Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

[Equipe 8] Le nuage se forme


Ven 23 Fév 2018 - 23:39
Mon passé me fermait encore des portes aujourd’hui, et ce n’était pas une surprise. Au contraire, ce qui me surprend encore aujourd'hui, c'est que j’aie pu aller aussi loin. Un miracle ? De la chance ? De la réussite ? Du talent ? Un de ces trucs... peut-être les quatre, peut-être aucun… Quoi qu’il en soit, ce passage en prison m’empêchait assurément de faire ce que je voulais, du moins, à court-terme. Cependant, mon rôle au sein du Conseil m’offrait une certaine visibilité et mon rang de gardien me permettait, petit à petit, de gagner la confiance des plus sceptiques. Ce qui était une chance.

- Je suis pas sûr que je sois fait pour ce genre de trucs...


Ouais. Bon. Une chance, peut-être pas à tous les coups. Mon retour d’Iwa fut assez mouvementé. J’avais pas mal de travail, notamment pour mes rapports à rendre au Raikage et au Conseil. Mais au-delà de ça, j’avais visiblement obtenu l’accord des instances administratives pour diriger une équipe. Génial, sauf que c’était loin d’être dans mes plans.

Mon respect pour les jeunes et les Genins n’est plus à démontrer. Je ne sous-estime personne et ne considère pas les gens selon leur titre ou leurs distinctions. Mais il fallait être réaliste : Je n’étais pas un enseignant. J’ignorais comment faire, quelles étaient les coutumes, les habitudes, les pratiques… Quels devait être mes exigences, mon caractère, mes leçons… En fait, je serais aussi paumé que mes élèves. Super.

Cependant, après un soupir interminable, j’acceptais de prendre une équipe sous ma tutelle. Après quelques lectures à la bibliothèque, je devrais pouvoir me démerder… ou alors je vais à l’instinct. Je n’étais pas sûr encore. Je n’étais pas spécialement partisan du « Je change mon caractère selon les circonstances ». Quoi qu’il en soit, j’avais demandé à ce que la première rencontre soit organisé par leurs soins. Je n’avais pas le temps d’organiser un rendez-vous pour le moment. J’avais également décidé de rester dans l’ignorance quant à mes élèves. J’ai pas envie d’avoir d’attente particulière. Ce seront mes élèves, je les découvrirai directement en face à face, pas en voyant leur tronche sur une photo et en lisant un foutu dossier.

***

Terrain d’entraînement de Kumo – Trois jours après la formation officieuse de l’équipe 8

Pour le moment, inutile de faire dans l’original. La rencontre se déroulera directement au terrain d’entraînement. Pour être franc, je n’étais pas encore sûr concernant les méthodes que j’allais employées… D’après ce que j’ai cru comprendre, les gens aimaient commencer par des discussions puis par un combat. Ou l’inverse… Pourquoi pas. Ce sont des ninjas, après tout. Leurs aptitudes sur le terrain refléteront beaucoup de leur personnalité et de leurs ambitions. J’aurais dû pensé à un truc spécial. Bah, on verra sur le tas.

Assis sur l’un des gros rondins de bois, j’attendais tranquillement que le premier se montre. J’étais venu en avance pour être sûr de ne pas être le vieux Jônin retardataire et confus. Ca me correspondait pas, de toute manière. Non, la première image qu’ils verront était ce qui me définissait le mieux. Arborant une posture flegme, je fumais calmement mon Kiseru dont la fumée se dispersait tout autour de moi. Après de longues minutes à attendre et à remettre du tabac pour continuer de fumer, une première silhouette se dévoila peu à peu. Le visage calme, presque froid, je déposais un humble regard sur le premier arrivé, puis, un peu après, sur le second.

- Oi. Je pense qu’on va pouvoir commencer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Sam 24 Fév 2018 - 4:39

Le jour T était enfin arrivé. Pendant un court moment, Raizen avait eu la naïveté de croire en l’atteinte de ses objectifs par le pouvoir de l’information. Le fait de se cultiver de manière continuelle était une bonne habitude. Toutefois, si la lecture enrichissait le savoir, celle-ci n’était pas aussi pertinente au niveau des actions perpétrées. Ainsi, il était rapidement venu à la conclusion qu’il était nécessaire de balancer la culture et sa vie de Shinobi. Consacrant une plus grande partie de son temps à traduire ses apprentissages en techniques pratiques, Raizen commença une routine d’entrainement et d’apprentissage temporaire afin d’être prêt.

Plusieurs semaines voire plusieurs mois s’écoulèrent jusqu’à ce qu’il soit finalement assigné à une équipe. Cette étape supplémentaire s’avérait excessivement importante. Si l’entrainement et l’apprentissage représentaient le cœur du développement individuel, les missions d’équipe forgeaient l’expérience collective. Le tout formait l’ensemble de l’attirail qui ferait de lui le shinobi qu’il projetait être. Ainsi, ces nombreux jours d’entrainement allaient finalement prendre tout leur sens alors que son équipe risquait probablement d’obtenir des missions plus fréquentes.

Malgré tout, Raizen n’était pas totalement prêt d’un point de vue technique. En effet, s’il possédait de nombreux tours dans son sac, celui-ci avait encore du mal à développer l’entièreté de l’attirail qu’il avait à sa disposition. Apte à se projeter plus loin que la moyenne, il avait une vague idée du chemin qu’il voulait prendre. Pourtant, certains éléments étaient encore nécessaires. Malgré le nombre important d’outils à sa disposition, il devait comprendre leur mécanisme respectif afin de savoir comment les activer de manière à maximiser leur rendu respectif. Mieux encore, il devait apprendre à les utiliser en comprenant les liens de dépendances possibles. En quelque sorte, c’était un cercle aussi vicieux que vertueux.

Or, le fait de ne pas être totalement prêt au combat ne faisait pas du tout partie de ses craintes. Alors qu’il se dirigeait vers la zone d’entrainement fièrement armé de sa longue veste sombre, le jeune kumojin ne pouvait s’empêcher de réfléchir à la composition de son équipe. Dans la vie d’un shinobi, de nombreux éléments agissaient comme facteur de succès. Pourtant, bien que le tout pouvait être de très courte durée, une équipe pouvait faire totalement la différence. Ainsi, il était nerveusement excité à l’idée de rencontrer les autres membres qui viendraient complétés son équipe. Après tout, dépendant leur composition, ses ambitions futures pouvaient passés de promenade à descente aux enfers.

Alors que la descente dans les fournaises de l’enfer était envisageable, c’est plutôt un regard froid qui l’accueillit. Étant le premier des deux genins à arriver sur les lieux, Raizen ne mit aucun temps à reconnaître le premier membre de l’équipe. L’accueillant d’un air assez désinvolte, le côté analytique du Meikyû avait du mal à se créer une idée. En un sens, Raizen avait drôlement l’impression d’être confronté à sa façade fermée de lui-même. Ainsi, se contentant de fumer à l’aide d’un calumet de la paix, le jonin ne laissait place à aucune interprétation de la part du genin.

-Yo.

N’étant pas du genre à aimer stagner, Raizen décida de passer à autre chose en se retournant pour accueillir le dernier membre de l’équipe.

-C’est pas vrai...

Serrant légèrement les dents, son regard se crispa alors qu’il se figea instantanément. Murmurant sa surprise du mieux qu’il le pouvait, rien ne pouvait réellement décrire ses pensées actuelles. Ne sachant comment gérer le mélange éclectique d’émotion qui l’envahissait, il se contenta d’afficher discrètement un sourire aussi complexe que ce qu’il ressentait. D’un instant à l’autre, il venait de redescendre en enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 24 Fév 2018 - 7:00
Cela faisait combien de temps qu’elle était passée embêter le Raikage au sujet de son absence d’équipe ? Si ses souvenirs étaient bon, un certain moment déjà. Si elle pouvait concevoir qu’il avait été pas mal occupé en ce qui concernait l’alliance avec le village de la roche et donc, par conséquent, avait eu d’autres choses à voir et à penser au cours de ces dernières semaines, il n’en restait pas moins qu’elle commençait à s’impatienter. Était-ce dû à un manque de confiance qu’il avait en sa personne ? Ce ne serait pas étonnant. Après tout, il faisait parti des quelques rares personnes à la connaître mieux que la majorité de tous ceux qu’elle côtoyait. Était-ce alors une bonne idée que de laisser tant d’information aux mains de l’homme le plus influent du village ? Elle n’en était pas certaine, cependant, il était trop tard pour faire autrement. Elle avait eut le loisir de rencontrer l’homme qu’il avait été avant d’obtenir tous ces titres, celui brisé par ce que la vie lui avait infligé, au travers ces confessions sur l’oreiller et ce qu’il lui partageait en moments de vulnérabilité. Alors autant pouvait-elle se vanter de l’ascendant qu’elle avait sur cet homme de pouvoir, autant ce dernier était-il arrivé, peu à peu, à faire tomber ce doux masque qu’elle arborait pour révéler le monstre qu’elle camouflait. Il le savait, que malgré ses belles paroles et son apparent désir de servir le village, il y avait de bien plus sombres desseins qu’elle ne partageait pas.

Or, malgré toute la réticence qu’il avait eu à lui accorder une équipe, de lui laisser faire ses preuves sur ce chemin qu’elle s’était décidée à emprunter, il n’avait eu d’autres choix que d’abdiquer. Après tout, de par son rôle à l’institut et le travail impeccable qu’elle y effectuait, s’impliquant comme elle le pouvait et partout où on lui en donnait la chance, elle avait fait ses preuves. Et, à défaut d’avoir de quoi l’incriminer, nul ne se doutant de qui pouvait-elle être réellement, même lui n’en connaissait que quelques reflets de tout ce qu’elle était, il lui avait fallu entendre raison. Il ne pouvait rien faire contre elle dans l’immédiat, pas alors qu’elle était tout ce dont on s’attendait d’elle, voir même plus. Lui interdire une équipe, tout comme lui interdire de servir le village, sans raison valable si ce n’était qu’il savait ce que tous ignoraient, n’aurait finalement qu’entaché son image alors qu’il aurait été considéré comme un homme injuste.

Et donc, au final, ce jour était arrivé. Elle avait donc reçu une lettre, lui annonçant qu’elle se devrait de rejoindre ceux la composant à un moment précis donné pour en faire la rencontre. La jour décidé arrivant finalement, elle avait opté pour une tenue simple quoique toujours bien digne d’elle-même, venant innocemment mettre de l’avant ses formes généreuses tout en restant décente. Et puis, il lui avait fallu quelque chose de confortable pour un éventuel entraînement. C’était, du moins, ce que suggérait la lettre. À sa ceinture se trouvait sa bourse, où elle y rangea Konchuu, tout commes les deux parchemins renfermant Kuchiki et Osoroshi. Et puis, comme à son habitude, elle accrocha son bandeau qui se trouvait orné du symbole du village à sa ceinture, à défaut d’apprécier le porter ailleurs. Sa tignasse sombre avait été relevée en un chignon lâche, se dégageant ainsi de quelques mèches dérangeantes qui auraient pu tomber devant son regard. Fin prête, elle avait quitté le domicile Tadaoki en direction des terrains d’entraînement, son doux sourire accroché aux lèvres alors qu’elle se demandait avec qui se verrait-elle forcer de travailler.

À peine arrivée qu’elle reconnut sans peine les deux hommes présents. D’un côté, il y avait Meikyû Raizen, dont la réaction ne se fit pas attendre alors que leur regard se croisaient. Quant au second, celui qu’elle suspectait donc être le chef de cette nouvelle équipe, n’était nul autre qu’Akahoshi Hisao. Une équipe somme toute intéressante, quand bien même avait-elle quelques réticences à l’idée de travailler avec le Meikyû. Lui aussi la connaissait, trop bien même. Un danger donc pour sa couverture, surtout que leur aîné semblait avoir une image assez positive d’elle. Et donc, de ce fait, elle allait se faire une attention particulière que de le garder à l’oeil, mais surtout, évaluer le danger qu’il représentait pour elle. Si vraiment, il se montrait nuisible, elle s’assurerait de régler le problème. Après tout, un suicide était si vite arrivé…

- Hisao ! Un ton enthousiaste alors qu’elle fit mine de ne pas avoir entendu le commentaire du jeune homme. Ou plutôt, devrais-je dire maintenant… Hisao-sensei ?

Son regard était pétillant alors qu’elle se laissait aller à un léger rire. Elle savait combien il n’aimait pas les titres, or, à l’heure actuelle, elle n’avait pas tort. Elle se tourna ensuite vers Raizen, affichant ce même sourire sympathique que tous lui connaissaient bien. Elle tendit la main dans sa direction, faisant preuve de politesse.

- Je suis Tadaoki Asami, enchantée. Il semblerait donc que je sois ta coéquipière.

Combien de fois allait-elle se présenter à lui ? De mémoire, c’était la troisième fois, alors qu’elle feignait ne pas le connaître. Allait-il jouer le jeu ou s’obstiner ? Là encore, elle ne saurait dire. La dernière fois, au complexe scientifique, il avait fait mine de ne l’avoir jamais rencontré auparavant, lui permettant alors de travailler avec elle sur une antidote. Aujourd’hui ? Un nouveau mystère. S’il croyait qu’elle était un visage à deux faces, il allait rapidement comprendre qu’elle pouvait offrir bien plus que deux personnalités bien distinctes. Ces masques qu’elle arborait changeaient et s’adaptaient en toutes situations, tout en se ressemblant un tantinet pour lui éviter un quelconque malentendu. Si son expression se voulait toujours aussi agréable, la flamme qui illuminait son regard se voulait presque défiante tandis qu’elle le dévisageait presque. Toujours sans se départir de ce côté qu’Hisao lui connaissait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 24 Fév 2018 - 13:00
D’un petit bond en avant, je descendais du rondin sur lequel j’étais assis et enfonçais ma main gauche dans la poche, tandis que l’autre tenait le Kiseru. Le premier venu m’était totalement inconnu. Il arborait un visage plat, presque froid. Tout en crachant un petit nuage de fumée, je constatais qu’il n’avait pas eu la bonne idée de se présenter en donnant son nom. Tant pis, chacun se présentera de toute manière étant donné qu’on ne se connait pas… Du moins, pas exactement.

Le deuxième visage qui se présenta ne m’était pas inconnu, cette fois. Tadaoki Asami, une marionnettiste que j’avais rencontré peu avant mon départ pour Iwa. C’était une fille qui m’était sympathique. Il était fort à parier qu’elle n’allait pas trop me poser de problèmes. Je n’en avais clairement pas besoin en raison du manque total d’expérience que j’avais en tant que professeur. D’ailleurs, je roulais des yeux quand elle m’appela « sensei ». Décidemment, j’aurai toujours du mal avec les titres. Heureusement, ce n’était rien de pompeux ou de glorieux.

- Bonjour Asami, ravi de te voir prétendante à l’équipe 8. J'espère que tu vas bien. Mon regard se tourna vers le premier arrivé. Le froid que dégageait mon visage s’était dissipé dès lors que les deux élèves s’étaient réunis. Et toi ? Quel est ton nom ?

Toutefois, mes yeux plissés affichaient une certaine perplexité chez moi. La réaction du jeune homme lorsqu’il avait vu la Tadaoki avait attisé ma curiosité. Si Asami ne s’était pas présentée à lui, j’aurai juré qu’ils se connaissaient… et qu’ils entretenaient une relation tendue. C’était peut-être le cas, et Asami voulait simplement ne pas emmerder l’équipe avec leurs histoires personnelles. Si c’était le cas, c’était un choix respectable. Et ça me permettait surtout de poursuivre avec les choses importantes.

- Je suis Akahoshi Hisao et pour le moment, c’est par ce nom que vous m’appellerez. Il n’y aura pas de sensei avant la fin de l’entraînement… et potentiellement après non plus.
Je marquais une pause, le temps de balayer les deux genins du regard. Je vais être très clair : Si je vous juge décevants, inadéquats ou inaptes à faire partie de mon équipe, vous serez purement et simplement recalés. Une équipe qui ne s’entend pas ou qui n’est pas capable d’évoluer est une équipe vouée à l’échec, et je n’oserais pas être le responsable de votre stagnation.

C’était très clair : Leur prestation et leur attitude allait fortement peser dans la balance. Et leur réaction quant à ma ‘’menace’’ également. Pour le moment, il n’y avait pas d’équipe 8. Du moins, pas avec ces deux personnes à l’intérieur. Le discours avait été rude, mais ma franchise parlait pour moi. Une équipe qui n’est pas foutue de travailler ensemble ne sert à rien. Au-delà des simples divergences, les conséquences pourraient être problématiques, notamment pour ces deux genins. Être un frein à leur développement n'était pas une idée que j'appréciais particulièrement.

- Avant de passer aux choses sérieuses, j’aimerais que vous vous présentiez en quelques mots. Pas besoin d’étaler votre vie privée, je m’intéresse pour le moment à vos capacités, à vos préférences et à vos objectifs à long terme. Si vous gagnez mon respect et que vous êtes acceptés dans cette équipe, j’aimerais qu’on soit au clair avec les ambitions de chacun. Je compte bien vous faire évoluer. L’inactivité ne fait pas partie de mes projets.

Pour le moment, je ne me présentais pas, préférant leur laisser l’initiative. J’étais curieux de savoir ce qu’ils allaient pouvoir me révéler, d’autant plus qu’un combat suivra cette discussion introductive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Sam 24 Fév 2018 - 16:18

Se contentant d’attraper la main d’Asami, Raizen n’osa pas répliquer en se présentant. De nouveau, il faisait face à une impasse, un nouveau visage qu’il ne lui connaissait pas. Pourquoi refusait-elle d’accepter le fait qu’elle connaissait Raizen ? Il supposait que c’était lié à leurs deux premières rencontres. Pourtant, il demeurait confus sur de nombreux éléments. Quoi qu’il en soit, il était beaucoup trop tôt pour qu’il établisse ses prémisses.

Préférant concentrer son énergie sur Hisao, Raizen fut forcé de se racler la gorge à de nombreuses reprises en l’écoutant parler. Son discours était d’une simplicité attrayante. Étonnamment, il avait l’impression qu’il allait rapidement s’entendre avec ce personnage calme. Malgré que certaines paroles déclenchèrent un court sentiment d’alarme chez lui, Raizen devait se faire à l’idée que cet homme n’était pas présent pour jouer.

Demeurant accrocher à certains mots clés comme : entrainement, recalé, équipe et évolution, le jeune Meikyû en avait pour son argent. Si son objectif était l’évolution et l’expérience, tous les éléments dirigeant vers le progrès étaient réunis. Malgré tout, il semblerait qu’ils allaient devoir passer un test. Respirant lentement, il balada ses yeux de droites à gauche alors qu’il tentait de jauger la force respective de ses camarades potentiels. Aussi réaliste soit-il, sa conclusion était relativement pessimiste. Autour de lui se trouvaient probablement deux shinobis qui avaient des capacités supérieures aux siennes. Ainsi, ce test risquait de s’avérer plus rude pour lui. Après tout, il répondait à tous les éléments susceptibles de générer un échec et séparer cette équipe avant sa formation.

-Je suis Raizen. Meikyû Raizen.

Marquant une pause, quelques secondes s’écoulèrent alors qu’il prenait le temps d’établir un contact visuel prononcé avec les deux prospects. Mettant plus ou moins l’accent sur son nom de famille, il annonçait indirectement que ses compétences étaient liées à ses sceaux.

-Je viens du clan Meikyû ce qui justifie la présence de multiples tatouages qui sont en fait des sceaux.

Enlevant son gant orné d’une plaque métallique de Kumo, il leur montra le sceau qu’il avait sur la main gauche. Sur cette même main, on pouvait y lire 5 lettres tatouées sur ses jointures formant le mot : D.E.A.T.H . Quant à lui, son sceau prenait la forme d’un cercle tribal.

-Malgré tout, ma spécialité reste l’utilisation d’armes. Mon style de combat entier est basé sur cela.

Remettant son gant, le jeune kumojin était tenté de conserver des informations pour lui-même. Après tout, il se demandait à quel point il devait en révéler sur ses capacités. Le but n’était-il pas d’avoir toujours quelque chose en réserve pour être en mesure de surprendre autrui ? Cette réflexion était probablement la raison pour laquelle il ne parla aucunement de sa plus grande force : sa capacité d’évaluation.

-Quant à mes objectifs...

Tournant son regard discrètement vers Asami, un léger sourire se forma sur ses lèvres alors qu’elle risquait de se réjouir d’entendre des informations qu’elle n’avait probablement jamais entendues lors de leurs deux dernières rencontres.

-Mon but à long terme est d’avoir un impact sur la situation mondiale. Je pense avoir le potentiel de pouvoir contribuer stratégiquement aux événements qui se passent. Malgré tout, il me faut obtenir un rang conséquent afin d’avoir cette influence. Ce rang me permettrait non seulement de pouvoir être plus influent, mais aussi d’avoir accès au fameux livre de Kumo qui représente un objet important de mes études à temps perdu. Je cherche à découvrir les limites du potentiel de développement des Shinobis , car je suis d’avis que personne n’utilise pleinement ses facultés. Au final, mon but est de tout détruire pour mieux reconstruire et de suivre cette voie pour apprendre et comprendre.


Passant de bref, froid et sec, un charisme soudain s’était emparé de Raizen alors qu’il parlait de ses objectifs. Comme s’il était possédé par quelque chose de plus grand et de plus puissant que lui, il s’était amusé à étayer sa façon de penser afin de leur donner un avant-goût de qui il était ? Or, il n’avait pas fini. S’il y avait bien une chose qui faisait sa force, c’était bien son absence de craintes. Ainsi, il comptait jouer cartes sur table et dire ce à quoi il s’attendait de leur part.

-Parlant d’inactivité, celle-ci ne fait pas partie de mes projets non plus. Je m’attends à ce que tu sois en mesure de nous aider à progresser. Par contre, j’espère que cette relation sera bidirectionnelle et que nous pourrons nous aussi t’aider à avancer dans tes propres objectifs.

Jetant un coup d’œil complice à Asami, malgré leurs différends, il savait pertinemment qu’ils étaient tous deux des individus probablement déviants qui sortaient du cadre normal. Ainsi, en aucun cas, Raizen n’envisageait une relation enseignant-élève conforme à la norme. Cette norme risquait de ne pas s’appliquer correctement à leurs personas respectifs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 24 Fév 2018 - 18:46
Il ne s’opposa pas, à croire qu’il ne cherchait pas confrontation avec elle. Pas de si tôt du moins. S’il ne s’était pas présenté, elle n’en fit pas de cas. Après tout, elle était là pour offrir le meilleur de sa personne et faire de son mieux pour que l’équipe tienne la route. Elle aurait tout son temps pour… Apprendre à le connaître. L’idée lui semblait amusante, notamment vu la relation assez particulière qu’elle entretenait avec le jeune homme. Si Sayo pouvait se targuer de la connaître par coeur la jeune femme, il y avait aussi désormais cet homme qui en connaissait beaucoup sur elle. Du moins, ça, c’est s’il l’avait pris au sérieux, malgré son ton joueur, alors que l’alcool avait baigné leur dernière rencontre. Ses prunelles enflammées se dirigèrent donc vers celui qui se trouvait donc à être leur sensei, ou du moins, pas tout à fait. Pas maintenant si elle croyait ce qu’il disait.

S’était-elle attendue à autre chose de sa part ? Bien évidemment que non. Son discours lui ressemblait, de ce qu’elle avait réussi à apprendre sur lui. De ce qu’elle avait compris de sa personne, au cours des quelques heures passées en sa compagnie. Elle était ainsi faite, la demoiselle, à observer pour mieux comprendre, et ainsi prévoir les réactions d’autrui. Et si Hisao avait son charme dans la simplicité de sa personne, Raizen avait le sien dans l’imprévisibilité dont il faisait preuve. Une équipe donc qui se voulait particulièrement intéressante aux yeux de la belle brune. Il aurait été dommage qu’elle se trouve en présence de gens ennuyeux. Bien dommage même. Et cela aurait même pu se montrer dangereux. Ça, si l’aîné ne le savait pas, l’homme à ses côtés en avait sûrement parfaitement conscience depuis la dernière fois.

Au final, elle se devait de faire ses preuves, tout simplement. De s’assurer de ne pas être décevante dans ce qu’elle pourrait lui montrer comme technique et, pourquoi pas, faire preuve de cet incroyable esprit d’équipe qu’elle était en mesure de posséder. Cette équipe, c’était un pas vers l’avant. Vers où ? Elle ne saurait le dire avec précision, or, cela était évident que ce la ferait sortir de son quotidien monotone plus que désagréable. Elle écouta ce qu’avait à dire Raizen sans se départir de son sourire agréable, bien digne d’elle, surprise d’en apprendre un peu plus sur lui. Tout comme elle l’était qu’il garde ainsi des informations cachées sur son cas. Était-ce réellement la meilleure mentalité à avoir ? Sans connaître spécialement ses capacités, elle était convaincue que sa force de résidait pas tant dans le sceau qu’il arborait à la main, mais dans tout ce qui pouvait se passer dans sa tête. Et si elle ne le dirait jamais à voix haute, elle pouvait apprécier la vive intelligence dont il pouvait faire preuve, entre son insouciance (ou arrogance ?) flagrante. Elle se manqua d’ajouter quoique ce soit concernant le potentiel des shinobis, et ce, quand bien même son esprit se dirigea-t-il naturellement sur le projet qu’elle montait à l’heure actuelle avec la Nara. Il n’était pas le seul avec cette idée et elles comptaient bien la concrétiser.

Son tour vint finalement et elle hocha doucement de la tête alors que les regards se posaient sur sa personne. Une main dans la bourse qu’elle tenait à la taille, elle en sortit deux parchemins. L’instant d’après, deux marionnettes se trouvaient à ses côtés. Si l’une mesurait plus de deux mètres et était renforcé d’un métal digne Metaru, la seconde se voulait plus petite, en taille du moins. Le long corps de Kuchiki, atteignant lui aussi les deux mètres, se voulait monté sur huit pattes munies de griffes alors que son allure n’était pas avenante mais pas du tout. Deux bien belles créatures qui faisaient sa fierté. Et puis, Hisao n’avait pas encore eu le loisir de rencontrer ces dernières.

- Tadaoki Asami. Elle se répétait. Je suis une marionnettiste, qui a appris cet art dans la grande bibliothèque qui se trouve au sein de notre village. Elle eut un léger sourire. J’ai été fascinée par l’art des Nara et j’ai donc tenté de le reproduire… À ma manière. Or, il n’y a pas que ça. Toutes mes marionnettes, sans exceptions, renferment divers poisons. Si la lame peut être menaçant, ce qu’elle cache l’est d’autant plus, c’est un peu ainis que je fonctionne..

Ses marionnettes et le poison. Les deux seuls choses qui passionnaient sincèrement la Tadaoki et dont elle pourrait en parler pendant des heures. L’Akahoshi avait eu tout le loisir d’apprendre ce fait alors qu’elle s’était lancée en explication scientifique en sa présence, décrivant de long en large tout ce qui la passionnait dans cet art et tout ce qu’il y avait à faire de ce côté.

- Quant à mes objectifs… J’ai envie de progresser. Elle était étonnamment sincère pour le coup. J’ai eu le loisir de m’affronter à des personnes bien plus fortes que moi au cours des dernières semaines, simplement pour voir où j’en étais et cela s’est soldé par de douloureux échecs. Ce n’est pas que par fierté que j’ai envie d’atteindre leur niveau, mais bien parce que je tiens à ce village, à ses habitants, et donc, j’ai envie de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour le protéger et instaurer un climat où plus personne n’aurait rien à craindre. Que ce soit naïf ou utopique, c’est dans ce sens que je cherche à avancer. Mes parents, et ma famille par extension, sont des scientifiques et n’ont rien de combattants. Étant la seule ayant suivi cette voie, je me veux les protéger à tout prix.

Vers la fin, la sincérité s’était faite moins présente, quand bien même cela ne parut nullement, tant elle était habituée à ce rôle qu’elle endossait. Or, Raizen saurait y déceler le mensonge alors qu’elle n’avait eu aucune honte et éprouvait aucun regret de lui partager l’absence de fidélité qu’elle avait pour ce village. Pour tout, en réalité.

- Accessoirement, j’ai envie de voir où est-ce que la science peut nous mener. Il y a encore tant à découvrir que je ne peux me sentir satisfaite du peu qu’on a.

Et voilà, ses motivations étaient claires : elle souhaitait avancer. Peu importe quelle direction elle prenait, tant ne stagnait-elle pas ou ne reculait-elle pas, elle en serait satisfaite. Il n’y avait qu’en allant de l’avant que ses désirs de chaos pourraient se concrétiser.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 24 Fév 2018 - 19:55
L’avenir de ces deux Genins allait s’avérer intéressant. Si chacun de leur objectif était intéressant, je voyais en Raizen un homme plus déterminé et prévoyant sur le chemin qu’il devait emprunter. Il n’y allait pas par quatre chemins et, à mes oreilles, son but me paraissait clair. Quelque part, ses projets étaient semblables aux miens : Le système judiciaire était devenue ma cible lors de ma sortie de prison, et je ne comptais pas y aller doucement avec les chiens qui servent de geôliers. Tout était à revoir, et pour ce faire, les fondations devaient tomber avec le système. Cependant, là où j’avais pu largement évoluer sur le plan d’action, Raizen était encore ‘’jeune’’. Ses propos comme le ton de sa voix étaient durs. Il possédait une détermination qui n’était pas uniquement positive.

Les yeux plissés, je notais que le Meikyû allait devoir être surveillé. Ou, plutôt, être accompagné. Ses origines lui offraient des possibilités plus qu’intéressantes, mais il allait devoir être prudent sur ses actions futures. Concernant Asami, je n’appris pas grand-chose la concernant. La science et son envie de progression ne m’étaient pas inconnues, bien qu’elle avait démontré cette fois-ci une volonté plus soulignée que la dernière fois. Ce qui était intéressant, c’est que Raizen comme Asami avaient un domaine en commun : Le développement et la science. Peu importe leurs objectifs, je me demande s’ils n’auront pas à largement se côtoyer dans le futur.

- Merci pour ces informations. Quant à moi, sachez que j’ai passé une grande partie de ma vie derrière des barreaux. Les raisons sont sans importance, gardez simplement en tête que les circonstances de ma condamnation m’ont poussé à vouloir réviser tout le système de justice. Concrètement, j’en ai assez de la justice aveugle et stupide. Ma place au sein du Kyuubu et du Conseil sont une première étape accomplie à la réalisation de mes objectifs.

Je ne m’étendais pas davantage. En vérité, rien de tout cela n’était mon objectif principal à l’heure actuel. Je n’en avais ni le temps, ni l’envie pour le moment. Si je garde toujours des séquelles du sort qui m’a été réservé, j’ai des priorités différentes aujourd’hui qui m’empêchent de poursuivre mes projets pour le moment.

Le regard rivé sur les marionnettes d’Asami, je hochais la tête avec intérêt. Visiblement, elle avait encore largement de quoi me surprendre sur son domaine de prédilection. Cela dit, je devais admettre que le long pantin à longues griffes n’était pas très rassurant. Avec toutes ces histoires de poisons, j’avais fini par me méfier de ses tours…

Recrachant un dernier petit fuseau de fumée blanche devant moi, je finis par vider le foyer de mon Kiseru de ses cendres avant de le ranger, après qu’il ait un peu refroidi, dans la poche intérieure de mon manteau noir. « Les présentations sont faites, j’vous remercie. Je maîtrise la vapeur, mais je ne vais pas utiliser cette capacité pour l’affrontement direct. Ce n’est pas adapté. » Je les regardais tour à tour avant de regarder l’étendu du terrain, qui était le plus grand de la zone d’entraînement. Je l’avais spécialement réservé pour l’occasion. « Comme premier test, ça ne sert à rien de faire dans la complexité. Donnez tout ce que vous avez pour me mettre à terre. Tout ce que je veux savoir pour le moment, si c’est vous êtes capables d’intégrer l’équipe 8. »

Dans un large grondement, un courant électrique transita à travers tout mon corps avant de provoquer un champ d’énergie tout autour de moi. Ma main gauche vers Raizen et ma main droite vers Asami, je venais de les éjecter quelques mètres en arrière, profitant de leur inattention. Cette technique avait la capacité de considérablement gêner la mobilité… reste à voir s’ils ont pleinement subi le choc ou non. Les deux Genins étaient désormais séparés d'environ six mètres l'un de l'autre, tandis qu'ils étaient à trois mètres de moi. Que l'examen commence.

Spoiler:
 


Dernière édition par Akahoshi Hisao le Sam 24 Fév 2018 - 22:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Sam 24 Fév 2018 - 22:22

Encore une fois, Asami s’était démarqué par son impressionnante manière de se présenter différemment chaque fois qu’elle ouvrait les lèvres. Sur le coup, Raizen eut envie d’éclater de rire, mais ce fou rire aurait été de mauvais goût. Il préférait lui lancer un regard dans lequel il la narguait de A à Z. Il se disait qu’elle savait déjà que sa mascarade ne fonctionnerait plus devant lui, du moins, pas après leur dernier repas au restaurant. Il avait appris tant d’éléments qu’il mettait encore du temps à assimiler qu’il n’était pas près de lui faire confiance sur ce qu’elle disait.

Comme si l’équipe n’était pas assez peu conforme à leur gout, Hisao se présenta comme ayant passé une bonne partie de sa vie en prison. Laissant les motifs de son emprisonnement dans les ténèbres, Raizen ne put s’empêcher d’arquer un sourcil. Les liens commençaient à se faire tandis qu’il réalisait à quel point leur équipe avait le potentiel d’être intéressante. Aussi simple semblait-il, Hisao lui faisait penser à une version peut-être plus mature et différente de sa propre personne. De plus, il ne devait pas avoir loin de son âge.

Quoi qu’il en soit, Raizen aurait bien aimé pouvoir passer plus de temps à analyser tout ce qui s’était dit, mais comme le lieu de rencontre l’indiquait, l’affrontement était inévitable. Par malchance, l’objectif n’était pas vraiment clair. Ainsi, il n’eut pas le temps de réagir aussi vivement qu’il l’aurait voulu face à l’attaque électrisée de son opposant. Dans un large grondement, Raizen fut éjecté vers l’arrière, recevant ainsi des dégâts partiels qui eurent tout de même pour effet de le toucher de manière suffisamment importante pour l’envoyant au sol.

Prenant une courte seconde pour constater son état, il se releva et recula de deux pas, réalisant ainsi que sa mobilité était plus ou moins réduites. Sur le coup, il ne put s’empêcher de se dire qu’il était chanceux de n’avoir pas reçu la technique de plein fouet. Autrement, le reste du combat aurait probablement été éphémère. Pour le moment, le peu qu’il maitrisait reposait totalement sur l’affrontement au corps à corps. Malgré tout, Hisao semblait avoir clairement démontré que ce n’était pas une bonne idée de l’approcher de front. Malgré tout, en regardant la distance le séparant d’Asami, il ne pouvait s’empêcher de se dire que le but premier était de les éloigner et d’empêcher la communication entre eux. Après tout, comment réagiraient deux individus qui ne s’étaient jamais parlé auparavant après une telle attaque ? La communication était une option, mais ce n’était pas celle qui était la plus naturelle pour des inconnus.

-Asami !

Activant le sceau D.E.A.T.H, un long Sabre apparut dans sa main droite alors qu’il s’apprêtait à se préparer au combat. Sur le coup, l’idée d’avoir fait apparaître son sabre en avance aurait été intéressante. Toutefois, il avait misé sur l’effet de surprise et son pari s’était voulu un échec. Malgré tout, Raizen gardait son arme la plus dangereuse en réserve : son cerveau.

Même si le combat commençait dans une belle mauvaise posture pour lui, il savait pertinemment que ce test avait pour but de les mettre dans une situation inconfortable afin de voir de quelle manière ils allaient réagir. Du moins, c’est de cette manière qu’il aurait testé des gens. De plus, quelque chose lui disait que Hisao et lui devaient probablement partager plusieurs pensées communes.

-J’ai besoin d’une diversion...

Raizen espérait qu’elle comprendrait pourquoi il hurlait aussi explicitement une telle faveur. Dans un sens, il devait réfléchir à la meilleure stratégie pour aborder ce combat et le seul moyen qu’il pourrait le faire serait en sachant que ni lui ni sa partenaire ne risquaient d’être en danger. Ainsi, la meilleure solution était d’aider l’autre là où il y avait une faiblesse. En solidifiant leurs défenses respectives, ils allaient pouvoir progresser à deux. Ainsi, malgré sa difficulté à se déplacer, il fit un pas vers Asami, témoignant ainsi de son désir d’aller la rejoindre.

-Et surtout, rapproche-toi de moi.


Résumé du tour:
 



Dernière édition par Meikyû Raizen le Dim 25 Fév 2018 - 2:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 24 Fév 2018 - 22:46
Un ancien prisonnier ? Son ancienne discussion avec ce dernier lui revint à l’esprit et elle se retrouva à comprendre certains réactions de ce dernier. Et bien. Peut-être est-ce que cela expliquait aussi ce besoin presque vital qu’il avait eu de s’échapper de l’hôpital. Elle n’eut cependant pas le temps de s’attarder sur la question bien longtemps. Elle avait déjà une petite idée de ce que savait faire leur aîné, ne serait-ce que parce qu’il lui avait dit au détour d’une conversation. Et alors qu’il leur annonçait qu’ils se devaient de tenter de le mettre au sol de la manière qui leur semblait la plus appropriée, une attaque surgit de nul par dans leur direction.

Et bien évidemment, elle n’était pas prête.

Ce fut donc contre le sol qu’elle frappa durement, sentant presque ses muscles tressauter de l’électricité qu’elle sentait y passer. Tentant de se redresser, ayant perdu pied par la surprise de l’impact, force fut de constater que ses mouvements se voulaient plus difficile. Et merde. Elle se contenta alors de lever une main en direction de ses marionnettes, articulant du même coup ces pantins qui semblaient prendre vie sous leurs yeux. L’armure vint se poster en face d’elle alors que l’autre se trouvait à mi-chemin entre elle-même et son adversaire. Elle entendit son désormais coéquipier s’adresser à elle. Une diversion hein ? Elle aurait été tenté de répondre sèchement qu’elle ne prenait pas d’ordres, encore moins de sa part. Or, à l’heure actuelle, mieux valait qu’ils travaillent ensemble. En peu de temps, elle se retrouvait à même sa marionnette, confortablement assise en tailleur en son torse renforcé du métal digne des Metaru. S’il souhaitait ralentir ses mouvements, soit. Elle en bougerait pas.

Osoroshi adopta donc une position de défense, la lance levée devant lui, prêt à protéger celle qu’il protégeait. Quant à Kuchiki, il ne fallut qu’un instant pour qu’il bondisse vers Hisao, toutes griffes sorties. Deux idées s’offraient alors à elle, dépendamment de ce que choisissait l’homme. Si, comme Reiko, il se décidait d’encaisser le coup, elle s’assurerait de lui faire regretter d’avoir sous-estimer ce qui semblait pourtant pas si dangereux. Or, s’il tentait d’éviter, elle espérait que le léger vent soufflant aux alentour lui permettent de l’atteindre avec un poison bien différent.

Alors qu’elle le tenait occupé avec Kuchiki qui fondait sur lui à grande vitesse, elle s’était décalée sur le terrain, toujours au sein d’Osoroshi, se rapprochant alors de son partenaire. Déjà qu’ils étaient à deux contre un, elle avait ajouté un troisième joueur, voir même un quatrième si elle décidait de sortir éventuellement de son armure. De quoi, espérait-elle, donner du fil à retorde à celui qui serait leur sensei : il ne pouvait en être autrement. Elle s’était placée devant le jeune homme, du haut de ses plus de deux mètres, tenant toujours fermement la grande lance qui était très certainement plus grande qu’elle. Elle était prête à y aller sérieusement.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Dim 25 Fév 2018 - 0:09
Intéressant. La manière dont le regard de Raizen vagabondait dénotait d’une réflexion intense. Il était possible que ce soit le stratège du groupe. D’ailleurs, après avoir évité une partie des dégâts de mon attaque, il tenta de communiquer avec Asami. Bon point. S’ils avaient commencé à agir de leur propre chef sans avoir quoi que ce soit d’intéressant en tête, j’aurai été déçu. Là, chacun s’était rapproché de l’autre. C’était un choix intéressant et qui me rassurait légèrement. Reste à savoir s’ils sauront collaborer une fois qu’ils seront regroupés…

Quoi qu’il en soit, pour le moment, la menace venait d’Asami. Etant donné qu’elle avait ses marionnettes de prêtes, elle put réagir très rapidement, en plus de pouvoir palier à la distance sans trop de mal. Le plus épais vint entourer Asami pour la protéger, comme pourrait le faire une armure. Ingénieux : Le marionnettiste semblait particulièrement vulnérable, surtout face à un adversaire rapide et expert en Taijutsu. Ca tombe bien, je rentre parfaitement dans cette case.

Merde.

La plus fine des marionnettes vint rapidement réduire la distance qui me séparait d’elle. Si j’avais bien compris de quelle menace je devais avoir peur, c’était bien des poisons. Tandis qu’il ne restait que quelques centimètres entre moi et les griffes acérées du pantin, de la vapeur à haute pression apparût sur mon épaule gauche et ma jambe gauche, me faisant tourner autour de la marionnette, me permettant ainsi d’esquiver ses griffes. Malheureusement, une autre menace vint se présenter. Un petit « clic » se fit entendre tandis qu’un nuage se propagea autour de mon adversaire en bois. Saloperie : du gaz empoisonné.

La pression de ma vapeur, une fois réorientée mais surtout par un coup de chance, avait pu m’éviter le gros du gaz. Cependant, force est de constater que j’en avais inhalé et que ma vapeur n’allait pas le dissiper. Tant pis, à peine mon pied avait touché le sol que la terre sur laquelle je marchais se souleva. Je venais d’effectuer une charge rapide en direction de Raizen. Lorsque ma silhouette se rendait à nouveau visible, aux côtés du Meikyû, on pouvait me voir légèrement penché. La cause était simple : Ma jambe fortement enfoncée dans le sol, j’étais en train de pivoter pour imposer un violent coup de pied sur Raizen, profitant de ma vitesse et de l’éventuelle surprise pour lui faire quelques bons dégâts.

La situation n’était pas en ma faveur, et c’était parfait. Raizen, au vu de son épée, semblait plus à l’aise au corps-à-corps tandis qu’Asami, logiquement, était plus à l’aise à distance. Mais ses poisons, qu’ils soient gazeux ou liquides, devront être maniés avec précaution. Tant que je me trouvais à côté de son allié, toute esquive ou geste de ma part pouvait amener à une regrettable situation. Par contre, j'allais devoir faire gaffe. Je sentais mes sens se brouiller...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Dim 25 Fév 2018 - 2:57

C’est avec une grande surprise que Raizen constata que les aptitudes de combattantes d’Asami dépassaient ce qu’il avait envisagé. En effet, si Raizen était au début de son cheminement de combattant, on ne pouvait pas en dire autant pour Asami qui jumelait ses techniques à merveille. Telle une symphonie, elle enchainait ses techniques avec expertise et précision. Son exécution fut si dangereuse que Hisao fut forcé de fuir le nuage toxique de poison pour venir vers Raizen.

-Quoi !

Il était dorénavant clair que Asami n’avait pas besoin de Raizen pour se protéger au corps au corps. En fait, Raizen représentait non seulement le poids mort de l’équipe, mais aussi, le personnage le plus fragile même si le combat au corps à corps était son domaine d’expertise . C’est d’ailleurs pour cette raison que Hisao se précipita vers lui, lui faisant comprendre qu’il ne lui laisserait aucune chance. Sur le coup, vu la rapidité à laquelle tout s’était enchainé, Raizen eut du mal à répondre aussi promptement que son cerveau l’aurait voulu. Contraint se serrer les dents pour encaisser le choc, il encaissa un puissant coup de pied qui crispa tous ses muscles, le forçant d’ailleurs à s’agenouiller sous l’impact.

Bien que Raizen était endurant, le coup fut d’une violence si intense que sa respiration fut coupée le temps d’un moment. Ses pensées prirent le large et l’espace d’un instant, un vide total se forma jusqu’à ce qu’il reprenne promptement ses sens.

-Merde!

Reprenant la poigne qu’il avait presque perdue sur son arme, le genin commença à malaxer son chakra de manière à canaliser son chakra élémentaire dans le pommeau de son épée. Sans attendre, il eut pour réaction de vouloir immobiliser temporairement Hisao à l’aide de sa technique.

Après tout, s’il devait être le poids de mort, il comptait assumer ce rôle du début jusqu’à la fin. Être limité dans ces techniques était une chose, mais l’être mentalement en était une autre. Toute la force du shinobi résidait dans sa capacité à planifier et calculer les nombreuses situations possibles. Ainsi, bien qu’il avait reçu des dégâts pertinents, la situation était dorénavant à son avantage. En s’approchant de lui, Hisao était entré dans une zone où Raizen pouvait au moins s’avérer utile.

Ainsi, prenant cette opportunité répliquer, il jeta un coup d’œil inquisiteur vers d’Asami avant de lui faire un léger clin d’œil. Sous ce geste anodin, il chargea vers Hisao, brisant ainsi la courte distance qui les séparait. Son pommeau chargé d’électricité, il avança la poigne de son arme pour frapper celui-ci au niveau de son plexus. Il n’était pas aussi rapide ou effiace que d’habitude dû aux deux attaques qu’il avait encaissé. Pourtant, il espérait pouvoir ralentir suffisamment le jonin, le temps de laisser Asami lui faire des dégâts. Après tout, Raizen avait eu l’occasion de goûter aux poisons de la jeune femme à de nombreuses reprises. Ainsi, il s’attendait à ce que les effets négatifs de celui-ci lui laisse une chance de contribuer à la situation.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 25 Fév 2018 - 3:33
S’étant rapproché de Raizen, toujours protégée par l’armure qui l’entourait, elle cherchait à protéger l’homme tout en menant un combat à distance. Sa marionnette s’était abattue avec rapidité sur son adversaire, les griffes sorties tandis qu’elle évaluait ce qu’elle souhaitait faire. Au final, elle se décida au gaz, préférant miser sur une valeur sûre. Après tout, ne lui avait-elle pas fait part du large éventail de techniques fourbes qu’elle possédait ? La réponse était bien évidemment positive et donc, de ce fait, elle se doutait qu’il ne sous-estimerait pas ce qui se dirigeait vers lui. Il chercha bien évidemment à l’éviter, un léger son se faisant entendre tandis qu’un épais nuage toxique s’échappait de la marionnette. Cette dernière vint par la suite se réceptionner au sol sous les commandements de celle qui la maîtrisait de sa position. Partagée entre la défensive et l’offensive, la marionnettiste savait qu’elle ne pouvait pas se permettre de relâcher son attention. Ce n’était que le début de l’affrontement.

Ne le quittant pas des yeux, elle ne fut pas étonnée qu’il ait décidé de foncer vers Raizen. Après tout, à l’heure actuelle, il était le plus vulnérable d’eux deux. Et puis, elle pourrait avoir quelques problèmes s’ils se tenaient trop près l’un de l’autre. Si elle, elle était immunisée à ses propres poisons, ce n’était pas le cas de son partenaire. Elle se devait donc de faire attention, un coup mal calculé pouvant s’avérer dangereux. Elle n’eut pas le loisir de réagir tandis qu’un coup s’était abattu sur lui, n’ayant pu que faire volte-face tout en ramenant Kuchiki vers le centre du combat. Si Osoroshi était armé, ce n’était pas sa marionnette de prédilection pour passer à l’offensive. Non. Celle portant le doux nom offert par sa meilleure amie était bien meilleure.

Cherchant à passer à l’attaque, ne pouvant rester les bras croisés face à l’inactivité de son partenaire face au coup reçu, elle envoya donc son pantin sur leur futur sensei, cherchant à l’attraper entre ses nombreuses pattes. Le jeune homme lui se relevait, légèrement en difficulté mais tenant toujours sur ses deux jambes. Bien. Le clin d'oeil qu'il lui offrit fut tout ce dont elle eut besoin pour comprendre qu'il venait peut-être bien de réaliser que ce n'était pas elle à offrir une diversion, mais bien à lui. Pourquoi ? Parce que, avec ses deux marionnettes, elle-même protégée dans son armure et ses poisons, elle était nettement plus dangereuse que lui et il n'avait fallu que quelques seconds au combat pour que tous les deux s'en rendent compte. Elle s'entraînait sans relâche, et ce, depuis un moment déjà, quant à son art et cela ne faisait aucun doute lorsqu'on la voyait à l'oeuvre.

Le voyant chercher à frapper Hisao, de son côté, il lui fallait réfléchir et vite. Elle ne pouvait se permettre d'hésiter, et pourtant, elle se retrouvait décidément bien embêter qu'il soit si proche de son allié. Elle se doutait qu'il l'avait fait exprès, mais cela diminuait beaucoup de ses possibilités quant au combat. Soit alors. Activant un mécanisme de Kuchiki, elle vint enduire ses griffes de poison tandis que la marionnette bondissait vers l'opposant tandis que de son côté, elle chercha à venir s'emparer d'Hisao en créant des liens de chakra, l'idée étant d'en faire sa marionnette.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Dim 25 Fév 2018 - 12:46
Dans un mouvement rapide, j’avais pu surprendre et toucher le Meikyû. Les conséquences de ma technique Raiton s’étaient visiblement ressenties dans les mouvements de Raizen. Pour autant, malgré la paralysie et mon coup de pied, il était encore loin d’abandonner la lutte. Encore heureux : le combat venait à peine de commencer. Mais à la manière dont il agrippait son sabre, il était encore en train de récupérer du Raigō, ce qui me permit de jeter un bref regard à la Tadaoki, qui préparait sans l’ombre d’un doute un nouvel assaut.

Dans un cliquetis infernal, je vis la marionnette de la Genin fendre l’air jusqu’à moi, profitant logiquement de l’attaque de Raizen, qui, comme prévu, parvint à orienter une attaque jusqu’à moi. Au vu des circonstances, j’allais devoir subir quelques assauts et simplement compter sur le long terme… mais ça allait s’avérer plus compliqué que je n’aurais pu le croire. Bien que je déviais légèrement l’attaque du Meikyû, un courant électrique me parcourut le corps, me faisant plier légèrement le genou et permettant au pantin de m’asséner un coup enduit de poison. Entre le choc et le poison, la douleur que je subis soudainement fut une réelle saloperie, qui me fit presque chanceler l’espace d’un instant. Et ce n’était pas tout, tandis que je fis un pas en arrière, je sentis que je n’avais plus le contrôle de mon corps. Sans réellement savoir ce que c’était, les doigts d’Asami semblaient avoir bougés avant que je ne subisse cette entrave. En temps normal, j’aurais simplement essayé de forcer, mais je sentais que quelque chose me tirait.

- Beau travail. On va dire que le premier …
je respirais un coup en sentant à nouveau la douleur du choc et du poison parcourir mon corps … que le premier test a été accompli avec brio. Raizen, ne t’avise pas, en revanche, de me toucher pendant quelques instants.

Soudainement, de la vapeur vint s’échapper des pores de ma peau, lentement et tranquillement. Des tracés blancs vinrent tourbillonner autour de moi avant de s’accrocher à mon corps comme si ce n’était qu’une extension de moi-même. J’avais promis de ne pas utiliser la vapeur à des fins directes, mais je n’avais pas promis de ne pas en utiliser du tout. D’après la situation, je suspectais Asami d’avoir fait de moi une sorte de marionnette. Au-delà de l’égo qui en prend un coup, c’était un problème que je ne pouvais pas résoudre en n’utilisant pas mon Futton. Ainsi, les fils vinrent céder sous la corrosion aussi agressive qu’efficace de ma vapeur, me libérant ainsi de cette prison.

J’étais très loin d’avoir fini. Raizen était légèrement affaibli, c’était au tour d’Asami. A peine m’étais-je libéré qu’une série de mûdra furent exécutés à très grande vitesse, libérant un torrent d’eau tout autour de moi, qui, petit à petit, forma une imposante silhouette reptilienne qui fusa en direction de la Tadaoki. D’un autre mûdra, je vins imprégner le jet aqueux d’un courant électrique, invisible à l’œil nu. C’était une attaque violente que la marionnettiste devra esquiver. Mais qu'elle esquive ou pas, je n'allais pas conclure avec cette attaque. Tandis que le torrent vint s’écraser au sol, inondant et aspergeant toute la zone devant et derrière Asami, je me préparais à lancer une série de gouttes renforcées par mon chakra, capable de charcuter un ennemi. Bien que ma vue soit légèrement perturbée, je n'ai pas trop de mal à orienter mes attaques.

Bien entendu, pour laisser à Raizen l’opportunité de réagir après mon attaque sans risquer de voir sa peau rongée par l’acidité du gaz, je viens dissiper mon armure blanche. Le but n’était pas de les vaincre, c’était de les pousser à prendre les bonnes décisions et de la meilleure des manières.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Dim 25 Fév 2018 - 14:19

Serrant les dents, Raizen aurait préféré 100% faire mouche lui donner un avant-goût du pommeau de son arme. Après tout, cette technique était une de ses préférés de par son effet de surprise et les importants dégâts qu’elle pouvait causer. Malgré tout, Asami fut en mesure de lui infliger des dégâts ce qui était l’important. Apte à faire des dégâts plus intéressants sur le long terme, le fait que ses marionnettes touchent Hisao allait probablement jouer en leur avantage d’autant plus qu’ils venaient prétendument de passer le premier test.

Sans une once de joie, Raizen se concentra plutôt sur la réaction du jonin alors que celui-ci avait profité d’un pas en arrière pour venir assommer Asami d’une combinaison de plusieurs techniques lui permettant non seulement de sortir de son contrôle, mais de passer aussi à l’offensive.

-Je te couvre !

Au vu des nombreuses attaques qui fusaient vers Asami, il n’avait pas le choix. Armure ou pas, le jeune épéiste avait entamé quelques déplacements vers Hisao, sabre à la main. Profitant de la longue portée qu’avait son sabre, il tourna la lame vers le ciel alors qu’il allait tenter de frapper Hisao du revers de celle-ci afin de le repousser vers un arbre non loin. Chargeant, il n’entendait pas rire, surtout qu’il voulait laisser le temps à Asami de récupérer un peu.

Son but était simple, éloigner le plus possible Hisao le temps qu’il s’assure que Asami était hors d’état de danger. Après tout, la récente combinaison qu’ils avaient tentée avait probablement demandé à la marionnettiste une quantité considérable de chakra. Lui-même essoufflés, ils allaient devoir reprendre des forces s’ils voulaient continuer d’être compétitifs.

-Asami, ça va ?

Il devait prendre l’état de la situation sans perdre son contact visuel avec Hisao. Pour en avoir eu un avant-goût, il savait pertinemment à quel point tourner la tête l’espace d’une seconde pouvait s’avérer dangereux.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 25 Fév 2018 - 14:38
Premier test réussi. Ce fut donc un sourire satisfait qui vint étirer les lèvres de la jeune femme, et ce, malgré le fait qu’il n’était visible pour aucun d’entre eux, elle toujours dans son armure. À croire qu’ils avaient réussi à satisfaire les exigences de celui qui serait dorénavant leur sensei. Elle-même était surprise de la coopération qu’elle avait pu avoir avec son désormais partenaire, et ce, en si peu de temps. Elle aurait cru qu’avec tout ce qu’il savait d’elle, il aurait été plus méfiant. À croire qu’elle n’avait pas tort et qu’il était tout simplement dénué d’un quelconque instinct de survie. À suivre.

Déconcentrée par cette nouvelle, alors qu’elle croyait le combat terminé, elle eut tout juste le temps de voir de la vapeur s’échapper de l’homme, venant rompre le contact qu’elle avait avec ce dernier, l’empêchant dès lors de le manipuler à sa guise. Ce fut lorsqu’elle l’aperçut effectué quelques mudras qu’elle réalisa que le combat était bien loin d’être terminé. Pestant contre son manque d’attention, elle se retrouva à éviter in extremis le torrent qui se dirigeait droit sur elle, son armure se déplaçant rapidement sur le côté. À voir la force avec laquelle ledit torrent avait percuté le sol, elle était bien heureuse de ne pas en être la victime. À peine repositionnée sur ses jambes que ce sont des projectiles qui la menacent désormais. S’échappant de son armure, ce n’est pas pour autant qu’elle n’est pas victime de sa technique. Que ce soit les bras, l’épaule ou même les jambes, la douleur se fait vive et la force à plier le genou, derrière la marionnette de deux mètres qui se trouve entre elle et son adversaire. Le visage penché vers l’avant, c’est un sourire désormais un peu plus malsain qui vient prendre place sur ses lèvres, se délectant presque de la douleur qui lui traverse le corps, envoyant un frisson le long de son échine. Elle se devait de se ressaisir. Là n’était pas le temps d’apprécier les techniques pour le moins brutal de son adversaire.

Se fondant dans le sol, Kuchiki vint s’écraser au sol, désormais privé de tout contrôle. Quant à Osoroshi, il se contenta de rester debout, la lance à la main. Ayant analysée d’un rapide coup d’oeil le terrain, elle réapparu aux côtés de Raizen. C’était téméraire, de se sortir de la sorte de son armure, toutefois, c’était soit ça, soit les projectiles auraient pu causer beaucoup plus de dommage. Elle se trouvait vulnérable à l’heure actuelle, un seul coup de la part de leur professeur pouvait lui causer de gros dommages. Or, elle n’avait pas dit son dernier mot.

- Ne t’en fait pas pour moi.

Quelques mudras plus tard et ce fut le sol sous Hisao qui commença à se mouvoir, cherchant à venir s’emparer de sa personne, notamment de ses bras, pour le garder prisonnier. La jeune femme avait le souffle court, revenant poser un genou contre le sol. La douleur, aussi agréable pouvait-elle être, la faisant se sentir plus vivante que jamais, se voulait tout de même difficile à supporter dans de telles conditions. Sans compter qu’elle s’était rapidement épuisée et que, pour l’heure, ses marionnettes jonchaient le sol, désarticulées.

Spoiler:
 


Dernière édition par Tadaoki Asami le Lun 26 Fév 2018 - 3:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Dim 25 Fév 2018 - 15:07
Les doutes que j’avais concernant la possibilité pour eux de coopérer efficacement s’étaient progressivement envolés durant ce combat, jusqu’à laisser place, au contraire, à un sentiment de satisfaction. Les choix qu’ils avaient pris étaient judicieux et avaient permis de me mettre dans des situations problématiques. Peu importe que je n’utilise pas ma vapeur, je reste un Jônin et leur prestation se devait d’être profondément saluée. Mais le combat n’était pas fini. Je voulais continuer à observer leurs réactions et leurs décisions lorsqu’ils atteignaient un certain stade d’épuisement.

Pour ce qui est du Meikyû, il était bien décidé à remporter cet affrontement. Peu importe son état, il avait choisi de se donner jusqu’au bout afin de laisser une ouverture à Asami. Du moins, d’après ce qu’il disait. Il n’était d’ailleurs pas si mal en point que ça. La semi-paralysie commençait à disparaître et il regagnait en vivacité, comme le prouvait la charge qu’il venait d’effectuer sur mon flanc. Vu le mouvement qu’il était en train de faire, il ne comptait pas m’attaquer avec le tranchant de son sabre mais avec le plat de celle-ci, me permettant de simplement interposer mes bras pour bloquer l’attaque. Mais l’élan qu’il s’était donné était parvenu à rompre ma défense, me faisant reculer d’un pas.

Et alors que je posais le pied, la terre se mouvait, puis se déformait pour entourer mes pieds. Une entrave doton ? Décidément, la manière dont ils travaillaient ensemble me plaisait. Mais l’action d’Asami était définitivement trop dangereuse pour le gain apporté. En se mettant aussi près de Raizen sans m’avoir infligé de réels dégâts, il suffisait que je me libère de mes liens pour sévèrement les punir.

Mais… entre ma vue troublée, le poison douloureux et le choc électrique, je devais laisser à mon corps quelques secondes pour s’adapter et récupérer. Ma résistance était haute, mais pendant l’espace d’un instant, il me fallait rester immobile… ça tombe bien, cette entrave était là pour ça. Et je comptais bien les surprendre d’une autre manière qu’en me libérant sauvagement de cette prison terrestre. Je profitais alors du fait que la terre était encore en train de monter pour faire un dernier mûdra.

- Kage bunshin.

Trois nuages apparurent autour de moi, dont trois répliques de ma personne vinrent aussitôt fendre l’air jusqu’à Raizen et Asami. Le repos n’était pas une option envisageable pour eux dans ce combat, et je crains que la stratégie de se regrouper n’a été qu’une erreur pour eux. Plusieurs choix s’offraient à moi. Je pouvais potentiellement mener ce combat à son terme, et ce serait une solution acceptable. Ils avaient prouvé qu’ils étaient dignes d’appartenir à une équipe et c’est tout ce qui comptait pour aujourd’hui. Mais je pouvais également faire durer le combat… Sauf que vu leur état, ça n’allait pas être spécialement intéressant ni même bénéfique.

Les trois clones, de base à quelques mètres à peine de Raizen et Asami, avaient réduit l’écart en quelques pas. Chacun agissant à l’unisson, ils écartèrent finalement leur bras en même temps. Un intense courant électrique résonna entre chacun d’eux, créant une puissante et violente onde de choc jusqu’à mes deux adversaires. J’avais moi-même légèrement subi le choc, d’autant plus que mes mouvements étaient extrêmement limités à cause de cette prison.

Voyons voir s’ils étaient encore capable d’agir après ça.

Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Dim 25 Fév 2018 - 15:53


Leur attaque avait porté fruit. Mieux encore, aussi surprenante soit-elle, Asami avait réussi à se sortir d’une mauvaise situation pour venir rejoindre Raizen et emprisonner Hisao. Tandis que Raizen s’apprêtait à calculer la situation comme étant à leur avantage, Hisao se mit à exécuter promptement des mudras. La vitesse de propagation de la technique doton était trop lente pour rivaliser avec une telle rapidité.

Se mordant la lèvre, Raizen fut contraint de se mettre en position défensive alors que trois clones fonçaient vers eux. Était-ce le moment d’activer son sceau ? Malheureusement, au moment où cette question traversa son esprit, il fut contraint d’amener Asami derrière lui alors qu’ils exécutaient des mudras. Quoiqu’il arrive, il devait à tout prix protéger physiquement sa partenaire. Étant probablement plus endurante physiquement qu’elle, en le rejoignant, elle s’était mise en position de fragilité. Ainsi, Raizen devait réagir et rapidement.

-Asami, reste derrière moi et profites-en pour t’échapper.

N’hésitant pas, alors que les clones étaient à quelques mètres de lui, Raizen se positionna de manière à protéger Asami et à couvrir le plus d’angles d’attaques possible. Son but premier était de protéger sa partenaire , le second était de briser la chaîne de leur attaque. Pour ce faire, il changea la prise qu’il avait sur son sabre afin d’essayer quelque chose de nouveau. Il ne savait pas comment ça allait finir, mais c’était la seule option qu’il avait. N’ayant aucun Kunai, il fut contraint de lancer son sabre vers le clone du milieu. Tentant indirectement d’imiter un javelot, le jeune homme venait de se sacrifier indirectement pour donner une chance de survie à son équipe.

-Argh...

Encaissant la violente décharge électrique, il serrait les dents en tentant de supporter le tout du mieux qu’il le pouvait. Sa pensée était la suivante : Même s’il était incapable de bouger de son propre chef, Asami pourrait le manipuler et l’utiliser à sa guise tout comme elle l’avait fait dans le laboratoire. Ainsi, c’était la solution la plus optimale pour survivre.


Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 25 Fév 2018 - 16:37
Sa technique fonctionne, du moins, à première vue. Elle voit la terre remontée le long du corps du jônin, cherchant alors à l’emprisonner. Or, elle n’est pas assez rapide et elle comprend son erreur alors qu’il effectue quelques mudras. Quelque chose arrive dans leur direction et elle est prête à parier que ce ne sera pas agréable. Ses blessures dont qu’elle n’a pas le temps de réagir et elle se contente donc d’être repoussée vers l’arrière par son coéquipier, qui se place devant elle, comme s’il cherchait à lui servir de bouclier humain. Et dire qu’elle n’avait même pas eu besoin de le manipuler pour qu’il agisse ainsi… Si elle se demandait vaguement ce qui le poussait à faire de la sorte, se mettre volontairement en danger pour qu’elle évite le plus gros de l’assaut, là n’était pas le moment pour ce genre de question.

L’attaque se fit sentir, comme elle s’en doutait. Perdant ainsi sa concentration, la prison de terre qui avait cherché à immobiliser l’homme ne tiendrait plus en place, à son plus grand dam. Encore une fois, ses mouvements sont difficiles, chacun de ses muscles semblant répondre au choc la traversant. Elle ne pouvait alors que s’imaginer ce que celui s’étant placé devant elle venait de vivre. Désormais brimée dans ses mouvements, sentant à peine son corps lui répondre pour l’instant, elle se contenta de lever doucement la main, venant se saisir de Kuchiki qui s’était écrasé non loin de là. Ce n’était pas parce qu’elle était mal en point et le souffle court qu’elle avait dit son dernier mot. Sans compter qu’il était tout simplement inacceptable que Raizen ait subit la violence de cette attaque pour qu’au final, elle ne fasse rien.

La créature s’activa alors, son cliquetis caractéristique se faisant entendre. Bondissant, ce fut une volée de senbons qui se dirigea vers Hisao, une petite dizaine, qu’elle avait fait attention de recouvrir d’un poison au préalable. Elle ne pouvait pas spécialement faire plus alors qu’elle se sentait de plus en plus faible dans ce qu’elle faisait. Trop pour être en mesure de se saisir et de son armure, et de son pantin qui se dirigeait à nouveau vers leur sensei, toute griffe sortie, après son attaque.

Elle ne pouvait bien malheureusement pas offrir plus. Du moins, pas dans la situation actuelle, son corps se voulant douloureux, ses muscles peu tentés de répondre à ses consignes et ses blessures toujours d’actualité alors qu’il avait su faire du dommage avec son suiton. Elle n’en restait pas moins fière du combat qu’elle venait d’offrir ni même de l’obstination dont elle faisait preuve. Il allait devoir la mettre au sol (bien qu’elle l’était déjà) avant qu’elle n’accepte d’avoir adresser son dernier mot. Bien qu’elle se devait d’être réaliste, dans une telle position, elle n’en menait pas large. Même que son contrôle de son pantin se voulait de plus en plus difficile, comme si la force de ses fils peinait à garder son emprise sur elle.

Confrontée à la réalité tandis que la marionnette revint s’effondrer au sol, elle se contenta alors de lever la main. Pour sa part, malgré l’obstination et la détermination dont elle avait fait preuve quelques secondes plus tôt, le combat en était terminé pour elle.

Spoiler:
 


Dernière édition par Tadaoki Asami le Lun 26 Fév 2018 - 3:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Dim 25 Fév 2018 - 20:39
Très honnêtement, je n’en attendais pas autant d’eux. Raizen avait-il dépassé mes espérances ? Dans un sens, oui. Jamais je n’aurai parié sur le ‘’sacrifice’’ du Meikyû pour une inconnue. Du moins, comme je l’avais déjà relevé précédemment… à supposer qu’ils soient des étrangers l’un vis-à-vis de l’autre. Mais peu importe, l’intention compte bien plus que le reste et pour le coup, j’ai trouvé ça très impressionnant. Il avait également tenté d’asséner un coup fatal à l’un de mes clones, mais ils ont les mêmes talents au corps-à-corps que moi. Vu la fatigue du Genin, c’était peine perdue.

Quant à Asami, elle me surprit également en poursuivant le combat malgré l’assaut précédant et les nombreuses techniques utilisées. Sa réserve de chakra n’était décidemment pas mauvaise et son imagination était remarquable. Une dizaine de senbon fusèrent vers moi, mais mes clones parvinrent à intercepter les projectiles en s’interposant devant eux. L’un d’eux céda sous les coups, rongeant légèrement de mon chakra, mais peu importe, le combat était terminé. Joignant mes mains, qui avaient été libérées de l’emprise de la Tadaoki, je dissipais les deux clones encore debout avant de me diriger d’un pas flegme vers les deux Genins.

- Le combat est terminé. Pas besoin de réfléchir bien longtemps de mon côté, vous êtes désormais membres de l’équipe 8. Je ne vais pas y aller par quatre chemins : j’ai été agréablement surpris par vos capacités, votre ingéniosité et votre esprit d’équipe. J’ai passé un moment moins tranquille que je n’aurais pu l’imaginé. Vous risquez tous les deux de rapidement progresser. Je marquais une légère pause. Mon regard transitait entre Asami et Raizen, qui étaient bien à bout et qui cherchaient logiquement à récupérer leur souffle. Reposez-vous quelques minutes et venez me rejoindre près des rondins.

Si le choc électrique m’avait fait quelques dégâts, c’est bien le poison qui me gênait en ce moment. Visiblement, je n’ai rien subi qui m’empêche de marcher, de respirer ou quoi que ce soit de ce style, mais peut-être que je penserais à demander l’antidote à Asami. Juste au cas où. Si je retourne à l’hôpital pour une connerie pareille je crois que je fais un massacre. Enfin. Quoi qu’il en soit, je voulais leur parler un peu avant qu’on se quitte pour aujourd’hui. Je ne savais pas trop comment agir et me comporter. Être sensei, ce n’était pas dans mon répertoire de compétence… mais j’allais sûrement réussir à me démerder un tant soit peu.

Assis sur l’un des rondins d’entraînement, je repris en main mon Kiseru et l’imprégnais calmement d’un peu de Kizami. Ce sachet-là m’avait été offert par Reiko. Un bon arôme, dommage qu’il se soit vidé si rapidement. Enfin. Une fois que ma petite préparation était faite et que mes nouveaux élèves – merde je suis décidemment pas encore habitué – furent arrivés, je crachais un petit nuage de fumée avant d’ouvrir la dernière discussion que nous aurons aujourd’hui.

- Bien. C'était un beau combat. Je vous libère très bientôt, vous en faites pas, mais je pense que c'est une bonne occasion de discuter plus en détail de nous et de nos capacités. Si vous avez des questions, vous pouvez les poser, mais j'aimerais surtout vous demander quelles ont été vos lacunes durant cet affrontement et quels ont été vos points forts ? Vous ne pourrez pas vous tromper, je suis juste curieux de savoir votre point de vue sur votre propre performance. Bien sûr, je ferais un commentaire sur chacun de vous avant qu'on se sépare pour aujourd'hui.


Rien de plus pour le moment. Je prenais simplement leur avis avant de les renvoyer chez eux et de faire mon rapport au Raikage et aux sphères administratives. Ils pouvaient voir deux gourdes d'eau s'ils avaient soif. Qu'ils aient échoué ou non mon test, ils auraient probablement dû avoir besoin de récupérer un peu d'énergie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

Dim 25 Fév 2018 - 22:34

Dans une tentative finale de désespoir, les efforts conjoints de Asami et Raizen connurent un échec lamentable alors que les clones du jonin se chargèrent de repousser l’attaque désespérée des deux partenaires. Le combat était officiellement terminé. Raizen n’était plus en état de combattre tout comme Asami. Tous deux étaient confrontés à d’importantes répercussions. Après avoir combattu de manière aussi intense, les séquelles étaient plus que présentes. La chevelure de Raizen témoignait de l’intensité du courant électrique qu’il s’était pris.

Se tournant suite aux paroles du jonin, le jeune homme mit quelques secondes avant de marcher en direction d’Asami qui avait le postérieur au sol. Sans témoigner une once de joie dans son regard ni sourire, il lui tendit difficilement la main pour l’aider à se relever. Si on veut, c’était sa manière de lui montrer qu’elle méritait tout son respect en combat. Pire encore, il réalisait à quel point cette femme pouvait être dangereuse. Avoir l’esprit destructeur était un, mais en avoir les capacités en était une seconde.

-Tu es pas mal en combat pour quelqu’un qui veut instaurer un climat où personne n’aura rien à craindre.

S’assurant qu’Hisao n’entendrait pas ses paroles, Raizen s’assura de reprendre les quelques mots que la scientifique avait prononcés lors de leur introduction. Même si la situation l’amusait, ses traits restaient neutres, lui montrant pertinemment qu’il ne savait toujours pas quoi penser de ce qu’elle lui avait dit. Pourtant, il la prenait tout de même au sérieux, d’où la raison qui expliquait une absence de sourire.

-Félicitations, A.S.A.M.I.

Sur ses paroles, il entama sa marche vers les rondins, atteignant difficilement le point de rencontre. Une fois sur les lieux, levant le bras difficilement, Raizen absorba une quantité importante d’eau afin de s’hydrater. Il était primordial qu’il réveille ses sens en consommant cette substance vitale.

-Pour ma part, je pense que notre point fort a été notre capacité à comprendre rapidement le style de combat de l’autre. Disons que je me suis rendu compte assez rapidement qu’Asami avait un attirail d’attaques plus important que moi. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai essayé de t’immobiliser à l’aide de ma technique.

Marquant une pause pour réfléchir, Raizen revoyait les moindres éléments du combat défiler, cherchant des points d’amélioration.

-Au niveau des lacunes, je pense surtout que ça provenait d’une absence de connaissance des capacités de l’autre, mais aussi d’un manque de communication. Même si on réagissait dans la quasi-instantanéité, à aucun moment je n’ai su qu’Asami était en mesure de lancer des senbons empoisonnés tout comme elle ne savait pas du tout mon style de combat avant que je commence à combattre.

Se taisant, il attendait de voir de quelle manière les autres allaient analysés le combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Lun 26 Fév 2018 - 18:32
Le combat était terminé. Ce n’était pas une mauvaise chose, pas alors que son corps entier lui faisait mal et qu’elle était toujours dans l’incapacité de se lever. Au moins semblait-il satisfait de leur performance, à tous les deux, et ce, malgré l’échec qu’ils venaient d’essuyer. Le souffle court, elle ferma les yeux quelques instants, tentant de reprendre le contrôle de son corps, tout comme de son esprit, camouflant ce sourire malsain qui menaçait d’apparaître sur ses lèvres et le folie de son regard. Si Raizen savait à quel point pouvait-elle aimer flirter avec le danger, ce n’était pas le cas de leur désormais sensei, qui avait une vision peut-être plus… Sage ? D’elle. Du moins, décidément pas la même que pouvait avoir le Meikyû, qui avait été confronté à toute la folie dont elle pouvait faire preuve.

Son coéquipier arriva devant elle et elle ne put que rire de sa remarque, cherchant tout de même à être discrète. Relevant la tête vers ce dernier, alors que leur sensei était parti s'installer un peu plus loin, elle arqua un sourcil, lui répondant par un regard entendu. Il l’avait compris, que tout ce qu’elle avait dit n’était que mensonge. Après tout, le discours qu’elle avait tenu un peu plus tôt détonnait avec ce qu’elle lui avait annoncé sans même y penser deux fois lors de leur dernière rencontre. Acceptant la main tendue vers lui, elle l’attrapa et se redressa donc, non sans une légère hésitation alors que ses jambes se voulaient plus faibles qu’à l’habitude. Elle ne relâcha cependant pas sa main, restant près de lui, murmurant quelques mots qui n’étaient destinés qu’à lui seul.

- Il faut bien savoir ce battre pour plonger ce monde dans le chaos.

Un regard défiant, provocateur, accompagné d’un sourire qui en disait long sur ses intentions. Le félicitant à son tour, elle prit la direction de là où les attendait Hisao, se laissant presque tomber au sol dès qu’elle en eut l’occasion. Physiquement, ce combat l’avait ébranlé. Comme son dernier entraînement avec le nécromancien, dont elle gardait encore quelques cicatrices. Elle se devait vraiment de faire plus attention, ou, tout du moins, cesser de prendre des risques de la sorte. Si elle avait une armure, ce n’était pas pour rien, mieux valait éviter d’en sortir à l’avenir. Elle écouta les réponses de Raizen, hochant doucement la tête à ses propos. Il était bien vrai qu’il ne connaissait pas les nombreuses techniques qu’elle possédait et peut-être le combat aurait-il été différent s’il s’était tenu plus loin de leur adversaire. Avant d’y répondre elle-même, elle sorti de sa bourse deux petits contenant où se trouvait un liquide bleuâtre et un autre plus sombre.

- Si jamais, les antidotes pour mes poisons.

Du moins, pour ceux dont il avait été la victime. Elle fit ensuite mine de réfléchir, attrapant la gourde d’eau pour se désaltérer avant quoique ce soit. Passant une main dans ses cheveux, elle retira l’élastique qui les tenait désormais que moyennement en place, laissant choir sa crinière sur ses épaules, dégageant les quelques mèches qui tombaient devant ses yeux.

- Un peu trop de témérité de ma part. Je ne possède Osoroshi que depuis peu. Elle désigna l’armure qui se tenait toujours non loin d’eux. Je dois donc encore parfaire mes techniques à ce niveau, de bien pouvoir tout gérer tout en y restant en sécurité. J’imagine qu’il est inutile de dire que si je l’ai créé, c’était parce que, au corps à corps, je suis rapidement dépassée.

Un léger sourire alors qu’elle affirmait sans peine les choses qui lui manquaient, comme une certaine endurance. Si elle était en mesure de tenir la cadence, dès que les coups commençaient à tomber, elle était rapidement mise hors d’état de nuire. C’était pour ça, aussi, qu’elle s’assurait de garder ses ennemis à distance, entre sa maîtrise du doton et des poisons.

- Mais comme l’a dit Raizen, nous avons rapidement sut travailler ensemble. Et je crois que si nous avons été capable de t’épuiser ne serait-ce qu’un minimum en ne connaissant rien de l’autre. Un léger regard vers Raizen, imperceptible presque, que s’il remarquait, allait peut-être s’en amuser. À l’avenir, nous pourrons nous montrer d’autant plus redoutables en combat.

Au final, malgré la défaite, ils s’en étaient plus ou moins bien sorti. Inspirant profondément, des liens de chakra se tendirent vers ses marionnettes, qu’elle fit déplacer jusqu’à ses côtés, pour finalement en sortir deux parchemins où elle les scella. N’en ayant plus besoin pour le moment, elle avait aussi quelques pièces à réparer, notamment sur son armure dû à l’une des attaques d’Hisao.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Lun 26 Fév 2018 - 19:59
Les coudes lourdement imposés sur mes genoux, je laissais un nouveau trait de fumée s’échapper du coin de ma bouche tandis que je dévisageais, de mon regard calme – voire presque ennuyé – les deux Genins. Le premier avait dressé une analyse très générale tandis que la seconde avait été plus en détail sur ses défauts, ce que j’aurai aimé entendre de la bouche de Raizen également. Mais ce n’était pas un drame, étant donné que j’allais relever moi-même les faiblesses que j’ai pu constater chez le Meikyû et la marionnettiste.

- J'commence par le négatif.
Je dirigeais mon regard vers Raizen et le jugeais quelques instants. La communication et le manque de connaissance de l’un et de l’autre a été légèrement problématique, je l’admets. Mais au-delà de ça, Raizen, tu as manqué de puissance brute. J’ai apprécié ton jutsu Raiton, simple et efficace, mais je m’attendais globalement à plus de créativité. J’aurai aimé voir un peu plus de ton clan et de ton sabre dans ce combat. Je suspecte que tu aies trop voulu assisté Asami. Finalement, ça n’a fait que te restreindre.

Bien entendu, il savait pertinemment que je prenais en compte les attaques que je lui avais portées en début de combat. Il avait subi des dégâts plus ou moins importants et a dû agir en conséquence. Mais je n’étais pas ici pour le caresser dans le sens du poil ni même pour lui faire plaisir. Il y avait des lacunes et il fallait, pour leur développement, que je les pointe de manière franche et précise. Ainsi, je finis par diriger mon regard vers Asami, que j’observais également quelques secondes avant de me lancer.

- Quant à toi, et comme tu l’as souligné, ta témérité t’a coûté très cher dans ce combat. Tu t’es mis en danger mais tu as également et surtout mis en danger Raizen en te positionnant à côté de lui. Je ne sais pas si tu m’as sous-estimé ou si tu avais quelque chose en tête, mais ce n’était définitivement pas une bonne idée. Il pourrait t’arriver de sortir de ton armure dans certaines situations, mais en tant que marionnettiste, tu dois jauger la distance qui te sépare de ton ennemi mais également de ton allié. Tu vas devoir apprendre à te sentir couverte par Raizen tout en maintenant une pression sur l’ennemi.

Je marquais une pause, aspirant à nouveau un peu de fumée qui s’échappa progressivement de mon nez. Que ce soit pour Raizen ou pour Asami, ma voix avait été parfaitement calme. A aucun moment ce n’était des jugements. Au contraire, ils pouvaient entendre – et même voir – que je m’intéressais à leur cas et ne cherchait pas simplement à les démotiver. Dans le doute, j’enchaînais tout de même sur le positif.

- C’est mon rôle de vous apprendre à apprendre de vos erreurs et à vous améliorer et je ne veux en aucun cas que vous preniez mes messages légèrement. C’la dit, je serais injuste de ne cibler que des points négatifs. Raizen, ton esprit, ton initiative et ta capacité à mener étaient intéressantes. Avec plus d’entraînement, je suis certain que tu seras capable de créer et de provoquer des ouvertures pour tes alliés. Je salue aussi, malgré tout, ta perspicacité : Prendre compte des capacités de son allié et adapter les siennes n’est pas toujours facile. Ça manquait d’efficacité, mais tu es sur la bonne voie. Tu as quelques bons réflexes que je t’aiderai à améliorer.

Je m’écrasais finalement au sol, me dégageant d’un petit bond du rondin. Pour le moment, sans faire un pas de plus, j’orientais mes yeux vers la Tadaoki. « Ta créativité et ton arsenal méritent d’être relevés. Ton armure et tes enchaînements sont réfléchis et ne manquent finalement que d’expérience pour être parfaits. On remarque que ta connaissance des poisons est un réel point fort. » dis-je d’ailleurs en prenant l’antidote et en leur adressant un petit sourire.

- Vous pouvez y aller. Je viendrais vous chercher pour le prochain entraînement. Travaillez les lacunes relevées aujourd’hui, la suite sera plus compliquée qu'un simple combat.
Je marquais une pause avant de les quitter sur un compliment. Vous avez du talent. J’ai de bons espoirs pour cette équipe.

Sans insister davantage sur des questions ou interrogations inutiles, je disparus progressivement après deux grands bonds. Ils avaient déjà assez donné pour aujourd’hui pour ne pas entendre parler pendant des plombes leur nouveau sensei.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463 http://www.ascentofshinobi.com/t2694-equipe-8-kusaru-kumo

[Equipe 8] Le nuage se forme

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: