Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» La flêche et la rapière_PV Ashikaga Gabushi
Aujourd'hui à 9:03 par Ashikaga Gabushi

» 07. Autres demandes techniques
Aujourd'hui à 8:56 par Borukan Rikyu

» [C/OFFICIELLE/IWA] LE TENBATSU
Aujourd'hui à 8:41 par Arie Yoorasia Hahn

» L'eveil
Aujourd'hui à 8:17 par Setsuna Kurai

» Flocon de neige - Rakka
Aujourd'hui à 3:53 par Chôkoku Diao

» [Terminée] Shiro Tsikuyi
Aujourd'hui à 3:50 par Nagamasa H. Takumi

» Un Vent Nouveau [Gabushi]
Aujourd'hui à 3:42 par Ashikaga Gabushi

» Invitée de Toph [Diao]
Aujourd'hui à 3:25 par Chôkoku Diao

» Le laisser passer A38
Aujourd'hui à 3:07 par Yuki Rakka

Partagez | 

Prémices | Asami


Dim 11 Fév 2018 - 23:31

Pourquoi les hommes naissaient ? Seul face à son miroir, Etsuro pensait. Il pensait encore, alors qu'il enfilait la chemise de sa tenue, vérifiant que ses artifices vestimentaires étaient bien à leur place. Le regard pensif, un léger sourire au coin des lèvres, il repensait à son arrivée au village caché des Nuages. Tout s'était plutôt bien passé. Accueillit à bras ouverts, il avait d'abord apprit à se faire une place en usant des quelques ficelles qu'il connaissait, hérité du commerce de ses parents. Une fois une bonne somme d'argent en poche, il avait finalement prit la décision de s'enrôler, et de devenir un shinobi à part entière. Désormais, il combattait sous la bannière des Nuages, un début d'une nouvelle vie qu'il espérait gratifiante.

Ce n'était qu'un début parmi tant d'autres. Il avait déjà vécu une fois. Désormais, il essayait juste autre chose. Du fond de sa modeste chambre, l'embrasé finit par entendre des bruits de pas. Probablement un collègue venu lui apprendre le programme de la journée. La veille, Etsuro s'était entraîné à la pratique de son assimilation. Il avait encore beaucoup de progrès à faire, mais le temps ne lui manquait pas. En seulement quelques semaines, le changement qu'avait opéré l'antagoniste avait été drastique, mais nécessaire à ses yeux. Presque tout était parfait. Au moment où le shinobi toqua à la porte, Etsuro arborait son visage amical, finissant ses derniers préparatifs.

⚊ C'est ouvert !

Et le jeune garde shinobi finit par entrer, saluant Etsuro d'un signe de tête.

⚊ Monsieur, aujourd'hui, on vous a assigné à la visite du village. Une kunoichi chargée de vous guider vous attendra aux portes du village. Bien à vous.

Il s'en alla presque aussitôt, sous le regard interloqué de l'enflammé. Donc, pas d'entraînement ? Pas de théorie ? Etsuro ne mit pas bien longtemps à comprendre les volontés des administratifs quant à cette étrange "mission". A vrai dire, elle tombait même à pic. Trop occupé à se concentrer sur sa formation, il en avait oublié les plus basses formalités. Apprendre, connaître, et anticiper son milieu. Le village de Kumo restait un terrain encore bien obscure à ses yeux. Il n'y connaissait pas grand chose, si ce n'est quelques bars à hôtesses et autres distractions dont il avait put goûté. Un véritable touriste, voilà qui il était pour le moment. Dans un soupir, il finit par se lever, et de se diriger vers la porte de sortie.

Il avait du chemin à parcourir. Les portes du village ne se trouvaient pas on plus à côté. Descendant des résidences du village, il aperçut une jeune fille l'observer au loin, le regard jugeur, qui finit par disparaître dans une ruelle. Une population bien étrange, c'était le cas de le dire. Sur la route, Etsuro prit le temps, en silence, d'observer la vie autour de lui. Les voix, les sourires, les gestes... Tout allait bien, tout fonctionnait bien. Mais cette vision répugnait au shinobi. Le bonheur stagnait, n'évoluait pas. Il s'agissait d'une valeur fixe. Et ce qui n'était pas capable de bouger n'avait strictement aucune valeur. Il avait entendu parler d'un conflit à Hi no Kuni, d'une organisation, il y avait même un début de guerre. En réalité, une bonne part du travail avait été effectuée sans même qu'il n'ait eut à lever le petit doigt.

⚊ Ça ne suffit pas.

Non, ça ne suffisait pas. Voyant qu'il finissait par s'approcher, Etsuro se mit à songer. A quoi pouvait bien ressembler cette kunoichi ? Pour vouloir endosser un rôle de guide touristique, elle devait soit être d'une compétence inégalée, soit totalement amatrice. Dans tous les cas, il se faisait déjà une joie de pouvoir découvrir de nouvelles têtes. Chaque être vivant possédait son propre potentiel, il y en avait juste certains qui s'exprimaient avec plus de facilité... Et plus de sauvagerie. Les bras le long du corps, l'embrasé les leva dans le but de réajuster ses gants, alors qu'il finissait par arriver à destination. Il pourrait songer à passer une journée tranquille. Se retournant soudain, il aperçut alors cette même jeune fille, qui continuait de l'espionner, et qui, une nouvelle fois, disparut au détour d'une rue.

Un détail, cette gamine devait s'ennuyer. Dans tous les cas, Etsuro esquissa un grand sourire, se plaçant en évidence face à l'entrée de Kumo, se contentant de patienter.

Il avait tout son temps, après tout.

_________________
#AB3254


Dernière édition par Densetsu Etsuro le Sam 17 Fév 2018 - 1:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2553-even-a-piece-of-garbage-has-its-pride-densetsu-etsuro

Lun 12 Fév 2018 - 9:17
Asami avait coiffée sa tignasse sombre, ou, plutôt, elle s’était assurée de dégager ses cheveux de son fin visage, venant les nouer en un chignon lâche, laissant ainsi la chance à quelques mèches de venir encadrer ses traits. Elle avait décidé de revêtir une tenue qui se voulait confortable mais qui venait tout de même souligner ses courbes voluptueuses, comme à son habitude. Un pantalon serré accompagné d’une paire de bottes qui montaient jusqu’à ses mollets, puis un simple chemisier au décolleté intéressant sans en être provocateur. La demoiselle jouait de ses charmes d’une façon presque innocente, en faisant presque abstractions de ces derniers, tout en sachant pertinemment que les regards se portaient sur elle. Pouvait-elle leur en vouloir ? Nullement. C’était l’effet désirer, même. Finalement prête, elle avait attaché sa ceinture à sa taille, où se trouvait comme à son habitude un sac qui contenait son porte-monnaie, deux parchemins et une marionnette de la taille de son poing. Saluant ses parents de son enthousiasme habituel, elle quitta finalement la grande demeure où elle vivait, prenant la direction de l’entré du village.

Que faisait donc la demoiselle à ne pas se diriger vers le complexe scientifique ? La raison était bien simple et remontait à une discussion qu’elle avait eut la veille avec l’une de ses collègues. Cette dernière avait plus ou moins fait la gueule toute la journée, ce qui avait amené la si gentille Asami à s’enquérir de l’état d’esprit de la blonde qui l’accompagnait souvent. Le regard soucieux, compatissant, elle avait posé une main sur son épaule pour s’adresser à elle avec une voix douce et réconfortante.

- Que se passe-t-il Naori ?

Et voilà, avec ces quelques mots, elle avait déclenché la crise, ou, enfin, le moulin à parole qu’était la dénommée Naori, qui leva un regard désemparé vers la marionnettiste.

- Tu vois Asami, c’est qu’on m’a donné une mission, rien d’important hein, mais d’aller faire visiter le village à un genin qui ne vient pas d’ici, pour aider à son intégration, des broutilles dans ce genre-là. J’ai dit oui, parce que je n’avais aucune raison de dire non, et puis, voilà, mais l’ennui c’est que tu te souviens de Gosuke ? Oui, bah tu sais comment…

L’histoire dura de nombreuses minutes supplémentaires tandis que la belle brune ne s’exprima que par réponse monosyllabique, cherchant à comprendre le soucis dans ce qu’elle racontait. Dès qu’elle s’y mettait, elle ajoutait mille et une parenthèses à l’histoire principale, rendant alors ses récits interminables. Une chance qu’elle était patiente, la Tadaoki, car elle était toujours là, sa main contre son épaule, à l’encourager à en dire plus. Maintenant qu’elle connaissait le début de l’histoire, elle se devait d’en connaître le dénouement.

- Et donc, j’ai dis oui pour le rendez-vous avec Gosuke, mais c’est demain et demain, j’ai la visite… Son regard s’éclaira. Asamiiii ?
- Ais-je réellement le choix ?
- Tu me sauverais la vie !
- Si tu le dis…
- Il s’appelle Densetsu Etsuro, et… Elle sortit une feuille de son sac. Voilà tout ce que tu as besoin de savoir.

Beaucoup trop gentille, c’était ce qu’elle se disait alors qu’elle avançait de sa démarche altière. Pour préserver les images, elle n’avait pas eut le choix de dire oui, sachant qu’elle était celle qui se portait toujours au secours dès que quelqu’un avait besoin d’aide. Or, elle n’en avait pas spécialement envie, n’ayant pas de temps à perdre avec des histoires comme celle-ci. Manquerait plus que l’homme qu’elle s’apprêtait à rencontrer soit d’un ennui mortel et elle se faisait la promesse de l’abandonner dans une ruelle. Mort ou vivant, elle ne s’était pas encore attardée sur la question. Car si elle ne s’opposait pas à de nouvelles rencontres, bien au contraire, elle qui aimait briser sa routine qui menaçait de la rendre folle, elle avait horreur d’être forcé à la compagnie d’une personne sans intérêt.

Arrivée à destination, elle parcourut le décor de son regard enflammé pour finalement le poser sur celui qu’elle identifia aisément comme étant le genin récemment arrivé au village. Du moins, si elle se souvenait bien de la photo qui avait accompagné le document que lui avait donné Naori, cela ne pouvait être que lui. Elle s’avança donc jusqu’à lui, armée d’un agréable sourire, ce qui n'était pas surprenant. Après tout, elle était en publique, sous les regards des kumojins, et donc, de ce fait, elle ne pouvait qu’arborer ce masque délicat qui l’accompagnait et qu’elle perfectionnait depuis des années maintenant.

Elle s’arrêta à quelques pas de l’homme, venant rencontrer son regard de ses prunelles vermillons, tendant la main dans sa direction.

- Tadaoki Asami. Je suis votre guide touristique désignée pour la journée.

Un léger rire s’échappa de ses lèvres alors que son ton était doux. Asami était ainsi faite, demoiselle fort sympathique qui possédait un humour se voulant agréable.

- J’admets que le titre n’impressionne pas, mais il parait qu’il s’agit de ma mission pour la journée. Je vais donc m’assurer d’endosser dans le meilleur de mes capacités ce rôle.

Faisant même preuve d’autodérision, elle avait conscience du ridicule que pouvait avoir la situation. Kunoichi, certes que genin, elle ne voyait pas pourquoi se retrouvait-elle à devoir faire visiter le village à son collègue. Or, elle ne pouvait émettre de plaintes, elle avait accepté après tout. Décidément trop gentille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 17 Fév 2018 - 20:27

La femme qui venait de se présenter à lui semblait fort agréable, autant physiquement que socialement parlant. Souriant, Etsuro la jaugeait tout en tendant l'oreille à ses mots. Elle avait de l'humour, et probablement de la bonne conversation. Peut-être que l'enflammé venait de tirer le gros lot. Silencieux, il se contentait de s'incliner respectueusement. Il n'avait pas tellement d'options. En tant que nouveau résident du village caché des Nuages, il se devait de faire preuve d'humilité et de ne pas laisser ses pensées dépasser ses mots. Tout était une question de maîtrise, et il ne comptait certainement pas laisser échapper cette chance qu'on lui avait offerte. Pas si il souhaitait un jour faire triompher ses ambitions.

⚊ Un plaisir et un honneur. Vous le savez sans doute déjà, mais je suis Densetsu Etsuro. Humble Genin et récent habitant du village. J'espère que je saurai me montrer réceptif et agréable au cours de cette visite.

Relevant finalement la tête, Etsuro vint placer ses mains dans son dos, attendant la suite du programme. On ne lui avait pas tellement donné de détails quant à la journée. Probablement car on souhaitait laisser une grande marge de manœuvre à cette kunoichi. Tout ce que l'enflammé avait à faire, c'était de se laisser porter par le courant et d'assimiler toutes les informations qu'on lui permettrait d'obtenir. Un pas après l'autre, et surtout, faire attention à ne pas brûler les étapes. Il devrait en être capable, c'était un travail psychologique quotidien. Et tant que tout était en ordre dans son esprit, rien ne pourrait mal se dérouler.

⚊ Eh bien, j'imagine que nous n'avons plus grand monde à attendre... J'espère que ce petit tête-à-tête ne vous ennuiera pas trop hahaha !

Se tournant ensuite vers les portes du village, plissant les yeux tout en se mettant à penser. N'était-ce pas la première étape de toute bonne visite guidée, après tout ? L'entrée de Kumo. Quelle était son histoire ? Quelles grandes personnalités avaient déjà eu l'occasion de traverse cette entrée ? Toutes ces interrogations éveillaient en Etsuro une curiosité dévorante. Dans un sourire, il reportait son attention sur Asami, ne pouvant s'empêcher de déjà faire son premier de la classe.

⚊ Je ne connais pas très bien l'histoire du village, pourriez-vous m'éclairer, quant à sa génese ?

Tout en patientant, Etsuro aperçut une nouvelle fois cette petite fille qui ne cessait de l'épier depuis le début. Il apparaissait évident maintenant que cette étrange personne lui voulait quelque chose. Que ce soit en bien ou en mal, il ne saurait encore se prononcer. Quoiqu'il en soit, il se devait de rester courtois, et de faire mine de ne rien avoir remarquer. L'air frais lui caressait le visage avec tendresse, et le climat actuel ne faisait que le pousser à rester cordial et serein. Ce serait un merveilleux temps pour méditer, en y pensant. Tout en prêtant l'oreille aux éventuelles paroles de son guide, Etsuro restait à ses côtés, souriant et chaleureux.

_________________
#AB3254
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2553-even-a-piece-of-garbage-has-its-pride-densetsu-etsuro

Lun 19 Fév 2018 - 8:09
Semblant d’un naturel fort sympathique, la jeune femme se contenta de lui adresser un sourire agréable alors qu’elle se présentait. Parfaite hypocrite qu’elle était, elle avait rapidement appris qu’elle avait plus à gagner en se montrant douce et bienveillante. Les autres avaient ainsi plus tendances à lui faire confiance et à s’ouvrir à elle, ce qui était exactement ce que la manipulatrice recherchait. Il était toujours plus aisé d’exploiter la faiblesse d’autrui lorsqu’ils les déclaraient haut et fort, croyant pouvoir faire confiance à celle à qui partageaient-ils l’information. De ce fait, ce masque qu’elle arborait alors qu’elle faisait face au genin se voulait travailler depuis des années, tailler à la perfection pour que personne ne puisse apercevoir cette lueur malsaine qui éclairait le fond de son regard. Un personnage créé de toute pièce qui lui avait grandement facilité la vie dans sa quête constante de divertissement, celle qui cherchait à chasser l’ennui que le quotidien imposait à sa vie. Car au final, tel était bien le seul objectif de la Tadaoki : s’amuser. Les humains se trouvaient à être des victimes fort intéressantes et donc, elle le faisait bien souvent aux dépens des autres. Dénuée de toute conscience morale, ne s’embarrassant pas de remords et ne faisant pas dans le sentimentalisme, la demoiselle pouvait se montrer impitoyable alors qu’elle ne connaissait aucune limite à son génie créatif, son propre divertissement pouvant alors prendre des proportions impressionnantes. Abuser des autres n’était nullement un problème pour l’égoïste qu’elle était.

Et aujourd’hui, à défaut d’avoir pu se soustraire à cette tâche qu’était de faire visiter le village où elle avait grandi, le jeune homme présenté sous le nom de Densetsu Etsuro serait victime de ses griffes acérées. Il était le seul à pouvoir chasser son ennui à l’heure actuelle. Et si nul ne le savait, ou presque, trop peu connaissant son véritable visage, Asami pouvait devenir une femme tout particulièrement dangereuse lorsqu’elle s’ennuyait. Leur petit tête-à-tête comme il l’avait souligné n’avait alors rien de bien dérangeant, elle appréciait apprendre à connaître les autres. C’était aussi ainsi qu’elle arrivait, la majorité du temps, à prévoir les réactions chez ses interlocuteurs : à force d’observer et d’écouter, il était aisé de comprendre comment l’humain pensait ou réfléchissait. Aussi différents étaient-ils tous, cela ne changeait en rien le fait qu’ils se ressemblaient plus qu’ils n’oseraient certainement l’admettre.

- Vous pouvez me tutoyer. Elle était certainement plus jeune que lui. Quant à ce tête-à-tête, et bien, j’espère pouvoir rendre la visite un minimum intéressante.

Toujours du même ton agréable, elle lui fit alors signe de la suivre. Tandis que ses pas la menaient lentement mais sûrement vers l’Assemblée de la ville, elle répondit avec plaisir à sa question racontant ainsi quelques événements marquants et divers du village qui portait le nom de Kumo depuis trois ans déjà. Pour sa part, elle était née à Shitaderu, et avait ainsi vu l’endroit grandir et évoluer pour en devenir une capitale shinobi. Elle n’avait même jamais quitté le village, chose qui pouvait se montrer assez désagréable pour la jeune femme d’aventure qu’elle était. Non pas qu’elle avait un cruel désir de mettre sa vie en danger, seulement que les connaissances se voulaient nombreuses et il s’agissait sûrement de l’une des seules choses qui passionnaient la belle brune.

- L’Assemblée. Ils y étaient arrivés. Un endroit très administratif, si tu veux mon avis. On y trouve aussi le bureau du Raikage.

Si ce n’était pas de ce rôle qu’elle endossait à la perfection, un sourire malsain aurait étiré ses lèvres alors qu’elle évoquait le sujet du bureau de l’ombre. Une histoire qui, pour le bien du Metaru, ne devait pas sortir des murs dudit bureau, sans quoi, sa réputation, comme son mariage, allaient très certainement en prendre un coup. Un agréable souvenir pour la veuve noire qui possédait nombreuses informations sur ce dernier. Sûrement pourquoi il peinait à lui refuser quoique ce soit. Ne s’attardant pas plus longtemps, n’y voyant pas l’intérêt alors que l’endroit se voulait plus administratif et politique qu’autre chose, elle prit la direction de l’académie du village, là où les jeunes et parfois moins jeunes s’entraînaient dans l’idée de devenir genin, et certainement bien plus.

- Et sinon, sans vouloir être indiscrète, qu’est-ce qui t’amène à Kumo ? Tu as dit être un récent habitant du village, non ? Elle arqua un sourcil, curieuse. Tu étais où avant ?

Pour celle n’ayant jamais quitté les remparts dudit village, elle appréciait rencontrer des gens venant d’ailleurs. Cela lui permettait d’ouvrir ses horizons, de patienter jusqu’au jour où elle pourrait elle aussi partir découvrir le monde. Ce monde qu’elle comptait mettre à feu et à sang un jour, simplement pour se délecter des flammes qui ravageraient tout sur leur passage. Un profond désir de chaos habitait celle au sourire angélique et aux bonnes manières. Les lois et les règles pouvaient se montrer rapidement ennuyantes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 3 Mar 2018 - 23:13

Cette femme souhaitait visiblement mettre un terme à ces vaines politesses dans le but de... Briser la glace ? Il s'agissait probablement de l'interprétation la plus simple de la situation. Etsuro devinait qu'elle souhaitait se rapprocher, sans doute pour tirer profit de cette situation qui ne devait pas vraiment l'accomoder. Rien de bien dramatique, l'enflammé ne la comprenait que trop bien en réalité. Quel individu censé souhaiterait perdre son temps à faire visiter le village à un rookie ? Ne pouvait-il pas se débrouiller seul ? Etsuro le pensait aussi, et en ce sens, il compatissait un peu au sort de Asami. Juste un peu.

Quoiqu'il en soit, il se devrait aussi de régler le mystère de cette jeune fille qui n'avait eu de cesse de l'épier depuis le début de la journée. Nul doute qu'elle devait en savoir sur lui, et mieux valait éviter qu'elle ne répande une sale réputation sur lui. C'était bien la dernière chose qu'il souhaitait. Étouffer son passé pour vivre un meilleur futur, une philosophie qu'il comptait bien appliquer du mieux qu'il pouvait. Et, tout en approuvant les dires de son guide, Etsuro plaçait ses mains dans son dos, la suivant alors. Il aurait pu demander si la visite suivrait un programme précis, ou bien si Asami suivrait ses propres envies. Mais l'intervention n'aurait pas sembler bien pertinente. Et montrer le visage d'un homme qui perdait son temps dans de vaines paroles, en voilà une chose dont il se passerait bien.

⚊ Un lieu primordial, de ce fait. Ce doit être ici que les shinobi peuvent obtenir des entrevues avec le Kage, ou bien s'informer sur les registres et autre listings, je me trompe ?

Toujours creuser le sujet quand il était abordé, surtout quand on évoquait le Raikage. Une importante figure du village que l'enflammé n'avait malheureusement pas encore eu le privilège de rencontrer. Mais à son échelle, ce serait bien démesuré de quémander un rendez-vous quelconque. Il se devait de prendre son mal en patience, et d'attendre le moment opportun. Le regard du Densetsu se plissa légèrement en observant la bâtisse, bien curieux de l'explorer davantage. Ce devait aussi être là que quiconque pouvait obtenir des informations sur les clans et autres hautes têtes de Kumo. Dans tous les cas, Etsuro ne comptait pas oublier cette localisation.

Et voilà que la jeune femme commençait à se pencher sur son cas. Nul crainte, Etsuro n'avait rien à cacher. De toute façon, son existence était bien banale, et si ce détail pouvait le desservir en soirée, il pouvait au moins se soustraire à toute suspicion. Esquissant un nouveau sourire, le Genin haussa finalement la voix.

⚊ Mon désir d'avidité ? Mon envie de luxure ? Ma quête de curiosité ? Je ne sais pas trop. Je suis un enfant de commerçants de textiles nomades. J'ai exploré différentes contrées de ce monde, j'en garde un souvenir bien anecdotique. Néanmoins, Kumo me semble être une terre promise. Me dévier de ma routine, quelque chose pour m'exciter. Je dirai que c'est mon humanité, qui m'a poussé à intégrer les rangs des Nuages.

Y avait-il quelque chose de faux dans ce discours ? Probablement pas. Même si il était un grand adepte de la manipulation, Etsuro n'était en rien un menteur. Il détestait le mensonge. L'art de piéger se basait principalement sur la maîtrise de ce que l'on disait. Savoir dire la vérité sans pour autant la révéler. Oui, c'était là un domaine auquel notre antagoniste souhaitait s'exercer. La guerre n'opposait pas la vérité et le mensonge. Il n'y avait jamais un vainqueur ou un vaincu. Seulement des facteurs, et un résultat qui en ressortait. Se détournant finalement de l'Assemblée, Etsuro sourit à Asami.

⚊ Me permets-tu de te retourner la question ? Je dois avouer que ton sourire me donne envie d'en savoir un peu plus sur toi.

Il fallait bien l'admettre, cette femme savait sourire.

_________________
#AB3254
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2553-even-a-piece-of-garbage-has-its-pride-densetsu-etsuro

Jeu 8 Mar 2018 - 23:19
Un délicat sourire vint étirer ses lèvres alors qu’elle hochait la tête, répondant ainsi silencieusement par l’affirmative à sa question. C’était bel et bien ici qu’il était possible d’obtenir un entretien avec le Raikage, son bureau s’y trouvant… Cette seule idée l’amusa plus que nécessaire, bien qu’elle n’en laissa rien paraître. Cela ferait mal à son image, au Metaru, si certaines histoires sortaient de ces murs. Non pas qu’elle s’en souciait particulièrement, toutefois, cela lui laissait l’avantage de la menace. Une pression qu’il ne pouvait oublier et dont elle comptait bien se servir un jour ou l’autre, lorsqu’elle pourrait en tirer le plus de profit.

Ayant repris la route, elle s’intéressa au jeune homme. Après tout, là était bien souvent la clé du pouvoir : les connaissances. C’était ce qui motivait la manipulatrice à en apprendre toujours plus sur les autres, et sur tout en réalité. Il était tellement aisé de contrôler autrui en ayant une idée de qui cette personne pouvait bien être. Elle y allait donc par divers moyens, passant par de franches questions à d’autres plus subtiles. Pour l’instant, elle effleurait seulement la surface du personnage se trouvant à ses côtés, histoire d’en savoir un minimum sur lui. Viendrait le temps où elle chercherait à en savoir plus, de ses faiblesses à ce qui le gardait en vie. Or, mieux valait ne pas brûler d’étapes. Elle était douée, la Tadaoki, endossant ce rôle d’agréable jeune demoiselle au sourire ravissant, qui charmait de son innocence frappante.

Elle était plus intéressée qu’elle ne le laissa paraître, de son discours. Un besoin de changer la routine, c’était quelque chose qu’elle-même connaissait bien. Toujours en quête de divertissement, elle ne pouvait laisser l’ennui s’emparer d’elle, le train-train quotidien ayant de quoi la rendre complètement folle. L’avidité, la curiosité, la luxure… Voilà d’autres mots qui venaient trouver écho chez la demoiselle, qui se contentait d’hocher doucement la tête à ce qu’il disait.

Digne d’elle-même, le compliment de l’homme, bien dissimulé dans sa question, vint la faire rougir. Aussi confiante semblait-elle être, elle n’en restait pas moins, aux yeux de tous, une jeune femme dotée d’une certaine timidité. Son regard dévia même quelques instants tandis qu’elle passait une main dans sa crinière noire, venant glisser une mèche entre ses doigts fins. Finalement, elle lui répondit d’un doux sourire, relevant ses prunelles enflammées sur le jeune homme.

- Je suis née ici, du temps où le village se nommait Shitaderu et n’était toujours pas considéré comme un village caché. J’ai donc connu la trahison du Shodaime Raikage, la nomination du Nidaime aussi. J’ai vu l’émergence du conseil, tout comme assisté à l’implantation de grades au sein de la communauté shinobi. Je n’ai jamais quitté le village, et pourtant, ce n’était pas l’envie qui manquait.

Autrement dit, elle était une kumojin depuis toujours, ce village l’ayant vu grandir et évoluer. C’est aussi sur cette scène qu’elle se développa, façonnant ce masque qu’elle arborait désormais au quotidien. Si, plus jeune, elle aurait pu être considérée comme ayant mauvais caractère, elle avait rapidement compris que c’était en étant gentille et agréable avec les autres qu’elle pouvait obtenir ce qu’elle voulait. La confiance jouait un grand rôle dans son contrôle d’autrui, de la façon dont elle s’amusait aux dépens de ces derniers. Elle était donc devenue une jeune genin sur qui tous pouvaient compter, respirant la bienveillance et ce besoin de venir en aide aux autres.

- Le village offre tellement en terme de connaissance qu’au final, j’ai préféré y rester. Du moins… J’ai rejoint les rangs des shinobi dans l’idée qu’un jour, je puisse être en mesure d’explorer au-delà des remparts du village. Cependant, étant une scientifique, je pense que je l’aurais mal vécu, de me retrouver loin de tout ce que le village peut offrir.

Travaillant même pour une unité spéciale dirigée par nul autre que l’Aburame, directeur du complexe scientifique, la Tadaoki vivait presque que pour la science. Elle s’y était rapidement intéressée, la science (plus particulièrement les poisons et leurs applications) s’étant imposée à elle de façon presque naturelle. Elle avait eu ce besoin de découverte pour garder son cerveau actif, et voilà un sujet où elle ne cessait d’en connaître toujours un peu plus. De ce fait, elle passait le plus clair de son temps à la bibliothèque, le reste dans un laboratoire.

- C’était comment, le mode de vie nomade ?

Il pouvait certainement comprendre l’intérêt que pouvait avoir la jeune femme sur la question. Après tout, elle avait admis avoir connu jusqu’ici un rythme de vie très sédentaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mer 18 Avr 2018 - 7:13

Elle était plus ouverte qu'il ne l'aurait pensé. La Torche tendait l'oreille aux mots de la somptueuse Asami, alors qu'elle prenait la parole, répondant aux interrogations d'Etsuro. Ce dernier aurait pensé qu'elle se montrerait un peu plus réservée sur elle-même, mais visiblement, elle paraissait assez à l'aise avec sa propre personne. Et ce qu'elle disait était ô combien important pour le Kumojin qui prenait le soin de retenir la moindre des informations qu'elle donnait. Il était vrai que ce village, malgré sa faible ancienneté, possédait déjà une riche histoire. Il s'en était passé des choses, alors qu'il était resté caché dans l'ombre.

⚊ Une histoire digne d'un roman, haha.

Et c'était le cas de le dire. En tout cas, la remarque de son guide le fit tiquer. Ce n'était pas l'envie qui lui manquait ? Ce village n'a donc pas su pleinement la satisfaire ? Ou alors, tout au contraire, ce village fut si appréciable qu'elle en eut épuisé toute la moelle, et était désormais à la recherche de nouveauté. Ou alors, et l'idée ne manqua pas d'effleurer son esprit en permanente réflexion, elle lui mentait, depuis le début. Et dans ce cas-là, elle mentait bien. En attendant, elle poursuivait dans son récit, et vantait désormais les qualités de Kumo. Des connaissances, il en avait besoin. Nul doute qu'avec de tels descriptions, il saurait trouver son bonheur.

⚊ Je comprends bien, la connaissance est la plus puissante des armes. Je serai bien curieux de visiter ton... Laboratoire. Je me doute bien qu'avec ton expérience, tu as dû en expérimenter, des choses.

Ponctuant sa phrase d'un mince sourire, Etsuro se remettait à marcher, détournant son attention de l'Assemblée l'instant d'après. Il y avait tant à voir, et l'enflammée voulait profiter de son temps au maximum. Ainsi donc, il put profiter de la prochaine question d'Asami pour y réfléchir, tout en observant les coins du village autour de lui. Sa vie de nomade ? Il en aurait des choses à dire, mais peu d'anecdotes étaient intéressantes, et aucune ne lui importait. Il pouvait se contenter de parler avec légèreté dans ce cas. Dans un nouveau sourire, il levait les yeux au ciel, avant de reprendre la parole.

⚊ On marche beaucoup, et c'est épuisant ! J'ai exploré des montagnes, des forêts et des plaines. J'ai croisé la route de bien des peuples, cultures et créatures. Et malgré tout, je me sens bien vide. Etre nomade, c'est accepté de n'appartenir qu'à soi-même, et de ne se trouver aucune attache. C'est une vie bien cruelle, quand on y pense.

Et il l'était, cruel. Mais pas pour l'heure. La jeune fille de ce matin continuait de le surveiller, se cachant maladroitement derrière des poubelles et des poteaux. Asami avait dû la remarquer également. En tout cas, Etsuro ne jugea pas nécessaire de s'intéresser à elle pour le moment. Observant les alentours, il se mit à froncer les sourcils, avant de se tourner de nouveau vers la jeune femme.

⚊ Tu ne connais pas un coin où l'on pourrait s'asseoir ? Je t'avoues avoir un petit creux, je n'ai pas eu de bon petit déjeuner ce matin.

C'était cela, que d'être un citoyen Kumojin. C'était vivre une vie simple, sans se soucier du lendemain.

_________________
#AB3254
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2553-even-a-piece-of-garbage-has-its-pride-densetsu-etsuro

Sam 28 Avr 2018 - 3:01
Elle n’était donc pas la seule à penser ainsi. N’étant pas une adepte des armes conventionnelles, elle considérait l’information comme une puissance bien souvent sous-estimée. Elle était fourbe, dans sa façon d’être et d’affronter les autres. Elle considérait surtout que, sur un champ de bataille, aucune loi était applicable. Usant de semblant et de manipulation, c’était ainsi qu’elle se retrouvait à fonctionner, gagnant en puissance à chaque fois qu’elle en apprenait un peu plus sur les faiblesses d’autrui. Une femme que beaucoup sous-estimait de par son tempérament doux, son sourire agréable et son regard rassurant. Elle semblait bienveillante. Quelqu’un sur qui il était facile de se reposer. Parce qu’elle était là, pour les autres, à leur tendre une main, comme elle le faisait actuellement avec avec l’homme qu’elle accompagnait au travers le village.

La bonne blague. Et dire qu’elle avait réussi à tous les berner, ou presque. Elle trouvait parfois risible la facilité qu’elle avait à embobiner tout le monde, cette capacité qu’elle détenait de faire tourner le monde dans la paume de sa main. Bien digne de la manipulatrice qu’elle était tout comme des compétences qu’elle détenait. Étant marionnettiste, sa force résidait dans sa manipulation des choses et d’autrui, de la façon dont elle pouvait définir le monde l’entourant.

- Il n’a rien de particulièrement intéressant. Comme dans tous les laboratoires, il y a beaucoup de livres, des expériences ratées, des ingrédients, beaucoup d’outils…

Elle eut un léger rire, haussant finalement des épaules. Pour la scientifique dont les deux parents étaient thanatologue, elle avait été élevée dans le milieu. Les expériences, elle connaissait ça, ayant commencé à les assister dès son plus jeune âge. Ce fut au travers les années qu’elle se découvrit une passion pour les poisons alors qu’il lui était possible de jumeler cela avec ses marionnettes, les rendant d’autant plus terrifiantes et redoutables. Un art dans lequel elle excellait, que de pousser les autres à la sous-estimer, à croire que la lame pouvait être dangereuse alors qu’il y avait pourtant bien pire qu’elle savait faire.

Continuant de s’avancer dans le village, son regard se porta sur la gamine qui les suivait depuis un petit moment avant de simplement s’en désintéresser. L’intérêt que portait la Tadaoki pour les autres était assez minime et très éphémère. Rares étaient ceux ayant réussi à capter son attention plus d’un bref instant où elle avait simplement eu besoin de quelque chose pour se divertir. Autrement, elle ne faisait que rapidement jeter dès lors était-elle lasse et elle passait à autre chose, sans plus de cérémonie.

- Il y a quelques restaurants au centre du village qui sont pas trop mal, sinon on peut s’arrêter chez moi. C’est là-bas que se trouve aussi mon laboratoire.

Elle haussa les épaules, l’air de rien, laissant donc à l’homme le loisir de décider ce qu’il comptait faire. L’offre avait été faite avec innocence tandis qu’elle lui adressait un agréable sourire. C’était tout ce qu’elle cherchait à faire, au final.

- Et sinon, tu penses trouver ces attaches, de quoi ne pas te sentir aussi vide, au sein du village ?

Quelque chose qui méritait d’être relevé, aux yeux de la Tadaoki, concernant le discour qu’il lui avait tenu sur la vie de nomade. Pour celle qui vivait sans attache, sans sentiment, gardant ainsi un parfait contrôle de sa personne et de sa tête, trouvait cette façon de voir la vie bien différente de la sienne mais Ô combien humaine. Et puis, il s’agissait aussi là d’une excuse d’en apprendre toujours un peu plus sur lui, parce qu’il n’y avait que dans la connaissance où elle pouvait afficher sa véritable puissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 28 Avr 2018 - 8:25

Accompagnant son rire, Etsuro observait Asami d'un air de plus en plus intéressé. Il réfléchissait actuellement. A tout ce qu'elle avait put dire ou faire sous ses yeux. Il y avait un concept que le Genin affectionnait plutôt, résidant dans un simple nom sobrement baptisé : "potentiel de chaos". Ce potentiel, inhérent à chaque être humain, et qui ne demandait qu'à être développé. La guerre n'était qu'une conséquence du choc entre divers potentiels amené à leur paroxysme. Dans un sens, c'était aussi une forme d'agriculture. En tant que nomade, Etsuro possédait certaines bases dans ce domaine, la culture de ce potentiel était primordial. Et Asami semblait en révéler un de plus en plus intéressant.

⚊ Des expériences... Ratées ?

Le concept l'amusait. Une expérience ne réussissait jamais, en réalité. Elle avait juste un résultat plus ou moins mauvais. La véritable réussite, c'était qu'en une expérience devenait axiome. Acte de fait reconnu par tout à chacun. Alors que la jeune femme proposait naturellement de l'emmener chez elle, le soldat esquissait un sourire, semblant enchanté par cette proposition. Evidemment qu'il comptait accepter, elle lui offrait la possibilité d'en apprendre plus sur elle, impossible qu'il puisse rater une telle occasion. Malgré tout...

⚊ C'est avec grand plaisir que j'accepte cette invitation à aller chez toi.... Néanmoins, je dois régler une petite affaire avant.

Toujours souriant, l'assimilateur se tournait alors, vers la cachette de la jeune fille qui n'avait cessé de le suivre jusqu'à lors. Cette dernière, sentant bien qu'elle avait finit par se faire repérer, sortit de sa couverture, se présentant face à Etsuro et Asami, la mine inquiète. L'enflammé s'approcha alors de la jeunette, l'observant.

⚊ Puis-je savoir la raison qui te pousses à me suivre à travers tout le village ?
⚊ V... Vous devez quitter ce village ! Si vous restez, vous allez nous apporter que du malheur !!!

Sur ces mots, la jeune fille tourna les talons, prenant ses jambes à son cou, sous l'air incrédule de Etsuro, qui se mit à cligner des yeux à de multiples reprises. Les enfants étaient les plus difficiles à manipuler, en réalité. Etsuro le ressentait bien désormais. Néanmoins, il avait d'autres priorités pour le moment. Ainsi, il finit par retourner auprès de son guide, lui lançant un énième sourire charmeur.

⚊ On peut y aller maintenant !

L'air tout enjoué qu'il arborait contrastait à merveille avec ses désirs purement destructeurs.

_________________
#AB3254
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2553-even-a-piece-of-garbage-has-its-pride-densetsu-etsuro

Sam 28 Avr 2018 - 10:39
La jeune demoiselle se contenta d’hocher doucement la tête à ses propos, approuvant donc ainsi qu’elle avait bel et bien eu des expériences ratées. Elles étaient même nombreuses, celle-là. Le processus à la création de nouveaux poisons pouvait se montrer capricieux et parfois difficile, sachant que chaque élément composant ledit poison pouvait réagir de façon complètement aléatoire et imprévue avec d’autre. Si, d’ordinaire, de par une grande connaissance dans le domaine, elle arrivait à éviter les accidents, il arrivait parfois que quelques erreurs se fassent en cours de route. Chose qu’elle essayait bien évidemment de limiter, cependant, comme tout bon scientifique, elle se devait de faire avec.

L’homme qu’elle accompagnait avait accepté de se rendre chez elle. Ainsi, peut-être aurait-elle l’occasion d’en découvrir un peu plus sur ce nomade venu d’ailleurs. Les gens du village étaient tous si ennuyants, si plats… Elle se devait d’admettre qu’un peu de différence ne pouvait pas lui faire de tort. Apprendre à connaître autrui avait ses avantages. Et donc, dans cette ordre d’idée, peut-être pourrait-elle trouver divertissant chez celui qui possédait un savoir différent des citoyens de ce village. De quoi capter son attention quelques instants, juste assez pour venir chasser l’ennui qui l’habitait au quotidien. Celle en constante quête de divertissement ne pouvait qu’apprécier cette idée que d’en venir à apprendre à connaître une autre personne. Non pas qu’elle portait quelconque attention à sa personne ou valeur à sa vie. Il n’était rien d’un plus qu’un des innombrables pions sur ce jeu grandeur nature qu’était sa vie, cette scène où elle articulait chaque acteur comme bon lui semblait, l’espace de quelques instants, avant de les chasser lorsque devenue lasse.

Elle se devait seulement de patienter un peu, quelques instants, qu’il ait réglé un petit soucis, soit cette gamine qui les suivait depuis un petit moment déjà. Elle ne put qu’esquisser un sourire à la réponse de cette dernière, arborant avec aisance ce masque de la jeune femme sympathique et légère, de celle qui ne se prenait pas la tête et qui semblait facile d’approche. De quoi faciliter les nouvelles rencontres.

- Décidément, si tu sembles savoir comment parler aux femmes, les enfants, c’est une histoire complètement différente.

Elle rigola doucement, de son rire léger, cristallin, lui adressant un sourire amusé de la situation. Venait-elle de subtilement (ou pas) admettre qu’il savait décidément comment parler pour devenir intéressant aux yeux des autres ? Oui, assurément. De quoi glisser un sous-entendu, peut-être venir installer le doute chez lui quant à ses intentions.

Elle fonctionnait ainsi, la Tadaoki. Quelques commentaires ici et là, laissant aux autres le loisir de se questionner quant à savoir si elle n’était que gentille ou si, au contraire, elle semblait peut-être vouloir plus. Une réponse qui décevait bien des gens alors qu’elle allait rarement plus loin. Elle avait seulement réalisé que les hommes se montraient beaucoup plus ouverts aux femmes qui démontraient un certain intérêt envers leur personne. Comme quoi ils aimaient se sentir désiré.

- Je sais que tu es ici depuis peu, seulement… Tu as eu le loisir de rencontrer quelques personnes ? D’en apprendre un peu sur les grands clans ? Ou tu as eu peur de cette vie en communauté et tu as préféré te cloîtrer chez toi en attendant cette journée ?

Son ton était léger, taquin même, alors que son sourire était toujours aussi doux, toujours aussi amusé. Elle avait un humour un peu particulier, alors qu’elle aimait bien embêter les autres, le tout fait sans aucune méchanceté. Après tout, était-il seulement possible de croire qu’elle avait de mauvaises intentions alors que tout chez elle transpirait la bienveillance ?

- Je n’habite pas bien loin et je devrais avoir de quoi nous cuisiner quelque chose de pas trop mal. Par contre, je préviens, la cuisine, ce n’est définitivement pas ma force. Il faudra simplement éviter de critiquer.

Nullement insultée, elle ne faisait que souligner l’évidence. Vivant toujours chez ses parents, il ne s’agissait pas de l’un de ses talents. Et pourtant, suivre une recette n’était pas plus difficile que confectionner un poison. Seulement… Voilà. Elle laissait sa mère cuisiner et, lorsque cette dernière n’était pas là, passait souvent se chercher quelque chose. Parlant d’eux, elle était certaine de ne pas être embêter par eux, ces derniers sortis du village pour quelques jours, ayant décidé de partir pour un autre village de Kaminari. Voir des amis qu’ils avaient dit. Ce n’était pas pour lui déplaire. Ils avaient tendance à être assez collant, encore plus si elle avait l’audace que de ramener un homme chez elle, peu importe qui était-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Prémices | Asami

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: