Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Seul la pratique mène à la perfection. [Libre]


Ven 16 Mar 2018 - 12:36


Il était attaché autour de ma tête, sa plaque en acier représentant l'ordre à laquelle j'appartenais depuis peu. Ce n'était pas la première fois, ni la dernière, qu'un Genin franchissait les portes de ce Dojo si réputé, mais cette fois c'était à mon tour de porter ce bandeau et de venir faire mes preuves parmis les plus grands épéistes de ce monde. Dans mon dos, un gigantesque sabre en acier y était accroché grâce à un support fabriqué de mes propres soins. Un simple mouvement du poignet sur le pommeau suivis d'une traction vers l'arrière me permettait de le dégaîner plutôt rapidement afin de palier au désavantage qu'offrait le choix de porter son arme derrière soi plutôt que sur le flanc. Malheureusement, ce genre de lame était impossible à tenir autour de la taille. Elle était trop grande, oui, mais surtout trop lourde et il fallait déjà s'habituer à porter un tel monstre derrière soi sans en perdre l'équilibre...chose à laquelle j'avais déjà remédier suite à de nombreuses heures d'entraînement lors des périodes plus calmes à la forge.

Cependant, la forge n'était pas le terrain d'entraînement adéquat afin de manier un tel colosse de fer. Rapidement, je me rendis compte que bouger et frapper à la fois allait demander un air de pratique beaucoup plus vaste, mais aussi que ce que j'avais à ma disposition ne pouvait optimiser le gain de potentiel que je devais normalement obtenir durant toutes ces heures à mettre en pratique divers mouvements de base du Kenjutsu, mais du Taijutsu aussi. Le grand Dojo devenait donc le terrain d'entraînement idéal afin de progresser et même si les lieux étaient plutôt vides à une heure si tardive dans la nuit, les mannequins seraient tout de même parfait pour que je puisse élaborer de nouvelles techniques de frappes et divers enchaînement avec mon sabre.

M'avançant donc jusqu'au centre de la salle après avoir traîner un mannequin et l'avoir déposé à deux mètres de la position que j'allais occuper, je pris bien le temps de plonger les mains dans les poches de mon pantalon, empoignant la poudre blanche que j'y avais glissée afin de m'assurer une meilleure poigne sur le pommeau de mon sabre que j'avais tout juste déposé devant moi. Le bout de sa lame touchait le sol et son manche était appuyé sur mon épaule gauche, n'attendant plus que je l'enpoigne fermement après m'être frotté les mains ensemble.

Fermant les yeux, inspirant profondément, remontant mes mains au niveau de mes épaules afin de resserer mes doigts sur la tige de fer enveloppée de bandages qu'était la base de mon sabre, je le soulevai en relâchant l'air de mes poumons. Mes muscles se contractèrent en leurs extrêmités et gonflèrent en leurs centres. Mes avant-bras semblèrent soudainement gagner du volume, tout comme mes biceps qui dévoilaient maintenant une forme beaucoup plus athlétiques que ce qu'ils avaient l'air sous mes vêtements habituels de forgerons. Mes épaules pivotèrent au même moment où je tournais l'entièreté du haut de mon corps sur le côté, mes pieds eux restèrent bien stables, ancrés au sol comme le rock à la base d'une montagne.

Puis...ma jambe droite avança rapidement, pendant que le tranchant de ma lame commençait à fendre l'air de manière circulaire, partant de l'arrière de mon corps et allant jusqu'à l'avant, accomplissant un arc de cercle plutôt large. Relâchant ma main gauche du pommeau, j'abandonnai toute résistance dans le bras droit par la suite en dehors de la pression qu'exercait ma main sur le pommeau. Seul le poid de l'arme suffisait afin qu'elle continue sa course et, tout juste avant qu'elle ne frappe le mannequin, je la retournai sur le côté, laissant son plat le frapper, résultant d'un claquement assourdissant qui fit valser le pantin de bois à quelques mètres dans les airs, vers la droite.

De ma main gauche, juste avant que le sabre ne frappe et donc au moment où elle avait lâcher le pommeau, j'avais pris un kunai sur mon flanc, prêt à le lancer aussitôt que l'impacte aurait lieu afin qu'il rejoigne là où le coeur du mannequin serait s'il avait été humain.

Pendant qu'il volait, un *Toc* se fit entendre, signifiant que le projectile avait atteint la cible et à ce moment seulement,  je fis un siple geste d'une main, un mudras unique signifiant l'activation d'une technique simple, un sceau. Biensur, cette technique restait totalement imaginaire puisqu'aucun parchemin n'avait été accroché à ce Kunai, mais si tel avait été le cas, probablement qu'une explosion aurait été détonnée et que la déflagration aurait eut raison de cet ennemi de fortune.

Et pendant que le pantin retombait au sol, j'allais raccrocher cet énorme sabre entre mes deux omoplates, et j'allai chercher un autre mannequin de bois pour le rapprocher vers mon cercle d'action, tout en relevant le deuxième. Le premier enchaînement était efficace contre un seul adversaire...mais bien peu contre deux.

Reprenons, donc...





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/u522

Seul la pratique mène à la perfection. [Libre]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: