Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

L'art de la negociation ft. Kaya & Madoka


Ven 9 Fév 2018 - 11:41
Cela faisait plusieurs jours que Yudai ne faisait que s'entrainer, il s'entrainait très dur avec comme objectif de se rendre utile au Mizukage. Cependant il ne s’arrêtait pas à cela, il voulait toujours faire plus et c’est ainsi qu’il arpentait toutes les bibliothèques de la ville afin de se documenter un maximum, lisait tous les journaux possible et écoutait toute les rumeurs. Il ne voulait pas laisser une seule information lui échapper, son objectif était de devenir les yeux du Mizukage pour que ce dernier aie toute les cartes en main. Beaucoup de chose avait bougé ses derniers temps, mais l’état de tension entre le village de la Brume et celui de la Roche avait bien calmé les choses. La confiance que mettaient les riches dans le premier nommé n’était plus aussi grande qu’auparavant. Surtout avec le fait que des membres éminents du clan Yuki avaient quitté le village pour rejoindre l’ennemi.

Le Dokueki avait remarqué le lien de causalité entre la baisse des investissements et la conjoncture actuelle, il se rendit donc au Palais de la Brume avec une idée en tête. Il fallait que le village reprenne sa croissance et il somma donc le Mizukage de l’envoyer à la rencontre d’investisseurs pour les faire reprendre confiance dans le projet de la Brume.

C’est seulement le lendemain que le corbeau reçu une missive qui l’envoya comme prévu à la rencontre d’un groupe d’investisseur bien influent, il fallait que les travaux du port Nagarasa reprennent. Cependant il n’allait pas y aller seul et la mission serait bien sur dirigé par une grosse tête du village, la nouvelle cheffe du clan Yuki : Kaya. Il fallait qu’elle soit de mise pour représenter les intérêts du village, elle représentait en quelque sorte les hautes sphères du village. Le ninja n’était pas contre, et reconnu même la pertinence de sa présence. Cependant il y allait y avoir une troisième personne, Datalia Madoka. Yudai avait quelques informations sur cette jeune fille et tout ce qu’il put en déduire du rapport qu’il avait fait sur elle c’était qu’elle était totalement déséquilibrée. Il ne comprenait donc vraiment pas pourquoi une personne qui risquerait de détruire toute la crédibilité du village soit conviée à une des rencontres les plus importantes du moment ? Yudai ne comprenait vraiment pas le Mizukage sur ce coup-là, mais il était forcé de respecter son choix. Elle avait peut-être d’autre talent qu’il ne soupçonnait pas, finalement il se disait que si le chef l’avait choisi c’était bien pour une raison.

Le rendez-vous était bien tôt, mais ce lever aux aurores était une habitude pour ce ninja qui ne dormait pas beaucoup en général. Le soleil faisait apparaitre ses premiers rayons qui transperçaient la brume toujours présente en ces mâtinés d’hiver. Le froid était aussi de la partie, vêtu d’une grosse veste kaki fourré au niveau de la capuche ainsi qu’un pantalon noir accompagné de grandes bottes en cuir, le ninja attendait aux porte du village ces deux coéquipières. Il savait déjà à quoi ressemblait ses collègues ayant fait un dossier sur chacun des ninjas du village ainsi que sur les groupes d’habitants. Il se disait que les rencontrer en personnes allait lui permettre de rendre son dossier encore plus précis, son but était d’avoir un dossier complet sur chaque ninja du village : Que ce soit au niveau de ses capacités, aptitudes, de sa psyché, de ses connaissances et habitudes. A ces yeux l’information était une véritable arme dans le monde actuel et il comptait en faire son atout. Prenant soin de prendre son petit carnet de note dans son sac à dos, le ninja était prêt à noter toute information intéressante. Assis sur un banc, il regardait les gens passer en attendant ses coéquipières, il observait le peu de passants en essayant de deviner leur identités, jusqu’au moment où il interpella la première de ses équipières.

«Bien le bonjour, Dokueki Yudai votre coéquipier pour cette mission. Enchanté de faire votre connaissance. »


Le jeune homme se leva de son banc et s’approcha de son équipière pour lui serrer la main tout en prenant soin de retirer son gant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2660-tenshu-kadachi http://www.ascentofshinobi.com/u414

Ven 9 Fév 2018 - 16:28

Une nouvelle missive venait d’arriver au domicile de la chef du clan Yuki. A vrai dire, elle n’avait aucune idée de ce que cela pouvait être. Entre son rôle de chef de clan et sa récente promotion au rang de Jonin, elle ne savait plus trop ou mettre la tête parfois. C’est donc sans réel a priori qu’elle l’ouvrit, et découvrit qu’elle allait faire une nouvelle mission, mais sans son équipe cette fois. Une mission de négociation, original pour le coup…

Kaya avait réussi à grimper les échelons en usant de ses diverses qualités non offensives, et c’est peut-être pour cela qu’on l’avait choisi elle pour effectuer cette mission. Il était d’ailleurs explicitement précisé que son interlocuteur allait être un homme, et que par conséquent il fallait qu’elle soit bien apprêtée pour faciliter le dialogue. Eh bien, voilà la qualité qu’ils voulaient exploiter : son joli minois. Elle ne put s’empêcher d’esquisser un sourire en lisant ce détail, mais bon, il fallait être réaliste : le physique pouvait largement aider dans les négociations. En plus, son nouveau grade la rendait bien plus importante, et elle était presque directement la porte parole du Mizukage dans ce genre de situation. Elle allait donc prendre cette mission très au sérieux. Elle n’allait sûrement pas être dangereuse, ou moins que beaucoup d’autres, mais la pression serait pourtant maximale.

Elle se demanda aussi de qui elle allait bien pouvoir être accompagnée. D’autres Jonins tels qu’Inja ou Shiori ? A vrai dire, elle aurait bien aimé qu’Inja l’accompagne dans ce genre de mission, car elle lui faisait entièrement confiance et elle savait qu’il maniait plutôt bien les mots. Et puis, elle avait envie de passer un peu de temps avec lui, tout simplement. Ou encore la jolie Akane, qui avait l’avantage d’être elle aussi « physiquement intelligente », et un goût prononcé pour la négociation et la politique. Mais en lisant un peu plus loin, elle eu la surprise de lire deux noms qu’elle ne connaissait pas encore. Ils avaient donc fait une équipe avec deux genins pour aller rencontrer une personne si importante ?! Ils auront intérêt à se tenir à carreau, et puis elle espérait qu’ils auraient au moins des compétences oratoires. Dans le cas contraire, elle avait un peu de mal à comprendre leur utilité, à part assurer sa sûreté étant donné qu’elle ne serait pas en tenue de combat ? Et encore, sa tenue lui permettrait tout de même d’utiliser le Hyoton.

Le lendemain, elle se prépara alors pour se rendre au point de rendez-vous. Elle portait une tenue différente de d’habitude, optant pour une robe de cocktail assez échancrée qui mettait clairement en valeur ses formes, des bijoux de valeur, et des chaussures à talons probablement plus belles que confortables. Coiffée, maquillée et parfumée, elle se rendit aux portes du village avec seulement en plus de sa tenue légère une petite cape en fourrure pour lui couvrir les épaules afin de ne pas avoir trop froid en cette matinée hivernale. Ceux qui connaissent Kaya savaient qu’elle n’était pas du genre à être beaucoup couverte, mais pour les autres, ça pourrait peut-être faire un choc.

Une fois devant les portes du village, la jolie blonde fut interpellée par un homme dénommé Yudai, qui se présenta bien poliment à elle. L’héritière du clan Yuki lui sera la main et se présenta à son tour.

« Bonjour Yudai. Je suis Yuki Kaya, Jonin du village de Kiri et dirigeante du clan Yuki. De même, enchantée de faire votre connaissance. »

Son regard glacial était resté ancré dans le sien jusqu’à la fin de son discours, où elle prit le temps d’observer un peu la tenue du jeune homme. Il n’avait pas vraiment un stylé très bourgeois, loin de la, mais elle fut surprise qu’on ne lui ai pas demandé de se vêtir de façon un peu plus « politiquement correct ». Enfin, elle sera probablement l’interlocuteur principal dans cette histoire, alors pas de panique…

« Il ne nous reste plus qu’à attendre la troisième. Vous avez des compétences dans un domaine lié à la négociation ? Je suis assez étonnée de la composition de l’équipe. Ce n’est pas contre vous bien évidemment, mais je trouve que les profils ne sont pas les plus adéquats... »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Ven 9 Fév 2018 - 17:47
Cela faisait bien plusieurs jours que Madoka passait à ne rien faire du tout autre que jouer purement et simplement à divers jeux. Elle s'était retrouvée après une drôle d'aventure à l'extérieur de nouveau à l'orphelinat. Où pouvait donc se retrouver la jeune fille après tout en ayant aucun parent ni aucun ami réel ? Il valait mieux préciser oui, car sinon, elle en avait vraiment beaucoup des amis ! Elle se retrouvait alors pas très loin du bureau des responsables des lieux, ce genre de lieu que la fillette avait tendance à visiter un peu trop souvent à son goût. Ces adultes avaient bien trop tendance à parler de responsabilités, de besoin de grandir, de devenir un adulte ! Toutes ces choses apparemment très importantes qui devait leur prendre à cœur, mais bon, son pauvre petit lapin en peluche n'écoutait vraiment pas grand-chose, irrécupérable comme ils disaient ! Madoka se demandait bien pourquoi elle était toujours invitée à entendre ce genre de discours idiot, mais cette fois-ci il y eut de la distraction.

Une alarme manuelle se fit entendre, vous savez le genre où il fallait tourner sans discontinuer pour que cela fasse un bruit horrible. Oui, c’était ainsi en période de guerre, sans doute que de nouveau bombardier allait frapper la pauvre ville ! Pour se protéger, la jeune fille s’était cachée sous une table, c’était cela que l’on lui avait appris ou était-ce pour les tremblements de terre ? Ho … peu importe, c’était …. Une table magique ! Voilà ! Une table magique oubliée dans un couloir. Ce fut à ce moment-là alors qu’elle attendait les bombes tombées sous la table légèrement luisante, ben oui elle est magique …. Il faut suivre un peu, qu’un messager arriva. Cependant, les adultes dans la salle des responsabilités étaient en pleine discussion houleuses, et cela ne la concernait même pas ! Quelle chance ! Très vite, ils se dispersèrent pour chercher un gamin qui tentait d’aller s’amuser dehors loin de cet endroit. Ce gamin s’appelait apparemment fugue, bon peu importe.

Le message demanda alors un peu ennuyé ce qu’il allait faire de la missive, elle devait être remise après tout à l’un des adultes partis en chasse. On lui indiqua de la laisser en évidence dans la pièce. La personne reviendrait bien un jour. Le messager posa alors le rouleau sur la table, puis passa de nouveau devant Madoka sous sa table magique. Elle lui sourit doucement, puis elle attendit quelques minutes afin de voir s’il y avait du mouvement, mais rien du tout. L’alarme s’était tue, sans doute que l’alerte était passée ! C’était alors le moment parfait pour aller récupérer les informations. Elle était une agent double ou triple, bon avec plusieurs côtés parallèles, qui par la somme des côtés … oui bons, on n'était pas en math ! Elle rampa discrètement le long du sol sous les barbelés avec la discrétion d’un mérou hors de l’eau jusqu’au bureau. Elle avait récupéré un parchemin d’une publicité pour un ramen acheté un ramen offert, et elle l’échangea contre le fameux rouleau apporté par le coursier.

Datalia Madoka • « Je dois vite m’enfuir avant que les ennemis reviennent, ils ne doivent pas me découvrir ! »


Madoka prit alors une chaise de la pièce et brisa une fenêtre en la lançant au travers. Elle allait se précipiter à travers, mais elle se retint. Évidemment, elle ne voulait pas se couper avec les morceaux de verre encore sur la fenêtre. Bon, elle avait cassé une chaise et une fenêtre pour rien, mais ce n’était pas grave ! Sa marraine la fée allait bien réparer tout cela ! Quand elle reviendra plus tard tout cela sera réparé, si si, vous verrez ! Madoka fila alors rapidement en cachant dans ses vêtements le parchemin. Elle croisa alors un autre adulte dans le couloir et il lui demanda si elle avait vu un truc bizarre, il avait entendu un bruit étrange.

Datalia Madoka • « Un bruit ? Ho non non ce n’est rien. C’est la marraine ma fée qui a tenté de passer par la fenêtre, mais elle a grossit alors … Forcément … Enfin …. Faut pas lui dire ! »


Fit alors promettre Madoka en posant un doigt sur ses propres lèvres. Un peu désabusé et surpris, l’adulte la vit alors partir tranquillement dans un autre couloir en chantonnant. Elle avait déjà totalement oublié qu’elle venait de péter un truc, qui allait se voir forcément. Elle commença alors à entendre des bruits, des cris. C’était le moment pour l’agent quintuple de filer ailleurs, le plus loin possible. Bon, l’adolescente se cacha au toilette pour ouvrir le parchemin, cela parlait d’une mission importante pour le village, il y avait un lieu de rendez-vous. Cela tombait rudement bien, car l’orphelinat commençait à devenir un vrai lieu de guerre avec plein de gens pour la chercher, alors qu’elle n’avait presque rien fait !

Il lui fallait une couverture, alors Madoka laissa son lapin en peluche sur la lunette des toilettes. Ce serait lui qui se serait enfermé dans les toilettes, pendant qu’elle s’enfuyait en direction du rendez-vous pour la mission. Ce n'était pas qu'elle était très motivée pour cette mission, mais il valait mieux avec toutes les bêtises qu'elle avait faites dernièrement qu'elle se trouve quelque temps loin. Ce fut alors dans cette optique qu’elle piqua des lunettes de vue de démonstration chez un marchand pendant qu’il avait le dos tourné. Voilà ! Elle était parfaitement déguisée maintenant avec ses grosses lunettes carrées sur le nez. Personne n'allait la reconnaître ainsi, son déguisement parfait. Elle portait toujours son kimono habituel blanc avec des teintes bleues et vertes. Ses longs très longs cheveux se retrouvèrent alors dans son dos avec les grosses lunettes qui glissaient un petit peu de son visage. Elle arriva alors que les deux autres de la mission semblaient attendre, ou alors un rendez-vous pour amoureux, mais si c’était cela, elle n’avait vraiment pas de chance.

Datalia Madoka • « Appelez-moi canard laqué pour cette mission, ce sera plus discret. »


Commença par dire la génin en replaçant ses grosses lunettes sur son nez, ben oui, elle glissait ! Elle regarda à nouveau le parchemin de la mission en s’apercevant qu’ils allaient devoir parler pour négocier, ho la barbe. Cela ne pouvait pas être juste un massacre de pauvres types comme d’habitude ?! Misère … bon, maintenant qu’elle était là, il était difficile de trouver une excuse pour partir. Un mal de ventre soudain ? Hmm bon bon, elle trouverait en route.

Datalia Madoka • « Bon hmmm …. Mon nom d’emprunt suffira finalement, appelez-moi Madoka ! »


Reprit alors après quelques secondes la jeune fille en remontant un peu son colle de sa tenue pour faire plus classe sur l’instant. Elle sentit une grande sueur froide le long du dos en entendant Kaya demandée s’ils avaient des compétences liés à la négociation. Elle se gratta la joue doucement.

Datalia Madoka • « Ho ! Heuuu …. Je suis spécialiste dans le genjutsu, le son ce genre de choses… »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Lun 12 Fév 2018 - 14:46
Vêtu d’une robe échancrée qui avait pour objectif de mettre ses atouts diplomatiques en valeur, la cheffe du clan Yuki se présenta au Corbeau. Ce dernier la fixait d’un regard perçant à l’aide de ses deux yeux jaunes qui étaient semblables à ceux d’un rapace. Il écoutait la dame Yuki se présenter sans esquisser le moindre sourire ni expression, il fallait dire que son masque n’aidait pas vraiment à voir s’il souriait ou non. Yudai analysait chacune des mouvements de son interlocutrice qui semblait elle aussi être en pleine phase de jugement. Il écoutait Kaya en même temps qu’il remettait ses gants, car si la cheffe du clan Yuki semblait ne pas subir la morsure du froid, Yudai lui ne sentait déjà plus ses mains.

Il ne restait plus qu’à attendre la troisième, la mission ce déroulerait bien avec trois membres dans son équipe. Kaya interrogea Yudai sur ses compétences en négociation. Ce dernier la regardait droit dans les yeux sans dire un mot pendant quelques secondes. Il était lui-même en train de réfléchir à ses compétences en négociation, il s’imaginait des scènes où il serait en train de torturer ses victimes avec ses poisons ou encore de les attacher à des poteaux. Mmmh… Il n’arrivera surement pas à trouver d’expérience en négociation, il estimait que ce serait pour lui une grande première et s’imaginait déjà en train de discuter autour d’un verre de vin avec le costard qu’il avait mis dans son sac à dos. Le Dokueki ne se voyais pas dire un non catégorique à Kaya, cela la réconforterais dans ses appréhensions. Il réfléchissait rapidement à un moyen de détourner la question, mais il n’avait pas beaucoup de temps.
« Je n’estime pas posséder des atouts de négoces tels que les vôtres, cependant vous savez bien que certaines organisations auraient intérêt à ce que ces négociations coupent court. Je sais discuter affaire mais cela sera votre rôle principalement, je ferais en sorte que les négociations se passent bien.»



Le ninja de poison estimait avoir répondu à sa question, bien qu’il ait été un peu blessé dans son égo par la remarque que son chef d’équipe lui a fait il décida de ne pas en tenir rigueur. Quelques secondes de blancs se mirent en place avant que Madoka fit son intervention. Comme à son habitude, elle débitait des âneries plus grosse quelle, enfin en même temps ce n’est pas difficile. Le ninja de poison regardait la jeune fille vêtu d’un kimono blanc et des lunettes. Yudai trouvait sa étrange, dans son dossier il n’y avait pas marqué que ce ninja avait des problèmes de vue. Il trouvait que c’était étrange, bien plus étrange que la remarque qu’avait fait la jeune fille. Il préféra même ignorer cette remarque plutôt que de lui faire plaisir en répondant. Cette dernière semblait même avoir compris l’idiotie de sa blague en rebondissant directement dessus. Yudai esquissa un léger sourire en entendant la fille dire qu’elle utilisait du Genjutsu ainsi que des techniques liés au son, il était satisfait de savoir que son dossier était bel est bien correct. Bien, tout était parfait les ninjas allaient enfin pouvoir y aller. Le voyage ne serait pas très long, le rendez-vous était fixé pour demain soir. Tout le monde savais que les négociations était plus facile le soir, les gens sont plus enclins à la boisson et cède plus facilement. Prêt à partir le ninja s’avançait en direction de porte et se retourna quand il vit que personne ne le suivait

«Je crois qu’il est temps d’y aller vous ne pensez pas ? .»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2660-tenshu-kadachi http://www.ascentofshinobi.com/u414

Mar 13 Fév 2018 - 11:04

Ce jeune homme semblait avoir du caractère, ou en tout cas il ne semblait guère impressionné par le grade ou la stature de la Yuki. Son regard était plutôt froid, comme le sien à vrai dire, même si la couleur était bien différente, et la belle l’écouta répondre en gardant son regard ancré dans le sien. Les passants pouvaient peut-être penser qu’ils se défiaient du regard, mais il n’en était rien, seulement deux personnes aux regards particuliers.

Très vite, ses premières impressions se confirmaient : elle n’était pas dans une équipe composée d’autres personnes aux capacités politiques et commerciales, mais plutôt des personnes pour l’escorter en cas de problème. Enfin en tout cas c’était le cas pour lui, car elle n’avait pas encore vue la seconde personne, ce qui ne tarda pas à arriver. Son regard toujours aussi glacial se porta sur elle et sa tenue un peu excentrique, mais surtout, sa première phrase lui fit hausser un sourcil, ce qui montra son étonnement.

Elle voulait qu’on l’appelle canard laqué. Mais elle pensais être un agent sous couverture ou quoi ? Et surtout, c’est quoi ce nom ?! Kaya avait soudainement l’impression qu’on lui avait donné un boulet, et en plus pour une mission de commerce. Leur apparence et leur comportement allaient être importante, et inutile de dire que pour le moment l’héritière du clan Yuki avait un peu peur. Puis, quelques secondes après, elle leur donna enfin leur vrai nom après avoir lu le parchemin de la mission. C’était une extra-terrestre. En plus, elle faisait du Genjutsu, ce qui collait plutôt avec l’image qu’elle venait de donner d’elle.

« D’accord, enchantée Madoka. Je tiens à préciser qu’une fois sur place, je serais celle qui dirigera les débats. Vous n’aurez à priori qu’à surveiller les faits et gestes de nos interlocuteurs, et à vous tenir prêt à intervenir en cas de problème. Si jamais j’ai besoin de vous, je vous ferai un petit signe de la main, discrètement dans mon dos. »

Elle soupire et observe l’horizon, avant de sentir le vent glacial sur sa peau qui n’était pas beaucoup couverte.

« Oui, nous y allons tout de suite. »

Répond la blonde à Goten avant de prendre la route avec un rythme assez lent à cause des escarpins de la Jonin. Heureusement, ils n’étaient pas bien loin de leur objectif. Au bout d’un petit quart d’heure de marche, ils arrivaient sur les lieux, qui était situé non loin du port Nagarasa. Cette petite réunion se tenait dans un bâtiment moderne, dans lequel ils étaient attendus et invités à rejoindre leurs hôtes par l’accueil.

Suivie de près par les deux genins, elle entra dans la pièce et fit une révérence très polie à cet homme lui aussi entouré de deux gardes du corps. Il était petit, plutôt gras, et était le cliché du riche pervers. L’homme regardait d’ailleurs Kaya sans aucune gêne avec un petit sourire aux lèvres, il ne manquait vraiment plus que la bave.

« Bonjour, Yuki Kaya du village de Kiri, je viens accompagnée de Madoka et de Yudai, deux genins du village. Enchantée. »

« Bonjour Kaya, quel joli nom. Je vois que Kiri a toujours un goût très prononcé lorsqu’il s’agit de présenter leurs femmes. Ils connaissent visiblement mes points faibles. Pour ma part, je suis Yamato Ori. Plus que vos deux jolis arguments, j’attends de vous d’être convaincante car l’investissement demandé est conséquent... »

Kaya avait donc vu juste, elle servait surtout de présentoir. Cependant, elle espérait qu’il n’allait pas tenter une quelconque approche, surtout qu’elle entendait une sorte d’agitation derrière elle. Ce n’était pas la petite qui faisait des siennes au moins… ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Ven 16 Fév 2018 - 9:40
Datalia Madoka • « Bhaaaaa ! Bhaaaaa ! »


Hurla tout d'un coup la jeune fille en essayant d'imiter le croassement délicat d'un corbeau. Elle ne savait pas tellement pourquoi en cet instant, mais c'était nécessaire, vital même. Maintenant, cela allait bien mieux, comme apaisée. Il tira doucement la manche de Yudai.

Datalia Madoka • « Hey ? Hey ? Dis ? T'es malade pour porter un masque à gaz ? Non parce que généralement, un simple tissu sur le nez c'est déjà assez hein... »


Demanda en toute innocence Madoka avec sourire, heureusement qu'elle était là tout de même pour aider. Encore une brave âme un peu à côté de ramener dans le bon chemin ! Elle écouta alors Yudai tenté de noyer le poisson, et elle riait ouvertement. Elle séchait même une larme en entendant cet homme essayé de bien paraître.

Datalia Madoka • « Ouais ! Ça veut dire qu'il n'en sait rien du tout ! Hahahaha ! »


Madoka n'était sans doute pas mieux de ce côté-là, et il ne fallait pas longtemps pour le deviner. On pouvait même se demander à quoi elle était douée de toute manière. Elle ne cachait pas vraiment ses capacités pour le coup, elle ne cachait pas grand-chose de toute manière. Elle ne réagit absolument pas en voyant l'homme au masque à gaz partir tout seul vers les portes.

Datalia Madoka • « Il faut pas oublier de goûter sur la route hein ! C'est important ! Je connais un super restaurant où vous pourriez m'inviter ! »


Madoka ne doutait vraiment de rien, mais autant prendre directement de bonnes habitudes ! Les femmes ne payaient pas et les hommes ouvraient leurs portes monnaies. Elle releva doucement le col de sa robe blanche afin d'être plus discrète, c'était une technique d'espion de renommé mondial, vous ne pouvez pas comprendre. Elle posa sa main sur son visage en soupirant.

Datalia Madoka• « Mais non ! Canard laqué ! C'est beaucoup plus discret ! Bon... Laissez tomber.. Hmmm... Oie sauvage ça sera beaucoup mieux ! Ha nan nan ! Lézard cendré ! Hmmm quoi que... Ça sera toi lézard cendré ! Ça te va comme un gant ! Ça sera beaucoup plus simple à retenir ! »


Commença par dire Madoka en montrant du doigt Yudai. Puis au tour de la Yuki, elle se frotta le menton doucement.

Datalia Madoka • « Hmmm flocon de neige ? Hmmm nan nan.... Trop évident, ça fait pas très secret... C'est qu'il y en a là-dedans héhé ! »


Bon, l'extraterrestre allait trouver plus tard, même si un nom d'emprunt était important bien entendu, tout le monde le savait.

Datalia Madoka • « T'inquiète flocon de neige, je ne dirais rien du tout, une vraie petite fille sage ! »


Sembla alors promettre la jeune fille à sa consœur de galère, enfin seulement parce qu'elle était là.

Datalia Madoka • « Hé mais pour agir, il nous faudrait un code, genre ça ! »


Madoka procéda immédiatement à deux clin d'œil que tout le village aurait bien pu remarquer tant ils étaient visibles et appuyés. Elle se frotta doucement la joie sur le choix d'un signe de main dans le dos.

Datalia Madoka • « Ouais enfin si on n'est pas derrière... Bon c'est pas grave. »


C'était au tour de Madoka de soupirer en entendant la Kaya dire qu'il était temps d'y aller immédiatement ! Ces gens ne savaient vraiment pas vivre ou les priorités dans la vie. Heureusement, elle était là pour corriger ces petits soucis du quotidien. Durant le voyage, elle se contentait de sautiller tranquillement, absolument heureuse de sentir que le rythme était assez lent. Elle avait ainsi tout son temps pour saluer des amis qu'elle n'avait pas vu depuis longtemps. Elle semblait alors parler toute seule à des plantes, à des insectes faisant référence apparemment à un certain Jimini Criquette. Elle chantait évidemment, car comment faire un voyage sans chanter ? C'était tout bonnement impossible, pas de rythme, pas d'entrain, rien du tout.

Datalia Madoka • « un kilomètre à pied ! Ça use ça use ! Un kilomètre à pied ça use ça use énormément !.... Deux kilomètre à pied... »


Madoka chantait avec la délicatesse d'un morse en plein rute sur la plage, c'était à dire absolument aucune subtilité. Elle chanta jusqu'à épuisement de son énergie, mais comme elle n'en manquait pas du tout, ses compagnons de voyage purent ainsi profiter de cette chanson sans limite jusqu'à la fin de cette charmante promenade. Dommage que cela n'avait duré seulement quinze minutes, ces compagnons n'avaient pas pu profiter de sa voix d'ange très longtemps !

Datalia Madoka • « Hey ! Hey ! On pourrait aller voir les bateaux ! J'adore les fameux trois mâts ! »


Demanda alors l'adolescente d'une voix très enjouée qui trouvait cette idée formidable, mais visiblement, les autres rabat-joie ne l'envisageait pas ainsi. Elle entra en trainant les pieds dans cette fichue pièce, où elle n’avait rien à faire du tout. Hein ? Protéger ? Surveiller ? Ah oui ?! Elle observa alors les deux gardes du corps autour du flan coco. Oui par ce que l’homme du centre semblait tellement gras, qu’elle le voyait comme un grand flan coco géant, qui gigotait dans tous les sens au moindre mouvement. Pourquoi Coco me demanderiez-vous ? Et bien parce qu’elle aimait bien le coco, et si vous l’embêtiez encore un peu plus, elle mettrait bien quelques sucres de couleurs au-dessus histoire d’agrémenter la scène !!! D’ailleurs, il devait ne pas être assez cuit, par ce qu’il bavait dans sa vision. Quand elle entendit son nom, elle fit un petit coucou de la main sans rien dire avec un grand sourire niait.

Datalia Madoka • « Ha oui ?! Et Madoka ?! C’est un joli nom aussi ? »


Ne put se retenir de demander Madoka, qui avait bien pu tenir sa langue quelques secondes ! Nouveau record !!!! Bon, elle n’était pas du tout au point, ni n’avait absolument rien comprit que ce n’était qu’une tactique de drague pitoyable de la part du flan coco. Elle prit pour sa propre personne quoi qu’il en soit le compliment de l’homme à propos de leurs femmes. Toute contente, elle se passa une main dans ses terriblement longs cheveux, toujours contente d’avoir des compliments. Cependant, elle ne comprit pas du tout cette histoire de deux jolis arguments, Kaya n’avait encore rien dit !!! A moins que ce fût un code, oui, cela devait être cela. Cela ne pouvait être que ça ! Ha ha ! Madoka savait bien qu’elle était en présence d’espion, d’où son nom de code. On ne lui la faisait pas à elle ! La jeune fille regarda quoi qu’il en soit le corbeau afin de comprendre c’était quoi les deux jolis arguments, perplexe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Ven 16 Fév 2018 - 10:50
Les présentations faites, le Dokueki estima qu’il était temps de se mettre en route. Il écoutait les instructions de Kaya qui semblait coïncider avec tous ses plans. Yudai était bien conscient que la clé de la réussite de cette négociation allait résider dans la capacité de Kaya à intriguer le client. Les deux personnes possédaient un regard assez déstabilisant et cela pourrait être potentiellement un atout pour la vente ou au contraire cela pourrait mettre mal à l’aise le client. Le ninja de poison allait être fin observateur aujourd’hui, il voulait glaner un maximum d’expérience dans le domaine. Il allait surtout essayer de garder son calme avec Madoka qui était déjà en train de le rendre nerveux.

La jeune genin ce mit à croasser bêtement, comme une sorte de pulsion à faire des conneries. Bien évidemment Yudai ce senti directement visé et son regard changea pour passer d’un regard perçant à celui d’un tueur. Son visage ce crispa tout d’un coup, le ninja n’était pas très patient avec les personnes au caractère extravagant. Ses mains tremblaient tant il avait du mal à ce contenir, c’est pourquoi il les rangea dans ses poches assez rapidement. Il se retourna vers Madoka et l’affubla d’un regard noir qui voulait tout dire. Le ninja tenait bon, sa respiration s’accélérait, le ninja était à fleur de peau, mais il tenait bon. Jusqu’à ce que Madoka se mette à lui tirer la manche en lui posant des questions et lui faisait des remarques assez déplacés. Le ninja repoussa violemment Madoka avec sa main pour qu’elle le lâche, il était à la limite de sa patience.
« NE ME TOUCHE PAS D’ACCORD !?»


Le ninja recula de quelques pas, il gesticula comme pour s’excuser. Il ne voulait pas faire mauvaise impression, surtout pour une mission de négociation. Yudai n’avait aucunement envie que le Mizukage aie de mauvais retour sur lui. Il s’inclina envers ces deux collègues et s’éloigna un peu d’elle, il savait qu’il allait passer pour un déséquilibré. Le mal était fait, il décida qu’il était temps de se faire discret auprès de Kaya. Madoka elle proposa de l’inviter au restaurant, dans le fond Yudai pensais que ce n’était pas une si mauvaise idée : ils auraient pu inviter l’investisseur au restaurant. Enfin tant pis, le rendez-vous était déjà fixé et le groupe avançait à faible allure à cause des escarpins que portait Kaya.

Lezard cendré suivait le groupe de fille jusqu’au lieu de rendez-vous, la première semblait assez concentré dans son travail, tandis que l’autre… Elle était tout simplement en train de parler à des plantes, des insectes et à sa conscience ? Yudai doutait que cette fille ait une conscience, où alors elle devait être en train de boire un coup au bar car elle avait complètement délaissé la pauvre Madoka qui était en train de chanter des chansons de colonies de vacances. Elle était vraiment immature, elle s’arrêtait toute les trois secondes pour voir les bateaux. S’arrêtant devant celui d’une dénommé Ugg Offrey, malheureusement pour elle ces deux acolytes estimèrent qu’ils n’avaient pas le temps pour cela.

Arrivant au lieu de rendez-vous, Yudai invita ses équipières à l’attendre dans le hall d’entrée le temps qu’il se change aux toilettes. Le ninja retira son accoutrement de « punk à chien », pour revêtir une chemise noire accompagné d’une cravate mauve ainsi que le bas de costume accompagné des chaussures qui allaient bien avec. Il ne voulait pas passer pour un valet et décida de ne pas opter pour la veste de costume, ce présentant de nouveau à ses coéquipières ils étaient prêt à entrer.

Saluant les membres présents dans la pièce en s’inclinant très poliment, Yudai pris place derrière Kaya et observait tout ce qui passait autour de lui. Quelque chose ne tournait pas rond pour lui, enfin quelque chose d’autre que Madoka. Le ninja était aux aguets.

« Je tiens à m’excuser pour ce masque, mais je le porte pour des raisons médicales.»


Le dénommé Yamato Ori, invita les ninjas à s’asseoir sur des divans autour d’une table basse ou était entreposé toute sorte d’alcools. Ce dernier proposa au ninja de boire un verre. Une invitation que Yudai refusa poliment, il ne voulait rien manquer. Il observait avec insistance les gardes du corps qui semblaient fuir son regard. Yudai commençait déjà à se poser des questions, mais c’était surement à cause de sa nature méfiante.

« Alors dites-moi, Kaya : Pourquoi je devrais investir mon argent dans le projet d’un Port qui sera peut être détruit dans très peu de temps si Iwa déclare la guerre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2660-tenshu-kadachi http://www.ascentofshinobi.com/u414

Jeu 1 Mar 2018 - 9:57

Déjà que le trajet avait été un enfer avec cette jeune genin qui semblait totalement à côté de la plaque, et qui semblait exaspérer son camarade au plus haut point, mais en plus elle se trouvait devant un homme des plus mal élevés. Ou en tout cas, il pensait que son argent lui donnait tous les droits, dont ceux d’être extrêmement malpoli et maladroit avec les femmes. Enfin, elle se devait de rester courtoise, et si quelqu’un devait intervenir, ce n’était sûrement pas elle. Heureusement qu’elle leur avait montré un petit signe de la main à repérer en cas de besoin…

D’ailleurs, lors des présentations, Yudai précisa la raison du port de son masque. Elle trouvait cela un peu étrange, mais soit, au moins elle avait un élément de réponse à ses interrogations. Mais surtout, et encore, Madoka trouva le moyen de se faire remarquer. Ce n’était clairement pas le moment de vouloir attirer l’attention. Les deux genins devaient se faire discrets et n’agir qu’en cas de besoin, ça paraissait pourtant évident !

Kaya se contenta de lui lancer un regard très froid du coin de l’oeil avant de retourner son attention vers l’homme qui semblait vouloir négocier, mais était cependant dans une position plutôt défavorable. Après tout, si ce n’était pas le cas, leur présence et toute cette discussion serait inutile. Un investissement conséquent, c’était évident, un port qu’il avait peur de voir se faire détruire lors d’une guerre imminente … Ses arguments tenaient à peu près la route, mais son rôle était de jouer à la commerciale, et puis elle avait elle aussi des arguments, et pas que physiques.

« L’investissement est conséquent, il est vrai, mais je pense que ça reste un très bon placement. Si vous construisez ce port, alors vous allez avoir une commission sur les bénéfices de ce dernier. Notre objectif est que ce port devienne une plaque tournante du commerce de l’Archipel, et il est alors fort probable qu’il devienne très rentable, pour nous comme pour vous. Je pense que nous somme dans une position gagnant-gagnant, ce qui est plutôt rare vous en conviendrez. »

Elle prit un petit temps de pause avant de reprendre, son regard se faisant toujours aussi perçant.

« Pour la guerre contre Iwa, j’ai l’impression que si l’on reste dans un schéma d’attente et de peur, nous n’allons rien construire pendant encore de nombreuses années. Les tensions ont toujours été présentes, et elles ne sont pas près de disparaître... »

Kaya venait de détruire l’argumentaire du vieil homme, qui avait décidément bien du mal à la regarder dans les yeux. Cependant, il ne semblait pas encore convaincu. Enfin, c’est ce qu’elle arrivait à percevoir dans son langage non verbal…

« Pourquoi utiliser encore de belles paroles alors qu’il existe des moyens bien plus efficaces pour me convaincre… Voyons, Kiri a de l’argent, des jolies femmes… On m’envoie une belle plante, et celle ci ne fait que parler. Enfin, vous avez raison sur ces points, le retour sur investissement promet d’être copieux … Mais qu’en est-il de la défense du port ? Ce seront les ninjas de Kiri qui monteront la garde, ou est ce que vous aurez besoin de mercenaires ? »

Dit-il en faisant un discret signe de la main à ses deux gardes, qui se déplacèrent alors sur le côté, Kaya se retrouvant alors presque encerclée tandis que les deux genins étaient encore derrière elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Jeu 1 Mar 2018 - 11:37
Les plans de Madoka étaient également établis, mais sans doute que cela ne coïncidait guère avec la situation de négociation. Cependant, elle avait ses propres priorités, peut-être était-ce possible de voir les bateaux depuis la salle ? Lorsqu’elle remarqua la réaction de Kadachi alors qu’elle croassa, elle trouvait cela tellement drôle, qu’elle ne put se retenir de pouffer de rire. Elle ne semblait pas du tout prendre très au sérieux le regard assassin que lui lançait le jeune homme. C’était un petit peu comme si cela ne la touchait pas, ou alors que cela n’avait pas d’importance. La blanchette avait depuis longtemps dépassé le stade de l’extravagance, elle était bien plus loin. C’était une sorte d’une folie douce avec de légères senteurs sucrées. Elle ignora joyeusement les signes avant-coureurs d’un problème avec le fait d’être touché, mais elle fut repoussée d’une manière violette lorsqu’elle lui toucha la manche. Elle en fut quelque peu surprise au départ en paillonnant des yeux, avant de rire tout simplement.

Madoka ne semblait pas du tout mal prendre la réaction de cet homme, mais par contre ce genre de réaction titillait sa curiosité. Il fallait absolument qu’elle creuse, qu’elle en sache davantage. C’était un petit peu comme un enfant qui jouerait avec un insecte en le titillant pour voir comment il allait réagir, comment il allait souffrir. Pour le moment, il fallait le laisser se reposer un petit peu, il s’y attendrait trop sinon. Kadachi prétexta d’avoir un besoin pressant pour au final se faire tout beau. C’était trop mignon ! Mais en même temps, il avait un harnachement digne d’une mission de combat, maintenant il avait l’air d’un pingouin, et pour un lézard cendré, c’était quand même étrange !

Datalia Madoka • « Mais dis donc, on s’est fait tout beau je vois ça ! »


Madoka trouvait cela assez drôle, et elle le regarda de haut en bas. On aurait dit quelqu’un dans les bureaux, un banquier peut-être, après les écureuils remarqués… Elle était également parfaitement concentrée sur la situation, qui était très troublante pour elle également. Elle observait avec attention les alentours, au fond, bon d’accord, elle observait les navires au port un peu trop loin. Cependant, elle était trop petite, alors elle ne faisait que sauter sur place afin d’apercevoir un peu de voilures de temps à autre ou un mât. Elle soupira doucement, parce qu’elle ne voyait rien du tout. Elle n’était ni attirée par l’alcool, ni par s’asseoir autour d’une table basse et encore moins par les discussions qui allaient être nécessairement barbantes. Les gardes du corps semblaient être particulièrement nerveux, elle trouvait ça étrange, mais peut-être qu’ils n’aimaient pas les discussions ?

Quoi qu’il en soit, cet homme était venu jusqu’ici, c’était bien une preuve qu’il était prêt à mettre cet argent sur la table, mais il désirait autre chose. Kaya et l’autre petit pervers parlaient ensemble de construire le navire, c’était amusant de constater ce qu’il se passait entre eux. Le petit pervers essayait encore, au cas où les premières paroles n'auraient pas été comprises, de faire comprendre qu'il attendait quelque chose de bien précis de la part de Kaya. Bon, elle n’était pas du tout jalouse pour le coup que ce vieux machin recherchait la compagnie de la belle et plantureuse jeune femme plutôt qu’une gamine pas très formée et un peu étrange. Elle tourna son regard et remarqua alors que les deux gardes du corps se rapprochaient dangereusement, mais à quoi jouaient-ils exactement ? La cible était une évidence, Kaya, et ce pervers avait bien besoin de bras apparemment. Espérait-il vraiment que cela se passe tranquillement ?

Madoka commença alors à faire de petits bruits avec sa bouche de manières répétées comme si elle imitait un poisson faire des bulles. Elle se rapprocha d’un des gardes du corps en tirant un peu sa manche avec un grand sourire en lui montrant sa jambe droite. Il semblait être devenu totalement livide en osant plus du tout bouger. Il trembla légèrement en essayant de rester parfaitement immobile observant autour de lui comme pour chercher de l’aide, mais vraisemblablement, personne ne semblait remarquer quoi que ce soit. Madoka posa un doigt sur sa bouche comme pour lui intimer de rester calme et de ne rien dire. Elle lui fit un clin d'œil, alors qu'elle souriait grandement avec toutes ses dents. Il était difficile de savoir ce qu’elle venait de lui faire, mais apparemment, il n’avait plus du tout envie de bouger un cil. Madoka gardait ses mains sous la forme du sceau du chien, en guettant le garde du corps avec un regard maladivement pervers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Jeu 1 Mar 2018 - 15:16
L’ambiance était étrange, le corbeau regardais autour de lui cette scène qui lui semblait fausse. Tout son corps le mettait en garde, ces sens était aux aguets. Le jeune ninja tournait autour de la salle, surveillant bien évidemment Kaya, Madoka et l’homme d’affaire ainsi que les gardes. M.Yamato Ori ne semblait pas complètement comme l’avait décrit le rapport de mission : certes il était censé être très attirés par les belles femmes, cependant il était décrit plus comme un charmeur respectueux et non un gros lourd. Tout était bien trop étrange, bien plus étrange que Madoka, plus étrange que le comportement des gardes du corps. Le ninja tournait autour de gardes et fini par passer derrière eux, c’est à ce moment-là que le corbeau entendit des bruits étranges, comme des gémissements.

A partir de cet instant le ninja n’était plus du tout concentré par la négociation, son regard ce fronça instantanément au moment où les gardes s’approchèrent de Kaya. Madoka de son côté avait bien réagis à l’approche des gardes. S’approchant de lui elle semblait l’avoir envouter, surement un sort de genjutsu. L’autre garde mit sa main dans sa poche, tandis que Yamato Ori frappa du poing sur la table assez violement avant d’attraper celle de Kaya par le poignet.

« Même si les ninjas de Kiri protège ce port, au prix de quoi ? De l’économie du reste du pays !? Vous les shinobis n’êtes qu’une bande d’égocentriques assoiffés de pouvoir. Vous prenez tout sans même penser aux miséreux aux quatres coins du pays. La seule chose que vous méritez c’est de disparaitre ! »

A ce moment même le second garde du corps sortit un kunaï de sa poche et attaqua Kaya, réagissant instinctivement, le corbeau attrapa le poignet de l’agresseur et lui assena une violente clé de bras. Comprenant très vite que ces personnes sont des imposteurs, le ninja masqué de kiri lança l’offensive en premier contre le premier garde du corps. L’imposteur lança une bombe fumigène en voyant que sa tentative d’assassinat a échoué, cependant il devait toujours être là et Madoka semblait être immobilisé. Les choses étaient en train de se compliquer et le corbeau sorti un kunaï de sa poche pour éliminer rapidement le garde du corps qu’il tenait sous sa clé de bras. Au même moment un kunaï lui érafla la joue, il ne put donner son coup avec la force qu’il voulait mais, l’attaque serait probablement mortelle.

« Capitaine, qu'est ce qu'on fait ?»



Les choses avaient très rapidement tourné au vinaigre, c’est à ce moment qu’il se rappela des gémissements qu’il avait entendu derrière le mur. Cependant il devait attendre les ordres avant de pouvoir agir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2660-tenshu-kadachi http://www.ascentofshinobi.com/u414

Dim 11 Mar 2018 - 21:52

Ce mouvement des gardes était effectivement suspect. Très suspect même. Cependant, Kaya ne faisait pas encore signe à ses Genins d’agir. Elle se sentait encore en confiance, car intérieurement elle était sur ses gardes, et était prête à esquiver un coup si jamais un conflit devait éclater en plein milieu de cette séance de négociation. De ce qu’elle voyait, Madoka et Yudai n’avaient pas engagé d’approche à leur tour, ce qui était parfait car elle souhaitait voir quel était leur but, récolter le plus d’informations possible.

Cependant, après un coup d’œil furtif, elle remarqua Madoka en train de regarder le Garde, ce qui était réciproque. Elle venait de l’approcher ! Tout ce qu’espérait la chef de cette mission, c’est qu’elle n’allait pas faire n’importe quoi et déclencher une rixe tout de suite. Mais assez vite, le garde se mit à perdre complètement sa volonté. Son regard était vide, et il semblait désemparé. Un genjutsu surement… Vu le profil de la jeune shinobi, ce ne serait pas étonnant qu’elle en ait fait sa spécialité.

Mais alors que son regard et son attention était porté sur ce duo improbable, elle entendit son interlocuteur taper du poing sur la table, et au moment où elle se retourna, il était en train de lui attraper le poignet. Ses petits doigts potelés et à la peau sèche étaient en train d’encercler son fin poignet, et ce contact n’était pas des plus agréables. Il était trop tard pour l’esquiver. Elle le regarda alors droit dans les yeux pendant qu’il lui expliquait son point de vue des plus pessimistes sur le rôle des ninjas à propos de la défense du pays. En réalité, il venait de montrer qu’il n’était pas – ou plus – ouvert à la négociation. Cette partie de la mission allait toucher à sa fin dès alors.

Un bref coup d’œil sur le côté, et elle put voir ce kunai qu’avait sorti le garde. Ils comptaient, en plus de ne pas vouloir négocier, les attaquer ? Bien étrange comme comportement. Elle ne comprenait pas l’intérêt qu’ils pouvaient avoir à faire ce geste. Enfin, le temps était à la défense. Par réflexe, Kaya effectua un saut d’esquive, en prenant soin d’envoyer un coup de pied au vieil homme afin de se défaire de son emprise.

Son esquive avait été au final inutile car son équipier avait empêché le mouvement du garde, et celui avec qui elle négociait avait utilisé un artifice pour probablement s’enfuir. Ils avaient les deux gardes à leur merci, et ne voyaient plus rien. Il était temps de récupérer quelques informations.



« Gardez la maîtrise des gardes, et maintenez les en vie ! Je m’occupe de vous défendre en attendant que la fumée se dissipe. »



Elle composa quelques mudras et fit apparaître un petit mur de glace qui les protègerait de tout projectile se cachant dans l’opacité de la fumée. Cependant, aucune attaque n’arriva, et une fois le brouillard dissipé, la salle se retrouva bien vide. Le mur disparu à son tour, et Kaya se retourna pour regarder ses équipiers et leurs prises. Lentement, elle s’approcha du garde maintenu au sol par Yudai, et lui fit signe de le relâcher, tandis qu’elle sortait à son tour un kunai.



« Je m’occupe de lui poser quelques questions. Tu peux inspecter la salle pour voir si tu ne trouves pas d’autres personnes cachées, ou des papiers compromettants ? »

Elle tourna son visage vers l’autre femme.

« Madoka, continue de faire délirer notre cher ami, j’arrive bientôt. »



Dit-elle avant de poser son Kunai sur la gorge du garde allongé au sol.



« Dis-moi chérie, est-ce qu’il était prévu dès le début de nous attaquer ? »



« Ou… Oui madame… C’était un piège… »



« Affligeant, vous faites honte à votre organisation… Tu as sommeil ? »

« N… Non, pourq… »

Un violent coup de coude sur la tempe plus tard, ce garde était parti pour une longue nuit de « repos » …


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Lun 12 Mar 2018 - 16:37
Madoka voulait essayer une nouvelle blague, et visiblement, cela fonctionnait bien assez pour que le garde n’ose pas bouger un cil. Elle avait créé un objet chimérique en forme de parchemin explosif de moyenne puissante. Il ne manquait donc plus qu’un mudra pour le faire exploser, et le gardé piégé ne pouvait que le savoir.

Datalia Madoka • « Moi perso, je préfère une limonade fraiche ou un grand verre de lait ! C’est bon le lait, on devient une grande personne après ! »


Dit alors la gamine avec le ton de voix parfaitement approprié. Elle affichait un grand sourire, apparemment très détendue, et ce malgré la situation. Était-elle ignorante de la menace ou simplement dérangée ? Il était évident qu’il était difficile de parler de prendre tout à la place des pauvres pour la jeune fille, qui semblait avoir la peau sur les os. Ce type venait vraiment de menacer de mort trois personnes entrainées pour tuer, c’était intriguant. Il devait avoir le moyen de ses mots, car sinon, il risquait d’avoir de gros problème. Le corbeau s’attaqua alors à un des gardes, tandis que le chef lança un fumigène. Tous purent alors entendre Madoka rire plus comme une démente qu’autre chose.

Datalia Madoka • « Hihihihi ! On va bien s’amuser …. On va pouvoir jouer à un deux trois soleil …. Hihihihi …. »


Commença alors par dire la jeune fille, avant que plusieurs voix de Madoka en train de chanter commença à se faire entendre dans la pièce. Il était ainsi difficile de savoir qui était où à cet instant là, même pour les ninjas de Kiri.

Datalia Madoka • « Cadet ROUSSEL a trois maisons
Cadet ROUSSEL a trois maisons
Qui n'ont ni poutres ni chevrons
Qui n'ont ni poutres ni chevrons
C'est pour loger les hirondelles;
Que direz-vous d'Cadet ROUSSEL
Ah! Ah! Ah! mais vraiment,
Cadet ROUSSEL est bon enfant…
»


Madoka continuait alors la chanson, mais cela venait de partout dans la pièce, de quoi être angoissant. Elle n’était pas du genre à attendre quoi que ce soit, elle était bien trop excitée à l’idée de combattre pour attendre quoi que ce soit. Elle entendit alors vaguement, qu’il fallait garder en vie les assaillants. Ce n’était vraiment pas drôle du tout, mais elle pouvait toujours s’amuser avec ! Quelle bonne idée. Tandis qu’elle continuait alors à chanter une petite comptine digne d’un enfant à la maternelle, on put entendre le garde hurler comme un fou furieux.

« HAaaaaa ! Des … des arraignées ! aaaaaaaaaah ! Il …. Il y en a partout ! Mais … elles sont des centaines ! Mais … d’où elles viennent ! Aaaaaaaaaaaah ! Non ! Elles me piquent ! aaaaaaaaaaah ! »

On put entendre un bruit sourd, puis encore et encore des hurlements d’un homme en train d’hurler et remuer dans tous les sens.

Datalia Madoka • « Ne t’en fais pas …. Je vais t’aider … mais ne bouge pas comme ça ! et voilà ! Je l’ai loupe ! Bon …. Je recommence …. Mince pffff … encore rate ! Je suis désolée, je suis une debutante … »


Prétexta alors Madoka apparemment vraiment ennuyée, tandis qu’à chaque fois qu’elle disait qu’elle avait loupé, l’homme hurlait de douleur comme un dément. Petit à petit, le fumigène se dissipa, et cela laissa alors toutes les occasions de voir le garde se rouler dans tous les sens contre le sol, il s’arrachait ses vêtements, il grattait sa peau avec ses ongles jusqu’au sang. Pendant ce temps-là, Madoka était à côté de lui accroupi en train de lui donner des coups de kunais juste pour l’ouvrir ça et là, mais jamais à des endroits mortels. Elle avait du sang sur ses vêtements, mais cela ne semblait pas préoccuper l’adolescente. On pouvait voir à son regard qu’elle prenait un pied d’enfer à son nouveau jeu pervers.

« Aaaaaaaaaah mon dieu ! Ca me rentre sous la peau ! aide moi ! Aide moi ! aaaaaaaaaaaaaaah ! »

Datalia Madoka • « Oui bhaaa …. Arête de bouger ! Ho t’as vu ! Je l’ai eu celle là ! Je m’améliore ! »


Madoka releva alors son visage ensanglanté avec un grand sourire en tenant le kunai comme un assassin.

Datalia Madoka • « Pas de souci cheffe ! Prennez votre temps ! »


Répondit alors l’adolescente avec une voix douce et très amiable, comme une enfant répondant à sa mère qu’elle allait rester sage. Elle continuait à chantonner tranquillement en donnant des coups de kunais de temps en temps de plus en plus fort, mais en évitant tout point sensiblement mortel. Comme quoi, elle avait dû écouter quelque chose à l’école, à moins que ce soit son entrainement dans les arènes de combats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

Mer 14 Mar 2018 - 11:19
Tout se passait très rapidement, le corbeau n’eut pas réellement besoin de déployer tout son arsenal voyant ses coéquipières se débrouiller plus que parfaitement bien. Dans la fumée ne laissait pas l’imposteur, Yudai put entendre son capitaine du moment lui ordonner de ne pas laisser partir les gardes. Le ninja n’eut qu’à garder son emprise sur celui qui était sous lui et observait la scène avec précaution. Kaya fabriquant son mur de glace empêchait toute attaque potentielle dans notre dos, ce qui était déjà un poids en moins pour le trio. Entendre rire Madoka comme une démente fit frissonner le corbeau qui habituellement sait faire preuve d’un sang-froid légendaire. Il n’avait jamais vu une aussi frêle personne avoir un caractère de tueuse sanguinaire, on sentait que Madoka était en transe, son désir de faire du mal se sentait à des kilomètres. Le ninja masqué relâcha sa prise quelques instant par mégarde, mais avant que son prisonnier puisse bouger il resserra son emprise plus fort qu’auparavant.

Yudai était étonné d’entendre Madoka chanter, cela lui faisait presque froid dans le dos tant elle semblait être capable de tout et n’importe quoi. La musique pouvait s’entendre de partout dans la pièce, la jeune fille s’étant démultiplié pour qu’on ne sache plus où donner de la tête. C’était un personnage assez stressant pour une jeune fillette. Entendant des hurlements de la part d’un des gardes du corps, il semblait réellement souffrir ce n’était pas beau à entendre. On entendait aussi le bruit d’une lame se plantant dans la chair à multiple reprise, qu’est ce qu’elle était en train de faire ? Ce genre de personne il faut l’interner, ne pas laisser des gens comme ça dans la nature c’était inconcevable.

Kaya fit signe au corbeau de relâcher son emprise sur le garde tandis qu’elle souhaitait lui poser quelques question. Pendant ce temps, Yudai se redirigeais vers le mur où il avait l’impression d’avoir entendu geindre, le ninja collait son oreille contre le mur. Il y avait des gens c’était sûr et certain ! Le ninja effectua quelques mudras puis passa à travers le mur pour voir ce qu’il se tramait de l’autre côté. Des personnes étaient là, attaché et bâillonnés, l’un d’eux était Yamato Ori le vrai investisseur. Le ninja repassa de l’autre côté du mur pour faire signe à ses coéquipiers qu’il y avait du monde ici avant de retourner libérer les prisonniers. Détachant un par un les prisonniers, il les entendait geindre de plus en plus fort et au moment où il allait libérer le dernier il retira le bâillon de la bouche d’un d’eux avant de complètement libérer le dernier.

« C’était un pièg.. ! »

L’homme n’eut même pas le temps de finir sa phrase que des aiguilles surgissaient des côtés de la salle mitraillant de toute part. Le ninja eu à peine le temps d’effectuer des mudras et invoqua des pieux de roches dans tous les sens entres les otages afin de les recouvrir. Cependant lui étant debout n’eut pas le temps de se protéger efficacement, les senbons lui perforèrent le corps de toute part et le laissèrent au sol gisant dans une flaque de sang. Le corbeau ne pouvait pas croire qu’il allait déjà partir vers l’autre monde, mais il ne pouvait s’empêcher de sourire ayant pu sauver quelqu’un pour la première fois de sa vie.

C'est dans ses conditions que Yudai quitta le monde des vivants pour rejoindre les siens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2660-tenshu-kadachi http://www.ascentofshinobi.com/u414

Mer 14 Mar 2018 - 17:46

Une véritable scène d’horreur. Voilà ce à quoi j’étais en train d’assister. A vrai dire, la jeune Madoka m’intriguait depuis le début, mais pour le coup elle me faisait carrément peur. Cette mission tournait de plus en plus au cauchemar. Entre le piège tendu, et une équipière complètement psychopathe qui révélait une facette bien sombre de sa personnalité … Vraiment je me demandais même ce que je faisais ici, au milieu de cette attaque, et, si elle était encore dans un état de lucidité, Madoka remarquerait sûrement mon air dépité et terrifié lorsque je vis son regard ensanglanté.

Mais pire que son visage, c’était son sadisme qui était vraiment terrifiant. Un véritable petit démon, heureusement qu’elle était dans son camp, mais je me demandais bien ce qui pourrait arriver si cette variable venait à changer. Je pense que cette genin a besoin d’une surveillance toute particulière tant son profil est atypique. Il faut absolument que j’en parle aux autorités compétentes…

Mais je fus interrompue par un bruit étrange venant de ma droite, où se trouvait alors mon second équipier, Yudai, qui était parti inspecter la source de bruits qu’il avait identifié. Ce sifflement strident caractéristique des senbons qui transpercent l’air … Puis le corps d’un humain. D’un humain comme … Comme Yudai ?! Non, pas possible, tout ne pouvait pas mal aller, ce serait vraiment la poisse d’avoir un blessé.

Ni l’une ni deux, je fige le gardien avec des entraves gelées afin qu’il ne s’enfuit pas, et me précipite vers le lieu ou devait se trouver ce jeune genin. Et en arrivant, une vision d’horreur s’offrit à moi. Il gisait au sol, baignant dans son propre sang, avec ces pics acérés plantés dans son dos. J’ai eu le sang glacé pendant quelques secondes, avant que mon regard ne se pose sur le visage du véritable entrepreneur qui venait d’être sauvé par le jeune ninja de Kiri. Cependant, je ne pouvais pas me permettre de baisser ma garde, un autre piège était peut-être tendu… Je me retourna vers Madoka et les gardes, le visage fermé et attristé, avant de prendre la parole sur un ton très grave.

« Madoka, on change de plans. On part d’ici en escortant Yamato Ori loin de ce guet apens... »

Je fis un petit signe de la main pour lui indiquer de venir à moi, et une fois éloignée des gardes, je lança deux grands pics de glace en direction des deux gardes propulsés avec du futon, visant précisément leur tête qui se fit transpercer de part en part par l’attaque de la jolie blonde, alors plus froide que jamais. Une mort rapide et sans souffrance, en soit.

« Je te demande de faire très attention, la zone est piégée... nous allons prendre la sortie la plus proche. »

Dis-je en détachant les derniers baillons et autres liens qui immobilisait les trois hommes, dont l’investisseur, puis j’approcha du corps sans vie avant de me mettre à genou à ses côtés. Je concentra mon chakra dans mes mains, les rendant alors extrêmement froides, pour ensuite les passer le long de son corps, gelant ainsi la surface de ce dernier, ce qui empêcherait le sang de continuer à se déverser, rendant son transport plus aisé et plus propre, tout en masquant un peu son visage inanimé.

« Je m’occupe de transporter Yudai jusqu’à Kiri… Surveille et protège les autres. »

Mon ton était toujours très froid, mais la situation était tout sauf amusante. Je me devais de rendre honneur à cet homme qui venait de se sacrifier pour le bien de la mission. Je me dirigeais alors vers la sortie du bâtiment, suivie par Madoka et les ex-otages.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Jeu 15 Mar 2018 - 10:17
Madoka savait très bien comment tuer quelqu'un rapidement ou prendre son temps, et pour le coup, elle s'amusait drôlement bien ! Il y avait une sorte de petit piquant dans la nuque, cela pétillait dans le nez, l'adrénaline. Elle adorait ce genre de sensation et voir ce sang, entendre ces souffrances étaient une bénédiction. Elle continuait à chanter en se tortillant toute contente donnant des coups de couteaux, alors que le pauvre diable était en train d'hurler sa terreur des araignées illusoires ne sentant à peine les coups de kunais. C'était un ennemi, alors elle pouvait bien en faire ce qu'elle désirait non ? Qui allait lui dire le contraire ? C'était une forme de torture, de vengeance, mais surtout un plaisir non dissimulé à observer le regard de la jeune fille brillant. Le fait qu'elle ne chante n'était pas non plus si innocent, vu que c'était un facteur nécessaire de son genjutsu, mais qui pouvait vraiment le savoir ?

La blanchette n'avait absolument aucune limite, elle n'en avait jamais apprise dans les arènes, bien au contraire. Il était possible que juste entendre les bruits de son jeu morbide était plus angoissant que le voir pour le moment. Dommage que le fumigène ne durerait pas assez longtemps, mais toutes les bonnes choses ont une fin. Seule la direction du village caché de Kiri pouvait savoir pourquoi avoir autoriser cette gamine à être une soldate parmi tant d'autre. Qu'est-ce qui avait pu passer dans leurs têtes ? Ou est-ce que c'était une manière compatissante de rembourser sa dette, le fait qu'elle s'était faite enlevée et utilisée. Elle était la victime collatérale d'une guerre héroïque, mais il fallait croire que cela n'existait pas au final. Madoka observa un bref instant le corbeau se rendre vers un coin de la pièce, comme s'il avait entendu quelque chose, mais elle s'en fichait pas mal. Elle était en train de s'amuser comme une petite folle ! En tout cas, le coup du passe muraille était vraiment très au point. Il pourrait faire cela dans un cirque ! Elle je vit pas du tout le signe du corbeau, mais elle releva sa tête légèrement en entendant l'explosion et le bruit caractéristique de multiples sembons. Elle ne réagit pas vraiment en gardant sa main en l'air juste au-dessus du corps du malheureux garde avec le kunais et sa manche de robe ensanglantés. Elle remarqua alors la flaque de sang grandir et le corps du corbeau glisser le long d'un pique rocheux.

Datalia Madoka • « Ha bah... Il va forcément beaucoup moins bien marcher maintenant... »


Commenta simplement Madoka en voyant bien que son coéquipier venait de mourir dans des conditions atroces. Elle l'avait bien réalisé, mais cela lui semblait lui passer au-dessus de la tête, comme si ce n'était rien du tout. Elle haussa les épaules et sans une larme planta de nouveau le kunai dans le corps du malheureux.

Datalia Madoka • « Mince... Ma chanson est finie... Hmmm on va chanter frère Jack, tu la connais hein ? Tout le monde la connaît celle-là... Alors... Frère Jack.... Frère Jack... »


Commença alors à chanter Madoka comme le ferait une petite enfant en occilant ma tête de droite à gauche doucement avec un tendre sourire, alors que du sang recouvrait son visage rendant la scène morbide. Elle ignorait totalement les regards que l'on pouvaient lui lancer. En cet instant, son petit plaisir mesquin était plus important que tout. À la voir ainsi, sans doute n'aurait-elle aucun problème à affronter un frère d'arme à mort dans l'instant.

Datalia Madoka • « Shhhhh tout va bien... »


Tenta alors de rassurer la blanchette à sa proie, qui commençait à être épuiser à être terrifié, à hurlé et à souffrir, qu'il était dans un état second. Elle lui caressa doucement sa joue avec tendresse, non sans lui mettre son propre sang. Provoquer autant de souffrance et un tel spectacle semblait l'avoir quelque peu apaisée.

Datalia Madoka • « Hein ? Ha d'accord, j'arrive ! Tiens garde moi ça toi. »


Finit par dire alors Madoka avec une voix toute gaillerette en plantant le kunai dans la gorge du malheureux garde torturé. Le pauvre commençait à provoquer de drôles de gargarismes et des flots de sang. Il n'en avait plus pour longtemps, et sans doute était-ce une manière de l'achever. La jeune fille observa un peu ennuyée cet homme convulser et essayer de survivre en vain. Elle se pinça les lèvres, puis elle se releva en se dirigeant vers Kaya.

Datalia Madoka • « Ça veut dire que les anciens ordres sont caduques hein ? Parce que je ne l'ai pas fait exprès, mais je crois que le garde il est mourru. »


Dit alors Madoka très embêtée d'avoir fait une bêtise, mais cela avait été plus forte qu'elle. À la fin d'un combat d'arène, il fallait achever son adversaire avec brio, sinon elle serait punie. Elle n'aurait pas le droit de manger et la foule de spectateurs pervers serait mécontent, donc le propriétaire des lieux le serait également.

Datalia Madoka • « bonjour monsieur ! On a une super affaire à vous proposer ! Une occasion en or ! Investir dans un port pour le pays de l'eau ! Mais... Attendez ! Pourquoi on s'en va ? »


Bon d'accord, sans doute que Madoka n'était pas aussi douée pour vendre un truc que Kaya, et puis elle n'avait pas assez de poitrine sans doute également. Faire partie du groupe des planches n'etait sans doute pas facile tous les jours. Elle suivit alors le mouvement en dehors de la pièce derrière le drôle de monsieur, qui devait s'amuser avec le Shibari, cet art d'attacher les gens même si elle avait toujours cru que ce n'était que pour les femmes ! Comme quoi, on en apprenait tous les jours ! Elle remarqua que Kaya lança une technique pour tuer les deux gardes avec des piques de glace en pleine tête. Elle fit la moue avec sa bouche, s'était vraiment trop injuste, elle aurait pu le faire en s'amusant, mais au moins cela voulait dire qu'elle n'allait pas se faire taper sur les doigts.

Datalia Madoka • « Mince, j'ai publié de lui poser des questions quand je l'interrogeais... Bouah tant pis. »


Finit par dire la gamine non sans hausser les épaules. Comme si c'était vraiment important de poser des questions durant un interrogation, alors que l'on pouvait bien s'amuser sans !

Datalia Madoka • « Ha bah si c'est piégé alors... »


Madoka fit quelques mudras avec ses mains, et elle commença à s'envoler comme si elle était plus légère que l'air dans un léger vent, qui la portait. Voilà, le problème était réglé alors, bon d'accord il y avait encore les trois civiles et Kaya, mais bon, elle ne pouvait pas non plus les porter à bout de bras. Elle n'en avait pas du tout la constitution. Éméline hocha la tête en regardant Kaya geler le corps du corbeau pour le transporter. D'ailleurs, cela lui donna une excellente idée ! Elle commença à agiter un peu les bras en croassant, mais elle se rendit vite compte que ce n'était pas très drôle maintenant que l'autre godiche était mort. Elle fit la moue vexée que son petit effet n'allait pas fonctionner et elle soupira.

Datalia Madoka • « C'est amusant, il y a de drôles de types là-bas avec le petit joufflu ! »


Le trajet avait débuté il y avait à peine quelques minutes, que Madoka pointa une direction en avant du chemin. Tout ce qu'il y avait, c'était des fourrés sur les côtés de la route et rien d'autres, mais comme elle était en hauteur à voler, c'était aisé de les repérer. Elle forma un mudra supplémentaire et elle lança une bille de vent ultra rapide qui vint frapper de plein fouet l'escroc, qu'il fut blessé au niveau de l'épaule, un trou était présent maintenant, mais il n'était pas seul, d'autres shinobis de bas étage étaient présents.

Datalia Madoka • « Vu ! Hahahaha ! C'est toi le chat maintenant ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2397-madoka-dans-un-autre-monde-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2447-datalia-madoka#17350

L'art de la negociation ft. Kaya & Madoka

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: