Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

[Equipe 8] Le monde avance, et nous le devons aussi

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ven 2 Mar 2018 - 20:03
Deux jours s’étaient écoulés depuis que j’avais rencontré mes élèves et formé officiellement l’équipe 8. Asami comme Raizen m’avaient fait bonne impression et m’avaient surpris sur plus d’un point. Pour être honnête, j’étais presque convaincu de devoir refuser une équipe ou deux avant d’en trouver une intéressante. Mais visiblement, ce fut une bonne pioche immédiate. Reste à savoir comment se déroulera la suite. Je reste convaincu qu’un lien existait entre les deux Genins, mais je ne parvenais pas encore à comprendre lequel. Enfin, finalement, la raison était simple : Je ne m’étais pas renseigné. Je finirais bien par l’apprendre tôt ou tard.

Quoi qu’il en soit, j’avais décidé de les convoquer à nouveau pour un entraînement. Je ne savais pas encore ce que j’allais faire, donc je pris plusieurs affaires disponibles à l’académie afin de pouvoir m’adapter à mon humeur et mes envies. J’allais peut-être également discuter un peu avec eux. Je les connaissais très vaguement et je n’étais pas sûr de savoir quel chemin ils voulaient emprunter. Et moi-même n’était pas assez expérimenté pour immédiatement identifier les bons entraînements à faire. Ou peut-être était-ce normal… j’en savais rien, moi. Le titre de Sensei ne devrait pas encore me revenir pour être honnête, mais bon.

Comme promis, c’est moi qui allait les trouver. J’allais rester simple et efficace. Sur deux papiers, je marquais le message suivant :

Message attaché:
 

Bondissant de toit en toit, j’invoquais Suzaku qui s’envola plusieurs dizaines de mètres en hauteur afin de les localiser. Je m’étais informé de leur domicile et de leur lieu de travail, donc si Suzaku ne les voyait pas, il y avait de fortes chances pour qu’ils soient dans un de ces deux endroits.

Fort heureusement l’œil perçant du cacatoès rose identifia rapidement mes deux élèves. C’était la fin de l’après-midi, donc c’était effectivement une heure pratique pour qu’ils puissent venir sans avoir du travail à faire. De plusieurs bonds, je m’élançais alors jusqu’à mes cibles et fis fuser un kunai jusqu’à leur pied, où la convocation était accrochée.

Pour ma part, j’allais jusqu’au terrain d’entraînement pour prendre une petite pause et réfléchir, en même temps, à ce que je pourrais leur donner comme entraînement. Les combats sont toujours une bonne chose, mais faut-il encore qu’ils puissent apporter quelque chose. La discussion était une option aussi mais ça serait finalement que de la théorie… c’est pas trop mon style.

- Oi. Ravi de te revoir. Comment ça va ? lançais au premier arrivé avant de réitérer mes propos à l’arrivée du second. Comme je vous l’avais dit, je n’ai pas l’intention d’espacer les entraînements de plusieurs semaines. Encore moins au début. Je fis une petite pause pour ajouter du tabac à l’intérieur du foyer de mon Kiseru puis pris une allumette avant de laisser échapper quelques lueurs orangées, marquant la combustion du Kizami. Avant qu’on commence, je suis curieux : En tant qu’élève, comment est-ce que vous voyez vos entraînements ? Vous pouvez avoir plusieurs avis, hein.

En soit, je pouvais même comprendre qu’ils n’aient absolument aucune idée du sens qu’on allait prendre en tant qu’équipe. Moi-même n’était pas sûr, même si j’avais une vague idée de ce que j’allais faire, et surtout, dans quel ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Ven 2 Mar 2018 - 22:22
Sortant du complexe scientifique, son sac négligemment lancé sur son épaule, elle avait pris la direction de chez sa meilleure amie, un document à la main. Elle avait eu quelques idées pour ce projet sur lesquelles elles travaillaient et compter donc aller lui partager ces dernières. Elle avait même eu la décence, pour une fois, que d’annoncer sa visite. D’ordinaire, elle ne faisait qu’imposer sa présence à sa cadette, encore plus maintenant que son sensei se trouvait en prison. Un événement difficile, sans aucun doute, pour la plus émotive des deux. Et aussi détachée se voulait-elle, s’étant toujours assurée de ne voir la demoiselle que comme un de ses énièmes jouets se voulant tout simplement plus divertissant que la majorité de ceux qu’elle jetait bien rapidement sans plus de considération. Force était de constater que la situation était bien différente, ce qui avait le don de l’agacer.

Elle sursauta alors qu’un kunai arriva à ses pieds, reculant d’un pas ou deux. Un sourcil arqué, elle se pencha pour l’attraper, l’observant avec méfiance. Elle connaissait les parchemins explosifs de la Nara, ceux qu’elle lui avait montré lors de l’un de leur nombreux entraînements. Craignant donc de voir le papier exploser, elle le décrocha donc, toujours méfiante, pour y lire ce qui était écrit. Une convocation de la part d’Hisao, ou peut-être devait-elle dire son sensei. Cette idée lui arracha un rire discret alors qu’elle changeait de direction. Sayo saurait comprendre si elle ne se dirigeait pas chez elle finalement. Peut-être râlerait-elle, mais ça, la belle brune en avait l’habitude. Et puis, elle avait fait de même lorsqu’elle s’était vue attribuer une équipe. Si Asami ne s’en souciait que très peu, pour ne pas dire pas du tout, cela lui donnait tout de même quelques arguments qu’elle pouvait utiliser contre cette dernière.

Arrivée au terrain d’entrainements, un doux sourire éclairait ses traits. Quelques souvenirs lui revenaient en tête. C’était ici, après tout, qu’elle avait eu le loisir d’observer pour la première fois de ses propres yeux la nécromancie de Shôran. C’était aussi ici qu’elle avait appris à connaître l’homme derrière le masque austère de Shizen. Deux hommes bien différents qui pouvaient s’avérer fort utile, dans un futur plus ou moins proche, pour la manipulatrice. Aussi sincère semblait-elle être, il n’y avait jamais rien qu’elle faisait si elle ne pouvait en tirer quoique ce soit.

S’arrêtant alors devant son sensei, laissant tomber son sac à ses pieds, elle le salua de son enthousiasme habituel avant de ranger le document qu’elle tenait dans son sac. S’apprêtant à lui demander ce à quoi devrait-elle s'attendre pour aujourd'hui, elle n’en eut pas la chance, le troisième membre de l’équipe étant finalement présent. Lui jetant un regard par-dessus son épaule, elle le salua poliment, comme à son habitude, affichant ce masque qu’il avait su faire voler en éclat. Son attention revint ensuite sur l’homme ayant allumé son kiseru, une question leur étant adressée.

- Je ne suis pas certaine de savoir si ce que tu veux savoir concerne nos attentes vis-à-vis de nos entraînements ou comment souhaite-t-on qu’ils se déroulent. Elle marqua une pause, décrochant l’élastique qu’elle portait au poignet pour ramener ses cheveux derrière sa tête et les attacher. Je suis la seule marionnettiste du village et, pas conséquent, je ne peux que me baser sur les quelques documents que j’ai trouvé à ce sujet. De ce fait, ce que je veux de ces entraînements, ce serait sûrement d’améliorer mon art, en quelque sorte, de tenter d’en connaître les limites.

Elle avait beaucoup progressé au cours des derniers mois. Elle s’était surtout beaucoup entraîner, aussi. La scientifique qui passait ses journées à la bibliothèque ou dans son laboratoire avait finalement décidé de tout mettre en application. Le contrôle de son chakra avait connu un progrès impressionnant, passant d’une seule marionnette qu’elle était en mesure de travailler à une quelconque personne, consentante ou pas. C’était sans compter qu’elle s’était finalement intéressée au doton. Ayant eut dans l’idée de s’impliquer au sein du village dans l’idée de chasser le train-train quotidien, seule chose la motivant sur la voie du shinobi, elle n’avait eu d’autres choix que de s’y mettre sérieusement. Et, au final, elle était plutôt satisfaite des résultats.

- Et puis, bien que ça ne concerne pas spécialement l’entraînement, j’aimerais apprendre à mieux vous connaître. Elle évita de croiser le regard de Raizen, au cas où. Votre façon de voir les choses, de penser. Cela pourrait n’avoir qu’un effet positif sur notre travail d’équipe. Certes Hisao, tu restes notre sensei. Elle s’amusa légèrement sur ce terme. Toutefois, il est important que l’on sache travailler avec toi tout autant qu’entre nous deux.

Cette fois-ci, elle glissa un regard sur le jeune homme. Aussi étrange cela pouvait lui sembler, notamment concernant les sentiments partagés qu’elle éprouvait vis-à-vis du Meikyû, elle était convaincue qu’ils sauraient bien travailler ensemble. Cela ne dépendait que de son attitude au final, elle-même sachant faire la part des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Dim 4 Mar 2018 - 20:08

Raizen faisait dorénavant partie d’une équipe et depuis leur dernier entrainement, beaucoup de choses avaient changé. Il avait pris le temps de réfléchir sur chaque aspect que lui avait reproché Hisao. Il était vrai qu’il avait limité l’utilisation de ses capacités de manière à ne pas totalement tirer de ses habiletés. Pourtant, peu importe les raisons qui avaient motivé de tels gestes venant de sa part, Raizen se savait limité. Jamais il n’aurait cru représenter un jour cette position, mais pour le moment, il était le poids mort de l’équipe. Si plusieurs en avaient été tristes, au contraire, il en ressentirait une profonde satisfaction. Certes, pour le moment il était l’élément le moins dangereux. Pourtant, il savait que sa courbe de progression risquait d’être beaucoup plus intense que celle des autres, surtout s’il arrivait finalement à mettre les bonnes pièces du puzzle au bon endroit.

Ainsi, délaissant de nombreuses facettes de sa technique de combat pour tout repartir à zéro, il tentait d’envisager une nouvelle manière de synchroniser ses compétences à son style de combat. Cette motivation intrinsèque était au cœur de ses journées. S’il avait généralement l’habitude de passer beaucoup de temps à la librairie, il délaissait lentement cette habitude pour se concentrer un peu plus sur ce qu’il pouvait améliorer. Ainsi, alors qu’il se dirigeait vers une zone d’entrainement, il reçut un message de provenance inconnue. Affichant un rictus, il n’hésita aucunement à changer sa localisation d’entrainement. Ils étaient convoqués pour une seconde fois et cela semblait urgent.

Arrivant sur les lieux fièrement habillés de sa longue veste noire et de ses gants, Raizen constata que toute l’équipe était finalement réunie. Il était le dernier à arriver, position digne de ce qu’il représentait actuellement pour l’équipe. S’asseyant en compagnie des autres, il balaya soigneusement son regard entre Asami et Hisao avant d’échapper un léger sourire. Demeurant muet pendant le début de la discussion, il trouvait l’approche de leur chef assez intéressante. Bien des meneurs ne se préoccupaient pas des attentes des gens sous eux. Au contraire, plusieurs pensaient qu’une relation était unilatérale ce qui était dramatiquement faux. Aux yeux de Raizen, il était important que le chef et les subordonnés puissent apprendre les uns des autres, car au final, cette contribution mutuelle était nécessaire pour permettre à tous d’avancer et d’être satisfaits. Cette philosophie l’amenait d’ailleurs à se poser des questions. Alors qu’il regardait Asami du coin de l’œil tout en l’écoutant discourir, un sourire muet était caché sous son air calme. C’était à se demander si un jour elle allait montrer son vrai visage à Hisao. Malgré tout, ce n’était pas une situation reposant sur ses épaules, et pour le moment, il comptait s’occuper de ce sur quoi il avait du contrôle. Après tout, il trouvait tout de même divertissant le fait qu’elle arrive si bien à alterner entre de nombreux masques. Or, il se demandait combien de temps ce serait possible...

-Pour ma part, même si tu restes notre Sensei, je m’attends tout de même à ce que tu sois suffisamment ouvert pour comprendre et apprendre de nous.

Ses paroles pouvaient sembler relativement tranchantes et prétentieuses. Pourtant, Raizen avait une grande réflexion derrière tout cela.
-Je pense que chacun d’entre nous peut aider les autres à se développer sur certains aspects et même si tu représentes le chef de l’équipe, j’espère que nous serons tous en mesure de nous soutenir d’une manière ou d’une autre.

Prenant une brève pause, il noya son regard dans les ténèbres alors qu’il fermait les yeux pour se concentrer sur sa respiration. Utilisant ainsi le pouvoir de la visualisation, il tentait d’identifier de quelle manière ils pourraient tous travaillés de manière optimale.

-Je pense que nos entrainements ne devront pas juste se limiter au physique ou au combat. Je pense que c’est important que nous nous voyions dans d’autres cadres afin de nous assurer de mieux comprendre comment nous pouvons nous utiliser respectivement.

Dévisageant Asami du regard sur sa dernière parole, il s’attendait à ce que la partie sur l’utilisation des gens lui sonne une cloche.

- Donc, je m’attends à ce qu’on ait des entrainements de groupes généraux où on peut travailler sur nos combinaisons, mais aussi des missions ou des mises en situation...

Soupirant, Raizen avait du mal à totalement acheminer son schème de pensée, mais il savait qu’ils finiraient par comprendre l’idée.

-En résumé, nous avons beaucoup à apprendre les uns des autres en combat et en stratégie, mais je pense qu’une fois prêt, les missions seront importantes pour nos «entrainements» et jusqu’à là, nous devons nous assurer de bâtir une confiance et des liens solides.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 4 Mar 2018 - 22:02
Ma tête pivotait légèrement tandis que je fronçais les sourcils dans une certaine perplexité. Le premier commentaire de Raizen était arrivé à mes oreilles d’une bien étrange manière, une manière qui m’avait presque agacé. Bien sûr, j’abordais toujours mon calme habituel, mais mon regard se faisait soudainement pesant. Contrairement à Asami, qui parlait simplement de la cohésion d’équipe, Raizen avait, quant à lui, lancé sa remarque comme s’il parlait à un sensei prétentieux et fermé d’esprit. Un sensei qui se refusait d’admettre que des personnes moins expérimentées osent lui faire des remarques, des reproches ou soient tout simplement capable de le pousser vers le haut.

Cependant, je n’étais pas le genre de type à tirer des conclusions hâtives. Ainsi, alors qu’ils continuaient à exprimer leur avis sur la question, je remontais le fil de ma mémoire pour retrouver les récents souvenirs qu’a gravé le premier entraînement que j’ai eu avec eux. Finalement, après quelques recherches dans ma tête, je ne croyais pas avoir partagé cette philosophie avec eux. Du moins, pas avec Raizen. Quant à Asami… je n’étais pas sûr mais je crois bien lui en avoir parler.

- Hm. C’est un bon point, Raizen. Cela dit, je te rassure tout de suite : Je suis le premier à proposer des entraînements avec des Genins et des jeunes Chûnins. Je pars du principe que n’importe quel ninja a la capacité de m’apprendre des choses. Par exemple, notre premier combat m’a montré que je manque d’armes pour résister et contrer les poisons. J’ai aussi pu comprendre qu’étant à mains nues et n’ayant pas l’affinité Doton, je suis sensible aux armes tranchantes. Dans les deux cas, je vais devoir m'entraîner et m'adapter pour ne pas être emmerder dans un combat réel.

Afin de rester impartial, je prenais ainsi bien soin de noter un point qui m’avait marqué durant mon combat contre Raizen et Asami. J’aurais pu ajouter plus de précisions sur la manière dont s’était déroulé le combat et comment je l’avais abordé, par exemple, mais ce n’était pas nécessaire pour le moment.

Ensuite, les deux Genins s’accordaient sur un point : Il fallait que l’on s’entraîne en tant qu’équipe, ce qui m’incluait logiquement dedans. Je prenais note de la remarque d’un hochement de tête, bien que j’étais parfaitement conscient de cela. J’avais d’ailleurs préparé quelque chose pour qu’on puisse développer notre cohésion. « Bien. Bonne remarque. Je vous rassure, on aura bientôt le temps de bosser sur notre travail d’équipe. Et sur le terrain directement ». Je n’en disais pas plus, mais le message était clair.

- Personnellement, voilà comment je vois les choses – libres à vous de commenter si quelque chose vous dérange : Ensemble, nous aurons deux types d’entraînement : Développement du travail d’équipe et combat en condition quasi-réelle. La première sera plus théorique et la seconde prendra la forme de petits examens ; Individuellement, je compte prendre de votre temps pour me focaliser sur un seul d’entre vous à la fois. Ce genre d’entraînement sera plus complexe et m’impliquera autant qu’il vous implique vous.


Je marquais une pause, le temps de tirer une bouffée de fumée sur mon Kiseru et les laisser, éventuellement, s’exprimer sur mes propos.

- Ce que je vous propose, c’est qu’on parte sur de bonnes bases. Pour nous préparer aux missions et aux affrontements sérieux, on va discuter des forces et des faiblesses de chacun ; voir comment on pourrait travailler ensemble et comment on pourrait s'entraider efficacement. Le but est de se pousser vers le haut sans gêner l'autre. En bref, éviter des situations comme lors de notre premier combat, où on s'interrogeait sur les capacités de l'autre. Ce qu'il faut, c'est qu'on sache de quoi chacun a besoin pour être efficace. Quelqu’un pour commencer ?

Je croisais les bras, attendant patiemment que quelqu’un se porte volontaire. S’ils préféraient rester muets pour le moment, je prendrais moi-même la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Lun 5 Mar 2018 - 5:01
Elle aurait bien eu envie de rouler des yeux face à son commentaire, alors qu’il la fixait avec insistance. Or, ne répondant pas à ce petit jeu de ce dernier, elle avait une image à préserver après tout, elle se contenta alors d’arquer un sourcil, l’air de lui demander s’il ne cherchait pas à insinuer quelque chose. Crédible dans son rôle, elle semblait innocente en tout point du possible sous-entendu de son désormais coéquipier. Elle reporta ensuite son attention sur leur sensei, faisant abstraction du Meikyû. Il avait décidément de don de l’énerver. Elle espérait seulement qu’il n’en vienne pas à foutre en l’air ce long travail qui durait depuis des années déjà, ce personnage qu’elle affichait à la face du monde. Autrement, et bien… Disons seulement qu’elle ne craignait pas de se salir les mains.

Connaissant la philosophie du jônin, elle l’écouta alors avec attention. Elle hocha simplement de la tête à sa vision de l’équipe, ne cherchant pas à l’interrompre. Elle n’avait rien à redire sur ce qu’il leur disait. Elle trouvait intéressante cette idée d'entraînement plus personnels, bien qu’elle se disait qu’il aurait sûrement plus à apprendre à Raizen. Non pas parce qu’il était moins compétent qu’elle (bien que ça, elle le pensait), mais bien car leurs styles de combat se rapprochaient. Tous les deux adeptes du taijutsu, le raiton faisait aussi parti de leur répertoire de compétences. Finalement, le sujet des forces et des faiblesses de tous et chacun se devait d’être aborder. La balle était dans leur camp et la Tadaoki, s’assumant complètement, se décida de se lancer la première. Elle était réaliste et se savait avec de nombreuses lacunes. Elle avait simplement cherché à pallier aux majorités d’entre elles par d’autres forces qu’elle possédait.

- Je vais commencer par mes faiblesses. Physiquement, je crois qu’on l’a tous bien compris, c’est un peu plus… Difficile pour moi. Je ne suis pas très résistante, ni même très forte et je m’épuise rapidement en combat. En ce qui concerne mes techniques, je n’en ai pas fait usage lors du précédent entraînement, mais beaucoup d’entre elles peuvent venir blesser mes propres alliées. Je parle notamment des nuages toxiques, tout comme de certaines techniques doton.

Elle marqua une pause, semblant hésiter pour la suite. Elle soupira finalement, son regard se dirigeant sur le sol en face d’elle. Elle prit ensuite une profonde inspiration.

- Niveau mental, j’ai encore beaucoup de travail à faire. Je suis… Particulièrement émotive. Je suis devenue kunoichi pour pouvoir protéger ceux qui ne peuvent le faire eux-même et, au final, ceux qui le peuvent aussi. Autant que je sais que les émotions n’ont pas leur place en mission, autant j’espère ne pas avoir à confronter certaines situations. Je ne sais pas si je serais apte à laisser un allié derrière moi, par exemple.

Aussi honnête pouvait-elle sembler, de son air légèrement troublé à la franchise dont elle avait fait preuve, il était évident que l’un d’entre eux ne croirait pas ce beau discours qui soulignait la fragilité de la jeune demoiselle et tout le travail qu’elle avait encore à accomplir.

- Quant à mes forces, je crois qu’il s’agit surtout de ma versatilité. Sans être très compétente au corps à corps, mon armure me permet de me défendre. Le doton me permet aussi d’être tout aussi défensive qu’offensive, de même que mes marionnettes. Sans compter que s’il peut s’agit dangereux pour mes alliés en ce qui concerne les gaz toxiques, cela peut être particulièrement utile dans un cas où l’on serait face à plusieurs ennemis. Sinon, je réfléchis vite et m’adapte rapidement. Quant au reste… Je pense posséder un très bon esprit d’équipe. Je me sais imparfaite et j’espère ainsi pouvoir me reposer sur l’un d’entre vous deux, voir même les deux. J’en ferai de même pour vous.

Un sourire agréable vint prendre plus sur ses lèvres alors que son regard de flamme passait entre son coéquipier et son sensei. Elle semblait motivée de finalement voir cette équipe prendre forme tout comme elle était enthousiaste à l’idée d’évoluer auprès d’eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Lun 5 Mar 2018 - 5:52
Raizen était rassuré de voir que leur sensei était beaucoup plus ouvert qu’il le pensait. S’il avait une idée préconçue de l’élite, il préférait tout de même s’assurer que Hisao savait à quoi s’attendre avant de s’embarquer dans un tel périple avec eux. Autrement, le tout n’en aurait pas valu la chandelle. Or, tous les éléments du puzzle semblaient se mettre en place et l’idée de faire des entrainements de groupes et individuels risquait d’être intéressante. Le mieux pour apprendre demeurait et restait les mises en situation, mais la nécessité de pouvoir progresser seul restait importante. C’était à travers ce genre d’entrainement que la rigueur et le désir de réussite personnel entraient en considération. Excité à cette idée, Raizen afficha un sourire. Hisao était un très bon combattant au corps à corps et étrangement, il avait l’impression que celui-ci serait apte à lui montrer de nombreuses approches intéressantes.

Malgré tout, son sourire fut de courte durée alors qu’une toux éclata subitement pendant le monologue d’Asami. N’étant pas vraiment intentionnel, Raizen s’étouffa en plein milieu de sa pensée : Versatilité à adopter plusieurs masques tu veux dire...

Gardant cette pensée pour lui-même alors qu’il reprenait promptement contrôle de sa gorge, il essuya ses iris qui s’étaient humectés d’eau suite à ce petit incident.

-En commençant par mes faiblesses...

Se raclant la gorge, il s’assura qu’il était en mesure de parler avant d’entamer ce sujet important. Or, un puissant frisson d’effroi le traversa à l’idée d’exposer ses faiblesses à Asami. Rien qu’en y pensant, elle pourrait utiliser les moindres paroles qu’il comptait dire pour le mettre hors d’état de nuire. Pourtant, il affichait un sourire de défi tout en se contentant de poursuivre. Si elle voulait utiliser ses paroles contre lui, qu’elle vienne, il l’attendrait de pied ferme.

-Je pense que mon style de combat est très efficace pour un combat 1 contre 1. Par contre, mes habiletés actuelles sont relativement limitées en termes de combats de groupe ce qui peut être compliqué auprès de nombreux combattants à longue portée. Sinon, puisque mon style de combat est encore en développement, je dirais plutôt que l’ensemble de mon attirail est encore incomplet et qu’il faut que j’arrive à ajouter plus de puissance brute à mon attirail. Disons que si le corps à corps est ma spécialité, je dois être en mesure d’augmenter ma force de manière suffisante pour donner un fil conducteur solide à ma créativité. Sinon, je dois apprendre à utiliser mes sceaux de manière suffisamment contrôlée pour que je puisse réellement les utiliser dans une situation de combat en contrôlant la gravité des dégâts que j’inflige.

S’arrêtant un moment, il revit quelques images du discours sur lequel Hisao avait conclu la formation de l’équipe 8. Le tout s’en suivit d’une scène dans laquelle il s’était amusé à activer et désactiver son sceau sur la peau d’Asami suite à leur expérimentation en laboratoire. Se gardant toutefois une gêne, il évita de la regarder.

-Ensuite, au niveau de mes forces, je dirais que mon absence de crainte est mon plus grand atout. Peu importe la personne qui s’oppose à moi, je compte faire preuve de créativité pour être en mesure de tourner la situation à mon avantage. Si généralement les gens qui ont un profil stratège préfèrent combattre à distance, je réfléchis encore mieux en plein milieu de l’action ce qui est peu commun. Sinon, je dirais que mon désir de progression est probablement une de mes plus grandes forces. Je réalise facilement que je suis l’élément de l’équipe ayant le moins d’attirails en combat pour le moment, et j’en ai conscience.

Prenant une grande respiration, il termina sa phrase.

-Sinon, ma capacité d’analyse me rend très souvent prêt à faire des tests qui peuvent s’avérer dangereux. Par contre, je compte m’arranger pour éviter ce genre de situations. Donc, pour partir sur de nouvelles bases, sachez que je possède un sceau Meikyû qui me permet de putréfier tout ce que je touche, d’où la raison pour laquelle j’ai évité de l’utiliser en combat. Ça aurait été le parfait élément pour me permettre de te faire abandonner pendant que tu étais emprisonné. Sinon, mon premier sceau augmente ma force de frappe d’où la raison pour laquelle je compte délaisser l’épée pour optimiser mes compétences actuelles au combat à main nue. Je dois aussi mieux utiliser mon fuinjutsu pour m'aider en combat.

Terminant sur de longues paroles, il fixait son enseignant et Asami en quête de réactions croustillantes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mar 6 Mar 2018 - 0:10
Cette question avait deux buts. Bien entendu, c’était d’abord pour moi un excellent moyen d’apprendre un peu plus à les connaître. Si on dit souvent que c’est en combattant quelqu’un qu’on apprend à la connaître, il ne faut pas oublier que les mots ont un poids et une précision tout aussi importantes. Durant notre premier combat, j’ai ainsi pu en découvrir beaucoup sur chacun d’eux. Mais c’est loin d’être suffisant lorsqu’on a besoin de travailler constamment en équipe.

Ensuite, ça me permettait d’évaluer leur conscience et leur jugement. Quelqu’un qui se glorifie ne survivra jamais sur le long terme, mais ce n’est pas non plus en se rabaissant qu’on atteint ses objectifs. Ainsi, j’étais curieux de voir comment ils allaient s’auto-évaluer.

Sans surprise, Asami aborda sa faiblesse physique. En tant que marionnettiste, ce n’était un secret pour personne qu’elle n’était pas une spécialiste du Taijutsu – ce qui impacte logiquement ses compétences au combat rapproché. Une indication flagrante est qu’elle ait élaboré un pantin capable de servir d’armure.

En revanche, Raizen était justement porté sur le Taijutsu et se sentait à l’aise dans les combats en 1 contre 1. Mais bien sûr, les capacités qu’il possédait étaient limitées lorsqu’il en venait à travailler en équipe.

- C’est déjà un bon point. Raizen et Asami, vous avez des styles de combat totalement différents. Raizen n’a pas beaucoup de capacités capable de soutenir l’équipe et Asami doit au contraire limiter ses techniques pour ne pas blesser l’équipe. Un autre problème se pose : Je suis un utilisateur du Futton. A l’image d’Asami, ma vapeur peut être extrêmement corrosive – y compris pour mes alliés. Mais contrairement à Asami, je suis au corps-à-corps.


Leur laissant cogiter un peu, je plaçais mon Kiseru entre mes lèvres et aspirais par petites bouffées la fumée produite par le tabac. Je faisais également quelques pas, qui servait surtout à montrer que je réfléchissais moi-même à la situation.

« Une équipe pas vraiment efficace, pas vrai ? » Faisant quelques pas vers l’un des rondins de bois, je finis par m’y adosser, observant quelques secondes mes deux élèves. « Un autre problème se présente. Asami semble donc ‘’émotive’’. Mais Raizen, de son côté, n’a aucune crainte. Est-ce que cela signifie que l’un va se retenir pendant que l’autre se jette tête baissée ? … Possible ».

C’était bien sûr une remarque rhétorique. La manière dont j’avais dit ça laissait entendre que ma phrase n’était pas totalement terminée. Et pour cause, il fallait maintenant aborder leurs points forts.

- Cela dit, je vois deux choses qui me rassurent. Asami, comme tu l’as montré lors de notre combat, tu t’adaptes rapidement aux situation. Tu avais par exemple choisi d’utiliser des poisons liquides et précis plutôt que des poisons gazeux et dangereux pour Raizen. Ton armure te permet également d’assurer ta propre protection pendant un certain laps de temps et tu te sens donc à la fois protégée par celle-ci et par ton coéquipier.


Je faisais une petite pause et me tournais cette fois vers Raizen.

- Ensuite, toi, Raizen, tu réfléchis vite. Très vite. Peut-être que ça t’as empêché d’être aussi efficace que tu l’aurais voulu l’autre jour, mais ça montre surtout que tu sauras te déplacer avec précaution dans un combat. Tu es même capable d’élaborer des morceaux de tactiques en un laps de temps très court, comme tu l’avais fait en essayant de me repousser pour qu’Asami puisse m’entraver.

Je retirais mon manteau et le posais sur le rondin de bois qui servait de cible d’entraînement. D’un signe de la tête, j’indiquais à Asami et à Raizen de me suivre de sorte à avoir de l’espace tout autour de nous.

- Bien. Pas de combat exigent pour aujourd’hui, juste quelques situations.
J’invoquais alors deux clones. Le premier tendit la main vers moi et le second se plaça pile entre Raizen et Asami. On est en situation difficile. J’ai été pris dans une prison aqueuse et l’un des ennemis menace de charger Asami. Quelles sont vos réactions, comment vous communiquez et quelles sont vos priorités ?


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Mar 6 Mar 2018 - 2:56
Elle passa outre la subite quinte de toux de Raizen, préférant ne pas y porter quelconque attention. Cela n’en valait de toute façon pas la peine. Elle se contenta donc de finir ce qu’elle avait à dire tout en écoutant ce que lui pouvait ajouter par la suite. Un léger sourire apparut sur ses lèvres, l’air de rien, à la mention de son sceau, encore plus en ce qui concernait le contrôle de ce dernier. Pour en avoir fait l’expérience, il semblait avoir un assez bon contrôle sur celui-ci, ou, tout du moins, savait s’en servir pour ne pas causer de dommages permanents. Elle préféra toutefois éviter tout commentaire à ce sujet : elle ne souhaitait pas expliquer d’où savait-elle ça.

La parole revint ensuite à l’Akahoshi, qui soulevait des points qu’eux deux avaient apporté, notamment au sujet de leurs compétences respectives en combat. Tous les droits faisaient l’usage de quelque chose se voulant difficilement pardonnable, qu’il s’agisse de la corrosion d’Hisao, de la putréfaction de Raizen ou encore de ses propres poisons. Cette idée seule suffisait à l’amuser alors que malgré les difficultés qu’ils auraient certainement aux débuts en apprenant à travailler ensemble et avec les compétences des autres, elle était convaincue qu’ils pourraient être redoutables. Et puis, si le style de combat de son coéquipier et leur sensei pouvait se ressembler, elle apportait quelque chose de complètement différent qui pouvait s’avérer utile, pour peu qu’elle fasse attention aux techniques utilisées en présence d’alliés.

Suivant ce qu’il disait, elle se leva finalement, l’observant prendre une certaine distance. Premier exercice, donc, qui se trouvait à être une mise en situation. Il était désormais prisonnier d’une prison aqueuse, de ce qu’il disait, un clone se trouvant donc à ses côtés, tandis qu’un autre représenté par un deuxìème clone se tenait face aux deux élèves. Que faisaient-ils désormais ?

- Prise au dépourvue et sans mon armure, je ne peux pas attendre patiemment de me faire charger. Ayant pour priorité de te libérer de ta prison tout en me préservant, je vais donc tout simplement m’enfoncer dans le sol. Bien évidemment, en communiquant mes intentions à Raizen. Elle tourna donc légèrement la tête vers ce dernier, lui adressant un clin d’oeil tout en effectuant quelques mudras. Je te fais confiance.

Suivant ses propos, elle disparu donc effectivement dans le sol. Étant en mesure de se mouvoir sous lui, elle se concentra pour sentir les mouvements au-dessus d’elle. À savoir où se dirigeait les ennemis, tout comme en repérant ses deux alliés. L’un d’eux près de l’endroit qu’elle avait quitté et le second dont elle se rapprochait tout en gardant ses distances. Cela lui donna donc l’occasion de réapparaître dans un endroit stratégique, s’étant basée sur les mouvements des acteurs toujours présents, pour arriver à une distance raisonnable qui se voulait sécuritaire pour elle, ou, tout du moins, lui donner le temps de réagir. Le tout n’avait pris que quelques secondes, un laps de temps très court entre celui où elle avait disparu et celui où elle était réapparue.

- Je suis en mesure de sentir les vibrations dans le sol, ce qui me donne le loisir de m’y mouvoir sans difficulté, mais surtout, de comprendre où se trouvent à peu près tout le monde.

Alors qu’elle avait à peine ouvert la bouche, elle avait déjà effectuée d’autres mudras pour venir entraver le clone près d’Hisao, cherchant donc à l’immobiliser, mais surtout, l’empêcher de pouvoir maintenir sa propre prison.

- En laissant Raizen au corps à corps, me basant donc sur ce qu’il a lui-même déclaré quant à un combat face à un seul adversaire, j’ai pris les choses en main pour venir te sortir de la prison. Mais surtout, j’ai pris en considération notre dernier combat, me trouver trop près de Raizen ne pourrait que lui nuire, et nous retrouvez tous les deux pris dans un piège n’aurait pas été l’idéal.

Elle haussa les épaules.

- C’est ainsi que je ferais dans une telle situation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mar 6 Mar 2018 - 7:48
Raizen était relativement intrigué. Si à la base, il trouvait quelques fois des gens qui arrivaient à le stimuler mentalement, il devait admettre que ses coéquipiers étaient des perles rares. À travers tout le scénario d’Hisao, il avait cru voir le genre d’interrogation qu’il se serait posée dans une situation du genre. Ainsi, il se disait que ceux-ci partageaient fort probablement le mêmetype de schème de pensée, chose qu’il comptait noter et réutiliser en temps et lieu. Or, pour le moment, le jeune Kumojin se contentait d’analyser la mise en situation que leur senpai venait de leur imposer.


Si cette situation était légèrement différente, elle ressemblait énormément au moment dans le combat qui avait mené à leur perte. Ainsi, cet exercice avait pour but indirect de voir ce qu’ils feraient de différent en tenant compte de leurs forces et faiblesses respectives. Intéressant pensa Raizen en entendant Asami lui dire qu’elle lui faisait confiance. Sur le coup, il eut presque un fou rire, mais se contenta de fermer les yeux pour faire le vide.

Visualisant la situation en quelques secondes, lorsqu’il rouvrit les yeux, il constata la disparation d’Asami et comprit promptement le genre de stratégie qu’elle entamait. De manière assez efficace, proactive et réfléchie, elle venait d’utiliser l’avantage qu’elle avait à se mouvoir sous terre pour venir s’en prendre au clone le plus loin. Ainsi, logiquement, elle venait indirectement de laisser la porte libre à Raizen pour engager contre le clone à mi-chemin afin de l’empêcher d’intercepter Asami.

-Dès que Asami disparait dans le sol, mon but est de m’assurer qu’elle comprenne mes intentions. Puisqu’elle est en mesure de sentir les vibrations, en utilisant ma propulsion, je pourrais m’assurer de foncer vers le clone à mi-chemin pour l’engager dans mon domaine d’expertise, le combat un contre un. Ça l’empêcherait donc d’intercepter Asami au moment où elle réapparaîtra pour venir briser la technique du clone qui te tient prisonnier.

Chose dite chose faites, Raizen explosa promptement pour se rapprocher du clone de Hisao.

-Sachant que mon but est non seulement de distraire l’attention du clone, mais aussi de l’immobiliser, je risque d’utiliser mon élan pour suivre l’enchainement avec un coup de pied qui paralyse partiellement une zone touchée pour nuire ses mouvements. Que ce soit un clone ou pas, je dois toujours être prêt à l’éventualité que la vraie personne se cache réellement à cette position.

Électrisant sa jambe en pleine course, il sauta tout en envoyant son pied pour venir terminer le tout en assénant un coup de pied sauté ciblant la jambe du clone.

-Une fois terminé, mon rôle serait de me rapprocher du second assaillant qu’Asami retiendra à l’aide de sa technique pour m’assurer qu’il ne se libère pas pour l’attaquer de front, mais aussi pour sécuriser la victoire.

Explosant de nouveau vers celui-ci, Raizen jeta un bref coup d’œil à Asami pour évaluer la distance qu’ils avaient afin de s’assurer qu’elle soit en sécurité en toutes circonstances.

-En jaugeant la distance avec elle et en ayant un court contact visuel, je suis en mesure de lui faire comprendre mes intentions et de m’assurer qu’elle est suffisamment loin pour maintenir sa prison ou se mettre dans sa marionnette protectrice. Ensuite en fonction de la résistance que j’ai, me replier pour la laisser passer à l’offensive en alternant pourrait être une bonne idée.

Terminant sa proposition ainsi, Raizen attendait de voir si leur stratégie avait du sens.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mer 7 Mar 2018 - 0:36
Un léger sourire se dessinait sur le coin de ma bouche tandis que j’observais les alentours, analysant le scénario qu’il venait de m’exposer. Je me rendais au niveau du second clone, sortant donc de mon hypothétique prison aqueuse, puis regardais tour à tour le Meikyû et le clone. « C’est un bon choix. Asami utilise son large éventail de technique pour me sauver tandis que Raizen s’occupe de l’ennemi le plus menaçant. Chacun s’occupe d’une cible, vous ouvrez une fenêtre d’action pour l’un et pour l’autre, vous utilisez vos capacités et ne mettez pas en danger votre coéquipier. » Mais… ils devaient se douter que c’était trop de points positifs pour que ce soit crédible.

Je pris une longue inspiration avant de faire dégonfler progressivement mon torse. Tournant alors mon regard vers Asami, je lui montrais la paume de ma main et la posais au sol. « L’un des ennemis a une affinité Suiton. Celui-ci, tu n’en as aucune idée. Pour peu qu’il ait Raiton ou Doton, tu prends de gros risques à t’enfoncer sous terre. Si c’est un léger séisme Doton, tu pourrais encore t’en sortir. Une grosse décharge Raiton, c’est moins sûr. »

Me relevant doucement, je posais désormais mes yeux sur Raizen. Mon regard transitait entre le terrain, la position du clone et ses jambes. « De manière générale, ton action est bonne. Rien à redire là-dessus : Tu t’adaptes à l’action d’Asami et comprends ce qu’elle fait. Tu la couvres donc en conséquence. » J’aurais pu lui dire qu’un mec habile en Taijutsu ou très réactif pourrait le contrer et tourner la situation à son avantage, mais bon. Dans ce cas-là, c’est aussi le travail de Raizen que de charger tout en veillant à ne pas se faire avoir comme un bleu.

- Mais je suis curieux. Donnez-moi des raisons qui expliquent ce choix plutôt que le suivant : Si Asami a le temps de s’enfouir avant que son assaillant arrive, pourquoi ne pas entraver celui-ci pendant que Raizen charge et interrompe l’ennemi qui maintient la prison ?
Je faisais une rapide pause pour regarder la Tadaoki. Après tout, tu peux sentir les mouvements pendant que tu es sous terre. Dès que tu sens l’ennemi te tourner le dos, tu peux l’entraver, bloquant sa charge et protégeant ainsi Raizen dans son assaut.

Est-ce que c’était la solution ? Ou une idée parmi d’autre ? La façon dont je le disais ressemblait davantage à une interrogation pour eux qu’autre chose.

- Enfin. Excellente prise de décisions et très bonne réaction et adaptation vis-à-vis de vos erreurs de la dernière fois. C’est déjà des progrès, donc c’est une bonne nouvelle.

Sur ces mots, j’enfonçais une main dans la poche et passais une autre main sur le bas de mon visage, comme pour marquer que je réfléchissais.

- On ne va pas rester très longtemps ensemble pour aujourd’hui. J’ai à faire et on pose simplement les bases pour le moment. Cela dit, je vais vous donner une petite tâche pour la prochaine fois : Réfléchissez ensemble à une manière de combiner vos capacités.


J’allais chercher mon manteau afin de me préparer, même si nous risquions de rester encore une bonne dizaine de minutes sur place.

- Une problématique qu’on va rencontrer, c’est qu’entre mes nuages corrosifs, les nuages de poison d’Asami, et le corps-à-corps de Raizen, on va avoir du mal à pleinement exploiter nos techniques. Donc on va devoir aussi compter sur nos techniques affinitaires, ou sur d’autre type de Ninjutsu. Mais ça ne doit pas nous affaiblir, ça doit être un choix pratique. Ou alors, dans le cas contraire, on doit réussir à faire mal à l’ennemi sans que ça nous emmerde.


A nouveau, je marquais une pause et rangeais – finalement – mon Kiseru dans la poche intérieure de mon manteau et enfonçais mes mains dans mes poches, lâchant un petit soupir las. J’étais encore un peu fatigué du retour d’Iwa et des besoins administratifs de Kumo.

- Encore une fois, beau travail vous deux. On fait un départ pas trop mal, mais on a du boulot. Dans les prochains jours, je vais rendre visite à chacun d’entre vous pour un entraînement personnel. Ca sera l’après-midi, donc essayez de vous préparer en conséquence. Si vous avez des idées en particulier, n’hésitez pas. Que ce soit pour l’aspect personnel ou pour l’équipe, d’ailleurs.


Je restais tranquillement devant eux, attendant d’éventuelles questions ou remarques. Tout dépendait de ce qu’ils avaient à partager. J’avais déjà prévu que les deux premiers entraînements soient plutôt courts et pas trop emmerdants. Le reste, en revanche…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1287-akahoshi-hisao#7463

Jeu 8 Mar 2018 - 18:05
Bien évidemment que cela comportait des risques. Or, peu importe ce qu’elle avait choisi de faire, en ignorant tout de son adversaire, cela aurait été tout aussi risqué. Alors qu’il menaçait de charger vers elle, aurait-elle réellement eu le temps de réagir ? La situation posée, elle avait tout simplement assumée ne pas avoir ses marionnettes à l’heure actuelle et il était tout simplement hors de question qu’elle cherche à encaisser le coup. Cela aurait été contre-productif. Et puis, sans l’avoir adressé, elle était sûrement tout aussi téméraire que pouvait l’être Raizen dans une certaine mesure. Et c’était sans prendre en compte sa propension pour la douleur, quand bien même chercherait-elle à éviter de causer des ennuis à l’équipe. Elle se contenta alors de simplement hocher de la tête, en prenant note pour une prochaine fois.

- Le seul soucis avec la prison c’est qu’elle est peu efficace contre quelqu’un qui charge. Et sous terre, je ne peux malheureusement pas utiliser mes techniques, ce qui aurait donc demander à ce que je revienne, peut-être bien à un endroit moins stratégique, si je devais attendre le moment précis où il se retournait.

Elle expliquait alors de vive voix les faiblesses que pouvait avoir une telle technique. Au final, ce fut concluant aux yeux de leur sensei, qui notait déjà une amélioration par rapport au premier combat qu’ils avaient effectués. Or, il n’y aurait rien de plus, du moins, pour aujourd’hui. Elle se doutait que son retour d’Iwa devait lui demander pas mal de temps et donc, que cette équipe devait seulement en ajouter un peu plus sur ses nombreuses responsabilités. Compréhensive jeune demoiselle qu’elle était, elle se contenta à nouveau d’hocher la tête.

La tâche qui leur fut demandé l’amena à arquer un sourcil. Une manière de combiner leurs capacités ? Jetant un regard vers le Meikyû, elle se demanda comment cela allait être possible. Tous les deux dotés d’un style de combat complètement différents avec des techniques tout aussi différentes, cette tâche semblait relever de l’impossible. Toujours en écoutant avec attention l’homme qui s’adressait à eux, elle se laissa tomber au sol, assise en tailleur, un coude sur son genou et son visage dans sa main, semblant déjà réfléchir à cette tâche donnée. Il n’avait pas tort de souligner que sa corrosion et les poisons volatiles de la demoiselle, il s’agissait d’un défi que leur équipe se devait de surmonter. Ils ne pouvaient pas bien travailler ensemble si leurs techniques mettaient en danger la vie des autres membres de l’équipe.

- D’accord, je ferai mon possible pour être disponible en après-midi.

Bien que ce pouvait être un peu plus difficile, elle ferait son possible. Elle ne pouvait bien entendu pas évoqué le Kankyushu, soumise à des consignes de confidentialité, toutefois, ce dernier savait qu’elle travaillait, en quelque sorte, au complexe scientifique. Après tout, elle était allée partager un repas avec lui lors de sa pause, une fois. Et donc, il pouvait se douter que ce ne serait pas toujours l’idéal. Encore moins maintenant que Shizen lui avait offert une promotion, en quelque sorte, lui permettant ainsi de travailler et de s’impliquer sur plus de projet, le tout avec une confiance renouvelée de la part de ses collègues. Elle cherchait, après tout, à faire ses preuves au sein de l’unité spéciale, aspirant toujours à plus.

Elle n’avait pas d’autres questions. Pas maintenant, du moins. Elle aurait tout le loisir de lui adresser plus tard. Pour l’instant, elle était surtout concentrée sur cette tâche leur ayant été donnée. Sortant donc un carnet de son sac, elle attrapa un crayon, son regard de flamme se posant sur le Meikyû.

- Raiton, donc. Sceau de putréfaction. Elle retint un sourire amusé. Un autre qui augmente ta force. Là aussi, elle évita se montrer intéressée. Tu es un Meikyû, à l’aise en fuinjutsu ?

Déjà, elle s’était lancée dans d’intenses réflexions à ce niveau. Que leur sensei soit toujours là ou pas, elle laissait son génie créatif s’exprimer. Semblant s’être parlée à elle-même au départ, la question lui étant donc adressé avait peut-être pu le surprendre. Déposant son carnet devant elle, elle sortit aussi un parchemin qu’elle déroula, faisant donc apparaître Kuchiki à ses côtés. Elle en aurait sûrement besoin, pour la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Sam 10 Mar 2018 - 20:02
 

Hisao avait touché de nombreux points positifs et négatifs. Bien que leur stratégie s’était améliorée depuis la dernière fois, ceux-ci étaient toujours sujets à la même problématique, cette incapacité à utiliser tous conjointement leurs pouvoirs destructeurs. Représentants 3 des 7 calamités à eux seuls, ils représentaient tous des dangers potentiels de renoms quand ils étaient seuls. Or, lorsqu’il était question de travailler tous ensemble pour combiner les effets dévastateurs qu’ils représentaient, il était difficile de réaliser le tout sans mettre en danger les autres. Hisao et Raizen avaient tous deux une forte affinité avec le combat rapproché ce qui les rendait fortement vulnérables aux attaques impliquant des poisons que pouvait provoquer Asami.

Réfléchissant à une solution, le jeune homme s’approcha d’Asami qui s’était assise au sol, élaborant ainsi un plan de match en prenant compte des diverses habiletés que l’équipe possédait. En la voyant cela, Raizen ne pouvait s’empêcher de se dire qu’elle devait tout de même avoir un malin plaisir à l’idée de découvrir qu’il possédait des facultés qu’il ne lui avait pas montrées.

-Je te corrige, mon sceau n’augmente pas juste la force. C’est vrai que cela me permet de faire encore plus mal


Marquant une brève pause pour croiser son regard, il masqua son sourire alors qu’il continuait sur sa lancée. Comprendrait qui comprendrait.

-Mais, ça améliore aussi ma résistance et me permet d’encaisser des coups puissants sans le moindre problème.


Même s’il n’était pas du genre à aimer exposer la totalité de son attirail, il n’avait pas le choix s’ils comptaient représenter une équipe. Lors de leur premier combat, il avait évité de faire appel à ses capacités Meikyû afin de garder un certain aspect de surprise. Pourtant, cette manière de voir les choses devait changer. En plus, qu’Asami ait ou non l’étendue de ses capacités n’allait rien changer. Après tout, s’il y avait bien une personne avec qui il pouvait être ouvert sur ses compétences, c’était bien elle. Qu’elle soit dangereuse ou pas, qu’un jour elle veuille le tuer ou pas, rester dans l’anonymat ne faisait que rehausser ses chances qu’il succombe avant une réelle confrontation etre leurs esprits dangereux.

-Concernant le Fuinjutsu, si on veut, je me débrouille, mais je pense que ce serait intéressant que je fasse des recherches sur possibilité d’avoir des sceaux qui agiraient comme antidote contre tes poisons. En les posant en avance, ça nous permettrait d’être immunisés à tes attaques.


Marquant une pause, il posa sa main sur son genou avant de lever son regard sur sa partenaire.

-Combien as-tu de poison dans ton éventail ? J’aimerais savoir si c’est réaliste ou si ce ne serait pas mieux de stocker des antidotes et de les ingérer aux moments opportuns. Sinon, il faudrait qu’on trouve une manière de nous immuniser de manière permanente à certains de tes poisons.

La machine était envoyée et leurs esprits créatifs allaient devoir travailler ensemble. Être dans l’opposition constante était intéressant, toutefois, avoir plusieurs esprits dont l’intellect n’était pas négligeable sur un même sujet pouvait être tout aussi stimulant.

 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 11 Mar 2018 - 17:03
Assise à même le sol, son coéquipier s’étant approché d’elle pour participer à cette tâche leur ayant été donnée, ce fut le moment où leur sensei en profita pour quitter, ses deux étudiants n’ayant, a priori, aucune question pour lui. D’un vague signe de la main et accompagné d’un sourire, elle le salua, pour ensuite se concentrer à nouveau sur les notes qu’elle prenait, notamment en ce qui concernait les capacités de l’homme désormais à ses côtés. Relevant son regard vers lui alors qu’elle cherchait confirmation qu’elle n’avait rien raté quant à ses compétences, un sourire vint étirer ses lèvres, ce dernier se voulant amusé, tout comme l’éclat de son regard.

- Plus mal, hein ? Elle le nota, faisant donc mine d’être sérieuse. Intéressant tout ça.

La flamme de défi venant illuminer son regard tandis que l’homme devant qui faisait-elle l’innocente venait de quitter les lieux, elle ajouta donc à ce qu’elle écrivait que ce sceau lui offrait aussi plus grande résistance, ce qui devait être considéré. Elle s’amusait surtout à l’idée qu’il ne devait pas apprécier lui partager ainsi l’étendu de ses capacités. Si elle se fiait le mystère qu’il avait gardé tout autour de ça lors de leur première rencontre, elle se devait alors de croire que cela ne devait pas l’enchanter. Bien qu’au final, s’ils voulaient faire de cette équipe quelque chose de bien, lui sûrement pour son propre progrès, elle pour maintenir les apparences, ils n’avaient d’autres choix que de travailler ensemble. Et puis, autant pouvait-elle insulter son intelligence, au final, elle savait très bien qu’il n’était pas stupide. Beaucoup trop arrogant pour son propre bien, sans aucun doute, mais stupide, ce n’était pas le cas. À son plus grand dam, bien évidemment.

Écoutant son idée avec attention, si elle pouvait comprendre l’utilité d’une telle chose, elle ne put cependant que secouer la tête de droite à gauche, signifiant ainsi que ce ne serait pas possible. Bien essayé, toutefois, elle préférait encore ne pas les utiliser que de s’embêter avec autant de sceaux différents.

- Ce n’est pas possible. Elle tendit la main pour contrôler Kuchiki qui s’approcha donc de lui. Rien que dans celle-ci, j’en ai au minimum cinq prêts à l’utilisation, et ce, pour plusieurs doses. Toutefois, officiellement, la quantité de poisons que je maîtrise et que je peux donc confectionner est… Assez vaste. Je n’aurai donc pas d’autres choix que de vous conseiller de trouver un moyen vous-même un moyen d’y résister, de manière générale.

Son ton n’était pas à la critique ni même à l’ordre, elle semblait même… Soucieuse. Bien évidemment que mensonge, ce masque qu’elle arborait tout de même, après tout, elle n’était pas immunisée des oreilles indiscrètes alors qu’ils se tenaient sur un terrain d’entraînement. Et ça, sûrement le verrait-il bien rapidement, de par son agréable sourire et son ton presque doux.

- Je peux même t’aider, si tu as besoin de t’entraîner à y résister.

Ayant inclinée la tête doucement sur le côté, elle lui adressa un clin d’oeil, non sans un rire se voulant délicat, dont le sourire toutefois tendait vers le malsain. S’amusait-elle à ses dépens ? Très certainement. Comme elle le faisait avec bien des gens. La seule différence étant que lui savait pertinemment qu’elle se moquait, tandis que d’autres croyaient en ses belles paroles et son air angélique.

Finalement, elle se leva, invitant son coéquipier à en faire de même. Sortant un second parchemin, elle le déroula pour faire apparaître Osoroshi.

- C’est bien beau de parler, mais il n’a qu’en utilisant une technique qu’on peut en montrer tout le potentiel. Un affrontement, maintenant. Ça nous donnera peut-être une meilleure idée de ce qu’on peut faire ensemble.

Accompagnant ses propos, la demoiselle fit un bond vers l’arrière, atterrissant alors un peu plus loin. La main levée, elle s’était saisit d’Osoroshi et de Kuchiki, le premier venant l’entourer pour la protéger, elle-même ayant retrouvée position confortable à l’intérieur de sa marionnette tandis que la seconde se tenait entre eux deux.

- Tu as dis que tu étais un meilleur stratège dans le feu de l’action, non ? Alors vas-y. On trouvera bien quelques idées par la suite.

Et elle ne plaisantait pas.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Dim 11 Mar 2018 - 22:33

Il y avait bel et bien une raison pour laquelle les deux coéquipiers s’entendaient bien. Le fait d’être ouvert l’un à l’autre aidait, mais tout le charme de leur relation résidait à travers leurs menaces constantes l’un envers l’autre. Ce même genre de menace venait d’étirer un long sourire des lèvres de Raizen alors que celle-ci s’amusait à le provoquer de toutes les manières qu’elle connaissait. S’amusant même à lui proposer de l’aider à devenir plus résistant aux poisons, Raizen devait admettre hésiter face à une telle proposition. Il savait pertinemment que son but premier était d’expérimenter sur lui. Après tout, elle semblait aimer le voir souffrir, mais plus encore, elle semblait tirer un malin plaisir à l’idée qu’elle soit celle qui génère ce genre de douleurs chez lui.

Or, aussi prévisible devenait-elle, celle-ci le pris par surprise lorsqu’elle utilisa sa propre phrase pour le défier dans ce qui ressemblait visiblement à un duel. Fronçant les sourcils, Raizen laissa transparaître un rire amusé alors qu’il venait de se lever pour tenir tête à la marionnette qui se trouvait entre lui et Asami. S’installant confortablement dans son armure, celle-ci s’y était prise en avance, activant ainsi sa défense et son offensive.

-Entre toi et moi, je pense que nous avons tous deux besoins d’apprendre à résister à certaines choses...

Lui lançant un regard provocateur et amusé, Raizen s’amusait à tourner autour en allant de gauche à droite. Si on veut, c’était une manière pour lui d’infliger sa présence à Asami qui venait de passer d’allié à opposante. En toute sincérité, sa proposition avait beaucoup de sens. Pourtant, il avait la vague impression que ce duel allait lui couter cher.

-Je pensais que je n’avais rien à prouver au niveau de mes stratégies en pleine action, mais bon, si tu veux, nous pouvons très bien tester nos esprits créatifs.

Lui offrant un dernier sourire, Raizen commença soudainement à se concentrer, prenant le temps d’examiner la situation. En voyant Asami équipé de ses deux partenaires, il devait avouer être dans une situation désavantageuse. Le mieux aurait été de la mettre dans une situation dans laquelle elle aurait eu de la difficulté à se préparer. Après tout, dans une situation de combat réel, elle n’aurait pas toujours la possibilité de monter confortablement dans son armure géante comme elle venait de le faire. Il espérait d’ailleurs qu’elle en avait conscience.

-En temps normal, j’aurais dit non à ce combat, mais...

Haussant les sourcils, l’expression de Raizen se transforma subitement alors qu’il chargea subitement vers Asami. Tentant ainsi de battre de vitesse sa première marionnette, il activa son sceau et serra le poing tandis qu’il bougeait de droite à gauche afin qu’elle ne puisse réellement lire son modèle d’actions. Son but était simple, lui donner un avant-goût du sceau qu’elle n’avait pu tester. Mieux encore, il tentait de jauger sa vitesse de réaction pour voir quel type de combinaisons seraient possibles. Or, pour le moment, sonb ut premier était de voir à quel poing son armure pouvait résister à son sceau.


Spoiler:
 







Dernière édition par Meikyû Raizen le Mar 13 Mar 2018 - 2:37, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Dim 11 Mar 2018 - 23:24
Ayant reculée d’un bon, elle activa Osoroshi, ce dernier venant se refermer autour d’elle, la protégeant désormais de son imposante structure. Elle se contenta de rire alors qu’il admettait ne plus avoir rien à prouver, haussant ensuite les épaules sans qu’il ne puisse la voir. Si elle souhaitait le tester, il s’agissait surtout que de voir ce dont il était capable, se plaçant ainsi dans la position de l’adversaire. Son regard ne le lâchait pas, l’observant au travers sa marionnette, la cage thoracique de cette dernière étant parsemée de fentes pour lui permettre de ne rien manquer. C’était sans compter ses mouvements qu’elle sentait, sans même le voir, le sentant donc plus qu’elle ne le voyait alors qu’il semblait marcher de long en large. Que comptait-il faire ? Il s’agissait sûrement de la question qu’il souhaitait faire naître dans son esprit.

Pour quelqu’un qui aurait refusé un combat en temps normal, il chargeait en grande vitesse vers elle. Elle même ayant attendu quelconque réaction de sa part avant de passer à l’offensive, un sourire carnassier vint étirer ses lèvres tandis qu’elle l’observait s’approcher dangereusement d’elle. Soit alors. Au final, elle avait espéré telle réaction de sa part, ce qui vint donc l’amuser plus que nécessaire. Et ce, quand bien même s’était-elle attendue à quelque chose de peut-être un peu plus réfléchi venant de lui.

Ne lui laissant toutefois pas le loisir que de l’atteindre, la marionnette dans laquelle elle se trouvait bondit hors de portée de ses coups, disparaissant presque devant lui pour atterrir un peu plus loin. Cependant, elle ne s’était pas contentée que d’éviter les coups la menaçant. Juste avant de quitter sa position, celle où se trouvait désormais l’abruti, un nuage toxique s’échappa de lui, se répandant rapidement tout autour sur plusieurs mètres. Un regard rapide lui permis de la rassurer sur une chose : il n’y avait personne d’autres qu’eux sur le terrain d'entraînement. De ce fait, elle ne s’était pas gênée pour lui faire goûter ces poisons qui se répendaient dans l’air, une menace bien présente, voir même oppressante. Il comprendrait certainement pourquoi ne pouvait-elle pas se permettre d’user de telles techniques lorsqu’Hisao ou lui-même se trouvait à proximité.

Elle eut une petite pensée pour l’Aburame alors que le nuage s’étendait tandis qu’elle lui en devait beaucoup pour ce poison qu’il lui avait offert sans qu’elle n’ait rien demandé.

- Merci.

Son ton était arrogant alors qu’elle s’exprimait avec suffisamment de force pour qu’il l’entende. Il ne pouvait cependant pas voir le sourire malsain qui ornait son visage, pas plus pouvait-il voir la flamme de son regard s’animée. Elle espérait presque qu’il trouve un moyen de s’en sortir et ainsi ne pas subir les effets de son poison. Ça, ce serait intéressant.

- Je n’avais pas encore eu le loisir de le tester.

Suivi d’un éclat de rire. Si Raizen semblait prendre confiance en sa compagnie, elle profiterait de ce moment pour lui rappeler qu’elle pouvait se montrer dangereuse. Terriblement dangereuse même.

Et si jamais se retrouvait-il paralysé par le poison envahissant l’air, elle se contenterait de lui donner l’antidote, lui laisserait quelques instants pour s’en remettre avant d’exiger une seconde manche. Après tout, elle souhaitait aussi voir de quoi il était capable.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Lun 12 Mar 2018 - 1:49

Le combat venait tout juste de commencer et Raizen venait de se faire avoir comme un vulgaire stagiaire. En effet, en plus de voir son attaque se faire esquiver, un puissant nuage de poison se forma dans la zone où il était. Sans forcément savoir à quoi s’attendre, ce n’est que lorsqu’il comprit que cette attaque était fort probablement toxique qu’il sut qu’il était mal pris. Étant en plein élan, il lui était impossible de fuir. Même en tentant d’esquiver le nuage, il risquait de se faire rattraper. Le temps de changer de vitesse et d’aller en direction opposée ne lui laissait aucun choix. Raizen allait être sujet à cette attaque, qu’il le veuille ou non.

-Merde...

Se déplaçant du mieux qu’il le pouvait, Raizen commença à se déplacer de manière peu accoutumée. Zigzaguant de droite à gauche, il entamait les prémisses d’une technique sur laquelle il travaillait. Utilisant la force de ses jambes et sa vitesse, il piquait de droite à gauche en profitant du changement de direction pour faire un transfert de poids suffisamment efficace pour augmenter son explosivité au fur et à mesure qu’il se déplaçait. Malheureusement pour lui, il avait encore de la difficulté à profiter du plein potentiel de cette nouvelle technique. Inapte à compléter son esquive, il respira tout de même l’air issu du nuage de poison malgré lui. Tentant pourtant d’amener son coude à son visage pour se protéger, il comprit rapidement qu’il ne pouvait se protéger d’une telle technique aussi simplement. Se sentant incapable de bouger, il se sentait dorénavant coincé dans son propre corps. Pire encore, Asami venait de sortir de sa marionnette, signe flagrant qu’elle avait confiance que le combat était officiellement terminé. Prenant le temps de le narguer, elle osa le remercier de lui avoir permis de finir cobaye de son expérience, encore une fois. Désireux de riposter, il tenta de parler, mais aucune parole ne traversa ses lippes. Tous ses muscles étaient paralysés. Comme si ce n’était pas suffisant, de violents spasmes commencèrent à envahir ses membres. Malheureusement, il n’arrivait ni à hurler, ni à bouger ce qui rendait l’expérience traumatisante. Comme si la situation ne pouvait être pire, il se mit à se demander si elle avait eu le temps d’y développer l’antidote. Était-ce sa vengeance pour ce qu’il lui avait fait subir récemment ?

Se posant une tonne de question, il eut droit à de nombreuses remarques visant à le charrier. Celle-ci semblait prendre un malin plaisir à le voir dans une telle situation. Asami venait de comprendre que le seul moyen pour elle d’avoir le contrôle, c’était de rendre Raizen incapable de se mouvoir. Pourtant, était-ce vraiment une victoire si l’adversaire n’était pas en mesure de riposter ? Laissant cette question à la philosophie, il se contenta de recevoir la piqure contenant l’antidote. En fait, Raizen n’avait pas vraiment le choix d’accepter ce médicament.

-Intéressant.

Ses premières paroles furent les suivantes tandis qu’il se tournait pour faire face à Asami qui s’était rapproché de lui. Constatant aisément le plaisir qu’elle venait de prendre à le voir souffrir, il se mordit la lèvre, réprimant ainsi son désir de répliquer instantanément pendant ce court moment de faiblesse. Elle l’avait bien eu et il devait l’admettre malgré lui. De plus, ce duel lui avait permis de découvrir une technique redoutable d’Asami qu’il ne connaissait pas. Si elle avait plus d’expérience et un style beaucoup plus développé que le sien, celle-ci avait les capacités d’affronter aisément une armée à elle seule. Peu importe de quelle manière il observait la situation, cette femme se montrait de plus en plus redoutable de jour en jour.

-Je comprends mieux comment on se sent face à des sensations nouvelles maintenant.

Ne perdant pas sa répartie pour autant, il lâcha le tout le plus naturellement possible. Ne laissant toutefois aucun signe de plaisir flirter sur ses lèvres, Raizen réfléchissait à quelque chose d’encore plus intéressant.

-Je commence à me dire que ça ne sert à rien que tu t’adaptes à nous...

Commençant lentement à marcher pour lui tourner autour, Raizen l’observait de haut en bas avant de s’arrêter derrière elle.

-Je pense quelque part que c’est à nous d’apprendre comment utiliser nos pouvoirs afin d’être complémentaire avec toi sans pour autant réduire ton potentiel offensif.

Délaissant celle-ci, Raizen tituba tranquillement vers son armure. Prenant le temps de la toucher, il constatait que le tout était fait de métal et de bois.

-En situation de combat, un utilisateur de Fuuton aurait très bien pu te retourner cette attaque au visage et puisque tu es immunisé, nous aurions été les blessés.

Si Raizen canalisait sa défaite lamentable à travers ses apprentissages, celui-ci faisait preuve d’une maturité assez avancée. Dans la défaite, son esprit d’analyse atteignait son paroxysme, décortiquant les moindres événements à la source.

-Et si nous ne sommes pas équipés pour pouvoir y résister ou survivre au tout, nous risquons tôt ou tard de nous gêner les uns les autres.

Se tournant subitement vers Asami, il lui offrait un regard provocateur qui voulait tout dire. Peu à peu, il se rapprocha de nouveau d’elle jusqu’à arriver côte à côte avec elle. S’arrêtant, il murmura quelques mots que nul autre ne pouvait entendre.

-J’espère que tu ne m’en voudras pas si à long terme je t’enlève ce plaisir de me voir souffrir sous l’effet de tes poisons.

Se tournant vers le côté de sa tête pour venir terminer sa phrase, celle-ci pouvait sentir sa respiration contre sa nuque.

-Je trouverais un moyen de devenir immunisé ou du moins, plus résistant à tes poisons, et ce, peu importe à quel point je dois en tester.

Si à long terme, il lui privait d’un plaisir, à court terme, celle-ci allaient pouvoir essayer de nombreux poisons sur sa personne. Ainsi, c’était le plaisir contre le génie, un duel éclectique dans lequel tous deux avaient à gagner, mais aussi à perdre. Après tout, Raizen avait beau renier ses origines de Kaze no Kuni, mais il était fort probable qu’à long terme, il soit forcé de développer son affinité pour cet élément qu’il s’était refusé d’investiguer pendant un long moment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Lun 12 Mar 2018 - 6:55
Elle s’était rapprochée de lui, un sourire satisfait sur le visage. S’étant échappée de sa marionnette, elle franchissait la distance la séparant du jeune homme de sa démarche altière, son regard toujours animé de cet éclat se rapprochant de la folie. Sa victoire ne venait pas du fait qu’il était paralysé, aucunement. Elle venait de trouver satisfaction dans l’idée de l’avoir mis hors d’état de nuire en… Quelques secondes à peine. Elle souhaitait surtout lui faire comprendre que son air suffisant n’avait pas sa place entre eux deux, que ce débordement de confiance pouvait rapidement se retourner contre lui. Redoutable adversaire, elle venait de lui prouver qu’elle n’était pas à prendre à la légère et que foncer tête baissée n’était décidément pas la stratégie à adopter lorsque face à elle.

- Plus rien à dire ?

Bien évidemment qu’il ne pouvait pas. Son rire se fit toutefois entendre tandis qu’elle sortait de sa bourse une seringue, y ajoutant un liquide coloré, avant qu’elle ne lui injecte dans les veines. En quelques instants à peine, il aurait retrouvé le plein contrôle de son corps. Quant à l’intense douleur qui venait avec un tel poison… Sûrement persisterait-elle encore quelques instants, lui rappeler le traitement dont il venait d’être la victime.

Attentive, elle écoutait ce qu’il avait à lui dire, peut-être pourrait-il apporter des suggestions quant à la tâche qu’ils se devaient de remplir. De ce qu’il disait, ce n’était pas à elle que de faire attention, mais à eux de s’adapter. Elle arqua donc un sourcil, surprise d’une telle constatation. S’il était vrai que cela lui rendrait la vie nettement plus facile, notamment si, comme il le disait, elle se retrouvait contre quelqu’un pouvant rediriger ses poisons. Cependant, elle n’en restait pas moins surprise, jusqu’à ce qu’il lui fasse part de sa dernière observation. Ce fut donc le retour de ce sourire mauvais, l’idée que de lui faire goûter à nombreux poisons de son arsenal pouvait se montrer intéressante. Or, il semblait ne pas avoir compris quelque chose.

Désormais près d’elle, son souffle contre sa peau lui arracha un frisson qu’elle tenta tant bien que mal de réprimer. Ce qu’elle pouvait se détester, en cet instant même, alors que son corps réagissait en désaccord avec sa tête. Préférant ne rien afficher, si ce n’était que son sourire, elle se tourna alors vers lui, une lueur de défi dans le regard. Son visage près du sien, elle ne recula pas, bien au contraire, se contentant de profiter de cette proximité pour bien faire passer la menace.

- Il y a toutefois une chose que tu sembles oublier. Pour chaque antidote créée, un poison plus fort suit nécessairement. Sa main vint délicatement caresser sa joue. Et puis, ne suis-je pas moi-même un poison ?

Un clin d’oeil, elle se décala alors, se moquant de lui. Puis, elle se contenta de reculer, mettant à nouveau une certaine distance entre eux, le laissant mijoter sur ces douces paroles qu’elle avait murmurer à son oreille, le tout de son ton taquin, tirant sur le provocateur.

N’étant pas dans son armure, ce n’était pas pourtant qu’elle était sans défense. L’observant avec attention, il semblait s’être remis de ses blessures. De ce fait, elle fit se déplacer Osoroshi, qui se tenait toujours derrière elle. Sans pour autant l’approcher de sa personne, l’armure tenant solidement sur ses deux jambes leva un bras armé de sa lance qui se trouvait à être plus grande qu’Asami elle-même, d’un mouvement vif et rapide, ce dernier la lança en direction du jeune homme. A priori, elle semblait le viser alors qu’elle se dirigeait droit sur lui avec une bonne vitesse. Or, la réalité en était légèrement différente. Si elle se dirigeait effectivement sur lui, un simple mouvement suffirait à l’éviter. Et là se trouvait toute l’idée de sa technique, tandis qu’un fil de chakra reliait toujours la marionnette à la lance, permettant ainsi à la Tadaoki que d’avoir une certaine influence lorsqu’elle rentrerait en contact avec le sol.

De son côté, histoire de se protéger d’une attaque quelconque qui pourrait venir en sa direction, quelques mudras suffirent pour faire s’élever un épais mur de pierre devant elle, en force d’arc, la séparant alors de l’homme qu’elle attaquait de sa lance. Et une fois cette dernière s’enfonçant dans le sol avec une force certaine, qui ferait certainement comprendre à l’homme qu’il avait bien fait de l’éviter, le sol tout autour de l’arme fut envahi de stalagmites qui s’y élevèrent dans l’idée de venir l’empalée.

Elle lui avait bien dit, pourtant, qu’elle comptait voir ce dont il était capable. Elle espérait donc de tout coeur qu’il trouve de quoi éviter l’attaque brutale s’étant abattue sur lui.

Spoiler:
 


Dernière édition par Tadaoki Asami le Mar 13 Mar 2018 - 2:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mar 13 Mar 2018 - 2:23

Un violent frisson s’empara de ses membres alors que ses sens revinrent. Aussitôt, il fut percuté par une sensation probablement plus dévastatrice que le poison qu’il venait de recevoir. Cette caresse était un signe avant-coureur des pires calamités. Si Asami s’était présenté comme un poison, Raizen ne pouvait s’empêcher d’agréer face à ce geste qui l’ébranla un peu. Étirant tout de même un sourire, il ne pouvait s’empêcher de sentir l’adrénaline courir dans ses veines à une vitesse qu’il n’avait jamais vécue auparavant. Son rythme cardiaque s’était d’ailleurs accéléré, signe pertinent qu’il était en état d’alerte. Le Shinobi aurait pu considérer ce geste comme une malédiction. Toutefois, Raizen se nourrissait de la déchéance, se complaisant des retranchements dans lesquels celle-ci tentait désespérément de l’amener.

Ainsi, cet éveil soudain de son esprit lui permit de remarquer la lance qui fusait à une vitesse importante vers lui. Pensant tout d’abord à l’éviter, Raizen décida contre toute attente de ne pas bouger. Celle-ci risquait probablement de penser qu’il était suicidaire, mais une idée se cachait derrière tout cela. Serrant son poids tout en contractant la totalité des muscles de son bras, le jeune homme se plaça en position défensive et percuta de plein fouet la lance à l’aide d’une technique défensive qu’il avait élaborée suite à leur premier affrontement. En ressentant le poids des coups portés par Hisao, il avait compris le besoin qu’il avait de pouvoir devenir plus résistant face aux opposants maîtrisant mieux l’art du combat que lui-même. Mieux encore, il en avait profité pour utiliser son sceau afin de se prémunir des attaques à distance comme celle qu’il venait soudainement d’intercepter.

-Tsk...

Alors que la lance tourbillonnait contre son bras, Raizen relâcha son bouclier, repoussant ainsi la lance qui rebondit un peu plus loin. Alors qu’il se croyait sorti d’affaire en ayant subi des dégâts moindres, des pierres jaillirent du sol ne lui donnant que le temps de les esquiver du meilleur de ses capacités. Voyant tout de même une partie de son bras se faire écorcher par une stalagmite, il frôla un moment critique. Dans le cas où il aurait préalablement esquivé la lance pour la laisser se choir à ses côtés, il se serait fait empaler comme un vulgaire débutant.

-Tes attaques les plus anodines cachent des cadeaux empoisonnés, c’est digne de toi Asami.

Souriant face à une telle créativité, Raizen venait de constater qu’elle s’était excessivement améliorée depuis le premier combat en duo. En plus d’avoir développé des techniques plus complètes et plus dangereuses les unes que les autres, celle-ci faisait preuve d’énormément d’ingéniosité pour masquer le côté dévastateur que pouvaient avoir certaines de ces techniques.

Elle était douée, surtout qu’entre un temps, elle avait érigé un mur en guise de protection. Si on veut, Asami se battait confortablement du haut de son trône, osant même ériger son royaume devant l’ennemi pour le narguer. Or, même dans sa faiblesse, Raizen savait reconnaître lorsque quelqu’un faisait des erreurs. Un des phénomènes le plus importants était de ne jamais perdre de son ennemi de vue. Même si elle était en mesure de le détecter à l’aide de sa connexion avec le sol, elle ne devait probablement pas s’attendre à ce que Raizen survive tout comme elle ne s’attendait surement pas à ce qu’il riposte. Du haut de plusieurs mètres, si elle pensait avoir montré à quel point, elle faisait partie d’une classe à part, Raizen comptait la ramener au bas du podium. Peu importe à quel point sa barrière était haute, elle avait beau tenter de s’élever jusqu’aux cieux, mais sans une bonne fondation, elle risquait de tomber de haut.

Serrant son poing en y puisant la puissance de son sceau, Raizen fit un pas en avant puis un second, se rapprochant ainsi du mur avant d’utiliser une de ses techniques les plus puissantes à ce jour.

-Kai!

Exécutant un transfert de poids bien calculé, Raizen fit un bond avant d’enfoncer son poing dans le sol. Sur le coup, l’impact eut pour effet de créer une puissante onde de choc dans le sol qui en plus de briser le sol sur un grand périmètre, provoqua un puissant tremblement dans la terre qui ébranla les fondations du mur tout en se dirigeant vers sa cible. Voyons voir si elle savait danser lorsque la terre s’indignait contre son arrogance.

-J’espère que tu sais danser...

Qu’elle soit dans le sol ou pas, Asami risquait d’avoir un avant-goût de cette attaque dévastatrice qu’elle n’aura même pas eu l’opportunité de voir. Il était l’heure de changer le décor.

Shambles, l'art de tout détruire pour mieux bâtir.



Spoiler:
 




Dernière édition par Meikyû Raizen le Mer 14 Mar 2018 - 3:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mar 13 Mar 2018 - 20:52
Cachée derrière le mur de pierre s’étant élevé devant elle, sous forme d’arc pour mieux la protéger, elle n’était cependant pas aveugle. Jamais se serait-elle permise, autrement, que de quitter ne serait-ce qu’un seul instant son ennemi des yeux. Au travers le sol, elle en ressentait toutes les vibrations. Sa première surprise fut donc de ne pas le sentir bouger tandis que la lance s’abattait vers lui. L’avait-il arrêté ? Cette idée était amusante et la suite le fut d’autant plus, lui arrachant alors un sourire. Les stalagmites s’élevèrent sur sol tandis qu’il rejetait l’arme plus loin, attaque se voulant dès lors assez surprenante. Forcé alors à d’esquiver l’attaque sous peine d’être victime de douloureuses blessures, elle se demandait alors ce qui allait suivre. Comment allait-il riposter ? Que pouvait-il bien faire contre elle ?

La réponse ne tarda pas à venir et fut loin d’être bien plaisante.

Il s’était rapproché du mur derrière lequel elle se trouvait. Entre temps, manipulant toujours ses marionnettes, elle fit s’approcher Osoroshi, qu’elle se devait de garder à proximité, tandis que Kuchiki s’élançait vers l’homme, s’avançant alors rapidement dans son dos. Or, elle n’eut jamais le loisir de l’atteindre tandis que le sol se fissura, un violent tremblement le secouant, amenant alors la marionnettiste à perdre pied. Le pire dans cette histoire ? Le mur qui se trouvait devant elle, abîmé à la base, qui menaçait dès lors de s’abattre sur elle. Ce fut une lueur de panique qui traversa son regard, le sol sous elle se dérobant presque, lui assénant dès lors quelques coups douloureux.

Évaluant ses options, elle se décida alors de s’enfoncer dans le sol qui, pourtant, se voulait victime de violents tremblements suite à l’attaque surprenante de l’homme. Kuchiki s’écrasa au sol, inanimé, tandis qu’Osoroshi s’immobilisa. Pour sa part, elle sentit au-dessus d’elle le mur s’abattre sur la position qu’elle occupait quelques instants plus tôt. Or, elle n’était pas pour autant sortie d’affaire. Se mobilisant malgré la douleur (qui lui avait arraché un sourire, elle se devait de l’admettre), elle eut bien de la difficulté à le faire au début, le sol lui-même la déviant dans sa course. Elle était convaincue de ressortir de la terre avec nombreuses blessures et elle n’osa imaginer les dégâts qu’elle aurait subit si elle s’était trouvée plus proche de la zone d’impact.

Préférant éviter d’être prévisible, elle évita d’apparaître aux côtés d’Osoroshi, quand bien même cela aurait-il pu être logique. Elle se trouvait plus loin, sur le côté droit de l’homme, de nombreuses ecchymoses déjà visible sur son corps. Pire encore, elle cracha du sang contre le sol, signe que son passage dans la terre ne s’était pas fait en douceur et que les mouvements de ce dernier avait fait plus de dommages à sa personne que cela pouvait être visible. Or, c’était toujours mieux que de se retrouver écrasé sous le mur qu’elle avait dressé précédemment devant elle.

- Pas mal. Moins inoffensif que je l’aurais cru. Une attaque de front se voulant brutale. Digne de toi, Raizen.

Levant un bras, une grimace visible sur son visage tandis que le mouvement en lui-même était difficile, ses marionnettes s’activèrent à nouveau. L’avait-elle sous-estimé ? Peut-être bien, un peu du moins. Elle ne ferait pas la même erreur deux fois. Kuchiki, se trouvant non loin de l’homme, envoya en sa direction une volée de senbons qui furent empoisonnés au préalable, dans l’idée de venir ajouter à la douleur qu’il devait déjà ressentir.

Quant à Osoroshi, il s’approchait d’elle rapidement, au pas de course même tandis qu’elle ne pouvait se permettre de se trouver à découvert encore plus longtemps. Elle n’était pas certaine de tenir une seconde attaque de cette envergure, pas alors que tout son corps était douloureux. À bien porter attention à sa personne, il était même possible de remarquer qu’elle chancelait sur ses jambes, signe qu’elles avaient de la difficulté à la supporter. Son genou lui était terriblement douloureux et elle ne serait pas surprise d’apprendre qu’il avait été blessé plus qu’elle le l’aurait cru lors de la dernière offensive du jeune homme.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mer 14 Mar 2018 - 3:46


Reprenant son souffle, Raizen affichait une expression sérieuse alors qu’il contemplait l’impact de son attaque sur le territoire. Devant lui se trouvait un nuage de poussière qui peinait à disparaître. Avait-elle survécu ? Il ne le savait guère pour le moment. Démuni de toute capacité de localisation, il se contenta de regarder de droite à gauche tandis qu’il reprenait son souffle. Quelle ne fut sa surprise d’entendre la jeune femme dévoiler sa position tandis qu’elle était sur sa droite. Or, contrairement à ses attentes, celle-ci était beaucoup plus mal en point qu’il l’aurait cru. S’étant elle-même mise dans une position précaire, Raizen avait su profiter de ce bref moment afin de prendre les devants dans ce duel qui était visiblement en sa faveur.

Or, elle n’avait pas dit son dernier mot. Malgré les nombreuses ecchymoses qui marquaient son corps, celle-ci se tenait toujours debout, prête à contre-attaquer. Manipulant les fils de Chakra comme elle savait si bien le faire, celle-ci ramena sa marionnette tout en animant la seconde. Projetant des projectiles en direction de Raizen, Asami devait réagir vite.

Analysant promptement la situation, il avait le choix d’esquiver les projectiles et tenter une contre-attaque. Toutefois, au vu de son niveau de fatigue et de chakra, il se devait de concentrer ses derniers efforts dans une stratégie beaucoup plus concrète.

Ainsi, Raizen contracta de nouveau son bras droit, l’utilisant comme bouclier à l’aide de son sceau pour repousser les projectiles. Qu’ils soient empoisonnés ou pas, si ceux-ci ne perçaient pas son épiderme, il n’avait rien à craindre. De ce fait, il fut en mesure de supporter cette contre-attaque. Or, il ne comptait pas s’asseoir sur ses lauriers. Dans chaque combat, il y avait un tournant dans lequel il fallait saisir les opportunités qui se présentaient. Autrement, quelqu’un d’autre allait les saisir. En résumé, il fallait tuer ou se faire tuer. Telles étaient les lois qui encadraient le système de combat dans lequel ils étaient.

Ainsi, Raizen utilisa ce qui lui restait d’énergie pour se propulser à grande vitesse vers Asami. Le combat au corps à corps était son domaine d’expertise, pas celui d’Asami. À en juger par les importantes marques que son corps arborait, Raizen savait pertinemment qu’elle n’avait pas l’habitude. Elle parlait beaucoup, mais la carcasse abritant les paroles était fragile. Si l’art de manipuler les autres était une force admirable, le tout avait tout de même conditionné Asami à ne pas se mettre elle-même en position de faiblesse. Que ce soit autrui ou ces marionnettes, tout son style était bâti autour de l’usage d’autrui. Qu’allait-elle faire lorsqu’il allait s’avancer pour l’envoyer paître à bout portant ? Probablement rien.

Ainsi, Raizen chargeait à toute vitesse alors qu’il faisait provoquait un duel entre la vitesse à laquelle elle pouvait ramener sa marionnette et sa propre vitesse. Quoi qu’il arrive, il était déjà préparé. Serrant son poing en pleine charge, une vaste quantité d’électricité commença à se cumuler. Armé de ses gants métalliques, le jeune homme n’avait qu’à compléter son transfert de poids pour mettre un terme à tout cela si celle-ci n’avait pas le temps de se défendre d’une quelconque manière.

Or, Raizen était du genre à vouloir détruire les fondations. Les règles prescrites avaient beau dicter qu’il fallait savoir quand saisir une opportunité pour éviter de finir en position de victime. Toutefois, le kumojin préférait établir ses propres règles. Connaissant son adversaire, il savait pertinemment comment lui faire mal. Allant au-delà du physique, Raizen comptait blesser son mental, son orgueil et son esprit afin de lui donner un avant-goût de ce qu’il avait ressenti lorsqu’elle l’avait paralysé.

Ainsi, si Asami avait le temps de ramener sa marionnette jusqu’à elle, il comptait enfoncer son poing électrifié pour envoyer paître son oeuvre d’art. Toutefois, si elle n’avait pas le temps de se défendre, Raizen allait transférer tout le poids de son attaque avant d’arrêter à quelques centimètres de son épiderme. Désireux de la faire souffrir intérieurement, il comptait s’arrêter suffisamment proche pour qu’elle ressente un léger choc électrique en provenance de l’électricité cumulé dans sa main. Toutefois, cette distance serait sécuritaire de manière à ce qu’elle évite de peu un choc qui lui aurait été fatal dans cette manche.

Raizen avait beau vouloir gagner ce combat, toutefois, il savait que priver Asami d’une telle expérience risquait d’atteindre son orgueil plus que tout autre chose. En d’autres termes, Raizen pensait au long terme, songeant à la guerre qu’ils se livraient depuis le début. Certes, toucher la cible était satisfaisant. Toutefois, ce l’était encore plus de se retenir alors que celle-ci anticipait un tel stimulus. Il l’avait compris à travers le moment qu’ils avaient partagé ensemble. À travers leurs provocations et les étincelles qu’ils avaient générées, il avait compris les nombreuses failles et faiblesses qu’il pouvait exploiter. Si celle-ci s’amusait en sachant pertinemment qu’elle pourrait avoir ce qu’elle voulait, quand elle le voulait, Raizen allait lui reprendre ce privilège. Le tout, dans un seul et unique but : calmer la flamme dévastatrice qu’elle était par le feu. Œil pour œil, dent pour dent.

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mer 14 Mar 2018 - 4:36
Tenant sur ses jambes par elle ne savait trop quel miracle, elle vint s’essuyer la mâchoire sur revers de sa main, son regard posé sur l’homme, analysant chacun de ses gestes. Tandis qu’il bloquait son attaque, les quelques senbons empoisonnés s’étant dirigés sur lui, elle se décida de ne pas prendre de chance. S’il décidait de bondir vers elle à toute vitesse, elle ne donnait pas cher de sa peau. De ce fait, envoyant du chakra dans sa marionnette, elle la fit charger vers elle, tandis qu’elle ne perdait pas des yeux son adversaire du moment qui, comme elle s’en était douté, fonçait à pleine vitesse vers elle. Elle se retrouva rapidement entourée de sa marionnette, protégée en quelque sorte au sein de son armure, juste à temps alors qu’un poing s’abattait avec violence sur elle, l’envoyant valser un peu plus loin.

Ce n’était pas faute de tenter de contrôler sa marionnette, or, le courant électrique qui y passait, accentué par la présence du métal sur cette dernière, se montra plus que dérangeant. S’écrasant violemment contre le sol, son dos percutant la cage thoracique de sa marionnette, elle s’en retrouva le souffle coupé quelques instants. Ouvrant les yeux, un trou béant étant visible juste devant elle, signe évident qu’il avait fait volé en éclat une partie de celle-ci. Son regard devint plus sombre tandis qu’elle effectuait déjà quelques mudras. Même pas besoin de voir pour savoir où il était, sa position étant bien claire pour la marionnettiste.

S’il y avait bien une chose à laquelle elle tenait plus que tout, il s’agissait bel et bien de ses marionnettes. Ces pantins qu’elle avait confectionné, y mettant tout son coeur et son énergie, dans l’idée d’en faire des armes terribles sous son contrôle. Elle leur portait une affection bien particulière qu’elle ne dédiait à personne sauf eux, un amour semblant presque maternel. Et donc, voir ainsi Osoroshi éclaté, le trou béant qui lui faisait face, elle se voulait franchement énervée. Certes était-il dénué de vie, et donc, par conséquent, de quelconque sensation, toutefois, cela allait certainement lui demander du travail supplémentaire que de la réparer. Et autant l’avait-elle fait déjà de nombreuses fois, cela ne l’empêchait pas que d’être embêtée par telle situation.

Le sol sous les pieds de Raizen tenta alors de venir le faire prisonnier tandis qu’elle se redressait, sortant alors de son armure sans que celle-ci n’ait à s’ouvrir, de par ce qu’il venait de lui infliger. Il était possible de voir chacun de ses muscles se contracter, la douleur visible dans son regard, sur ses traits, et ce, malgré le sourire qui venait flotter sur ses lèvres. Son regard était mauvais, animé d’une flamme se rapprochant de la folie tandis qu’elle se retenait contre la structure de bois et de métal pour ne pas s’effondrer au sol.

Son souffle était toujours aussi court, ayant de la difficulté à se remettre de son dernier impact. Or, aussi mal en point était-elle physiquement, l’abandon ne faisait pas parti de son vocabulaire. Elle tomba à genou, sans pourtant perdre sa concentration, bien décidée à en faire son prisonnier. Même que simplement respirer se voulait douloureux, de par les impacts dont elle avait été la victime, chacun des mouvements de sa poitrine rendait le tout beaucoup plus difficile. Or, c’était aussi cette douleur qui lui donnait la motivation de poursuivre, tout comme sa fierté qui n’était pas prête à essuyer un échec de plus.

Et alors qu’elle tentait d’en faire prisonnier, Kuchiki s’était rapproché, à défaut de pouvoir faire autre chose, dégageant dès lors tout autour de lui un nouveau nuage empoisonné.

Il voulait rire ? Soit. Elle, elle allait certainement s’amuser. Qu’il le veuille ou pas, il n’aurait pas le choix, de toute façon. Asami ne comptait pas lui donner cette victoire, pas alors qu’il s’agissait d’un terrain où elle se voulait nettement plus puissante qu’elle. Son erreur avait été d’entamer la seconde manche hors de son armure, l’amenant alors dans une position plus que précaire. Ce n’était cependant pas pour autant qu’elle lui laisserait la victoire. Elle était dangereuse, redoutable adversaire même, et il était tout simplement hors de question qu’il puisse ne serait-ce qu’un seul instant la voir comme quelqu’un de faible. Elle ne l’accepterait pas.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Mer 14 Mar 2018 - 5:24

Frappant violemment la marionnette, Raizen l’envoya valser tout en provoquant de fortes décharges électriques à Asami. Si on veut, il aurait nettement préféré qu’elle n’ait pas le temps de ramener son pantin. Après tout, il ne comptait pas la frapper de plein fouet, qu’elle était sensible au corps à corps. Pourtant, elle avait réagi de manière purement instinctive en tentant de se protéger.

C’était un bon choix puisqu’elle avait été en mesure de limiter les dégâts. Toutefois, combiné à son sceau, le tout avait fait d’importants dégâts à la marionnette qui allait probablement devoir passer dans un atelier de réparation. Soupirant, il pouvait clairement lire les émotions hostiles que dégageait Asami. En l’observant se lever, il pouvait admirer cette ténacité, ce fort caractère, mais surtout cette envie de faire mal. Elle était mécontente et il le savait. Il pouvait le ressentir au plus profond de lui-même. Que ce soit lorsque ses jambes furent prisonnières de la terre ou simplement par son absence de paroles, Raizen était plus que conscient que ce combat avait atteint un seuil critique. Si à l’origine, le tout avait pour objectif de stimuler leurs esprits à consolider des stratégies communes, le tout était devenu un règlement de compte sans que l’un ne puisse réellement justifier où tout avait commencé. Se détestant et s’appréciant à des niveaux assez distincts, leur relation était connotée d’une forte dose de flammes qui avaient pour principale caractéristique d’être incontrôlables. Ainsi, en voyant le second nuage, Raizen eut comme réflexe de croire que celle-ci allait de nouveau le paralyser dans d’atroces souffrances. Ainsi, sachant pertinemment qu’il ne pourrait parler, il décida de mentionner les éléments qu’il avait sur le cœur.

-T’aurais-je blessé dans ta fierté ? À qui cherches-tu à prouver quelque chose ? Est-ce un désir de me prouver que j’ai tort ou alors de simplement te convaincre toi-même que tu es assez forte pour me résister ?

Commençant à rire lentement, Raizen ne comprenait pas encore qu’il était victime de la technique d’Asami qui ne faisait qu’amplifier son côté un peu plus fou. Reprenant certaines paroles qu’ils avaient échangées par le passé, il s’amusait à lui remettre le passé au visage. Or, si le gaz euphorique avait pour but de le faire rire, disons que le tout eut l’effet contraire. Au lieu d’être une gêne, le tout fut canalisé par l’air taquin qu’il portait fièrement depuis qu’il était prisonnier. En effet, le Meikyû aurait pu très bien esquiver l’attaque en la voyant exécuter des mudras. Pour l’avoir déjà vu employer le tout lors de leur dernier combat, il avait compris qu’elle n’avait pas beaucoup de techniques sécuritaires dans son attirail qui pourrait la tirer d’affaire. Telle était la triste réalité. Pourtant, il s’était tout de même laissé emprisonner, préférant lui offrir ce faux sentiment de contrôle avant de lui montrer à quel point la vie pouvait se montrer injuste.

-Asami, dis-moi... Comment expliquerais-tu cette sensation de ne plus rien contrôler, pas même ton corps ?

La citant de nouveau, il faisait référence à la difficulté qu’elle avait à se relever. Malheureusement, alors qu’il aurait préféré garder un air joueur, son air ne fit que s’accentuer, rendant la situation encore plus désagréable pour celle qu’il narguait. Sa technique venait de jouer contre elle. Raizen avait beau avoir relâché son sceau, il demeurait toutefois l’agresseur. S’il avait de nouveau marqué l’aspect physique du combat, c’était l’heure d’abattre la barrière psychologique une nouvelle fois.

-Est-ce que cela te fait plaisir de savoir que tu m’as entravé ?

Penchant la tête sur le côté, il défiait de nouveau Asami du regard. Or, cette fois-ci, sa résistance l’aida à dissiper la technique euphorique , l’aidant peu à peu à ramener place à l’être naturellement joueur qu’il était.

-If you think you are already crawling under my skin, then I hope you realize that right now, I’m all over you and there is nothing you can do to deny it.

Faisant référence à son expression faciale, Raizen continuait sans cesse de la provoquer, lui donnant un avant-goût de sa médecine.

-So now, tell me ...What’s stopping you from letting the beast go wild?

Sa mémoire était sans faille et sa stratégie, aussi suicidaire soit-elle, digne de mention. Or, il devait maintenant confronter les représailles qu’il venait de générer et il était curieux de voir comment elle allait réagir.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Mer 14 Mar 2018 - 6:13
Ce dernier immobilisé par sa technique, les mots qu’il prononçait eurent de quoi accentuer l’agacement qu’elle ressentait déjà. Les flammes de son regard s’animant dangereusement, elle sentait la colère monter en elle, chose qui, si d’ordinaire se voulait rare, était quelque chose de presque obligatoire lorsque cela concernait l’abruti qui se trouvait à être son adversaire pour le moment. Il arrivait à éveiller en elle des sentiments qu’elle étouffait, la majorité du temps, balayant ses remparts comme s’ils n’étaient rien. Il s’agissait bien de la seule personne à être en mesure d’effectuer telle chose, à provoquer de telles émotions chez elle. Se relevant, ne le quittant pas des yeux, elle s’extirpa de sa marionnettes, s’avançant doucement vers lui. Ses pas étaient traînant, douloureux même, tandis que cela ne faisait aucun doute que son genou avait été salement amoché lors de leur altercation.

Son regard était assassin, les flammes se voulant meurtrières tandis qu’elle ne répondit pas à une énième pique. Il était bien vrai que son corps était difficile à déplacer, tant par ses muscles difficiles à mouvoir que par la douleur qui la traversait à chacun de ses pas. La sensation était tout aussi désagréable qu’elle pouvait en être plaisante. Si ce n’avait pas été de ces paroles qui parvenaient à ses oreilles, sûrement aurait-elle pu apprécier cette souffrance dont elle était la victime, son corps ayant été violemment éprouvé lors de ce combat.

Le pire dans toute cette histoire était sûrement la vérité qu’il y avait dans ce qu’il lui disait, chose qu’elle se refusait d’assumer. Depuis quand arrivait-il à la mener de la sorte ? Quand avait-elle perdu le contrôle total de cette relation entre eux deux ? Que s’était-il passé pour que la manipulatrice de haut niveau qu’elle était perdre tant de terrain vis-à-vis d’un abruti tel que lui ? Les choses n’auraient pas dû se dérouler ainsi. Et pourtant, elles l’étaient, à son plus grand dam, ce dernier s’imposant à son esprit tandis qu’elle ne faisait rien pour s’y opposer. Le pouvait-elle seulement ? Elle-même n’en était pas certaine.

Ses dernières paroles prononcées, elle le libéra de son emprise pour venir abattre son poing sur son visage, contre sa mâchoire. Un geste impulsif, irrationnel, bien loin de ses actions d’ordinaire contrôlées. La douleur vint cependant lui traverser le bras, résonnant jusqu’à son épaule, lui arrachant alors une expression douloureuse qui vint déformer brièvement ses fins traits. Sûrement n’aurait-elle pas dû agir de la sorte, or, cela avait été plus fort qu’elle. Un cruel besoin que de le faire taire, ne serait-ce que quelques instants, quand bien même était-elle convaincue qu’il ne ferait que se moquer davantage. Elle l’attrapa donc par les cheveux, glissant ses doigts entre ses mèches de jais pour ramener son visage vers elle, à quelques centimètres seulement désormais. Si son regard avait pu tuer, Raizen ne serait déjà plus de ce monde.

Sa respiration était courte, tant par la colère qui faisait bouillir son sang que par la douleur que lui causait une action pourtant aussi simple. Elle vint ancrer son regard dans le sien, s’enflammant alors.

- You’re so fucking annoying.

Elle lui avait déjà dit ces quelques mots, dans un autre contexte, cependant, ils étaient encore plein de sens dans la situation actuelle. Elle fut ensuite saisie d’une quinte de toux, la forçant à le relâcher et reculer de quelques pas, crachant à nouveau du sang contre le sol, venant essuyer sa mâchoire du revers de sa main.

- S’il faut que je perdre le contrôle pour en venir à provoquer ta chute, alors soit, il en sera ainsi.

Son regard était défiant, animé d’une détermination nouvelle. Elle le ferait tomber, peu importe ce qu’elle devait mettre en oeuvre pour y parvenir. Il avait déjà eu un avant-goût de l’obscurité de ses ténèbres, ce qui baignait sa personne au quotidien. Elle comptait bien l’y ramener, lui fait goûter aux enfers dont elle était issue, s’assurerait de lui donner envie de flirter avec ce danger. Si, sur une échelle de noir à blanc, il ne souhaitait pas prendre place, elle forcerait alors à sa personne de bien sombres desseins.

- You might be all over me, but I’m already inside your head and there is nothing you can do to help it. Elle s’était rapprochée à nouveau de lui, sa main venant se poser contre son torse avec une certaine légèreté. I’m the poison inside you’re vein that you can’t get enough of. As dangerous as it can be, you can’t help yourself but to want more from it.

Plus calme, sa voix s’était montrée douce. Beaucoup trop douce même. Menace flirtant avec sensualité tandis que son regard ne quittait pas le sien, un sourire mesquin sur les lèvres avec une assurance retrouvée. Il s’agissait-là de tout le danger de leur relation, tandis que l’un comme l’autre pouvait s’y perdre, sombrant dans ce combat que tous deux menaient avec force, se confrontant dès qu’ils en avaient l’occasion. Et peut-être même s’y étaient-ils déjà perdus, une partie d’eux-même laissés derrière.

Se détruire pour mieux se reconstruire. Était-ce là ce qu’ils faisaient tous les deux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Jeu 15 Mar 2018 - 3:52


Étant dans l’incapacité de bouger, Raizen se complaisait de la situation qu’il avait générée. En voyant Asami tituber vers lui en le fusillant du regard, il ressentait un profond plaisir qu’il ne pouvait s’empêcher de réprimer. Après tout, ce type de regard démontrait beaucoup de colère, mais surtout une intention meurtrière qui était bel et bien réelle. Ainsi, sans aucune surprise, sa joue embrassa le poing frêle et fragile de la jeune femme. Si Raizen n’avait pas ressenti un lourd impact physique, les émotions qu’elle avait véhiculées à travers son coup ne le laissaient pas indifférent. Au contraire, tel un virus, l’agression de la marionnettiste activa la circulation sanguine du Kazejin. Commençant à sentir son sang bouillir, il se contenta de vivre le moment. Laissant ainsi Asami venir se saisir de sa chevelure pour lui verbaliser toute la haine et la colère qu’elle pouvait ressentir, Raizen comprenait qu’encore une fois, il avait pris les devants.

Se contentant de croiser les bras alors qu’elle toussait intensément, il fut surpris de recevoir une riposte aussi paradoxale avec la frustration et la colère qu’elle venait de montrer. Déposant doucement sa main contre son torse, celle-ci revint en force, comprenant que dans le calme résidait sa seule possibilité de rivaliser avec le Kumojin. Bien que Raizen aurait aimé rester insensible à ce geste, un violent frisson perturba tous ses sens tandis que son visage se pigmentait d’un rouge passionnel.

Le sentiment qui l’envahissait était incompréhensible. Étant lui-même un être éclectique, il savait pertinemment qu’il lui était normal de vivre des sentiments contradictoires. Pourtant, la férocité de la contradiction qui le percuta était suffisamment particulière pour le laisser bouche bée l’espace d’un moment. Songeant aux moindres paroles qu’elle venait de prononcer, Raizen ne répondait pas, se contentant de noyer son regard dans leur sien. Sentant de nouveau son souffle flirter avec ses sens, l’agression passionnelle de sa partenaire prenait de plus en plus d’envergure alors qu’il ressentait une attraction tout en ressentant une profonde frustration. Plus les secondes avançaient et plus son rythme cardiaque s’accélérait, malgré lui. Celle-ci ayant toujours sa main posée contre son torse, elle risquait de tout ressentir, de tout comprendre et d’en profiter. Le tout ne plaisait pas du tout à Raizen qui n’eut aucun mal à dévoiler son déplaisir.

-Look at who’s talking ...

Murmurant ses quelques mots, ses traits soudainement crispés commencèrent à se détendre alors qu’il décida instantanément de déconstruire la situation frustrante pour la voir sous un autre angle. Après tout, ce n’était pas tous les jours que quelqu’un pouvait supporter ses attaques et contre-attaquer avec autant d’aplomb qu’il l’avait fait. N’ayant jamais vécu ce genre de situation auparavant, le tout aurait fait bien des inquiets. Toutefois, il était excité à l’idée de découvrir quelque chose de nouveau. Leur relation était particulière puisque tous deux vivaient dans l’inconnu et se dirigeait dans l’inconnu. S’ils n’avaient jamais eu de défis respectifs, les deux représentaient deux opposés qui se contredisaient constamment. Si Asami était le poison, Raizen était l’antidote. Toutefois, contrairement à une situation où tout était noir ou blanc ou dans le cas où ils étaient, bien ou mal, la situation était bien plus complexe. Après tout, Raizen avait beau être l’antidote d’Asami, pourtant, il était en mesure de provoquer des dégâts aussi intenses que le poison lui-même. En d’autres mots, ils étaient tous deux des poisons l’un pour l’autre, se défiant respectivement de dominer l’autre dans un cocktail qui ne faisait que devenir de plus en plus destructif.

-Why does it always have to be about the others? Have you not been taking a look at yourself to the point that you can’t even realize how I am also deep inside of you ?

Affichant un air taquin, il brisa son sérieux pour utiliser de sa répartie comme lui seul pouvait le faire.

-Tu le réalises probablement que lorsque c’est une évidence, mais je n’ai pas besoin d’être en contact avec toi pour savoir que je suis au centre même de tes pensées...

Déposant son front contre le sien, il agrémentait ses paroles d’action afin qu’elle comprenne l’étendue de ses paroles.

-De ton sang qui bouillit...

Amenant sa main à son cou, il traça légèrement le chemin d’une veine qui était plus visible que d’habitude dû à la frustration qui l’avait traversé lorsqu’il avait détruit sa marionnette. Agrémentant le tout à l’aide de l’effet de son sceau, il comptait de nouveau la marquer.

-et même de ton âme...

Déposant sa main sur son buste tout près de son cœur, il murmura ses dernières paroles.

-Donc aussi dangereuse et attirante sois-tu...

Ne terminant pas sa phrase, Raizen laissa planer un long silence, la faisant languir la fin de ses paroles. Pourtant, lorsqu’il ouvrit ses lippes, il prononça des mots qui allaient dans une direction complètement différente.

-Little do you know, you are already falling and accepting it is not a choice, no. You just came out of your cluster, that’s all there is to it .

Toujours aussi provocant, il poursuivit

-Maintenant, dis-moi, qui est l’abruti entre nous deux ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Jeu 15 Mar 2018 - 4:46
Sa main contre son torse, il lui était aisé de comprendre que malgré tous ses grands airs, tandis qu’il faisait le fier, à la provoquer de la sorte, elle lui faisait de l’effet. Qu’il s’agisse de ses paroles ou encore de la proximité qu’elle avait rétabli entre eux deux, elle n’était pas la seule à risquer beaucoup dans ce jeu s’étant installé, et ce, depuis leur toute première rencontre. Ce qui lui semblait être presque une critique lui fit simplement arquer un sourcil, un sourire amusé se dessinant sur ses lèvres. Son regard plongé dans le sien, elle avait repris un certain calme, ayant exprimé sa colère au travers ce poing qu’elle avait abattu contre son joli minois, le tout lui ayant arraché certainement plus de douleur à elle qu’à lui. Elle n’était pas connu pour ses débordements émotifs, elle qui avait toujours un parfait contrôle de sa personne. Il faisait ressortir le pire d’elle-même, des facettes de sa personne que nul n’avait eu le loisir de rencontrer, même pas elle-même. Elle redécouvrait de sa personne dans cette relation malsaine entre eux deux, chose qu’elle n’était pas certaine d’apprécier. Elle se portait très bien comment elle était et n’avait certainement pas besoin du premier imbécile venu pour la remettre en question. Et puis, jamais lui laisserait-elle le loisir que de savoir une telle chose.

- They keep telling me I’m a selfish bitch. Un rire léger s’échappa de ses lèvres. Isn’t it great then that I show some interests toward others ?

Une question bien innocente dont elle ne cherchait aucune réponse, soulignant seulement ses paroles tandis qu’elle s’en amusait. Certes, ce qu’elle lui avait dit pouvait très bien lui correspondre, or, il lui était impossible que d’admettre telle chose. Et pourtant, l’évidence était là, devant ses yeux, tandis qu’un frisson lui parcouru l’échine alors qu’il appuyait son front contre le sien. Ce contact, aussi léger était-il, semblait vouloir dire beaucoup plus qu’elle ne l’assumait. Cette provocation entre eux faisaient naître entre elles des sentiments forts en contradictions, mais surtout, une attraction vis-à-vis de l’homme qu’elle ne pouvait nier. La flamme de son regard vint donc rencontrer le sien, elle tenta de garder l’assurance qu’elle venait de retrouver.

Chacune de ses paroles vinrent marquer son esprit. Elle ne pouvait nier ce qu’il lui disait, pas plus souhaitait-elle les approuver. Il était tout simplement hors de question que de lui donner raison, et ce, malgré les sensations qu’il venait créer chez elle, de sa main contre sa nuque, de son sceau venant marquer sa fine peau. Elle ferma les yeux, quelques instants, la douleur provoquée venant se joindre à celles lui faisant échos. Sa main contre sa peau avait quelque chose d’addictif, chose qui lui déplaisait fortement, alors qu’il vint l’apposer au-dessus de sa poitrine, à la hauteur de son coeur dont le rythme s’était accéléré. Elle s’assurerait de mettre cela sur la colère alors qu’il avait ce don bien particulier que d’être en mesure de la mettre hors d’elle.

Sa main contre son torse vint alors se glisser le long de son cou, se posant sur la joue qu’elle avait frappé, quelques instants plus tôt. Son regard se voulait défiant tandis qu’elle gardait un calme surprenant, et ce, malgré les provocations de l’homme. Elle s’était énervée, emportée même, chose qu’elle faisait rarement, et maintenant qu’elle l’avait exprimé, de façon plus violente qu’à son habitude, elle était en mesure de rester sereine, s’amusant presque de ce qu’il lui disait.

- I might be falling but there’s no way I’ll hit the ground alone. You’re even dumber than I thought if you think otherwise.

Elle avait murmuré ces quelques mots, à quelques millimètres à peine de son visage, lui adressant son délicat sourire bien digne d’elle. Autant sa fierté acceptait mal l’emprise qu’il avait sur elle, elle s’assurerait de ne pas être la seule à se brûler les ailes à trop s’approcher du feu qu’ils ne faisaient qu’alimenter depuis le début.

- And if I have to make sure your life’s a living hell then I’ll gladly oblige.

Une promesse qu’elle comptait bien garder, que de l’entraîner sans sa chute, peu importe ce que cela pourrait bien lui coûter. Sur ces quelques mots, elle s’assura d’ancrer son regard dans le sien, venant caresser doucement sa peau de sa main, descendant à nouveau vers son cou, s’arrêtant à sa clavicule avant de simplement se détacher, non sans un clin d’oeil provocateur. Puis, elle recula de quelques pas, sortant de sa bourse le carnet qu’elle avait un peu plus tôt, s’emparant en même temps d’un crayon. Plus difficilement que précédemment, elle vint s’asseoir au sol, allongeant ses jambes devant elle tandis que son genou lui était toujours douloureux.

- Je me demande, avec ton sceau de force, si j’y ajoutais un gant, ou bref, peu importe, fait de pierre… Oh, je sais ! Elle releva son regard vers lui. Un gant de pierre armé de griffes, en quelques sortes, pour augmenter la puissance de ta frappe avec une attaque encore plus importante.

Elle venait de changer de sujet sans prévenir, changeant du même coup le ton de la conversation, s’attardant dès lors à la mission que leur avait donné leur sensei.

- Ou alors… Tu en penses quoi, d'électrifier Kuchiki ? Elle désigna d’un signe de tête sa marionnette ressemblant à un serpent sur pattes. Ce pourrait être violent, sachant qu’il est utile pour venir entraver un ennemi.

Elle haussa les épaules, l’air de rien, cherchant seulement à avoir son avis sur les deux idées qu’elle venait de lui proposer, d’une voix agréable, bien loin du murmure menaçant qu’elle lui avait glissé, son souffle contre sa peau, flirtant entre danger et sensualité, ponctuant de ce fait même leur échange d’un rythme dont elle avait plus ou moins repris le contrôle. Non. Pour l’instant, elle semblait même fort agréable, semblable à la scientifique qu’il avait rencontré au complexe scientifique.


Dernière édition par Tadaoki Asami le Ven 16 Mar 2018 - 6:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

[Equipe 8] Le monde avance, et nous le devons aussi

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: