Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Avant le combat | PV Hoshino Watari

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Mer 21 Mar 2018 - 16:08
Avant le combat
Eirin & Watari

Cela faisait à peine quelques heures que les trois cousins était rentrés de leur expédition. Quelques heures et déjà de nouveaux nuages menaçant couvraient le ciel. Avec eux, un ordre de mission, ou plutôt, des ordres de missions avaient été confiés à chaque shinobi de la roche. Certains restaient à Iwa pour la sécurité du village, d'autres s'envolaient vers Hi ou Ame no Kumo.

"Je vais rejoindre Sakuya ! Kaze pour ma part." C'est ainsi qu'elle retrouva Watari sur les haut-plateaux, là où ils avaient l'habitude de se retrouver afin de s'entraîner sans causer de dégâts, sans craindre de devenir des dangers pour les civils. L'opaline ne semblait guère craindre ce voyage qui s'apparentait à quelques recherches d'informations. Et puisqu'un médecin érudit et de très bon senseurs étaient également dépêchés au coeur du Pays du Vent, Eirin voyait en son rôle, principalement celui de protection.

"Je pars ce soir, avec Eiichiro, Borukan Muramasa ainsi que Maito Kaï. Et toi ? Je sais que tous ont des ordres à respecter. Où la Roche décide-t-elle d'envoyer mon cousin préféré ?"

Tout comme pour elle-même, Eirin ne craignait guère pour la vie de Watari. Au contraire, elle se trouvait bien placée pour savoir que les possibles obstacles qui se dresseraient sur la mission de samouraï de vent et d'éclairs sauraient trembler.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Mer 21 Mar 2018 - 16:48
Watari était allongé sur le sol, en train de contempler le ciel. Celui-ci se couvrait. Et avec les ordres qu'il recevait, il ne pouvait s'empêcher de sentir venir un coup fourré. Le soshikidan était composé de gens retors, à tout le moins vaillant et fier. L'acte d'Akimoto était de nature à provoquer leurs représailles. Il était tout à fait probable que cela amène le groupe terroriste et indépendantiste renégat à leur tendre un nouveau piège. Mais quoi qu'il en fut, les ordres étaient les ordres. Il attaquerait la base "principale" du Soshikidan, comme ils l'avaient convenus. En priant pour que rien n'arrive aux daimyos.

Par moments, la situation lui apparaissait comme tellement compliqué, insondable et ingérable qu'il avait envie de s'isoler de nouveau. Le confort d'être un vagabond lui manquait parfois. Cette sensation, il l'avait ressentie alors qu'il voyageait à cheval avec ses cousins. L'absence de liberté lui pesait plus qu'il ne l'aurait cru. Peut-être que lui aussi, commençait-il à ressentir le poids que cherchait à fuir Eiichiro, depuis bien des années. On ne choisissait plus de gérer des choses et de rester par bon cœur. On se retrouvait bien vite écrasé sous le poids d'une responsabilité, parfois ingrate. D'endosser avec d'autres des choix que l'on réprouvait. D'imposer son autorité, à ses risques et périls. Le pouvoir était décidément un fruit dont le cœur était irrémédiablement pourri.

Certains en étaient encore protégés. Ce qui était déjà ça. Il se releva doucement, faisant voler l'air autour de lui de telle manière à nettoyer ses vêtements qui auraient sûrement pris la poussière en restant ici. Une lionne aux flammes ardentes et au caractère impétueux. Une des seules personnes sur qui il avait la sensation de pouvoir compter en ces lieux. Eirin.
Elle avait prononcé bien d'autres noms, certains qu'il connaissait de ce matin. Il lui sourit doucement. Watari n'était pas comme elle. Plus calme, plus réservé. Plus que d'habitude, il était encore moins enjoué. Mettre fin au soshikidan, il semblerait. Des mots clairs, concis. Qui étaient pourtant lourds de sens. Il n'avait pas hésité, il n'avait pas édulcoré. Si elle partait à la recherche d'informations, lui, partait très nettement pour la guerre. Tu seras en bonne sécurité. Maito-dono est quelqu'un de respectable et de valeureux. Muramasa-dono est... Un élément fiable. Eiichiro sait aussi très bien se battre. Malgré tout, fais attention et ne sous-estime pas tes adversaires. Si jamais tu dois trancher, alors décide de couper. Je ne connais ce pays où ils décident de t'envoyer. La prudence est de mise, Eirin. Et lui ? Lui il ne souhaitait pas citer les noms de ceux qu'il commanderait. Ce n'était pas tant par mépris que par discrétion. Il fallait l'avouer, lui qui partait en guerre, il partait plutôt seul.

Si Muramasa et Eiichiro partaient à Kaze, cela laissait peu de gens d'Iwa pour l'accompagner. Peu de grands shinobis. Mais il veillerait, de sorte à ce que les plus jeunes puisse un jour bâtir leur propre légende. Il se retourna à nouveau, pour contempler les cieux qui les entouraient. Ceux-ci demeuraient inflexiblement paisible... Au contraire des terres frappées par les vents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Jeu 22 Mar 2018 - 1:49
Avant le combat
Eirin & Watari

Un sourire amusé, presque narquois s'invita sur les lèvres d'Eirin aux mots calmes de son cousin.
"Ils seront en sécurité avec moi, nuance !" Le ton indiquait qu'elle s'amusait mais dans le fond, malgré sa confiance en ses capacités, le temps avait aidé la jeune femme à se calmer là où auparavant, elle partait toujours gagnante. "Et puis, quel adversaire prendrait le temps de s'intéresser à une petite genin ?" Elle s'en amusait aussi, de ce titre. Ce grade qui ne voulait pas dire quand chose pour l'opaline. Son seul avantage était de la laisser relativement tranquille, discrète à la différence de Watari le Jônin.

S'approchant, elle posa ses mains sur ses hanches, sur la ceinture qui maintenait fermement son katana contre elle. Levant le regard vers le ciel étoilé, elle sourit. "Allons, Kaze ne doit pas être si perdu que cela, nous verrons les mêmes étoiles. Et cela sera une occasion de revoir Sakuya. Elle me manque également, notre cousine." Sa main prit doucement la sienne, sans détourner le regard. Une légère brise traversa le haut-plateau, rafraîchissant l'air de cette fin d'hiver.

"Toi en revanche, fais attention. Je ne connaissais que peu notre cousin, le Tsuchikage, mais si je n'hésiterai pas à couper, toi, fais de même quand tu te retrouveras face aux meurtriers de nos familles." Elle avait confiance en Watari. En sa force. En son esprit. En son jugement. Cependant dans un coin de son esprit, l'opaline se souvenait de Chôgen, celui qu'on nommait Le Prodige, autant qu'elle se rappelait la fin tragique de ce jeune samouraï dans les griffes du Soshikidan.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Jeu 22 Mar 2018 - 2:24
La réponse qu'elle lui rétorqua le fit sourire. Elle restait combattive comme toujours et elle plaignait les pauvres hommes qui tenteraient de la sous-estimer. Eirin deviendrait une force de la nature, pas de toute à ce sujet : plus ses forces croissaient, plus les hommes avaient un intérêt certain à apprendre l'humilité, sous peine de risquer de se faire rosser. Watari, lui, avait le respect de la belle aux cheveux cendrés, mais il se demandait si elle ne finirait pas par le dépasser et si, à ce moment-là, elle irait elle-même voguer de ses propres ailes ? N'en demeurait pas moins qu'elle avait appris un peu de sa patience, de sa sagesse et de sa réserve. La preuve était encore qu'elle rappelait son ironique titre. Eh bien, tu sais que moi, je suis plutôt intéressé par cette petite genin aux si ardentes attentions... Il s'était retourné et lui avait doucement sourit. Un sourire complice, affectueux et... Désireux. Il faudrait que Watari mente pour qu'il n'admette pas cette simple vérité.

Et alors qu 'elle lui parlait des mêmes étoiles en lui prenant doucement la main, lui rappelant que Sakuya y était toujours et qu'elle lui manquait, Watari admit aussi une certaine inquiétude. Cela faisait un moment qu'il n'avait plus de nouvelles. Si tu ne rentres pas... Je risque d'aller vous rechercher. Et d'être relativement peu enclin si l'ont vous a mal traité. On ne touchait pas à sa famille. Et ceux qui le pensait être quelqu'un de totalement pacifique seraient sûrement surpris de ce qu'il ferait si jamais on retenait ses cousines au pays des sables volants.

Je compte revenir. J'ai des projets. Ne doute pas sur ma capacité à me défendre... Tant que je vivrais, je ferais en sorte que le nom de Chôgen soit nettoyé des injures qu'on a pu lui faire. Mais plus encore... Il se retourna vers Eirin et lui demanda alors : Eiirn... Me suivrais-tu, là où j'irais ? Son regard était sérieux. Elle devait le savoir. Watari n'avait pas confiance en grand monde. Encore moins avec la mort de Chôgen. Encore moins avec la trahison de Tsukiyomi. Ses amis étaient peu nombreux. Et ses alliés étaient eux aussi, peu nombreux. Cette question était donc loin d'être innocente. Il la serra contre lui, doucement. Parce que tu sois là-bas, ou ici, pour moi, tu es la plus belle étoile de ma vie. Une déclaration d'amour fortement camouflée. Mais oui. Il voulait être avec elle. Et être avec Ayuka. Il savait qu'il risquait de finir seul... Mais elles lui avaient promis de lui faire confiance. Alors, il espérait que celles-ci ne lui donnerait pas l'envie de se cantonner à la solitude.

Mais elles étaient libre et lui aussi. Il avait confiance en Eirin. Il avait confiance en Ayuka. Et surtout... Son regard le disait : il avait confiance en lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Ven 23 Mar 2018 - 2:03
Avant le combat
Eirin & Watari

"Tu me poses réellement cette question ?" Amusée, la belle passa une main dans ses cheveux, libérant totalement son regard alors qu'elle continuait d'observer le ciel étoilé. "J'ai traversé les mers pour te retrouver à Mizu. Je t'ai suivi jusqu'au pays de la Roche et je suis revenue de notre mission au Fer. Tu connais la réponse, Watari."

Pourtant le samouraï avait raison de s'interroger. Il n'était pas facile de comprendre les tenants et les aboutissants des rêves d'Eirin et ses désirs, de ses projets. Peut-être car malgré son assurance, l'opaline parlait peut de son soi profond. Mais elle ne se sentait pas prisonnière du silence. "Je pense qu'ils te suivrais tous également. Reisei, Sakuya, Takazane. Nous sommes liés à la Roche grâce à toi, si tu pars, qu'est ce qui nous retient ?" L'amour d'Iwa ? Leurs relations avec les habitants ? La demeure des Nagamasa à présent vide ? "Alors Watari. Si tu devrais partir avec quatre samouraï à tes côtés ? Où irais-tu ? A Tetsu ? Prendre ta revanche au cœur de la Brume ?"

Le regard azuré de la guerrière du Fer dévia légèrement sur Watari, avant de se retourner vers le village d'Iwa. Illuminé, un écrin de vie au cœur des montagnes. Un village pour lequel dès l'aurore, elle partirait dans le désert, dans l'inconnu de Kaze no Kuni.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Ven 23 Mar 2018 - 4:19
Il lui sourit doucement avant de la regarder. Je ne sais pas si vous me suivriez tous partout où j'irais. Mais je te fais confiance sur ce point. Oui, il le savait. Elle ne l'abandonnerait pas. Car si elle avait voulu être libre, elle ne l'aurait pas suivi. Elle avait eu moult occasion de se séparer de lui. Mais elle était là. Elle continuait de le suivre. En vérité, j'ai beaucoup de chance, car beaucoup m'ont suivi. Je ne me suis jamais senti l'étoffe d'un leader, Eirin. Il lui sourit doucement en confiant ses simples mots. C'est quand je chevauchais avec vous dans l'Empire du fer que je me sentais le plus libre. Pas ici, en ces lieux où je ne contrôle pas mon avenir aussi librement que je le souhaiterais. Et encore moins, quand celui-ci était tout tracé, par sa famille.

Et tu es pareil. Si je te demandais, en mariage, là, tout de suite ? Il la regarde, l'air très sérieux, mais interrogatif. Il ajouta, toujours très sérieux : Tous les chefs de clans ont des femmes fortes sur qui compter. Une ou plusieurs d'ailleurs. Tu es l'une de celles que je connais en qui j'ai confiance. Tu as de la poigne, de la force. Tu saurais me conseiller. Mieux, tu sais me magnifier dans mes choix. Il lui sourit doucement, étant moins sérieux soudainement. Mais tu es comme moi. Si on me rejette, je fuirais. Et si je t'enfermais, tu perdrais de ton éclat, tu serais malheureuse, ou tu fuirais. C'est pourquoi je ne te demanderais pas de me marier. il s'approcha doucement d'elle, pour la regarder droit dans les yeux et conclut : Mais à la place, je te promets que je deviendrais l'homme que tu souhaiteras marier. Un homme à la hauteur que tu mérites, Eirin. A nouveau, une phrase pleine de détermination et sûre de lui.

Et j'obtiendrais la force qui sera nécessaire pour être reconnu en ce continent et auprès des samouraïs. Pour défendre ce qui me tient à cœur et ne plus jamais laisser des tragédies se reproduire. Il lui sourit doucement avant d'ajouter : Et à partir de là... Les gens me suivront s'ils le désirent. Et si je dois être le dernier à me battre pour ça... Eh bien, je mourrais seul. Mais ce sera la voie que j'ai décidé d'emprunter. Peu importe le nombre d'ennemis que j'épargnerais ou tuerais, de femme que j'aimerais ou marierais. Ceci sera ma Voie. Il dégaina son sabre et le porta devant lui, faisant refléter son visage le long de sa lame. Avant de le ranger à sa ceinture.

Watari se fichait désormais bien de la décision que prendrait Eirin par rapport à ses vœux. Par rapport à ses déclarations. Il assumait haut et fort ses projets. Peut-être qu'enfin, Watari était devenu l'héritier que son clan avait toujours attendu de lui... Et quoi que tu fasses, je resterais toujours aussi heureux de savoir que tu a été là, à mes côtés, de Kiri jusqu'à Iwa, Eirin. Merci pour tout jusqu'à maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Sam 24 Mar 2018 - 17:24
Avant le combat
Eirin & Watari

Il était le premier à la comprendre. A saisir son esprit et comment celui-ci fonctionnait. C’était d’ailleurs bien étrange, qu’on la comprenne. Qu’on la surprenne agréablement. Justement, un sourire s'afficha sur les lèvres de l’opaline alors qu’elle écoutait Watari parler. Elle ne doutait pas de lui, elle n’avait jamais douté de ce samouraï à une époque, simplement prometteur , aujourd’hui maître de leur art du Fer.

“Merci.” Pas un merci banal. Il était rare qu’Eirin exprime sa reconnaissance, Watari en avait parfaitement conscience depuis le temps qu’il côtoyait l’ardent samouraï. “Tu n’as pas besoin de femme à tes côtés pour rayonner, mais je ne doute pas que tu sauras donner envie de te marier, Watari. Tu as déjà tant fait… Quelques années auparavant, je t’aurais certainement déjà répondu. Oui. Mais… Merci. Le mariage, j’attends de le voir autrement que comme autre qu’une nouvelle prison. A présent presque libre, l’idée d’être de nouveau prisonnière ne me donne guère envie… Mais continue ainsi, et tu sauras peut-être la faire renaître.”

Sur ce quelques mots, l’opaline s’approcha, posant sa main sur l’épaule de Watari. Une épaule qu’elle sera doucement entre ses doigts pâles, avant de se pencher et poser doucement ses lèvres sur les siennes. Oui, elle n’était pas prête à passer de nouveaux serments mais pour autant, la guerrière du Fer ne désirait pas vivre en solitaire, loin des hommes et des femmes capables d’enflammer son coeur. Dans ce baiser et malgré ses réflexes aiguisés, le jeune homme ne vit certainement pas la petite claque qu’Eirin lui fila sur le bas du crâne. “Je suis là, encore. De Kiri à Iwa et bien par delà, je suis là. Je serai là après Kaze, tu seras là après Hi. Je vais revenir avec Sakuya et nous serons tous là.”

Plus doucement, les yeux dans les siens et sous la voute céleste, Eirin ajouta “Tu ne seras pas seul, Watari. Je reste à tes côtés, tout comme ma lame...”



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Sam 24 Mar 2018 - 19:18
Il était presque en train de hausser les épaules quand elle le remerciait. Fallait-il réellement le remercier pour simplement avoir tourné les choses dans ce sens-là ? Une demande en mariage était rarement une demande de mise en détention. Et jamais Watari n'avait eu pour projet de cantonner la jeune femme au rôle de dame des arts. Après tout, lui plus que quiconque avait conscience de la manière dont Kazan l'avait éloigné du combat. Pour la protéger. Et le mal que cela avait pu lui faire. Lui donner l'impression de ne plus être autonome. De ne plus avoir de fierté. Jusqu'à la faire fuir. Non, Watari n'était ni assez sot, ni assez cruel pour cela. Il l'aimait et la respectait : elle serait libre de ses choix.

Si fondamentalement une demande en mariage était une demande et non une proposition d'incarcération, le petit tour de passe-passe qu'il avait opéré par rhétorique était finalement toujours la même chose : Watari ferait en sorte que le jour où elle voudrait se lier à lui apparaîtrait. C'était au final la même chose. Bien évidemment, la manœuvre était habile parce qu'elle garantissait à la jeune femme sa liberté de choix et montrait effectivement qu'il savait que c'était bien cela qu'il fallait préserver pour elle. Quiconque voulait dompter la lionne devait lui montrer à la fois le respect qu'il avait pour elle et l'honneur qu'il portait en tant qu'homme. Et c'est pourquoi il accepta avec beaucoup de joie et de bonheur à la fois la réponse partielle qu'elle lui avait donné et les lèvres qu'elle lui avait offerte.

Caresse de satin, coucher de soleil balayé par les vents, les blés opalins dansaient dans l'illumination d'une aube d'aventures. Voilà ce que pouvait représenter ce village souvent froncé et déterminé, aux traits à la fois féminin et à l'expression masculine. Ce corps, qui n'était pas l’epitome de la beauté féminine, aux formes menues et finement dessinées, qui savait faire en lui, éclore d'ardents brasiers... Et plus qu'un lien conjugal, qui promettait de le suivre jusqu'au combat et d'être là à son retour. La question n'était-il pas de finalement savoir ce qu'ils étaient l'un pour l'autre, déjà ? Passant ses mains doucement sur la nuque de la belle, il lui dit alors : Je ne me lasse pas de ces claques que tu aimes me coller pour me rappeler à l'ordre. Et j'irais vous rechercher en déclarant la guerre à ces barbares, si jamais la nécessité se faisait ressentir. Le message était assez clair : quiconque touchait à sa bien-aimée, qu'elle fut manieuse des glaces ou lame enflammée, devrait assumer d'avoir le jeune homme parmi ses adversaires.

Et personne mieux qu'Eirin n'était au courant de ce qu'il était désormais capable de faire et du danger qu'il pouvait représenter. Je t'aime, Eirin. Il l'embrasse à nouveau, ne se lassant pas de la douceur des lèvres brulantes de la belle épéiste. avant de dire lui dire à nouveau amusé avant de lui tapoter le front et d'ajouter : Tu m'as fait venir ici pour que nous nous affrontions à nouveau, n'est-ce pas ? Elle progressait vite, même s'il préférait ne pas trop lui faire remarquer. Elle devait apprendre à faire confiance à sa force par elle-même et ne pas la surestimer, ni la sous-estimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Dim 25 Mar 2018 - 15:46
Avant le combat
Eirin & Watari

Elle l’aimait également. Certains pouvaient être étonnés de voir quelques jeunes gens capables de ressentir de tels sentiments pour plusieurs autres âmes. Mais où était le mal ? En quoi pourrait-on blâmer l’excès d’amour ? Souriant doucement, son regard dans le sien, elle lui répondit “Je t’aime aussi, Watari. Toi, Katsuo, Sakuya, je vous aime tous à vous donner ma vie.” Dans ces quelques mots, elle répondit à son baiser, passant sa main dans sa nuque pour renforcer ce lien qui les unissait déjà. Son visage à quelques centimètres du sien, elle rit en l’entendant évoquer le possible but de cette nuit. “Je t’ai fait venir pour passer un peu de temps avec toi avant de partir mais… Puisque tu insistes !”

L’opaline recula vivement, posant sa main sur son katana, ce sourire sauvage toujours présent sur ses lèvres. Les muscles tendus, en garde, elle défia du regard celui qu’elle considérait à présent comme un virtuose du sabre. “Tu sais que je ne refuse jamais un entraînement, Watari, mais... Il faut au moins que je puisse marcher demain !” Car oui, elle avait bien conscience du niveau qui les séparait, de ce gouffre semblant sans fin. Il semblait toujours devenir plus puissant, à un tel point que la jeune femme se demandait s’il était encore possible de le rejoindre au firmament du Fer.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Dim 25 Mar 2018 - 16:47
Est-ce que tous les amours étaient semblables ? S'il n'en savait rien pour Eirin, Watari savait différencier les différents élans du cœur qu'il éprouvait pour certains et pour certaines. Il n'aimait pas Eirin comme il aimait Sakuya, ni comme il aimait Ayuka. Il n'aimait pas Reisei et Takazane comme il aimait Eiichiro. Il ne cherchait pas à faire de comparaison cela dit. Il exprimait à certains ce qu'il voulait avec eux. Si pour certaines, il partageait plus de promiscuité qu'avec d'autres, Watari espérait le meilleur pour ses proches et ses alliés.

Si tu peux progresser ne serait-ce qu'un peu avant ton prochain entraînement, cela ne peut être que bénéfique pour toi.

Il leva doucement sa main et son sabre sembla s'envoler jusqu'à sa main, qui elle, se saisit de la poignée de celui-ci, avant de se mettre en garde et de commencer à l'attaquer avec sa maîtrise si complète de sa lame. Des gestes rapides, fulgurant et qui n'étaient parées par la jeune femme que parce qu'il ne cherchait pas réellement à la tuer et à la blesser. Peut-être qu'elle s'en rendrait compte. Mais il fallait bien rendre la tâche suffisamment ardue s'il souhaitait la faire progresser.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Dim 25 Mar 2018 - 16:59
Avant le combat
Eirin & Watari

"Attends un peu, qui sait en rentrant de Kaze, peut-être..." Sa phrase ne trouva guère de fin. En effet, harcelée par les coups et les parades de Watari, il lui fallait toute sa concentration pour ne pas perdre trop rapidement, pour ne pas dégager finir à terre. Le fait que son cousin se montre assez clément dans ses frappes laissait l'occasion à la jeune femme de parer quelques attaques... Ses articulations recevant toutes les autres. Serrant les dents, elle savait que face à lui, au corps à corps, à l'heure actuelle, elle ne pouvait pas rivaliser.

"Taimatsu !" Violemment, de grandes gerbes de flammes s'échappèrent de l'acier d'Eirin, vrombissant sur tout le haut plateau, elle voulait forcer Watari à reculer rapidement, au risque d'être sévèrement brûlé. D'une main libre, elle en chaîna quelques mudras avant de souffler une grande boule de feu incandescente qui fila vers Watari !

Elle usait rapidement de ce genre d'artifices ninja, cependant la jeune femme se doutait qu'en se rendant à Kaze, elle aurait certainement à faire à quelques obstacles avec moins d'honneur et de fierté que les hommes et les femmes du Fer.

État de santé : Ecchymoses, Grosses douleurs aux articulations, essoufflée.
Chakra : 1A + 1B, tranquille




_________________


Dernière édition par Hoshino Eirin le Jeu 29 Mar 2018 - 14:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Dim 25 Mar 2018 - 17:34
Peut-être qu'en rentrant de Kaze, tu auras progressé, oui. Il l'espérait. Un jour peut-être qu'il n'aurait pu rien à lui apprendre et qu'il finirait par être aussi bonne qu'elle. Peut-être qu'un jour, Watari n'aurait plus rien pour la dépasser ou pour être meilleur. Peut-être qu'un jour, il aurait atteint un sommet indépassable. Qu'en ferait-il, ensuite ? L'idée d'être un jour bloqué, coincé et de ne plus rien pouvoir améliorer dans son maniement du kenjutsu avait quelque chose d'assez triste. C'était comme la fin d'un voyage. La rencontre d'une fatalité inextinguible où il n'aurait plus aucune chance de s'améliorer et où son seul avenir résiderait dans ce qu'il pourrait donner aux autres. Paraissait-il qu'il fallait accepter de laisser les générations suivantes faire leur chemin : mais à 27 ans, c'était relativement difficile pour lui d'admettre que le chemin se terminait déjà et que bientôt, il n'aurait plus rien à chercher.

En vérité, c'était un leurre ; il avait bien des choses à améliorer. Bien des techniques à créer. Reprendre le développement de son style d'épéisme mêlant kenjutsu et le vent. Il était persuadé qu'à mieux percevoir le monde, il finirait par découvrir d'autres choses. Certes, peut-être finirait-il dernier parmi les derniers, ou anonyme parmi les anonymes, mais il restait bien des choses à découvrir sur ce continent. De choses à construire. Peut-être qu'était-là, sa nouvelle voie. Une fois la fougue de la recherche de la force épuisée, fallait-il s'abandonner à des projets plus terre à terre et globaux et moins égocentré.

Il disparut pour mieux esquiver les flammes en allant sur un autre haut-plateau, loin d'elle et rangea son katana, les bras croisés. Bien évidemment, la boule de feu qu'elle avait envoyé vers lui partait s'écraser sur un autre haut-plateau. Si par de nombreuses façon, Watari aurait pu croiser le fer, il n'était pas assez sot pour rester dans les flammes. Si elle voudrait s'entraîner, alors elle allait devoir accepter que cela serait difficile si elle enflammait toute la zone où ceux-ci s'entraînaient. Ou apprendre à voler jusqu'à lui. Ou à bondir. Tout le monde n'y pensait pas, mais apprendre à sauter loin et haut était probablement très utile.

Ce n'est pas en cherchant à m'incendier de la sorte que tu apprendras à manier aussi bien le katana que moi.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Dim 25 Mar 2018 - 17:50
Avant le combat
Eirin & Watari

En moins d'une seconde, il avait disparu, mais cela n’étonnait plus la jeune femme qui connaissait la vitesse impressionnante de son cousin. Le voyant sur un autre haut-plateau, elle sourit légèrement. Oui, il avait raison mais entre la proximité d'une acier plus vif que le sien et la chaleur réconfortante des flammes, le coeur d'Eirin préférait les flammes incandescentes. Cependant celles-ci moururent quand l'opaline rangea sa lame et approcha du bord, regardant le vide. "Hum..."

Passant sa main sur les articulations de son coude et de sa mains, très douloureuse, elle soupira. "Bon, reviens et j'arrête. De toutes façons tu le sais très bien, je ne peux pas te rejoindre..." En effet, à la différence de l'aîné des Hoshino, Eirin était incapable de se mouvoir avec suffisamment de puissance pour sauter de plateaux en plateaux. Et sauf à ce qu'il revienne, elle restait cantonnée à ce terrain d'entraînement en partie calciné.

Sabre rangé, elle l'attendait, ignorant s'il accepterait de continuer un entraînement où les chances de la samouraï se trouvaient toujours aussi réduites, encore plus séparées de ses flammes.

État de santé : Ecchymoses, hématomes, grosses douleurs aux articulations et aux membres, essoufflée.
Chakra : 1A + 1B, tranquille



_________________


Dernière édition par Hoshino Eirin le Jeu 29 Mar 2018 - 14:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Dim 25 Mar 2018 - 18:04
Il revint vers elle, le regard légèrement dubitatif. Si tu ne comptes que sur tes flammes, que feras-tu le jour où tu pourrais brûler ceux qui t'entourent ? Question ouverte : il y avait des situations où cela ne suffisait pas, de pouvoir lancer des flammes à l'aveugle. Des situations où il y avait de la finesse. Si tes flammes sont puissantes, elles sont avant tout dangereuse pour ceux qui t'entourent. Le fait que tu te reposes sur elle pour te défendre contre moi prouve que tu manques encore d'expérience avec ton sabre alors qu'il est avant tout, ton plus fidèle allié. Watari s'approcha doucement d'elle et passa dans son dos, délicatement.

Expertes, elles filèrent pour mieux parcourir chaque vertèbres, chaque méridiens. Prenant soin de ne pas offenser les chairs cicatrisées, Watari n'hésita pas à passer à chaque endroits, de ses cuisses jusqu'aux fesses, en passant par la délicieuse chute de rein. Tout ça pour la mettre dans la position la plus adéquate et en lui faisant dégainer sa lame. Maintenant, essaie de reproduire mes mouvements. Se mettant à ses côtés, Watari se remit à exécuter les mouvements anciens du style originaire de sa famille. Si les mouvements étaient en soi, simples, ils nécessitaient un entraînement rigoureux pour être employé de manière aussi experte et instinctive.

Ton corps et ton esprit doivent composer à l'unisson, lorsque tu souhaites manier ta lame. Si tu parviens à faire de ton corps, l'extension de ta lame et à les faire obéir et chanter d'une seule voix, alors tu pourras commencer à dépasser la simple connaissance pour te diriger vers la maîtrise, Eirin. Watari repassa une main curieuse sur les rondeurs alléchantes de la jeune femme avant d'ajouter : Je vois que les repas que ma mère vous a proposé étaient loin d'être ceux des ascètes. Mais cela te va bien. Allez, montre moi ce que tu comprends de ce que je viens de te dire.

Watari se mit à l'observer, attendant qu'elle s'exécute, en espérant que ses conseils lui permettraient de progresser.

Résumé du tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Dim 25 Mar 2018 - 18:15
Avant le combat
Eirin & Watari

Une fois qu'il fut enfin revenu à ses côtés, Eirin sourit... Avant de tourner sa tête sur le côté, observant celui qui usait de ses mains pour la remettre en position de combat adéquat. En effet, malgré son bas niveau et ses grandes difficultés d'apprentissage, Eirin connaissait l'importance de la posture. Clé de voûte d'un geste réussi, elle-même négligeait souvent cette constante du combat. Le corps alerte, quand Watari fit une réflexion sur ses courbes, riant silencieusement et le contemplant... "Je sais profiter des délices que ta mère a eu la gentillesse de nous servir ! Monsieur qui a fait attention à sa ligne et qui n'a pas craqué face aux yaktori... Fais attention à ne pas te frustrer non plus !"

Après ce rapide interlude culinaire et esthétique, Eirin se reconcentra, observant les gestes répétitifs de Watari. Dégainant de nouveau son katana, elle commença très doucement à effectuer les mêmes gestes avec beaucoup moins d'assurance. Cela témoignait bien du chemin immense qui lui restait à parcourir... Elle restait faible. Face aux géants de ce monde, elle n'était pas grand chose.

Dans un silence total, seuls les lames sifflant dans le vent résonnaient.

État de santé : Ecchymoses, hématomes, grosses douleurs aux articulations et aux membres, essoufflée.
Chakra : 1A + 1B, tranquille



_________________


Dernière édition par Hoshino Eirin le Jeu 29 Mar 2018 - 14:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Dim 25 Mar 2018 - 18:30
Hélas, comme Torahime, je suis bien plus souvent frustré par d'autres choses que par la nourriture... Laissa-t-il échapper en soupirant. Oui, Watari préférait, à un bon repas, plutôt la chaleur des caresses enflammées et passionnées du corps d'Eirin ; certains crieraient à l'infamie, mais pour lui, bien plus qu'un repas gourmand, c'était le corps menue et féminin qui savait le faire tendre vers les plus grands appétits et les plus ardents tempéraments. Ce n'est pas l'heure de me donner envie de continuer à étudier ta posture, Eirin. Il sourit tout doucement, l'air entendu. Oui, avec le temps, la belle opaline avait dû apprendre à quel point elle savait exalter en lui cette passion pour ce qu'elle était et son corps. Un autel suave aux honneurs de la volupté.

Trêve de lubris, le jeune homme la regarda faire, mal assurée. N'hésites pas, Eirin. Personne ne te regarde car tu es la seule juge de ce que tu espères atteindre. Il n'y a que ta volonté de couper. Et pour ce faire, tu dois apprendre à avoir confiance en toi et te dépasser chaque jour. Elle ne devait surtout pas se comparer à lui ou d'autres. Elle devait progresser par et pour elle-même. Watari n'était là que pour l'aider à éclairer ce chemin et la faire progresser jusqu'à lui. Peut-être un jour l'aura-t-elle dépassé. Ce jour-là, il serait heureux pour elle et lui, continuerait probablement à progresser sur sa voie. Un jour, peut-être, maîtriserait-il plus les vents et la foudre.

Ton coeur doit être ferme et libre. Ton esprit vidé, de toutes mortelles attaches qui pourraient te faire douter, au moment où tu devras te battre. Encore une fois. Lui intima-t-il en la faisant se concentrer sur l'apprentissage des mouvement qu'elle répétait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Dim 25 Mar 2018 - 18:38
Avant le combat
Eirin & Watari

Elle continuait inlassablement ses mouvements, essayant réellement de s’appliquer. Malgré les rires qui faillirent sortir à plusieurs reprises face aux remarques de Watari. D’un côté elle comprenait que cet entraînement ne serait pas de tout repos, et de l’autre… Elle s’amusait à voir Watari moins assurée. Déjà enfant, Eirin, c’était cette petite fille entraînant ses deux cousins dans les fermes des alentours du domaine clanique, les incitant à venir avec elle dans les enclos des taureaux… Histoire de courir. Et à cette époque l’opaline était favorisée par la nature, dépassant largement en taille les deux jeunes garçons qui couraient moins vite… Rentrant le soir couverts de terre, tous se faisant remonter les bretelles. Mais ça n’empêchait en rien Eirin à continuer de les entraîner dans ses folles aventures.

“A quoi penses-tu, quand tu tranches un homme ?” Le ton n’avait pas changé et en rien il n’était devenu sinistre. Cependant alors qu’Eirin continuait cette danse si particulière, elle questionna Watari sur cet art qu’il tentait de lui enseigner. Car Eirin s’était déjà battue. Violemment. Mais en combats autres qu'entraînements, ce n’était jamais elle qui avait su trancher en première et assez vite.

État de santé : Ecchymoses, hématomes, grosses douleurs aux articulations et aux membres, essoufflée.
Chakra : 1A + 1B, tranquille



_________________


Dernière édition par Hoshino Eirin le Jeu 29 Mar 2018 - 14:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Dim 25 Mar 2018 - 18:57
Grande question qui elle, avait le don de chasser les plus érogènes pensées du jeune samouraï. Vers quoi ses pensées se tournaient-elles lorsque le combat devait s'engager et lorsqu'il chargeait ? Tout dépendait du moment... Mais... Je ne pense pas à trancher. Je pense à couper. Je deviens le mouvement de tranche qui mord les chairs de ceux qui ne sont prêt à s'en défendre. Le vide. L'ultime objectif. L'éclipse par-delà le monde. L'endroit ténébreux où les forces du monde convergeaient sans leurs formes trompeuses.

On ne coupe jamais mieux que lorsque l'on a conscience du monde qui nous entoure. Celui qui ne fera qu'un avec lui pourra s'y fondre. La méditation apprends à orienter sa concentration vers cette seule direction qu'est le combat. C'est pourquoi pour apprendre à dégainer et trancher avec plus de force et de rapidité, je t'ai fait méditer. Et le concept était ici le même, mais en plus poussé. La concentration nécessaire pour ce mouvement de tranche rapide était la-même que pour manier son sabre avec une telle dextérité. Mais il faudrait l'appliquer en permanence. En faire un nouveau standard. Une seconde nature. Et encore, je peux trancher aussi vite que je me déplace, désormais. Cela dit, je n'ai jamais pu utiliser cette technique encore ; je ne peux pas vraiment te la montrer non plus, faute d'avoir ce qu'il faut pour. Toujours est-il que tu aurais beaucoup de mal. Ton coeur embrasé aura du mal à se faire silencieux, même si je l'aime pour ça. Il lui sourit doucement avant de de corriger à nouveau sa posture.

Manier les armes est autant une affaire d'agilité, de dextérité, que de sagesse et de concentration. Je pense que tu l'as compris, désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Dim 25 Mar 2018 - 19:07
Avant le combat
Eirin & Watari

Écoutant attentivement le jeune homme, elle pouvait comprendre. En partie du moins. En effet, pendant de longues heures, Watari lui avait enseigné l'art de la méditation et l'importance de celle-ci. Encore aujourd'hui, Eirin l'utilisait. Quelques fois les matins avant l'entraînement du jour. Quelques fois le soir avant le coucher. Cependant elle pouvait comprendre qu'une seule partie... Bien qu'ayant appris à trancher excessivement rapidement, le vide restait une notion bien mystérieuse dans l'esprit de celle qui en effet, peinait à faire taire son esprit et son corps. "Peut-être un jour pourras-tu me l'enseigner. Mais en attendant, tes entraînements me comblent déjà, tu sais." Dit-elle alors qu'elle tentait de corriger elle-même sa posture.

"Cette arcane doit être redoutable... C'est pourquoi j'espère que tu n'aurais pas besoin de l'utiliser face au Soshikidan." En effet, elle espérait que si combat il y avait, Watari n'aurait pas à sortir tes plus puissantes techniques... Ce qui signifiait que son adversaire pourrait être en position de force. Et Eirin voulait le revoir.

La brise se leva alors que d'un coup plus brutal, elle trancha l'air, cherchant à imiter les mouvements si fins de son professeur et maître d'armes. "Tu m'as montré qu'il fallait de la concentration et du calme... Je le comprends mais..." Dans son mouvement, elle s'arrêta quelques instants, riant simplement. "C'est pourtant dur à croire quand on voit tes parents à l'oeuvre."

État de santé : Ecchymoses, hématomes, grosses douleurs aux articulations et aux membres, essoufflée.
Chakra : 1A + 1B, tranquille



_________________


Dernière édition par Hoshino Eirin le Jeu 29 Mar 2018 - 14:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Dim 25 Mar 2018 - 19:33
Ne saurais-je te combler qu'en tant que professeur d'escrime ? Il soupira, faussement dépité et passablement amusé de ce qu'elle venait de dire. La combler, hein... Il n'en attendait pas moins de lui-même. Il voulait la rendre heureuse, plus forte, plus rayonnante. Le vide... On ne le comprends que lorsqu'on le voit et que l'on en fait l'expérience. C'est quelque chose de profondément et infiniment plus grand que nous. Je me demande ce qu'il se passerait, si deux personnes maniant le sabre s'affrontait avec une telle connaissance du monde. Watari ne le savait pas, parce que personne d'autre maniant aussi bien le sabre que lui n'avait souhaité l'affronter.

Quant à l'utiliser face au Soshikidan ... Toujours est-il que si je venais à l'utiliser face au Soshikidan, il y aurait un mort. Et je ne vois pas l'intérêt de tuer ces gens. Cela ne ramènera pas les morts. Ni Chôgen, ni Alderan. Cela ne provoquera que toujours plus de dissensions et de tensions. Massacrons-les et soyons leurs bourreaux : un jour, quelqu'un nous accusera d'avoir strangulé des libertaires de paix. Watari soupira, toujours aussi peu content d'avoir sur la conscience d'avoir été absent lorsque Nara Alderan s'était rendu.

Enfin, pour finir par arriver au sujet de ses parents... On peut se permettre de s'enfoncer dans ses émotions quand on a appris à s'en détacher. Plus grande est la discipline, plus grand l'écart est possible. Mais une fois la bride prise en main, le cavalier est maître de sa chevauchée... La métaphore était plutôt adroite. Ils étaient passés par ces hésitations qui frappaient la jeune femme. Ces doutes, face à ceux qui la dépassaient. Et à force de sueur, d'aide et d'essais, ils étaient parvenus à se dépasser et à dépasser leurs limites pour devenir ce qu'ils étaient. Toi aussi, un jour, tu pourras garder le contrôle sur ton coeur et le laisser s'exprimer librement. Mais il faut d'abord apprendre à le calmer pour qu'il puisse s'exprimer sans doutes. Et lui permettre de manier son sabre avec toute la liberté et toute la latitude nécessaire pour qu'elle progresse. Musashi-sama ne disait-il pas, un millier de répétitions pour apprendre, dix milles de plus pour maîtriser ? Il sourit doucement.

Cette phrase était un peu décourageante, mais pourtant terriblement juste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Dim 25 Mar 2018 - 19:44
Avant le combat
Eirin & Watari

"Cela ne servirait à rien de les tuer, en effet... Même si j'imagine que l'envie en anime plus d'un. Peut-être même l'as-tu connue face au meurtre de nos lointain cousin." Avançant à présent, elle tranchait dans le vide mais cette fois en mouvement, ne restant plus simplement statique. Car c'était également une caractéristique du style d'Eirin. La jeune femme détestait restée fixée au sol, sans avoir l'occasion d'user de sa veloce agilité. Concernant la suite... Le proverbe de leur lointain ancêtre, Eirin l'avait tant connu. A chaque fois qu'elle se déconcentrait en entraînement, ses professeurs lui mettait quelques coups de bokkens sur les doigts, disant qu'elle ne pourrait jamais progresser avec si peu de discipline. A bien y regarder, on pouvait encore voir quelques stigmates sur sa tenant fermement son katana devant elle.

"Akihime aussi me rappelait souvent cet adage lorsque nous nous entraînions. A une époque je rêvais tant de lui ressembler, d'être capable de subir de tels entraînements sans broncher, sans exprimer ce que je ressentais." Car oui, en plein exercice, Eirin parlait. Pourtant bien plus silencieuse dans la vie courante, elle parlait en entraînement. Par le passé, celui lui avait valu quelques coups supplémentaires.

"Combien de fois as-tu coupé avant d'atteindre cette fameuse tranche dont tu m'as parlé ?"

État de santé : Ecchymoses, hématomes, grosses douleurs aux articulations et aux membres, essoufflée.
Chakra : 1A + 1B, tranquille



_________________


Dernière édition par Hoshino Eirin le Jeu 29 Mar 2018 - 14:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Dim 25 Mar 2018 - 20:12
L'envie de tuer... Watari la connaissait. Et était passé maître dans la capacité à la retenir, ou à tout le moins, ne l'exhaler que pour menacer ceux qui seraient assez impudents pour ne pas la reconnaître. Et la voyant se battre, force est de constater qu'Eirin était tout sauf quelqu'un qui aimait suivre les formes les plus usuelles. Elle préférait bouger, mais bien à son insu, elle mettait beaucoup de force dans des frappes décisives.

Akihime s'entraînait pour atteindre les objectifs qu'elle visait. On ne prend plaisir à s'entraîner que lorsque l'on a compris le goût du progrès. Personne n'aimait réellement s'infliger de longs entraînement pour le plaisir de juste s'entraîner. Répéter des mouvements sans raison était un fardeau plus qu'autre chose. En revanche, sentir et reconnaître là où son geste déviait, là où il fallait s'atteler à le corriger. Et un jour, voir son geste être naturellement le meilleur pour réagir à une situation donnée. Quant au nombre de fois où il avait coupé... Le jeune homme réfléchit doucement. J'ai cherché un jour à faire mieux que ce que je faisais déjà. Et si je pouvais pousser les fondations de ce que je t'avais déjà enseigné, à leur paroxysme. Et quand j'ai essayé, à un moment donné, j'ai échouer. Et j'ai compris pourquoi.

Et après avoir saisi la raison qui l'avait fait échouer... Watari l'avait corrigé. Pour atteindre une apogée. Une technique de lame inégalée. La capacité de couper instantanément. Le maniement du sabre est tout autant un entraînement physique et spirituel qu'un apprentissage qui demande de réfléchir. C'est pourquoi, c'est aussi l'apprentissage de toute une vie que de manier correctement un sabre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Dim 25 Mar 2018 - 20:19
Avant le combat
Eirin & Watari

"Alors la question serait plutôt de te demander combien de fois tu as échoué avant de devenir le maître que tu es ?" En effet, des échecs, Eirin en avait connu beaucoup. Et de réelles victoires ? Presque aucune. Sa seule victoire était finalement d'avoir décidé de vivre sa vie comme l'entendait, à savoir... Se battre. Et qu'on arrête de la regarde comme une simple femme au foyer. Une femme qui prendrait plaisir à attendre son homme le soir.

Des échecs, voilà ce qui rythmaient la vie d'Eirin depuis tant d'années. Continuant ses mouvements réguliers, de plus en plus automatique, Eirin bougeait pour finalement se retrouver face à Watari. Levant ses yeux vers lui quelques secondes, elle le contempla. "Crois-tu que seule la volonté compte ? Que quiconque avec un bon professeur et une volonté de fer, peut parvenir à ton niveau ? Des fois, j'en doute. Nous avons le même âge et tu ne cesses de m'impressionner, Watari."

Jalousie ? Certainement. Et envie également. Watari était un modèle aux yeux de l'opaline.

État de santé : Ecchymoses, hématomes, grosses douleurs aux articulations et aux membres, essoufflée.
Chakra : 1A + 1B, tranquille



_________________


Dernière édition par Hoshino Eirin le Jeu 29 Mar 2018 - 14:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Dim 25 Mar 2018 - 20:32
Beaucoup d'échecs. Chaque entraînement était le moyen de déterminer ce qu'il me manquait. Que ce soit à Shito ou contre le félon de l'eau, Raonaka Ao, j'ai eu mes victoires et mes échecs. Un cou dont la survie restait mystérieux. Le doigt coupé, la connaissance de la létalité de ses arts. Les regrets face à l'impossibilité d'empêcher les meurtres et la guerre. Les victoires sont peu nombreuses, pour celui qui vise le sommet et la perfection. Tu connaîtras tôt ou tard ces succès, mais n'oublie pas le chemin que tu as parcourir pour l'atteindre.

Parce que se sentir ivre de ses succès, c'était risquer d'échouer au moment le plus important. Le jeune homme savait qu'il fallait traiter avec sagesse ses mérites et ses échecs. Trop s'enivrer de ceux-ci, c'était se ralentir inutilement. Trop s’enivrer de ses victoires, c'était risquer de perdre de vue les raisons qui ont permis cette victoire. Lui souriant doucement pour la rassurer, le jeune homme lui dit : Personnellement, je pense que n'importe qui peut progresser et atteindre les sommets, pour le peu qu'il s'en donne les moyens. Mais, toi seul peut dire si tu peux encore ou non progresser. C'est peut-être même en connaissant ce questionnement et cette réponse que tu connaîtras le progrès.

Le jeune homme lui caressa doucement les cheveux et la nuque, avant d'ajouter : Et je ne suis pas un maître. Ou plutôt, l'avenir le dira. Un maître est quelqu'un qui possède des disciples. Je n'ai pas vraiment pu reprendre ces projets en mains. Faute à beaucoup d'événements imprévisibles et chaotiques. Guerres, attaques... Géant d'une centaine de mètre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t954-hoshino-watari-et-le-vent-se-leve

Dim 25 Mar 2018 - 20:39
Avant le combat
Eirin & Watari

"Pour moi tu es un Maître." Dit-elle avant de lui voler furtivement un baiser. Elle s'éloigner de nouveau rapidement, son regard restant toujours planté dans celui de Watari. Elle avait censé les mouvement de pur kenjutsu, ne sachant pas vraiment pendant combien de temps il voudrait continuer cet entraînement en la regardant simplement reprendre les bases. "Et maintenant ? Désires-tu que je continue ? Ou préfères-tu transpirer un peu également ?"

Après tout, lui aussi allait bientôt avoir une épreuve de taille à affronter. Hi no Kuni, la terre brûlée. Eirin n'avait pas connu Shîto, ni les horreurs de Kiri et elle avait confiance en son cousin pour revenir en entier. Mais dans quel état se trouverait son esprit s'il se retrouvait à affronter de nouveau quelques monstruosités comme les hommes en étaient tant capables.

"Tu as appris seul pendant des années. J'ai tranchée seule pendant des années en secret ? N'y a-t-il pas d'autres exercices ?" Car oui, elle détestait les tâches répétitives.

État de santé : Ecchymoses, hématomes, grosses douleurs aux articulations et aux membres, essoufflée.
Chakra : 1A + 1B, tranquille



_________________


Dernière édition par Hoshino Eirin le Jeu 29 Mar 2018 - 14:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1305-hoshino-eirin http://www.ascentofshinobi.com/u229

Avant le combat | PV Hoshino Watari

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: