Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

1/04. Le Traître du Vent


Dim 4 Mar 2018 - 1:31

Le Traître du Vent


Aami Shôran avait fait partie de l’escorte de Kâtenshêdo, amenant ainsi la criminelle de Kumogakure no Satô à Kaze no Kuni. Mais à Taiyô, son exécution venait d’échouer, sous l’éclosion d’une rébellion dont il était difficile d’évaluer l’impact. Il avait rapidement été écarté des autres Kumojins.

Borukan Muramasa et Yamanaka Izuki faisaient partie de l’unité d’Iwagakure no Satô, envoyée ici pour en apprendre plus sur l’Homme au Chapeau. Mais comment auraient-ils pu avoir le temps de mener l’enquête, lorsqu’à peine la cérémonie des sacrifices commencée, la rébellion était lancée ? Eux aussi, s’ils réussirent à rester à deux, furent séparés des autres Iwajins.

Mais face à ces trois shinobis, à quelques pâtés de maisons de l’estrade dans laquelle il avait retourné sa lame vers l’Impératrice Shima, le Bourreau semblait bien décider à aller vers un endroit bien précis : le Temple du Dieu du Désert. Mais l’homme qui était sans doute le traitre le plus important de Kaze no Kuni et l’homme le plus recherché par le Premier Cercle n’avait pas que des amis en face de lui.

En réalité, la collaboration de Kumo et Kaze sur le cas Kâtenshêdo pourrait pousser Shôran à s’opposer à ce mystérieux ninja masqué. Quant aux Iwajins, difficile de les imaginer arrêter le Kumojin, mais iraient-ils jusqu’à prendre partie et stopper la course du Traitre du Vent ?


Voici les règles et indications à suivre :
  • Lorsque c'est à votre tour de poster, vous disposez de 36h pour répondre.

  • Une seule fois durant tout l'événement vous pourrez demander un seul et unique délai de 12h.

  • En cas de non-respect des délais, vous serez exclu de l'événement.

  • Respectez les règles présentes dans notre Système de combat.

Règle(s) spéciale(s) pour ce groupe :
  • Ce groupe est situé entre l'estrade des sacrifiés et le chemin qui mène au Temple du Dieu du Désert (groupe 1/02).

Merci de respecter l'ordre de post suivant :
Aami Shôran
Borukan Muramasa
Yamanaka Izuki
Mystérieux ninja

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com

Lun 5 Mar 2018 - 1:05
Shôran n'avait pas été la personne ayant arrêté Katenshendô, mais il avait été celui qui avait réussi à la faire parler en compagnie de Reiko et Shikarai. Quelques paroles avaient suffi pour que la Kazejin ne révèle tout ce qu'elle savait. Bien sûr, le chuunin pouvait être fier de lui et il le fut lorsqu'il fut nommé dans la délégation kumojine pour la ramener à son pays qui l'avait vu naître. Elle allait être sacrifié, évidemment le jeune homme n'était pas forcément d'accord avec ce genre de pratique mais qui était-il vraiment pour décider ? Shôran ne pouvait pas changer les coutumes d'un pays tout entier, alors il regarda avec un certain dédain la scène.

Bien sûr, il n'aurait jamais imaginé la suite des choses. Il ne s'était donc pas attendu à ce que le bourreau plante sa lame dans le ventre de la Grande Impératrice et qu'une rébellion se crée. Shôran fut rapidement séparé de ses camarades de son village au vu de l'agitation et des combats qui faisaient rage, il se retrouvait entre l'esplanade et le grand temple en compagnie de deux Iwajins. Alors oui, le Nécromant se demandait ce qu'ils faisaient ici, mais il ne se posa rapidement pas de questions lorsque le fameux bourreau était présent, face à eux.

Deux inconnues se présentaient à Shôran : quelle était la force de cet inconnu ? et, les deux Iwajins combattraient-ils à ses côtés ? Toutefois, il ne pouvait pas laisser l'assassin s'en aller. Se positionnant face à lui, devant les deux Iwajins, Shôran stoppa la route de l'inconnu.

« Vous n'irez pas plus loin. »

Ordonna-t-il, mais sachant très bien qu'il ne se laisserait pas faire, le Kumojin fit déferler son énergie lui montrant qu'il était bel et bien sérieux, et surtout dangereux.

Résumé du tour:
 

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Mar 6 Mar 2018 - 12:08


RP ➤ Le Traitre du Vent
PV ➤ Aami Shôran | Yamanaka Izuki





♫♪ music box ♪♫



Le placide Printemps prenait ancre sur chaque contrée parsemant le monde. Une loi universelle, n’épargnant aucune vallée. Kaze no Kuni, ou plus précisément Taiyô, se faisait hôte d’une bien étrange et sombre cérémonie, où quelques sacrifices étaient de coutume, afin d’incarner délicieuse offrande pour celui étant adoré et vénéré par la religion du Premier Cercle. Un certain Dieu du Désert, certainement chimérique, mais suscitant fanatisme éhonté. Un événement à ne pas rater, très certainement à voir au moins une fois dans sa vie. Occasion propice pour festoyer et se divertir, ainsi que bien sûr, négocier quelques arrangements entre invités de marque. Plusieurs milliers de convives, sous un soleil de plomb, venaient faire le déplacement, afin de participer au rendez-vous annuel, admirer le massacre, mais aussi profiter de cette occasion unique pour faire montre de leur sens du négoce. Une nation présentant des richesses insondables, selon les rumeurs, où le pouvoir était détenu en réalité par une bande de fanatiques, n’ayant aucun scrupule à ôter la vie, afin de rassasier l'intarissable soif de leur miséricordieuse idole.

Muramasa n’avait aucune raison d’être là, pourtant il fit le déplacement. Profitant de l’occasion pour découvrir cette bien étrange festivité. La mort d’Alderan, ainsi que ses dernières paroles avaient conduit Iwagakure no Sato à enquêter sur les mystérieux agissements d’un certain Homme au Chapeau. Quel bien espiègle surnom que celui-ci, semblant même rocambolesque. En général, les personnalités dangereuses et influentes portaient des sobriquet bien plus clinquant, pour ne pas dire à tendance mégalomane. Parmi les lieux listés par feu le seigneur du feu (la nuance est subtile), cet endroit figurait parmi les potentielles sources d’informations pouvant mener à la découverte de moult secrets concernant le personnage porteur de coiffe. C’est donc en profitant de cette occasion, que l’oiseau de mauvais augure se rendit sur les lieux. Bien loin d’être dans un état d’esprit particulièrement sociable, surtout après les événements qu’il connut dernièrement, c’est dans un profond mutisme qu’il fit le voyage en compagnie des Iwajins mandatés sur les lieux. Une délégation ayant été mandatée par le Miséricordieux Nidaime en personne. Après les nombreuses facéties que la lame maudite avait traversé, quiconque aurait déjà déraillé, finissant dans un asile psychiatrique dans le meilleur des cas, ou pire encore dans le plus mauvais d'entre eux. Sombre était son âme, et les trahissons qui vinrent le poignarder, ne firent que l’assombrir davantage. Au moins, cette petite virée bucolique, bien que pas de tout repos, s’avérerait sans doute rafraîchissante, voire salvatrice. Ce silence était le sien, personne ne pouvant le briser, la silhouette passa de la Roche, vers le Vent. Il fallait chercher une seringue dans une botte de bandages (expression de médecin).Voilà que cela s’incarnait des plus palpitantes missions, une quête qui très certainement finirait infructueuse. Le Nara avait peut être menti, ou tout simplement il s’agissait d’un piège. Selon les dires, même une escouade Kumojins, nouveaux alliés, venait enquêter. De bien sombres mystères semblaient se jouer, pour que tant de zèle s’instaure de la part de deux villages cachés. Le Nidaime cachait des choses, encore et encore. Après sa violente démonstration, s’assurant d’occire avec panache sa mortelle Némésis, ou plutôt l’une des nombreuses, quelques questions naquirent tout naturellement. Allait-il continuer longtemps à sous-estimer son fils et à ne requérir ses services que lorsque cela lui convenait ? Étrange, cela était. Pourtant le brun Borukan lui avait prouvé son talent à plusieurs reprises, concernant l’Académie Hashira, puis cet héritier au bois dormant, ou encore bien d’autres accomplissements. Muramasa n’était clairement pas estimé à sa juste valeur, que ce soit de la part du Tsuchikage, ou même encore des autres Shinobis d’Iwagakure. Mais cela était peut être un mal pour un bien…

Le voyage fut plus rapide qu’escompté, arrivant à la funeste capitale bien plus rapidement que cela n’avait été à la base prévu. Ce soleil si incandescent, doublé à ce sable si brûlant et détestable, firent de cette épopée, un périple des plus horripilant. Cependant, il en fallait plus pour ébranler un vaillant habitant de la Roche… et encore bien plus concernant le médecin… 

La démesure était au rendez-vous, de part ce décor digne des toiles les plus irréelles, que ce monde n’ait jamais connues, cela était peut-être vrai, que le Pays du Vent s’avérait l’un des plus riches. Gargantuesque théâtre, où pléthores convergeaient, l’animation était au rendez-vous. La foule était en liesse et ça tonnait fort. Beaucoup de commerçants venus de loin, à en juger par leur accents si particuliers et autres tenues des plus variés, tout comme d’important personnages, se déplaçant avec escorte, tout en étant collé par des femmes de petite vertu. Un beau bordel en somme, mais cela avait le mérite de légèrement changer de la routine rocheuse devenue un peu monotone. Cependant, si la Roche était venue, ce n’était pas pour festoyer cheveux aux ventes, mais pour mener une implexe et sacrale inquisition concernant un adorateur de chapeaux, ou encore trouver quelques uns de ses chapeliers fous…

Le grand jour se levait paisiblement, mais inévitablement sur la ville. Si une seule obligation se devait, il s’agissait d’être spectateur de la cérémonie devant alors se dérouler. Que l’on était simple touriste, ou même Shinobi, il s’agissait de la condition sine qua non à honorer, afin d’être invité en ce sanctuaire de la déraison. Bien sûr, afin de ne point manquer à la plus élémentaire étiquette, les enquêteurs Iwajins durent se plier à ce devoir, afin de ne pas froisser le si accueillant hôte de ces lieux. Tous se regroupèrent dans le gargantuesque théâtre servant la contemplation du Divin. Que ce soit touristes, commerçants, hauts-dignitaire, shinobis, ou autres fanatiques et habitants, nul ne devait manquer à l’appel. Cela aurait été vu comme une grave offense au Premier cercle, qui se montrait particulièrement courtois et chaleureux avec ses invités. Il n’y avait donc aucune raison de ne pas lui faire confiance. La potence était en vue, même bien en évidence, ainsi que les futurs sacrifiés ayant perdus tout espoir. Les malheureux ne semblaient même pas avoir la volonté de résister. La Grande Prêtresse Rouge, maîtresse de la cérémonie arriva enfin, faisant alors un discours des plus inspirant et prestigieux, en affichant une élégance certaine. La foule était en effervescence, surtout la majorité de la gente masculine, très inspirée par tant de… par ce corps si finement vêtue et savamment sculpté, poussant les fantasmes à voguer un peu trop loin. Et voilà qu’elle présentait la criminelle connue de tous, la tristement célèbre Kâtenshêndo. Bien dommage qu’une femme si suave doive rendre gorge. Il y avait de bien plus plaisants desseins qui auraient pu être envisagés la concernant. S’approchant tel fieffé renard,  le bourreau, contre toute attente, surina violemment et par surprise l’azurée. L’impératrice Shema semblait s’être faite trahir en beauté. Y avait-il une sombre histoire derrière tout ça ? Le goguenard encapuchonné venant sauver de la mort sa marionnettiste adorée ? Allez savoir. Parmi les milliers d’âmes, l’acier des armes se dressaient au clair, criant vengeance et autres espiègles soifs de répandre le sang, prônant le nom de Kaze no Kuni. L’hémoglobine allait abondamment couler, afin de satisfaire l'intarissable soif du sable, si aride et gloutone. La révolution s’érigeait alors, dans un tumulte virulent, dénotant la Sanglante Calamité arrivant aux quatre galops pour semer chaos en son sillage.


♫♪ music box ♪♫



C’était l’anarchie, la foule hurlait, se faisant vague digne de véritable tsunami. Avec la panique, Muramasa fut séparé de la délégation Iwajine, atterrissant, en compagnie de l'utilisateur de Portes Célestes pour seule connaissance, à plusieurs pâtés de maison de l’estrade des sacrifiés, où la folie faisait rage sans foi ni loi. Le chemin menant vers le sanctuaire de la divinité des sables était le lieu où cette agitation frénétique l’avait conduit, tout comme l’espiègle Genin blondinet. Il s’agissait d’un inextricable enfer, sans queue ni tête, où la plupart des invités couraient dans tous les sens, affolés et complètement horrifiés. Il y avait un Kumojin, qui tout comme eux, s’était retrouvé séparé de son groupe. C’est tout naturellement, que les trois jeunes gens se regroupèrent. Après tout, l'alliance avec le Village des Nuages avait été ancrée. Il aurait été mal avisé, que d’en faire fit.

Bien qu’il restait stoïque, autant que faire se pouvait, le médecin était pensif quand aux événements. L’Homme au Chapeau était-il étranger à ce coup d’Etat pas piqué des hannetons semant la graine de la révolution? Vu la réputation du freluquet, vanté comme gros poissonnet, il n’était pas impossible qu’il s’agisse là d’une piste solide concernant l'hurluberlu coiffé recherché par l'alliance. Cependant, ce n’était qu'une supposition faite à la hâte. Officiellement, cette querelle ne concernait en rien la Roche, ni même le Nuage s’étant déjà montré plus que généreux en livrant Kâtenshêndo en pâture, alors qu’elle aurait put servir à de bien meilleures fins.

Le trio n’avait pas eut le temps d’échanger la moindre politesse, que déjà, un invité venait leur rendre une petite visite de courtoisie, ou plutôt, semblait vouloir se rendre en direction du Temple. Manque de chance pour lui, la route n’était pas déserte. Une trinité lui faisant alors face.

Enhardi d’une fougue courroucée, le jeune Kumojin barrât  la route au criminel, le sommant de s'arrêter séance tenante. Se plaçant devant les Iwajins qui l’accompagnaient, tel un parangon désireux de croiser le fer avec panache.

Muramasa, toujours égal à lui même, de part son calme aussi serein et éternel qu’une rivière s'écoulant paisiblement depuis la nuit des temps, ne se brusquât point d’une vivace réaction. Se contentant de poser la paume de sa main sur le dos du guerrier à la lame assassine, tout en faisant de même avec son compatriote de la roche. Les stigmates se dessinant alors discrètement sur les deux Shinobis, tout comme sur les paumes du taciturne. Activant son arcane de soutien, afin de parer à toute éventualité, le médecin avait déjà préparé le terrain en cas de querelle assassine. Ne sachant pas vraiment s’il fallait intervenir sur un territoire étranger, les rixes de Kaze no Kuni étant non leurs affaires. Il s’adressa alors à Shoran quelques mots, valant aussi pour l’Iwajin.

" Etes-vous certain qu’il s’agisse de notre guerre ? "

Puis, se reculant légèrement, il penchât la tête légèrement sur le côté, afin de jeter un œil en direction du forcené qui arrivait vers eux, affichant alors un air sombre et sérieux.

" Les coïncidences n’existant que rarement en ce monde, tout cela a sans doute causalité avec le sieur chapeauté. Mais ne nous montrons pas trop hâtifs en conclusions. "

Portant son regard rappelant le métal précieux sur Kaï, puis vers Shoran, le médecin sous-entendait qu’il était fort probable que rixe effrénée  allait prendre place en faisant rage. Le malicieux renard était prêt à soutenir le représentant de Kumogakure, mais sans pour autant omettre les intérêt de la Roche. Il fallait se montrer prudent et voir la réaction de l’hostile se présentant sur leur passage. Peut être que ce vil chenapan obtempérerait sans faire d’histoires. Cela aurait été une preuve de sagesse de sa part, mais il y avait peu de chance pour que tout se déroule paisiblement. Muramasa se positionnât légèrement en retrait, derrière les deux coéquipiers de fortune, tout en faisant montre d’une grande prudence. Il aurait préféré faire équipe avec sa coéquipière attitrée, ne connaissant les compétences des deux Shinobis ici présents. Sa spécialité étant de soutenir les alliés lors des combats, il était donc naturel de se placer de la sorte en cas d’échauffourée sanguinaire.





Résumé:
 

_________________
.


Dernière édition par Borukan Muramasa le Ven 9 Mar 2018 - 3:43, édité 1 fois (Raison : changement de participant. Muramasa place donc sa technique sur Maito Kaï à l'instar de Yamanaka Izuki)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/ http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Ven 9 Mar 2018 - 1:45

La cérémonie des sacrifices était l'un des évènements les plus importants au Pays du Vent. C'est ce qu'un ninja d'Iwa m'avait raconté, alors que nous prenions place dans les estrades. J'avais du mal à en croire mes yeux, mais on dirait bien qu'il disait vrai. Plusieurs milliers de gens s'étaient rassemblés ici. Des gens venus des quatre coins du monde, de contrées dont je n'avais encore jamais entendus parler.

Et tout ça pour regarder quelqu'un mourir? Non, c'était bien plus que ça, c'était un hommage au Dieu du Désert. Bien cruel est le dieu qui demande qu'on tue pour lui, me dis-je. Bien entendu, je gardais ces commentaires pour moi, par peur d'offenser nos hôtes.

Au bout d'un moment, une femme richement vêtu s'avança sur l'estrade. "L'impératrice Shima," m'indiqua l'Iwajin. À croire ce qu'elle disait, la femme qui serait sacrifiée aujourd'hui était une criminelle. Kâtenshêdo avait commis le crime de renier son pays, sa religion, en plus d'avoir mis en danger la vie de ces concitoyens. Somme toute, de très graves accusations. Si je m'opposais à ce genre de sentence la plupart du temps, il fallait avouer que certaines personnes posaient un trop grand risque pour être laissé en vie.

Le moment tant attendu était sur le point d'arriver, le bourreau s'apprêtait à libérer Kâtenshêdo de sa tête une bonne fois pour toute. Mais c'est plutôt l'impératrice qu'il frappa. Alors que celle-ci se vidait de son sang, ce n'est pas l'effroi mais bien la joie qui s'emparra les gradins. Je n'eu besoin que de quelques secondes pour comprendre... Une révolte.

Le reste de la foule s'était dispersé en hurlant. Le ninja d'Iwa à mes côtés avait disparu. Je fus content de reconnaître un visage dans cette marée humaine. Un homme aux cheveux noirs avec qui j'avais fait le voyage jusqu'à Taiyô. Décidant qu'il valait mieux pour moi de rester avec les gens de mon village, je parvins à me frayer un chemin jusqu'à lui. Il faisait face à un des révolutionnaire, accompagné d'un homme que je ne reconnaissais pas.

Dans quoi est-ce que je me suis embarqué... C'est ce que je me dis en me plaçant aux côtés de l'Iwajin, prêt à me défendre. Je ne savais pas trop si c'était vraiment mon rôle d'arrêter cette personne, mais quelque chose me disait qu'il valait mieux ne pas le laisser partir.


Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1617-maito-kai-terminee

Sam 10 Mar 2018 - 19:15
Il revoyait encore l’image de son khépesh planté dans celle qu’il avait servi si longtemps. S’il ne regrettait aucunement son geste, ni sa décision mûre de plus d’une année, il aurait menti s’il avait dit ne pas ressentir quelque-chose d’étrange. Loin d’être accablé par un équivalent au syndrome de Stockholm, il sentait véritablement qu’une page de sa vie, et de l’Histoire elle-même se tournait aujourd’hui.

D’ailleurs, il était quelque-part apaisé d’avoir vu tous ces bandeaux et autres turbans voler dans les airs pour marquer l’éclat majestueux de la rébellion de Kaze no Kuni. S’il était le chef public de cette révolte monumentale et civile, il savait qu’il devait beaucoup à celui qui était venu le voir il y a encore peu de temps. Oui, s’il était le visage et la figure forte de ce qui se passait ici, le mystérieux ninja était fier d’avoir fait le choix de pactiser avec celui qui lui avait donné tant de moyens pour que ce grand jour arrivé.

Sa cible était assurément le Temple du Dieu du Désert. Mais sur la route qui le menait jusqu’à lui, il ne tarda pas à croiser la route de shinobis. Ces maudits ninjas des villages cachés, lesquels il dévisagea tandis qu’il stoppait sa course. Le Kumojin assurait qu’il n’irait pas plus loin, et le flux d’énergie et les pulsions qu’il émettait semèrent un instant le doute dans l’esprit du rebelle.

« J’admire votre capacité à toujours être mêlés à tout, shinobis des villages cachés. Et après, vous vous étonnez de voir les pires adversaires apparaître. »

Il ne pensait pas qu’au Soshikidan qui, bien entendu, avait été l’organisation et l’ennemie numéro un des cités shinobis. Non, il pensait surtout à l’homme qui avait organisé tout ceci.

« Vous pensez m’empêcher de passer ? Voyons voir ça… »

Ses deux jambes furent à peine fléchies qu’il était déjà propulsé vers le Kumojin, sans réellement se soucier des deux Iwajins. S’il comprenait que les liens entre Kaze no Kuni – surtout le Premier Cercle – et son village aient collaboré concernant Kâtenshêdo, il répugnait de voir que comme à leur habitude ces shinobis n’aient jamais la moindre idée des réels enjeux. Tant qu’ils trouvaient un intérêt…

Son khépesh – celui-là même qui avait transpercé la Grande Impératrice – fut placé de telle sorte à trancher le ninja des Nuages. Mais qu’il l’eut pleinement touché ou pas, le shinobi mystérieux allait poursuivre sa route pour tenter de rejoindre le temple…

Techniques utilisées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 11 Mar 2018 - 17:07
Shôran n'était pas le meilleur combattant de Kumo, toutefois il ne comptait pas se laisser faire par cette mystérieuse personne. Il avait besoin d'en savoir plus, pourquoi se rebeller maintenant ? Celui qu'on appelait le Nécromancien ou le Nécromant s'était fixé face à ce mystérieux ninja, l'empêchant alors de faire un mouvement de plus. Le kumojin ne connaissait rien en ces capacités, mais il était plutôt ravi de savoir que les deux Iwajins présents lui donneraient leurs aides, à trois contre un, ils allaient pouvoir l'arrêter. Être mêlés à tout ? Shôran en eut presqu'un sourire, il n'avait rien demandé. Au point de vue du partenariat entre Kaze no Kuni et Kumo, le garçon ne pouvait pas laisser cette rébellion se propager encore plus.

Toutefois, il fut surpris de la capacité de l'inconnu, mais pas sans défense. En effet, à son tour, il utilisa sa rapidité pour esquiver sa charge et son attaque avec sa lame, se retrouvant assez loin derrière lui. Shôran entama alors des signes incantatoires pour lancer sa première technique offensive, une technique qui l'empêcherait de bouger ou alors... il aurait de terrible dégâts. Le feu se faisait terriblement ressentir alors qu'un cercle enflammé entoura l'adversaire du shinobi de Kumo.

Maintenant pris au piège, Shôran espérait qu'il se rendrait... Pourtant, il semblait clair qu'il ne se rendrait pas au premier obstacle devant lui, Shôran se sentait prêt à l'affronter de toute façon. Sourire carnassier aux lèvres, il attendait maintenant que le feu blesse ce mystérieux ninja.

Spoiler:
 

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 12 Mar 2018 - 12:20


RP ➤ Le Traitre du Vent
PV ➤ Aami Shôran | Yamanaka Izuki





♫♪ music box ♪♫



Muramasa n’attendit point que le rustre ait terminé sa tirade pour user avec subtilité et discrétion de ses arcanes médicinales. Concentrant son Chakra à la fois sur lui-même, ainsi que sur les stigmates précédemment érigés. Insufflant alors les effets d'un précieux soutien au bénéfice de ses deux alliés et à lui-même, afin de posséder un avantage face à l'adversité baignant les lieux. Cependant, restant sur ses gardes, conscient qu’il fallait se méfier de pareil énergumène, le médecin devait choisir avec précaution la tactique à employer. Foncer tête baissée et sous-estimer un opposant, surtout en qualité d'Iryo-nin, semblait mal avisé.

" Mystère se doit de tomber le masque. Découvrir le ramage de ce nébuleux ennemi que vous evoquez ne peut être que palpitant.  "


Décidément, il ne s’agissait pas d’un jour propice pour une visite de courtoisie en ces contrées. Voilà que le surineur montrait le toupet de chercher querelle. Pourquoi fallait-il que l’Iwajin tombasse face à pareille créature. À en croire sa parure, masquant son visage, plusieurs questions venaient naturellement ériger mystères suscitant curiosité éhontée. Une face horrible, ou encore un soucis de préserver anonymat ? Peut-être encore une atypique mode locale ? Il aurait préféré un combat contre opposant de meilleure compagnie. Et dire qu'une charmante gourgandine, à la chevelure bleutée, jouant divinement de sa lyre et de sa voix enchanteresse, aurait put être l’élue de l’affrontement prenant place en cette scène chaotique.

Le vent de la révolte soufflait violemment sur la scène de ce théâtre aussi intemporel que la nuit des temps. Une révolution grondait d’une rage implacable sa soif de changer en profondeur ce pays vicié. Désir ne pouvant être assouvi sans carnage. Le sang se devait de couler, autant celui des présumés coupables trop traditionalistes, que celui d’innocents se trouvant au mauvais endroit, au mauvais moment. Voilà que le Surineur, fantôme de l’opéra désertique, narguait allègrement les silhouettes se présentant sur son chemin mortifère. Se vantant d’être adversaire des plus dangereux, voilà qu’il chargeait comme un forcené le Kumojin, tout en brandissant la lame de la félonie ayant poignardé avec traîtrise la vénérée Grande Prêtresse. En général, les vilaines filles ayant fait des bêtises, on les corrigeait en leur donnant une bonne grosse fessée. Là, le tortionnaire y était allé en l’éventrant sans crier gare. Un homme aux méthodes radicales et extrêmes. Une chose était certaine, ce criminel était aussi sournois que dangereux, tant aucune crainte ne faisait trembler l’acier assassin qu’il exhibait, bien qu’ayant parfaitement à l’esprit avoir affaire à trois experts des arts de l’ombre. Quel fou aurait tenté le diable, seul contre une trinité constituée de la crème de la crème des Villages Cachés ? Personne. Pourtant le bougre désirait en découdre, avec hardiesse et véhémence dans le toupet animant mouvances doublées d’arrogance.

Muramasa voyait bien que le sacripant tentait d’imposer le rythme de la valse, afin de mieux les berner. Mettant en exergue lame assassine, ce fieffé renard se retenait. Une évidence aux yeux de l’Iwajin, s’attendant toujours au pire, voilà que la querelle promettait d’être particulièrement épineuse. Du moins, c’est ce qu’il pensait en ayant examiné le comportement de l’individu. Le Kumojin était agile, esquivant le fil de l’acier avec grâce et espiègle malicieux, en profitant  pour prendre en tenaille, ainsi qu’emprisonner dans les brasiers infernaux grâce à un impressionnant Jutsu le bien hostile récalcitrant. La chaleur des braises allait rôtir vivant ce mystérieux Kazejin un peu trop joueur, qui devait se retrouver bien ennuyé pour le coup. Mais est-ce-que suffirait à le retenir ? N’était-il pas un peu trop sûr de lui ? Ne perdant un instant, Muramasa fit frémir la quintessence de son chakra, dans un simple mouvement de bras vers le prisonnier, esquissant le chemin probable de sa dérobade au cas où, ainsi que la position des alliés pour éviter toute mauvaise surprise concernant un tir se perdant la où il aurait été peu plaisant. Le tranchant de la Lune se mêlant aux flammes incandescentes, afin de trancher le félon de la lunaire union courroucée. Imperceptible, la lame se révéla en s’embrassant soudain, tandis qu’il était bien trop tard pour anticiper la coupante caresse embrassée. L'alliance Kumojine et Iwajine, même improvisée, portait déjà ses fruits miroitant d’une lueur sucrée provoquant appétence.

Le regard de l’Iwajin se posait sur ces flammes rougeoyantes, laissant transparaître à travers funeste opacité, l’esquisse de la silhouette de l’adversaire qui connaîtrait le courroux vengeur de la justice. Cela suffirait-il à calmer ses ardeurs ? A obtempérer ? Sans doute pas, mais comment allait-il se sortir indemne de cette barrière incandescente le faisant rôtir vivant comme un poulet à la broche, même si par chance ce dernier évitait de finir tranché et embrasé lu-même de l’arcane l’ayant frappé par surprise ?

Se plastronnant, Muramasa était encore en retrait, prêt à arrêter le béhémoth si charge suicidaire se présentait. Sachant parfaitement que le surineur voulait se rendre vers l’immense Temple dressant à l’horizon derrière lui se. Cependant, pour se faire, il devrait croiser la route de la Lame Maudite.

" ... "






Résumé:
 

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/ http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Lun 12 Mar 2018 - 19:14

Je m’étais arrêté prêt de mon confrère Iwajin, espérant que le meurtrier entendrait la voix de la raison, qu’il s’arrêterait pour discuter. Évidemment, c’était bien naïf de ma part. Avec le temps, je comprenais bien que la plupart des problèmes dans le monde ninja se réglaient avec un combat. Aujourd’hui n’était pas une exception.

L’homme au masque s’était rapidement porté vers la vent, usant d’une vitesse hors du commun pour parcourir plusieurs mètres en quelques secondes. Avant même que j’ai pus réagir, le ninja inconnu s’était mis hors du chemin et emprisonné l’assassin dans un anneau de flamme. La chaleur me léchait le visage et des gouttes de sueurs se formèrent dans ma nuque. Pourtant, je me tenais à plusieurs mètres de mon adversaire. Une technique aussi dangereuse que spectaculaire.

L’Iwajin poursuivi l’assaut en lançant une lame embrasé sur notre adversaire. Entre temps, il avait utilisé d’une technique pour augmenter ma force. J’avais l’impression d’être invincible, même si je savais bien que cela était impossible.

”Que va-t'il m’arriver après que les effets soient partis?” demandais-je au ninja médecin. Je préférais le savoir maintenant, pour éviter les surprises plus tard. Pas que j’attachais beaucoup d’importance à ma santé, il y avait beaucoup plus important en jeu en ce moment: l’arrestation d’un meurtrier.

C’était visiblement à mon tour d’agir. Avec ces flammes, il m’était impossible d’approcher de mon adversaire, à moins de me vouloir être brûlé vif. Mais le taijutsu ne se résume pas qu’à des techniques de corps-à-corps, les maîtres -dont je ne pensais pas faire partie- pouvaient aussi bien se défendre à distance. Mais il n’était pas nécessaire d’utiliser ce genre de technique pour l'instant. Mieux valait patienter. Ainsi, je décidais de me placer en travers du chemin de notre adversaire, prêt à me battre pour lui bloquer la route. Il avait l’air de vouloir s'enfuir et c’était quelque chose que je ne pouvais pas permettre.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1617-maito-kai-terminee

Mer 14 Mar 2018 - 23:17
Son khépesh trancha… du vent. Le Kumojin avait fait preuve d’un réflexe ou d’une habilité qui lui avait permis d’esquiver malgré la rapidité de l’assaut du Kazejin. Sur l’instant, le mystérieux ninja poussa un soupir de déception, mais se rendit rapidement compte que la situation n’était pas si mauvaise. Pour cause : devant lui se dressait un chemin des plus évidents jusqu’au Temple du Dieu du Désert. Sa cible était là, il la voyait.

Mais c’était sans compter sur les shinobis qui avaient décidé de se dresser en travers de sa route. Et encore une fois, le Kumojin montra la voie à ses camarades. En lançant des flammes nécessaires à un jutsu Katon que le ninja du Vent allait découvrir, le shinobi des Nuages se montrait particulièrement coriace. Pour le mystérieux ninja, ce Ninjutsu et les déplacements Iwajins le forçaient à reconsidérer ses priorités.

Tandis que les flammes l’entouraient, le mystérieux ninja se transformait. Mais les shinobis des villages cachés n’eurent pas le temps de constater sa métamorphose, tant le jutsu Katon entravait leur cible, et donc leur vision sur cette dernière.

« Pourquoi vous mêlez-vous de ce conflit ? Vous n’avez même pas la moindre idée du sang que le Premier Cercle a fait couler depuis des décennies. »

La voix de l’homme avait changé. Et sa silhouette modifiée ne tarda pas à s’extraire des flammes, les chassant tandis qu’il s’en extirpait. Mais ce n’était pas un homme qui en était ressorti. C’était un grand scorpion noir, dont la robuste carapace semblait avoir résisté sans trop de difficultés au Katon.

Tandis qu’il reprenait rapidement une forme humaine, les habits déchirés du mystérieux ninja avaient laissé place à un individu tout à fait ordinaire. Sous des vêtements typiques de Kaze no Kuni, avec un armement ninja conséquent, l’homme à la peau brune faisait face aux shinobis sous son vrai visage.

« Moi, Yasei Tadao, révèlerai la supercherie du Premier Cercle et leurs pêchés. Vous ne m’en empêcherez pas, et tant pis si vous ne voulez pas retourner chez vous ! »

Sur ces mots, agressifs, l’homme qui aurait sans doute préféré une autre issue à sa rencontre avec le trio de shinobis utilisa la queue de sa forme de scorpion noire, qu’il n’avait pas fait disparaître. Cette dernière, encore plus imposante qu’avant, alla frapper celui qui était le plus proche de lui, à savoir Maito Kai. Mais en pivotant sur lui-même, Yasei Tadao ne comptait pas s’arrêter là, et l’arc de cercle que sa queue allait former ne manquerait pas de faire que son dard… toucherait tôt ou tard Aami Shôran.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 16 Mar 2018 - 1:27
C'était donc la seconde fois que Shôran utilisé cette technique usant du registre Katon, mais elle n'eut pas du tout le même effet. Alors que Asami l'avait forcé à arrêter son jutsu, le mystérieux ninja avait opté pour une toute autre utilisation. A cause des flammes l'entourant, les shinobis n'eurent pas l'occasion de voir ce qu'il se passait à l'intérieur, il fut alors surpris de voir qu'il s'agissait d'un énorme scorpion noir qui sortait du cercle enflammé. Surprise encore une fois que le scorpion se changea en un homme à la couleur noire, Shôran souriait. De là, il se doutait qu'il n'aurait donc pas à faire à un simple shinobi de pacotille. Non, c'était un adversaire redoutable face à lui.

Il fallait rester sur ses gardes, le Kumojin était au maximum de la concentration pour ce combat. Tout pouvait basculer en très peu de temps... Il put mettre un nom sur son adversaire Yasei Tadao. Inconnu au bataillon, mais il était toujours bon de connaître le nom de son adversaire. Pas le temps de tergiverser, il attaqua et Shôran esquiva comme tout à l'heure son attaque grâce à sa vitesse, son comparse Iwajine faisant de même.

« Sache que ce sera Aami Shôran, le Nécromant de Kumo, qui t'ôtera la vie. »

Finissait-il par lâcher, ce sourire carnassier qui se présentait sur les lèvres. Écarté de lui, il effectua des signes incantatoires, utilisant son pouvoir pour illustrer ses propos. Cinq loups aux yeux rouges, la peau presque nécrosée, apparurent devant le nécromancien et s'attaquèrent directement à l'Homme-Scorpion. Il n'avait pas d'issue, car il se doutait bien que les Iwajins rentreraient dans la bataille désormais.


Spoiler:
 

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Sam 17 Mar 2018 - 13:20


RP ➤ Le Traitre du Vent
PV ➤ Aami Shôran | Yamanaka Izuki





♫♪ music box ♪♫



Le chaos se répand dans le sanctuaire sablonneux des contrées du Vent. La discorde n’avait jamais été aussi palpable. Le peuple devait être mécontent depuis légion d’années pour en arriver là. Une telle colère prouve le ressentiment ayant couvé dans l’ombre. Patiemment, se délectant de sa propre félonie éhontée. Certes, les pratiques culturelles semblaient un peu trop extrême, mais il n’en demeurait pas qu’il s’agissait de la quintessence incarnant tout Kazejin. La pauvre Impératrice devait se sentir trahie et profondément blessée, alors qu’elle ne faisait que perpétuer les tradition avec une dévotion sans faille.

Les flammes purificatrices lèchent goulûment le prisonnier afin de lui accorder la rédemption. Il ne le mérite pas. Un vil faquin ayant trahis sa maîtresse doit souffrir mille mort, si ce n’est plus. Impardonnable. Pourtant, les Shinobis accordent , dans leur infinie bonté et une grande générosité, une mort douce et sans souffrance à l'infâme criminel.

Le confrère de la Roche s’inquiète. Il ressent les effets dans chaque once de son corps. Ses muscles son saillant et viril, preuve d’une grande maîtrise, autant de corps que d’esprit. Question légitime se pose, qu’allait-il arriver à son corps une fois que les effets se seraient estompés ? Une sensation pouvant être éprouvante pour son corps, il fallait donc rester avisé et faire relativement attention. Éviter de se faire blesser et ne pas trop forcer afin de ne pas se retrouver trop décontenancé une fois le moment venu. Mais la marge est grande, éterniser un combat n’étant jamais une option appréciable. De plus l'adversaire semblait déjà avoir trouvé le repos éternel. Pragmatique, le médecin reste néanmoins sur ses gardes. Il se contente de rassurer son homologue un peu trop soucieux.

" Fatigue et douleur accumulées. Terminons en au plus vite, il ne doit pas nous fausser compagnie."

Un brasier infernal s’érige. Aucun homme ne peut se sortir indemne d’une telle fournaise. La victoire semble acquise sans même avoir versé la moindre perle de sueur. Pour s’en assurer, il fallait voir le corps calciné gisant sur le sol en se tordant de douleur. Chose qui n’était pas le cas en cet instant.

Les sourcils se froncent, puis l’un d’eux s’arque. Le plus perplexe des deux. Évidemment, cela est trop facile de sagement obtempérer ou encore de se laisser cramer. La voix, viciée et gutturale, brise le doute. Il est vivant et toujours goguenard. Narguant impunément ses adversaires de sa malice. L’adversaire montre sa nature viciée, se transformant en scorpion, afin de mieux résister à l’assaut. Il se révèle en traversant les barreaux de la prison enflammée, démontrant le monstre qu’il était au fond de lui.

L’explication est claire. Tout devient limpide dans l’esprit de l’étranger. Du moins, la majorité de ce comportement semblant ne point faire sens trouve des réponses. Terminer le combat le plus rapidement possible est alors nécessaire. Une puissante protection dont le Kazejin peut se targuer d’être fier. Preuve qu’il est du genre à aimer les querelles viriles. Tant mieux. Un médecin aime relever les défis après tout. Les voies de la Dissection sont impénétrables.

Bien que criminel et traître à sa nation, une certaine correction apparaît. Il se présente, avant de poursuivre la querelle prenant ancre en ce théâtre. Nonchalant, Muramasa examine l’adversaire, cherchant la faille, le moment où il commettrait la moindre erreur. Il ne sous-estimait pas le métamorphe, au contraire. Il était en retrait, ce qui devait inspirer à l’hostile le fait évident que le taciturne ne devait pas être un adversaire à l’aise en combat rapproché. Muramasa comptait en profiter pour lui prouver le contraire à la moindre chance qui se présenterait. Le Directeur de l’Académie Hashira était sous-estimé, alors qu’il disposait d'atouts précieux. Même ses compatriotes étaient aveugles. Pourquoi s'efforçait-il encore de faire la part des choses pour si peu de considération ? La question demeurait en suspend, tant la réponse était nébuleuse. Félonie, trahison, complots et autres joyeusetés du genre, il n’en avait été que trop témoin. Il y avait quelque chose de pourri au Pays de la Terre, tout comme dans celui du Vent. Mais cela avait assez duré, si l’occasion de faire montre de son implexe se présentait, il comptait la saisir.

Les occasions s’esquissent avec subtilité, prenant formes des plus palpables. Les lippes s’étirant dans un sourire au ramage sardonique. L’adversaire lui laisse du temps pour analyser la situation et le personnage qu’il est. Son agressivité est presque animale. Seul contre trois, comment pouvait il concentrer son attention partout, n’était-il pas déjà perdant de la rixe ? Enfin, son attaque le poussant à pivoter démontre son erreur de jugement.

,Dans cette fable intemporelle, il n’est point le chasseur. La proie se rebiffe, pensant pouvoir se défendre, pouvoir s’enfuir, mais le piège se referme sur elle, la menant implacablement à sa perte.

Le Kumojin est enjoué de l’affrontement qui se dessine. L’Iwajin reste aussi froid et calme qu’une nuit sans lune. L’attaque de son gros dard turgescent est aisément esquivée par l’habitant des nuages. Arc de cercle visant à frapper deux des trois adversaire lui bloquant la voix, il venait à en ignorer l'illustre médecin. Laissant tout loisir à ce dernier de profiter de la situation. Chose à laquelle il ne manquerait pas. De plus, le dénommé Shôran se montrait particulièrement endiablé. La verve Kumojine est acérée comme les crocs de ses loups zombifiés. Défiant l'hurluberlu sans vergogne, la traque commence. Voilà que la Bête est cernée de plus belle, ses Némésis deviennent légion.

L’occasion est là. Muramasa profite que l’inconscience se plaise à virevolter en tournoyant sur elle-même pour charger brusquement. Une divine vélocité se produit. L’angle mort offre une approche en catimini. Aucune chance n’est laissé à l'affront exhibant son dard en toute impunité.

La manœuvre est parfaite. La précision se fait chirurgicale. Implacable est le courroux du Parangon. Impérial est son décret. Une puissance monstrueuse bouillonne dans son corps, mais surtout chacun de ses coups. Activant son arcane, le combattant frappa avec une agilité et une rapidité imparable, visant en particulier les articulation, et avisant si l’engeance se transformait soudainement une nouvelle fois en scorpion. Il n’oublie pas l'étrange dispositif, supposé être une sorte de grappin ou mécanisme de fuite. Il le détruit en tranchant les cordes, tout simplement. La puissance destructrice animant les vorpales rendait toute armure inutile. La destruction dans son plus simple appareil. Magnifique.

Muramasa apparaît et frappe son adversaire en utilisant sa puissance combinée à ses scalpels de Chakra. Avec précision, il tranche en employant toute la puissance possible lui étant offerte pour neutraliser le forcené, quitte à l'oblitérer. Ses mouvement sont rapides et précis, cherchant à incapacité l’animal en le démembrant. Il s’occupe d’abord des jambes, puis des bras, finissant part tenter de sectionner le cordage, ainsi que la queue un peu trop vaniteuse. Après avoir asséné son dernier coup, il s’écarte vivement, afin de laisser la place libre à son allié Iwajin. Normalement, le criminel était dès lors une offrande inoffensive et servie sur un plateau, ne demandant qu’à être achevée pour mettre fin à ses souffrances.

Prendre le risque en retenant ses coups n’est pas permis dans un affrontement entre shinobis. Si l’adversaire trouvait la mort sans offrir les réponses escomptées, cela se serait avéré fort regrettable, mais le destin avait déjà choisit pour lui.

Le plus important était de mettre fin au combat le plus rapidement possible. Muramasa était intelligent et avait compris la chose. Dès lors la nature toxique révélée par la transformation en scorpion noir, il était évident que le surin ayant précédemment frappé l’Impératrice n’était pas anodin.

Le médecin se retire, laissant place au courroux céleste du maître des portes.

Reculant rapidement après son assaut éclair, il se repositionne en se mettant sur la défensive, afin de ne laisser aucune issue à la Bête. Il est aux premières loges pour admirer les arts du combattant musclé de la Roche.

" Ce que nous voulons ? Simplement des réponses. Mon intuition me pousse à croire que vous connaissez ou êtes lié à un certain Homme au Chapeau. "

Il fixe le métamorphe. Son regard s'obscurcit. Si le criminel ne se décidait pas à obtempérer, cela allait très mal se terminer pour lui.





Résumé:
 

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/ http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Lun 19 Mar 2018 - 15:01

Une voix s’éleva au coeur du cercle de flamme. Une voix complètement différente de celle que j’avais entendu quelques secondes plus tôt. Qu’arrivait-il à notres adversaire? Peut-être que c’était le feu qui le consumait. Impossible à dire, avec ce mur de feu qui me barrait la vue.

Puis, une silhouette se dessina par-dessus les flammes. Elle n’avait rien d’humaine, on aurait plutôt dit… Un scorpion? Non, ça devait être une hallucination, un effet secondaire du médicament prescrit par mon compagnon Iwajin. J’avais du mal à me convaincre moi-même, la bête avait l’air aussi vrai que je l’étais.

Je secouais la tête, tentant de chasser cette horrible vision. Lorsque je rouvris les yeux, les flammes avaient disparus et un homme tout ce qu’il y a de plus normal se tenait devant moi. L’assassin avait retiré son masque et sa robe, révélant le visage dur d’un guerrier, ainsi qu’un large attirail d’armes. Puis, mes yeux se posèrent sur le dard qui se balançait derrière lui. Mon sang ne fit qu’un tour dans mon corps. ”Dites-moi que je rêve!”

Comme pour répondre à ma question, l’homme projetta son dard vers moi. Je laissai mon chakra s’échapper, formant un bouclier émeraude qui vint repousser l’attaque. Ce n’était pas le genre d’ennemi que nous pouvions prendre à la légère, sa transformation nous l’avait clairement indiqué. Il fallait en finir, ici et maintenant.

Mes adversaires attaquaient l’homme-scorpion pendant que je rassemblais mon énergie. Le ninja d’Iwa avait envoyé des chiens enragés aux trousses du meurtrier, tandis que le médecin tenta un enchaînement des plus spectaculaire. Sa précision -comme on s’y attendait- était chirurgical.

Lorsqu’il revint vers moi, je compris que c’était à moi d’agir. À une vitesse qui me surprenait moi-même, je me propulsai vers lui, les bras tendues derrière moi comme un oiseau en plein vol. Les amateurs de taijutsu pourraient facilement reconnaître cette position si particulière.

”Asakujaku!”

Mes poings filèrent à toute vitesse vers le guerrier, si rapidement qu’ils avaient prit feu. Le nom de cette technique venait justement de ces flammes que je projetais à chacun de mes coups, semblables aux plumes d’un paon qui faisait la roue. L'enchaînement était dévastateur, pourtant, je restais sur mes gardes après l’avoir terminé. Nous n’avions pas à faire à un guerrier de pacotille, après tout.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1617-maito-kai-terminee

Lun 2 Avr 2018 - 11:46
Son dard avait été repoussé par un déferlement de force. Quel art étrange pouvait bien manier celui qu’il avait visé ? Ces shinobis des villages cachés n’étaient pas seulement des perturbateurs, ils étaient également des combattants aux capacités toutes plus singulières les unes que les autres.

Il n’y avait qu’à constater le dénommé Aami Shôran, qui assurait que ce serait lui qui ôterait la vie au chef de la rébellion Kazejine, qui avait fait surgir de nulle part des loups… cadavériques. Etait-il possible qu’il maîtrise le même art épouvantable que l’Impératrice Shima ? Dans tous les cas, il fallait s’en débarrasser. Ainsi, tandis que son dard reprenait une forme standard, le Yasei composait quelques mudras nécessaires. En expirant, une lame de vent gagna en intensité et proportions lorsque Tadao tournoya sur lui-même.

Les loups repoussés, c’était autour de l’Iwajin médecin de surprendre le rebelle. Rapide, Tadao n’avait pas le loisir de sélectionner la façon avec laquelle il pourrait s’occuper de cette venue au corps-à-corps. Et ainsi, il ne fit que se transformer à nouveau en scorpion noir.

« L’Homme au Chapeau, hm ? »

Malgré son apparence animale, Borukan Muramasa pouvait se rendre aisément compte du rictus qui avait gagné son adversaire. Une chose était sûre : il le connaissait. Mais de là à ce qu’il puisse lui donner des informations ? C’était seulement une hypothèse. Et malheureusement, il fallait avouer que l’Iwajin ne faisait pas dans la dentelle. Ses frappes précises et puissantes ne tardèrent pas à passer outre la robustesse de la forme animale de Tadao.

Entravé dans les mouvements qu’il pourrait alors entreprendre, en plus de ressentir des douleurs aussi vives que localisées, le scorpion noir ne put rien faire, alors que Maito Kai arrivait. Sa frappe se démultiplia et ses coups percutèrent de plein fouet celui qui avait était déjà handicapé et blessé par le médecin.

Yasei Tadao fut envoyé mètre après mètre, jusqu’à s’écraser dans une habitation de la capitale. Son corps reprit petit à petit forme humaine. Blessé à tant d’endroits, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur de son corps, il se savait hors d’état d’atteindre son objectif. Mais aussitôt, l’explosion d’énergie et de puissance qui se dégagea du Temple du Dieu du Désert le fit immédiatement sourire, malgré la douleur.

« J-je le s-savais… »

Le Dieu du Désert n’était pas une divinité en tant que telle. Mais surtout… cette énorme masse de chakra allait pouvoir montrer au monde entier que les Asaara n’étaient pour rien dans la terrible tempête de l’an 40.

Des larmes de joie, une pensée pour Kâtenshêdo. Où était-elle, se demanda-t-il ? Pouvait-elle voire que tout ceci… n’avait pas été vain ?

Résumé du tour:
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 3 Avr 2018 - 0:41
Même s'il ne connaissait pas du tout ses deux alliés du jour, Shôran était sûr d'une chose : leur ennemi commun n'en sortira pas indemne de ce combat. Non, il était clair qu'il ne faisait pas le poids face à l'alliance entre Iwa et Kumo et cela, les trois shinobis allaient lui démontrer. Et, cela ne rata pas après s'être présenté comme le Nécromant de Kumo, le Buntai lui balança alors ses cinq cadavres de loups. Evidemment, Shôran se doutait qu'il éviterait ce genre d'attaque, il saisissait alors les deux pommeaux de ses lames dans son dos, prêt à reconduire une nouvelle attaque bien plus dévastatrice que celle qu'il venait de lancer. Bien sûr, les attaques simultanées des deux Iwajines à la suite de la sienne étaient puissantes. Plus puissante qu'il ne l'avait imaginé.

En effet, malgré la dangerosité du combat, le premier Iwajin s'élança aux corps aux corps alors que l'adversaire prenait sa forme de scorpion noir et à peine avait-il fini son action que son comparse se donna à cœur joie. Et le combat était fini. Down. Le shinobi de Kumo s'approcha des deux Iwajins et donc de l'ennemi commun pour voir qu'il était hors d'état de nuire. Un fin sourire se dessina sur son visage, alors que... une explosion de puissance se dégagea du Temple. Shôran se retourna immédiatement pour s'apercevoir que... quelque chose de grand arriver.

« On devrait y aller, non ? »

Lâcha le kumojin, alors qu'il s'empressa de faire quelques mudras pour faire apparaître trois clones d'ombres et il regarda ses deux coéquipiers du jour.

« Je pense que d'autres shinobis sont encore là-bas; mes clones surveilleront ce mec. »

Tandis qu'il parlait, ses trois clones s'occupèrent d'attacher l'homme comme il se devait alors que l'original commençait déjà à les quitter pour se rendre au niveau du Temple.



Spoiler:
 

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Mar 3 Avr 2018 - 17:46

Mon dernier coup s’écrasa sur la poitrine du guerrier scorpion. Il fut projeté contre le mur d’une maison et ne se releva pas. Je retombai sur mes pieds alors que mon aura s’évaporait petit à petit. Le combat était évidemment terminé, peu de gens pouvaient encaisser une telle combinaison et survivre. Notre adversaire, plus résistant que la moyenne, était encore vivant. Ce n’était pas pour me déplaire, malgré son crime, je ne désirais pas le tuer mais simplement le forcer à se rendre. À faire face à la justice.

Avec l’explosion qui retentit derrière nous, je me rendis rapidement compte que quelque de très important se déroulait derrière nous. Même sans utiliser mes capacités sensorielles, je ressentais la pression d’un chakra étranger dans tout mon corps. Et c’est là que notre ennemi comptait se rendre, heureusement, notre alliance l’en avait empêché. Le Kumojin l'avait compris aussi et nous demanda si on devrait aller voir.

“Je suis d'accord, allons-y.”

Notre allié du pays des Nuages s’assura que l’assassin n’allait pas s’enfuir, puis prit la direction du Temple. Je le suivis, espérant que le médecin viennent, lui aussi.

Spoiler:
 


Dernière édition par Maito Kai le Mar 3 Avr 2018 - 21:00, édité 1 fois (Raison : Ajout résumé)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1617-maito-kai-terminee

Mar 3 Avr 2018 - 20:26


RP ➤ Le Traitre du Vent
PV ➤ Aami Shôran | Yamanaka Izuki





♫♪ music box ♪♫



Les chimériques lippes de chitine transcendent le marbre, dessinant la mouvance du rire sardonique dénotant que le scorpion noir était bel et bien lié, d’une façon ou d’une autre, au mystérieux chapeauté. L’intuition est aiguisée, se trompant rarement de ces mascarades aux teintes plus obscures qu’une nuit sans lune.

L’inconscient ne se doute pas que ces coups fonçant vers lui puissent s’avérer aussi destructeur que la fin des temps. Il a beau plastronner son bouclier de jais, le doigt du Shinigami le traverse comme spectrale lance assassine. Muramasa est précis, lui assénant les blessures qu’il mérite, afin qu’il succombe au Courroux Céleste fondant alors sur le malappris.

L’adepte du surin est châtié avec sévérité. Il eut malchance de croiser la route du fier Kumojin et des illustres Iwajins. Son espoir d’escapade prend violemment fin. Il s’écrase lourdement dans les décombres de sa propre fin.

Muramasa affiche un regard noir, ternissant la dorure impériale de ses pupilles intransigeantes. La meilleure défense était l’attaque. Chose en laquelle il croyait, malgré sa position bien souvent défensive de part ses apparats érudits. Il fixe le sacripant gisant dans son sang. Toujours sur ses gardes, il s'avance vers lui. Pas assuré, regard mordoré. Désactivant l’arcane faisant sa force, car la victoire était évidente.

Le nécromant s'enquiert de solidement attacher le prisonnier désarticulé. C’est alors que l’impossible se produisit. Une déferlante tumultueuse grondait en déchirant sauvagement les cieux éternels. Une telle puissance tenant de la Calamité des Cieux ne se pouvait. Il ne fallait même pas être censeur pour sentir ces vagues démoniaques déferler sur le Pays du Vent. Muramasa sourcille, arquant un sourcil démontrant sa surprise. Incroyable.

Le forcené était déjà solidement attaché, que l’intrépide Shôran se démultiplia, laissant bonne garde pour s’assurer que le gredin ne disparaisse pas dans la nature. C’est avec entrain qu’il invite les Iwajin à aller découvrir la Divinité du Désert. L’Iwajin aux muscles saillants et luisant de puissance ne se fit pas prier. Muramasa était plus sur la réserve, leur signifiant qu’il voulait d’abord s’assurer de quelque chose.

Les derniers mots du traître ayant pourfendu l'Impératrice le laissait songeur, pour ne pas dire inquiet. “ Il le savait. “. Mais que savait-il ? Tout cela était nébuleux, mais une chose était certaine. Il avait des informations importantes.

Muramasa pose son regard inquisiteur sur l’homme, afin de lui poser quelques question et s’assurer qu’il ne risque pas de mourir.

" Que saviez-vous ? "








Résumé:
 

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/ http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Ven 13 Avr 2018 - 17:54
Pour les clones d’Aami Shôran tout comme Borukan Muramasa, celui qui avait été leur ennemi avait un comportement des plus déroutants. Malgré l’état dans lequel il se trouvait, malgré que ses os étaient cassés, que son sang avait peint son corps, que son chakra le quittait petit à petit… il souriait. Il avait perdu son combat face aux shinobis des villages cachés, mais il semblait rempli d’une telle joie qu’il en était presque étrange. Et les larmes lui montaient aux yeux, tandis que sa voix fébrile traduisait bien ce qu’il pouvait ressentir.

« L’Autel d-de… c-c’est ce m-monstre… qui a dévas… notre p-pays. Pas les… Asaara… »

Derrière eux, c’était effectivement une véritable monstruosité de sable qui semblait s’être formée sur les ruines du fameux Temple de la capitale. Le Dieu du Désert ? Pourtant, cela n’avait rien d’une divinité. Mais dès lors qu’une telle apparition avait frappé Taiyô, beaucoup de choses étaient remises en question. Les Asaara, accusés d’avoir provoqué l’énorme tempête de sable qui avait ravagé Kaze no Kuni en l’an 40… n’étaient-ils finalement pas innocents ?

« N-notre rébellion… n’a jamais eu d’autre… b-but que d’ame… la vérité ! »

L’espace d’un instant, Yasei Tadao avait semblé regarder plus loin que les clones de Shôran ou Muramasa. Et aussitôt, il s’était vu insuffler une force presque inespérée. Ce qu’il était en train de faire était incroyable mais pourtant vrai : il arrivait, malgré l’immense difficulté et la douleur, à se relever !

« C-ce que je sais ? C’est q-que nous avons r-réussi ! Et q-qu’il y a t-toujours de l’espoir ! Et que m-même si v-vous vous mêlez de t-tout… Vous d-découvrirez quelqu’un… qui vous s-surpa… »

Il avait bien entendu une pensée pour l’Homme au Chapeau. Mais encore une fois, il sembla regarder quelque-chose au loin… ou quelqu’un ?

« F-FEMME, S-SHAMINSEN, AU TEMPLE ! JE T’AIME ! »

Soudain, il fit basculer son buste en avant, faisant davantage craquer ses os. Du sang jaillit à plein d’endroits de son corps. Pour lui, son objectif était accompli. Et il était hors de question de rester en vie ou de servir à quoique ce soit pour ces maudits villages cachés, qui étaient déjà responsables de ce qui était arrivée à celle qu’il aimait.

Celle à qui il avait lancé son dernier et le plus beau des regards…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 16 Avr 2018 - 11:11





デウス・エクス・マキナ


::: RP ::: Le Traitre du vent
::: PV ::: Event




♫♪ MUSICBOX ♪♫
REALLY SLOW MOTION - DEADWOOD





Une eurythmie lancinante plane dans le théâtre macabre où l’apocalypse fait rage. Étrangement, l’adversaire, bien que désarticulé et baignant dans son sang, souriait de manière goguenarde, semblant repu de satiété cathartique. Il souriait malgré la cuisante correction qu’il venait de subir. Paraissant comme possédé par un esprit malin, ou sombrant dans la folie. 

L’heure était néanmoins aux révélations. Le bougre se décidait enfin à obtempérer. Était-il satisfait que les enfers se déchaînent sur terre ? Apparemment. Le médecin avait beau être stoïque, intérieurement, il ressentait que quelque chose n’allait pas. Pragmatique, il suffisait pourtant de voir la Calamité au loin pour se rendre à l’évidence que les légendes n’étaient pas si chimérique que leur plumage laissait imaginer.

Tout prenait sens, dès lors qu’il s’exprimait. Tout cela avait été dans le but de révéler au monde l’existence de ce monstre ? Bien sûr, cela servait d’une manière ou d’une autre les noirs desseins du chapeauté. En quoi ? la demeurait le mystère. En tout cas, si le surineur avait frappé, c’était dans le but de répandre la vérité concernant la dévastation du pays, dont la faute été injustement attribuée aux Asaara. Encore une sombre histoire des plus nébuleuse. La seule chose à retenir était que cette rébellion avait été aidée par le mystérieux personnage. Aux vues de sa réputation, il ne pouvait s’agir que du sommet de l’iceberg.

Le regard de l’adversaire semblait porter sur quelque chose l’enivrant d’une soudaine frénésie. Insufflé d’espoir et de joie, malgré ses blessures qui auraient dues le calmer, il réussit contre toute attente à se relever. Chose qui ne manquait pas d’être admirable, mais mal avisé. Le médecin arquait un sourcil, dubitatif. La perplexité était présente. Même les clones semblaient médusés par tant de vaillance s’incarnant dans le chant du cygne du forcené qui proférait d’étranges paroles. Venait-il de perdre la raison ? Possible. Il déclarait sa flamme à une femme ou… à un shamisen !? Nébuleux. Mais cela trahissait que le malandrin avait été manipulé et poussé au vice par ses plus bas instincts. L’homme au chapeau utilisait donc les plus vieux tours du monde. Peut être une femme, ou encore des techniques fallacieuses, afin de manipuler les pièces de ses agissements viciés.

Défiant la logique, le bougre tentait de se suicidait en gesticulant comme un possédé. Faisant craquer ses os dans des soubresauts frénétiques, le freluquet semblait décidé à en finir. La scène était rocambolesque, surtout avec le grabuge se profilant au lointain. 

Muramasa ne laissa pas faire le suicidaire. Usant rapidement de ses arcanes pour l'empêcher de se faufiler dans les limbes austères et froides du trépas. Concentrant rapidement son arcane, il relâche sa puissance sur le métamorphe afin de calmer ses ardeurs. Les clones n’avaient rien à craindre, arborant toujours le stigmate protégeant les alliés. Heureusement, les ombres étaient apparu lorsque la marque était encore active et il n’avait pas encore désactivée cette dernière.

Le clones se saisirent du vil scorpion avant qu’il ne chute. Muramasa s’approcha du Kazejin, afin de le soigner un minimum. Il n’était pas question de le soigner de trop, afin qu’il n’essaye pas de s’échapper tout frétillant et remis de ses blessures. Se concentrant sur les parties les plus critiques et vitales pour la survie du prisonnier, Muramasa se tourna vers l’un des clones, afin de lui annoncer qu’il se pourrait que ce soit avisé de s’éloigner de la zone afin de sécuriser le prisonnier. Veiller à ce que le personnage ne tente plus rien de fourbe nécessitait toute l’attention du médecin.

" ... "

Si tout se passe bien, Muramasa désactive les marques n'ayant plus d'utilité.








Résumé:
 

_________________
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/ http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

1/04. Le Traître du Vent

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Événements terminés :: Events :: Event n°3 : L'Éveil :: Partie n°1, Kaze : L'Éveil du Désert
Sauter vers: