Derniers sujets
» Entrainement à l'épée n°1 - Shiori
Aujourd'hui à 23:25 par Watanabe Shiori

» Le blondinet s'ennui !
Aujourd'hui à 23:21 par Aami Shôran

» Encore ... ? [Pv Shuu]
Aujourd'hui à 23:20 par Metaru Reiko

» Deux épreuves pour le prix d'une (ft. Y. Kagero & N. Sayo)
Aujourd'hui à 23:14 par Aburame Shizen

» [Equipe #4] Première rencontre matinale
Aujourd'hui à 23:06 par Kanashīdesu Inja

» Impact [Sayo N.]
Aujourd'hui à 22:35 par Nara Sayo

» La chieuse en tenue d'infirmière... [Ft.Sayo]
Aujourd'hui à 22:30 par Nara Sayo

» C'cadeau Senseï | Shojito
Aujourd'hui à 22:18 par Nara Sayo

» Pile ou face ? | Frero
Aujourd'hui à 22:03 par Nara Sayo

Partagez | 

Fast and curious ! Ft Yuki Shinichi


Mar 20 Juin 2017 - 15:22
Le soleil faisait sa première apparition sur le village brumeux de Kiri. D’humeur matinale, la jeune kunoichi traînait dans les ruelles de Kiri. En réalité, elle n’avait pas réussi à fermer l’oeil de la nuit car une excellent nouvelle l’attendait aujourd’hui. Dans sa petite chambre, un courrier officiel s’était vu glisser par dessous le pas de la porte. Le réel commencement de sa formation en tant que ninja chevronnée était lancée.

“Suite à votre inscription en tant que civile et shinobi de Kiri, nous avons pris la décision de vous affecter à une équipe afin de poursuivre votre formation et que nous puissions suivre votre progression dans les meilleures conditions. Sous les ordres d’un sensei, nous espérons que vous ferez la fierté du pays de l’Eau.”

Les mots étaient très formels mais ils suffisaient à ravir Arukisa. Quoi de mieux pour elle que de créer des vrais liens avec les habitants de sa nouvelle patrie ? La Rose Rouge était atrocement sociable et elle ne pouvait se passer de voir du monde et de discuter alors faire partie d’une équipe c’était parfait.
Le rendez-vous avait lieu dans l’après-midi, mais en attendant elle avait décidé de se balader au marché. Un lieu plein de vie qu’elle avait déjà eu l’occasion de visiter plusieurs fois. L’ambiance conviviale et les couleurs qu’il apportait au village contrastaient avec l’atmosphère parfois morne de ce néo village à la réputation martiale. De par sa proximité à la mer, on trouvait toutes sortes de produits venant de partout, même du continent. Des fruits juteux, des légumes étranges, du poisson fraîchement pêché et surtout des fleurs ravissantes, car Aru’ adorait les fleurs ! Chaque matin elle s’achetait une rose qu’elle déposait sur le bord de sa fenêtre, c’était en quelque sorte pour ne pas oublier sa famille, une vieille habitude que sa mère avait. Par conséquent, la belle Gozan chinait autour de son fleuriste préféré. L’éventail de couleurs qu’il proposait était sensationnel. Telle une abeille venant butiner le pollen, Arukisa prit quelques instants pour sentir le parfum enivrant que les roses dégageaient. A chaque inspiration, des dizaines de souvenirs se bousculaient dans son esprit. Les constructions de cabanes dans les bois avec ses soeurs, les repas préparés avec amour par sa mère, les histoires héroïques racontées par son défunt grand-père, le visage radieux de son père rentrant de son travail après une journée épuisante, tout remontait à la surface. Elle ferma les yeux pour apprécier le moment… Soudain, elle sentit un choc contre son épaule et elle lâcha la rose au sol.

- Au voleur ! Rattrapez-les ! Entendit-elle quelques mètres plus loin avant de voir les auteurs de la bousculade.

Le vendeur de fruits faisait des grands mouvements en espérant que quelqu’un vienne à son secours. Il n’en fallait pas moins pour que la Rose Rouge entre en action ! C’était typiquement le genre de situation qu’elle adorait. Une aventure inattendue ! Elle était d’une curiosité sans égale et se faisait une joie de dénouer cette affaire. En plus ces malfaiteurs l’avaient sortie de ses beaux souvenirs. Elle ramassa rapidement la rose qu’elle avait fait tomber, la reposa sur l’étalage et partit à leur poursuite. Arme repliée dans le dos, elle se faufilait à travers la foule qui poussait des grognements à cause du dérangement. Il faut dire que ces voleurs ne faisaient pas dans la dentelle, ils repoussaient tout le monde sur leur passage. De ce qu’elle put apercevoir, ils étaient au nombre de deux et semblaient plus âgés qu’elle. Heureusement, la kunoichi était agile et fluette, ce qui lui permettait de les pourchasser sans être trop gêné par la population. Ses pas de courses effrénés lui firent se rapprocher rapidement et alors qu’elle était à deux doigts d’attraper le col de l’un d’eux elle percuta un passant. Sonnée, elle tomba au sol sans même comprendre ce qui venait de se passer. Elle passa sa main sur sa tête, à coup sûr elle allait se retrouver avec une belle bosse. Arukisa aperçut succinctement des débris à terre, quelque chose venait de se casser. Elle regarda plus haut et aperçut un jeune homme. Des cheveux blonds, des yeux bleus, celui-ci semblait être un kirijin pure souche. Cependant, la jeune ninja reprit ses esprits en voyant au loin ses cibles grimper sur un toit. Promptement, elle se releva.

- Désolé mais je dois les rattraper ! Lui lança-t-elle en reprenant sa course.

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 http://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures

Mer 21 Juin 2017 - 3:24

Aux dernières nouvelles, l’administration provisoire souhaite même me refourguer une équipe ; une vraie. Avec des collègues de mon niveau et un sensei – plus fort que moi selon toute logique. Misère. Dans quelle galère me suis-je fourré ? L’espace d’un instant, je songe à me dérober, à invoquer une excuse en carton type : « Non mais les mecs, j’ai grave mal au genou en ce moment et ne suis pas opérationnel » mais me ravise rapidement. D’une car je doute que cela suffise à me libérer de mes obligations de shinobis et de deux car je ne veux pas finir embrocher par mes parents ou ma sœur.

D’après la lettre et selon toute logique, je devrais bientôt avoir vent de l’identité de mes collègues et de mon sensei. En attendant, je profite de mes derniers instants de liberté et m’en vais me promener. Après quelques minutes de marche, le constat est clair et sans appel :

▬ Trop de monde ici.
Il y a beaucoup trop de villageois dans ces ruelles. Certes je me trouve dans une avenue commerçante mais tout de même. Sur le papier nous étions censés intégrer un village jeune, peu peuplé et où tout restait à faire. Je crois qu’il y a comme qui dirait eu tromperie sur la marchandise. Le village de la brume est rempli de shinobis expérimentés et de mecs énervés aux penchants douteux. Moi qui pensais me la couler douce, je me suis vraisemblablement fait entuber et pas qu’un peu ! Entre ces histoires d’équipe et ces ninjas borgnes, estropiés et couverts de cicatrices, j’ai bien l’impression de ne pas avoir atterris au bon endroit.

Je continue ma petite promenade et fais quelques emplettes. J’achète du matériel – senbons et shurikens entre autre – et un vase qui m’a tapé dans l’œil. L’objet est simple par ses formes mais les petites dorures m’ont plu et c’est pour cette raison que j’ai fait l’acquisition de ce que le vendeur m’a présenté comme étant « une œuvre d’art en devenir ». Qui dit avare ne dit pas forcément « malin » et c’est pour cette raison que je ressors de là un vase bon marché entre les bras.
▬ Badim badoum.

Pas peu fier de mon « excellent » investissement, je fredonne un petit air et me fraie un chemin à travers la foule, le sourire aux lèvres. Je suis tellement content que j’en oublierai presque cette histoire d’équipe et de sensei ! Presque.

Un homme cri au vol et sa voix me fait me retourner. Oh. On lui a piqué deux trois trucs sans grandes valeurs. Il est pas question que je me bouge le popotin pour ça. C’est vrai après tout je suis en civil et je fais moi-même mes courses. Je ne vais pas m’occuper des problèmes d’autrui. Que la police du village fasse son travail non de dieu ! Totalement désintéressé par cette affaire, je fais à nouveau volte-face et pousse un bâillement presque mécanique. Je mets ma main droite devant ma bouche et tiens mon sac de la gauche quand une personne me bouscule, me fait tomber et … Ah misère ! LE SAINT VASE ! Je l’ai cassé ! Enfin … Elle l’a cassé ! Oui, tout est sa faute. Non contente d’avoir commis un délit d’une gravité exceptionnelle, la rouquine s’en va. Ô crime affreux, tu ne resteras point impuni.
▬ Halte toi ! Reviens ! C’est un ordre ! Arrête. Je vous ordonne de vous arrêter.
Évidemment on ne m’écoute pas et une curieuse scène se déroule désormais sous les yeux étonnés des passants. Un voleur est pourchassé par une enfant à la chevelure pourpre qui est elle même poursuivie par un membre du clan Yuki.
Tiens d’ailleurs j’y pense un peu tard mais il est vrai que je maîtrise la glace … Je plaque mes mains l’une contre l’autre et du verglas apparaît bientôt au sol, entravant ainsi le chemin de la briseuse de vase. Croyez moi, cette fille va payer !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 21 Juin 2017 - 10:47

Tout juste eut-elle le temps de parcourir quelques mètres qu’Aru’ entendit le jeune homme hurler à son encontre. Bon, après tout il avait de quoi être un peu agacé. Mais tout de même, s’il avait un peu de jugeote et d’empathie il aurait compris que la jeune fille faisait cela pour le bien de tous. Peu importe, la kunoichi fit mine de ne rien entendre et continua sa poursuite. Mais quelle ne fut pas surprise lorsque sur son chemin elle vit une plaque de verglas se former !

- Mais qu’est-ce qu… aaaah ! Lança-t-elle.

Bon d’accord on était à Kiri et il y avait de la brume et tout, mais quand même du verglas ?? Pas de doute, elle n’était pas apparue naturellement. D’un bref coup d’oeil en arrière elle aperçut le blondinet qu’elle venait de renverser avec les mains dans une position étrange. A tous les coups cela vient de lui ! Cependant, il était trop tard pour stopper son élan. Et elle ne put éviter de poser sa petite botte dessus. Il faut dire que la glace c’était pas trop son domaine. Vainement, elle tenta de contracter ses muscles pour trouver un semblant d’équilibre. Ses bras faisaient le mouliné comme si elle tentait de s’envoler et d’échapper à sa condition. La scène était cocasse et l’auteur de ce mauvais sort devait bien se marrer.

- Saleté ! Laissa-t-elle échapper.

La Rose Rouge ne voulait pas utiliser son arme pour ne pas trop effrayer les voleurs, après ils avaient peut-être une bonne raison de voler ? Peu volent par envie en réalité, souvent le font par nécessité par contre. Mais là, afin de se stabiliser et de continuer sa course, elle décrocha Mikazuki de son dos. Instantanément, elle se déplia dans un bruit mécanique caractéristique et prit sa forme de faux. La kirijin la planta au sol derrière elle et utilisa le peu d’accroche qu’elle avait pour sauter sur place. Dans le même temps elle appuya sur sa gâchette et envoya une forte détonation. L’onde de choc la propulsa en avant et la porta en dehors de la zone gelée. Profitant du mouvement, elle envoya une seconde charge pour se hisser sur le toit. Furax, son visage était passé au rouge vif. Arukisa prit le temps de fustiger l’auteur de ce barrage.

- Idiot ! Si tu veux que je m’arrête, tu n’as qu’à les stopper avec moi ! Hurla-t-elle en alertant tous les passants qui venaient d’assister à cette petite mascarade.

La kunoichi n’avait aucune gêne. Elle souffla de dépit et se tourna en direction des malfaiteurs. Ceux-ci avaient pris un peu d’avance. Et la brume persistante en ces lieux étaient un atout majeur pour tous les malfrats. En effet, elle pouvait très vite les perdre de vue. Cependant, maintenant que le Croissant de Lune était entre ses mains, elle n’allait pas s’en passer. Telle une acrobate, elle prit son élan et les traqua à travers les toits. Utilisant avec ingéniosité ses détonations pour exécuter de plus grand saut, elle réussit à rattraper un peu son retard. Arukisa ne regardait plus derrière elle et se demandait si ce manieur de glace l’avait suivi….

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 http://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures

Ven 23 Juin 2017 - 1:49
La briseuse de rêves – et accessoirement de vases – s’arrête. Ah ! Je l’ai eu ! Ma technique a eu l’effet escompté. Je suis parvenu à gêner l’inconnue ! Un sourire naïf se dessine sur mon visage et c’est assez surpris que je m’approche de la rouquine. J’ai beau être nul dans tout ce qui touche de près ou de loin aux arts ninja, il se trouve que je suis plutôt doué dès lors que de l’argent est en jeu. Cette fille que je suppose être – à raison – un genin de la brume sort son arme et se défait de la zone gelée en se propulsant vers l’avant. Au préalable, elle prend le soin de m’insulter et de me donner des ordres. Du moins son « tu n’as qu’a les stopper avec moi » sonnait comme un ordre à mes oreilles.
▬ Euh. OK.

Bouche-bée, je ne peux m’empêcher de me dire que : « Wah elle est cheloue cette fille ! » Son arme et la forme de cette dernière m’intrigue. Ce n’est pas une épée commune. Je crois que savoir que de nombreux sabreurs vivent à Kiri. Chaque membre de ce clan sans filiation génétique possède une arme ayant des propriétés bien singulières. J’imagine que je suis en face d’un des membre de cette grande famille. Ayant compris cela, je me mets en tête de l’aider. Ou du moins de ne pas lui mettre trop de bâtons dans les roues. Pour cause j’ai un peu peur des éventuelles représailles de cette adolescente ! À tous les coups elle va me taper avec son gros truc flippant si je la gêne à nouveau.

Les soi disant voleurs qu’elle a mentionné plus tôt ont pris de l’avance sur ma présumée collègue genin. Cette dernière utilise donc son arme à pouvoir afin de se propulser de bâtiments en bâtiments. Je suis de près tout ce beau monde mais ai la plus grande difficulté à arriver à hauteur de la rouquine. Pour de simples voleurs, ces hommes sont rapides. Malgré les efforts de ma comparse et pour d’obscures raisons, il s’avère que nous perdions plus ou moins leurs traces. Bien que nous soyons tout deux haut perchés la visibilité est moyenne. La brume cache les voyous et les rues sont bondées de monde. Il est difficile de déterminer quelle voie suivre cependant je crois sentir une forme d’agitation plus à l’ouest. La kunoichi de la brume est devant moi et doit – selon toute logique – être un peau paumée. C’est pourquoi tel un guide des temps anciens et grand shinobi du monde moderne, j’affirme d’une voix claire :
▬ A gauche !

… Bon, j’avoue, je ne suis du tout sûr de mon coup ! Il est possible que mes instructions desservent la kunoichi mais chut. Ne disons rien. Avec un peu de chance, nous allons retrouver leurs traces bientôt. Bien qu’elle soit à quelques mètres de moi, il semblerait que l’inconnue ait entendu mes mots et suis mes conseils.

Quelques secondes passent et … Yay. De là où je suis, je crois apercevoir les voleurs. J’imagine que la sabreuse – de par sa position – est plus à même de juger si oui ou non ces personnes au comportement étrange sont bien les gens qu’elle recherche. De la même façon, le genin de la brume est mieux placé que moi pour intervenir en conséquence.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 11 Juil 2017 - 15:03
Le blondinet s’était décidé à la suivre. Cependant, les voleurs avançaient vite. Ils devaient probablement être habitués à ce genre d'échappatoire. Bien qu’Arukisa soit une shinobi, elle n’en restait pas moins une genin inexpérimentée, et certains locaux se débrouillent bien mieux qu’elle dans plusieurs domaines. Ils savent profiter du terrain, de l’architecture naissante de Kiri et surtout de la brume persistante. Si bien que le duo de malfrats commencèrent à les distancer et à s’enfoncer dans le miasme ambiant. La kunoichi les perdit de vue. Où aller ? Elle était déterminée à les rattraper et ce n’est pas un peu de brouillard qui allait l’arrêter. En plus, elle disposait maintenant d’un allié, enfin un accompagnateur car elle ne savait pas trop ce qu’il voulait. Aru’ ne savait pas vraiment pourquoi il l’avait suivi mais autant qu’il serve à quelque chose vu qu’il était là. Et ce fut le cas.
D’après le manieur de glace, leurs cibles partaient vers la gauche. Sans réfléchir, Arukisa l’écouta. Peut-être son instinct féminin, ou pas, mais elle décida de suivre sa directive. C’était plutôt habituel chez elle, la kirijin faisait confiance aux gens, parfois trop peut-être.

- Allons-y !

Son cœur battant la chamade sous l’effet de l’adrénaline, elle reprit sa course effrénée. Pas le temps de reprendre son souffle. Des gouttes d’humidité formées par la brume à cette hauteur commençaient à se former sur son visage. Et la vitesse de sa course créaient une légère brise qui faisaient virevolter sa chevelure aux reflets rougeâtres. L’indication du jeune garçon était juste ! Deux silhouettes se formèrent au fur et à mesure qu’Arukisa intensifiait sa course. Comment avait-il su ? Elle n’en avait aucune idée, mais peu importe, il ne s’était pas trompé.

- Je les vois, il faut les rattraper ! Dit-elle en augmentant son effort.

La course poursuite n’allait pas tarder à toucher à sa fin. Ils étaient désormais à une distance leur permettant de bien les voir. En tout cas, la Rose Rouge décida de sortir les grands moyens pour les arrêter. Elle replia Mikazuki en son état d’arme à feu et mis son œil sur son viseur. A cette distance, elle n’allait pas les blesser gravement, et ce n’était évidemment pas l’objectif. Deux tirs, deux cibles atteintes. Les projectiles partirent provoquant une détonation semblable à un pétard et firent mouche sur les chevilles des voleurs. Le but étant simplement de le faire trébucher pour les rattraper. Ceux-ci perdirent l’équilibre, laissant tomber les fruits qu’ils avaient dérobés et glissèrent du toit jusqu’à tomber au sol sur une pile de bois dans un grand fracas.

- Booooom ! Je les ai eu ! Viens on va les sermonner maintenant, ça te dit ? Se réjouit-elle en levant son pouce devant le blondinet qui la suivait toujours. Elle avait déjà effacé de sa mémoire la petite scène sur l’allée du marché. Mais lui ne devait probablement pas avoir oublié...

D’un petit saut elle descendit du hauts des bâtiments pour rejoindre les deux compères visiblement sonnés par leur chute. Arme toujours en main elle marcha vers eux en tentant de faire son visage le plus sérieux possible, ce qui ne donnait pas forcément quelque chose de très crédible tant celui-ci était enfantin et angélique. Néanmoins, indubitablement conquis par la détermination de la petite kunoichi, ceux-ci semblaient apeurés en la voyant approcher. Mais il fallait leur apprendre qu’à Kiri on ne volait désormais plus ! Même si l’autorité n’était pas encore bien en place et par conséquent les lois, le temps était venu de sécuriser le village. Et ce genre de comportement n’avait plus sa place ici. Même si c’était un petit crime, qui vole un œuf vole un bœuf comme on dit.

- Vous allez ramener ces fr… Arukisa vit la compote produite par les fruits tombés du toit. Bon, vous allez rembourser le marchand.

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 http://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures

Ven 21 Juil 2017 - 14:58

Yuki Noah, Chûnin et membre du clan Yuki. Après votre mission rondement mené ayant permis de faire la découverte d'un repaire de bandits au nord de Mizu no Kuni, l'administration du village, avec l'approbation du récemment nommé Shodaime Mizukage, vous a assigné à une équipe shinobi. Il est de votre devoir de faire valoir les valeurs de notre patrie au sein de votre équipe, et nous espérons que les résultats de cette dernière seront satisfaisants. Vous retrouverez vos élèves dans l'après-midi au parc du village. Le document ci-joint vous renseigne d'ailleurs sur les capacités de vos élèves, veuillez en prendre connaissance rapidement.

- Je vous prie d'agréer, les services d'administrations Kirijin du gouvernement du Shodaime Mizukage, O'Dui S. Benten.


C'était cette lettre qui m'attendais au pied de ma porte ce matin. A moitié réveillé, je l'avais lu une première fois sans réellement le comprendre, puis j'étais allé me passer de l'eau sur le visage avant e la relire. Finalement, le village avait décidé de m'accorder plus de responsabilités ? Poussant un profond soupir, j'étais en train de m'habiller en repensant aux évènements récents. Je n'avais pas spécialement briller lors de notre traque, à vrai dire je m'étais contenté de courir. Nous n'avions même pas été capable de rattraper le Petit Recruteur. Et voilà qu'on voulait m'assigner des Genin ! O'Dui S. Benten.. Un nom qui avait déjà eu le temps de résonner dans mes oreilles. Mes parents m'en avait déjà parlé, apparemment, cette femme aurait déjà aider le clan Yuki par le passé, et voilà qu'elle devenait notre Shodaime Mizukage aujourd'hui.

A vrai dire, j'en étais plutôt satisfait. Un monde en paix se devait d'être diriger, c'était ce que je pensais. Avec un peu de chances, cette Benten saurait apporter un semblant de paix à Kiri. Mais ce n'était pas la seule nouvelle du jour. Après avoir terminé mon petit déjeuner, je sortais ensuite dehors aller m'acheter un paquet de cigarettes, en direction du marché du village. Notre clan s'était également trouvé un chef, finalement. Un certain Yuki Eiichiro. Je ne le connaissais que de nom, mais je n'avais jamais eu l'occasion de le rencontrer en personne. Mais quelque chose me disait que ça n'allait pas tarder. Dans tous les cas, aujourd'hui j'avais d'autres priorités, et même si ça me fatiguait plus qu'autre chose, il me fallait m'acquitter de ma tâche. C'était donc d'un regard ennuyé et d'un nouveau soupir que je me dirigeais en direction du marché, prêt à surmonter les nouvelles épreuves que la vie me réserverait aujourd'hui !

D'ailleurs, elles ne tardèrent pas à se montrer. Après avoir acheté mon petit paquet auprès de mon marchand préféré, un jeune homme tout sourire qui admirait les shinobis, il s'appelait Toshiro je crois, je me promenais désormais le long des commerces tout en expirant la fumée de ma première latte. Le village semblait aller pour le mieux. La criminalité avait baissé, cela se voyait, même si elle n'avait pas totalement disparu. D'ailleurs, je ne tarda pas à en être témoin. Après avoir entendu un cri au loin, je fus percuter par un jeune voleur, suivit par son acolyte, qui fuyaient après avoir commis leur méfait. Alors que je m'apprêtais à les intercepter, je fus surpris de voir qu'une jeune fille s'était déjà lancé à leur poursuite. Je ne l'avais jamais vu auparavant, mais elle avait tout l'air d'être une kunoichi du village. Intrigué, je tirais une nouvelle latte de la cigarette, en décidant d'observer ses agissements depuis les toits.

Sur son chemin, elle fit d'ailleurs la "rencontre" d'un visage familier. Un fin sourire apparut sur mes lèvres. Il s'agissait du jeune Yuki Shinichi, avec lequel j'avais poursuivit le criminel il y a de cela quelques jours. Visiblement, il semblait contrarié contre la jeune fille qui avait brisé un objet lui appartenant, et tenta même de la stopper en usant de son Hyôton. La situation se corsait, mais la réaction de la kunoichi me surprit. Dégainant son arme, une faux rougeâtre, qui visiblement n'était pas ordinaire vu qu'elle en usa telle une arme à feu pour s'extirper de la technique de Shinichi. Haussant les sourcils face à cette action, j'eus la pensée que ce village était doté de bien intrigantes personnes. La poursuite continua et rapidement, le jeune Yuki fit alliance avec la manieuse de faux et ensemble, purent stopper les voleurs assez rapidement.

Les mains dans les poches, je descendais alors de mon perchoir, arrivant derrière Shinichi et la jeune kunoichi, observant nos deux malfrats du jour.

- J'imagine que vous n'avez pas de quoi payer les fruits volés ? Dans ce cas-là, c'est un certain nombre d'heures de travaux d'intérêts généraux qui vous attendent.

Les jeunes voleurs levèrent rapidement leur yeux vers moi, comme étonné de me voir apparaître de nulle part, puis se contentèrent de baisser les yeux, visiblement résignés. La vie n'était pas toute rose à Kiri, il y avait aussi des personnes qui souhaitaient survivre avec le peu de moyens qu'ils possédaient. C'était une situation que je n'avais jamais connu en vertu de mon appartenance à ce clan si noble qu'était celui des Yuki, mais je pouvais les comprendre quelque part. Me tournant ensuite vers les deux héros du jour, je leur adressais un fin sourire, tout en me grattant l'arrière de la tête.

- Vous avez fait du bon travail, félicitations. Suivez-moi, allons d'abord ramener ces jeunes garçons en lieu sûr.

Sans ajouter un mot, je commençais alors à marcher d'un pas nonchalant en direction du premier poste de gardes des environs, avant d'y déposer les voleurs, les laissant aux mains des autorités. J'avais d'ailleurs fais la demande de les envoyer bosser chez le marchand volé, il pourront sans doute apprendre quelques rouages du métier qui leur permettront de gagner leur croûte, enfin espérons. Une fois ces soucis réglés, je reportais mon attention sur les Genin, avant d'éteindre ma cigarette, les fixant calmement, mais légèrement fatigué.

- Yuki Shinichi... Et, j'imagine que tu dois être Gozan Arikusa. J'ai eu vent de vos capacités dans la lettre que l'on m'a envoyé ce matin, et j'ai pu vous observer durant votre poursuite. Je me présente, je suis Yuki Noah, Chûnin de Kiri et à partir de maintenant, votre sensei. Des questions ?

Pouvait-on parler d'un gros et heureux hasard ? Sans doute, probablement, un signe du destin peut-être. Ce qui était sûr, c'était que ces shinobi étaient désormais sous ma responsabilité, et j'allais de nouveau devoir faire mes preuves en faisant d'eux des Chûnin dignes de ce nom. Et, faire un nouveau pas vers mon idéal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Sam 22 Juil 2017 - 4:29
Bim bam boom, en quelques mouvements et instants la rouquine parvient à arrêter les deux malfrats. Ces derniers font tomber les fruits qu’ils avaient volés. L’adolescente suggère que nous les sermonnions. J’esquisse un sourire et rétorque :
▬ Je confirme, il y a du monde à sermonner par ici. Beaucoup de monde.
S’il est vrai que ces criminels devront rembourser les fruits qu’ils ont volé et fait tomber, il est faux de croire qu’ils sont les seuls à avoir une dette envers quelqu’un. La sabreuse me doit un vase ! Je m’apprête à le lui faire remarquer quand quelqu’un apparaît derrière moi ; Il s’agit de Noah, le chûnin avec lequel j’avais exploré une île infestée de criminels autrement plus dangereux que ces deux voleurs de pacotille. Le membre du clan Yuki nous ordonne de le suivre, ce que nous faisons. J’ai pensé l’espace d’un instant qu’il allait nous réprimander pour cette course poursuite ridicule mais je ne crois pas que Noah nous aurait félicité au préalable si cela avait été le cas. Je suis le manipulateur de glace sans un bruit. Nous arrivons près d’un poste de garde et écoutons le chûnin parler après que ce dernier eut livrer les deux individus que nous avons arrêtés.

J’écoute les dires du chûnin et ressasse les mots du haut gradé. Arikusa. Équipe. Avec elle ? Noah. Sensei ? Ah bah non ! Je refuse.
▬ J’en ai. Qui va payer mon vase ? Et à qui doit-on s’adresser pour une éventuelle réclamation quant-à l’attribution des coéquipiers ? Non parce que bon … Je veux pas faire le difficile mais … Voilà quoi.
Je réfléchis un instant et pèse le pour et le contre. Être avec elle comporte beaucoup d’aspects négatifs mais au moins on ne m’a pas refourgué ce Gin ou un quelconque autre membre de la vaste communauté de ceux que je surnomme amicalement « les borgnes inutiles ».
En outre je l’ai vu à l’oeuvre et il se trouve qu’elle n’est pas si mauvaise que ça au combat. Il est même plus exact de dire qu’elle est meilleure que moi – ce qui n’est pas difficile. De plus, il s’agit d’une fille … Bon, certes une fille plutôt moche mais si je fais équipe avec elle, elle pourra dire du bien de moi à ses autres amies du sexe faible. Hum. À ma grande surprise, faire équipe avec la rouquine comporte des points positifs.
Je me tourne vers la sabreuse et lui demande :

▬ Dis, tu ne comptes pas perdre d’oeil dans les six prochains mois n'est-ce pas ? Non parce que j’ai un petit problème avec les gens borgne, je les trouve dégoûtants et laids. Si tu n’entreprends pas de perdre un de tes organe visuel avant un bon moment, je veux bien signer finalement. Par contre il te faut me rembourser sous les plus brefs délais. Ne démarrons pas notre relation sur de mauvaises bases. Et une dette est une mauvaise base je tiens à le dire. Ah, je parle beaucoup des fois. Je tiens aussi à le préciser. J’espère que ça ne dérange pas ? Si ça dérange et bien … Tu apprendras à faire avec.
Au moins ça c'est fait !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 22 Juil 2017 - 14:34
Sortie de nulle part, une voix vint s’immiscer dans la scène. Arukisa resserra ses mains sur son arme et se tourna vers l’individu qui s’approchait d’eux. C’était un shinobi à en noter par le saut parfaitement maîtrisé qu’il venait d’effectuer pour les rejoindre. De taille moyenne, la chevelure sombre et légèrement en bataille, il dégageait un certain charisme teinté de flegme plutôt étrange. Cigarette à la bouche, il intervint auprès des voleurs. La kunoichi sentit que la situation était désormais entre les mains de l’homme mystérieux. D’autant plus qu’il semblait les sermonner plutôt de façon juste, il faisait parti des gentils. Quand Aru’ reçut le sourire qu’il venait lui lancer, elle lui rendit également. Elle ne sut pas pourquoi, mais elle sentait qu’elle pouvait lui faire confiance. D’ailleurs, la confiance de la Rose Rouge se gagnait un peu trop facilement, et cela lui avait déjà joué des tours. En réalité, elle était si pure et si innocente sur beaucoup d’aspects qu’elle ne voyait pas toujours le mal qui pouvait se cacher. Mais là, une sensation de sincérité se lisait dans son sourire et convainc la jeune kirijin.
Quelques instants après, elle et le manieur de glace le suivirent pour accompagner les malfrats à un poste de surveillance où ils seront sanctionnés pour leur mauvaise action. Au fond d’elle, elle espérait que la sentence ne serait pas trop dur. Pour dire vrai, elle les aurait juste un peu sermonné si ça n’avait tenu qu’à elle, même si faire la justice soi-même était interdit. Encore plus depuis la récente élection de la Mizukage Benten. Mais elle avait peur que les autorités locales soient un peu sévère à cause de l’ambiance générale qui régnait en ce moment. Et, quand elle apprit que le ninja à l’allure désinvolte avait conseillé que leur punition soit de travailler pour le marchand, elle fut grandement rassurée. Sa décision était juste.

Une fois dehors, elle fut prise à partie avec son compère “héros du jour”. Quelle coïncidence ! D’après ses mots, le duo qui allait composer sa nouvelle équipe en fait… c’était eux ! Son sensei se nommait Yuki Noah et donc son coéquipier… Yuki Shinichi. Deux membres du même clan dans la même équipe ? C’était étrange. Arukisa ne connaissait que très peu de choses sur eux, hormis le fait que leur rôle avait été majeur dans la création de Kiri et la chasse contre les bandits. Elle en conclut d’ailleurs aussi que Noah devait manier la glace également.
Soudain, le blondinet se mit à parler. Encore et encore. Aru’ était tellement heureuse de commencer son aventure en équipe qu’elle fut à peine touchée par les mots pourtant durs de son nouveau coéquipier. C’était sa force, elle était si motivée et enthousiaste que les petites difficultés du quotidien comme la rencontre avec une personne aussi désagréable que Shinichi ne l’atteignait pas trop. Elle passait vite à autre chose. Mais là, il fallait trouver un terrain d’entente car ce n’était pas une simple rencontre. A partir d’aujourd’hui, ils allaient passer beaucoup de temps ensemble. Elle regarda son homologue, retint sa folle envie de chanter son bonheur causée par la nouvelle et pointa son doigts vers lui.

- Bon, autant être direct, on va probablement passer une bonne partie des mois à venir ensemble alors on va essayer de s’entendre non ? Elle sortit quelques pièces de sa poche et les posa dans sa main. Tiens, c’est pour ton vase. Et si tu pouvais essayer de t’acheter un peu d’optimisme ce serait pas mal non plus, je ne compte pas perdre d’organes merci. Elle tentait toujours de garder son sérieux. Et tant mieux si tu aimes parler, moi aussi. Je ferais de mon mieux pour que ça se passe bien entre nous, mais si tu veux la guerre, tu l’auras ! Elle s’approcha de lui, on aurait presque vu des éclairs sortir de ses yeux, elle le fixait froidement. Mais après notre super arrestation, on fait plutôt un bon duo non ? Son visage changea littéralement, un grand sourire suivit d’un long ricanement accompagnèrent ses mots.

La Rose Rouge se tourna vers son sensei et se mit à sautiller vers lui avant de lui tourner autour en chantant. La scène était plus cocasse, tant elle était passé d’un extrême à l’autre. Cela faisait parti de son caractère, elle était imprévisible et ne cachait absolument aucun de ses sentiments.

- Lala lala la ! J’ai une équipe, j’ai une équipe ! Non pas de questions Noah sensei. Elle s’arrêta net. Ah si ! Quand est-ce qu’on commence ?

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 http://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures

Sam 22 Juil 2017 - 16:49

Eh bien, on pouvait dire que j'étais tombé sur un sacré duo. Alors que Shinichi et Arikusa semblaient se disputer au sujet d'une histoire de vase cassé, je poussa un profond soupir en restant silencieux, les observant les mains dans les poches. Shinichi avait déjà fait preuve d'un manque de cordialité et de tenue lors de notre mission, ce n'était pas comme si je n'avais pas entendu ses menaces à l'encontre de Nizumo Gin si celui-ci fuyait. Pourtant, j'avais préféré ne pas intervenir cette fois-là, par flemme, autres priorités et surtout parce que ce blondinet n'avait pas du faire grand effet au borgne.

Il ne tarda d'ailleurs pas à exprimer son dégoût envers ses derniers. L'intégrer à une équipe Shinobi semblait être une priorité pour lui, il devait apprendre à bosser en équipe. Cependant, il fallait aussi noter ses capacités plus qu'intéressantes. Non content de posséder le Hyôton, le Yuki avait également certaines techniques de sensorialité absolument essentielles à une équipe shinobi. A cela, rajoutons son instinct assez développé qui lui avait permit de débusquer les voleurs sans même s'appuyer sur une réflexion approfondie.

De l'autre côté, nous avions la jeune Arikusa, manieuse d'une faux capable de se changer en arme à feu, et doté d'une grande agilité. Si sa spontanéité permettait de requinquer son entourage par l'aura énergique qu'elle dégageait, le problème était que son innocence naïve n'était probablement pas un caractère efficace pour un shinobi. On pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert, mais elle était aussi très manipulable. Elle n'hésita d'ailleurs pas à donner un peu d'argent à Shinichi en guise de remboursement. En tant que membre du clan Yuki, Shinichi avait probablement bien plus de moyens que la jeune faucheuse pour se payer cet objet. D'ailleurs, cette histoire m'intriguait. Alors que la kunoichi commençait à sautiller autour de moi en chantonnant, je l'arrêtais calmement en déposant ma main sur sa tête, posant mon regard sur le blondinet.

- Tu as l'air de beaucoup tenir à ce vase Shinichi. Malheureusement, j'ai bien que tu ne te sois fait berner. Tu ne trouveras pas grand chose de valeur au marché.

Il ne fallait pas oublier que nous nous trouvions au marché public de Kiri, les arnaques et les charlatans se trouvaient à chaque coin de rue. Et même si ce blondinet semblait moins influençable que la jeune fille, son jeune âge et donc son manque d'expérience m'incitait à penser que le vase auquel il tenait tant n'était pas si important que ça.

- Et en ce qui concerne les attributions d'équipes, c'est avec notre Shodaime qu'il faut voir ça... Même si je pense que s'entretenir avec elle n'est pas réellement chose aisée.

Il fallait dire que moi-même, en tant que Chûnin, je n'avais encore jamais eu l'occasion ne serait-ce que de la voir, je ne m'appuyais que sur les dires de mes collègues, et visiblement, notre Mizukage était quelqu'un... D'atypique. Relâchant alors mon appui de la tête de la faucheuse, je portais mon attention sur elle pour lui répondre.

- On a déjà commencé. J'ai pu vous observer assez longuement pour me faire une idée de ce dont vous étiez capables. Dès demain, je veux vous voir au Grand Dojo à la première heure pour un petit exercice... Mais, en attendant, laissez moi vous inviter à manger un morceau.

Tournant de nouveau les talons, je commençais à me diriger vers un petit stand de ramen que je connaissais bien, le "Chez Kusa". Maintenant qu'ils étaient sous ma responsabilité, je me devais de prendre soin d'eux, autant que je les mettrai à l'épreuve. Après tout, je devais aussi apprendre, j'étais autant un élève qu'eux finalement. Apprendre à enseigner, à travailler en équipe... Je poussais un nouveau soupir tout en continuant de marcher. C'était pas facile d'être un Shinobi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Sam 22 Juil 2017 - 18:05
Acheter de l’optimisme ? C’est possible ça ? Si oui, je veux bien savoir où en trouver. De la même façon, j’aimerais bien me procurer du courage, du talent et de la gentillesse. Il paraît que c’est utile. Je ne dis mot devant la rouquine de peur de me faire frapper. Lorsqu’enfin je peux en placer une, je déglutis et réponds lentement :
▬ Un bon duo ? M’ouais. J’imagine.
J’ai un gros cerveau et elle une grosse épée. Certes elle n’est pas très futfut mais ce n’est pas plus mal. Les gens mentalement diminués sont plus facile à manipuler ! Si elle m’obéit au doigt et à l’oeil, nous pouvons peut-être faire de grandes choses. La rouquine se met à courir autour du Yuki de quelques années notre aîné et entame un chant pour le moins … Enfantin. Mon dieu … Il y en a qui n’ont pas la lumière à tous les étages. Dieu merci, elle a en sa possession une grosse épée et cette dernière lui permet de compenser son manque flagrant de neurones.

Dans la foulée, notre nouveau sensei prend la parole et me dit ce que je sais déjà ; à savoir que les trois quarts des marchandises vendues ici ont autant de valeur que le torchon de Mamie Sonoko. Je ne suis cependant pas d’accord avec son expertise et le fait savoir :
▬ Berner ? Moi ? Pff.
Encore quelqu’un qui n’y connaît rien en art, assurément. Certes je ne suis pas beaucoup plus compétent que lui en la matière mais je sais d’expérience que ce qui brille coûte cher ! Cette règle est assurément aussi vraie que un et un font trois ! Quoiqu’il en soit, je laisse couler. Il est inutile de se fâcher pour si peu. D’autant que je ne pourrais pas changer d’équipe avant un bon moment. Pour cause, ces dernières ont vraisemblablement été déterminé par le Shodaime Mizukage en personne. Je me vois mal contester les ordres de cette vieille folle. Je tiens un peu trop à ma peau pour cela. Je me tais donc, pousse un long soupir et écoute le Yuki. Ce dernier prend à nouveau la parole. Il nous explique nous avoir observé pendant longtemps tel le plus infâme des détraqués sexuel – ce qui n’est pas pour me rassurer – et souhaite nous voir demain au grand Dojo.

▬ Demain ? Urgh.
Je songe à lâcher une excuse dès maintenant mais me ravise. Arukisa ne risque pas d’apprécier et je n’ai pas envie de mettre en colère plus qu’il n’en faut cette fille – la faute à sa grosse épée sans nul doute.
▬ Ah oui, j’aime bien manger. Allons-y.
Tous les trois, nous faisons route jusqu’à un stand de ramen et je prends bien évidement le plat le plus cher. Pas parce qu’il est bon, non. Juste par principe. Ce n’est pas moi qui paie alors autant en profiter. On nous sert bientôt et un plat trois fois trop gros pour moi finit par arriver. Je crois apercevoir du bœuf, des œufs, du poisson et plein d’autres trucs bizarres baignent dans une soupe parsemée de spaghettis trop épais pour mon pauvre estomac. Après une bouchée, je me rends finalement compte que ce plat est infâme. Je me tourne alors vers Arukisa et lui propose :
▬ Dis, tu ne veux pas échanger ? Mon truc est un peu trop … Trop … Enfin il est trop quoi.

Trop gros, trop salé, trop de viande, trop de poisson, trop dégueulasse surtout. Et dire que cette chose coûte chère. Ce plat est assurément un attrape-nigaud pour les touristes. Enfin en supposant qu'il y ait des touristes à Kiri. Je n'y crois pas trop personnellement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fast and curious ! Ft Yuki Shinichi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: