Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

2/01. Prix à payer


Sam 3 Mar 2018 - 23:30

Prix à payer


Le vieux Goto, l'archéologue sauvé par Kiri et accompagné par Watanabe Shiori jusqu'à la terrible ville de Murashigure n'avaient qu'un objectif : trouver des informations sur les trésors dérobés à Kaze no Kuni et ainsi permettre d'éviter un conflit entre les nations du Vent et de l'Eau.

Nagamasa Yoshitsune, dont les exploits n'étaient plus à prouver à Iwagakure no Satô, avait une double mission. Tout d'abord, celle de surveiller les agissements de Yuki Noah, qui avait tout à prouver à Borukan Akimoto pour éviter à nouveau la prison. Ensuite, celle de fouiller l'endroit qui figurait sur la liste de Nara Alderan, et ainsi trouver des informations sur l'Homme au Chapeau.

Qu'ils soient Kirijins ou Iwajins, et qu'importe les renseignements qu'ils désiraient, ils furent chacun rapidement redirigés vers l'un des hommes les plus réputés ici à Murashigure, qui accepta de les recevoir (hormis le vieux Goto qui n'était pas un shinobi et qui resta à l'accueil) dans ses bureaux. Et autant dire que dans la ville la plus criminelle du Grand Continent, avoir une réputation n'est pas forcément une bonne nouvelle...


Voici les règles et indications à suivre :
  • Lorsque c'est à votre tour de poster, vous disposez de 36h pour répondre.

  • Une seule fois durant tout l'événement vous pourrez demander un seul et unique délai de 12h.

  • En cas de non-respect des délais, vous serez exclu de l'événement.

  • Respectez les règles présentes dans notre Système de combat.

Règle(s) spéciale(s) pour ce groupe :
  • Ce groupe est situé dans les bureaux d'un grand bâtiment de la capitale. L'homme mystère n'est toujours pas là, vous l'attendez.

Merci de respecter l'ordre de post suivant :
Watanabe Shiori
Nagamasa Yoshitsune
Yuki Noah
???

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com

Dim 4 Mar 2018 - 2:30
Calmer le jeu

"Allez à Ame ? Sérieusement ?" Mon regard soutien celui de Yamamoto alors qu'il semble désireux de m'envoyer en mission si loin. Après le coup de la mission concernant mon ancien colocataire et l'absence de résultat sur l'enquête que j'ai continué à mené jusqu'ici... Il faut dire que juste un bout de tissus, ça n'aide pas réellement à retrouver l'auteur, surtout quand c'est une couleur commune et une matière qui l'est tout autant... Est-ce un moyen pour lui de tenter de me faire penser à autre chose ou bien, il y a anguille sous roche ? Je n'en sais rien et dans un sens, ça m'agace qu'il m'envoi moi si loin. Il aurait très bien pu demander à Kaya, après tout, c'était elle qui avait sauvé ce type, elle aurait pu continuer de s'en occuper. Cela aurait été logique. Mais non, voilà que je me retrouvais affublé d'une mission plus que dangereuse en vue du pays de destination. Si a Kiri, on ne faisait pas dans la dentelle, à coté d'Ame on peut encore réussir à passé pour des saints en vue des échos que j'en ai déjà eu...

"Je l'accompagnerais alors. Si tel est ton choix." Soufflais-je alors avant de m'incliner un peu devant lui en guise de respect face à son rang pour ensuite, quand même venir chercher ses lèvres pour un bref baiser et quitter son bureau. Parce qu'il faut partir rapidement, le but est de trouver des réponses le plus vite possible et ne pas stagner comme je le fais concernant l'enquête sur la mort de Tetsuko et Ueno, mais là, c'est différent, parce que j'ai une base solide et pas trop d'obstacle, du moins pour le moment.

Allant quérir le vieux Goto pour l'informer de notre départ imminent pour le pays de la pluie, conformément à sa demande, je lui indique le délai que je lui laisse avec le point de rendez-vous pour notre départ. Il faut quand même que je prépare quelque effet pour ce voyage qui promet une nouvelle fois d'être plus que long.

---

Après le bateau et une longue marche tout en tentant de rester discret, mon sabre et mon visage étant dissimulée sous une cape et une capuche, on arrive à Ame, sous un temps qui ne me dépayse pas trop. De la pluie. Il manque juste de la brume et j'aurais l'impression d'être à Kiri. Mais non, ici, l'ambiance est tout autre et les risques sont bien plus grand. Surtout qu'on est supposé se faire assez discret. Il faut dire que nous, les Kirijins, somme un peu les parias, alors il serait assez mauvais de tomber sur un Iwajin ou un Kazejin tout comme je redoute également une simple agression... Oui, je suis sur le qui-vive, à l'affût du moindre bruit suspect alors que je me contente pour le moment de simplement jouer les gardes du corps de l'archéologue, le laissant parler et poser les questions parce que c'est lui qui doit prouver son innocence et nous aider à calmer le jeu avec Kaze. Alors je le laisse faire pour le moment, restant en retrait tout en analysant ses paroles, ses choix de mots, ses postures, mais aussi les réponses qu'il obtient.

C'est pour cela qu'on se retrouve finalement ici. Je fixe l'homme un instant, incrédule devant la demande qui vient de nous être formulé. On lui demande de rester ici et que j'avance seule pour rencontrer cet homme vers qui on a été redirigé ? Je n'aime pas cela. Ma main sous ma cape, sur la garde de mon épée légendaire je finis par simplement hocher la tête et m'avancer dans le bâtiment laissant l'homme avec un de mes clones parce qu'il ne serait pas bon pour moi qu'il vienne à lui arriver quelque chose.

Debout dans le couloir, adossé contre le mur et la capuche toujours rabattue sur la tête, je reste à l'affût, attendant l'homme pour ce rendez-vous plus que suspect à mes yeux.




_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

Lun 5 Mar 2018 - 11:58



☆ ☆ ☆     PRIX A PAYER


Une conviction sans faille permet-elle d’atteindre le monde inconnu qui s'étend au-delà du mur dressé devant nos yeux ?


« Tsuchikage-dono, si telle est ma mission. J'accepte de surveiller cet homme. »

Cette réplique vivement lancée résonna dans le bureau où les rayons du soleil couchant se frayaient un cheminement à travers les rideaux de fine dentelles. Yoshitsune, debout, présentement présent dans le bureau de son Kage, se tenait là, droit comme un piquet à attendre sa sentence. Borukan Akimoto, hégémonie en ces lieux, était là soucieux. Et cela malgré sa réputation d’homme indestructible. A tel point qu’il en devenait même difficile pour le samouraï de questionner les choix de ce guerrier pas moins exempt de blessures.

[...]

Le temps passe et défile, à l'image de cette tempête enflammée qui s'abat sur le rebord de la fenêtre. Yoshitsune, fidèle à lui-même, est là inerte. Ce nouveau chapitre qui se joue. Cette désagréable impression que la fin du monde approche, cette impression de déchirure qui craquèle les murs avant qu'ils ne s'effondrent... Yoshitsune se sent comme pris au piège. Coincé dans ces vêtements plus que cérémonieux et pourtant doux, le fier bushido se tenait droit, crispé, serrant ses doigts moites autour de sa nuque.

Yoshitsune ne voulait déjà pas être là: Épauler Akimoto et agir en tant que représentant pour lui au village de Ame ; se présenter au centre de ces regards, venus de chaque diaspora, était pour lui semblable à un suicide. Si la décision n'avait tenu qu'à lui, sans doute jamais n'aurait-il prit le temps que de participer à ce regroupement qui ne secouaient que des criantes. A ce regroupement de sornettes. Malgré les précautions mises en place, personne n'ignorait le danger qui planait et émanait de l'endroit lui-même.

Mais Yoshitsune faisait forte impression. Vêtu d'un long kimono or, sans fioriture mais pas d'une basse simplicité, ses cheveux étaient relevés de manière élégante et éméché avec classe.

Alors shinobi et silencieux, le Nagamasa se tapi dans l’ombre. Son regard était porté vers la lueur qui émane du long couloir quand bien même, il veille au grain l’énergumène qu'il garde. Un certain Yuki Noah. Debout, présentement présent dans les couloirs, Yoshitsune se tenait là, droit comme un piquet à attendre sa sentence. Oh bien-sûr, inutile de préciser que non, il n'avait nullement commis de crime répressible de peine de mort et que oui, il était peut-être un poil mélodramatique. Mais à ses yeux et bien ouais. La situation pouvait paraître dramatique. Et il ignorait tout encore de cette silhouette mystérieuse contre le mur.


« L'homme mystérieux également je présume ? »

Il parlait d'un ton calme, rationnel quoique un soupçon intrigué par la situation. Intrigué par cette jeune femme, qu'il ignore être une femme.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 6 Mar 2018 - 2:55

- T'aurais pas une clope par hasard ?

Ce type était pas super bavard, et peut-être que je l'étais trop de mon côté. Finalement, j'avais finis par sortir de cette prison d'Iwa qui commençait à me peser bien lourd dans l'esprit. Le visage empreint d'une fatigue bien visible, j'avançais mains dans les poches aux côtés de ce samuraï à la chevelure singulière. Je ne l'avais jamais vu de ma vie, et pourtant, le Tsuchikage semblait avoir grande confiance en lui. Probablement une des hautes têtes de Iwa. Mais est-ce que ça m'intéressait ? Je n'en avais pas la moindre idée. Non, il n'y avait qu'une véritable interrogation qui me trottait dans la tête depuis le début de cette expédition vers Ame no Kuni.

Qu'est-ce que je foutais là au juste ? Avec min incarcération, j'avais raté un bon chapitre de la vie du monde shinobi. Il paraissait qu'Alderan, le chef de ce groupuscule que j'avais "affronté" à Shitô était mort. On disait aussi qu'une nouvelle menace, plus grande encore, s'apprêtait à surgir d'on ne sait où. Et voilà que je me retrouvais en compagnie de cet étrange bretteur, pénétrant la capitale désolé de Murashigure. Alderan aurait fournit une liste d'endroits à aller fouiller dans le but de récolter des informations sur celui que l'on surnommait "L'Homme au Chapeau". Un bien étrange surnom, soit-dit en passant.

Il y avait un certain bâtiment que nous recherchions, quelque part dans ces ténèbres que certains osaient appeler "capitale". Qu'importe l'endroit où je posais mon regard, je ne voyais qu'une terre aride, le peu de vies y subsistant apparaissaient pathétiques. Depuis combien de temps n'avais-je pas touché une cigarette ? J'avais arrêté de compter les jours, peut-être semaines. Attrapant une énième friandise offerte par Ayuka lors de ses visites récurrente, je savourais le sucre l'enveloppant, continuant de suivre docilement le Nagamasa. Un clan dont je ne savais pas grand chose, il paraitraît qu'ils venaient d'une autre terre, et qu'ils pratiquaient un certain style de combat à l'épée. Pourquoi pas.

Finalement, je me retrouvais dans des couloirs bien étroits. Ma cellule semblait bien spacieuse à côté. Le regard terne, le visage sans expression, j'avançais de manière mécanique, ne prêtant qu'une distraite attention au décor qui se présentait sous mes yeux. Après de longues minutes de marche, Yoshitsune finit par trancher le silence qu'il avait lui-même installé, s'adressant à un étrange individu que je venais tout juste de remarquer. Une capuche sur la tête, impossible de savoir de qui il s'agissait. Au moins, il n'avait pas l'air de porter de chapeau. Jaugeant rapidement cette nouvelle silhouette, je préférais me faire petit et ne pas intervenir, me retournant simplement dans le but d'observer le long couloir que nous venions de traverser, et les ténèbres qui semblaient s'en emparer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Mar 6 Mar 2018 - 22:16
« Quelle ambiance morne ! C’est bien trop tendu tout ça ! »

Son apparition fut soudaine. Brusque. Incompréhensible même. Il était sorti comme ça, de nulle part, sans crier gare et il s’approcha tranquillement du Yuki avant de se saisir de l’une de ses mains pour y poser un paquet de clopes et le briquet qui allait avec. Si son sourire enjoué et amical était visible, son regard lui, était camouflé par un large… chapeau de paille !

« C’est offert par la maison mon brave ! »

L’homme se mit à rire de bon cœur, avant de se retourner vers les deux autres personnes présentes dans le couloir. Passé la surprise de son arrivée presque théâtrale, les trois shinobis avaient dû se rendre compte d’une chose : L’énergumène avait fait usage d’une technique de dissimulation. Il était tout simplement là depuis leurs arrivées respectives et les avait observés pendant quelques instants, jusqu’à daigner enfin se montrer. Pour le meilleur et pour le pire…

« Mmmh ! Toi ! Oui, toi ! L'albinos là ! Il me semble t’avoir déjà vu quelque part ! »

En adoptant ostensiblement une posture qui trahissait une certaine réflexion, le mystérieux personnage finit par sortir de son kimono un petit livre qu’il se mit à feuilleter longuement avant de s’arrêter finalement à une page qui attira son attention et qui lui arracha un petit rire moqueur par la suite. L’instant d’après, il prit une nouvelle fois parole :

« Nagamasa Yoshitsune, jônin iwajin hein… T’es plutôt célèbre tu sais ! Tellement célèbre que ta tête est évaluée à quarante millions de ryos sur le marché noir ! T’as des couilles pour te rameuter ici, sérieux ! Mais je te jure que ça force mon respect, vraiment ! »

L’homme rangea ce qui semblait être un bingo book pour criminels et s’inclina profondément avant de se redresser pour porter un regard vers l’encapuchonné.

« Toi par contre, t’es louche ! Pourquoi tu te caches hein ? T’as quelque chose à te reprocher ? Ou à me demander ? Un truc sale hein ? Sensible peut-être ? D’ailleurs, vous êtes tous là pour ça non ? Des informations ! Ah, ces shinobis des grandes nations ! Tous pareils ! Tout pour leurs gueules ! Mais bon… »

L’atmosphère changea brutalement. Alors qu’il s’avança vers une porte et l’ouvrit, le sourire de l’inconnu devint malsain. Les trois autres purent sentir : S’il n’était pas normal, cet individu n’était pas non plus à prendre à la légère malgré la désinvolture dont il faisait preuve depuis son apparition.

« On va dire que j’aime ça ! »

Mais alors qu’il allait pénétrer le bureau qu’il avait ouvert, l’homme se stoppa au seuil et se retourna encore une fois vers ses chers invités.

« Oh ! Je manque à tous mes devoirs. Dire que je ne me suis même pas présenté… »

Une deuxième courbette s’en suivit avant que le marginal ne se redresse et ne relève doucement son chapeau à l’aide de son index droit pour que ses « clients » puissent enfin voir son regard pétillant de malice.

« L’homme au chapeau, pour vous servir ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 6 Mar 2018 - 22:54
En territoire ennemi

Adossée contre le mur, je relève un peu la tête quand des bruits de pas se font entendre. Tournant un peu celle-ci de sorte à voir les nouveaux arrivant sans leurs laisser l'occasion de voir mon visage, je reste interdit un instant. Noah ? Il n'est pas mort lors de l'attaque à Iwa ? Qu'est-ce que ça veut dire ? Il nous a aussi trahi ou bien ? Non. Je refuse de croire que le jeune homme à la motivation d'une huître puisse réellement avoir fait une telle chose. Trop compliqué et surtout en opposition avec son idéal. Sauf s'il m'a mentit lors de nos conversations. Ne rêvait-il pas d'un monde de paix ? En trahissant son village et le reste de son clan, il ne ferait que l'inverse et pourtant... pourtant il est là en chair et en os devant moi, bel et bien vivant... Portant ainsi ma main à mon visage, je ronge légèrement l'ongle de mon pouce, angoissée par l'idée qu'au final, un autre Yuki ai pu également nous trahir, comme s'il y en avait pas déjà assez. Les manieurs de glace ne sont définitivement pas des personnes fiables !

Alors que je réfléchis, que je cherche à comprendre ce que cela peut bien signifier, l'homme accompagnant le Yuki cherche à me faire parler ou plutôt à entrer tout simplement en contact. Que répondre à sa question qui en réalité ressemble bien plus à une affirmation ? J'hausse les épaules. "Il semblerait." Répondis-je alors sans savoir si Noah reconnaîtrait ou non ma voix. Après tout, cela remonte à plusieurs moi la dernière fois où il a eu le loisir de l'entendre et ce malgré les longues heures de conversation que l'on a pu déjà avoir, que ça soit pour parler tout simplement ou lors de la planification de l'attaquer d'Iwa. Mais l'imaginer là, être un traître et faire copain copain avec les Iwajin... Non, je n'aime pas ça du tout...

Pourtant, je n'ai pas le temps de lui poser de questions parce qu'un homme avec un chapeau se manifeste soudainement, me faisait légèrement sursauté étant donné que je ne l'avais pas du tout sentit. En même temps, moi et la senso... Je n'ai jamais caché que ce n'était point mon fort. Je l'écoute alors parler, surpris de le voir faire copain avec le Yuki comme ça sans raison à moins que je sois tombé dans un piège ? Je serre les dents à l'idée qu'en réalité tout cela, l'histoire avec Kaze, avec l'archéologue et Goto ne soit en réalité qu'une vaste machination d'Iwa qui aurait voulu nous prendre ne traître ici à Ame plutôt que sur notre propre territoire... Dans tout les cas, je suis seule, alors si c'est réellement le cas, ils ont loupé leurs coups.

Ecoutant l'homme maintenant parler au prénommé Yoshitsune, je reste perplexe. Nagamasa ? Comme l'ancien Tsuchikage ? Celui qui a tué notre Mizukage ? Mais également comme Shigure, celui qui a prétendu pendant un temps à devenir un sabreur ? Je fronce les sourcils avant de réellement faire à nouveau attention aux paroles de l'homme au chapeau alors qu'il s'adresse maintenant à moi, me trouvant bien trop mystérieux. Néanmoins, je ne peux nier ce qu'il dit à mon égard. Des choses à cacher, on en a tous et si je suis réellement là, c'est parce qu'effectivement, j'ai des questions et cela qu'importe l'ambiance qu'il cherche à instaurer. J'ai une mission et je l'accomplirais.

Alors que je m'apprêtais tout simplement à suivre le mouvement de l'homme afin d'entrée dans la pièce suivante, ma main droite ne quittant pas la garde de Dokuyaku sous ma cape, il fait alors volte face pour se présenter. Soyons courtois, soyons poli. De ma main gauche, je retire alors ma capuche, dévoilant ainsi à tous mon visage et ma chevelure blonde attachée en chignon comme toujours. De face comme de Dos, Noah était normalement maintenant réellement capable de me reconnaître et dans le doute il lui suffirait simplement d'écouter. "Watanabe Shiori. Enchantée." Soufflais-je plus par politesse, qu'autre chose, tout en restant totalement en alerte entre l'iwajin, Noah et cet homme, je ne savais pas du quel je devais le plus me méfier... Décliner ainsi mon identité était peut-être quelque chose de complètement fou et surtout suicidaire... Mais au final, je venais de le faire pour montrer un certain respect à l'hôte, qui après tout, nous avait convier et peut-être pourrait répondre à nos questions, même si étrangement, je ne peux m'empêcher d'avoir des gros doutes à ce sujet. Dans tout les cas, il est hors de questions que je baisse ma garde, surtout avec l'Iwajin et le traître présent dans la même pièce. Peut-être que je devrais me retirer ? Mais ça signifierait renoncer à la mission ou plutôt abandonner cette piste... Non, je ne peux pas rebrousser chemin. Yamamoto m'a confier cette mission, alors je l'accomplirais ! C'est pour le bien de Kiri, pour empêcher une attaque, un nouvel ennemi en plus d'Iwa.




_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

Mer 7 Mar 2018 - 14:43



☆ ☆ ☆     PRIX A PAYER


Dans sa tête, les mots jaillissent de part et d’autre, les palabres se succèdent, les invectives se bousculant à toute vitesse. Yoshitsune ne semble plus savoir où donner de la tête. Entre l’arrivée soudaine de ce mystérieux homme au chapeau et cette silhouette étrange qui leur fait face… Maître samouraï qu’il est, le patriarche des Nagamasa ignore si sa confiance doit aller à autre chose que cette lame qu’il manie si fièrement.

Après tout celui qu’il doit surveiller, Yuki Noah, homme dont il est question, n’était autre qu’un natif du village de la Brume. Issu de la même patrie que ces meurtriers qui avaient attenté le massacre du village de la Roche, ces mêmes raclures qui avaient pris la vie de Inuzuka Meian feu sa camarade ; Du village de cette vil sorcière, Shiori qui mis fin aux jours de Soryu Kanon et qu'en temps et en heure Yoshitsune ferait payer. Pour ses pêchés et ceux de ceux qui eurent ôté la vie de son jeune frère Chogen…

Enfin. L’heure ne semblait pas propice aux explications ou encore lamentations, les moments de deuils déjà surmonté depuis longtemps. Le samouraï demeure quasi de marbre devant l’aspect comique que présente leur nouvel hôte, quoique légèrement intrigué à l’ouïe des informations dont jouit cet homme. 40 Millions de Ryos pour une simple vie ? Lui n’avait pas telle attente au vue de sa mièvre existence sur Terre mais saluait l’attention. Répondant au civilité qui lui sont faite, Yoshitsune effectue révérence et cérémonie pour saluer celui qui se présente comme étant l’homme au chapeau.


« Tout comme vous, je vois que ma réputation me précède. »
rétorque le samouraï, humble.

L’homme au chapeau. Cette appellation ne lui nullement inconnu. Il souvient encore très clairement de la rage qui pulsait en sein, de cette colère qui irradiait lorsqu’il a entendu pour la première fois. De la crainte qui s’est emparé d’Alderan, leader du Soshikidan tandis que celui qui semble être son frère Rei murmura son nom. Alors c’est méfiant qu’il se décide de le suivre, prêt à obtenir enfin les réponses à ses questions. Il fait signe à Noah d’emboiter le pas afin qu’il ferme les rangs et le protège comme Akimoto l’a demande.





_________________


Dernière édition par Nagamasa Yoshitsune le Jeu 8 Mar 2018 - 19:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 7 Mar 2018 - 23:24

En y réfléchissant un peu, j'étais plutôt d'accord avec les premières paroles de ce nouvel arrivé au comportement bien intriguant. On s'ennuyait beaucoup trop dans ce couloir silencieux et vide de toute extravagance. J'étais quelque part assez agréablement surpris de découvrir l'homme au chapeau, cet être qui aurait été le mentor d'Alderan lui-même, me donner gracieusement un paquet de cigarettes ainsi qu'un briquet, tranchant net mon infini désespoir qui s'était emparé de moi depuis mon incarcération. Ne répondant rien, je me contentais de fixer le concentré de dépendance qui trônait sur ma paume.

J'avais entendu sa voix, à l'encapuchonné, et elle m'était familière. Néanmoins, le hasard serait bien fourbe d'organiser une telle rencontre, dans un tel lieu, dans de telles circonstances. Ainsi, ma logique avait préféré balayé cette éventualité, se concentrant uniquement sur ce cadeau des cieux. Sortant une clope du paquet, je la portais doucement à la bouche, alors que les invités de cette petite réunion commençaient à avancer, déclinant leur identité. Et alors que je portais le briquet à mes lèvres, Shiori haussa de nouveau la voix, retirant sa capuche, se présentant. Mon regard restant lassé, mes yeux trahirent néanmoins une étincelle, alors qu'ils se posaient sur le visage de cette femme qui avait vécu bien trop de choses pour son âge.

- Le hasard, hein ?

Reprenant le fil de mes pensées, j'allumais enfin ma cigarette, me permettant d'expulser tous mes doutes. L'homme-chapeau usait de techniques de dissimulation, c'était une première information capitale. Remarquant que j'étais le seul à ne pas avoir décliné mon nom, je plaçais une main dans mes poches, tout en répondant au signe de tête du Nagamasa, m'avançant d'un pas las.

- Yuki Noah.

Je n'avais pas grand chose à ajouter. Mon nom restait le seul moyen de m'identifier auprès des autres. Kirijin ? Iwajin ? Traître ? Toutes ces dénominations ne m'importaient guère. Si il y avait bien une chose que j'avais apprise en prison, c'était bien que je n'avais pas besoin de grand chose de plus pour exister. Tout en marchant, je me concentrais alors vers l'homme au chapeau, intrigué par un certain détail.

- Je dois avouer que j'ai du mal à trouver la moindre similitude entre vous et Alderan, mais pour rester aussi détendu face une si prisée tête mise à prix, j'imagine que ce que l'on dit n'est pas si erroné.

Ce devait être mon éducation, mais je n'avais pas l'habitude de tutoyer le premier inconnu venu. Son langage trahissait un milieu social rural. Murashigure, une ville qui semblait aller à merveille avec cet homme. Poussant un profond soupir, je laissais échapper une traînée de fumée, tandis que je posais un pied au sein de la prochaine salle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Jeu 8 Mar 2018 - 16:25
Après qu’ils eurent tous parlé, l’homme au chapeau se fit la réflexion que la situation était bien singulière.

Il ne put cacher son émerveillement devant les trois individus qui se trouvaient devant lui. Des personnes bien connues dans le monde shinobi et pas qu’un peu d’ailleurs. S’il eut pendant quelques instants un air intéressé en observant la seule femme du lot, c’était plutôt la relation qu’entretenaient les deux hommes qui l’intrigua le plus. Que faisaient-ils ensemble ?

« Tu sais mon petit Noah… Vous avez tous une prime sur la tête ! Tous les ninjas de haut rang ont en une. Si je devais m’exciter pour quelques petits millions de ryos, il y a bien longtemps... »

Soudain, un chakra terrifiant s’abattit sur toute la bâtisse comme une chape de plomb. Même des ninjas de leur acabit durent se sentir oppressés, à la limite de la paralysie. Cette débauche d’énergie était presque sans commune mesure. S’ils avaient des doutes, ceux-ci durent s’estomper définitivement : L’homme qui leur faisait face était un monstre de puissance.

« Que je vous aurai tué… »

L’espace de quelques secondes, son regard fut aussi acéré que celui d’un aigle. Mais il redevint doux comme par magie.

« Néanmoins, je n’aime pas la violence ! Et puis nous avons une si belle demoiselle ! »

Tout sourire, l’homme au chapeau arrêta soudainement de déployer son chakra. Et l’air de rien, il se retourna comme s’il ne craignait aucunement la réaction de ses interlocuteurs, afin de pénétrer son bureau. Ce dernier était spacieux, bien agencé, dernier cri. Le contraste entre cette pièce et tout le décor environnant de cette ville malfamée était saisissant.

Ce personnage malgré ses manières de rigolo n’était pas n’importe qui.

« Entrez donc ! Ne soyez pas timides ! Je ne mordrai pas… Enfin… Je crois ! »

Il se permit un petit rire avant d’aller s’asseoir sur son fauteuil dactylo derrière son large bureau où étaient éparpillés plusieurs dossiers çà et là. S’ils daignèrent s’approcher et s’installer sur les sièges qui les attendaient, ces shinobis auraient l’occasion de voir plusieurs primes imprimées, dont celle des trois kages actuels. Au-delà des cinquante millions par tête, évidemment.

« Alors alors… Que puis-je faire pour vous, nobles shinobis ? Parlez ! L’homme au chapeau vous écoute ! Et pour vous, c’est gratuit ! » Dit-il en pointant un doigt inquisiteur vers Shiori, avec un sourire aussi idiot que pervers.

Sourire qu’il abandonna rapidement pour une mine accablée.

Les apparences…

« Ah ! Encore une fois, j’oublie d’être poli ! Mes plus plates excuses ! Souhaiteriez-vous un breuvage ? Thé ? Café ? N’hésitez pas ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 8 Mar 2018 - 20:31
Malaise total
Le hasard ? C'est tout ce qu'il trouve à dire ? Je laisse mon regard glisser jusqu'à Noah un bref instant après avoir dit cela. Le terme le plus exacte aurait été la trahison plutôt non ? Parce que je doute réellement que le hasard y oit pour quelque chose, si maintenant, il fricote avec les Iwajins. Cracher comme ça, sur ses origines, je me demande comment il peut faire, lui comme les autres Yuki déserteurs... Par contre, ce qui me perturbe le plus, c'est qu'ils semblent tout deux avoir déjà des informations sur l'homme qui nous invite dans son bureau. Il est lié à Alderan ? Le Soshikidan est impliqué ici aussi ? Je n'ai pas le temps de me poser d'autre question que l'homme au chapeau comment sa réponse, qu'il laisse en suspent.

Le souffle coupé. Une impression d'écrasement. J'ai l'impression d'être statufier, incapable de bouger, de remuer le petit doigt pendant qu'il laisse sentir son chakra de la sorte. Une telle oppression... Je déteste ça. Réellement et je déglutis quand il relâche la pression, pour continuer sa phrase, nous faisant comprendre que son but n'était pas de nous tuer, pour le moment en tout, mais peut-être après ? Qui sait. Par contre, j'ignore comment prendre son compliment, déjà son regard un peu plus tôt et ça maintenant... C'est assez désagréable d'être un peu vu comme un morceau de viande qu'il pourrait avoir envie de se faire. M'enfin, si ça me permet de ne pas devoir me battre avec lui, il est clair que je dois profiter de cet avantage que j'ai sur les deux autres ninja à ce sujet. Mais en même temps... Je ne sais pas du tout comment jouer sur ça... Puis cela reste assez malsain et surtout malaisant...

Entrant à la suite de l'homme au chapeau et suivit par les deux autres, je suppose. Je m'avance dans le bureau de celui-ci, toujours sur mes gardes et absolument pas détendue, que tu contraires à cause de sa démonstration de puissance... Discuter avec lui, on y arrive que parce qu'il le veut bien et si jamais l'un de nous fait un faux pas, on risque réellement de se retrouver dans une belle galère... Il faut que chacun de nous pèsent ses mots et ses réactions. Le froisser pourrait réellement être un sacré problème pour nous et pas sur que l'un de nous ou même que tous ensemble, on puisse faire le poids contre lui... Une telle aura... Je ne pensais pas que c'était possible...

Alors que je m'installe sur l'une des chaises présente près du bureau pour répondre à sa demande et ne pas faire preuve d'impolitesse, j'ai l'impression d'être retourner en enfance, où j'obéissais, mais surtout craignais mon père et que je lui obéissais sans broncher... Je dois être pathétique là, même si je tente de garder un semblant de dignité alors qu'il me pointe du doigt en me disant que pour moi, les informations seront gratuite. Je réponds alors à son sourire, assez timidement, malaisée de le voir être si... intéressé par moi ? Je déteste cette situation ! Pourquoi diable Yamamoto n'a pas envoyer Kaya, je suis certain qu'elle, elle aurait tout gérer sans soucis avec un type comme ça ! Faut dire que contrairement à moi, la Yuki n'a pas peur de montrer ses formes...

Pourtant, il change encore assez rapidement de sujet, et agitant un peu mes mains devant moi pour tenter de faire comprendre qu'il n'a pas merder en ne nous proposant pas à boire. "Ne vous inquiétez pas, pour ma part, je n'ai pas soif. J'aimerais plutôt directement vous posez mes questions afin d'apprécier réellement votre bonté." Caresser la bête dans le sens du poil ? Oui, c'est ce que j'essaie de faire, même si je me demande là, si je ne le fais pas réellement à rebrousse poil plutôt. Situation de merde ! Angoisse à la con. Je sais pas du tout comment agir et j'ai réellement du mal à ne pas laisser paraître tout cela. Parce que je me rends bien compte que là, je suis un peu trop raide. Je déteste cette impression d'être à la merci de quelqu'un...

Prenant néanmoins une respiration, je poursuis alors. "J'aimerais en savoir plus sur la collectivité, mais surtout, savoir les informations que vous avez sur le vol du parchemin de Kaze et des trésors de l'autel." Soufflais-je alors pour tenter de faire court et concis, en espérant réellement ne pas avoir mit les pieds dans le plat et peut-être froisser celui qui pourrait, je pense être comparer au seigneur de ses terres en vue de sa puissance et de sa réputation...





_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

Dim 11 Mar 2018 - 14:21



☆ ☆ ☆     PRIX A PAYER


Le monde donne l’impression de s’écrouler de seconde en seconde tandis que ses pas cognent avec fureur le sol, tandis qu’il s’enfonce toujours un peu plus dans cette capitale criminelle. Le doute l’accable mais l’honneur et la promesse tente de l’en préserver. Chaque instant paraît des plus longs et ce n’est pas sans alerter Yoshitsune qui est épris d’un frisson puis d’un effroi incommensurable. Où ? Quand ? Pourquoi ? Il ne sait pas le dire, mais il est certain que l’homme au chapeau y est définitivement pour quelque chose.

Il ne parvient pas même à bouger, et quand bien même ce n’est pas sans lui rappeler cette quiétude qu’il embrasse et accueille avec un franc sourire ; il n’est pas appréciable pour lui d’être dans telle situation. Il se remémore tous ses heureux moments, toutes ces personnes auxquelles il tient désespérément et le vide qu’il créerait en les laissant derrière lui. Yoshitsune finit par prier puis sourire à l’homme en haut des escaliers préparer à le rejoindre. Mais soudain tout s’arrête... Enfin non. Tout semble reprendre son cours, et la pluie d’Ame recommence à couler le long des fenêtres.

Yoshitsune obéit donc à l’homme au chapeau qu’il suit à l’intérieur, dans la pièce, sans jamais broncher ni tenter de reparler de cet incident. Il tire délicatement une des chaises présentes devant lui et s'assoit. Leur hôte prend soin de soigner les apparences, leur proposant mets et boissons mais le samouraï ne lui fait clairement pas confiance ; alors il décline simplement le geste d’un hochement de tête.

Et tandis qu’il leur offre la proposition de répondre à la moindre de leur questions, Yoshitsune réfléchit longuement à la question et demande ceci.


« Pour ma part, j’aimerai savoir qui vous êtes et quels sont vos véritables intentions. »
souligne le samouraï, inquiet.

L’homme au chapeau. Un mystère complet que tous ont besoin de découvrir.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 11 Mar 2018 - 18:16

J'avais arrêté d'écouter ce qu'il se disait. Tirant une nouvelle de ma cigarette, bien trop occupé à fixer cet homme. Pendant un instant, mon cœur avait cessé de battre. Ou du moins, c'était l'impression que j'en retirais. Je me rappelais de Shîto, l'attaque du Soshikidan. Mais la sensation que j'avais éprouvé à cet instant n'avait rien à voir. Une pression sans nom m'avait envahit, alors que le fil de mes pensées s'arrêta brusquement. Ca n'avait aucun sens, c'était grotesque. Aucun être humain ne pouvait posséder une telle puissance ? Je pourrai en rire tellement c'en était ridicule. Et pourtant, au moment où la pression disparut, j'avais l'intime conviction de n'être qu'une simple fourmi à côté de cet individu bien trop gentil pour l'être réellement.

Retirant ma clope d'entre mes lèvres, je pris le temps d'observer l'intérieur de son bureau. Akimoto m'avait demandé de mener une enquête sur cet homme, mais qu'y avait-il à apprendre ? Il pourrait être le maître du monde que ça ne m'en étonnerait pas outre mesure. Même la présence de Shiori ne m'intéressait plus tant que cela, me remettant à peine de mes émotions. Sans attendre, je visais le premier siège à ma portée avant de m'y asseoir lourdement, poussant un profond soupir avant de porter une nouvelle fois ma cigarette à ma bouche. Etait-il conscient du malaise actuel ? Probablement pas. Que ce soit Shiori ou Yoshitsune, aucun de ces deux ninja ne semblait se décider à se détendre. Et j'étais bien trop réceptif à leurs émotions pour tenter ne serait-ce qu'un sourire. Je n'en avais jamais été capable seul, de toute manière.

- Je ne serai pas contre un bon verre de lait... Avec beaucoup de sucre.

Pourquoi se priver ? L'éventualité d'un verre empoisonnée ou empreint de somnifères ne m'avait même pas effleuré l'esprit. La démonstration de son chakra était déjà un témoignage suffisant de l'inutilité de telles méthodes pour une personne de son envergure. Néanmoins, je ne devais pas me laisser intimider, ou du moins, pas totalement. Ainsi, mes deux "camarades" posaient respectivement leur questions, le concernant directement. Les interrogations étaient suffisamment pertinentes en elle-même, je n'avais pas grand chose à ajouter. Laissant échapper un brin de fumée, je me grattais la tête, songeur.

- A moins que vous n'ayez le moyen le plus efficace pour obtenir la Paix, mes camarades ninja ont déjà demandé le nécessaire.

Savoir qui il était, ce qu'il était, ou même ce qu'il mangeait le soir, ça ne m'intéressait pas. Je me doutais bien que son histoire devait cacher de terribles secrets, et je n'osais imaginer la main qu'il avait déjà sur le monde. Néanmoins, je doutais fort que l'on sorte de cet endroit satisfait et indemne, alors autant en profiter pour se détendre avant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Mer 14 Mar 2018 - 20:59
« La paix ? »

Au moment même où l’homme au chapeau posa la question avec un air sincèrement étonné, d’énormes explosions se firent entendre plus loin dans Ame. Les déflagrations furent si importantes que tous les quatre purent sentir des secousses dans le bâtiment dont les fondations vibrèrent une nouvelle fois sans pour autant s’effondrer.

Un combat faisait rage plus loin et d’immenses écrans de fumées étaient visibles depuis leur position, à travers les fenêtres qui se trouvaient derrière le propriétaire du bureau. Celui-ci ne se retourna pas une seule fois. Il eut d’ailleurs un sourire, sachant pertinemment de quelle technique il s’agissait et surtout qui était l’utilisateur de ladite technique.

Ce bon petit Rei…

« Il semble que je doive rectifier mes propos avant de vous apporter des réponses. J’ai dit que je n’aimais pas la violence. C’est vrai. Mais dans le sens où je n’aime pas me salir les mains. Les autres le font déjà très bien. Et par les autres, je fais allusion à vous, les shinobis des grandes nations. Vous êtes si fascinants… »

Le sourire de l’homme au chapeau n’avait plus rien de normal. Il les regardait d’ailleurs avec une espèce de condescendance, comme s’il avait affaire à des bêtes de foire. S’il avait déjà fait preuve d’une assurance plutôt insolente, son arrogance du moment fut à peine dissimulée, voilée. De toute évidence, avait-il des raisons de la camoufler quand on y repensait ?

« A qui devrais-je répondre en premier ? Mh ! Je sais ! Les dames d’abord ! »

L’énergumène se retourna alors vers Shiori :

« La collectivité ? Jamais entendu parler ! »

Le collectif, si. Et il savait pertinemment que c’était de ce groupe dont elle voulait parler. Mais il aimait ça, jouer avec les mots, les nuances, les nerfs. C’était tellement divertissant qu’il ne s’en laissait pas. Cependant, ses autres questions allaient avoir des réponses. Qui n’allaient peut-être pas lui plaire. Mais il ne voulait pas lui mentir. Après tout, il l’aimait bien cette petite.

Et elle était jolie. Très jolie même…

« C'est moi qui aie volé les objets que tu as listés. Mais si une kirijin est au courant, je suppose que c’est parce que mes actes vous ont créé quelques problèmes avec Kaze ? Holala… »

L’énergumène secoua plusieurs fois de suite sa tête de gauche à droite en mimant une expression désolée. Sauf qu’ils devaient pertinemment savoir qu’il n’était pas du tout navré. Bien au contraire même ! Il se garda cependant de le dire ouvertement puisque ses mimiques parlaient à sa place. Et puis, n’avait-il pas déjà sous-entendu que la conjoncture actuelle l’amusait ?

« Bon. On y peut rien ! Vous n’avez qu’à faire la guerre sur deux fronts ! Contre Iwa et contre Kaze ! Mizu est le pays le plus guerrier non ? Il va falloir faire honneur à votre réputation ! Courage ! »

Un autre sourire. Encore. Toujours. Si bien qu’il pouvait en devenir énervant, irritant !

« A moins que tu ne veuilles peut-être récupérer tous ces trésors pour éviter la destruction de ton pays ? Mais est-ce que tu t’en sens capable, Watanabe Shiori ? » Qu’il lui demanda brusquement. Avec une gueule tout à fait sérieuse, placide même.

Mais bien avant qu’elle ne réponde, il se retourna vers les deux autres :

« La paix hein, mon petit Noah ? Tu penses réellement qu’un habitant de cette ville aurait quelque chose à foutre de ce concept à la noix ? Et puis, c'est plutôt intriguant comme réflexion surtout venant d’un traitre ! Parce que c’est ce que tu es, non ? A moins que tu ne sois né à Iwa ? »

Enfin, l’homme au chapeau se retourna vers Yoshitsune.

« Qui suis-je ? Après tout ce que tu viens d’entendre, qui pourrais-je être réellement d’après toi ? Et quelles seraient mes intentions ? Tes questions sont vagues. Ton esprit me semble d'ailleurs troublé. Es-tu certain que ce sont des interrogations pertinentes, samouraï ? A quoi t'avancerait mes réponses ? Et si je disais que j'étais le grand méchant de l'histoire qui tire toutes les ficelles dans l'ombre, tu dégainerais ta lame pour t'opposer à moi ? »

Il se frotta les mains et reprit la parole :

« Maintenant, j’aimerais moi aussi avoir des réponses ! Pourquoi est-ce tu ne sautes pas au cou de Noah, Shiori ? Oui oui, pourquoi vous ne vous entretuez pas ? Vos pays respectifs s’affronteront bientôt, non ? Serait-ce ma présence qui dérange ? Vous pouvez y aller ! Je n’interromprai rien, ne vous en faites pas ! »

Et il termina là-dessus, comme si de rien n’était, les yeux braqués vers Noah, tout guilleret :

« Chaud ou froid, le lait ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 14 Mar 2018 - 23:02
Malaise total
Des explosions. Tendues comme je suis, je ne peux m'empêcher de sursauter un peu sous la surprise de cela. Un combat ? Pas ici dans le bâtiment, mais pas si éloigner que cela. Une offensive d'iwa ? C'est une possibilité, parce que je sais que Kiri n'est pas là, je suis la seule représentante et pour cela je n'ai pas de raisons de me faire de soucis pour un quelconque frère d'arme. La seule personne, autre que moi, pour laquelle je dois me soucier est l'homme que j'ai accompagné ici, mais étant donné que mon clone est toujours avec lui, je me doute qu'il se porte encore bien.

Je pose alors mon regard clair sur l'homme au chapeau qui reprend la parole, se présentant un peu plus en détail cette fois-ci et encore une fois, je n'apprécie guère ses paroles, même si dans un sens, il sous entend que là pour l'instant on ne craint rien étant donné qu'il ne se salira pas les mains. Mais peut-être qu'il y a un subordonné à lui dans une pièce voisine, n'attendant qu'un ordre de sa part... Puis, peut-être que dans une situation extrême, il agirait de lui-même. et vu sa puissance, je doute clairement de nos chances.

Je ne fais cependant aucun commentaire. Il faut savoir tenir sa langue parfois et là, j'ai pas du tout envie de froisser l'homme qui nous fait face. Je me contente d'attendre tout simplement ses réponses, que ça soit à mes questions ou bien à celle de Yoshitsune. Pour Noah, c'est encore un autre cas. La paix... Il ne démord pas de cela, mais si réellement il veut la paix, pourquoi avoir déserté? Je ne le comprendrais donc jamais...

L'homme au chapeau finit par me répondre en premier et j'écoute. Fronçant un peu les sourcils à ses paroles alors qu'il laisse entendre ne pas avoir entendu parlé de la collectivité. "Vraiment ? Vous n'êtes pas au courant d'un groupe qui agit ici à Ame ? J'en serais bien surprise." Lançais-je alors, tout en tâtonnant le terrain, n'ayant pas réalisé mon lapsus. Jouer d'ironie comme ça, surtout après l'explosion que l'on a entendu, n'est-ce pas justement une provocation aussi ? Je ne sais pas trop... Mais ce jeu là est risqué...

Il poursuit alors, me laissant entendre une réponse assez désagréable à laquelle je ne réponds pas tout de suite. Le laissant poursuivre cette fois pour répondre à l'Iwajin. Je réfléchis à sa proposition, me questionnant quand bien même sur ce qu'il pourrait bien vouloir en échange de ces trésors. Sauf qu'il ne s'adresse pas à l'Iwajin mais à Noah. Chose qui me surprend plus qu'un peu. J'écoute alors d'une oreille plus ou moins attentive.

Puis viens le tour de Yoshitsune qui aux finals à droit à une réponse sous forme de diverse questions. Pratique assez étrange, mai assez courante aussi. Mais le pire, c'est quand il s'adresse à nouveau à moi pour avoir une réponse concernant mon manque d'action envers Noah, puis à tout le groupe contre l'absence d'animosité entre nous. "Chaque chose en son temps, je dirais." Répondis-je alors. "Nous avons tous un but, une mission ici et nous voulons l'accomplir. Noah payera pour sa trahison, mais ce n'est pas moi qui m'en occuperait. Et pour la guerre, êtes vous réellement désireux que l'on transforme Ame en champs de bataille pour une guerre qui, en théorie, ne vous concerne pas." En théorie, parce qu'en pratique... En vue de ce qu'il a dit, ça peut en être tout autre chose, surtout si comme la laissé entendre Noah, il est lié à Alderan.

Posant mon regard dans le sien, cherchant toujours à garder un calme d'apparat alors que ça reste un satané foutoir dans ma tête, je reprends une nouvelle fois la parole. "Que désirez-vous en échanger des trésors de Kaze ?" Le questionnais-je alors pour tenter de savoir, même si je me doute déjà que la réponse ne va guère me plaire à cause du semblant de défis qu'il a lancé.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

Ven 16 Mar 2018 - 11:23



☆ ☆ ☆     PRIX A PAYER


Le sérieux commence à emplir la pièce tandis que l'homme au chapeau semble fin prêt à répondre aux différents questionnements qui lui sont posées. D'ailleurs ces dernières questions plus que diverses. Passant par l'interrogation de Shiori, meurtrière de son ami Kanon à celle de Noah concernant la mise en place d'une paix dans le monde. Symbole purement utopique mais si poétique que Yoshitsune sourit faiblement. Au final lui non plus n'est pas si différent, et souhaite atteindre tel objectif.

Et alors que retentissent les explosions, il se remémore la nature même de l'homme : Implacable, Envieux et Vil. Tout ce qui le compose en somme, tout ce qu'il s'efforce de combattre. Sans doute est-ce là encore la marque de fabrique du village sanglant de la brume. Eux qui n'ont eux de cesse que de rependre le sang à l'image de nuage déversant la pluie. Il haït plus que tout au monde ces gens-là, ces gens-là qui sont une honte pour le monde shinobi, à l'instar des Nukenins du Shoshikidan.

C'est l'amertume qui répond aux aveux dont leur fait part l'homme au chapeau, l'amertume affligée de celui qui ne sait plus où va le monde, où il en est, sinon suspendu au-dessus de l'abîme – la douleur froide et silencieuse de l'exilé, du paria avide d'en appeler à ces gouffres sous ses pieds – et qu'on l'y engloutisse pour qu'il n'ait plus à penser, plus à ressentir, plus à éprouver. Cependant, il faut croire qu'il en faudrait davantage pour briser celui qui mène les spectres des Montagnes, pour lui arracher à même les yeux des larmes de renoncement comme autant de roches dont recouvrir sa tombe ; là n'étant plus l'intention de Yoshitsune, qui accueille avec un imperceptible soulagement cette réaction de la part de son vis-à-vis, lequel maîtrise remarquablement bien le timbre de sa voix pourtant moqueuse.

L’honnêteté avec soi et avec les autres est une des clés du bonheur offert à l’homme, lui permettant de rectifier consciemment ce qui est à rectifier. Elle permet de vivre et de faire la lumière sur ces ténèbres qui tentent le coeur. Ne pas mentir, ou ne pas se mentir… Tel est la question. Le vrai regard est ainsi posé et ouvre à la libération de bien de conditionnements et comportements négatifs en soi. Être honnête, c’est prendre la responsabilité de ses propres fonctionnements pour les modifier et notamment sortir de l’état de victime dans lequel on s’est mis.

Les hommes se bornent-ils à toujours passer par le mensonge pour conquérir les coeurs ? Le personnel de ce journal délirant se borne-t-il à retracer une frise chronologique grossièrement découpée en ères généralistes ou bien s'efforce-t-il d'adapter ses enseignements à la nature de ses apprenants ? Un ramassis de mensonges pour des gens passé maître dans la matière. Le samouraï possède son idée sur la question, bien qu'elle ne requiert guère son attention – il a passé l'âge de gober les informations fadasses que l'y jette en pâture des individus en qui il n'a aucune confiance.

Et alors que leur hote lui répond, Yoshitsune rétorque.


« Sans doute vos réponses pourrait-elle me convaincre à rejoindre vos rangs. Sans doute en tant que simple homme, aurais-je envie de tirer quelques ficelles.De par leur comportement libertin les "Nukenin", pense de manière simple. Nous vivons dans un monde irrationnel... Nous devrions aller de l'avant petit à petit à l'inverse de nous affronter les uns les autres en suivant nos propres volontés, nos propres idéaux. » Il soupira de plus belle reprenant. « De toute façon avec un homme comme vous dans le camp adverse, l'apparition de conflits dans ce monde ne finira jamais tant que nous shinobi subsisteront. Je l'ai compris également dès l'instant où je vous ai vu. »

Mais alors même que Yoshitsune répond à son hôte, il ne manque pas de prévenir Shiori.


« Sachez de même qu'en temps voulu, vous payerez pour vos crimes Shiori-san. » dit-il touchant sa fidèle lame.
Situation austère, Électricité dans l'air.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 17 Mar 2018 - 16:46

- C'est amusant de constater l'importance que vous semblez accorder aux villages cachés.

Observant les filets de fumée qui s'échappait hors de ma bouche, mon regard neutre s'était déporté un instant vers une fenêtre du bureau. Des combats avaient été engagés, et visiblement, d'une forte intensité. Et pendant ce temps-là, nous ne faisions que discuter, alors que chacun de nous pourrait sauter à la gorge de l'autre, et satisfaire la perversité de cet homme au chapeau. Je poussais un profond soupir en n'accordant qu'une attention distraite à ce qu'il se disait. Tous ici semblaient être d'accord sur le fait que j'étais un traître, et je ne saurai les contredire. Néanmoins, je ne m'étais jamais battu pour Kiri, à aucun moment de ma vie.

- Tiède, je veux que le sucre fonde mais je ne souhaite pas non plus me brûler la langue.

Un concept à la noix ? C'était vraiment ici que cet homme qui semblait tout avoir voyait la Paix ? Avais-je réellement dans un monde si idyllique que je me prenais à croire dur comme fer à des concepts aussi dérisoires ? Les habitants de Murashigure étaient satisfaits de cette situation ? Bizarrement, j'en doutais pour la plupart. Mais je n'étais pas totalement naïf, juste un peu. Evidemment que la plupart des hommes subsistaient grâce aux guerres, et au-delà de me procurer la moindre sensation de dégoût, ça m'interrogeait énormément. Ce type se demandait pourquoi on ne s'entre-tuait pas, se pensait-il si invisible que cela ? Face à un troisième facteur dans un duel, les deux premiers faisaient généralement en sorte de s'unir face à cet ennemi commun.

Arrivant au bout de ma cigarette, je la retirais finalement d'entre mes lèvres, à la recherche d'une cigarette. Je me voyais mal l'écraser sur le sol de son bureau, et étrangement, je n'avais pas spécialement envie d'aller ouvrir une des fenêtres à l'arrière, sachant que tout le bâtiment venait de trembler il y a quelques instants.

- Le grand méchant de l'histoire... Ce serait plus facile à comprendre si c'était le cas.

Ma cigarette en main, je pris malgré tout l'initiative d'avancer vers l'homme au chapeau, en direction des fenêtres derrière lui. Avec toute la fumée qui s'en dégageait, j'étais bien curieux d'observer la situation de plus près. Je me souvenais encore de Shîto, et du chaos provoqué par le Sôshikidan. Et si nous en étions peut-être pas si loin, j'eus un haussement de sourcils à la vue des vagues de flammes qui ravageaient désormais la ville. Je n'avais aucune idée de ce qui pouvait se passer, et à vrai dire, je n'étais même pas certain de me sentir en sécurité, à quelques pas seulement du probable instigateur de toute cette machination.

- Mes "camarades" m'ont l'air plus concerné par les conflits inter-villages que moi. Mais dans ce cas présent, je suppose que si un combat devait avoir lieu... Ce serait contre vous, quel que soit votre véritable nom.

Finalement, je levais le bout de ma cigarette vers l'homme au chapeau, mon autre main dans ma poche.

- Vous n'auriez pas un cendrier ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Lun 19 Mar 2018 - 15:25
Ayant placé ses mains sous son bureau, l’homme au chapeau se mit à composer imperceptiblement des mudras, tout en prenant la parole avec son sempiternel sourire :

« Je vois. Puisqu’il semble que j’ai répondu à vos interrogations et que nous sommes vraisemblablement ennemis, je n’ai plus qu’à vous dire aurevoir. Je te servirai volontiers du lait dans une autre vie, mon petit Noah. »

Soudain, le sol sous les pieds des iwajins s’effondra pour laisser place à des lianes qui jaillirent de nulle part et qui semblaient aussi épaisses que des troncs d’arbres. Ces dernières virent s’enrouler très rapidement autour de leurs pieds et de leurs jambes avant de les entrainer violemment vers les étages inférieurs. L’homme au chapeau savait que le Nagamasa et le Yuki n’auraient aucun problème à se défaire de cette technique qui les attirait et les enfonçait plus bas, mais il ne s’en préoccupa pas plus que cela.

La seule personne qui avait été volontairement épargnée était Shiori. L’homme au chapeau semblait clairement avoir un petit faible pour la jeune blonde. Du reste et tout en maintenant un mudra de sorte à ce que les lianes soient toujours actives, il se leva et se dirigea tranquillement vers une armoire à sa droite, sans véritablement se soucier des états d’âmes de la kirijin qui devait plus que jamais être sur ses gardes. Ce fait était de toute façon normal pour lui. Qui ne le serait pas après ce qu’il venait de faire ?

« Tu m’as posé une très bonne question Shiori et je suis rassuré de constater que tu n’es pas stupide. Il y a toujours un prix à payer. Toujours. Et ces fidèles chiens d’Iwa le paient déjà… »

A l’aide de sa main de libre, l’homme au chapeau ouvrit l’armoire et fit sortir un objet et pas n’importe lequel : Un arc en métal. Le trésor même de Kaze qu’il avait dérobé quelques temps auparavant. Il finit par briser le signe incantatoire qu’il formait pour tourner et retourner l’objet entre ses mains. Le métal qui formait l’arme faisait penser à celui d’un très célèbre clan de Kumo, mais là n’était pas le plus important. L’arc était en apparence banal, mais il n’en était rien. Son pouvoir était était plus que considérable…

« Je peux te le remettre. Mais à une seule condition. Débarrasse-toi de l’iwajin ou du kirijin qui vous a trahi. Comme je l’ai déjà dit, je n’aime pas me salir les mains et le fait de vous voir vous entredéchirer m’amuse beaucoup. Vraiment. En plus, c'est une occasion en or pour toi. Faire d'une pierre deux coups… »

Le sourire qu’il afficha sans aucune gêne fut tellement pervers qu’il déforma grotesquement ses traits.

« Tu pourrais croire que je me paie ta tête, mais il se trouve que je t’apprécie réellement Shiori. D’où la chance que tu as là. Si j’avais été en face d’un autre kirijin, nul doute qu’il aurait subi le même sort que les deux autres. Enfin… Ce n’est pas comme s’ils allaient mourir pour un simple tour de passe-passe. »

Mais alors que l’homme au chapeau fit silencieusement usage de sa détection pour savoir où se trouvaient les deux autres qui ne tarderaient certainement pas à répliquer depuis leurs positions -L’égo des shinobis était ce qu’il était-, il sentit plutôt d’autres personnes. Un chakra semblable à celui de Shiori, mais un autre. Un autre plus faible, quasi-inexistant, mais qui semblait lui rappeler quelqu’un. Et soudain, le proprio des lieux se figea. Sa tronche afficha une mine surprise, ahurie, presque défaite même.

Jusqu’à ce qu’il roule les yeux vers la kirijin avec un ton à la fois acerbe, mais craintif.

Surtout craintif en fait.

« Il me semble que tu as un clone tout en bas… Mais le type qui t’accompagne… C’est qui ? »

C'était tout bonnement impossible. Impossible qu'il puisse s'agir de « lui » !

Et pour la première fois depuis leur arrivée, le doute s'empara de l'esprit du fameux homme au chapeau.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 20 Mar 2018 - 16:57
Le prix
Quand Yoshitsune m'adresse quelque mot, je tourne la tête vers lui et acquiesce tout simplement. S'il est désireux de me faire payer la mort de l'une ou l'autre personne durant l'attaque d'Iwa, grand bien l'en fasse, je l'accepterais, mais en aucun cas, je ne me laisserais faire. Écoutant ensuite les paroles de Noah, toujours aussi étrange, je reste alors surprise en reposant mon regard sur notre hôte...

Il part comme ça ? Non, quand même pas ? Je le regarde, incrédule alors qu'il fait chuter Noah et Yoshitsune dans les étages inférieurs avec une technique de lianes. Je reste interdite un moment avant devant la scène avant de relever le regard sur lui. Incrédule. Pourquoi est-ce que je suis encore là moi ? Comment dire que j'ai un mauvais pressentiment...

Je le suis alors du regard, refusant de le perdre de vue hormis pour cligner des yeux, choses qui durent en règle général moins d'une seconde. Il me surprend alors par ses mots. "Comment ça, ils le paient déjà ?" Il leur fait quoi maintenant ? Sont-ils tombé dans un piège quelque étage plus bas ? Face à des hommes de mains de l'homme au chapeau ? Et surtout, à quel moment irais-je les rejoindre ? Quand se lassera-t-il de ce petit jeu avec moi ?

Observant ses mouvements alors qu'il ouvre une armoire et en sort l'arc, je fixe l'objet qui est, en vue de ses dires, la raison de ma présence ici. Je l'écoute alors qu'il me dit ce qu'il attend de moi pour me le rendre et je prends une longue respiration. Ce qu'il me demande, c'est limite d'aller au suicide, car si j'attaque Noah, j'aurais sûrement l'Iwajin contre moi et l'inverse sera également le cas. J'ignore si j'arriverais à avoir le dessus contre les deux. Si contre le Yuki, je pense avoir mes chances, contre le samourai, je l'ignore totalement. Que suis-je supposée faire ? Obéir pour le divertir et réaliser plus que ma mission ou bien refuser et revenir ensuite, avec plus de kirijins pour une mission de récupération ?

Il reprend alors la parole, me tirant de mes réflexions et je ne peux m'empêcher de laisser entendre un petit rire. "Vous m'appréciez, mais me demandé d'aller me suicide face à deux adversaires ? Car voyez vous, je doute qu'ils ne se défendent pas l'un l'autre." Je me lève alors de la chaise que j'occupe depuis le début de cette pseudo conversation. "Dans tout les cas, je refuse votre proposition. ma mission n'est pas de récupérer l'objet, juste d'avoir les informations et vous me les avez donné. Je vous en remercie." J'incline alors poliment la tête en guise de remerciement, sans en dire plus sur le projet qui allait probablement avoir lieu quand je rentrerais à Kiri. Un retour ici, qui me ferait me retrouver à nouveau face à lui.

Mais alors que je pensais me retirer pour clore cette discussion, il prend à nouveau la parole et là, peut-être que j'ai une chance au final de ne pas juste repartir avec les informations ? Non. Je ne dois pas être trop gourmande... Pourtant, je peux tenter de retourner son jeu contre lui et puis, il ne faut pas oublier dans quel milieu j'ai grandis. "En effet, j'ai un clone en bas, mais... Je pourrais vous offrir les informations gratuitement, mais vous avez entre vos mains un objet dont je pourrais avoir besoin. Je vous décline son identité, si vous me donner l'arc." Un chantage ? Non. Il l'a dit lui-même, tout ce paie et là, je risque de payer mon imprudence très cher si jamais il n'apprécie pas ma démarche... Surtout quand on voit son allure maintenant ou plutôt ce qu'il laisse entendre dans sa voix. De la crainte ? Ce n'est pas forcément une bonne chose non plus ça. Un animal devient encore plus dangereux sous la peur...



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

Jeu 22 Mar 2018 - 18:38
@Nagamasa Yoshitsune est hors délai, il est définitivement exclu de l'événement.

Au tour de @Yuki Noah de poster.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 24 Mar 2018 - 2:29

Cet homme n'aura donc même pas prit le temps de rester poli jusqu'au bout ? Bien qu'un peu déçu de ne pas avoir pu goûter au lait d'un habitant de la Pluie, je devais admettre qu'il s'agissait désormais d'un soucis bien anecdotique. Avant que nous ne puissions amorcer la moindre action, Yoshitsune et moi-même furent agrippés par des lianes, avant d'être projeter vers les étages inférieurs. Les bras en croix, j'encaissais du mieux que je le pouvais les débris des sols que je percutais. Il me fallait agir en vitesse, ou bien le prochain sol que je rencontrerais finirait par avoir raison de mon corps tout entier. Commençant à effectuer de rapides mudras, mon visage restait passablement ennuyé malgré la douleur qui me prenait, tandis que mon chakra Hyôton s'échappait de mes mains, et que je venais amener une de celles-ci vers les lianes à mes pieds, les touchant du bout du doigt.

Et alors, les lianes ralentirent, se mettant à geler. Dans le même temps, je levais mon autre main vers les lianes qui agrippaient Yoshitsune, y projetant ma technique également. Alors que les lianes finissaient par se stopper, je me libérais d'un geste en les faisant craquer, tombant lourdement au sol, roulant sur plusieurs mètres. Malgré tout, je finissais par me relever, poussant un profond soupir en observant l'état de mes habits. Tapotant les poches de ma veste, je constatais néanmoins que mon paquet de clopes allait bien.

- Il semblerait que nous n'obtiendrons rien de plus de la part de cet homme...

Dans ce cas, sans doute que la fuite restait une option de choix. Il n'y avait pas à se leurrer, cet homme était bien plus puissant que n'importe lequel d'entre nous, et je doutais fort de pouvoir ne serait-ce qu'arriver à sa cheville. Et puis après tant de mois passés en cellule, nul doute que je m'étais un peu rouillé. Oui, dans ce genre de cas, il nous suffisait de partir. Personne ne nous en voudrait, on avait fait de notre mieux. Et ainsi, je pourrai gagner ma liberté et commencer une vie dont je pouvais rêver, seul. Ce serait idéal, et c'était à portée de main. Tout en m'imaginant devant ma maison dans un pays quelconque, me laissant aller au rythme du vent sur ma chaise à bascule, je commençais alors à effectuer des mudras.

- Katon... Daimonji.

Levant alors la tête, des flammes jaillirent d'entre mes lèvres, formant une boule de feu qui se mit alors à remonter les étages, vers ma cible. Au fur et à mesure du chemin parcouru, la boule de feu grossissait, avant de finalement s'écraser sous le sol du bureau de notre assaillant, formant un imposant kanji 大 qui avait dut ravager la totalité de son bureau, si rien n'était fait. D'un autre côté, j'avais aussi pris le risque de toucher Shiori, mais je préférais avoir confiance en ses capacités de survie. Je ne pouvais pas la laisser aux prises avec un tel individu, mon instinct m'avait hurlé d'agir. Désormais, j'espérais avoir offert une assez grande fenêtre pour que la Sabreuse puisse s'enfuir tant qu'il en était encore temps. De mon côté, je tournais les talons aux côtés du Nagamasa, en direction de la sortie du bâtiment...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Lun 26 Mar 2018 - 21:43
Entre Watanabe Shiori qui comptait sur sa proximité avec l’Homme au Chapeau pour obtenir ce qu’elle voulait, y compris l’Arc vraisemblablement volé à Kaze no Kuni ; et Yuki Noah qui ne comptait pas en rester là et s’apprêter à faire valoir son droit de combattre ; toutes les raisons étaient présentes pour que le bâtiment de l’homme le plus puissant au monde devienne le théâtre d’une bataille.

Mais étrangement, l’Homme au Chapeau semblait bien plus concerné par autre chose. Les mots de la Kirijine semblaient avoir eu un certain écho chez son interlocuteur, qui pour la première fois, avait affiché une certaine incertitude. Avait-il peur ? Inimaginable pour celui que tant avaient présenté comme le shinobi le plus craint de tout le Grand Continent et ses îles. Mais pourtant, quelque-chose semblait clocher.

Soudain, une explosion retentit. Mais elle ne venait pas de l’attaque de Yuki Noah, mais d’en dessous. Le bâtiment devint fébrile, et s’écroula soudainement. L’onde de choc avait été telle qu’en plus du bâtiment qui s’effondrait, c’était tout dans un rayon d’un petit pâté de maisons qui avait été réduit à néant.

Retombant, blessés ou non, les différents shinobis et autres personnes présentes dans le bâtiment furent plongés dans une épaisse poussière, qui tarda à perdre en opacité. Seule Watanabe Shiori pouvait se consoler de cette mésaventure puisque dans sa chute, c’était l’Arc qui était tombé près d’elle et qui était désormais possiblement en sa possession.

Mais pourquoi un tel mouvement de la part de l’Homme au Chapeau ? Avait-il senti l’offensive de Yuki Noah arriver sur lui ? S’était-il véritablement énervé au point de faire exploser tout son bâtiment ? Avait-il été aveuglé par un quelconque sentiment, oubliant l’importance de l’Arc qu’il possédait ? Etait-ce parce qu’il craignait, véritablement, quelque-chose ?

L’Homme au Chapeau était retombé comme les autres. Et lorsque la fumée se dissipa, les différents shinobis et autres résidents du bâtiment et de ses alentours purent voir que l’homme le plus craint du monde avait perdu son couvre-chef dans l’explosion, en plus de l’Arc. Un chapeau qu’une main ramassa rapidement...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 26 Mar 2018 - 22:01
« Quel beau chapeau tu as là, Kôsuke. »

La main qui avait ramassé le chapeau de l’homme dirigeant la bâtisse effondrée était ridée. Et pour cause, c’était un vieil homme qui s’était courbé pour pouvoir s’emparer de l’objet. En se redressant, il le regarda et esquissa un sourire.

Immédiatement - on crût voir un mince filet, comme un portail -, le chapeau de paille devint un chapeau plus classique, en cuir noir.

Etrangement, le vieux Goto chercha Watanabe Shiori du regard. Et c’est à elle qu’il s’adressa ensuite, lâchant l’Homme au Chapeau de sa grande et précise attention.

« Je suis désolé pour ceci, et pour vous avoir plus ou moins… dupée. Considérez l’Arc comme un présent, une façon pour nous d’être quittes. »

Pour tous ceux qui étaient encore en mesure de se lever et de bouger, ils purent constater quelque-chose de géométriquement effroyable. Le vieil homme, à l’air pourtant si paisible et presque inoffensif, se tenait exactement au centre de l’ancienne bâtisse.

Et dès lors, le pire à envisager était devenu la vérité. Ce n’était pas l’Homme au Chapeau qui avait fait exploser le bâtiment. C’était le vieil homme.

Ce même vieillard qui avait reporté son attention vers le plus jeune. Kôsuke, ainsi l’avait-il appeler, faisant découvrir à tous ceux présents la possible véritable identité de celui qui n’avait fait que de se présenter comme l’Homme au Chapeau.

« Je suis pressé. Alderan est mort à Iwa, mais l’aurait de toute façon été parce qu’il m’a trahi. Et toi… »

Une énorme énergie se dégagea soudainement du vieil homme. Il était véritablement question d’énergie, parce que cette déflagration de puissance pouvait faire hésiter sur sa nature. Etait-ce vraiment du chakra ? Autour d’eux, les civils s’évanouirent face à tant d’oppression. Les autres grimacèrent.

« … tu n’as rien trouvé de mieux que de te faire passer pour moi ? »

Il porta le chapeau à sa tête. L’Homme au Chapeau…

« Alors dis-moi : quelle punition penses-tu mériter ? »

… c’était lui.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 26 Mar 2018 - 22:56
En territoire ennemi
Seule face à cet homme, je tente de lui tenir tête pour obtenir ce que je désire afin de faire un peu plus que ma mission, même si en réalité, je redoute des conséquences. Néanmoins, je me lance quand même et le provoque d'une certaine façon, retournant son marchandage contre lui, recouvrant par la même occasion un semblant de confiance en la conversation. Bien que je redoute réellement les intentions de l'homme, surtout au vue de son attitude maintenant. Il semble bien différent et cela en est perturb. "Qu'est-ce que?" Questionnais-je alors que mon clone plus bas venait d'etre détruit alors même qu'une explosion retentissait dans tout le bâtiment. Ignorant ainsi que Noah avait attenté une attaque contre l'homme à mes côtés et moi-même étant sur le passage.

L'explosion, énorme et ravageant tout sur son passage depuis le bas vers le haut, mais du centre vers l'extérieur également, les premiers projectiles m’atteignirent avec violence. Marquant ma peau de poussière et de sang. En vue de l'ampleur, de l'intensité et de la proximité, je n'ai pas eu le temps de réfléchir plus que cela et tenter de fuir n'était pas la solution. C'est pour cela que j'avais saisi mon sabre pour user d'une de mes techniques les plus puissantes. Ensuite, sans laisser plus de temps aux débris de l'immeuble et à l'immeuble tout cours de m'infliger de nouveau dégât, mon corps prit une toute autre consistance.

Maintenant sous la forme d'une silhouette de chakra pur ayant des attribut de poisson, les objets me traversent tout simplement alors que je retombe sur le sol, avec une certaine douceur. L'onde de choc ne m'atteignant plus. Néanmoins, les douleurs des blessures restent présente malgré cette forme et je grimace alors que le bâtiment continue de s'effondrer. Accroupie, j'attends maintenant que la destruction se termine, gardant tout simplement ma technique active pour me protéger.

Après de longues secondes, peut-être même des minutes ? Le temps semble se figer un instant. Mais la poussière retombe attestant réellement de l'évolution du temps et regardant les débris autour de moi, je constate à porté de main, l'arc volé à Kaze. Le saisissant rapidement pour le ramener jusqu'à moi, je me redresse alors un peu, alors que je reconnais la voix du vieil homme que j'ai accompagné et écoute les paroles de celui-ci sans dire un mot. Incrédule à cause de la scène qui se déroule devant moi et pire encore... Quand il fait une démonstration de force, j'ai le souffle coupé une nouvelle fois, mais cette fois-ci, c'est bien pire que lorsque le dénommé Kôsuke à fait sa démonstration. Je désactive alors ma technique, en espérant que ce sentiment d'oppression sera diminuer en n'étant plus sous ma forme intangible. Sauf que ce n'est guère le cas...





_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

Mer 28 Mar 2018 - 14:23

Mes yeux se rouvraient lentement, alors que je pouvais désormais observer le ciel au-dessus de moi. Couvert de poussières, je sentais également un curieux liquide couler le long de mes membres. Rougeâtre, je ne mis pas bien longtemps à comprendre qu'il s'agissait de mon sang. Mon attaque avait réellement fait autant de dégâts ? Non, ce n'était pas possible. J'avais viser le haut du bâtiment, mais la détonation provenait du bas. Un facteur inconnu s'était immiscé dans mon calcul, et je n'allais pas tarder à me trouver.

Pris d'une violente toux, je mis un certain temps à reprendre mes esprit, passant une main dans ma chevelure sale, avant de finalement me relever, parmi les décombres. Murashigure était déjà bien sinistre, mais avec une telle vision, j'avais vraiment l'impression de me lever en plein champ de bataille. Et pourtant, mon regard restait terne, tandis qu'un profond soupir s'échappait d'entre mes lèvres. Je ne voyais plus Yoshitsune nulle part. Avait-il eu le temps de s'enfuir ? Je l'espérais tout du moins. Si je souhaitais obtenir ma liberté, revenir vivant à ses côtés était sans doute une des prérogatives.

Et une chevelure blonde apparut alors sous mes yeux. Shiori se tenait debout, à quelques mètres de ma position. Me débarrassant d'un morceau de bâtiment m'obstruant la jambe, je pris le temps de rassembler mes forces avant de parvenir à me relever, tentant de comprendre ce qu'il venait de se passer. Le visage en sang, je balayais le paysage du regard. Tout semblait étrangement calme. Après m'être quelque peu avancé, je pus alors apercevoir l'homme au chapeau... Qui venait de le perdre. Il n'avait plus l'air aussi confiant que d'habitude. Mais alors que je relevais les yeux, une nouvelle tête fit alors son apparition.

Un vieil homme, dont le visage ne me disait rien, et qui venait de s'emparer du fameux chapeau, qui se métamorphosa alors sous mes yeux ennuyés, mais intrigués. Et sans un mot, je me contentais de devenir spectateur. Posant une main sur ma poitrine, je la tapotais, à la recherche de quelque chose. Finalement, je retirais mon paquet de clopes gracieusement offert de ma poche. Elle était abîmé et tâchée de sang, mais les cigarettes devraient être encore intact à l'intérieur. Bien heureusement, je sentais que j'en aurai bien besoin pour ce qui allait suivre..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

2/01. Prix à payer

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Événements terminés :: Events :: Event n°3 : L'Éveil :: Partie n°2, Ame : Crimes et Révélations
Sauter vers: