Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Iwagakure no Shorui | Kyûseishu


Ven 2 Mar 2018 - 14:42

IWAGAKURE NO SHORUI x KYÛSEISHU



"Dois-je te dire la différence entre toi et moi ? le niveau. Il est comme l'histoire du singe essayant de capturer la lune. Peu importe la façon dont il se bat, il est juste le reflet de la lune sur l'eau qu'il voit. Donc, il s'enfonce seulement dans l'eau. au fil du temps, il coule."

Précédemment, dans Iwagakure no Shorui:
 

Elle avait visé juste. Il soupira avant de sourire doucement.


Mademoiselle effectivement. en se grattant les cheveux.

Il n’y avait pas encore de mariage en route et ce, pour de bien bonnes raisons. La situation était déjà assez compliquée comme cela et un événement pareil ne ferait que provoquer des morts, pour sûr. Il se gardait bien de gérer tout ceci plus tard, quand il en aurait les capacités. La douce avait apparemment bien des soucis, incluant de sales souvenirs suite à sa dernière enquête. Elle s’excusait mais lui, était véridiquement désolé pour ce qui lui arrivait. Il n’avait pas pour loisir de voir les gens heureux non plus, mais les voir hantés comme cela… Il le supportait difficilement, trop atteint par le sentiment humain probablement.


Je vois, n’en parlons plus dans ce cas. en ajustant son parapluie.

Mais si tu as vraiment besoin d’en parler, je peux servir d’oreille attentive. On peut dire que j’ai un don pour ça.
d’un air détendu, avant de rire un peu.

Il ne proposait jamais en général ce genre de choses, préférant pousser les autres à se battre et à surmonter leurs difficultés par eux-mêmes. Mais dans ce cas de figure, il ne savait pas ce qu’elle avait vécu, ni comment elle pourrait réagir si on la poussait à l’effort en la confrontant aux séquelles laissées par le passé. Du coup, il jouait simplement la sûreté, n’ayant pas envie de se retrouver avec un suicide ou un autre malade mental qui explose des gens sous les bras. Il y avait déjà assez de dégénérés dans la nature comme ça, pas la peine d’en rajouter. Rien ne semblait non plus la destiner à l’une des choses précédemment citées mais il gardait en tête la sécurité de chacun, y compris celle de la demoiselle.


Hmm... levant les yeux au ciel tout en se grattant le menton.

Elle avait posé une bonne question. Se mettre d’accord sur la chose pouvait leur éviter bien des désagréments, effectivement. Pour lui c’était quelque chose d’évident, une manière naturelle de se comporter. Juste ne pas aller trop loin. Il allait tout de même tenter de mettre des mots dessus, il le fallait bien.


Et bien ma foi… Comme si tu étais avec une femme je présume. en la regardant en souriant.

Pour lui, c’était évident au même titre que si il était avec un homme. C’est-à-dire qu’il ne se verrait jamais être tactile ou très proche avec une personne du même sexe, déjà qu’il l’était assez avec la gente féminine. Mais rien ne lui disait qu’elle n’était pas non plus de ce bord là, donc il se devait de rectifier le tir.


Faisons juste en sorte que tout ce qui puisse arriver n’ait pas de connotation sensuel, sexuel ou autre. en commençant à marcher puis il s’arrête peu après et se retourne.

Euh, où on doit aller déjà ? l’air paumé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Ven 2 Mar 2018 - 17:41
Comme si j'étais avec une femme hein ? Je me mets à rire, c'est doux et sympathique, mais...

"Si tu savais..."

Dit avec un petit air coquin, puis finalement de manière plus sérieuse.

"Mais j'ai compris l'idée."

Oui, le reste restera de l'ordre du personnel et je ne m'aventurerai pas sur les connotations, cela pourrait encore dériver. Retournons sur le principal, maintenant que nous avançons sous la pluie, il est temps de continuer ou plutôt de commencer l'enquête n'est-ce pas. Je viens près de lui, mais avec un but clairement innocent cette fois, je me sers des deux protections l'une à côté de l'autre pour place le dossier, que je tiens d'une main, entre nous deux. J'évite de me coller à lui, même si ça aurait été plus pratique quand même. Je relis ce que je sais déjà, mais ce que lui n'a pas dû avoir :

"C'est l'identité et des rapports plus ou moins sommaires sur des disparitions. Jusqu'il y a peu aucune relation n'avait était fait entre-eux, puisque les autorités avaient plu grave à gérer et qu'elles étaient globalement très éparses. Bien qu'il y ait une grande portion de réfugiés divers, cela n'est pas le seul genre de personne étant victime. Pour le moment, aucun corps n'a été retrouvé, ce qui a favorisé cette latence à lancer une enquête officielle. Genre, âge et origine divers, globalement des personnes sans le sou, sans famille ou presque et qui pouvait s'évanouir dans la nature sans réellement inquiéter qui que ce soit. Tous civils et aucun membre de grandes familles ou clans officiels."

Mais alors, pourquoi ouvrir une enquête, pourquoi tracer un trait entre eux ?

"L'avant-dernier rapport fait mention d'une jeune femme dans la fleur de l'âge, travailleuse modeste dans une exploitation agricole. Sauf que... "

En retournant la page et en évitant à celle-ci d'être frappée par une goutte d'eau ou deux dans le mouvement.

"Elle entretenait en secret une relation avec Kageki Kichida, Genin d'Iwa. Quand elle n'est pas apparue à un rendez-vous il la chercher, étant spécialisé en Sensorialité il a découvert des traces de chakra à son domicile, presque plus un placard à balais d'ailleurs, quand il a interrogé les personnes qui aurait pu lui donner des renseignements, elles avaient des témoignages contradictoires et incohérents. Trace possible de Genjutsu, j'imagine que la possibilité qu'il y ait l'implication d'un ou plusieurs individus dangereux justifie l'emploi d'une équipe de Chûnin. Par contre, c'est resté au point mort à partir de ce moment-là."

Finalement la dernière page... Je le laisse lire un peu, je ne vais pas faire TOUT le travail non plus. Je lui tends en tirant la langue, j'essaye surtout de dédramatiser la situation, je n'aime déjà pas ce qu'on risque de découvrir... Par contre pendant que j'y pense...

"Ah ! Si ta moitié ou future âme soeur est à moitié aussi jalouse que ce que j'imagine, pense a te changer avant de la voir. Elle sentira forcément mon parfum sur toi et tu pourras difficilement lui faire croire que c'est pour le travail... Même si c'est le cas. Mais pas trop tard, si tu sens trop le propre elle pourrait se faire des idées."

Vivre avec certains types de personnes oblige à développer un certain type de précautions. Enfin soit !

"Et prépare-toi d'avance à répondre à certaines questions, elle va forcement finir par apprendre qu'on t'a vue proche d'une jeune femme enceinte, tu ferais mieux de tuer d'en l'oeuf le pire malentendu possible en lui en parlant en premier..."

Je le laisse conclure ce qu'il ya a conclure, car si c'est discret, surtout pour un homme, la moindre femme un peu attentive à du voir à des kilomètres que je suis pas seule dans mon corps. Pour peu qu'elle soit de son clan, il ne faudra qu'un instant pour s'en assurer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Sam 3 Mar 2018 - 14:39

IWAGAKURE NO SHORUI x KYÛSEISHU



"Dois-je te dire la différence entre toi et moi ? le niveau. Il est comme l'histoire du singe essayant de capturer la lune. Peu importe la façon dont il se bat, il est juste le reflet de la lune sur l'eau qu'il voit. Donc, il s'enfonce seulement dans l'eau. au fil du temps, il coule."


Encore un air révélateur qui lui était propre. Ah, vraiment. Le malentendu était arrivé, bien qu’il ait voulu le dissiper. Le jeune homme soupira doucement, victime de sa propre maladresse. Cela ne lui arrivait pas souvent. À vrai dire, quand il fait une gaffe malgré lui, il en rigole de bon cœur. Ici il ne savait pas trop quoi en penser en premier lieu. Il finit tout de même par fournir un sourire à la douce, faisant fit de toute gêne possible. Gêne qui avait la possibilité de revenir à tout moment avec la situation en cours. En effet, quel étonnant spectacle nous fut proposé par le duo digne de Enusehiesu, célèbre série de récits policiers. Elle plaça le dossier traitant de l’affaire de sorte à ce qu’il fasse office de séparation entre eux. À défaut d’avoir trouver le juste milieu (sans mauvais jeu de mot), ils réussissaient à faire en sorte de créer une situation tantôt détendue, tantôt gênante. Laissant tout de même s’échapper un sourire, il l’écoutait d’une oreille attentive. Des disparitions, pour ne pas changer. Aucun type de personne en particulier n’était visé, personne “d’important” d’ailleurs. Présumant qu’il fallait d’abord voir si un mode opératoire était perceptible, il restait tout ouï aux dires de sa coéquipière. Nous entrions alors dans le vif du sujet avec la “surprise” que des shinobis étaient impliqués dans l’affaire.


Je vois. en se tenant le menton, l’air dubitatif.

Il saisissait alors doucement la dernière page, curieux. À voix haute, il continuait la lecture interrompue de sa collègue médecin.


D’après le rapport de police, certains témoignages parlent parfois d’une “fréquentation” tierce (pour ne pas insister sur l’aspect charnel de la chose), d’autres affirment l’avoir simplement vu partir pour un “voyage” selon elle, d’autres encore la peignent comme une jeune femme sans histoire et vivant sa vie comme tous les autres. avant de froncer légèrement les sourcils.

La fameux Kageki Kichida entretenait visiblement plusieurs relations secrètes, le petit chenapan. Son autre partenaire, Suzuki Ayano avait aussi “disparue”. Seulement, après quelques jours elle était revenue à son domicile (hier). Elle aurait perdu la mémoire, et ce, entièrement. Un lavage de cerveau en bonne et due forme, apparemment. Il n’y a encore aucune information en ce qui concerne le fait que cela soit dû à un jutsu particulier ou un procédé relevant de compétences médicinales particulières. Les analyses sanguines indiquent cependant qu’elle aurait, durant ce laps de temps de quelques jours, ingurgité certaines drogues interdites dont celle qui était censée avoir disparu après la grande descente du Yamagenzo, il y a peu.

Il était sûr d’avoir détruit toute la drogue ce jour-là. Soit son coéquipier œuvrant au nom des tengus en avait gardé pour lui et s’était mis à faire des choses louches, soit un autre entrepôt existait en ce qui concernait cette substance. Il serrait légèrement les dents, pas peu frustré de la tournure des événements. Se devant de garder son air noble et ses manières soignées, il soupira doucement après avoir entendu la blonde épiloguer sur le sujet précédent.

Effectivement. après avoir senti son uniforme.

Tu ne me facilites pas la vie, Chiryou. avant de rire.

Il déposa finalement la dernière feuille dans le dossier.


Je vais voir ce que je peux faire pour me sauver la vie. en se grattant les cheveux.

Quelqu’un la préviendrait ? Peu de chances. Elle était du genre à rester cloîtrer chez lui à lire nombre d’ouvrages en tout genre. Ah, cette histoire de femme enceinte. Il apprenait la nouvelle pour le coup, cachant plutôt mal sa surprise.


Mes félicitations, je suppose. en souriant.

Cet enfant allait-il lui poser problèmes ? Allez savoir. Finalement, il trouvait cela amusant. Il y laisserait probablement quelques côtes avant de se faire réparer par un ninja médecin pour le coup. Mais est-ce que quelque part, il n’aimait pas ça ?

Ils arrivaient finalement au domicile de la seconde. Visiblement, ils avaient un premier objectif à remplir : déterminer la cause de la perte de mémoire. Aussi, ils avaient l’autorisation d’enquêter dans les appartements de la demoiselle, apparemment de classe moyenne. Après avoir frappé à la porte, il précisa quelque chose au médecin avant qu’ils puissent avoir la possibilité d’entrer.


Je pense que tu devrais gérer tout ce qui est première approche et dialogues avec la victime, du moins pour le commencement. Qui sait ce qu’elle a pu vivre. Si un traumatisme est enfoui derrière tout ça, il est préférable que ce soit une présence féminine qu’elle ait à ses côtés plutôt que celle d’un pupille pâle, ne trouves-tu pas ? De mon côté, je verrais si je trouve quelque chose d’intéressant en sondant les lieux. d’un sérieux témoignant de son professionnalisme qui n’avait plus rien à prouver.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Dim 4 Mar 2018 - 0:24
Il continue donc la lecture, révélant ainsi de nouveaux détails, de nouvelles informations qui nous seront certainement utiles d'une manière où d'une autre, ou en tout cas qui seront à prendre en compte. Il voit, moi pas tant que ça, mais j'imagine qu'il faudra mettre en place les pièces du puzzle une fois qu'on les aura trouvés, si c'est le cas et en devinant ce que seront les vides... C'est un peu le principe d'une enquête en fait. Donc, une autre disparition, mais avec une victime réapparaissant. Peut-être que ça n'a rien a voir en fait, mais ça on ne le saura pas avant d'avoir mis le nez dedans et il vaudrait mieux vite savoir si c'est dans une case à part ou non.

Je ne sais pas ce qu'est cette drogue, mais le petit laps de réflexion qu'il ya eu quand i l a lu ça me laisse à penser qu'il n'a pas trop aimer ce que cela peu sous-entendre... Ou alors qu'il a beaucoup réfléchi a quelque chose... En fiat je ne sais pas trop à quoi ça m'avance de me demander le pourquoi du comment, il m'en parlera si je dois le savoir, sinon bah... On verra bien tout simplement.

"Mhhh..."

S'en suis la petite discussion sur le parfum et ce qui arriverait d'ici deux bons trimestres, enfin un peu moins. Il me félicite, je le remercie, fin de la parenthèse. Je ne souhaite pas trop papillonner sur tout cela, on a du travail et j'ai déjà trop joué plus ou moins directement.

On arrive devant la fameuse seconde victime, alors qu'est-ce qui l'a affectée ? La réponse aidera à déterminer si c'est un hasard et donc une seconde affaire, où si au contraire quelque chose ou quelqu'un à forcé la ou les personnes que l'on recherche à un faux pas ou au moins à un changement dans leurs habitudes. Il me laisse donc la main, pour une raison particulière, mais que j'accepte. Il n'a pas en mon sens une apparence brute ou intimidante, donc je suis sûr qu'il aurait pu jouer le même rôle... Enfin soit, j'acquiesce et attends que la personne ouvre. Autant ne pas lui faire en lui disant qu'on enquête, je vais jouer sur les mots... Elle ouvre, difficile de dire ce qui va tant elle semble avoir pris... enfin manière de parler. Ses yeux, son teint, ses tremblements, sa transpiration... Bref la liste est longue, elle à dépassé le stade préoccupant des pires drogués... Le fait qu'elle puisse se concentrer pour répondre même difficilement est déjà en soi presque un miracle.

"Mademoiselle Suzuki ?"

Elle répond d'un simple oui de la tête, tremble les pupilles dilatées, se tenant la tempe d'un air presque trop calme au vu de sa situation évidente. Drogue oui, soit... Autant ne pas faire de conjectures les fait Chichi, les faits !

"Je suis Shuuchuu Chiryou, médecin."

Elle me regarde, puis lance un regard à mon collègue, je prends alors la main de la demoiselle et la colle sur mon ventre, puis viens lui chuchoter que certaines personnes pensent que je suis en sucre uniquement parce que je suis une femme enceinte. À aucun moment j'ai menti, je joue sur les mots après elle croisera ce qu'elle veut... En même temps dans son état je pourrais lui dire que je viens d'une autre planète ou que je suis un des lapins à mochi venant de la lune que ça pourrait passer... Elle soupire, me félicite sans trop d'énergie, ce qui est déjà une réaction à peu près normale et nous invite à entrer. Je ne me fais pas prier et laisse Takumi faire de même, une fois à l'intérieur c'est... Un domicile on ne peu plus banal donc, je ne mis attarderai pas. De toute manière, si je m'occupe d'elle, c'est à monsieur d'être fin observateur, je ne peux pas être au four et au moulin.

Je commence par les questions d'usage pour m'assurer de son identité et de sa santé. Bon c'est ridicule, c'est évident qu'elle ne va PAS bien. Cela serait un peu long et inintéressant de tous explicité, mais ce n'est pas très folichon, surtout quelle commence rapidement à montrer des signes de fatigue pour une raison fort évidente. En tout cas, elle semble être une demoiselle qui n'a aucun lien avec notre monde si particulier, aucune base en utilisation de chakra, chose que mon coéquipier pourra corroborer ou non d'un simple regard... En tout cas, physiquement je peux affirmer qu'elle n'a pas d'entrainement physique, son absence de musculation ou de trace est on ne peu plus claire à ce sujet. Ce n'est donc pas une Kunoichi ou assimiler, sauf si sa circulation de chakra est plus développée que son corps... Ce qui est possible.

"Bon, je vais lui retirer toutes les cochonneries qu'il reste dans son sang, dans cet état elle ne nous sera d'aucunes aide et je ne peux décemment pas la laisser ainsi alors que j'ai les moyens de la soigner."

Le regard de la victime... Oui elle en est une, s'éveille un petit instant. Je vais la faire boire, me servant sans me faire prier chez elle... Sans la consulter non plus, avant de la tirer par la main vers ce qui semble être une chambre, la plaquer contre le lit ce qui n'est pas bien dur et commence à utiliser mon chakra. Elle se laisse faire, en fait dans le cas contraire elle ne pourrait pas y faire grand-chose.

La bonne nouvelle, c'est que pendant que j'extirpe littéralement toutes les choses qui sont dans son sang et croyez-moi, il yen a, mon collègue à tout le loisir de fouiller, observer et faire... Des trucs d'enquêteurs. Pendant que j'y pense et au vu du rapport, alors que je m'occupe de mette dans un récipient ce que je trouve ici et là dans son corps.

"Au vu du dossier, il faut directement détruire les échantillons ou les sceller et les envoyer au Yamagenzo ?"

Drogues interdites, dont une qui ne devrait pas être la, je ne tiens pas a jouer avec le feu en me balandant avec une chose qui pourrait me faire de grand tord. Il ya quelques mois j'aurais peut-être essayée de prendre discrètement un échantillon pour l'analyser, mais... Depuis je me suis clairement calmés sur les drogues et assimilés, grâce ou à cause de Sanadare et de mon petit.

Bon, il faut une bonne heure pour m'assurer que je n'ai rien oublié, quand on a le temps, enfin qu'on est pas dans le feu de l'action, autant s'assurer de tout faire bien. À ce niveau la, si j'exagérer un peu je demanderai s'il y a du sang dans les drogues...

"Certains ce mettent des bitures comme ils disent, mais elle son sang est saturé de truc moche, je me demande comment elle n'a pas fait d'overdose d'ailleurs ?"

Une excellente question... Que de's analyses poussés pourrait éclairer, mais ce n'est pas la question immédiate. J'ai laissé ma patiente endormie, entre ce qu'elle a enduré et les soins elle en a besoin et vu le cocktail qu'elle avait dans son organisme je suis certaine qu'elle était condamnée à une bonne grosse insomnie.

"Désolé, je devais intervenir je ne suis pas certaine que son coeur aurait tenu. D'ailleurs, je n'aurais pas écarté aussi vite la thèse de la tentative d'homicide ou de suicide à ca niveau la... Enfin s'il n'y avait pas mieux à utiliser que des drogues interdites et/ou de contrebande pour ça, beaucoup plus simple aussi. On ne pourra pas l'interroger avant une demi-douzaine d'heures au grand minimum, plutôt plus d'une dizaine... De ton côté tu as trouvé quelque chose ?"

Cela nous retarde certes, mais c'est mon devoir. Puis je pourrais me servir de ce temps pour analyser ce que j'ai retiré... Ah et en parlant d'évidence.

"J'imagine qu'elle est déjà surveillée, si ce n'est pas le cas elle va avoir besoin de protection. Mon petit doigt me dit que, quelle que soit la manière dont tout ça a atterri dans ses veines, quelqu'un va vouloir le récupérer."

En supposant qu'il, elle ou ils ne comprennent pas que c'est déjà ailleurs.

Technique utilisée:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Dim 4 Mar 2018 - 17:46

IWAGAKURE NO SHORUI x KYÛSEISHU



"Dois-je te dire la différence entre toi et moi ? le niveau. Il est comme l'histoire du singe essayant de capturer la lune. Peu importe la façon dont il se bat, il est juste le reflet de la lune sur l'eau qu'il voit. Donc, il s'enfonce seulement dans l'eau. au fil du temps, il coule."


Elle s’occupait donc de parler à la victime et avait l’air de plutôt bien se débrouiller. L’état plus qu’alarmant de la personne qui les accueillait fit que le ninja médecin dût prendre des initiatives qui n’étaient peut-être pas prévus à la base. Il n’avait rien à lui répondre car elle avait raison. Il pouvait comprendre sa manière de voir les choses et c’était tout simplement une question de bon sens et d’humanité. Il se contentait de manifester son “approbation policière” d’un mouvement de tête, ayant probablement la responsabilité de ce côté-ci de l’enquête. Il ne s’attardait pas sur la chose de toutes manières et commença à faire ce pourquoi il était venu, contractant ainsi les veines se trouvant aux alentours de ses pupilles. Il cherchait tout ce qu’il allait pouvoir les guider vers autre chose. Du chakra, des détails curieux ou encore des signes d’effraction, tout pouvait les aider.

Restant à sa place, sa vue à un quasi 360° lui permettait de sonder les environs sans avoir à se retourner. Observant la porte et les fenêtres, rien n’indiquait que quelqu’un était entré en ces lieux de force. Il se déplaça alors au sein de la modeste demeure, examinant chaque pièce sur sa route. Le salon et la cuisine à laquelle il était relié n’avaient rien de suspect aux premiers abords. Ce dernier semblait entretenu de manière tout à fait normal, rien à signaler de ce côté. Cette dernière accueillait une tentative ratée de faire à manger. Le plat était à refaire pour sûr, avait-elle essayé de cuisiner dans son état ? Aussi, les rapports indiquaient que depuis son retour, elle n’était pas sortie de chez elle. Angoisse vis à vis des autres ? Traumatisme ? Maladie mentale ? Les faits semblaient corroborer le fait qu’elle n’avait probablement pas pu se nourrir convenablement, peut-être une des raisons de son état semblant grave au vu de la réaction de la blonde. Il passait un rapide coup d’oeil à la fenêtre, observant les environs extérieurs. Rien de suspect non plus. La fenêtre n’avait pas été forcée. Si elle avait été enlevée ici, elle connaissait forcément son ravisseur. Du moins lui faisait-elle assez confiance pour l’inviter chez elle.

Rien de plus à voir dans le coin, il allait donc dans la chambre. Ici, les choses prenaient une toute autre tournure. Des résidus de chakra étaient présents un peu partout sur le lit, d’autres moins nombreux un peu autour. Il se rapprochait alors du pagnot et se plaça à hauteur de ce dernier après s’être accroupi. Même à y regarder de plus près, il ne saurait dire ce qui avait été réalisé dans la pièce, son niveau en sensorialité était de toute évidence pas assez bon pour le découvrir. Cela ne l’agaçait point, même si c’était néanmoins dérangeant. Il se releva et inspecta les meubles de la chambre. Rien à signaler non plus, aucun signe ne laissait présager qu’une agression ou quelque chose avait été volé. Sa coéquipière du jour entrait dans la pièce avec la victime, en l’allongeant et commença à faire ce qu’elle avait à faire. Il se tourna vers elles pour voir ce qu’il en retournait.


Qu’est-ce que… en s’approchant de la victime.


Elle s’était endormie et c’était une très bonne chose. Ce qu’il voyait allait dans le sens de ce que disait la praticienne.

Tu as très bien fait, Chiryou. en continuant de fixer la femme endormie.


Il fallait agir.

Plusieurs sources de chakra différentes semblent opérer dans son son organisme. Peut-être pour l’empêcher de récupérer efficacement ou alors intensifier une dépendance ? Aussi, un tenketsu sur trois est fermé, ce qui est définitivement affolant. Comme tu le dis si bien, je n’aurais pas écarté la thèse de la tentative de suicide non plus. en lui souriant.


En se plaçant de l’autre côté du lit, il fit signe au médecin. Ils devaient régler cette histoire de points vitaux hors service au plus vite pour aider à accélérer le rétablissement de la victime.

Je vais te guider avec mes byakugans pendant que tu injecteras une très légère dose de ton chakra à certains endroits. J’espère que tu n’es pas du genre à avoir la tremblote, une erreur de dosage pourrait bien aggraver son cas. En ce qui concerne les sources de chakra, je n’ai pas les compétences requises pour l’extraire. Aussi, peut-être est-elle prise dans une illusion. Je n’ai pas pu le déterminer clairement avec tout ce qu’il se passe en son sein. avant de concentrer son regard sur la pauvre femme.


Un peu moins d’une centaine de tenketsus étaient fermés, cela allait prendre un peu de temps. Mais son caractère altruiste et les compétences de sa coéquipière disponible ne lui permettait pas d’attendre que le Yamagenzo (dans lequel il était entré prématurément, rappelons le hein) daigne envoyer d’autres personnes pour elle, ce dernier étant en sous effectif ces temps-ci. Aussi, ce n’était pas dit explicitement mais il comprenait maintenant qu’avoir affecté un ninja médecin sur cette enquête sous entendait qu’elle devait faire le travail de shinobis supérieurs trop pris ailleurs.

***

Un peu plus tard, après “l’opération” (Domicile de Suzuki Ayano)

Malgré le fait qu’il était de la branche principale, il avait refusé de prendre des servants chez lui. De ce fait, il avait appris à entretenir une maison et se gérer lui-même très rapidement, étant orphelin de mère très tôt et de père quelques années plus tard. Il était en train de cuisiner quelque chose chez la jeune femme avec ce qu’il trouvait, optant pour des gyozas accompagnés d’une petite soupe de légumes de saison. Elle avait pas mal d’aliments permettant de préparer moult mets mais il se devait de se contenir, l’heure n’était pas à l’expérience culinaire. Elle aurait surement besoin de reprendre des forces après tout ça et quelque chose au goût agréable passant dans le gosier l'aidera à se sentir bien pour répondre aux questions. Il ne restait plus qu’à attendre que le tout finisse de cuire.

Il se plaçait contre la fenêtre, en regardant dehors avec le regard terne propre à son clan.


Pour ce qui est de l’échantillon, conservons le pour le Yamagenzo oui. Cela pourrait aider à trouver des solutions médicales voir à retracer l’origine de cette… chose. marquant une pause avant de se tourner vers elle.


Il n'avait pas été très correct et tenait à rectifier le tir.

Désolé de ne pas t’avoir répondu tout à l’heure, nous devions faire au plus vite. Mais de ce que j’ai pu voir, aucune protection ne lui a été attribué. Tu as probablement raison, oui. je te propose qu’on reste dans le coin au cas où. avant d’activer une nouvelle fois ses byakugans.


Des initiatives devaient être prises.

Je ne pourrais pas veiller toute la nuit ainsi mais je peux déjà tenir plusieurs heures, d’ici là elle se sera peut-être ré.. interrompu.


Le visage de la victime dessinait un léger rictus. Se réveillait-elle ? Son état avait-il empiré ? La suite, au prochain épisode d’Iwagakure no Shorui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Jeu 8 Mar 2018 - 11:24
Avec l'aide de mon très estimé collègue, j'ai donc soigné la pauvre victime. Heureusement pour elle, je ne suis pas devenue Chûnin par hasard et si un médecin est précis, en prenant du grade et de l'expérience cela ne fait qu'aller en s'améliorant. J'en suis au point de pouvoir ressouder des os , soigner des blessures internes et même avec plusieurs autres médecins, pouvoir faire littéralement repousser des membres. Donc, quand il me demande si j'ai la tremblante, je me contente de lui répondre d'un grand sourire et un petit rire amusé. Cela prend du temps, j'écoute très attentivement ses indications et finalement... Elle se repose, le corps débarrassé d'un mélange obscur de drogues illégales et peut-être même de qualité militaire et sa circulation de chakra soulagé du poids qu'il a enduré. Même les noms shinobi le sente passer quand on touche à ce qui régule l'énergie vitale de toute manière, la question étant, qu'est-ce qui l'a endommagé à la base ?

"Je vois mal un Hyouga s'amuser à fermer un par un les ports de chakra pour en laisser autant. Si une des substances altère et bouche la circulation... Cela pourrait presque être une arme contre les utilisateurs de chakra."

Mais ne parton pas dans de folle conjecture, cela signifie surtout qu'il va falloir des analyses, si ce n'était pas déjà sûr, maintenant c'est plus que confirmer. En même temps, avec le cocktail qu'elle avait dans le sang je comptais déjà le faire, cela rend juste ça un peu plus important et donc prioritaire.

Enfin avec tout ça, cela ne nous dit pas encore si c'est un cas isolé ou si c'est bien en lien avec notre affaire... En même temps je me dis que ce cas me semble plus urgent que les disparitions si ce n'est pas la même chose. C'est malheureux à dire, mais c'est le cas si on regarde ça de manière réaliste. Enfin, pour le moment, rien ne dit si lien il y a ou si au contraire c'est deux cas isolés l'un de l'autre.

*** Et le temps passa ***

Je m'assure qu'elle s'hydrate bien, faire boire une personne inconsciente est assez problématique, même en étant Iryo-nin, je ne peux pas me permettre de la perfuser même si j'aurais facilement pu installer du matériel médical plus lourd dans sa chambre. Le problème étant que sans personnel médical, je ne me permettrais pas de laisser tout cela à sa portée. D'un autre côté, je suis d'une famille de médecin donc, dans le pire des cas, soit j'appelle celle-ci ou alors je demande à l'hôpital une infirmière. Pour le moment, je dois voir comment elle réagira au nettoyage de son sang et aux réparations dans son système circulatoire.

Elle sue moins, pas de détresse respiratoire et son rythme cardiaque a drastiquement diminué sans descendre à un seuil alarmant. Globalement, je peux dire qu'elle s'en remet et comme on sy attends tout de même, les drogues et le massacre de ses ports ne l'aidait pas à être en bonne santé. J'attends et vais attendre encore qu'elle soit en meilleure forme avant d'injecter du chakra en elle pour casser une éventuelle illusion, elle est encore trop faible. En plus, un détail trouble légèrement ma concentration, une vaste et belle odeur de nourriture. J'ai le droit d'aimer les bonnes choses n'est-ce pas ?

Alors qu'il s'installe à la fenêtre, je dis d'un air taquin.

"Tu es donc bon à marier."

En même temps, c'est vrai que voir un fils de très bonne famille savoir se débrouiller seul dans les devoirs ménagers est un peu surprenant. J'imagine qu'il a pris des cours ou limite le nombre de servants à son service. Il me semble suffisamment singulier pour avoir ce genre de lubie. Une fois la plaisanterie faite, je l'écoute plus attentivement. Certes, le Yamagenzo aura le flacon, mais avant :

"Si on leur envoie, on ne sait jamais quand on aura les résultats, je prendrai un échantillon pour faire faire quelques analyses tout de même."

En tant que médecin, j'ai forcément quelques connaissances dans tout ce qui approche mon domaine et parfois, gagner quelques heures ou jours ça peut changer des choses pour une enquête. Je sors un peu de matériel de sceaux, puis devant lui en tant que témoins, prend un tout petit échantillon... Cela suffit, que je ferme et scelle avant de lui remettre le plus grand flacon lui aussi scellée.

"Je te laisserai remettre ça à qui de droit, je remettrais l'échantillon au laboratoire sous ta supervision pour éviter que ta hiérarchie pense que tu as perdu."

Perdu dans le sens large du terme, je ne compte pas le doubler, cela ne parait pas, mais cela suffirait suffisamment pour étudier ce que ça contient voir avec du bon matériel tenter en partie de reproduire ce qu'il contient. Bref, des applications que je ne compte pas laisser faire ou qu'on lui reproche pour rien... Même si fut un temps j'aurais été plus que tenté. D'ailleurs, je réfléchis et lui donne le petit échantillon aussi.

"Dans le doute, TU remettras l'échantillon en main propre et en tant que représentant du Yamagenzo. Evitont les problèmes et les lourdeurs de la bureaucratie"

Je ne sous-entends pas que je ne suis pas de confiance, mais au moins ça évitera de devoir être vague dans le rapport il comprendra ça. Donc elle est sans défense et le petit rictus. Rien ? J'ouvre une paupière et... Sans surprise et comme prédit.

"Si elle se réveil avant demain, fin d'après-midi on pourra s'inquiéter de sa santé. Pour le moment ce ne sont que des réflexes musculaires, elle s'approche presque plus du coma que du repos."

Les prochaines heures seront vitales. Mais comme il le dit, on ne pourra pas veiller toute la nuit. Heureusement, on est gradés l'un comme l'autre, donc on a au moins le privilège d'appeler des petits genin pour faire la sale besogne et pour améliorer un potentiel rapport numérique en cas de rixe, même si c'est très improbable.

De son côté, je ne sais pas ce qu'il fait, mais moi j'appelle en renfort un petit jeune de ma famille, s'il ne sera pas très utiles comme gardes, il saura surveiller l'état de la patiente. À nous deux on se relayera toute la nuit... En espérant que l'on n'est pas de vilaine surprise ou de désagréable visite.

Mais ça, c'est une autre histoire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Lun 12 Mar 2018 - 3:44

IWAGAKURE NO SHORUI x CHIRYOU



"Dois-je te dire la différence entre toi et moi ? le niveau. Il est comme l'histoire du singe essayant de capturer la lune. Peu importe la façon dont il se bat, il est juste le reflet de la lune sur l'eau qu'il voit. Donc, il s'enfonce seulement dans l'eau. au fil du temps, il coule."


Elle prenait soin de la victime avec un certain intérêt, ce qui révélait d’elle un fort attachement à sa profession. Ou alors était-elle simplement du nombre des philanthropes, au même titre que lui ? Quoi qu’il puisse en être, elle faisait ce qu’elle avait à faire, et lui de même. L’état de la jeune femme semblait s’améliorer, ce qui ne pouvait annoncer que du bon pour la suite des investigations. Enfin, cela ne pourrait pas être pire qu’actuellement. Bon à marier ?

Elles disent toutes ça. en la regardant en souriant, non sans malice.

Il se mit à rire doucement. Le moment était mal choisi pour tenter de faire de l’humour et il en avait conscience. Elle se mit à nouveau à faire le nécessaire. Lui, continuait de veiller, ayant foi en l’assistante. Il se contenta d’un hochement de tête servant d'acquiescement à sa demande. Il la garderait tout de même à l'œil, ne pouvant pas non plus lui accorder pleine confiance pour ce coup. Il n’hésiterait bien sûr pas à faire acte de réprimande envers elle si abus il y avait sur le coup.

Visiblement, ils avaient la même façon de voir les choses en ce qui concernait celui qui apporterait l’échantillon. Il n’y accordait pas plus d’importance que cela, considérant son immaculée réputation comme n’étant point entachable par de pareilles bassesses. Ces dernières tenant finalement plus des élucubrations politiques et des amères polémiques citadines que de réelles dénonciations de faiblesse. Il prit possession du dit sceau et en fit donc la propriété du Yamagenzo (dans lequel il était entré prématurément, rappelons le hein).

Je m’en charge. adoptant un ton se voulant rassurant.

Finalement, la jeune femme restait dans l'inconscience marmoréenne qu’elle exhibait depuis quelques heures déjà. Soupirant doucement, fidèle à lui même, il se trouvait rassuré. Oui, car à défaut de ne pas voir d’amélioration dans l’état de santé de la victime, il ne voyait pas non plus de complication. Tout était à prendre en de pareils instants. Du moins, c’est ce qu’il en pensait. La collègue avait fait appel aux services d’un de ses proches, le garçon pouvant avoir l’utilité de garder l’oeil sur la patiente de cette dernière. Sûrs de rien en ce qui concernait la nuit à venir, cette précaution avait sa raison d’être. Lui, n’étant proche de personne au sein de son clan, n’avait fait venir personne. Aussi, il fallait garder l’image du Shihainin pouvant régler tout problème, et ce, sans aucune aide. La Roche avait besoin de héros forts et intrépides, au grand dam du pupilles blanches. S’approchant de son auto-attitrée assistante, il posait donc une main le bras de cette dernière. Le sourire qu’il affichait était suffisant mais l’usage des mots était de mise afin d’éviter toute équivoque.

Chiryou, tu peux te reposer. Je me charge du premier tour de garde, veilles à bien te reposer surtout. en levant l’index, l’air faussement sévère.

Il ne souhaitait pas la paterner, seulement la vie d’un innocent bambin était aussi en jeu si problème il y avait et c’est surtout sur lui que son soucis se portait. Elle, shinobi probablement accomplie, saurait se défendre.

Je te réveillerais dans quelques heures. avant d’effectuer un délicat signe de main, l’invitant à suivre ses directives.

Il fallait se montrer pragmatique et être lucide, faire un roulement pour la garde s'avérait probablement être une des meilleures idées avec les moyens dont ils disposaient actuellement. Allait-elle s’endormir tranquillement ou contester les décisions de l’enquêteur ? Quoi qu’il puisse en être, il n’allait pas la réveiller à temps, se disant qu’elle aurait probablement besoin de plus de repos que lui du fait de sa grossesse. Comment avait-il le droit de penser une telle chose, il n’était pas médecin après tout et seul un homme qualifié pourrait avancer pareilles choses. Il se tint cependant de lui partager son avis à cet égard.

***

Les yeux blancs perçaient l’obscurité de la nuit, à l’affût du moindre mouvement suspect, d’une silhouette un peu trop insistante sur l’adresse protégée ou n’importe quel autre signe portant à possible querelle entre les enquêteurs et les assaillants. Les ténèbres avaient gagné les pièces de la demeure, le silence s’était naturellement imposé en maître et trouvait périodiquement concurrence dans le souffle des endormis. Rien ne lui échappait, depuis plusieurs heures maintenant il veillait ainsi. L’usage prolongé ou abusif du dojutsu avait pour effet de troubler la vision de son utilisateur, du moins jusqu’à ce qu’il les repose. Peu de personnes le savaient, même parmi ses semblables, et il comptait bien faire en sorte que cela reste ainsi. Seulement voilà, il commençait maintenant à faiblir, plissant des yeux par moments et de plus en plus longtemps au fil du temps.

C’est à ce moment qu’un de ces fameux signes fit son apparition. Une ombre le fixait au loin. En la regardant dans les yeux, il pu voir que c’était une personne ne partageant pas son Kekkei. Vision floue, il n’arrivait pas à distinguer clairement les traits de ce semblant d’intrusion. De longs cheveux, c’était ce qu’il distinguait. Aussi, une taille de guêpe, apercevait-il au milieu de cette sombre rue. L’ambiance était envoûtante et semblait durer, s'engouffrant ainsi au seins des méandres oubliés du temps.

Subitement arraché de cette torpeur sorcière par un fracas, c’était la vitre devant lui qui venait d’éclater qui l’avait fait réagir ainsi. Une lame le menaçait, son esprit se réveillait à peine mais son corps lui était entièrement prêt. D’un réflexe sorti de nulle part, il dégaina son katana et réussit à parer l’offensive inextremis. Son visage avait été clairement désigné par cette attaque. L’instant qui suivit n’en fut pas moins intense mais de très courte durée. Il constatait une personne de taille moyenne à la longue crinière, portant un masque étrange et un uniforme de shinobi, sur le rebord de la fenêtre était présente. Les sabres rivalisaient en force, les lames faisaient entendre leurs frottements stridents. L'individu déclara quelque chose à haute voix mais la fatigue du Hyûga fit qu'il n'en saisissait pas la substance, son esprit s'acharnant à le garder éveillé. Tandis qu’il fixait le mystérieux individu, ce dernier prit la fuite à une vitesse fulgurante. Ayant pour réflexe de le suivre, ce fut une douleur au crâne qui l’arrêtait, lui faisant violence.

Sans un bruit, il posa genou à terre et écrasa une de ses mains sur sa tête. Forcé à fermer les yeux, les veines autour de ces derniers disparaissaient, lui donnant ainsi périodiquement du répit pour ce mal. Il n’avait pas pu l’arrêter, ni même le suivre ou savoir dans quelle direction il était parti. En se retournant brusquement, il constatait que la patiente était saine et sauve, il devait en aller de même pour le proche de la médecin. En se tournant vers elle, il retirait sa main de son visage et affichait un visage exténué, bien qu’il essayait de se montrer fort. Tout homme à la fierté mal placée en ferait de même.

Un genjutsu. Et une excellente maîtrise du kenjutsu.. Nous avons affaire à quelqu’un d’entraîné et dangereux par-dessus tout. Vivement que la victime se- interrompu par la douleur, il grimaçait légèrement en venant à nouveau apposer sa main sur son visage.

Quelques instants plus tard, elle avait disparu et il semblait un peu essoufflé. Il tenait toutefois à terminer ce qu’il avait à dire.

Vivement que la victime se réveille, elle aura des réponses pour nous, j’en mettrais ma main à couper. en retirant la main de son visage une nouvelle fois.

Avait-il eu tort de rester trop longtemps en garde ? Et si c’était un autre qui avait tenu ce tour, serait-il encore en vie à présent ? La sécurité des autres justifiait-elle de se faire violence pour autant ? C'était pour ce genre de situation qu'il se devait de se montrer inébranlable et exemplaire devant les autres, rassurant au mieux la population tourmentée de la Roche. Pour lui, il était évident que la réponse était un oui, tout simplement. Dorénavant, il avaient peut-être quelques réponses à leurs questions mais probablement encore plus d’interrogations en suspens.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Lun 19 Mar 2018 - 16:24
J'imagine que si j'avais encore des aprioris sur les Hyouga, ils se seraient envolés n'est-ce pas ? En même temps entre lui et Sanadare j'ai certainement eu du temps en privé avec les deux membres de leurs clans les plus délurés qui existes. En tout cas il prend en charge les échantillons et cela vaut mieux ainsi, la soirée se passe et alors qu'il est temps de parler des tours de garde... Il joue à l’homme de bonne manière, peut-être trop même, je ne suis pas en sucre. Mais j'accepte, il a raison sur un point un peu de repos ne me fera pas de mal quoi qu'il arrive, je dois dormir pour deux. Un délicat mouvement de la main m'invitant à me laisser aller, lui faire confiance. C'est déjà le cas, mais je suis naïve dans l'âme on ne peut pas me le reprocher. En plus, il est de ceux qui auraient le plus d'intérêt à ce que tout se passe bien, même si ce n'est pas aussi vrai que je ne le pense, il a plus à perdre que moi.

Ainsi, on entra dans la plus sombre partie de la journée et pour cause, c'était la nuit... Non décidément pour en sortir une pareille, j'ai vraiment besoin de dormir. Ainsi je m'allonge, quand c'est mon tour, laissant le petit jeune me rassurer avec un pouce relevé. Je l'observe un instant en silence pendant qu'il vérifie les signes vitaux de la patiente, puis m'endort avec un sourire rassuré.

Rien ne sembla perturber ma nuit, même pas mon assistant qui était censé me lever pour que je fasse mon tour ! Je vous jure... Ces hommes ! Enfin soit, au moment où j'ouvre les yeux au petit matin, le jeune semble un peu fatigué, mais pourrait bien tenir une garde ou deux supplémentaires. Il m'a même mis une couverture sur le dos, je n'ai pas eu la moindre gêne à m'allonger en sous-vêtement devant un jeune, c'est un futur médecin il a déjà vu plus d'un corps nu, qu'il soit vivant ou non d'ailleurs.

"Tenshi pourquoi tu ne m'as pas levée ?"

Chuchotant presque assise sur le lit, les cheveux en bataille et un léger filet de bave au coin de mes lèvres que j'essuie avec un drap comme une sale. Il m'explique que même s'il avait essayé, si l'explosion d'une vitre ne m'avait pas tiré du sommeil, ce ne serait pas lui qui le ferait... Une vitre brisée ?

"Ah ? Pas de bobo ?"

Il va bien, la jeune femme aussi et j'imagine que Takumi aussi ? C'est le cas non ?

"Takumi-san, tu es encore vivant ?"

Oui, au levé je ne suis pas forcement capable d'avoir une pensée cohérente, sinon je serais allé voir s'il est blessé avec un peu plus de vigueur et surtout de célérité. Si je me sentais en danger, ça serait le cas, mais étrangement... Non, la simple présence du membre du Yamagenzo efface toute crainte à tort ou à raison. C'est donc en culotte et avec une nuisette translucide, sans soutient gorge puisqu'ils me font mal depuis que j'ai des montés de lait. J'observe une seconde mon partenaire d'enquête qui se repose alors que le jeune lui vient me mettre une veste. La raison officielle, c'est pour éviter que je n'attrape mal puisque j'ai transpirée toute la nuit, officieusement... bah c'est la même chose, plus le fait de ne pas me laisser à moitié nue face à un homme quand il se réveillera j'imagine ? Je regarde un instant en l'air et vais investir la salle de bain. Inutile de dire qu'il n'en a pas mené large quand la fenêtre à était réduite en morceau et qu'il a dû attendre dans l'expectative... Maintenant, il va avoir le droit de partir pour lui aussi se reposer.

Je reviens, propre, a peu prés présentable et habillé. Je remercie mon assistant pour la nuit en lui mettant une main sur l'épaule et en lui faisant un grand sourire. Lui murmurant un ou deux compliments et en finissant par un bisou sur le front comme le ferait une maman poule ou une grande-soeur. Un dernier salut puis il part sans demander son reste, lui aussi à besoin d'un peu de toilettes et d'un bon lit. Je vais donc voir mon coéquipier, en passant je vérifie aussi par acquit de conscience que la jeune femme va bien, c'est le cas, elle ne semble pas montrer de signe de réveil dans l'immédiat par contre et ce n'est pas moi qui vais la pousser à le faire.

"Nuit difficile, n'est-ce pas ?"

Question stupide, en plus j'ai parlé à voix basse encore plus pour moi-même. Je m'invite dans son lit, m'installe derrière lui de sorte à placer sa tête sur mes genoux et commence à lui masser les tempes en accumulant du chakra au bout de mes doigts pour le soulager. Je sens ses muscles se relâcher, j'imagine qu'il a abusé de ses yeux pendant son tour de garde, c'est un classique chez eux. Une fois fini avec cela, je me contente d'attendre sagement en lui caressant les cheveux. Finalement, quand il émerge naturellement de sa torpeur, profitant d'heure de sommeils bien mérités, tout en restant à portée visuelle de la demoiselle pour pouvoir intervenir en cas de signe particulier. Il bouge, il émerge...

"Bonjour Takumi-san. Nuit difficile n'est-ce pas ?"

Ce n'est pas pour autant que j'arrête de lui caresser la tête d'un air doux, tendre même. Pas sûr qu'il le voit de cet oeil, mais ça c'est son problème, en tout cas je le laisse se lever brusquement ou non suivant son temps de réaction.

"Ahhh... Je me sens un peu envieuse envers ta moitié."

J'ai dit cela sur un ton léger, ponctué par un rire doux. Si sa moitié l'avait vu comme cela il aurait certainement appris a volé jusqu'au mur le plus proche, je suis un peu vilaine quand je mis met... Mais j'estime qu'après une nuit comme il semble avoir vécu, il a amplement mérité un peu de douceur et de tendresse. Évidemment s'il était du genre volage cela aurait était autrement.

"Non, je n'en ai pas profité bien que ce soit tentant. Mais force est de constater que tu es à croquer, surtout quand tu es assoupi."

Bon la je pousse la taquinerie un peu loin encore, je lui tire la langue avant de le laisser si'l ne c'est pas déjà levé lui-même. Je vais préparer un petit déjeuner avec les moyens du bord. Tout en m'activant dans la cuisine, je continue de lui parler.

"J'ai raté quelque chose cette nuit, j'imagine ? Je suis heureuse d'être avec un shinobi expérimenté, je suis certaine qu'un genin serait parti à la poursuite de le, la ou les personnes laissant notre protégée sans défense ou presque."

Le temps de me réveiller, la chose ayant attaquée serait partie et le fait qu'il y ai eu qu'un incident tant à prouver que ça pouvait être une diversion, ou une tentative ratée dans tous les cas...

"Il va peut-être falloir songer à l'emmener à l'hôpital, on ne va pas pouvoir la surveiller constamment et manifestement, elle a besoin d'être surveillée."

Il me confirmera ou non cela quand il me parlera de sa nuit. En tout cas pour le moment, il est temps de prendre des mesures appropriées. Une odeur sucrée salée envahit le logement, une fois qu'on sera rassasié il sera temps d'agir, pour le moment il est temps de réfléchir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t703-shuuchuu-chiryou-terminee#3358 http://www.ascentofshinobi.com/u573

Ven 30 Mar 2018 - 0:48

Iwagakure no Shorui x Chiryou


"Dois-je te dire la différence entre toi et moi ? le niveau. Il est comme l'histoire du singe essayant de capturer la lune. Peu importe la façon dont il se bat, il est juste le reflet de la lune sur l'eau qu'il voit. Donc, il s'enfonce seulement dans l'eau. au fil du temps, il coule."


Acculé par la fatigue et la douleur, sa vision.. Non, tous ses sens s’atténuent, progressivement. Il finit par s’écrouler au sol, surmené.

***


Il émerge, lentement mais sûrement, de sa torpeur. La nuit a visiblement été difficile, ce qu'elle conçoit sans trop de peine. Il voit toujours un peu flou mais reconnaît tout de même la jeune femme. Des mains, douces et attentionnées, semblent s’occuper de sa peine, le soulageant ainsi d’un fardeau fort désagréable. C’est donc dans un état détendu mais pas complètement rétabli qu’il se réveille. Il sourit alors doucement avant de tourner le regard suite à la question de la médecin.

Si on veut oui. d’une voix calme.

Encore dans les vapes, il n’arrive pas à faire la différence entre le caractère tendre des gestes de la fausse blonde et le possible usage de médecine shinobi. Il ne cherche même pas à faire cette différence d’ailleurs, il se contente de se laisser aller en espérant aller mieux au plus vite. Il vient plonger le regard de ses pupilles pâles dans les siennes et ne lui donne que le silence comme réponse. Envieuse ? Il la regarde d’un air un peu méfiant. Le malaise qui s’empare de lui disparaît aussitôt qu’elle lui précise que rien n’a été fait avec son corps durant son sommeil. Il soupire alors, puis sourit à nouveau.

Décidément, tu n’en rates pas une. en se décalant quand elle décide de se lever.

Il se redresse et pose pieds au sol, toujours assis sur le lit cependant. Il se gratte les cheveux alors qu’elle parle, le réveil s’avère moins dur qu’il ne le pensait mais est tout de même compliqué. Sa vue est toujours un peu floutée mais il fera avec.

Nous avons été attaqué. en se levant doucement du lit pour rejoindre la cuisine.

Il détourne le regard par la fenêtre quand elle parle de poursuivre l’assaillant, son impétuosité aurait pu coûter cher au petit groupe. Le passé étant ce qu’il est, il veillerait à garder la tête froide à l’avenir. Pas sûr qu’il y arrive cependant.

Tu as raison. Nous sommes censés enquêter et non effectuer une garde rapprochée. en venant l’aider à cuisiner, s’invitant comme l’assistant et non l’assisté pour une fois.

Une seule personne semble avoir suffit pour faire tout ce remue-ménage. J’ai mangé un sale genjutsu et j’ai eu du mal à tenir le combat à l’arme blanche. Il me semble qu’il a dit quelque chose mais je ne m’en souviens plus, ou alors je n’ai pas pu bien comprendre ses dires. Mais peut-être que le jeune homme que tu as appelé en renfort a pu entendre cela. avant de se retourner pour constater qu’il est déjà parti.

Le plus troublant dans cette histoire est qu’après avoir brièvement croisé le fer avec moi, l’assaillant est parti dès qu’il eut terminé d’énoncer les mots qu’il avait à dire. avant de soupirer.


Il se tourne alors vers elle en lui tendant des ingrédients préparés pour ce qu’elle a à faire.

En attendant les résultats futurs en ce qui concerne les échantillons et la remise en état de la victime, il me paraît bon de demander au jeune de ta famille si il a entendu ce qu’a dit la personne qui nous a attaqué. Aussi, l’agresseur semblait plutôt mince et avait de longs cheveux. Il portait aussi un masque qui me fait maintenant penser aux divinités de la Roche et avait l’uniforme d’un shinobi, ce qui pourrait paraître déroutant. Le plus dérangeant était sa vitesse.. puis il se met à rire.

Désolé, je suis encore entrain d’essayer de comprendre comment j’ai pu perdre. en se grattant la joue, peu fier de lui.


Et il n’avait pas complètement repris pleinement possession de ses moyens. Du repos et un rapport au Q.G serait de bonne augure, ils pourraient avoir certaines réponses à leurs questions. Aussi, examiner les environs autour de la maison attaquée pourrait sembler une bonne idée, peut-être que des traces non négligeables ont été laissées dans la nuit.


Suite:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Iwagakure no Shorui | Kyûseishu

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: