Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Le colis (ft. N. Shikarai)


Dim 25 Fév 2018 - 0:29
Kumogakure no Satô, Complexe Scientifique, début d'après-midi

Shizen-sama ! Raikage-sama vient tout juste de revenir du Pays de la Terre. Nous avons aussi noté que Ikezawa Shojito est revenu menotté. Il semblerait aussi qu'il y ait des Iwajins.
Une information transmise dans les minutes qui suivirent le retour de l'escouade Kumojine. Les envoyés étaient des membres de l'unité Zaikugai, appartenant aux sections d'élites. Le retour était une très bonne nouvelle, d'autant plus qu'il y avait des Iwajins dans le lot. Ce qui voulait dire que le projet d'alliance était sur une très bonne voie, voire même déjà clôturé. Néanmoins, apprendre que le manipulateur de peau avait des menottes n'était clairement pas une bonne nouvelle. Qu'est-ce qu'il avait bien pu faire là-bas ? Le manipulateur d'insectes se remémorait son ancienne conversation avec le manipulateur d'huile, qui traitait de certains défauts de cette alliance. Cet idiot avait-il tenté d’interférer dans cette histoire ? C'était possible. Mais il y avait aussi une autre possibilité, que l'Aburame craignait énormément. La découverte d'un secret dans lequel il s'était plongé. Et si c'était le cas, il devait prendre les précautions nécessaires, et ce, très rapidement.
Kanrei. Atatakai. Je veux voir Jin'ei au plus vite.
Oui Shizen-sama !
Suite à quoi, les deux ninjas disparurent en une fraction seconde afin de trouver ce fameux Jin'ei. Bien évidemment, les trois noms étaient des noms de code. La personne convoquée n'était nul d'autre que Nara Shikarai. Un membre avec lequel il avait eu extrêmement de mal. Néanmoins, son efficacité et son sang-froid n'étaient plus à faire.

C'est donc dans son deuxième bureau — situé dans les sous-sols du complexe et très privatisé — que le Jônin attendait patiemment le convoqué en espérant qu'il arrive très rapidement. L'attitude sereine de l'homme s'était complètement dissipée et il s’imaginait de nombreux scénarios qui pouvaient sérieusement le nuire. Mais il avait fait une promesse. Et c'était un homme de parole. Alors il comptait bien la respecter et pour ce fait, il était prêt à utiliser tous les éléments à son avantage. Le manipulateur d'insectes avait appris à prendre de gros risque pour protéger certaines choses. C'était le moment rêvé.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Dim 25 Fév 2018 - 17:41
Le Raikage et la délégation qui étaient partie pour Iwa était de retour, et ce dont on peut être certain c’est que les deux camps avaient énormément de chose à se raconter. Des nouvelles assez bonnes, d’autres biens moins réjouissants. De mon côté j’ai en train de finaliser les derniers rapports sur l’apparition de Rei aux portes de la ville. Lorsque je fus interrompu par deux de mes collègues.

Jin’ei. Gi a demandé expressément à vous voir au plus vite. 根秒

Gi… C’était un nom de code. Et pas n’importe lequel. Hormis Kanrei, Atatakai, et moi-même, il n’y avait pas beaucoup de gens qui savait à quoi cela faisait référence. Tout comme les derniers prononcés. Ne byō. Une personne et un lieu, voilà ce que c’était. Et l’utilisation de ses codes impliquait la discrétion la plus totale. J’étais resté impassible en apparence, mais intérieurement, j’avais blêmi. L’utilisation de ce code n’était pas forcément rare cela étant. L’unité de renseignement d’un pays a au minimum à traiter un cas de ce genre par semaine. Cependant, c’était toujours quelque chose. Désormais, il me fallait me rendre dans le lieu indiqué. Celui-ci était l’un des plus secrets dans lequel j’avais eu l’occasion pénétrer. Je me doutais bien qu’ailleurs, il y eût bien d’autres lieux de ce type, et que ce que je voyais n’était sans doute rien. Pour autant, ça n’en était pas moins impressionnant. Au travers d’un dédale de couloirs, qui changeait après chaque passage grâce à plusieurs stratagèmes de très haut rang mêlant le Fūinjutsu, Sensorialité, et Genjutsu, je me hâtais à trouver la bonne voie. Usant de ma technique de sensorialité pour compléter le lourd protocole de sécurité. Face à moi, un long couloir, il n’y avait plus aucune salle autour depuis bien longtemps. Une seule porte dans ce couloir. Cette porte, c’était « là » porte, celle du lieu de rendez-vous. Celle-ci était scellée par un vieux procédé. Même moi, qui m’y connaissais plutôt très bien en Fūinjutsu, j’étais incapable d’y faire quoi que cela soit. Ce sceau était un héritage, il n’avait pas besoin d’un maître en Fūinjutsu pour être activé, seul le Raikage en fonction, le Taicho, et le Directeur des Zakugai était reconnu par ce sceau. Dans tous les cas, rien de ce qui était dit à l’intérieur de cette pièce ne pouvait filtrer en dehors. Cadeau de Shiroi Hitsuji et de sa manipulation du son, les bruits ne s’échappaient pas de la pièce, même le meilleur senseur n’y pouvait rien.

À ce protocole imparable, Gi y associait sa maîtrise. La salle, et les extérieurs de celle-ci étaient quadrillés par une multitude d’insectes. Rien, ni personne ne pouvaient être là, sans que le maître des lieux ne le sache. Par précaution, même si je savais cela inutile, je fis une dernière technique de détections. Je ne sentais rien, seul le chakra des insectes autour de la pièce, rien de celle-ci ne filtrer, ce n’était pas une fable. Je soulevais le bandage de mon bras pour me faire identifier par le sceau. Quelques instants plus tard, Gi me laissa rentrer.

J’ai fait au plus vite monsieur.



_________________

ߦ Team Rakkan 雷雲 #40826d ߦ
thème de Shikarai



Dernière édition par Nara Shikarai le Dim 25 Fév 2018 - 21:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t345-fini-nara-shikarai http://www.ascentofshinobi.com/u279

Dim 25 Fév 2018 - 20:42
L'efficacité de l'unité n'était pas que du vent. En un temps très restreint, les deux premiers ninjas avaient réussi à trouver Jin'ei en lui transmettant le message. Quant au concerné, il était venu extrêmement rapidement. Ce bureau qui possédait un protocole de sécurité digne de ce nom était tout particulièrement réservé aux demandes très importantes. Notamment des demandes qui pouvaient remettre en cause l'Aburame ainsi que ses hommes. Dans les sous-sols du complexe scientifique, de nombreux insectes faisaient des rondes en apportant les informations nécessaires au manipulateur. Si une personne cherchait à s'approcher de ce bureau très réservé, le Jônin récupérait l'information. Autant dire qu'il se sentait intouchable avec une telle sécurité, d'autant plus que Nara Shikarai ajoutait ses talents afin que rien ne s'échappe de ce bureau. Le chef d'unité se redressait et faisait face à son membre.
Jin'ei. Tu vas recevoir une mission importante. Celle-ci va se dérouler cette nuit et devra se terminer avant le lever du soleil. Tout en parlant, l'homme tournait autour du ninja d'élite. Bien entendu, la discrétion est nécessaire. Hormis moi, personne ne devra savoir que tu feras une petite excursion en dehors du village. Nous allons nous retrouver à quelques minutes de l'Arche Grise, en dehors. Les gardes du Kyuubu ne devront pas te repérer. Tu auras les détails là-bas. Romps. Une discussion très courte, mais qui en disait long. L'attitude du manipulateur d'insectes justifiait l'importance de cet objectif.

Kumogakure no Satô, foyer d'Aburame Shizen 23:50

Le Jônin entrait chez lui et une présence bien familière se trouvait encore ici. Il lui expliqua très brièvement qu'elle devait quitter les lieux en laissant le colis et qu'il allait s'en charger. Tout comme sa sortie devait être très discrète et qu'elle ne devait laisser échapper aucun mot. Sur ce point-là, il savait qu'il pouvait la faire confiance. Et même si ce n'était pas le cas, l'Aburame était déjà en train d'effacer toutes les preuves en rapport avec ce colis.
Tout doux, tout doux ... Dit-il en formant des signes. Henge no Jutsu. Ce n'était pas seulement lui qui venait de se métamorphoser, aussi le colis. Par la suite, il laissait échapper des essaims qui formaient respectivement deux copies de lui dont une qui était métamorphosée. Un restait dans la maison en continuant de nettoyer les preuves. Tandis que l'autre - sous une autre forme -
sortait tranquillement, comme si de rien n'était. Le trajet du deuxième clone était bien défini. Quant à l'original, il profita du moment où son clone ouvrit la porte pour ne laisser qu'une image figée. Il venait d'utiliser un déplacement instantané en se dirigeant vers le lieu du rendez-vous.

Kaminari no Kuni, Arche Grise 00:00

Une fois fait, il pouvait retrouver Jin'ei qui avait dû se faufiler sans aucun souci.
Voici le colis et de l'argent. Tu dois y aller maintenant, tout est inscrit sur ce document. Surtout, Jin'ei, ne te fait pas suivre. L'échange fut une nouvelle fois très court. Et l'Aburame faisait marche arrière en utilisant le même procédé pour ne pas être remarqué. Aucune trace avait été laissée. Aucune.



_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1223-shizen-100 http://www.ascentofshinobi.com/t2134-aburame-shizen

Mar 27 Fév 2018 - 0:30
Maman ! Maman ! Il revient quand papa déjà ?
Dans deux jours mon chéri. Ce sera plus très long maintenant… Hum, aller, donne-moi la main et suis moi, je vais te montrer quelque chose.

De son autre main, la jeune femme poussa une porte afin de changer de pièce. Rapidement, la main se reposa sur son ventre rebondi.

Comment tu la trouves ? Demanda-t-elle à l’enfant en parlant de la pièce dans laquelle ils se trouvaient.
Wow ! Elle est trop belle !... Dis maman, tu crois que ce sera un garçon ou une fille ?
Je ne sais pas. Mais ce que je sais, c’est que ce bébé aura une chance immense d’avoir un grand frère comme toi.

Malgré sa grossesse, la jeune femme posa un genou à terre pour être un peu plus à la hauteur de l’enfant. Elle lui sourit, tout en le regardant bien dans les yeux, puis elle lui montra ses mains, avant de composer plusieurs mudrā. Elle déposa en suite ses mains sur les joues de l’enfant.

Que... qu’est-ce que tu fais ? Demanda l’enfant.
Un cadeau, qui ne te servira pas avant bien longtemps, commença-t-elle en repassant de son index les marques sur le visage de l’enfant.

Tu te rappelles de ce que papa t’as dit sur ses marques ? Et bien c’est un peu pareil… Tu comprendras tout cela bien assez tôt, mais tu ne te souviendras pas de cela avant longtemps, il faudra que tu es découvert ce que t’a laissé papa avant… Mais je suis sûr que tu sauras très fort sans cela. Ho !
La jeune femme eu un rictus, elle prit la main du petit garçon, et la tira pour la poser sur son ventre. Les yeux céladons de ce dernier s’illuminèrent lorsqu’il sentit. Sa mère répondit par un sourire.

C’est le bébé je l’ai senti ! Je suis sûr que ce sera un garçon ?
On verra ! Tu t’occuperas bien de ce petit bonhomme alors. Il faut faire très attention avec les bébés. Tu prendras toujours soin d’un bébé s’il n’est pas avec sa maman, d’accord Shikarai ?
Oui maman, promis !


Un frisson me ramena à la réalité. Ce soir, une mission importante m’attendait, j’avais décidé de me reposer pour être totalement opérationnel. Ce rêve me tourmentait. Je crois bien que c’était un souvenir, tout était si vague, mais plus j’essayais de me souvenir, et plus c’était clair. Ma mère avait jadis effacé toute trace dans mon esprit de sa maîtrise du Genjutsu. Pourtant, c’était désormais comme si je l’avais toujours su. Je repensais à la mission de soir. Ce n’était pas le moment de divaguer. Il fallait que je sorte de Kumo sans être repérer. Cette mission avait donc bien des enjeux énormes. L’heure était à mon avantage, car la nuit, l’obscurité était partout, quoi de mieux pour un Nara. J’avais été clair avec Shikarin, lui ayant tout juste appris de Kage Bunshin du clan, il s’était dupliqué et usé d’un Henge. Nul besoin de lui en dire plus, il fallait simplement que Shikarai soit à Kumo. Ou plutôt que tout le monde pense qu’il y soit. J’avais moi usé d’un Henge, pour me fondre dans la foule, puis, je m’étais simplement dissimulé dans l’ombre. De proche en proche, je me déplaçais partout, à minuit moins le quart, l’ombre était partout. Je connaissais les rondes des gardes de l’arche grise, j’avais chosis un point un peu en retrait, normalement il était impossible pour quelqu’un de passer là, mais rien de plus simple en se déplaçant dans l’ombre. À ce moment-là j’eus une frayeur. Il était finalement si facile de sortir ou de rentrer dans cette ville. Il fallait que je réincite le Kage à prendre la mesure de cela, la barrière sensorielle proposée par Shôran devait voir le jour… Sans quoi cette ville serait toujours aussi perméable.

Minuit, l’heure du rendez-vous, à l’heure dite. En contrebas de l’arche grise, l’Aburame était là, nous avions le timing parfais. À peine m’avait-il transmit le nécessaire et les consignes pour la mission qu’il avait disparu. Le mot d’ordre était que je ne sois pas suivi. Sans plus attendre, j’avais alors créé deux clones de moi-même qui surveilleraient mes arrières. La destination devait être atteinte le plus rapidement possible. Il s’agissait d’un village un peu perdu du Pays de Foudre, la carte rudimentaire l’indiquait à peine. Il fallait confier ce paquet à une famille, sans préciser laquelle, pour qu’elle le garde. Cela était très intrigant, il fallait absolument que cela se fasse visiblement, car une la famille recevrait une somme d’argent en échange. Je ne comprenais pas l’objet de cette mission, mais je n’étais pas là pour comprendre. Je portais mon pouce gauche à la bouche, et y planta l’une de mes canines. J’étalais un peu de sang dans ma paume et exécutait ma technique. Haiiro vînt alors à moi, comme par miracle. J’irais plus vite sur son dos, sans perdre en discrétion grâce à ses sens de félin. À bonne distance, mes clones se chargeaient de veiller à nos arrières. Nous allions plutôt vite, très vite. J’étais même un peu distrait. Je ne pouvais pas chasser les souvenirs de ma mère. Brusquement Haiiro s’arrêta.

Shikarai… Tu es distrait, et moi aussi, j’ai été bête.
Nous sommes suivis ?
Oh ça non, nous étions peut-être trop concentré sur cela justement. Ton colis là, il est vivant.

Je ne mis pas plus longtemps à comprendre. Je m’étais fait avoir une technique de débutant à l’académie. Un henge, ce paquet était un bambin, consciencieusement emmailloté, et sans doute bercé par la course, il dormait à point fermé. Il était mignon, était-ce une fille ou un garçon, il faisait trop sombre, et c’était dur à dire. Il ne fallait pas le réveiller. Qu’est-ce que je devais faire ? Continuer cette mission ? Assurément, mais qu’en était-il de cet enfant. Devais-je vraiment le laisser auprès d’inconnu en échange d’une somme d’argent ? Elle était certes très importante, mais… Qui était cet enfant ? J’évaluais les scénarios possibles dans mon esprit, il y en avait bien trop pour que je puisse en éliminer. Une chose était en revanche claire pour moi, si mon supérieur avait pris ses risques, c’était pour sauver cet enfant. Peut-être qu’au fond, il était un peu comme moi. En réalité je n’en savais rien, mais c’est la seule idée à laquelle je voulais me raccrocher. Peut-être que la famille de cet enfant devait être éliminé, et que Shizen n’avait pas eu le courage de le faire. Je repensais aux missions que j’avais faites… Je ne savais quoi penser. Cela ne pouvait être vrai. Non, j’étais décidément encore perdu dans mes rêves. Ou bien était-ce le fruit d’un genjutsu ? Il fallait oublier cela, et exécuter la véritable mission. La seule, et l’unique qui m’incombait.

Shikarai, qu’est-ce que tu décides ?

Je ne l’entendais pas. Je n’entendais que les paroles de ma mère résonner encore et encore dans ma tête. Je regardais Haiiro, puis cet enfant, avais-je vraiment le choix ? Maman… J’espère que tu pourras me pardonner si cela tourne mal. Je regardais la carte. J’indiquai une destination à Haiiro, sans un mot, il acquiesça. Après avoir fomenté notre plan quelques instants, et vérifié certains détails nous sommes repartis. Allais-je confier cette enfant à une famille de parfait inconnu ? Il fallait que tout porte à le croire. Que rien ne puisse donner l'impression que ce ne serait pas le cas. Pour autant, était-ce vraiment ce qui allait se passer...?
Enfin arrivé dans la petite bourgade indiqué, j’avais choisi minutieusement la maison, cette famille avait déjà un enfant, peut-être pas exactement du même âge, mais ça ferait l’affaire. L’autre au coin de la rue aurait peut-être mieux fait l’affaire, mais c’était un garçon, et aller savoir pourquoi, il était préférable que ce soit une fille. La famille ne semblait pas pauvre. Je n’ai pas été extrêmement bien accueilli, vu l’heure tardive, mais, vu l’heure, et ce que je leur ai demandé, ils ne pouvaient qu’accepter. De retour vers Haiiro, je n’étais pas des plus sereins. Il était resté loin pour ne pas se faire repérer, j’avais hoché la tête à l'animal, blotti en boule autour d'un linge...

C’est fait, je pense que j'ai été suffisamment convainquant, avais-je dit la gorge nouée par le stress.
Aller. On peut rentrer et finir vraiment cette mission maintenant.

[…]

Arrivée juste avant la levée du jour, j’avais pu reprendre la place du double fait par mon frère. Il avait fait la parfaite illusion visiblement. De mon côté, j’avais trouvé mon lit. De cette mission, il ne restait rien, les seules preuves étaient déjà effacées par mes soins. Tout le monde, cherchera l’explication qu’il y voudra. De mon côté, j’avais appliqué la seule véritable mission, celle que m’avait jadis confié ma mère.
Je fermais les yeux, j’étais déjà endormi… Je rêvais à ce qui c’était passé il y a quelques heures… D’autre parole résonnaient maintenant dans mon esprit. Celle d'un précieux ami... Lui et sa famille me rendait un encore plus précieux service désormais.

Ne t’en fait pas Shikarai. Tu as fait le bon choix. Tout se passera bien ici. Dit-il en regardant au loin vers l'élue de son cœur, qui s'affairait avec un linge... ?
Nous l'avons déjà fait par le passé. Fut un temps tes parents avaient envisagé cela pour vous, s'ils leur arrivaient malheur. Nous avons dû faire autrement au final, mais ça ne change rien pour le présent. La famille s'agrandit. Tout ira bien… Tu as fait ce qu’aurait voulu ta mère, je le sais, crois-moi… Prends soin de toi gamin.



_________________

ߦ Team Rakkan 雷雲 #40826d ߦ
thème de Shikarai



Dernière édition par Nara Shikarai le Ven 2 Mar 2018 - 0:36, édité 4 fois (Raison : Fautes et ajout du hide)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t345-fini-nara-shikarai http://www.ascentofshinobi.com/u279

Le colis (ft. N. Shikarai)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: