Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

L'étincelle d'un futur chaos | Itsuwari


Ven 9 Mar 2018 - 0:31
Dès que le faucon s’envola, Ayuka descendit de volière d’Iwa, rapidement. Tout était encore flou, comme le village, comme les esprits. La Yuki déboula dans les rues animées d’Iwa, pourtant cette fois, c’était bien la curiosité qui poussait tous les habitants à sortir de leurs demeures. On hurlait à la mort d’Alderan alors que son cadavre chaud traînait encore sur le sol, dans une étrange angulation.

La manieuse de glace avait assisté à toute la scène, et depuis les toits du village, avait pu entendre les sinistres craquements sous la rage personnelle d’Akimoto. Dès les premières secondes, elle avait filé chercher un oiseau voyageur afin d’expliquer la situation à Watari et les autres samouraïs en mission. Si Alderan ne semblait pas avoir menti en désirant se rendre seul… Comment croire un tel tueur ? Un homme sans honneur ? Rapidement des senseurs furent envoyé patrouiller dans toutes les rues et Ayuka, malgré son cœur lourd, se doutait que son statut la poussait à également devoir protéger Iwa.

Enveloppée dans son beau haori de glace couvant sa simple tunique blanche, elle avançait, le regard vif mais le visage neutre. Car tout allait changer, car par un simple geste, Akimoto venait certainement d’enflammer tout le Yuukan. Pendant des années, Ayuka avait aidé à gérer la prison de Kiri et même au cœur de la Roche, elle était une des gardiennes principales, comme si finalement, cela coulait dans son sang. Et par expérience, un prisonnier détesté était toujours plus utiles qu’un corps sans vie. Elle aussi nageait dans un océan flou. Watari si loin. Eiichiro si silencieux. Et elle ? Toujours au milieu, toujours dans la norme, toujours trop faible. Plus jamais.

D’un pas décidé, Ayuka surveillait chaque bâtisse avec attention, malgré son esprit occupé par quelques pensées brûlantes. Plus jamais elle ne saurait unique spectatrice. La mort de l’ancien chef lui rappelait brutalement à quelle vitesse la vie pouvait se mourir et… La jeune femme avait trop de rêves dans la tête pour mourir avant de les avoir réalisés. Le vent soulevait doucement les quelques mèches libres de sa chevelure de blé alors qu’elle ferma les yeux quelques instants. Dans cette cacophonie, dans ce chaos, elle ne pouvait pas se noyer. Pour ses proches, pour sa famille. Mais surtout pour elle-même.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Ven 9 Mar 2018 - 16:02
Du côté d'Itsuwari c'était une autre paire de manche, son retour avait été accompagné de celui d'un des plus grands criminels de l'époque actuelle, mais aussi chef d'une organisation Nukenin dont il avait vaguement entendu parler. L'époque de sa retraite spirituelle avait touché à sa fin depuis quelques jours, mais le bandeau qui lui avait été confié avec le sigle du village de la roche n'avait guère d'importance aux yeux de celui qui se sentait peu concerné par les remous actuels du village.

Un détaché comme un autre à l'allure civile et bien différente des habitants d'Iwagakure no Sato, le Zetsu dont l'ancien emblème trônait dans son dos au tissu à peine déchiré, voguait dans les rues en peine de trouver un visage reconnaissable. Quant à la difficulté de cette tâche, elle était plus grande encore lorsque plusieurs heures avant que les cris ne surgissent des toits, il apprit avec surprise, les vagues de désertion du pays de l'eau.

Cela dit, son opinion à ce sujet était vaseuse et l'Homme trentenaire ne voyait pas de raison de mettre une nouvelle main mise sur cette histoire qui ne le concernait pas. Des Yuki au village de la roche.. pourquoi pas, ça ne serait jamais pire que le mélange des clans presque imposé par la création des villages cachés quelques années plus tôt. Et quitte à faire de pire en pire jusqu'à entremêler les gênes entre eux, autant s'adonner à la folie que de semer les graines de la discorde à travers les générations futures.

Cette idée saugrenue aurait probablement germé dans l'esprit du Shinobi aux mille mensonges, qui malgré son âge, n'avait ni eu de femmes ni de descendance à qui délivrer tous ses secrets. Et ne cherchant pas spécialement à s'adonner à la fornication si ce n'est pour ses propres intérêts, il ne voyait encore une fois aucune raison que de faire ce qu'il s’apprêtait à faire en rejoignant celle qui lui avait apporté son bandeau plus tôt dans la matinée.

« .. Vous ne me laissez même pas le temps de vous remercier. J'ai couru après vous toute la journée. Senseï ? C'est comme ça que vous vous faites appelée ? »

Il l'avait rejoint malgré le grabuge et légers mouvements d'incertitudes qui saisissaient les plus peureux, et lui pas plus qu'un autre ne se douterait que ce soit disant Alderan serait à même de mettre en branle la puissance militaire d'un pays. Mais il fallait croire que même Rokkusu ne représentait aucune menace, n'inspirait aucune crainte, et ce sentiment provoquait le dégoût chez celui qui recherchait la suspicions dans l'œil de ses voisins.


Dernière édition par Zetsu Itsuwari le Sam 17 Mar 2018 - 18:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2618-zetsu-itsuwari-le-cauchemar-n-est-qu-un-reve-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u447

Ven 9 Mar 2018 - 23:53
Des paroles la tirèrent de ses réflexions introspectives, une voix encore peu cotoyée la ramena totalement à la réalité. Le regard de glace de la Yuki se leva légèrement, afin de croiser celui de l’homme qui la surpassait en taille. Pendant quelques secondes, à cause de l’agitation et de toutes ses pensées, elle se demanda qu’il pouvait bien être. C’est uniquement quand l’inconnu évoqua sa matinée qu’Ayuka se rappela. Oui, en effet, on lui avait demandé d’aller dans le village, distribuer les bandeaux des nouveaux genins, les nouvelles recrues des forces armées d’Iwa. Une tâche simple, qui avait légèrement désespéré la jeune femme face à un travail aussi… Basique. Enfin, comme à chaque fois, elle s’était exécutée. Courant directement sur les toits pour gagner du temps, le travail avait été accompli rapidement. Un sourire poli, le bandeau donné et elle repartait.

Certains l’insultaient. Ceux qui se rappelaient de l’arrivée des déserteurs d’Iwa, ceux qui espéraient encore les voir repartir. Ceux qui leur sortaient souvent qu’ils avaient amené Kiri aux portes de la Roche mais qui oubliaient que les Yuki et les Hoshino avait aidé à repousser les attaquants.

L’homme put voir la légère hésitation d’Ayuka qui se ressaisit pourtant, lui lançant un nouveau sourire poli. Léger. “Vous n’avez pas vraiment besoin de me remercier, j’étais disponible mais n’importe quel ninja de la Roche aurait pu être à ma place.” Cependant la réflexion suivante fit vraiment sourire la Yuki. Une simple discussion avec inconnu. Une banalité en apparence mais cela faisait bien longtemps que la manieuse de glace n’avait pas connu cela. “Sensai...“ elle posa un doigt sur son menton, pensive. “Je ne sais pas si je le suis encore.” Il fallait dire qu’elle n’avait aucune nouvelle de ses élèves. Et Eiichiro ne manifestait pas un très grand intérêt pour eux également.

“En fait, vous pouvez simplement m’appeler Yuki Ayuka, du clan des glaces.” Cela étonnait quelques fois. Qu’elle revendique sans hésiter ce clan divisé, meurtri. Mais la jeune femme restait très fière de cette appartenance, ainsi que son Kekkei Genkai. “Vous êtes… Zetsu… Itsuwa… Itsuwari, c’est bien cela ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Sam 10 Mar 2018 - 2:46
Lui non plus ne s'attendait pas vraiment à tomber sur elle malgré l'active recherche qui l'avait poussé à l'accoster. C'était même un prétexte pour s'échapper de ses premiers devoirs en tant que Genin, car lui avait été confié la première mission que de rattraper plusieurs années d'histoires et protocoles basiques, qui ne lui avaient été enseignés.

Que ce soit concernant le comportement à adopter envers un supérieur hiérarchique sorti dont ne sait ou, il trouvait d'ailleurs toujours étrange que le village eu accepté si facilement et si rapidement, le mode de fonctionnement copié sur celui du pays de l'eau. Quand lui se faisait une idée radicalement opposée quant à la gestion de forces militaires.

«.. N'importe qui ne m'aurait pas taper dans l’œil comme vous.»

S'il faisait un sous-entendu sans qu'il n'en soit complètement responsable, le Shinobi tenta au moins de faire redescendre la pression ambiante d'une simple taquinerie. Quant au sourire qu'il venait de lui offrir, il était accompagné d'une main posée sur son épaule comme pour appuyer la sincérité dont il faisait preuve à son égard, s'asseyant par la même occasion si elle ne le repoussait pas, à ses côtés.

«.. Pourquoi cette question ? Les Capitaines n'ont t'ils pas d'élèves habituellement ? Quand j'y pense, le chef ne m'a toujours pas répondu à ce sujet .. pff ..»

Lui-même venait à apprécier quelques mots échangés tout naturellement, sans qu'une pression ne vienne perturber leur discussion. La hiérarchie était oubliée au profit de quelque chose de moins protocolaire et presque amical, comme s'il ne venait que s'incruster dans le quotidien d'une jeune femme mal entourée. Ce qui fut sa première impression à l'observation des traits ornant sur son visage.

«.. Zetsu. Itsuwari. Mais appelez moi Itsu' en privé, ce sera plus prononçable.»

Il avait hoché dans sa direction avant que ses yeux ne le transportent vers une autre direction, songeant bien à ce qu'il pouvait faire de cette approche. Ils avaient peut-être un point commun concernant l'utilisation d'un kekkei gekai particulier, mais n'étaient sûrement pas des mêmes terres. L'homme aux épaules méticuleusement musclées en viendrait même à s'étirer les bras dans un long soupire, tranchant avec l'agitation de plus tôt.

«.. Du clan des glaces. Votre nouvelle vie à la roche ne doit pas être des mieux accueillies. Mais j'ai plaisir à rencontrer une représentante du clan des histoires que l'on me faisait parvenir.
Oh.. j'ai quelque chose pour vous.
»

Un sourire bébête mais joué à la perfection s'harmonisait avec le plissement de son regard gêné au moment ou une lettre tenue de sa main viendrait à être tendue dans la direction de la Yuki des glaces. La signature, le sceau du Kage y était apposés comme si ce n'était question que de formalités.

«.. C'est une lettre de recommandation suite à mon retour. N'y voyez la aucun .. ordre, ou devoir. L'on m'a conseillé de la présenter aux potentiels aspirants Capitaines.
.. J'imagine que vous êtes fortement occupée, c'est - déplacé.. ahem. Quel abruti je fais.
»

Son autre main venait s’aplatir du plat de sa main contre son front, terriblement mais faussement anxieux à l'idée de se précipiter vers elle. Cette faiblesse dévoilée au plus grand jour, peut être penserait t'il qu'elle réussirait à faire rire la demoiselle. Et comme on dit.. femme qui rit.. à..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2618-zetsu-itsuwari-le-cauchemar-n-est-qu-un-reve-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u447

Ven 23 Mar 2018 - 3:02
Un charmeur, comme beaucoup avaient croisé la route de la jeune femme. Mais allait-il se montrer plus intéressant que ces hommes sans conversation et pauvres d’esprit ? La question sur les capitaines fit sourire Ayuka qui lui répondit simplement “Quelques fois les élèves se lassent, choisissent d’autres voies. Des fois les caractères n’arrivent à s’accorder.”

C’est ensuite que le genin en vint à parler et interroger sur sa propre vie. Et… En réalité, elle n’avait guère envie de raconter encore la même histoire. Benten et ses atrocités. La perfide sabreuse et l’oeil d’Eiichiro. Les menaces d’exclusion. Le bannissement des Yuki ainsi que leur humiliation, le départ, la désertion, le voyage. Le Meikyuu, la protection de Chôgen, l’attaque, l’emprisonnement de Noah… Non, alors que le corps d’Alderan traînait encore par terre, elle n’avait pas la force de passer une heure à conter son histoire. “Ma vie me convient depuis que je la prends enfin en main.” Car en effet, elle en avait, des projets. Des rêves. Dans un doux sommeil, elle imaginait Eiichiro à ses côtés, heureux. Rakka plus grande, devenue une kunoichi accomplie et elle enfin digne des plus grands Yuki de l’histoire. Mais pour atteindre ce simple mais parfait idéal, la route allait être longue.

“Mon clan a une longue histoire, c’est vrai. Un clan déchiré à reconstruire, ce que je compte faire. Mais…” Sa voix devint moins assurée alors qu’elle attrapa le papier. “Vous pouvez y voir une ignorance totale, seulement jamais dans les histoires je n’ai connu votre clan ? Aussi ancré dans la Roche que celui des Borukan ou Huyga ?”

En même temps qu’elle lançait ses interrogations, la Yuki lisait avec attention les lignes tracées sur le simple papier blanc, réfléchissant. Le repliant soigneusement, elle finit le rendre à Itsuwari. “Vous en aurez besoin si vous croisez un autre gradé, peut-être plus impressionnant que mon simple rôle de Chuunin !” Chuunin finalement souvent peu utile.

“J’imagine que ce n’est jamais évident de trouver un Sensei” dit-elle comme pour le rassurer. “Après, les temps sont tellement troublés que j’ignore si je serai affectée à un poste me permettant d’avoir une équipe… Si vous êtes convaincant et que l’occasion se présente, je me souviendrais de ce papier.”

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Ven 23 Mar 2018 - 11:47
Peu loquace mais les évènements laissaient pensés que tout donnait raison à la demoiselle de vouloir rester muette sur son passé. Ni l'occasion n'était propice, ni l'envie apparente au point qu'Itsuwari prit certaines de ces paroles comme les prémices d'un véritable râteau qu'elle commençait à lui mettre. Lui, la parlotte c'était son truc pourtant .. plus il parlait, plus il pouvait mentir, plus il pouvait jouer, et allonger cette macabre poésie qui l'avait suivie pendant la plus grande partie de sa vie. Un pied dans les abysses, l'autre dans le monde des vivants, tel était son credo, telle était sa façon d'appréhender les forces de ce monde encore incomprises des plus puissants Shinobis existants.

« L'ignorance ne saurait être punie si elle précède la curiosité. » - Se frayant une petite place à ses côtés pour au moins occuper ce petit temps d’accalmie - « Le clan Zetsu jouit d'une sordide réputation sur les terres du pays. Il n'est pas étonnant d'entendre parler de clans plus puissants, le nôtre ne faisant office que de requiem éternel. »

Lui répondre était aisé, même si Itsuwari se gardait à cet instant les détails que pouvait renfermer l'histoire de ce clan de la roche peu représenté, et à vrai dire peu recommandable auprès des autres familles. Son regard suivait les gestes de la Yuki, dans l'espoir d'une réponse plus positive que celle qui lui fut parvenue. Une pointe de déception dans son cœur d'acier, sa moue journalière revenait presque au galop tout en récupérant l’enveloppe.

« Votre modestie vous honore, Ayuka sensei. Mais c'est vous dévaloriser sur les bords, il y a une limite à toute chose, et il nous faut la dépasser en tant que Shinobis. Cette expérience pourrait nous être enrichissante .. enfin .. je n'insiste pas. Le Kage prendra sa décision. »

L'Homme semait derrière lui ses dernières graines même s'il aurait désiré plus de faciliter à monter dans les tours avec la Yuki. Attention, pas de séduction ni d'autres sous-entendus, mais une première rencontre était le point d'ancrage de toute relation saine, et il se devait de faire bonne figure. Son regard s'était alors porté sur les mouvements de foules, suivant celui de sa voisine plus concentrée à réfléchir à tout et rien à la fois, qu'est ce qui pouvait bien lui torturer l'esprit au point de n'être que peu enthousiaste ?

« .. Toute cette agitation, pour un seul homme. Il a du vous en faire voir des couleurs. Sans envier le même sort, j'envie au moins la renommée. Qui sait.. Peut-être pourrais-je moi aussi jouer de ma poésie dans ce monde. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2618-zetsu-itsuwari-le-cauchemar-n-est-qu-un-reve-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u447

Ven 30 Mar 2018 - 1:37
“Une mauvaise réputation ?” La Yuki, assise, genoux repliés, s'interrogeait sur les quelques mots du Zetsu. On pouvait placer tant de vérités derrière ce terme. Mauvais. Une réputation sulfureuse comme les Metaru ? Une réputation bestiale comme les Kaguya ? Une réputation de bons vivants sympathiques comme les Borukan ? Pourtant le jeune homme ne semblait pas atteint par ces caractéristiques. “Qu’entendez-vous par cela ? Mon clan était autant aimé que détesté pour la fierté qui nous a toujours animée, aujourd’hui la mauvaise réputation est évidente, mon clan est déchiré. Et le vôtre ?”

Vivement, de nouvelles équipes de shinobis traversèrent la place, courant jusqu’aux portes du villages pour prendre également conscience du drame qui venait de se produire. Les civils rentraient chez eux sur ordres des guerriers, non sans exprimer leurs craintes et leurs colères. Combien de morts Iwa devrait-elle encore voir dans son village à cause du Sohsikidan. Ayuka en était sûre, la mort d’Alderan serait la plus importante étincelle du chaos qui se préparait. Le Yuukan n’allait pas tarder à voir la guerre régner sur ses terres et si beaucoup de shinobis se montraient confiants… Étaient-ils vraiment prêts à un tel conflit après la mort de nombreux gradés ?

Les mots d’Itsuwari étonnèrent Ayuka qui retourna rapidement son regard vers lui, puis sur le corps au loin, encore observé par Borukan Muramasa. “Vous… Ne le connaissez pas ?” Visiblement non. Au vue de l’avenir sombre, Ayuka se voyait mal laisser partir le genin sans que celui-ci ait conscience du monde par delà les frontières de Tsuchi no Kuni. “Nara Alderan. Ancien chef du Soshikidan et Daimyo du Feu.” Les souvenirs remontaient, chauds. Brûlants et avec eux, l’odeur de la mort. “C’est lui qui a tué l’ancien Daimyo et a blessé son héritier soigné à Iwa, c’est pour cet héritier qu’Iwa a été attaquée il y a quelques mois. C’est lui qui a permis au Sandaime Mizukage, le maudit Meikyuu de tuer Nagamasa Chôgen. C’est lui qui a été à l’origine du massacre de Shîto. Oui j’y étais, ce géant touchant les cieux et écrasant la ville entière…” Elle s’arrêta quelques instants, soupirant. “Beaucoup voulaient sa mort. Est-ce que le monde se souviendra de lui ? Je ne sais pas. Le Soshikidan a toujours un chef. Et le monde est vaste…”

Le Soshikidan n’était pas encore tombé, sans parler de ce mystérieux homme au chapeau dont tout le monde parlait, donc la rumeur se répandait rapidement. Et alors qu’elle parlait du passé, la jeune Yuki n’imaginait pas que quelques semaines plus tard, elle se pencherait sur le corps meurtri de Suzuri Kaldea.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Ven 30 Mar 2018 - 7:35
Ce n'était pas le chapitre de sa vie si envoûtante que l'Homme se présentant comme un Zetsu, voulait aborder. La curiosité de la Yuki touchant néanmoins le trentenaire, Itsuwari aurait peut-être l'occasion de lui faire part d'infimes détails concernant les siens. « Nos traditions se heurtent souvent à la morale. » En plus du fait qu'avec ses années d'errance, sa situation n'était pas différente de celui qui ignorait tout des principaux conflits du village, y compris avec ce Nara Alderan.

« Notre kekkei genkai le Shinkeikei s'éveille de différentes manières. L'on compte parmi elle la stimulation démesurée des émotions. Entoure alors notre famille des mœurs que certains voudraient interdire, similaires à de la torture, mais nous ayant permis de survivre à travers les âges. »

Les Zetsu étaient peut-être vivants, mais plusieurs écoles de pensées divisaient un petit nombre d'individus qui de toute part, essayait de tisser les fils de la manipulation chez les leurs. Pour ainsi dire, cette cohésion précaire empêchait tout simplement à la famille de prendre une ampleur aussi grande que celle des Hyuga, ou des Borukan en ce village. « Votre clan est déchiré. Je crains que le miens ne le soit d'ici les années ou l'héritière de l'ancien chef tyrannique voudra reprendre sa place. »

Autant enfoncé le clou suite au conflit idéologique qu'il avait eu lors d'une soirée de fête avec sa cousine, Eiko. Puisqu'il n'avait que faire que de ternir sa réputation, ou encore reprocher à cet enfant de vouloir causer la destruction, l'homme au teint pâle n'aurait à hésiter la moindre seconde quant à pointer du doigt la problématique. Ce qui outre le fait d'accaparer son esprit la journée, le faisait réfléchir sur la manière la plus directe que d'empêcher à son nom d'être enterré. Ayuka de part son écoute était en plus de ça très réceptive, ce qui avait réussi à plaire au tatoué, l'aisance de la parole et de la gestuelle accompagnait leur échange lorsqu'enfin elle daignait lui expliquer l'étendue de l'intrigue qui se déroulait ici-bas.

« Perdu dans ma montagne, mes yeux ne ce sont que rarement posés sur les autres pays. J'ignorais jusqu'à l'existence de cet homme qui semble créer les frayeurs même chez les plus courageux. » - Et c'était peu dire pour celui qui passa 16 années plus proche des cieux que des tourments terrestres. Il fallait rattraper tant d'histoires et tant de maux à peine effleurées à l'endroit où il vivait. « .. Ce qui explique mon attaque .. hum .. quelques mois me séparent d'un affrontement qui m'opposa à un Kirijin égaré .. »

« Rassurez vous Ayuka sensei. Si mes yeux ne faiblissent, vous n'êtes ni seule ni abandonnée. » il lui donnait un petit coup d'épaule cette fois-ci « Ne mourrez seulement pas dans ce conflit, nous avons de nombreuses choses à nous dire. Et si les cadavres s’amoncellent dans votre glace. Mon projet de morgue ouvrira très bientôt en plein centre du cœur commerçant .. n'hésitez pas à m'y rendre visite, à l'occasion. » - Quoi de mieux que de faire de la publicité lorsque ce jour de réjouissance signait la fin d'un criminel aussi célèbre que le Nara décapité. Quant aux pays du feu .. il n'avait qu'à brûler, ou n'avait qu'à être conquis par l'une des grandes nations. C'était l'étrangeté de l'inaction qui se posait dans la réflexion du Genin, puisqu'à quoi bon laisser un pays en ruine, alors qu'il nous suffirait d'entendre les frontières et s'approprier leur richesse. L'art de la guerre par le sang était une stratégie de bas étage qu'Itsuwari ne comprenait pas. À croire que les dirigeant étaient des simples d'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2618-zetsu-itsuwari-le-cauchemar-n-est-qu-un-reve-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u447

Ven 30 Mar 2018 - 20:57
“Hum. C’est spécial.” répondit-elle naturellement, le regard pensif face aux explications d’Itsuwari. Certes le clan Yuki pouvait avoir quelques traditions contestables, mais sauf si le jeune homme exagérait, rien de comparable. “J’avoue que c’est bien la première fois que j’entends parler d’un tel éveil. Dans mon clan, le Hyoton se réveille entre cinq et quinze ans. Au delà, le clan, jusqu’à il y a peu, ne cherchait pas à provoquer l’éveil, il considérait simplement que la personne ne méritait pas notre don et devait vivre sa vie en dehors du domaine.” Ayuka s’était éveillée très tard, malgré une très faible manipulation des flocons enfant, c’était à treize ans que la Yuki avait commencé à découvrir son pouvoir en arrivant à Mizu no Kuni. Mais à bien y réfléchir, combien d’enfants avaient sombré après avoir été rejetés ? Ses pensées se tournèrent vers Tetsuko, ce sabreur empli de haine, fils de Yuki mais incapable de maîtriser la glace. Comment allait-il ? Avait-il enfin trouvé une paix dans son cœur ? Tant de questions certainement à jamais sans réponses.

La suite intéressa également la Yuki. En effet, les Zetsu fonctionnaient au sang ? “L’héritière ? Vous choisissez le futur chef en fonction de ses parents ? En quoi cette femme déchirerait votre clan ?” Les Yuki voyaient leur famille coupée en deux suite au départ de plusieurs membres et quand Eiichiro dirigeait le clan de Kiri, il était suivi par tous ses membres.

D’une voix malicieuse, elle ajouta “Je ne compte pas mourir tout de suite, j’ai encore beaucoup à faire et… Je préfère emprisonner un ennemi plutôt que le tuer, hélas, un cadavre ne parle pas et la vie est précieuse, même celle d’un monstre.” Elle n’avait pas désiré la mort d’Alderan. Pourtant elle aurait pu le tuer, mais pour protéger les êtres chers à son coeur, pas pour le plaisir de voir son regard contempler la mort.

“Par contre je viendrai visiter votre morgue si vous le désirez, je connais les restaurants, les domaines des clans, les haut-plateaux… Mais oui, une morgue c’est… Original. Et puis celle de Kiri a vu trop d’horreurs pour qu’on veille la découvrir.” Tendres souvenirs de Benten. Tendres souvenirs des orphelins, courant pieds nus, dans la boue de Kiri la Brûmeuse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Sam 31 Mar 2018 - 9:12
« Il se réveille peu avant la vingtaine chez nous .. mais ne manque pas d'avoir quelques exceptions à la règle. Il fut alors décidé bien avant ma naissance .. de chercher à le provoquer. » - Sa main s'évertuait en une mimique banale, frivole et volatile - « .. il faut bien se protéger du danger .. un jour ou l'autre. »

S'il ne faisait allusion à rien de plus que le sujet qu'il évoquait, sa phrase laissait une certaine emprunte chez les plus attentifs, à tel point qu'une simple mise en garde ne servait non pas de menace, mais de conseil .. à la prudence et ce chaque jour. Les deux partageaient au moins ça, même si de son côté Itsu avait été à sa connaissance, le plus jeune membre du clan à avoir éveillé cette particularité, qu'il jugeait d'ailleurs mineur et assez ridicule en comparaison de la puissance développé par les autres clans. Mais sa puissance était aussi réduite par d'autres facteurs qui faisaient de lui un utilisateur passif du chakra, la langue suffisait amplement à détourner l'attention, voir éviter les accrochages.

Pour le reste, il avait bien quelques atouts dans sa manche mais égalables par n'importe quel Shinobi moyen faisait preuve de rigueur dans son entraînement. « .. Les femmes du clan n'ont pas accès à sa direction. Ma cousine est .. Comment dire .. » il cherchait ses mots pour ne pas partir dans l'invective basique et sans fond « .. Instable. Son père était un tyran assoiffé de pouvoir, tué dans sa folie. Dés lors, sa fille s'est prise d'une mission presque sacrée en voulant contraindre notre famille à la faiblesse. Une famille qu'elle renie chaque jour mais veut soumettre à sa volonté .. »

Sa main se levait à nouveau dans un long soupire, plus désabusé qu'auparavant, comme si cette opposition de la part de la Zetsu fatiguait d'avance Itsuwari et son quotidien pour le moment paisible. Cherchait-il aussi peut être, une certaine approbation venant de la part de la Yuki, en évoquant en plus de l'injustice qui était supposée arriver dans un futur proche ou lointain, l'indignation de voir le nom d'un clan bafoué par une minorité sans respect.

« Je le désire, Ayuka-sensei. » Non-non non ! Ce n'était pas l'acceptation d'une demande en mariage ! Quoi qu'elle avait tout pour plaire. Mais sa motivation quant à venir le voir dans un lieu si austère que son petit cocon morbide réjouissait l'homme au teint pâle et livide. Comme quoi, même les plus étranges ont aussi leur moment de joies. « Si j'ai l'occasion d'aller à Kiri, peut être m'en inspirerais-je ? Il faut savoir satisfaire des clients venus de tous horizons. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2618-zetsu-itsuwari-le-cauchemar-n-est-qu-un-reve-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u447

Dim 1 Avr 2018 - 18:08
En effet, les traditions et les moeurs étaient différentes. Plus le Zetsu parlait, plus Ayuka s’en rendait compte, comparant son propre à celui du jeune homme à côté d’elle. “Même à Kiri, dans notre branche la plus pure…” elle mina quelques guillemets avec ses mains car en effet, certains l’oubliaient quelquefois mais Ayuka se trouve dans la branche héritière des Yuki aux côtés d’Eiichiro “Les femmes ont autant le droit de devenir cheffe de clan que les hommes. Il est rare que le pouvoir aille à un membre s’éloignant des héritiers du sang, cependant c’est la force qui prime pour nous. Et c’est pour cela que je me fiche de comment les Yuki de Kiri, qui ne font que ramper et lécher des bottes, s’organisent. Actuellement le chef légitime reste mon cousin, Eiichiro-kun.” Son cher cousin, celui qu’elle voyait toujours comme son meilleur ami, son protecteur, son second père ou encore son frère. Elle rêvait de l’égaler, d’être un jour digne de devenir cheffe de clan, mais peu importe les épreuves à venir, Ayuka possédait un grand respect pour ce cousin.

Elle retourna son regard vers le Zetsu, cherchant dans ses prunelles, quelques informations sur ses intentions. Car il se mettait clairement en désaccord avec cette fameuse héritière désireuse de paix ? Alors que voulait-il la guerre ? Le pouvoir ? “Ainsi malgré votre règle, elle peut accéder à la tête du clan ? Mais quelles raisons la poussent à vouloir réduire votre pouvoir ? La peur d’exposer votre famille à la connaissance commune ?” C’était une possibilité. Ayuka ne s’était jamais réellement posée la question. Tout comme les Metaru de Kumo, les Borukan d’Iwa, les Yuki étaient connus à travers tout le Yuukan et jamais Ayuka n’avait eu besoin d’expliquer la provenance de son clan à des étrangers. Mais elle savait également que certaines familles préféraient l’ombre à la lumière. Monde si éloigné des fiers Yuki.

“En revanche pour la morgue de Kiri. Je pense qu’il vous faudra attendre pour la visiter. Si un iwajin pose le pieds sur le territoire du Mizukage, je n’ose imaginer la mort qu’il vous réserverait… Et je ne suis pas certaine qu’Iwa désire une morgue où de vieilles folles s’amusaient à quelques expériences sur des orphelins.”

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t971-yuki-ayuka http://www.ascentofshinobi.com/u281

Dim 1 Avr 2018 - 18:57
Ce n'était pas la première que l'homme voyait dans le regard de ces interlocuteurs une intrigante curiosité. Il était d'ailleurs en l'état actuel le mieux placer pour parler d'un clan qu'il a vu s'installer dans ses premières années à Rokkusu, perdant avec le temps et la paix, l'étiquette qui leur revenait. S'abaissant finalement à des mœurs de commerçants ouverts au mélange et à la pluralité. Sa main se levait de devant eux, faisant une vague gestuelle. « Ce n'est pas vraiment une règle. Il s'agit plus d'une coutume respectée depuis plusieurs générations, qui voulait qu'un chef donne naissance ou bien désigne un héritier légitime. »

Il était d'autant plus intéressant de pouvoir converser avec Ayuka qu'elle lui livrait un petit bout de son histoire à son tour. Cependant l'énonciation de la force eue pour brève conséquence que de crisper la mâchoire d'Itsuwari, contraint alors de repenser aux tristes années de règne de l'ancien chef, ou le sang avait été versé à foison, et ou les cadavres de jeunes enfants s’amoncelait à l'abri du domaine et dans le plus grand des silences. « .. La force. Si je devais mettre quelques mots pour codifier cette ascension chez nous .. je dirais que c'est le respect, et le mérite. »

C'était même assez logique car son père de sang, Satoshi, avait lui-même mis un terme à la folie de Ken'ichi en l'exécutant quelques années plus tôt. Le sang avait été versé en guise de preuve, et le mérite lui fut attribué pour en avoir terminé avec ces maudites années. Les tentatives de meurtre avaient été nombreuses, sur Ken'ichi.. et même sur sa fille Eiko, échouées pour la plupart si ce n'est en ne comptant pas l'assassinat de sa femme. Un assassinat dont le responsable n'était nul autre que le chevelu se trouvant assit à côté de la Yuki, mais que personne ne soupçonnait au vu de sa réputation de s'être abaissé à cette pratique barbare.

Et pourtant, il avait fallu une fin pour justifier un moyen, et le meurtre de son jeune frère pour justifier celui de la mère d'Eiko, qui pour cette dernière était encore en vie, de clémence et de grâce d'un cœur trop fragile à l'époque pour qu'Itsuwari n'abaisse son arme sur l'enfant. Des choses à dire, à celles à ne pas dire, Ayuka à qui il délivrait une partie de la vérité, ne pouvait dans l'instant présent être la tributaire de ce fardeau qui chaque jour pèse sur les épaules du Zetsu. Pour le bien de son clan. « .. Ses raisons ? Son apprentissage des arts Shinobis est bâclé. Et de peur de voir en elle le monstre qu'était son père, personne n'a osé lui démontrer que sa particularité s'apparentait à du Genjutsu de haut rang. Croyant fermement que le Shinkeikei est une arme redoutable qui ne laisse pas de trace, Eiko s'est voilée la face en ne soupçonnant pas que d'autres Shinobis seraient capables de telles prouesses. Ces conclusions erronées face à une famille qu'elle déteste, la pousse à supprimer des mémoires, le souvenir de techniques frôlant les consciences pures. »

Même si de son côté, Itsuwari n'avait en vue que le contraire, pensant de surcroît pouvoir imposer une paix à l'intérieur de son clan, n'ont pas par l'interdiction bête et risible, mais par la peur qu'un jour ces arcanes dangereux et connus du clan, ne se déchèrent sur leur propre descendance. Les années d'errance lui avaient appris qu'ils n'étaient pas les seuls à posséder de redoutables dons, mais plus encore, il savait qu'un contrôle par la diplomatie, valait mieux qu'une poigne de fer que certains se mettraient à combattre. « .. Ken'ichi .. » - l'ancien chef fou allié donc - « .. asseyait son pouvoir en interdisant l’accès au savoir à la majorité des membres du clan. En nous rendant faible, Eiko serait à même d'assouvir sa vengeance sur les miens. Pire encore, diviser ma famille si je venais à m'opposer à elle. »

C'était tout l'enjeu qui se jouait présentement. Entre une fille colérique et capricieuse, muette d'une vengeance qu'elle cachait aux yeux de tous, face à celui qui, plus expérimenté, voulait à tout prix éviter à la bêtise de s'introduire à la suite du règne de son Père. Entre une opposition frontale ou plus minutieuse, Itsuwari faisait alors remarquer à la Yuki que tout n'était ni blanc, ni noir, mais que les conséquences des choix qu'il ferait déterminerait ou se place son allégeance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2618-zetsu-itsuwari-le-cauchemar-n-est-qu-un-reve-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u447

L'étincelle d'un futur chaos | Itsuwari

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: