Partagez | 

L'Annonciateur - PV Daïki


Mar 13 Fév 2018 - 22:21


C'est Akinori qui était venu le voir dans son bureau avec la nouvelle, en sueur, il venait d'enjamber à la course l'escarpement qui reliait les hauts plateaux au reste du village, sans prendre son souffle. Un exploit pour un gringalet tel que lui. " Il…ouff..Il est ré..réveillé! " Akimoto n'y croyait presque pas. Après six mois, enfin, l'Annonciateur retrouvait ses esprits. Il le savait bien, encore une fois, Muramasa l'avait impressionné. S'il y avait bien quelqu'un au village capable d'accomplir ce que les autres avaient été incapables de faire, c'était bien lui. Sourire aux lèvres, le Borukan avait enfilé son manteau touffu et s'était éclipsé.

Les médecins avaient terminé leur travail il y a quelques heures, l'heure était tardive, mais le Nidaime n'avait aucune seconde à perdre. Daïki leur avait échappé plus d'une fois par le passé, et il ne comptait pas lui laisser la chance de le faire de nouveau. À l'exception des trois médecins présents, de la jeune Etsuko, de l'infirmière, et quelques hommes de main du Yamagenzo présent pour le surveiller, personne n'était au courant de se réveille. Et le rouquin comptait bien que la nouvelle reste secrète. Avec Kumo qui arriverait bientôt au village, ce 'patient' devait demeurer son secret de polichinelle.

La chambre était bien gardée, l'étage avait été vidé, à l'exception de son infirmière et des gardes de sa chambre, des Tengus masqués. Akimoto se tenu dans l'ouverture de la porte quelques instants avant d'entrer dans la petite chambre. D'un geste, il congédia les gardes et l'infirmière. Cette discussion, personne d'autre que lui ne t'entendrait. Daïki avait des informations à révéler et il comptait bien les obtenir. À son poignet, le patient et prisonnier portait le bracelet que portaient tous les prisonniers d'Iwa, pour les empêcher de malaxer leur chakra. Cette précaution, et la force seule du Borukan, devraient suffire pour l'arrêter s'il tentait quoi que ce soit.

" Daiki…Daiki…Daiki…On se rencontre enfin. " dit-il en sortant de l'ombre pour s'approcher du patient dans son lit. Ainsi allongé, vulnérable, il était loin d'être menaçant, contrairement au Nidaime qui se tenait bien droit, son regard sérieux et sévère qui le scrutait. " Tu dois être déstabilisé. Six mois dans le coma l'air de rien…C'est tout un numéro que tu nous as fait à Shîto. D'abord prévenir mes hommes que tu doutais des plans de ton chef, Nara Alderan, puis l'aider à assassiner le Daimyo… " Il fit une pause, le temps qu'il digère l'information, mais ne lui laissa pas le temps de prendre la parole. " Il t'a abandonné sur place…Et tu sais le meilleur? Il s'est proclamé Daimyo du Pays du Feu, ses hommes ont pris le contrôle du pays tout entier. Il a saboté les négociations de paix entre les trois villages cachés, assassiné deux Kage, et de multiples innocents à Testu et à Iwa, manipulé les hommes de Kiri... Pour un homme qui voulait la paix…Les intentions de Nara Alderan me paraissent bien floues. "

Il marqua une nouvelle pause. Il voulait lire le désespoir dans les yeux de l'homme. Le savourer. " Ah d'ailleurs…Il a tenté de te faire assassiner, en envoyant ses hommes de main dans l'enceinte du village, dans cet hôpital. Heureusement, mes hommes étaient là pour te sauver la vie. Alors…Quelque chose à dire? "

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Mer 14 Fév 2018 - 17:39
Il avait encore mal. Ses plaies n’étaient pas encore totalement rétablies, mais il ne pouvait que se satisfaire de sa situation, lui qui sortait d’un coma de plusieurs mois. On lui avait brièvement expliqué la situation, plusieurs fois d’ailleurs, et il avait déduit certaines autres choses. Iwagakure no Satô, l’un des trois villages cachés qu’il avait tant haïs, l’avait sauvé. Cette même cité qu’il avait attaquée, en lieutenant du Soshikidan, à l’aube même de la nomination de leur Triumvirat.

Mais quelques heures plus tard, c’était bien le Tsuchikage qui se présentait à lui. Lorsqu’il entra, Araho Daiki – qui s’efforçait de se souvenir de son véritable nom – reconnut celui sur qui on lui avait présenté une fiche lorsqu’il était au Soshikidan. Borukan Akimoto était donc devenu le chef de la Roche. Hormis son expérience et sa maîtrise du Yôton, il n’y avait pas grand-chose que le patient de l’hôpital pouvait se rappeler concernant son interlocuteur.

Pas question de Ninjutsu ou de lave pour blesser encore davantage Daiki. Les mots du Kage, durs mais terriblement vrais de par leur nature, eurent davantage de points communs avec des poignards qu’avec des piqûres de rappel. Mais quelque-part, le concerné était satisfait de pouvoir être sûr de tout ce dont il croyait se souvenir. Se réveiller d’une pareille absence était loin d’être quelque-chose de facile, surtout pour ses croyances et ses convictions.

« J’ai réellement cru… à ce moment-là, avoir définitivement tourné la page. Mais l’emprise de Nara Alderan était trop grande pour que je jette toutes ces années au service de notre cause. »

Il regarda ses mains, et ne manqua pas de remarquer à nouveau ce bracelet qui semblait bloquer son chakra. C’était assez ironique puisque dans son état, il ne savait même pas s’il aurait pu le malaxer parfaitement.

Tout ce que le Tsuchikage raconta aurait pu être faux. Mais il n’y avait rien de surprenant pour celui qui avait été l’élève privilégié d’Alderan. D’ailleurs, il ne pouvait que terriblement se rappeler pourquoi il l’avait été. L’unique but de son senseï n’avait-il toujours été que l’apprivoisement ?

« Ce que je peux vous dire ? J’ai tué mon père, et pensé comme un idiot que le plus grand manipulateur de ce monde pouvait faire une exception. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 14 Fév 2018 - 18:40


Borukan Akimoto voyait bien la détresse dans les yeux de son interlocuteur. Daïki, celui qui s'était fait annonciateur des maux d'Iwa, fervent défenseur des paroles de son maître et de ses idéaux, n'avait plus rien d'intimident aujourd'hui. Il n'était que l'ombre de ce qu'il avait été autrefois.

Sans plaisir, le Nidaime se faisait inquisiteur. Cet homme, aussi terribles eussent été ses actions, était maintenant une pièce maîtresse pour le village caché de la roche. Tout ce qu'il connaissait sur son organisation, sur ses alliés, sur son maître...Le Raikage serait bientôt au village et Akimoto savait que l'une des priorités de son homologue était la destruction de cette maudite organisation. S'il pouvait extraire une quelconque information de la part de l'assimilateur, cela pourrait jouer en sa faveur lors des négociations avec la Foudre.

Daïki avait le profile d'une victime, comme le rouquin avait pu en voir des centaines lors de son service en tant que Taisho pour le Yamagenzo. Il s'était senti libéré du Nara, mais uniquement pour se retrouver attiré de nouveau par lui et ses belles paroles. S'il voulait s'assurer de la loyauté et de la confiance de Daïki, Akimoto devait trouver un moyen de rompre définitivement ce lien. Sinon, à la première occasion ou à la première rencontre avec son ancien mentor, il abandonnerait tout pour le rejoindre de nouveau. "Votre cause..." dit-il plongeant son regard inquisiteur une nouvelle fois dans ceux du patient. "...plutôt les caprices d'une bande d'enfants malaimés." Le colosse laissa échapper un rictus. "Nara Alderan a perverti une cause noble et juste, celle de libérer un pays en proie avec un tyran. Plutôt, il a aliéné l'esprit de tout un peuple pour transformer sa cause en une nouvelle tyrannie, en un massacre. Il n'y a rien de noble dans tout ça. Il a joué les despotes pour prendre le pouvoir lui-même. Et pour quoi? Mettre fin à la guerre qui ronge son pays? Non, pour en causer une deuxième! Lui qui voulait en terminer avec le chaos de son monde et les souffrances du monde shinobi n'a fait que les amplifier. Lui qui voulait qu'on en termine avec les morts de nos frères et soeurs, de nos amis, de nos...fils...N'a fait que causer plus de perte." Akahiko...Le Borukan n'oubliait jamais la mort de son fils ainé des mains du Nara.

Akimoto s'arrêta alors nettement dans son discours, visiblement surpris par les derniers mots qu'avait prononcé Daïki. "Ton père?" dit-il plutôt perplexe. Qu'entendait-il par là? Était-ce les désillusions d'un homme sortant tout droit du coma? Ou bien parlait-il de l'homme retrouvé gisant dans une marre de son propre sang à ses côtés, Araho Masao, le Seigneur du Pays du Feu? Pourtant...le seigneur n'avait-il pas qu'un seul fils? Un fils avec qui Akimoto avait combattu lors de l'attaque sur Shîto et qui était mort à ses côtés. "Tu es le fils du seigneur Araho?" Il devait savoir s'il disait bel et bien la vérité. En se concentrant, Akimoto porta son attention vers le chakra et la respiration de son homologue, à la recherche de la moindre anomalie dans sa réponse.

Si c'était effectivement le cas, cela changeait toute la donne.

HRP:
 

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Mer 14 Fév 2018 - 18:59
« J’ai mené la première attaque sur votre village et fait partie de l’élite du Soshikidan, Tsuchikage. Je suis loin d’être un novice, je sens votre chakra affluer. Vous pouvez tout exiger de moi, mais n’employez pas la torture ou les menaces, je n’ai actuellement plus la moindre raison de vivre. »

Criminel et prisonnier de guerre, placé dans l’hôpital d’un village militaire. Tout ceci l’avait amené à être étroitement surveillé depuis son réveil. Et c’était la seule raison pour laquelle Daiki n’avait pas tente de mettre fin à ses jours : il savait que n’importe laquelle de ses tentatives serait immédiatement avortée. C’était pourquoi, tandis qu’il sentait le Kage d’Iwa utiliser son chakra, il l’avait averti.

Le portrait que le Borukan faisait de Nara Alderan était à la fois vrai et faux. C’était d’ailleurs ce qui faisait toute la complexité, parfois la fascination, de ce personnage. Et dire qu’aujourd’hui il était le Seigneur du Pays du Feu, mais était-il vraiment en train de gâcher toute cette chance ?

« Le Seigneur Araho a eu une relation avec une paysanne de votre pays. Je ne pense pas avoir besoin de vous faire savoir si un Seigneur féodal peut rester en place après avoir commis l’adultère, qui plus est avec un pays étranger. Il m’a fait déshériter puis traquer. C’est Nara Alderan, son second à l’époque, qui assassina ma femme. Il était tenté me tuer aussi, mais il m’éleva. »

Il se tut un instant.

« Je ne sais pas s’il comptait sur moi pour prendre la succession de Hi no Kuni le jour venu ou s’il avait toujours craint de devoir me tuer à mon tour. Mais ce qui est certain, c’est une fois que je l’ai trahi et parlé à vos hommes à Shîto, il ne pouvait prendre de risque. Sur ça, je le comprends. Après que j’ai tué mon père, et que j’eus tout compris, il m’a poignardé et si d’autres shinobis n’étaient pas arrivés, j’imagine que je serais mort à l’heure qu’il est… »

Il rajouta fébrilement un mot.

« … dommage. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'Annonciateur - PV Daïki

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: