Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

"Je suis toi."


Mar 13 Fév 2018 - 4:12

"JE SUIS TOI"



"Dois-je te dire la différence entre toi et moi ? le niveau. Il est comme l'histoire du singe essayant de capturer la lune. Peu importe la façon dont il se bat, il est juste le reflet de la lune sur l'eau qu'il voit. Donc, il s'enfonce seulement dans l'eau. au fil du temps, il coule."


An 195, début d’après-midi, Domaine Hyûga (Grande cour)

Monotonie. C’est le mot qui définissait le mieux cet endroit. C’en était devenu presque devenu plaisant. Les entraînements des Hyûga s’enchainaient au rythme de la course du soleil, c’est-à-dire lentement mais sûrement.

Le jeune Takumi avait aujourd’hui quatorze printemps à son actif. En position assise depuis la porte ouverte de chez lui qui menait sur l’étendue servant de terrain d’entraînement luxueux au clan, il scrutait les mouvements d’un petit groupe dont il reçut la charge par le biais de son père. Quelques gamins de la Bunke dont personne ne voulait entendre parler. Était-ce car ils venaient de la branche secondaire ou bien car ils n’avaient visiblement aucun talent en matière de combat. Ils avaient le même âge que leur examinateur. Il restait impassible jusqu'à ce que trop d’erreurs ne furent vues pour pouvoir encore passer pour de la maladresse. Fronçant un tantinet les sourcils, il décida de se lever et d’aller leur apprendre comment ils devaient s’y prendre. Non pas par soucis de sa fonction mais par pur altruisme. Si ils restaient aussi incompétents, il était évident que ces rejetons allaient mener une vie peu encline à la joie et autres joyaux de la vie humaine.


Takumi. Viens avec moi.de manière autoritaire.

En se retournant, ses longs cheveux noirs qui caractérisaient tant son clan firent volte-face avant de reprendre leur place initiale. La figure paternel se tenait devant lui, les bras le long du coup. Fixant son fils de ses yeux ternes et sans émotion, un signe de la tête fut suffisant pour lui faire comprendre qu’il fallait qu’il le suivre. Retournant ainsi à l’intérieur de leur manoir, les deux hommes se retrouvaient alors en privé. La demeure était sans vie, comme à son habitude. Les servants n’étaient pas présents, ils étaient donc seuls. Ils se regardaient dans les yeux, toujours sans aucune émotion. Son père était curieux.

Pourquoi t’es-tu levé ?

Ce n’est pas mon devoir en tant qu’instructeur de leur apprendre à se battre ?

C’est bien ton devoir, alors tâche de t’en tenir à cela. Ne daigne pas les aider. Leur faiblesse est évidente et à pointer du doigt. Ce sont des cas perdus, contentes toi de faire ce qu’on te demande donc. Au passage…


Il sortit une feuille de son kimono et la plaça sur la table.

Le village a débuté des rénovations et est en passe de devenir une cité militaire. Les Hyûga seront plus sollicités que jamais et c’est pourquoi tu te dois de connaître la nature de ton chakra car nos enseignements ne suffiront peut-être pas à nous démarquer des autres clans. Evidemment, tu sais comment te servir de cette feuille.”

L’adolescent approcha de la feuille lentement puis la saisit. Il fixait l’objet tandis que l’autre l’observe calmement. En concentrant du chakra à l'extrémité de ses doigts, il fit ce que son père voulait de lui. La feuille se scinda en deux autres distinctes.

Ce sera donc du Futon.

Sur ces mots, il retournait dans la cour en fermant la porte coulissante derrière lui, laissant son enfant seul. Il n’y avait aucun bruit. Son regard était porté sur les deux feuilles nouvellement formées. Une traînée noire discrète se dégageait de la partie coupée de chacune des deux. Usant de son byakugan, il constata alors que c’était son propre chakra. Ce dernier dansait, semblait se déhancher et avait quelque chose spécial. Le chakra n’avait pas cette couleur à la base. Ce serait alors la couleur du chakra de type Futon ? Il ne le savait mais voulait être sûr. La traînée avait laissé place à des stries pour finalement disparaître avec volupté. Il posa alors la main sur la porte.

Salut!hehehed'une voix toute excitée.

Surpris, il se retourna mais personne ne se trouvait derrière lui. Personne.

Que cherches-tu ? kuh-kuh-kuh

... Où es-tu ?en se méfiant.

Quelque part.. kuh-kuh-kuh


La voix semblait proche, très proche. C’était comme si une seconde personne se tenait juste devant lui sauf qu’il était bel et bien seul dans le grand salon.

Kuh-kuh-kuh…se moquant.

Qui es-tu ?

Moi ? Kuh-kuh-kuh… Je suis toi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Jeu 22 Fév 2018 - 6:56

"JE SUIS TOI"



"Dois-je te dire la différence entre toi et moi ? le niveau. Il est comme l'histoire du singe essayant de capturer la lune. Peu importe la façon dont il se bat, il est juste le reflet de la lune sur l'eau qu'il voit. Donc, il s'enfonce seulement dans l'eau. au fil du temps, il coule."


Tard dans la nuit, Domaine Hyûga (Manoir Familial)

Ayant oublié les paroles qu’il avait entendu en début de journée, il s’effondrait de fatigue sur son lit, imitant ainsi l’asthénie que certains affiliés au clan Hyûga pouvaient réellement vivre. Sa vision semblait laisser place à une pâle imitation de la réalité, une de celles n’étant sans fonction scintillante, qui révélaient ces chimères s’invitant au cœur de ce nuevo mundo d’une toute autre conception de ses pensées.

Il prenait place dans un lieu somme toute classique, pour un rêve. Une cascade était présente, faisant couler l’eau couleur émeraude vers le haut. Mirifique merveille s’établissant au milieu d’un désert infini. Il se tenait là, proche de la cascade de jade, la contemplant. Elle allait à contre-sens, et ce, au milieu de cet abîme désertique. Le ciel gris adoptait peu à peu la pigmentation aquatique, au fur et à mesure que le temps avançait. Il souriait, un peu harassé tout de même par la vide de sens mais non moins élégante coquecigrue s’offrant à lui. Les sons que produisait la cascade, syncopée par son rythme obnubilant, arrivait à lui faire croire que le désert était remplacé par une immense forêt luxuriante, forte en vie. Mais ce, uniquement quand il fermait ses yeux, se privant d’un sens.

Avant qu’il ne s’en rende vraiment compte, un peu distrait par le bruit de l’eau, le spectacle était mis en suspens. La flotte tenait magistralement en place, du sol jusqu'au ciel. Saisissant, pour l’être, oui ça l’était. Le vert marin laissait bientôt place à une boue sombre. Elle reprenait la route inachevée de son prédécesseur, remplissant ainsi le ciel bicolore d’un noir profond. Quel curieux numéro avait lieu devant lui. Une fois le ciel étant entièrement recouvert par les ténèbres, la cascade vidée et son berceau laissaient eux aussi place au désert. L’abandonnant ainsi, seul, abordant le mitan des événements non sans une once d’espionnite dans son comportement. Une acrimonieuse sensation l’envahissait, la même que lorsqu'il pensait devenir fou plus tôt dans la journée, se retournant alors.


Je sens que nous allons très bien nous entendre… Takumi-sama...kuhkuhkuh d’un air malicieux.

Les paroles résonnaient, ce qui étrangement n’était pas sensé arrivé en plein désert. Personne en vue. Des bruits de bas derrière lui, l’emplacement de l’ancienne cascade avait vu naître une créature des plus stupéfiantes. Au premiers abords, étant sa parfaite copie, ce qui ressemblait, à s’y méprendre, à des flammes sombres semblaient se nourrir de ce clone. Elles suivaient parfaitement les déplacements de son corps. Laissé pantois devant telle scène, il n’eut que dire.


Un problème, Takumi-sama ? avant de laisser non timidement s’échapper un rire excessivement sardonique.

Tentant tout de même de garder un air impassible propre à ses racines, il fixait la silhouette recouverte du feu ténébreux.


T’es qui ?

Tu me demandes qui je suis ? kuhkuhkuh

Exact, c’est ce que je viens de demander.

… Dis moi, en quelle année sommes-nous ?


Marquant un silence pesant, il reprenait alors le conversation.

Pourquoi ? Et tu n’as toujours pas rep- fronçant les sourcils avant d’être interrompu

Répond juste à ma question petite merde. passant de la voix de Takumi à quelque chose de bien plus grave.

Les paroles de la silhouette excitaient les flammes qui l’accompagnaient. La gravité imposée dans l’esprit du jeune homme semblait avoir été décuplée. Ce dernier, à présent plaqué au sol et commençant à être compressé, ne comprenait rien à la situation. Certaines flammes danseuses s’étaient détaché du corps inconnu afin d’atteindre le corps de l’innocent jeune homme. Elles l’enveloppaient peu à peu et à mesure qu’elles avançaient, l’angoisse le gagnait. Ne laissant bientôt plus qu’une partie de son visage à découvert, elles se stoppèrent puis le rire de la silhouette se mit à retentir dans (et depuis) le monde entier avant de s’arrêter, à bout de souffle semblerait-elle. Elle se plaça près de sa victime puis s’accroupit, de sorte à pouvoir la regarder dans les yeux.


Ouhhlalala kukuku... j’ai affaire à un froussard apparemment. avant de lui lécher la partie de visage découverte, la recouvrant ainsi de flammes sombres.

Le noir complet l’avait envahit. Oppressé au plus profond de son être, il se sentait terriblement seul, abandonné mais dans le même temps, accompagné par quelque chose de délétère. Il ne pouvait plus respirer. Par contrainte ? Par peur ? Son corps entier était figé, comme sous l’emprise d’un grand serpent. Le désespoir. Oui, le désespoir. C’est ce que lui inspirait tout cela.

Il rouvrit les yeux, à présent dans son lit, au milieu de la nuit. À bout de souffle et complètement en sueur, il tremblait. Tentant désespérément de reprendre ses esprits, sa respiration le montrait affolé. Son regard aux yeux ternes l’affichait étant terrifié. La main placé sur son une moitié de visage, cachant un de ses byakugans, il se repassait la scène en boucle. Les sensations n’étaient que trop réelles. Ce qu’elles laissaient derrière aussi.

Réussissant finalement à se calmer au bout d’une dizaine de minutes, il se convainquit que tout cela n’était qu’un rêve, une hallucination, un délire. Soupirant un coup, il se recouchait, exténué.

(Intérieurement)
Pas de chance, c’était réel.. kukuku… d’une voix malsaine.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

"Je suis toi."

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: