Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

[Arcs n°3/4|Kumo] Terrifiant

Aller à la page : Précédent  1, 2

Mar 20 Fév 2018 - 20:40
Maintenant que les otages avaient été libérés, leur joie et celle de leur proche fit un tel bruit qu’il m’était impossible d’entendre un seul mot de ce que disait les gradés et leur interlocuteur dans le dôme. Forcé de voir que mon grade ne me permettrait pas de connaître l’identité ou les intentions de cet « homme au chapeau », je m’en allai avec un des otages libérés peu de temps avant. Je faisais ce qu’on me demandait, vraiment barbant ce grade, il sous-estimait clairement les genins. Je pouvais faire qu’une chose, escorter les blessés vers le centre du village.

Je ramenai ce blessé un autre genin pour qu’il l’amène plus loin à ma place pour pouvoir rester ici à observer ce qui se passait. Enormément de civil ne comprenait clairement pas ce que voulait dire le mot « danger ». Bordel fallait vraiment tout faire soi-même. Je montai alors sur le dôme afin d’attirer l’attention sur moi, ce que je détestais faire, mais là, j’étais bien obligé.

« Bon, pour tous les civils qui n’auraient pas bien compris ce qui est en train de se passer : vous êtes en danger ! Dégagez avant qu’un combat éclate dans ce dôme ! Pour tous les rebelles qui souhaiteraient encore rester là, je me ferais une joie de vous emmener moi-même par la force au centre du village ! Quant aux quelques genins qui n’auraient pas bien compris ce que vient de dire la Fukutaicho, sécuriser la zone ne veut pas dire rester là sans rien faire, vous devez vous aussi emmener les civils en lieu sûr et vous assurer que plus personne ne traine aux alentours ! »

En vérité, je n’étais pas tellement sûr de ce que voulait dire « sécuriser la zone » mais j’essayais de faire ce que je pouvais pour exécuter les ordres, c’était bien la première fois d’ailleurs, je m’améliorais clairement sur ce point. Je n’étais pas sûr non plus que mon message allez vraiment servir à quelque chose. Enfin en vérité, la vie de ces imbéciles suicidaires m’importait peu, le plus important était que, pour une fois, je n’avais pas défié l’autorité d’un supérieur, peut-être parce que le supérieur en question pouvait me réduire en miette en moins de deux minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2378-fujita-fumitaka-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u526

Mer 21 Fév 2018 - 4:35

Entre les accusations internes entre Kumojins, le sermon déplacé d’Asami et le caractère colérique de la chef de la police, Raizen ne put s’empêcher de soupirer. Après tout, dans ce genre de situation, c’était la seule chose qu’il pouvait réellement faire. Étant privés de toute participation ou intervention, les genin étaient reclus au rôle de soutien. En résumé, ils s’occupaient des civils qui ne servaient qu’à faire prospérer le village économiquement.

-Bon...

Alors qu’il parlait des civils, quelques otages furent soudainement libérés et terminèrent leur sortie du dôme en ayant les deux genoux au sol. Il était clair que ce sauvetage n’avait rien de très glorieux. En effet, ceux-ci étaient sortis, mais semblaient vidés de bien des choses. En plus d’avoir une absence pertinente d’énergie, on aurait dit qu’ils avaient vécu un traumatisme. En un sens, Raizen comprenait tout à fait la situation. Après tout, se faire manipuler à son insu était plus que désagréable. Rien qu’en pensant au fait de devenir le jouet de quelqu’un, un violent frisson parcourait la totalité de son corps. Connotant frayeur et frustration, ce phénomène était quelque chose dont il voulait à tout prix éviter.

-On ne s’y habitue jamais hein...

S’étant approché d’un rescapé, le jeune homme lui tendait la main afin de l’aider à se relever. Pour une fois, le kumojin avait décidé de mettre sa curiosité de côté. Bien qu’il s‘était rapproché du dôme pour aider ceux qui n’arrivaient plus à se mouvoir de leur propre moyen, Raizen se devait de résister. Après tout, il était important de ne pas se mettre à dos la plupart des hauts gradés du village. Sans quoi, il finirait par rencontrer de nombreux freins dans ses objectifs futurs. Bien qu’il n’avait peur de personne, il y avait une différence entre le fait d’être difficile à intimider et la stupidité. Par chance, il ne pouvait choisir qu’une seule des deux caractéristiques. La stupidité semblant déjà prise par l’individu qui hurlait des commandes, Raizen opta pour la première option.

Ainsi, le jeune Kumojin attrapa deux otages, les aidants à marcher vers d’autres Shinobi qui se chargeraient de les amener en sureté. Après tout, c’était la seule chose d’utile qu’il pouvait faire. C’était aussi la seule tâche suffisamment divertissante pour qu’il réfrène son désir d’entrer dans le dôme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mer 21 Fév 2018 - 13:01
Le plus important était que les otages soient libérés, maintenant que cela était fait... qu'est-ce-qui allait se passer ? Shôran se posait évidemment la question, fallait-il arrêter ou laisser partir ce Rei ? Fallait-il réellement conclure un marché avec cette personne là ? Il n'apprenait rien de plus sur l'Homme au Chapeau que de dire qu'il était revenue et puissant, il ne savait pas même les capacités actuelles qu'il avait. Toutefois, Kumo apprenait que Rei et Alderan ont été ses apprentis en plus de deux autres personnes. Mouais, Shôran se posait tout de même des questions, surtout que Reiko gardait le silence. Se sentait-elle mise à l'écart par rapport à l'intervention de l'Aburame ? Ce n'était pas ce membre du conseil qui allait l'interdire à prendre des initiatives, sûrement pas.

D'ailleurs, Shôran constatait aussi la présence de Shikarai. Toutefois, le moment actuel n'était pas le meilleur pour des retrouvailles. Le Buntaï observait avec insistance l'individu qui venait de leur proposer un marché : leur donner des emplacements de pays où pourrait se trouver cet homme... mais en l'échange de quoi ?

« Ces informations en échange de quoi ? »

Demanda-t-il alors, il fallait bien que quelqu'un prenne la parole parmi Kumo de toute façon. Shôran ne s'arrêtait pas là pour autant.

« Comment savoir s'il ne s'agit pas d'un piège ? »

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Mer 21 Fév 2018 - 17:18
Suite à la réponse de la Nara, elle se laissa tomber du toit où elle s’était trouvée, laissant la jeune femme faire son travail grâce au Kagemane. Pour sa part, elle n’aurait d’autres choix que de se rapprocher des civils. Elle ne pouvait pas non plus se rendre particulièrement loin, ses marionnettes abandonnées derrière le bâtiment auprès duquel elle se trouvait un peu plus tôt. Quoique, peut-être cela l’aiderait-il à ce que ces derniers l’écoutent avec attention. Des fils de chakra vinrent donc la lier aux marionnettes, les animant soudainement, ces derniers semblant désormais prendre vie. À leur côté, elle les fit s’approcher de la foule qu’elle tentait de rassurer tout en éloignant du dôme et tout ce qu’il s’y passait. Nul ne pouvait savoir ce qu’il se déroulait à l’intérieur, or, avec la vision qu’ils avaient eu un peu plus tôt de la puissance de ce dernier, ce n’était pas une mauvaise chose de tous les éloigner, ne serait-ce que par précaution.

Les otages libérés, elle observa ceux s’en chargeant. Un peu sceptique quant à la manière de faire d’un jeune homme qui semblait vouloir attirer l’attention sur lui, elle remarqua aussi que Raizen avait fini par se calmer et décider de faire autre chose que peut-être se faire tuer. Comme quoi il était peut-être moins stupide qu’il lui semblait. À proximité, elle alla donner un coup de main. Osoroshi, son armure qu’elle n’habitait pas à l’heure actuelle, à défaut d’en avoir réellement besoin, se pencha pour attraper l’une des victimes qui semblait avoir été le plus ébranler et qui peinait à se remettre sur pied. Il était utile d’avoir une marionnette de plus de deux mètres à l’allure un minimum humanoïde.

- Ne vous inquiétez pas. Il serait juste plus prudent de vous éloigner de l’endroit.

Un rapide coup d’oeil permis à la Tadaoki de s’assurer que tous les otages qu’elle avait vu intégré le dôme en étaient sortis. C’était déjà une bonne chose. Peut-être bien que la discussion était peut-être moins houleuse qu’elle l’aurait cru aux premiers abords. Collaboraient-ils ? Seule l’avenir pourrait le dire. Pour l’instant, une fois les otages éloignés et mis en sécurité, elle s’était éloignée du dôme, ne voyant pas l’intérêt de se trouver si près d’une menace peut-être bien imminente. Elle se retrouva donc aux côtés de la Nara, s’arrêtant une fois à proximité, encadrée par la grande marionnette de deux mètres et Kuchiki aux allures assez glauques.

- T’as vu ? J’ai fait mon rôle de gentille kunoichi.

Elle avait prononcé ces quelques mots doucement, discrètement, d’un ton assez bas pour que seule la jeune demoiselle l’entende, avec une fierté feinte dans sa voix tandis que son regard glissait tout autour d’eux. Les civils étaient normalement tous en sécurité, les otages avaient été mis hors de danger.

Mais pour combien de temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mer 21 Fév 2018 - 22:19
Quelques lettres sur du papier. C'est donc ce que l'homme présentait aux Kumojins afin de gagner un semblant de confiance ? Cela n'allait pas être facile avec l'ambiance qui régnait déjà. Malgré cette maigre preuve et les probabilités d'embuscades énormes, l'Aburame était tenté de suivre les pistes que Rei pouvait proposer. Néanmoins, il devait sérieusement mettre en retrait sa fascination pour cet homme au chapeau. L'Ombre de la Foudre n'était plus présente, le bras droit non plus. Tout comme une escouade importante qui comportait le membre du conseil Akahoshi Hisao qui faisait parti de sa garde personnelle. La prisonnière du Soshikidan logeait encore au sein des Nuages et un plan qui visait à diviser les forces Kumojines afin de la récupérer n'était pas à exclure. Un soupire se fit entendre de la part du Jônin. Qu'est-ce que cette situation était chiante ... D'un côté, l'envie de s'aventurer vers de nouvelles contrées afin de trouver une réponse sur le maître de Rei. D'un autre, l'appel à la raison. La décision aurait été évidente il y a quelques mois. Mais l'occasion était tellement grande ... Même si elle se soldait par un échec, le simple fait d'essayer lui plaisait déjà.

Quoi qu'il en soit, il fallait donner une réponse au colosse. Le directeur de l'institut pouvait se satisfaire de voir l'ensemble des otages libérés, mais restait étonné de l'absence de réponse de la part de Reiko concernant cet ennemi commun. Si elle avait du très mal prendre son initiative - ce qui était légitime - une réponse aurait été la bienvenue.
Le simple fait d'envoyer des équipes afin d'enquêter sur des lieux où il pourrait se trouver n'est clairement pas bénéfique pour notre village. Je suis sûr que vous comprenez pourquoi. D'autant plus que le preneur d'otages n'avait pas convaincu l'ensemble des hommes présents. Communiquez donc les lieux. Si nous jugeons nécessaires l'envoi d'équipes comme vous pouvez le dire ... Dit-il en se redressant lentement ... J'irais moi-même enquêter. Seul ou en équipe, les détails étaient réservés aux membres actuels du conseil. Qu'en pensez-vous ? Le regard de l'homme masqué ciblait la Metaru, ainsi que le Nara : autrement dit les deux plus hauts Kumojins encore présent. Bien évidemment, il anticipait déjà les probables endroits. Du moment que cela restait proche de Kaminari no Kuni, le déplacement était envisageable.

Cette réponse affirmait encore une chose : l'Aburame avait une confiance aveugle avec l'opposant. Cette image véhiculée était-elle volontaire ... ?


Spoiler:
 

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Ven 23 Fév 2018 - 0:59
Sans détour, il me regarda tout en réagissant à mes propos. Il sortait calmement un journal, et argumenta en se basant sur cela. Ainsi donc, l’homme au chapeau évoqué dans le rapport de l’Aburame, était en train de se payer la tête de Nara Alderan et de… lui ? Qui vraisemblablement était ce même homme vu par Shizen au sommet. Si la première partie du nom faisait référence à Alderan, la seconde devait évoquer l’homme devant nous. Le plus troublant, c’est que l’article en question parlait justement de Kumo. Et pas sur n’importe quel sujet, non, c’était celui-là même que nous avions traité avant le départ de du Raikage et d’une délégation pour Iwa. Cet article, je l’avais lu, mais comme souvent, sans vraiment faire attention à son auteur, même si le sujet nous concernait. Dans tous les cas les propos énoncés dans l’article prenaient un tout d’autre sens, bien plus inquiétant.

Je ne jugeais pas les gens, sans pour autant pardonner, j’étais capable d’envisager le pourquoi qui avait amené certains hommes à commettre certains faits. Tel était mon crédo depuis toujours, celui de mon père. Bien sûr, il y avait des exceptions, pour lesquels j’avais la même pensée, mais à l’encontre de qui ma réaction serait bien différente. Nara Alderan était dans la seconde catégorie. Je comprenais, mais je ne pouvais lui pardonner, je savais très bien que ce n’était pas pragmatique, mais je ne pouvais oublier le gâchis et le trouble causé pour arriver à ses fins. Il avait salis le nom de ma famille, celui que portait Shikarin mon frère, Sayo ma cousine… Il s’était servi de Kahei… Tuant de parfait innocents. Je ne pouvais pas pardonner à cet homme. Il ne valait pas mieux que les personnes qu’il avait décidé de renverser. Face à moi, cet autre homme plutôt jeune aux cheveux blancs… Je ne savais pas quoi penser de lui. Rien ne prouvait factuellement qu’il fût un membre du Soshikidan, d’après les rapports parlant de son apparition après le sommet, si c’était bien lui en tout cas. Pouvaient-ont vraiment lui faire confiance ? Sans adhérer aux pratiques d’Alderan, les faits connus commis par ce dernier étaient tous impardonnable, mais avait une certaine logique. Dans le cas où ce Rei, si c’est bien comme cela qu’il s’appelle, aurait eu une idée autre derrière la tête en venant ici, pourquoi aurait-il pris le temps de faire tout ce cinéma ?

S’il était capable de contrôler des foules comme il venait de le faire avec les otages… N’aurait-il pas simplement pu faire de même avec nous, et raser Kumo de carte ? Vu l’aura qu’il dégageait, cela ne m’aurait pas étonné qu’il en soit capable, ou au minimum de causer des dégâts majeurs. Cela ne prouvait en rien la véracité de ses propos, mais ça fermait déjà quelques portes…. Il fallait que je continue ma réflexion. Shôran s’exprima alors, comblant le blanc laissé suite aux discours du blanc. L’Aburame enchaîna pour compléter son propos. Alors qu’il le finissait, il tourna d’ailleurs son regard vers la Metaru et moi-même… Je suppose que le silence de la Metaru signifiait que c’était à moi…

Hum. Cela va sans doute vous ennuyer, et je m’en excuse par avance, je suis quelqu’un d’ennuyant, mais je vais vous poser quelques questions, Rei. C’est bien ainsi que vous vous appelez n’est-ce pas ? L’interrogeais-je en arquant un sourcil. Car « Ier » ne me semble pas vraiment cohérent… Mais un peu importe.

Je profitais de cette courte pause dans ma prise de parole pour détendre un peu ma nuque, et prendre mon bâton de réglisse à la bouche. Ce n’était sommes toute pas le moment, mais après tout je n’en avais pas grand-chose à faire.

Admettons, que nous vous croyions. Le bénéfice pour nous est de savoir où se trouvera un potentiel ennemi. Quel est-il pour vous ? C’est par altruisme que vous êtes venu ici pour nous dire tout ça ? Ou bien vous en tirez un intérêt ? Dans un marché, c’est un principe utile que de savoir quels bénéfices sont obtenus dans chaque camp, cela permet de jauger l’équilibre du dit marché… Le fait que l’article que cet homme a signé parle de Kumo n’est pas dû au hasard, je suppose ?

Je le regardais droit dans ses yeux bleus glace, des miens céladons. J’essayais de le jauger à ma façon. C’était un avis très subjectif mais je me demandais vraiment quel genre de shinobi pouvait être ce type.

Cela étant, admettre des choses, c’est bien, mais ça ne les rend pas réels. Avant que vous ne répondiez,vu que vous avez l’air enclin à nous convaincre… Vous ne verriez pas d’inconvénient à ce que mon clone vous sonde pour s’en assurer ? Je ne suis pas idiot, je pense que vous êtes largement capable de nous tenir tête à tous… Quant à ce simple clone, vous pourrez largement vous en défaire si vous jugez ses intentions mauvaises. Mais vous comme moi savons que ça n’est pas dans l’intérêt des deux parties. Et puis après tout… Votre demande n’implique pas forcément une immense confiance, cependant si un peu plus de certitudes il y a… Nous serons plus serein à ce sujet... Et peut-être à même de progresser bien mieux.

Le clone fit un pas vers Rei, attendant de vraiment connaitre sa réponse pour agir. Si celui-ci accepte, le clone s’avancera et utilisera l’ombre des vérités sur lui pour le reste de ses réponses.

Résumé du tour:
 


_________________

ߦ Team Rakkan 雷雲 #40826d ߦ
thème de Shikarai

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t345-fini-nara-shikarai http://www.ascentofshinobi.com/u279

Jeu 1 Mar 2018 - 17:06
Il y en avait toujours qui doutaient. Mais comment pourrait-il témoigner de l’incompréhension à l’égard de ces derniers ? S’il jugeait toujours leur fonctionnement interne et externe comme extrêmement agressif et idiot, il y avait des pistes sur lesquelles Rei et les Kumojins pouvaient s’entendre. La collaboration était néanmoins encore lointaine. Il faudrait y aller de manière minutieuse dans le fil de la conversation, et si Rei avait plutôt bien manœuvré, il n’avait pas l’intellect de son ancien compère Nara Alderan. D’ailleurs, sans réellement savoir pourquoi, il repensa à lui, et se demanda comment la situation se passait pour lui à Iwagakure no Satô.

« Je n’ai jamais caché que ce serait sans danger, ou que sur le court terme vous n’auriez rien à y gagner. Néanmoins, je vous donne ces informations dans le seul espoir que nous soyons plus à traquer un ennemi commun. Si vous transmettre cette liste me permet d’éviter que mon ancien mentor me colle au cul en permanence, ça me va. »

Il se tourna ensuite vers le Nara. Shikarai de son prénom, sans doute le plus inquiet sur la situation, ou en tout cas le plus préventif. Cela pouvait être une qualité exemplaire pour une telle organisation, un tel village. Mais il ne fallait pas trop en faire, sinon cela pouvait devenir dangereux. Qu’ils se satisfassent de ce qu’ils avaient, ainsi pensa Rei.

« Je n’ai aucune autre preuve à vous apporter. Rien ne vous oblige à y aller, ni même à m’accompagner. Mais seul, je ne pourrai pas couvrir tous ces lieux. J’espère pouvoir compter sur certains de vos hommes voire unités sur les villes de cette liste. Et si vous le souhaitez, je suis même prêt à laisser l’un de vous m’accompagner là où j’irai. A vous de voir. »

Une chose était sûre : Rei irait sur l’un des lieux de cette liste. Seul, accompagné d’un ou de plusieurs Kumojins, il s’y rendrait. L’Homme au Chapeau devait être arrêté.

Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Arcs n°3/4|Kumo] Terrifiant

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Arche Grise
Sauter vers: