Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

L'ordre dans le désordre | Estuko-chan

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Mer 25 Avr 2018 - 18:18
La demoiselle aux cheveux bruns restait bien serrée contre le policier tandis que celui-ci après sa descente après lui avoir confirmé qu'il acceptait la destination choisie. Bien qu'elle n'avait plus trop peur, s'étant un peu habituée aux hauteurs aériennes dans lesquelles Takumi l'avait projetée sans prévenir, elle ne pouvait s'empêcher d'être rassurée en voyant le sol de rapprocher. Elle soupira même légèrement de soulagement lorsque, après un atterissage très doux, elle sentit de nouveau la terre sous ses pieds.

Entourrés d'un magnifique parterre de fleurs s'étalant sur presque tout le plateau, Etsuko ne put s'empêcher de sourire, profitant de la vue sans pour autant se détâcher du jeune homme. Elle ne remarqua qu'elle était toujours accrochée à lui que lorsqu'il détacha lui-même sa propre étreinte sur elle. Elle recula alors d'un pas assez prestement, les joues rouges, le regard vers le sol. Elle était restée collée à lui plus que nécessaire après avoir prit le pli dans les airs, elle ne voulait cependant pas qu'il croit qu'elle ait une attitude déplacée envers lui et qu'il décide de mal le prendre. Elle était respectueuse et n'aurait jamais osé faire du charme à un client, pour n'importe quelle raison que ce soit. D'ailleurs, elle n'avait jamais cherché à plaire d'une manière ou d'une autre à qui que ce soit, elle ne voulait pas donner une telle image d'elle.

« C'était assez surprenant, comme balade... Je n'ai jamais fait quoi que ce soit du genre, mais la vue était magnifique... »

Les yeux toujours un peu détournés, elle en profitait pour regarder les fleurs qui les entouraient, un peu gênée, seule face à lui dans ce champ de fleurs sur les hauteurs d'Iwa. Intimidée à nouveau par ce changement de paysage assez brutal et son inattention qui avait pu donner de fausses idées sur qui elle était, elle n'osait plus parler, attendant une nouvelle question venant du jeune homme ou une remarque sur laquelle elle pourrait rebondir pour changer de sujet. Pour son plus grand bonheur, il ne traîna pas trop à embrayer sur une nouvelle question.

« Je... C'est très agréable je dirais. Les fleurs sont mon domaine, je me sens... protégée ? Oui, je crois que c'est cela... Je n'ai pas grand chose à craindre d'elles et elles peuvent me protéger de ce qui m'attaquerait éventuellement. Donc oui, j'ai l'impression que rien de mal ne pourrait m'arriver dans un tel champ. Et puis... C'est si plaisant de profiter des senteurs qui s'y mélangent et des couleurs qu'elles projettent. Quoi que je fasse avec mes assemblages, ce ne sera jamais aussi beau que ça. »

Après avoir terminé sa phrase, elle redressa le regard pour embrasser des yeux le champ complet en tournant doucement sur elle-même.

« C'est bien plus éblouissant, plus équilibré, plus juste... Oui, je dirais que cet équilibre m'apaise, il m'apprend aussi toujours beaucoup de choses, et à chaque fois que j'ai une occasion de revoir ces champs naturels, cela m'aide à me ressourcer et à trouver de nouvelles idées pour la boutique et nos clients, mais non, je ne me sens pas responsable des fleurs. Seules celles dont je dois m'occuper sont sous ma responsabilité, les autres sont un cadeau de la nature que l'on peut observer, dessiner, sentir, mais nous n'en sommes pas responsables. Ce n'est pas une culture, alors autant laisser leur évolution à la nature, elle saura le faire bien mieux que nous. »

Elle se retourna finalement vers Takumi, un sourire aux lèvres, visiblement effectivement apaisée par le lieu qui lui était des plus accueillants à ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Mer 25 Avr 2018 - 19:14

Il sourit légèrement, pas peu fier de lui avoir permis d’effectuer une telle balade. Pour sûr, c’était original, surprenant et plaisant. Des sensations fortes suivies de sensations douces. Une expérience singulière en somme. Semblant gênée, il se contenta de plonger ses iris dans les siennes en l’écoutant attentivement. Protégée ? Cela tombait sous le sens pour Takumi. Ses compétences étaient liées aux fleurs, nul doute qu’au milieu d’un tel champ, elle se devait d’être une redoutable adversaire. Une curiosité soudaine et certaine pour le jeune policier donc.

Je vois… Ne te sens pas tu déjà protégée au sein du village ? Si tu as des problèmes, je suis là pour les régler, tu le sais bien. Oui tu as raison, rien ne semble plus harmonieux que ce que produit la nature. Essayer de l’égaler… est peine perdue.

Tandis qu’elle continuait à s’exprimer, il effectua un léger mouvement de doigt ayant pour effet de faire apparaître une brise dans les environs. Quelques fleurs avaient eu leur tige coupées ou arrachées, probablement par le vent violent et les divers animaux qui pouvaient passer dans les environs. Le vent se concentra sur une zone restreinte puis se balada, ramassant ainsi les fleurs une à une.

Je comprend. en s’approchant doucement d’elle.

La multitude de fleurs, encore de première fraîcheur et non fanées, se plaça entre eux d’eux. Le vent se permit de former, maladroitement mais marqué d’une bonne volonté, un bouquet improvisé avec les petits végétaux qui traînaient ici et là pour finalement doucement se placer à mi-chemin de leurs visages. Ils pouvaient ainsi en humer les senteurs d’une manière un peu plus concentrée et probablement plus hasardeuse.

Une telle vision de la chose nous pousse à l’humilité, ne trouves-tu pas ? Nous avons tant à apprendre de la nature, de sa manière de faire. Peut-être que la meilleure manière de se rapprocher d’elle est de ne pas se prendre la tête et de tout faire naturellement.

Il saisit doucement le bouquet avant de le tendre avec tout autant de douceur vers elle, souriant et l’air amusé.

Que penses-tu de mon oeuvre, Etsuko-chan ? Tu serais prête à m'engager en tant qu'apprenti fleuriste ?





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Jeu 26 Avr 2018 - 22:01
Etsuko admirait le champ floral tournant sur elle-même pour ne pas abimer plus de fleurs lorsque Takumi éleva de nouveau la voix. Il était calme mais la questionnait sur ses impressions vis-à-vis du village. Se sentait-elle en insécurité au coeur du village ? Non, ce n'était pas vraiment ça mais... C'était dûr à exprimer, même à formuler dans son esprit. Ce n'était pas cela, elle n'était pas effrayée à l'idée qu'il lui arrive quelque chose dans le village, c'était un sentiment plus particulier, différent. Et elle ne savait pas comment en parler pour ne pas induire en erreur le policier du poste douze dans ce qu'elle souhaitait dire.

« Non... Je ne dirais pas ça. Ce n'est pas un problème, ce n'est pas lié au village. J'ai la chance de vivre une vie assez tranquille et éloignée du danger lorsque je suis avec ma famille au village, je n'ai pas l'impression d'être en danger... C'est juste que... Dans un champ pareil, je ne saurai comment l'expliquer mais... C'est un peu comme lorsque je suis près de ma mère. Je sais qu'avec elle, je ne risque rien, et pourtant je sais parfaitement que je suis plus en sécurité dans le village que si j'en sors seule avec ma mère. C'est simplement une impression, quelque chose de sentimental peut être, pas spécialement réel ou réaliste, mais c'est comme ça que je le ressens. Mais je vous rassure, tout va bien pour moi, c'est gentil de vous en inquiéter mais ce n'est pas nécessaire je vous le promet. »

Elle sourit alors au jeune homme, arrêtant son tour du regard de l'horizon pour à nouveau le regarder dans les yeux. Elle était contente d'être ici, dans ce paysage qu'elle n'avait que rarement l'occasion d'aller observer quand bien même c'était sa passion. Il y avait tant d'heures de marche pour venir jusqu'ici et elle avait tant de travail pour soutenir ses parents que seul un voyage similaire lui permettait ce genre de déplacement au beau milieu de la belle saison.

Etsuko observa alors Takumi rassembler maladroitement les fleurs tombées avec leur arrivée grâce à son Fuuton. Elle le laissa faire avec un petit sourire amusé, l'aidant discrètement si jamais elle voyait que certaines fleurs faisaient signe de chûter. Il était assez étrange dans son approche, mais elle ne pouvait pas dire pour autant que c'était déplaisant, elle se contentait donc simplement de profiter du moment, de cette pause qu'il lui offrait dans ses journées bien souvent difficiles.

Regardant le bouquet se former et arriver entre eux, Etsuko le regarda avec un peu plus d'attention, détaillant chacune des fleurs, fermant les yeux pour les humer tranquillement et profiter de ces senteurs qui l'enchantaient comme à chaque fois, la fraîcheur présente dans les parfums des fleurs de ces hauteurs étant toujours une note particulièrement appréciable qui ne se retrouvait pas dans celles qu'elle pouvait produire avec sa mère dans la serre. C'était tout bonnement impossible.

Elle continua d'écouter Takumi, hochant simplement la tête de temps en temps avant de rougir légèrement lorsqu'il lui tendit le bouquet. Elle passa alors machinalement une main dans ses cheveux, un peu gênée, puis s'éclaircit légèrement la gorge afin de se redonner une contenance avant de répondre.

« Je... Je ne sais pas si je serai une bonne professeure, mais si vous avez envie d'en apprendre plus sur les fleurs, je pourrais toujours essayer de vous faire découvrir quelques astuces et connaissances... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Ven 27 Avr 2018 - 1:37

Cela était donc simplement dû aux fleurs, au même titre qu’avec sa mère. L’influence de cette femme avait été certaine dans la vie de la fleuriste visiblement. C’était un sentiment qu’il ignorait. Le policier ne se sentait pas spécialement en sécurité avec qui que ce soit, ayant constamment eu à combattre pour s’affirmer et gagner lui-même cette sécurité. Sur ce point, il l’a rejoignait. Certes, il avait l’impression d’être en sécurité à l’intérieur du village mais le sentiment n’atteignait son paroxysme que quand il se rendait compte qu’il se suffisait à lui-même. N’ayant confiance en personne, il se rabattait sur sa propre personne pour tout ce qu’il avait à faire, ce village le décevant de plus en plus.

Je comprend. Et bien, si tout va bien pour toi, je ne peux que bien m’en porter.

Le bouquet semblait être plutôt bien accueilli par la tête brune, allant même jusqu’à aider la chevelure de jais dans sa tâche. Une initiative appréciée par Takumi qui sourit alors doucement après avoir remarqué son comportement volontaire. Cela lui paraissait évident, Etsuko était probablement une bonne personne. À moins que cela ne soit qu’une manœuvre des plus finaudes pour se mettre le policier dans la poche et ainsi faire faillir sa vigilance quant à un possible trafic de substances illicites dont elle serait la reine. Cette pensée le prit subitement pour repartir tout aussi rapidement après que son regard s’eut déposé sur son visage alors qu’elle se mit à humer les senteurs du bouquet. Kawaiiiii, elle ne pouvait qu’être une bonne personne. Pour sûr.

Voyons Etsuko-chan…

Il déposa délicatement une main sur sa joue. Ne souhaitant pas la prendre pour un être inférieur ou enfantin en la posant sur sa tête ni en ayant l’air bizarre en la posant sur son épaule, il joua la carte de la personne chaleureuse (peut-être trop). Et puis, elle avait l’air bien plus mignonne avec son visage écarlate, il ne semblait pas disposé à vouloir voir autre chose que son attitude un peu gênée.

C’est moi ou tu te tires vers le bas là ? en la regardant dans les yeux.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Ven 27 Avr 2018 - 1:55
La demoiselle aux cheveux chatain frissonna. Alors qu'elle venait de dire à Takumi qu'elle ne se pensait pas être une bonne enseignante, celui-ci porta sa main à sa joue. Elle se mit alors à rougir, incapable de détacher son regard de celui du jeune homme. Décidément, il lui faisait perdre ses moyens à jouer ainsi. Elle n'était pas vraiment capable de se défendre face à ce genre d'attaques sournoises.

Alors qu'il semblait s'amuser à ses dépends, il lui parla à nouveau, la fixant dans les yeux. Perturbée par ce regard blanc en plus de ses paroles déroutantes et de ses actions désarçonnantes, Etsuko restait immobile. Elle cherchait une solution, comment sortir de cette gêne qui la faisait rougir intensément.

« Je... Vous... Je je... C'est juste que... Je... Je ne sais pas vraiment... Enseigner... Je n'ai jamais fait ça et... Je ne sais pas si je saurai retransmettre ce que ma mère m'a appris... C'est juste ça... Je... »

Elle voulait fuir les yeux de l'homme mais dans sa douceur, il gardait une sorte d'autorité étrange. Peut être était-ce lié à son grade et à ce que cela représentait aux yeux de la jeune femme, toujours est-il qu'elle était incapable de fuir ou même tout simplement de détourner les yeux en cet instant. Les pomettes rouges, elle prit alors la seule voie qui lui permettait d'arrêter cet échange de regard qui ne faisait qu'accélérer les battements de son coeur qu'elle avait pourtant enfin cru calmés. Elle ferma ses paupières, penchant légèrement la tête vers le bas, respirant lentement.

Cette astuce avait deux atouts majeurs. Le premier, le plus important, cela lui permettait enfin de quitter les yeux du jeune policier face à elle qui la tétanisait en s'amusant ainsi à ses dépends de simple villageoise et Genin d'Iwa. Le second, c'était qu'elle pouvait dès lors se concentrer à nouveau sur les fleurs qu'il tenait près d'elle, lui laissant encore profiter de leur frais parfum. Ainsi, elle arrivait peu à peu à redescendre son rythme cardiaque, à retrouver une certaine sérénité là où elle avait du mal à respirer quelques instants plus tôt.

« Le bouquet est beau, mais il y a encore du chemin à faire... Je devrais pouvoir vous enseigner deux ou trois astuces malgré tout... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Ven 27 Avr 2018 - 2:56

Le constat fut sans appel. La réaction témoignait d’une perturbation évidente chez la jeune femme. Son balbutiement avait, bien sûr, la force de l’amuser mais aussi peu à peu de créer un certain intéressement en ce qui concernait son interlocutrice. Beaucoup appelleraient cela de l’attirance pour elle, d’autres parleraient de charme venant de la fleuriste. Il n’était point du nombre de ceux qui parlaient amour, ne sachant pas vraiment ce que cela était, il se contentait d’être franc en toutes circonstances et de ne se gêner pour rien au monde, créant sans doute des situations un peu incongrues aux premiers abords.

Ne te laisses pas habiter pas le doute. en replaçant les cheveux de la demoiselle derrière son oreille, comme elle a l’habitude de le faire. Si tu n’en es pas capable, fais le vide dans ton esprit.

L’idée était somme toute ironique tout de même : elle qui pensait inférieure ou moins importante, elle pourrait devenir son “sensei-fleuriste”. Une bien drôle d’histoire que voici. Le regard smaragdin, l’attitude réservée, les mimiques un semblant maladroites mais aussi le ton de la voix qui se cherche, voilà bien un “tout” qui avait transformé le regard amusé de Takumi en quelque chose d’un peu plus sérieux. N’allant pas jusqu’à dire qu’il était envoûté, il était fort probable qu’Etsuko ne le laissait pas indifférent.

Ce bouquet, que lui manque t-il ? en saisissant délicatement le bouquet avant de le décaler sur le côté pour s’approcher d’elle. Je veux tout savoir… en plaçant son visage face à elle après avoir placé une main sur le menton de la jeune femme pour relever légèrement son visage. Et arrêtes de me vouvoyer, tu vas finir par me… avant de venir lui susurrer à l'oreille. ...crisper.

L’attaque pouvait paraître sournoise mais il n’en était rien, il laissait simplement son corps suivre ce qu’il voulait faire. L’amusement n’était plus au rendez-vous, on pouvait plutôt parler d’un voyage vers l’horizon, une aventure vers l’inconnu, une carte blanche à l’instinct pour ce qui était de la situation. Le Hyûga avait toujours fait ainsi et ne comptait pas faire autrement un jour. L’authenticité, c’était bien là son plus grand défaut (ou sa plus grande qualité selon les points de vue et situations).



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Ven 27 Avr 2018 - 13:53
Alors qu'Etsuko cherchait tant bien que mal une solution pour reprendre une contenance et parvenir à regarder le jeune homme dans les yeux, reprendre une couleur normale ou encore simplement arrêter de balbutier bêtement.Elle se mordit un peu la lèvre intérieure puis releva finalement les yeux vers lui, toujours rougissante malgré tout. Mais... Il ne comptait pas la laisser s'en tirer facilement.

Elle sentit, alors qu'elle venait de relever légèrement le regard, la main du policier faire ce qu'elle faisait elle-même machinalement quand elle était un peu gênée, replacer sa mêche folle derrière son oreille. Elle fut alors parcourue d'un frisson et ferma pendant quelques secondes les yeux. Son coeur revenait cogner sa poitrine, elle ne savait plus comment l'arrêter tant la sensation était étrange et nouvelle. Elle n'arrivait plus à se calmer quoi qu'elle fasse, si proche de lui alors qu'il se montrait si tactile alors qu'ils se connaissaient à peine.

À sa suggestion cependant, elle hocha légèrement la tête et prit plusieurs grandes respirations pour se détendre un peu, relâcher ses muscles et parvenir peut être à chasser les doutes dont il parlait, bien qu'actuellement ses doutes se portaient bien plus sur lui que sur sa propre capacité à lui apprendre quoi faire des fleurs. Il l'interpella alors à nouveau, ce à quoi elle réagit en rouvrant les yeux un peu timidement. Elle regarda alors le bouquet, l'observant quelques instants.

« Le bouquet... Je ne pense pas qu'il lui manque quoi que ce soit... Au contraire... Même si j'apprécie cela, je pense que le mélange est trop divers et que... »

Alors qu'elle avait trouvé une micro-échappatoire pour reprendre sa sérénité face à Takumi, ce dernier l'attrapa par le menton une nouvelle fois. Elle s'arrêta dès lors en pleine phrase, retrouvant rapidement une couleur coquelicot. Etsuko n'arrivait pllus à se calmer, le jeune homme s'approchant encore pendant qu'elle fermait les yeux, un peu effrayée jusqu'à entendre la fin de sa phrase directement à son oreille.

Elle fut parcourut d'un frisson puissant tout le long de sa colonne vertébrale, son coeur battant à nouveau la chamade, son sang pulsant dans ses veines fortement. Elle ne savait plus trop comment lui répondre, prenant alors son temps pour formuler une phrase correcte.

« Je vais essayer de... T'apprendre ce que je sais là dessus... Si tu veux... »

La demoiselle se pencha alors légèrement en avant, posant son front contre le torse du jeune gradé. Elle respirait lentement, se calmant peu à peu avant de reprendre une légère distance, rougissant et regardant vers le côté, gênée par ce qu'elle venait de faire sans s'en rendre vraiment compte dans l'instant.

« ... Excuse-moi... Je n'ai pas réfléchi... »

Elle s'éclairçit ensuite un peu la gorge, tâchant de retrouver sa concentration.

« Pour le bouquet, je pense qu'il est trop fourni, et que les fleurs que tu as trouvé... Elles ne vont pas toutes ensemble, elles se nuisent pour la senteur, elle l'épaississent ainsi rapprochées et ne le font pas spécialement dans le meilleur des sens... C'est surtout une question d'équilibre pour les bouquets en fait... Un peu comme pour la cuisine si tu t'y connais dans ce domaine... Si tu en mets trop, que tu ne doses pas suffisamment, tu vas finir par créer un surplus qui dégoûte alors qu'en séparant certains ingrédients pour en faire un autre plat, tu aurais deux plats très bons, intéressants et équilibrés. Je... Tu arrives à comprendre ce que je veux dire ou ce n'est pas clair ?.. »

Elle releva finalement le regard, les fleurs et son petit monologue à leur sujet l'ayant aidé à retrouver un minimum de calme malgré la situation et leur proximité. Elle écoutait maintenant sa réponse avec attention, prête à répondre à d'autres questions s'il le souhaitait, bien qu'il ne semblait pas vouloir parler de fleurs pendant les heures qui suivaient. Elle replongea donc simplement son regard de jade dans les yeux blancs de Takumi, attendant de découvrir sa réaction suite à ces premières instructions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Ven 27 Avr 2018 - 16:04

Mimiques après mimiques, la tension pouvait sembler être palpable. La tutoiement fut accueilli par un sourire qui fut lui-même teinté d’une légère surprise quand elle posa son front sur son torse. Surprise rapidement effacée pour laisser place à un sourire frappé par de la bienveillance (semblerait-il).

Il n’y a pas de mal, c’est bien à ça que servent les policiers non ? Si tu penses que faire une chose t’aidera à aller mieux, n’hésites pas. Et puis, cela me ferait plaisir d’aider, c’est un peu la base de ma profession.

Et la voilà qui retrouvait un air plus sûre d’elle, lâchant un monologue fleuri par une analogie faite en rapport avec la cuisine. Pour sûr il l’a connaissait. Après tout, il avait dû se débrouiller depuis son plus jeune âge pour se faire à manger, se nourrir. Trop fier pour demander de l’aide à des serviteurs de la Bunke, cet orphelin n’avait voulu que compter sur lui, sa confiance ayant été déjà trop abusée.

Je vois. en essayant de créer deux bouquets de fleurs en jouant tant bien que mal avec les nuances, concentré malgré tout. Oh, en parlant de cuisine! en lui montrant doucement les deux bouquets. Tu ne commencerais pas à avoir un petit creux ? en la regardant dans les yeux.

Le ciel commençait à se faire dominer par la vespéral, il n’avait pas vu le temps passer. L'éclat du rayonnant ne faisait que magnifier le parterre de fleurs, rendant encore plus variées les teintes de couleurs, jouant probablement aussi sur le visuel pour améliorer les senteurs. Takumi observa les alentours, remarquant qu’il n’y avait pas de restaurant ou autre dans le coin, il soupira doucement. Il fallait bien remercier l’acceptation de la fleuriste avec quelque chose d’aussi subtil que ses aptitudes, le culinaire semblant être une bonne façon de le faire.

Echange de bons procédés : tu m’apprends ce que tu sais sur les fleurs et moi ce que je sais sur la cuisine. À moins que tu ne sois aussi bonne cuisinière que fleuriste… avant de se gratter la joue.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Sam 28 Avr 2018 - 15:22
Etsuko hocha un peu la tête. Elle n'allait pas nier les affirmations de Takumi, après tout, elles étaient juste. Elle le regarda alors essayer de redistribuer les fleurs par couleur de son mieux, ce qui amusa un peu la jeune fille. Elle le laissa un peu faire, le laissant un peu découvrir par lui-même. Toutes les fleurs ne s'assemblaient pas selon leur couleur, et les fleurs sauvages en étaient la plus grande partie concernée par cela. Elle attendit cependant, l'écoutant tranquillement. Elle pourrait toujours lui expliquer cela plus tard.

Il dévia alors la conversation lorsqu'il l'entendit parler de cuisine, cela devait être son domaine peut être ?.. À moins que... Non, il avait juste faim. Elle sourit alors, amusée. Puis quelques instants plus tard, elle se mit à rougir. Il la regardait dans les yeux à nouveau, lui demandant si cette envie la concernait également. Et c'était le cas.

« Euh oui... Oui j'ai un peu faim. »

Elle passa une main dans ses cheveux pour les replacer derrière son oreille gauche à nouveau, petite manie de gêne dont elle se rendait désormais mieux compte maintenant que le policier avait fait lui-même ce geste un peu plus tôt, ce qui la perturba à nouveau en y repensant tout en agissant à son habitude. Rougissant un peu plus à cette pensée, elle baissa un peu les yeux, les tournant sur le côté.

La demoiselle découvrit elle aussi l'arrivée progressive du coucher de soleil qui changeait les teintes du champ dans lequel ils se trouvaient. Les ombres s'étiraient doucement tandis qu'une légère brise venait compléter et adoucir le tableau un peu trop droit, manquant de courbes dans les lignes que formaient les tiges de la prairie florale.

« Je n'oserai pas dire que je suis bonne cuisinière, mais j'ai appris un minimum afin de pouvoir faire les repas lorsque mes parents étaient dans l'impossibilité de les faire ou lorsqu'ils sont absents... Je suis certaine que tu n'auras aucun mal à m'apprendre dans le domaine. »

Relevant la tête vers lui, elle lui offrit un nouveau sourire, les joues encore un peu rouges, le coeur battant un peu plus vite que la normale bien qu'il s'était considérablement calmé depuis tout à l'heure. Peu à peu, elle avait retrouvé de l'assurance, les fleurs l'aidant à cela.

« On retourne en ville à pied ou on va faire un deuxième voyage par les airs ?.. »

Etsuko avait une très légère pointe d'inquiétude dans la voix à l'idée de refaire le trajet rapide, préférant décidément la terre ferme, mais elle était également un peu perturbée à l'idée d'être de nouveau collée à lui, incapable de se mouvoir, juste dépendante des choix du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Sam 28 Avr 2018 - 17:38

Visiblement, elle avait tout comme lui “un peu faim”. Il faut dire qu’une journée de travail, que ce soit pour une fleuriste ou un policier, ça creuse l’appétit. L’invitation lancée pour la cuisine semblait avoir fait mouche comme on dit. Si elle avait appris à se débrouiller tout comme lui pour pouvoir subvenir à ses propres besoins culinaires en cas d’absence parentale, lui avait décidé depuis longtemps à exceller en la matière. Comme dans bien d’autres d’ailleurs, le temps libre que lui avait offert sa position au sein de son clan aidant beaucoup. Cependant, cela devait bien faire plusieurs semaines qu’il n’avait pas cuisiné, laissant des subalternes s’en occuper afin qu’il puisse s’adonner pleinement à la résolution d’enquêtes. Cela devrait lui faire du bien, quelque part.

Marché conclu alors. En route, futur cordon bleu.

Sourire rendu à nouveau et une voix affectée par un peu d’humour, il l’invita à se mettre en route mais sans forcément se presser. Après tout, l’ambiance présente était plutôt détendue, elle aussi à l’évidence. Il l’espérait, du moins.

Contentons nous de marcher, les sensations fortes ne le sont que car elles restent en petit nombre. Aussi, cela nous permettra de profiter un peu plus longtemps des parterres de fleurs aux alentours.

En tendant le bras vers elle, il lui lança une seconde invitation. Venir se blottir contre lui et essayer de vaincre sa timidité ? Faire s’entrecroiser leurs bras ? Lui tenir la main ? Ou simplement se tenir près de lui ? Il ne tenait qu’à elle d’en saisir la substance. Malgré son allure réservée, c’était une grande fille.

Par contre, si je te vois faillir ou que tu es exténuée, nous passerons à nouveau par les airs Etsuko-chan. Ce n’est pas non plus mon but de t’épuiser, tu sais.

Il l’avait amenée ici afin d’aider à se relâcher un peu et non autre chose. Malgré tout, Takumi en avait appris un peu sur elle et le pourquoi du comment de sa proximité avec les fleurs, de sa fixette sur ces dernières. Elle était venue au poste de police afin de décider des couleurs et des senteurs qui envahiraient ce dernier, les voilà qu’ils se mettaient à présent en route pour se sustenter ensemble après avoir effectué une petite balade. Sacrée vie de shinobi hein.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Dim 29 Avr 2018 - 12:24
La jeune femme hocha la tête doucement, attendant d'en savoir plus sur la décision de Takumi pour ce qui concernait le voyage de retour. Elle fit également un petit sourire en réponse à celui du policier lorsqu'il scella leur marché d'échange d'apprentissages. Elle ne put cependant retenir un léger soupir de soulagement en l'entendant choisir la marche. Peut-être avait-il compris son désir de rester les pieds sur terre. Malgré l'adaptation minimale dont elle avait pu faire preuve au premier voyage et les paroles rassurantes du garçon, elle ne pouvait s'empêcher d'avoir un peu peur en allant si haut dans le ciel.

Elle fut alors prise d'un léger rougissement, comprennant qu'elle avait effectivement soupiré en l'entendant. Elle eut alors peur qu'il ne se méprenne et se dépêcha de le détromper, bafouillant légèrement.

« Je... Ce n'est pas que je n'aime pas ou que c'est désagréable de voler avec toi mais... C'est juste que... J'ai un peu peur malgré tout... En l'air... »

Elle rougit un peu plus, baissant un peu les yeux avant d'attraper la main tendue par Takumi, n'osant aller plus loin par bienséance même si à ce moment, elle se serait bien blottie contre lui pour qu'elle puisse cacher son visage rougit dans son kimono et qu'il ne s'en rende pas compte.

« Ne t'en fais pas, pour la marche... J'ai l'habitude, on doit faire plusieurs kilomètres entre la serre et notre maison chaque matin et souvent je dois faire le retour avec une petite charette, c'est plus dûr que de simplement marcher sur la descente des hauts plateaux vers le centre-ville... »

La Naari regarda autour d'elle, un peu rêveuse, gardant tout de même sa main au creux de celle de cet homme qu'elle ne connaissait que depuis quelques heures. C'était une sensation étrange, à y repenser. Elle se sentait presque... Proche de lui, elle qui d'habitude avait besoin de longtemps pour accorder sa confiance à autrui. Elle n'avait pas ressentit cette nécessité avec lui. Elle n'avait, en général pour cette première rencontre, pas peur lorsqu'elle était à ses côtés. Comme s'il était rassurant alors que si elle le regardait, mis à part ses yeux blancs, il n'avait rien de très particulier.

Peut-être était-ce dû à la sorte d'aura de confiance qu'il dégageait, ou à la sûreté dont il faisait preuve en tout instant. Il savait ce qu'il faisait, c'était certain. Et c'en était d'ailleurs assez perturbant pour elle qui hésitait presque tout le temps, qui ne se faisait pas toujours confiance si elle n'y regardait pas à deux fois, comme ayant peur que ses sens ne lui jouent des tours.

Mais là, elle avait sa main blottie dans celle du policier et elle marchait avec lui vers le centre-ville, assez tranquillement. Elle profitait encore du parterre de fleurs, magnifié par le couché de soleil, tant qu'ils n'avaient pas encore entamé la vraie descente, celle qui les éloigneraient de ce coin de paradis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Dim 29 Avr 2018 - 15:09

Le soupir fut plutôt bien accueilli par le policier, aimant l’insolence et la goguenardise malgré le fait qu’il soit une personne censée maintenir l’ordre dans tout le bordel qu’était Iwagakure. Elle aurait pu bien avoir un caractère trempé que ça n’aurait point déplu au bougre, pas le moins du monde en réalité. Malgré tout, la peur était compréhensible et si il ne la ressentait point en l’air, c’était surement car il devait être animé par un peu de folie quelque part.

C’est compréhensible, je ne t’en tiens pas rigueur. Et puis, tu aurais pu tout aussi bien ne pas aimer, cela aurait été pareil. Je présume donc que tu as dû apprécier la chose, je me trompe ?

Une petite interrogation lancée avec légèreté, le ton ne se voulait pas taquin mais plutôt amusé. Takumi avait bien compris que son espièglerie avait la fâcheuse tendance à rendre Etsuko bien plus rouge qu’une tomate. C’est un teint qui lui allait très bien, trop peut-être d’ailleurs, mais cela ne changeait en rien la gêne qu’elle devait ressentir durant ces moments là. Quoi qu’il en fut, elle attrapa sa main et ils se mirent alors en route pour retourner au village, sans réellement se presser ceci-dit.

Tu n’en as pas l’air mais tu es solide. Peut-être pas physiquement mais mentalement, ce doit être quelque chose. Tu dois attirer une foule de prétendants si tu es une femme de caractère, Etsuko-chan.

Faire des aller-retours en se devant de porter des charges lourdes et ce sur plusieurs kilomètres, voilà bien une chose que le Hyûga ne ferait jamais. Probablement trop flemmard, il enverrait quelqu’un d’autre le faire. À y repenser, c’était peut-être des gens comme elle qu’il envoyait faire des choses à sa place à longueur de journée. Cela ne pouvait que le laisser penseur quelques instants pendant qu’il profitait de la vue que leur offrait leur position dans les hauts plateaux. Réflexion qui ne dura pas si longtemps, son ventre lâchant un bruit révélateur sur la faim qui semblait le tirailler mit fin à cette dernière.

Dis moi, qu’aimes-tu manger ? Tu dois bien avoir des préférences. Loin de moi l’idée de te faire passer pour quelqu’un de difficile hein.

Ne sachant pas réellement si il venait de gaffer, il avait probablement l’air de quelqu’un de maladroit ou de peu pointilleux sur ses paroles, se contentant de faire entendre ce qu’il pensait sans vraiment y réfléchir.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mar 1 Mai 2018 - 9:20
« C'était une première, assez perturbante et effrayante, mais pas si désagréable. Je dois avouer que je préfère tout de même marcher, j'ai un peu moins peur de tomber. »

Etsuko marcha donc tranquillement avec le policier, main dans la main, chose assez étrange pour une connaissance de quelques heures tout au plus. Elle était cependant assez reposée et calme, rassurée par sa présence. Puis il se mit à la complimenter d'une manière un peu étrange qui fit se raviver le rouge des joues de la demoiselle ainsi que les battements rapides de son coeur. Décidément, il se plaisait à jouer avec ses émotions.

« Je ne sais pas si c'est vrai, mais j'essaie d'être plus forte que ce que je me contentais d'être jusqu'à il y a six mois. Maintenant... J'essaie d'évoluer. Alors tant mieux si on peut voir que je ne suis pas trop faible. »

Elle lui fit un doux sourire, tenant toujours sa main, ne voulant visiblement pas la lâcher. La chaleur qu'elle dégageait était agréable, elle n'avait pas envie de l'abandonner. Elle se laissa ensuite un peu porter par ses pensées vagabondes, observant les alentours, rêveuse. Ils avançaient vers la cité dont les lumières commençaient tout doucement à s'allumer les unes après les autres, créant un paysage des plus agréables.

« Par contre, pour les prétendants, mis à part quelques amis du quartier commerçant qui me taquinent un peu et qui sont plus comme des frères, je n'ai personne non. Je ne suis qu'une petite fleuriste, et même si tu ne penses pas que les rangs doivent avoir une importance dans ces histoires, je crains qu'ils en aient effectivement une. »

La jeune fille marchait tranquillement, main dans la main avec Takumi. C'était assez étrange comme relation alors qu'ils se connaissaient à peine, mais ce n'était pas pour autant déplaisant. Elle voulait en profiter encore un peu, et dans un sens, s'ils marchaient, elle savait bien que cela durerait plus longtemps que s'ils rentraient par les airs. Rougissant un peu à cette idée, elle retourna son regard vers le policier au moment qu'il choisit pour lui poser une nouvelle question. Riant un peu avant de retrouver son sourire amusé, elle le regarda.

« Tu es toujours aussi policier que ça ? Tu poses beaucoup de questions je trouve ! Enfin, je dois bien t'embêter un peu avec mes fleurs alors je peux accepter de répondre à ce petit interrogatoire. Mes préférences pour ce qui est de manger... Je t'avoue que je me suis contentée la plupart du temps de ce que mes parents me servaient, ou de refaire les plats qu'ils me font. Je pense que ce que je préfère c'est le riz avec quelques légumes et du poisson blanc. C'est léger et toujours agréable. Et toi, tu préfères quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Mar 1 Mai 2018 - 10:23

Comme présumé par le policier, bien que cela eut été surprenant, la petite balade dans les airs avait aussi ses bons côtés. Au moins, elle pouvait dorénavant se vanter d’avoir fait ça, une anecdote de plus en somme, un simple récit ajouté à une liste qui ne demandait qu’à être remplie, une ligne de plus écrite dans un livre fort en pages.

Tu ne m’as pas parue faible. À vrai dire, il y a probablement fort à parier que tu es une tête brûlée Etsuko-chan.

Sourires échangés, à n’en pas finir mais n’étant pas pour autant ennuyant, c’était bien là une discussion tout ce qu’il y avait de plus normal. Tout sauf peut-être le fait qu’ils se tenaient la main. D’un point de vue extérieur, ils avaient l’air de jeunes adolescents pas très doués en relations sociales. Chacun ayant son “point faible” pour cela d’ailleurs : elle sa timidité et lui son extravagance. Mais bon, ainsi était faite la vie. Personne n’est parfait et ce sont bien les imperfections de chacun qui font que chaque moment peut être pleinement vécu.

Il y en a une, c’est un fait. Je trouve cela désolant, voilà tout. Jauger une personne sur son simple rang social ou sa carrière, c’est complètement stupide. Et tu n’es pas n’importe quelle fleuriste, tu es mon sensei en fleurs, nuance !

Derrière l’humour se positionnait pourtant la vérité. En effet, si elle allait lui apprendre quoi que ce soit en rapport avec son domaine de prédilection, cela faisait de lui son élève. Et bien qu’il eut été le meilleur de sa promotion à l’Académie, Takumi allait devoir prouver qu’il pouvait être assidu et efficace avec une jeune femme de son âge comme professeure. Une singulière expérience mais tout était bon à prendre, surtout quand il savait qu’il pouvait passer du temps avec une personne agréable. C’est ce qu’elle avait l’air d’être du moins.

Oh, ce doit être le métier qui prendre le dessus.

Avant de doucement rire et de reprendre par la suite.

On peut toujours inverser les rôles si tu le désires, Etsuko-chan.

Lancé sur un ton léger mais il l’a regardait tout de même dans les yeux avec un air à mi-chemin entre le complice et le sincère. Elle pouvait toujours s’essayer, encore faudrait-il qu’elle pose les bonnes questions et qu’elles soient correctement formulées pour avoir droit à des réponses. Voir ce que valait son habileté à manier les mots ou les esprits pouvait être une chose intéressante, il n’en savait jamais pas assez sur qui que ce soit.

Ce que je préfère… Des yakitoris, des yakitoris et encore des yakitoris. Ai-je prononcé le mot “yakitori” ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Lun 21 Mai 2018 - 22:54
Etsuko sourit, un peu amusée. Elle, une tête brûlée ? Il exagérait. Elle n'avait jamais rien fait de si extravagant, enfin, si cela l'amusait de l'imaginer ainsi. La demoiselle aux yeux émeraude se contentait de sa main glissée dans celle du jeune homme qui l'accompagnait. Elle qui avait passé la plupart de son temps à travailler n'avait eu que très peu d'expériences sociales avec les autres, et plus particulièrement avec les jeunes de son âge. Elle avait certes ses amis du centre-ville, mais ils n'étaient que des civils et elle les voyait plus comme des cousins qu'autre chose. Pas vraiment des frères, ils étaient trop éloignés les uns des autres, mais comme de la famille à qui elle tenait sans avoir d'autres envies quelconques. Elle les connaissait et ce qu'elle savait d'eux lui suffisait. Alors que lui... Il l'intriguait. Elle avait envie d'être curieuse, d'en savoir plus.

Marchant ainsi côte à côte, ils descendaient doucement le flan des hauts plateaux en direction du village en même temps que le soleil s'abaissait à l'horizon. Les fleurs des hauteurs cédaient progressivement leur place à des arbustes, parfois eux aussi fleuris. Le paysage chatoyant devait petit à petit plus clairsemé, le vert prenant de plus en plus de parts du tout. Elle écoutait les réponses de Takumi les unes après les autres dans leur balade, hochant un peu la tête, pensive. Elle laissa échapper un nouveau sourire amusé lorsqu'il tenta de la remonter à nouveau face à son noir constat sur les rangs hiérarchiques qui lui avaient fait face lorsqu'elle avait voulu commencer à apprendre à se battre réellement pour ne pas rester une simple fleuriste du centre-ville, appuyant ainsi leur accord.

« Je vais essayer de ne pas être trop confuse pour t'apprendre au mieux ce que je sais des fleurs, mais ma mère est certainement une bien meilleure professeure. Ce serait plus simple pour te montrer avec des échantillons mais... Enfin tu me diras quand tu auras du temps pour apprendre, j'apporterai quelques plants pour t'expliquer plus facilement. J'espère que tu aimes bien dessiner aussi, c'est important pour être un bon élève en fleurs. »

Elle gardait son sourire amusé, qui l'aidait notamment à ne pas trop rougir. Alors qu'il lui proposait d'inverser les rôles, elle se mit à réfléchir. Des questions... Qu'est-ce qu'elle voulait savoir de lui... Déjà, elle savait qu'il était Shihainin bien qu'elle ne soit pas trop certaine de ce que signifiait ce titre, qu'il avait du travailler dur pour le devenir, qu'il était plutôt direct, ambitieux. Il aimait la cuisine et se souciait du bonheur de ceux qui l'entouraient.

« Ça me va, je vais essayer de te questionner alors ! »

Gardant sa main à l'abris de la brise qui leur arrivait de face sans pour autant être trop cruelle, Etsuko se mit à réfléchir quelques instants avant de se lancer, écoutant au passage la réponse de Takumi sur la nourriture.

« Des yakitoris... Je vois, c'est vrai que c'est bon. Pour ce genre de plats, j'ai une petite préférence pour les takoyakis. Hmmm... Tu as d'autres activités, mis à part ton travail et la cuisine ? Des choses que tu aimes bien faire ? Et tu aimes bien les animaux de compagnie ? »

Elle le regardait, continuant de marcher, attendant ses réponses pour ne pas trop le bombarder et lui laisser le temps de répondre ou de lui poser lui aussi des questions. Elle l'écouta donc patiemment, toujours souriante, les joues rosies par un sentiment assez particulier qui s'amusait à lui tirailler le coeur sans qu'elle ne sache trop mettre de mots dessus pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Mar 22 Mai 2018 - 5:14

Le chemin est tout tracé devant eux et pourtant, nulle autre trace d’activité humaine. Seuls, ils approchent du village en lui-même, s’éloignant ainsi des hauteurs d’où ils viennent. Le rire de la jeune femme est accueilli par le sourire de son interlocuteur. Visiblement, la conversation semble lui plaire autant qu’à elle qu’à lui. Tant mieux.

Je ne demande qu’à apprendre, tout est bon à prendre. Dessiner… Euh oui oui, on va dire ça oui.

Pas réellement doué en dessins non. Il ne s’est jamais réellement adonné à cette pratique, bien qu’elle lui apparaît comme étant intéressante. User de finesse et de délicatesse, créant ainsi des traits cherchant à se rapprocher au maximum du naturel, de ce qui se fait de mieux. En a t-il la patience ? En a t-il même le talent nécessaire ? Il le saura bien assez tôt apparemment. Un petit rictus d’amusement sublime son visage alors qu’elle accepte d’échanger les rôles.

Des takoyakis ? Hmm, bon choix. D’autres activités ? Lire. Beaucoup lire. Pour tout et n’importe quoi : apprendre de nouvelles langues, en savoir plus sur les mystères de ce monde, pouvoir mieux appréhender la nature et ses imprévus… Jouer de divers instruments aussi, c’est agréable je trouve, pas toi ? Quant aux animaux de compagnie, bien sûr. Qui n’apprécie point se blottir contre le pelage d’un félin par exemple ? Des sans coeurs, pour sûr.

Ainsi donc débute l’interrogatoire. La fleuriste doit probablement commencer doucement, peut-être a t-elle choisi d’endormir la vigilance de la chevelure de jais pour mieux saisir la moindre information susceptible de pouvoir être intéressante selon elle ? Qu’à cela ne tienne, voyons voir quelles questions le regard émeraude a en réserve pour le jeune policier. D’ailleurs, il peut très bien se permettre de répliquer un peu, non ?

Dis moi, tu as déjà voyagé ? Peut-être as-tu en tête certaines destinations si ce n’est pas le cas, Etsuko ? Il y a bien un endroit où tu souhaiterais te rendre un jour. Une amoureuse de la nature telle que toi ne peut qu’avoir l’âme d’une aventurière, c’est sûr.

Une affirmation lancée l’air de rien tout en la regardant. Le voyage et la découverte font partie de ces choses qu’il apprécie tout particulièrement. En savoir plus, encore et toujours plus. Si le monde était en paix, nul doute qu’il passerait son temps à lire et voyager jusqu’à trouver l’âme sœur. Seulement, ce n’est ici qu’un doux rêve bien naïf dont il ne se saisit plus. Et ce, depuis fort longtemps.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mar 22 Mai 2018 - 8:51
On va dire ça... Voilà qui était assez peu clair comme réponse de la part de ce jeune homme qui était si sûr de lui dans de nombreux domaines. Il était plein d'assurance depuis le début d'après-midi, c'était bien le premier sujet ou il semblait incertain. Preuve de modestie ou alors bluff ? Impossible de savoir pour le moment, elle devrait patienter et le voir crayon en main pour avoir sa réponse. Elle n'insista cependant pas sur la question, passant à la suite, écoutant les autres réponses de Takumi. Il était assez succint de manière générale, ne donnait que le minimum d'informations pour répondre à ses questions. Il était un professionnel du domaine et il le prouvait avec une certaine aisance.

« Tu aimes bien les plats rapides à faire non ? J'ai l'impression que tu vas toujours à l'essentiel. Dans tes réponses comme dans ta manière de les dire. C'est assez bizarre pour moi, mon père a toujours eu tendance à tourner autour des réponses sans jamais les donner vraiment ou entièrement. C'est plutôt agréable, quelqu'un qui ne cherche pas à noyer le poisson pendant des heures. »

Elle soupira légèrement, pensant à son père qui devait probablement être accoudé au comptoir en train de déployer l'énergie d'un paresseux endormi pour servir les clients avec une passion qui lui était unique.

« Pour la musique, je n'ai pas vraiment de talent. Je joue un petit peu de guzheng mais je ne pratique pas assez pour être forte. Disons que quand j'ai un peu de temps, il m'arrive de m'entraîner, mais ce n'est pas assez souvent. J'aimerais bien y passer plus de temps mais le temps n'est pas extensible et la fleuristerie ne fonctionne malheureusement pas encore toute seule. »

Elle avait un sourire un peu triste, regrettant de ne pas accorder plus de temps à ce genre d'à-côtés qui semblaient être ce qui guidait au contraire le Shihainin, une volonté de savoir encyclopédique. Etsuko avait jusque là plutôt travaillé ses connaissances dans le domaine des fleurs de manière quasi exclusive, usant de tous les moyens qu'elle découvrait les uns après les autres pour donner le meilleur d'elle-même. Elle n'était pas une grande créatrice, mais quand un client arrivait à la boutique, elle pouvait lui trouver ce qu'il cherchait à tous les coups, et dans un sens, c'était ce à quoi elle aspirait. Elle n'oserait cependant jamais lui avouer qu'elle aimait bien chanter et que c'était probablement là sa seule véritable capacité musicale.

« C'est vrai, pour les animaux, j'avais presque oublié tout ceux du poste. »

Elle eut un petit rire amusé par sa propre bêtise, ayant presque déjà occulté le moment passé à caresser le chat roux. Il était mignon même si un peu trop aggressif pour ses confrères volatiles, il finirait bien par en attraper un.

« C'est vrai, pour les animaux, j'avais presque oublié tout ceux du poste. Pour les voyages... Non, je n'ai pas prit le temps jusque là. Pour la même raison que je ne joue pas beaucoup de musique, c'est compliqué de partir avec la boutique. Et quand je n'ai jamais osé partir du village seule à vrai dire. Je ne l'ai quitté que de rares fois avec mon sensei pour des entraînements, et nous restions dans le pourtour d'Iwa. Pour les destinations... Cha no Kuni m'intéresse. Le pays du thé est très beau de ce qu'on m'en a rapporté, et les plantes et fleurs qui y poussent ont toutes de nombreuses vertues. J'aimerais aussi aller découvrir le pays de l'Eau, mais ma dernière... rencontre avec certains de ses membres ne s'est pas bien passée, alors je préfère me renforcer pour le moment. Ils n'ont pas choisi de me tuer, mais ils auraient très bien pu le faire alors je vais éviter de remettre ma vie en danger sans raisons tant que je ne saurai pas me défendre convenablement. Et toi, tu as une destination de rêve que tu n'as pas encore pu atteindre jusque là ? Ou tu es déjà allé partout et tu as des lieux à me conseiller ? »

Elle le regardait de nouveau avec son doux sourire, écoutant ses réponses avec grande attention. Elle appréciait décidément beaucoup ce temps passé avec lui alors qu'elle le connaissait à peine depuis quelques heures, une première pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Mer 23 Mai 2018 - 5:38

Donnerait-il des réponses expéditives, sans réellement chercher à étoffer ses phrases en palabres ? Probablement, oui. Rien ne sert de se perdre en explications sans queue ni tête ou alors n’ayant que pour but de retarder l’échéance de l’information voulue. Il préfère aller droit au but, c’est vrai. Peut-être même qu’il est ainsi pour tout et n’importe quoi, à commencer par son travail, ses relations, sa manière de faire les choses… Non pas qu’il ne soit jamais subtil, loin de là. Seulement, il est de ceux qui savent ce qu’ils veulent et l’affichent ouvertement. Que cela lui soit profitable ou non d’ailleurs.

J’aime aller à l’essentiel oui. Mais étrangement, je suis tout autant capable de passer plusieurs heures à lire qu’à cuisiner ou faire autre chose. C’est une manière comme une autre de s’évader de ce monde, de fuir cette réalité qu’est la notre. Et bien, je suis ravi de t’être agréable, Etsuko.

Il sourit alors doucement, guidé par la brise qui se balade au gré d’un mouvement tantôt puissant, tantôt se faisant des plus timides, à l’image du duo qui arpente le chemin au sein de la verdure divinement bien entretenue par la nature elle-même.

Je vois. C’est bien pour cela qu’il te faut un élève en fleurs, n’est-ce pas ?

Si elle manque cruellement de temps, elle peut tout aussi bien se permettre de déléguer. Embaucher des apprentis peut être une bonne alternative afin de gagner du temps pour soi-même. Bien sûr, si l’entreprise est exclusivement familiale, il est alors compréhensible que la fleuriste et ses proches n’engagent personne.

Le pays de l’Eau, c’est singulier pour quelqu’un de notre village. Qu’est-ce qui peut bien t’attirer là-bas dis moi ? Quant au pays du thé, je n’y suis jamais allé mais nul doute que cette contrée soit effectivement aussi belle que tu le prétend. Et pour se défendre convenablement, il te faut trouver du temps pour t’entrainer, peut-être plus qu’actuellement vois-tu ? Une destination de rêve ? Je ne sais pas réellement, je souhaite simplement pouvoir affirmer un jour avoir tout vu. Pour l’instant, je n’ai aucun lieu à te conseiller. Mais qui sait, peut-être qu’un jour, cela sera le cas ?

Approchant doucement de l’activité du village où le crépuscule appelle le vespéral, leurs pas assurés mais en même temps délicats ne manquent point de faire penser à Takumi ô combien il est agréable de déambuler au sein du territoire de la Roche. Repensant à la raison de leur départ des hauts plateaux, il ne manque pas d’interroger la brunette à ses côtés.

Je t’aurais bien invité à manger quelque part mais tu dois surement devoir prendre ton repas avec tes parents. À moins que cela ne te dérange pas trop si je t’enlève encore quelques temps et t’arrache à ton devoir ? Si c’est le cas, j’aimerais te faire goûter à ma cuisine. Après tout, tu m’as montré ce que tu sais faire avec tes fleurs tandis que moi… Et bien ma foi, je n’ai que parlé.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Sam 26 Mai 2018 - 22:38
Etsuko sourit au jeune homme. Oui, il lui était agréable. Il était gentil, leur discussion était intéressante, agréable. La balade était également reposante et magnifique, leur offrant le coucher de soleil au dessus du village et des montagnes qui l'entouraient. C'était vraiment plaisant, avec cette atmosphère douce malgré la fin de l'hiver.

« Il nous faudrait quelqu'un qui puisse y travailler tout le temps, quelqu'un qui ne soit pas un shinobi, sans quoi ses devoirs envers le village l'empêcheraient d'être là. Et c'est parce que j'ai souhaité m'y mettre que la situation devient un peu compliquée, j'espère simplement que mes parents ne m'en veulent pas pour ce choix un peu égoïste... »

Elle continuait de marcher tranquillement, regardant autour d'elle. Elle réfléchit un peu avant de répondre aux questions de Takumi qui semblait chercher à comprendre pourquoi elle avait envie d'aller au pays de l'eau, ce qui l'y attirait. C'était assez difficile à déterminer. Peut-être n'était-ce qu'une lubie. Ou alors elle souhaitait découvrir ce qui se cachait dans cet archipel, ce qui avait pu rendre les trois shinobis qu'elle avait affronté si fort alors qu'ils avaient le même âge qu'elle. À bien y repenser après tout, il en allait de même pour Takumi, et pourtant, il venait lui aussi d'Iwa. Elle soupira un peu avant de reprendre la parole.

« Le pays de l'eau est exotique par rapport au notre, je ne saurai pas comment de le décrire, mais je suis certaine que les plantes là-bas y sont totalement différentes, et donc les fleurs aussi. La proximité omniprésente de l'eau doit affecter les végétaux et je pense qu'il y a là-bas de nombreux spécimens intéressants, peut-être plus encore qu'au pays du thé. Je sais bien qu'il me faudrait plus de temps d'entraînement, je verrais ce qu'à le temps de faire mon sensei, mais ces derniers temps il était très prit. »

Elle sourit un peu tristement, visiblement déçue de ce manque de temps qu'Eiichiro-sensei avait pour ses étudiants dont il ne s'occupait au fond déjà plus vraiment après seulement quelques mois, avant même que la première mission de l'équipe ne soit effectuée. Elle baissa alors la tête, avançant tranquillement à nouveau sur le chemin vers Iwa.

« Tout voir... C'est ambicieux ça aussi ! »

Elle avait mit plusieurs secondes, le temps de retrouver son sourire, puis elle avait relevé la tête vers le jeune homme. Alors qu'ils arrivaient progressivement à l'orée du village caché de la roche et que la nuit commençait à envelopper ces terres de son manteau sombre parsemé d'étoiles scintillantes au loin, Takumi se retourna à nouveau vers elle, s'assurant qu'elle avait bien la liberté nécessaire pour rester avec lui. Elle rit un peu, amusée par l'inquiétude légère du Shihainin.

« Ne t'en fais pas, malgré les apparences, j'ai dix-neuf ans et je suis adulte. Je fais ce que je veux et mes parents savent que je ne risque pas grand chose dans l'enceinte du village, et que je les préviendrais si jamais il se passait quelque chose d'important ou de grave. Il m'est arrivé de nombreuses fois de rentrer plus tard que cela, rassure-toi. Je n'ai pas besoin de justification ou d'un quelconque laisser-passer. J'aimerai bien goûter à ta cuisine en effet. Où va-t-on du coup ? »

Elle lui souriait gentiment à nouveau, attendant ses instructions pour la direction à prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Mer 30 Mai 2018 - 4:18

L’évidence radieuse du sourire de mon interlocutrice ne peut que me contenter. Ma compagnie lui est agréable, le sentiment est partagé, réciproque. Son regard se rapporte à son activité professionnelle. Pareil à la verdure qui jonche les parterres que nous venons de traverser, sa douceur ne trouve d’égal qu’en la pureté de la Nature, celle-là même qu’elle manipule avec soin. Cette pureté qui témoigne d’une inexpérience de notre monde.

Seulement, a t-elle réellement tout d’une fleur ?
Celui qui l’écrase aura t-il sa bonne odeur ?

Une pensée bien sombre, mais n’est-ce pas ce que recherche toute personne en proie au chaos ? Une stabilité exemplaire ? Rien n’est moins sûr, je lui répond sans modifier le ton de ma voix.

Il serait plutôt égoïste de leur part de te contraindre à cela, ne penses-tu pas ?

La pensée que j’expose est somme toute simple et me permet de montrer un peu mon rapport au devoir. Certes il est important de toujours le remplir mais il ne faut jamais trop en faire. S’activer pour faire plaisir à d’autres ? Ô grand jamais. L’homme, comme la femme, doit trouver sa vocation et son chemin, quitte à déplaire à beaucoup. J’espère simplement que cela ne sera point son cas. Quand bien même cela arriverait, je serais du nombre de ceux qui répareraient la moindre injustice causée à son encontre. Comme tout le monde, elle a donc un sensei. Enfin, tout le monde sauf moi. Singulière situation que la mienne d’ailleurs. Le sourire ne manque pas d’envahir subtilement mes traits à ses mots. Sourire qui laisse place à de la malice, témoignant pour moi d’une volonté de partager un minimum de complicité avec elle.

Saches que si il est très pris, nous pouvons toujours nous entraîner ensemble. Je dis ça… Je ne dis rien. - un court silence - Ambitieux ? Tu as raison mais cela me motive à toujours en savoir plus et devenir meilleur. Les ambitions ne sont-elles pas ce qui définit leur détenteur ?

Pour un peu d’exercice ensemble, il est sûr que je ne pourrais pas dire non. Après tout, en plus d’être magnifique, elle me semble être dotée d’un pouvoir bien particulier. Il n’y a pas que la curiosité derrière ma proposition, évidemment, mais disons que cette dernière me permet de ne pas aborder la question de l’attirance physique. Du moins, elle me donne la capacité de ne pas y penser et ainsi de garder cet air qui peut apparaître comme détaché ou désintéressé pour beaucoup, usant bien souvent d’humour pour cacher mes défauts. Pourtant, dernier n’en apporte pas d’autres ? Nébuleux.

Mon inquiétude se révèle être infondée, ce qui me soulage. Et la voilà qui sourit, rit, de nouveau amusée. La mélodie est simple mais efficace, cette douceur effriterait bon nombre de cœur de pierre. Tandis que le ciel commence à annoncer la pluie, j’opte alors pour le chemin de ma demeure. Qu’il soit le plus court ou non, peu m’importe. Souriant doucement à mon tour, je prend la parole.

Oh, je vois. Et bien, si tu as autant de liberté que tu le prétends, en route pour chez moi !

Indiquant la marche à suivre, je poursuis.

Dis moi, tu as parlé de ton sensei. Peut-être le connais-je, quel est son nom ?

Peu de chances en effet mais on ne sait jamais.



_________________


Dernière édition par Hyûga Takumi le Mer 30 Mai 2018 - 8:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mer 30 Mai 2018 - 6:42
« Égoïste de leur part ? Non. Non je ne pense pas, de toute façon, c'est juste moi qui hésite, ils ne diront sans doute rien pour m'arrêter... Ils n'ont pas fait de réflexions quand j'ai dit vouloir devenir une vraie kunoichi, apprendre l'art du combat, et pourtant ils savaient ce que cela impliquait. Je ne pense pas que mes parents y rediront quoi que ce soit à vrai dire, mais... Je ne veux pas leur faire de la peine, quand bien même ils ne formuleraient aucune remarque face à mes choix. C'est assez... Difficile à décrire mais... Je ne veux pas les blesser, je ne veux pas qu'ils croient quelque chose de faux, je veux aussi qu'ils puissent être fiers de moi. Et je veux faire plus pour eux que seulement les aider pour tenir la boutique. Donc non, je ne pense pas qu'ils me contraignent de quelque manière que ce soit. »

Elle regarda un peu les maisons alors qu'ils slalomaient dans les petites ruelles du bord du village. Elle observait toujours avec la même attention les balcons, les pots de fleurs, les fleurs grimpantes, souriant de temps en temps en reconnaissant l'un des bouquets qu'elle a formé elle-même pour des clients. C'était rassurant alors que le ciel se couvrait petit à petit, se montrant menaçant.

« S'entraîner ? Oui, bien sûr, pourquoi pas, je serai curieuse de voir à quel point tu es doué. Je doute un peu être à la hauteur d'un si haut gradé que toi, mais je ferai de mon mieux. »

Elle lui sourit, l'écoutant, avant d'enchaîner sur la suite de sa réponse.

« Si cela ne t'apporte que du positif, alors ça doit l'être. Tant mieux si ça t'aide à te surpasser. »

Marchant donc à la suite du jeune homme, elle lui indiqua qu'elle était libre d'aller où bon lui semblait et ce, peu importe l'heure qu'il était. Comme elle l'avait dit un peu plus tôt, elle était adulte, et elle se faisait respecter en tant que telle. Elle n'avait pas de comptes à rendre sur ses journées.

« Mon sensei ? Il est arrivé il y a peu à Iwa, il fait parti du clan Yuki, ceux qui ont quitté Kiri pour venir nous rejoindre. Il s'appelle Yuki Eiichiro. Il est aveugle mais terriblement puissant. C'est un bon sensei je pense, mais il est très prit. Je n'ai pu faire qu'un seul entraînement avec lui et le reste de mon équipe. D'ailleurs, je ne les ai même pas revu depuis notre entraînement... »

Elle soupira à nouveau, déçue de la situation. Elle qui s'était vu parcourir le monde en faisant milles aventures avec sa nouvelle équipe se retrouvait dans les mêmes contraintes qu'auparavant, avec pour seule nuance le fait qu'elle ne pouvait pas chercher de sensei puisqu'elle en avait déjà un. Malgré tout, après quelques secondes, elle reprit son sourire, légèrement forcé mais après tout, elle appréciait la compagnie de Takumi et ne voulait pas qu'il change d'avis quant à sa proposition. Elle avait bien envie de découvrir sa cuisine et d'apprendre à faire mieux.

« Tu auras des ingrédients chez toi pour cuisiner ? On peut s'arrêter à une échoppe, j'en connais une qui ferme assez tard dans l'une des ruelles du centre-ville. On y allait quand on était plus petits avec les autres enfants du quartier pour acheter des bonbons. »

Elle rougit un peu à ce souvenir, la faisant passer un peu plus pour une enfant. Alors qu'elle n'arrêtait pas de répéter qu'elle était adulte. Enfin, peut être ne lui en tiendrait-il pas rigueur et qu'il continuerait de la regarder comme une jeune femme et non comme une fillette malgré son apparence un peu trompeuse et sa timidité peu contrôlée.

« Donc je te suis ou tu me suis jusqu'à l'échoppe ? À moins que tu en connaisses une autre qui ne nous fasse pas faire de détour, car je doute que cette échoppe soit comme par hasard sur notre chemin. »

Etsuko lui sourit à nouveau, retrouvant son teint normal assez rapidement maintenant qu'elle était habituée à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Mer 30 Mai 2018 - 10:26

Elle se soucie pas mal de ce que peuvent penser ses proches. Un sentiment qui m’est, évidemment, inconnu. Ce n’est pas comme si j’étais orphelin depuis un bout de temps déjà et que le reste de ma famille ne me plaisait pas. À vrai dire, cela fait bien des années que je n’ai pas considéré quelqu’un comme étant un de mes “proches”. À défaut d’avoir pu profiter de l’amour d’un foyer chaleureux, j’ai au moins eu de très longs moments - nocturnes comme diurnes - pour m’adonner à une réflexion certaine. Allez savoir si ces moments de solitude m’ont réellement affecté ou non, le fait est que je suis la personne que je suis aujourd’hui un peu grâce à eux aussi. Après, ai-je gagné plus que je n’ai perdu ? Rien n’est moins sûr.

Je comprend, tu es très attentionnée mais venant de toi, cela ne m’étonne guère. Oh et moi je suis curieux de voir à quel point tu te sous-estimes. Tu serais étonnée de voir combien j’ai de points faibles mais aussi combien de points forts

Ainsi donc en fait je connais cet homme qui est son tuteur, son maître, son sensei. Le Yuki et moi avions eu une discussion assez… singulière. À cette époque, j’étais encore quelqu’un de très insoucieux et de véritablement intrépide. Est-ce encore le cas aujourd’hui ? Oui, bien sûr que oui. Reste que cet homme avait voulu me rencontrer, les bruits de couloir lui ramenant bien trop souvent mon nom pour qu’il en fasse fi. Quoi qu’il puisse en être, je ne désire point spécialement le recroiser. Pas par peur non, simplement pour éviter de m’ennuyer. Est-ce déplacé comme réflexion ? Oui, définitivement. Puis-je l’assumer et le dire devant autrui ? Bien sûr, je n’ai jamais retenu une seule de mes paroles et ce n’est clairement pas la vue de l’aveugle qui y changera quoi que ce soit.

Je vois. Raison de plus pour s’entraîner ensemble, non ?

Le sourire est présent malgré le fait que le sien ait pu disparaître quelques instants. Je ne peux que la comprendre. Combien de sensei avais-je dû avoir à la base ? Beaucoup. Combien le sont restés aujourd’hui ? Aucun. Les responsabilités ne sont pas pour tout le monde. Malheureusement ou heureusement ? Ah, je ne saurais que dire à ce propos. Je sais simplement que notre monde est ainsi fait et qu’il faut faire avec, je n’ai pas vraiment le choix. Pour l’instant du moins. Tout sera fait pour changer au mieux ce monde et… Oui, ce n’est pas le sujet. Sortant du nébuleux, j’écoute ce qu’elle me dit puis lui souris doucement.

Oui pourquoi pas, ça pourrait être sympathique. Des bonbons ? Tu vas me faire retomber enfance Etsuko ! - peu après - Je te suis voyons ! j’ai envie de sucré maintenant.

Prêt à emprunter le même chemin qu’elle, je me tiens à ses côtés et garde le même rythme qu’elle en la regardant dans les yeux. Bien que je possède tout ce dont nous aurons besoin au manoir, rien ne me dit que je ne trouverais rien d’intéressant là-bas. Et puis, si cela me permet de passer un peu plus de temps avec elle…

Ah, j’ai oublié de te le dire mais tu mettras la main à la patte toi aussi ! ne penses pas que tu me regarderas cuisiner, allongée sur un canapé en train de siroter un petit breuvage tranquillement. sur le ton de l’humour.

En vérité, elle pourra le faire, cela ne me dérangera même pas.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Jeu 31 Mai 2018 - 20:41
Etsuko passa une main dans ses cheveux, un peu gênée. Oui, c'était surement vrai, elle se sous-estimait. Mais elle avait peur plus que tout de se surestimer et que cela la mène à une mort prématurée et inutile. Elle avait bien vu lors de la défense d'Iwa qu'elle était excessivement faible, et quand bien même elle avait finalement appris à manier le kâton en lien avec ses techniques florales, elle n'était toujours pas sûre de ses capacités. Faire un entraînement sérieux avec lui pourrait probablement lui montrer les limites de sa force actuelle.

« Tu exagères, je ne suis vraiment pas très forte, mais moi aussi je suis curieuse de voir tes talents en tant que combattant. Je ne me laisserai pas faire en tous cas, rassure-toi. Je ferai de mon mieux pour te donner du fil à retordre. »

La Naari sourit au jeune homme, un peu amusée par ce défi lancé. Il l'intriguait depuis le début, et un entraînement serait un bon test tant pour elle que pour voir ce dont il était capable. Elle rougit un peu plus lorsqu'il appuya sur l'enfance dans lequel elle le faisait lui aussi retomber en parlant de friandises. C'était pas forcément qu'elle souhaitait en acheter, juste qu'elle savait que cette échoppe serait ouverte... Enfin. Elle prit alors les devants et le guida à travers les ruelles de la ville. Il reprit alors la parole et la jeune fille se retourna, en faisant une moue triste peu crédible.

« Travailler ? Moi qui aurait cru pouvoir juste me prélasser... Je verrais ce que je peux faire mais je ne promets rien... »

Elle retrouva alors son sourire, amusée. La demoiselle aux yeux émeraude se mit à avancer un peu plus rapidement dans les rues, coupant parfois brusquement sur le côté pour prendre des raccourcis que seuls ceux qui connaissaient la ville par coeur pouvaient reconnaître, entre ces petites maisons plus ou moins bien entretenues. Ils arrivèrent finalement sur une rue un peu plus grande, débouchant directement en face de la boutique en question, un peu mal éclairée mais clairement ouverte, à la devanture sobre et usée par le temps. Sans se poser plus de questions, Etsuko traversa la grande rue pour s'infiltrer dans la bâtisse elle aussi douteuse dans son état structurel.

« Takao-san ?.. »

Se penchant un peu au dessus du comptoir, Etsuko appelait le tenancier de la boutique, celui-ci n'étant pas déjà présent. Après quelques minutes, des pas lourds se firent entendre, descendant des escaliers de bois grinçant. Se retournant vers Takumi, Etsuko lui sourit.

« Il est là, on va pouvoir acheter le nécessaire. Une idée de recette en particulier ? Il y a pas mal de choix ici. »

Elle commença alors à fouiller un peu dans la boutique, espérant que regarder les divers ingréments lui donneraient une idée quant au choix du plat, après avoir salué l'homme avec un sourire, le connaissant deuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Lun 4 Juin 2018 - 14:04

Evidemment et ce n’est pas une surprise : elle se considère comme n’étant pas très forte. Bien que cela puisse faire encore penser qu’elle se sous estime, je me met à penser qu’elle a probablement aussi une part de réalisme en elle. Comme nous tous. Seulement, chacun s’en éloigne aussi loin que certains s’en rapprochent jusqu’à l’effleurer, sans pourtant jamais l’atteindre réellement. Cette distance qui nous sépare de l’esprit droit et complètement ancré dans ce monde, c’est notre conscience, notre imaginaire, notre verve. Ce qui fait de nous des êtres humains, finalement. Quoi de plus ironique ? Sourire dessiné sur le visage, je lui répond sans peine.

J’ai hâte de voir ça.

La suite n’est pas moins agréable. Une complicité s’installe, l’humour et le ton léger semble pouvoir être de la partie. Que demander de plus ? Rien, je présume. La scène se voit être enveloppée dans un linceul parlant pour lui-même - que l’obscurité gagne ces rues n’y change rien, le naturel est incarné les deux individus. Pour ma part, je ne joue pas un double jeu. Et bien que je la considère comme étant sûrement intelligente, je ne la pense pas capable de telles bassesses. Peu importe où peut bien me mener cette réflexion, la discussion bat son plein.

D’un côté, il est vrai que tu travailles très durement la journée. Tu dois bien pouvoir mériter un peu de repos une fois la nuit tombée.

Je ne compte pas la ménager, bien entendu. Mais il faut bien saisir le fait que je n’irais pas la forcer à faire quoi que ce soit. Cette idée ne devrait d’ailleurs même pas caresser nos esprits puisque je suis censé lui apprendre ce que je sais en cuisine et elle ce qu’elle sait en fleurs. Un honnête marché pour tout dire, ce qui n’est pas plus mal ainsi. Que dire de plus à part qu’une fois entrés, je me met déjà à regarder à droite et à gauche. Rien ne m'intéresse vraiment en premier lieu, je ne peux pas vraiment juger de la qualité de ce qui se vend ici. Je vais pourtant me prêter au jeu. Et puis, après tout, j’ai bien envie de sucre.

Prenons de quoi faire des kasutera et d’autres pâtisseries. Farine, œufs, sucre… Pourquoi ne pas prendre aussi des bonbons ? Qu’en dis-tu ?

Ma phrase terminée, je me lance à la recherche desdits ingrédients. Sans me presser pour autant, je les trouve assez rapidement. Il faut dire que le lieu est propice à ce genre de finalités, vu sa petitesse. Cette dernière n’enlève pourtant rien à son charme et joue même en sa faveur. Ce que certains appellent la plèbe sait faire dans la simplicité pure et cela a le mérite de frapper mon âme sans exubérance. N’y a t-il pas là un évident signe pour les gens doués de raison ? Mes proches se fourvoient avec leurs élucubrations et leurs bien, au même titre que ma propre personne. Un très probable début de leçon d’humilité commence à me tarauder mais je décide d’en faire fi pour l’instant car la situation ne s’y prête point.

Tu as tout ce qu’il te faut Etsuko ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2386-presentation-de-hyuga-takumi-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3029-equipe-11-tensai-iwa-pleine http://www.ascentofshinobi.com/t2416-hyuga-takumi-memoires-d-un-revolutionnaire#17148 http://www.ascentofshinobi.com/u508

Mar 5 Juin 2018 - 3:53
Heureuse du développement de la discussion, Etsuko continuait à échanger tranquillement avec Takumi, sourire aux lèvres. Enfin arrivés à l'échoppe de Takao-san, elle l'avait appelé et avait commencé à fureter dans la boutique pendant que des pas tranquilles descendaient l'escalier en bois.

« T'en fais pas, je t'aiderai pour la cuisine. De toute façon, si je ne pratique pas, je serai une mauvaise élève et je n'apprendrais rien, pas vrai ? »

Elle s'était retournée alors qu'elle observait une autre petite étagère, la boutique étant en elle-même très petite, juste quelques rayonnages qui arrivaient à mi-poitrine. Un lieu modeste mais qui dépannait très bien quand il s'agissait de récupérer des ingrédients, des friandises ou des petits objets comme des cigarettes à heure tardive. Takao-san fit finalement son entrée, son air tranquille le caractérisant comme toujours. Propre sur lui, il avait une légère odeur de tabac comme à son habitude bien qu'il ne descendait jamais avec la clope au bec pour éviter de le montrer aux enfants. Il connaissait les méfaits de sa dépendance, il ne voulait pas la transmettre à ses clients.

« Bonsoir Etsuko-chan. Cela fait un petit moment. Vous trouvez votre bonheur ? Hésitez pas s'il vous manque quelque chose, je l'ai peut être en stock. Enfin, comme toujours. Tu connais la maison. »

En arrivant, il avait vu le garçon qui accompagnait sa jeune cliente de longue date, souriant légèrement mais ne faisant aucune remarque. Ce n'était pas son genre. Il s'était tranquillement posé derrière le comptoir, le même depuis des années, la boutique semblant se plaire telle quelle et ne pas nécessiter de réfaction. Voilà maintenant plus de dix ans qu'il voyait régulièrement la jeune fille et ses amis, mais il n'avait jamais vu Takumi, levant un peu ses suspicions quant à leurs relations.

Etsuko quant à elle hocha la tête au Shihainin quand il proposa de faire des pâtisseries. Voilà qui était intéressant.

« Ça me va ! »

Elle rougit un peu lorsqu'il parla des bonbons, ce qui décrocha un autre sourire au quadragénaire.

« Je vois qu'on ne perd pas les bonnes habitudes. Tu sais où trouver ton bonheur Etsuko-chan. »

La demoiselle aux yeux éméraude sourit aussi, un peu gênée, mais elle se dirigea malgré tout vers le petit renfoncement qui gardait à l'abris de la lumière les confiseries qui ainsi, gardaient leurs couleurs chatoyantes bien qu'elles passent de longues heures enfermées derrière leur vitrine. Après avoir porté son choix sur une dizaine de confiseries, ayant fait un petit paquet d'échantillons pour pouvoir en faire découvrir à Takumi ou du moins lui faire redécouvrir puisqu'il ne semblait pas en prendre régulièrement. Elle rougit à nouveau en entendant son prénom, se rendant compte de la familiarité qui s'était imposée naturellement entre eux en seulement quelques heures, un peu gênée mais surtout contente. Elle l'appréciait beaucoup alors qu'ils venaient de se rencontrer un peu plus tôt dans la journée, mais ne regrettait rien du tout, bien au contraire.

« On a de quoi faire les pâtisseries, des bonbons... Je te propose qu'on prenne un peu de légumes, ça te va ? »

Sans attendre sa réponse, elle alla directement fouiner sur l'étagère qui contenait les quelques légumes en stock du magasin. Elle jeta ainsi son dévoulu sur un petit assortiment afin de faire un petit plat qui viendrait complémenter leur repas et l'équilibrer, elle le ramena à Takao avant de lui présenter le tout, le laissant compter le tout pour connaître le prix, sortant une petite bourse de sous son manteau. Elle régla le tout, acceptant avec plaisir le panier que le commerçant leur proposa d'emprunter puis sortit du magasin avant de se retourner vers Takumi, anse en main.

« On va chez toi maintenant du coup ? Je te suis ! »

Elle lui faisait un beau sourire, attendant la suite, prête à le suivre jusqu'à chez lui pour découvrir son cadre de vie comme elle-même lui avait présenté le sien d'une certaine manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

L'ordre dans le désordre | Estuko-chan

Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers résidentiels
Sauter vers: