Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Remettre les pendules à l'heure


Mar 20 Fév 2018 - 22:36
J’avais finalement changé d’avis. Avec le recul, j’avais changé d’avis. Il faut dire qu’il m’avait bien énervé sur le moment et que j’avais eu des réactions et pensées à chaud. Mais l’odeur et l’étreinte de Nora m’avait fait tout oublier. Puis j’avais demandé au Tsuchikage de m’accorder une permission pour me retrouver dans les geôles d’Iwa pour pouvoir échanger avec lui. Mon fameux cousin. Celui qui, jusqu’à présent trouvait grâce à mes yeux. Mais ce fait était presque en passe de changer. Presque. Il fallait après tout lui accorder le bénéfice du doute. D’ailleurs, lui parler m’éclairerait peut-être sur le procédé qu’il avait utilisé pour exfiltrer sa fameuse gamine. Sa gamine tout court. Akimoto était un homme intègre et j’étais certain qu’il n’avait pas exagéré sur l’existence de cette fameuse fille.

Ce fut donc deux Borukan qui me conduisirent jusqu’aux lieux où étaient détenu pas mal de gens. Je pus sentir même le chakra si singulier du Yuki, mais vu que je n’avais pas encore reçu de permissions pour le voir, je n’étais pas sûr de pouvoir enchainer avec lui. Dommage… Je me demandais d’ailleurs ce qu’il avait fait pour se retrouver ici, mais je finis par l’oublier lorsque les Borukan ouvrirent la porte de la cellule du blond. J’entrai alors sans attendre plus longtemps avant de porter à ma poche une main dans laquelle je retirai un briquet et une cigarette. Lorsque je finis par l’embraser, je tirai ma première taffe. C’est au même moment que je portai mon regard vers mon vis-à-vis, tout en faisant signe à mes accompagnateurs qu’ils pouvaient nous laisser tranquille et que je n’avais rien à craindre.

Après tout, n’était-il pas mon cousin et subordonné ?

- « Je te mentirai en te disant que je n’avais pas voulu t’éventrer comme un vulgaire chien ou même te foutre en taule sans te demander quoique ce soit, mais le destin en a voulu autrement. M’enfin bref… Ne tournons pas autour du pot. Raconte-moi tout depuis le début, "cousin". »


Dernière édition par Metaru Shūuhei le Mer 21 Fév 2018 - 3:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mer 21 Fév 2018 - 3:33
Iwagakure no Sato, quel beau village ! Dommage de cet visite ne fut que de courte durée pour l'Ikezawa qui à cause d'une femme se retrouvait désormais en prison pour avoir enfreint une seule et unique règle. Bien qu'il était complètement impressionné par l'efficacité dont faisait preuve l'élit du village pour cacher leurs véritable objectif concernant les Kumojins, il était également dépité de se retrouvé enfermé alors qu'il n'avait fait qu'enfreindre une petite règle dans un moment ou il se pensait attaqué. Le résultat était des plus drôle à contempler, un Shojito déshydraté le regard fixe sur des barreaux et un regard qui ferait peur au plus meurtrier des meurtries tant il était intense et emplit de haine.

Trois jours, trois longs jours c'était le temps qu'il avait fallut à son honorable cousin pour enfin se décider de s’inquiète de sa disparition. Trois jours sans l'ombre d'une goutte d'eau ou même d'un bout de pain. S'il était persuadé que d'avoir enfreint une règle et ainsi risquer de compromettre une alliance, avait le mérite d'être puni, il était tout aussi légitime pour lui de croire que quelqu'un au sein de cet prison lui en voulais terriblement, voir même au sein de ce village. Peut-être était-ce le masqué qui avait décidé de l'affubler d'un surnom aussi ridicule ou alors cela venait de la Hyûga qui avait prit sa menace au sérieux et maintenant faisait tout pour se débarrasser de lui... Quoi qu'il en soit, en voyant Shuuhei entrer dans la pièce il eut un soupire de soulagement, il le savait occupé mais sa réaction lui semblait à lui aussi disproportionné. "Je mérites vraiment ça pour avoir utilisé un jutsu ??? C'est une blague là..." Pensait-il alors qu'il tentait tant bien que mal de rassembler de la salive pour finalement arrivé à parler.

"Bonjour cousin, ravis de voir que tu te portes aus..."
Il se raclait la gorge pour parvenir à continuer de parler. "aussi bien. Tu veux que je t'explique ce qu'il s'est passé ? Bien entendu, avec plaisir." Faible, il se levait avec une lenteur des plus inouïe. "Je m'appretais à sortir de la résidence Borukan lorsqu'Hyûga Sanadare une fille avec qui j'ai eut le malheur de couché lorsque j'étais à Shîto et un peu trop arrosé, m'a sauté dessus par surprise, pensant à une attaque, j'ai utilisé mon armure avant de me rendre compte qu'elle n'était pas hostile." Il toussait pour espérer avoir un peu plus de salive mais rien ni faisait et plus il parlait plus il avait du mal à le faire. "Bon il se peut que je me sois combattu avec un oiseau pour en faire mon invocation ensuite... Mais cela mérite-t-il d'être traité de la sorte hein ?!" Lui demandait-il avant de tomber sur ses fesses à bout de force. "Fais chier... J'ai merdé, je suis désolé ! J'accepterai la punition comme tu nous la promise avant même qu'on arrivent ici." Finissait-il baissant le regard honteux de ce qu'il avait fait, mais surtout d'être dans un état aussi pitoyable.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Mer 21 Fév 2018 - 4:20
Le problème avec ce genre de vipères, c'est qu'elles ont des nids et donc des yeux et des oreilles partout...

Des regards froncés fixaient la femme qui dandinait à travers les couloirs. Clap, clap, clap. Le bruit de ses talons résonnaient et les gardiens des cellules se voyaient bien embêter pour faire leur travail, il avait fallu qu’elle met –en plein hiver- la robe la plus échancrée possible sur toutes les zones « Importantes ». Sa main agrippait un barreau, combien même son arrivée n’était pas discréte, sa tête s’avançait un peu, penchée, elle offrait aux deux kumojins un…

-Coucou…

Son sourire en coin allait de pair avec sa voix suave alors qu’elle reprenait sa route chassant ses accompagnateurs d’un revers de main avant d’ouvrir la porte de la cellule d’une clé sortie d’au milieu de son décolleté. Elle avait des mains incroyablement agiles…

-Loin de moi l’idée de vouloir vous déranger… Mais mon petit doigt me dit que l’on parlerait de moi par ici… Fit-elle en regardant son doigt relevé vers elle comme si il lui parlait.

Une bouche en cœur, un air si… innocent, avant que toute sa malice s’affiche sur son visage en même temps que son regard déviait subitement sur le Raikage. Son sourire espiègle en disait long sur ses intentions en approchant. La kunoichi passait l’entrée, la repoussant lentement avant de se retourner vers ses interlocuteurs en pleine discussion privée. Elle avait mis tous les atouts de son côtés les mauvaises langues diraient, mais en avait-elle vraiment besoin dans ce cas-là. Son seul œil se reportait sur l’Ikezawa et son expression se fit soudainement moins charmante.

-Shojito, si tu voulais être attaché dans une cave, il fallait me demander… Est-ce qu’elle se foutait de lui ? Absolument, bien que… Oh suis-je terriblement impolie… La tête d’hérisson connaît déjà bien plus que mon nom. Ça la faisait rire en plus… Je suis la… fameuse ... Sanadare. Car elle ne doutait pas que ce nom avait déjà été porté à ses oreilles. Je t’avais dit de ne pas énerver les Tengû abruti, tu n’écoutes jamais rien… Le sake était vraiment fort à Shito faut croire…

Concluait-elle en le fixant, non pas sans raté l’occasion de rapprocher pour le narguer en toute splendeur, intouchable en cet instant qu’elle était…

-Suicide ? Tu y vas fort. J’ai glissé durant mes exercices de souplesse sur le toit. Puis deux étages pour se tuer. À quoi tu penses des fois tête blonde. Son seul sourcil visible s’arquait. Oui, faudrait-il déjà que tu penses suis-je bête... M’enfin, si ça le problème, on s’amusait, je n’ai même pas perdu un cheveu. Pas vrai ? Questionnait-elle l’Ikazawa en jouant sur ses nerfs en lui pinçant les joues tout en riant.

Son regard lui demandait comment il se sentait en ce moment-là. Ce n’était pas comme si elle avait ignoré ce que feraient les Tengû. Bon elle voulait lui offrir un mauvais séjour, mais ça avait été plus simple que prévu, la Hyûga était resté sur sa faim… Ça pouvait s’arranger.

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mer 21 Fév 2018 - 4:38
Elle est moche.

C’est la première réflexion que je me fis. Et à cause de quoi ? A cause de cet œil unique. C’était pas tant le fait qu’elle soit borgne qui me rebutait, mais bel et bien sa pupille typique des Hyuga. C’était dégueulasse. Mais vraiment. Si j’devais la prendre, j’la niquerais qu’en levrette uniquement, certainement, pour ne pas avoir à dégueuler sur elle. Et c’était pas méchant. Mais bel et bien mon ressenti quand on savait que j’étais facilement corruptible par une belle plante. Sur ce point, j’étais pas vraiment différent du blond, à ceci près que j’avais plus d’expérience en la matière, sans doute…

Mais après, elle était bonne. Aucun doute là-dessus ! Pas belle, non, mais horriblement bonne ! Et l’pire, c’est qu’elle s’était fringuée exprès. Les p’tites pétasses de son genre, j’les connaissais trop. De toute façon, une fois que tu te tapes Asami et que tu vois son vrai visage, tu reconnais aisément toutes les connasses de son genre. La secrétaire qu’Akimoto considérait comme sa fille était de ce moule, assurément. Mais le plus frappant chez elle n’était pas ses énormes obus -pour moi- mais bel et bien son trop gros cul atrocement bien moulé. N’eut été cette situation, je l’aurai volontiers enculé bien profond…

En levrette évidemment. Pour pas voir sa gueule.

- « Et en supposant que ce qu’elle dit soit vrai, qu’est-ce qu’un grand gaillard comme toi peut craindre d’une femme, sérieusement ? T’as le niveau d’un jonin et t’étais protégé par une immunité diplomatique qui aurait conduit Iwa à se confondre en excuses et à nous devoir quelque chose. Comme si un corps qui chutait sur toi ou même des poings pouvaient te faire quoique ce soit… »

J’eus un soupir las. Son acte fut légitime. Je le comprenais. A bien y cogiter, non, il n’avait rien fait de mal. Je le concevais. Si l’incident s’arrêtait là, il n’avait rien fait de répréhensible, objectivement, même s’il aurait pu être plus zen. M’enfin… « Jeune Hyuga... Qu'est-ce qu'il a fait d'autre ? A part activer son armure ? » La situation était peut-être tendue, mais j’avais mes yeux rivés sur son cul, clope toujours au bec. Depuis que j’étais arrivé à Iwa, j’avais vu de jolies femmes bien gaulées, mais celle-là avait tout pour elle. C’était presque injuste vis-à-vis des autres meufs plates et tout. Non vraiment : Tout un paradoxe, cette Sanadare.

- « Et sinon, qui m’explique pour le gosse que vous avez eu ? »

Partie la plus intéressante, tiens… Celle-là même qui déciderait de son sort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mer 21 Fév 2018 - 5:25
"Quand on parle du loup on finit toujours pas l'invoquer mais bordel quel loup venons nous d'invoquer ?! Asami n'avait qu'à bien se tenir, pour m'être fait les deux, j'peux vous dire messieurs dames, que celle-ci n'est en rien comparable avec la vipère marionnettiste." Pensait-il en voyant arrivé ce monstre déambulant dans sa robe faites pour faire chaviré les plus crédule et les Shinobi bourré, très... bourré. Quoi qu'il en soit même si il en avait eut la force il n'aurait pas du tout pu réagir à cet apparition soudaine et il ouvrait la bouche sans dire un mot celle-ci bien trop sèche. Foutu pour foutu, l'Ikezawa venait embrasser langoureusement la Hyûga dans un but totalement professionnel contrairement à la première fois ou il avait pu le faire. En effet, une petite vengeance de ce qu'elle lui avait fait subir, mais également un moyen court et efficace pour pouvoir répondre à son ami et cousin en récupérant de la salive. Même si celle-la n'était pas la sienne... "Bien s'amuser ? C'est une blague j'espère..." Rétorquait-il à la question de l'Hyuga en se relevant avant de la pousser pour faire face à Shuuhei. "J'ai agît par instinct, je suis persuadé que tu aurais fait la même chose dans mon cas." Rétorquait-il avant de craché dans le coin de la pièce la retrouvant peut à peu de sa salive grâce à la récente réhydratation de sa bouche.

Soudainement une révélation parvenait à ses oreilles, Shuuhei qui avait été préservé de cet honteux secret que Shojito gardait bien au chaud, avait finit par être au courant. Au délà de se demander comment il avait bien pu apprendre l'information, il se questionnait plutôt sur ce que ce dernier comptait faire vis à vis d'Hana. En effet en récupérant la fille il avait fait trois promesse, la première était de ne jamais la laisser revenir à Iwa sous aucun prétexte, une promesse faite à Sanadare ici présente. La deuxième de tout dire à Shuuhei quand il sera sur qu'elle sera en totale sécurité et que l'alliance avec Iwa sera signé pour que personne ne puisse revenir en arrière, celle-ci il se l'était faites à lui même ainsi qu'a Shizen et Sayo et pour finir le plus important, ne jamais trahir les promesses qu'il avait fait et n'impliquer que lui même dans ses manigances. Mais aujourd'hui les choses prenaient une tournure des plus inattendue, s'il s'était assuré avant de partir de mettre Hana à l'abris, il ne pouvait décemment pas tout avouer à Shuuhei, pas maintenant. Pas en présence de Sanadare trop instable, pas dans cet prison ou les murs avaient des oreilles, ni même dans ce village qui avaient des yeux partout. Reprenant peu à peu sa salive et gardant son air stoïque Shojito tournait le regard sur Sanadare pensant qu'elle avait lâcher la mèche, perfide qu'elle était, cela lui ressemblait avoir si peu de considération pour son propre enfant.

Son regard se déposait à nouveau sur Shuuhei qui devait probablement se demander ce qu'il se passait et pourquoi l'Ikezawa avait embrasser ainsi la Hyûga. Mais peu lui importait tout cela il allait maintenant s'expliquer. "C'est donc ça. Je comprends mieux maintenant. Pour qu'une tel information te soit parvenu il ne peut s'agir que des tengus, fameux assassins au service de ton ami le Tsuchikage, et donc ma condition n'a rien à voir avec le fait que j'ai enfreint les règles n'est-ce-pas ? Il s'agît d'un nom et d'un seul. Celui d'Hana. Comme je l'ai dis à cet immonde Hyûga membre d'un clan que tu sais être le pire ennemi pour mes semblables. L'enfant est mort, je l'ai nommé par respect pour la vie humaine, elle à tenté de me faire croire qu'il s'agissait du mien et folle comme elle est, elle a profité de mon arrivé ici pour refermer son piège sur moi." Fit-il en s'asseyant en tailleur sur le sol froid et humide. Maintenant son regard se tournait vers le Hyûga qui devait très certainement s'amusé de la situation. "J'ai perdu, tu as gagné." Ajoutait-il avant de croisé les bras et d'une dernière fois regarder Shuuhei droit dans les yeux. "Il n'y a personne en ce monde qui puisse comprendre un acte tel que celui que j'ai commis, hormis peut-être toi, mais pas aujourd'hui n'est-ce-pas ? Tu dois montrer l'exemple et me mettre aux arrêts. Je serais quoi ? Enfermer pour le reste de ma vie ? Si j'ai de la chance. " Finissait-il en croisant les bras.

Cependant il savait que ses explications n'allait très certainement pas convaincre Shuuhei et il ne le voulait pas s'était pour cette raison que dans une ultime tentative il se grattait l'oreille comme un chien se gratte les pouces et puis frappait un grand coup de le mur l'air toujours aussi stoïque depuis tout le long de l'entretiens. Une manière habile de lui faire comprendre la si célèbre expression.

S'il ne saisissait pas ce dernière acte, alors Shojito serait condamné à ne pas avoir sa deuxième chance et il croupirait soit ici, soit à Kumo, dans le meilleurs des cas. Mais au moins, Hana était intouchable, personne pas même le raikage ne pouvait la retrouver. Entre le fait qu'elle soit en sécurité chez Shizen sous un autre nom, le fait qu'Hana avait subit un millier de batterie de test et que personne ne pouvait prouver qu'elle était apparenté au clan Hyuga pour des raisons qui sont encore obscure à l'Ikezawa et à l'Aburame. Sans oublier l'habile manipulation dont avait faire preuve Shizen pour effacer toute trace de l'enfant à Kumo. Conclusion aux yeux de tous hormis une poignée d'élu, Shojito détenait l'absolue vérité, et aujourd'hui celle-ci était : Hana n'est plus de ce monde depuis un moment.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Mer 21 Fév 2018 - 5:58
Il l’embrassait cet idiot, elle le mordait à pleines dents. Un partout ? Le laissant ainsi se dégageait en la poussant, la kunoichi ricanait en passant sa langue sur ses lèvres pour essuyant le sang, un qui n’était pas le sien, mais elle aimait le goût sucré.

-Tu as la bouche pâteuse mon pauvre Shojito.

Son ton était espiègle et elle aurait adoré s’expliquer avec le Raikage sur le sujet d’Hana, mais le stupide blond la prenait de cours. Il n'y avait que deux personnes au courant à Iwa, Akimoto et Muramasa .... Soit, elle écoutait donc sa version avec attention, d’autant plus que le coup bas d’Akimoto l’enrageait. Mura' n'avait pas d'intérêt. Le roux payerait sa trahison en temps et en heure, ce n’était plus tellement le problème, même deux fois qu’une à vrai dire maintenant. Shojito parlait et la mère du sujet de convoitise enrageait sans le montrer… Elle pouvait tout lui dire.. Comme sa fille qu’il disait. Comment avait-elle pu avoir la stupidité de croire qu’Akimoto serait différent de ses batards de Hyûga qui l’avaient sacrifié sans pitié pour leur intérêt. Choisir leur bord avait assurément été un mauvais choix… très, très mauvais pour le Borukan au pouvoir, surtout après le monstre qu’il avait contribué à créer. L’expression de la Hyûga se fermait au début des explications, à vrai dire, elle n’avait pas bien écouté, ne relevant que certains points dans son esprit malsain.

-Oh… Fit-elle sans une once d’hésitation, ni même mentir. Alors tu savais qu’elle n’était pas à toi et tu l’as prise quand même… Quel brave homme.

Au final, elle l’avait désigné par dépit, plus que par certitude, il lui avait juste fallu un pion d’un autre village pour foutre son bordel à exécution et malheureusement, les deux idiots de Kirijins en jeu était venu à Iwa. Restait que lui pour appliquer son œuvre du chaos… Vu qu’elle avait avorté la gamine des semaines trop tôt, Muramasa avait eu du mal à lui donner un âge certain et c’était voulu pour faire passer la pilule sous l’incertitude à n’importe qui de crédule. Alors soit, elle voulait bien croire le médecin de Kumo, ce crétin ne l’était pas tant que ça finalement…. C’était elle dit en comprenant son manège.

-Bof, je l’aurais fait moi-même au pire, elle n’avait pas de Byakugan de toute façon, elle n’a aucune valeur.

Le pire, elle le pensait, froideur totale étrange pour une mère direz-vous, mais Sanadare n’avait qu’un objectif, détruire son clan et Hana, comme il l’avait nommé, n’avait été conçue que pour ça. Elle espérait vraiment voir la face d’Akimoto quand la guerre au sein même de son village éclaterait. Vivante ou morte, elle comme Hana, à partir de cet instant, cela ne changerait plus rien. Le vieux roux venait de sceller son destin… Sans l’obliger à faire un choix douloureux. Peut-être qu’elle était vraiment bénie des dieux après tout quand le fils lui-même du Tsuchikage avait scellé les yeux de Hana et réduit son héritage Hyûga à néant. Elle avait hâte que ses chefs de clan connaissent l’anecdote. Avec la borgne, rien n’était jamais un hasard, même pas cette rencontre plus prolifique qu’espérée….

-Ton Shinobi s’est fait abuser, même le roux le sait, mais il n’ose pas punir la vraie responsable… Parce qu'il l'aime tellement... comme sa fille ? C'est ce qu'il a dit c'est ça ? Elle avançait vers le Kage du village des nuages. Toi tu le ferais, ou tu prendras la facilité aussi en sacrifiant le pion de l’histoire aussi.

Sana’ avait beau être grande, l’homme avait toujours deux têtes de plus, ce qui ne l’empêchait pas de rire ouvertement à leur face.

-Tout ceci est si… amusant. Tellement !

Absolument…. Son rire démontrait à quel point des choses se passaient dans sa tête pas nette...

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Mer 21 Fév 2018 - 7:00
C’était bien ce que je pensais. Une tarée… Mais les vilaines filles ne me déplaisaient pas.

Bien au contraire même…

- « Je me fiche de vos histoires internes et puis s’il te plait, ne me tutoie pas comme si nous étions des connaissances de longue date, jeune Hyuga. Il n’y aura pas de mais à cette phrase. Respectons donc les convenances. Pour l’instant… »

J’eus un sourire assez insidieux pour l’Hyuga qui s’avérait bien plus démente que je ne l’aurai pensé. C’était du haut niveau. Vraiment du haut niveau. Pour peu, j’aurai éclaté de rire. Si elle savait combien de chiennasses dans son genre j’avais croisé. Pour moi, nul doute possible : Elles étaient faites du même bois, à peu de choses près. Mais celle qui me faisait face me semblait bien plus téméraire et tête brulée que l’empoisonneuse tapie dans l’ombre des shinobi de Kumo. Pourquoi est-ce que toutes les kunoichi avec un minimum d’intérêt étaient toutes des timbrées en fait ?

- « Tu seras clairement condamné, mais pas à vie, ni à mort Shojito. N'exagérons rien. Les circonstances me font relativiser sur certaines choses, mais l’acte que tu as accompli reste répréhensible et condamnable. Qui plus est, à titre personnel, je suis profondément peiné de voir que tu ne m’aies rien dit. Je considère ce fait comme un manque de confiance… »

Déçu ? Oui. L’homme comprenait un peu mieux les circonstances et cernaient les tenants et aboutissants de cette affaire plutôt perverse ; mais le kage ne pouvait tout simplement pas fermer les yeux sur une telle situation aussi farfelue soit-elle. Le fait même d’être flic et de faire rentrer clandestinement quelqu’un à Kumo comme ça voulait tout dire. J’étais peut-être parfois laxiste sur les bords, mais clairement pas au point de laisser passer ça. Si jamais mes détracteurs venaient à en entendre parler, bonjour les critiques. Quant à ce qu’un tel fait aurait pu engendrer...

Seuls les cieux le savent et je ne voulais même pas y penser.

Pour l’Hyuga, il y avait quelque chose d’assez dérangeant qui perturbait même les Borukan à la porte du cachot qui entendaient tout. Mais bon, comme je l’avais dit, ce n’était pas mes oignons. Akimoto avait ses problèmes, moi les miens. Je ne comptais pas donner du grain à moudre à cette pisseuse qui semblait se complaire dans la merde la plus totale pour une raison qui m’échappait encore. « Et sinon, Shojito… Qui t’a aidé à la faire entrer à Kumo ? » C’était une évidence. Seul, il n’avait pas pu. Mais je voulais l’entendre de sa bouche, la vérité. Du reste, je m’étais même levé en continuant de fumer…

Les yeux dans ceux de mon cousin, occultant un moment la présence de la sécrétaire du Tsuchikage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mer 21 Fév 2018 - 21:51
Shojtio regardait avec attention la Hyûga déballer son sac ses propos étaient dit avec une tel ardeur que le kunoichi malgré tout les efforts du monde pour le caché venait de révelé à deux Kumojin une réalité qui faisait tout son sens désormais dans l'esprit du blond. "Ainsi... Le Tsuchikage te considère comme sa fille... C'est donc ça... Tu as privé ton père de sa petite fille. Je comprends pourquoi je suis aussi mal traité au sein de cet prison, cela ne vient pas de toi, ni même du masqué, cela vient du Tsuchikage lui même. Mais ça... " Il tournait maintenant son regard vers Shuuhei avant de soulever un sourcil l'air inquiet de la réponse qu'il allait lui donner. Celle là même qui allait déterminer si Shojito allait lui faire confiance une bonne fois pour toute. "Tu le savais ? Réponds moi franchement Shuuhei ? Savais-tu le traitement que l'on m'a donné ici durant trois long jour ?! La faim, la soif, la fatigue. Oh, j'ai subît bien pire que cela et tu le sais, c'est pour ça que tu ne t'inquiète pas de mon sort, la torture n'est pas une chose qui m'est inconnue. Mais soit honnète avec moi, as-tu permis à l'un de tes allié de traiter ainsi l'un de tes homme ?!" L'espace d'une seconde à l'idée qu'il ai pu accepté ce genre de traitement Shojito eut un regard de mépris avant de redevenir ce regard qu'on lui connaissait stoïque vide d'émotion.

Maintenant Shuuhei lui posait une question des plus logique avec ce qu'il avait pu dire. Comment avait-il pu faire entrer l'enfant de le village. Vivante ou morte, il avait bien du la faire entrer pour effectuer tout les tests afin de savoir si elle était véritablement de lui ou non. Cependant la réponse qu'allait recevoir le raikage allait très certainement l'impressionner car elle était la plus honnête du monde. "M'aidé à la faire entrer dans Kumo ? Voyons Shuuhei, ai-je l'air si stupide que veut le faire croire Iwa ? Il s’agissait d'un enfant d'à peine quelques centimètres, je un policier. Le méthode pour faire entrer un enfant dans le village sont si nombreuse que cela en dépasse l'entendement. Il m'a suffis de dire la vérité au gardes pour qu'ils me laisse passer." Fit-il en toute honnêteté. En effet même s'il n'avait pas dis la strict vérité aux gardes pour passer ce dont Shuuhei devait s'en douter, il leur avait dit que l'enfant devait être soumis à des tests médicaux urgent car il était mal en point. Ce qui était tout à fait vrai vu l'état dans le quel l'avait laissé Sanadare. "L'enfant était dans un état déplorable et au bord de la mort, si je ne l'avais pas soigné elle serait morte avant que je ne découvre qu'elle n'était pas de moi." Ajoutait-il le plus sérieusement du monde. Pur vérité que venait de lui livré l'Ikezawa, par contre s'il s'avisait de reposé la question en mentionnant l'hypothèse que l'enfant était encore en vie. Shojito saurait qu'Hana ne serais jamais en sécurité avec Shuuhei dans les parages et il perdrait à jamais l'absolue confiance que le blond lui portait.

Ici Shojito se fichait que Shuuhei le crois, ce qui lui importait était qu'Iwa le croit si le raikage n'avait pas encore compris ça, il était définitivement perdu dans cet affaire qui semblait déjà le dépasser.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Jeu 22 Fév 2018 - 0:13
- « Ce n’est qu’hier que j’ai su que tu avais été arrêté et comme je te l’ai déjà dit, j’étais bien trop occupé à te traiter de tous les noms qu’à penser au traitement que tu avais subi. Et puis, tu penses que c’est vraiment le bon moment pour toi de me poser une telle question ? »

J’avais envie de lui dire de cesser de gémir et de se victimiser, bien qu’il l’était quelque peu, mais je préférai ne rien dire. La situation l’humiliait déjà assez comme ça pour que j’en rajoute. Si Shojito avait joué la carte de la sincérité, j’avais fait tout simplement pareil en lui disant la vérité. Ce n’est qu’en fin de réunion que j’avais su ce qui s’était réellement passé. La colère avait aveuglé mon jugement avant que je ne me calme et que je ne décide de venir le voir pour avoir sa version des faits, ni plus ni moins. Quant au traitement qui lui avait été infligé, s’il était regrettable, je ne pouvais pas y faire grand-chose. D’ailleurs, plus je repensais à l’une de ses précédentes réponses et plus je me disais que s’il avait raison sur un point, c’était le fait que j’aurai réagi par réflexe effectivement : Mais plutôt que de sortir une armure, j’aurai simplement esquivé en attendant de voir ce qui allait se passer par la suite. Mais soit.

Le mal était déjà fait des deux côtés.

- « J’ai mal formulé ma question, en fait. Ou plutôt, j’aurai dû commencer par d’autres. Pour moi, il est tout simplement impossible que tu aies réussi tout seul à exfiltrer le gosse d’iwa. De ce fait, où est-ce que tu l’as récupéré ? Avec qui ? Comment ? Quand ? C’est tout le processus et tout le cheminement que je voulais connaitre en détail. Pour l’infiltration, je veux bien te croire sur parole. A vrai dire, je ne te cacherais pas que j’ai soupçonné Shizen, mais cela n’a plus vraiment d’importance… »

Je marquai une courte pause en tirant une dernière taffe de mon mégot que j’écrasai finalement sur un mur avec une espèce de nonchalance et de lassitude. C’était le genre d’affaire dont je me serai bien passé en vérité.

- « Si tu l’as fait rentrer, c’est que les gardes l’ont noté sur le registre des rentrées. Si tu l’as soigné, c’est que l’hôpital a également enregistré son séjour à complexe scientifique à tes frais. Je ne te croirai pas si tu me sors que tu as des compétences d’irou encore moins si tu me fais croire que t’as des potes qui ont accepté de lui prodiguer des soins chez toi à l’abri des regards, mais là encore, ce n’est pas le plus important… »

J’eus un soupir avant de reprendre une autre cigarette.

- « Où est la gosse ? Etant donné qu’elle n’est pas ta fille de ce que je comprends, il est plus que temps qu’elle revienne sur ses terres. Qu’elle soit morte ou vive importe peu pour le coup. Je ne permettrais pas que le moindre petit détail vienne gâcher cette alliance. C’est la vie de milliers de kumojins contre celle d’une enfant ou sa dignité si elle est déjà six pieds sous terre. Toi qui me questionnais en plaidant mon honnêteté… J’espère que t’auras les couilles de faire de même… En fait non. Tu dois faire de même. Ordre de ton raikage. »

Et la lueur qui brillait dans mon regard en disait long. Je n’avais plus rien à foutre des détails ou des intérêts personnels. Je pensais au bien du plus grand nombre. En ce moment précis, je ne savais pas vraiment que je mettais en jeu la confiance que le blond me portait. Mais même si je le savais, je n’en aurai strictement rien à foutre. Le poste de kage était parfois ingrat et j’avais choisi d’embrasser cette ingratitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 22 Fév 2018 - 1:09
Ainsi Shuuhei lui avouait qu'il avait soupçonner que le blond s'était fait aider par Shizen, en soit il n'avait pas tort, cependant ce n'était pas pour faire sortir l'enfant d'Iwa ou autre. Mais belle et bien pour les examens sur l'enfant ainsi que sa naissance falsifié, si bien d'ailleurs qu'elle n'avais que le prénom Hana et que seul Shizen était au courant du nom de famille qui lui avait été désigné. Retrouvé une petite fille parmi tant et tant d'autres, une missions impossible mais pour Shojito qui à l'heure actuelle n'avait aucune idée d'ou elle pouvait se trouver depuis son départ de Kumo pour Iwa. Quoi qu'il en soit il pouvait très sereinement répondre à la première question sans trahir ses plans. "Je n'ai rien à voir avec sa sortie d'Iwa, c'est de son fait" Fit-il en pointant la Hyûga du doigt. "Pour ce qui est des registre, il m'a suffit de ne donné aucuns nom facile lorsqu'il s'agit d'un nourrisson et qu'on avoue l'avoir récupéré sans avoir reçu de noms. Tu peux question les gars en charge de l'arche ce jour là, elle n'avait pas de nom et je venais de la récupérer d'une inconnue. " Disait-il en relatent les faits. En effet Sanadare était une inconnue au yeux du blond qui se rappelait à peine avoir couché avec elle, et ne l'ayant que très peu vu durant leurs échange pour l'enfant, il ne pouvait pas décrire le visage qu'elle avait à ce moment. "Pour l'hopital, tu te doutes bien que peu importe la nature de l'enfant, ils l'ont prit sans discuter et l'on soigné. Pour ce qui est du test de paternité, il n'y a qu'une seule personne en qui nous avons tout les deux assez confiance pour rester discret alors inutile de te caché qui c'est. Même s'il n'a aucune idée de ce qu'il est advenu de l'enfant ensuite, il n'est d'ailleurs même pas au courant de sa provenance." Fit-il en écoutant attentivement la suite de ce qu'il avait à dire.

Ainsi la position du raikage était prise et vivante ou morte Hana serait restitué à Iwa, le sors de Shojito était donc scellé condamné à mentir à celui qu'il considèrent comme un frère pour le bien de son enfant. "Il n'y à pas de preuve sans cadavre n'est-ce-pas ? C'est ce que j'ai durement apprit au fil de mes missions. Je l'ai brûlé vive. Pas de cadavre pas de preuve, et c'est au nom de ton alliance qu'elle à essayé de foutre en l'air que je l'ai fait Shuuhei." Visiblement le Metaru ne se rendait pas compte qu'ils étaient encore et toujours observé par les hommes du Tsuchikage et qu'ici il ne s'agissait pas de l'alliance inutile entre la foudre et le terre, mais de l'égaux surdimensionné d'un vieillard pervers obsédé par une folle tout aussi perverse que lui qui veut récupérer un enfant pour un idéale de paternité non assumé. A ce moment Shojito se demandait qui des deux était le plus à plaindre. Lui qui allait probablement finir ses jours en prison, ou Shuuhei qui niait l'évidence qui se trouvait face à lui dans un idéal de paix avec un village qui ne fait que lui mentir depuis son arrivée. Pour bien que ce dernier comprenne que maintenant Shojito avait accepté son sort de prisonnier il regardait son raikage dans les yeux venant le plus honnêtement du monde lui avoué. "Si je t'avais prévenu plus tôt, tu aurai toi même tué cet enfant, je devais juste m'assuré qu'il n'était pas de moi car oui, si cela avait été le cas, je l'aurai gardé et jamais personne n'aurai pu mettre la main dessus. Tel est la vérité Shuuhei, nous protégeons les Kumojins, et si elle avait été ma fille elle en aurait éte une. Personne d'autre que toi ne sait l'importance qu'on les Kumojins à mes yeux. Donc oui Shuuhei, je l'ai tué pour le bien de Kumo, j'ai brûlé vif un nouveau né pour éviter que ton alliance soit mis à mal à cause d'une Hyuga. J'ai mal jugé la situation parfait, mais ne me dis pas que j'ai mal agit." Fit-il avant de baisser la tête paré à recevoir la correction qu'il méritait pour lui avoir parlé ainsi. S'il devait mourir, il serait heureux de savoir qu'il avait agît dans l’intérêt de sa fille désormais en sécurité entre les mains de personne en qui Shojito avait une confiance aveugle comme ce fut le cas autrefois pour Shuuhei.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Jeu 22 Fév 2018 - 2:24
- « Je mènerai une enquête pour savoir le fin fond de l’histoire. »

Risquer sa vie et sa carrière de shinobi en faisant infiltrer une étrangère à problème pour au final la liquider aussi simplement ? Ben voyons… Comme si j’étais né de la dernière pluie... Même un enfant lui rirait au nez face à ce mensonge aussi flagrant que grossier. Mais n’ayant plus la force de converser avec lui, je préférai écourter notre discussion. De lui, je n’attendais plus grand-chose. En fait, je n’attendais plus rien du tout, carrément.

- « Tu perdras ton titre de shinobi et tu purgeras une peine ferme de 5 ans en prison à Kaminari pour avoir fait infiltrer une iwajin chez nous en plus de l’avoir tué de ton propre chef si j’en crois tes paroles. »

J’aurai pu ajouter qu’il n’avait plus à me considérer comme son cousin, mais ce fait coulait de source, évidemment. Et sur cette déclaration, je pris le chemin de la sortie. Si l’autre folle voulait continuer de lui parler, grand bien lui fasse. Pour ma part, j’étais à bout et je n’avais plus rien à dire. C’est sur ce constat que je sortis de la cellule suivi des deux Borukan. Qu’ils aient capté notre conversation ne me faisait ni chaud ni froid en vérité.

Qu’Iwa m’ait menti sur certains points aussi. L’essentiel résidait en cette alliance tout simplement.

J’étais pragmatique. J’avais une vision d’ensemble, panoramique et de simples détails ne m’inquiétaient pas vraiment.

Des choses hors de portée de la réflexion d'un simple chûnin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Ven 23 Fév 2018 - 4:03
Sanadare et docilité ne faisaient bon ménage que quand le chaos que ça lui offrait était à la hauteur de ses espérances. Ainsi donc, l’ombre de Kumo n’était au final pas très différent du Borukan, enfin, à quelques détails près. S’il pouvait ignorer les vérités et donc sa cause pour tout pour ses propres intérêts comme Akimoto le faisait, il pouvait le faire aussi au prix de son « cousin ». Toute la concentration du monde lui était alors demandé pour ne pas glousser comme une dinde sous la jubilation alors que presque un air innocent, elle plaçait une main sur sa bouche pour dire qu’elle ne piperait plus un mot en se déplaçant sur le côté. Adossée sur le mur, bien, bien des éléments l’enchantaient, même si elle n’en montrait rien. Le nom de « Shizen » se gravait dans sa mémoire et du même avis que le Raikage, ce boulet n’avait pas pu agir seul, il manquait de subtilité c’est évident. Les jeux de l’ombre demandaient beaucoup de maîtrise de soi et moins d’égo que cet idiot, mais pour le coup, tous ses défauts l’arrangeaient bien.

La gamine aurait été très regrettable morte, elle ne lui servait plus à rien, tous ses efforts pour rien serait embêtant. Un détail pouvant gâcher l’alliance hein ? Oh pauvre Metaru, bien loin du compte, l’alliance n’était plus qu’un détail qui tombait à pic en fait, plut tôt que prévu, une providence offerte par Kiri sans le vouloir. À cet instant, la Hyûga se sentait bénie des dieux, l’Ikezawa écartait de son chemin par son propre chef et parent. Grâce à Akimoto. Damne, si on lui avait dit que ce serait aussi facile, elle ne l’aurait pas cru, les Borukan lui jetaient un regard sévère en venant récupérer leur invité. Elle leur présentait un doigt d’honneur, impatiente qu’ils aillent jouer leur rôle de rapporteurs auprès de leur chef adoré, avant de se retourner vers le blond.

-Bon travail… Dommage, si tu les avais purgé ici… Tes cinq ans. Lui fit-elle un sourire en coin avant de quitter la cellule à son tour, non pas sans laisser son grain de sel. Tu sais les bonnes informations, même manipulées ouvrent toutes les portes. Bonne chance !

Un revers de main, elle le saluait en s’éloignant avec la même attitude qu’à son arrivée. La venue des kumojins était plaisante au final, très divertissante en fait…

_________________


" Maintenant tu vas arrêter tes conneries Sana'... "
Eiko - 202 -Iwa
_____________________________________________

Professional Bad Girl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t355-huyga-sanadare-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t752-bloc-notes-sanadare-hyuga http://www.ascentofshinobi.com/u352

Ven 23 Fév 2018 - 6:27
Amusant de voir à quel point une situation peut très rapidement tourner au drame. Shojito aujourd'hui avait toute les cartes en mains contrairement à ce que pouvais pensé le Metaru ou même la Hyûga. Les informations que possédait l'Ikezawa vallait tout l'or du monde pour le rouquin à la tête d'Iwa, alors il était sur d'une chose, il ne quitterai pas ces lieux avant d'avoir craché ce précieux morceau. Si Shuuhei était assez naïf pour croire que Shojito n'avait pas toujours un plan de secours il se trompait largement sur son compte et allait se retrouver des plus surpris. Kumo, c'est tout ce qui importait pour le blond, Shuuhei ? Un nuisible de plus au sein de son village bien aimé qu'il faut éradiqué et quoi de mieux pour cela que le sang ? Les liens du sang. "N'est-ce-pas Sanadare ?" Laissait-il s'échapper de ses lèvres. "Les liens du sang sont important, tu n'es même pas capable de le nier alors que deux de tes sois disant pions sont face à toi. Le Tsuchikage te considère comme sa fille, a juste titre, je me trompe ? Cela coule de source, Hyûga Sanadare, ou plutôt Hyûga Borukan Sanadare de ton nom complet." Simple déduction ou supposition Shojito avait commencé à faire bon nombres de schémas dans son esprit. Dans le premier le fait qu'Akimoto considère la jeune Hyûga comme sa fille tout comme lui considère Sayo comme la sienne, il savait qu'un homme d'honneur ne pouvait pas tout sacrifié pour une seule personne à moins que celle-ci soit réellement sa fille, comme il l'avait fait pour Hana.

Les liens du sang était très difficile à ignoré, une façons d'agir, une simple expression du visage ou même une façons de s'exprimer. Quand tout chez un être vous reflète votre propre image, les doutes pleuvent puis enfin la révélation et vous aviez ce sentiment d'accomplissement, ce même sentiment que l'Ikezawa avait ressentit en apprenant la vérité à propos d'Hana. Nul doute que si Akimoto n'était pas sur de ce fait, il avait de gros doute et aujourd'hui rien ne pouvait lui empêcher de préserver celle qui lui était plus chère même pas le bien de son village. "Je veux parler à Akimoto." Fit-il le sourire au lèvres persuadé maintenant de ces états de faits qui ne trompait que les concernés, même Shuuhei cet imbécile fini aurait pu le voir tant c'était d'une évidence même. Le Tsuchikage n'agissait plus dans le bien du village lorsqu'il s'agissait de Shojito, il agissait dans ses propres intérêt et cela causerai la perte de son alliance.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t705-ikezawa-shojito-c-est-ici-que-tout-commence-terminee

Remettre les pendules à l'heure

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: