Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

[Arcs n°3/4|Kumo] Terrifiant

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Lun 12 Fév 2018 - 20:25
« Un intrus à l’Arche Grise ! »

Un gradé Kumojin en panique, voilà basiquement quel était le paysage de Kumo en cette matinée. Un comportement bien anormal, puisqu’immédiatement suspecté par quiconque aurait assisté à la scène. Il était tout bonnement impossible qu’un étranger soit déjà aux portes de Kumogakure no Satô sans que les autorités et gardes en poste l’aient relevé. Ce fut d’ailleurs une pensée qu’un autre gradé de Kumo ne tarda pas à faire savoir, en s’esclamant.

« Impossible, les gardes auraient signalé sa présence !
C’est-à-dire que… »

***

A plusieurs centaines de mètres de là, au pied de l’Arche Grise, la scène était irréaliste. Les quelques Kumojins déjà présents en étaient même effarés. D’autres, peut-être plus courageux, n’en étaient « que » surpris.

Il y avait bel et bien un intrus qui faisait face au village. Il était terrifiant, de par sa masse musculaire, les multiples balafres qui accablaient son corps mais surtout par le chakra qu’il dégageait de façon, semblait-il, si naturelle. Un barbare, voilà comment on pouvait percevoir cet inconnu à la chevelure blanche alors qu’il semblait loin d’être âgé.

Mais le plus terrifiant n’était pas là.

Autour de l’inconnu se tenaient… tous les gardes des avant-postes du village et de ses frontières. Eux aussi étaient tournés vers le village, tous debout mais vraisemblablement victimes d'un maléfice. Fébriles pour la plupart, ils tentaient de parler. Seul l’un d’eux réussit à laisser échapper quelques bribes.

« N-nous ne contr… rien…
Kumojins ! »

Alors qu’il avait pris la parole avec force et autorité, Rei dégagea un surplus de chakra, comme pour donner un avertissement à tous les shinobis des nuages qui pouvaient maintenant arriver à l’entrée. Les bras croisés, la brute continua d’élever la voix.

« Je suis venu m’entretenir avec votre Raikage ! »

Apparemment, il n’était pas au courant de l’absence de Metaru Shûuhei…

Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 12 Fév 2018 - 22:11
Enfoiré...

Un nouveau jour, une nouvelle menace... Depuis combien de temps tu avais attendu cet instant ? Depuis la dernière fois, tu savais pertinemment que l'offensive du marionnettiste sur Kumo ne pouvait être la dernière... Mais de ce que les rapports t'indiquaient, cette fois-ci, la menace était bien plus monstrueuse... Soit...

Encore une fois, tu étais la seule à même de mener l'attaque en l'absence de Shuuhei et de Daisuke. Encore une fois, le destin de Kumo reposait sur tes épaules. En tant que Fukutaicho et jônin de Kumo, tu ne pouvais déroger à ton devoir. Servir... Au final, c'était tout ce que tu avais su faire d'excellent dans ta courte vie. Et cette fois-ci, tu allais devoir de nouveau exceller dans ton domaine.

- Faites passer l'alerte dans tout le village ! Qu'une partie des genin s'assurent de la sécurité des villageois. La division C ira s'occuper à tout prix des blessés. Quant aux combattants encore disponibles, il est temps d'aller dire bonjour à notre invité.


Le bon coté dans tout cela, c'était que Kumo, n'étant pas à sa première fois, avait grandit... Désormais, l'organisation était huilée, rodée. Il ne te fallait alors que peu de temps pour transmettre tes ordres à tout ceux capable de les entendre et de les appliquer. Quant à toi, tu étais déjà en chemin pour réceptionner cette ordure.

Tu n'avais au final que très peu d'information quant à l'intrus au sein de ton village. Mais il faisait évidemment parti du Soshikidan ou étant affilié à celui-ci. Sa présumée force monstrueuse ne pouvait qu'être en accord avec tes suppositions. Soit...

Après quelques minutes à peine, tu vins à te placer devant l'enfoiré demandant à parler à votre Raikage. Arquant alors un sourcil face à lui, son aura écrasante ne t'affectait pas le moins du monde. Il était une bête enragée et te rappelait en quelque sorte ce que tu pouvais dégager de temps en temps. Au final, vous étiez certainement fait du même métal.

- Notre Raikage n'a pas besoin de te parler.


Tu n'avais pas besoin de lui donner plus d'information que nécessaire. En cet instant, tu te présentais comme unique rempart face à l'offensive ennemie. Mais tu le savais, tu allais être rejoins par tout les gens compétents du village encore présent. Et quand bien même tu devais te battre seule, tu ne pouvais pas fuir... Et tu n'allais pas fuir. Le pointant alors du doigt, tu n'avais aucune intention depuis le départ d'engager la conversation avait celui qui avait blessé déjà des dizaine de tes hommes. A ce train là, cela allait finir en boucherie si tu ne l'arrêtais pas maintenant.

- Maintenant... Crève... Chien.


Surgissant de nul part, ton armure vint alors t'enrober immédiatement. Signe que tu allais te donner à fond dès le début.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mar 13 Fév 2018 - 9:07
La demeure Tadaoki se trouvait non loin de l’entrée du village, l’une des premières à apercevoir une fois les premiers pas faits. De chez elle, la belle brune pouvait même admirer l’Arche Grise, celle qui annonçait l’entrée du village caché. Elle était en compagnie de son amie de toujours dans la cours arrière de la grande maison, assise en tailleur contre le sol. Ses parents avaient quitté pour elle ne savait trop où, des amis qu’ils avaient dit si elle se souvenait bien, et donc, de ce fait, elle en profitait pour réparer son armure sous les rayons du soleil plutôt qu’enfermer dans sa chambre. Et, comme à son habitude, la Nara était là, discutant avec elle, de tout, de rien. Asami lui fit même part de son récent intérêt pour la nécromancie alors que le destin avait placé un jeune homme fort intéressant sur sa route. Et Sayo, elle l’écoutait, comme toujours. Elle savait se montrer intéressante alors que son cerveau était toujours en ébullition, cherchant de nouvelles idées, de nouveaux oeuvres d’art, peut-être même un défi supplémentaire. Il était difficile pour la scientifique de faire taire son génie créatif, et donc, elle partageait ces nombreuses idées avec sa cadette, qui l’écoutait avec attention depuis aussi loin qu’elle se souvenait.

Venant perturber le calme qui planait sur le duo, des voix paniquées leur parvinrent. Elles n’étaient pas très loin de l’entrée du village et alors que quelques shinobis y étaient postés, l’atmosphère semblait avoir changer. Elle qui avait plus ou moins terminé son travail auprès de son armure, cherchant surtout quoi y ajouter pour l’améliorer s’arrêta dans son mouvement, levant un regard curieux vers la plus jeune d’entre elles. La curiosité était un bien vilain défaut qui pourrait éventuellement avoir raison d’elle. Se redressant, elle attrapa un parchemin pour venir y sceller sa marionnette, puis tendit une main à Sayo pour l’aider à se relever. Elle savait tout de même se montrer aimable, par moment, la Tadaoki.

- Il se passe quoi ?

N’attendant pas spécialement de réponse provenant de la Nara, elle se dirigea à l’intérieur de sa maison. Attrapant sa ceinture, elle l’attacha à sa fine taille, s’assurant d’avoir en sa bourse quelques parchemins, dont deux bien utiles, et Konchuu, son fidèle compagnon. L’un des plus jeunes de sa collection, et pourtant, elle ne s’en passerait plus. Elle fit signe à sa cadette de la suivre alors qu’elle quittait par la porte principale cette fois. Le village semblait en effervescence, des shinobis partant à la recherche d’elle ne savait qui. Alors qu’elle avait quitté l’endroit pour se rapproche doucement de l’Arche Grise, son regard tomba sur la lionne qui était arrivée en trombe, n’ayant sûrement pas perdu de temps lorsque l’alerte avait été lancée.

Si elle ne doutait pas que des renforts allaient arriver, elle se tenait tout de même à quelques mètres plus loin. Elle ne souhaitait pas être mêlée à toute cette situation. Pas immédiatement, du moins. Après tout, la Metaru qui s’était arrêtée face à l’homme était très certainement la plus à même de gérer la situation, notamment dû au poste qu’elle occupait. Cela aurait été cependant trop beau pour être vrai et la marionnettiste se fit violence pour ne pas afficher un air surpris, choqué même, d’une telle réaction de sa part.

D’autres shinobis commençaient à arriver derrière elles, à croire que l’alerte avait été donné. Ce n’était définitivement pas très rassurant. À défaut de savoir réellement quoi faire, jeune genin inexpérimentée qu’elle était, elle se contenta de rester en retrait, son regard passant de l’inconnu à Reiko pour revenir sur la Nara à ses côtés. L’aura qu’il dégageait, la force de son chakra, tout ça avait de quoi en impressionner plus d’un, les écraser même par la pression qu’il y mettait. Même Asami fut parcouru d’un frisson désagréable, quand bien même pouvait-elle remerciée la lionne qui se trouvait devant elle pour ce qu’elle lui avait infligé lors de leur rencontre. Cela lui avait peut-être bien permis de s’endurcir mentalement.

Spoiler:
 


Dernière édition par Tadaoki Asami le Mar 13 Fév 2018 - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mar 13 Fév 2018 - 19:21
Le moine est chez lui, la tête dans l'oreiller en position fœtale.
Son père vient à passer.

- Kamin? Tu dors?


- Oui
, répond-il la voix à moitié étouffée par le matelas.

- Bah réveille-toi. Tout le village est en ébullition.

- Ah ça y est, c'est la guerre?

- ... non, y'a juste un intrus à l'arche grise.


- Du coup on s'en fout un peu, non?

- ...

- Non mais c'est vrai quoi,
reprend-il en baillant, c'est pas parce que la politique du village tend à une sur-militarisation et une culture de l'armement qu'il faut dramatiser dés qu'il y a un péquenaud qui frappe à la porte, non?

- ...

- Bon, t'es lourd. Je m'habille.


Il s'habille.
Il attrape sa sacoche dans une main, une banane dans l'autre, et se met à errer dans le village en mode radar, les yeux à peine ouverts, en suivant le bruit.

A mesure qu'il s'approche de l'entrée du village, le brouhaha va croissant. Pourtant une voix forte écrase les autres de son autorité: celle de Reiko.
Elle donne des ordres.
Les genins en soutien aux civils.
Il est genin.
Il doit aider les civils.
Il doit... aider...
Il...


Rêve N°10
Tu es tout habillé dans une baignoire. La baignoire est sur un terrain vague. Le terrain vague est à peu près nulle part. Il fait gris. Il pleut.
Ton père est là. Il te regarde, perché sur une pagode. Parce que oui, il y a une pagode. A côté de la baignoire.

- Kamin, réveille-toi. Tout le village est en ébullition.
- ... On a déjà eu cette conversation.
- Bah alors qu'est-ce que tu fous encore ici? Réveille-toi, non?
- Gné?
- REVEILLE-TOI.



Il se réveille.
La plupart des genins concernés par les ordres se sont mis au travail pendant qu'il pionçait debout. Loupé le coche.
Il regarde autour de lui. Des gens s'engouffrent vers l'arche.

A défaut de pouvoir compter les moutons, il en devient un. Il suit.

A travers les quelques personnes déjà présentes, il distingue vaguement la taille de l'intrus.

- Ah. Quand même.

Plusieurs options. Rentrer chez lui n'en est malheureusement pas une.
Il n'est pas trop tard pour rejoindre les civils et tenter de leur apporter le maigre soutien logistique dont il est capable.
Pourtant, il y a dans la situation à l'arche quelque chose d'enivrant. Les sirènes de l'action l'appellent. Celles de la curiosité morbide aussi: que fait ce gros plein de soupe ici?

Alors, dans le doute, il joint ses mains et se met à prier dans sa langue ancienne.

- J'en appelle à l'éveil, puissant et révélateur,
J'en appelle au sommeil, inspirant et réparateur...


L'aura l'habite progressivement.
La prière prend fin. Kamin est entré dans sa transe, entre songe et réalité, les yeux mi-clos.
Pour autant, la réponse ne lui est pas venue: il ne sait toujours pas où se mettre.

Reiko revêt un exosquelette sinistre, et des allures de meurtrière. Elle semble décidée à faire des trous dans l'épaisseur musculaire de cet affreux inconnu.

Pendant un instant, Kamin se demande si tout cela est vraiment nécessaire, si on ne pourrait pas simplement lui souhaiter la bienvenue.
Il se dit qu'au fond, Reiko fait partie des assoiffés de sang qui nourrissent la spirale de la haine, et que c'est à cause des gens comme elle que, bla bla bla.
Et puis, ça lui passe. Après tout, les gardes avant-poste zombifiés gravitant autour du "Chien" en question n'ont pas l'air particulièrement sereins, il y a peut-être éventuellement une menace.

Peut-être.
Éventuellement.
Ouais.

HRP:
 

_________________

L'avenir appartient à ceux quzZzZzZzZzZ


Dernière édition par Hatake Kamin le Mer 14 Fév 2018 - 8:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2406-hatake-kamin-moine-bien-a-l-ouest-done https://soundcloud.com/grey-try

Mar 13 Fév 2018 - 22:08
Un jour comme les autres ou presque, chez sa complice de toujours, ou presque, Sayo profitait de sa journée de congé, tour à tour elle écoutait Asami, riait ou raconter ses propres éléments croustillants. Le matin avait donc parfaitement commencé, jusqu’à ce de l’agitation suspect vienne les perturber. La brune lui posait une question et la Nara soupirait en se relevant bien forcée.

-Asami, on est genin, laisse les gradés faire, notre affectation en général tu sais c’est l’arri…. !

Tu penses qu’elle ne la laissait pas finir sa phrase, ni défendre son avis. Quand Asami avait une idée en tête, c’était l’horreur que d’espérer l’en faire sortir. Heureusement que Sayo ne sortait jamais sans son équipement, ne serait-ce parce que les deux jeunes femmes adoraient s’entraîner ensemble, dehors l’agitation régnait, très vite quelques shinobis s’empressait de courir après des civils pour les mettre à l’abri probablement. La Nara aurait sûrement dû faire pareil, mais Asami semblait captiver par l’échange entre la Metaru et l’inconnu. Le même qui laissait Sayo un peu plus dubitative, le sol n’étant pas un bon champ de vison, elle s’empressait de bondir sur le toit d’un bâtiment proche d’eux. Balayant la zone du regard rapidement, elle reconnaissait le maudit Moine, à qui elle lançait une boutade d’un petit sourire mesquin.

-Hey Kadamin ! Tu voudrais lui offrir ton tour de bateau ou faire descendre le grand Ahouillll du ciel encore une fois ?

Les autres s’ils écoutaient ne comprendre probablement pas tout, mais elle avait gardé l’expérience traumatisante bien en tête pour sa part, mais ce n’était pas le meilleur moment pour plaisanter. Peut-être qu’elle s’allégeait elle-même en le faisant avec l’atmosphère, avant de sortir d’une de ses poches un rouleau qu’elle ouvrait d’un geste vif. Une fumée blanche en jaillit et des projectiles fusaient alors sur le terrain en retombant du ciel, le kunais marqués de son sceau se plantaient alors un peu partout sur les murs des grandes portes, comme au sol, ou sur le toit. Bien que son intention n’était pas clairement une rencontre de front, c’était toujours bon de prévoir, ainsi, la kunoichi s’accroupissait les mains jointes, malaxant son chakra pour le préparer à intervenir rapidement. Dans le même temps, concentrée elle ne quittait pas du regard Reiko et leur cible, cette dernière aussi peu diplomate que son interlocutrice, le balafré était décidément vraiment mal renseigné ou très malchanceux. Tout ça pour rien, Shuuhei n’étant pas ici. Alors, c’était voulu et il se moquait d’eux. Son sourcil se relevait, elle observait la masse de shinobis autour d’elle… Et si c’était une diversion ? … Il faudrait alors faire confiance à l'organisation du village et sa bonne intelligence.

Spoiler:
 

_________________


— Objectifs atteints —

#Mettre une main aux fesses de Reiko #Embrasser Hisao  #Shikarai :X  #Asami :X #Taishi :x #Shuuhei :X #Itagami :X #Raizen :X

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Mer 14 Fév 2018 - 3:42

Armé de sa longue veste sombre, le Kumojin se dirigeait vers la zone d’entrainement. Pour se faire, il avait décidé d’opter pour un détour. N’ayant pas l’habitude de se promener sans but, le jeune homme s’était donné pour objectif de prendre un chemin différent chaque jour afin de passer du point A au point B. C’était sa manière de briser la routine et d’en mesurer l’impact. Malheureusement, la routine était connue pour avoir de nombreux charmes et la sécurité en faisait partie.

Étant non loin de l’arche lors de l’arrivée de l’intrus, Raizen n’eut aucun mal à vivre l’émoi que l’intrusion provoqua. Entre la panique qui n’eut aucune difficulté à se propager chez les Kumojins et la puissante aura qui explosa, le rythme cardiaque du jeune homme s’emballa. Sur le coup, sa tension augmenta alors que tous ses sens entrèrent en alerte. Par réflexe, il serra les poings, réalisant sa faiblesse dans une telle détresse. Bien que le tout rimait drôlement bien, le désespoir demeurait une fatalité. Certes, ses aptitudes sensorielles étaient très faibles. Cependant, le Meikyû était suffisamment intelligent pour comprendre que cette présence n’annonçait rien de bon. Ce n’était pas tous les jours qu’on pouvait assister à une propagation de chakra aussi puissante. Ce l’était encore moins lorsque la scène se passait à portée de vue.

Maudissant sa vision parfaite, le genin tourna lentement son corps afin d’observer la situation. Le temps que ses sens digèrent l’importante turbulence, d’autres s’étaient approchés de la scène. Parmi eux se trouvaient certains ninjas, dont Asami. Étant à deux mètres d’eux, le genin se demandait quelles étaient les chances d’être en aussi mauvaise position dans une situation délicate. Alors qu’il se demandait si la confrontation était la meilleure stratégie, il fut témoin de l’acte défensif d’un supérieur. Ce n’était pas tous les jours qu’on voyait un corps entier se recouvrir de métal tout comme ce n’était pas tous les jours qu’un acte défensif devenait une déclaration ouverte de guerre.

En résumé, Raizen assistait au temps mort avant un affrontement inévitable. Prenant le temps de prendre une grande bouffée d’air, il réalisait que les secondes étaient précieuses. Pourtant, rien ne l’empêcha de glisser sa main dans sa poche. Sortant trois pièces, il les laissa tourner dans les airs.

-Pile : Mort et Face : Vie.

Attrapant les trois pièces d’un bref geste, il les déposa sur son bras avant de découvrir le résultat.

Pile - Pile - Pile.
Raizen ne croyait pas au destin. Toutefois, au regard de son geste sans profondeur, il interprétait le tout comme ayant 3 chances sur 3 de mourir s’il entrait en confrontation directe avec l’individu. N’ayant aucune connotation amusante, un rictus inquiet brisa son expression de marbre alors que ses yeux commencèrent à calculer les causalités possibles. Sans tourner dos à l’entrée, il ne tarda pas à entrer en action, suivant ainsi les consignes d’ordre supérieur.

-Dirigez-vous vers le centre du village et tenez-vous loin des bâtiments!

N’ayant aucune idée des compétences physiques de l’homme musclé, son intuition lui disait qu’une seconde d’inattention pouvait être fatale. Malgré tout, il se devait d’attirer l’attention des individus lambdas et sans intérêts. Après tout, plus ils demeuraient dans les environs et plus les genins auraient du boulot en cas de confrontation. Raizen appréciait les villageois, car ils faisaient vivre l’économie. Toutefois, il voulait optimiser cette situation peu usuelle pour maximiser ses apprentissages.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mer 14 Fév 2018 - 14:28
Une nouvelle fois, le village se retrouve menacer. Une nouvelle fois, je dois être prêt à sacrifier ma vie pour la protection du village et de ses habitants. Une nouvelle fois, mon corps se met à trembler... Hisao et Shojito ne sont pas là pour me protéger comme la dernière fois, je dois leur montrer que je peux être prêt à défendre Kumo coûte que coûte, leur prouver ma valeur. C'est aux côté de la Fukutaicho, Reiko, que je me retrouve, cette dernière donnant ses consignes aux subalternes. Je ne suis pas concerné par ceux-ci, non, je pense qu'elle veut que je combatte à ses côtés. La plupart des gradés sont à Iwa, la protection du village revient au Kyuubu. Les consignes données, je me retourne pouvoir Asami. Elle est genin, alors que fait-elle ici ? D'autres genins sont proches de l'ennemi.


N'ont-ils donc pas écouter les consignes ? Quoiqu'il en soit, l'adversaire semble plus coriace que cette Suzuri Kaldea ou encore le marionnettiste... Kumo aura besoin de toutes ses forces armées pour en venir à bout, évidemment. Reiko s'entoure d'une armure spéciale Metaru, je crois que le combat va commencer... C'est alors que j'emploie une multitude de mudras pour faire apparaître face à nous un géant de quatre mètres d'un seul œil. Il va s'agir là de la première défense du village caché des Nuages.

Me trouvant aux côtés de la Fukutaicho, le cadavre cyclope devant nous, je sors mes deux épées se trouvant dans mon dos. Merci encore à Itagami pour cette superbe épée, forgée juste à temps.

« Fukutaicho, si vous pouvez protéger mon géant d'une armure comme la vôtre, ce serait parfait... »

Parce que vu l'homme qui nous fait face, je ne sais pas si le cyclope va tenir bon plus de quelques instants.



Spoiler:
 

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Mer 14 Fév 2018 - 18:14
Ils s’affalèrent bien vite, pensa Rei. Devant lui, bon nombre de Kumojins s’étaient en effet porté spectateurs – et se préparaient à être acteurs – de cette scène sans doute inédite pour eux. Il fallait avouer que la disposition et la préparation des avant-postes de ce village étaient corrects, mais malheureusement, ils n’étaient pas tombés sur le bon adversaire aujourd’hui.

Certains éléments des Nuages ne dissimulèrent pas leur volonté de se préparer au combat. D’ailleurs, l’une des kunoichis de ce village caché parla d’un ton qui aurait pu faire sortir de ses gongs bon nombre de Nukenins et autres criminels. Mais Rei n’était pas de ce bord-là. Ce n’était qu’une fois le combat lancé qu’il devenait… hors de contrôle.

Pour l’heure, personne ne semblait vouloir donner satisfaction à la requête expressive du balafré. « Pas besoin de te parler », voilà ce qu’il put entendre, de la bouche de l’autre Metaru d’ailleurs. Toujours les bras croisés, Rei se mit à l’inspecter du regard, dubitatif.

« Oh, je vois. Il n’est pas ici. »

Il soupira. Etait-ce encore une farce de Nara Alderan ? Même s’il pouvait les avertir sans la présence de leur chef, les Kumojins semblaient bien moins intelligents que ce qu’on lui avait dit. D’ailleurs, c’était d’autant plus surprenant compte tenu de celui que Rei avait déjà vu à Tetsu no Kuni. Mais Aburame Shizen n’était pas dans les présents du jour. Allait-il venir ?

« Votre manie de vouloir montrer les crocs à chaque occasion me fout en rogne. Le pire c'est que ce ne sont même pas des crocs, mais des dents de lait ! C’est si difficile pour vous d’imaginer que quelqu’un vienne juste pour discuter, voire même vous aider ? Regardez, pour ne pas me faire arrêter ou attaquer, je suis obligé de prendre des otages… »

Sans décroiser ses bras aux muscles bien dessinés, la bête leva simplement l’index droit. Aussitôt, les fébriles gardes frontaliers de Kumo dégainèrent chacun un kunaï ou n’importe quelle arme qu’ils pouvaient avoir dans leur arsenal personnel. Puis ils s’approchèrent deux à deux, avant de pointer leurs outils près de la gorge l’un à l’autre.

« Voilà ce qu’on va faire. Toi la grincheuse, dit-il en regardant la Metaru, au lieu de te créer une armure pour compenser je-ne-sais-quoi, tu vas bâtir une solide pièce temporaire ici et m’y enfermer moi et mes otages. Et j’invite vos plus importants gradés, encore présents, à y entrer pour DISCUTER. »

Sur quoi toujours l’index levé, il fit se rapprocher les duos d’otages. Il ne restait plus qu’à attendre qu’on daigne bien créer cette salle privée ici. Et mieux vaudrait que les Kumojins se montrent autant compréhensifs que Rei l’eut été de son côté, sinon quoi les effectifs du village des Nuages connaîtrait une forte chute.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 14 Fév 2018 - 19:22
Irritée...

Cet enfoiré... Tu ne savais pas ce qui t’enrageais le plus en réalité. La présence d'un bon nombre de genin s'étant éparpillés autour de la zone ou l'attitude de l'ennemi. Enfin... Tu étais bien trop occupée à écouter les dires de l'intrus pour prêter attention à ce qui se passait autour de toi. Tu avais à peine arquer un sourcil à la présence de Shoran et de son invocation. Ils avaient eu tes ordres, le reste ne dépendait que d'eux.

Levant alors ton regard, tu jugeais cet enfoiré à travers tes yeux perçants. Il te provoquait, menaçait l'intégrité du village et osait en plus te soumettre des exigences... Grinçant des dents, tu n'avais pas beaucoup de choix... Deux en réalité. Respecter ses conditions ou alors allait à la confrontation. La seconde option bien que plus enviable, mettait en péril la sécurité d'un bon nombre de soldat. Si tu te foutais bien de ta propre santé, sachant pertinemment que tu allais éclater la gueule de cette enflure, tu avais encore en considération les soldats à tes alentours.

Plus pour longtemps ceci dit... S'il continuait à te provoquer de la sorte, tu allais véritablement perdre le contrôle... Néanmoins, contre toute attente, tu affichas un sourire amusé tandis que ton armure laissait à peine entrevoir ta tête.

- Kumo n'est pas très bon en discussion.


Tu faisais bien évidemment référence à tout les coups portés sur cette organisation de criminelle. Ryuka pouvait très certainement témoigner de l'incroyable talent en négociation qu'avait ton frère. Alderan avait du s'échapper dans la honte et les divers intrus qui avaient tenté de passer outre la sécurité de Kumo s'étaient vu repoussés lamentablement.

- Il n'y a aucun intérêt à ce que j'écoute tes paroles maintenant. Tu ne sortiras de toute manière pas d'ici si tu trahis ta parole. Je te les ferais cracher une fois que je t'aurais fait cracher tes dents.


C'était ta politique à toi. Frapper d'abord, et poser les questions en tapant. Et en soit, tu n'avais pas tord. Il te prenait pour qui ? Sérieusement... Il se pointait là, tout aussi imposant soit-il, et pensait vraiment pouvoir se prendre un petit thé à tes cotés. Quel idiot. Néanmoins, dans ton arrogance, tu marquas une pause et un soupir. Ton visage se décrispant, la réflexion avait mit du temps avant d'arriver dans ton cerveau, mais elle y était finalement parvenue.

- Relâche les otages et j'accéderais à ta requête. Tu as ma parole.


Que valait ta parole ? Plus que celle d'un criminel en tout cas... En tout cas, tu voulais que tes décisions ne puissent mener à ta perte que toi si cela devait déraper. Depuis quand tu t'étais placée en égide du village ? Tu ne savais pas vraiment... Mais l'accord était redéfini.

- Et je viendrais seule. Ce sera moi ton otage tandis qu'on DISCUTERA dans la pièce convenue.


En soit, tu pensais vraiment le faire. Si l'accord lui convenait alors tout pouvait se passer sans encombre. Et si tout cela était un piège alors il y avait d'autres personnes tout aussi compétentes que toi pour agir en conséquence.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Mer 14 Fév 2018 - 20:29
Des gens s'installent devant la scène, renforcent la barrière entre Kamin et l'attraction de la journée.
Parmi ces gens, il y a un homme. L'homme prononce les mots "pile: mort et face: vie". Il lance trois pièces. Trois piles. Si le moine n'était pas en transe, il aurait probablement explosé de rire. Au lieu de ça, il se contente de hausser vaguement les sourcils, et de feindre l'indifférence lorsque l'homme suggère aux autres genins de retourner vers l'intérieur du village. L'éventualité le tente pourtant, mais il lui manque encore une véritable raison personnelle de partir.

Il y a aussi Nara Sayo.
Elle lui raconte un truc bizarre à base de bateaux et d'Ahouill. Quoi que ça veuille dire.
...
Ah. Si. Ça lui revient.

- Haha, c'est mort, répond-il avec un vague sourire rendu semi-apathique par la transe. Je veux tellement pas savoir ce qui rôde dans les cauchemars de ce dinosaure...

Alors que la demoiselle s'affaire à poser ses marques, un géant malodorant se dresse et projette son ombre sur la scène. Plus il se passe des trucs, moins le moine se sent à sa place.

L'homme confirme qu'il n'est a priori pas là pour briser des crânes. Reiko, sceptique, grogne des non-hospitalités puis formule une contre-proposition.
Une vague de brouhaha fait écho à chaque phrase prononcée par les deux opposants de ce pugilat diplomatique. Diplomatique étant un bien grand mot.

Le regard de Kamin oscille entre la silhouette augmentée sa supérieure belliqueuse et celle de l'ogre et ses otages. Auto-hypnose.

Rêve n°11
Les otages sont devenus des poissons gigantesques avec des hameçons plantés dans la bouche, qui tiennent debout par la force des choses.
Reiko n'a plus son armure, elle est devenue une femme avec une tête de lion.
Sayo est une oie. Bah oui.
Sa voisine est une poupée géante. Pourquoi pas.
Le mec qui a invoqué le géant malodorant est quant à lui devenu un deuxième géant malodorant.
Trois pièces géantes jaillissent du décor. Les trois tombent sur la tranche et forment une prison autour de l'intrus. L'intrus, quant à lui, n'a pas changé de corps ni de visage, mais arbore désormais un sourire niais et un regard débile.
Alors, dans un élan de fougue, tu te mets à hurler:

- Hé Reiko! Tu vas calmer ta race, oui? Il vient de dire qu'il était pas venu pour...

Réveil en sursaut. Tout va bien, il n'a pas vraiment parlé. C'était dans sa tête. Les rêves se font décidément bien courts lorsqu'il est en transe.

Un bref examen de la situation conduit le moine à faire un pas en arrière.
Il murmure à sa voisine de devant:

- Psst. Sayo. Vraisemblablement, ça va durer des heures, et la classe bac à sable n'aura pas la moindre valeur ajoutée. Je vais me faire voir ailleurs si j'y suis. Tu me raconteras.

En réalité, le moine est guidé par un autre pressentiment: s'il reste, cela pourrait devenir périlleux pour les deux camps. Dans son imprévisibilité, Kamin serait bien capable de succomber à l'appel de son rêve, et dans le pire des cas d'essayer de plonger la fougueuse Metaru qui fait office de diplomate de fortune dans ses délires oniriques, histoire de la calmer. Or, s'il fait ça, soit il est professionnellement mort, soit il est mort tout court.

Sage décision que de se retirer du conflit, donc...

HRP:
 

_________________

L'avenir appartient à ceux quzZzZzZzZzZ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2406-hatake-kamin-moine-bien-a-l-ouest-done https://soundcloud.com/grey-try

Jeu 15 Fév 2018 - 16:07
L'invocation n'est pris en compte par personne malgré sa place imposante devant l'Arche Grise. Je décide de rester aux côtés de la co-capitaine du Kyuubu, après tout je fais parti des gradés du village et je ne peux décidément pas la laisser aller au front seule. Non, même si je connais et imagine que ses capacités sont bien plus hautes que les miennes. Bref, je reste cependant sur mes gardes alors que l'agresseur prend enfin la parole. Et, je ne réagis pas, restant juste aux aguets. J'écoute, ce dernier veut apparemment juste discuter. Et pourtant, la façon dont il s'y prend n'est clairement pas bonne. Je lâche un soupir, mais il s'adresse à Reiko alors je ne peux pas intervenir. Enfin, je pourrai mais à quoi bon ?

D'ailleurs, l'individu propose à Reiko de créer une solide pièce de métal où va s'y trouver lui et les ôtages ainsi que Reiko et les gradés. Une proposition qui minimiserait les dégâts du village si combat il devait y avoir. Pourtant, alors que je pense qu'elle accepterait la proposition, la co-chef du Kyuubu propose autre chose. Qu'il libère les otages, et ensuite, ils s'enfermeront à deux dans la pièce. Face à l'inconnu, je ne peux clairement pas montrer mon mécontentement.

« Vous ne pouvez pas y aller seule, Reiko... »

Que je lui dis assez bas pour que personne n'entende à part elle; je compte bien me montrer présent. Je ne suis plus faible, je ne suis plus le pauvre genin du tournoi de Shîto ou le chuunin qui s'est fait coupé un doigt durant son combat contre une détectrice. Reiko peut compter sur moi, je montre les crocs, clairement.

« Amenez-moi avec vous. »

Je parle avec conviction, elle ne peut pas me refuser cela. Je sais que je risque ma vie, mais c'est mon métier... sinon, jamais je n'aurais décidé de devenir shinobi.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 15 Fév 2018 - 17:16
Arrivée en compagnie de sa meilleure amie, la genin n’est pas certaine de tout comprendre ce qu’il se passe. Les ordres ayant été données précédemment par la Fukutaichō n’étaient malheureusement pas parvenu aux oreilles des deux jeunes femmes et, même si tel était le cas, elle se voyait mal fuir. Cela ferait du mal à l’image qu’elle entretenait, cette kunoichi fidèle au village qui était prête à le défendre coûte que coûte. Sayo allait très certainement lui en vouloir, elle qui avait superbement ignoré son commentaire, passant outre le fait qu’il y avait certainement des gens plus qualifiés qu’elles pour gérer la situation. Or, cela promettait d’être divertissant, et la Nara savait à quel point elle aimait s’amuser, même au risque de sa propre vie.

Alors qu’elle monte sur le toit, Asami préfère se préparer à sa manière. Se tenant à une distance raisonnable des protagonistes de l’événement, elle sort deux parchemins de sa bourse. Les déroulant les deux, ce sont deux grandes marionnettes qui font leur apparition, derrière le bâtiment près duquel elle se trouvait. Si elle n’appréciait pas avoir son armure aussi loin d’elle (qui n’était, au final, qu’à quelques mètres, rien de dramatique), elle se disait que s’il valait mieux être prêt, il n’était pas nécessaire d’ajouter à l’hostilité déjà présente dans l’air. Elle s’était donc rapprochée, doucement, dudit bâtiment, se tenant désormais qu’à quelques pas de ses créations. S’appuyant contre le mur, elle attend, il n’y a que ça qu’elle peut faire, ce qu’il va suivre. Elle est prête à l’attaque, comme le semble être d’autres shinobis. Elle a bien remarqué les kunais de relais de sa meilleure amie, qui s’étendent autour d’eux, lui laissant ainsi l’occasion à son Kagemane de se faire plus envahissant.

Et puis, d’autres arrivent. Des visages connus comme inconnus. Elle reconnaît Shôran, qui va immédiatement rejoindre sa supérieure directe, il était membre du Kyuubu après tout. La Tadaoki n’était pas particulièrement enchantée de le retrouver ici, pour une raison tout particulièrement égoïste. Si affrontement il devait y avoir, ce que renvoyait l’homme comme pression n’était en rien rassurant. Il serait dommage que le chûnin soit enterré avec les secrets de la nécromancie. Très dommage même.

Elle reconnaît aussi Raizen, qui semble décidé à aider ceux qui se trouvent encore dans les environs et qui ne le devraient pas. Elle pourrait aller l’aider, mais ce serait se tenir trop loin de ses armes. Il ne faudrait tout de même pas que quelque chose arrive à ses magnifiques créations, pas alors qu’elle venait tout juste de terminer leurs réparations. Elle préfère se tenir prête. C’est bien, que des gens s’assurent qu’il y ait le moins de blessé possible, cependant, si confrontation il devait y avoir, elle serait prête.

La discussion s’envenime sans pourtant en venir aux poings. Comme ça, la lionne de Kumo décide qu’elle veut discuter ? C’est sûrement le plus intelligent à faire, sachant qu’il y avait de nombreuses vies en jeu, comme celle de tous les otages se trouvant autour de l’intrus. Quelque chose empêche cependant la Tadaoki de se sentir à l’aise avec cette idée. Était-ce la meilleure idée pour eux que d’aller discuter ? Ou, au contraire, perdraient-ils une force de frappe conséquente alors que le pire restait à venir, peut-être même plus loin dans le village que là où ils étaient rassembler ? Elle se mordille la lèvre inférieure, incertaine. Elle n’avait qu’à observer pour être fixée, bien prête à prendre contrôle de ses marionnettes si le signal était donné.

- Raizen. Alors qu’il passait non loin d’elle. Tu devrais t’éloigner aussi. Elle le dévisagea, l’air sérieux, une lueur inquiète dans le regard. Ce n’est clairement pas le genre de mec que tu pourras affronter de front.

Faisant, bien évidemment, référence aux capacités qu’elle connaissait de l’homme. Peut-être avait-il plus d’un tour dans son sac, toutefois, jouant son rôle à la perfection, même en temps de crise, elle préférait lui suggérer de s’éloigner, que rien ne lui arrive.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Jeu 15 Fév 2018 - 19:34
Vous livrez en tant qu'otage alors que vous devez assurer la supervision de nos hommes ? Nul ne sait d'où il sortait, mais le fait est qu'il était là. Un sourire se dessinait sur son visage. La situation ne l'amusait pas particulièrement, mais revoir cet homme semblait lui procurer un petit plaisir. La dernière rencontre avec le colosse s'était soldé par la révélation de l'homme au chapeau, mais aussi la défaite du tyran Nara Alderan. Quoi qu'il en soit, cette fausse expression de joie s'effaça très rapidement. Le camarade du manipulateur d'ombres détenait de nombreux otages et il fallait faire quelque chose afin d'assurer la survie de tous ces hommes. Mais le Jônin était sûr et certain d'une chose : si cet homme cherchait l'affrontement, celui-ci l'aurait engagé depuis un moment. Cette fameuse discussion tant convoitée était l'occasion de récupérer des informations qui semblaient importantes, mais aussi de préparer l'effectif militaire des Nuages afin d'être prêt au pire. D'ailleurs, le directeur de l'institut avait alerté les forces d'élites qui devaient déjà se positionner sous la supervision du chef du clan Nara : Shikarai. Je connais cet homme, Fukutaicho. Même si j'en garde un triste souvenir, je ne pense pas que ses intentions soient de nuire à notre village. Alors laissez-moi le privilège de discuter avec ce bon monsieur. Contrairement à la dernière fois, j'ai toutes mes ressources. Dit-il en focalisant son regard sur Rei. Cette phrase faisait référence aux anciennes menaces de ce mastodonte, alors que l'Aburame sortait de son affrontement avec le chef du Soshikidan.

Bien plus qu'une responsabilité, il avait cette envie de discuter. Faut croire que le manipulateur d'insectes appréciait le risque en plus de traiter avec des criminels. D'autant plus qu'il redoutait les provocations incessantes entre la femme et l'homme. En effet, ces deux-là semblaient avoir une grande gueule. Alors s'il fallait discuter de choses sérieuses, le climat actuel n'était clairement pas favorable. C'est pourquoi il prit le risque de descendre de l'Arche Grise sans consulter personne.
D'ailleurs, ne dépensez pas vos ressources inutilement, Reiko-san. Et ne croyez surtout pas qu'il mène la danse. Désormais, il se situait à quelques mètres du preneur et des otages. Il posa ses mains au sol en insufflant une grande quantité de chakra. Un son bruyant se faisait entendre et un dôme commençait à se former lentement. Un dôme dans lequel Rei et les otages pouvaient s'enfermer avec l'Aburame. Un dôme dans lequel les Kumojins pouvaient s'enfermer aussi. Si vous souhaitez discuter, discutons. Quant aux répercussions de cette prise d'otages, je n'en serais pas responsable. Dit-il en adressant un regard à Reiko. En effet, l'homme aux cheveux blancs venait de commettre un délit qui pouvait être sanctionné par la police. Du moment que le Jônin récupérait des informations - en espérant qu'elles soient en rapport avec l'ancien maître d'Alderan - cela lui suffisait. Cette décision et cet agissement pouvaient lui porter préjudice auprès de la haute sphère Kumojine. Tout comme ce choix pouvait lui coûter la vie.


Spoiler:
 

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Jeu 15 Fév 2018 - 20:18
Rares étaient les jours où j’étais debout avant midi mais étant genin j’étais bien obligé de me lever tôt au cas où on aurait besoin de moi. Bien sûr ça m’étais impossible de rester éveiller toute la journée en me réveillant à l’aube alors j’avais décidé de m’allonger un peu non loin de l’entrée du village, évidemment je m’assoupis. Au bout de vingt minutes un brouhaha infernal me réveilla. C’était la première fois que quelque chose me tirait de mon sommeil. Je fus surpris quand je vis la masse de monde autour de l’arche grise. De là où j’étais je ne pouvais pas entendre ce qui se passait mais je voyais un gorille face à l’une des seules personnes dont je retiens le visage, le nom et surtout le grade, la Fukutaicho. Elle était accompagnée du policier que j’avais rencontré lors de ma remise de diplôme accompagné d’un cyclope ou quelque chose comme ça. Il y avait aussi quelques shinobi sur le point de s’entretuer du côté du balafré.

Un bon nombre de shinobi s’empressaient de rejoindre le groupe qui s’était formé à l’entrée de Kumo. Mouton que je suis, je les suivis. Lorsque j’arriva près de l’arche je compris que quelque chose d’important était en train de se passer, les shinobi zombifiés étaient en fait des otages et la Metaru avec son armure négociait sûrement avec l’homme qui se tenait devant elle. Je savais pas ce que j’étais censé faire, mis à part les otages, personne n’avait l’air en danger. J’allais rester là à regarder et veiller de loin sur les civils.

Un gars masqué arriva et fit un dôme au sol. Je savais pas si je devais ou non les rejoindre. Non c’était des gradés il ne fallait pas intervenir. D’autres genin étaient là et regardaient la scène. J’allais me fondre dans la masse et peut-être intervenir si besoin, en espérant ne pas être un frein pour la Fukutaicho, le flic et le mec masqué.

D’où j’étais je pouvais facilement viser les otages aux bons endroits pour leur faire lâcher leurs armes mais je ne pouvais pas les avoir tous en même temps et si le balafré me repérait il pouvait facilement me tuer vu tout le chakra qu’il dégageait. Il ne fallait pas tenter le diable, je n’étais qu’un genin, je devais rester à ma place. J’aurais préféré avoir le grade et le cran d’agir comme l’avait fait les deux shinobi qui étaient avec Reiko.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2378-fujita-fumitaka-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u526

Ven 16 Fév 2018 - 3:47

-Oh!

Lâchant une expression de surprise en voyant les deux gardes devenir promptement des otages, Raizen ne put s’empêcher de sourire. Cet homme était drôlement ingénieux. Il avait utilisé son intelligence pour attirer le plus d’attention possible afin de pouvoir piger dans n’importe quel spectateur pour obtenir des otages. En réalité, tous les membres rassemblés étaient sujets à devenir des otages. Résultat, son initiative de suivre les directives de la femme métallique fut la bonne. En indiquant aux gens de s’éloigner le plus possible, il avait peut-être sauvé la vie de quelques êtres lambdas dont personne ne se souviendrait. Malgré tout, l’essentiel demeurait les grosses pointures qui entouraient l’homme. Sur le coup, Raizen ne pouvait s’empêcher de se dire que plus ils étaient forts et plus ils offraient un levier de puissance à l’homme. En réalité, bien qu’il avait l’air d’un barbare, son style de communication et son calme même dans la provocation révélaient une réalité tout autre. Raizen n’était en rien un expert de l’analyse. Toutefois, son intuition lui disait que cet homme était beaucoup plus ingénieux qu’il en avait l’air.

Ainsi, le jeune homme aborda quelques réserves tandis que d’autres se portaient volontaires pour devenir des otages. Par chance, un haut gradé mature apparut comme par magie pour venir calmer la situation. Agissant comme un vent frais de changement, l’atmosphère passa d’un rythme explosif à une valse technique. Si le rythme imposé était soudainement plus stratégique, la difficulté de soutenir une telle danse risquait d’être intense. Avait-il les capacités de sauver les otages sans pour autant céder aux caprices de l’intrus ? Raizen ne croyait pas aux contes de fées. Malgré tout, il était rassuré.

Soupirant doucement, le jeune homme se rapprocha alors qu’un dôme d’insecte se formait. Arrivant côte à côte avec Asami qui semblait se préparer pour une guerre qui n’aurait probablement pas lieu, le Meikyu la toisa du regard alors qu’il préférait garder ses yeux sur la scène.

-Merci de t’inquiéter, mais les chances que je meurs en combat sont juste de …

Sortant fièrement les trois pièces qu’il avait préalablement lancés, Raizen montrait le résultat avec tant de vigueur qu’on aurait dit que son message était aisé à comprendre.

-100 %.

Terminant sa phrase de manière dramatique, il garda le silence pendant un court moment avant de poursuivre la discussion.

-Mais comme j’ai décidé de ne pas me battre, les chances réelles que je meurs sont quasi nulle.

Regardant aux alentours d’un œil désintéressé, il retint un sourire alors qu’il baissa un peu le ton pour que peu de gens l’entendent.

-En le voyant prendre contrôle des gardes, tu ne t’es pas dit qu’il avait tenté d’attirer le plus de gens ici justement pour pouvoir utiliser ses capacités à plein escient ?

Bâillant lentement, le jeune Kumojin s’amusait à partager ses réflexions avec la femme de science. Après tout, il savait que sa théorie risquait de stimuler son cerveau et deux cerveaux stimulés valaient mieux qu’un.

-Il doit y avoir une limite au type de personne qu’il peut contrôler, mais plus ils sont forts et plus il devient dangereux, d’où l’intérêt d’attirer le plus de gens possible et de tous les pousser à sortir leurs armes… prêtes à fraichement servir de marionnette.

Roulant les yeux sur ses dernières paroles, s’il avait eu une cigarette à portée de main, il se serait amusé à en faire l’expérience. Après tout, c’était toujours plus agréable d’étaler une théorie qui ne faisait aucun sens pour finalement allumer une cigarette dans l’espoir d’y donner vie.

-Ça aurait été presque plus brillant de faire passer les faibles pour les hauts gradés. Disons que tu es plus facile à arrêter que Miss Métal.

Lui offrant un clin d’œil semi-provocateur tout en la narguant, le pitoyable kumojin se mit à adopter un comportement qui ne lui ressemblait peu. Levant la main comme à l’école alors que le dôme se refermait tranquillement devant lui, il leva la voix pour se faire entendre.

-Les stagiaires, ça passe?

Si sa participation soudaine à la discussion risquait d’en confondre plus d’un, il espérait profondément que les autres ne prendraient pas ses paroles à la blague. Après tout, il était plus que sérieux. Qu’il reste dans les alentours ou qu’il entre dans le cercle de discussion, en cas d’attaques, ses chances de survie passait de 0 % à 0 %. Nul besoin d’être bon en mathématiques pour comprendre que 0 + 0 = mort certaine. Aussi bien l’optimiser… se disait-il.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 17 Fév 2018 - 12:27
« Pas fort en discussion ? Dans ce cas, il y a peu de chances que votre alliance avec Iwa soit conclue. »

Il souriait alors pour la première fois. Son visage devenait alors plus carnassier, tandis qu’il faisait comprendre à ses interlocuteurs à quel point il pouvait bien les connaître, sans que ces derniers puissent savoir avec certitude d’où il pouvait tenir toutes ces informations.

Elle refusait donc et répondait avec tant de hargne que Rei pouvait trouver une similitude avec qui il avait été durant son enfance. Le seul problème était que la Metaru n’était pas une enfant, loin de là, elle était apparemment une gradée importante de son village. Dommage que son seul point commun avec le Nukenin ne lui soit que peu bénéfique aujourd’hui…

« Cracher ses dents ? demande-t-il, légèrement dubitatif. »

Mais une arrivée changea soudainement la donne. Aburame Shizen, l’unique Kumojin que Rei avait eu à rencontrer lors des évènements de Tetsu no Kuni. L’opportunité était à saisir pour les deux camps. La Metaru ne le savait peut-être pas, mais elle avait failli faire perdre la vie à bon nombre d’otages. Le Nukenin espérait qu’elle saurait plus tard se rendre bienveillante à l’égard de son compère.

Toujours les bras croisés, le sourire carnassier de la brute blanche réapparut, tandis qu’autour de lui et de certains otages, une technique Doton faisait apparaître un dôme, amplement suffisant pour la discussion à venir. Certains otages, oui, car l’étranger avait délibérément fait s’écarter trois prisonniers. Pour se justifier, tandis que le jutsu Doton se parachevait, Rei se fit entendre.

« Pour vous remercier, Shizen. »

Toujours encadré du reste des otages, le guerrier se mit à ses aises, en s’asseyant et croisant les jambes au sol. Il reprit son inspiration, laissant pénétrer dans le dôme ceux qui le souhaitaient, puis commença ce pourquoi il s’était déplacé.

« L’Homme au Chapeau, dont je vous ai parlé à Tetsu, mon ancien maître… tout porte à croire qu’il est de retour. Le connaissant, j’ai du mal à croire, mais les faits sont là. Et si c’est vrai… »

Il s’adressait surtout à celui qu’il « connaissait un peu », mais ses dernières paroles résonnèrent dans les oreilles de tous les Kumojins présents dans le dôme.

« … votre alliance avec Iwa, le conflit avec Kiri ou encore le Soshikidan : vous n’en n’aurez plus rien à foutre s’il passe à l’action. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 17 Fév 2018 - 13:20
Le chuunin, reconnu comme étant le Nécromancien, fut l'un des premiers kumojins à pénétrer dans le dôme crée par le juunin, Aburame Shizen. Juunin que Shôran n'avait encore jamais côtoyé, mais il pouvait sentir en lui une certaine aisance et prestance qui le fascinait, son masque le rendant comme inaccessible. Toutefois, sa présence avait de suite calmé le jeu entre la Fukutaicho et cet inconnu, pour l'instant pas hostile. Encore fallait-il qu'il le reste. Le Nécromant gardait un regard attentif à la situation et sur cet individu, il ne fallait pas un geste déplacé. Mais, pour prouver sa bonne foie, l'homme libéra trois otages sur huit, de suite pris en charge par les genins n'entrant pas dans le dôme.

Ce même homme s'adressait à Shizen plutôt qu'à la Fukutaicho, mais peut-être valait-il mieux que ça se passe ainsi. Il parla d'un homme surnommé l'Homme au Chapeau, qui était de retour ajoutant que les événements actuels qui entouraient le Yuukan seraient le cadet de nos soucis. Shôran se demandait alors qui était cet Homme au Chapeau, se mettant légèrement en avant peu importe le danger qu'il pourrait encourir à ce moment-même. Après tout, il faisait aussi parti des gradés de Kumo, non ?

« Qui est cet Homme au Chapeau ? »

Ce devait être bien là la question que tout Kumojins présent se poser, certainement. Ou alors, Shôran était le seul idiot présent à ne pas savoir. Qui était-il ? A quoi ressemblait-il ? Tant de question que se posait le pauvre chuunin.

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Sam 17 Fév 2018 - 13:38
Incongru...

La situation avait dérapé devant tes yeux en peu de temps. Si celle-ci initialement était déjà épineuse, elle l'avait été encore plus avec l'apparition de l'Aburame. Celui-ci tout jônin et membre du conseil était-il, venait de littéralement saper ton autorité et outrepasser les décisions que tu avais mis en place sur l'instant. Jusqu'à preuve du contraire, tu ne pouvais certifier sa fiabilité quand bien même tu avais déjà partagé certaines aventures avec lui.

Avais-tu réellement besoin de rappeler qu'en face se trouvait un ennemi du force encore inconnu et ayant prouvé clairement ses aptitudes à manipuler autrui ? D'autant plus que ce n'était pas la première fois qu'un haut membre au sein du village de Kumo venait à trahir ses compères. Franchement... Il y avait un partage des responsabilités justement pour ce genre de cas. Si tu venais à être mis en déroute, alors quelqu'un d'autre était susceptible de prendre le relais sans pour autant que ca n'impacte le reste de la hiérarchie. Shizen venait simplement d'enrailler ce système par sa simple intervention sous couvert d'une bienséance déplacée. D'autant plus qu'il avait déjà été en contact avec l'ennemi. La possibilité qu'il puisse être contrôlé était une option clairement possible.

Plissant les yeux, tu n'étais pas loin de tout faire déraper. Voilà qu'un genin dont tu avais formellement donné l'ordre de s'éloigner se retrouvait à se présenter et émettre sa candidature quant à l'intronisation dans le dôme.

Bordel, Kumo était pathétique.

- Jusqu'à nouvel ordre, Aburame Shizen est considéré comme potentiel ennemi. On ne peut pas certifier s'il est contrôlé, s'il est un traitre ou s'il est encore avec nous. Quant à ceux qui ne l'auraient pas encore saisit. Les genins vous êtes chargés de sécurisé la zone ! N'intervenez pas !


Et si encore une fois, ils n'étaient pas foutu de comprendre que tes ordres étaient absolus dans ce genre de cas en l'absence du Raikage ou du Taicho, tu allais très vite leur faire comprendre une fois tout ceci résolu.

Serrant les poings, tu pénétras aussi dans le dôme afin de t'assurer de ce qui s'échangeait. Tu écoutais alors attentivement ce que cet intrus avait à dire tout en gardant un certains recul. Il n'avait aucun interêt direct à vous le dire pour le moment. Et puis merde, depuis quand on était venu à gober tout ce que pouvait dire l'ennemi autour d'un thé bien au chaud au sein d'un dôme ?

Cette situation puait le non-sens, et la libération d'une partie des otages n'étaient qu'une variable aléatoire que personne ne pouvaient prédire. Et encore une fois, en l'absence d'action certaine, il y avait des protocoles à respecter.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Sam 17 Fév 2018 - 14:09
Après que le dôme de terre fut créé, le gorille aux cicatrices relâcha trois otages. Pas mal de genin s’empressa de rejoindre les otages libérés, évidemment je fis de même. C’était une opportunité pour tous les genin curieux de se rapprocher pour en apprendre plus sur la conversation entre la Fukutaicho et l’intrus. Quand j’arrivai auprès des otages, mon premier réflexe ne fut évidemment pas de soigner les otages relâchés ou de leur demander s’ils allaient bien. Non toutes ces fausses attentions ne m’intéressaient pas du tout. J’étais là pour écouter ce qui se disaient.

L’intrus se mit à parler d’un homme au chapeau. Apparemment cet homme allait être la plus importante des menaces pour Kumo. Pourquoi le croire ? Pourquoi tout le monde se mettaient dans des états pareils juste pour un gros porc qui vient et dit qu’un gars avec un chapeau allait venir nous détruire ? Bordel mais qui était ce gars ? Et qui était ce gars au chapeau dont parlait ce mystérieux inconnu ? Saoulé de pas comprendre, l’envie d’agir augmentait en moi lorsque Shôran lâcha six mots qui m’empêcha de risquer ma vie par simple curiosité.

Il se posait la même question que moi. Alors je n’étais pas le seul à ne pas savoir qui était ce mystérieux homme au chapeau. Au même moment, la Fukutaicho gueula à propos d’un certain Shizen et des genin qui ne respectaient pas ses ordres, moi peut-être par exemple ? Et qui était cet Aburame Shizen ? L’homme au masque ? Sûrement, le gars arrive et fait un dôme sans rien dire à personne, c’est sûrement normal qu’elle s’énerve. Au moins maintenant je connaissais ses ordres : on devait sécuriser la zone. Aider les otages ça comptait ? Ils avaient besoin de nous alors on était là, il fallait pas louper une miette de ce qui était en train de se passer. Je voulais absolument savoir qui était ce mec avait qu’un chapeau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2378-fujita-fumitaka-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u526

Sam 17 Fév 2018 - 15:24
Raizen n’était au final que Raizen. Pourquoi s’était-elle donc sentie obligée de lui adresser la parole ? Parce qu’elle était une jeune femme sympathique qui s’inquiétait rapidement pour les autres, tout simplement. Elle l’écouta alors d’une oreille distraite, concentrée sur ce qui se déroulait un peu plus loin, entre l’intrus et la Fukutaichō. Elle leva même une main en direction du Meikyû, l’incitant à se taire, alors qu’un troisième protagoniste s’invita sur la scène, attirant l’attention de presque tous ceux se trouvant ici présent. Elle tenta donc de saisir tout ce qu’il disait, arquant un sourcil à ses affirmations. Il connaissait donc l’homme, et était sûrement le seul, si elle en croyait la réaction de tous et toutes à son égard. Les choses prenaient un tournant pour le moins inattendu, alors qu’un dôme s’élevait sur la scène principale, autour des protagonistes et des hommes tenus en otage derrière l’homme à la chevelure pâle.

Comme par réflexe, elle attrapa le bras lever du jeune homme, le tirant vers elle, les sourcils froncés et l’expression partagée entre de la lassitude face à un tel comportement et l’envie de lui enfoncer la tête dans le mur. Finalement, l’inquiétude prima, ne serait-ce que pour maintenir ce masque qu’elle arborait depuis toujours, et ce, même en situation de crise. Du moins, jusqu’à ce qu’elle daigne ouvrir la bouche et qu’il puisse reconnaître la Asami qu’il avait rencontré le soir où il était entré dans son laboratoire sans en avoir obtenu la permission.

- Tu le fais exprès ou tu es stupide à ce point ?

Le ton était agacé tandis qu’elle se tut au moment où la voix de la Metaru parvint à elle. Shizen, un ennemi potentiel ? En suivant ce qu’elle disait et ce que le jeune homme qu’elle tenait par le bras avait dit plus tôt, cela n’était effectivement pas à exclure. Puis, finalement, elle le relâcha pour sauter sur le toit du bâtiment, allant rejoindre la Nara qui s’y trouvait. Elle n’était pas à l’aise, ainsi en hauteur et loin du sol, mais elle avait quelques mots à lui glisser et cela lui donnait encore la chance d’apercevoir ce qui se déroulait dans le dôme.

- L’homme au chapeau, tu as une idée ? Et tu y crois, Shizen-sama, traître ?

Ses prunelles enflammées ne quittèrent pas le trio, accompagné des otages, qui se trouvaient en contrebas. Elle aurait pu être soulagée de voir ainsi trois otages libérés, or, il n’en était rien. La vie n’étant qu’éphémère et la leur peu intéressante, ils pourraient bien mourir que ce ne serait que des pertes justifiés alors qu’ils ne souhaitaient pas courber l’échine face à l’ennemi. Elle se garda bien d’exprimer sa façon de penser.

- Tu crois qu'on devrait attendre ici au cas où si la situation dégénère ou tu m'accompagnes et on obéit à Reiko pour mettre en sécurité les civils ?


Dernière édition par Tadaoki Asami le Sam 17 Fév 2018 - 19:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 17 Fév 2018 - 16:47
Vous allez tous vous séparer en petit groupe est partir au niveau des infrastructures stratégiques ! Mettez-vous au service des membres de la police pour soutenir leur action, si une attaque est en cours ou s’apprête à avoir lieu, nous n’avons pas le temps pour une guerre entre service. Otomoï tu viens avec moi, on doit aller sur place au plus vite.

Heureusement, suite aux récentes intrusions, le système d’alerte de Kumo s’était développé d’une manière gargantuesque. Au moindre évènement qui survenait au niveau de l’arche grise, les différents centres névralgiques en charge de la protection du village étaient presque instantanément informés. Alors que j’étais encore perdu dans mes pensées quelques instants plus tôt, l’alerte avait été donnée par Aburame Shizen en personne. Bien décidé à me montrer à la hauteur de la confiance qu’il m’avait accordée, je faisais au mieux pour coordonner les équipes. Nous n’avions pas perdu de temps, et étions presque déjà sur place. J’utilisais alors une banale technique de clonage afin d’être opérationnel.

J’avais indiqué au chūnin que j’avais emmené avec moi de prendre en charge les genins sur place. Je voyais que Metaru Reiko était déjà là, non loin, un homme à la carrure imposante, couvert de balafres, et aux cheveux blancs. Il avait l’air de tenir sous son contrôle bon nombre de Kumojins, ceux-là même qui veillaient les extérieurs du village. Je n’entendis pas le début de la conversation, car j’étais encore trop éloigné. Je vis alors l’Aburame surgir. J’étais enfin suffisamment proche pour entendre quelques mots et reconnaitre des visages. Il y avait Sayo, et d’autre genin, qui avaient l’air de se replier, j’aperçu aussi Shôran, il avait visiblement avec la Metaru déjà user d’une technique. Qu’était-il réellement en train de se passer ? La situation était tendue.

Je m’étais approché, mais aller savoir pourquoi, j’attendais tout de même en retrait, écoutant ce qui était en train de se dire pour mieux comprendre. L’Aburame avait visiblement accepté les revendications de l’homme qui menaçait apparemment Kumo. Il était en train de construire un dôme, il n’y avait pas de temps à perdre, j’allais répartir mes clones et moi-même pour agir au mieux. C’est ainsi que je m’étais jetés dans le dôme avant qu’il soit parachevé, accompagné par un de mes clones. D’autre part, les deux autres clones s’étaient directement dirigés vers les otages libérés afin de les écarter de la zone pour les mettre à distance et vérifier leur état.

Je ne savais pas quoi penser de ce qu'avait indiqué Reiko. Je ne le croyais pas, même si cela pouvait s'entendre. L'homme devant nous parla d'une menace, un homme dont avait bien plus à craindre que du Soshikidan ? Au sein d'un complot aussi vaste, il était dur de savoir qui disait la vérité. Je n'avais pas pu m'empêcher de prendre la parole.

Et pourquoi devrions nous vous croire ? Si ce que vous avancez est vrai, quel intérêt tireriez-vous à venir nous prévenir ?



Résumé du tour:
 

_________________

ߦ Team Rakkan 雷雲 #40826d ߦ
thème de Shikarai

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t345-fini-nara-shikarai http://www.ascentofshinobi.com/u279

Sam 17 Fév 2018 - 18:56
La prise d'initiative de Shizen venait clairement de le mettre dans une sale histoire. Mais regrettait-il ce choix ? Non. Certainement pas. Les derniers regrets de l'homme remontaient à de belles années. Cette décision aussi risquée qu'offensante pour certain était celle qu'il désirait prendre. Cela pouvait s'illustrer comme un excès de confiance face à un homme qu'il avait côtoyé pendant quelques minutes ou un acte de trahison. Qui pouvait réellement le savoir, à part lui ? Quoi qu'il en soit, ce risque avait permis la libération de trois otages. Une note positive qu'il ne fallait pas oublier. Le manipulateur d'insectes cherchait la survie des hommes avant toute chose. Et il était convaincu que cela n'allait pas arriver si personne ne décidait de se soumettre un minimum aux requêtes du preneur d'otages. Mais là encore, il se basait sur sa courte expérience avec Rei. Il ne pouvait pas réellement blâmer la vision des choses de ses camarades, sachant que la sienne n'était pas réellement objective et se basait sur une rencontre de très courte durée. Le Jônin prenait sûrement trop les choses à cœur, en plus de vouloir en apprendre plus sur l'homme au chapeau. Même si son existence ne lui avait pas été prouvée, l'homme en quête de découverte prenait le dessus sur le Kumojin. Il devait être le seul à vouloir en apprendre autant sur lui, alors que sa rencontre avec pouvait signer son arrêt de mort.

Quoi qu'il en soit, il était temps de discuter. Le directeur de l'institut se mit à l'aise au même titre que le colosse. Jouer au jeu de son opposant, c'était plus ou moins amusant.
Il faut croire que vous êtes bien renseigné. Le fait qu'il était au courant de l'alliance en disait long sur lui. Vous vous doutez bien que mes camarades ne puissent pas vous croire comme ça. Je ne suis peut-être qu'un imbécile naïf à leurs yeux. Dit-il en ricanant. Son comportement changeait bien de ses habitudes. Les questions à son égard étaient légitimes. D'autant plus que les présences Kumojines étaient très nombreuses. Quoi qu'il en soit ... C'est votre maître, alors vous devez avoir beaucoup d'informations à son sujet. Lors de notre rencontre à Tetsu, vous me le vendiez comme le shinobi le plus fort de ce monde. Quels sont ses pouvoirs ? Dirige-t-il une armée, mais surtout ... que veut-il ? Une série de questions qui n'allaient sûrement pas trouver une réponse. Cela dépendait de l'homme aux cheveux blancs. Il espérait tout de même un minimum de coopération de sa part. Malheureusement, il ne pouvait pas du tout maîtriser la fin de cette histoire. Le reste des troupes n'allaient certainement pas accepter que l'opposant quitte l'Arche Grise comme un roi. Et l'Aburame ne pouvait absolument pas donner des ordres dans cette situation : il était considéré comme traître jusqu'à nouvel ordre.

La suite risquait d'être très captivante.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Lun 19 Fév 2018 - 1:28

-Obéissons... Répondait-elle simplement en haussant ses épaules.

De loin, sur son toit, la Nara guettait ce qui se passait assez perplexe, mais ce n’était pas son rôle de penser à ce moment-là, après tout, son grade séance tenante le lui rappelait avec les dernières paroles de la Metaru. Elle était le pion qui avançait d’une case sauf si l’occasion d’un combo spécial misant sur la règle pointait le bout de son nez. Soupirant, elle utilisait alors ses kunais éparpillés pour générer des clones et mains de l'ombre tour à tour par kunais bien placés, non pas pour lancer une quelconque offensive ou support, définitivement hors de son niveau, mais pour s’offrir de l’assistance envers les civils. Beaucoup de shinobis semblaient s’ennuyer à Kumo et l’arrivée du nukenin avait eu le don d’exciter les plus téméraires. S’ils voulaient mourir, c’était leur problème, parce que contrarié l'animal Metaru comme ça... Quatre Nara valant mieux qu’une, en restant sur le toit, Sayo faisait le guet le temps que ses clones évoluent dans les ruelles et places alentours pour obliger les civils et curieux trop idiots pour leur propre bien à s’éloigner.

Soit en les poussant gentiment, soit en fouettant leurs fesses à l’aide de ses invocations ombreuses, parce qu’elle n’avait pas envie de perdre son temps ou des prendre des risques en restant ici pour rien, et que plus vite la zone serait claire, plus vite ils seraient hors de tout dérapage. Bien sûr, tous ne l’entendaient pas de cette oreille, mais par chance avec un Nara, son Kagename met fin rapidement aux négociations. Un don pour obliger à suivre merveilleux parfois, surtout contre des civils, jamais très compliqué à mettre en place. Ainsi donc, en peu de temps, elle les forçait à reculer et pu enfin elle-même descendre pour accentuer le travail ne voyant plus l’intérêt de se tenir prête à un assaut, ils étaient dans le dôme non ?

-Qu’est-ce qui se passe ? On est attaqué ? En état d’alerte ?
-Mais non… C’est un nukenin qui est venu pour prendre le thé avec le Raikage, abrutis. Circulez !

La Nara n’était ni très patiente, ni avec un sens de l’humour poussé. Ses fouets de l’ombre retentissaient, ou plutôt leurs coups sifflaient dans le vent de temps en temps et quelques rebelles poussaient des cris de douleur en refusant d’obéir. Et ce n’était pas prêt de s’arrêter avant la levée de l’ordre, les quatre Nara s’exerçaient alors une fois plus ancrée dans le village à les forcer à rentrer dans les bâtiments, tout en condamnant la zone au mieux, du moins ses secteurs à elle, elle n’était pas la seule genin de ce village présente après tout non ?

-Journée de merde…

On ne te le faisait pas dire. Une pensée sur Shizen-sama la traversait alors… Et elle secouait la tête exaspérée par tout ce qu'elle avait vu et entendu.

-Oû est passée Asami ? Cette idiote n’est quand même pas restée là-bas ?

Elle levait un sourcil dans son tic de contrariété…

Spoiler:
 

_________________


— Objectifs atteints —

#Mettre une main aux fesses de Reiko #Embrasser Hisao  #Shikarai :X  #Asami :X #Taishi :x #Shuuhei :X #Itagami :X #Raizen :X

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1676-nara-sayo-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1949-nara-sayo-notebook http://www.ascentofshinobi.com/u112

Mar 20 Fév 2018 - 17:19
Rei continuait d’observer avec un certain agacement tout ce qui continuait de se mettre en place autour de lui. Kumogakure no Satô n’était-il pas le village caché parmi les trois dont la science et l’intelligence était soi-disant supérieure ? Ah ça ils étaient préparés, on ne pouvait pas le nier. Mais à force de vouloir trop chercher à être sur la défensive, c’était reclus qu’ils semblaient finis, obligés de se quereller entre eux lorsqu’un étranger les prenait au dépourvu. Et qu’est-ce qu’il avait dû faire, le balafré, pour obtenir une pareille audience.

S’il avait réellement décidé de passer à l’action, l’Homme au Chapeau ne ferait qu’une bouchée des cités militaires ninja. C’était une certitude.

« Me croire ? questionna-t-il en regardant le Nara. Regardez ce journal. »

Il avait déjà sorti de l’intérieur de son vêtement une édition assez bien conservée du Kunaï Emoussé, le premier et plus réputé papier du Grand Continent et de ses océans. Forcément à la page qu’il voulait montrer, celle d’un article détaillant justement les risques politiques de nommer Kumogakure no Satô comme capitale de tout le Pays de la Foudre. Un papier rédigé par un certain…

« Naredla Rei… Alderan et Rei, il ne s’est même pas donné la peine d’être plus discret. Cela répond en partie à votre question, Shizen. L’Homme au Chapeau a un réseau conséquent qui s’étend un peu partout. »

En plus d’être le shinobi le plus puissant de ce monde, en tout cas à la connaissance de ceux qui l’avaient côtoyé, l’Homme au Chapeau était au centre des pires manigances et des réseaux les plus vils. Il pouvait avoir mis son nez chez le plus infâme des mercenaires, tout en ayant eu une place auprès du plus respectable des Seigneurs de province.

« Il m’est impossible de vous dire les pouvoirs actuels qu’il a. Mais Nara Alderan et moi-même avons fait partie de ses quatre apprentis. Mais lorsque nous avons constaté quel genre de personne il était, nous avons fui. Les deux autres sont restés pour le protéger pendant qu’il s’entraînait d’une manière… que je ne saurai vous expliquer, quand bien même vous oseriez me croire. Mais tout ça pour dire que s’il passe à l’action, Nara Alderan et moi-même serons parmi ses premières cibles. »

Les différents otages se mirent en direction de l’extérieur du dôme. Dès qu’ils furent sortis, ils retrouvèrent soudainement le contrôle d’eux-mêmes. La plupart tombèrent à genoux, récupérant leur énergie. Rei, quant à lui, espérait conclure son marché.

« Mais il est impossible qu’il ne soit pas impliqué de près ou de loin à différents évènements, ni qu’il ne cherche à s’attaquer aux villages cachés. Je vous propose un marché : avoir un ennemi commun ne fait pas de nous des alliés, mais laissez-moi vous donner des détails sur les pays où il pourrait se trouver et envoyez des équipes si vous le jugez nécessaire. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 20 Fév 2018 - 19:39
L'homme au chapeau...

Un sobriquet ridicule... Tu étais restée en retrait lors de cette discussion, tu n'étais plus à même de la mener à bien. Au final, tu n'avais fait que prendre un rôle de contrôle, ta présence assurait que rien ne dégénère... Enfin. En théorie.

Plus tu entendais parler Rei plus tu ne pouvais t'empêcher de penser au ridicule de la situation... Franchement... Naredla Rei... Et dire que Shizen t'avait rapporté comme quoi ce Rei considérait Alderan comme une des personnes les plus intelligentes de ce monde... Avec ce genre de jugement, c'était presque si tu remettais en doute cette soit-disant force que possédait cet homme au chapeau.

Il n'était même pas foutu de vous dire quel était son nom, alors que d'après ses dires, celui-ci avait été un de ses élèves... Au fil de la discussion, on pouvait voir sur ton visage un air de perplexité s'afficher. Tu n'étais pas vraiment friande de la tournure mélodramatique que prenait les paroles de l'intrus... Franchement... Hormis son tour de passe-passe avec les otages, il semblait n'être juste qu'une grande gueule venant se carapater vers les villages dès que ça tournait mal pour lui.

Aviez-vous vraiment besoin d'un type pareil ?

Soupirant, tu laissais Shikarai et Shizen juger de cela... Après tout, depuis que Shikarai était apparu, tes tensions quant à la présence de Shizen avait nettement diminué. Celui-ci étant capable d'apporter un second point de vue et d'arrêter Shizen si celui-ci était controlé d'une quelconque manière... Mais bon... Cela ne semblait plus vraiment à l'ordre du jour après la libération des otages.

Franchement... Elles étaient où les belles revendications ? Voir, l'air un peu charismatique qu'avait prit Rei jusqu'ici. Cette histoire te déplaisait au plus haut point, mais tu n'étais pas vraiment à même d'y mettre un terme. Tu étais en quelque sorte en attente du jugement de tes compères, tandis que de ton coté tu ne faisais que médire mentalement ces criminels se pensant tout permit.

De ce que tu voyais et entendais au sujet de cet homme au chapeau, nul doute qu'il n'aurait fait qu'une bouché de ce duo de criminel.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

[Arcs n°3/4|Kumo] Terrifiant

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Arche Grise
Sauter vers: