Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» La flêche et la rapière_PV Ashikaga Gabushi
Aujourd'hui à 9:03 par Ashikaga Gabushi

» 07. Autres demandes techniques
Aujourd'hui à 8:56 par Borukan Rikyu

» [C/OFFICIELLE/IWA] LE TENBATSU
Aujourd'hui à 8:41 par Arie Yoorasia Hahn

» L'eveil
Aujourd'hui à 8:17 par Setsuna Kurai

» Flocon de neige - Rakka
Aujourd'hui à 3:53 par Chôkoku Diao

» [Terminée] Shiro Tsikuyi
Aujourd'hui à 3:50 par Nagamasa H. Takumi

» Un Vent Nouveau [Gabushi]
Aujourd'hui à 3:42 par Ashikaga Gabushi

» Invitée de Toph [Diao]
Aujourd'hui à 3:25 par Chôkoku Diao

» Le laisser passer A38
Aujourd'hui à 3:07 par Yuki Rakka

Partagez | 

[Equipe 8] Le monde avance, et nous le devons aussi

Aller à la page : Précédent  1, 2

Ven 16 Mar 2018 - 2:45


Des paroles, des gestes et des promesses qui voulaient en dire long. Peu importe de quelle manière tous deux observaient la situation, ils étaient prisonniers d’un continuum sans fin dans lequel ils étaient condamnés à se lancer des défis tous autant relevés les uns que les autres. Ce choix de vie était une décision conjointe. Si l’un voulait voir sombrer l’autre, la réciproque était présente du côté de l’opposition, signe pertinent que les deux partis s’entendaient sur la même finalité.

Ainsi, le jeune homme se laissa bercer calmement par l’ensemble des stimulus qu’elle provoquait. Plus dévastateur les unes que les autres, celle-ci arrivait constamment à réveiller un désir inconscient qu’il ne cachait plus. À ce stade-ci de leur guerre, il était inutile de cacher une quelconque attirance, fait qui avait été mutuellement accepté par les deux partis. Rendant ainsi la situation encore plus intéressante pour les deux partenaires, ceux-ci pouvaient enfin s’affronter sur un terrain commun. Ils se l’étaient promis et le tout ne pouvait que devenir pire. Reste à savoir jusqu’où tous deux sombreraient.

Malgré tout, aussi intense soit leur relation, le plus impressionnant était leur capacité respective à se détacher pour faire languir l’adversaire jusqu’au prochain affrontement. En attendant, ceux-ci étaient aptes à canaliser leur énergie conjointement vers un sujet commun. Ainsi, dans cet éclectisme se trouvaient des constantes auxquelles tous deux s’identifiaient. Rendant ainsi la relation destructive tout en étant constructifs, tous deux pouvaient affirmer être dans une situation assez unique.

-Ce serait vraiment intéressant sachant que tes marionnettes sont conductrices, oui.

Essuyant les derniers frissons provoqués par le délicat touché de sa partenaire, Raizen déposa son fessier sur le sol afin de l’accompagner dans sa réflexion. Amenant ses mains vers l’arrière afin de trouver un quelconque appui sur le sol, il réfléchissait à la proposition que venait de lui faire Asami. Elle avait su reconnaître le potentiel du sceau de force qu’il portait et l’idée de combiner le tout à l’aide d’un élément était excessivement intéressante. Mieux encore, électrifier ses marionnettes l’était encore plus.

-Un grandelet de pierre armée de griffe pourrait aussi être vraiment intéressant. La force de mon sceau vient principalement du fait que personne ne s’attend vraiment à ce que je sois en mesure de dégager autant de force.

Réfléchissant lentement, Raizen décida de lui faire une proposition qui saurait combiner leurs talents respectifs.

-Il faudrait que je réfléchisse à l’idée du grandelet et qu’on l’essaye pour que je puisse voir si c’est plus féroce que mes gants métalliques.

Pointant la zone métallique sur ses gants, Raizen poursuivit.

-Par contre, tu pourrais très bien utiliser ton dôme de pierre pour nous protéger de l’ennemi et je pourrais ensuite utiliser ma force pour frapper le mur et envoyer une grande quantité de débris vers l’adversaire. À moins d’avoir des affinités avec la sensorialité, nous serons imprévisibles et ça pourrait nous servir de contre-attaque même dans une position défensive.

Terminant ainsi sa contribution, Raizen fixa Asami avant de fixer le sol. L’espace d’un instant, un éclair de génie venait de lui franchir l’esprit. Ne sachant aucunement si le tout avait du sens, il hésitait à lui faire une telle proposition. Or, n’étant pas du genre à garder ses idées pour lui-même, il lui fit tout de même une proposition.

-Par contre, à travers ce combat, j’ai compris que tes marionnettes pouvaient être détruites.

Prenant un air un peu plus sérieux, il tentait de lui faire comprendre la faiblesse qu’il avait détectée.

-Et si ça arrive, tu risques d’être fortement en danger, donc je me suis dit que ce serait peut-être une bonne idée que tu fasses tes recherches sur ce sujet...

Attrapant un morceau de terre, il poursuivit.

-C’est une idée à explorer, mais il est dit que certains utilisateurs avancés de leurs éléments étaient en mesure d’invoquer des créatures élémentaires. Si on veut, c’est un peu comme un Kuchiyose, sans pacte.


Plus il y pensait et plus le tout semblait intéressant.

-Je pense que tu devrais tenter d’apprendre à créer un golem de terre pour te protéger. Ensuite, reste à savoir si tu pourras le manipuler, mais ça te donnera un dernier recours au cas où tes marionnettes tombent au combat parce que de la terre, il y en a partout.

Attendant patiemment sa réponse, il se demandait ce qu’elle allait penser de cette idée. Après tout, étrangement, il la voyait bien manipuler une bête de terre dangereuse et protectrice.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

Ven 16 Mar 2018 - 7:12
La discussion étant désormais plus sérieuse, se concentrant désormais sur la raison de leur présence ici, la demoiselle se fit noter dans son cahier les idées proposées par l’homme assis à ses côtés. Il leur fallait trouver un moyen d’unir leurs compétences. Tous deux ayant un style de combat complètement différents, si cela avait plus sembler aisé aux premiers abords, cet affrontement lui avait toutefois donné quelques idées à ce niveau. Un affrontement qui était rapidement devenu un règlement de compte, ce qui n’avait pas été l’idée initiale de ce dernier, cependant, cela avait au moins eu le mérite que d’être instructif. Elle déposa à quelques reprises son cahier sur ses jambes, écrire lui étant un tantinet difficile avec la douleur qui lui parcourait le corps. Il ne l’avait décidément pas raté, lors de ses attaques répétées. La pire avait sûrement été ce coup qu’il avait dirigé vers le sol, lui rendant toute fuite sécuritaire impossible. Sa même posséder la même affinité qu’elle, il avait réussi à l’empêcher d’utiliser son meilleur élément lorsqu’elle n’avait plus ses marionnettes.

- Je ne sais pas s’ils seront plus puissants que tes gants métalliques. Toutefois, il n’est pas à exclure que faire exploser un gant de pierre, à bout portant, cela peut aussi faire des dégâts considérables.

Notant donc ce fait, elle s’arrêta pour l’écouter attentivement. Son regard se porta ensuite sur Osoroshi, la cage thoracique de ce dernier ayant été éclatée par un coup d’une violence qu’elle n’avait pas envisagé, venant de lui. Il avait fait preuve d’une puissance qu’elle ne lui aurait pas suspecté, à croire qu’il n’avait fait que ça, s’entraîner, entre leur première rencontre officielle en tant qu’équipe et celle-ci. Un golem de terre était donc sa proposition, en lien avec l’affinité qu’elle avait avec cet élément, et sûrement ses techniques de contrôle qui n’étaient plus à prouver. Serait-ce seulement possible ?

Autant avait-elle horreur de l’admettre, autant l’idée proposée n’était pas mauvaise et elle se devrait donc de se pencher sur la question. La seule chose embêtante, pour sa fierté, serait que d’en venir d’utiliser telle technique face à lui. Or, plus que sa fierté, elle ne pouvait nier que cela serait un atout considérable dans son arsenal de technique, et donc, de ce fait, elle n’aurait d’autres choix que de s’y intéresser.

- Ce serait à voir. Je n’ai encore jamais été capable de faire quoique ce soit qui bougeait de lui-même. Et puis, j’imagine que tu te doutes que de la terre, c’est tout de même assez lourd. Et donc, de ce même fait, épuisant à manipuler. Il s’agit de la raison principale pour laquelle Osoroshi n’est pas exclusivement composé de métal.

L’idée lui avait traversé l’esprit, or, elle s’était contentée de quelques pièces qu’une certaine Metaru avait eu l’amabilité de lui faire, pour venir la renforcer. Cette dernière avait même passé un certain moment à tester divers métaux pour être certaine de trouver ce qui correspondrait le mieux à ce qu’elle recherchait. Un travail de précision qui était plus que satisfaisant. Elle n’aurait cependant d’autres choix que d’aller la voir prochainement, certaines de ses pièces ayant été abîmées suite à ce combat.

Fermant finalement son cahier, signe que pour aujourd’hui, ils ne feraient très certainement pas plus que de proposer quelques idées, elle n’étant plus en état, physiquement, que de tester lesdites techniques, lui-même semblant plus qu’épuiser, ils n’en feraient certainement pas plus. Elle releva son regard, venant rencontrer le sien, un soudain sérieux sur ses traits.

- Ça va peut-être te sembler sorti d’un peu nul part, et ça l’est à vrai dire, mais j’ai pris la décision, dernièrement, que de quitter le foyer familial, pour diverses raisons. De ce fait, j’ai trouvé un truc pas trop mal, un grand appartement, avec une pièce bien aménagée pour y faire un laboratoire. Il y a cependant une pièce de trop, du moins, de ce que j’ai besoin. Si jamais ça t’intéresse.

Une invitation, comme ça, effectivement sortie de nul part. Or, elle y avait réfléchi, quelques instants, lorsqu’elle avait décidé de prendre l’appartement, où elle devait s’installer prochainement, pour ne pas dire dans les jours suivant. Vivre seule était quelque chose qu’elle envisageait mal, notamment de par le fait qu’elle en venait rapidement à s’ennuyer, ce qui pouvait se montrer dangereux pour elle. Il n’y avait cependant pas beaucoup de personnes avec qui elle se voyait vivre, notamment de par son caractère particulier et parce que s’il y avait bien un endroit où elle voulait se permettre d’être elle-même, c’était bien chez elle. Une des multiples raisons qui l’avait amené à chercher à vivre hors de chez ses parents.

Finalement, elle se redressa, avec légèrement de difficulté, n’ayant rien de plus vraiment à discuter avec ce dernier pour aujourd’hui. Levant le bras, elle vint former à nouveaux des fils de chakra avec ses marionnettes, les ramenant ainsi vers elle. En quelques instants, les deux étaient à nouveau scellé dans des parchemins, prêtes à une prochaine utilisation. Ou presque. Elle se devait tout de même de réparer Osoroshi.

- Je te laisse y réfléchir ! Pour ma part, je vais tenter de voir comment mettre en place les quelques idées qu’on a eu. Je crois que les essayer maintenant serait contre productif. Soulignant leurs états à tous les deux. Et puis, ce n’est pas comme si on n’allait pas se revoir.

Après tout, ils étaient désormais coéquipiers, pour le meilleur et pour le pire. Une dimension supplémentaire à ce jeu installé entre eux, tandis qu’elle se devrait de préserver les apparences lorsque leur sensei serait avec eux. À savoir si elle saurait se contrôler tandis que l’homme arrivait à faire sortir le pire d’elle-même. Elle se rapprocha de lui, se penchant alors, approchant ses lèvres à son oreille.

- I’m sure you’ll find out that Hell is a lot sweeter than you think. The darkness has its charms, darling.

Elle vint par la suite déposer ses lèvres sur sa joue, un geste se voulant aussi léger que taquin. Une énième promesse quant à l’entraîner dans sa chute, cette déchéance où tous les deux avaient accepté de sauter à pieds joints, sans même savoir ce que serait les conséquences. À tous les coups, ce ne pouvait être positif, ni pour l’un, ni pour l’autre, mais voilà que le danger se chargeait de les attirer un peu plus sur cette voie qui les mènerait certainement à leur propre destruction. Elle qui contrôlait toujours tout trouvait un certain intérêt à s’avancer vers l’inconnu. Pour peu qu’elle ne soit pas la seule à s’y perdre. Là était sa seule condition.

Un dernier sourire accompagné d’un clin d’oeil, elle tourna les talons, quittant ainsi le terrain d’entraînement de sa démarche altière, non sans une difficulté évidente de par son état actuel. Toutefois, elle ne dit rien, se contentant d’endurer, ayant bien hâte de rentrer chez elle. Son duel contre le Meikyû s’était montré plus difficile, et surtout, plus éprouvant que ce qu’elle aurait cru. Mais ça, elle ne lui admettrait jamais, quand bien même pouvait-il s’en douter,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2381-tadaoki-asami-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t2444-tadaoki-asami http://www.ascentofshinobi.com/u491

Dim 18 Mar 2018 - 5:47

Plus Raizen y pensait et plus il se disait que sa technique de golem pouvait peut-être déboucher sur un autre chemin intéressant : celui de la possession. Le fuinjutsu était un domaine excessivement vaste. Possédant de multiples facettes qu’il fallait continuer de découvrir, Raizen se demandait si le tout ne serait pas sujet à une technique combinée. Après tout, Asami pourrait très bien s’occuper de modeler le titan de terre tandis que Raizen l’animait. Pour le moment, il ne savait pas comment il allait s’y prendre, mais à son avis, il devait bel et bien y avoir un sceau qui permettait d’invoquer un esprit quelconque à travers un corps non humain comme celui-ci. Raizen avait lu plusieurs trucs loufoques sur des sujets similaires et bien qu’il n’avait aucune preuve que le tout fonctionnerait réellement, il était tout de même intéressé à l’idée d’essayer. Or, il préférait garder cette idée pour lui-même alors qu’il voulait observer quelque chose avant tout. La frontière entre la vie et la mort était connue pour être mince. Ainsi, il se demandait si l’emprunt de la force des ancêtres que lui conférait son sceau n’était pas issu d’un concept similaire. Si tel était le cas, était-il possible de modifier le sceau pour lui permettre de libérer l’ancêtre en question ? Cette prémisse n’avait aucun fondement pour le moment. Toutefois, il comptait explorer la question une fois l’entrainement terminé.

Pour le moment, il y avait plus important, notamment le fait qu’Asami venait de lui faire une offre suicidaire aux premiers abords. N’importe qui qui connaissait le vrai visage de la jeune femme aurait compris que c’était un piège ayant pour but d’avoir une emprise suffisante pour le faire sombrer. Pourtant, Raizen voyait le tout d’œil différent. Aussi dangereuse fût cette proposition et décision, il était intéressé. En réalité, Raizen préférait souvent être seul. Toutefois, il ne pouvait renoncer devant le culot dont sa partenaire avait fait preuve, allant même jusqu’à lui arracher un frisson à travers les quelques mots encourageants qu’elle proféra à son attention.

Indirectement, elle l’invitait à rendre la guerre officielle sur un autre terrain de jeu. Leur relation était suffisamment pimentée pour être considérée comme étant particulière. Or, le tout risquait de prendre une tournure complètement différente s’il acceptait, chose qu’il était prêt à assumer. Après tout, Asami avait bien calculé sa proposition. Elle savait quand et comment la positionner. Plaçant ses fils sur son intérêt comme elle le faisait avec ses marionnettes, elle faisait miroiter à Raizen l’usage d’un laboratoire privé. Pourtant, sa promesse la plus intéressante demeurait ce défi qu’elle avait décidé de marquer sur sa joue. À travers ses lèvres empoisonnées, elle venait d’empoisonner un être déjà curieux d’un défi caractérisé de nombreuses variables inconnues. Autant pour Asami que Raizen, tous deux risquaient d’être dans une situation assez nouvelle et intéressante. Rien qu’en voyant ce à quoi ressemblaient leurs quelques interactions, le jeune Kumojin ne pouvait s’empêcher de se dire qu’il allait probablement souffrir tout autant qu’il allait s’amuser.

Ressentant un violent frisson alors qu’elle délaissait sa joue de son geste séducteur, Raizen étira un long sourire avant de se mordre les lèvres. Asami ne le laissait pas indifférent et elle en profitait pour le lui rappeler afin d’agrémenter le défi. Or, qu’elle ait fait ce geste ou pas, Raizen aurait tout de même accepté. Après tout, ce n’était pas tous les jours qu’il avait la possibilité de rejoindre de nouvelles terres pour se les approprier surtout alors qu’elles appartenaient à l’origine à l’ennemi.

-As long as you don’t complain that I’ve stolen the keys of your own realm, that’s what matters to me.

Ne bougeant pas d’un centimètre, il poursuivit alors qu’il n’avait aucune garantie qu’elle pouvait l’entendre.

-A comfortable throne better be part of its charm because I’m going to take yours and make you sit on my lap.

Terminant sa provocation, Raizen prit la direction opposée. Cette illustration de leur départ était significative de leur divergence, mais loufoque dans un sens. Après tout, peu importe à quel point ils semblaient aller dans des directions opposées, tôt ou tard, leur chemin finirait par se rejoindre, signe qu’ils étaient prédestinés à s’affronter.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction

[Equipe 8] Le monde avance, et nous le devons aussi

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: