourire. La flamme de son regard vint rencontrer le sien, une de ses mains dans son dos montant et descendant lentement, un contact aussi subtile que distrait.

- Pour reprendre tes mots… Elle fit mine de réfléchir. Je suis impressionnée que tu ais réussi à faire cela. Seul.

Son rire était léger tandis qu’elle lui répétait ce que lui, lui avait dit, lors de leur première rencontre, tandis qu’elle lui avait partagé avoir appris seule son art. Lui aussi avait donc du mérite, beaucoup même, dans toute cette histoire. Elle avait noté dans un coin de sa tête l’existence donc d’un livre à ce sujet, se gardant cependant bien de lui demander où il se trouvait. Elle aurait tout le temps de s’intéresser à ce sujet, éventuellement. Après tout, il n’était pas débarrasser d’elle, loin de là même.

- Merci.

Des mots qui pouvaient sembler bien surprenant, dans une telle situation, alors qu’elle le tenait toujours non loin d’elle, ses mains dans son dos, son regard levé vers lui. Elle se mordilla légèrement la lèvre inférieure, ses joues prenant alors une teinte un peu plus rouge. Elle ne détourna cependant pas le regard, et ce, malgré sa gêne perceptible.

- J’ai eu un peu peur de eh… De te partager ehh… Elle inspira profondément. Comment je me sentais.

Sa voix s’était faite plus faible et les derniers mots n’avaient été que marmonner rapidement. Elle pouvait remercier Himeka, la timide Metaru qui l’avait aidé à confectionner son armure, pour lui avoir appris comment une personne réagissait en situation où la gêne pouvait prendre le dessus. Au final, elle avait simplement souhaité à le remercier de ne pas l’avoir ignorer, ou pire, trouver complètement risible sa façon de voir les choses, de le voir lui, alors qu’au final, ils se connaissaient à peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mer 7 Mar 2018 - 22:16
Devait-il s'en vouloir de s'être aussi facilement confier à la jeune femme ? Il ne la connaissait pas vraiment, il ne savait pas grand chose d'elle. Il sentit sa main dans son dos descendre jusqu'à son bras pour l'amener à se lever, il lui fit face avant d'être pris dans les bras d'Asami. Automatiquement, ses mains entourent le corps de la belle brune pour répondre à cette étreinte surprise, se laissant aller pour le coup. Shôran avait besoin de ce réconfort, il se sentait de suite un peu mieux et encore plus lorsque leurs regards se croisèrent. Le chuunin lui donna un merveilleux sourire alors qu'elle le félicitait d'avoir réussi à apprendre son art seul, avec juste un ou deux livres sur cet art bien occultes.

« Merci... »

Lui répondit-il avec sincérité, il n'attendait pas à être félicité pour ce qu'il avait fait, mais avoir des compliments faisaient toujours plaisir à entendre. Il fut tout de même surpris qu'elle le remercie, se demandant alors pourquoi immédiatement. Asami continua, lui avouant alors qu'elle avait eu peur de lui dire comment elle se sentait. Shôran sourit de plus belle, Asami pouvait évidemment se confier à lui, il était loin d'être le genre d'homme à juger. Au contraire, il était celui capable de comprendre.

« Tu n'as pas à me remercier... C'est normal, enfin.. je crois. »

Et maintenant ? Qu'allait-il se passer ? Shôran s'écarta légèrement, il devrait peut-être la laisser se reposer ?

« Tu... Je ferai mieux de te laisser récupérer ? »

Sous-entendu, partir. Ils se reverraient, c'est sûr, Shôran souhaitait la revoir et il espérait que ce soit réciproque.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 8 Mar 2018 - 18:06
Son geste fut bien reçu alors que lui-même l’entourait de ses bras. L’étreinte se voulait réconfortante pour l’homme tandis qu’elle avait appuyé sa tête contre lui. Finalement, elle s’éloigna légèrement, relevant son regard vers lui, répondant à son sourire par l’un des siens dont elle avait le secret. Il était difficile de ne pas apprécier la jeune demoiselle lorsqu’elle se présentait de la sorte, armée de son doux sourire et de paroles cherchant à ce qu’il se sente mieux. Il lui avait partagé ce qu’elle suspectait être de lourds souvenirs et elle souhaitait donc lui faire comprendre, au travers de ce geste, de ses paroles, qu’elle était là pour lui. Il pouvait lui faire confiance. Mais surtout, elle était là pour le soutenir. Certes se connaissaient-ils peu, mais elle lui avait bien fait comprendre comment se sentait-elle vis-à-vis de la situation.

Était-il timide ? Mal à l’aise ? Peut-être toutes ces réponses. Il avait déclaré ne pas avoir trop d’expérience, c’était donc possible que la présence de la belle brune en vienne à le déstabiliser. Elle avait bien conscience de ses charmes, tout comme de son agréable personnalité. Quant à lui… Il semblait manquer légèrement de confiance en lui-même, lorsque venait le temps des relations avec autrui. Cela en était presque mignon, aux yeux de la manipulatrice.

- Ne t’inquiète pas pour ça, je vais bien, vraiment. Quelques cicatrices ici et là, mais elles devraient partir avec le temps.

Elle parlait notamment de ses bras qui furent brûlés par ce cercle qu’elle s’était refusée de fuir. Puis, de son flanc, qui portait toujours trace de sa rencontre peu agréable avec les loups du nécromancien. Or, il était vrai qu’elle était fatiguée. Ce combat avait été particulièrement éprouvant pour elle et son corps s’était épuisé alors que les médecins s’étaient chargés de ses blessures, en venant même à se demander ce qu’il s’était passé pour qu’elle se retrouvant dans un tel état.

- Mais tu as raison, un peu de repos ne pourrait pas me faire de tort. Même s’il est vrai que… Elle s’interrompit dans ce qu’elle allait dire, portant son regard sur le sol. Non, laisse tomber.

Secouant doucement la tête de droite à gauche, elle reporta ses prunelles de feu sur ce dernier, lui adressant un doux sourire. Il était vrai qu’elle aurait apprécié passer plus de temps en sa compagnie, ou, tout du moins, c’était ce qu’elle avait refusé de dire, s’interrompant au dernier moment. Cela cherchait donc à démontrer un intérêt sans trop en faire. Ils auraient des occasions pour se revoir.

Or, elle ne comptait pas le laisser partir de la sorte. S’il s’était légèrement décalé pour mieux la regarder, elle s’était rapprochée de nouveau. Une main se levant pour venir glisser contre sa nuque, elle se leva sur la pointe des pieds pour venir l’embrasser une nouvelle fois. Cette fois-ci, le geste fut peut-être plus appuyé que les précédentes, comme si, malgré la nervosité dont elle avait semblé faire preuve, elle semblait désormais armée d’une certaine confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Jeu 8 Mar 2018 - 23:05
Shôran souriait, même s'il n'était pas du tout à l'aise. Le jeune shinobi de Kumo avait besoin d'apprendre au sein des autres, il devait trouver quelqu'un qui pourrait l'aider à s'améliorer avec les filles. Shikarai ? Shôran ne l'avait jamais vu en compagnie de la gente féminine, peut-être que le Raikage pourrait l'aider dans ce chemin là ? Enfin, il n'était pas vraiment assez proche de lui pour pouvoir lui demander une telle chose. Au pire des cas, Shôran n'avait qu'à se lancer seul dans cette expérience, apprendre seul à s'aventurer dans cette relation complexe. En tout cas, le chuunin ne sut pas quoi faire lorsqu'elle lui avoua qu'elle devait se reposer. Evidemment, il se sentait mal et il fallait dire qu'il y avait de quoi, non ?

Shôran n'avait pas souhaité la blesser, pourtant il l'avait fait. Il l'avait blessé, c'était une chose qu'il allait à avoir du mal à s'en remettre. Toutefois, elle ne semblait pas lui en tenir tant rigueur puisque la kunoichi vient s'approcher de lui pour l'embrasser. Un baiser bien plus intense que les précédents, bien plus prononcé qu'il venait à prolonger avec plaisir, sans savoir s'il s'y prenait plutôt bien. Elle ne le repoussa pas, c'était qu'il se débrouillait plutôt bien.

« A plus tard, Asami. »

Lui disait-il, avant de s’éclipser. Il la reverrait, c'était sûr, il voulait la revoir et sentait que c'était clairement réciproque, voilà tout.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Ven 9 Mar 2018 - 0:10
Elle s’était rapprochée, comblant cette distance entre eux deux, l’embrassant de nouveau. Un geste qui semblait vouloir dire beaucoup, vu ce qu’elle lui avait admis avec une certaine timidité un peu plus tôt. Le baiser était plus appuyé, et elle se retrouva à esquisser un sourire alors qu’il y répondit. Un peu plus et elle aurait eu peur de l’avoir brusqué. Après tout, il l’avait lui-même dit, qu’il n’avait pas l’habitude. Lui avait-elle volé son premier baiser ? Cette idée amusa la marionnettiste, bien qu’elle n’en laissa rien paraître. Elle s’était finalement détachée, affichant toujours son large sourire se voulant charmant tandis qu’il était finalement l’heure qu’ils se quittent.

Alors qu’il la saluait, son regard croisant le sien, elle le rattrapa par le bras, cherchant sa compagnie encore quelques secondes supplémentaires. Elle s’était avancée de quelques pas pour le faire, le retournant vers elle tandis qu’elle tentait de lui offrir un sourire rassurant, réconfortant. Elle l’avait bien vu qu’il semblait embêté des blessures qui résultait de leur entraînement. Or, elle en était aussi coupable. Elle aurait pu sortir du cercle de feu, s’enfonçant dans le sol. Elle aurait surtout pu ne pas sortir de son armure, lui donnant ainsi une protection supplémentaire. Or, elle avait souhaité tenter autre chose, des techniques qu’elle voulait perfectionner.

- Shôran. Je vais bien et j’insiste sur ce fait.

Son ton était ferme, malgré la douceur de sa voix et de son sourire. Elle ne voulait pas qu’il s’inquiète, pas plus qu’il s’en veuille au cours des prochains jours. Il avait sûrement mieux à faire que de se soucier de sa personne. Oh, elle n’était pas contre qu’il pense à elle, telle était l’idée au final. Elle souhaitait qu’il pense à elle, qu’il ait envie de la revoir, et surtout, envie de passer du temps avec elle. Toutefois, elle ne voulait pas qu’il se sente coupable lorsqu’il pensait à elle, pas plus souhaitait-elle être associée à quelque chose de négatif.

- J’étais consciente de ce que je faisais et des risques présents en choisissant la tactique que j’ai utilisé plutôt qu’une autre. Je ne veux pas que tu te sentes coupable. Dis-toi que grâce à toi, j’ai appris et je suis donc, par conséquent, une meilleure kunoichi que je l’étais ce matin.

Un sourire rassurant. Après tout, elle n’avait pas tort. C’était au travers la défaite qu’il était possible de comprendre où il lui était possible de s’améliorer. Elle devait revoir la mobilité de son armure, tout comme réussir à vraiment contrôler une quelconque personne. C’était sans compter qu’elle se devait de s’assurer de ne pas se retrouver au corps à corps.

- À la prochaine, Shôran. Prend soin de toi.

Sur ces belles paroles, elle inclina doucement la tête, espérant que son message ait bien passé. Puis, elle relâcha son bras, quittant en direction de chez elle, un doux sourire flottant sur ses lèvres. Un pas de plus avait été fait, concernant les connaissances qu’elle souhaitait éventuellement obtenir au sujet de la nécromancie. La route risquait d’être longue, sans compter qu’elle ne souhaitait pas brusquer le jeune homme, elle allait donc se montrer patience. Mais ça, ce n’était pas un soucis, pas du tout même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Kugutsu VS Kuromajutsu [Ft. Aami Shôran]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: