Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Le symbole de la justice et le rebel [Reiko]


Dim 25 Fév 2018 - 1:49

Les derniers événements avaient grandement ébranlé Kumo et Raizen avait été forcé d’admettre que son titre ne lui permettait aucunement de réagir en situation de crise. Aussi triste soit-il, son rang de genin était une représentation directe de sa force en tant que shinobi. Même s’il trouvait que son esprit de stratège allait au-delà du rôle de simpletons, il devait tout de même assumer ses faiblesses et travailler pour évoluer.

Ainsi, quelques possibilités s’offraient à lui. Dans un premier temps, il pouvait concentrer entièrement son énergie sur sa progression jusqu’à ce qu’il atteigne le rang de chunin. D’un autre côté, il pouvait se concentrer sur ce qui était nécessaire pour monter de rang tout en consacrant son énergie à chercher une organisation au sein du village qui saurait l’aider à développer ses contacts.

Une fois cette pensée en tête, son premier réflexe fut de considérer quelque chose qui soit lié à la science. Or, bien qu’il aimait mettre de l’avant son côté scientifique, il y avait de tout même quelque chose qui lui manquait. À vrai dire, Raizen aurait préféré trouver quelque chose lui permettant de mélanger la science et l’action. Ainsi, après y avoir longuement réfléchi, une image de la scène avec l’intrus lui revint à l’esprit. Cette scène le marqua de nombreuses manières. Or, la personne qui l’intéressait vraiment suite à cet événement n’était nul autre que Reiko, la Fukutaicho de Kumo. Bien que son tempérament et ses actions ne l’avaient en rien impressionné, il avait tout de même été intrigué par le personnage. Être sous-chef du Kyuubu demandait tout de même beaucoup de cran ce qui expliquait son caractère coloré et sa tête forte.

N’ayant toutefois pas froid aux yeux, c’est devant son bureau que Raizen se retrouva. S’assurant auprès des autres membres du corps policier qu’elle serait présente, il annonça sa venue avant d’entrer sans attendre qu’on lui donne la permission.

-Oy, Raizen Meikyû.

Alors qu’il entrait dans l’environnement de travail de la sous-chef, il prit tout de même le temps de se présenter. Malgré tout, au vu de son caractère coloré, Raizen décida de prendre de l’avance en annonçant le motif de sa venue. Fièrement armé de sa longue veste sombre, il fit les premiers pas.

-J’aimerais en apprendre davantage sur le processus de recrutement et les diverses branches de la police.

Après tout, valait mieux prévenir que guérir surtout qu’elle était peut-être occupée à faire une sieste. Ainsi, la surprendre en train de procrastiner risquait de mal finir. Pire encore, celle-ci lisait peut-être des livres romantiques gênants pour adolescent. Après tout..., elle ne semblait pas très vieille. Ainsi, il était fort probable qu’elle rêve encre à des histoires à l’eau de rose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 25 Fév 2018 - 2:18
Exténuée...

Tu avais l'impression de revivre les mêmes journées, et pourtant celle-ci était toujours ponctuées d'événement différent... Cela faisait pourtant parti de ton métier, de tes engagements, de tes responsabilités. Et tu n'étais pas une femme à regretter quoi que ce soit, de plus, tu ne te plaignais pas vraiment de ta condition actuelle. Bien qu'assaillit par le boulot t'attaquant de toute part, ta situation n'était pas pire que celle que tu avais du subir durant toute ton enfance.

Ainsi, à l'heure actuelle, tu étais occupée à remplir de la paperasse... Étonnamment, malgré le coté très passif de la tâche, tu t'étais révélée être très bonne dans ce domaine. Certainement car tu appliquais une rigueur dans ton job semblable à celle que tu appliquais à tes entrainements. Couplée avec ton efficacité naturel, cela te permettait à peine d'être à jour, ce qui était déjà un exploit lorsque l'on savait que tu n'avais pas que ça à foutre de tes journées.

Pour ce jour-ci, tu avais indiqué ne pas être disponible qu'importe la nature de la demande. De manière générale tu n'étais pas la plus accessible, mais cette fois-ci, tu avais vraiment de temps pour toi afin d'avancer au plus vite.

Évidemment, il fallait que ce que tu ne voulais pas qui arrive, finisse par arriver. Un type, un inconnu parmi la masse déboula dans ton bureau sans même prendre le temps que tu l'y autorises. Vraiment ... ? Si tu refusais bien quelque chose, c'était le manque de respect...

Posant alors ta plume sur ton bureau, tu laissais ta paperasse en cour en suspend tandis que tu te levais de ta chaise. L'écoutant d'une demie oreille, tu vins à refermer la porte derrière lui. Les autres allaient bien entendu payer pour l'avoir laissé entrer de la sorte, mais pas pour le moment. Chaque chose en son temps.

- Qui t'a permit de rentrer.


A ses mots, tu laissais ton aura s'extirper de toi prêt à broyer le pauvre malheureux qui n'avait pas encore appris le respect. Ton chakra se répercutant sur les parois de la pièce, en l'espace d'un instant, ton bureau était devenu un endroit bien moins hospitalier que l'enfer lui même.

Relâchant alors la pression après seulement quelques secondes, tu le jugeais du regard.

- Maintenant recommence, et vite.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Dim 25 Fév 2018 - 3:54

Arquant un sourcil face à cette réaction, Raizen fut surpris de ne pas se prendre un poing à la figure. S’il était heureux du résultat optimiste, il regretta aussitôt sa pensée alors qu’il aurait préféré recevoir un violent coup. S’attendant à une réponse colorée, une violente pression envahit totalement l’environnement dans lequel il était, le forçant à écarquiller les yeux et à ouvrir la bouche sans pour autant pouvoir réagir.

N’étant pas du genre à être effrayé, il était simplement inapte à faire quoi que ce soit. Ses mouvements globaux étaient bloqués. Il était contraint de supporter cette prestance. Si les conversations avec Asami pouvaient rapidement l’amener vers les enfers, la sensation qu’il ressentait était d’un tout autre niveau. Il se faisait littéralement dominer. Pire encore, il n’arrivait pas à penser, si bien qu’il ne pouvait réprimer la frustration qui s’emparait de lui. Il commençait de plus en plus à paniquer, tremblant comme un arbre qui se faisait vivement secoué.

Puis, plus rien. Comme par magie, on aurait dit qu’il avait halluciné son traumatisme. Reprenant maladroitement son souffle, un sourire semi-provocateur et semi-effrayé traversa ses lèvres alors que son regard peinait à affronter celui de la jeune femme. Un long silence plana alors qu’il se demandait ce qu’elle voulait réellement. Ce silence lui laissa aussi le temps de reprendre l’emprise de ses sens et d’arrêter de trembler peu à peu.

Après tout, il n’était pas prêt à abdiquer aussi vite et il ne comptait pas faire un pas en arrière pour les simples caprices de la jeune femme. Restant ainsi sur place, il prononça d’un ton sérieux en mimant difficilement un cognement de porte :

-Mes excuses. Toc Toc Toc, puis-je entré ? J’aimerais avoir des renseignements...

Sur ses brèves paroles, il attendait de voir comment elle allait réagir. Après tout, s’il y avait bien une chose que Raizen n’aimait pas, c’était bien les caprices et les formalités inutiles.

Ainsi, malgré le traumatisme qu’il venait de subir, son absence de crainte l’empêchait de se soumettre à la bonne volonté de celle-ci. Si on veut, Raizen était une tête forte à sa manière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 11 Mar 2018 - 14:36
Abruti...

Tu détestais ce genre de comportement. Ce type te faisait perdre ton temps et en plus n'était qu'un idiot sans cervelle. A quoi bon continuer ? Tu lui avais déjà mis suffisamment de pression, et si tu en rajoutais encore ne serait-ce qu'une couche, il allait sortir de ton bureau les pieds vers l'avant.

- Dégage de mon bureau et vite.


Même si les derniers mois t'avaient rendu clairement plus conciliante, tu restais une personne assez froide. Tu détestais par dessus tout qu'on ne se soumette pas à des formalités les plus simples. S'il n'était qu'un microbe pour le moment, alors il allait devoir assumer sa place de microbe. Bien qu'en cet instant, il paraissait n'être qu'un parasite à tes yeux...

Pensive, tu te demandais bien qui pourrait t'en vouloir si tu venais à l'éclater littéralement. Bien que tu ne voulais pas foutre le bordel dans ton bureau... En effet... Il semblait être sauvé pour cette fois.

Le jugeant une dernière fois du regard tandis que tu te rediriger vers ton bureau, tu ne te demandais même pas pourquoi il était ici. Peu de monde pénétrait ton bureau si ce n'était pour demander à s'engager. Mais tu n'avais pas besoin de pseudo rebelle dans ton unité. D'autant plus qu'il t'avait déjà apparemment désobéit une fois en plein état d'alerte dans tes souvenirs.

- Je n'ai pas besoin de perdre mon temps avec des abrutis.


Maintenant, s'il décidait de ne pas t'obéir, alors tu avais tout le loisir de te défouler du stress cumulé ces derniers jours...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Lun 12 Mar 2018 - 0:35

Les conséquences n’étaient aucunement favorables pour Raizen qui venait de se faire ouvertement inviter à quitter par la Fukutaisho. Deux choix s’offraient dorénavant à lui. Il pouvait accepter la situation et quitter sans demander son reste en abandonnant ses projets avec la police de Kumo. Après tout, ceux-ci n’avaient pas besoin de quelqu’un d’inapte à suivre les ordres. Or, en voyant la situation sous cet angle, aucune organisation ne souhaiterait l’accueillir. Par chance, Raizen n’était pas un abruti. Asami et Reiko appréciaient le surnommer de cette manière, mais il demeurait plus intelligent qu’il n’osait le démontrer. Simplement, l’expérience était importante et celle-ci lui servait de source d’apprentissage sur laquelle il comptait bâtir ses interactions futures.

-Mes excuses.

Baissant soigneusement la tête, le jeune homme se courba lentement avant de se tourner et de prendre la direction de la sortie. La seconde option n’était pas mieux que la première. Il aurait pu confronter directement Reiko en prenant soin d’accepter les conséquences qui viendraient avec. Malgré tout, agir de la sorte pourrait être une condamnation pour ses objectifs à long terme. Bien qu’il mourrait d’envie d’avoir un avant-goût de la force de frappe de Reiko, Raizen voulait tout de même devenir Jonin. C’était une des conditions nécessaires pour qu’il ait accès au livre de Kumo. Ainsi, se mettre à dos une des grandes forces d’autorité de Kumo ne jouerait aucunement en sa faveur. Raizen avait beau ne pas avoir froid aux yeux, mais il n’était pas abruti au point de dépasser les bornes quand les cartes ne jouaient clairement pas en sa faveur. Pour le moment, il préférait reprendre toutes ses cartes et les joués différemment...

-Désolé de vous avoir importuné.

S’arrêtant avant de sortir pour prononcer ses dernières paroles, le jeune kumojin quitta la pièce et referma la porte. Il bifurqua aussitôt vers la droite, faisant ainsi disparaître son ombre de la porte coulissante. Faisant ainsi un pas, puis un second, il patienta une bonne minute dans le corridor. Prenant le temps de méditer sur sa respiration, il n’arrivait aucunement à réfléchir à une situation qui pourrait améliorer sa position. Étant du genre à mieux réfléchir au milieu de l’action, Raizen fit marche arrière et se retrouva de nouveau devant la porte du bureau de la jeune femme. Prenant cette fois-ci le temps de cogner, il dévoila des cartes plus conventionnelles.

-Ici Raizen Meikyû, j’aimerais avoir la permission d’entrer.

Patientant, le jeune Kumojin serra les dents à l’idée de devoir se conformer à de tels protocoles pour se faire entendre. S’il détestait les protocoles et les formalités du genre, ce n’était pas par simple caprice. En fait, c’était plutôt parce que ce genre de situations provoquaient des moments dans lesquels des idéaux ou des demandes étaient ignorés dû à une simple absence de formalité. C’était ce genre de chose qu’il détestait et voulait réformer. Pire encore, si elle le considérait comme un abruti, il allait se donner un malin plaisir à lui prouver le contraire.

Qu’une personne se présente ou non de manière formelle ne voulait rien dire. S’il obtenait une seconde chance, il allait lui prouver qu’il fallait éviter de se fier aux premières impressions. Après tout, Raizen était un stagiaire de la vie et il apprenait chaque jour. Or, Reiko semblait l’oublier et son but était de lui prouver qu’elle n’était pas exempte d’apprentissage. Après tout, peu importe sa fougue, elle avait commencé quelque part, tout comme lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Sam 31 Mar 2018 - 17:55
Franchement...

Le voyant quitter ton bureau, tu ne pouvais t'empêcher de lâcher un soupire plus qu'appuyé... Allant alors te poser sur ton siège, tu vins à porter ta main sur ton front. Tu allais vraiment exploser un de ces jours, au risque de faire du mal à un malheureux ayant un peu trop marché de travers devant toi. Mais bon... Même toi, la Reiko aux épaules plus que solides, tu avais tes limites pour ce genre de connerie.

Au final, tu avais bien senti que cette histoire n'allait pas se terminer juste comme ça. Ce gars, qui t'avait mit sur les nerfs en quelques secondes ne semblait pas être du genre à lâcher l'affaire pour si peu.

Et ce sentiment vint à se confirmer lorsque tu pus de nouveau entendre de l'agitation se faire devant ta porte. Mais cette fois-ci, l'énergumène semblait se résoudre à passer par les protocoles que tu avais imposé au sein de ce batiment... Appuyant d'autant plus ta tête entre tes mains, tu vins à extirper celle-ci de son étreinte de chair et prit la résolution de lui donner une seconde chance.

Cela ne te ressemblait pas.

L'avoir laissé en pleine santé ne te ressemblait pas non plus. Mais bon... Tu devais toi aussi faire un certains effort, bien que s'il venait encore à bâcler sa demande et à te manquer de respect, il allait sortir d'ici les deux pieds devant. Tu allais t'en assurer.

- Rentre. Dis moi ce que tu veux.


Ton regard était un peu moins noir qu'auparavant, davantage envahit par une certaine lassitude cependant. Tu étais fatiguée, tu avais sans doute besoin de te reposer. Mais en cet instant, il fallait que tu règles cette affaire et au plus vite. Tout en évitant d'occulter certains points important.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Lun 2 Avr 2018 - 4:15

Obtenant finalement la permission d’entrer après tant de temps, Raizen ne se fit pas prier et entra en se courbant respectueusement. Malgré toutes les règles de politesse et d’hospitalités qu’il respectait, on pouvait clairement lire de l’animosité dans son regard alors qu’il fixait celle-ci avec énormément de dureté.

Il avait visiblement du mal à l’idée de savoir que quelqu’un pouvait avoir des intentions aussi hostiles pour quelque chose d’aussi banal. Pire encore, il trouvait cela dérangeant que celle-ci ait un poste élevé au sein de la police. La rendant ainsi un incontournable, le jeune homme ne pouvait s’empêcher de se dire qu’elle devait probablement filtrer beaucoup de gens, des bons comme des mauvais.

Lui-même flirtant sur la ligne grise, Raizen ne savait toujours pas s’il allait se faire filtrer. Pourtant, lorsqu’il avait quelque chose en tête, il savait bien se tenir pour avoir ce qu’il voulait. Après tout, réagir impulsivement n’avait sa place qu’à certains moments. Bien que l’autorité était un terme subjectif à ses yeux, il savait quand et comment se comporter. Loin de ne pas être sincère, Raizen était simplement un être patient qui savait quels sacrifices valaient la peine d’être faits.

-Je suis Raizen Meikyû, membre et genin de l’équipe 8 et j’aimerais rejoindre la police.

Ne s’arrêtant pas, Raizen savait pertinemment que la plupart des membres du corps policier étaient Chunin ou plus. Or, il ne voulait pas que son rang le désigne comme étant inapte à rejoindre le corps policier. Après tout, il avait une idée de son potentiel et de son talent. De plus, le fait que Kumo allait devenir la capitale et le centre de Kaminari no Kuni nécessitait forcément une hausse de la quantité d’employés nécessaire.

-Je suis prêt à intégrer les corps policiers en tant que stagiaire s’il le faut. Je pense aussi être un atout intéressant pour la police à long terme surtout que j’ai de l’expérience sur le côté scientifique et j’ai une capacité de raisonnement intéressante. Je pense qu’à long terme qu’il serait intéressant pour moi d’explorer la possibilité d’agir en tant qu’enquêteur dans certaines affaires.

Marquant une pause, il ne délogeait aucunement son regard de celui de Reiko, soulevant le fait qu’il était sérieux et loin d’être intimidé. C’était une manière pour lui de témoigner de sa détermination, mais surtout du fait qu’il avait une motivation qui allait au-delà de vouloir simplement l’uniforme.

-Je suis prêt à rejoindre l’unité de votre choix. Ma seule condition c’est que la situation soit profitable pour tout le monde.

Se taisant, il préférait ne pas trop parler. Cette femme semblait si impatiente qu’il avait dû aller droit au but pour éviter de la voir se frustrer encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Lun 16 Avr 2018 - 1:03
Rejoindre la police ?

Évidemment que tu avais haussé un sourcil... Après le dernier spectacle qu'il avait joué face à toi, tu ne serais clairement pas douté qu'il ai encore le culot de venir te demander ce genre de chose. A toi qui plus est...

Soupirant intérieurement, tu écoutais néanmoins ce qu'il avait à dire. Au moins, d'une certaine manière, il s'était décidé à y mettre les formes. Bien que l'idée d'être stagiaire te fit lâcher un autre haussement de sourcil. Il pensait vraiment que dans une unité aussi militaire, on pouvait se permettre de prendre des "stagiaires" ? Il pensait se trouver où ? Dans la boulangerie du coin ?

Bordel...

Malgré ce coté affligeant, tu continuais néanmoins à l'écouter et à prendre en considération tout ce qu'il pouvait dire. Tu notais l'effort dans la mise en forme de son discours, prouvant qu'il n'était pas qu'un idiot mais qu'il pouvait être sérieux. Celui-ci devait certainement te prendre pour une coincée du cul, et il n'aurait certainement pas faux d'ailleurs. Néanmoins, dans cette unité assurant la protection des civils, tu ne pouvais pas laisser la place au hasard. Un ordre incompris ou bafoué, et c'était la vie de quelqu'un qui menaçait de s'éteindre.

Tu avais énormément de responsabilité sur tes épaules, mais ce n'était rien, tu savais encaisser. Et cela passait par un filtrage très strict de l'effectif qui travaillait pour toi. Tes hommes devaient être les meilleurs. Ils devaient avoir en confiance en toi au même titre que tu devais avoir en confiance en eux. Des choses que ce Raizen n'envisageait même pas encore.

- Bien...


Marquant une pause, restant pensive quelques instants, tu vins à sortir une feuille d'un des tiroirs de ton bureau. A coté, tu posais une plume avec un encrier. Il voulait s'engager ? Bien... Tu allais lui laisser cette chance.

- Ce contrat veut dire que tu feras parti de la police mais n'assure en rien ta place dans celle-ci. A toi de montrer que tu le vaux. Ton sensei est Hisao non ? S'il t'a jugé digne d'être son apprenti alors je lui fais confiance. Ce sera lui qui sera en charge de ta formation les premières semaines.


Marquant une nouvelle pause, tu espérais ne pas avoir fait une erreur en l'acceptant.

- Des questions ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Lun 16 Avr 2018 - 1:40


Confrontant Reiko du regard, Raizen n’entendait pas rire. On pouvait y lire un sérieux qui était rarement visible sur ce faciès de nature curieuse. Ainsi, il fut soulagé intérieurement en entendant Reiko prononcer son premier mot à connotation positive. Malgré une hésitation, celle-ci décida de lui donner sa chance, en faisant mention de son chef d’équipe. Le tout avait-il penché en sa balance ? Raizen n’était pas tout à fait certain, mais cela voulait probablement dire qu’elle tenait Hisao en haute estime.

Prenant une courte respiration, il pencha légèrement la tête en voyant le contrat qu’il devait signer. N’étant pas forcément un amant des contrats, il étira un léger rire intérieur qu’il préféra ne pas laisser paraître. Après tout, il ne pouvait pas demander d’éviter une telle signature. La situation qui lui était offerte avait tout pour lui plaire. En plus d’avoir un pied dans le corps policier, Raizen allait pouvoir passer plus de temps en compagnie d’Hisao. De ce fait, ils allaient pouvoir en apprendre davantage ce qui risquait de solidifier leur lien et la force de l’équipe 8.

-J’ai une question.

Se penchant toutefois en prenant la plume, Raizen s’approcha légèrement du contrat afin d’y apposer son empreinte. Toutefois, à la dernière seconde il se retint, déposant l’objet sur le bureau avant de reporter son attention sur la Fukutaicho.

-Ceci est un signe de mon engagement.

Sans quitter une seconde du regard Reiko, il vint mordre suffisamment son doigt pour y faire une incision suffisante au point d’y voir une goutte de sang se former. Apposant ainsi son doigt ensanglanté sur le morceau de papier, il écrivit son nom de famille avant de compléter le tout avec la plume. De ce fait, on pouvait y lire Meikyû Raizen passant du rouge au noir et du sang à l’encre.

-Je prends la sécurité des citoyens très au sérieux. Par contre, le développement l’est encore plus. Ainsi, je me demandais quels étaient vos records et vos accomplissements vous ayant menés au poste de Fukutaichô.

Fronçant les sourcils, Raizen ne démontrait aucune émotion. Ses intentions n’étaient pas non plus cachées, surtout qu’il posait cette question pour défier ouvertement Reiko. Après tout, son objectif était simple : lui faire regretter chaque seconde qu’elle avait passé à hésiter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Lun 16 Avr 2018 - 2:16
Agacée...

Tu avais plissé les yeux durant son petit tour. Celui-ci avait signé de son sang, un contrat qui avait seulement pour but d'être recopié et officialisé par la suite. L'avait il au moins comprit ? L'avait-il au moins lu ? Encore une fois, tu soupirais intérieurement, d'une certaine manière, tu étais déjà sur le chemin du regret...

Néanmoins, ceci ne fit que se confirmer lorsqu'il en vint à te demander qu'avais-tu bien fait pour mériter de poser ton cul sur cette chaise ? Te type se foutait vraiment de ta gueule bon sang... Tu aurais pu l'éclater sur le coup et ne plus jamais avoir à faire de nouveau à lui, mais bon, tu te contentais de lever le regard avec une certaine pincée de mépris. Une grosse louche de mépris même...

- Qu'est-ce que j'ai fais pour mériter mon poste hein ?


Tu l'éclatais tout de suite ou bien ? Bien... Ça pouvait attendre après tout... Soupirant une nouvelle fois, il fallait bien que tu lui répondes même si tu n'en avais clairement pas l'envie ni même le temps.

- Je suis passée Chunin à mes 12 ans, Jonin à mes 16 ans. J'ai certainement remplit bien plus de mission entre ces quelques années que toi en toute une vie.


Il avait quoi, la trentaine ? Certainement moins en réalité, mais clairement il était plus vieux que toi et se pavanait encore en tant que simple genin. Il n'avait rien à te redire à ce niveau là. Tu ne lui parlais même pas de toutes les fois où tu t'étais battu pour ton village afin de repousser les diverses invasions, où tu avais faillit crever en protégeant ton clan. En réalité, il n'avait pas besoin de savoir tout cela. Le constat était simple, tu l'écrasais en tout point.

- Et avant de prétendre vouloir être enquêteur. Apprends à te renseigner sur les personnes auxquelles tu vas t'adresser avant.


Tu soupirais encore... Il te faisait perdre ton temps...

- Tu peux disposer et te renseigner auprès d'Hisao.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1548-metaru-reiko-terminee

Lun 16 Avr 2018 - 3:25


Raizen ne l’avait pas dit de manière aussi crue, mais c’est bel et bien ce qu’il voulait dire. Qu’avait-elle fait pour mériter ce poste ?Grâce à ses explications, il comprenait qu’elle était plus ou moins bénie ou simplement reconnue comme une prodigue. Après tout, il était rare de voir quelqu’un devenir Jonin à l’âge de 16 ans. Ce phénomène était très peu commun et témoignait d’une maîtrise pertinente d’habiletés qui justifiait un tel rang. Ainsi, Raizen pouvait acquiescer de la tête alors qu’il comprenait que le tout avait été obtenu par le mérite et non pas à cause de son clan.

Après tout, il était très commun de voir des gens être appointés à des rôles pour lesquels ils n’avaient ni les compétences ni les habiletés parce qu’ils connaissaient l’ami d’un ami qui faisait partie du clan le plus important de Kumo : le clan Metaru.

Rassuré, le jeune genin se contenta de répondre à la provocation de son chef à l’aide d’un petit sourire qu’il préféra garder en coin. Ne désirant pas paraître insolent, il devait avouer qu’elle avait raison. Il aurait pu et aurait du enquêté sur ce genre de sujets avant de venir. Or, si elle pensait qu’il était venu sans se préparer, elle se trompait fortement. En effet, Raizen avait pris le temps de collecter les informations les plus pertinentes à sa survie.

-Merci Fukutaicho-san.

Se retournant, il entama sa sortie avant de freiner à mi-chemin et de tourner la tête pour venir ajouter une précision.

-Félicitations pour vos accomplissements, j’espère dépasser vos attentes.

Et vos accomplissements pensa-t’il alors qu’il préférait garder cette dernière partie pour lui-même. Comme si ce n’était pas assez, il précisa :

-Ah et je n’avais pas collecté ce genre d’information. Je suis juste venu sachant quelques éléments. Metaru Reiko, maîtrise du métal, .


Souriant en remerciant les informations qu’Asami lui avait confiées avant sa réunion, il se disait que le prix qu’il avait payé pour les avoir était pertinent. Après tout, après avoir vu l’état dans lequel Asami était sortie du combat, il n’avait pu empêcher sa curiosité de creuser le sujet. De ce fait, il avait collecté ce genre d’information au cas où la rencontre tournerait mal. Pour lui, c’était une garantie de survie au cas où Reiko s’était levé des pieds gauches. Après tout, certains avaient deux pieds gauches. Pour n’avoir vu que deux de ses techniques en personne, il avait beaucoup de questionnement sur sa mobilité lors de l’usage du métal. Toutefois, là n’était pas la question.

-J’ai jugé que ce genre de questions étaient primordiales pour notre rencontre, rien de plus.

Sur ce, Raizen était prêt à partir, ayant laissé sa marque comme lui seul savait le faire. Il n’était pas défiant, mais il n’était pas docile. Il était simplement Raizen.

-Merci de votre temps Fukutaicho-san.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Le symbole de la justice et le rebel [Reiko]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: